ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

LE CHAOS SOCIÉTAL

SENEWEB:  
 
Tête de colon !  
Souleymane Jules Diop Vendredi 5 Déc 2008  
« L’honneur, une noblesse disparue  
avec l’avènement des lâches, de ceux qui,  
ayant tout compris, n’ont plus rien à défendre » 
Nicolas de CHAMFORT 
Les libéraux se le tiennent pour dit. Karim Wade a déjà accepté « l’héritage ». Accepter trop tôt un pouvoir pour le défendre par la suite avec des barbelés et des caniches comme un colon afrikaner n’est pas une mince affaire. Mais les libéraux ne se font plus d’illusions. Le Pds est une propriété d’Abdoulaye Wade. Tous les biens de ce parti sont ses propres biens. Quand il en était encore le seul bailleur, l’ancien opposant estampillait sur chaque chaise, les initiales AW. Ceux qui n’ont pas laissé trop longtemps leur derrière sur un table-banc savaient au moins ce que ça voulait dire : « Appartient à Wade ». La seule fois où ses militants, devenus riches, ont mis la main à la poche, c’était pour la construction du siège qui leur a coûté près d’un milliard de francs Cfa. Il s’est trouvé que cet édifice a été bâti sur un titre foncier appartenant à Karim Meissa Wade. L’ancien propriétaire croupit en prison pour avoir vendu ce qui lui appartenait. L’Etat lui a demandé de se débrouiller, après avoir réquisitionné le terrain pour « futilité publique ». C’est là la meilleure garantie que le Pds peut changer de main, mais il ne changera jamais de bras. Quoi de plus normal, pensent les monarchistes au doigt mouillé, que le seul héritier déclaré prenne possession du parti, en même temps qu’il hérite de ses biens. Mais là où leur logique devient insupportable, convenez-en, c’est quand ils avancent cette idée répugnante que le pouvoir aussi est un pouvoir d’Abdoulaye Wade. Il aurait le droit de le donner à qui il veut. Le président de la République n’est pas loin de penser la même chose, et c’est tout notre malheur. Il cherche toujours son successeur, un « jeune ingénieur financier très au fait des idées modernes dans son domaine ». Mais on n’annexe pas le pouvoir comme on annexe une propriété à Sangalkam. Nous avons élu un homme étrange, nous le savons bien. Il veut nous imposer un étranger. Samedi dernier, le président de la République, son fils Karim et son épouse Viviane sont arrivés chacun dans son avion en provenance de « chez eux ». Nous avions cru que nous avions atteint les limites de la frivolité sous Wade. Mais ce qui rend ce je-m’en-foutisme choquant, c’est que moins d’une semaine avant, des centaines de pèlerins ont failli laisser leur vie sur le tarmac de l’aéroport dans un vieil avion cargo transformé en avion commercial. Parce qu’en plus de leur voler l’économie de toute une vie, les voyous qui se cachent derrière Zam Zam n’ont pas été capables de leur assurer des conditions de transport décentes. Cet homme, quand il venait d’arriver, promettait de rompre avec le symbolisme attaché à la fonction présidentielle. Il s’arrêtait partout, parlait au vrai peuple, allait présenter des condoléances comme un citoyen ordinaire. Nous étions convaincus d’avoir enfin élu un président « sénégalais ». Il faut avouer que nous avons tous été bluffés. Depuis qu’il s’est installé sur son fauteuil Louis XIV, Abdoulaye Wade ne pense qu’à lui-même et à sa famille. J’ai pensé que les Sénégalais, pour une fois, se feraient entendre. Je n’ai jamais pensé que Karim Wade avait le droit de jouer avec tout. Je me suis dit qu’avec la religion, c’était « trop haut ». Ce n’était pas à la rue de réagir, c’était aux familles maraboutiques, aux chefs religieux de le faire, ils ne l’ont pas fait. Cette fois-ci j’ai rendu les armes. 
Ce qui faisait que dans ce pays ont ne pouvait pas tout se permettre, c’était une classe maraboutique qui croyait en Dieu et une gauche communiste qui ne croyait en aucun Dieu. Les chefs religieux, en dépit de certaines connivences qu’on pouvait leur reprocher, ont toujours servi l’unité du pays et la paix sociale. L’extrême gauche communiste a été à la base de la plupart de nos conquêtes syndicales et de nos acquis sociaux. Ils se sont tous convertis à la religion de l’argent. Pendant que Marie Angélique suscitait l’émoi à Cotonou, Savané et son numéro deux se disputaient dix millions offerts par le président de la République. Je ne me suis jamais fait d’illusions sur Mamadou Diop Decroix. Il a toujours été un homme dissimulé. Mais je me demande comment Landing Savané arrive à s’arranger avec sa propre conscience. J’étais un assidu de la maison de Gibraltar. La désinvolture avec laquelle le coco trahit ses anciens compagnons et piétine ses propres convictions pour de l’argent est stupéfiante. Il est déjà inadmissible qu’il soit le seul membre du gouvernement à être payé à ne rien faire. Ajouter à tous ces privilèges les enveloppes du palais présidentiel est une pratique troublante. De tous les anciens « clandestins », il passait pourtant pour le plus intègre et le plus intransigeant. Mais l’argent de Wade a révélé chez lui une dimension qui nous était inconnue. Il faut le mettre au crédit du président de la République et de son fils. L’argent ne circule que pour ceux qui sont dans le circuit. Ceux qui en sortent comme vous et moi sont court-circuités. Point barre. 
