ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

DELESTAGES Un été chaud et noir

L’OBSERVATEUR : 
 
LA SENELEC LOIN DE REGLER LES DELESTAGES Un été chaud et noir 
 
Article Par FATOU BINTOU K. NDIAYE ,  
Paru le Vendredi 19 Juin 2009 
 
Les Sénégalais risquent de vivre un été encore et vraiment chaud cette année. D’après les prévisions des travailleurs de la Société nationale d’électricité, les délestages sont loin d’être réglés. Si l’Etat du Sénégal continue cette politique de népotisme au sein de cette structure.  
Les travailleurs de la Société nationale d’électricité ont fait face à la presse hier. C’était l’occasion pour eux de crier au scandale et prédire un été d’enfer pour les Sénégalais. Car les délestages sont loin d’être réglés et les coupures d’électricité risquent de reprendre de plus belle, si le gouvernement continue cette politique hasardeuse de production de combustible. Selon les camarades de Aby Dieng Fall, secrétaire général du syndicat des travailleurs, la Sénélec traverse une profonde crise tant en trésorerie qu’en production. Selon eux, jusque-là, toutes les politiques menées n’ont pas permis à la Sénélec de sortir la tête de l’eau.  
En effet, selon les travailleurs, la Sénélec doit environ deux milliards à Total et se permet de payer un combustible sur le marché international à des coûts plus chers. Ce qui explique, selon les travailleurs, le surcoût de 400 millions pour le trimestre 2008. «Alors que des principes de transparence voudraient qu’un appel d’offres soit lancé avec des quotas précis pour les distributeurs», estime Mme Fall. Elle estime que la libéralisation ne signifie pas la promotion de l’informel ni du gré à gré.  
Toutefois, les travailleurs fustigent la seule responsabilité de l’exploitation des nouvelles centrales de la Sénélec à la société «Watsila» à raison de 213 millions par mois, nonobstant la prise en charge des frais du personnel. Pis, selon Mme Fall et Cie, la Sénélec s’évertue à une politique de mise en réserve froide de certaines de ses unités prétendument obsolètes et non rentables à chaque fois qu’une nouvelle centrale voit le jour. Et il est inconcevable, selon les travailleurs, que le contrat de concession entre l’Etat et la Sénélec oblige cette dernière à confier la gestion des nouvelles centrales à des privés, alors que la Sénélec dispose de ressources humaines ayant une expertise avérée. Toujours dans leur réquisitoire, les travailleurs de la Sénélec dénoncent les politiques tatillonnes de la société qui ne permet plus un recouvrement correct de leurs créances ni de juguler la vaste fraude.  
D’ailleurs, pour eux, il est temps de faire face aux politiques pernicieuses et nocives appliquées dans le secteur de l’énergie.  
COMME PRÉALABLE POUR LE DIALOGUE AVEC WADE Benno brandit les conclusions des Assises nationales 
 
