ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La renaissance africaine en question

 
La renaissance africaine en question  
 
 
La tournure vaudevillesque prise par l'élection présidentielle du 28 novembre, en Côte d'Ivoire, alors qu'elle était censée mettre un terme à la plus longue crise politique jamais vécue par un pays africain francophone, ne signe pas seulement l'éclatement d'une bulle démocratique, complaisamment entretenue de longue date, dans ce pays. En brisant ce rêve, l'onde de choc politique venue des bords de la lagune Ebrié porte un coup violent au discours sur la renaissance africaine au goût du jour dans maints cercles autant qu'elle constitue un rappel à l'ordre pour tous les afro-optimistes qui, ces dernières années, s'échinent à projeter l'image d'un continent dont ils décrivent l'avenir en termes roses.  
C'est dire que l'un des... bienfaits de cette tragédie est donc d'être un sérieux bémol susceptible de braquer davantage les feux de la rampe sur les nombreux signaux, longtemps mis sous le boisseau, qui n'ont cessé d'éroder les progrès du continent en matière de bonne gouvernance économique et de pratiques démocratiques, sans oublier qu'ils le maintiennent sous le joug de forces internes et externes, souvent obscures. Ne pas prendre leur exacte mesure, en se défiant du discours lénifiant sur le continent, c'est le condamner aux réveils brutaux, comme celui qui replonge la Côte d'Ivoire dans la gueule de bois, en ce mois de décembre.  
Dans ces conditions, seuls les illuminés pouvaient s'attendre à une conclusion autre que celle qui replace encore ce pays ouest-africain dans une dynamique cauchemardesque. Car au-delà des gesticulations démocratiques des principaux acteurs de la scène politique locale ou celles des institutions bilatérales et multilatérales, il était aisé de comprendre pourquoi, dès le départ, le processus électoral ivoirien était voué à l'échec. Le projet relevait de la quadrature du cercle dans la mesure où les trois principaux acteurs politiques en lice, à savoir le président sortant, Laurent Gbagbo, son principal adversaire, Alassane Ouattara, et l'outsider, Henri Konan-Bédié, n'ont jamais fait montre d'une vraie culture démocratique. Aucun d'eux ne conçoit une élection sans sa victoire personnelle. A tous les prix. S'effacer dignement de l'avant-scène politique, c'est-à-dire de la course à la présidence de la République, leur semblait 
relever d'une hérésie. Et même quand l'un d'eux a dû s'y résoudre après le premier tour de la présidentielle, son retrait ne s'est pas fait sans grands cris de protestations et, sans doute, sans gage d'une rétribution consistante en retour pour le soutien que ce sacrifié du trio infernal a dû apporter, nolens volens, au candidat Ouattara dont il fut le premier, en d'autres temps, a récusé ‘l'ivoirité’, selon le concept qui est l'un des facteurs explicatifs de la dimension identitaire de la crise ivoirienne.  
Pour leur part, avant même la proclamation des résultats du second tour, ni Ouattara ni Gbagbo ne semblaient prêts à se soumettre à une issue défavorable. Ce que Gbagbo a eu l'occasion de prouver : quand il a senti que la Commission électorale indépendante (Cei) allait annoncer la victoire de son adversaire, il s'est arrangé pour l'en empêcher avant de se faire attribuer les chiffres conformes à ses propres attentes, par l'entremise d'une Cour constitutionnelle aux ordres.  
