ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Sènègal où va ta dèmocratie ?

Sènègal où va ta dèmocratie ? 
Manifestement, «le Sénégal constitue un véritable îlot exceptionnel de stabilité et de progrès qu’il faut préserver à tout prix pour rassurer les rares investisseurs qui manifestent encore quelques intérêts à l’Afrique de l’ouest et qui font que le pays est l’enfant gâté de l’aide extérieure». Cette déclaration de Madame Anne Miroux de la CNUCED est aujourd’hui sérieusement remise en cause. 
 
 
 
En effet, depuis le 23 juin, notre pays tangue dangereusement : les acteurs politiques fourbissent les armes pour un combat dont les termes guerriers doivent inquiéter plus d’un patriote soucieux de la préservation de la paix. A la une des journaux, les titres sont expressifs d’une guerre civile annoncée : œil pour œil, loi du talion, riposte physique, psychose de chaos, affrontement frontal, mobilisation de milices et de gardes de corps. Les appels à la violence se multiplient sous des formes diverses à peine voilées. Parallèlement, les achats d’armes légères, les agressions verbales et les outrances s’accroissent chaque jour. 
 
En pareil cas, ces éléments et bien d’autres constituent, bel et bien, les signes précurseurs d’un grave danger qui pointe à l'horizon politique. Il se profile une confrontation dont les auteurs ne semblent pas mesurer avec lucidité et responsabilité toutes les conséquences pour un pays dont le principal fonds de commerce est sa démocratie, sa stabilité, sa paix sociale, la qualité de ses ressources humaines et celle de ses valeurs socio-culturelles comme le dissoo (dialogue), le maslaha (consensus) et la paix (jaam). Or, ces facteurs sont sérieusement parasités. Jamais le pays n’a eu autant de frayeur particulièrement face à la soudaineté et à la sévérité des violentes émeutes de l’électricité du 27 juin qui ont introduit une nouvelle configuration des manifestations jadis bruyantes mais pacifiques. 
 
Les diverses mises en scène qui nous sont servies commencent à dépasser les bornes d’une simple théâtralité politique dans laquelle les acteurs jouent à se faire peur. Dans ce contexte, toutes les forces sociales au premier rang desquelles les intellectuels producteurs, régulateurs sociaux et défenseurs des idées comme moteur de l’activité humaine, doivent cesser de garder le silence, au risque de trahir leur mission fondamentale. Ce groupe social qui n’appartient ni à des systèmes clos, ni à des organisations partisanes, dans ces moments de crise et de désarroi, doivent s’investir pour jouer sa partition dans la recherche de la paix sociale.  
 
Quelles sont les vraies questions qui agitent la société politique sénégalaise ? Existe-t-il des solutions pour un retour de la stabilité afin que le pays puisse aller vers des élections libres, transparentes et apaisées en 2012 ? 
I/ Aux sources de la crispation : des questions essentielles non débattues ni par les élites, ni par les politiques. 
 
 
Faut-il le rappeler, dans une démocratie, le débat est à la fois utile et crédibilisant surtout quand il se déroule sans aucune entrave entre des acteurs soucieux de révéler la vérité et de faire partager leurs expériences aux citoyens dans le respect scrupuleux des lois et règlement de la République. Il peut éclairer sur la situation réelle du pays et la manière dont il est géré ainsi que les performances et contreperformances des politiques appliquées. Il est un bon indicateur d’appréciation de la qualité des acteurs du jeu démocratique qui est en fait un jeu transactionnel régi par les règles d’une compétition bornée par les lois et règlements. 
 
L’absence de débats, de confrontation des idées, de concertation et de recherche de dialogue a totalement cristallisé beaucoup de frustrations qui n’attendaient que la moindre étincelle pour exploser. La 17ème révision constitutionnelle autour du ticket présidentiel, le 23 juin, a introduit, justement cette rupture totale de charge au niveau du jeu politique. Elle a été le déclic d’une mobilisation contestataire qui a surpris par son ampleur, sa profondeur et sa diversité. Sur plusieurs points ce mouvement rappelle celui de mai 68. Pourtant, le 19 mars a été un signe annonciateur qui n’a pas été sérieusement décrypté. On peut dire avec certitude que le séisme du 23 juin est la conséquence d’une trop longue absence de débat large, d’un manque de concertation et des fautes lourdes de communication sur le projet de ticket présidentiel. Tous ces éléments ont structuré avec une rapidité déconcertante une nouvelle conscience citoyenne. La boîte de pandore étant ouverte, le débat sur la candidature du Président Abdoulaye Wade s’est invité au point de créer un effet de fixation qui va obstruer beaucoup de problèmes et lancer la dynamique de la campagne présidentielle. Il me semble que jusqu’aujourd’hui, il manque encore une lecture lucide des événements des 23 et 27 juin (émeutes de l’électricité). 
 