C’est pourquoi je suis d’accord avec ceux qui voient dans les dérives monarchiques de ces dernières années l’urgence d’une réforme de l’institution présidentielle. Tous reconnaissent qu’il y a un impératif à réformer la présidence de la République. Je pense pour ma part que c’est le président de la République qu’il faut réformer, pas la présidence de la République. Pris en lui-même, ce lieu ne comprend que le secrétariat général de la présidence de la République et quelques nobles institutions comme l’inspection générale d’Etat. Abdoulaye Wade n’a pas plus de pouvoirs qu’en avait Abdou Diouf. Il en a même moins. L’Assemblée nationale s’est trouvée théoriquement renforcée, puisque le président de la République ne peut dissoudre le Parlement que deux années après le début de la législature. C’est pourquoi Serigne Diop s’évertue à défendre le caractère « parlementaire » de son régime. C’est un peu grossier. Mais dans l’absolu, la Constitution qui a été adoptée le 7 janvier 2001 renforçait les pouvoirs de l’Assemblée nationale et ceux du Premier ministre. Si le Ps, l’Afp et la Ld/Mpt l’ont adoptée, c’est qu’elle avait quelque chose de bon. Abdoulaye Wade s’est évertué à la violer sans sourciller, c’est cela son fort. Les français vivent le même malheur. Nicolas Sarkozy a été élu sous le même régime que Mitterrand et Chirac. Quand il est arrivé au pouvoir, il a annexé la résidence de son Premier ministre, fait augmenter son salaire, berlusconisé l’audiovisuel.  
Je le dis parce qu’une partie de la classe politique entretient l’illusion que la recette viendrait de la réduction des pouvoirs du président de la République. Or, le problème ne vient pas du fait que le président de la République a trop de pouvoir. Il vient du fait qu’il n’a pas de contre-pouvoir. C’est une subtilité à saisir, pour ne pas s’embarquer dans un réformisme aporétique. Nous entretenons l’illusion qu’Abdoulaye Wade concentre trop de pouvoirs mais c’est parce qu’il n’a aucun contre-pouvoir en face de lui. Toutes les voix dissonantes ont été dissoutes.  
Tout cela serait pardonné si cette mise au pas de l’opposition s’était accompagnée d’une mise en ordre de son gouvernement et de son propre parti. Mais au sein de l’Etat, il a tellement ridiculisé le Premier ministre et les ministres qu’il les pousse à la révolte. Beaucoup de ministres qui se sont déjà rempli les poches ne cachent plus leur intention de partir avant que la comédie ne tourne au drame. Ils jouent aux illuminés quand il les regarde avec sa mine ringarde et dès qu’il tourne le dos, ils se moquent de lui.  
Le Pds n’est pas mieux. Le parti pour lequel des générations de militants se sont battus est devenu un fantôme que plus personne ne reconnaît. Abdoulaye Wade a voulu en être le seul chef, mais le résultat est désastreux. Il se rend maintenant au Comité directeur pour s’écouter parler dans un silence intenable pour certains. Abdou Fall avait pour mission « d’élargir le part », Abdoulaye Wade l’a saboté à son insu. 
Finalement, même le projet de grand parti de la mouvance présidentielle qu’il voulait pour son fils a été un échec lamentable. Un de ses collaborateurs me demandait en début de semaine s’il était capable de quelque chose. Et c’était son seul motif de consolation : « Finalement, ce sont des incapables. C’est un incapable, mais son fils aussi est un incapable. Ils ont échoué partout, je ne vois pas comment ils pourront réussir leur coup. Ils ont tout essayé. Le produit n’est pas bon. » Mais ils sont capables de réessayer, ces têtes de colons ! 
SJD 
Auteur: Souleymane Jules Diop  
Lobservateur : Vendredi 5 Déc 2008 
BABACAR JUSTIN NDIAYE, POLITOLOGUE « Dans l’opposition, Macky se dévaluera comme le Franc Cfa »  
 
Babacar Justin Ndiaye revient sur la situation politique nationale marquée par la création d’un nouveau parti politique dirigé par Macky Sall, les querelles de leadership dans l’opposition et les Assises nationales. Le politologue se prononce sans détours.  
Après son exclusion du Pds et son départ de l’Assemblée nationale, l’ex-Pm Macky Sall a créé son propre parti politique, Apr/Yakaar. Quel commentaire faites-vous de cela ?  
«L’affaire Macky Sall » est mal amorcée, mal pilotée. Et par conséquent, elle a mal abouti. Une évolution fâcheuse qui découle des comportements croisés des entourages mal profilés de Wade et de Macky. C’est la résultante du choc des stratégies des conseillers ou courtisans techniques de Wade et des plans des conseillers ou excités techniques de Macky Sall. Ils sont tous plus passionnés qu’avisés. De part et d’autre, on a joué la carte du jusqu’au-boutisme. Maintenant que le vin est tiré, il ne reste plus qu’à le boire jusqu’à la lie. C’est le casus belli. Le Pds et l’Apr (le 145ème ) sont désormais électoralement des concurrents et politiquement des adversaires.  
Certains pensent que Macky et Idy, pourraient se retrouver ensemble pour faire face à Wade. Est-ce que vous partagez ce point de vue ?  
La politique est fertile en rebondissements sous forme de ruptures comme de retrouvailles. Par conséquent les perspectives sont ouvertes dans tous les sens du terme. Le cas Macky et le cas Idy sont originellement deux événements différents mobilisant deux acteurs, c’est-à-dire deux personnages différents, tant au plan du tempérament qu’au plan de l’itinéraire au sein du Pds. Sans oublier les rapports respectifs mais incomparables qu’ils ont entretenus avec Wade. Toutefois la belligérance politique avec ses impératifs de victoire ou de survie, peut bien les amener à faire cause commune dans des cas de figure souvent originaux et inattendus que seule la politique sait produire. Mais d’ores et déjà les chemins sont parallèles comme deux droites qui se côtoient sans se toucher. Par exemple en direction des Assises nationales auxquelles Idy a tourné manifestement le dos. Et vis-à-vis desquelles Macky se montre apparemment plus disponible.  
Pensez-vous que c’est une bonne idée pour l’opposition de lancer des Assises nationales ?  
Mon opinion est défavorable aux Assises qui, à mes yeux, représentent un mauvais remède contre le mal libéral. Il serait fastidieux de convoquer ici les arguments historiques, politiques et institutionnels qui fondent mes réserves à l’endroit de ce conclave réunissant des segments respectables du peuple Sénégalais. Rabelais avait coutume de dire que « le temps est le père de la vérité ». Je suis sûr que le temps confirmera mon opinion lorsque dans les manuels scolaires des générations futures, le Sénégal figurera aux côtés du Mali, du Niger, du Bénin, de la Rdc comme les pays ayant expérimenté l’équivalent ou le duplicata d’une conférence nationale souveraine. Alors que la trajectoire historique du Sénégal le prédispose à être logée à la même enseigne que les pays les mieux gouvernés d’Afrique à savoir le Lesotho, le Cap-Vert et l’Ile Maurice.  