Que la Côte d'Ivoire se retrouve ainsi dans la tourmente n'est pourtant pas ce qui est plus grave, puisqu'elle en est, hélas, habituée. Ce qui l'est, c'est que sa crise ait une signification plus vaste, continentale. Expression de multiples non-dits, de double jeu et d'actes mafieux, fondements fragiles de ce théâtre d'ombres qu'est devenue la vie politique africaine, elle révèle combien la démocratie a du mal à s'acclimater sur le continent. A son exercice, de nombreux dirigeants africains, portés par les vents d'une démocratisation encore récente, se sont révélés, une fois au pouvoir, pires que les autocrates qu'ils brocardaient naguère. S'appuyant sur un discours aguicheur, ces néo-démocrates, croisés de la révolution cathodique dont ils maîtrisent les arcanes, sont devenus les plus grands ennemis du progrès démocratique sur le continent. ‘Un homme, une voix, une foi’ est leur conception de l'exercice démocratique parce 
qu'une fois arrivés au pouvoir, il n'est plus question de les en déloger par les urnes. Champions du blanchiment politique, ces experts dans les méthodes les plus tordues, savent ce qu'il faut faire pour se maintenir aux affaires. Les plus hardis parmi eux se posent en parrains de candidats dans les pays voisins. D'où l'existence d'alliances destinées non pas à l'enracinement de la démocratie, mais au contrôle des pouvoirs africains dans le but principal de capter les ressources des Etats africains désormais privatisés au bénéfice de ceux qui les gouvernent et de leurs affidés....  
Du reste, les prises de positions des dirigeants des pays africains sur la nouvelle crise ivoirienne, à commencer par les voisins de la Côte d'Ivoire, sont symptomatiques de ce qui les conditionnent. D'un côté, par exemple, le Guinéen Alpha Condé, fraîchement élu président de son pays et ami de Laurent Gbagbo, et les socialistes sénégalais qui, pourtant, se battent pour que la Cour constitutionnelle du Sénégal ne soit pas instrumentalisée à la prochaine élection présidentielle de l'an 2012 par le président sortant, Abdoulaye Wade, ont choisi, dans une approche fascisante et honteuse, de soutenir la fuite en avant de l'Ivoirien. Est-ce pour ses financements dans les batailles électorales ?  
Au même moment, écartelée entre ses incohérences, l'Organisation internationale de la Francophonie, dirigée par l'ancien président sénégalais, Abdou Diouf, est restée tête basse face à cette même crise, ne sortant de son silence que dimanche 5 décembre, bien après d'autres organisations internationales. C'est là une fâcheuse habitude de la part d'une instance qui ne s'engage que dans des causes sans risques et dont le silence sur d'autres violations des normes démocratiques n'est que l'expression de sa carence sur laquelle ses Etats membres, complices, préfèrent se taire. Entre amis, on se fait des faveurs.  
Cela est encore plus perceptible dans le cas de l'Union africaine : prompte à bander les muscles quand il s'agit de violation du processus institutionnel aux Comores, mini territoire s'il en est, elle n'a pas fait montre du même courage dans le dossier ivoirien où elle est restée presque sans imagination, en se contentant de remettre sur le tapis ses vieilles méthodes éculées, notamment l'envoi d'un émissaire, en la personne d'un Thabo Mbeki dont la crédibilité démocratique reste à prouver, y compris dans son pays, sans oublier sa piètre médiation au Zimbabwé. Ni au Kenya, ni au Nigeria ni encore en Egypte, la principale organisation politique continentale africaine n'a su imposer ses vues sur des processus électoraux sans crédibilité. Presque partout, elle remplit, de fait, le même rôle que celui des tristement célèbres observateurs internationaux passent maîtres dans la validation de scrutins douteux. C'est bien dommage pour une 
Ua ne manquant pas de capacité pour intervenir légalement dans les questions électorales africaines. Puisqu'elle dispose d'un texte légué par son ancêtre, l'Organisation de l'unité africaine (Oua), qui, depuis 1999, proscrit les coups de force institutionnels.  
Penser que sa prudence relèverait d'une quelconque dextérité diplomatique, c'est se tromper : elle traduit plutôt son incapacité à mettre en œuvre, courageusement, les directives qu'elle adopte. Aussi bien, c'est sans surprise, qu'au lieu de se servir des textes à sa disposition dans le cas ivoirien, la voilà qui louvoie à nouveau, n'ayant pas le courage de désigner le coupable dans cette crise : dans l'un des communiqués qu'elle affectionne, elle se contente de se dire ‘vivement préoccupée’ au moment précis où d'autres institutions prennent clairement position. Pourquoi hésite-t-elle à reconnaître le vrai vainqueur de cette élection ? Face à cette pusillanimité africaine, Ouattara est laissé dans l'inconfort de ne recevoir de soutiens que de l'étranger, de l'Onu, de l'Union européenne, de la France ou des Etats-Unis ; et peut-être, discrètement, celui du Burkina Faso ; ce qui, au total, renforce le statut que lui collent 
ses ennemis, qui veulent en faire un candidat de l'étranger.  
