ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Peuple dépité de ses députés !

 
 
 
Pensez-vous réellement que vous êtes député du peuple ? 
24-11-2008 «Le peuple, par une conséquence absolument inévitable, s’emparera, un jour ou l’autre, de tous les pouvoirs dont on a reconnu que le principe était en lui, sera-ce pour le garder ? Non. Après quelques jours de folie, il les jettera, par lassitude, au premier soldat de fortune qui se trouvera sur son chemin.» 
Si je me suis fait parrainer par cette prestigieuse citation de Maurice Joly dans Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, c’est tout d’abord pour vous rappeler, chers députés de la majorité, les circonstances de votre élection. Je voulais vous dire que votre élection fait suite à un véritable et malheureux accident de l’histoire de notre jeune République. 
 
En effet, du dilemme qui résulta du boycott des élections par l’opposition représentative (il faut le reconnaître), le peuple souverain avait décidé de rester à la maison, impuissante et pleurnicheuse devant le spectacle de la restriction du domaine de définition de ses choix. Car sachant que jamais le petit panier que composé les candidats des petits partis ne pouvait faire le poids devant le grand panier qui était en réalité et c’est malheureux de le dire, infesté de modèles d’antivaleur, d’individus sans foi ni loi qui ne suivent que la logique que leur dicte leur ventre et leurs poches, oubliant même parfois leur destin qui est d’être mangé par des asticots. 
 
Si, après d’innombrables hésitations, je n’ai pas renoncé à vous adresser directement cette lettre, c’est plutôt dû au fait que j’attendais tout juste que la loi fut appliquée afin que je sois convaincu maintenant que je ne pourrais plus jamais supporter votre audace, lorsque vous insultiez notre intelligence en voulant nous expliquer «vos véritables motivations» lorsqu’il a fallu expliquer votre vote pour le «bien-être des députés» pour reprendre la conclusion de Me El Hadj Diouf lors du débat en plénière sur la proposition de loi Sada Ndiaye. En effet maître, de ceux qui ont voté «oui» à la loi Sada Ndiaye, je reconnais que vous avez été le seul à avoir des motivations autre que l’exécution de la sentence du chef, le roi autoproclamé Wade 1er. Oui ! N’est-ce pas vous nous disiez que vous avez votez «Vive Sada Ndiaye» pour ne plus subir le diktat du président de l’Assemblée nationale ? Voila, par là maître, je voudrais vous demandez si par hasard vous vous êtes inspirés des écrits de Cornélius Castoriadis qui disait, je cite : «J’ai toujours pensé que la démocratie dite représentative n’est pas une vraie démocratie.  
Dire : quelqu’un va me représenter pendant cinq ans de façon irrévocable, ça revient à dire que je me dévêt de ma souveraineté en tant que peuple.» Alors si c’est le cas et je le crois bien, la suite logique de votre vote devrait donc être la proposition d’une autre loi, similaire à celle de Sada Ndiaye, mais qui, à la différence, ne s’appliquera pas sur un seul et unique député qu’est Macky Sall, mais sur tous les membres de l’Assemblée nationale. Ce qui serait synonyme de «bien-être du peuple» qui t’a donné l’occasion de voter pour ton bien-être. Cela est d’autant plus vrai que si ceux là qui ont voté la loi en ont profité pour régler des comptes politiques avec Macky Sall, sachant que le problème du peuple, c’est pas Macky, mais plutôt l’Assemblée nationale elle-même, nous autres aussi nous allons en profiter pour régler définitivement notre compte avec les députés. Par conséquent, le «député du peuple» que vous êtes, devrait proposer une loi mettant fin au mandat de ceux qui font la honte de la République, de ceux qui sont complices de viols répétés de notre constitution, Mon Dieu, un mineur de 7 ans. Qui me parlait encore d’une loi contre la pédophilie ? 
 
Je voulais vous dire, maître, que cela est indigne d’un simple fils du Saloum. A plus forte raison de vous qui vous enorgueillissez tant à déclarer tout de go que vous êtes Bour Saloum, même si les anciens périmètres de notre «Palais royal» sise à Kahone, non réhabilité est en passe d’être la maison de retraite ou le lieu de festin de tous les herbivores du Saloum. Ce qui n’est que la retentissante sonnerie du glas de la royauté que votre nostalgie refuse peut être d’admettre mais qui hélas est la triste réalité. Ou bien maître vous y croyez toujours ? La royauté je veux dire ? Ah oui, vous y croyez toujours, je vois, donc je comprends en réalité pourquoi vous avez voté cette maudite loi qui risque de nous ramener au Moyen Age.  
 
Car la réalité est que cette loi n’est qu’une partie mais combien importante de la stratégie de légitimation d’une probable et future intronisation du prince héritier qui malheureusement ne fera jamais l’unanimité dans ce pays. Car, si ceux qui se décarcassent pour porter le prince à la tête du parti conçoit le Pds comme le rassemblement des moutons de panurge, ce qu’ils ignorent par conséquent, c’est qu’au temps des royaumes même, au Sénégal, la succession de beaucoup de rois était matrilinéaire. Ce qui veut dire beaucoup de choses, je crois même que les partisans du prince l’ont si bien compris qu’ils ne cherchent maintenant pas plus que le soutien de l’Hexagone, oui chez la famille maternelle. Si l’on se permet comme ça d’insulter notre démocratie, cela est surtout dû au fait que le pays traverse une grave crise d’identité, créée et entretenue par un conglomérat de clans replié sur eux et méprisant à l’égard de toutes personnes compétentes et valeureuses. C’est, malheureusement, dans ce contexte que les concepteurs de la génération des comploteurs ont compris, sans même pour autant recourir au service d’un expert dans la compréhension de la psychologie de l’homo sapiens senegalensis, le rôle que joue l’argent dans notre société. En effet au Sénégal du roi autoproclamé Wade 1er, il suffit d’être parrain d’une organisation d’opportunistes, de verser une obole de millions de francs à une organisation de jeunes retraités de l’avenir ou tout simplement de donner gracieusement des tonnes de riz ou des billets pour la Mecque pour se voir plébisciter comme futur homme fort du pays. 
 
