ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

le senegal est dans le rouge tout est en bern

 
WebNews: Mardi 17 Fév 2009 
Sénégal : la croissance ralentit à 2,5% en 2008, contre 4,7% en 2007. 
La croissance du produit intérieur brut (PIB) du Sénégal a enregistré en 2008 une "forte chute", passant de 4,7% en 2007 à seulement 2,5%, a indiqué à Dakar le représentant du FMI Alex Segura. 
"Entre 1995 et 2005, le Sénégal a eu des taux de croissance autour de 5%. En 2007, il a été de 4,7%", a déclaré le responsable du Fonds monétaire international (FMI) à l'AFP et Radio France Internationale (RFI). 
Mais "l'effet de la dette intérieure sur l'activité économique a été très très négatif et a conduit à un ralentissement de l'activité en 2008 avec un taux de croissance estimé autour de 2,5%, donc une forte chute", a-t-il précisé. En 2006, le PIB sénégalais avait déjà connu une mauvaise année avec +2,4%. 
En 2008, "le secteur secondaire a été fortement affecté, les fournisseurs de l'Etat n'ont pas été payés à temps. Beaucoup d'entreprises ont été contraintes de réduire leurs activités", a-t-il ajouté. Selon lui, la croissance du PIB non agricole a été de seulement +1,5% en 2008. 
Pour 2009, l'estimation de croissance du FMI est de +4%. 
Concernant la lourde dette intérieure, "un tiers avait été payé il y a une semaine. Sur le stock de 225 milliards de FCFA (342 millions d'euros) répertoriés avec les autorités, il restait encore autour de 150 milliards de FCFA (228 millions d'euros)", a-t-il ajouté.  
"Le ministre des Finances (Abdoulaye Diop) travaille pour trouver des ressources pour payer le reste. Au cours des prochaines semaines, sinon la totalité, une grande partie sera payée", a assuré le représentant du FMI. 
Auteur: AFP  
Génération du Concret ou Génération Alternance ?  
mardi 17 février 2009 
Génération du Concret ou Génération Alternance ? 
Contrairement à cette autre Génération perdue je veux parler de cette génération sacrifiée, riche en personnalités brillantes, en hommes et femmes justes, déterminés : entre autres, les jeunesses libérales, qui ont porté le SOPI jusqu’au soir du 19 mars 2000, la Génération du Concret hérite de l’alternance sur un plateau d’or. La génération légitime, celle là même qui s’est donnée corps et âme, elle, est présentée à un tribunal populaire pour être jugée : d’avoir pensé ou d’avoir des ambitions. Ce sont ces milliers de jeunes, pas des héritiers de la politique, eux, fils d’ouvriers et de goorgoorlou, ces damnés de la terre auxquels les barrons socialistes, tout à leurs préjugés de classe, reprochèrent leur engagement et leur fidélité au Pds. Ces milliers de jeunes restés fidèles aux idées du Pape du Sopi depuis plus de vingt ans, traçant un sillon très libéral, mais aussi libertaire, furent guidés par ce seul principe : la démocratie défendue par Maître Abdoulaye Wade leader du Sopi, valait la peine qu’on croit en elle, et qu’on s’éloigne des principes de réalpolitik pratiquée par le régime socialiste. Certains d’entre ces jeunes ont mené en 1983, 1985 et 2000, contre leurs propres parents notables du parti socialiste (mon père m’avait chassé de sa maison lors des élections présidentielles de 1978), des campagnes audacieuses presque solitaires qui ont permit d’arracher l’alternance un soir du 19 mars 2000. Au-delà de cette génération « libérale » ; c’est toute cette génération politique née au lendemain de l’indépendance (1960) qui est passée en pertes et profits en faveur de la génération du Concret, elle, née au lendemain de l’alternance (2000). Génération du Concret ou plutôt Génération Alternance, le journal le Monde dans son spécial « Bilan du Monde 2009, la situation économique internationale », nous édifie quant à la véracité de ce concept de Concret et quant aux compétences de ces jeunes qui le portent au Sénégal. Jugez en vous-mêmes « Pour un pays qui vit dans l’espoir de rejoindre les rangs des économies « émergentes » de la planète, il y a de quoi être déçu … Les Sénégalais sont de plus en plus nombreux à ne manger qu’une fois par jour…La paix sociale est menacée … Le Fonds monétaire international (Fmi) lui, s’inquiète des dérapages budgétaires de l’Etat. La dette intérieure est exorbitante (…) 457 millions d’euros selon des sources indépendantes (299 milliards Cfa). Alors que Karim Wade est présenté comme le responsable des programmes des grands travaux et de leur retard… Les grands chantiers de l’autoroute, de l’aéroport et d’une « zone économique spéciale » gérée par des investisseurs venus des Emirats arabes gonflent les chiffres de la croissance (pour les Btp, elle a atteint 13% en 2008), mais sans parvenir à relever le niveau de vie des Sénégalais . » Quoi de plus clair ? Et pourtant cette nouvelle bourgeoisie sénégalaise, la main sur le cœur jure que les Sénégalais sont les plus heureux du monde. Pour cette Génération Alternance, l’œuvre du Président Wade seule constante du PDS et de l’Etat, est une « réussite » pour le peuple sénégalais, et à ce titre, il peut faire fit à la constitution, celle la même qu’il a soumit à l’approbation des citoyens sénégalais le 21 janvier 2001, et proclamer l’instauration d’une monarchie. Jeunesse sénégalaise rassissez-vous en lisant ce discours d’un éminent membre de cette Génération Alternance, que dis-je, Génération Bourgeoise, le ministre Mamadou Lamine Keïta « S’il s’agit de sacrifice, qui en a fait plus que Karim, lui qui, au moment où nous avions nos parents à côté de nous, avait le tient derrière les barreaux. »D’autres jeunes avaient aussi leur parent derrière les barreaux pour seul crime, d’être restés fidèles au père de Karim, monsieur le ministre. Il poursuit « A cause de l’engagement politique de son père, il était privé de l’affection de ce dernier. »Monsieur le ministre que dire alors de ces milliers de jeunes qui ont perdu l’affection de leur parent parce que tout simplement ils avaient pris fait et cause pour le pape du Sopi ? Savez-vous combien de jeunes ont sacrifié leurs études, alors que Karim même loin de son père suivez un enseignement normal dans des établissements sans années blanches et sans grenades lacrymogènes ? Savez-vous combien de jeunes se sentent aujourd’hui coupables, pour avoir hypothéquer leur brillante carrière et ainsi anéantir l’espoir de leurs parents pour ne pas dire toute une famille, du seul fait de leur engagement politique au Pds ? Alors en quoi Karim est le plus méritant et de quel sacrifice vous parlez ? Ces milliers de jeunes qui sont parti mourir au fond des océans alors qu’on vous a donné, vous département ministériel de la jeunesse tous les moyens nécessaires afin d’éviter de tels drames, n’est-ce pas là une jeunesse sacrifiée ? Sans avoir procédé à l’Audite de la défunte ANOCI, voilà que vous (GC) héritez d’une nouvelle agence avec un pactole de 18 milliards qui ne souffrent nullement d’accusations de blanchissement. Mais n’oubliez jamais que toute histoire a une fin, pourvu qu’elle soit belle pour la GC. 
Alioune Ndao Fall 
Chargé de la Diaspora APR 
 
Seneweb.com : Mardi 17 Fév 2009 
Locales : l'Afp dénonce la "délinquance électorale" et appelle ses militants à faire face  
L’Etat du Sénégal a cédé le stade Assane Diouf dans des conditions « nébuleuses », a dénoncé ce mardi l’Alliance des forces de progrès (Afp), à l’issue de la réunion de son Bureau politique. De l’avis des progressistes, l’Etat a cherché à endormir les jeunes de Rebeuss, alors que « depuis longtemps, des engagements avaient déjà été pris, dans des conditions nébuleuses, avec des partenaires ». Ils dénoncent le « savoir-faire diabolique » du régime d’Abdoulaye Wade, qui a profité de grands événements nationaux pendant lesquels l’attention de l’opinion est détournée pour passer à l’action. 
Pour ce qui concerne la dette intérieure, l’Afp note pour le déplorer que « le feuilleton de la dette intérieure montre à souhait jusqu’à quel point le régime de Maître Abdoulaye Wade et l’esprit de dissimulation, la ruse et l’informel se sont installés au cœur de l’Etat, en hypothéquant dangereusement l’équilibre des finances publiques et l’avenir des entreprises, c’est-à-dire, de notre économie ». Le parti de Moustapha Niasse ajoute : « En déclarant vouloir éponger les arriérés de paiement, le régime en place, qui n’en finit pas dans sa quête fébrile de financements, s’emmêle dans des explications peu convaincantes, où les chiffres avancés sont contredits et par les chefs d’entreprise et par les bailleurs multilatéraux comme le FMI ». En direction des prochaines locales, les progressistes appellent les populations appellent les populations à la mobilisation, après ce qu’ils considèrent comme de la « délinquance électorale ». Le Bureau politique de ce parti « engage tous les responsables et militants, dans toutes les localités du pays, à participer, avec détermination et dans un esprit d’équipe, au sein des Coalitions patriotiques de l’Opposition, à la résistance aux côtés des populations, pour faire face à la tentative annoncée de confiscation de la volonté souveraine du peuple ».  
 