Dans un article que j’avais publié, dans la période préélectorale de 2007, dans le Quotidien Walfadjri, il m’était apparu que « plusieurs raisons de taille militent massivement en faveur de la constitution d’un vaste consensus politique autour des idées Maître Wade». Parmi celles-ci, j’en avais souligné et analysé au moins trois: d’abord la dimension de l’homme politique, ensuite ses ambitions affichées pour un Sénégal nouveau dans une Afrique promise à « un grand destin » et enfin les incertitudes qui calfeutrent et obstruent la lisibilité de l’après Wade». J’avais axé mon argumentaire autour de trois idées clefs : La première raison concerne son âge avancé que l’Opposition caricature comme un handicap. Pour ma part, je pensais alors que cet âge avancé est une grande chance si la classe politique sait en faire un bon usage. Comme étant l’une des dernières grandes figures historiques de l’Afrique de l’Ouest francophone, son ambition ne serait certainement pas de s’incruster au pouvoir. La seconde raison est relative aux ambitions et succès économiques et sociaux remportés par l’alternance. Les travaux herculéens d’envergure attestent une claire volonté de marquer son passage en laissant à la postérité une œuvre indélébile». La troisième raison est que « le Président peut être l’arbitre et le régulateur de la vie politique d’autant plus qu’il a clairement déclaré qu’il ne briguera pas un troisième mandat. Cette déclaration lui confère de facto une excellente posture d’un arbitre au dessus de tout soupçon et capable da faire réaliser au pays une seconde transition démocratique calme et apaisée qui conjure d’avec les éventuels soubresauts de la recomposition de l’espace politique». 
 
Les arguments développés pour la validité de sa candidature, et notamment le troisième, me semblent, aujourd’hui, revenus en surface pour soulever des débats passionnés au double plan juridique et politique. Après les différentes péripéties, le débat ne se déroule pas encore avec toute la sérénité requise ; bien au contraire, il prend même des relents de guerre civile verbale avec un affermissement des positions. Il faut alors le ramener d’abord au niveau des scientifiques du droit, donc entre constitutionnalistes et cela en dehors des dérapages et des outrances qui sont les fosses dans lesquelles il faut éviter de tomber car cela risque d’ébranler sérieusement les fondements de notre démocratie en tout point exemplaire. Si les divergences persistent, alors Il existe bel et bien en République le pouvoir d’arbitrage des juges qui est, dans le cas d’espèce, le Conseil Constitutionnel dont l’attribution majeure est de lire le droit sur la question. Il doit en être ainsi pour ceux qui acceptent de vivre en République sur le sacro saint principe de la séparation des pouvoirs. Il est évident qu’en parlant de l’institution Conseil Constitutionnel, des précédents dramatiques et de triste mémoire apparaissent : la démission historique non encore élucidée du Juge sénégalais Kéba Mbaye et le syndrome de la proclamation des résultats électoraux par mon ami le Doyen Yao Ndré qui a brûlé la Côte d’Ivoire. Bien entendu, ces deux exemples ont introduit suspicion et scepticisme. Dès lors, que faire pour dissiper ces ruptures de confiance ? Dans pareille contexture, quel que soit le verdict des juges, les risques de troubles graves demeurent énormes. Cette impasse ne peut se résoudre que par le dialogue préalable entre les protagonistes significatifs, sérieux et sincères. 
II/ L’impérative nécessité de retisser la confiance et de bâtir des ponts entre tous les acteurs politiques et la société civile pour sortir de l’impasse. 
 
