ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

d'alternance avec le P.D.S

BILAN DE L’ALTERNANCE  
HUIT ANS DE… « SOPI »Par Madior FALL | SUD QUOTIDIEN | mercredi 19 mars 2008  
Aujourd’hui, mercredi 19 mars 2008, le régime issu de l’alternance au sommet du pouvoir politique de février-mars 2000 boucle ses huit ans de magistère. La gouvernance « Sopi » a donc eu le temps de faire ses preuves en deux mandats, dont le second s’entame certes à peine. Que faut-il en retenir ? Quid des espérances d’une jeunesse hardie et engagée ? Qu’en est-il du projet de société attendu au soir du 19 mars 2000 ? Où en sont les chantiers, tous les chantiers ouverts dès le 5 avril 2000 ? Décentralisation ? Réformes politiques et institutionnelles ? Paix en Casamance ? Environnement des affaires et réformes économiques ? Bonne gouvernance ? Les grands chantiers de l’Etat ? Dialogue social ? Etat de droit ?... Un devoir d’inventaires, même sommaire, s’impose en ce jour anniversaire après huit ans. Pour jauger des réalisations du pouvoir libéral, questionner ses projets politiques, scruter ses perspectives sociales. 
v« Sopi », changement en wolof. Jamais slogan n’a été aussi ramassé, aussi saillant et aussi opérationnel que celui-ci. Il a traduit en quatre petites lettres mieux que tout discours, l’aspiration de tout un peuple. Des décennies durant, les Sénégalais et les Sénégalaises ont, à chaque consultation, montré leur désir grandissant de changement. Changement dans la conduite des affaires de la cité. Changement dans les rapports politiques et sociaux. Mutation qualitative du train de vie de l’Etat jugé dispendieux jusqu’alors. Changement dans la répartition des ressources nationales pour un partage plus juste, plus équilibré. Evolution qualitative à l’Education nationale. La Santé pour des soins de qualité pour tous. Changement dans le monde du travail : pour le plein emploi, surtout de la jeunesse désœuvrée en majorité. Un « Sopi » qui opère les ruptures arrivées à maturité dans tous les domaines, dans tous les secteurs d’activité humaine et qui mette fin aux ajustements structurels qui avaient fini de paupériser les masses urbaines et rurales. C’est ainsi que de 1983 à 2000, Abdou Diouf, le candidat du Parti socialiste (Ps), a fait les frais à chaque élection présidentielle en voyant sa majorité fondre comme beurre au soleil, impuissant à juguler la conjoncture qui foudroie les aspirations de plus en plus affirmées de tout un peuple. Son électorat s’en est naturellement ressenti, de consultation présidentielle en consultation présidentielle. Le 19 mars 2000, il est contraint de goûter à l’amer breuvage de la défaite devant son éternel challenger, Me Abdoulaye Wade du Parti démocratique sénégalais (Pds), porté par la Coalition alternance 2000 (Ca-2000) au premier tour et le Front pour l’alternance (Fal) au deuxième. Crédité au premier tour de 30,97es suffrages valablement exprimés, Me Wade fait le plein au deuxième tour et engrange 58,49es voix des votants, battant sans rémission le candidat socialiste. L’aspiration au changement de 40 ans venait de triompher. Depuis, le « Sopi » est à l’épreuve du pouvoir. Il est toutefois submergé : « Beuk-mi » ou l’immigration clandestine, le Joola, l’arachide effondrée, les inondations, les ruptures fracassantes, les élections contestées, les reniements politiques spectaculaires, les fractures sociales sont passés par là. Et ont terni les efforts considérables d’investissement faits pour l’éducation, pour la santé, pour des infrastructures. 
 
Et le Fal vola en éclats 
 
Arrivé en troisième position avec environ 17es voix, Moustapha Niasse, le Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp), leader du Code 2000, l’autre coalition de l’opposition, rallie Me Abdoulaye Wade au sein d’un Front pour l’alternance (Fal). Il soutient ainsi la candidature du porte-drapeau du Ca 2000 en demandant le report des voix en sa faveur. Ce report s’opère sans perdition et aide grandement à la victoire au deuxième tour de Me Wade qui avait annoncé dès le lendemain du premier tour son désir de nommer Niasse au poste de Premier ministre en cas d’accession au pouvoir, attaquant intelligemment le second tour avec un ticket qui se trouve ainsi gagnant au finish. 
 
Cependant l’union ne dura que ce que durent les roses, l’espace d’un matin. Le clash s’opéra au bout de 11 mois seulement. Moustapha Niasse, ses ministres et ses alliés quittent le gouvernement avec fracas le 3 mars 2001. Déjà la presse avait évoqué les négociations difficiles entre le nouveau président de la République, le libéral Me Abdoulaye Wade, et son Premier ministre, le socialiste, Moustapha Niasse. Celui-ci qui en avait informé la presse s’était vigoureusement élevé contre le décret nommant Idrissa Seck, ministre d’Etat, Directeur du cabinet du président de la République. À sept mois de la présidentielle, il met sur les fonts baptismaux, l’Afp. Il arrive pourtant en troisième position avec un peu près de 17es voix au premier tour et devient « faiseur de roi » au second. 
 
LA FIN DE L’ALTERNANCE ? 
 
Un an après la victoire de Me Wade, le « peuple » de l’alternance fête triomphalement la mise à l’écart définitive du régime Diouf, coupable à ses yeux d’être responsable de tous ses maux. Il sera conforté dans son euphorie par un référendum constitutionnel plébiscite et des législatives anticipées qui, grâce à un mode de scrutin que d’aucuns n’ont pas manqué de qualifier d’inique, lui offrent une majorité plus que confortable à l’Assemblée nationale. Tous les espoirs étaient alors portés sur le gouvernement dit de l’Alternance. Son chef, dans un état de grâce rarement égalé, promet à tours de bras à un peuple qui boit ses paroles. Chemin de fer à grand écartement, aéroport moderne en quelques années seulement, centrales électriques dans chaque région (rêve irréalisable, la tendance étant plutôt à l’interconnexion des pays), du travail pour les jeunes, une solution à la demande sociale, celle-là qui a balayé Diouf et son régime, règlement de la crise casamançaise en 100 jours. La liste des promesses est loin d’être exhaustive. Ainsi de 2001 à 2005 on fêta l’alternance avec faste, malgré les départs de Moustapha Niasse et alliés dès la première année. Chaque année l’anniversaire du 19 Mars était ainsi célébré en grandes pompes par les tenants du pouvoir. Dès 2006, on a semblé faire profil bas. Pourquoi ? L’utilisation abusivement politicienne des résultats des audits de la gestion des sociétés d’état par les socialistes avait fini de convaincre d’une crise morale aiguë. Il s’y ajoute que les accusations de détournements de deniers publics, la corruption et la concussion finissaient de mettre les nouveaux maîtres du pays au même niveau que leurs prédécesseurs. Que dire des échecs successifs des politiques agricoles pour les moins tatillonnes ? Sinon qu’elles ont donné l’impression, d’année en année, d’une volonté de sabotage organisé de toutes les filières, notamment celle de l’arachide principale source de revenue pour le monde rural sénégalais ! La question des bons impayés des paysans, la dislocation de la Sonagraine, la privatisation de la Sonacos, l’introduction sans préparation de nouvelles cultures. 
 
