ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

présidentielle2012

DE L’IRRECEVABILITE DE LA CANDIDATURE DE Me ABDOULAYE WADE A L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2012  
Écrit par Maître NDIAGA SY, AVOCAT A LA COUR  
S’il est vrai que la recevabilité d’une candidature à l’élection présidentielle ne peut être examinée que par le Conseil Constitutionnel, qui fixe la liste des candidats autorisés à briguer le suffrage des Sénégalais, il reste que la question de la candidature de Me Abdoulaye Wade en 2012 suscite un débat sérieux et interpelle chaque Citoyen. Au-delà des interrogations et interprétations qu’elle suscite, elle pose des problèmes juridiques importants liés au fait que le Président Abdoulaye Wade a été élu, le 19 mars 2000, sous l’empire de la constitution du 07 mars 1963 modifiée, pour un mandat de 7 ans.  
Le 22 janvier 2001, une nouvelle constitution, qui abrogeait et remplaçait l’ancienne constitution, a été adoptée par référendum. Ainsi, l’article 22 de l’ancienne constitution, qui fixait la durée du mandat à 7 ans, a été abrogé, alors que le Président de la République avait entamé l’exercice de son mandat de 07 ans. La question est alors de savoir s’il faut appliquer la nouvelle Constitution du 22 janvier 2001 au mandat en cours. La réponse, nous semble-t-il, est contenue dans la constitution du 22 janvier 2001. 
I) De l’esprit et de la lettre de la Constitution du 22 janvier 2001 
En adoptant la constitution du 22 janvier 2001, le constituant sénégalais avait, entre autres soucis, celui de régler définitivement la question de la durée du mandat du Président de la République et le nombre de mandats qu’il pouvait valablement faire. Il faut se rappeler que sous l’empire de l’ancienne Constitution du 7 mars 1963, plusieurs fois modifiée, le mandat était de 7 ans et pouvait être renouvelé indéfiniment. Cette situation avait permis aux deux premiers Présidents de la République du Sénégal de se maintenir, chacun, au pouvoir pendant 20 ans. Il s’agissait donc, pour le constituant, de mettre un terme a cette situation en faisant en sorte que, désormais, le Président de la République ne s’éternise pas au pouvoir, en limitant le mandat présidentiel, aussi bien dans sa durée que dans son nombre. 
Cette question était devenue une exigence démocratique forte et avait fait l’objet de promesses électorales fermes de la part des différents candidats de l’opposition à l’élection présidentielle de 2000. Après l’élection de Abdoulaye Wade et la survenue de l’Alternance, un Référendum fut organisé et une nouvelle constitution adoptée le 22 janvier 2001. Sa principale innovation est la réduction de la durée du mandat du Président de la République, qui était ramenée de 7 ans à 5 ans, et la limitation du nombre de mandat qui n’était plus illimité et ne pouvait, désormais, être renouvelé qu’une seule fois. Tel est l’esprit de la constitution du 22 janvier 2001 et la volonté du constituant qui, en adoptant l’article 27 de la nouvelle Constitution, instituait la règle de la réduction de la durée du mandat présidentiel à 5 ans et sa limitation à 2 mandats non renouvelables. 
Il s’agit d’une révolution constitutionnelle majeure. Cependant, un problème se posait au constituant : la légalité constitutionnelle peut-elle remettre en cause la légitimité démocratique ? Autrement dit, faut-il appliquer au Président de la République en exercice, élu sous l’empire de la constitution du 7 Mars 1963 pour un mandat d’une durée de 7 ans, les dispositions de l’article 27 de la nouvelle Constitution en ramenant son mandat à 5 ans. La réponse à cette question se trouve dans l’article 104 de la nouvelle constitution. 
II) De la dérogation posée par l’article 104 de la Constitution du 22 janvier 2001  
L’application de la règle (de la réduction de la durée et du nombre de mandat) instituée par l’article 27 de la nouvelle Constitution se heurte à une difficulté sérieuse liée au respect ou non du mandat du Président en exercice issu de l’élection du 19 mars 2000 dont la durée est de 7 ans. Le respect de l’orthodoxie et des principes constitutionnels commandait que cette disposition de l’article 27 s’appliquât immédiatement au mandat en cours du Président de la République. En effet, les lois constitutionnelles sont d’application immédiate. 
