ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

ERRANCE DE CAMPAGNE ELECTORALE

ERRANCE DE CAMPAGNE ELECTORALE 
Seneweb.com : Mercredi 18 Mar 2009 
Pourquoi les Sénégalais n’acceptent pas le leadership de Karim Wade?  
Il est inscrit dans la texture de notre conscience nationale, cette égalité et cette équité qui consistent à armer tous nos  
 
enfants, de la possibilité de devenir demain le président de la république du Sénégal s’ils fondent tous leurs efforts sur le  
 
travail, la dignité et le mérite. 
L’égalité et l’équité dans la république impliquent la décence, l’honorabilité, la retenue et le patriotisme devant l’intérêt  
 
national. 
Fils du président de la République du Sénégal, Karim Wade est certainement un sénégalais, mais n’est certainement pas un  
 
Sénégalais comme les autres. 
Bien que n’étant pas élu par le peuple, il bénéficie de tous les privilèges détenus par son père, le palais sa résidence,  
 
l’avion, la garde rapprochée, la représentation de son père (l’Etat) auprès des autres gouvernements etc…. 
Aucun sénégalais n’aurait rien à dire sur les privilèges qu’accordent la filiation, si tous les rapports étaient établis sur  
 
ce strict mérite. 
Hélas, quand Karim lui même commence à croire qu’il est digne de succéder à son père, les sénégalais interrogent sa décence. 
Etre indécent, nous dit le dictionnaire c’est celui qui<  
scandaleux.>> 
Les sénégalais se scandalisent de plus en plus, quand ils se rappellent, que durant les vingt six ans de combat politique de  
 
son père pour accéder à la présidence de la république, d’autre fils lui avaient servi de bouclier. Certains sont allés avec  
 
lui en prison, d’autres ont toujours réclamé et obtenu sa libération chaque fois qu’il était arrêté, les moins chanceux y  
 
avaient même laissé leur vie ou hypothéqué leur avenir, pendant que lui, Karim poursuivait tranquillement sa vie et ses  
 
études à Paris. 
Les sénégalais ont tous les défauts, mais ils n’aiment pas les profiteurs. 
Encore, voilà ce que nous en dit le Larousse:<< personne qui cherche à tirer un profit ou un avantage abusif de toute chose  
 
notamment du travail d’autrui.>> 
Les sénégalais ont tous les défauts mais ils n’aiment pas la lâcheté, c’est nous dit-on, le manque de courage, l’action  
 
indigne. 
Les sénégalais ont tous les défauts, ils aiment l’argent et le tiébou djeune qu’ils détestent manger dans un pot de chambre. 
Karim, un bon conseil pour vous, pour le moment les sénégalais veulent simplement sauver leur république, donnez leur la  
 
chance de ne pas vous détester. 
Auteur: Tekhe Gaye - natange.com  
WALF FADJRI : 
De la gestion municipale par le Parti démocratique sénégalais 
 
 
Le régime libéral en place depuis l’alternance historique de l’an 2000 n’incarne plus l’espoir, encore moins le progrès  
 
social et le bien-être. En effet, il a lamentablement échoué et a déçu plus d’un Sénégalais. Il a aussi suffisamment fait la  
 
preuve de son incapacité à améliorer le quotidien du peuple et à propulser notre pays sur la rampe d’un développement  
 
durable. Ainsi, après 45 années d’un règne socialiste et 8 ans de libéralisme, notre pays, le Sénégal, périclite de jour en  
 
jour et se classe parmi les pays les plus endettés d’Afrique, malgré l’aide considérable qu’il reçoit chaque année (près de  
 
365 milliards).  
Le régime libéral incarné par le Pds, a donc montré ses limites objectives dans la perspective d’une bonne gouvernance, tant  
 
sont nombreuses ses contre-performances, l’outrance et l’incurie de ses dirigeants. Il fait du pilotage à vue et croit  
 
pouvoir se maintenir grâce à la corruption, aux détournements, à l’intimidation et aux chantages de toutes sortes. Seul  
 
compte pour lui les intérêts de son leader, une ‘constante’ faite ‘d’inconstantes’, d’inconséquences, de promesses non tenues  
 
et de populisme de mauvais aloi. C’est pourquoi, l’alternance qui était un rêve de mieux-être et de reprise en main de notre  
 
destin collectif est devenue pour tout Sénégalais épris de paix, de justice et démocratie, un véritable cauchemar, tant le  
 
mal-vivre, le népotisme et la gabegie sont érigés en mode de gestion.  
Un constat général s’impose à nous tous : le régime libéral incarné par le Pds a déçu les Sénégalais et a installé notre pays  
 
dans une crise sans précédent. Sous ces rapports, il aisé de voir que toutes nos communes et toutes nos communautés rurales  
 
sont dans une crise endémique du fait d’une décentralisation mal assumée et d’une gestion clientéliste du pouvoir local.  
 