WebNews : Mardi 17 Fév 2009 
Pour le Sénégal, l'année 2008 a été mauvaise, 2009 s'annonce " difficile "  
DAKAR (AFP) - Baisse attendue des transferts des émigrés, dette intérieure étouffante, ralentissement économique: l'année 2008 a été mauvaise pour le Sénégal, avec une chute de la croissance à 2,5%, mais 2009 s'annonce tout autant difficile pour la 2e économie d'Afrique de l'Ouest francophone.  
"L'année 2009 va être une année difficile pour le Sénégal, qui commencera à voir les effets de la crise financière internationale", a indiqué le représentant à Dakar du Fonds monétaire international (FMI) Alex Segura, lors d'un entretien avec l'AFP et Radio France Internationale (RFI).  
"Nous commençons à voir les premiers signaux de la crise avec la baisse des transferts de travailleurs à l'étranger. La diaspora sénégalaise est très importante et les transferts jouent un rôle crucial pour la réduction de la pauvreté et pour soutenir la consommation des ménages", a-t-il ajouté.  
Ces transferts officiels avaient connu une hausse importante ces dernières années, passant de 341 milliards de francs CFA (519 millions d'euros) en 2005 à 566 mds FCFA (862 M EUR) en 2007, avant de se stabiliser, légèrement à la baisse, en 2008 avec 555 mds FCFA (846 M EUR).  
Mais pour 2009, ces transferts sont estimés à "seulement" 400 mds FCFA (609 M EUR) par le FMI, en raison de la récession frappant de nombreux pays occidentaux.  
Cette brutale contraction des transferts devrait directement affecter le secteur des BTP, qui était ces dernières années un des plus dynamiques de l'économie sénégalaise, la plus importante de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa, 8 pays) après la Côte d'Ivoire.  
Historiquement très présente en France, ancienne puissance coloniale, la diaspora du Sénégal, pays pauvre de 12 millions d'habitants, s'est récemment implantée dans d'autres pays européens, notamment l'Italie et l'Espagne, ainsi qu'aux Etats-Unis.  
Le Sénégal pourrait également subir une "possible baisse de l'aide publique au développement (APD)", selon M. Segura. Le Sénégal et le Mali sont les principaux bénéficiaires de l'APD de la France en Afrique subsaharienne.  
Les dons au Sénégal sont déjà passés de 138 mds FCFA (210 M EUR) en 2007 à 91 mds FCFA (138 M EUR) en 2008.  
Dakar devrait également voir ses exportations partir à la baisse: "Lorsque la croissance des pays développés va se ralentir, la demande des exportations des pays en voie de développement peut aussi baisser", selon M. Segura. Les produits de la mer et l'acide phosphorique du Sénégal pourraient être touchés.  
Une mauvaise nouvelle pour un pays qui importe deux fois plus qu'il n'exporte, avec un déficit de la balance commerciale dépassant les 1.000 mds FCFA (1,5 md EUR).  
Enfin, les investissements étrangers directs devraient également subir les effets de la crise mondiale. Emanant notamment des pays arabes, ils avaient littéralement explosé, passant de 28 mds FCFA (42 M EUR) en 2005 à un record de 152 mds FCFA (231 M EUR) en 2008.  
D'importants projets, très gourmands en financements, sont en cours, notamment la modernisation du port de Dakar, une autoroute pour sortir de la capitale et un nouvel aéroport international.  
Quant à la lourde dette intérieure (150 mds FCFA, soit 228 M EUR) début février, qui avait plombé la croissance en 2008, elle devrait progressivement être résorbée grâce à l'aide des bailleurs de fonds et une meilleure maîtrise des dépenses publiques.  
Auteur: Altavista Maroc avec AFP  
 
Seneweb.com : Mardi 17 Fév 2009 
Construction de la Cité Kawsara : la famille Tall accuse Wade de " semer la zizanie "  
La famille omarienne du Sénégal a réagi vigoureusement ce mardi, suite à la décision de l’Etat de construire la cité Kawsara sur le site de l’ancien stade Assane Diouf, près de la grande mosquée de la famille Tall. Habib Moutaga Daha Tall, représentant la communauté, s’en est ouvertement pris au président de la République, l’accusant de « semer la zizanie dans les familles religieuses du Sénégal ». M. Tall accuse notamment le président Wade de faire du « deux poids deux mesures » concernant le traitement des familles religieuses du Sénégal. « Ce qui se passe dans le pays est injuste et les chefs religieux devraient être les premiers à le dénoncer », a déclaré celui qui dit n’avoir aucune crainte de dire ce qu’il pense au chef de l’Etat.  
La cité des Affaires Kawsara, un site cédé par l’Etat du Sénégal à des privés chinois, doit être érigée à quelques mètres de la mosquée de la famille omarienne du Sénégal, qui est aussi le mausolée de Thierno Mountaga Tall. Les riverains ont eux aussi dénoncé la destruction du seul stade du quartier entendent s’opposer au projet de construction, qui a été confirmé lors de la récente visite du président chinois Hu Jin Tao à Dakar. Le stade Assane Diouf, le seul lieu de loisirs du quartier, a été détruit l’année dernière par les chinois, alors qu’aucune autorisation officielle n’avait été donnée aux présentée, semant le doute sur l’identité de l’initiateur de ce projet.  
 
APS : Mardi 17 Fév 2009 
Diourbel : marche de protestation des élèves contre le débrayage des professeurs  
Diourbel, 17 fév (APS) – Les élèves des différents établissements publics de Diourbel ont organisé mardi matin une marche, à travers les principales artères de la ville, pour protester contre le débrayage de leurs professeurs. 
 
Dans leur mouvement, les élèves ont affronté les forces de sécurité sur la route nationale 3 (Touba –Dakar) qu’ils ont bloquée durant un quart d’heure en brûlant des pneus.  
‘’Depuis le début de l’année, il n’y a pas d’enseignements et nous voulons avoir les mêmes chances que tous ceux qui ont à subir des examens’’, ont expliqué les dirigeants du mouvement. 
Les élèves demandent à l’Etat d’ouvrir des négociations avec les enseignants pour trouver les solutions aux problèmes. 
Ils ont, par la même occasion, posé des doléances relatives à l’amélioration de leurs conditions d’étude, notamment la mise en circulation d’un bus pour les élèves du lycée de Ndayanne. Ils ont en outre déploré le manque de listes de présence dans les classes. 
 