D’où la gène du Constituant à appliquer au Président nouvellement élu la réduction du mandat de 5 ans posée par l’article 27 aliéna 1. C’est ainsi que le Constituant, tenant certainement compte du contexte historique de l’alternance, mais aussi et surtout du fait que le Président de la République, élu au Suffrage universel pour un mandat d’une durée de 7 ans, tire sa légitimité de la volonté du peuple qui seul est souverain, a posé une exception au principe de l’application immédiate de la loi constitutionnelle prévue par l’article 27 alinéa 1er et a autorisé par dérogation «le Président de la République en fonction a poursuivre son mandat jusqu’à son terme» (article 104, alinéa 1). 
En parlant de terme, le Constituant règle ainsi la durée du mandat dans le temps. Tel est le sens et la signification des dispositions de l’article 104 de la nouvelle Constitution qui soustrayait ainsi la durée du mandat du Président en exercice du champ d’application de la règle de l’article 27 alinéa 1. C’est la seule dérogation accordée au Président de la République par le Constituant : Au lieu de se voir appliquer le mandat de 5 ans prévu par la nouvelle constitution, le Président de la République est autorisé exceptionnellement à continuer son mandat de 07 ans. 
C’est la seule disposition de la nouvelle Constitution qui ne s’applique pas au Président de la République. A contrario, «toutes les autres dispositions de la présente Constitution lui sont applicables» (article 104 alinéa 2) y compris celles limitant le nombre de mandat à 2, c'est-à-dire à 1 mandat renouvelable une fois. Dès lors, Abdoulaye Wade - ayant été élu pour un premier mandat en 2000, et celui-ci ayant été renouvelé en 2007- a fait 2 mandats et a épuisé ses cartouches. Il ne peut plus briguer un 3ème mandat. Telles sont la signification et la portée des dispositions combinées des articles 27 et 104 de la Constitution du 22 janvier 2001. 
Fin de la mendicité des enfants au Sénégal : Une responsabilité collective 
 
 
La décision historique du gouvernement de faire appliquer effectivement les lois de la République sur la mendicité en général et, par cette voie, de mettre fin à l’exploitation féodale des enfants astreints quotidiennement à la servitude par la mendicité, est à saluer. Toute autre attitude n’est que pire complicité avec un système esclavagiste d’exploitation des enfants issus des milieux de la paysannerie pauvre de certaines régions du Sénégal et de pays limitrophes.  
Depuis le conseil interministériel du 24 août 2010, sanctionné par le passage à l’acte dans l’application des lois de sauvegarde de notre dignité nationale et de protection des enfants les plus vulnérables de notre pays et de la sous-région, plusieurs réactions ont été enregistrées. Certaines de ces réactions vont malheureusement à l’encontre du mouvement de l’histoire de notre pays et de l’Afrique en général vers plus de libertés individuelles et collectives, plus de justice sociale et d’équité, plus de démocratie, plus d’exigence de transparence et de gouvernance basée sur une relation dialectique entre droits et obligations.  
Les partisans de l’immobilisme social et réactionnaire qui dénient aux enfants les plus exclus de notre société toute opportunité d’accès à une éducation basée sur des normes et standards minimum de qualité, de dignité et de sécurité humaine, ont fait cause commune avec les oppresseurs d’enfants. Ceux qui brandissent les ‘vertus éducatrices de la mendicité’ se voilent avec de pseudo déterminants idéologiques de socialisation de l’enfant par l’apprentissage de l’ascétisme, de l’humilité et de l’endurance. Cela est en contradiction avec notre ambition collective de construire un Sénégal et une Afrique où chaque personne jouira pleinement de ses droits sociaux, politiques, culturels et économiques.  