Enfin, je finirais seulement par rappeler que le Sénégal n’est pas le Congo et les Sénégalais sont tout sauf des Togolais et qu’il est temps qu’on arrête ces farces qui se font autour de nos institutions car elles sont pleines de danger. 
Prêt pour le combat contre la royauté. 
 
 
Papa Malick NDOUR 
Etudiant en 3e cycle  
d’Economie - Ucad-Faseg 
milkeva1984@yahoo.fr 
Nettali: Dimanche 23 Nov 2008 
INVITE DE OBJECTION - IBRAHIMA SENE DU PIT : " Que personne ne se lamente si Karim est élu..."  
NETTALI.NET- La destitution de Macky Sall de la tête de l’Assemblée nationale ainsi que son remplacement par Mamadou Seck, l’installation de la Cour Suprême, la crise scolaire sont, entre autres, les sujets abordés par Ibrahima Sène, du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), invité de l’émission politique « Objection » de la radio Sud Fm. 
Ibrahima Sène considère que le Sénégal est malade de ses intellectuels, qui pour des raisons d’intérêts personnels, affichent un manque de dignité total. La destitution de Macky Sall est selon lui "une forfaiture "pour laquelle, "Mamadou Seck a été récompensée". Le prétexte a été la demande de la commission des finances (dirigée par Mamadou Seck), d’auditionner des organismes parmi lesquels, l’Anoci. Et à son avis, Macky n’avait pas le choix. Son refus aurait été assimilé à un blocage du fonctionnement normal de l’Assemblée nationale. M. Sène estime que ce dernier ne devait pas accepter ce poste. Il considère dans la même veine les indemnités de session reçues par les députés pour l’acte qu’ils ont posé pour Wade, comme une récompense qu’il trouve injustifiées dans la mesure où ces derniers ont un salaire. (Allusion faite à la destitution de Macky Sall). 
Commentant le retour de la Cour suprême qui a été installé récemment, le n° 2 du Pit a laissé entendre que ce retour ne répond pas à un besoin de réunification comme le pensent certains. Au contraire, croit-il savoir, le dessein de Wade est de mettre la Cour des comptes sous la coupole de la Cour suprême. C’est le petit maillon qui échappe à son autorité d’autant plus que ces rapports sont rendus publics puisque n’étant pas exclusifs réservés au Chef de l’Etat. Et l’invité d’ajouter que « la transparence dans la gestion et l’indépendance de la justice vont recevoir un sacré coup ». 
Abordant la question de la crise scolaire, l’invité d’objection a soutenu que celle-ci résulte de la mauvaise gestion des effectifs, du népotisme, du favoritisme dans la gestion du personnel et du problème de la disponibilité des finances publiques. Tout en fustigeant une dilapidation des finances publiques, il prend fait et cause pour les enseignants qui voient leur situation matérielle se dégrader, au moment où d’autres secteurs perçoivent des privilèges indignes. 
Sur la situation économique caractérisée par une inflation croissante, une gestion malsaine des finances publiques, M Sène considère que le gouvernement continue à laminer le pouvoir d’achat des Sénégalais. Il en veut pour preuve, la suppression de la subvention sur des denrées de premières nécessités. Prenant l’exemple du gaz butane, il a réfuté l’argument brandi par l’Etat, dans la mesure où les dépenses de prestige s’élèvent à 46 milliards. Un montant inférieur à 32 milliards qui est celui de la subvention de ce produit. Le retard sur la fixation du prix de l’arachide n’est pas du goût de cet expert en agriculture qui impute la faute au Président de la République pour avoir vidé, en 2000, les accords cadres du Comité national interprofessionnel de l’arachide (Cenia). Pire, fait savoir M. Sène, le Cenia qui est alimenté par les paysans est dirigé par une équipe qui est en dehors de tout contrôle. « Le directeur dont le mandat est arrivé à expiration depuis 2003 n’a jamais rendu compte de la gestion du budget » précise-t-il non sans accuser l’Etat d’être complice. 
S’agissant des questions politiques et plus particulièrement des élections locales de mars 2009, ce membre de l’opposition invite déjà le pouvoir à respecter les règles, s’il veut que celles-ci se tiennent. « Elles se passeront dans les règles de l’art ou ne se passeront pas », martèle-t-il. Ce membre du Front Siggil Senegal ajoute qu’ils se mobiliseront pour qu’on ne floue pas de nouveau l’opinion publique et la volonté populaire. Raison pour laquelle, il exige l’application des recommandations de la Cena, concernant les doublons et les inscriptions. 
La création des Communes d’arrondissements à Thiès est saluée par Ibrahima Sène qui considère qu’elle ouvre la voie à une gestion de proximité. Toutefois ce dernier est convaincu que ce découpage est politique. Car, à l’en croire « Wade veut remporter le maximum de collectivités locales ». Mieux, M. Sène estime que Wade est en train de tisser sa toile aux fins de préparer la succession par son fils. Et justement pour légitimer sa candidature il veut, soit en faire le maire de la Capitale. Ou bien passer par le suffrage indirect, en mettant en place un système électoral qui permet de faire élire le prochain président par le Congrès. Ce projet ne saurait prospérer, a indiqué le second d’Amath Dansokho qui précise que le véritable défi de l’opposition est d’empêcher Wade d’organiser les élections comme il l’entend. « Ceci est la mère des batailles » insiste-t-il, non sans lancer en direction de l’opposition : « si on ne veut pas que Karim Wade soit élu, nous devons unir nos forces et créer des conditions d’élections normales. Nous devons y mettre tout le prix ». « D’ici mars 2009, tout doit être réglé sinon que personne ne se lamente si Karim est élu, avertit-t-il. 
Auteur: Nettali  
LE DRAGON DORMANT 
« Mon Dieu protége moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge !!! » 

 
Idy est taxe de voleur et de détourneur de denier Public! De perfide et de « Iznogoud » pressé d’être calife à la place du calife !! 
 