Auteur: ID/AD  
Mais, où sont passés les précieux enseignements légués par nos illustres guides spirituels ?  
En nous rappelant, les enseignements légués par ces illustres figures spirituelles, aujourd’hui disparues, on peut bien affirmer sans risque d’être démenti, que les temps ont beaucoup changé au Sénégal et certaines catégories de personnes, ont aussi dévié de leur mission spirituelle et historique. 
La perte des valeurs si décriée en ce moment dans notre pays, n’a pas épargné la classe maraboutique et malheureusement au plus haut niveau de celle-ci. Ce qui nous fait regretter, la disparition des illustres marabouts orthodoxes et sans conteste hommes de Dieu. Pour eux, après Dieu, leurs principales préoccupations étaient la paix des âmes dans le pays et la fraternité entre les Sénégalais. Ils ne faisaient pas de parti pris manifeste entre ceux qui concouraient pour le pouvoir temporel. Ils ne toléraient pas le mensonge et l’absence de vertu de qui que ce soit et d’où qu’ils provenaient. Ils disaient la vérité sans ambages à tous le moment venu, y compris leurs propres talibés et proches. Pour eux, le pays et la paix des âmes comptaient plus que tout. En outre, ils étaient attachés à la terre et tout naturellement, à ceux qui la travaillent c’est-à-dire, le monde paysan pour qui, ils constituaient un bouclier protecteur face au pouvoir en place. Ils étaient aussi, un allié sûr pour eux. 
Bien que conscients de la force de leur pouvoir spirituel, ils n’en user jamais pour s’attaquer à qui que ce soit, ils s’en servaient plutôt pour se défendre contre l’envahisseur ou contre toute agression à leur personne ou leur communauté. L’argent, le plaisir et le luxe de ce bas monde leur étaient insensibles et avec juste raison, ils s’en méfier comme la peste car, ce sont là, les courroies de transmission par lesquelles, Satan se fraie souvent le chemin, pour pénétrer tous ceux qui sont avides de ces délices ou ont un faible pour eux. 
Les enseignements précieux que nous avons hérités de Serigne Touba Khadimou Rassoul, Elhadji Malick Sy, Elhadji Ibrahima Niasse, Mouhamadou Moustapha Mbacké, Khalifa Ababacar Sy, Mame Limamou Laye, Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma, Abdoul Aziz Sy Dabakh, Serigne Fallou Mbacké, Abdou Lahat Mbacké pour ne citer que ceux-là, reposaient essentiellement sur les principes cardinaux de l’islam – une religion de paix- rappelés plus haut. Ils avaient suffisamment à faire dans le cadre de leur champ d’activité qui était le pouvoir spirituel. Un pouvoir, don de Dieu, fait de force immatérielle, considéré comme un sacerdoce et une charge sacrée liée à leur existence, pour ne plus vouloir régenter le pouvoir temporel, qui lui, est un mandat lié à un temps éphémère fixé par les hommes avec des règles précises. 
La question fondamentale, ne veut point dire que le marabout citoyen, doit ou ne doit pas s’intéresser à la politique, non ce n’est pas cela ! Mais, il devrait tenir compte que les deux statuts, le spirituel et le temporel sont antinomiques, même s’ils peuvent bien cheminer parallèlement vers un objectif commun. En effet, chacun d’eux doit contribuer dans son domaine réservé à la satisfaction des besoins spécifiques du peuple sénégalais. Il est bien établi et suffisamment démontré, qu’à chaque fois que les deux pouvoirs ont été confondus, forcément l’un d’eux, sabordera l’autre. C’est ce que, nos illustres figures citées plus haut, ont toujours compris et évité, leur existence durant. 
L’Etat libéral, qui nous gouverne par l’informel, s’occupe de tout sauf, des affaires publiques dont il devrait impérativement prendre en charge et s’en acquitter au plus haut point. Par sa gouvernance hideuse, il a offert un environnement propice à tous les abus et aux atteintes des libertés des citoyens, que la Constitution leurs confère. Par voie de conséquence, au lieu d’un Etat de droit stable, il nous installe dans un Etat où règnent l’anarchie, l’injustice, la tricherie, la déprédation, la cupidité, une dictature monarchique, en somme, une porte ouverte à des vices de toutes sortes, vices qui ont fini au demeurant tentent de vider notre peuple de ses vertus d’antan. Alors, se fondant toujours sur son principe directeur de, diviser pour mieux régner, qui est plus que jamais actif, Me Wade PGCD (plus grand commun diviseur) de notre nation est favorable à un pays divisé en clans de toutes sortes, afin de mieux naviguer, comme il le fait si bien dans son propre parti. 
Dans ce pays souhaité uni et indivisible qui est la République du Sénégal, nous constatons depuis quelque temps, des faits insolites de nature très grave pour l’unité et la cohésion nationale d’une part et, pour la liberté, la citoyenneté et la démocratie d’autre part. Nous apprenons par moments, à travers les médias, qu’Untel marabout ou patelin, non content de l’Etat pour des raisons qui leurs sont propres, s’érige en une autorité rebelle pour interdire ou empêcher momentanément dans sa localité toute activité politique. Ce qui en soi, est une violation flagrante de la Constitution et de toutes les lois de la République notamment, le libre choix du citoyen, de s’installer où il veut, d’aller et de venir sur l’étendue du territoire national, d’y mener les activités politiques ou autres qu’il estime, selon les lois en vigueur dans la république sans aucune entrave de qui que ce soit. 
Cette attitude qui est discriminatoire, en ce sens qu’elle ne vise pas le Parti au pouvoir et son chef, est un parti pris manifeste, qui n’honore pas ses auteurs. Cet état de fait, n’est différent en rien du tout, d’un Etat dans un Etat, ce qui est inadmissible au regard de la république, si nous appelons les faits par leur nom. Devant de tels faits et dans de pareils cas, l’Etat se trouve dans l’obligation républicaine d’intervenir pour rétablir l’ordre et dire à qui de droit, où commence et s’arrête la liberté de chaque citoyen, fut-il un marabout ou un groupe de citoyens, ils ne devraient en aucune façon enfreindre la loi sans coup férir, parce qu’ils ne sont pas aux yeux de la loi, plus que des citoyens. A moins que nous ayons alors dans notre république, deux types de citoyen celui de première classe et seconde zone. C’est là, les effets néfastes de la connivence entre le pouvoir spirituel et temporel qui s’exerce en un système de vases communicants. Ou comme disait l’autre : si l’Etat te donne un franc aujourd’hui, il te privera de ta religion et de ta liberté autant demain. 
Dans notre pays, il a toujours existé, même du temps de la colonisation, la cohabitation entre le pouvoir spirituel ou traditionnel et celui temporel avec une délimitation précise des champs d’action de chacun d’eux. Jusqu’à l’alternance, toutes proportions gardées, ces champs d’activité ont été plus ou moins respectés, pour permettre à chacun de vaquer à ses occupations sans accroc. 
Mais à l’heure actuelle, tout ce passé semble révolu avec l’arrivée de Me Wade au pouvoir. Nous avons l’impression d’assister à un marché aux enchères des marabouts. Ils sont devenus des objets à la merci du plus offrant, ceci, quelle que soit la moralité de l’individu ou du passé maçonnique de l’organisateur de ce marché, pas du tout innocent. Qui aurait imaginé cela à l’époque de nos illustres disparus ? Me Wade, étant adepte de l’achat des consciences, est à l’aise pour se payer tous les marabouts qui désertent les lieux de culte pour se mettre à son service et qui ont tendance à considérer l’argent sonnant et le luxe, plus importants que les souffrances que Me Wade fait subir au peuple sénégalais. Dieu omnipotent et omniscient nous observe et saura rétribuer à chacun selon ses mérites le moment venu. 
On peut noter certes, qu’à l’époque, les devanciers de nos marabouts actuels faisaient toujours montre de tolérance et preuve d’équité à l’égard de leurs talibés qui pouvaient se retrouver dans des partis politiques soit au pouvoir ou à l’opposition, mais ils ne se départissaient jamais de leur intransigeance et de leur fermeté sur les principes orthodoxes de la religion. Même si parmi eux, certains ont eu une préférence pour tel ou tel acteur de la scène politique, jamais ils n’ont empêché le libre jeu dans leurs localités concernées. Et, ils ont toujours recommandé à tous, la mesure dans les actes à mener et le non recours à la violence physique ou même verbale ; ils insistaient particulièrement sur le respect des religions et de ceux qui les incarnaient, la sauvegarde des lieux de culte et des symboles religieux. 
Leurs interventions pour régler les conflits et autres différends entre communautés ou individus, étaient faites dans la discrétion et à l’insu du public. Leur maître mot était, la paix par la non violence. Ils se voulaient justes et, la justice commence d’abord par l’impartialité et l’équité envers tous les antagonistes, ce qui équivaut à se départir de tout parti pris, surtout manifeste. Ils intimaient la droiture à tous et mettaient également en garde, ceux qui usurpaient ou jouissaient des biens illicites ou des biens d’autrui. Le bien du peuple appartenant à tous, il n’est donné à personne n’en user comme lui semble. 
Pour tout dire, Me Wade et son régime, sont un mal profond qui gangrène notre pays tout entier. Soyez-en surs, son but ultime, est de transformer, à défaut, de considérer les Sénégalais, sa famille exceptée, comme des moins que rien et tous à la portée de sa bourse – plutôt l’argent du peuple - . Toutes ses tentatives les plus machiavéliques ayant toujours abouti à leur terme, il tente maintenant de donner le coup de grâce à notre peuple, en voulant installer son fils comme successeur par des combinaisons et subterfuges, sans passer par le peuple souverain, de peur d’un échec cuisant. Ne riez surtout pas, car l’homme ne reculera devant rien pour parvenir ses fins. Le fait d’arroser les marabouts et autres dignitaires qui ont perdu toute vertu, avec de l’argent du contribuable combiné avec des biens mobiliers et immobiliers, doublé sa la latitude de modifier la constitution à sa guise, constitue une des armes de son plan de succession par son fils. 
Faut-il le rappeler, notre peuple tient pour complices, tous ceux qui auront aidé Me Wade dans cette entreprise, consciemment ou inconsciemment, qu’ils répondront demain devant l’histoire surtout, si ces derniers l’ont fait en contre partie de privilèges juteux. 
A cet effet, nous devons garder à l’esprit, dans toutes nos actions, cette recommandation de notre créateur : Soyez juste en tout temps et en tout lieu entre vous. Et si toutefois, vous êtes appelé à trancher un différend, faites le en âme et conscience, en vous fondant strictement sur la droiture pour ne léser personne. Il rappelle aussi que, ceux qui jugent sur terre les hommes, ou conduisent les peuples seront eux aussi jugés demain au tribunal exceptionnel, présidé par notre créateur. 
Mandiaye Gaye 
Gaye_mandiaye@hotmail.com 
 