La perspective de la modernité sociale que nous ouvrent nos modèles de représentation politique républicaine et démocratique, ne peut s’accommoder de rapports de dépendance chronique à la mendicité pour une partie importante de nos populations. Nous devons réhabiliter nos valeurs basées sur la mystique du travail et ainsi fonder des processus formels de solidarité et de protection sociale vis-à-vis des exclus de notre modèle actuel de développement. Ceci devrait constituer la base éthique de notre ‘marche vers le sommet’ de la reconstruction nationale.  
Si nous voulons sortir de l’immobilisme et de la régression sociale, nous ne devons nullement contester à l’Etat sa réelle volonté désormais affichée d’assumer son rôle de primo protecteur des enfants les plus vulnérables, en les libérant de la servitude de la mendicité et en leur restituant le droit à une vie d’enfant, le droit à une éducation religieuse digne, le droit à un environnement protecteur.  
Le Sénégal n’est pas le seul pays où l’islam est la religion de la grande majorité de la population. Pourquoi sommes-nous les champions de la mise des enfants en situation de mendicité oppressante ? Il est temps de regarder ce qui se passe dans les pays de la Umma islamique concernant l’environnement de l’enseignement coranique et la réglementation de la mendicité !  
La vérité est que le marché de l’aumône est lucratif ! Il est très rentable avec des enjeux énormes sur les plans financiers et matériels. Il est alimenté par une offre informelle et ostentatoire. Ceux ou celles qui justifient la mendicité, oublient de considérer le martyre des enfants à qui certains prétendus éducateurs obligent de rapporter quotidiennement une certaine somme d’argent sous peine d’être battus. Ce rapport de violence et d’instrumentalisation de l’enfant pour obtenir par la force de l’argent n’est prescrit par aucun livre saint.  
Non et mille fois non ! Plus jamais ça !  
Au nom de l’islam et de toutes les religions, nous ne devons plus accepter d’être des complices ou des pourvoyeurs d’intrants d’aumônes qui constituent un supplice pour les enfants. On peut apprendre le Coran sans mendier ! On peut adorer Dieu sans mendier, ni souffrir quotidiennement dans sa chair et être meurtri dans sa tête. Comment comprendre et accepter qu’en 2010, des milliers d’enfants soient, tous les jours, contraints de mendier et de rapporter par la force une certaine somme d’argent ?  
Dans la face hideuse et dégradante de nos pratiques sociales reproduisant des rapports féodaux se trouve la mendicité qui a fini d’envahir, à grande échelle, nos rues, pour devenir le siège de toutes les dérives et exposition à la pédophilie, aux violences et à la maltraitance à l’égard des enfants. Devant cette situation que nous entretenons tous les jours, en alimentant le marché de la mendicité et en contribuant à satisfaire les appétits matérialistes et pécuniaires des ‘traitants’, il y a une obligation absolue pour l’Etat et une urgence à agir en utilisant la force de la loi à des fins de protection de l’enfant.  
Il nous importe, ici et maintenant, de changer nos attitudes et comportements qui alimentent ce phénomène et de participer à la refondation de nos pratiques de solidarité active vis-à-vis des enfants exclus et marginalisés.  
L’application effective des lois qui réglementent la mendicité et protègent les enfants contre la traite, nous y oblige. Elle nous invite à une discipline collective dans l’acte de donner l’aumône ou de nous acquitter de la ‘Zakat’. C’est l’occasion de donner plus de responsabilités aux imams des mosquées de quartier, aux prêtres et autres hommes de culte, aux chefs de quartier et de village dans ce processus de résolution de la mendicité, notamment celle des enfants. L’Etat devrait engager directement des concertations avec ces acteurs pour la mise en œuvre des mesures d’accompagnement. Les maires et les présidents de communautés rurales devraient être impliqués dans ce processus de concertation.  
C’est le lieu de saluer l’attitude non politicienne du maire de Dakar, M. Khalifa Sall, qui a soutenu sans équivoque les mesures gouvernementales. Dans ce même registre, il faut également saluer la remarquable contribution de l’ex-Premier ministre, M. Idrissa Seck, publiée à travers divers organes de la presse écrite. D’autres ont choisi le silence ou la fuite en avant dans le procès contre l’Etat, stigmatisant l’impréparation de la mesure, le manque de concertation, l’absence de mesures d’accompagnement, l’injonction des bailleurs de fonds et des pays occidentaux.  
