ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

de l'Alternance

La dure réalité aujourd’hui est que le monde traverse une situation de plus en plus difficile : 
. La Banque Mondiale , le FMI et l’OCDE ont déjà averti qu’une crise financière sans précédant guette le monde. 
.La FAO prévoit un déficit céréalier très accru pour les pays africains.  
.Les Français prédisent des pénuries de Gasoil et de riz au Sénégal qui peuvent déboucher sur des émeutes. Tableau sombre s’il en est, qui appellent à mon avis, une synergie visant à œuvrer pour la paix et à taire nos divergences.  
 
Œuvrons à éviter à notre jeune nation, des lendemains de déchirements et d’angoisse, en posant des actes fédérateurs et constructifs. 
Le sit-in contre l’augmentation vertigineuse des prix des denrées de première nécessité:réprimer le peuple et arrêter des manifestants : la règle sur le ciel bleu azur de l’Alternance dans un nuage de lacrymogène 
Les manifestations ont fini de donner l’exacte mesure du degré de bouillonnement de la marmite sociale où le trop-plein de frustrations déborde du fameux cadre sociologique sénégalais 
Ce sont les chevaux qui connaissent le mieux leurs cavaliers 
Que valent les chevaux de race, si ceux qui les montent sont sans noblesse 
« La Génération du concret » c’est tout sauf du concret… 
Il n’est pas rare de nos jours de voir des opportunistes qui sortent d’on ne sait où ; chanter les louanges du duo « concrétistes » pour disent_ils ce nouveau visage qu’ils ont donné à notre capitale en particulier sur sa corniche ouest avec des hôtels de luxe, des échangeurs et quoi d’autres encore… En effet à titre personnel la question que je ne cesse de me poser est de savoir qu’ont_ils (Karim, Baldé et ces autres « concrétistes ») de mieux que nous autres Sénégalais ? …AH si ce n’est qu’ils sont prétentieux et stupides car en effet le pays a besoin de tout sauf d’opportunistes qui exécutent des projets éléphantesques sans réel effet sur le vécu quotidien des Sénégalais. A vos cerveaux… Chers amis un pont est supposer permettre une utilisation rationnelle du peu d’espace dont on dispose .Avec eux ;faites un tour à l’ex place OMVS et vous verrez qu’ils n’ont fait qu’y ériger un monstre en ciment qui a bouffé tout l’espace et une partie des rues qui y etaient. Pour ce qui est de la corniche ; saviez vous que ces milliards ne sont investis que sur une longueur de 10km seulement qui de surcroît n’est fréquenter régulièrement que par moins de 2°/° de la population dakaroise en l’occurrence ces nouveaux riches de l’alternoce des Almadies. Alors qu’une enquête récente vient de montrer que 20°/° de nos « riches » se partage 75°/° des avoirs du pays alors que 20°/° de pauvres se partage seulement 13°/° des ressources du pays. En effets ces investissements routiers sur cette corniche et ailleurs qu’apporteront_ils à nous autres qui passons des heures à « Bountou Pikine », Poste Thiaroye … Par conséquent le concret ne saurait en aucun cas contribuer à accroître les inégalités entre citoyens Par contre le concret ce sont ces actes qui peuvent contribuer à amélioré sensiblement les conditions de vie de la plus grande majorités des populations Le concret c’est tout sauf le culte de l’insolence et la consécration de l’arrogance. Le concret, c’est des valeurs, des idéaux et des principes qui s’inscrivent en faux contre l’opportunisme et la mesquinerie. Le concret n’est il pas dans le fait de restaurer la justice sociale en rendant à l’homme sa nature divine ? Le concret ne serait il pas donner la liberté à l’esclave, le savoir à l’ignorant, la santé aux malade, le bien être aux pauvres et aux malheureux, à la société la justice et la paix ? Alors chers Karim, Baldé, Cheikh Diallo, Yaya Sakho et autres arrêtez d’insulter l’intelligence des sénégalais. Arrêtez avec ces histoires de Génération du concret qui n’est qu’un instrument permettant aux Wades,Wadaillons et autres Troubadours de continuer à sucer le sang de ces millions de sénégalais qui ont beaucoup trop souffert en huit ans dans un pays qui bat aujourd’hui les records de l’inflation. Et nous autres pris entre les mailles des filets du désespoir et de la désillusion sachons que l’avenir on a pas à le prévoir mais on a qu’à le permettre. Par conséquent il est grand temps pour nous de faire émerger une nouvelle citoyenneté : celle la du don de soi pour l’épanouissement du peuple sénégalais, celle la fondé sur la justice et la paix .Et si vraiment nous aimons le Sénégal, retenons que le sacrifice est le plus grands des preuves d’amour, car il n’apparaît à mes yeux aucune autre perspectives si ce n’est précipiter le départ de wade pour limiter les dégâts et amortir le choc… Peut être souligné que le seul service que ces concrétistes peuvent rendre au Sénégalais c’est de nous dire comment ces centaines de milliards ont été utilisées et la seulement ils seront en mesure de rêver… 
 
SENEGAL-POLITIQUE-GESTION 
Abdoulaye Baldé : "Le pays ne se fera pas sans la Génération du concret" 
dimanche 24 février 2008  
NETTALI - « Le pays ne se fera pas sans la ‘’Génération du concret’’ », a affirmé le secrétaire général de la présidence de la République , Abdoulaye Baldé, ce dimanche matin à l’émission hebdomadaire « Grand jury » de la Radio futurs médias (Rfm) de Dakar. 
Selon le directeur exécutif de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci), la fin du travail d’organisation matérielle du sommet des 13 et 14 mars prochain ne signifie pas le terme du « mouvement citoyen d’action publique ». Lequel a comme leader Karim Wade, ci-devant président de l’Anoci et fils du chef de l’Etat Abdoulaye Wade. 
A en croire Abdoulaye Baldé, la « Génération du concret » compte dans sa base de données « plus d’un million de personnes au Sénégal et dans la diaspora » en train de réfléchir sur les contours de « la philosophie participative » dudit mouvement. L’invité de Rfm, par ailleurs prétendant à la mairie de Ziguinchor à la place de Robert Sagna, indique que la Génération du concret se positionne pour l’après Abdoulaye Wade. 
« Nous sommes toujours en route vers le sommet », a dit M. Baldé, confirmant à n’en plus douter l’ambition de Karim Wade de succéder à son père à la tête de la présidence de la République. 
M. Baldé a annoncé que « l’Anoci va disparaître » après le sommet, alors que des sources proches du pouvoir confient que la structure va muer en un organe à compétence de réaliser des infrastructures dans l’ensemble du pays. 
 
 
Une hyène sous une peau de chèvre 
Chaque dirigeant sait comment manipuler son peuple. Machiavel disait qu’un prince doit être aimé et craint, «mais comme il est difficile d’accorder les deux, il est bien plus sûr d’être craint qu’aimé, si l’on devait se passer de l’un d’eux». Des dictateurs sanguinaires sont restés au pouvoir grâce à la tyrannie, la terreur. Des massacres, des pendaisons sur les places publiques ou dans des cours d’écoles, des exécutions pour un rien, des arrestations arbitraires, la torture… Cela se fait encore dans certains endroits, mais avec la mondialisation de la «démocratie», d’autres méthodes sont usitées puisque les rois actuels ne sont ni aimés ni craints et les électeurs sont censés détenir le pouvoir. Aux Etats-Unis, depuis le fameux 11 septembre attribué à Ben Laden sans preuve tangible, Bush se sert du Saoudien comme épouvantail pour apeurer son peuple, se la couler douce et même se faire réélire. A chaque fois qu’il est en difficulté, on sort une cassette de Ben Laden (sans doute mort ou hors d’état de nuire) qui profère des menaces, et les citoyens se rangent derrière leur protecteur attitré. La dernière a eu lieu, il y a quelques jours, le 19 mars 2008, cinquième anniversaire de l’invasion d’Irak. Alors que les Américains manifestaient dans les rues pour exprimer leur ras-le-bol de cette guerre absurde fondée sur le mensonge, on diffusa une nouvelle cassette de Ben Laden exhortant les musulmans à soutenir l’insurrection irakienne… Ça marche à tous les coups. Les services de renseignements affirment que la voix est authentique et les gens, du moins une bonne partie, y croient.  
Au Sénégal, il n’y a pas eu de 11 septembre et les masses populaires ont une autre mentalité. Wade n’a pas besoin de Ben Laden pour justifier ses actes. Il fut aimé, mais il ne l’est plus et il le sait. Aussi, même si on le soupçonne ou l’accuse d’être commanditaire de certains meurtres ou de quelques coups de marteau, il n’est craint que par ceux qui dépendent de lui pour dilapider les biens du pays et s’enrichir à outrance. Il n’est ni aimé ni craint et pourtant il est indétrônable. Comment expliquer cela ? C’est simple. Il se dit qu’il dirige des moutons et peut donc tout se permettre. Le peuple dort et l’opposition est si molle qu’elle devient inexistante. Alors, pourquoi se gêner ? Ayant le pouvoir et l’argent, Wade écarte tous ceux qui peuvent le déranger dans ses manœuvres et achète tous les opportunistes qui ne croient qu’à leur profit personnel et immédiat. Il s’est approprié les caisses de l’Etat et en fait ce qu’il veut. Après avoir gaspillé des dizaines de milliards de nos francs pour réfectionner son avion, il s’en offre un nouveau et nous jette enfin un bateau pour remplacer le Joola, ce qui lui donnera la décence d’exhiber son joujou estimé à 50 milliards. Sa démocratie n’est qu’une peau de chèvre dont une hyène se recouvre et entre dans un troupeau d’ovins en disant : «Vous devez me regardez comme une chèvre et me laisser vous dévorer comme si de rien n’était.» Le pouvoir exécutif, c’est Wade, le pouvoir législatif, c’est Wade, le pouvoir judiciaire, c’est encore Wade qui a aussi réussi à mettre le pouvoir spirituel dans sa poche. Sa seule frustration est de ne pouvoir contrôler la presse privée qu’il combat avec acharnement tout en déclarant le contraire. Et avec ça, le peuple et l’opposition veulent continuer à croire à sa démocratie. «Force est à la Loi », disent-ils. Ne voient-il pas que la Loi , c’est Abdoulaye Wade ? Ils regardent la peau de chèvre et s’efforcent d’ignorer qu’il y a une hyène en dessous. C’est le comble. Continuez à respecter cette Loi et vous verrez où cela vous mènera. Vous voulez organiser des marches, Wade vous l’interdit par le biais de ses pions que sont les préfets, vous respectez la Loi. Il reporte les élections jusqu’au moment qui l’arrange, vous respectez la loi. Continuez ainsi, vous verrez bientôt.  
