ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Analyse sociologique des immolations.

OPINION : Analyse sociologique des immolations 
 
Aujourd’hui, le phénomène des immolations devant les grilles du Palais de la République est devenu courant, voire banal. En effet, il s’agit de cas de suicide qui exerce sur les individus un pouvoir coercitif et extérieur, et à ce titre, il peut être analysé par la sociologie. 
Ce phénomène, dont on pourrait penser de prime abord qu'il est déterminé par des raisons relevant de l'intime, du psychologique, est également éclairé par des causes sociales, des déterminants sociaux. 
Les statistiques montrent en effet que le suicide est un phénomène social normal : le suicide est un phénomène majoritaire et régulier que l'on retrouve dans la plupart des sociétés et, au sein de chaque société, les taux de suicide évoluent relativement peu. C'est la tendance au suicide dont chaque société est collectivement affligée. 
S’agissant des différents cas que nous avons connus (Bocar Bocoum, Ameth Tidiane Bâ, et même de Penda Kébé etc.), notre discipline nous recommande de chercher les causes efficientes dans la société, dans les grands ressorts de la vie collective et non dans la gouvernance politique. 
Lorsque ces ressorts fléchissent, l'homme perd toutes les raisons qu'il avait de vivre. 
Si l'individu se décourage et s'abandonne, ou bien s'il s'exaspère et tourne sa fureur contre lui-même, c'est qu'il n'a pas une femme et des enfants auxquels l'unit le double lien de l'affection et du devoir ; c'est qu'il ne trouve ni un appui, ni une règle, dans un groupe d'hommes qui acceptent les mêmes dogmes et pratiquent la même religion ; ou, enfin, c'est qu'il n'est pas distrait de ses préoccupations égoïstes, et soulevé au-dessus de lui-même par de grands intérêts politiques ou nationaux. 
Théorie paradoxale à première et même à seconde vue, car on cherche d'ordinaire dans une toute autre direction les causes du suicide. «Suicides dus au désir d'éviter l'infamie du supplice, de fuir la maladie, la souffrance, la vieillesse, de ne pas survivre à un être cher : mari, femme, enfant, ami ; de prévenir ou de laver un outrage, d'éviter l'infamie, de ne pas tomber aux mains de l'ennemi, suicides dus au dégoût de la vie, suicides accomplis par ordre» ; ajoutons : «Envie d'étonner, désir de faire parler de soi, folie, idiotie, dépression masquée !». 
Toutefois, il faut savoir que ces motifs particuliers et individuels sont des prétextes ou des occasions, mais non des causes. L'individu que rien ne rattache plus à la vie trouvera, de toute manière, une raison d'en finir : mais ce n'est pas cette raison qui explique son suicide. De même, lorsqu'on sort d'une maison qui a plusieurs issues, la porte par où l'on passe n'est pas la cause de notre sortie. Il fallait d'abord que nous ayons le désir au moins obscur de sortir. Une porte s'est ouverte devant nous, mais, si elle eût été fermée, nous pouvions toujours en ouvrir une autre. Dirons-nous donc que les malheureux qui se suicident, (Bocar Bocoum, Ameth Bâ) sont poussés vers la mort par des forces dont ils ne comprennent pas la nature, et que les motifs qu'ils se donnent à eux-mêmes pour expliquer leur geste n'entrent pour rien dans leur décision ? 
Les cas de suicide peuvent être de divers types : 
Le suicide égoïste qui intervient lors d'un défaut d'intégration : l'individu n'est pas suffisamment rattaché aux autres. La société tient les individus en vie en les intégrant. C’est comme le suicide de célibataires. Ce type de suicide correspond au cas de Bocar Bocoum. 
Le suicide altruiste : à l'inverse du suicide égoïste, le suicide altruiste est déterminé par un excès d'intégration. Les individus ne s'appartiennent plus et peuvent en venir à se tuer par devoir (les suicides dans des sectes ou dans l’armée). Ce type altruiste correspond au cas d’Ameth Tidiane Bâ, adepte du fondamentalisme Salafiste. 
Ceci pour dire, à l’instar d’Emile Durkheim, que «Le suicide varie en raison inverse du degré d'intégration de la société religieuse, de la société domestique ou de la famille, et de la société politique ou de la nation» et que la cause déterminante d’un fait social doit être cherchée parmi les faits sociaux antécédents, et non parmi les états de la conscience individuelle. 
Cette analyse sociologique du suicide a pour objectif principal de couper court aux supputations des politiciens et autres individus malintentionnés qui cherchent à expliquer les suicides par immolation par une mauvaise gestion du pays. Cette explication politicienne du suicide est ringarde et relève de l’hémiplégie intellectuelle! L’on ne se suicide pas parce qu’on est contre un régime ou un pouvoir en place. L’explication se trouve dans la société elle-même qui alimente le courant suicidogène. 
 