Pour l’histoire, nous devons dire que, depuis les années 70, le Sénégal tente de mettre fin à la mendicité des enfants sans y parvenir concrètement. Parmi les initiatives majeures fondatrices de cette volonté publique, on peut citer les mesures suivantes :  
- la pénalisation en 1975 de la mendicité pratiquée sous certaines conditions (voir dispositions de l’article 245 du Code pénal)  
- la tenue, en avril 1977, d’un Conseil national du Parti socialiste qui proposa aux pouvoirs publics de doter l’école coranique d’un statut juridique proche de l’enseignement privé ;  
- la tenue en juillet 1977 d’un conseil interministériel consacré à la lutte contre la mendicité des enfants ;  
- l’organisation par l’Institut islamique de Dakar d’un séminaire national sur la mendicité des enfants de certains daaras avec la participation de diverses associations islamiques, de maîtres coraniques de daaras de grande renommée et des représentants de certaines associations laïques. Ce séminaire avait recommandé entre autres :  
a) - de prendre des sanctions à l’encontre de maîtres coraniques qui incitent les talibés à la mendicité ou au vagabondage ;  
b) - d’intégrer la formation professionnelle dans la formation des talibés pour mieux les préparer à leurs responsabilités futures ;  
- l’instruction d’octobre 1978 du Premier ministre demandant au ministre de l’Action sociale de prendre toutes dispositions utiles pour : lutter contre la mendicité des talibés avec le concours de la police et de la justice, ouvrir des centres d’accueil pour les talibés mendiants, appuyer les daaras sur les plans alimentaire et sanitaire ;  
- la création du Fonds d’aide à l’enfance déshéritée et aux actions non conventionnelles. Entre 1983 et 1988, ce fonds a octroyé une aide estimée à 92 millions 174 mille F Cfa à 1 386 écoles coraniques (voir archives de la Direction de l’action sociale). L’Etat accompagna le projet alternatif à la mendicité des enfants du Daara de Malika qui fut créé en 1980 par un groupe de mères de famille avec à sa tête Mme Cathy Koaté. Le Daara de Malika proposait un modèle d’éducation coranique, d’enseignement en arabe, français et wolof ainsi que l’initiation à la formation qualifiante (horticulture, aviculture, menuiserie).  
Les années 90 ont été marquées par la mise en œuvre de programmes pour la réhabilitation des droits des talibés, ceci dans le cadre de la coopération gouvernement du Sénégal-Unicef. Ces programmes ont favorisé la création d’un environnement de mobilisation communautaire de lutte contre la mendicité des talibés à travers des comités de soutien dans les quartiers de Dakar et banlieue, Thiès, Saint-Louis, Kaolack, Diourbel et dans les zones pourvoyeuses de la migration des talibés des régions de Thiès, Saint-Louis, Matam, Kaolack, Kaffrine et Kolda.  
Les principales stratégies mises en œuvre consistaient à :  
- soutenir les daaras d’excellence ;  
- développer des offres alternatives de daaras communautaires dans les principales zones pourvoyeuses de la migration des talibés, principalement dans les régions de Saint-Louis (département de Podor) et de Thiès (dans la sous-préfecture de Pout et certaines communautés rurales du département de Tivaouane) ;  
- soutenir les daaras dans ces zones pourvoyeuses qui, malgré les contraintes économiques et environnementales, n’ont pas migré vers les centres urbains ;  
- soutenir les daaras en milieu urbain qui acceptent de mettre fin à la mendicité des enfants et à améliorer les conditions d’apprentissage et de formation des talibés (certains de ces daaras ont bénéficié de subventions pour des projets d’aide au retour dans leurs villages d’origine).  