Article Par Latir MANE ,  
Paru le Vendredi 19 Juin 2009 
 
La rencontre d’harmonisation des positions des partis membres de la coalition Benno Siggil Senegaal, sur l’invitation au dialogue de Me Wade, a eu lieu hier chez Amath Dansokho. En présence de toute la presse sénégalaise, y compris la Rts, les leaders de cette large coalition de l’opposition, veulent définir d’abord un contenu, un schéma et un format du dialogue, mais aussi une position sur le «sort qui sera réservé aux conclusions des Assises nationales».  
La question de l’application des conclusions des Assises nationales a été agitée à plusieurs reprises. Car le président de la République, Me Wade, et les leaders de partis de la mouvance présidentielle n’ont pas pris part à ces rencontres. Mais, l’invitation au dialogue politique que Me Wade a adressée à la coalition Benno Siggil Senegaal constitue une opportunité pour les organisateurs des Assises nationales. Et cette coalition de l’opposition compte saisir cette opportunité. Les leaders l’ont décidé hier lors de leur rencontre hebdomadaire. Par la voix de M. Madièyna Diouf, porte-parole du jour, les leaders de Benno Siggil Senegaal ont fait savoir que l’opposition n’a jamais refusé de dialoguer avec le président. Mais ils souhaitent qu’il y ait «un contenu, un schéma, un format et une précision sur le sort à réserver aux conclusions des Assises nationales» pour la tenue d’un dialogue.  
La question de l’invitation au dialogue de Me Wade a été l’unique point inscrit à l’ordre du jour de la rencontre d’hier. A ce propos, les leaders de Benno vont adresser une lettre à Me Wade. Mais auparavant, Benno va envoyer à Amadou Mactar Mbow et au bureau des Assises nationales un comité ad hoc composé de leaders de l’opposition. Benno veut prendre contact avec ces personnes avec qui elle vient de finir de dialoguer, pour voir quel discours tenir devant Wade. Déjà Benno Siggil Senegaal a estimé que, pour l’intérêt du Sénégal, ce dialogue ne doit pas être politique. Ça ne doit pas se limiter entre le pouvoir et l’opposition, mais il doit être un dialogue national, avec la participation des politiques, de la société civile et des autres acteurs de la société sénégalaise. Madièyna Diouf a tenu à préciser, hier, que pour l’instant c’est la position qui a été adoptée par l’ensemble des partis membres de Benno Siggil Senegaal. Et que la réponse sera connue lors de la prochaine rencontre de la conférence des leaders de Benno Sigil Senegaal.  
LE QUOTIDIEN : 
Faisons de Abdoulaye et de Karim Wade des ennemis politiques. 
La vision aveugle du Président vient d’être encore une fois démontrée par son obstination. Dans son discours du 3 avril, il nous affirmait qu’il avait compris le message des urnes. Nous commencions à espérer qu’il avait enfin compris que les Sénégalais avaient rejeté son dessein monarchique et qu’ils ne souhaitaient pas voir un autre Wade à la place du Wade actuel. Même pour gérer la mairie du Point E, ils n’en voulaient pas. La pensée déficiente du Président peut se résumer en ces termes : «Vous ne voulez pas de Karim qui est le meilleur d’entre vous, moi, je veux de lui et par mes pouvoirs de nominations, j’en fais le second personnage de l’Etat formellement en le nommant ministre d’Etat chargé de la Coopération internationale, de l’Amé-nagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures avec plus de pouvoir que le premier des ministres Souleymane Ndéné Ndiaye.» C’est cette posture de la vengeance et de la rancune qui se révélera de tous les dangers. En effet, l’homme le plus diplômé du Caire au Cap ne peut pas concevoir qu’avec tout ce qu’il fait ou plutôt défait pour les Sénégalais, ces derniers osent remettre en cause son choix de nous fourguer son rejeton. A la veille de la grande débâcle électorale, Karim déclarait pompeusement qu’il n’a jamais perdu de sa vie, nous attendons toujours qu’il nous dresse la liste de ce qu’il a gagné. Tout ce que nous savons de lui, c’est qu’il est le prototype le plus achevé d’un fils à papa et il le demeure, bien qu’étant quadragénaire. Cette limite suffit amplement pour en faire le plus illégitime des prétendants à la succession du vieillissant Président. 
Ceci étant dit, nous appelons à un changement d’abord au niveau lexical puis au niveau symbolique pour une issue victorieuse de la confrontation opposant le Sénégal au clan des Wade et à leurs nombreux courtisans. Leur réussite étant notre perte, l’opposition doit se départir du jeu du caméléon l’ayant si souvent caractérisée. Nous ne sommes plus dans l’adversité politique où il faut bien respecter une certaine bienséance. Abdoulaye et Karim Wade sont nos ennemis politiques, ainsi considérés, il faut œuvrer sérieusement à leur mort…politique. Dans ce combat à mort, la symbolique politique prend toute son importance. Dans cette optique, j’en veux profondément à Khalifa Sall, le nouveau maire de Dakar. A mon avis, il n’a pas encore compris qu’il n’est pour le moment qu’un maire par défaut et non par adhésion. Il reçoit un coup de fil de félicitations de Karim après son élection, cela se comprend parce que ce dernier est le perdant et qu’il le lui doit bien, parce qu’il faut le reconnaître vous (la classe politique) avez pleinement participé à la réussite de la tragicomédie autour de la disparition de Aïda Marème Karine Wade. En revanche, la décence politique permettait-il au maire de Dakar de féliciter à son tour Karim ministre d’Etat ? Pendant toute la campagne électorale, Khalifa Sall et le Ps nous ont mis en garde contre une victoire de Karim Wade qui le mettrait dans une situation propice pour succéder à son père. Voilà que son père de Président lui octroie par son pouvoir discrétionnaire un super ministère avec beaucoup plus de pouvoirs que le maire de Dakar. Comment doit-on comprendre alors la lutte pour la sauvegarde de la République quand l’accession à une parcelle de pouvoir adoucit comme par magie le discours guerrier tenu à l’endroit de Karim quelques temps auparavant ? On peut se permettre d’avoir ce même ressentiment à l’endroit de Ousmane Tanor Dieng qui, lorsque Wade le traite de géomètre de bas de gamme, lui répond avec toute la diligence nécessaire pour lui rappeler son parcours universitaire chaotique. Cependant, lorsque ce même personnage lui décerne le titre de républicain, il apprécie silencieusement ce titre indu. Une réaction de sa part serait bienvenue pour montrer à ce Président que ce rôle est strictement réservé aux républicains et que les «rue publicains» en sont exclus. 
Cette reformulation des rapports politiques implique également de repenser la question du leadership au sein de l’opposition politique et sociale d’une manière générale. Nous entendons par leadership la capacité d’une personne à avoir une lecture politique intelligente permettant de ne pas rater le passage du train de l’histoire qui emportera ce régime. Attendre 2012 serait suicidaire, car la situation dramatique du Sénégal ne saurait respecter un calendrier électoral que Maître Wade a fini de décrédibiliser depuis fort longtemps. Avec un régime finissant, être sur la défensive et laisser aux Wade l’initiative serait la meilleure manière de perdre la face. Le dépeçage de la République ne peut plus être limité par une bataille politique formelle, il nous faut rapidement inventer une nouvelle manière de combattre les Wade pour abréger la souffrance des Sénégalais qui ne sont pas invités à la table de ripaille de l’Alternance. L’opposant qui saura porter les frustrations des populations et capitaliser la vacance du pouvoir prendra une avance considérable sur ses concurrents potentiels, car 2012 ne relève pas du dogme mais d’une extrême relativité. 
 