 
Dr Kaly NIANG 
Sociologue 
Immolation vous avez dit ? Quelle banalité 
 
Dire que la situation sociale, économique et politique est alarmante au Sénégal, est une vraie lapalissade. Les Sénégalais, après 11 ans sous un régime de l’alternance, qui sonnait comme une délivrance et un changement après 40 ans de régime socialiste, sont déçus, peinés et fatigués de ce qu’ils vivent quotidiennement. La pauvreté, ils la vivent tous les jours sans exception, n’assurant plus qu’un seul repas par jour pour certaines familles, les jeunes passant plus de temps devant les maisons, le thé qui était leur compagnon de toujours ne l’est plus ou de moins en moins, le sucre et le gaz devant permettre sa préparation ne sont plus donnés. Les mourants dans les hôpitaux et autres malades n’attendent plus l’ange de la mort, le manque d’électricité ou de médecins anticipent sur celle-ci. 
Les anciens combattants et autres invalides de guerre qui attendent des indemnités depuis belle lurette ou même les simples fonctionnaires retraités qui ne vivent que de 11 500 par mois ou même pas 50 000 par trimestre sont plus qu’écœurés et fatigués de leurs situations, eux qui auront servi leur patrie des années durant et ne sont pas rétribués à la hauteur des efforts fournis, alors que d’autres, sortant du néant, qui n’ont jamais rien fait pour leur nation, ou tout simplement futurs prétendants au trône, ont toutes les faveurs, s’autorisent le droit de manipuler et le peuple et ses avoirs. Cela pour dire quoi ? Que si un de ces serviteurs du pays, après des années de combat, de guerre, court après un dû qui devait lui être donné avec tous les honneurs qui vont avec, tente d’une façon ou d’une autre de se faire entendre et que si cela ne marche pas utilise un moyen plus désespéré, il aura été un martyr de la République après l’avoir servi. 
Certains, et même moi, se demandent pourquoi s’immoler ? Wade en vaut-il vraiment la peine ? Je réponds non ! Parce qu’il n’est aucunement touché par cet acte. Je lis dans les journaux qu’après avoir festoyé la veille à la cérémonie des cinquante femmes qui auront marqué la décennie, dont font partie sa femme et sa fille et la plus que majorité de son gouvernement ou parti, son conseiller en communication, en son nom dit qu’il est très peiné par la mort de Bocar Bocoum. Il ne l’est pas aujourd’hui plus qu’il ne l’a été quand s’est tué de la même manière cet homme venu de Ziguinchor, parce qu’il lui avait pris son lopin de terre sans le dédommager, ni quand s’est immolée Penda Kébé, cette femme qui vivait en Italie et qui était la responsable des femmes du PDS à Brescia et dont la mère est une militante de première heure du PDS. 
Parce que si l’immolation est devenue aujourd’hui au Sénégal une banalité, c’est qu’elle commence avec l’histoire de Penda Kébé, qui avait quittait Brescia avec tous ses suivants, dans des bus jusqu’à Rome où le président était en voyage, et devait recevoir ses militants. Elle tenta de le voir à son hôtel, ce que les vautours rodant autour de sa Majesté lui refusèrent. Se sentant humiliée, elle qui s’est toujours battue pour celui dont sa mère disait qu’il est son grand-père, elle se mit le feu et mourut quelques jours après. La réponse de Wade fut la même comme à chaque fois qu’il se passe un malheur, il n’était au courant de rien, personne ne l’a avisé ! Mais c’est surtout parce qu’il oublie toujours ses militants et «amis» d’hier, leur préférant ceux de tout de suite. 
Juste pour dire que des Penda Kébé et des Oumar Bocoum, on en verra encore, des femmes de ces militaires promettent de faire la même chose, le désespoir étant la cause, les conséquences seront toujours dramatiques pour leur famille et pour les simples citoyens qui se réveillent toujours avec un malheur où l’immolation sera le maître mot, et le Roi fera toujours le sourd face aux nombreuses revendications de son peuple, tirant du plaisir de leur souffrance, ce peuple qui lui a toujours été fidèle. Mais même la souffrance a une fin ! 
Une citoyenne sénégalaise. 
Wade - Le roi de trèfle  
Vendredi 17 décembre 2010, nous sommes devant la préfecture de Sidi Bouzid. Un jeune homme de 26 ans, d’apparence frêle, le pas hésitant s’avance. Il a dans une main un bidon qu’il tient fermement. Personne ne remarque sa présence. Peut-être même qu’il n’est personne. Il est là, planté sur l’esplanade. Le liquide coule sur sa tête ; on peut presque entendre les gouttes heurter le silence du sol. Il s’arrose de la tête aux pieds, comme dans une sorte de bain rituel. Il se laisse noyer par le liquide. Son regard est maintenant figé. Il a l’air presque apaisé et brusquement la flamme crépite. C’est l’enfer. Il ne possédait pas de permis de commercer et des agents municipaux lui ont confisqué son bien ; il ne pouvait trouver du travail à la hauteur de ses qualifications et on lui a signifié qu’il n’avait même pas le droit de survivre par la débrouille. Comment vivre si l’on ne peut survivre Par son geste, Mohamed Bouaziz venait de crier à la face du monde et des autorités tunisiennes qu’il n’avait d’autre choix entre l’indignité consécutive à l’oisiveté du chômage et le suicide. 
 
Le pouvoir tunisien a dénoncé «l’exploitation de cet incident à des fins politiques malsaines», par des partis d’opposition et des médias étrangers. 
 
Vendredi 11 février 2011. Il est onze heures dix minutes. Bocar Bocoum gare son scooter au bout du boulevard de la République et s’avance. Il s’asperge du liquide devant le regard médusé du garde et fait craquer son briquet. Le feu part du col et s’attaque à l’ensemble du corps. Le cri fuse ; les passants sont pétrifiés : «Liguey Mba Dé» (travailler ou mourir). L’ancien soldat n’avait d’autre réclamation que de pouvoir travailler afin de subvenir à ses besoins et à celles de sa maman. 
 