Dans ce jeu de dupes qu'était cette élection présidentielle ivoirienne, la victoire de Ouattara ne fait l'ombre d'un doute, comme, naguère, en l'an 2000, celle d'un Gbagbo face au défunt général Guéi, qui avait, lui aussi, organisé et perdu un scrutin présidentiel. Autant Gbagbo avait alors revendiqué et obtenu le départ de Guéi, autant son effacement est de mise, cette fois-ci. L'élégance politique n'est hélas pas le fort des nouveaux démocrates africains.  
On touche là du doigt la vraie dimension de la crise ivoirienne. Elle dépasse le cadre du seul pays qui la vit directement, en soulignant l'ampleur des malheurs qui affectent la marche du continent. Le premier phénomène qu'elle met en exergue, est l'absence de dirigeants de qualité sur le continent. Sur ce qui est devenu un vrai champ de ruines, seul Mandela, mythique dirigeant ayant eu la finesse de s'effacer au milieu des clameurs, se dégage du lot. Mais nul n'est dupe : aucun des autocrates africains qui ont du pouvoir une conception patrimoniale, n'est prêt à se soumettre à son influence. De plus, il est trop vieux pour être encore à la manœuvre, dans les situations de crise. Dès lors, que la démocratie africaine soit malmenée n'est pas pour surprendre, comme on ne doit pas s'étonner qu'elle vivote partout dans un climat délétère.  
En conséquence de quoi, en dehors de la liberté d'expression conquise de haute lutte par les médias et de l'émergence de quelques mouvements politiques ou citoyens, parfois sous contrôle étatique, la démocratie ressemble davantage à une farce qu'à une force pour le bien du continent. C'est ainsi qu'une fois passée l'illusion née des premières années du combat démocratique à la fin des années 1980, l'Afrique semble réduite à constater les reculs, sur ce front. Les plus flagrants sont incarnés par ces fils de... qui se positionnent pour prendre la place de leurs pères au pouvoir. Cela est vrai du nord au sud, de l'ouest à l'est du continent : les Gnassingbé, Khama, Bongo, Moubarak, Wade deviennent les versions africaines des princelings chinois, ces descendants des fondateurs du Parti communiste chinois qui grugent les plus belles places dans la direction de la République populaire de Chine. Là-bas, la continuité monarchique du 
pouvoir n'a jamais été véritablement démentie, dans les faits, par la gestion centralisée du Parti communiste, successeur des différents empires qui ont gouverné la Chine depuis des millénaires ; ici, au nom de l'adhésion au pluralisme démocratique, l'instauration, par effraction, de méthodes monarchiques constitue une flagrante contradiction.  
A défaut d'imposer la monarchie, en s'appuyant sur des élections pipées d'avance, nombre de dirigeants africains sont tentés par les révisions constitutionnelles pour se maintenir au pouvoir. Ceux d'entre eux ayant été forcés de quitter le pouvoir, en désespoir de cause, se positionnent comme les nouveaux sages du continent, comme le Nigérian Olusegun Obasanjo. D'autres deviennent ambassadeurs de bonne volonté de ceci ou cela, observateurs d'élections ou médiateurs dans les conflits même lorsqu'ils ont été des pyromanes pendant qu'ils géraient leur pays. Une analyse plus fine révèle que, dans un échange de bons procédés, leur rôle est plus d'aider les sortants à se maintenir qu'à favoriser la libre expression démocratique. Dans ces missions apparemment banales ou quand ils se retrouvent à la tête (ou dans des) institutions au service de la bonne gouvernance ou inter-étatiques, ils ne sont rien d'autre que de vrais comploteurs 
qui s'emmitouflent dans leurs titres taillés sur mesure pour tenter de faire oublier qu'ils ont été des adversaires de la démocratie véritable ou des libertés publiques lorsqu'ils étaient au pouvoir.  