Macky Sall de peureux et de lâche qui aurait aidé à la liquidation de Idy ; et asseoir la politique de musellement des pourfendeurs de wade ! 
 
L'Opposition FSS, molle, occupée dans des "assises" alors que le peuple l'attend "debout" à défendre la République!! Elle est sans leader charismatique à même de fédérer et de capitaliser sur un Présidentiable, ! 
Djibo, sa tortuosité et ses hauts faits d'armes au PS le disqualifient d'office!! Il a en lui les gênes de la trahison et de l’intérêt bassement « carnassier » et « qui ne vit que pour les priviléges (…) », dixit ces ex camarades ! 
 
M Niasse, ne fait plus rêver, dinosaure des temps modernes au crépuscule de sa vie politique! Il a à un moment donné porté un bout de notre espoir, mai ses déboirs à la Primature ont écorné son aura. Le peu qu’il lui en reste devrait être mis à gérer ses avoirs et à continuer à assurer pour les UN des missions ! 
 
Tanor, est un mal nécessaire pour le PS car aucun autre ténor ne s’est mis en valeur ;Il faudra au PS une véritable mue de son parti, une sérieuse introspection et un rajeunissement de ses effectifs pour espérer un assez bon score à des joutes électorales ! 
talla considere comme le bouffon de lechiquier politik celui qui ne fait qu'amuser la galerie.il est depasse par la jeune generation montante comme 
Ch Bamba Diéye , pertinent, ambitieux, mais qui manque de base Nationale pour le porter! Il a de très bonnes idées, un profil de future leader et une bonne marge de progression à fructufier ! 
La société civile quand à elle, n'est efficace, qu'en communiqué larmoyant et en annonces à effet de manche!! Aucun de ses représentants n’a assez de charisme et de bagout pour en découdre avec les loups de la politique ! 
 
Karim???? C’est la sourde menace qui empêche secrètement tous aux vieux briscards libéraux de rêver à un avenir Présidentiel en Paix !! Oui, vous avez bien lu ! Karim devrait plus se méfier des cadres du PDS que de l’opposition qui ne le prend pas pour le moment au sérieux ! Malgré la toile qu’il est entrain de tisser minutieusement aidé en cela par son père et quelques un de ces fidèles affidés et Lieutenants, Karim est encore à des longueurs du fauteuil ! Son shadow cabinets composés d’éminences grises et de « Spin Docters » qui ont fait les chancelleries du monde !il est bien entoure cote communication et promo image par de grands cabibets 
Qu’ils l’avouent ou pas, ils sont très peu nombreux à voir en ce jeunot le successeur du père ! Dans leurs tranchées, et dans certains cercles et salons feutrés, les discussions, les arrangements, les pactes secrets sont entrain d’être noués pour contrer toute velléité de dévolution monarchique du pouvoir ! 
 
Cela démontre une des facettes de nos politiques, leur capacité à être hypocrites au point de louer devant les medias les qualités d’homme d’Etat du « P’tit » alors qu’en privé ils ne se cachent pas de le démolir de sortir des grossièretés et des choses peu catholiques sur sa morale, ses penchants, ses aptitudes à diriger savamment distillés dans la presse ! 
 
Mais qui sont ces hommes de l’ombre ? Qui sont,sans en avoir l’air entrain de tisser de véritables toiles d’araignées, Nationales et Internationales avec des ramifications à des niveaux insoupçonnées ! Qui sont ces Messieurs qui jurent que le mandat de Wade n’arrivera pas à terme et que demain, c’est…. Aujourd’hui et maintenant ! 
 
Tous les favoris sont maltraités et vilipendés, voués aux gémonies et à la vindicte populaire ! Mais remarquez, aussi bien Wade que le fiston, bien que victimes de tirs à boulets rouge par…. La presse et non l’opposition, sont à peine défendues par un pelé et trois tondus ! Qu’est-ce qu’ils attendent ces messieurs et dames du PDS pour défendre leur mentor de façon ferme , ouverte et sans équivoque !!!! 
 
Wade ne fait plus courir, il ne fait plus recette ! Et aussi bien les « futés » le sentent que les grands décideurs au niveau international. Un ou deux candidats mystères ont été rapprochés par les « Bilderbergers » pour être éventuellement leur pion au Sénégal, à l’insu du vieux ! La capacité de nuisance et la détermination de ces « Maîtres du monde » est telle que, maîtrisant parfaitement les arcanes de décisions et de vote des Sénégalais, des grands marabouts et autres responsables moraux sont subrepticement rapprochés pour préparer la venue DU CANDIDAT ! 
 
Et en vérité une surprise de taille attend les Sénégalais au sortir de ces joutes toutes particulières, où des intérêts inavoués et tapis dans l’ombre semblent travailler pour le président et son fils alors qu’ils s’arment de leurs secrets les plus tordus, de leurs sources de financement, de leurs connections avec les monarchies arabes et des réseaux sous terrain des Builderberg ! Avec un coup d’œil aux participants de l’avant dernière rencontre en 2006 à Ottawa, les esprits avisés pourront peut être avoir une idée sur le dauphin caché ! 
 
Exit les loups (IDY et Macky) que deviennent les Dragons somnolant dans les lambris dorés, les yeux accrochés au fauteuil…Que ne feront ils pas avec les moyens colossaux prêts à être mis à leur disposition, qui a parlé de …………Obama ! 
CE QUE CA AURAIT DU ETRE....SINON RIEN A DIRE  
 
 
 
 
ANALYSE DU SENEGALAIS  
Un consultant nommé Rosnert Ludovic Alissoutin a, dans une contribution au magazine africain en ligne Continent Premier, indiqué que le sénégalais verse quotidiennement dans la palabre stérile. Beaucoup de discours, mais peu d'actes positifs aux fruits palpables. Ainsi, il se pose la question à savoir si notre pays ne refusait pas le développement.  
 