Après l’immolation par le feu du soldat Bocoum, un ministre de la République s’est empressé de dire : «C’est l’opposition qui est responsable de ce drame.» (sic) 
 
Doit-on être aussi obtus pour être politicien N’apprend-on vraiment rien de l’histoire et des errements des autres 
 
Sans relever le fait qu’en pareille circonstance, il sied mieux de compatir à la souffrance de la victime et de sa famille en lieu et place de diatribes politiciennes, nous dirons que ce ministre fantoche nous fait honte, sa légèreté et son ignorance frisent même l’indécence. 
 
Monsieur le ministre, quand vous dites que les jeunes sénégalais n’ont pas la culture du suicide et que c’est l’opposition qui, par ses déclarations enflammées, est à l’origine de l’acte fatal du soldat Bocoum, avez-vous oublié (parce que je n’ose croire que vous l’ignorez) ce qui s’est passé le 7 décembre 2007 à Rome sous les fenêtres de la mairie de cette ville, alors que votre «roi» y recevait avec pompe et faste à outrance, ses bonimenteurs. Ce jour-là, monsieur le ministre, Penda Kébé, une jeune femme de 41 ans, mère de trois enfants et qui se plaisait à dire que Abdoulaye Wade l’avait portée dans ses bras le jour de sa naissance, se donnait la mort par immolation presque en face de celui qu’il avait toujours considéré comme son idole. Penda Kébé était de Kébémer comme vous et venait donc du même creuset culturel que vous. Monsieur le ministre savez-vous qui est Kéba Diop Ce monsieur qui après onze jours de marche, de Bignona à Dakar, est venu s’offrir en sacrifice par le feu, le 29 septembre 2008, devant les grilles du Palais de votre «roi» Deux torches humaines, qui bien avant le martyre de Sidi Bouzid, sont venues assombrir, par l’éclat de leur acte unique et terrible, la quiétude de l’avenue Léopold Sédar Senghor. 
 
Lors d’un débat télévisé sur France 24, quelqu’un a dit que l’on devait donner le Prix Nobel de la paix à Mohamed Bouaziz. Il faudra demander au comité Nobel d’y associer les femmes de Nder ; peut-être que l’inculte ministre sénégalais se souviendra alors de ses lointaines leçons d’histoire. 
 
Qu’est-ce qui peut expliquer qu’un individu bien constitué puisse en toute connaissance de cause mettre sa vie en péril Pouvons-nous donner une explication plausible face à la déferlante du «Mbeuk mi» (nom donné au phénomène des clandestins sénégalais qui ont pris d’assaut l’Espagne à bord de pirogue). 
 
Ignorance ou témérité Non ! Plutôt le laxisme et l’arrogance de gouvernants insensibles et incapables d’apporter des solutions aux souffrances du peuple. 
 
Que pouvons-nous dire d’autre si, au moment où les populations sont dans l’obscurité faute d’électricité, et où d’autres pataugent dans les eaux putrides de leur demeure inondée depuis plusieurs années, le roi et la reine de trèfle se pâment devant les caméras au Méridien Président pour célébrer je ne sais quel 50 ans de femmes leaders 
 
Monsieur le ministre, aucun peuple n’a une culture du suicide ; le suicide est un acte complexe, que l’on ne peut prétendre approcher avec autant de légèreté. Lorsqu’une personne a le sentiment qu’elle n’a plus aucune prise ni contrôle sur son avenir, elle devient dangereuse pour l’ordre établi (au sens répressif du terme), et il n’est pas sans raison de dire qu’à partir de cet instant plus rien, ni personne, n’a prise ni contrôle sur elle. C’est ce qui est arrivé à Mohamed Bouaziz et c’est ce qui est aussi arrivé aux jeunes Sénégalais qui, au prix de leur vie, sont montés par centaines, dans des embarcations de fortune en direction de «Barsakh» (l’au-delà,). 
 
Le désarroi de Mohamed Bouaziz est comparable à celui du soldat Bocoum, à qui l’Etat ne promet rien depuis la plus tendre enfance. Pas d’éducation, pas d’emploi, pas d’avenir. 
 
Il y a comme une conjuration du sort et des éléments sur le Sénégal depuis qu’il est dirigé par Abdoulaye Wade. Celui qui demandait aux jeunes sans emploi de lever la main, ne s’étonne guère que les chiffres du Pnud indiquent que 48% des Sénégalais sont sans emploi. C’est lui qui, dans un stade archicomble nous chantait l’hymne : «Il faut travailler, encore travailler, toujours travailler.» Désormais notre leitmotiv sera le «Liguey mba dé» du soldat Bocoum. Il résonnera dans nos cœurs et hantera nos esprits jusqu’à ce qu’on se débarrasse de ce régime qui affame et tue nos enfants. 
 
Celui qui disait «dis-moi quelle jeunesse tu as, je te dirais quel avenir tu auras», c’est aussi celui-là qui prive nos foyers d’électricité 12 heures par jour et qui nous demande d’éclairer les leçons de nos enfants à la lueur des bougies. 
 