SUD QUOTIDIEN : 
POUR EVITER LES VOTE-SANCTIONS AU PDS Wade dépêche une mission dans les régions  
par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN , mercredi 18 février 2009 
Des membres de la Direction du Parti démocratique sénégalais (Pds) au nombre desquels Abdoulaye Faye, Ousmane Masseck Ndiaye, Omar Sarr et Modou Fada Diagne vont se rendre au niveau de leurs bases, à compter de demain jeudi pour apporter un message de leur Secrétaire général national, le Président Me Abdoulaye Wade. Il s’agit, selon nos sources, d’un message d’apaisement adressé aux militants “frustrés” par les investitures. 
Le numéro un du Pds les invite à rentrer dans les rangs, en refusant de céder à toute tentative de vote-sanction contre leur parti. Abdoulaye Faye et ses camarades du Comité Directeur qui étaient en réunion depuis lundi, vont insister sur la mobilisation des militants aux fins de donner toutes les chances au Pds de remporter les prochaines dans les différentes localités. 
La tournée va durer une semaine. La délégation commence par Sédhiou, le jeudi et le lendemain, elle sera à Ziguinchor. Les responsables locaux devraient les accueillir au niveau de leur base. 
La crise financière mondiale : quelles conséquences pour l’Afrique ?  
par , mercredi 18 février 2009 
Il ne fait aucun doute que la crise financière mondiale touche l’Afrique subsaharienne de plein fouet. Pour cette année, le FMI table sur un taux de croissance de 3,3 % seulement, soit environ la moitié de la moyenne de la dernière décennie. 
La croissance mondiale est pratiquement au point mort, entraînant une baisse de la demande pour les produits africains. Lorsque, par exemple, les consommateurs européens et américains limitent leurs dépenses, l’Afrique exporte moins. Qui plus est, le cours des matières premières telles que le pétrole ou le cuivre s’est effondré. 
De par le monde, les investisseurs revoient leurs plans à la baisse. Les marchés obligataires et boursiers africains ont déjà chuté. Vu la détérioration des perspectives de croissance et le resserrement sur les marchés du crédit, les investissements directs seront vraisemblablement en repli cette année, alors que jusqu’à présent leur vitalité était un heureux dividende du travail de réforme accompli. À cela s’ajoute l’assombrissement des perspectives d’emploi des ressortissants africains vivant à l’étranger, d’où le risque d’une réduction des transferts qu’ils envoient à leur famille. 
Tout cela pèse lourdement sur les revenus des ménages mais aussi sur les budgets des États. Qui dit chute des exportations, dit baisse du chiffre d’affaire des entreprises et, partant, des recettes fiscales. 
Conjointement avec les autorités tanzaniennes, nous organisons une conférence à Dar es Salam les 10 et 11 mars prochains. Elle sera l’occasion pour les pays africains de partager les enseignements de leurs réussites, d’échanger leurs points de vue sur les meilleurs moyens de surmonter les conséquences de la crise financière mondiale et de nous éclairer sur la forme que devrait prendre l’action du FMI en Afrique pour les aider à atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés pour leur population. 
La bonne nouvelle est que l’économie de nombreux pays africains est beaucoup plus saine aujourd’hui qu’il y a dix ans. De nombreux pays disposent de réserves de change suffisantes pour faciliter leur ajustement au nouvel environnement économique. Dans certains pays, la faiblesse de l’endettement public et l’existence d’une épargne importante permettent d’envisager de maintenir, voire d’augmenter, le niveau des dépenses et d’élargir les déficits publics, sans pour autant menacer la stabilité économique. Dans d’autres, en revanche, les contraintes de financement limitent ces possibilités. 
Le FMI accompagne ses États membres en Afrique pour les aider à faire en sorte que la crise mondiale n’efface pas les gains durement acquis ces dernières années. Pour ce faire, nous avons accru notre concours financiers aux pays gravement affectés par la flambée des prix énergétiques et alimentaires de l’année dernière, et avons récemment mis en place un mécanisme de financement plus flexible pour les pays qui subissent des chocs exogènes. 
Le FMI est également actif sur le front de l’assistance technique, en dépêchant des experts auprès de nos États membres africains afin de les aider à renforcer leurs capacités en matière de gestion économique. Nous avons déjà établi trois centres régionaux d’assistance technique en Afrique et comptons en ouvrir deux autres. Enfin, forts de l’expérience acquise dans d’autres régions, nous offrons nos conseils de politique économique pour aider les pays africains à relever les défis liés au ralentissement de l’économie mondiale. Nous encourageons nos États membres à ne pas perdre de vue leurs objectifs de moyen terme, afin d’éviter qu’en répondant aux besoins du moment les gouvernements n’hypothèquent leur avenir. 
De manière plus générale, la communauté internationale a un rôle déterminant à jouer. En ces temps difficiles pour le continent, elle doit impérativement honorer ses engagements en matière d’aide au développement. De plus, il est vital pour la poursuite de son développement économique que l’Afrique puisse bénéficier d’un système commercial ouvert. 
L’Afrique ne sera pas épargnée par les problèmes qui affaiblissent l’économie mondiale, mais en agissant ensemble nous pouvons l’aider à préserver la dynamique de ses récents acquis pour lui permettre de bénéficier, le moment venu, de la reprise mondiale. 
• Antoinette M. Sayeh,  
• Directrice, Département Afrique  
• Fonds monétaire international 
 
SYSTEME SOPHISTIQUE D’ECOUTES TELEPHONIQUES 25 milliards pour « violer » l’intimité des Sénégalais  
par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN , mercredi 18 février 2009 
Le gouvernement du Sénégal va mettre en place un système très sophistiqué d’écoutes téléphoniques. Ce projet de 25 milliards de Fcfa serait au service d’intérêts privés d’un groupuscule qui serait au cœur et à la périphérie de l’Etat. L’Alliance des forces de progrès (Afp) qui fait la révélation dans un communiqué en date du 17 février, estime que ce sont les libertés et l’intimité des Sénégalais qui seront ainsi violées. Un projet qu’elle assimile à un recul démocratique. 
L’Alliance des forces de progrès (Afp) affirme, dans un communiqué en date du 17 février, que l’Etat du Sénégal a ficelé un projet d’un montant de 25 milliards destiné aux écoutes téléphoniques. Ce système très sophistiqué qui, de l’avis des « Progressistes », va violer les libertés et l’intimité des Sénégalais, n’est pas au service de la République, mais « d’intérêts privés d’un groupuscule décidé à poursuivre l’exécution de son projet monarchique insensé ». 
Il s’agit là d’une régression démocratique matérialisée, selon les camarades de Moustapha Niasse, par le parti pris du ministère de l’intérieur dans l’organisation des élections locales prévues le 22 mars prochain. C’est pourquoi l’Afp estime que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) est le seul rempart crédible contre les « fraudeurs zélés du ministère de l’intérieur ». Elle soutient, dans un communiqué en date du 17 février, que la Ceni est le seul organe capable d’organiser des élections libres et transparentes. Au moment où « notre démocratie est mal en point, presque à l’agonie avec l’absence totale de la séparation des pouvoirs qui est illustrée, encore une fois, dès la phase de dépôt des listes de candidats, occasion saisie par certains éléments de l’Administration territoriale manipulés par le Parti-Etat, pour se livrer à une délinquance électorale caractérisée et constatée par voie d’huissier, constat dont la réalité n’a pas été reconnue par la Cour d’Appel ». A cela s’ajoute le fait que le fichier électoral est piégé et la rétention des cartes d’électeurs depuis la pseudo-refonte totale, est une réalité. Suffisant pour que le Bureau politique de l’AFP engage tous les responsables et militants, dans toutes les localités du pays, « à participer, avec détermination et dans un esprit d’équipe, au sein des Coalitions patriotiques de l’Opposition, à la résistance aux côtés des populations, pour faire face à la tentative annoncée de confiscation de la volonté souveraine du peuple ». 
Le Bureau politique de l’AFP a invité les responsables et les investis à l’occasion des prochaines élections locales à regagner leurs bases respectives, aux fins de développer une vaste campagne d’explications et de sensibilisation, au service du Sénégal debout. 
Ruse et esprit de dissimulation… 
Par ailleurs, les camarades de Moustapha Niasse soutiennent que le « feuilleton de la dette intérieure montre à souhait jusqu’à quel point le régime de Maître Abdoulaye Wade et l’esprit de dissimulation, la ruse et l’informel se sont installés au cœur de l’Etat, en hypothéquant dangereusement l’équilibre des finances publiques et l’avenir des entreprises, c’est-à-dire, de notre économie ». En déclarant vouloir éponger les arriérés de paiement, avance notre source, le régime en place, qui n’en finit pas dans sa quête fébrile de financements, s’emmêle dans des explications peu convaincantes, où les chiffres avancés sont contredits et par les chefs d’entreprise et par les bailleurs multilatéraux comme le FMI. En plus, une discrimination scandaleuse continue de frapper tous les patriotes qui refusent de courber l’échine, renseigne le communiqué. Et d’ajouter : « C’est plutôt dans l’affairisme que les tenants du pouvoir font tous les jours étalage de leur savoir-faire diabolique, en pataugeant dans les eaux troubles qui les ont amenés à démolir par étapes le stade Assane Diouf, tantôt à la faveur des ténèbres, tantôt subrepticement, à l’occasion de grands événements nationaux qui détournent ailleurs l’attention des citoyens, des riverains en particulier ». Les « Progressistes » déclarent qu’entre « les dates où les bulldozers ont agi, c’est le discours lénifiant et dissimulateur des plus hautes autorités de l’Etat qui a été servi aux jeunes du quartier de Reubeuss, pour les endormir, alors que, depuis longtemps, des engagements avaient déjà été pris, dans des conditions nébuleuses, avec des partenaires ». Et de renchérir : « Dans ce dossier comme dans bien d’autres, l’intérêt général est mis sous le boisseau, au profit d’obscures préoccupations d’une camarilla qui continue de piller systématiquement notre pays ». 
Le monde rural dans la dèche 
D’un autre côté, les populations dont la majorité est démunie paye, selon l’Afp, un lourd tribut à cette politique de ruine nationale. « Cette année, le monde rural a découvert, avec le gouvernement de Me Wade, ce qu’est une campagne virtuelle de commercialisation agricole sans financements. Les paysans en subissent les conséquences directes avec l’aggravation d’un processus de paupérisation qu’entretient un gouvernement irresponsable, qui pense à tort que les effets d’annonce et les contrevérités régulièrement assénées constituent un palliatif acceptable. 
Les Sénégalais attendent encore la baisse des prix des denrées de première nécessité annoncée par Maître Wade pour la fin du mois de janvier dernier », renseigne le communiqué. Pour l’Afp « cet échec illustre la perte de crédibilité d’un Etat dont le train de vie dispendieux est financé par les sacrifices imposés aux Sénégalais. Naturellement, ces politiques meurtrières transparaissent dans le système éducatif et dans le secteur de la santé qui connaissent des grèves multiples éparses et perlées, dont la complainte des acteurs nous parvient aujourd’hui, comme une litanie ayant toujours trait à des arriérés de paiement et à des engagements non respectés ». 
 