Les querelles de leadership entre Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng ont refait surface. Est-ce que cela augure de lendemains meilleurs pour le Fss et les Assises nationales ?  
Le fossé historique de 2000 qui s’est creusé entre le Ps et l’Afp n’est pas sur le point d’être refermé. Il constitue un cancer qui mine et minera longtemps les rangs d’une opposition qui, obligatoirement, pivote autour de ces deux mastodontes de l’opposition. En vérité Niasse qui a fait de Wade un « roi » en 2000, ne saurait passer sa vie à faire des « rois » sans être « roi ». Il s’y ajoute que le « roi » Wade a été politiquement cruel à son endroit. C’est une expérience que le patron de l’Afp exclut forcément de revivre avec un autre « roi » dont il ne peut pas préjuger du comportement ultérieur. Quant au Ps, jusque dans les tréfonds de sa mémoire, il considérera Niasse comme le fossoyeur du pouvoir socialiste dont il était l’un des hiérarques depuis Léopold Sédar Senghor.  
Quelle sera alors la place de Macky Sall dans cette opposition ?  
Macky Sall aura du mal à trouver ses marques sur l’échiquier. Sa carte de visite politico -institutionnelle est la plus scintillante du pays. Car il a été tour à tour ministre, Premier ministre, président de l’Assemblée nationale, directeur de campagne et maire. De Léopold Sédar Senghor à Talla Sylla, aucun homme politique n’a étrenné de pareils galons. Aujourd’hui, en allant aux Assises ou dans l’opposition, il va se diluer dans un magma de petits, moyens et grands partis… qui ne feront de lui ni mécaniquement ni automatiquement leur chef de file. Ce qui forcément le rétrogradera. En résumé, Macky dans l’opposition, se dévaluera comme le franc Cfa. Hors de l’opposition, il aura du mal à tracer victorieusement son sillon. L’évidence immédiate est sa capacité de nuisance à l’égard du Pds. Avec Idy, il s’agira de savoir qui sera le lieutenant d’une telle alliance.  
Auteur: HAROUNA FALL  
SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES : Un déficit de 113,5 milliards enregistré durant les dix premiers mois 2008  
Les recettes budgétaires cumulées durant les dix premiers de l’année 2008 sont estimées à fin octobre 2008 à 936,3 milliards de Fcfa. D’après la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee) du ministère de l’Economie et des Finances qui fait la révélation dans sa note de conjoncture du mois d’octobre 2008, « les recettes budgétaires cumulées à fin octobre 2008, sous l’hypothèse du remboursement des droits et taxes suspendus, évalués à 44,5 milliards, sont estimés à 936 milliards contre 869 milliards un an auparavant, soit une progression de 67,2 milliards ».  
Selon la Dpee qui fait l’état au niveau des finances publiques, une moins value de 80,8 milliards aurait été observée par rapport à l’objectif initial qui avait été fixé et qui était d’atteindre des recettes budgétaires cumulées 1017,1 milliards, à fin octobre 2008. Concernant les dépenses totales et prêts nets, « ils sont évalués à 1106 milliards contre 1164,2 milliards à la même période de l’année précédente, soit une diminution de 58,2 milliards, en raison essentiellement des dépenses d’investissement », ajoute la Dpee. Ce qui fait que « le solde global base ordonnancement dons compris est évalué en déficit de 113,5 milliards ». A la même période, durant l’année 2007, le déficit était évalué à 176,6 milliards de Fcfa. Le déficit du solde de base est pour sa part évalué à 58,4 milliards de Fcfa.  
Concernant les échanges commerciaux avec l’extérieur, « le mois d’octobre est caractérisé par un repli aussi bien des exportations que des importations comparé au mois de septembre 2008, qui ont respectivement baissé de 35,8 milliards et 18,4 milliards. Ce qui a occasionné un creusement de 17,4 milliards de déficit de la balance commerciale qui s’est établi à 185,8 milliards en octobre 2008 », indique la Dpee. Pourtant, sur les dix premiers mois de 2008, la balance commerciale du Sénégal vis-à-vis des pays de l’Uemoa est excédentaire de 162,0 milliards. En outre, avec l’espace Uemoa toujours, les échanges commerciaux ont été marqués par un excédent commercial de 11,2 milliards au mois d’octobre 2008 contre 21,2 milliards au mois précédent. Situation due à la baisse des exportations vers les pays partenaires de la zone. Parlant de la situation de l’Uemoa, la Dpee indique que tous les pays membres ont des évolutions de prix élevés. C’est ainsi que l’inflation est estimée globalement à 7,5% à fin octobre 2008, soit plus du double de l’objectif communautaire de 3%. Ainsi, « les taux d’inflation les plus élevés sont observés au Niger (10,6%), au Burkina Faso (11%), au Mali (9,1%) et en Guinée Bissau (10,6%) ». Au même moment le Togo enregistre un taux de 8,7%, le Bénin 7,7%. Ce qui fait que la Côte d’Ivoire (5,9%) et le Sénégal (6,0%) sont les seuls à avoir enregistré un taux inférieur à celui de l’Uemoa. Toutefois, l’économie sénégalaise a encore connu des pertes de compétitivité au mois d’octobre 2008 de 1,3%, relativement au mois précédent. Ceci, en raison essentiellement de la dépréciation de 1,7% de la monnaie nationale vis-à-vis de celles des partenaires commerciaux. 
Auteur: Jean-Pierre MANE  
Le Matin : Vendredi 5 Déc 2008 
DEM-DIKK, COLLECTIVITÉS LOCALES ET UGB : Veille de Tabaski sous haute tension  
Des travailleurs de Dem-Dikk et des collectivités locales enfourchent le cheval de la contestation par des mouvements d'humeur. Des étudiants de l'Université Gaston Berger descendent dans la rue. Tout ceci pour réclamer un droit élémentaire : le salaire ou la bourse. 