Arona BATHILY -Gatineau / Arona.bathily@gmail.com 
Position du Cercle de réflexion et d’action socialiste. 
Les cinq conditions d’une participation  
Par Amadou MBODJI 
Réagissant à l’appel lancé par le Président Wade à l’opposition, le Cercle de réflexion et d’action socialiste (Ceras) brandit cinq points sur lesquels devrait s’articuler la discussion entre les deux parties. Ceux-ci concernent «les conditions d’organisation d’élections législatives anticipées», car «l’Assemblée nationale doit refléter la topographie politique du pays», «le partage du pouvoir avec un numéro deux de l’exécutif, dont le choix revient à l’opposition». Mais aussi, «la coopération entre Collectivité locale et le pouvoir exécutif, la coopération entre Collectivité locale et pouvoir judiciaire pour l’audit de certaines municipalités», (comme Dakar et Diourbel) et enfin, «la clarification au sujet de la provenance des fonds pour l’Organisation de la conférence islamique» ; donc, audit de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (Anoci).  
Pour Babacar Touré qui vit en Suisse et qui est le coordonnateur du Ceras, «si tel ne devait pas être le cas, nous nous verrions dans l’obligation de mener une campagne d’information au plan international». Et d’ajouter : «Dans une démocratie, le pouvoir revient au peuple et le peuple depuis le 22 mars, c’est l’opposition.» 
amadoumbodji@lequotidien.sn  
 
 
DROIT DES IMMIGRES BAFOUES: dirigeants complaisants? 
“kan j'ai vu ça j tellement pleuré... c comme si je connaissè le gars!!!! je ne peux pas imaginer k'en ce millènaire on arrive encore à traiter l'étre humain de cette façon, c seulement scandaleux!”, c ommente une Sénégalaise sur un forum.  
 