WALF FADJRI : 
Le Sénégal d'aujourd'hui : Etat des lieux 
 
 
Le Sénégal est un endroit de ce monde où on arrive à provoquer des débats corneculesques sur des questions qui, elles, sont loin de l'être. Un espace de la planète où on adore lancer de petits conflits tournant à la guerre mémorielle des paroles par refus d'aborder les problèmes à temps et en urgence. Le lieu où on préfère l'étripage au dialogue, l'enlisement à la réforme, les paroles aux gestes, l'hypocrisie à la franchise des convictions, l'abandon et l'insouciance à la recherche des solutions à nos soucis quotidiens. Pourtant, le Sénégal est un pays riche en couleurs (vert, jaune, rouge), mais seule la couleur de l'argent reste et demeure la plus visible.  
L'ancienne opposition ne ratait jamais l'occasion, entre poire et fromage, d'attirer l'attention du monde sur la manière des socialistes de dépenser l'argent du contribuable. Ces millions à l'époque représentaient une sérieuse hypothèque prise sur le mode de vie et l'avenir des Sénégalais, était-il dit en substance. Des années plus tard, avec l'avènement de l'alternance, la boule de neige a largement doublé. On ne parle plus que de milliards qui sont certes sympathiques et non négligeables, mais il devient urgent de tirer le signal d'alarme, de développer l'effet de pédagogie nécessaire afin de faire comprendre à nos compatriotes que chaque franc Cfa dépensé est utile au peuple, que le Sénégal n'est pas en mesure de vivre au-dessus de ses moyens, que les facilités et le laxisme d'aujourd'hui constituent les impôts de demain. Et pourtant les Sénégalais doivent doubler d'effort pour analyser, afin de mieux comprendre ce qui se passe actuellement dans notre pays. Oui, le Sénégal, c'est le Sénégal, un pays avec une âme propre qui devrait faire de lui un porte-étendard du panafricanisme, des droits de l'homme, de la solidarité et surtout de la dignité politicienne.  
L'actualité est riche et sachons l' interpréter : la vie est chère, l'enseignement va mal, la santé à la traîne, la croissance languissante, le coût du logement au seuil de la tolérance et un grave épisode d'inondations venues encore s'ajouter à l'atmosphère de déprime dans laquelle se languit le pays. Rien n'indique a priori que 2009 sera meilleure que les 365 jours l'ayant précédé. Car les conditions pour repartir d'un meilleur pied ne seront réunies que si les politiciens cessent de nous leurrer. Les Sénégalais peinent à joindre les deux bouts s'ils ne sont pas anxieux face à la situation de l'emploi, de l'habitat social, de la sécurité et des transports. Dans leur détresse, les populations sinistrées ont eu au moins le réconfort de constater l'immense vague de solidarité. Une compassion qui tient sans doute plus pour les Sénégalais à un réflexe de ‘proximité’ envers des compatriotes brutalement piégés par un hivernage que par un souci de l'Etat d'être coupable d'avoir laissé si longtemps des hommes, des femmes et des enfants vivre sur des terres d'eaux. Il faut se rendre à l'évidence que la fatalité n'explique pas tout et ne peut servir d'alibi face à l'absence de volonté politique, d'anticipation, d'organisation.  
Encore faut-il accepter de braver, non pas l'opinion publique qui est acquise au principe d'une saine gestion, mais d'innombrables résistances émanant d'hommes nuisibles à notre société et que cessent les interminables promesses pour rendre la machine de l'Etat plus performante. Car la persistance de certaines méthodes a deux inconvénients au moins : elle hypothèque notre avenir, puisqu'il faudra bien régler la note, et elle empêche l'Etat d'être au service du peuple. Dans ce jeu dangereux auquel se livrent certains politiques, j'ai bien peur que ce soit là le vrai visage du Sénégal du XXIe siècle : un pays, qui a peur, en manque d'ambition, incapable d'assumer son histoire, et qui se renferme sur lui-même. Cette manie bien de chez nos politiciens de tout faire passer par une loi que chacun s'empresse de nous imposer, traduit le niveau d'abaissement de l'institution parlementaire. Une reprise en main de notre destin serait de nature à panser bien des plaies et à revigorer quelques plans de carrières.  
Une économie qui tourne est le gage d'une situation politique apaisée. Et pour que la conjoncture prenne du muscle, il suffit que naisse cette confiance entre l'Etat et le peuple. Que les Sénégalais retrouvent leur fierté nationale, leur union autour de l'essentiel. Qu'ils sortent de la mélancolie et de l'auto-flagellation dans lesquelles se languit le pays. Dans un pays où députés et sénateurs sont dotés de véhicules de luxe alors que le Sénégal ne compte pas 250 ambulances médicalisées, ni de 250 camions-poubelles, encore moins de 250 véhicules de patrouilles pour nos forces de l'ordre. Que ces élus se réjouissent certes, mais qu'ils sachent aussi que, dans ce Sénégal d'aujourd'hui, des femmes vont accoucher en taxi, en charrette, à pied et que d'autres accouchent sans assistance médicale, que des nourrissons manquent de couveuses, de vaccins et de premiers soins. La mer nous prend notre jeunesse désespérée, l'insécurité routière avec plus de 800 morts par an est un bilan de guerre. Tous les jours, des morts, des blessés.  
Combien d'enfants ne grandiront pas ? Combien d'enfants ne connaîtront pas l'amour paternel ou maternel ? Pour un chef de famille décédé ou inapte à la vie active suite à un accident, combien de familles sont cassées ? Combien d'enfants sortiront du circuit éducatif pour être reversés dans la ‘rue’ ? Est-ce que tous ces hommes et femmes qui se tiraillent à la veille de ces élections locales pensent, une fois élus, à recenser dans leurs communes le nombre de femmes enceintes dont les états sont à surveiller, de nourrissons à vacciner en luttant contre la mort et la maladie infantile, d'enfants à mettre sur les rails de l'éducation. Vont-ils initier une union des cœurs Etat, parents, enseignants autour de l'essentiel ? Un trio de choc pour lutter contre l’insouciance et l'abandon qui n'ont fait que miner notre société depuis la nuit des temps. Toutes ces questions sans réponses au risque d’exploser, qu'Allah nous en préserve, sur la tête de nos descendants.  
Houleuse et mouvementée, l'histoire de notre pays démontre que c'est à chaud que des réformes et bouleversements d'ampleur sont nécessaires pour revoir l'architecture des pouvoirs, leurs fonctionnements et leurs manières de s'équilibrer les uns des autres. A froid, c'est compliqué comme le prouvent les états d'âme des parlementaires de la majorité, juste soucieux de leurs existences qui ne cessent de nous démontrer une mauvaise foi éhontée. Le contexte doit évoluer, le Sénégal est comme frappé de sclérose institutionnelle. Des propositions doivent être retenues et mises en œuvre pour contribuer enfin à la séparation des pouvoirs dans un pays où nous devrions tous cesser de croire que notre modèle séduit le monde. Le Parlement retrouverait ainsi sa dignité et l'exécutif serait moins soumis à la tentation du hold-up des institutions dans lequel le président Wade s'est voluptueusement coulé après l'avoir si longtemps attaqué.  
Il faut se rendre à l'évidence ; la politique nous a toujours habitués à des comédies qui devraient être jugées avec autant de sévérité que de dédain et c'est bien le sentiment de bazar que nous donne le régime libéral, ce qui loin de nous réjouir commence à nous inquiéter. Tout ceci est un véritable révélateur des contradictions qui minent la société sénégalaise, et de la crise d'identité qui la ronge. Cette situation ouvre un boulevard à ceux qui se croient capables d'entrer dans le cercle restreint des présidentiables. Mais ils devront compenser une fulgurante ascension par un art surhumain de l'équilibre, en ne fautant pas aux yeux de l'opinion et en évitant de froisser un Wade qui n'a nullement envie d'être relégué au magasin des accessoires.  
Pourtant, il devrait savoir que la fonction présidentielle a ceci de cruel : qu'à la surexposition liée à l'occupation du Palais succède un début médiatique frôlant la mort politique pure et simple. Avec son style si particulier, il risque de connaître le sort du président Diouf qui est arrivé jeune aux affaires et désavoué en 2000 par les électeurs et vit l'existence fantomatique d'ancien chef d'Etat. Surtout qu'il tarde à réagir notamment sur l'épineuse question du pouvoir d'achat qui pourrait être pour lui ce que la facture sociale fût en son temps pour Diouf. Un boulet !  
Mais l'essentiel n'est pas là. Alors que le président Abdoulaye Wade essaye de maintenir un espace politique jusqu'à l'expiration de son mandat, l'opposition tente de s'ouvrir un espace d'attente vers un éventuel assaut menant au pouvoir. Sans oublier Macky Sall qui doit concilier audace dans ses intentions et prudence dans l'action. Et surmonter la contradiction entre son passé libéral et une rivalité programmée avec Wade pour incarner l'innovation en donnant le rythme à sa nouvelle vie de meneur d'hommes. Suffisant pour se coller à l'opposition en jouant les amphétamines dans l'explosif cocktail de la pré-campagne électorale permanente que vit le Sénégal d'aujourd'hui. Alors des idées, des convictions, des intentions et une bonne dose de provocation : rien de tel pour cueillir l'adversaire là où il ne vous attend pas et le forcer à se positionner en conséquence.  
Mamadou Oumar WANE Consultant Cabinet Audits qualité client mesures réseaux Télécoms- France editocontribution@yahoo.fr  
 
Messieurs les journalistes, votre métier n’est pas de diffamer et de calomnier ! 
 