La politique discréditée 
 
Les célébrations de la transhumance souvent au Palais de la République, même sous l’œil goguenard des caméras ainsi que la mise en place d’Institutions qui avaient été jugées futiles, notamment le Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales (Craes) finalement (re)supprimé pour un Conseil économique et social à revenir, ainsi que le Sénat remis au goût du jour, ont fini de discréditer les actes et réformes institutionnels. La succession des « Affaires » mettant au premier plan des responsables du pays n’arrangeant pas les choses. Illustration : l’Affaire dite des chantiers de Thiès qui a mis à nu une formidable manipulation des institutions, les unes par les autres. Et l’on a toujours pas fini d’attendre de savoir où sont passés les milliards de Thiès ou des fonds politiques. Qui les a détournés ? Quelle est l’importance du préjudice ? Qui payera demain l’ardoise ? 
 
Après avoir entretenu des rapports conflictuels avec la presse privée -un foyer de tension qui ne s’est pas encore éteint malgré les multiples médiations et tentatives de médiations - le pouvoir a fini de mécontenter tous les secteurs de la vie active : marche des paysans (du jamais vu au Sénégal jusqu’alors), grève des agents de la magistrature, mauvais traitement de la question des inondations, crise scolaire et universitaire, grève des agents de la santé et des enseignants. Tout cela au moment où le pouvoir clamait sa sur liquidité. Le renchérissement des prix des denrées de premières nécessités, si ce n’est leur rareté dans le marché, enfonce le clou et exacerbe les tensions sociales. Tout cela n’offrait nullement occasion de pavoiser. En 2005, parce que les « alliés » de Gauche, la Ligue démocratique/Mouvement pour le parti du travail (Ld/Mpt) et And/Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj/Pads) pour ne citer que ceux-là, ont décidé de s’interroger sur la direction prise par l’alternance, Me Wade et la Cap 21 décidaient de changer de majorité. Ainsi les… 2 millions de marcheurs de la place du Millénaire sur la Corniche deviennent la nouvelle majorité du 3è président de la République du Sénégal qui, du haut de la tribune sur la Corniche, prononce le bannissement de ses alliés de Gauche. Etait-ce la fin de l’alternance ? 
Les motifs cachés du report des locales  
 
 
Chassez le naturel, il revient toujours au galop : la preuve est ainsi faite qu’avec ce deuxième report des locales accréditant les multiples violations flagrantes de la souveraineté du peuple, le pouvoir libéral ne s’embarrasse guère d’utiliser l’arme de la modification récurrente des règles du jeu comme instrument de conservation du pouvoir. Nous nous trouvons alors aux antipodes de la démocratie, celle-là qui s’identifie, non pas à de la phraséologie, mais à une praxis qui consiste à poser quotidiennement des actes dans le sens du respect de la volonté populaire, notamment le respect impératif des échéances électorales. Le respect des termes échus, périodes pendant lesquelles le peuple périodiquement doit se déterminer, compte tenu qu’il ne confie sa souveraineté qu’une partie du temps, constitue une exigence démocratique absolue ; le contraire conduirait à du césarisme démocratique, à une occupation délibérée d’un territoire étranger.  
Aujourd’hui, c’est un paradoxe au Sénégal d’observer que ceux qui sont arrivés au pouvoir par la voie démocratique, en sont les fossoyeurs au moyen de la reconversion vers une attitude antidémocratique d’instrumentation en permanence des agendas électoraux et de manipulation du Code électoral. Le pouvoir, pour ceux qui méconnaissent ses secrets en voulant l’exercer par des moyens illégitimes, ne profite jamais à ses adeptes, ceux-là éphémères qui essaient de se substituer au peuple impérissable, si bien qu’il faille l’abandonner avant qu’il ne vous abandonne, au risque de créer l’irréparable, le cas échéant. La seule raison valable de demeurer au pouvoir, c’est de recevoir la confiance du peuple à date convenue, car tout est question de date pour la destinée naturelle. Combien de fois furent repoussées sous l’invocation de prétextes fallacieux des élections ? Combien de fois des lois sur la matière électorale et sur d’autres matières furent bafouées ? On ne peut pas tromper une chèvre en lui faisant croire qu’une calebasse vide est pleine, sauf si on considère qu’on est en présence de moutons !  
 
Le Général de Gaule, à une certaine époque de l’histoire de la France, qualifiait les Français de bœufs, toutefois, par cette adresse, le Général en grand patriote, voulait exhorter pédagogiquement les Français à faire des pas de géants de sorte qu’il heurta les consciences avec une telle affirmation, mais, qui aime bien, châtie. Au Sénégal, cependant, on essaie toujours de tromper tout le temps, de raconter des balivernes. A qui on veut faire croire que le report des élections locales se justifie ? Qu’est-ce qui empêcherait l’organisation d’élections partielles dans les nouvelles régions créées. A qui la faute ? Si l’on sait bien que gouverner c’est prévoir, certainement pas à la nature. 
 
Les libéraux instrumentent des actes archaïques de l’époque médiévale d’un pouvoir inquisitorial au summum de l’hérésie, non pas comme dans un régime relevant d’un despotisme éclairé, mais, pire encore, comme dans un pouvoir seigneurial divin. Nous nous situons alors dans la déraison des lois n’obéissant plus aux principes de droit cohérents, rationnels et intrinsèques, dans le domaine de l’élaboration de lois hasardeuses, particulières et incongrues, dont les principes directeurs sont corrompus et l’esprit d’égalité se perd et cesse d’être une vertu. Telle est aujourd’hui la nature du régime libéral, dont les caractéristiques s’écartent bien évidemment des principes de base qui doivent guider l’élaboration de lois avec le recours systématique à des reports d’élections, de surcroît, aux termes échus violant ainsi les dispositions de la Cedeao interdisant de toucher à la loi électorale six mois avant la tenue des élections. 
 