Enfin, à l’instar de la cité de ‘Maam Kumba Lamb’, Rufisque, toutes nos villes et toutes nos communautés rurales se dégradent  
 
et dérivent inexorablement vers une paupérisation jusqu’ici inconnue, dans la trajectoire historique de notre pays. En effet,  
 
depuis 8 ans, nos communes et nos communautés rurales sont transformées en ‘bunkers’ budgétaires avec une mentalité  
 
clientéliste, dont les seuls crédos sont l’incompétence et l’inefficacité. Dès lors, un tel système ne peut plus s’adapter à  
 
une décentralisation approfondie et assumée par des citoyennes et des citoyens avertis de leur devoir et imbus d’un  
 
patriotisme local. Il s’avère donc nécessaire, face à de tels défis, de faire changer démocratiquement les équipes  
 
municipales actuelles car, l’amateurisme n’a que trop duré depuis 2001.  
Les populations de nos communes et de nos communautés rurales sont toutes fatiguées et découragées face à une gestion opaque  
 
et dispendieuse de leurs cités. Elles constatent, avec amertume et colère qu’il s’est installé de véritables ‘monarchies  
 
communales’ où le maire et/ou le président de Communauté rurale sont devenus des ‘rois’, arrogants et méprisants. Les  
 
conseillers municipaux, depuis 2001, ne sont devenus pour la plupart des cas, que des chambres d’enregistrement servant de  
 
‘faire-valoir’ au règne du ‘monarque’. Les conseillers ‘affairistes’ ne sont que des silhouettes imprécises dans un théâtre  
 
d’ombres où ils sont obligés de jouer les mauvais rôles, faute de pouvoir, de moyens et de réaction appropriées, face aux  
 
destins tragiques de leurs Cités. Ainsi, l’institution municipale est totalement dévoyée, politisée à outrance sans prise sur  
 
le réel vécu quotidien des citoyens, encore moins, sur les priorités de l’heure qui auraient pu se faire suivant une bonne  
 
planification (…)  
Les mairies sont devenues des gouffres financiers où pullulent des ‘affairistes’ et des organismes douteux et qui, de  
 
surcroît, brassent des sommes considérables sans commune mesure avec les services rendus ; les dépenses de prestige font  
 
légion et ne profitent qu’aux maires et à leur cour. Certaines communes, comme on l’a vu récemment, sont transformées en  
 
’machine de guerre’ à des fins de politique politicienne. Rufisque, comme les autres entités dans le département, ne fait  
 
point exception à la règle d’une mauvaise question.  
L’échec est donc patent ! (…) Et ces dysfonctionnements dans le tissu urbain communal et rural engendrent la précarité  
 
économique favorisant par leur impact, le chômage, la délinquance, l’échec scolaire, la déviance et l’exclusion sociale (…)  
 
Comme vous le voyez tous, le bilan est négatif, désastreux et accablant.  
Meissa Ndiaye BEYE Porte-parole de l’Alliance républicaine pour la citoyenneté (Arc)  
Sémou Pathé Guèye, cet homme de synthèse, ce mélange de savoir et de bonté, de talent et de loyauté 
 