 
Dans un ouvrage célèbre Kenneth Arrow définissait la confiance comme une «institution invisible au même titre que les règles de droit ou les principes éthiques». En effet, si chacun voit midi à sa porte, peu de progrès pourront être réalisés dans la gestion d’un bien collectif comme l’élection présidentielle. En bâtissant des ponts entre les acteurs, en retissant les liens de confiance, il est possible de promouvoir des comportements responsables et de conforter un consensus bâti sur l'écoute, l'éthique de responsabilité et le patriotisme. 
 
Le dialogue et la concertation dans des instances appropriées et restreintes et en dehors de toute médiatisation tonitruante peuvent rétablir la confiance en vue de trouver une solution de paix et éviter les confrontations. Puissent nos dirigeants comprendre le message et proposer non la division mais le regroupement de nos forces dans l’intérêt de tous et surtout des plus faibles d’entre nous. 
 
Au sortir des années 60, dans une période de crispation extrême de la vie politique, nous avions imposé un débat sur le « consensus national » et non le «compromis historique». Egalement, quand le paysage politique s’était sérieusement embrassé, en 1983, j’avais proposé au Président Diouf une note sur l’impérative nécessité de la mise en œuvre d’une Majorité Présidentielle : l’idée était trop neuve pour ne pas susciter des attaques spécieuses dans ma formation politique. En effet, Il fallait oser entreprendre le passage d’une démocratie centralisatrice et exclusiviste vers une démocratie participative qui intègre diversités et minorités. Cette proposition devait offrir des garanties pour une cohabitation pacifique entre les partis politiques les plus significatifs. 
 
Malgré l’âpreté des confrontations intellectuelles, ces idées avaient permis d’apaiser le climat politique et de résoudre quelques équations politiques brûlantes. Nous avion pris de très lourdes tuiles et traité comme un agent d’une prétendue cinquième colonne : qu’importe c’était la contrepartie de notre mission car comme disait un poète grec : «si je ne brûle pas, si tu ne brûles pas, si nous ne brûlons pas, alors d’où viendra la lumière». 
 
En conclusion 
 
Pour une démocratie adulte, l'élection présidentielle est un temps fort qui structure la vie politique pour le quinquennat à venir. Il est tout à fait convenant, voire impératif que tous les citoyens libres qui se sentent la vocation se lancent dans la course sans contrainte majeure, surtout financière. J’ai ma vie durant lutté contre toutes les discriminations par l’argent. Je demeure convaincu que sans les internats de l’époque et la Cité Universitaire confortable des années 60 (que certains dirigeants de l’Union Générale des Etudiants d’Afrique Occidentale (UGEAO) présentaient comme de la corruption), nos pays n’auraient certainement pas capitalisé cette brillante élite qui a bénéficié de ces structures. Toutefois, les acteurs politiques doivent, pour être crédibles, dédramatiser l'élection présidentielle et œuvrer pour qu’elle puisse se dérouler de manière libre, transparente et accessible en respectant scrupuleusement les lois et règlements de la République. 
 
Rien, absolument rien ne peut excuser le manquement de toutes les forces sociales à l’appel au dialogue pour trouver une solution au blocage actuel: leur démission ou leur pessimisme serait en porte à faux avec la nature profonde de la société sénégalaise dont toutes les composantes manifestent à toutes les occasions leur vouloir vivre ensemble et en paix. 
 
Après le relatif échec du fameux M6, composé de six éminentes personnalités indépendantes auto mobilisées, pour promouvoir le dialogue entre pouvoir et opposition, il existe encore des pistes plausibles qui peuvent être exploitées à condition de mettre préalablement hors jeu les thuriféraires et les faucons des deux bords. 
 
La sortie du Ramadan est un moment propice. Du reste, cette opportunité avait été saisie en 2007, par la RADDHO, pour lancer son appel solennel au Président de la République afin qu’il examine avec lucidité la nécessité d’instaurer un Pacte républicain qui contribuerait à la décrispation politique pour aborder dans la paix, la sérénité et la stabilité les redoutables enjeux électoraux. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation de gravité et d’urgence, car coincés par des échéances imminentes. Ce même appel, doit être réitéré en direction de l’ensemble de la classe politique sénégalaise afin qu’elle puisse trouver une éthique de responsabilité en vue de préserver le pays de soubresauts qui risquent d’assombrir l’avenir. Le consensus politique national devient un impératif, un passage quasi obligé. Des personnes crédibles, les autorités religieuses, morales, intellectuelles, dont regorge le pays, doivent se pencher sur la situation et entreprendre des initiatives hardies dans la recherche d’un compromis salvateur d’apaisement et de paix. Le vrai danger serait de ne rien essayer. L'avenir de la démocratie est à ce prix ! C’est devenu une obligation car comme disait Martin Luther King, il «Vient un temps où le silence est une trahison». Alors nous seront tous coupables. 
Par Professeur Moustapha Kassé 
Doyen Honoraire. 
 