Aujourd’hui, tout le monde parle de sa succession par son fils et beaucoup disent : «Non, ça ne passera pas.» Laissez-moi rire. Wade sait qu’il peut, demain, faire voter une Loi faisant de Karim son successeur et vous n’y pourrez rien. Vous continuerez à respectez la loi. S’il ne le fait pas, c’est juste parce qu’il tient à son image, sa réputation à travers le monde. Sa mégalomanie et sa voracité immodérée pour les compliments et les honneurs ne lui permettent pas de se ranger dans la classe des Eyadema, Mobutu et autres. Il veut sortir par la grande porte, être cité auprès des Mandela, Gandhi, De Gaule, Senghor, Churchill, Roosevelt... Il a donc choisi une autre méthode. Il a fait de son fils l’homme le plus puissant du pays, après lui, bien entendu. Vous regardez et vous laissez faire parce que vous n’y pouvez rien. Il lui confie des centaines de milliards que lui seul contrôle, vous n’y pouvez rien. Il l’introduit auprès des marabouts, des princes et des leaders de ce monde. Vous n’y pouvez rien. Il le laisse créer un mouvement que doit soutenir tout membre du gouvernement qui veut garder sa place. Vous n’y pouvez rien. Et quiconque, dans son entourage, est soupçonné d’avoir des ambitions présidentielles, il lui met des bâtons dans les roues. Vous regardez, impuissants. On entend des «Oui, mais Karim n’a jamais dit qu’il veut le pouvoir». Continuez à dormir. Quand il le dira, il aura déjà la main dessus. Maintenant que le sommet de l’Oci est achevé, certains sortent de leur torpeur pour demander des comptes. Trop tard. Le train est passé depuis longtemps.  
Tout en disant, pour la forme, qu’il attend la décision de son papa, Karim déclare qu’il lui reste 205 millions d’euros (plus de 134 milliards de nos francs), et laisse entendre qu’il envisage de continuer ses travaux pendant au moins un an. Le lendemain, son bras droit, Abdoulaye Baldé annonce qu’il leur reste 97 (parfois, il dit 73) milliards pour «des projets nouveaux qui vont démarrer dans les mois à venir». C’est clair, mais ils feraient quand même mieux d’accorder leurs violons. De toute façon ils sortiront les chiffres qu’ils voudront et nul n’y pourra rien. Qui sait combien ils ont reçu et dépensé ? Même pas le Conseil de Surveillance. Ils sortent déjà des arguments à la Idrissa Seck : «Nous ne sommes ni ordonnateur, ni administrateur, ni comptable de l’argent.» Et ça risque d’être ainsi «jusqu’à l’extinction du soleil». Imaginez-vous la Dic effectuer des descentes dans leurs bureaux et maisons pour confisquer leurs ordinateurs et vérifier leurs comptes bancaires au Sénégal et à l’étranger ? Faut pas rêver. A quoi bon auditer l’Anoci quand on sait que Karim va continuer ses travaux jusqu’à son arrivée au sommet et aura toujours des centaines de milliards de francs incontrôlables à sa disposition ? Même s’il vide le trésor public, qui osera le dénoncer ? Tant qu’il sera protégé par le roi et sa loi, rien ne lui sera reproché et rien ne pourra lui arriver. La mal gouvernance est criarde.  
Sénégalais, réveillez-vous. Vous dites que Karim que n’a pas combattu comme vous pour mettre son père au pouvoir. Huit ans après l’alternance, un énergumène comme Farba Senghor raconte que Karim s’était battu, mais… dans l’ombre. Et tout naturellement, beaucoup vont le croire. Que c’est facile ! Ceux qui se sont battus, nous les connaissons, pas besoin de fabriquer des légendes. Mais nous aimons croire ce qu’on nous dit et en cela nous sommes pires que des moutons. Même quand Wade est hué devant des centaines de personnes, d’aucuns trouvent le moyen de nier les faits et s’en prennent aux journalistes qui les ont rapportés.  
Citoyens, il ne nous reste plus qu’à prendre nos responsabilités les plus judicieuses pour montrer que nous ne sommes pas des moutons et qu’une hyène ne nous trompe pas avec une peau de chèvre.  
Bathie Ngoye THIAM - www.bathiengoye.net  
Chantiers de Thiès-Chantiers de l’Anoci : Etude comparative de deux projets à polémiques sous Wade 
 
 
Les chantiers de l’Anoci, initiés pour les besoins de l’organisation du sommet de l’Oci qui s’est déroulé du 8 au 14 mars à Dakar, empruntent, pratiquement, les mêmes contours que les chantiers de Thiès. A mi-parcours d’une exécution, déjà des voix s’élèvent pour réclamer la lumière sur cette affaire. La seule différence, en ce qui concerne les chantiers de Thiès est que, pour ce qui est des chantiers de l’Anoci, la voix accusatrice est devenue celle disculpatrice qui s’attaque aux accusateurs classés au rang de personnes gagnées par la jalousie contre un fils qui sait tout faire, sans arriver à en administrer la moindre preuve, malgré les moyens mis à sa disposition. Pourtant, en comparant les deux projets, il est aisé de réclamer, au moins, le même traitement juridique et politique tant les chantiers de l’Anoci ont supplanté ceux de Thiès en termes d’indices de culpabilité fixés par Wade et qui l’avaient poussé à attraire l’ancien Premier ministre Idrissa Seck devant la justice.  
Sur les sommes mobilisées  
Un montant de 376 milliards a été mobilisé d’après Baldé pour la réalisation des chantiers de l’Anoci. Un montant faramineux devant les 40 milliards utilisés à Thiès. Mais l’impact des chantiers sur le vécu des populations ne semble pas accroître, compte tenu des sommes injectées.  
Les chantiers de Thiès ont permis de doter une ville d’infrastructures routières, hôtelières, sportives, de santé, la viabilisation d’espaces pour l’habitation… posant ainsi les jalons de l’émergence d’une nouvelle zone de développement économique. D’ailleurs, ces dernières années, Thiès a enregistré une importante présence de structures bancaires, d’assurances et de services, sans compter la présence d’écoles de formation d’excellence qui n’étaient présentes qu’à Dakar. Il s’y ajoute que beaucoup de Sénégalais quittent la capitale pour venir s’installer dans la nouvelle ville.  
Parallèlement aux chantiers de Thiès, ceux de l’Anoci qui avaient pour ambition de faciliter la mobilité urbaine, a finalement réussi à implanter du nouveau sans trop influer sur cette mobilité. A l’heure de la descente, la même queue habituelle se dessine malgré l’ouverture des infrastructures à l’usage des automobiles. A Soumbédioune, au niveau de l’avenue Cheikh Anta Diop, à hauteur de poste Fann, sur la route de Ouakam, à hauteur de la Foire …, ce sont les mêmes difficultés avec une légère amélioration. Et pourtant, des sommes colossales ont été utilisées pour faciliter la mobilité urbaine.  
Il s’agit, entre autres, de la construction d’un tunnel à 9,8 milliards pour juste avoir la sensation de rouler plus bas sous terre sur une longueur de 300 mètres . Soit le prix d’une dizaine de centres de santé équipés permettant de réduire la mortalité infantile faute de structure de santé de proximité. Un tunnel qui s’apparente à un manège format adulte avec des risques d’infiltration d’eau qui ont fait qu’il a été fermé seulement quelques jours après son ouverture. Il s’agit également de la somme de 17 milliards puisés du Trésor et injectés dans les travaux. A cela s’ajoute près de 16 milliards de budget de fonctionnement, soit un total de près de 32 milliards puisés du Trésor, pour des travaux qui étaient censés être financés gratuitement par des ‘amis’ étrangers. Une entorse à la vérité qui pénalise les entreprises nationales, incapables de recouvrer leurs créances, mais également incite l’Etat à puiser sur les maigres ressources des contribuables sous formes de taxes pour combler le vide pour pouvoir assurer son fonctionnement.  
A ces sommes s’ajoute un prêt de 132 milliards si nous nous basons sur les chiffres fournis par le directeur exécutif de l’Anoci, Abdoulaye Baldé (1) en défalquant du montant global mobilisé, l’investissement des promoteurs privés, les dons des Etats membres et la contribution de l’Etat du Sénégal (376 -(180 (privés)+31 (dons)+17 (Etat-routes)+ 16 (Etat-Fonctionnement). Un prêt auquel les populations concernées par le projet sectaire vont contribuer à son paiement, mais ils y seront aidés par le paysan du Baol qui a des problèmes de semences non encore satisfaits, le jeune chômeur de la banlieue qui n’a pas de quoi acheter son thé, le jeune cadre qui a des difficultés de joindre les deux bouts avec un salaire de misère face à la hausse faramineuse des prix des denrées de première nécessité. En plus, ils n’auront même pas le droit de savoir d’où est entré leur l’argent, car ceux qui ont contracté cette dette à leur nom, ont déjà déclaré qu’ils ne sont pas concernés par leur utilisation et ne peuvent donc pas y répondre.  