 
Je saisis l’opportunité que m’offre cette rubrique ‘Contributions’ (heureusement qu’elle existe, j’en félicite Walf Quotidien qui permet ainsi au citoyen lambda de s’exprimer) pour lancer un cri de cœur. Mon propos qui s’adresse aux journalistes, loin d’être un procès d’intention, se veut une invite au respect des règles déontologiques et éthiques de leur noble métier. Je ne m’exprime guère en donneur de leçon, loin s’en faut, mais je crois que le citoyen que je suis, a le droit de s’exprimer sur telle ou telle chose susceptible de ternir l’image de son pays. Si j’ai décidé, ainsi, de prendre ma plume pour me prêter à un tel exercice, c’est que, autant que nombre de mes compatriotes, je trouve anormal que d’honnêtes citoyens soient, chaque jour, victimes de pratiques de journalistes véreux qui n’hésitent pas à tronquer leur manteau professionnel contre celui de maîtres chanteurs à la solde d’adversaires politiques ou d’ennemis mal intentionnés contre des espèces sonnantes et trébuchantes. C’est honteux quand un professionnel de l’information décide, de son propre chef, d’utiliser son métier pour anéantir ou nuire à une personne.  
Aujourd’hui, beaucoup de Sénégalais se sont résolus à se détourner de la presse locale parce que la jugeant au raz des pâquerettes, ne donnant pas l’information juste, diffamant sans fondement des citoyens honnêtes… Je me démarque de ces compatriotes parce que je suis d’avis qu’à côté de l’ivraie, il y a de bonnes graines. Même si les tares évoquées ci-dessus et qui gangrènent notre presse, prennent des proportions inquiétantes, il serait, de mon point de vue, injuste de loger tous à la même enseigne. En effet, il y a toujours, dans notre pays, des journalistes qui s’acquittent merveilleusement de leur métier, qui ont une haute idée de leur profession et qui, pour rien au monde et malgré les multiples tentations, ne se renieront jamais. Il convient, cependant, de reconnaître que ces personnes sont, aujourd’hui, noyées par ceux que j’appelle les ‘petits’ journalistes qui peuplent les rédactions et qui ne sont mus que par le gain. Cette catégorie de journalistes est nuisible à la société. Comment en arrive-t-on à accepter de recevoir des sommes d’argent (parfois dérisoires), pour nuire à une personne au risque même de lui gâcher toute la vie, elle et sa famille ?  
Messieurs les journalistes, devant votre machine et votre clavier, vous ne mesurez guère le tort que vous causez à d’honnêtes gens en décidant, pour des intérêts mesquins, d’y graver des mots diffamatoires. Dieu merci, personnellement, mes adversaires ne sont pas arrivés à réaliser leur dessein qui est de me liquider politiquement par le biais d’une certaine presse. Le journaliste payé pour porter atteinte à mon honneur et me détruire se reconnaîtra. Mais qu’il déchante ! Ils ne pourront rien contre moi et contre la volonté du Seigneur. Mon seul tort est de gêner des adversaires politiques en mal de popularité et de promotion. Mais il ne sert à rien de nier les faits, car tout le monde sait l’amour viscéral que j’ai pour ma localité et les efforts que je ne cesse d’y mener depuis très longtemps en vue de contribuer au bien-être des populations. Tout ce qui m’importe, c’est le fait que mes actions soient positivement jugées par ces dernières et non les dénigrements de ‘journaleux’.  
Cependant, ce qui est grave, c’est que des patrons de presse acceptent, au sein de leur rédaction, des journalistes qui se sucrent sur leur dos en accomplissant, à leur insu, de sales besognes. Comment un rédacteur en chef ou un directeur de publication peut-il accepter de laisser passer un papier dans lequel il n’y a aucun recoupement ou une vérification des faits ? Cela est d’autant inadmissible que des articles orientés foisonnent dans la presse, la ‘nouvelle’ presse, dois-je dire. Il faut reconnaître qu’il y a dix ans, la presse sénégalaise n’était pas aussi ‘pourrie’. Messieurs les patrons de presse, il est temps de réagir en chassant de vos rédactions ces ‘vautours’ qui sont tout sauf des journalistes ! Il y va de la crédibilité de votre métier et de l’image de notre pays qui a toujours été cité en exemple dans ce domaine.  
El Hadj Malick GUEYE Député 
 
La parole aux gestes 
 
 
A dessein, j’ai retourné la formule et concédé le pluriel aux fins de mieux illustrer mon propos. L’expression courante : joindre le geste à la parole signifie, qu’on accompagne ce qu’on dit de gestes pour rendre la chose plus explicite. Au figuré, c’est faire suivre une déclaration d'une action immédiate.  
Enfant, j’ai été affecté par un bégaiement terrible dont je fus guéri, vers l’adolescence par mon prof de français, Madame Weiss, à l’Ecole normale, qui trouvait malheureux que mon élocution - à grand renfort de gestes - ne soit pas à l’avenant de mes compositions écrites. C’est ainsi que, chaque jour, après la classe, elle m’apprenait à respirer en parlant. La thérapie consistait également à alterner parole et chant. Ce qui me permit de comprendre, bien plus tard, pourquoi le bègue peut chanter couramment et sans trace de son handicap.  
Cette introduction me sert tout juste de prétexte pour parler de l’importance ou non des gestes dans la parole. Il existe des personnes aussi avares de gestes que de paroles. Considérons quelques cas extrêmes. De l’épopée sénégalaise, les chanteurs Youssou Ndour, à la suite de Ndèye Mbaye, ont évoqué Birima, ce prince du XIXe siecle, célèbre non seulement pour sa prodigalité, mais parce qu’il ne s’adressait à ses sujets qu’une fois l’an. Vrai ou faux, peu importe. Ceux qui se souviennent de leurs humanités gréco-latines savent également que le sort des gladiateurs était lié à un seul geste du pouce levé ou pointé vers le bas de l’Empereur.  
Selon le célèbre anthropologue américain Edward T. Hall, ‘lors d’une discussion entre deux personnes, moins de 35 % de la communication se transmet par les mots…’ Ce qui veut dire que 65 % concernent le canal non verbal. Bien évidemment, il n’y a pas que le geste qui soit non verbal. Expressions faciales, corporelles, sons non articulés - onomatopées, par exemple - établissent également un lien sémantique entre le geste et le langage. Pendant longtemps, subsistèrent des séquelles du bégaiement ancien, surtout en des états d’énervement, avant que j’en vinsse totalement à bout. Quant aux gestes manuels, ce fut une autre paire de manches. On perçoit plus facilement les défauts orthophoniques que la prolixité gestuelle. Encore faut-il en avoir conscience et être motivé - raisons professionnelles - pour s’en défaire. Chez certains orateurs de métiers, avocats notamment, la théâtralité du geste ajoute au panache verbal, tandis que des politiciens s’exercent devant le miroir à contrôler leur gestuelle qu’ils se font fort de réduire à sa plus simple expression. Par contre, rares sont les grands financiers qui parlent avec les mains. Leurs gestes semblent tout aussi bien calculés. D’une façon générale, la maîtrise d’un sujet servie par un riche vocabulaire se passe de gestes qui ne serviraient qu’à combler un déficit lexical.  
Chez nous, en milieu traditionnel, les maîtres de la parole, comme Hadj Mansour, ne parlent qu’avec des mots. La raison sans doute est qu’en milieu wolof, par exemple, le trait de caractère fort prisé est décrit par le mot ‘yiw’ qui allie distinction et sobriété en tout Etre ‘yiw’ contraire de ‘yiwadi’, c’est avoir le sens de la mesure en tout : port, parole et geste. Nous n’avons pas attendu Sénèque ou Talleyrand… pour savoir que tout excès est méprisable.  
Chez un tel individu, rien du vêtement, de la parole, du geste n’est spectaculairement remarquable. Ne trouvez-vous pas étrange que le personnage le plus célèbre de notre pays soit également le plus démuni de gestes et paroles ? Chez nous, en milieu traditionnel, les maîtres de la parole, comme Hadj Mansour, ne parlent qu’avec des mots. Prolixité, agressivité gestuelle faisant reculer plus d’un interlocuteur craignant une gifle ou un poing rageur toujours attendu de ma passion discursive.  
Amadou Gueye NGOM Critique social  
 
Ousmane Tanor Dieng (Parti socialiste) : Pourquoi l’opposition tient à participer aux élections  
Malgré les nombreux griefs qu’ils formulent contre le processus électoral, les partis de l’opposition tiennent, contre vents et marées, à participer aux prochaines élections locales. Qu’est-ce qui explique cette attitude ? Les injonctions de la base et le caractère local de l’école sont avancés par Ousmane Tanor Dieng comme étant les éléments explicatifs de cette position. 
 