Au Sénégal, personne n'a su expliquer le paradoxe d'un peuple si ouvert, si ingénieux, si prompt à s'adapter aux situations les plus éprouvantes, mais si désordonné et si éloigné d'une dynamique ferme et organisée de progrès. Pourquoi le sénégalais ne donne t-il le meilleur de lui-même que lorsqu'il est à l'étranger, à l'image des « lions » du football ? Qui est ce sénégalais qui doit faire le développement ? Quelles sont ses caractéristiques ? Celles-ci sont-elles compatibles avec les exigences du progrès ? En un mot, le sénégalais a-t-il une culture de l'effort, une pédagogie du développement ?  
 
Le sénégalais verse quotidiennement dans la palabre stérile. Beaucoup de discours, mais peu d'actes positifs aux fruits palpables. La réflexion et la conception ne sont certes pas des exercices qui font défaut au Sénégal où se multiplient à un rythme ahurissant les ateliers de conception, de restitution, de capitalisation ou de validation, les séminaires, conférences, assises, fora, symposiums, journées de réflexion, semaines ou quinzaines de promotion, retraites, rencontres, sommets, etc. Les résultats d'envergure que le foisonnement de ces rencontres met en droit d'attendre ne se font pas sentir concrètement. Pour Henri BERGSON, « originellement, nous ne pensons que pour agir.  
 
C'est dans le moule de l'action que notre intelligence a été coulée. La spéculation est un luxe, tandis que l'action est une nécessité ».On fait un tapage pour la construction d'échangeurs alors que des pays théoriquement moins avancés que le Sénégal comme le Mali, le Burkina Faso et même la Guinée ont déjà réalisé ce type d'infrastructures sans tambours ni trompettes. On pense être les champions de la démocratie et les experts de l'Alternance alors que le Mali et le Bénin ont déjà réalisé une double alternance. De manière générale, le Sénégalais pense qu'il est plus éveillé, les autres étant des « ndrings » (guinéens), des « gnaks » (africains du centre principalement) ou des « naars » (mauritaniens et maghrébins par extension). A l'intérieur du pays, le wolof (ethnie numériquement dominante) pense qu'il est plus « civilisé », les autres étant des lak-kats (personnes qui parlent une langue autre que le wolof). Ces dérives conduisent au cloisonnement des forces, au narcissisme, à la suffisance, à l'arrogance et à l'immobilisme.  
 
Le Sénégalais n'est pas prompt à l'investissement et à la production. Dans sa recherche du gain facile et rapide, il cantonne généralement son action au petit commerce, d'où la multiplication, à un rythme supersonique, des souks sur le territoire national. Or, il n'y a pas de richesse durable sans production sécurisée. Cette production doit susciter un progrès soutenu : il faut aller du « développement de la production à la production du développement ».  
 
La production nécessite en effet des capitaux importants, des ressources humaines qualifiées et des stratégies d'action ardues. La réalisation de bénéfices destinés à fructifier cette production est liée à l'écoulement des produits donc à leur compétitivité. L'insertion dans le système productif appelle, par conséquent, un esprit de méthode, de patience et de persévérance contrairement au petit commerce ou les recettes sont, en principe, immédiates. L'épargne privée est tournée vers des secteurs improductifs ou égoïstes comme le bâtiment, les cérémonies familiales ostentatoires et la polygamie abusive.  
 
Le parasitisme familial est aussi un frein à l'investissement privé. La seule personne qui travaille dans la famille est tenue de nourrir ses frères, cousins, oncles, beaux-frères etc. qui se complaisent parfois dans cette situation de perfusé. L'ampleur de l'économie informelle est révélatrice du primat de l'individualisme sur la volonté consciente et organisée de développement collectif. En plus de se soustraire à l'obligation citoyenne d'acquittement de ses charges fiscales, l'acteur de cette économie chaotique, au lieu de s'associer à ses semblables dans l'optique d'investissements substantiels, susceptibles de créer de la richesse et des emplois, se préoccupe de revenus personnels quotidiens. Et lorsqu'il amasse un peu d'argent, il cherche à acheter un visa pour l'Italie ou l'Espagne…  
 
Le Sénégal est l'un des pays les plus aidés de la planète. Les partenaires au développement se bousculent dans les villages les plus reculés, mais on ne voit vraiment pas l'impact de leurs actions, proportionnellement aux sommes énormes annoncées. Certaines ONG excellent dans l'art de l'instrumentalisation des populations déshéritées et la perdiemisation du monde rural. Boladji OGUNSEYE constate que « la relation de mendicité à l'égard des bailleurs de fonds a engendré un gros problème.  
 
Comme les ONG africaines s'acharnent à suivre les donateurs comme des missiles autoguidés sur les traces de l'avion-cible, il ne leur est généralement pas possible de s'engager dans des actions de remise en cause du plan d'action préétabli, même en cas d'inadéquations criantes sur le terrain ». Les partenaires au développement, pour la plupart, sont donc revêtus d'un « manteau clair-obscur » et munis d'un couteau à double tranchant pour : tantôt soulager la misère des masses déshéritées, tantôt s'appuyer sur le dos de ces mêmes indigents pour s'enrichir, transformant ainsi « la lutte contre la pauvreté en une lutte contre les pauvres ».  
 
La marche du Sénégal vers le progrès est profondément gangrenée par l'indiscipline banalisée, le laxisme toléré et, de manière générale, le refus de l'ordre. La sacralité du service public est régulièrement et impunément bafouée par les retards désinvoltes, l'absentéisme, le bavardage dans les bureaux et la corruption. Partout , la règle est la même : peu le matin et rien le soir. La pauvreté rend les hommes aigres et aigris.  
 
Tout membre du groupe social qui réussi est combattu par pure jalousie, à moins qu'il soit un bailleur de fonds naïf, distribuant gracieusement de l'argent aux charognards qui lorgnent ses biens. A l'intérieur d'une même famille, d'un même service, on s'entretue à coup de maraboutage. On met les pieds dans le plat lorsqu'on n'est pas invité au repas. Comment peut-on construire un progrès sain dans une atmosphère sociale aussi viciée ?  
 