 
De tous les métiers à la croisée desquels la vie avait placé Sémou Pathé Guèye, il me semble que c’est le métier des livres  
 
dont il était secrètement le plus fier. Avec cette intelligence supérieure et cette capacité d’écoute et de restitution qui  
 
le caractérisait, je discutais avec lui des heures durant, du Karl Marx d’Attali, Le siècle de Sartre de Bernard-Henry Lévy,  
 
de l’Homme de Lucien Sève. Je chatouillais ses oreilles par des phrases provocantes : ‘Marx était le dernier philosophe  
 
chrétien’ ou ‘le marxisme était l’ensemble des contre-sens sur la pensée de Marx’ ou encore ‘la critique de Marx sur la  
 
religion était idéaliste, parce qu’empruntée au matérialisme de Feuerbach (l’essence du christianisme) mais surdéterminée par  
 
l’idéalisme de Bruno Bauer’ et que les textes historico-politiques de Marx : le Manifeste du Parti communiste, Le 18 Brumaire  
 
de Louis Bonaparte, La lutte des classes, la Guerre civile en France, etc., ne portent pas leur principe d’intelligibilité en  
 
eux-mêmes et qu’ils avaient besoin d’un apport extérieur pour être compris. D’une manière plus profonde, l’intelligibilité de  
 
la pensée de Marx en général, suppose la mise hors-jeu du marxisme officiel constitué en doctrine achevée et immuable, en  
 
l’absence de toute connaissance des écrits philosophiques fondamentaux de Marx, notamment L’idéologie allemande publiée en  
 
1932. Il repose sur des textes qui ont besoin d’une fécondation extérieure et d’une incandescence spirituelle.  
Je donnais pour exemple le fameux texte de Marx sur la religion : ‘La détresse religieuse est pour une part l’expression de  
 
la détresse réelle, et, pour une autre, la protestation contre la détresse réelle. La religion est le soupir de la créature  
 
accablée, la chaleur d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales où l’esprit est exclu. Elle est  
 
l’opium du peuple’ pour montrer que cette citation est interprétée comme une condamnation de la religion. ‘Mais le contexte  
 
suffit à montrer que c’est à l’inverse, une appréciation plutôt laudative. Au XIXe siècle, l’opium était un médicament  
 
couramment utilisé dans les officines comme analgésique. Comparer la religion à l’opium, c’était simplement évoquer les  
 
vertus apaisantes et les consolations apportées par les représentations religieuses aux peines humaines, argument dont  
 
l’apologétique chrétienne a largement usé pour son propre compte’, comme l’explique Mireille Bertrand dans Le statut de la  
 
religion chez Marx et Engels.  
A ajouter que cette expression n’est pas une invention de Marx, mais de Kant (dont la foi religieuse ne fait mystère pour  
 
personne) la religion dans les limites de la simple raison où ce terme désigne les consolations que les prêtres apportent aux  
 
chevets des mourants. On voit bien que pour comprendre cette citation qui ne porte pas en elle-même le principe de son  
 
intelligibilité, il faut revenir sur le sens du mot ‘opium’ dans le contexte du XIXe siècle et interpeller l’auteur de  
 
l’expression ‘opium du peuple’, le chrétien Emmanuel Kant.  
Sémou et moi discutions de tout cela, et je puis dire presque quotidiennement. Je le provoquais souvent pour le faire sortir  
 
de ses gongs, mais il ne cédait jamais à la provocation. Il connaissait mon statut et mon rôle de leader religieux ; mais  
 
connaissant autant ma trajectoire intellectuelle et politique, il n’ignorait pas qu’en matière de théorie politique en  
 
général, et marxiste en particulier, j’étais formé à bonne école. Il prêtait attention à ce que j’avançais et on trouvait  
 
réel plaisir à échanger et, quelques fois même, à nous ‘chamailler’ au point d’inquiéter Ndèye Awa, son épouse. Mais tout  
 
cela dans l’estime et le respect réciproques. Partageant avec lui l’esprit dialectique, je m’efforçais de le sensibiliser sur  
 
la dimension spirituelle qui a tragiquement fait défaut au marxisme. N’étant pas moi-même philosophe, Sémou m’a beaucoup aidé  
 
à comprendre l’ensemble de ces questions soulevées qui sont d’une extrême complexité.  
Fort de tout cela, de cette capacité d’écoute, de synthèse qui repose sur une bonne formation de base, une profonde  
 
assimilation des humanités gréco-latines, une maîtrise de la philosophie et de son évolution récente, une pratique politique  
 
et théorique dans l’une des directions les plus prestigieuses du mouvement démocratique sénégalais, Sémou était un véritable  
 
homme de synthèse : synthèse des cultures, synthèse des doctrines, synthèse des philosophies, synthèse des hommes, synthèse  
 
de l’homme.  
Quand je l’ai connu, Sémou réfléchissait sur les théories de la civilisation de l’Universel, encore sous l’influence de son  
 