L’information et la communication ont joué un rôle déterminant dans le développement de l’ensemble de ces processus et surtout dans la prise de conscience quant à la nécessité d’agir pour mettre fin à la mendicité et à la maltraitance des enfants. Des productions documentaires audio visuelles sur ces problématiques, réalisées avec l’appui de l’Unicef, par Babacar Diagne (actuel Dg de la Rts), Diadji Touré et Jacqueline Fatima Bocoum (des journalistes), ont permis de déclencher le mouvement de rupture du silence sur la misère et les souffrances de ces enfants martyrs. Ce mouvement sera amplifié à travers diverses contributions de cinéastes, de musiciens, d’artistes comédiens, de sportifs et par l’activisme (au sens positif du terme) des Ongs et des associations de jeunes et de femmes.  
La première décennie des années 2000 consacre : la montée en puissance de la volonté politique exprimée au plus haut niveau de l’Etat avec la tenue en octobre 2006 du Conseil présidentiel sur les enfants de la rue ; la diversification de l’offre en terme de projets et de programmes de coopération ; la création du Partenariat pour le retrait et la réinsertion des enfants de la rue (Parrer) qui constitue la plate forme la plus inclusive en matière de démarche synergique dans le domaine de la protection de l’enfant (Etat, Ongs, société civile, secteur privé, représentants de guides religieux et de leaders de communautés traditionnelles, partenaires au développement) ; l’établissement du dialogue avec les chefs religieux et leaders de communautés traditionnelles (visites du Parrer aux khalifes généraux et autres guides religieux, au Grand Serigne de Dakar) ; l’approfondissement de la base de connaissance sur les phénomènes des enfants mendiants et des enfants de la rue ; le développement de l’information et de la communication sur ces phénomènes ; le renforcement du dispositif de protection juridique des enfants contre la traite avec l’adoption de la loi 02/2005 relative à la lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées et à la protection des victimes, dont le chapitre I porte sur la traite et l’exploitation de la mendicité d’autrui.  
Malgré toutes ces initiatives, force est de constater que la mendicité des enfants n’a pas reculé. Elle a, au contraire, changé de nature en se muant en phénomène de traite d’enfants. L’Etat a une obligation absolue de protéger et de retirer ces enfants des divers circuits de la mendicité, en faisant appliquer les lois de la République. Si l’Etat perd cette capacité, il perd ce qui fait sa vertu qui réside dans le droit. Un Etat inefficace est dangereux et porte atteinte à la défense des groupes les plus faibles de la population. Il faut arrêter l’éternel recommencement, de Senghor à Wade, dans la non résolution du problème des enfants mendiants. L’espoir suscité par l’application des mesures du conseil interministériel est en train de s’évanouir. En effet, l’incitation des enfants à mendier continue dans plusieurs villes et dans certains quartiers de Dakar.  
Monsieur le président de la République, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Ministre de la Justice, pour l’honneur de la République, ne reculez pas ! Il faut appliquer la loi dans toute sa rigueur et utiliser tous les fonds des programmes et projets en cours d’exécution pour le financement des mesures d’accompagnement et pour prévenir le phénomène de la mendicité des enfants. Dans cette optique, il faudra réaffecter les financements publics et autres de la coopération internationale (consacrés aux séminaires sans fin et autres activités à faible rendement) à la rénovation des services publics de protection de l’enfant, l’appui direct aux daaras qui offrent des services de qualité, le transfert de ressources financières aux familles vulnérables des zones pourvoyeuses de la migration des enfants pour servitude de mendicité.  
Depuis Senghor, l’expérience montre que la résolution du problème des enfants mendiants ne peut se faire sans le passage à l’application effective des lois. C’est un préalable absolu. Cette application ne doit point se concevoir comme une opération cosmétique pour désencombrer nos rues ou de réponse aux injonctions tout à fait justifiées de nos partenaires au regard de la gravité de la situation des enfants mendiants. C’est une question de droits pour des enfants citoyens du Sénégal et de l’Afrique.  