La politique est certes peu compatible à la morale, mais le Sénégal a battu plusieurs records en matière de coups bas, de mensonges publiques et de déloyauté. L'absence de conviction idéologique explique la transhumance politique cavalière. On s'attache non pas à des principes, mais à des personnes ou plutôt à leur argent.  
 
Dans un mépris mesquin du peuple, d'intrépides politiciens changent de veste et de discours, du jour au lendemain, au gré des intérêts financiers, sans conscience ni vergogne, donnant ainsi à une jeunesse fragile, le mauvais exemple de l'opportunisme et du situationnisme. La citoyenneté demeure vacillante, tout comme le sentiment d'appartenance nationale. On s'identifie plutôt à une famille, une ethnie, une caste, une confrérie. Souvent, on est prêt à tout pour le marabout et rien pour l'Etat.  
 
Les croyances fantasmagoriques et le recours abusif au mysticisme conduit au recul de la raison, de la confiance en soi et de l'effort. « L'Africain explique ce qui se déroule autour de lui par l'action des forces occultes, justifie les fléaux par la colère des dieux et place les événements heureux à l'actif des marabouts et des féticheurs ». De nombreuses personnes ont publiquement expliqué le mauvais résultat de l'équipe nationale du Sénégal face à celle du Togo, par un mauvais sort qu'aurait lancé sur les joueurs des marabouts évincés et d'anciens membres de la fédération limogés…  
 
L'impunité, l'absence d'une culture du bilan, le primat des calculs partisans sur l'exemplarité de la sanction, constituent une invitation au laxisme dans l'action publique. Le ministre ou le directeur d'une entreprise publique nouvellement nommé ne fait pas de déclaration publique de patrimoine. A son éviction, il effectue une passation sommaire de service à la place d'une nouvelle déclaration de patrimoine et d'un bilan administratif et financier détaillé, apprécié par les autorités judiciaires. En l'absence de contrôle, le ministre utilise les biens publics à des fins privées ; il se rend aux cérémonies familiales avec la voiture de fonction, parfois accompagné de motards de la gendarmerie nationale, y fait des dépenses insolentes ou effectue sa campagne électorale anticipée le week-end, avec le même véhicule de l'Etat. Comme dans tous les pays africains, les ressources sont détenues par une élite politique avide au détriment des masses laborieuses qu'on s'emploie à aduler et à corrompre à l'approche des élections, dans le cadre du phénomène bien connu de la « marchandisation du vote ».  
 
Malheureusement, on n'observe aucune prémisse d'un sursaut national, d'une introspection critique, d'une remise en question de soi, d'un mea culpa constructif. Au contraire, on note l'insouciance, l'engouement pour la récréation et le folklore. Même le deuil est l'occasion de mangeailles festives. Dans toutes les villes du pays, des centaines de mendiants à la fleur de l'âge errent dans les rues, pieds nus, à des heures tardives, initiés au gain facile, soumis à la tentation du vol, exposés aux dangers du choléra et de la pédophilie. Personne ne s'en offusque, personne ne réagit ; on préfère discuter de politique et de football…  
 
 
Le drame c'est que le Sénégal, un pays qui regorge de ressources humaines, a parfaitement les moyens de se sortir d'affaire. Mais le problème, c'est moins le Sénégal que le Sénégalais. Il va donc falloir réformer le matériel humain, reconstruire les mentalités, briser les chaînes de l'ignorance, relancer la moralité citoyenne et l'éthique républicaine. L'éducation est impérieuse dans cette optique ; malheureusement les autorités la confinent à une conception presque exclusivement scolaire. Eduquer un homme, c'est aussi l'aider à grandir dans la dignité, lui apprendre à se battre pour lui-même, pour sa famille et pour son pays.  
 
23 novembre  
Intifada des marchands ambulants 
Les déguerpis de la vie  
Cet article du site Wootico, en date du 20-11-2007 était prémonitoire. L'auteur, Oumar Ndao, explique très bien la situation de ces commercants ambulants. 
 
"Ils sont venus, ils ont dispersé, ils sont repartis avec la satisfaction du devoir accompli. Ils ont nettoyé la ville des encombrants humains, au nom de l'écologie. Maintenant, la ville est bien propre sur elle. Mais pour qui? 
 
La grande ville a le projet de déboucher ses artères. Elle va dégobiller ses souillures: corps d'hommes, surplus de bois et de ferraille, étals et divers. Ce dégorgement a lieu la nuit. La grande ville se maquille en pleine nuit. Pas question de donner caution à la saleté et au désordre mais qu'a-t-on prévu de faire pour ces déguerpis de la vie? Leur pauvreté gêne, elle risque de gêner nos hôtes à venir, pas nous. Nous nous sommes tellement habitués à eux.  
En plus, nous avons toujours pris acte de ces clôtures soudaines de la ville. Dakar, sous la menace que la peste faisait peser sur ses colons avait construit un cordon sanitaire et les Africains de peu de valeur étaient tenus à distance de cette zone de sécurité. Ce cordon existe encore: il part de l'actuelle Porte du Millénaire, longe l'Avenue Malick Sy en allant vers Pompiers, rejoint le Boulevard de l'Arsenal et ferme la ville par le Port et la petite Corniche.  
 
C'est dans ce même périmètre que les exécuteurs de la loi scandaleusement appelée "loi contre l'encombrement humain" avaient naguère attrapé des centaines de lépreux et de sans-abris pour les rejeter hors de la presqu'île du Cap-Vert qui était naturellement et déjà un enclos réservé. Dans nos légendes de gamins, il se disait même que Senghor voulait instituer un barrage à la hauteur de Diamniadio et n'autoriser l'accès à la capitale qu'aux seuls détenteurs du certificat d'études primaires. Le tort de ces déguerpis de la vie était d'avoir été chassés par la sécheresse conjuguée aux mauvaises campagnes agricoles et d'être venus, hagards et mourants, demander à boire et à manger. Exactement comme aujourd'hui!  
 