Parmi ceux qui gouvernent encore, les plus futés sont ceux qui ont l'intelligence de se transformer en médiateurs. Quoi de plus efficace pour faire oublier qu'ils ont du sang dans les mains et, surtout pour garder leurs postes. Les naïfs se pâment en leur décernant des satisfecits non fondés en raison. D'autres dirigeants, vieillards grabataires, s'accrochent de leurs dernières forces pour ne pas lâcher le gâteau. Ces gérontocrates rappellent ceux des temps anciens que l'on croyait révolus avec l'effondrement de la nomenclature soviétique. A plus de quatre-vingts ans, ils ont, pensent-ils, une belle carrière d'autocrate devant eux...  
La question revient à se demander s'il est possible d'avoir une démocratie sans vrais démocrates... Qu'il y ait çà et là, dans ce climat d'ensemble pourri, quelques éclaircies, notamment au Ghana où les élections se sont bien déroulées, ne saurait masquer la réalité désespérante qui est celle du continent où beaucoup de dirigeants sont devenus des hommes d'affaires plutôt que des responsables, gestionnaires prudents et avisés, des affaires publiques. Les nouveaux venus savent qu'avec l'argent, la démocratie est encore plus facilement court-circuitée ; d'où les trésors de guerre qui se créent pour soutenir les projets de perpétuation des pouvoirs ou leur transmission à des obligés, de préférence dans la famille ! Pouvoirs en place et oppositions sont parfois même de connivence dans le blocage de l'avancée démocratique quand on sait que la sphère publique classique n'est plus toujours le lieu de résolution de leurs 
divergences : cela se passe de plus en plus dans les loges maçonniques, qui deviennent maintenant les espaces privilégiés pour décider du sort des Etats africains.  
C'est une descente dans les ténèbres qui autorise à penser qu'au total, l'Afrique, comme l'affirmait René Dumont, est mal partie. Pis, elle semble avancer à reculons, n'en déplaise aux théoriciens de son renouveau qui ne lui rendent pas service en passant sous silence les tares qu'elle traîne. Ces reculs ne sont que partiellement masqués par les campagnes de ‘branding’ menées par les Etats et certaines entreprises africaines ou par l'afro-optimisme que veulent coûte que coûte imposer les organisations multilatérales, comme le Fmi ou la Banque mondiale, et des Etats développés soucieux de 'vendre' une autre image de l'Afrique à leurs contribuables, afin de justifier leur intervention sur son sol, notamment pour en tirer davantage profit ou justifier leur propre existence. Mais le mensonge ne peut être bonne compagne en cette ère où les marchés punissent sans rémission les laxistes et autres mauvais gestionnaires.  
Jusqu'ici oubliée, parce qu'elle ne pèse pas encore lourd sur l'économie mondiale, l'Afrique n'en constitue pas moins une des prochaines victimes de l'effet domino qui s'abat sur les zones géographiques économiquement et politiquement malades. Surtout que les néo-démocrates qui l'ont prise en otage, sont souvent des hommes politiques, troquant facilement leurs tenues institutionnelles, contre celles d'hommes d'affaires, sans foi ni loi, et qui bradent ressources naturelles et terres des pays qu'ils gouvernent sans se soucier des conséquences de leurs décisions régaliennes. Ces prédateurs des temps modernes sont d'autant plus à l'aise, qu'ils se savent confortés par l'appui qu'ils reçoivent de nouveaux intervenants sur le continent, comme la Chine, qui sont moins regardants sur les questions démocratiques, et qu'ils peuvent s'arc-bouter sur la question de la souveraineté qui devient le bouclier pour tout se permettre à l'intérieur des 
frontières.  
La crise ivoirienne met à nu les fausses promesses, exagérées, du réveil africain pourtant possible compte tenu des potentialités du continent. Seront-elles transformées en réalités, dans un jour prochain ? Ce n'est pas impossible. Mais si elles ne sont prises à bras le corps, les lacunes aussi bien politiques qu'économiques qui bloquent le destin de l'Afrique, finiront par hypothéquer durablement son émergence. Ce serait dommage car même le père du concept Brics désignant les pays émergents, Jim O'Neil, n'hésite pas à envisager un autre avenir que celui, noir, du continent.  