Sénégal : Echecs et Perspectives 
La désillusion des Sénégalais est bien grande. Ils s’étaient rendus en masse aux urnes en 2000 pour élire comme président Abdoulaye Wade qui symbolisait l’homme du changement après quarante ans d’un règne socialiste calamiteux. Mais de changement il n’y en a pas eu durant la décennie que Wade vient de passer à la tête de l’Etat. Il s’est révélé être jusqu’à la caricature le prototype du potentat africain pour qui pouvoir est synonyme de népotisme et d’accaparement des deniers et des biens publics. Maintenant, à la fin de son second mandat, Wade s’est mis en tête d’en briguer un troisième en dépit des dispositions contraires de la constitution qui limitent à deux les mandats présidentiels. Il s’échine également à baliser la voie pour son fils, Karim Wade, le Mēga ministre aux cinq portefeuilles, pour en faire son successeur.  
 
 
 
Pour ce faire, le vieux président de 86 ans n’a pas lésiné sur les moyens : mise en scène d’une séance de photo opportunité de son héritier désigné avec Barack Obama lors de la réunion du G8 cette année à Deauville, suivi d’un voyage à Benghazi – le déplacement s’est fait sous l’escorte des Mirages français – afin de houspiller le Colonel Mouammar Kadhafi et de le sommer de se démettre. Ce faisant, Wade s’est désolidarisé du reste de l’Union Africaine, avec l’espoir naïf que Français et Occidentaux soutiendraient ses desseins. Il a ensuite déclenché dans la même foulée un projet de réforme constitutionnelle instaurant le ticket présidentiel et le quart bloquant. Des milliers de manifestants se sont alors massés en signe de protestation devant l’Assemblée Nationale le 23 juin 2011 et l’amendement a été retiré. 
 
Et qu’a-t-il fait pendant ses dix années au pouvoir ? La mauvaise gestion de l’administration de Wade a gravement porté atteinte à l’essor économique du pays et contribué à la dégradation des institutions, des mœurs et des mentalités. 
 
Le secteur agricole qui emploie 77.5% de la population a vu ses rendements baisser. Sa croissance annuelle de 1,2% ne suffit pas à pourvoir à une population qui se développe à plus de deux fois ce rythme. En dépit d’une maîtrise des eaux obtenue grâce aux deux barrages de Diama et Manantali sur le fleuve Sénégal, le gouvernement n’est parvenu qu’à irriguer 15% des 250 000 hectares prévus initialement. Le Sénégal importe les quatre cinquièmes du riz consommé dans le pays à une époque où l’explosion des prix des produits alimentaires dans le monde a incité bon nombre de pays africains à accroitre leurs productions vivrières pour s’en prémunir. Par exemple, le Mali qui a produit, en 2009, 1,7 million de tonnes de paddy (soit 1,2 million de tonnes de riz blanc) grâce aux crues du fleuve Niger, est en voie de devenir un pays exportateur. 
 
Les infrastructures constituent pour les Etats en développement le préalable à tout investissement destiné à accroitre leurs capacités de production. Pour jouer ce rôle, elles doivent être étroitement liées à la production et aux échanges. C’est ainsi qu’au Sénégal, l’aménagement des terres de la vallée du fleuve Sénégal qui est la condition sine qua non de l’extension de la production rizicole, doit être étroitement liée à la reconstruction de la route des Niayes en état de délabrement total. Un tel projet doit revêtir une priorité absolue. Il n’en a rien été. Deux administrations successives ont préféré donner la préférence d’abord à la construction de la voie de dégagement nord (VDN), puis à celle de la Corniche ouest de Dakar et enfin à celle d’une portion d’autoroute payante pour laquelle il semble exister des solutions alternatives bien moins couteuses de décongestionnement de la circulation à l’entrée de la capitale. 
 