 
On a tous ressenti la même peine que cette dame quand on a vu cette vidéo terrible d’un immigré sénégalais ligoté et bâilloné par des policiers espagnols à l’aéroport de Madrid. Son seul crime est d’être un sans papier. Cela n’est qu’une petite partie de ce que vive les immigrés sénégalais dans les pays occidentaux.  
L’Etat a le devoir et l’obligation de défendre les Sénégalais où qu’ils soient sur terre. Mais au lieu de cela, il est le premier à leur compliquer la vie avec des tracasseries administratives à n’en pas finir. Combien d’immigrés ont vu leurs permis de séjour ou de travail non renouvelés parce que l’Etat était incapable de leur fournir un passeport? Combien d’entre eux ont perdu leur boulot à cause de ces problémes de passeport? Combien d’entre eux pensent se tourner vers nos représentations diplomatiques pour solliciter un soutien quand ils sont confrontés à des problèmes de racisme, de tracasseries administratives, de difficultés financières ou de problémes de santé? Qu’est-ce que nos représentations diplomatiques savent de leurs conditions de vie, de leurs difficultés, de leurs projets? QUE DALLE. Et pourtant la mission d’un consul ou d’un ambassadeur ne se résume pas à délivrer des papiers administratifs ou à assister à des soirées mondaines.  
Nos dirigeants ont signé, avec des pays Européens, des accords de rapatriement, moyennant des sommes d’argent minables qui ne servent qu’à remplir leurs comptes bancaires. Pour nous embarquer dans leurs plans, ils nous servent l’argument selon lequel ces signatures vont permettre aux jeunes d’aller travailler en Espagne; aux hommes d’affaires, artistes et étudiants d’obtenir facilement un visa français; aux étudiants sénégalais en France d’obtenir de petits boulots chez Mc Donald; aux jeunes diplômés de travailler en France pendant trois ans histoire d’acquérir de l’expérience. C’est bien tout ça. Mais depuis la signature de ces accords, où sont les contrats promis par les Espagnols? Est-il plus facile aujourd’hui pour un Sénégalais d’avoir un visa français? Les étudiants sénégalais vivent-ils mieux en France depuis lors? Quel est le pourcentage réel de Sénégalais ayant obtenu la carte de séjour compétence et talent par rapport aux objectifs fixés par l’accord avec la France?  
Nos ONG, qui ne vivent que grâce à l’Etat et à l’Union européenne, ferment les yeux sur le traitement réservé à ces immigrés dans leurs pays d’accueil. C’est totalement absurde de les voir défendre avec ardeur la cause palestinienne, le mandat d’arrêt international contre Béchir, le droit à l’homosexualité, alors que juste sous leurs yeux des compatriotes sont victimes de racisme, de tracasseries, de violence physique et morale, d’assassinat et j’en passe.  
Il est clair que les immigrés sénégalais ne peuvent que compter sur eux-même. A mon humble avis, ils ont les moyens de se défendre efficacement, car ils représentent une force financière et électorale non négligeable. S’ils sont unis, c’est-à-dire s’ils pensent d’abord à leurs intérêts communs et dépassent leurs clivages politiques, ils représentent une force de pression énorme sur nos gouvernants.  
Combien de personnes au Sénégal sont entretenues en vivres, habits et bijoux en or par des immigrés? Combien de maisons et de terrains appartiennent des immigrés? Combien de personnes se soignent avec l’argent des immigrés? Combien d’emplois les immigrés ont-ils créé dans ce pays? Combien d’écoles, de dispensaires, de routes, de forages, ont été construits grâce à leur argent?  
Selon la Banque Africaine de Développement (BAD), en 2005, le montant global des transferts d’argent des immigrés vers le Sénégal était estimé a 823 milliards de FCFA soit 19% du Produit intérieur brut (PIB). Pour rappel, le PIB est un indicateur économique qui mesure le niveau de production d'un pays. Il est défini comme la valeur totale de la production interne de biens et services dans un pays donné au cours d'une année donnée par les agents résidant à l’intérieur du territoire national. C'est aussi la mesure du revenu provenant de la production dans un pays donné.  
Tantôt, je disais que les immigrés représentent une force électorale. C’est moins vrai en terme de voix, mais en terme d’influence, ils représentent énormément. Qui n’a pas un proche à l’étranger? On sait que l’Etat ne subvient pas aux besoins en nourritures, en santé et en éducation de la population. Pour de nombreuses familles, se sont les immigrés qui le font. Pourquoi alors voter pour un candidat qui nous priverait du soutien financier des immigrés? Personnellement, si un proche parent à l’étranger me demande de voter pour un candidat qui pourrait améliorer ses conditions de vie, sans hésiter je le ferai, car il y va également de mon intérêt.  
Comme je le disais également plus haut, les immigrés doivent arrêter de compter sur l’Etat qui n’est là que pour se faire de l’argent sur leur dos. C’est à eux de mener leur combat avec le soutien des familles. Quand un immigré est victime de violence ou d’injustice dans son pays d’accueil ni les ONG, ni les familles ne protestent alors qu’elles le font pour des causes qui ne nous concernent pas directement ou pour un pauvre politicien enfermé par le régime. Comme on dit en wolof « Oudé, ni mou la guissé, la lay euwolé ». Nous sommes responsable en partie des difficultés de nos compatriotes à l’étranger.  
Aujourd’hui, avec le développement des médias et de l’Internet, on peut communiquer, dénoncer, s’entraider, sensibiliser, échanger des informations. Bref mener le combat pour défendre nos immigrés. Ces armes sont plus efficaces que les insultes, les machettes, les pierres et compagnies. Les pays occidentaux et nos gouvernants tiennent à leur fausse image d’ange, c’est à cette image qu’il faut s’attaquer.  
On savait tous que des immigrés se faisaient maltraiter et même tuer au cours des expulsions vers leur pays d’origine, mais le fait de l’avoir vu en image a réveillé beaucoup de gens sur cette réalité. J’ai été trés surpris de voir l’émoi et les réactions qu’a suscité cette vidéo, vue par des millions de gens à travers le monde en moins de 24 heures.  
Personnellement, je n’apprécie pas beaucoup nos journalistes, mais il faut reconnaitre qu’ils sont parmi les rares personnes qui se soucient du sort des immigrés avec des reportages, des émissions télé et radio, mais aussi en dénonçant leurs conditions de vie à travers les journaux, les sites et portails web. Ils doivent redoubler d’effort. Chacun de nous doit faire de son mieux et selon ses moyens pour défendre ces braves gens. Il est injuste qu’ils nous mettent dans le confort alors que nous les regardons se noyer dans un océan de solitude et de haine.  
Amadou Mahany Cissé Diplômé en Etudes Stratégiques et Politiques de Défense. 
mahany1sn@yahoo.fr  
 