Cette semaine, on s'en est encore pris à eux, mais aussi à ceux qui n'ont pas voulu mendier, qui ont dit qu'ils avaient encore un peu de forces pour travailler parce que voler c'est pas bien. On les appelait marchands à la sauvette, comme les voleurs du même nom. On vient de les enfermer en dehors de la ville, cette ville qui est aussi la vie. 
 
La grande ville s'est barricadée. La liste des expurgés du Plateau s'allonge: en avaient été éjectés depuis longtemps les flamboyants, les salles de cinéma, les allées ombragées… Aujourd'hui ses pauvres. Stupide! Parce que, comme ses ordures dont on sait qu'un pourcentage important revient dans ses murs après une petite promenade à Mbeubeuss, ceux qu'elle a tendance à traiter comme des ordures humaines reviendront. Comme les Battu, ou comme à la fin de Xala, et en procession comme les gueux de Hyènes.  
 
A leur retour, ils seront certainement pris entre une ville fermée et une mer infinie. Seulement, de l'autre côté de la Grande Mer, des villes du Texas, dans leur volonté de se barricader et de repousser les dos mouillés qui les envahissent, viennent d'envisager de construire des grillages électrifiés ou alors d'agrandir le Rio Grande pour le rendre infranchissable aux nageurs clandestins. C'était la semaine dernière, au moment même où Dakar chassait sa racaille. Le monde se barricade contre les pauvres. 
 
Nous avons parlé des cinémas du Plateau, nous venons de parler de l'Amérique: on ne pourrait manquer de se souvenir de la conférence que Joséphine Baker donna au cinéma Rialto. C'était il y a cinquante ans (en 1957 très précisément) et c'était pour plaider la cause des déshérités, au cœur du beau Plateau de l'époque, à Dakar, dans un cinéma. Le même film d'horreur continue pour sûr, pour certains". 
Ces images sont assez éloquentes et traduisent le ras-le-bol de toute une jeunesse !  
Cent commentaires !!! 
 
Le Matin : Lundi 24 Nov 2008 
TALLA SYLLA REPOND A WADE : « Vous avez déjà fait ma promotion avec les marteaux »  
 
La première édition des Dimanches du Jëf-Jël avec ses militants a eu lieu hier au quartier Mousdalifa2 dans la banlieue pikinoise avec l'affluence des militants mais aussi des sympathisants du parti. Le leader du parti en l'occurrence Talla Sylla a surtout mis l'accent sur « la manière d’Abdoulaye Wade de diriger le pays mais aussi les conditions que rencontrent les populations banlieusardes ». 
L'ambiance que la rencontre devait avoir a été freinée par le décès d'un enfant de trois ans du nom de Baidy Gaye par noyade dans les eaux des inondations qui n'ont pas encore terminé de créer des catastrophes au sein des populations de la banlieue. En effet, les femmes de cette localité ont décidé de battre le macadam afin que le gouvernement prenne ses responsabilités et les sortent de « cette situation désastreuse ». Le leader du Jëf Jël, M. Talla Sylla est allé séance tenante présenté ses condoléances à la famille de la victime avant de s'adresser aux populations de Mousdalifa2. « Nous pensions être dans une République démocratique où il y a une démocratie effective des pouvoirs, une justice saine et indépendante. Mais malheureusement, nous constatons que c'est Abdoulaye Wade seul qui est au pouvoir, qu'il se substitue à la justice, décide d'être la justice et d'être le patron de la justice en décidant de ne pas m'arrêter ».  
C’est en ces termes que M. Sylla a répondu au Chef de l’État, qui lors d’une sortie récente avait affirmé attraire ce dernier devant les tribunaux à la suite de son appel à l’insurrection lors de la marche des jeunes du front Siggil Sénégal tenue dernièrement. Mais, le leader du Jef Jel réplique en ces termes : « Ce pays n'a ni lois ni règlements, il n'y a que Me Wade. C'est lui qui est le chef, il dirige le législatif et le judiciaire. Il l'a montré en intervenant sur le dossier de mon agression qui est toujours entre les mains des procureurs ». Pour Talla Sylla, « quand un homme devient l'État, et qu'on est une République de propagande jusqu'à la cuisine de la ménagère, il y a de quoi réagir avec les cordes vocales au plus fort ». Et selon lui, « le peuple sénégalais doit s'organiser dans les quartiers, dans les villages, dans les lieux de travail et par un mouvement d'ensemble, il pourra dans ce cas renverser Abdoulaye Wade ». Il a rappelé qu’il a souvent évoqué les problèmes des inondations dans ces zones.  
Et d’expliquer : « Mais, Wade ne considère pas la banlieue, c'est la raison pour laquelle il est resté huit ans sans venir nous voir. Et lors de sa visite, il n'est même pas venu dans les localités inondées. Il est resté à l'entrée de Pikine ». À l’en croire, « c'est un manque de respect ». Talla Sylla et ses militants prévoient de choisir un jour pour attirer l'attention de la communauté nationale et internationale mais aussi la presse afin de discuter des décisions à prendre face à la situation que rencontre le pays. Pour lui, " ce qui se passe à Pikine est plus grave que dans les guerres parce que les morts y sont plus nombreux". Mais, il rassure les populations en parlant d'expertise, mettront en place lui et des érudits avec leurs moyens pour éradiquer les problèmes de la banlieue pikinoise.  
Le leader du Jef Jel se demande pourquoi « le gouvernement dit que les populations doivent déménager alors qu'il savait que ces zones étaient des zones inondables et il a laissé les habitants y habiter ». Il ajoute que si même l'État à cette époque n'avait pas les informations pour savoir que ces zones allaient inonder comment les populations seraient au courant. Et que "dans les deux cas la responsabilité de l'Etat est engagée et que tout ce qu'il devrait faire, il devrait le faire en concertation, en dialogue". Selon Talla Sylla, « le Pds ne signifie pas Parti Démocratique Sénégalais mais Pabi-Doom bi-Soxna ci ».  
Et il se demande : « Est-ce qu'ils sont les seuls habitants de ce pays ou si le Sénégal leur appartient. Abdoulaye Wade est un criminel puisqu'on dit que tout son entourage se compose de bandits alors lui c'est le chef des bandits car c'est lui qui les nomme, qui les enrichit, qui les dirige donc c'est le chef ». Et d’ajouter : « Wade a fait ma promotion quand il a envoyé ses agresseurs pour m'attaquer avec des marteaux. Il veut nous replonger dans l'esclavage ».  
Auteur: Assy GAYE  
Nettali : Dimanche 23 Nov 2008 
ACCUSE D’ETRE DERRIERE LA CONVOCATION DE KARIM WADE : Mamadou Seck assume à moitié dans Jeune Afrique  
NETTALI.NET- S’il élude, depuis le 16 novembre où il a été élu président de l’assemblée nationale, la question de sa responsabilité dans la convocation de Karim Wade devant l’Hémicycle (qui a valu à Macky Sall d’être débarqué du perchoir), Mamadou Seck a fini par parler dans les colonnes de Jeune Afrique.  
Interrogé par Cheikh Yérim Seck, il a déclaré, dans le numéro de J.A. à paraître demain : « J’assume mon appartenance à la commission des finances qui a initié la convocation. Mais dès que la conférence des présidents a statué et accepté d’y donner suite, ce n’était plus de notre responsabilité. Les formes que la convocation a prises, et qui ont pu choquer le chef de l’Etat, ne m’engagent pas non plus. Je n’ai jamais voulu régler le moindre compte avec le fils du président. » A l’entendre, commente J.A., « l’initiative de la commission des finances a été dévoyée. » Et l’hebdomadaire parisien d’ajouter : « le nouveau président de l’Assemblée donne d’autant plus de gages que son mandat n’est plus que d’un an renouvelable depuis la réforme constitutionnelle qui a conduit à l’éviction de son prédécesseur. » Avant de dresser de Mamadou Seck le portait d’un personnage « consensuel », « modéré, réservé et courtois ». « A 61 ans, celui qui ruminait une certaine amertume depuis son départ du gouvernement, en février 2006, revient en première ligne. » Cheikh Yérim Seck conclut son article par une phrase qui montre, à ceux qui en doutaient encore, que le nouveau locataire du perchoir ne réitérera pas les ‘’erreurs du passé’’ : « Maire de Mbao depuis juin 2002, Mamadou Seck, faisant peu de cas de la séparation des pouvoirs, admet être à son poste pour ‘’servir Wade’’ ». 
L'OBSERVATEUR: 
 