Sur la gestion des Chantiers  
En ce qui concerne la gestion des chantiers, il faut relever que ceux de Thiès ont emprunté le circuit étatique impliquant toutes les structures qui participent à l’exécution normale des chantiers de l’Etat. C’est ainsi qu’après la décision du chef de l’Etat de fêter l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale à Thiès, un Comité régional de développement (Crd) s’est tenu le 28 mai 2003 à la gouvernance de Thiès en présence des ministres concernés par les travaux et présidé par Macky Sall en sa qualité, à l’époque, de ministre de l’Intérieur. C’est à cette occasion que la matrice d’action ’Thiès indépendance 2004’ a été présentée. Devant l’impossibilité de fournir à temps les ressources financières nécessaires prévues dans le budget de 2004 et qui ne devaient être disponibles qu’en début 2004 alors que la fête était prévue pour le 4 avril, il a été retenu lors de ce Crd, de confier l’exécution des travaux au Pcrpe, de mettre en place un comité de pilotage présidé par le ministre de l’Intérieur, de faire préfinancer les travaux par les entreprises, au terme d’une présélection.  
Contrairement aux chantiers de Thiès, ceux de l’Anoci ont été exécutés en dehors du circuit étatique et diligentés par le fils de Wade qui fait office de président de l’agence. Le contrôle des comptes a été confié, on ne sait par quel procédé, à un cabinet international (Compagnie internationale de conseil et d’expertise (Cice) choisi et payé par la structure qui est sensée être contrôlée. Une commission dite commission des marchés de l’Anoci a été chargée de choisir aussi bien les bureaux d’études que les entreprises qui ont exécuté les travaux.  
Des structures mises sur pied, inconnues de la nomenclature étatique, ont été taillées sur mesure pour accompagner le fils du président dans sa mission. Même si, d’après le directeur exécutif de l’agence, M. Baldé, ’l’Aatr, le ministère des Finances et des technicien siègent dans la commission des marchés’ (2) sans préciser leur degré d’implication. Il faut noter également que de la même manière, la société civile siège au niveau du Conseil de surveillance de l’Anoci sans influer sur la conduite des opérations parce que mise en minorité. C’est le cas, notamment, de l’adoption a posteriori du budget de 2008 déjà consommé à hauteur de 28 %, dépensé sans aucun contrôle et validé par le Conseil de surveillance de l’Anoci malgré les réticence des membres de la société civile.  
Deux poids deux mesures  
Avec les chantiers de Thiès, un Premier ministre a été emprisonné pendant sept longs mois sur accusation de Wade, tout en sachant d’avance qu’il n’était ni ordonnateur des dépenses ni administrateur des crédits et sans montrer, par la suite, la moindre preuve, impliquant une responsabilité pénale quelconque de sa part. Ce qui n’empêche pas à Wade de faire de ces chantiers une épée de Damoclès suspendu sur la tête de son ancien Premier ministre. Avec les chantiers de l’Anoci, les Sénégalais ont assisté à une tentative de disculpation de la part du président de la République d’un fils biologique en mettant en avant l’argument selon lequel, il n’est ni ordonnateur des dépenses ni administrateurs des crédits.  
En essayant de disculper Karim Wade tout en utilisant les mêmes arguments auxquels Idrissa Seck s’est prévalu pour démontrer son innocence dans l’affaire des chantiers de Thiès, Wade-père est en train de montrer à la face du monde qu’il s’est acharné sur Idrissa Seck pour des raisons politiques.  
Aujourd’hui, il cherche à protéger son fils et, par ricochet, la tranquillité de sa famille, en mettant en avant les arguments qu’il pouvait opposer à lui-même et arrêter sa machine à injustice contre Idrissa Seck. Encore que ce dernier qui n’était ni ordonnateur des dépenses ni administrateur du crédit n’a jamais géré un budget de fonctionnement comme c’est le cas avec l’Anoci pour un montant de près 16 milliards. Idy n’a également pas été responsable d’une structure qui était maître d’ouvrage et n’a pas négocié de prêts ni reçu des dons, encore moins contribué à l’octroi à des investisseurs privés de 10 hectares de terre (de la corniche aux Mamelles) constituant une partie du domaine maritime d’une valeur estimée à 300 milliards (3) pour un investissement de 180 milliards sans une participation de l’Etat au capital ou au partage des bénéfices que les différents projets vont générer. Des privés étrangers (Sea Plazza, Sci Etoile, le groupe Al karafi…) qui ont investi le secteur de l’hôtellerie avec la facilitation et la bénédiction de l’Anoci, sans réussir à héberger un seul hôte lors du sommet de l’Oci.  
A n’en pas douter, il y a deux poids deux mesures concernant ces deux chantiers. Et ceci pour une seule et simple raison : l’un des chantiers a été diligenté par le fils biologique du président de la République et l’autre par un Sénégalais lambda qui s’était présenté comme un adversaire politique gênant pour un président qui prône une dévolution monarchique du pouvoir.  
La question qui mérite d’être posée est de savoir pour combien de temps, le fils de Wade sera-t-il protégé ? Wade le souhaite certainement, pour toujours et s’emploie à étoffer et à pérenniser son bouclier. Mais ce qu’il semble oublier est que nul n’est éternel. En voulant guider les pas de son fils vers le sommet, Wade a eu tort de lui tracer un chemin parsemé d’espèces sonnantes et trébuchantes à la saveur publique.  
Fatou DIOP fatouivon@yahoo.fr  
(1) - Pop, l’As, l’Obs du 21 mars 2008  
(2) - Pop du 21 mars 2008  
(3) - Le courrier du 3 mars 2008  
 
ENTRETIEN AVEC… Bakary Badiane, président des parents d’élèves et étudiants du Sénégal sur la crise scolaire : «Les enseignants sont responsables» 
L’éducation nationale bat de l’aile. Depuis quelques années, elle est perturbée par une série de grèves. Cette crise qui secouait au début les cycles primaire, moyen et secondaire a aussi élargi ses tentacules à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, où l’on craint une année blanche. Le président de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves et d’étudiants du Sénégal (Fenapees), Bakary Badiane, appelle le gouvernement, les enseignants et les étudiants à faire preuve de dépassement pour sauver l’année en cours.  
Aujourd’hui, une partie des enseignants est en grève pour réclamer de meilleures conditions de travail. L’éducation nationale est mise à mal par une série de perturbations. Quelle appréciation faîtes-vous de cette situation ?  
C’est une situation regrettable. Nous sommes des parents d’élèves et nous représentons l’ensemble des parents d’élèves du Sénégal. Nous sommes là pour la défense des intérêts de nos enfants, de l’école. Il arrivera des moments où nous serons obligés de parler des intérêts des enseignants. La paix scolaire n’a pas de prix. C’est dans la paix que l’on peut construire. Nous avons pensé déjà que le quantum horaire, qui est normalement de 700 heures, n’est jamais atteint, compte tenu des nombreuses fêtes, des congés, des absences régulières. S’y ajoutent maintenant des grèves répétitives, des débrayages à partir de 10 heures laissant nos enfants dans des situations incertaines, très grave parfois, des grèves totales et cela depuis octobre.  
Quand vous comptez le nombre de jours de débrayages, parce que ce sont des jours de grèves, il ne vous restera absolument rien. Alors qu’un enseignant, ce n’est pas comme le commis d’administration qui, quand il n’a pas fini son travail, le laisse là et, demain, il le reprend et continue. L’enseignant, ce n’est pas comme tel. Il a un programme mensuel, un programme annuel. C’est sur la base de ce qu’il va faire que l’enfant va être évalué. Quand le quantum horaire est sérieusement atteint par la crise comme il l’est en ce moment, il n’y a pas beaucoup de jours de travail. L’année dernière, nous avons compté dans certaines régions moins de 500 heures de cours. Imaginez ça sur 700 heures. Est-ce qu’on peut rattraper le temps perdu ? C’est la question que l’on se pose. Nous pensons que le temps perdu en matière d’enseignement ne peut pas se rattraper. Déjà 700 heures, ce n’est pas suffisant. Les pays développés ont jusqu’à 900 000 heures. Ce qui se passe actuellement ne peut pas plaire aux parents d’élèves. Pourquoi des enfants qui ont un droit à étudier ne le peuvent pas ? Et, nous qui payons les inscriptions, les fournitures, le transport, les habits. En retour, nous voulons les voir en classe. S’ils doivent être dans la rue ou s’ils doivent être dans les maisons, qui perd dans cette histoire là ? Peut-être que les enseignants ne perdent pas, parce que quand ils font la grève, ils sont payés. Je ne vois pas ce qu’ils perdent. S’ils ont eu satisfaction, ils gagnent combien de fois. Alors que nos enfants n’ont absolument rien à gagner. Au contraire, ils perdent.  
Cela a même des conséquences sur le niveau des élèves…  
(Il coupe). Bien sûr. Les enfants vont arriver à des diplômes qui ne seront pas de bons diplômes. Alors, c’est peut-être le hasard qui fera que tel va réussir. Donc, ça se ressent au niveau des Universités quand ils feront des études supérieures. L’enfant arrive bien avec son parchemin, mais sans connaissance. Nous voulons des têtes bien faites. Mais pour des têtes bien faites, il faut qu’on respecte les programmes. Il faut que les matières qui sont retenues soient enseignées. Il faut que les enseignants soient en classe et s’occupent de leurs élèves.  
Donc, les syndicats d’enseignants ne devraient pas aller en grève…  
Cela ne veut pas dire que les syndicats ne doivent pas aller en grève. Mais, nous pensons que la grève doit être l’arme ultime. C’est-à-dire quand on a utilisé toutes les cartouches, à ce moment là on peut aller en grève. Quand il n’y a plus rien. Nous avons remarqué, parfois, que ce sont des points de revendications qui n’invitent pas à une grève. Par exemple, quand les syndicalistes disent qu’il faut que le gouvernement ouvre les négociations sinon ils ne reprennent pas les classes, voilà une condition. Mais, le gouvernement a son emploi du temps. Encore que ces problèmes sont d’ordre pédagogique et social. Donc, concernent directement les ministres de l’Education, de la Fonction publique et de l’Habitat. Il faut une concertation du gouvernement pour pouvoir répondre à leur plate-forme revendicative.  
Comment appréciez-vous , donc, la plate-forme revendicative des enseignants ?  