Au demeurant, la tenue d’élections locales au mois de mai 2008 ferait suite à l’organisation des élections législatives couplées, découplées, puis boycottées majoritairement au mois de mai 2007, après la tenue de la présidentielle contestée en février 2007. Or, les locales ne sont pas des élections de même nature que l’élection présidentielle ou les législatives dans la mesure où le transfert de militants est pratiquement impossible pour les locales au risque de créer des batailles de tranchées, dès lors que le Code électoral expressément fait obligation à l’électeur de résider dans la collectivité de son lieu de vote. Le drame en est que, dans la refonte totale du fichier électoral, on permet au Sénégalais de choisir son lieu de vote, quel que soit le lieu, alors que la disposition pertinente du Code électoral annule cette liberté pour les locales par l’entremise du lien de lieu de résidence, annihilant du coup les possibilités de transfert occulte et non occulte d’électeurs. C’est dire que les possibilités de fraude seraient minimisées avec les locales, accréditant l’idée que les libéraux ne pourront pas s’accommoder d‘une bataille à armes égales pour les consultations électorales justifiant le nouveau report des élections. L’échappatoire, cependant, n’est-elle pas pire au regard de la mal gouvernance locale et nationale ainsi les crises multiformes, politiques, économiques et sociales qui s’accentuent ? 
 
Nous espérons que la disposition pertinente du Code électoral relative à l’obligation de résidence pour les locales ne sera pas abrogée d’ici là, même si on considère que l’habitude est une seconde nature.  
 
Kadialy GASSAMA Economiste Rue Faidherbe x Pierre Verger Rufisque 
Nettali : Lundi 24 Mar 2008 
GESTION ANOCI: « Les choses ne sont pas claires », selon Alioune Tine  
NETTALI - « Les choses ne sont pas claires » dans la gestion financière de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci) a déclaré dimanche le président de la Raddho, Alioune Tine, lors de l’émission « Grand Jury » de la Radio futurs médias (Rfm). 
 
Membre au compte des Ong du Conseil de surveillance de l’Anoci, le président de la Rencontre africaine de défense des droits de l’homme a indiqué qu’il faut faire un audit a posteriori de la structure dirigée par Karim Wade, fils du chef de l’Etat. Il a fait savoir que la Raddho ainsi le Forum civil et le Synpics (syndicats des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal), autres organisations de la société civile membre du Conseil de surveillance de l’Anoci entendent se réunir sur la question de la gestion financière de cette structure. 
 
A la question de savoir pourquoi il n’a pas voté le budget 2007-2008 validé après coup, Alioune Tine a refusé de répondre : « c’est confidentiel, a-t-il rétorqué, ajoutant que « c’est par respect des délibérations du Conseil de surveillance ». 
 
Nombre de sénégalais exige des comptes de la part de l’Anoci qui a géré des dizaines de milliards FCFA de fonds publics, dons et prêts. Les responsables de l’Anoci ont annoncé un budget de 376 milliards FCFA servant en quasi-totalité à des dépenses de fonctionnement, d’infrastructures routières et hôtelières, etc. Pour l’opposition parlementaire ou non, des Ong et beaucoup de Sénégalais, tout cela s’est fait dans des conditions peu transparentes. 
 
Les interviews accordées cette semaine par le secrétaire exécutif de l’Anoci, Abdoulaye Baldé à la presque totalités des organes de presse (radios, télés, quotidiens, magazines) de Dakar n’ont pas dissipé les suspicions. 
« Réserve » sur pouvoir et famille 
 
Par ailleurs, le président de la Raddho a dit son opposition à l’implication de la famille dans la gestion du pouvoir, comme le président Wade l’a fait avec ses enfants, contrairement à son prédécesseur Abdou Diouf. 
 
 
 
 
 
AUTOSUFFISANCE EN RIZ EN 2012 
Le Sénégal signe un protocole avec une société indienne Par PANA | | samedi 22 mars 2008  
(New Delhi, Inde) - Le ministre sénégalais de l’Agriculture et de l’Elevage, Hamath Sall, a déclaré à la Pana vendredi à New Delhi, en Inde, que son pays s’est engagé à atteindre son autosuffisance alimentaire en riz en 2012. 
S’exprimant en marge du quatrième réunion entre l’Inde et l’Afrique sur un projet de partenariat, M. Sall a révélé que, dans ce sens, il a signé jeudi à New Delhi un protocole d’accord avec la société indienne Kirloskar Brothers Limited qui va faire l’étude pour l’aménagement complet de la Vallée du Fleuve Sénégal sur une superficie de 240.000 hectares. Il a indiqué que la première étape de cette étude consistera à revoir « l’aménagement précaire de 15.000 hectares », soulignant que, dans un premier temps, l’objectif est de récupérer 60.000 hectares de terre. M. Sall a affirmé qu’après l’aménagement, les Indiens vont se focaliser sur l’équipement des producteurs. "Il s’agira de remplacer tout le matériel d’irrigation devenu obsolète. 
 
C’est l’Inde qui va assurer le financement de ce programme pour une valeur de 13,5 millions de dollars américains« , a-t-il précisé. Selon lui, la réalisation de l’autosuffisance en riz est une nécessité pour le Sénégal, indiquant que chaque année le pays importe cette denrée pour une valeur estimée à 120 milliards de francs CFA, soit quelque 250 millions de dollars américain. »C’est une perte de 2,5 points de croissance pour l’économie sénégalaise« , a-t-il déploré. »Le Sénégal a une vocation rizicole plus affirmée que la Thaïlande, car nos rendements sont de loin meilleurs avec six tonnes à l’hectare alors que sur le plan mondial, le rendement est de 3,4 tonnes à l’hectare", a affirmé M. Sall, soutenant que ce rendement peut même augmenter dans la Vallée du Fleuve Sénégal où des casiers font jusqu’à neuf tonnes à l’hectare. 
 