Les employés de Dem-Dikk, les agents municipaux de Dakar et les étudiants de l'Université Gaston Berger ont exprimé hier leur profonde indignation. La raison ? Ils courent derrière leur dû à trois jours de la Tabaski. Selon Sidya Ndiaye, le secrétaire général de la Fédération Générale des Travailleurs Sénégalais (Fgts) qui a convié hier les employers des collectivités locales à un sit-in et qui intervenait devant la presse, : "Ce qui se passe est inadmissible. Au moment où l'on distribue des aides à des militants, les autorités municipales sont incapables de nous payer nos salairs". Ainsi, les travailleurs des collectivités locales ont enfourché le cheval de la contestation pour percevoir leurs émoluments. Comme s'ils s'étaient passé le mot, les travailleurs de Dem-Dikk ont entamé hier un mouvement d'humeur pour pouvoir percevoir leur salaire du mois de novembre.  
Ces derniers, pour entrer dans leur dû, ont déserté les bus pendant trois jours. Ce qui a occasionné une perte sèche de 75 milions de Fcfa. Le ministre Habib Sy s'était investi pleinement pour calmer les ardeurs des travailleurs. Chassez le naturel, il revient au galop. Encore, les autorités de " Dem-Dikk" tardent à réagir en ce qui concerne le paiement des salaires des employés. Ces derniers n'ont pas cherché loin. Ils ont paralysé hier dans l'après- midi de nouveau le trafic, mettant à rude épreuve les usagers. Face à cette situation, la direction générale de Dem-Dikk a réagi à travers un communiqué pour exprimer son indignation et en même temps présenter ses excuses à ses centaines de milliers de clients.  
La missive note que "les populations dakaroises ont noté avec amertume l'arrêt brutal du réseau de Dakar Dem-Dikk dans l'après-midi du jeudi 4 décembre 2008". Dans la même veine, le communiqué souligne que "quelles que soient les raisons de ce mouvement, c'est la méthode qui est condamnable". "En piégeant les usagers, qui sont des centaines de milliers, d'autres travailleurs, les auteurs de ce mouvement, se sont mis au banc des accusés", poursuit le communiqué. La Direction Générale de 3 D précise qu'elle n'a ménagé aucun effort pour démarrer depuis hier, sur fonds propres, le paiement des avances de la Tabaski en attendant l'appui financier devant provenir du Trésor public pour la couverture du réglement des salaires de novembre dans les délais légaux.  
En attendant, les travailleurs de cette société de transport ruminent leur peine à l'instar des étudiants de l'Université Gaston Berger. Ces pensionnaires de ce temple du savoir ne veulent qu'une chose : "entrer en posssession de leur pécule". Depuis deux jours, ils ont pris possession de la rue. Ces manifestations de travailleurs ou d'étudiants désirant entrer dans leurs fonds sont d'une récurrence remarquable. N'est-il pas temps pour nos autorités d'anticiper de manière adéquate sur ces crises ? Quand on sait que gouverner, c'est prévoir.  
Auteur: Mademba Ramata DIA  
APS : Jeudi 4 Déc 2008 
HABITAT : Une étude révèle l’existence d’une bulle immobilière à Dakar  
Dakar, 4 déc (APS) - Une ‘’bulle spéculative’’ consécutive à la ‘’hausse vertigineuse des prix’’ plane, depuis 2001, sur le marché de l’immobilier à Dakar-Plateau, Grand-Dakar et la banlieue de Dakar, indique une étude publiée, jeudi à Dakar, par la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE). 
 
 
’On peut soupçonner l’existence d’une bulle spéculative sur le marché de l’immobilier’’, indique Alsim Fall, co-auteur de l’étude. De façon générale, dit-il en se fondant sur l’indicateur synthétique de trois zones, ‘’le marché de l’immobilier dans la capitale sénégalaise est caractérisée par une bulle qui persiste depuis sept ans’’.  
Avec sa collègue Fatou Diané, M. Fall constate que ‘’la bulle immobilière se manifeste par une augmentation du prix de l’immobilier sans rapport avec de nombreux fondamentaux économiques comme les revenus ou le rendement locatif des biens immobiliers’’. 
‘’La bulle apparaît manifestement de manière interrompue (Depuis 2000) dans la quasi-totalité des zones étudiées. Seule la zone de Dakar-Plateau (Centre-ville, Médina, Fass, Gueule-Tapée, Reubeuss, Gibraltar et Colobane) fait état de quelques incertitudes, du fait que les prix y ont atteint des niveaux record, difficiles à surpasser’’, indiquent-ils. 
Ils localisent le Grand Dakar dans les quartiers : Point E, Fann, Amitié, Zones A et B, Grand-Dakar, Niari Tally, HLM, Baobab, Bourguiba, Dieuppeul, Castor, Libertés, Sacré-Cœur, Mermoz, VDN, Foire, Grand-Yoff, Ouakam et Almadies. La banlieue couvrent Pikine, Guédiawaye, Parcelles-Assainies, Mbao et Keur Massar. 
Selon les auteurs, les trois phases de la bulle (sur le prix de l’immobilier) coïncident successivement avec une ‘’évolution ascendante et régulière’’ (1960-1995), suivie d’une ‘’hausse plus rapide’’ (1996-1999) et une ‘’accélération de la croissance’’, à partir de 2000. 
Du début des années 80 à fin 90, le rapport entre le prix des biens immobiliers et le loyer a évolué ‘’de manière plus ou moins stable’’. ‘’Même si, par moment, le prix de l’immobilier a cru plus vite que celui de la location, poursuivent-ils, il s’en est suivi un effet de rattrapage synonyme d’un marché (ré)-équilibré’’. 
‘’L’étude s’est intéressée à l’existence ou non de la bulle’’, a précisé Sogué Diarisso, directeur de la prévision et des études économiques. En 2000-2001, a-t-il rappelé tentant de situer l’origine de la bulle, ‘’tout le monde s’est dit qu’on va vers l’épuisement de la réserve foncière (de Dakar)’’. 
‘’Aussi, on était en plein dans des crises au niveau de la sous-région, particulièrement (en) Côté d’Ivoire’’, a-t-il rappelé, ajoutant à cela une explication dépendant, en partie, de l’impact du transfert des migrants sénégalais (les émigrés) sur la croissance du marché de l’immobilier au Sénégal. 