Mamadou ‘Mao’ WANE Membre du Conseil d’administration du Parrer Ancien fonctionnaire de l’Unicef  
Le Cusems clairvoyant, la tutelle égarée  
 
 
Le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen secondaire (Cusems), dépositaire de la quintessence des syndicats du moyen secondaire, est la cible des autorités dont le seul objectif est de le fragiliser. Et la vérité est que les autorités en voulant diaboliser, marginaliser et isoler le Cusems, se ridiculisent et s’attirent les critiques les plus acerbes. Par ailleurs, les autorités doivent savoir que le syndicalisme est une passion, un engagement, un mode d’expression. Malheur à celui qui n’est pas passionné. Si on ne l’est pas, il suffit d’un rien pour qu’on renonce à aller au fond de soi.  
Cette année, nos responsables syndicaux ont fait preuve de beaucoup de patience et de tolérance. Ils n’ont pas mis la pression sur le gouvernement pour une application effective des protocoles d’accord des années antérieures. Mais, tout porte à croire que l’heure n’est plus à faire la fine bouche devant des autorités prolixes, qui tirent à boulets rouges sur les enseignants et tiennent des propos blessants à leurs endroits.  
Dès lors, il est nécessaire d’être pragmatique. Vivre, c’est lutter et ne pas se décourager. Ce que les syndicalistes ont, du reste, bien compris. Ainsi la bonne stratégie est de ne jamais baisser les bras et de continuer à lutter, en gardant la même mentalité et la même conviction, tout en ayant un moral inoxydable et une volonté de fer. En lutte syndicale, il est impératif et même indispensable, pour obtenir gain de cause, d’avoir une forte capacité d’agir vite. Ne pas provoquer, mais ne pas éviter le combat lorsqu’il s’impose.  
Antoine de Saint Exupery ne disait-il pas : ‘Je n’ai pas le droit de dire ou de faire quelque chose qui diminue un homme à ses propres yeux. Ce qui compte ce n’est pas ce que je pense de lui, mais ce que lui pense de lui-même. Blesser un homme dans sa dignité est un crime.’ Telles sont les paroles de cet aviateur écrivain, riches en enseignement, mais pas comprises par les autorités qui, au lieu d’encourager les enseignants et défendre leurs revendications légitimes devant le gouvernement, les critiquent et leur mènent la guerre. Elles ne savent pas, comme le disait un sage, que ‘les talents se fanent sous les critiques. Ils fleurissent et se fructifient avec l’encouragement’.  
Il convient donc de noter que les multiples erreurs commises par les autorités, couplées à l’effet conjugué d’une légèreté dans leur démarche et de leur manque de visibilité quant à la gestion du dossier du Cusems et à la mise en application du protocole d’accord, ont fait réagir le directoire. C’est ainsi que le mot d’ordre a été observé. Mais c’est à la suite d’une demande du Premier ministre très diplomate, et qui a agi avec tact, que le directoire, sachant qu’il faut parfois faire des concessions, a suspendu le mot d’ordre. Une décision bien appréciée par les populations.  
Malheureusement, au lieu de s’en réjouir et féliciter les enseignants, certaines de nos autorités en charge de l’éducation se sont permises de provoquer le Cusems et son coordinateur. Ce qui est regrettable. D’autant plus que cette attitude a soulevé l’ire des collègues qui sont sur le pied de guerre. Quand on a, sous sa tutelle, des patriotes réfléchis, dont l’autorité est fondée sur le savoir et la capacité d’analyse, des intellectuels indépendants d’esprit et autonomes de pensée, qui ont le courage de leurs opinions et croient sobrement à leur fonction critique, on se doit d’avoir la tête sur les épaules. Ce faisant, il est du devoir du ministre, de ne pas déterrer la hache de guerre, ni réveiller les démons de la confrontation. Il doit avoir une vision beaucoup plus prospective pour imprimer une trajectoire rectiligne favorable à une année apaisée et susceptible de soutenir les exigences d’antan.  
Du moment que seul un labeur acharné peut conduire au succès, revaloriser la fonction enseignante qui n’est plus incitative, amènerait les enseignants à mieux former les jeunes, espoirs de demain, qui pourront installer le pays sur les rampes du développement. ‘Ce n’est pas la guerre, c’est la paix qui est la mère de toute chose.’  
El Hadj Mansour NGOM Prof de Maths au LJFK  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 18.10.2010
- Déjà 5206 visites sur ce site!