Nous, parents d’élèves, nous n’avons pas à juger leurs points de revendications. Mais nous avons à juger des comportements et nous disons que, parfois, trop, c’est trop. Chaque chose à son temps et un peu de patience pour permettre à ce qu’on règle ces problèmes là. Moi, je fus un enseignant, quand nous faisions nos grèves il y avait au moins quatre ou cinq points de revendications et quand on obtenait satisfaction sur trois points, on arrêtait pour sauver l’année et aider nos enfants. Les deux autres points qui restaient, on les gardait pour une autre période. Ces deux points reviennent avec d’autres points de revendications. C’est ce que nous faisions.  
Mais le tout ou rien, nous pensons que ça c’est mener une bagarre qui n’a pas son nom. Contre qui ? Si c’est contre le gouvernement, où est l’enfant dans tout cela. Nous avons l’impression que le gouvernement comme les syndicalistes ne pensent pas du tout à l’intérêt de nos enfants. Et, c’est pourquoi nous les invitons à se rencontrer le plus rapidement possible. Nous avons fait ce que nous devons faire. Nous avons écrit, nous avons parlé et on n’a l’impression qu’on ne nous écoute pas. Nous invitons les deux parties à se retrouver, discuter et arrêter cette grève, avant qu’il ne soit trop tard. Les enseignants se sont mis en grève. Mais si durant tout le mois de mars, ils n’enseignent pas, qu’est-ce qui restera de l’année ? Avril et mai puis que juin c’est la période des examens. Ils vont faire leurs examens sur quoi ? Abso-lument rien.  
Alors, si on va vers une année blanche, ce sera la catastrophe. Une année blanche, c’est la catastrophe pour le pays, les enseignants et les élèves. Moi, quand j’enseignais je voulais voir mes enfants réussir. Et, pour réussir, je travaillais beaucoup, même pendant les jours fériés. Je connais des enseignants qui cherchaient à la veille des examens des marabouts pour leurs élèves. Et, je le dis à haute voix, pour qu’il y ait de bons résultats.  
Où situez vous les parts de responsabilité de chacune des différentes parties concernées par cette crise ?  
Nous avons rencontré l’Intersyndicale à plusieurs reprises. Nous les avons écoutés, nous avons pris connaissance de leurs doléances et nous nous sommes retournés vers l’Etat, nous avons dit : «Voilà les doléances des enseignants, recevez les, discutez. A l’impossible nul n’est tenu. Dites ce que vous pouvez faire et ce que vous ne pouvez pas faire.»  
Aux enseignants, nous n’avons pas manqué de leur dire de nous donner un petit moment pour que nous puissions discuter avec le gouvernement de la faisabilité de la chose. Mais, ils ne nous ont jamais suivi sur ce plan. Nous leur avons demandé une trêve pour nous permettre de le faire, en tant que médiateurs, et ils ne l’ont jamais fait.  
Quand les enseignants rencontrent le gouvernement nous ne sommes pas présents alors que nous sommes des médiateurs. Notre action est une action de prévention, de médiation, de suivi. Et, on ne peut suivre que lorsqu’on sait. On ne peut intervenir que lorsqu’on sait. A un moment donné, nous disons aux enseignants que quand même quelque chose a été fait et il faut le reconnaître. Compte tenu de cela, on devrait arrêter un peu et attendre une autre période. Quand je dis que quelque chose a été fait, je parle du problème de l’indemnité du logement qui était à 40 mille. Ils ont demandé et, finalement, l’Etat a fait un petit effort de 20 mille francs Cfa. De 40 mille on est passé à 60 mille. Et, c’est en 2006 seulement que ces enseignants ont demandé l’augmentation de ces indemnités, nous pensons quand même qu’on peut attendre un peu.  
Pour le problème de l’habitat le ministre de tutelle leur a dit : «Nous voulons vous remettre vos parcelles et nous attendons les listes.» Jusqu’au moment où je vous parle, cela fait deux mois que nous demandons ces listes en question qu’ils (les enseignants) disent avoir déposés. Mais ces listes ne sont pas à notre disposition et l’Etat dit qu’il les attend.  
Le droit au logement est un droit, mais l’augmentation de l’indemnité de logement ne peut pas être un droit. C’est une demande. Il faut argumenter. Il faut arriver à ce que le gouvernement accepte. Mais, si le gouvernement dit qu’il ne va plus payer les indemnités de logement et que tout le monde aille dans la rue, nous disons que cela c’est leur droit. Le salaire est un droit pour quelqu’un qui travaille. Mais celui qui ne travaille pas, est-ce qu’il a droit à un salaire ?  
Donc, selon vous, les enseignants sont, en grande partie, responsables de cette crise ?  
Oui, dans la mesure où ils ne veulent pas prendre nos enfants en compte. C’est là où nous les rendons responsables. Parce que les problèmes de l’école ne sont pas seulement leurs problèmes. Au moment où je vous parle, il y a combien d’écoles qui n’ont pas de toilettes, il y a combien d’écoles qui n’ont pas de clôture, il y a combien d’écoles où il manque des fournitures. Nous même nous achetons des fournitures pour les écoles, mais ces problèmes ne sont jamais soulevés par les enseignants. Jamais, et ça je vous le dis.  
Il y a beaucoup de choses qui ont été faites. Je ne suis pas un censeur, mais je dis ce que nous constatons. Compte tenu de ce qui est fait et ce qui me paraît important, nous demandons aux deux parties de faire l’effort nécessaire pour arrêter ces grèves et reprendre en main la situation de l’école. Sinon, d’ici fin mars, s’il n’y a pas travail, tout sera foutu. L’enseignement, c’est leur outil. Si on ferme l’école, qu’est-ce qu’ils vont devenir ? Il n’y aura pas d’enseignants. Et, si nous retenons définitivement nos enfants à la maison, ils seront enseignants de quoi ?  
On a l’impression que vous attendez toujours que les carottes soient cuites pour réagir. On vous entend, mais à peine…  
Non. (Il se répète trois fois). C’est-à-dire que nous avons opté de travailler dans le silence et dans le calme. C’est pourquoi, vous ne nous voyez pas, vous ne nous entendez pas dans les médias. Mais nous agissons à la base. Nous servons de médiateur. Le Premier ministre nous a reçus sur pas mal de problèmes, le ministre de l’Education la même chose et le ministre de la Fonction publique aussi.  
Le seul problème, c’est qu’il faut que ces négociations s’ouvrent. Nous travaillons sur ça. Avec quel moyen ? Aucun moyen. Nous sommes sans moyens. En tant qu’une association qui a été créée depuis 1967, ce n’est pas normal. Nous avons demandé au président de la République de nous aider à avoir, au moins, un véhicule pour pouvoir faire nos déplacements, puisque nous ne sommes pas payés. C’est un sacerdoce. Le Président nous avait promis deux véhicules. Depuis 2006, nous ne les avons pas toujours reçus. Mais ce n’est pas une raison pour nous de nous révolter, de dire que nous faisons plus rien. Nous attendons qu’il puisse le faire pour que nous puissions être plus opérationnels. Nous avions une subvention qui a été aussi supprimée, mais grâce à Dieu le Premier ministre a promis de la rétablir. Tout cela pour nous permettre de faire fonctionner notre bureau.  
Encore une fois, nous ne faisons pas de bruit. Mais nous travaillons et notre travail consiste à renouer le dialogue entre enseignants et gouvernement. Nous pensons qu’il va bientôt y avoir des solutions. Parce que nous avons entendu le président de la République parler d’Assises nationales de l’Education. Et, à ce niveau, on pourra parler de tous les problèmes de l’école.  
Cette fois-ci, les enseignants semblent beaucoup plus déterminés. Et, ils demandent à être reçus par le chef de l’Etat. La Fenapees ne devrait-elle pas, dans une perspective de résolution de la crise scolaire, mener une médiation pour pousser Me Wade à recevoir les enseignants ?  
En 2007, c’était comme ça. C’était tendu, au moment où nous pensions vraiment que ça va aller. L’Intersyndicale s’est radicalisée en disant qu’elle veut rencontrer d’abord le président de la République. Nous avons écrit au Président. Il nous a reçus et une semaine après il a reçu les syndicalistes. C’est à cette occasion qu’il a, d’ailleurs, donné les 7 milliards d’Appui ponctuel aux enseignants. Donc, c’est sur notre intervention que Me Wade a reçu les enseignants. Là aussi, nous avons pensé, en rencontrant le ministre de l’Education et le ministre de la Fonction publique que ça allait se régler. Mais on se rend compte que ça se radicalise, de plus en plus. Et, l’heure est grave. C’est pourquoi nous demandons encore -la lettre est dans le circuit- au président de la République -maintenant il n’y a plus que lui- de bien vouloir les recevoir et, certainement, trouver la solution. En dehors de Dieu, il faut le dire, c’est lui qui est là. Nous sommes dans de très bonnes dispositions pour faire en sorte qu’il puisse les recevoir, le plus rapidement possible.  
Le privé et certaines écoles travaillent. Donc, il serait malheureux que l’année soit blanche. Pour ceux-là qui travaillent, ce sera vraiment malheureux. Pour nous, il n’en est pas question. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour qu’il n’y ait pas d’année blanche».  
Craignez-vous une année invalide ?  
Bien sûr. Moi, je fus enseignant et je sais ce que c’est une année blanche. Le temps perdu est considérable. Parce que si l’ouverture des négociations est un facteur de blocage, nous allons tout droit vers une année blanche. Et, surtout si le gouvernement traîne les pieds.  
A suivre  
Mamadou DIALLO 
CHERTE DE LA VIE - En attendant un mot d’ordre : Les centrales syndicales préparent les délégués du personnel à la lutte 
Se battre pour la baisse du coût de la vie, c’est le credo des syndicalistes regroupés au sein d’une Intersyndicale. Ces derniers, qui préparent leurs bases à leur futur combat, vont se décider pour les actions de mobilisation le 15 avril prochain.  