Toutefois, des intervenants à une séance de restitution ont salué le travail, tout en déplorant son approche ’’trop économétrique’’ (de l’évolution de la bulle immobilère) qui n’intègre pas l’analyse des phénomènes socio-culturels, ainsi que les aspects juridiques telles les incitations fiscales ou financières dans la formation. 
Quid des rumeurs de blanchiment d’argent qui aurait profité au sous-secteur de l’immobilier sénégalais ? Auteurs et commanditaires de l’étude ont fait la moue. 
Auteur: SAB/AD  
L'OFFICE: 
Sourde oreille  
La Tabaski, c’est dans quelques jours. Et Goorgoorlu cherche désespérément la queue du diable pour la tirer. Au moment où, c’est l’opulence mal placée chez les Alternoceurs, qui continuent de se la couler douce, en méprisant le peuple affamé. Et pourtant, la montée du prix du baril de pétrole, qui leur avait servi de prétexte, au point de tout augmenter, tourne désormais autour de 40 dollars. Mais ces gens, qui éprouvent du plaisir à voir leur peuple dans la misère, font la sourde oreille. Et Laye « digué » Wade n’en fait même pas allusion. Inacceptable ! 
( Mor Todjangué )  
SUD QUOTIDIEN: 
RESTAURATION DE LA REPUBLIQUE PAR L’ETAT L’Afp en fait une impérieuse urgence  
par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN , vendredi 5 décembre 2008  
La République serait en danger et que le moment est venu de la sauver. C’est en tout cas ce que soutient l’Alliance des forces de progrès (Afp) dans un communiqué daté du 4 décembre où elle pose le problème en termes « d’impérieuse urgence pour, d’une part, mettre un terme aux dégâts, et d’autre part, sauvegarder les chances de notre pays, pour un redressement capital dans le contexte d’un monde en mutation accélérée… ». 
L’Alliance des forces de progrès (Afp) soutient, dans un communiqué daté du 4 décembre, que « la restitution impérieuse de l’Etat à la République est une urgence pour, d’une part, mettre un terme aux dégâts, et d’autre part, sauvegarder les chances de notre pays, pour un redressement capital dans le contexte d’un monde en mutation accélérée, où les nouvelles données imposent aux gouvernements responsables de nouvelles directions ». Par conséquent, avancent les camarades de Moustapha Niasse, « le caractère républicain de l’Etat doit être préservé par des pseudo-libéraux qui se révèlent incapables de sortir de leur autisme ». 
GESTION CALAMITEUSE DU DOSSIER DU PELERINAGE 
Pour les « Progressistes », les « révélations scandaleuses des partenaires marocains dans le dossier du pèlerinage à la Mecque montrent à quel point, les tenants du pouvoir sont éloignés de toute préoccupation liée à l’éthique, à la morale et aux valeurs ». Ainsi donc, poursuivent-ils, « du fait de la cupidité, de l’impéritie, du manque de générosité et de l’arrogance des tenants du pouvoir, la vie de milliers de citoyens a été mise en danger. Les turpitudes du gouvernement ont déjà provoqué un décès et des ennuis de santé à plusieurs pèlerins qui, dès le départ, se sont rendus aux Lieux Saints avec un handicap certain », souligne le communiqué. C’est pourquoi le Bureau politique de l’AFP engage le gouvernement de Me Wade à prendre toutes les dispositions nécessaires, pour que le retour des pèlerins s’effectue dans les conditions conformes aux normes internationales de sécurité. « Cette dérive de plus s’est déroulée dans un contexte d’essoufflement du Trésor public, après plusieurs années de gabegie, de gaspillage, de corruption et d’errements qui sont loin de l’orthodoxie budgétaire. Mais le gouvernement de Me Wade n’a pas décidé pour autant de payer la facture, en réduisant le train de vie de l’Etat et en arrêtant de gaver une clientèle insatiable », renseigne la source. Les « Progressistes » avancent que « ce sont les populations, le monde rural et les travailleurs, les jeunes, tout particulièrement les étudiants et les élèves qui sont encore sollicités pour financer des ripailles où ils n’ont jamais été partie prenante. Après la suppression de la subvention à la consommation, voilà que le régime donne dans le dilatoire pour ne pas payer leurs dus aux travailleurs de l’Education nationale, aux étudiants et aux employés municipaux qui expriment leur ras-le-bol en battant le macadam ». 
LE MONDE RURAL SACRIFIE 
Les camarades de Moustapha Niasse ont aussi échangé sur la situation du monde rural pour noter que les tenants du pouvoir sont « non seulement incapables de fixer un prix au producteur décent, à défaut d’être rémunérateur, mais sont loin d’assurer le financement régulier d’une campagne de commercialisation transparente et digne de ce nom. Le montant de 165 f pour un kilo d’arachide est la conséquence directe de l’absence de subvention de la part de l’Etat », font-ils remarquer. De surcroît, le démarrage de la commercialisation le 8 décembre, c’est-à-dire le jour ou la veille de la Tabaski, est qualifiée « d’aberration » par l’Afp. Cette campagne ne peut être que la confirmation d’un désastre voulu et programmé, dit-elle, par le gouvernement, « dans la mesure où la SUNEOR n’achètera pas plus de 200.000 tonnes d’arachide et le régime en place projette de mettre fin à la distribution des semences en 2009. Il ne lui restera plus que les fausses statistiques pour tenter de masquer la misère profonde dans laquelle il a plongé les paysans et dont la conséquence immédiate est la faillite de l’économie rurale ». 
BRADAGE DU PATRIMOINE NATIONAL 
Par ailleurs, le Bureau politique de l’Afp a abordé la question du bradage du patrimoine national, « à travers la vente de parts de l’Etat à la SONATEL et dans le secteur des Assurances, sans oublier le Méridien Président, symbole de la coopération sénégalo-saoudienne s’il en fût ». Et d’ajouter : « le plus grave, c’est que, eu égard à la mal gouvernance chronique ambiante, il n’est pas évident que les montants collectés seront dépensés en fonction des priorités du pays et de l’intérêt général ». 