L'éclatement de la bulle ivoirienne sera-t-il la sonnette d'alarme pour que l'Afrique devienne sérieuse avec elle-même ? La réponse à cette question déterminera si la démocratie et le développement s'y enracineront malgré les réthoriques annonciatrices d'un soleil africain. Question à un million de dollars : la renaissance africaine qui a eu droit à une statue fort onéreuse, plantée sur les hauteurs de Dakar, restera-t-elle ou non une image figée pendant longtemps encore ? Si ce qui se passe en Côte d'Ivoire peut servir de guide, il y a de quoi être inquiet, à moins que le miracle du développement africain promis par tant de voix ne se réalise enfin...  
Mais le réveil et la renaissance du continent déclamés à forte dose de résultats macro-économiques par les institutions financières internationales et les instances de notation, et d'indicateurs clés de la gouvernance ou des progrès démocratiques par les nouveaux tenants de la doxa africaine, cachent une réalité plus simple : au milieu de ces bruits d'autosatisfaction, des centaines de millions d'Africains, appauvris, souffrent de voir leur continent s'enfoncer dans la misère, entre des mains louches, pendant que le discours démocratique continue de produire ses effets sédatifs pour empêcher que le diagnostic froid qu'elle mérite ne soit posé sur l'Afrique.  
Adama GAYE Journaliste sénégalais et consultant adamagaye@hotmail.com 
Docteur Marie Faye  
Une éthique de toubib dans l’arène politique  
Mon cher compatriote,  
La légende raconte qu’Esculape aurait volé la médecine aux Dieux de de l’olympe pour l’offrir aux hommes qui en usèrent et abusèrent de manière cavalière avant qu’Hippocrate jurant ses grands Dieux en posât l’éthique que l’on retrouve à notre époque sous diverses formes désacralisées, puisque, dans plusieurs facultés du monde ; le serment n’est plus obligatoire, quoique la mystique semble l’envelopper fadement encore. Les déclarations pathétiques sarcastiques et caustiques du toubib Marie Faye te troublent par sa méthode un peu nouvelle au Sénégal, par la récupération et la lecture que les politiques de tous les bords en font à juste titre. Ces déclarations offusquent même quelque religieux qui appelle à un branle-bas unifié pour bâillonner le peuple : oubliant l’insulte mémorable qui a été fait à la nation hier encore quand on a eu l’outrecuidance de dire ‘’kou wotéloul ‘Abdou Diouf imbécile nga ‘’ celui qui ne vote pas pour Abdou Diouf est un imbécile. De qui se moque-t-on ? Mon cher compatriote tu n’es pas si amnésique tu sembles simplement faire la passe sur l’imminente solitude que tu rencontreras dans ta tombe ; que tu sois beau ou que tu sois moche. Cependant pour vivre avec honneur, Il te va falloir donc pour ne jamais te tromper de route parler de liberté et reposer les deux postulats cultes qui sont une lanterne suffisante pouvant t’éclairer en tout ce que tu auras à accomplir dans le cours ou les courants de ta vie en société. ‘’Nulle n’est censée ignorer la loi. ‘’ - ‘’La liberté d’un homme s’arrête là où commence celle des autres. ‘’ En posant son diagnostic d’abécédaire malade sur l’état de santé du président Wade, Mame Marie faye ne t’apprend rien de nouveau sinon ce nouveau syndrome qu’elle devrait proposer à l’académie, ‘‘abécédaire malade ‘’ qui résume sans doute ce que tu enfermes dans l’adage ‘’magguét doy na fêbar’’ (Etre vieux est suffisant pour crouler sous le poids des maladies). L’on n’a pas besoin d’égrener l’alphabet. Pour comprendre que Wade ne peut pas à quatre-vingt-quatre ans ou alors quatre- vingt-onze ans selon son soi-disant fils spirituel, avoir une bonne santé et être apte à diriger le Sénégal. S’y ajoutent sa manière de se dandiner en passant en revue les troupes et ses nombreuses tiques nerveuses. Dans sa campagne électorale, François Mitterrand avait instauré le bulletin de santé du chef de l’état qui dès sa diffusion en Mille-neuf-cent-quatre-vingt et un, avait été toujours truffé de mensonge ; même quand son médecin eût banalisé l’opération de la prostate du président en mille neuf cent quatre-vingt-douze ; on avait continué à tromper le peuple. La fin de l’ancien président (quelque mois après qu’il eut terminé son magistère) très bien médiatisée en