 
 
 
NOUVEAU MEDIATEUR DE LA REPUBLIQUE : Serigne Diop face aux dossiers du foncier. 
la tête de la Médiature de la République, le professeur Serigne Diop fera face à de «pressants dossiers», notamment, ceux liés au foncier.  
 
 
Le nouveau Médiateur de la République, le professeur Serigne Diop, a officiellement pris fonction, hier. Il sera contraint d’urgence de faire face à des dossiers difficiles, notamment ceux qui sont liés au foncier et aux domaines. Le Médiateur de la République sortant, Doudou Ndir, pense qu’il s’agit, là, des tâches urgentes auxquelles Serigne Diop doit s’attaquer en priorité «pour y remettre de l’ordre en proposant des solutions au président de la République».  
Sur ce point, M. Ndir se dit confiant car, estime-t-il : «Serigne Diop va profiter de sa position de Médiateur de la République et de son expérience de responsable au niveau de l’Etat pour réfléchir sur l’ensemble des problèmes et proposer des solutions de sortie de crise.» Comme autre nouveau chantier, le nouvel Ombudsman travaillera à instaurer le dialogue entre l’administration et les administrés pour une véritable complicité, une compréhension. «Nous considérerons que chaque dossier est un dossier urgent et prioritaire. Nous essayerons de mériter la confiance du chef de l’Etat et de gagner l’estime de nos concitoyens, en apportant notre pierre à l’édifice», précise Serigne Diop. Il entend tâter le pool de l’ensemble de la situation pour enfin décliner, dans les prochains jours, l’action qu’il compte mener à la tête de l’institution.  
Le médiateur sortant a réussi à faire en sorte qu’il y ait une plus grande confiance des usagers en vers l’administration et que celle-ci soit consciente de ses responsabilités. Doudou Ndir soutient, cependant, que tout au long de son mandat, il a voulu placer l’institution sous le signe de la loyauté, de la justice et de la transparence. «Nous œuvrons en définitive à asseoir les conditions pour la réalisation et la consolidation d’une société réconciliée avec elle-même, confiante en son administration et en ses dirigeants», déclare M. Ndir. Mais, parmi les difficultés auxquelles M. Ndir et son équipe ont été confrontés, il y a la «réticence de l’administration à appliquer les recommandations du Médiateur de la République» qui n’ont pas une force contraignante.  
Doudou Ndir a souligné la nécessité de dialoguer de plus en plus avec l’administration. Et le Médiateur de la République servira d’interface pour amener cette dernière à bien prendre en compte le fait que le service public doit être tourné à l’avantage de l’usager et non à son détriment. «Depuis que j’ai été à la tête de la Médiature de la République, j’ai réglé plus de 3 000 dossiers. Je pense que, dans une certaine mesure, nous avons fait avancer l’Etat de droit et la démocratie», s’est réjoui le Médiateur sortant.  
Source: L'OBSERVATEUR  
« Barça, Barsax ou Baaxaat ? » « Quelle destination pour Notre Pirogue : Emigration, Naufrage ou Ressourcement ? » 
 