professeur de philosophie de Kaolack, Monsieur Eliot. Mais comme le disait Senghor, pour réaliser cette civilisation : ‘La  
 
seule raison discursive ne peut pas en assurer le succès. Il faut à l’entreprise le concours de la raison intuitive qui est  
 
le propre de la Religion.’ Singularité du destin, on m’a annoncé son décès, alors que j’étais en train d’expliquer cette  
 
pensée de Senghor à un séminaire à quelques kilomètres de New-York, à Marry Knoll : une retraite regroupant quarante chefs  
 
religieux sélectionnés à travers le monde et toutes les institutions des Nations-Unies, en vue de créer une coalition pour la  
 
paix, grâce au dialogue des religions.  
Le Sémou jeune adhérait à cette pensée philosophique de Senghor. Je la partageais également. Je la partage encore  
 
aujourd’hui. Je veux dire : l’unité dialectique entre la ‘raison discursive’ et la ‘raison intuitive’. Sémou a, par la suite,  
 
énormément évolué vers un marxisme très structuré qui interpelle sur la meilleure façon de penser Marx aujourd’hui, tout en  
 
tirant les leçons et le bilan de l’expérience soviétique à l’instar de la réflexion que mène actuellement Lucien Sève (son  
 
véritable mentor) sur la refondation de la Gauche. Mais comme on ne quitte jamais sa jeunesse, il a continué à lire et à  
 
approfondir les mêmes idées. On peut établir une symétrie entre la radicalité de son engagement politique et l’intensité de  
 
sa curiosité spirituelle. Il a beaucoup lu et écrit sur la religion, participé à des débats ici et par le monde. C’est le  
 
marxiste (mais un marxisme repensé à la lumière des interpellations de Lucien Sève, son mentor) qui était l’invité vedette  
 
sur tous les plateaux où la religion se discutait. Le représentant des moustarchidines que j’ai rencontré aux obsèques, m’a  
 
révélé que Sémou était celui qui avait le plus donné de conférences à l’Université du Ramadan. Ce qui prouve, de la part de  
 
Sémou, une grande profondeur de travail et de pensée, l’aboutissement d’une aventure philosophique unique et incroyablement  
 
exigeante et féconde. C’était l’un des rares politiques à être conscient de l’importance du fait religieux et prêt à en  
 
débattre.  
Seul un romancier pourrait réconcilier, un jour, l’extraordinaire ascendant qu’avait exercé, sur deux générations, ce petit  
 
jeune homme de 61 ans qui vient de nous quitter.  
Pour tout dire, Sémou était un mélange de savoir et de bonté, de talent et de loyauté, avec le don de faire rire, ce bon rire  
 
sonore, généreux que je n’oublierai jamais du fond de son bureau de l’Université Cheikh Anta Diop qui était d’une sobriété  
 
quasi monacale.  
Tant d’hommes de ce pays lui doivent un segment dans leurs différents parcours, y compris le président Wade qui reconnaît  
 
lui-même que Sémou a théorisé l’alternance bien avant le 19 mars. C’est signe de grandeur du président Wade de l’avoir  
 
reconnu, malgré l’adversité. En fait, Sémou et son parti, le Parti de l’indépendance et du travail (Pit Sénégal), héritier du  
 
Pai historique, donnaient du sens à l’alternance au double sens du mot sens : signification et orientation. Mais la théorie  
 
remonte au journal And Sopi où il côtoyait et discutait avec le Grand Maodo récemment disparu sur ses ‘lettres d’un vieux  
 
militant’, avec Mody Diagne et Magatte Thiam, son camarade de combat, infatigable, lucide et concret, Samba Diouldé Thiam et  
 
tant d’autres patriotes. Sémou est le produit du Pai/Pit et de son orientation.  
En fait, des partis comme le Pit peuvent paraître négligeables au regard de leur taille ou de leurs résultats électoraux,  
 
mais ils sont dépositaires d’expériences en matière de stratégie et de tactiques, de propagande et d’agitation, de  
 
conceptions et d’organisations, de vision et de perception qu’on ne peut sous-estimer que si l’on ignore les traditions qui  
 
les fondent. Sémou Pathé s’inscrit dans la tradition du Pai de 1957 ou de ses démembrements actuels (Pit, Ld/Mpt et Pai Maj)  
 