Il s’y ajoute que la production de riz pourrait être profitable à l’élevage, car, avec 1 million de donnes de riz, on obtient 1,5 million de paille de riz, sans compter le son destiné à la volaille. Le ministre sénégalais de l’Agriculture et de l’Elevage a estimé que le riz est devenu très compétitif à cause de la raréfaction de l’offre qui a conduit au renchérissement des coûts. « Nous n’avons pas le choix. Si on ne réalise pas l’autosuffisance alimentaire, il arrivera un moment où nous ne trouverons plus de riz à acheter sur le marché », a affirmé M. Sall. 
 
Par Ousseynou Guèye, Envoyé spécial de la PANA 
SELON UN ECONOMISTE DE LA BANQUE MONDIALE 
Un Sénégalais sur cinq travaillePar APA | | samedi 22 mars 2008  
APA) - Trois travailleurs sur 10 déclarent être au chômage ou sous-employés au Sénégal et quand un Sénégalais déclare travailler à plein temps, près de quatre personnes non-actives ou inoccupées sont recensées, indique une étude de Jacques Morisset, économiste principal de la Banque mondiale (BM). 
Selon l’économiste, il faut même relativiser ces statistiques qui « ne reflètent pas la réalité ». « Il faut y adjoindre les nombreux travailleurs qui se qualifient comme inactifs, telles les femmes au foyer, les découragés ou les personnes employées uniquement sur une base saisonnière (ce qui est le cas de 60% de la population des campagnes) », affirme M. Morisset. « Plus illustratif du désarroi régnant sur le marché du travail est le fait que pour un Sénégalais déclarant travailler à plein temps, près de cinq personnes sont non actives, inoccupées ou mal occupées ». Cette situation découle des « lacunes actuelles qu’affiche le marché du travail au Sénégal », explique l’économiste qui précise que les jeunes font partie des groupes les plus touchés. « Six chômeurs sur dix ont moins de 25 ans », dit-il, citant principalement les femmes et, « d’une manière générale, la population localisée dans les zones rurales du pays ». 
 
L’économiste loue les actions du gouvernement sénégalais qui « n’est pas resté inactif devant ce désarroi contrairement à la majorité des pays africains ». Il a, notamment, mis en place un certain nombre de programmes visant à promouvoir l’emploi, en particulier en faveur des groupes les plus défavorisés. Selon M. Morisset, le Sénégal se distingue par la mise en place d’un certain nombre de programmes visant à promouvoir l’emploi, évoquant les 16 programmes pouvant être classés en quatre catégories, suivant leurs modalités d’intervention : services de placement ; subventions aux salaires ; travaux publics ; et crédits aux micro entreprises et à l’auto emploi. Le nombre d’emplois créés n’a pas dépassé 16 000 par an, ce qui représente moins de 5 % de la population active au chômage ou en situation de sous-emploi au Sénégal, affirme-t-il. 
 
Ces résultats « décevants » sont « aussi le fruit du financement réduit que l’État alloue à ces programmes », selon lui. « Environ 0,3 % du PIB, autant dire une goutte d’eau face à l’ampleur du problème de l’emploi dans le pays. À titre de comparaison, la moyenne est de 1 % du PIB au sein des pays de l’OCDE et de 2 % dans des pays comme la Suède ou le Danemark", a ajouté M. Morisset. Il a estimé qu’une simple extrapolation montre que si le Sénégal consacrait à cet objectif autant de ressources que ces de pays, le nombre d’emplois créés pourrait quasiment atteindre 100 000 par an ! » 
RÉFORME DU SYSTÈME DE PASSATION MARCHÉS PUBLICS 
Échange avec les bailleurs sur la mise en œuvre Par Bakary DABO | SUD QUOTIDIEN | mardi 18 mars 2008  
Le ministère de l’économie et des finances informe de la tenue, ce mardi 18 mars à Dakar, d’un atelier de partage avec les bailleurs de fonds. L’information est contenue dans un communiqué parvenu à notre rédaction. Selon le contenu du document, cet atelier consacré à la mise en œuvre de la réforme du système de passation des marchés publics, a pour objectif de partager avec les bailleurs le bilan d’étape. 
 
Ce qui vise à permettre de se rendre compte du respect des engagements pris par l’État dans le cadre de l’Instrument de soutien à politique économique (Ispe). Le document fait savoir que l’atelier regroupera, en dehors du Ministère de l’Economie et des Finances maître d’œuvre, l’ensemble des partenaires au développement, les collectivités locales, le secteur privé et la société civile. Et d’ajouter que l’occasion sera également saisie pour procéder au lancement officiel du portail dédié aux marchés publics (www.marchespublics.sn). 
INFLATION AU SENEGAL ET EN AFRIQUE  
Pourquoi on ne l’arrêtera pasPar SOMBEL FAYE | SUD QUOTIDIEN | samedi 15 mars 2008  
Cameroun, Burkina, Sénégal… Dans sa dernière livraison, l’hebdomadaire international Jeune Afrique fait le même constat dans ces pays de l’augmentation vertigineuse des prix des produits de première nécessité et parie que l’inflation est partie pour ne plus s’arrêter. 
Blé, riz, huile, lait, farine, savon, pain, essence… tout augmente. Ce n’est pas un scoop pour les sénégalais, loin s’en faut, mais le panorama que dresse l’hebdomadaire international Jeune Afrique, dans sa dernière livraison, sur la situation des prix des denrées de première nécessité dans d’autres pays en Afrique, rend mieux compte de la situation du marché mondial. 
 
+50% le litre d’huile au Burkina, +40% le kilog de riz en Côte d’ivoire, +46% les 50 kg de blé au Togo, +30% le pain de savon au Sénégal, +140% l’huile de palme au Cameroun et +35% le kg de farine au Congo… Si à Dakar on parle encore du panier de la ménagère, à Abidjan, il s’agit plutôt du « sachet de la ménagère ». Mais pour les plus démunis de la population, même situation qu’au Sénégal : la « mort subite » (un seul repas par jour ) serait devenue la norme. De part et d’autre, les gouvernements tentent de contenir l’envolée sur les étals, avec des fortunes diverses. L’hebdomadaire de rappeler la réaction du gouvernement sénégalais de suspension, en septembre dernier, de la taxe douanière de 10%. Réaction qui non seulement n’a pas suffi, mais a affecté les finances publiques. Même scénario au Mali où le gouvernement, rappelle-t-on, a débloqué, fin 2007, quelque 40 milliards de FCfa en guise de subvention pour juguler l’explosion des tarifs : « peine perdue ». Quant à la suppression de la TVA sur le riz, le sel, le poisson, etc… de septembre à décembre, au Cameroun, elle a montré ses limites, alors que, ici ou là, les commerçants ne semblent pas jouer le jeu. 
 