Celui qui disait donnez-moi cent jours et je réglerai le problème de la Casamance, c’est celui-là aussi qui prive l’Armée de munitions, refuse d’accorder la moindre reconnaissance aux blessés de guerre et marchande la vie des soldats sénégalais en tergiversant sur l’implication ou non de l’Iran dans un trafic d’armes (Ndlr : Le texte a été reçu à la Rédaction bien avant la rupture des relations diplomatiques entre le Sénégal et l’Iran.) Pourquoi Parce qu’il s’agit d’un soi-disant Etat ami, au portefeuille bien garni et étonnement leste. 
 
Non ! Monsieur le ministre, le Sénégal n’est pas la Tunisie ni l’Egypte et encore moins la Libye. Mais monsieur le ministre le Sénégal n’est pas non plus le «Royaume» du Maroc et il serait vain qu’à défaut de royauté, l’on tente d’y installer une République héréditaire. C’est cette différence qui a permis au «roi de trèfle» d’y prendre le pouvoir par la voie légale des urnes en toute tranquillité. Mais, c’est aussi cette différence qui permettra au peuple sénégalais debout comme un seul homme, dans la légalité, de lui dire «Dafa doy» (ça suffit, on en a assez). 
 
C’est cela le sens de l’avertissement de monsieur Moustapha Niasse lorsqu’il disait à Abdoulaye Wade : «Ce qui s’est passé en Afrique du nord est le signe annonciateur que les peuples du continent africain ont maintenant pris conscience qu’ils doivent se prendre en charge, reprendre leur souveraineté face à des pouvoirs totalement absolus pour dire que maintenant, y en a assez.» 
 
Et, s’il le faut, avec Brel, nous reprendrons le refrain de cette belle chanson : Au suivant ! 
 
 
 
Théodore MONTEIL - Directeur national opérationnel Union citoyenne Bunt-Bi 
 
Membre de Bennoo Siggil Senegaal 
Les mêmes causes, produisent en général, les mêmes effets  
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, par conséquent, l’Afrique ou n’importe quel autre continent ne pourra arrêter le vent de la révolte qui souffle partout où règnent l’injustice et l’absence de liberté. Et, tant que les dirigeants à la tête des pays n’auront pas compris, que le pouvoir qu’ils détiennent entre leurs mains, leur est simplement confié pour un temps donné, et que son exercice en dehors de la démocratie, de la justice et de la participation effective des citoyens à l’œuvre de construction nationale, est un risque évident qui mène irrémédiablement vers le soulèvement des populations, prises en otage et privées de liberté. 
 
Les temps sont révolus, ou sont en voie de l’être, pour que des dictateurs impotents ou assoiffés de puissance matérielle puissent s’accaparer du pouvoir indéfiniment et d’en faire ce qu’ils veulent ou ce que bon leur semble. Depuis que l’humanité existe, les révolutions ont toujours été motivées par de l’injustice sociale dans la gestion des biens communs des sociétés humaines, ainsi que de l’absence de liberté pour les peuples. 
 
Pour toutes ces raisons et pour d’autres sans doute, nos marabouts censés être des guides pour le cas du Sénégal, doivent dire la vérité aux dirigeants du pays, comme le faisait feu Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh, en de pareils moments. Ils doivent les convaincre qu’aucune solution précaire de colmatage ou de façade ne pourrait arrêter le vent de mécontentement des populations qui n’en peuvent plus, et qui vivent présentement dans une misère noire indescriptible. Il est indéniable et doit être clair pour nous tous, que personne ne viendrait régler cette situation à la place du peuple sénégalais, aussi longtemps que les concernés et victimes croiseraient les bras et laisseraient faire librement, un pouvoir dictateur, incompétent et corrompu, comme bon lui semble. 
 
C’est justement là où certains fidèles musulmans devraient faire preuve d’une distinction nette et claire entre le marabout, un être humain faillible, et la religion, «un ensemble de dogmes et de pratiques cultuelles qui constituent les rapports de l’homme avec la puissance divine». Cette confusion ou mélange de genres, pousse parfois certains musulmans à prendre l’un pour l’autre, ce qui est absolument grave et à condamner au regard de la religion musulmane et de son Livre Sacré le Coran. Si la religion est faite de règles, de préceptes et principes clairement définis par le Coran et la pratique (Suna) du Prophète Mohamed (Psl), il n’en est pas de même pour le marabout, un simple pratiquant faillible comme vous et moi, susceptible de transgresser pour des raisons personnelles et alimentaires, tout à fait étrangères à la religion musulmane, les règles et principes sacrés de celle-ci. Ce sont ces marabouts-là, qui servent d’interface entre le pouvoir et les fidèles, en prenant sa défense contre les populations si meurtries en ce moment, par la faute d’un pouvoir qui tourne le dos à leurs préoccupations essentielles et primordiales. 
 
C’est le moment et le lieu, d’inviter les fidèles musulmans à faire la part des choses, en procédant à une distinction nette, entre un marabout démarcheur au service d’un pouvoir, auteur d’injustice inqualifiable et objet de nos principales difficultés et malheurs, et celui au service de Dieu et de la vérité, qui aide les déshérités et victimes de tous genres à s’en sortir par la lutte, et non par la résignation et la soumission. Les Sénégalais, tous genres confondus, doivent avant tout, observer une attitude citoyenne et patriotique pour défendre leur liberté et leur pain, ce qui signifie également défendre le pays dans le même temps contre ses fossoyeurs et autres déprédateurs. Et comme le dit fort justement Mansour Sy Djamil : «Les marabouts qui appuient et soutiennent les pouvoirs en place qui gouvernent par l’injustice, dévient parfaitement de la voie de l’Islam et des recommandations du Prophète (Psl).» Dénoncer de tels marabouts, voire les combattre, me semble être un devoir sacré. En se rangeant sans discernement du côté du pouvoir - qui détient tous les moyens, donc la force - contre les populations démunies et victimes - les faibles -, ces marabouts pratiquent par-là, le révisionnisme des principes de l’Islam en matière de solidarité, pour ne pas dire qu’ils sont en train de faillir à leur devoir de solidarité tout court, en tournant le dos aux nécessiteux qui sont dans le besoin prégnant. 
 