Une grève générale est toujours d’actualité et n’est pas à écarter, si l’on en croit l’Intersyndicale des centrales composée de la Cnts (Confédération nationale des travailleurs du Sénégal), de la Csa (Confédération des syndicats autonomes), de l’Udts (Union démocratique des travailleurs du Sénégal) et de l’Uts (Union des travailleurs du Sénégal). Elle estime que le gouvernement continue à «énumérer des intentions en lieu et place d’actes concrets, au moment où tous les prix continuent de flamber». Mais, pour l’instant, l’Intersyndicale des centrales opte pour «une campagne d’information, de sensibilisation et de mobilisation avec des assemblées sectorielles et une assemblée générale de mobilisation de délégués de personnel». Cette campagne, prévue du 5 au 12 avril prochains, vise à faire des délégués des travailleurs des différentes entreprises et sociétés qui seront visitées, des porteurs de la lutte contre la cherté de la vie. Dans son nouveau plan d’actions révélé hier lors d’une conférence de presse à la maison des Travailleurs Iba Ndiaye Diadji sise à la Cité Soprim , l’Intersyndicale des centrales prévoît, également, de se retrouver à Thiès pour une «conférence publique d’évaluation» le 12 avril, avant d’évaluer les «actions de mobilisation» trois jours plus tard. Cette dernière étape sera mise à profit pour passer au peigne fin les conclusions que les différentes commissions mises sur pied, lors des négociations avec le gouvernement, devraient déposer la veille, le 14 avril 2008. L’Intersyndicale des centrales verra, dès lors, quelle attitude adopter.  
Pourquoi mener la lutte au moment où des conclusions sont attendues ? Mamadou Diouf, leader de la Csa et Coordonnateur de l’Intersyndicale, soutient : «Nous n’attendons pas de voir si le gouvernement a fait ou pas. Il faut que le gouvernement et le patronat sachent qu’il y a une ébullition et que les travailleurs sont en ordre de bataille.» A sa suite, Ibrahima Sylla de l’Udts soulignera qu’«aucune forme de lutte n’est à écarter. Parce que notre vocation, n’est pas d’accompagner le pouvoir dans le sens d’amoindrir les acquis des travailleurs» qui réclament «une option claire et des décisions fermes pour une baisse immédiate des prix, l’augmentation généralisée des salaires dans les secteurs public, privé et parapublic».  
En rencontrant le 8 janvier dernier les employeurs et les syndicats, le gouvernement s’était engagé à revoir à la baisse la fiscalité sur les salaires et les prix des denrées de première nécessité pour permettre aux populations de faire face au coût élevé de la vie. Aujourd’hui, l’Intersyndicale des centrales «constate que, non seulement le gouvernement n’a fait aucune avancée significative, mais, pire, il semble ignorer l’amplitude des hausses et le calvaire des populations».  
Face à la presse hier «la plénière des secrétaires généraux» a dénoncé un «manque de célérité» de la part des autorités. «Tout cela est inacceptable», martèle Mamadou Diouf qui rappelle, au passage, que les centrales syndicales avaient décidé «de surseoir au mot d’ordre de grève générale le 9 janvier dernier (Ndlr : au lendemain des négociations tripartites gouvernement, employeurs et syndicats) pour faire preuve de responsabilité et d’un sens patriotique que le gouvernement semble ignorer», finit-il par regretter.  
Par Simon FAYE  
TAKKU DEFARAAT SENEGAAL - Les raisons du report des Locales : Le Pds s’évite une débâcle électorale 
Le Rassemblement pour le socialisme et la démocratie/Takku defaraat Senegaal (Rsd/Tsd) n’est pas surpris du report des élections locales. Dans un communiqué de son Bureau politique tenue mardi dernier, il explique «que beaucoup de signes laissaient présager une telle attitude antidémocratique» du pouvoir libéral. «Le Pds, habitué des faits, chaque fois qu’il se rend compte que les compétitions lui sont défavorables, en a créé et entretenu les motifs depuis belle lurette. En effet, si elles se tenaient à date échue et dans les règles de l’art, ces élections verraient le Pds laminé dans la plupart des Collectivités locales du pays», se convainquent les camarades de Robert Sagna. Mais, le Rsd est plus choqué par le fait que le Parlement se soit «décrédibilisé» par les décisions impopulaires qu’on l’amène à prendre «pour faire plaisir au Pds qui y a une majorité aux pieds et mains liés».  
S’agissant de l’Organisation de la conférence islamique, le Bp du Rsd a «une lecture positive de sa tenue à Dakar» en considérant la participation des pays membres de l’Oci et non celle des chefs d’Etat. Toutefois, les camarades de Robert Sagna pensent «le véritable bilan de l’organisation est à faire par le pouvoir lui-même et l’Anoci qui en sont les organisateurs».  
Par ailleurs, le Bp appelle ses militants à mettre à profit le temps qui les sépare des prochaines élections locales, pour renforcer la massification de leur parti. A cet effet, ils exhortent les siens à acheter les cartes de membres pour faciliter la tâche aux responsables.  
Cheikh Fadel BARRO  
CARBURANT - Annonçant la fin de la pénurie : Samuel Sarr voit des stations bien achalandées 
Le ministre de l’Energie, Samuel Sar, a annoncé l’arrivée, hier, d’un bateau de 5 000 m3 pour mettre fin au calvaire des automobilistes qui peinent depuis quelques jours à se procurer du carburant. Selon lui, cette situation était due à «l’arrêt métal» de la Sar.  
«Ce n’est pas une pénurie, mais plutôt une rupture de stock.» C’est à ce jeu de sémantique que s’est livré, hier face à la presse, le ministre de l’Energie, en réaction aux difficultés des automobilistes et autres piroguiers incapables de trouver du carburant, depuis quelques jours. Entouré du directeur général de la Société africaine de raffinage (Sar), Carmelo Sagna, du directeur général de Total, Bruno Vincent, et de son staff, Samuel Sarr justifie cette «rupture de stock», par deux raisons. Tout d’abord, la Sar était, selon lui, en arrêt métal du 23 janvier au 28 février derniers.  
Mais, aussi, la Société ivoirienne de raffinage (Sir), qui s’était engagé à livrer du carburant au «fournisseur» (sans indiquer lequel) a, dit-il, accusé du retard. Avant d’annoncer l’arrivée d’un bateau de 5 000 m3 de carburant «acheté en Europe» par Total, l’autre fournisseur, pour venir à la rescousse de l’Etat du Sénégal. Lequel bateau a accosté, indique M. Sarr, au port depuis hier matin. Un autre navire de 4 000 m3 est prévu pour «le mois prochains».  
«La situation est maîtrisée et tout va redevenir normal sur l’étendue du territoire, d’ici demain. Car la Sar a repris ses activités», assure le ministre de l’Energie.  
Sur l’«arrêt métal» de sa boîte, le directeur de la Sar explique : « La Sar , étant une industrie lourde, a besoin de s’arrêter. C’est dans ce cadre qu’une révision générale est faite tous les 5 ans, pour voir s’il y a des pièces défectueuses.» Voulant faire bonne figure face à cette pénurie de carburant, M. Carmélo soutient que la production de carburant devait reprendre en principe «la semaine prochaine». Mais, «c’est sur instruction du chef de l’Etat» que la situation a été diligentée.  
Réagissant à une corrélation qui a été faite entre le 11e sommet de l’Oci et cette pénurie de carburant, M. Sarr déclare : «Il n’y a aucun lien. Avant le sommet de l’Oci, nous avions pris nos dispositions jusqu’au 15 mars.» Avant de trouver un autre exutoire : «Par contre, il y a eu une consommation élevée de carburant lors du Magal et des Gamou»  
Quid du rôle de superviseur et de veille du comité national des hydrocarbures (Cnh) ? Son secrétaire national par intérim tente de se disculper. «Nous tenons régulièrement des réunions pour évaluer les stocks de 2 à 3 mois. Nous invitons les marketteurs et les candidats à importer du pétrole.» Un engament, à l’en croire, qui a toujours été respecté.  
Daouda GBAYA  
PSYCHOSE - Elle aurait alimenté la pénurie : La presse, bouc émissaire favori 
La presse a, décidément, bon dos en ces temps. Après la sortie du président de la République à l’encontre de la presse nationale, suivie de celle de Abdou Aziz Sy «Junior», c’est au tour du ministre de l’Energie de porter son jugement. A l’entame de son speech, Samuel Sar a accusé les journalistes d’avoir été l’«amplificateur» de cette pénurie de carburant, en créant la «psychose» chez les populations qui ont pris d’assaut les stations d’essence.  
Mais, la réplique ne s’est pas faite attendre, car un confrère va apporter un certain nombre de précision à l’endroit du ministre : «Les journalistes n’ont rien fait. Ils n’ont fait que relayer la situation qui prévaut depuis quelque temps dans le pays. Et tout le monde l’a constaté.»  
Le ministre dribble la loi du marché  
Le moment qui aura marqué, lors de la conférence de presse du ministre de l’Energie d’hier, aura été, sans doute, la question «colle» que lui aura posé Charles Faye, journaliste à l’Agence de presse ApaNews. Profitant d’une «bourde» de Samuel Sarr déclarant qu’il arrive, souvent, au Sénégal d’avoir un «surplus» de carburants qui le pousse à «exporter vers la sous-région», le confrère lui demande : «Dans ce cas, que faites-vous de la loi du marché qui voudrait que si l’offre est supérieure à la demande, les prix baissent ?» Pris visiblement de court, le ministre rétorque : «Non, ça ne marche pas comme ça.» Sans plus d’explication. Avant de lever la séance.  
Daouda GBAYA  
African Global News : Samedi 29 Mar 2008 
Sénégal | Talla Sylla : « Abdoulaye Wade a décidé de ligoter le peuple sénégalais pour livrer le pays à son fils » 
C’est un Talla Sylla, visiblement remis de ses ennuis de santé, nés de l’agression physique dont il a été victime en octobre 2003, qui s’est confié à nous. Ayant récemment retrouvé la tête de son parti qu’il avait volontairement quittée pour raison de santé, le leader de l’Alliance Jef Jel, candidat malheureux à la présidentielle de 2007, évoque dans cet entretien à African Global News, la situation politique nationale, la gestion du pays par Abdoulaye Wade, mais aussi l’entrée de son parti dans le « Front Siggil Sénégal », une coalition de l’opposition. 