Toujours est-il que le dilemme est cornélien pour les gouvernements quand on sait, comme le rappelle l’hebdomadaire, qu’en moyenne sur le continent, les revenus douaniers représentent le quart des recettes publiques. Une manne dont les Etats ont du mal à se priver, à moins, suggère-t-on, de « fiscaliser l’économie », collecter l’impôt et lutter contre l’informel. Une volonté affichée par les autorités burkinabé et qui, selon Jeune Afrique, a mis « le feu aux poudres ». 
 
La situation apparaît ainsi plus alarmante qu’on pourrait le croire et la flambée des prix des hydrocarbures aidant, l’engouement pour les biocarburants, la sécheresse en Australie et les besoins alimentaires des nouvelles puissances émergentes ont fini de mettre à mal le fragile équilibre du marché des céréales. Corrélation faite avec la situation de l’agriculture à « l’abandon coupable » dans les pays africains en question dont les populations sont frappées de plein fouet par la dépendance vis-à-vis des importations, c’est la quadrature du cercle. 
 
Quatre facteurs 
 
Le fait est donc là et alors que la hausse des prix ne concerne plus seulement l’énergie mais aussi les produits agricoles, la cadence de l’inflation est telle qu’ « on ne l’arrêtera plus », selon l’analyse qu’en fait l’hebdomadaire international qui évoque quatre forces en œuvre qui ne faibliront pas de sitôt. 
 
Il s’agit d’abord de la forte demande des pays émergents comme l’Inde, la Chine ou encore le Brésil dont l’appétit en matières premières est jugé « insatiable ». A cet appétit, il semble que l’offre ne pourra pas répondre du jour au lendemain et les perspectives à ce niveau sont peu souriantes voire exagérées. L’analyste de soutenir qu’il faut au moins 10 milliards de dollars et dix ans d’études, de négociations et de travaux pour exploiter un gisement de gaz, de cuivre ou du fer. Et pour développer les surfaces cultivées et améliorer la productivité agricole, il table sur pas moins d’une génération avant d’atteindre des augmentations significatives des volumes. 
 
Le quatrième facteur est relatif à l’effet dit « du second tour », expression technique usitée par les spécialistes de la macroéconomie et désignant les demandes d’augmentations de rémunérations que la hausse des prix suscite chez les différents acteurs et qui risque d’enclencher une nouvelle spirale inflationniste. 
 
Enfin et non des moindres, le facteur spéculatif dont les fonds de pension ou d’investissements disposent de dizaines de milliards de dollars et choisissent de les placer dans les secteurs où les chances d’augmentation des prix sont les plus grandes, se protégeant ainsi contre l’inflation qu’ils suscitent. 
 
Cette vision de l’analyste apparaît tout de même par trop pessimiste et étriquée car, quelque soit la cadence de l’inflation, il existe moult mécanismes pour ne pas dire de politiques, pour contenir les tensions inflationnistes. Non pas des mesures ponctuelles et « disparates », sans effet comme s’y emploient souvent nos gouvernants, mais, depuis la fin des années 1980, un consensus s’est progressivement mis en place en faveur du ciblage de l’inflation, afin de limiter la croissance alors excessive des prix. C’est une politique visant à maintenir l’inflation proche d’un objectif. 
 
A l’heure actuelle, un nombre croissants de pays ont choisi d’adopter une politique monétaire de ciblage de l’inflation : Nouvelle Zélande, Canada, Royaume-Uni, et plus récemment divers pays d’Amérique du Sud et de nombreux Pays d’Europe Centrale et Orientale. Cela existe bien sous nos cieux dans le cadre communautaire de l’Uemoa, par exemple où le seuil de 3% est fixé... mais très souvent franchi, dira-t-on. 
 
Seulement, dans la mesure où un engagement du gouvernement en ce sens n’est pas crédible (puisque non irréversible), il est nécessaire que la banque centrale soit indépendante pour contrer les anticipations inflationnistes. Par ailleurs, dans la mesure où les anticipations jouent un rôle fondamental dans la fixation des prix, il est important que la banque centrale soit crédible dans sa volonté de limiter l’inflation. Bien entendu, les causes de l’inflation ne se limitent pas au seul facteur monétaire et les origines sont diverses. Entre intermédiaires et autres spéculateurs, il va sans dire qu’on ne peut pas faire l’économie de mécanismes adéquats de contrôle des prix. 
Blé, riz, huile, lait, farine, savon, pain, essence… tout augmente. Ce n’est pas un scoop pour les sénégalais, loin s’en faut, mais le panorama que dresse l’hebdomadaire international Jeune Afrique, dans sa dernière livraison, sur la situation des prix des denrées de première nécessité dans d’autres pays en Afrique, rend mieux compte de la situation du marché mondial. 
 
+50% le litre d’huile au Burkina, +40% le kilog de riz en Côte d’ivoire, +46% les 50 kg de blé au Togo, +30% le pain de savon au Sénégal, +140% l’huile de palme au Cameroun et +35% le kg de farine au Congo… Si à Dakar on parle encore du panier de la ménagère, à Abidjan, il s’agit plutôt du « sachet de la ménagère ». Mais pour les plus démunis de la population, même situation qu’au Sénégal : la « mort subite » (un seul repas par jour ) serait devenue la norme. De part et d’autre, les gouvernements tentent de contenir l’envolée sur les étals, avec des fortunes diverses. L’hebdomadaire de rappeler la réaction du gouvernement sénégalais de suspension, en septembre dernier, de la taxe douanière de 10%. Réaction qui non seulement n’a pas suffi, mais a affecté les finances publiques. Même scénario au Mali où le gouvernement, rappelle-t-on, a débloqué, fin 2007, quelque 40 milliards de FCfa en guise de subvention pour juguler l’explosion des tarifs : « peine perdue ». Quant à la suppression de la TVA sur le riz, le sel, le poisson, etc… de septembre à décembre, au Cameroun, elle a montré ses limites, alors que, ici ou là, les commerçants ne semblent pas jouer le jeu. 
 
Toujours est-il que le dilemme est cornélien pour les gouvernements quand on sait, comme le rappelle l’hebdomadaire, qu’en moyenne sur le continent, les revenus douaniers représentent le quart des recettes publiques. Une manne dont les Etats ont du mal à se priver, à moins, suggère-t-on, de « fiscaliser l’économie », collecter l’impôt et lutter contre l’informel. Une volonté affichée par les autorités burkinabé et qui, selon Jeune Afrique, a mis « le feu aux poudres ». 
 