mille neuf cent quatre-vingt- seize avait encore laissé des zones d’ombre. J’avais alors pensé que le subterfuge avait atteint son but qui était de jouer au superman pour que les administrés continuent de compter sur un chef d’état herculéen et charismatique comme l’intente Wade, qui vante souvent sa vision de lynx et qui défie publiquement un journaliste à la course alors que vraisemblablement, il porte des lentilles de contact. Je dus chercher d’autres raisons qui pourtant étaient évidentes ; quand après la mort de Mitterrand son docteur personnel Claude Gubler sortit un livre pour dévoiler l’énorme tromperie, puis fût aussitôt traduit devant la justice par la famille du défunt président. Le livre avait été immédiatement retiré des ventes et le docteur Gubler fut rayé de l’ordre des médecins, sans jamais pouvoir se réhabiliter. J’ai trouvé alors que la vanité de l’homme le conduit insensé qu’il est à se construire une image de rêve pour nourrir sa stupide grandeur. Ainsi se sentait diminuer la famille de Mitterrand pour qui le défunt président malgré ses fresques rocambolesques était le socle le flambeau incandescent de leur dynastie. Avant cela l’on avait eu l’exemple de Pompidou mort au pouvoir refusant d’abandonner ses charges pour se soigner ou encore plus proche de toi, la décès du dictateur Lansana Konté moribond qui s’est maintenu au pouvoir pour voir sa famille et ses obligés saccager transformer son pays en un terrain mafieux au détriment du peuple guinéen. Les questions que tu te poses sont de comprendre ce qui a motivé l’ophtalmologue pour tenter de t’ouvrir les yeux sur ce que tu savais déjà, la très mauvaise santé de Wade puis, mérite-t-elle d’être inquiétée pour ses affirmations? Le docteur marie nous raconte qu’elle agit pour l’intérêt de wade son père ( ???). Ainsi donc Ce n’est pas la première fois que l’éthique médicale envahit l’arène politique, au détriment des peuples et jamais pour son avantage. Quoiqu’il en soit, le président de la république est une institution en ce sens elle doit être limpide et les contribuables ont le droit et même le devoir de la comprendre, dans ce droit est la connaissance de son état de santé. ensuite ;Mame Marie Faye diagnostiquée psychologiquement dérangée (folle) par wade jouit de l’immunité que lui confère la réciprocité de propos. Nous regrettons simplement qu’elle n’ait pas posé son acte utile et patriote avant les élections de Deux mille cinq. Son alarme t’aurait servie d’avantage car tu aurais compris que voter pour wade était de se retrouver avec Karim et famille régnant de facto et te manipulant comme une marionnette. Puisse seulement l’alarme du docteur Marie te conscientiser toi le Peuple seul électeur pour que tu évites les scénarios Lansana Konté, ou wade famille qui finiraient par t’achever car mon bien pauvre compatriote, tu es déjà bien malade de toutes les insanités que ce régime te fait subir. Vive la liberté d’opinions, vive le Sénégal  
Papa Amadou Ndiaye leconsulteursa@yahoo.fr www.yakotey.populus.ch 
 
Tanor Dieng entre erreur monumentale, amnésie et honte…  
Ousmane Tanor Dieng (Otd), est l’homme politique qui jusque-là, a réussi au mieux à synthétiser le personnage et l’action politique du Président Abdoulaye Wade par des concepts tels qu’absence de vision, imprévoyance et intolérance… Trois concepts qui collent bien à la peau du Président mais qui malheureusement – la faute à une déclaration malhabile ou balourde – vont désormais se coller à sa peau d’administrateur de haute classe, d’homme du sens de l’Etat et du secret d’Etat, l’homme de foi et de discrétion…  
En visitant son site Internet, nous pouvons lire divers titres, charges, fonctions, qualités particulières, capacités spécifiques et caractéristiques distinctifs qui font de l’homme un politicien à part dans ce landerneau grâce à ses grandes connaissances de la chose étatique et de son grand vécu en tant que grand commis au service des deux premiers Présidents du Sénégal (Senghor puis Diouf). Ce Tanor-là, comparé au Tanor opposant et actuel 1er Secrétaire du Parti socialiste, nous donne à s’exposer l’autre Tanor, en référence à sa jadis toute-puissance au poste de ministre Directeur de cabinet du Président Abdou Diouf. 