Aucun pays n’est vacciné contre un soulèvement populaire, surtout si ce pays foule du pied toute règle de bonne gouvernance, notamment les libertés fondamentales, et prive ses populations de moyens pour une vie décente. L’humanité est témoin que même les dictatures les plus féroces ont été finalement vaincues par la volonté populaire. A cet effet, aucune Armée ne peut garantir à un dictateur quel qu’il soit, de ne pas subir le sort inéluctable qui est réservé à eux tous, un jour prochain. A bon entendeur salut ! 
 
Mandiaye GAYE - Gaye_mandiaye@hotmail.com 
Jeunes du Sénégal, ne vous immolez pas, combattez de manière pacifique  
Jeunes du Sénégal, vous n’avez pas besoin de vous immoler. Votre vie est aussi précieuse que celle de la Nation toute entière. Vous êtes la sève nourricière qui portera le futur de ce pays. Ce futur sera plus grand que l’œuvre de toutes les générations avant vous. Que nul désespoir ne vous habite au point de le noyer dans la mort. Aussi flou que puisse paraître votre avenir, aussi fuyante que puisse sembler la chance de réaliser vos ambitions, votre avenir est intact et encore à portée de main. Plus proche que vous ne le croyez. Vous n’avez pas besoin de vous immoler. Votre voix a été entendue. Bocar Bocoum et Tidiane Bâ, par leur geste regrettable, ont quand même donné un message de détresse que nul ne peut ignorer. 
 
Tous, nous savons que vos désirs d’avenir ont été noyés dans les ambitions aveugles d’un homme qui n’a pas su tenir sa promesse de vous ouvrir la porte de l’opportunité. Tous, nous savons que nous avons manqué à notre devoir de vigilance et de solidarité envers la jeunesse. 
 
L’opportunité est maintenant ouverte pour vous de porter vos espérances. Osez prendre date avec l’histoire, sans peur. Osez dire aujourd’hui ce que vous voulez. Osez inventer votre propre avenir, avec vos propres mains et votre propre intelligence. Osez rêver le meilleur pour vous et vos enfants. La vie, c’est l’énergie de combattre pour sa foi, ses convictions et ses ambitions. Acceptez-la ainsi et soyez prêts à combattre pour votre idéal. Vous y avez droit. Vous vivez dans un pays qui proclame la démocratie, aussi imparfaite qu’elle vous paraisse aujourd’hui. Elle restera imparfaite si vous n’en faites pas usage pour conquérir vos aspirations légitimes. Elle mourra si vous ne lui insufflez pas votre énergie pour défendre sa promesse d’entendre tous ses fils. 
 
Que les apparences ne vous trompent pas. Aucun politicien, Président ou fils de Président ne triomphera de vous et de vos aspirations légitimes. A votre réveil, rien que l’écho de votre voix fera fuir les hyénemis de la République. Elle vous appartient cette République, mais elle a besoin que vous lui déclariez votre attachement. Elle a besoin de vous voir à ses pieds, preux chevaliers, prêts à la défendre. Cette République, c’est le véhicule de vos ambitions, le navire pour explorer les possibilités du monde, votre char de combat pour la paix, la navette spatiale de vos rêves les plus fous vers le futur. Elle est capable de tout cela. Pour peu que vous soyez prêts à la chevaucher. Osez dire oui à la République. Combattez pacifiquement sur la nécessité et l’urgence de répondre à vos besoins. N’attendez point d’être servis par quelques petits programmes de financement de projets pour vous endormir. Exigez que l’emploi devienne la priorité nationale. Ne vous laissez pas berner par les promesses sans lendemain. Osez poser les bases de votre propre avenir. Refusez de boire le calice de la résignation et de la fatalité concocté par nos parents et marabouts. Ils changeront lorsqu’ils vous verront victorieux. Le passeport pour le paradis se gagne par le combat de la vie, ici sur terre. Combattez et refusez de mourir, c’est le difficile qui est le chemin. Incha’ Allah, vous triompherez. Dieu n’est-il pas avec les endurants Quant à Son programme, Il en est le Seul Maître. Quant aux capacités et droits dont Il nous a dotés, faisons-en les moyens de lutte pour la vie. 
 