Malgré le fait qu’elle ait remis en cause la fiabilité du fichier, rejeté ses recours en annulation des listes de la Coalition Sopi à Ndindy et Ndoulo, fait des sorties fracassantes contre la Cena etc., l’opposition prendra part aux élections locales. Les raisons, le secrétaire général du Ps l’explique diversement. Selon Ousmane Tanor Dieng, après l’élection présidentielle et les élections législatives que le front Siggil Sénégal a boycottées pour cause de manquements notés sur le processus, les états généraux des partis politiques ont, concernant les élections locales, recueilli l’avis de la base. Et c’est pour pouvoir décider s’il faut aller ou non à ces élections, malgré les manquements notés çà et là. La réponse a été affirmative. Alors, explique M. Dieng, ‘nous sommes en train d’appliquer une décision qui a été prise à la base. C’est pourquoi, il n’est pas possible de revenir en arrière’.  
Autre élément d’explication : ‘Une élection locale n’est pas une élection nationale.’ A ce propos, le socialiste en chef estime que les moyens de contrôle des élections ne sont pas les mêmes. Parce qu’il est plus facile selon lui de contrôler les élections locales qu’une élection nationale. La preuve, poursuit le socialiste, ‘nous avons indiqué que chaque électeur doit travailler à sécuriser son propre vote’. Il s’agit là, selon lui des décisions qui permettront au niveau de chaque lieu et dans chaque bureau de vote de ‘limiter les risques de fraude’.Pour convaincre de ses propos, M. Dieng prend comme exemple la publication des listes des électeurs par bureau de vote. ‘Nous allons demander à ce que les listes soient publiées 15 jours avant le vote. Et cela permettra aux militants de savoir si les personnes inscrites sur les listes résident dans la localité’.C’est pourquoi ‘nous voulons que les camarades qui sont à la base et qui nous ont demandé d’aller aux élections locales sachent qu’ils ont une responsabilité particulière pour contrôler le vote au niveau de leur localité’, insiste Tanor Dieng.  
Revenant sur la différence entre l’élection présidentielle de 2007 et les locales du 22 mars prochain, le socialiste en chef rappelle qu’ ‘aux locales, il y aura des listes éclatées au niveau de chaque localité. C’est le cas de la Coalition Sopi où il y a deux ou trois listes dans une même localité’.  
Suffisant selon lui, pour convaincre que ce sont des majorités relatives qui vont gagner dans certaines localités. ‘C'est-à-dire qu’on peut avoir 25 ou 35 % et gagner parce que les voix ont été éclatées. Et cela est une différence notable qui fait qu’il faut aller aux élections’, défend Tanor Dieng.  
Yakhya MASSALY  
Football  
Destruction du stade Assane DIOUF : L'Etat divise Rebeuss  
 
 
Le feu couve à Rebeuss. Dans les jours à venir, si l'Etat n’intervient pas, des affrontements vont opposer les habitants du même quartier. Naguère bien regroupées dans le Collectif pour la sauvegarde et la réhabilitation du stade Assane Diouf, les populations de Rebeuss ne parlent plus le même langage. La majorité reste déterminée à poursuivre le combat. Tandis que le reste de la troupe défend le projet de centre des affaires prévu sur le site.  
‘Au début, on était opposé à ce projet. On pensait que le projet était une propriété d’hommes d'affaires qui veulent nous priver de nos activités sportives, informe Abdoulaye Seck, qui prétend défendre les intérêts des populations de Rebeuss. Mais, quand on s'est rapproché des autorités, on a bien compris que ce centre d'affaires va profiter aux habitants de Rebeuss et des autres quartiers environnants. Ce sont des milliers d'emplois que ce centre va drainer pour les populations de nos quartiers.’ A en croire notre interlocuteur, beaucoup de jeunes de Rebeuss ont compris ‘que ce sont des politiques qui sont derrière les jeunes pour empêcher à l'Etat de réaliser ce centre. Mais, qu'ils sachent qu'on est bien déterminé à en découdre avec tous ceux qui tenteront de s'opposer à la continuation de ces travaux’.  
En conférence de presse hier, le Collectif, visiblement majoritaire, ne l’entend pas de cette oreille. Son porte-parole, Moustapha Niang indique que le quartier de Rebeuss reste toujours opposé au projet. Car, argumente-t-il, ‘à la place des hommes d'affaires chinois dont les noms avancés par les autorités compétentes, ce sont bien des Sénégalais bon teint, tapis dans l'ombre, qui veulent faire de ce terrain un centre commercial’. Une information que Moustapha Niang et ses camarades disent détenir de bonnes sources : ‘Ce sont les autorités de l'ambassade de la Chine au Sénégal qui nous ont fait comprendre qu'aucun chinois n'est mêlé, ni de près ni de loin à la réalisation de ce centre d'affaires. Ce sont bien des hommes d'affaires sénégalais, en complicité avec l'Etat, qui veulent priver les jeunes de Rebeuss de la pratique du sport. On ne l'acceptera jamais.’  
Un sit-in suivi d’une marche est prévue samedi prochain au niveau de l’avenue El Hadji Malcik Sy. D’autres actions de ce type, ‘avec ou sans autorisation de l’autorité administrative’, sont prévues pour défendre le site d’Assane Diouf. Dans leur combat, ils peuvent compter sur diverses personnalités politiques, religieuses et de la société civile. A la conférence de presse du Collectif de Rebeuss, Fallilou Kane (ambassadeur), l’imam Mbaye Niang (député), Khalifa Ababacar Sall et Barthélemy Dias (Parti socialiste), Cheikh Bamba Dièye (député) et Malick Ndiaye (sociologue) étaient présents.  
Mamanding Nicolas SONKO  
NETTALI : 
Wade et les Franc -Maçons. La démagogie des intellectuels sénégalais  
mardi 17 février 2009 
Source Nouvel Horizon : Il y a de quoi de désespérer de certains intellectuels sénégalais. Quand la presse a révélé le passé maçonnique de Wade, la première ligne de défense aurait dû venir de ces intellectuels dont la légitimité se fonde sur la liberté de pensée et d’expression. 
Malheureusement certains d’entre eux ont embouché la trompette de démagogie et ont été plus tolérants que les barbus. Ces intellectuels médiatiques n’ont jamais probablement lu ou entendu Le « J’accuse » de Zola. Le Sénégal est une République laïque c’est-à-dire que l’Etat n’a pas de religion, n’a pas de religion et ne favorise aucune religion. Que le président Wade ait un passé maçonnique, c’est son droit car la République reconnaît les allégeances privées. Que la franc-maçonnerie soit incompatible avec l’islam ou sa confrérie, c’est un problème privé entre Wade et Dieu. En aucun son appartenance passée à la franc-maçonnerie ne saurait être un problème de la République qui est un champ absolu d’incompétence en matière religieuse. Wade n’a pas été élu par ces convictions religieuses ou son allégeance confrérique. Rendons à César ce qui appartient à Dieu. Demander à Wade de s’excuser auprès de l’OCI comme le fait le professeur Malick Ndiaye est excessif. Et comme le dit Talleyard, « tout ce qui excessif, devient insignifiant ». Le débat sur le passé maçonnique de Wade est tellement insignifiant que le khalife général des Mourides n’en a même pas fait le cas. Ce qui est une excellente leçon pour les tartuffes et autres inquisiteurs aussi intolérants que l’ordre des dominicains qui se plaisait à massacrer des villages entiers en criant « tuer les tous », Dieu reconnaîtra les siens ». Laissons Dieu reconnaître les siens, ce n’est pas la mission de la République. 
 