ENJEUX POLITIQUES ET CAPACITE D’ADAPTATION : Quelle opposition face au régime actuel ?  
par , vendredi 5 décembre 2008  
Depuis qu’il est à la tête de l’Etat, le président de la République ne rate aucune occasion pour se faire voir et entendre. Il est omniprésent à la « télé qui le montre » pour reprendre les propos de Cheikh Ahmad Tidiane Sy Al Makhtoum, mais aussi dans toute la presse nationale et internationale. Il est vrai que cette présence est diversement interprétée, selon que l’on est du côté du pouvoir ou du coté de l’opposition. Toujours est-il qu’il réaffirme à chaque fois que de besoin, qu’il est « le maître du jeu », le détenteur du pouvoir qu’il distribue à sa guise et à qui il veut. Bref, il reste fidèle à son style du genre, « après moi le déluge ». 
Pour l’instant, toutes ses actions semblent converger vers cette intention qui lui est prêtée, souvent à raison, de vouloir se faire succéder par son fils. Récemment, c’est à Pikine que les Sénégalais ont remarqué la présence de ce dernier à ses cotés, occupant sur la tribune officielle, une place que l’on a du mal à justifier au regard de l’orthodoxie protocolaire, alors que des ministres de la République étaient relégués au rang de « back bencher » (occupants de sièges arrières à la chambre des communes britannique.) 
Dans un passé récent, ce candidat potentiel de son père a multiplié dans cette même zone de la banlieue, un certain nombre d’actions, que rien à priori n’explique, par rapport aux attributions officielles qui lui sont connues. La manifestation de Pikine, ponctuée par des promesses de TG P que certains ont vite fait de baptiser « Trop Grands Pièges », semble ainsi s’inscrire dans un agenda minutieusement élaboré. Il est donc manifeste que le Président de la République sait ce qu’il veut et n’hésite guère à y mettre les moyens qu’il faut pour atteindre ses objectifs. Il le fait avec d’autant plus d’aisance qu’il a la conviction que face à lui, il y a une opposition dont lui-même est conscient de la faiblesse de sa capacité d’adaptation, au point qu’il lui arrive de tourner en dérision les propos va-t-en guerre de ses leaders. 
Des lors, il y a là de quoi s’inquiéter de l’avenir de ce pays, car même les observateurs les moins alarmistes considèrent que si rien n’est fait, le Sénégal va inexorablement vers des lendemains plus que critiques. Face à tant d’actes posés qu’il serait fastidieux d’énumérer, et qui accélèrent cette tendance, que remarque t-on ? Une déconcertante léthargie de ceux qui, de par leur position sur l’échiquier politique, semblent avoir déserté le champ de la lutte contre toutes ces dérives, si bien qu’ils sont souvent débordés par la société civile. A ce titre, les trois axes d’analyse que voici, nous fondent à penser qu’il y a souvent de quoi désespérer de l’opposition sénégalaise : 
D’abord au niveau de sa stratégie de communication : c’est une opposition qui rivalise d’ardeur dans des communiqués de Bureau politique, émaillés de propos dont la véhémence calculée le dispute à une agressivité rentrée, car on y débusque toujours cette attitude qui trahit une certaine pusillanimité, celle d’user d’un lexique susceptible de conduire devant le juge. Il est vrai que par le passé, certains hommes politiques en ont fait l’amère expérience. Est-ce donc cela qui rend frileux les rédacteurs de ces communiqués, qui recourent à des précautions sémantiques qui finissent par édulcorer leurs contenus, leurs messages, les rendant ainsi sans effet sur la cible visée ? Selon des propos rapportés récemment par la presse, le Président de la République aurait dit au cours du dernier Comité Directeur de son parti, que « les attaques de l’opposition sont loin de le déranger ». Toujours est-t-il que les réactions les plus audacieuses sont généralement le fait de jeunes loups qui n’ont rien à perdre. A l’exception peut-être d’un ou de deux leaders, pour tous les autres, la communication est une véritable contorsion, un jeu d’équilibrisme périlleux, une prudence semblable à une marche sur des œufs. Au niveau de la mobilisation des masses. 
C’est avec une très grande désolation que l’on constate comment les luttes des masses, les mouvements de résistance des citoyens face aux crises qui plombent leur existence sont sevrés de la présence des leaders de l’opposition. Faut- il encore rappeler que leur rôle, comme dans tous les pays où le combat démocratique est en mouvement, c’est d’orienter, de canaliser et d’imprimer une dynamique salvatrice à ces forces vives ? Depuis la seule marche qui avait été organisée, et qui avait donné lieu à des actes de violence dont ils ont subi durement les contrecoups, il est rare de les trouver au cœur des manifestations spontanées initiées par des citoyens. Et même s’ils consentent d’y prendre part, c’est souvent de manière symbolique. 
Tout porte à croire que les leaders de l’opposition se sont enfermés dans le paradoxe de ceux qui veulent faire des omelettes sans casser des œufs. Il n’est pas exagéré de dire que les hommes politiques, de surcroît dans l’opposition, doivent avoir le courage de leur posture politique et éviter de toujours penser aux privilèges qu’ils pourraient perdre, si un pouvoir les entraînait dans la violence ou les enverrait en prison. J’entends déjà la tempête, comme dirait Aimé Césaire. Leur interlocuteur, en l’occurrence l’actuel Président de la République, alors dans l’opposition, leur a montré le chemin à emprunter pour arriver au pouvoir. Il est vrai qu’il y est arrivé par la voie des urnes, de façon démocratique, mais il faut bien en convenir, avec un Président imbus de culture et de valeurs démocratiques, qui a accepté de quitter dignement le pouvoir après sa défaite. Des opposants conséquents ne sauraient faire l’économie des sacrifices à consentir pour mériter de leur peuple. 
Un autre élément d’analyse qui est sans doute le phénomène le plus paralysant de l’opposition sénégalaise, réside dans son manque d’esprit d’équipe et de cohésion, conséquence évidente d’une situation de leadership au pluriel. Ce facteur bloquant se définit par la présence de plusieurs leaders, formels ou informels, dans une même organisation où l’unicité de commandement et de décision n’est point effective. Il est généralement à l’origine de conflits négatifs, ouverts ou dissimulés, à un moment où l’urgence est de faire converger tous les efforts vers un seul et même objectif : barrer la route aux dérives de l’actuel régime. 