La situation apparaît ainsi plus alarmante qu’on pourrait le croire et la flambée des prix des hydrocarbures aidant, l’engouement pour les biocarburants, la sécheresse en Australie et les besoins alimentaires des nouvelles puissances émergentes ont fini de mettre à mal le fragile équilibre du marché des céréales. Corrélation faite avec la situation de l’agriculture à « l’abandon coupable » dans les pays africains en question dont les populations sont frappées de plein fouet par la dépendance vis-à-vis des importations, c’est la quadrature du cercle. 
 
Quatre facteurs 
 
Le fait est donc là et alors que la hausse des prix ne concerne plus seulement l’énergie mais aussi les produits agricoles, la cadence de l’inflation est telle qu’ « on ne l’arrêtera plus », selon l’analyse qu’en fait l’hebdomadaire international qui évoque quatre forces en œuvre qui ne faibliront pas de sitôt. 
 
Il s’agit d’abord de la forte demande des pays émergents comme l’Inde, la Chine ou encore le Brésil dont l’appétit en matières premières est jugé « insatiable ». A cet appétit, il semble que l’offre ne pourra pas répondre du jour au lendemain et les perspectives à ce niveau sont peu souriantes voire exagérées. L’analyste de soutenir qu’il faut au moins 10 milliards de dollars et dix ans d’études, de négociations et de travaux pour exploiter un gisement de gaz, de cuivre ou du fer. Et pour développer les surfaces cultivées et améliorer la productivité agricole, il table sur pas moins d’une génération avant d’atteindre des augmentations significatives des volumes. 
 
Le quatrième facteur est relatif à l’effet dit « du second tour », expression technique usitée par les spécialistes de la macroéconomie et désignant les demandes d’augmentations de rémunérations que la hausse des prix suscite chez les différents acteurs et qui risque d’enclencher une nouvelle spirale inflationniste. 
 
Enfin et non des moindres, le facteur spéculatif dont les fonds de pension ou d’investissements disposent de dizaines de milliards de dollars et choisissent de les placer dans les secteurs où les chances d’augmentation des prix sont les plus grandes, se protégeant ainsi contre l’inflation qu’ils suscitent. 
 
Cette vision de l’analyste apparaît tout de même par trop pessimiste et étriquée car, quelque soit la cadence de l’inflation, il existe moult mécanismes pour ne pas dire de politiques, pour contenir les tensions inflationnistes. Non pas des mesures ponctuelles et « disparates », sans effet comme s’y emploient souvent nos gouvernants, mais, depuis la fin des années 1980, un consensus s’est progressivement mis en place en faveur du ciblage de l’inflation, afin de limiter la croissance alors excessive des prix. C’est une politique visant à maintenir l’inflation proche d’un objectif. 
 
A l’heure actuelle, un nombre croissants de pays ont choisi d’adopter une politique monétaire de ciblage de l’inflation : Nouvelle Zélande, Canada, Royaume-Uni, et plus récemment divers pays d’Amérique du Sud et de nombreux Pays d’Europe Centrale et Orientale. Cela existe bien sous nos cieux dans le cadre communautaire de l’Uemoa, par exemple où le seuil de 3% est fixé... mais très souvent franchi, dira-t-on. 
 
Seulement, dans la mesure où un engagement du gouvernement en ce sens n’est pas crédible (puisque non irréversible), il est nécessaire que la banque centrale soit indépendante pour contrer les anticipations inflationnistes. Par ailleurs, dans la mesure où les anticipations jouent un rôle fondamental dans la fixation des prix, il est important que la banque centrale soit crédible dans sa volonté de limiter l’inflation. Bien entendu, les causes de l’inflation ne se limitent pas au seul facteur monétaire et les origines sont diverses. Entre intermédiaires et autres spéculateurs, il va sans dire qu’on ne peut pas faire l’économie de mécanismes adéquats de contrôle des prix. 
Blé, riz, huile, lait, farine, savon, pain, essence… tout augmente. Ce n’est pas un scoop pour les sénégalais, loin s’en faut, mais le panorama que dresse l’hebdomadaire international Jeune Afrique, dans sa dernière livraison, sur la situation des prix des denrées de première nécessité dans d’autres pays en Afrique, rend mieux compte de la situation du marché mondial. 
 
+50% le litre d’huile au Burkina, +40% le kilog de riz en Côte d’ivoire, +46% les 50 kg de blé au Togo, +30% le pain de savon au Sénégal, +140% l’huile de palme au Cameroun et +35% le kg de farine au Congo… Si à Dakar on parle encore du panier de la ménagère, à Abidjan, il s’agit plutôt du « sachet de la ménagère ». Mais pour les plus démunis de la population, même situation qu’au Sénégal : la « mort subite » (un seul repas par jour ) serait devenue la norme. De part et d’autre, les gouvernements tentent de contenir l’envolée sur les étals, avec des fortunes diverses. L’hebdomadaire de rappeler la réaction du gouvernement sénégalais de suspension, en septembre dernier, de la taxe douanière de 10%. Réaction qui non seulement n’a pas suffi, mais a affecté les finances publiques. Même scénario au Mali où le gouvernement, rappelle-t-on, a débloqué, fin 2007, quelque 40 milliards de FCfa en guise de subvention pour juguler l’explosion des tarifs : « peine perdue ». Quant à la suppression de la TVA sur le riz, le sel, le poisson, etc… de septembre à décembre, au Cameroun, elle a montré ses limites, alors que, ici ou là, les commerçants ne semblent pas jouer le jeu. 
 
Toujours est-il que le dilemme est cornélien pour les gouvernements quand on sait, comme le rappelle l’hebdomadaire, qu’en moyenne sur le continent, les revenus douaniers représentent le quart des recettes publiques. Une manne dont les Etats ont du mal à se priver, à moins, suggère-t-on, de « fiscaliser l’économie », collecter l’impôt et lutter contre l’informel. Une volonté affichée par les autorités burkinabé et qui, selon Jeune Afrique, a mis « le feu aux poudres ». 
 