 
LA FRANC-MAÇONNERIE :UNE SECTE SATANIQUE (ANTECHRISTIQUE). UN SIGNE DE LA FIN DES TEMPS ! 
mercredi 18 février 2009 
Xalima.com 
C’est une association secrète qui se caractérise surtout par certaines Pratiques : initiation, rites, emblèmes, cérémonie, et autres actions occultes. 
Le philanthropisme dont se targuent la franc-maçonnerie n’est qu’une couverture. En vérité, la motivation essentielle de ses adeptes, c’est la réussite sociale. Oui, l’immense majorité des adhérents n’y croient pas ; ils ne sont mus que par l’argent facile et les honneurs. 
D’une manière générale, l’idéologie maçonnique prétend faire sortir les adeptes des ténèbres vers la lumière, au prix d’une initiation spirituelle ; ce qui, forcément, remet en question la vocation même des religions monothéistes (Islam, Christianisme et Judaïsme). Ainsi, ces dernières, à leur tour, la considèrent donc, à juste raison, comme d’essence satanique. 
Que l’adhésion à la franc-maçonnerie soit par conviction ou par opportunisme, elle est condamnée sans équivoque par l’Islam. Dans le premier cas il s’agit d’une association (sorte de polythéisme) et dans l’autre d’une hypocrisie. Et dans tous les deux cas, la franc-maçonnerie relève d’une incrédulité certaine. Le Coran est explicite : 
(116) Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s’égare, très loin dans l’égarement. 
(117) Ce ne sont que des femelles qu’ils invoquent, en dehors de Lui. Et ce n’est qu’un diable rebelle qu’ils invoquent. 
(118) … Et quiconque prend le Diable pour allié au lieu d’Allah, sera, certes, voué à une perte évidente. 
(120) Il (le Démon) leur fait des promesses et leur donne de faux espoirs. Et le Diable ne leur fait que des promesses trompeuses. (121) Voilà ceux dont le refuge est l’Enfer. Et ils ne trouveront aucun moyen d’y échapper ! 
(4. Les Femmes : 116-121) 
(1) Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent : “Nous attestons que tu es certes le Messager d’Allah” ; Allah sait que tu es vraiment Son messager ; et Allah atteste que les hypocrites sont assurément des menteurs. … Quelles mauvaises choses que ce qu’ils faisaient ! … 
(3) C’est parce qu’en vérité ils ont cru, puis rejeté la foi. Leurs cœurs donc, ont été scellés, de sorte qu’ils ne comprennent rien. 
(4) … L’ennemi, c’est eux. Prends y garde. Qu’Allah les extermine ! Voilà ceux qui sont détournés (du droit chemin). 
(63. Les Hypocrites : 1-4) 
La franc-maçonnerie entre dans le vocable de Tâghût (fausse divinité) et ne peut donc qu’égarer ses adeptes, contrairement à ce qu’elle prétend : 
(257) Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi : Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Tâghût, qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du Feu, où ils demeurent éternellement. 
(2. La Vache : 256-257) 
(14) N’as-tu pas vu ceux qui ont pris pour alliées des gens contre qui Allah S’est courroucé ? Ils ne sont ni des vôtres, ni des leurs ; et ils jurent mensongèrement, alors qu’ils savent. … Ce sont les gens du Feu où ils demeureront éternellement. 
(19) Le Diable les a dominés et leur a fait oublier le rappel d’Allah. Ceux-là sont le parti du Diable (hizbou chaythâni) et c’est le parti du Diable qui sont assurément les perdants. 
(58. La Discussion : 14-19) 
Ainsi, la réussite sociale des francs-maçons et des autres adeptes de sectes sataniques est le plus souvent éphémère ; oui, les réussites rapides annoncent presque toujours une déchéance. 
(18) Quiconque désire [la vie] immédiate Nous nous hâtons de donner ce que Nous voulons ; à qui Nous voulons. Puis, Nous lui assignons l’Enfer où il brûlera méprisé et repoussé. … 
(22) N’assigne point à Allah d’autre divinité ; sinon tu te trouveras méprisé et abandonné. 
(23) et ton Seigneur a décrété : “n’adorez que Lui ; et (marquez) de la bonté envers les père et mère … 
(17. Le Voyage Nocturne : 18-23) 
(41) Ceux qui ont pris des alliés (awliyâ’), en dehors d’Allah, ressemblent à l’araignée qui s’est donnée maison. Or la maison la plus fragile est celle de l’araignée. Si seulement ils savaient ! (42) Allah connaît toute chose qu’ils invoquent en dehors de Lui. Et c’est Lui le Tout Puissant, le Sage. 
(29. L’Araignée : 41-42) 
La franc-maçonnerie peut être considérée comme une sorcellerie ou fétichisme ‘’moderne’’ ; ainsi le pouvoir de nuisance des francs-maçons peut aussi être d’ordre mystique - le fait du Démon : 
(36) Nous assignons un Démon comme compagnon inséparable, à quiconque se détourne du souvenir du Miséricordieux. 
(43. L’Ornement : 36) 
(25) Nous leur avons assigné des compagnons (démons) qui ont revêtu d’apparences trompeuses ce qui était devant eux et ce qui se trouvait derrière eux. 
La Parole prononcée au sujet des communautés de Djinns et d’hommes disparues avant eux s’est réalisée à leur détriment : voilà les perdants ! 
(41. Les Versets clairement exposés : 25) 
C’est cette donne qui explique très vraisemblablement la fascination exercée par certains francs-maçons dans beaucoup de domaines (Art, Politique, Littérature, Science, etc.). Ils sont, en vérité, d’authentiques serviteurs du démon (‘’deumm’’) !!! 
Les francs-maçons ne sont plus seulement ceux qu’on croit !!! Oui, il y a d’autres variantes (ou équivalents) de franc-maçonnerie : ce sont toutes les pratiques malsaines, transgressions, turpitudes et actions blâmables motivés que par la réussite sociale (crimes rituels, homosexualité, ‘’bayfallisme’’, certains wirds et toute forme d’adoration de djinns, etc.). 
Tout cela pour confirmer la véracité des propos du vénéré Serigne Babacar SY : C’est l’avidité pour l’argent et les honneurs (‘’dirham ak daradja’’) qui est le plus souvent à l’origine de la perte de l’homme, fusse-t-il un religieux ; celui qui échappe à cette tentation a toutes les chances de se prémunir de Satan et d’être sauvé. (*) 
(13) « Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres ; il haïra l’un et aimera l’autre ; il sera fidèle à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ». 
(Luc 16 : 13) 
Mais après tout, dans un pays laïc, toute personne est libre d’être franc-maçon, tout comme le peuple a aussi le droit et surtout le devoir de ne pas l’investir, car une fois élu, le franc-maçon sera plus au service de sa loge que son peuple. Oui, on ne peut pas être franc-maçon et être un vrai démocrate !!! 
Il faut aussi reconnaître qu’il est difficile de faire confiance à un ancien franc-maçon. Oui, un passé maçonnique effraie toujours, car on ne peut jamais sortir ‘’indemne’’ d’une liaison avec la mafia. 
Et à l’évidence, le passé maçonnique d’un Chef d’Etat d’un pays musulman à plus de 95%, de surcroît Président de l’Organisation de la Conférence islamique, attriste et rend forcément perplexe. Dans certaines ‘’grandes démocraties’’, même un antécédent d’infidélité conjugale peut perdre un dirigeant. Et la franc-maçonnerie est pire que l’adultère !!! 
La franc-maçonnerie est une secte ‘’antéchristique’’ – un signe de la fin des temps (akhirou zamân) : 
(61) Il [Jésus] est, en vérité, l’annonce de l’Heure [Litt. : la Science de l’Heure (fin des temps)] 
N’en doutez pas et suivez- Moi ! Voilà un chemin droit ! 
(62) Que le Démon (l’Antéchrist) ne vous écarte pas. Il est votre ennemi déclaré. 
(43. L’Ornement : 61-62 ; - Az – Zukhruf) 
• Abû Hurayra rapporte ces paroles de l’Envoyé de Dieu – sur lui la grâce et la paix - : « Vous dirai – je au sujet de l’Antéchrist ce qu’aucun prophète n’a dit à son peuple ? Il est borgne et il dispose d’une représentation du Paradis et de l’Enfer. Ce qu’il prétend être le Paradis est en réalité l’Enfer ». 
(Bukhari, Muslim). 
• Abû Hurayra rapporte ces propos de l’Envoyé de Dieu - sur lui la grâce et la paix – " Nul n’est plus en droit de se réclamer de Jésus, fils de Marie que moi-même, car entre lui et moi il n’y a aucun prophète. Si vous le voyez (à son retour, à la fin des temps) sachez le reconnaître : … il tuera le porc [Lévitique 11 : 7 – 8 ; Luc 16 : 16 ; Matt : 5 : 17], brisera la croix [démantèlement de l’Eglise], répandra l’argent et Dieu fera périr en son temps toutes les religions à l’exclusion de l’Islam. Il tuera le Messie de l’égarement, le borgne menteur [l’Antéchrist], et la paix se répandra sur terre …. 
Puis il [Jésus] mourra et les musulmans feront pour lui la prière mortuaire et l’enterreront." 
Anas b. Mâlik rapporte ces propos de l’Envoyé de Dieu - sur lui la grâce et la paix - : « … L’Heure (fin du monde) se lèvera sur les pires des hommes, et il n’est d’autre Mahdi que Jésus fils de Marie ». (Al - Hâkim) 
Abû Sa ‘îd rapporte ces propos du Prophète - sur lui la grâce et la paix - : « Le Mahdi est un de mes descendants ; il a le front large, le nez aquilin ; il emplira la terre d’équité et de justice, tout comme elle avait été le théâtre de l’iniquité et de la tyrannie. Il régnera sept années. ». (Abû Dâwûd) 
L’Evangile est très explicite sur le retour de Jésus : 
… (28) Ce sera comme du temps de Lot : les gens mangeaient et buvaient, achetaient et vendaient, plantaient et bâtissaient ; (29) mais le jour où Lot quitta Sodome, du feu et du soufre se mirent à pleuvoir du ciel et les firent tous périr (30) Il se passera la même chose le jour où le « Fils de l’Homme » doit apparaître [Malédiction des homosexuels. Un clin d’oeil au SIDA - la peste des temps modernes]. 
(Luc 17 : 29-30.) 
(5) Quelques personnes parlaient du Temple et disaient qu’il était magnifique avec ses belles pierres et les objets offerts à Dieu. Mais Jésus déclara : 
(6) – Les jours viendront où il ne restera pas une seule pierre posée sur un autre de ce que vous voyez là ; tout sera renversé [Démantèlement de l’Eglise !!!]. 
(8) … Faites attention, ne vous laissez pas tromper. Car beaucoup d’hommes viendront sous mon nom et diront : « Je suis le Messie ! » et le temps est arrivé ! Mais ne les suivez pas ! [En témoigne la profusion des sectes !!!] 
(9) Quand vous entendrez parler de guerres et de révolutions, ne vous effrayez pas ; il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin du monde. 
(10) Puis Jésus ajouta : un peuple combattra contre un autre peuple, et un royaume attaquera un autre royaume, (11) il y’aura de terribles tremblements de terre et, dans différentes régions, des famines et des épidémies ; il y’aura aussi des phénomènes effrayants et de grands signes venant du ciel … . 
(27) Alors on verra le « Fils de l’Homme » arriver sur un nuage avec beaucoup de puissance et de gloire. 
(28) Quand ces événements commenceront à se produire, redressez-vous et relevez la tête, car votre délivrance est proche. 
(Luc 21 : 9-1O ... 27-28) 
A l’évidence, ces propos de Jésus Christ, constituent un rappel et un appel des chrétiens à la clairvoyance et donc à la conversion, mais aussi un message d’espoir et d’espérance pour l’humanité, en cette période de crise généralisée. 
Mais à quel ‘’Fils de l’Homme’’ ou Mahdi se fier ? « That is the question !!! » 
N’est-ce pas là encore une opportunité pour engager un véritable dialogue islamo chrétien – un dialogue « authentique » et donc sans détours, comme le préconise le Vatican ? 
Docteur Mouhamadou Bamba NDIAYE Ancien Interne des Hôpitaux de Dakar 
Pédiatre à Thiès 
Recteur de l’Université Virtuelle « la Sagesse » de la Fondation Serigne Babacar SY Ihsaan-Bienfaisance (Thiès). 
(*) Dits et écrits de Son Eminence Serigne El Hadj Madior CISSE. 
Source : xalima.com 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 18.02.2009
- Déjà 5122 visites sur ce site!