Il y a une lutte latente, d’un leadership au sein de cette instance qu’est le Front Siggil Sénégal. On a comme l’impression d’assister à une sorte de neutralisation réciproque et suspecte des chefs de parti de ce Front. Comme si ces derniers ne prenaient pas la pleine mesure des conséquences qu’une telle attitude répréhensible à tous égards, ouvrait la porte aux ambitions prêtées au Président de la République de se faire succéder sans anicroche par son fils. Aussi longtemps que ce problème ne sera pas réglé et qu’on cherchera à l’occulter par une politique de l’autruche, il faudra mettre une croix sur la capacité de l’opposition à supplanter le régime actuel, quelles que soient, par ailleurs, les turpitudes que ce dernier peut se permettre, et qu’il se permet d’ailleurs à bien des occasions, comme l’illustrent ces excès inconsidérés, constatés dans le tripatouillage de la Constitution et des modifications unilatérales des règles du jeu démocratique. De telles dérives inacceptables ne rencontrent que de simples cris d’indignation des opposants, comme si l’indignation à elle seule suffisait pour arrêter « le massacre ». 
L’opposition sénégalaise a besoin d’un vrai leader, à même de renoncer à des privilèges, apte à faire des sacrifices et partant, d’obliger le pouvoir à dialoguer sur toutes les questions d’intérêt national. Ce leader devrait être le produit d’un consensus entre les partis. A défaut, il sera le produit d’un processus naturel d’émergence de celui qui aura été le plus téméraire en son sein, ou en dehors. C’est là une question fondamentale car, la vérité est que par rapport à ses enjeux, le Président de la République apparaît comme le seul maître à bord qui décide sans jamais consulter personne. Or, en la matière, et c’est une règle fondamentale en sciences politiques, seul le rapport de forces constitue un élément dissuasif face aux dérives d’un régime. A défaut, les opposants actuels seront les premiers responsables d’un parachèvement des tendances monarchiques qui se dessinent, se confirment et s’affirment chaque jour davantage. 
Au surplus, alors que l’opposition somnole les yeux ouverts, le Président de République a fini de créer « ses institutions », « son » Sénat dont le mode de nomination biaisé lui donne droit au choix de 60 de ses membres. Est-il encore pertinent de parler de « son » Assemblée nationale dont il vient de rappeler aux membres qui en doutaient encore qu’il est « la seule constante », en faisant éjecter son Président par des procédés dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils défient toutes les règles et tous les principes de démocratie ? Il n’y a aucun doute que lui, a balisé la voie pour que sa succession se passe avec ceux qui sont totalement acquis à sa cause. Pendant ce temps, l’opposition elle, se contente de ses communiqués incendiaires de Bureau Politique, des interventions tapageuses au niveau des radios et des visites diplomatiques pour conjurer le mal. Elle a une double responsabilité. D’abord celle d’être incapable de se regrouper et de se doter d’un leadership reconnu et accepté de tous. Ensuite, de décevoir les espoirs portés sur ses responsables par les victimes silencieuses des dérives du régime actuel et qui croyaient trouver en eux les raisons d’espérer des changements. 
Toutefois, en dépit même de cette paralysie de l’opposition qui s’est confinée jusque-là dans la stratégie réactive, preuve de l’insuffisance de sa capacité d’adaptation, des événements récents comme les troubles provoqués par des marchands ambulants, les émeutes de l’électricité et de l’eau, devraient nous inciter tous, à faire preuve de plus de responsabilité. Des mouvements spontanés, incontrôlés risquent, si l’on y prend garde, de se produire et de déboucher sur des convulsions qui n’épargneront ni le régime en place ni l’opposition elle même. Ramon Gomes de la cerna, célèbre écrivain espagnol disait : « Il ne faut pas oublier que, le jour du déluge, ceux qui savaient nager se noyèrent aussi ». Il faut éviter cette situation à ce pays, si tant est que nous l’aimons aussi passionnément que nous le déclamons. Situation qui trouverait du reste un facteur aggravant, dans l’absence d’un modérateur social de la trempe de feu El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh, (RTA). 
Le Président de la République qui est le premier responsable de la sécurité et de la stabilité du Sénégal et de ses citoyens, devrait prendre toute la mesure des conséquences d’un « despotisme », fut-il « éclairé », de l’absence de concertation sur les problèmes qui hantent le sommeil de ses compatriotes. Il lui faudra alors faire preuve d’humilité et d’esprit de dépassement .L’orgueil, bien que faisant partie de la nature humaine, n’a point sa place dans le traitement des problèmes sensibles de l’Etat et de la Nation, dont la non résolution pourrait entraîner des conséquences autrement plus graves, que le sentiment d’avoir perdu la face devant ses adversaires politiques. 
Au demeurant le tout nouveau Président Américain Barack Obama a confié récemment à des proches, que s’il ne se précipitait pas à former son équipe, c’est parce qu’il avait besoin autour de lui, d’hommes et de femmes compétents, qui discutent ses décisions et qui sont prêts à le critiquer si nécessaire. Est-il besoin de rappeler qu’il vient d’être plébiscité par des millions de ces concitoyens, dans ce qui est la première puissance économique du monde ? 
Cette confidence d’un homme de quarante ans le cadet de notre Président de la République et qui exclut toute forme de gestion solitaire du pouvoir, rappelle de fort belle manière, l’adage selon lequel : « sans liberté de blâmer, il n’y a point d’éloges flatteurs ». 
ABDOUL AZIZ TALL  
Conseiller en management,  
Diplômé en Sciences Politiques,  
Université de Montréal  
MBA, HEC, Montréal. 
WALFADJRI: 
Point de presse, du tout ! 
 
 
On nous distrait, on nous empale debout, assis, couché. On nous entube à coups de turbines, de milliards, d’inaugurations en tous genres. Une presse peu exigeante et sans analyse s’empiffre de ragots, des bourdes, frasques et péripéties de la racaille politique. Des supputations sur les chances de tel ou tel lascar au perchoir de l’Assemblée nationale ou de la Mairie de Dakar épuisent inutilement encre et papier. Pour cette presse à cent balles, le prix de cinq clopes au détail, investigation, analyse et synthèse sont assimilables aux travaux d’Hercule.  