AGN : Qu’est-ce justifie le retourr de votre parti au sein du « Front Siggil Sénégal » que vous critiquiez tant ? 
Nous sommes dans un contexte politique bien déterminé. Abdoulaye Wade a besoin de couvrir ses arrières. C’est ça la vérité. Wade n’a confiance en personne. Il a eu une expérience avec Idrissa Seck, il en a eu une autre avec Macky Sall avec les résultats qu’on connaît. Il n’a confiance en personne. Il a besoin de couvrir ses arrières, il ne compte que sur son fils. Les autorités actuelles ont fait énormément de choses inacceptables dans ce pays qui se révéleront au grand jour, quand elles ne seront plus là. 
Donc, pour Wade et compagnie, c’est une question de survie. Mais pour nous aussi, qui sommes des démocrates et patriotes sénégalais, c’est aussi une question de survie. Ce qui peut nous permettre de sauvegarder la démocratie et la République du Sénégal, c’est de faire face. Pour cela, il faut éviter toute démarche solitaire puisque ça n’aboutirait à rien. Sauf à faire des proclamations, faire des déclarations incendiaires, enflammées, mais qui n’auront aucun résultat. 
Nous avons fait le choix d’intégrer ce cadre qui existait déjà et, qui a publiquement annoncé sa volonté de se battre. Nous nous sommes dit qu’il faut aller dans le « Front Siggil Sénégal » avec des propositions très précises et en recevoir des autres pour essayer de mettre tout cela ensemble dans le cadre d’un plan action qui pourra nous permettre de sauver la démocratie au Sénégal. 
AGN : Comment en est-on arrivé à la situation peu reluisante que vous décrivez ? 
On ne peut pas comprendre une démocratie sans élections. Depuis que Wade est président, hormis l’élection présidentielle de 2007, aucune élection ne s’est tenue à date échue. 
Les locales de 2001 ont été reportées à 2002 avec la mise en place de délégations spéciales car à l’époque, le Ps était majoritaire dans les collectivités locales. Les élections auraient dû avoir lieu en mai 2007, on les a reportées à mai 2008 sans créer de délégations spéciales parce que c’est le Pds qui était majoritaire. La démarche politicienne est là. Elle est nette, elle est visible. 
« Une démocratie sans élections » 
A la veille des élections locales, on les reporte encore à mars 2009, sans aucune garantie qu’elles auront lieu à la date annoncée. Avant cela, les législatives qui étaient prévues en mai 2006 ont été reportées à février 2007, d’abord, et ensuite à juin 2007. Cela veut dire que l’on est dans quoi ? Une démocratie sans élections n’est pas une démocratie. La base de la démocratie c’est la volonté du peuple. Et la volonté du peuple s’exprime à travers ces élections. La Constitution est très claire sur ce point : « la souveraineté appartient au peuple qui l’exerce par l’intermédiaire de ses représentants ». Mais la Constitution ajoute « qu’aucune section du peuple, ni aucun individu ne peut s’attribuer l’exercice de cette souveraineté ». Et c’est ce qu’ils sont en train de faire. 
« Les institutions sont devenues illégitimes » 
Voyez-vous, toutes les institutions sont devenues illégitimes. Le président de la République a été élu dans des conditions contestées. Les élections législatives ont été boycottées. Nous ne les avons pas boycottées au niveau de l’Alliance Jef Jel mais pour l’essentiel, elles ont été boycottées et le peuple a boycotté ces élections. Le Sénat a été mis en place dans des conditions qui posent problème. Les 65 % choisis par le président ont été contestées. On ne peut pas comprendre la deuxième institution d’un pays qui est nommée alors qu’à côté, il y a une institution élue, par les Sénégalais. Donc, 65% choisis par le président de la République et 35% élus par des élus locaux dont le mandat a expiré depuis mai 2007. Quelle est la légitimité de telles institutions ? 
Nous sommes vraiment dans un contexte qui pose problème. C’est pourquoi, le Jef-Jel avait dit qu’il fallait s’organiser pour exiger des élections générales anticipées ». 
AGN : Une délégation de votre parti a rencontré récemment la direction de l’Alliance des forces de progrès (Afp) de Moustapha Niasse. Qu’est-ce qui motive cette démarche et à quelles conclusions avez-vous abouties ? 
C’est une concertation normale entre acteurs politiques. Surtout, si on prend en compte la qualité et la solidité des relations qui ont toujours prévalu entre l’AFP et le Jëf Jël. Nous avons rappelé les objectifs et impératifs communs aux deux formations et à tous les autres partis membres du FSS, face à la situation dans laquelle Abdoulaye Wade a plongé le Sénégal. 
Après de larges échanges et mises en commun sur le contexte économique, politique et social, nous avons abouti aux conclusions suivantes, telles que libellées dans le communiqué final : Consolider nos relations bilatérales dans le cadre d’une coopération privilégiée entre les deux partis ; 
Prendre les dispositions utiles pour que cette solidarité entre les deux partis soit horizontale et verticale ; Intégrer les éléments communs et de convergence des programmes respectifs des deux partis pour la réalisation de l’ambition commune ; Et enfin, de mettre en place un cadre de concertation régulière entre les deux partis sur les grandes questions économiques, politiques et sociales auxquelles le Sénégal se trouve confronté. 
Alerte ! La grève tue 
 
 
Ceci est une contribution d’un enseignant qui pense pouvoir se prévaloir d’une certaine expérience dans le milieu éducatif du Sénégal. Il s’agit d’une brève analyse qui a voulu surtout être lucide et qui espère servir à changer le cours des évènements.  
Les grèves menées par les enseignants du public au Sénégal font aujourd’hui régulièrement l’actualité. Les enseignants décident d’arrêter les cours, l’Etat fait la sourde oreille, ou, quand il organise des négociations, rien de vraiment significatif n’en sort. Les enfants sont, pendant ce temps, dans la rue… Et ceci est un schéma devenu tellement banal que le phénomène passe presque inaperçu.  
Mais avant tout, demandons-nous si ces grèves telles qu’elles sont conduites aujourd’hui, constituent réellement un combat au sens où l’on doit entendre ce terme. Un combat où l’on ne prend pas de coups est-il réellement un combat ? Cela revient à poser la question du risque dans cette ‘lutte’ que constituent les grèves cycliques dans le système éducatif sénégalais. Que risquent au fond les grévistes enseignants du public ? Presque rien. Les coupures de salaire ne sont souvent que des menaces en l’air ; ou, si elles s’opèrent, les sommes prélevées ne sont pas si significatives que cela. Le gréviste, de même que sa famille, ne connaît ni privation, ni désagrément direct du fait de la grève. Il n’y a pas de coups physiques à recevoir pour le gréviste, pas de risque de perte d’emploi ; aucun danger menaçant vraiment sa sécurité ou son intégrité. Alors, où sont les risques ? Il faut que l’on soit d’accord qu’un combat n’a de sens que si le combattant court réellement des risques, reçoit des coups ou perd directement quelque chose dans la bataille. Mais ici, rien de tel dans le contexte actuel des grèves d’enseignants.  
Pensons un peu à ces grèves où des ouvriers subissaient régulièrement la répression des forces de l’ordre, avec, très souvent, des pertes en vies humaines; où les familles de grévistes évoluaient constamment dans les privations du fait des conséquences de leur lutte. Pensons à la situation du gréviste de la faim ! Ce sont ces luttes-là qui sont des combats à risque.  
Mais, aujourd’hui, force est de reconnaître que l’enseignant qui va en grève pense d’abord, et souvent uniquement, à tout ce qu’il a la possibilité de faire pendant ces ‘congés’ particuliers. Toutes les courses qu’il n’a pas eu le temps de faire, parce qu’il allait à l’école, trouvent là l’occasion d’être réglées. Et on ne parle pas des cours dans le privé qui, eux, sont sacrés ! Alors, la grève serait-elle simplement une aubaine ?  
L’inconscience (?) va même jusqu’à s’abstenir d’aller au travail pour fait de grève et ensuite se rendre dans une administration (Iden, Ia, ministère…) pour solliciter un service. Peut-on solliciter les services d’une Administration que l’on a délibérément boycottée du fait de la grève ?  
Il faut que l’on se ressaisisse et accepte que les règles du jeu sont faussées dans ces grèves d’aujourd’hui. Si le gréviste n’obtient presque jamais gain de cause, alors que les conséquences néfastes pour le système s’accumulent de jour en jour, pourquoi s’obstine-t-on ? Pourquoi n’envisage-t-on pas d’autres stratégies de revendication ? Ne serait-ce pas parce que les conséquences de la grève ne touchent pas directement et immédiatement le gréviste ? Si, ni son salaire, ni son emploi, ni sa survie ou son intégrité physique ne sont directement menacés, le gréviste n’a-t-il pas tendance à évoluer sur une ‘eau dormante’ sans penser aux gouffres et tourbillons qui sont en dessous ? Les enseignants grévistes aujourd’hui pensent-ils suffisamment au niveau d’études des citoyens de demain ? Est-ce qu’on a suffisamment réfléchi au niveau intellectuel des cadres qui dirigeront le pays dans 20 ou 30 ans ?  
Aujourd’hui, personne ne se fait plus d’illusion sur le niveau intellectuel du breveté, du bachelier, du licencié, de l’enseignant en général, tous corps confondus… Et, pourtant, les grèves se poursuivent sans que cela ne semble déranger personne. On déserte les classes, on s’occupe de ses affaires personnelles ; à la fin du mois, on perçoit son salaire ; le niveau d’étude dégringole vertigineusement, et c’est très bien comme cela.  