La perte des repères, l’angoisse devant des lendemains incertains sont parmi les états d’esprits les plus largement partagés par les sénégalais du temps présent. Le mal a pris une ampleur et une acuité telles qu’il s’impose l’ardente et urgente nécessité que notre société, dans son ensemble, s’attèle sans faux fuyants ni retards, à la recherche de ses causes ainsi que des remèdes qu’il faut y apporter.  
Faute de cette mobilisation et de cette remise en cause radicale de nos fondamentaux, aucun segment de notre communauté, nos populations au large pas plus que les élites dirigeantes modernes ou traditionnelles, ne sera épargné par les conséquences qui pourraient découler de notre irresponsable et commune démission. Cependant, ceux qui sont interpellés au premier chef par cette situation de péril, ce sont les derniers nommés, c’est à dire les élites dirigeantes, modernes et traditionnelles.  
Pour diriger, c’est elles, en effet, qui ont été investies d’espoir, de confiance et de responsabilité par notre peuple, les unes du fait de leurs savoirs, de leurs expertises modernes, et de leur désignation par le suffrage électoral, les autres en raison de leur exemplarité supposée dans l’observance des valeurs religieuses, morales et culturelles qui constituent les fondements de notre communauté.  
C’est à cette clameur d’angoisse issue de nos profondeurs que tente de répondre l’organisation de ces Assises Nationales dans lesquelles se retrouvent tous les sénégalais, populations et élites, militants politiques, syndicalistes, société civile, laïcs, religieux de toutes confessions, groupements de corporations et initiatives individuelles. A l’exception notable du parti au pouvoir et de ses alliés, tout le pays, de ses niveaux départementaux et locaux à ses populations émigrées en Europe et aux USA y prend part. Entendons-nous bien, cependant. Il ne s’agit pas de seulement jeter la pierre aux équipes dirigeantes actuelles, quoiqu’elles soient en première ligne des jets de pierre du fait de la confiance dont elles ont été investies par le suffrage des électeurs. Il s’agit, plus fondamentalement, de procéder à notre examen de conscience et à notre autocritique, élites et peuple, sur la manière dont nous nous sommes acquittés de la tâche de nous conduire et de nous gouverner depuis un demi-siècle que les étrangers qui nous colonisaient nous ont laissés à nous-mêmes. Cette autocritique n’est pas une entreprise d’autodénigrement et de flagellation. Elle est à vocation thérapeutique. Elle vise à nous guérir de notre angoisse, de notre égarement, et à nous remettre sur le droit chemin, pour la conquête d’un futur dont nous sommes capables et dignes, « yes, we can !», nous les sénégalais, et avec nous, tous les peuples d’Afrique Noire. Ce devoir de remise en cause concerne, en effet, tous les quarante six (46) pays de l’Afrique Noire. Bien des traits communs nous lient et nous vouent à un destin commun. Ces pays appartiennent à la même « classe d’âge » en quelque sorte, pour utiliser une notion connue de tous, ayant accédé à l’indépendance et à la souveraineté à la même époque, il y’a un demi-siècle. Ils partagent une même communauté de destin historique ayant tout à la fois, tous ensemble, subi la ponction démographique de la traite négrière et la marque au fer rouge qu’elle a laissée sur notre sensibilité. Ils ont tous vécu l’asservissement de la colonisation. Ils appartiennent à une civilisation orale où la parole, la palabre et le consensus, offraient souvent une alternative fiable au recours direct et primaire à la violence.  
La thérapie recherchée par l’exercice sénégalais, si elle est performante et pertinente, sera nécessaire et comminatoire à tout l’espace de l’Afrique subsaharienne.  
Pourquoi devrait-il en être ainsi, à quoi notre pays doit-il ce rôle d’éclaireur, d’ouvreur de voie ?  
Il le doit à sa spécificité, laquelle ne relève pas de l’essence mais résulte de la convergence de facteurs d’ordre géographique, démographique et historique. Il y a, dit Souleymane Bachir Diagne, « une spécificité sénégalaise qui est la suivante : si nous regardons la géographie de notre pays, nous sommes un pays Finistère, c'est-à-dire le dernier point du continent s’avançant sur la mer. Ce qui revient à dire que notre démographie a été constituée par des apports de population fort nombreuses et nous sommes au carrefour de beaucoup de cultures. Et cela donne une sorte de spécificité sénégalaise que je verrais dans le pluralisme ».  
Notre pays est en effet le lieu de convergence de populations et d’influences venant de l’espace mauritano-saharien musulman au Nord, de l’espace culturel soninké et manding, entre les bassins des fleuves Sénégal et Niger à l’Est, de l’espace guinéo-forestier au Sud, et enfin de l’espace européo-atlantique, colonisateur, porteur de valeurs de civilisation chrétienne et de modernité de type occidental.  