La Une ? Comme d’habitude… Juste un autre fait divers relaté, sans trop se poser des questions. Disons, sans se mouiller.  
Mort d’enfant ? Tu parles ! Vas plutôt couvrir les messes funèbres de l’Assemblée nationales, les frasques des hurluberlus d’un soir de gala. Vas voir ce que mijote le Roi des Arènes, ce qui se trame au comité du foot ball. -Trouves-moi, le nom de la cinquième épouse du marabout des Assises nationales, lui demande son directeur de publication.  
Comme d’habitude, on a vite fait d’oublier la mort de la fillette victime d’un crotale en pleine banlieue dakaroise puis trimbalée de dispensaire en centre de santé jusqu’à ce que mort s’en suive. S’est-on soucié de savoir quelles structures médicales s’en sont lavées les mains, faute de sérum ? Comment se fait-il qu’aucun journaliste n’ait voulu creuser un peu plus, en se demandant ce qu’un crotale avait à roder dans nos banlieues, comme si la politique vipérine ne suffisait pas aux nuisances environnementales. Pourquoi ces farfelus n’ont-ils pas identifié les badigeonneurs de mercurochrome coupables de non assistance à personne en danger en n’appelant pas les sapeurs pompiers ?  
Pour sûr, l’inquiétude questionneuse ne donnera jamais la migraine aux pigistes bien plus soucieux de raconter les retrouvailles de deux canailles de la pègre politique, d’épier lequel des pugilistes de la Génération spontanée délivrera le premier ou dernier coup bas à son rival.  
Ce qui fait dire au professeur Diouf que la presse sénégalaise est un torchon. -Prof, désolé de vous contredire, cette presse à cent balles est fort utile : elle sert de papier d’emballage aux boutiquiers de banlieue.  
Amadou Guèye NGOM Critique social  
Révélation de l'Afp sur la politique agricole de Wade : Le gouvernement projette de mettre fin à la distribution des semences en 2009 
Point de bonnes nouvelles pour les paysans et le monde rural, si on en croit les progressistes qui ont encore fait des révélations sur la politique agricole du gouvernement libéral. D’abord, Niasse et ses compagnons annoncent que la Suneor n’achètera pas plus de 200 mille tonnes d’arachide cette année et que le gouvernement projette de mettre fin à la distribution des semences en 2009.  
 
‘Le monde rural a fini de découvrir la profondeur du mépris qu’il inspire aux tenants du pouvoir’. Le Bureau politique qui en arrive à cette conclusion, n’a peut-être pas tort. En effet, explique l’Afp, non seulement les tenants du pouvoir sont incapables de fixer un prix au producteur décent, à défaut d’être rémunérateur, ils sont loin d’assurer le financement régulier d’une campagne de commercialisation transparente et digne de ce nom. Le montant de 165 Fcfa pour un kilo d’arachide, affirment Niasse et ses camarades, ‘est la conséquence directe de l’absence de subvention de la part de l’Etat’. De surcroît, ajoutent-ils, le démarrage de la commercialisation le 8 décembre, c’est-à-dire le jour ou la veille de la Tabaski, est une aberration. ‘Cette campagne ne peut être que la confirmation d’un désastre voulu et programmé par le gouvernement, dans la mesure où la Suneor n’achètera pas plus de 200 mille tonnes d’arachide et le régime en place projette de mettre fin à la distribution des semences en 2009’, révèlent les progressistes. Par conséquent, disent-ils, ‘il ne lui restera plus que les fausses statistiques pour tenter de masquer la misère profonde dans laquelle il a plongé les paysans et dont la conséquence immédiate est la faillite de l’économie rurale’.  
Ainsi, souligne l’Afp, ‘après avoir accéléré la paupérisation des populations, toutes couches confondues, après avoir mis les finances publiques dans une situation critique, le gouvernement de Me Wade s’emploie maintenant à brader fébrilement le patrimoine national, notamment à travers la vente de parts de l’Etat à la Sonatel et dans le secteur des Assurances, sans oublier le Méridien Président, symbole de la coopération sénégalo-saoudienne s’il en fût’. Le plus grave aux yeux des progressistes, c’est que, ‘eu égard à la mal gouvernance chronique ambiante’, il n’est pas évident que les montants collectés seront dépensés en fonction des priorités du pays et de l’intérêt général.  
Autant de faits qui amènent l’Afp à déclarer que la conduite catastrophique de la barque Sénégal par le régime incompétent et insouciant de Me Abdoulaye Wade a eu comme conséquence de réaliser la peu glorieuse prouesse de mettre notre pays à genoux. ‘Plus que jamais, la restitution impérieuse de l’Etat à la République est une urgence pour, d’une part, mettre un terme aux dégâts, et d’autre part, sauvegarder les chances de notre pays, pour un redressement capital dans le contexte d’un monde en mutation accélérée, où les nouvelles données imposent aux gouvernements responsables de nouvelles directions’.  
Dans cet esprit, l’Afp estime que le caractère républicain de l’Etat doit être préservé par des ‘pseudo-libéraux qui se révèlent incapables de sortir de leur autisme’. Les révélations ‘scandaleuses’ des partenaires marocains dans le dossier du pèlerinage à la Mecque, signalent les progressistes, ‘montrent à quel point, les tenants du pouvoir sont éloignés de toute préoccupation liée à l’éthique, à la morale et aux valeurs. Du fait de la cupidité, de l’impéritie, du manque de générosité et de l’arrogance des tenants du pouvoir, la vie de milliers de citoyens a été mise en danger’. L’Afp rappelle que ‘les turpitudes du gouvernement ont déjà provoqué un décès et des ennuis de santé à plusieurs pèlerins qui, dès le départ, se sont rendus aux Lieux Saints avec un handicap certain’.  
Le Bureau politique de l’Afp engage donc le gouvernement de Me Wade à prendre toutes les dispositions nécessaires, pour que le retour des pèlerins s’effectue dans les conditions conformes aux normes internationales de sécurité.  
Georges Nesta DIOP  

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 5.12.2008
- Déjà 5207 visites sur ce site!