Amadou GUEYE - Nouvelle République 
Non ! Nous refusons de nous immoler par le feu  
Ô crève cœur, ô souffre douleur, ô misère, ô regrettables maux 
 
D’orgueil de fatalité, d’altruisme ou même de sacrifice 
 
Le suicide n’est pas la solution pour remuer ces consciences En supplice 
 
Comment en vain gémir pour réclamer plus de justice 
 
Si à côté l’on se grise dans l’opulence et la fatuité 
 
 
 
En marquant de leur sang la rue du Palais 
 
Et Bocoum et Mara sont mort en martyrs 
 
Mourant tous deux, pour nous ôter la peur 
 
Sonner le glas pour prévenir le collectif trépas 
 
Les Sénégalais aiment les héros 
 
Mais ne sont pas des héros 
 
Hélas ! Pauvreté, nudité, tourment, violence sournoise 
 
Le peuple souffre en silence et suffoque en abstinence 
 
Honneurs ou horreurs on ne peut recouvrer l’âme 
 
Que l’espoir a quitté à la morsure des flammes 
 
Le feu de la honte consume et la vie et la chair et la dignité 
 
Mais le feu de l’ultime noblesse laisse intact le nom et les Envies 
 
Travailler ou mourir, les âmes outrées narguent l’effroyable 
 
Compter ou disjoncter, les esprits acculés taraudent L’irréparable 
 
 
 
Jamais un seul plaisir en vivant nous n’avons 
 
Alors retournons au ciel en martyr si nous pouvons 
 
 
 
Je mesure la profondeur de la foi qui pousse à l’acte 
 
Au degré de brûlure qui sur la peau et la chair impacte 
 
Pour mériter l’estime du peuple et avoir sa faveur 
 
Toute peine n’est pas vaine pourvu qu’elle fouette le cœur 
 
Non ! Je refuse de croire à l’amnésie de la patrie 
 
Non ! Je refuse de boire la stoïque potion de l’euthanasie 
 
Bocar fut bourré à rebords de remords 
 
Mara en a eu marre à languir de l’usure 
 
La jeunesse perdue, la force inutile, que la vigueur s’en aille 
 
L’odeur de la peau qui brûle n’est pas celle de la paille 
 
 
 
Je vous salue, soldats désarmés, désespérés, mais dignes 
 
Mais que veut dire ce mot quand tout ici indigne 
 
Seigneur mon Sénégal serait-il atteint par la guigne 
 
Haruspice consultait les entrailles pour lire les pressages 
 
Faut-il compter des morts brûlés vifs pour faire le mage 
 
Sénégal ce qui augure n’est pas sous de bons auspices 
 
Alors je dis halte ! A l’holocauste de nos vaillants fils 
 
 
 
Non ! Nous refusons de nous immoler par le feu du sacrifice 
 
Si ce n’est pour renaître de ses cendres comme le Phénix 
 
Amadou Moustapha DIENG - Poète - Journaliste - Ames91@hotmail.com 
LE TEMPS DES INCERTITUDES ? 
Dans notre pays cinquante années d’indépendance nous auront permis d’évaluer les deux procédés politiques qui ont caractérisé le fonctionnement de l’Etat, le développement citoyen et d’interroger le futur. Le parti unique et le recours aux coalitions ont été, jusqu’en 2010, les modes qui ont sous-tendu les systèmes de pertinence politique. 
 
Cela ayant été, particulièrement, déterminant dans les options, les projets politiques et les méthodes de gouvernance mis en opération au Sénégal. Aujourd’hui, dans une certaine mesure, une révision de la Constitution afférente aux élections devient opportune parce que la pratique de la Coalition complique, selon une large partie de l’opinion nationale, la marche de l’Etat de la République du Sénégal. Quitter le parti unique et tomber dans les coalitions n’a pu, absolument, améliorer, la pratique politique. Les fautes et les erreurs enregistrées quand le parti unique se pratiquait sont les mêmes qui sont commises par la pratique des coalitions. 
Un tel atypisme ou une telle dérive, sans faire un traitement par analogie ou par comparaison, conduit à s’interroger sur l’utilité de la pratique de la coalition qui ne confère aucune légitimité politique réelle .Mais aggrave, au contraire, la course vers les rentes de situation. Néglige l’intérêt public et ne favorise, par expertise, que le népotisme, l’enrichissement illicite, l’impunité et le suffragisme. 
 
N’aurait-on pas atteint un niveau citoyen qui nous permettrait de bien marcher, avec responsabilité, vers 2012 ? Année qui devrait consacrer la fin de l’édification de l’Etat Nation au Sénégal et inaugurer l’étape de la construction de l’économique. Ce qui permettrait aux populations de sentir, en effet, l’amorçage d’un social visible et lisible. Cependant le virage que l’Etat négocie, actuellement, présente un relief difficile. Car la situation politique qui en découle ne permet, effectivement, pas de faire la différence pour savoir si c’est une transition ou une fin de cycle long. Sans oublier, tout de même, l’apparition de manifestations d’un empêchement pouvant concerner le Chef de l’Etat du Sénégal. 
 
Le soleil se lève, jusqu’en 2011, à l’est. Donc les populations sont conscientes de la situation politique qui sévit au Sénégal et entendent, avec un patriotisme éclairé, réussir la continuité de l’Etat. En évitant les incendies politiques qui entrainent, souvent, la panne d’une république et qui bloquent le futur de toute une nation. C’est pourquoi nous souhaitons, en vue d’éviter avec intelligence, les risques d’un chaos, débouchant sur une déconfiture méthodique de l’ordre soual national, la suppression de la pratique des coalitions .Et que seules les fluctuations politiques viables et fiables briguent le suffrage des élections de 2012 . 
 
Les circonstances confirment que le procédé afférent au parti unique rappelle l’image d’un roi sans cour. Quant à la coalition elle indique également, le cas d’une cour sans roi. Un tel état de fait devrait être évité pour que le Sénégal ne plonge dans une impasse dont les effets nuisibles entraineraient, malheureusement, des dégâts incalculables. 
 