Ce Tanor-ci vient drôlement se caractériser par : 
1. Une erreur monumentale, en soutenant un gangstérisme constitutionnel que tout citoyen épris de justice, de liberté et de démocratie ne saurait tout bonnement cautionner. Aussi, cette situation donne et donnera du fil à retordre à ces souteneurs de Tanor, car ils vont très forcément se sentir mal et petits dans leurs souliers… 
2. Une amnésie, car ce scénario ressemble à bien des égards à celui des élections de 1993 sous le régime du Parti socialiste (Ps) où l’on assista à la démission de feu Kéba Mbaye, à l’assassinat de Maître Seye, puis à la proclamation des résultats par Youssou Ndiaye avec plus de 21 jours d’attente. Tout compte fait, Tanor ne peut que se réjouir de l’élection de Gbagbo, car ceci expliquant bien cela… 
3. Une honte, car le Parti socialiste ne mérite pas de se voir envoyer comme ça au fond du trou. Il n’est même pas concevable de voir ce parti, avec toute sa nomenclature, tomber aussi facilement dans ces errements, pour ne pas dire bévue fatale. Il n’y aura personne pour cautionner pareille méprise qui ne fera que profiter aux calomniateurs et dénigreurs du «Benno Siggil Senegal» (Bss) à savoir le «Pds & Co». 
Comment peut-on lutter contre certaines dérives démocratiques du Président auquel on s’oppose dans son propre pays et en soutenir un autre ? 
De plus, le faire à un moment aussi crucial, est-ce à dire pendant que le monde entier récuse l’attitude de Laurent Gbagbo ? Lui comme son challenger Alassane Dramane Ouattara (Ado) s’étaient engagés – devant la Nation ivoirienne et la communauté internationale –à ne pas contester les résultats issus de cette élection certifiée par l’Onu qui en grande partie, a financé cette dite échéance électorale. 
A-t-il jaugé les risques que cela peut entraîner pour lui et pour ses compatriotes ? Quel est l’impression que les Sénégalais devront avoir et adopteront vis-à-vis du Parti socialiste ou de Tanor, en faisant le rapprochement des ressemblances ? 
Pour répondre à toutes ces questions, je dirai tout de go : J’ai honte pour cet homme qui force l’admiration grâce à son cheminement particulier : une formation académique très méritante, une ribambelle de diplômes reconnus et l’exercice de hautes fonctions administratives et politiques… 
A cet homme, je demande de se reprendre et de se corriger afin que son discours soit à la mesure d’un de ses sévères diagnostics du régime de Me Abdoulaye Wade : «Ce gouvernement, dont le libéralisme n’entre dans aucune nomenclature idéologique connue, est en train de mettre en péril l’essentiel des acquis qu’il a hérités du régime socialiste tant au plan des libertés démocratiques que dans la mise en œuvre des importants projets de développement économique conçus, finalisés par le régime socialiste, et dont tous les financements étaient bouclés. J’ai le sentiment d’un énorme gâchis qui s’accomplit sous nos yeux.» 
Par Allah, prions pour qu’il se ressaisisse vite afin de ne pas se risquer à être un des témoins passifs du Parti socialiste en particulier, et du Sénégal en général, car «Errare humanum est, perseverare diabolicum» qui signifie, «Il est humain de se tromper ; persévérer [dans l’erreur] est diabolique». 
Ababacar Sadikh SECK - secksadikh1@yahoo.fr 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 11.12.2010
- Déjà 5417 visites sur ce site!