La situation apparaît ainsi plus alarmante qu’on pourrait le croire et la flambée des prix des hydrocarbures aidant, l’engouement pour les biocarburants, la sécheresse en Australie et les besoins alimentaires des nouvelles puissances émergentes ont fini de mettre à mal le fragile équilibre du marché des céréales. Corrélation faite avec la situation de l’agriculture à « l’abandon coupable » dans les pays africains en question dont les populations sont frappées de plein fouet par la dépendance vis-à-vis des importations, c’est la quadrature du cercle. 
 
Quatre facteurs 
 
Le fait est donc là et alors que la hausse des prix ne concerne plus seulement l’énergie mais aussi les produits agricoles, la cadence de l’inflation est telle qu’ « on ne l’arrêtera plus », selon l’analyse qu’en fait l’hebdomadaire international qui évoque quatre forces en œuvre qui ne faibliront pas de sitôt. 
 
Il s’agit d’abord de la forte demande des pays émergents comme l’Inde, la Chine ou encore le Brésil dont l’appétit en matières premières est jugé « insatiable ». A cet appétit, il semble que l’offre ne pourra pas répondre du jour au lendemain et les perspectives à ce niveau sont peu souriantes voire exagérées. L’analyste de soutenir qu’il faut au moins 10 milliards de dollars et dix ans d’études, de négociations et de travaux pour exploiter un gisement de gaz, de cuivre ou du fer. Et pour développer les surfaces cultivées et améliorer la productivité agricole, il table sur pas moins d’une génération avant d’atteindre des augmentations significatives des volumes. 
 
Le quatrième facteur est relatif à l’effet dit « du second tour », expression technique usitée par les spécialistes de la macroéconomie et désignant les demandes d’augmentations de rémunérations que la hausse des prix suscite chez les différents acteurs et qui risque d’enclencher une nouvelle spirale inflationniste. 
 
Enfin et non des moindres, le facteur spéculatif dont les fonds de pension ou d’investissements disposent de dizaines de milliards de dollars et choisissent de les placer dans les secteurs où les chances d’augmentation des prix sont les plus grandes, se protégeant ainsi contre l’inflation qu’ils suscitent. 
 
Cette vision de l’analyste apparaît tout de même par trop pessimiste et étriquée car, quelque soit la cadence de l’inflation, il existe moult mécanismes pour ne pas dire de politiques, pour contenir les tensions inflationnistes. Non pas des mesures ponctuelles et « disparates », sans effet comme s’y emploient souvent nos gouvernants, mais, depuis la fin des années 1980, un consensus s’est progressivement mis en place en faveur du ciblage de l’inflation, afin de limiter la croissance alors excessive des prix. C’est une politique visant à maintenir l’inflation proche d’un objectif. 
 
A l’heure actuelle, un nombre croissants de pays ont choisi d’adopter une politique monétaire de ciblage de l’inflation : Nouvelle Zélande, Canada, Royaume-Uni, et plus récemment divers pays d’Amérique du Sud et de nombreux Pays d’Europe Centrale et Orientale. Cela existe bien sous nos cieux dans le cadre communautaire de l’Uemoa, par exemple où le seuil de 3% est fixé... mais très souvent franchi, dira-t-on. 
 
Seulement, dans la mesure où un engagement du gouvernement en ce sens n’est pas crédible (puisque non irréversible), il est nécessaire que la banque centrale soit indépendante pour contrer les anticipations inflationnistes. Par ailleurs, dans la mesure où les anticipations jouent un rôle fondamental dans la fixation des prix, il est important que la banque centrale soit crédible dans sa volonté de limiter l’inflation. Bien entendu, les causes de l’inflation ne se limitent pas au seul facteur monétaire et les origines sont diverses. Entre intermédiaires et autres spéculateurs, il va sans dire qu’on ne peut pas faire l’économie de mécanismes adéquats de contrôle des prix. 
Blé, riz, huile, lait, farine, savon, pain, essence… tout augmente. Ce n’est pas un scoop pour les sénégalais, loin s’en faut, mais le panorama que dresse l’hebdomadaire international Jeune Afrique, dans sa dernière livraison, sur la situation des prix des denrées de première nécessité dans d’autres pays en Afrique, rend mieux compte de la situation du marché mondial. 
 
+50% le litre d’huile au Burkina, +40% le kilog de riz en Côte d’ivoire, +46% les 50 kg de blé au Togo, +30% le pain de savon au Sénégal, +140% l’huile de palme au Cameroun et +35% le kg de farine au Congo… Si à Dakar on parle encore du panier de la ménagère, à Abidjan, il s’agit plutôt du « sachet de la ménagère ». Mais pour les plus démunis de la population, même situation qu’au Sénégal : la « mort subite » (un seul repas par jour ) serait devenue la norme. De part et d’autre, les gouvernements tentent de contenir l’envolée sur les étals, avec des fortunes diverses. L’hebdomadaire de rappeler la réaction du gouvernement sénégalais de suspension, en septembre dernier, de la taxe douanière de 10%. Réaction qui non seulement n’a pas suffi, mais a affecté les finances publiques. Même scénario au Mali où le gouvernement, rappelle-t-on, a débloqué, fin 2007, quelque 40 milliards de FCfa en guise de subvention pour juguler l’explosion des tarifs : « peine perdue ». Quant à la suppression de la TVA sur le riz, le sel, le poisson, etc… de septembre à décembre, au Cameroun, elle a montré ses limites, alors que, ici ou là, les commerçants ne semblent pas jouer le jeu. 
 
Toujours est-il que le dilemme est cornélien pour les gouvernements quand on sait, comme le rappelle l’hebdomadaire, qu’en moyenne sur le continent, les revenus douaniers représentent le quart des recettes publiques. Une manne dont les Etats ont du mal à se priver, à moins, suggère-t-on, de « fiscaliser l’économie », collecter l’impôt et lutter contre l’informel. Une volonté affichée par les autorités burkinabé et qui, selon Jeune Afrique, a mis « le feu aux poudres ». 
 
La situation apparaît ainsi plus alarmante qu’on pourrait le croire et la flambée des prix des hydrocarbures aidant, l’engouement pour les biocarburants, la sécheresse en Australie et les besoins alimentaires des nouvelles puissances émergentes ont fini de mettre à mal le fragile équilibre du marché des céréales. Corrélation faite avec la situation de l’agriculture à « l’abandon coupable » dans les pays africains en question dont les populations sont frappées de plein fouet par la dépendance vis-à-vis des importations, c’est la quadrature du cercle. 
 