qui, malgré une répression implacable du pouvoir au cours de plusieurs décennies de confrontations politiques tumultueuses,  
 
n’a pas failli à son activité permanente au service des masses populaires et de la Nation. Sans doute a-t-il commis des  
 
erreurs, des fautes d’orientations très graves, mais le Pai a toujours trouvé en lui-même les ressources nécessaires à leur  
 
correction. Cette fermeté et cette endurance révolutionnaires ont contribué, pour beaucoup, à la paix civile, à la liberté et  
 
la démocratie relatives dont jouit le peuple sénégalais.  
Le Mouvement des étudiants du Parti africain de l’indépendance (Mepai) a été le creuset où la future élite du mouvement  
 
démocratique a fait ses premières armes. Véritable académie des sciences politiques, il a traduit dans les faits son ambition  
 
de ‘former des cadres techniquement compétents et politiquement conscients’. Il y a eu beaucoup de défections, mais des  
 
hommes comme Sémou en sont l’incarnation la plus achevée.  
L’extraordinaire trajectoire de Sémou nous donne à comprendre comment notre présent s’est édifié sur ces hommes rares qui  
 
choisissent de vivre presque en marginaux démunis pour préserver leur dignité et assumer leurs fonctions tribunitiennes (de  
 
tribun de la plèbe) et leur droit de rêver à un monde meilleur alors que les allées du pouvoir leur étaient ouvertes. Nous  
 
avons à leur égard un devoir de gratitude. Le peuple sénégalais l’a compris qui a tenu à accompagner massivement Sémou pour  
 
son dernier voyage.  
Majhmout Diop, fondateur du Pai, a dédié son livre : ’Mémoires de luttes’ à El Hadj Malick Sy et Serigne Bamba Mbacké qui  
 
‘surent gérer et pérenniser nos valeurs culturelles et religieuses dans une époque difficile’. De la même manière, je  
 
voudrais ici, en tant que leader religieux, rendre un vibrant hommage à la qualité des militants et des politiques formés par  
 
les différentes structures issues du Pai historique, et en premier lieu aux militants du Pit pour leur constance, leur  
 
intégrité morale, leur courage et leur abnégation. Amath Dansokho et Magatte Thiam, et d’autres, en toute honnêteté, sont des  
 
hommes magnifiques. Sémou était de ceux-là. Il incarnait au plus haut niveau, avec la direction du Pit, l’image qu’on se fait  
 
de l’homme politique. Mais le Pit partage cette éthique avec d’autres. Bien des patriotes incarnent les mêmes valeurs. Et les  
 
plus illustres d’entre eux ne sont autres que Cheikh Anta Diop, Babacar Niang, Mamadou Dia, Charles Guèye, Moctar Diack,  
 
Abdoulaye Bathily, Dialo Diop Blondin, Ahmadou Makhtar Mbow et bien d’autres. Je me reconnais à travers les valeurs de cette  
 
mouvance, son histoire, ses combats. Oui j’assume cette histoire, sans avoir à faire un tri sélectif intellectuellement  
 
confortable, mais moralement discutable. La jeunesse sénégalaise gagnerait, à une époque où éthique et politique semblent de  
 
plus en plus antinomiques, à revisiter cette histoire et ces valeurs et méditer l’exemple d’un homme-monument comme Sémou  
 
Pathé Guèye.  
Jeunesse de notre pays ! Souviens-toi de son fameux discours de Concours général censuré à l’époque et intégralement publié  
 
dans And Sopi, sous le titre ‘Discours parallèle au discours du concours général’. Sa contribution aux Etats généraux de  
 
l’Education de 1980 au côté du Sudes a été magistrale. Sa réponse est dans un livre encore actuel sur l’Ecole nouvelle.  
Sémou et moi, nous nous sommes connus dans le militantisme étudiant. Nous ne nous sommes jamais quittés. J’ai été membre du  
 