POUR FAIRE FACE A LA DETTE INTERIEURE L'ETAT GAGE SES ACTIONS SONATEL A 80 MILLIARDS 
 
 
Article Par Papa Souleymane Kandji,  
Paru le Lundi 24 Nov 2008 
AU BORD DE L’ASPHYXIE FINANCIERE 
L’Etat gage ses actions Sonatel à 80 milliards Fcfa 
Les tensions de trésorerie notées au niveau des finances publiques et l’importante dette intérieure qui en a découlé ont poussé le gouvernement à user de solutions «extrêmes» pour renflouer ses caisses. Aussi, des sources ayant des connexions évidentes dans la haute finance, et relayées par «Le Confidentiel», font état d’une idée qui a fini de séduire en haut lieu : gager les actions détenues par l’Etat au niveau de la Société nationale de télécommunications (Sonatel) et aller s’endetter auprès du privé.  
La solution de sortie de crise financière sera douloureuse pour le Sénégal. Le Fmi a donné son onction pour deux possibilités pour trouver de l’argent afin d’apurer la dette intérieure. La première consiste à gager les actions de l’Etat dans le capital de la Sonatel. Ainsi, l’Etat lèvera 80 milliards de francs Cfa. Évidemment, c’est loin de ce que valent ces actions détenues par l’Etat et estimées à plusieurs centaines de milliards au prix de l’action à la Brvm (Bourse régionale des valeurs mobilières). Mais, il ne s’agit que de gage. L’Etat retrouvera ses actions s’il paie. Avec 80 milliards, l’apurement de la dette intérieure va commencer. En revanche, il n’est pas dit que toute la somme dégagée avec ce prêt gagé suffira à apurer la totalité de la dette intérieure évaluée officiellement à 174 milliards de Fcfa et les dépenses hors budget qui seront forcément payées même si ce n’est pas en totalité. 
Recours aux bailleurs privés  
Aussi pour pouvoir payer en totalité la dette intérieure et relancer la machine économique, le Fonds monétaire international (Fmi) a déjà donné son aval pour que le Sénégal emprunte sur le marché financier et au niveau des banques commerciales. Cette dernière solution a un coût qui fait grimacer les autorités. Car le taux bancaire auquel il faudra s’engager est de 15 %. Cela va donc coûter très cher par rapport aux emprunts sur le marché financier de la Zone Uemoa (Union économique et monétaire ouest africaine) où les taux ne dépassent pas 7%. L’Etat pourra-t-il se passer des banques commerciales pour sortir de la crise financière ? Si le Sénégal signe avec le Fmi, la France est déjà prête à le soutenir, via l’Agence française de développement (Afd). Même si le montant n’est pas encore connu, il reste évident qu’il «devrait être important». C’est le seul pays qui s’est engagé, selon nos sources, d’autant plus que les contacts noués en Asie par le conseiller financier Karim Wade «n’a rien donné d’encourageant avec 15% d’intérêt proposé par les banques asiatiques». 
L'OFFICE: 
Les trois d’abord…  
Macky Sall , candidat à la présidentielle de 2012. Une révélation de son sherpa, Me Alioune Badara Cissé. Idrissa Seck est aussi, candidat à la présidentielle de 2012. Karim Wade hésite, et envoie ses « soukh » au charbon. Tous ont comme dénominateur commun d’être des « fils » de Wade, biologique ou bannis. Un seul d’entre eux peut sortir du lot pour faire face à l’opposition. Macky Sall ne s’est pas encore évalué. Karim Wade n’a qu’un seul atout et argument : fils de Wade ! Idy a été 2 e à la présidentielle de 2007. Il faut s’attendre à une bataille à mort entre ces trois, avant que l’opposition n’entre dans la danse… De véritables surprises en perspective. 
( Mor Todjangué )  
 