Wade n’a pas tenu son engagement à mettre fin à la rébellion en Casamance. Si la paix s’y établissait, les terres grasses casamançaises seraient propices à des cultures industrielles et vivrières hautement lucratives. La mise en place d’un réseau suffisamment dense d’infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et d’aéroports contribuerait à désenclaver la région et à en faire un pôle de développement actif. Ces investissements favoriseraient une recrudescence des échanges entre le Sénégal, la Gambie et la Guinée Bissau et susciteraient une dynamique de création d’un espace économique commun entre ces trois pays.  
 
Durant les bonnes saisons de pluviométrie la récolte annuelle de l’arachide, la culture de rente, peut dépasser 750 000 tonnes. Une récolte de 800 000 tonnes/ coques équivalente à environ 280 000 tonnes d’huile permettrait au Sénégal de couvrir ses besoins et de contrôler le marché mondial de l’huile d’arachide si le pays s’était doté d’une industrie ayant la capacité de transformer la totalité de sa production. Mais les élites trouvent plus lucratives les sources d’enrichissement que leur procurent les importations d’huile végétale. 
 
Les ressources halieutiques du pays sont surexploitées, particulièrement par les pays de l’Union Européenne. Leurs pratiques prédatrices en matière de technique de pêche appauvrissent le stock de poissons. Aucune politique n’a été mise en œuvre ni pour renégocier les contrats léonins que le Sénégal a signés avec eux, ni pour renouveler les stocks grâce à l’application d’un programme approprié de reconstitution. 
 
L’élevage souffre des mêmes carences de gestion rigoureuse. Le cheptel présenterait un immense potentiel si un plan directeur ambitieux et précis était mis en œuvre en vue de l’amélioration des races et de l’augmentation de la productivité du secteur. A titre d’exemple, un bon programme d’insémination, de fourniture d’aliments appropriés et de suivi vétérinaire contribuerait à une augmentation marquée de la production de viande et de lait qui ouvrirait la voie à la couverture des déficits qui contraignent actuellement le pays à importer ces produits à des prix exorbitants. 
 
Les déficiences qui affectent la production et la distribution d’électricité au Sénégal sont telles que les populations se sont mobilisées sur toute l’étendue du territoire le 27 juin 2011 pour exprimer leur mécontentement. En 2013, le déficit de production atteindra 256 mégawatts, la moitié de la demande d’énergie. La situation financière de la Société nationale d’électricité (Sénélec) est désastreuse : 55 milliards de francs CFA de déficit en 2010 et 160 milliards de dettes. Elle accuse des arriérés de paiement et se trouvent dans l’impossibilité de payer son combustible et d’entretenir ses centrales. Les palliatifs d’urgence mis en place pour parer au plus pressé (location de groupes électrogènes et recours à plus d’endettement pour l’achat de combustible) ajoutent au surendettement du secteur. La part belle faite par le plan Takkal aux centrales au charbon pour produire plus de la moitié de l’électricité du Sénégal qui est dépourvu de réserves de charbon accroitra la dépendance du pays aux importations de houille en plus de celles du pétrole. 
 
Les énergies renouvelables, hydrauliques et solaires, seraient une meilleure stratégie pour le long terme. Les avancées technologiques en matière de production, de stockage et de distribution d’énergie solaire ont donné naissance, sur l’initiative des allemands, au projet éco énergétique Desertec, d’un coût estimé de 400 milliards de dollars. Il a pour but l’implantation, par un consortium européen, de fermes solaires dans le désert du Sahara en vue de l’approvisionnement en électricité des pays d’Europe, du Moyen Orient et d’Afrique du nord. Pays sahélien, le Sénégal pourrait également, grâce à l’énergie solaire, couvrir la quasi-totalité de ses besoins en électricité. Ce serait un choix judicieux qui s’accompagnerait d’un volet de transfert de technologie et de formation. Logique qui se heurte toutefois à l’obstacle que constituent les importations de pétrole qui sont des sources de rente pour certains membres de l’élite et de profits exorbitants pour les banques commerciales qui financent ces importations avec des crédits à court terme à des taux d’intérêt prohibitifs. 
 