Mepai à un niveau très élevé. Je n’ai pas eu la chance de militer organiquement au Pit parce qu’au moment de sa création,  
 
j’étais déjà fonctionnaire international. Mon statut et le devoir de réserve qui en découle ne me permettaient pas  
 
d’intervenir dans la politique des pays membres, dont le Sénégal. C’était la seule raison. Je n’en partageais pas moins son  
 
orientation politique de large rassemblement des forces démocratiques. Sauf sur les questions d’alliance en l’an 2000 et 2007  
 
par exemple. Sémou servait de passerelle bien que non officielle entre le parti et moi pour m’informer et recueillir mon  
 
point de vue sur une base purement personnelle.  
Récemment, un journaliste qui travaille sur mon portrait, m’a demandé le nom d’un proche ou d’un ami pour avoir son point de  
 
vue. C’est le nom de Sémou Pathé que je lui ai donné. Il n’a jamais eu le temps de l’interviewer. Sémou emporte avec lui tout  
 
un pan de ma propre vie. Ayant eu la même trajectoire militante et politique, nous avons tout appris ensemble. Sauf à ne plus  
 
vivre ensemble.  
A sa maman, ses frères et sœurs si dignes, à Ndèye Awa sa complice de toujours, témoin privilégié de la geste de Sémou Pathé,  
 
éblouissante dans son couple. Couple magnifique qui baignait dans une grâce exquise par l’art avec lequel ils ont su  
 
éternellement être les-mêmes. A ses enfants adorables que Sémou aimait tant, signe de cette douceur secrète qui émanait de sa  
 
personne, à Amath Dansokho et à Magatte Thiam, à Maguèye Kassé et à Ndèye Amy Faye Kassé, à Ibrahima Sène aussi, à tant  
 
d’autres dans le Pit, ce parti de la démocratie, de liberté et de la dignité ; où tant de générations ont appris la  
 
démocratie, la liberté, la dignité et la passion de la justice sociale et qui peut être fier d’avoir compté parmi ses  
 
dirigeants… Sémou Pathé Guèye. A tous les démocrates de ce pays, aux intellectuels patriotes, à la jeunesse du monde entier,  
 
je présente mes condoléances les plus attristées. J’implore Allah dans sa Sagesse infinie pour qu’il l’accueille dans son  
 
Paradis ‘Al Janata Ana Im’. Amin. (Fin)  
Serigne Mansour SY Jamil  
 
Reflet  
Le 22 mars, les Sénégalais vont élire leur... président de la République  
 
 
Eu égard à l'effervescence politique actuelle marquée par les spectacles carnavalesques offerts par les différents  
 
états-majors politiques, nul doute que les locales du 22 mars prochain sont parties pour être le troisième tour de la  
 
présidentielle. Eh oui, tous les ingrédients d'une élection présidentielle sont réunis dans ce scrutin qui, pourtant,  
 
concerne des locales. Un petit exercice de comparaison ! Dans une présidentielle, ce sont les chefs de partis, eux-mêmes, qui  
 
battent campagne. Pour les présentes locales, tous les leaders sont sur le terrain. Wade, Niasse, Idrissa Seck, Tanor,  
 
Bathily, Robert Sagna, etc., tous sont là-dedans. Dans une présidentielle, les thèmes développés ont un caractère national.  
 
Les discours que nous servent, actuellement, ces mêmes leaders épousent le même format.  
Ecoutez Macky Sall promettre le vrai changement (tiens, qui en avait fait son slogan en février 2007 ?) une fois aux  
 
commandes. Ou Wade, demandant aux populations visitées de lui donner les moyens de poursuivre son œuvre en votant pour la  
 
Coalition Sopi 2009. Ou encore Tanor et Niasse demandant aux Sénégalais de sanctionner, le 22 mars, le régime libéral qui, à  
 
leurs yeux, a échoué sur toute la ligne. Ou, enfin, Idrissa Seck, demandant à ses compatriotes de la capitale du rail de se  
 
déterminer pour le choix de celui qui devra remplacer Me Wade. Tous ces discours n'ont rien de local. Dans une  
 
présidentielle, les candidats sillonnent le pays. C’est le cas, présentement, avec les leaders politiques qui vont partout à  
 
la pêche aux voix. Au regard de l'énergie dont les chefs de partis font, actuellement, montre, de l'engagement de leurs  
 
discours respectifs, on pourrait, à juste raison, dire qu'ils ne feraient pas mieux dans une campagne pour une élection  
 
présidentielle. Sous ce rapport, l'on pourrait considérer que la liste ou coalition de listes qui va engranger le plus de  
 
voix, au niveau national, serait celle dont le leader aura été choisi par le peuple sénégalais. Par exemple, si la coalition  
 