De la sorte, l’identité sénégalaise tire ses origines de trois sources : la culture traditionnelle du monde noir, de nature orale, les valeurs religieuses, musulmane, chrétienne et animiste, et la modernité de type occidental. De tous les pays de l’Afrique de l’ouest, le Sénégal est un de ceux qui ont été le plus précocement soumis à ces trois influences et qui a le plus longuement interagi avec elles. Il a, de ce fait, réussi le degré de conciliation, de fusion et d’appropriation le plus achevé de ces divers apports. C’est en cela que réside sa spécificité. Prenons deux exemples illustratifs, concernant son appropriation des influences religieuses, et de celles de la modernité de type occidental. Entre l’introduction de l’Islam par les Almoravides dans le Tékrour sous le règne de War Jabi au Xe siècle et l’Islam confrérique sénégalais actuel, en passant par les prédications dans tout l’ouest africain jusqu’au nord du Nigéria actuel par le Jurisconsulte Ousmane Dan Fodio et le Prédicateur jihadiste Oumar Tall du Fouta Toro, par la révolution islamique Torodo de Souleymane Bal, les enseignements de Ahmadou Bamba, de Malick Sy, de Abdoulaye Niasse et bien d’autres, on peut voir à l’œuvre à la fois une appropriation de l’Islam par les sénégalais et une inculturation de cette religion par les valeurs et les outils de la culture traditionnelle qui lui étaient compatibles. On peut observer cette inculturation aux plans de l’usage des langues nationales, des outils pédagogiques traditionnels, des étapes de la formation par classe d’âges, des règles de la gouvernance publique.  
Il est possible d’observer aussi le même processus d’appropriation, bien que ce soit à un degré moindre, de la modernité de type occidental par les sénégalais. S’agissant par exemple des règles politiques de la gouvernance citoyenne, depuis l’époque des pénétrations coloniales anglaise, hollandaise et française, depuis l’époque des Compagnies à Chartes jusqu’à l’Alternance survenue en l’an 2000, notre pays s’est initié progressivement à la représentation citoyenne et à la gouvernance pratiquées à la manière de la modernité de type occidental. Depuis les Etats Généraux de la Révolution française, l’érection de Gorée, Dakar, Rufisque et Saint-Louis en Communes de plein exercice, celle de la participation aux Assemblées Françaises des 3ème, 4ème et 5ème République de Blaise Diagne, Ngalandou Diouf, Lamine Guèye, Senghor, Mamadou Dia, et leur participation, depuis la 3ème jusqu’à la 5ème République dans les gouvernements français. C’est ce qui a permis que, s’agissant du leadership politique au Sénégal, l’Alternance survenue le 19 Mars 2000 n’a été que la 5ème, après celles qui ont vu Blaise Diagne succéder à Carpot, Ngalandou Diouf succéder à Blaise Diagne, Lamine Guèye à Ngalandou Diouf, Senghor à Lamine Guèye, Abdou Diouf à Senghor et, donc, Abdoulaye Wade à Abdou Diouf, pour son mandat à la tête du Sénégal. donne raison à ceux qui, arguant de ce que Abdou Diouf. Notre pays peut s’enorgueillir d’avoir réussi six alternances politiques en 80 ans de vie politique, dont 48 en tant qu’Etat indépendant. On lira par ailleurs, dans un des encadrés de ce rapport, de quelle manière la gestion de l’économie selon les règles du modèle occidental de la modernité a plus ou moins réussi à intégrer les règles du modèle économique et social qui a inspiré les sociétés africaines, qui met en exergue « l’importance des valeurs culturelles et sociétales dans le développement, car l’économie est ‘‘enchâssée’’ dans le social ».  
Nous voici donc parvenus à la fin d’une tentative de description du panorama de la société sénégalaise telle qu’elle a été façonnée, le long des âges, par la convergence des trois sources de valeurs fondatrices que nous avons évoquées.  
Cet édifice subtil est en danger de mort.  
La commission des Questions sociétales des Assises a tenté de procéder à l’identification de la chaîne des dangers qui menacent cet édifice, puis d’identifier leurs origines, de formuler ensuite quelques recommandations pour parer à ces dangers et enfin de proposer un cadre d’opérationnalisation de la mise en œuvre de ces recommandations.  
Nous avons retenu une douzaine, parmi les dangers majeurs identifiés. • Il y a un conflit qui s’approfondit entre les valeurs traditionnelles endogènes, culturelles et religieuses, et les valeurs globalisées.  
• De très larges segments de la population sont exclus des circuits modernes de production et de redistribution.  
• Le système éducatif en vigueur est inadéquat, faute d’avoir su concilier réalités et valeurs endogènes et modernité de type occidental.  
• Il y a une dangereuse tendance à instrumentaliser l’Etat et la Religion, au risque de déchirer la société en des factions en compétition.  
• Il y a un renversement de la hiérarchie des valeurs.  
• Pour les conduites individuelles et collectives, les repères et cadres moraux se perdent, sont brouillés ou deviennent inopérants.  
• Il est noté une propension des sénégalais à désobéir aux normes. • La gouvernance telle qu’elle est pratiquée par l’Etat postcolonial est décriée, cet Etat lui-même est contesté, contourné, suppléé.  
• Les solidarités s’essoufflent en même temps que se développent l’individualisme et les égoïsmes.  
• Est en œuvre un processus de déstructuration de la famille et d’amenuisement de son rôle.  
• On observe un déficit de solidarité agissante en dehors des groupes identitaires.  
Tels sont quelques uns des dangers. Quels en sont les origines, les causes, les responsables ? On pourrait en énoncer, de façon non limitative toutefois, de quatre sortes.  
➢ L’école et le système éducatif au sens large.  
➢ La démission parentale, à différents niveaux.  
➢ Les contrevaleurs convoyées par les leaders sociaux, culturels et gouvernementaux.  
➢ Les contrevaleurs importées via la globalisation.  
Telle est la double invasion des dangers, venus d’en haut ou remontant d’en bas, qui menacent notre société. Devant de tels défis, devons-nous désespérer ? Ce n’est pas ce que nous avons décidé de faire, nous les Sénégalais qui avons choisi d’initier et de mener à leur terme les Assises Nationales. Hommage à notre peuple !  
 