D’ailleurs une pathologie se développe et résulte, notamment, des systèmes de gestion de l’Etat du Sénégal qui ne sont, point, en adéquation avec les espérances et les espoirs des populations. La pratique du parti unique et le règne des coalitions ont débouché sur une pathologie à soigner pour que 2012 soit l’année du réel départ de la reconstruction du Sénégal. 
 
Donc 2012 constitue, pour les Sénégalaises et Sénégalais, une année essentielle parce que demain demeure une équation du fait de certaines certitudes et de quelques évidences. Certitudes qui trouvent justifications, d’abord, dans la fin du quinquennat et l’organisation des élections présidentielle et législatives. Ensuite le bouclage de l’époque des mohicans ; en considérant que le premier mohican fut Blaise Diagne. Enfin, des évidences dont les signes sont, par suite, la fin de la politique politicienne, la fin du populisme et la désagrégation du bluff. Cette situation appelle, désormais, innovation et réforme pour que la précarité et la pauvreté soient combattues et que l’économique puisse, enfin, émerger. 
Par ailleurs les populations sénégalaises ont démontré, à suffisance, leur capacité à observer une distance critique chaque fois que les hommes politiques ont voulu faire d’elles des moyens pour réaliser leurs ambitions sans vision. Ou se servir du pouvoir pour satisfaire des calculs qui n’ont, effectivement, aucun rapport avec le service public ou avec les intérêts de la Nation. 
Il est temps, de ce fait, que tous les acteurs politiques se ravisent et modifient leurs voies d’approche, réduisent leurs méthodes et épousent, avant qu’il ne soit trop tard, un nouveau système de pertinence politique très approprié, plus indiqué et moins démagogique. 
 
Ce rappel, chers compatriotes, est motivé par le fait que les consciences individuelles ont gagné en émancipation citoyenne, évolué en nationalisme et en patriotisme ouverts. Particulièrement en intelligence politique .Sans se départir, heureusement, de leur valeurs .Bien que les moralités soient victimes d’agressions incessantes qui les rendent variables. 
 
Il s’y ajoute un autre facteur qui a contribué, de façon positive, à la sauvegarde de l’équilibre, perturbé, quelques fois par une effervescence politique engendrée par l’insatisfaction des populations devant le poids de la paupérisation, la férocité de la précarité et les effets très regrettables du sans emploi. La violence ou l’anarchosyndicalisme sont des recettes peu sénégalaises. Mais un tel état de fait ne traduit, certes, aucune passivité de la population et ne lui ôte, guère, son discernement. 
 
Les acquis solides obtenus en démocratie participative et les avancées significatives en démocratie sociale expliquent, aussi, la nécessite de transcender, maintenant, le suffragisme ou l’électoralisme qui reste, selon toute vraisemblance, l’unique ligne d’horizon des formations politiques au Sénégal .L’électorat souhaite recevoir des offres politiques citoyennes au lieu de s‘abreuver, continuellement, de propagandisme, de populisme ou de politique spectacle. 
Gagner en croissance ou en émergence devient, devant l’escalade du sous-emploi et de l’accentuation de la faiblesse de l’offre d’emploi et de travail, le seul programme qui préoccupe les populations. Or les responsables politiques continuent en faisant fi, souvent, des réalités sociales avec lesquelles les citoyens sont confrontées .Un redressement du leadership politique, aux plans de son contenu et de son objectif, est désormais, une priorité. Car rétablir un début de symétrie entre le social et l’économique constitue, au demeurant, la seule ligne d’action qui Vaille. C'est-à-dire une offre politique capable de contribuer, à moyen terme, à une réelle amélioration de l’accès aux services sociaux de base, à la promotion de l’entreprise nationale et, enfin, à l’amorçage de la modernisation nationale. 
 
Or les formations politiques nationales semblent ignorer, royalement, le but des enjeux de la pratique qui transcende la seule conquête du pouvoir ou son unique conservation. La principale raison du jeu politique ne devra plus se limiter, à l’enrichissement illicite, à l’accès aux positions de pouvoir et à la rente de situation. En ignorant délibérément le niveau social presque inexistant du peuple qui n’est pas indifférent mais, surtout, observe un repli ou garde une distance critique. 
 
Dans le cas d’espèce, évitons la polémique ou la conflictualité car le Sénégal évolue en refusant d’ériger en système de gouvernance la violence et ses succédanés. Cependant depuis 2005, le contrepouvoir estime fonder son pré positionnement sur la déconstruction et le recours au désordre alors que le degré atteint en démocratie, par notre pays, n’admet plus l’instabilité. Mais exige responsabilité ou patriotisme. Et interdit, compte tenu de l’état de sous développement que 50 années d’indépendance n’ont point réduit, toute potentialisation menant vers une désagrégation de l’ordre social ou tout délitement de l’autorité du pouvoir d’Etat. Le leadership construit sur la généralisation de l’agitation serait à combattre car certains extrémismes commandés par la conquête du pouvoir ou pour sa conservation sont, dans une totale mesure, à écourter. D’autant que le substrat humain du sénégalais rejette, avec discernement, toute offre fondée sur le recours à la violence. Sa croyance religieuse et son éducation lui interdisent l’excès. 
 