Quatre facteurs 
 
Le fait est donc là et alors que la hausse des prix ne concerne plus seulement l’énergie mais aussi les produits agricoles, la cadence de l’inflation est telle qu’ « on ne l’arrêtera plus », selon l’analyse qu’en fait l’hebdomadaire international qui évoque quatre forces en œuvre qui ne faibliront pas de sitôt. 
 
Il s’agit d’abord de la forte demande des pays émergents comme l’Inde, la Chine ou encore le Brésil dont l’appétit en matières premières est jugé « insatiable ». A cet appétit, il semble que l’offre ne pourra pas répondre du jour au lendemain et les perspectives à ce niveau sont peu souriantes voire exagérées. L’analyste de soutenir qu’il faut au moins 10 milliards de dollars et dix ans d’études, de négociations et de travaux pour exploiter un gisement de gaz, de cuivre ou du fer. Et pour développer les surfaces cultivées et améliorer la productivité agricole, il table sur pas moins d’une génération avant d’atteindre des augmentations significatives des volumes. 
 
Le quatrième facteur est relatif à l’effet dit « du second tour », expression technique usitée par les spécialistes de la macroéconomie et désignant les demandes d’augmentations de rémunérations que la hausse des prix suscite chez les différents acteurs et qui risque d’enclencher une nouvelle spirale inflationniste. 
 
Enfin et non des moindres, le facteur spéculatif dont les fonds de pension ou d’investissements disposent de dizaines de milliards de dollars et choisissent de les placer dans les secteurs où les chances d’augmentation des prix sont les plus grandes, se protégeant ainsi contre l’inflation qu’ils suscitent. 
 
Cette vision de l’analyste apparaît tout de même par trop pessimiste et étriquée car, quelque soit la cadence de l’inflation, il existe moult mécanismes pour ne pas dire de politiques, pour contenir les tensions inflationnistes. Non pas des mesures ponctuelles et « disparates », sans effet comme s’y emploient souvent nos gouvernants, mais, depuis la fin des années 1980, un consensus s’est progressivement mis en place en faveur du ciblage de l’inflation, afin de limiter la croissance alors excessive des prix. C’est une politique visant à maintenir l’inflation proche d’un objectif. 
 
A l’heure actuelle, un nombre croissants de pays ont choisi d’adopter une politique monétaire de ciblage de l’inflation : Nouvelle Zélande, Canada, Royaume-Uni, et plus récemment divers pays d’Amérique du Sud et de nombreux Pays d’Europe Centrale et Orientale. Cela existe bien sous nos cieux dans le cadre communautaire de l’Uemoa, par exemple où le seuil de 3% est fixé... mais très souvent franchi, dira-t-on. 
 
Seulement, dans la mesure où un engagement du gouvernement en ce sens n’est pas crédible (puisque non irréversible), il est nécessaire que la banque centrale soit indépendante pour contrer les anticipations inflationnistes. Par ailleurs, dans la mesure où les anticipations jouent un rôle fondamental dans la fixation des prix, il est important que la banque centrale soit crédible dans sa volonté de limiter l’inflation. Bien entendu, les causes de l’inflation ne se limitent pas au seul facteur monétaire et les origines sont diverses. Entre intermédiaires et autres spéculateurs, il va sans dire qu’on ne peut pas faire l’économie de mécanismes adéquats de contrôle des prix. 
150 DOLLARS LE BARIL DE PETROLE 
Que fera le gouvernement sénégalais ?Par SOMBEL FAYE | SUD QUOTIDIEN | vendredi 14 mars 2008  
Dans un contexte de vérité des prix, quand le baril tousse, le Sénégal s’enrhume. Au rythme où le baril éternue (111 dollars ce jeudi 12 mars 2008), la machine sénégalaise risque tout bonnement de choper une grippe carabinée. Or, le gouvernement s’est déjà engagé à ne pas user d’ « antigrippine »… 
Le dollar est au plus bas et le baril atteint les sommets à 111 dollars, ce jeudi, à New York, après avoir pulvérisé depuis le début de la semaine dernière les cibles de 107, 108, 109 et 110 dollars. La faiblesse du dollar incite ainsi les investisseurs à acheter du pétrole pour se couvrir contre l’inflation et diversifier des portefeuilles plombés par la chute des marchés d’actions. L’or noir étant libellée en dollars, la chute du billet vert renforce, de facto, le pouvoir d’achat des investisseurs hors zone dollar. L’humeur haussière du marché pétrolier n’est bien entendu pas de nature à faire sourire les pays non producteurs comme le Sénégal qui, lorsque le baril tousse, s’enrhume automatiquement, vérité des prix oblige. Dans ce contexte, autant s’attendre à une hausse des prix à la pompe, dans le cadre de la prochaine structure des prix qui, rappelons-le, évolue toutes les quatre semaines selon l’évolution sur le marché mondial. 
 
Certes, la dernière structure des prix était caractérisée par une baisse généralisée des prix de tous les produits pétroliers. Mais et on le voit bien, les facteurs de tension qui influent sur le marché mondial du pétrole sont divers et complexes et le gouvernement sénégalais, à l’instar de beaucoup d’autres, n’en a aucune maîtrise. Ce qui ne le dédouane pas pour autant, pour trouver les moyens de contenir l’impact des tensions du baril sur les populations déjà éprouvées et sur l’économie du pays. 
 
Exercice plutôt difficile en l’absence de mécanismes comme les subventions dont le gouvernement s’est d’ailleurs engagé, sous la pression des bailleurs, à ne plus faire usage. Que faire, alors ? 
 
Il faut bien se poser la question et surtout vite trouver la réponse car, ce sera intenable mais on n’est pas loin d’un baril à 150 voire 160 dollars. Il y a peu, qui aurait parié sur un baril à 100 dollars ?... 
 
Le mécanisme des subventions n’étant, de toute façon pas pertinent, économiquement, la seule alternative à court et moyen terme semble résider dans la taxation même des produits pétroliers. Cela suppose que le gouvernement accepte de se vider un peu de son sang pour « sauver des vies ». Autrement dit, la question épineuse des recettes budgétaires devra forcément intégrer la donne de la réallocation des ressources dans une perspective de tensions inflationnistes. C’est tout l’art d’une gestion budgétaire harmonieuse, sans trop compter sur une « citoyenneté » des distributeurs car, le pétrole, c’est Dallas, un univers impitoyable. 
 
Pour l’heure, espérons que le gouvernement trouve une idée de « génie » pour limiter l’impact du baril à 111 dollars. 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 24.03.2008
- Déjà 5302 visites sur ce site!