Sopi 2009 arrivait en tête, après un calcul des voix, cela serait synonyme d'un contrat renouvelé entre les Sénégalais et Me  
 
Wade.  
En revanche, si les Sénégalais donnent la faveur de leurs suffrages à la coalition Benno Siggil Sénégal, cela voudrait  
 
simplement dire qu'à l'heure actuelle, nos compatriotes en ont fini avec le régime libéral. Et pour connaître lequel des  
 
leaders de Bss est le préféré des Sénégalais pour assurer la commande du navire ‘Sunugaal’, il suffit de se référer aux  
 
points obtenus par les coalitions qu'on retrouve à l'intérieur de Benno.Autrement dit, on va voir ce que Dekkal ngor de Macky  
 
Sall a eu comme voix, ce que Niasse a obtenu avec son Benno Takku Defaraat Senegaal, ce que pèse Talla Sylla avec Wallu  
 
Askanu Thiès, etc. C'est dire que les jeux sont déjà faussés par les différents ténors politiques qui se sont approprié une  
 
élection qui n'était pas la leur. Ce faisant, ils devraient en tirer toutes les conséquences.  
Aguibou KANE  
SUD QUOTIDIEN : 
POURQUOI DEVONS NOUS VOTER ???  
par , mercredi 18 mars 2009  
Le Dimanche 22 Mars 2009 les sénégalais seront appeler aux urnes pour élire les conseillers régionaux, municipaux et ruraux  
 
qui vont présider aux destinés de leurs collectivités locales pour une durée de cinq ans. 
Ces élections interviennent dans un contexte particulièrement difficile pour l’ensemble des sénégalais .Un contexte où  
 
désillusion et désespoir se côtoient, la famine et la misère hantent le sommeil du plus brave des sénégalais, où beaucoup de  
 
pères de familles hésitent entre payer le loyer et nourrir la progéniture. 
Donc ces élections devront marquer la fin d’une gestion cahoteuse et gabegique de nos collectivités locales par une horde de  
 
libéraux sous la bénédiction d’Abdoulaye Wade et le PDS qui au bout de presque une décennie ont fini de mettre le pays à  
 
genou. 
En effet ces libéraux se sont illustrés par une cupidité et une incurie remarquables qui les ont éloignées sept ans durant  
 
des intérêts de leur mandat. Curieusement, le commun de leur gestion fut : le bradage des ressources foncières, les  
 
détournements de deniers publics… de Dakar à Matam ; de St Louis à Kolda, j’en passe. 
Par conséquent, il est devenu fondamentalement urgent pour tous les citoyens de ce pays soucieux de la bonne gestion de nos  
 
collectivités locales, soucieux du bien être de ses concitoyens, d’organiser la mobilisation pour mettre un terme à cette  
 
gestion calamiteuse de nos institutions et de nos biens par une bande d’incapables qui ont fini de montrer leurs limites. 
Si nous le faisons, nous aurions pris la sérieuse option de sauver notre démocratie et d’abréger le mandat de Wade et  
 
d’étouffer ainsi ses plans de succession machiavélique visant à installer son fils à la tête du pays, avec la mairie de Dakar  
 
comme tremplin. 
Au cas contraire, nous aurions béni, encouragé sa gestion et accepter de fait son plan de se faire succéder par le plus nul  
 
des Sénégalais, le plus impertinent de sa générations et le plus pleutre de sa race à savoir Karim Wade. 
Ainsi nous espérons que les citoyens de ce pays saisiront l’importance de l’enjeu et la responsabilité qui pèse sur leurs  
 
épaules en ce qui concerne le devenir de leur terroir respectif et l’avenir de notre nation ; car cette élection s’impose  
 
comme une piste sérieuse pour une solution de départ face au chaos qui nous guette. 
Nous devons également comprendre que pour atteindre le salut, il nous faudra marcher contre la fraude, refuser l’achat de  
 
conscience, la corruption, l’intimidation en s’armant de vigilance et d’une citoyenneté éclairée. 
Chers concitoyens « Pincez tous vos Koras, Frappez les Balafons » afin que tous sortent pour voter le 22 prochain. 
…..A vos cartes d’électeurs !!! 
 
A. Coulibaly  
Chargé de la communication des jeunes de la LD  
vodobere@yahoo.fr 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 19.03.2009
- Déjà 5296 visites sur ce site!