SUD QUOTIDIEN: 
NIORO / MOUSTAPHA NIASSE LEADER DE L’AFP « Nous devons restituer à l’Etat, la Republique »  
par Abdoulaye FALL | SUD QUOTIDIEN , lundi 24 novembre 2008  
Le Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp), Moustapha Niasse estime nécessaire de donner à notre pays une architecture institutionnelle et constitutionnelle nouvelle. Cela passe sans détours, selon lui par la restitution à l’Etat, de la République. Il a agité de telles idées le week-end dernier à l’occasion d’une rencontre avec la presse tenue dans son village de Keur Tapha situé à environ une soixantaine de kilomètres au Sud Ouest de Kaolack. 
Moustapha Niasse, le leader de l’Afp touve la gestion de notre pays est quasi monarchique. Tout y est entre les mains d’un individu, constate-t-il. Selon lui pour corriger une telle situation, il revient aux Sénégalais et aux Sénégalaises de restituer à l’Etat, la République. 
Une telle proposition permettra non seulement d’assurer un gestion saine des affaires publiques, mais donnera surtout aux Sénégalais le privilège de mettre un terme à la gabgie qui caractérise jusqu’ici la gestion du pays. Pour lui, « il est devenue une nécessité de procéder à cette réforme approfondie qui ramène l’état dans la république, qui restitue l’état à la république, car la République à travers son patrimoine, a perdu l’état. Il faut que la république continue de gérer et de porter l’état ». La crise qui secoue aujourd’hui, le pays est multidimensionnelle selon lui, car elle touche tous les secteurs de la vie. 
Le Secrétaire général de l’Afp estime que l’Etat doit sans doute penser à la relance de l’économie rurale et l’agriculture, l’élevage, l’artisanat. Cette une démarche va aussi nécessiter selon Moustapha Niasse, la renaissance du tissu économique national obtenu grâce aux petites et moyennes entreprises. (PME), en réhabilitant les secteurs du commerce, du transport et de l’artisanat. Il trouve par contre que la crise qui frappe notre pays est antérieure à celle intervenue dans le monde « avant même les années 2000, nous avions senti la crise et c’est pourquoi, nous avions tous misé sur l’alternance. 
Malheureusement, les problèmes que vivent les Sénégalais sont aujourd’hui, multipliés par trente ou même par cent, c’est en fait ça la fluctuation que vivent les Sénégalais ». Entouré des membres de son bureau politique lors de cette rencontre, le leader de l’Afp a ainsi appelé à la mobilisation générale pour bouter Wade et son pouvoir loin de la gestion des affaires de ce pays, a-t-il conclut 
Gala… Et vogue la galère ! 
 
 
Le Méridien fut, l’instant d’un samedi, le cadre d’une gigantesque parade d’insouciants. Du cousu main en matière d’organisation et d’efficacité. Au menu, Fund raising et Auction à l’américaine avec, en auréole, la fille de Malcolm X servie par le traiteur maison, cadet du maître de cérémonie. Le tout Dakar du clinquant, parvenus, larbins enrichis se sont exhibés. Selon la presse de service, ‘costumes et robes de soirée ont rivalisé d’élégance au même titre que les voitures de luxe..’  
Le dîner musical prit les allures d’une véritable orgie de m’as-tu donné, m’as-tu chanté, sur un parterre rutilant de vanités futiles et indécentes. Rien à voir avec les galas Zonta Club des temps où les milliards de l’Etat et des citoyens se taisaient. C’était tout un évènement lorsque le représentant du Groupe Mimran sans rival arrachait la mise ; généralement, un tout petit bijou vendu aux enchères au profit de la Fondation Egalité Partage de Liz-Première Dame.  
Autre temps, autres mœurs. Aujourd’hui, les milliards bavardent pour narguer ou museler les abonnés au ‘gobar-jáasi’. Entendez ceux qui, conjoncture oblige, déjeunent, puis dînent de l’unique repas quotidien. A la parade du Méridien, le maître d’œuvre de la soirée annonce sa trouvaille : ‘Roky ma Roky’ : donnant donnant. C’est-à dire : mon chant, ton chèque certifié. Entre rupins, on se méfie. Même pour humilier Satan en concert.  
- Mesdames et Messieurs, faites vos choix !  
Le sang de l’ego senegalensis ne fit qu’un tour chez Jomba Ñaaw, Lam bu Diis, Yax bu Réy, ivres d’afficher leurs dimensions. De la scène, s’envole aussitôt Ndobine-l’oiseau dont l’acquéreur se fend d’un chèque de cinq cent mille francs accompagné de dandinements que lui envierait le volatile. Le chanteur émoustillé, enchaîne avec Thiapatioli-l’Incomparable, réclamé par Vieux Pachyderme pour un autre demi milliard ‘te di ko xéeb…’ Autrement dit : juste assez pour ne pas s’attirer la nuée fiscale.  
Xaalis, le tube fétiche de tout ce beau monde, tambourina, dans le scintillement d’une robe mise à prix : 250 000 Francs. Rien que ça… Ah que c’est bon l’argent ! Le clou de la soirée, raconte-t-on, fut enfoncé par le tonitruant Maître Ass Dadais esquissant, avec la gouaille et l’audace qui le caractérisent, des pas de danse appris entre deux notes d’Alternance. Inouï ! De ce cirque grotesque, il siérait de rire à crever. Hélas, le contexte économique tragique que vivent les populations sénégalaises au mépris d’imperturbables jouisseurs arrache plutôt des larmes.  
Amadou Guèye NGOM Critique social  
 
 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 24.11.2008
- Déjà 5114 visites sur ce site!