Et l’Etat ? Oui, l’Etat dans tout cela. L’Etat, au fond, sa position est très claire, son option est faite et sa stratégie définitivement assise. Comme les travailleurs, et plus qu’eux d’ailleurs, l’Etat - ou plus exactement les personnes qui sont aux postes de direction - ne pâtissent absolument pas de la situation. Leurs enfants ne sont pas dans les écoles touchées par les grèves, leurs intérêts matériels étant déjà assurés, la situation du Sénégal dans deux ou trois décennies est le dernier de leurs soucis. Alors, ce n’est pas étonnant que les responsables laissent toujours la situation pourrir. Sinon, comment expliquer que, depuis plus de deux décennies, des syndicats d’enseignants fassent la grève sans jamais une satisfaction vraiment significative ? A peine 5 000 F d’augmentation de salaire, des protocoles d’accord jamais respectés, des années ‘vides’… Le bilan n’est pas très fameux.  
Ce que l’on ne comprend pas, par contre, c’est que les enseignants qui, eux, ont tout à perdre (à long terme il est vrai), semblent ne pas voir cela et persistent dans la situation. Jamais, l’Etat ne prendra les enseignants au sérieux pour examiner avec responsabilité leurs doléances. Le semblant de victoire récemment remporté par un groupe d’enseignants ne saurait constituer une exception ; cela ne peut être considéré comme un sens de la responsabilité de la part de l’Etat. Il s’est agi tout simplement d’une conjoncture particulière qui s’est révélée favorable aux grévistes. Il s’est trouvé que les Sénégalais qui dirigent - y compris le premier d’entre eux - ont pensé que dans ce contexte électoral, il était plus prudent de satisfaire une frange de la population qui pouvait, de par sa spécificité, constituer une menace à leurs intérêts. C’est d’ailleurs cela qui explique les avantages concédés au Cusems. Non seulement les montants n’ont jamais été atteints dans l’histoire des augmentations de salaire d’enseignant, mais leur caractère discriminatoire ne s’explique toujours pas. Ce n’est pas très reluisant, c’est triste à faire pleurer, mais c’est comme cela.  
Il faudrait quand même penser à s’arrêter, s’il n’est déjà pas trop tard ! Le droit de grève est bien reconnu par la Constitution du pays, c’est vrai. La démocratie a aujourd’hui des avancées que personne ne pense remettre en cause. Mais, de grâce, un peu de conscience et de sens de la responsabilité pour les uns et pour les autres, pour l’Etat et pour les syndicalistes. Les enfants, ces Sénégalais qui, demain, auront à diriger le pays, sont-ils en train d’être préparés à cette tache ?  
Mamadou LO En poste à l’Iden de Mbacké Maxtaar 04@ yahoo.fr  
Un enseignant Inspecteur de l’Education nationale qui a été Instituteur puis Professeur d’Enseignement secondaire  
BONNE GOUVERNANCE ET TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES COLLECTIVITES LOCALES  
L’institut Panos plaide pour une forte implication des A.N.E 
Par Abdoulaye THIAM | SUD QUOTIDIEN | samedi 29 mars 2008 
 
Douze année après l’érection des départements en région via la loi 96-06 du 22 mars 1996, le constat est qu’il n’y a toujours pas une grande implication des Acteurs non étatiques (ANE). Pour ne plus confiner ces derniers à une participation symbolique, l’Institut Panos de l’Afrique de l’Ouest (Ipao) est d’avis que le renforcement de capacités, l’utilisation efficiente des médias ainsi que les opportunités offertes par le TIC peuvent constituer des solutions pour booster la participation citoyenne en vue de favoriser une bonne gouvernance démocratique plus réelle au Sénégal. Voilà pourquoi, il a précédé mercredi dernier, à la résidence hôtelière “Le Ndiambour“ au lancement du son projet intitulé : “Consolider et élargir la communication citoyenne pour une gouvernance démocratique au Sénégal“. 
Cet atelier avait comme objectifs de procéder au démarrage officiel des activités du projet ; de partager avec les différents acteurs partenaires ; son contenu, sa philosophie ; ses objectifs, les activités prévues ainsi que les modalités de mise en œuvre ; mais aussi échanger avec eux sur la conception de la gouvernance et harmoniser avec eux le plan opérationnel. 
A cet effet, plusieurs organisateurs ont fait part de leur expérience et décliné leurs attentes sur le projet. De la Convention des Jeunes reporters du Sénégal (Cjrs) à la Commission des lois de l’Assemblée nationale représentée par le Député Seydou Guèye en passant par la Raddho , Ecopop/Enda, le Forum Civil, et différentes autres Ong et de radios communautaires sont successivement intervenus. 
En effet, c’est après un diagnostic sur le processus de reforme de la “Régionalisation“ enclenché par la loi 9-0 du 22 mars 1996 qu’il est convenu d’intégrer les acteurs non étatiques. 
L’objectif majeur de la décentralisation était de rapprocher l’administration aux administrés en vue de susciter une grande participation des populations. Malheureusement constate l’Ipao “ces dernières restent instrumentalisées aussi bien par les gouvernants que les élus locaux“. Pire “la communauté de base accède difficilement à un niveau pertinent de décisions“ estime l’Ipao qui après analyse fait remarquer que les obstacles qui empêchent la pleine participation des populations à la gestion des affaires publiques, sont de divers ordres. 
Entre autres, il relève le faible niveau de développement d’une culture de transparence dans la gestion des affaires locales ; l’accès insuffisant aux informations susceptibles de booster la participation citoyenne ; le déficit de communication entre les acteurs (…) ; le manque de synergie d’actions entre les acteurs de la gouvernance. 
La recherche de réponses à ces problèmes constitue, selon l’Ipao un des objectifs majeurs du Projet d’Appui au programme national de bonne gouvernance (Papnbg) –volet Acteurs non étatiques – sur financement de l’Union européenne dans le cadre du 9e Fed (Fonds européen de développement) qui, par le renforcement de leurs capacités d’intervention, voudrait créer les conditions d’une participation plus crédible, constructive et efficace de ces acteurs à la vie publique tel que mentionné dans l’Accord de Cotonou de l’an 2000. 
Toutefois selon l’Ipao, l’action participative des ANE, à la gestion et à la sauvegarde de leurs intérêts est tributaire de la réalisation de deux principes. D’abord, l’information qui permet à la population locale d’avoir un aperçu des questions de développement et de la lutte contre la pauvreté, le tout dans un esprit de Bonne gouvernance. Ensuite, l’accès des populations aux audiences publiques qui sont les instances fonctionnelles et opérationnelles de saisine des autorités et de prise de décisions pour la gestion autonome de leurs propres affaires. 
En définitive, pour ne pas confiner les Acteurs non étatiques à une participation symbolique, le renforcement de capacités, l’utilisation efficiente des médias ainsi que les opportunités offertes par le TIC peuvent constituer des solutions pour booster la participation citoyenne en vue de favoriser une bonne gouvernance démocratique plus réelle au Sénégal. 
Que va faire le concret ?  
vendredi 28 mars 2008  
NETTALI - La grande question de Lénine revient comme une antienne pour les gars de la Génération du concret. Que faire ? Le sommet passé, il y a comme un grand vide existentiel, médiatique et surtout politique autour de l’affaire qui a tenu en haleine le pays depuis la réélection de Gorgui en 2007 : Karim Wade et le pouvoir ! 
Les élections locales ont été reportées, l’Anoci n’a plus sa raison d’être. Un peu comme l’image du footballeur qui reste perclus sur le rond central après une séance perdue de tirs aux buts en finale d’une grande compétition. Mieux ou pire, c’est selon, les médias, dans leur globalité, rendent ces derniers temps l’image d’un groupe qui a un excellemment bien réussi à se trouver une attractivité. 
Jeudi soir nuit, sur Canal Infos, le journaliste Madior Sylla (membre de la cellule de com’ de l’Anoci) était en débat avec le politologue-polémiste Abdoul Aziz Diop. L’info ? D’abord, un besoin de justification après plusieurs accusations dans les télés, radios et journaux émanant de gens qui ont pignon sur rue à propos de masses d’argent indûment dépensées. Comprenne qui pourra ! 
Dans tous les cas, les thuriféraires de la fameuse "génération" sont dans une position défensive, même si le fils du président dévoile, pile après pile, ses batteries. Sa dernière sortie dans la banlieue dakaroise, à Guédiawaye, à la veille du sommet de l’Oci, a été grandement relayée par les médias. 
Une réflexion que d’aucuns pourraient trouver bête : Wade père a dit récemment sur les ondes de la Rts , lors de sa mémorable sortie contre les journalistes, que « pour devenir célèbre, il faut s’en prendre à des gens célèbres ! » Soit. Mais pour faire de la politique, au sens premier du terme, il faut savoir créer du rêve. Or, que proposent les mecs du "concret" sinon installer Rimka, comme l’appelle "Le Populaire" dans ses « Off », au pouvoir ? Certes, en face, l’opposition ne propose rien, -à part la marche annoncée du 27 avril - mais les médias ne rendent rien à propos d’un projet qui ferait que les Sénégalais (des gens indépendants de nature et par nature) se jettent à l’eau du "concret" comme des milliers de jeunes le font dans des pirogues pour rallier l’Espagne. 
Ce qui est concret, et que les médias rendent bien, c’est bien la pénurie qui sévit au Sénégal. Pénurie de carburant et hausse des prix des denrées de première nécessité ont fait les choux gras de la presse ces derniers temps. Normal, pour rien avoir à se mettre sous la dent, et en attendant de préparer leur Certif’d’études primaires, comme le leur a suggéré Me Wade, les journalistes reviennent aux fondamentaux de leur profession. Ils s’intéressent à ce qui intéresse leurs lecteurs. La loi du "mort-kilomètre" : plus des choses vous sont proches, plus les médias que vous lisez doivent s’y intéresser. 
De fait, sans élections en vue, sans fait politique majeur (Talla Sylla a rejoint « Siggil Sénégal » ; mais bon Le Matin y voit juste un « Mariage de raison à l’issue incertaine »), sans de compétition sportive majeure surtout footbalisitique de nos "Lions de la véranda", pour titiller l’orgueil national, sans de grands faits-divers, l’on l’est revenu à des choses toutes simples. Et opératoires. 