Ce ne sont là que quelques exemples de l’ampleur du mauvais usage des ressources du pays résultant du penchant marqué des élites sénégalaises à préférer s’accorder des licences d’importation dans le seul but de bâtir leurs fortunes personnelles plutôt que de développer des industries de substitution à l’importation. En conséquence, le Sénégal, un pays cosmopolite, passe à côté de la meilleure opportunité de croissance que l’Afrique ait connue depuis la décolonisation. 
 
L’Afrique est effectivement à un tournant de son histoire. Depuis 2000, les pays sub-sahariens sont parvenus à une croissance économique moyenne de 5 à 7%. En 2008, la production globale africaine a atteint 1,6 mille milliards de dollars et la dépense privée s’est élevée à 860 milliards de dollars. Durant la récession globale de 2009, l’Afrique et l’Asie étaient les deux seules régions dont le PIB a augmenté. Selon les prévisions du Fond Monétaire International, le PIB de l’Afrique sub-saharienne devrait être de 5,5% en 2011 et de 6% en 2012. 
 
Les investissements directs étrangers y sont en forte hausse. Ils sont passés de 9 milliards de dollars en 2000, à 62 milliards en 2008. En outre, l’Afrique affiche désormais plus d’une centaine de sociétés propres dont les revenus annuels dépassent un milliard de dollars. Le secteur bancaire est en pleine évolution grâce aux percées des banques nigérianes, nord africaines et sud-africaines. Les transactions commerciales sont florissantes. Le secteur de la construction est en plein essor. Les sociétés de télécommunications ont enregistrés 316 millions de nouveaux abonnés depuis 2000, plus que la population totale des Etats-Unis. 
 
L’ineptie de Wade est particulièrement dommageable car l’instabilité qui règne en Afrique de l’ouest – guerres civiles et étrangères, coups d’état, corruption prédatrice et trafics en tous genres – offre une chance au Sénégal de se positionner en tant que puissance régionale. 
 
Des fonds asiatiques se disent prêts à se substituer à Arcelor Mittal pour la reprise du projet d’exploitation du minerai de fer du Faleme ainsi que de la construction d’un port à Bargny et d’une voie de chemin de fer de 311 km reliant la mine au port. Compte tenu de la position stratégique du Sénégal par rapport à la Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger, à la Guinée, à la Guinée- Bissau et à la Gambie à l’extrême ouest du continent, le port serait bien positionné pour servir de base d’exportation et d’espace de développement des ressources naturelles pour ces pays. Le potentiel des bénéfices économiques d’un tel investissement serait considérable pour le Sénégal : nouvelles industries de transformation minière et de transport générant des emplois à valeur ajoutée supérieure, revenus budgétaires provenant des taxes de transit sur les exportations de minerais, et meilleures infrastructures permettant de relier le cœur rural du pays à Dakar et à la côte. 
 
Le Ghana, une démocratie plus récente que le Sénégal, est un exemple éclairant. A son indépendance, les ressources humaines et les infrastructures du Sénégal étaient les meilleures de l’Afrique de l’ouest. Mais cinq décennies de mauvaise gestion (d'abord par le Parti socialiste durant 40 ans, puis par les libéraux de Wade pour la dernière décennie) ont érodé ce patrimoine. Du fait d’infrastructures supérieures à celle du Sénégal, le Ghana a attiré des milliards de dollars en investissements étrangers, et le montant de ses échanges commerciaux est largement supérieur à celui du Sénégal. 
 
Aux errances de gestion politique, économique et administrative s’ajoutent celles des esprits marqués par les dérives de l’alliance entre les élites occidentalisées qui sont à la tête du pays et les « marabouts », chefs religieux qui se distinguent davantage par leur affairisme, leur esprit du lucre, leur insatiable propension à consommer et leur capacité à vivre sur le dos de l’Etat et des contribuables, que par leur contribution à l’éducation religieuse et à l’éveil des esprits et des consciences. 
 
Le Sénégal est donc confronté à des défis énormes pour reconstituer ses valeurs dilapidées, moderniser ses institutions et son appareil productif et réaliser son potentiel de centre économique de l’Afrique de l’ouest. Ce sont des esprits modernes, libérés des ténèbres de l’ignorance et guéris des stigmates de l’idolâtrie qui pourront s’attaquer aux taches gigantesques en attente, et non des forces obscures politico-religieuses dont l’engouement pour les richesses du monde n’a d’égal que l’inaptitude politique et religieuse dont elles font montre. 
 