Par Cheikh Amidou Kane, Vice-Président des Assises National,  
BONNE GOUVERNANCE : Les comptes nationaux seront trimestriels d’ici 2 ans 
 
En 2008, le Sénégal a initié un projet-pilote devant aboutir à l’utilisation des comptes nationaux trimestriels. Cette initiative, qui entre dans le cadre de la Norme spéciale de diffusion des données (Nsdd) du Fmi, sera opérationnelle dans deux ans. L’atelier de présentation des résultats provisoires s’est tenu mardi à Dakar. 
Dans deux ans, les comptes nationaux annuels retraçant l’évolution de l’économie vont céder la place aux comptes nationaux trimestriels. L’annonce est faite par Babakar Fall, le Directeur général (Dg) de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). C’était mardi à l’occasion d’un atelier de présentation des résultats provisoires des comptes nationaux trimestriels du Sénégal. Notre pays s’était engagé à élaborer des comptes trimestriels. Selon Monsieur Fall, le projet-pilote, commencé en 2008, a bénéficié du soutien du Fmi, de l’Institut national français de la statistique et des études économiques (Insee), de la Direction de la comptabilité nationale du Maroc et du Projet d’appui au programme national de bonne gouvernance (Papnbg). 
Le calcul de comptes trimestriels fait parties des exigences de la Norme spéciale de diffusion des données (Nsdd) du Fmi. Celle-ci, qui est établie en mars 1996, est la norme spéciale de diffusion des données. Elle exige la diffusion dans des délais réguliers et avec une périodicité établie, un certain nombre d’indicateurs économiques dont le Produit intérieur brut (Pib) trimestriel. Ce dernier est actuellement utilisé dans des pays de l’Ocde et de l’Union européenne. Des pays asiatiques et latino-américains ont commencé aussi à l’utiliser. En Afrique, le Maroc et la Tunisie sont les pionniers. En l’adoptant, soutient Babakar Fall, le Sénégal souhaite se hisser rapidement aux standards internationaux, mais aussi assurer une meilleure cohérence dans le suivi de la conjoncture économique. 
Pour le chef de l’Unité de la coopération technique internationale à l’Insee, Alain Tranap, « l’intérêt particulier que présentent les comptent trimestriels tient essentiellement au fait qu’ils constituent le seul ensemble cohérent d’indicateurs qui soit disponible à bref délai et apte à fournir une vue globale de l’activité économique récente ». Il souligne qu’il y a « une longue route à faire » et préconise une approche méthodique, une base de données trimestrielles ou encore un partenariat avec les producteurs de données. Bakary Sacko, du volet statistique de la composante économie du Papnbg, a salué l’élaboration des comptes trimestriels du Sénégal permettant d’améliorer les produits statistiques et donner ainsi beaucoup plus de visibilité. 
Aly DIOUF(le soleil) 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 20.06.2009
- Déjà 5213 visites sur ce site!