Une chose qui ne saurait être passée sous silence est sans doute la mort de Thierry Gilardi, grand journaliste sportif passé de Canal Plus à Tf1. Sans complexe, citons notre confrère hexagonal « Libération » : "Au bout de la minute de silence qui a ouvert mercredi la rencontre France-Angleterre, commentée par Christian Jean-Pierre et Arsène Wenger (mais sans Jean-Michel Larqué, trop affecté), que restera-t-il de Thierry Gilardi, mort mardi des suites d’un infarctus à 49 ans ? Une voix, certainement. Qui ronfle, enfle et vrombit sitôt que les footballeurs approchent la surface de réparation, s’éraille lors d’un but national et grimpe dans des aigus de soulagement quand le tir étranger rate la cage française. La voix de Gilardi et en même temps ses yeux : bleus, écarquillés, comme si le foot, définitivement, n’était qu’un truc de gosse". Sans commentaires. 
Moins tristounet. C’est connu, les mardis soirs sont l’heure des diffusions de productions théâtrales sur la Rts. On a tous en mémoire les fameux « Au Théâtre Ce Soir » que diffusait Antenne 2 qui ne s’appelait pas encore France 2. Chez nous, de grandes troupes (Daaray Kocc et Jamonoy Tey) ont été lancées grâce aux grands taux d’écoute de ces soirées. Mais il y a mieux. Mardi dernier, le Triangle Sud a diffusé en "prime time" un must de la production littéraire sénégalaise : « L’Exil d’Alboury », une pièce écrite par Alioune Badara Bèye et jouée (en juillet 2005) par la talentueuse troupe de Sorano ; une scène d’une brûlante actualité qui peut renseigner sur les travers actuels de la société sénégalaise. 
Toujours sur la Rts , un décapant documentaire intitulé « Naatal » et réalisé par Samba Félix Ndiaye et François Langlois sur le photographe Touré Mandémory. On y voit toutes les difficultés de la collecte de l’information. Le reportage est le genre majeur du journalisme. Tout bon reporter doit vivre de tribulations, souvent corsées, pour avoir de « l’élément », comme aiment à dire les journalistes dans leur jargon. Superbe reportage- en pays Bedik et Bassari, dans le sud-est du Sénégal, à presque 700 Km de Dakar. Le photographe dit à la télévision : « A côté des misères qu’on montre, il y a une Afrique qui vit ! ». Il n’y a pas photo entre la lucidité de cette réflexion et certaines hérésies... 
Tenez, on va vers le 4 avril, fête nationale attractive. Au-delà de sa dimension historique - l’indépendance du Sénégal - , ce jour est marqué un grand défilé civil et militaire. Journal télévisé de jeudi dernier sur la Rts : le proviseur du lycée Kennedy, où sont pensionnaires les fameuses majorettes, révèle qu’elle n’a pas reçu la subvention nécessaire à l’achat de tout l’attirail nécessaire à la perpétuation de la tradition : tenues courtes, bottes, socquettes. Il n’est jamais trop tard pour ça. Alors bine-bine. Honni qui pense à la fameuse ceinture de perles... 
 
CORRUPTION : Un phénomène réel au « coût non négligeable » 
 
Si L’Etat a manifesté sa volonté de la combattre en mettant en place une commission, elle n’en reste pas moins une réalité incontournable. 
“ La corruption contribue à accroître les coûts d’opération des firmes au Sénégal. Elle est citée par environ 40% des chefs d’entreprise du secteur manufacturier et environ 39% de ceux opérant dans les services comme un problème critique ou majeur. Le phénomène a un coût non négligeable. ” Dixit le rapport des enquêteurs de l’Eci. Tout en se félicitant de la mise en place de la Commission nationale de lutte contre la corruption et la concussion (Cnlc), créée en mai 2004, “ un signe de la prise de conscience du problème ”, le rapport souligne l’inexistence, au niveau du ministère de l’Economie et des Finances, d’un dispositif particulier de lutte contre la corruption. 
Si la perception de la corruption au Sénégal par les chefs d’entreprise interrogés est très élevée d’après les conclusions de l’enquête (39,9%), elle exprime une situation moins catastrophique que celle du Kenya où le phénomène n’est pas loin de la pandémie (73,8%). Cet indice est estimé à 30,2% en Ouganda, à 23,7% en Turquie et à 22,4% en Chine. Que ce soit pour une connexion téléphonique ou électrique, un raccordement à l’eau, un permis de construire, une licence d’importation ou encore une licence commerciale, les chefs d’entreprise interrogés estiment, à des degrés différents, qu’il y a une contrepartie dont il faut s’acquitter sous forme de “ paiement informels ”. Les statistiques établies par l’Eci révèlent que pour les contrats avec l’administration, les cadeaux ou “ paiements informels ” constituent globalement 6,5% de leur valeur. “ Toutefois, la corruption n’est pas forcément un phénomène à sens unique et l’administration n’est pas la seule en cause. Bien que les activités de lobbying ne soient pas au sens propre des actes de corruption, la frontière demeure toutefois floue dans certains cas ”, précise le rapport. Pour défendre leurs intérêts, les entreprises n’hésitent pas à user de moyens peu avouables pour parvenir à leurs fins ; environ 8,5% des patrons interrogés reconnaissent “ avoir tenté d’influencer directement la formulation des lois et règlements en leur faveur sur l’échantillon manufacturier. La proportion est bien supérieure pour les firmes étrangères (Ndlr :17,1%) et les firmes de grande taille (Ndlr :35,9%) cumulées avec celles de très grande taille ”, révèle l’enquête. 
La rénovation du cadre législatif et réglementaire de lutte contre la corruption ainsi que le renforcement des dispositifs de contrôle interne avec notamment “ l’instauration d’un audit interne de la gestion des administrations et départements clés et externes par la Cour des comptes ainsi que la large diffusion de leurs conclusions ” sont préconisées au terme de l’enquête. En outre, l’Eci demande “ la mise en place de mesures microéconomiques sur suggestion du Cnlc permettant de limiter les possibilités de corruption. Ainsi, certains emplois devraient être frappés d’une impossibilité pour un fonctionnaire de rester en poste au-delà d’une limite de temps précise. “ Il est, par exemple, possible de généraliser la pratique de la direction générale des Douanes qui change automatiquement de poste son personnel tous les trois ans ”, estime l’Eci. La prise de “ sanctions/pénalités fortes effectivement appliquées en cas de corruption avérée, quel que soit le rang hiérarchique des personnels en cause ” ainsi que des “procédures de publication du patrimoine personnel des fonctionnaires de haut rang ” complètent la panoplie de recommandations du rapport dans ce domaine. 
CORRUPTION : Un phénomène réel au « coût non négligeable » 
 
Si L’Etat a manifesté sa volonté de la combattre en mettant en place une commission, elle n’en reste pas moins une réalité incontournable. 
“ La corruption contribue à accroître les coûts d’opération des firmes au Sénégal. Elle est citée par environ 40% des chefs d’entreprise du secteur manufacturier et environ 39% de ceux opérant dans les services comme un problème critique ou majeur. Le phénomène a un coût non négligeable. ” Dixit le rapport des enquêteurs de l’Eci. Tout en se félicitant de la mise en place de la Commission nationale de lutte contre la corruption et la concussion (Cnlc), créée en mai 2004, “ un signe de la prise de conscience du problème ”, le rapport souligne l’inexistence, au niveau du ministère de l’Economie et des Finances, d’un dispositif particulier de lutte contre la corruption. 
Si la perception de la corruption au Sénégal par les chefs d’entreprise interrogés est très élevée d’après les conclusions de l’enquête (39,9%), elle exprime une situation moins catastrophique que celle du Kenya où le phénomène n’est pas loin de la pandémie (73,8%). Cet indice est estimé à 30,2% en Ouganda, à 23,7% en Turquie et à 22,4% en Chine. Que ce soit pour une connexion téléphonique ou électrique, un raccordement à l’eau, un permis de construire, une licence d’importation ou encore une licence commerciale, les chefs d’entreprise interrogés estiment, à des degrés différents, qu’il y a une contrepartie dont il faut s’acquitter sous forme de “ paiement informels ”. Les statistiques établies par l’Eci révèlent que pour les contrats avec l’administration, les cadeaux ou “ paiements informels ” constituent globalement 6,5% de leur valeur. “ Toutefois, la corruption n’est pas forcément un phénomène à sens unique et l’administration n’est pas la seule en cause. Bien que les activités de lobbying ne soient pas au sens propre des actes de corruption, la frontière demeure toutefois floue dans certains cas ”, précise le rapport. Pour défendre leurs intérêts, les entreprises n’hésitent pas à user de moyens peu avouables pour parvenir à leurs fins ; environ 8,5% des patrons interrogés reconnaissent “ avoir tenté d’influencer directement la formulation des lois et règlements en leur faveur sur l’échantillon manufacturier. La proportion est bien supérieure pour les firmes étrangères (Ndlr :17,1%) et les firmes de grande taille (Ndlr :35,9%) cumulées avec celles de très grande taille ”, révèle l’enquête. 
La rénovation du cadre législatif et réglementaire de lutte contre la corruption ainsi que le renforcement des dispositifs de contrôle interne avec notamment “ l’instauration d’un audit interne de la gestion des administrations et départements clés et externes par la Cour des comptes ainsi que la large diffusion de leurs conclusions ” sont préconisées au terme de l’enquête. En outre, l’Eci demande “ la mise en place de mesures microéconomiques sur suggestion du Cnlc permettant de limiter les possibilités de corruption. Ainsi, certains emplois devraient être frappés d’une impossibilité pour un fonctionnaire de rester en poste au-delà d’une limite de temps précise. “ Il est, par exemple, possible de généraliser la pratique de la direction générale des Douanes qui change automatiquement de poste son personnel tous les trois ans ”, estime l’Eci. La prise de “ sanctions/pénalités fortes effectivement appliquées en cas de corruption avérée, quel que soit le rang hiérarchique des personnels en cause ” ainsi que des “procédures de publication du patrimoine personnel des fonctionnaires de haut rang ” complètent la panoplie de recommandations du rapport dans ce domaine. 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 1.04.2008
- Déjà 5056 visites sur ce site!