L’arrogance révèle, d’ailleurs, sous toutes ses formes, l’immaturité et l’irresponsabilité. Et permet, à l’opinion nationale d’évaluer le niveau de conscience citoyenne des acteurs politiques qui affectionnent le verbe, le muscle et les pressions par media interposés. Sachons que la politique spectacle n’est plus de mise et rentre définitivement dans l’anachronisme et le conservatisme dégradant. Le leadership déployé par le contre pouvoir se cantonne, avec beaucoup de passion, dans un repli qui l’empêche de s’épanouir et de mettre utilement en action ses compétences et son patriotisme au service de la construction nationale au lieu de vouloir traiter par analogie en conseillant, malheureusement, le recours a la violence. 
 
La charge politique résultant de l’exercice d’une fonction publique ou d’un mandat électif, dans un pays en construction, s’opère sur la base de l’éthique qui reste le ciment du nationalisme indispensable, en effet, au décollage d’un Etat. Vouloir, malheureusement, empêcher le décollage en question relèverait d’un crime de niveau inédit et bloquerait l’émancipation et l’évolution de toute une nation. Pourquoi l’agitation et la violence ? Il reste que le sous emploi frappe plus de 70% de la population active du Sénégal. L’offre de travail devenant presque inexistante. D’autant que le Sénégal n’a pas encore atteint 300000 travailleurs salariés. Enfin demain n’annonce aucune garantie et le Sénégal des profondeurs reste plongé dans une nuit noire sans aube. De plus, l’irrédentisme sévit au sud et le régionalisme prospère à la place, contre toute attente, de la régionalisation. 
 
L’opinion nationale salue les efforts effectués en la mise en place de l’Etat Nation mais souhaite que des reformes hardies soient entreprises. Car négocier le virage menant vers 2012 demande, certainement, beaucoup de rigueur patriotique, une grande circonspection et une vigilance accrue. Pour réduire, particulièrement, le niveau des pénuries, des dysfonctionnements. Mettre un terme à la parade et à l’apparat. Pour bien réussir, avec panache et responsabilité, la construction nationale. Or la pratique du jeu politique allonge le désespoir et la désespérance des populations qui estimaient, qu’avec l’indépendance et l’alternance, le Sénégal citoyen pourrait prétendre à un Sénégal économique. Ce qui déboucherait, naturellement, sur un Sénégal social. 
Heureusement le Sénégal religieux reste, comme le Sénégal citoyen, un verrou solide qui préserve l’Etat, la République et la Nation d’un tremblement de terre politique. La potentialisation des risques pourrait, si des mesures pour une rectification n’étaient pas prises, atteindre un niveau réel, du reste, très dangereux pour la paix sociale et demain. 
Il est utile de noter que l’étape actuelle devient préoccupante car elle n’est ni semblable à celles, de 1962, de 1968, de 1970, de 1980 ou de 2000. Parce que le contexte interpelle chaque citoyen. 
Certaines problématiques nées de la situation institutionnelle très malmenée par les acteurs politiques méritent, d’ailleurs, une attention particulière. Car leur persistance n’est pas souhaitable et augure d’un avenir incertain .Bien que le Sénégal compte, surement, des remparts épais pouvant, certes, l’aider à échapper au chaos. Par contre évitons de déchirer le drap de telle sorte que stopper la déchirure s’avère impossible. Car, en réalité, certains faits sont des indicateurs éloquents devant le chaos que nulle conscience individuelle n’est arrivée à débrouiller .Car la candidature de Monsieur le Président de la République sortant soulève, par rapport à la présidentielle de 2012, une problématique et met à nu les limites des constitutionalistes, les calculs inavoués des acteurs politiques et remet en selle le cas de Me Seye. 
 
Comment assurer la continuité du pouvoir, devant cet obstacle induit par le détournement des ressources institutionnelles de la nation ? 
 
D’une pathologie qui se signale à partir de signes prémonitoires visibles et lisibles voici les indices : 
1) La non représentativité, dans la mesure où seule la coalition reste la seule porte d’accès au suffrage. 
2) Le leadership devient de moins en moins évident alors qu’une pléthore de leaders envahit le marché politique. 
3) La médiatisation demeure une roue de secours devant l’absence de légitimité des leaders. 
4) La conquête du pouvoir et sa conservation sont les seuls éléments du système de pertinence des formations politiques au Sénégal. 
5) La patrimonialisation se substitue à la gouvernance et consolide la corruption. 
6) L’impunité devient une règle de gouvernance. 
7) Le mandat électif et la position de pouvoir sont des éléments de rapports ou de simples rentes de situation. 
8) Le pouvoir d’Etat est confisqué 
9) Le mal vivre se développe et met en panne le futur. 
10 L’électoralisme remplace l’élection. 
Ce tableau vient confirmer la nécessité d’une conversion citoyenne si le Sénégal entend négocier le virage sans aller dans le décor, sans tomber en panne, mieux, sans sortir de la route. Le Sénégal, en prenant le chemin de 2012, donne l’impression de s’engager dans une voie sans issue. D’autant que tous les clignotants sont au rouge et que la panne sèche de l’Etat s’annonce, de plus en plus, évidente. Pessimisme, non, circonspection, oui .Car le pilotage à vue et l’aveuglement seraient à éviter si nous voulons ne point tomber dans une déconstruction de l’Etat et de la Nation. 
 
WAGANE FAYE 
PROFESSEUR D’ANGLAIS 
E-MAIL : waganecoumbasandiane@gmail.com 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 7.03.2011
- Déjà 5549 visites sur ce site!