Espérons que les manifestations populaires du mois de juin sont les prémices d’une restauration d’un état de droit, de la satisfaction de la demande sociale et d’un changement radical des mentalités sans lesquels l’ambition légitime de faire du Sénégal une puissance régionale serait vouée à l’échec.  
 
Sanou Mbaye, un banquier sénégalais basé à Londres est l’auteur « L’Afrique au secours de l’Afrique », Edition de l’Atelier. 
Par Sanou Mbaye* 
 
 
L’actualité politique sénégalaise : Entre naufrage et bouée de sauvetage 
 
L’année 2011 constitue sans aucun doute celle de l’accélération inattendue de l’histoire. Conscience collective et éveil des peuples ont marqué cette décennie et sonné le glas de la remise en cause des « monarchies voilées ». Comme une tâche d’huile ruisselante, ce mouvement de revendication à caractère révolutionnaire est entrain de se propager partout où le citoyen a atteint le summum de l’acceptable. Bien entendu, les discours et les analyses doivent être nuancés car il est important à chaque fois que de tels phénomènes se présentent, de bien faire la part des choses entre influences extérieures, courses aux intérêts et facteurs endogènes. Toutefois, les causes d’une telle vague d’effervescence trouvent simplement leurs origines dans l’absence de crédibilité et d’authenticité de l’homme politique. L’éthique et la déontologie qui faisaient partie des vertus fondamentales de son champ d’investigation, ont subi le grignotage des tripatouillages, des dérives autoritaires et des feuilletons de toute nature.  
 
L’homme politique n’est plus ! Il est mort. Mais, même meurtri profondément dans son âme, il se bat pour exister. Cette existence, il la doit à la démagogie, au verbiage, au népotisme, au hameçonnage, au vol ou à l’usage de la force. Malheureusement, le Sénégal n’échappe pas à cette triste réalité. Le pays de la téranga est devenu le théâtre d’obsession au pouvoir et à l’avoir. Le culte de la déconsidération à l’endroit du peuple est hissé à son paroxysme. On assiste à la résurrection du rapport de domination, mettant au péril la raison et la sagesse. L’Etat est redevenu « l’autel de la religion », véritable sanctuaire de clowns, des coalitions et des cohésions clientélistes. Il est le principal responsable des misères et du supplice de la servitude déguisée. Dans ce contexte, le pays n’est pas loin du naufrage et seule une véritable bouée de sauvetage pourra éviter un éventuel ménage dévastateur. Il est vrai que le peuple a un véritable dégoût envers les hommes politiques. Mais une alternative sure est bien possible : celle de la politique saine. Pour cela, les sénégalais peuvent hurler leur rage avant de sanctionner citoyennement au soir du 26 février 2012, ceux qui ont été à l’origine de leur désespoir et de leur souffrance. Mais il est important aussi d’éviter toute situation pétillante ou explosive. Le Sénégal a besoin d’hommes nouveaux, agiles et habiles qui n’auront pour seule ambition que de toujours chercher à mettre leurs actions en accord avec leurs principes. A l’horizon se dessine un espoir de renouveau, manifestation d’une jeunesse qui s’est abreuvée des vertus d’hier et d’aujourd’hui, d’un engagement sans relâche pour ne pas rater le rendez-vous de l'émergence : Cheikh Bamba Dièye. Mais cela ne veut pas dire qu’il est eau, clair, limpide et épargné de critiques. Sa force résidera dans le respect de la droiture qu’il incarne et dans l’assurance de la symbiose des hommes de foi qui l’entourent, prêts pour un objectif commun : servir le peuple.  
 
Dr Daouda DIOP, historien-économiste  
Strasbourg/France 
AL WILLI!!! - Tank Taxaw, Weddi, Wekki, Wadale Wade 
1- Le monde change de base, l’Afrique dedans, le Sénégal avec 
 
Au moment où l’élite sénégalaise se fait une fixation sur les élections présidentielles de février 2012 avec un défilé de candidatures, nous autres, les partisans de l’Ethique et du progrès partagé avons décidé de créer P.I.E.D.S ; les Partisans de l’Intégration de l’Ethique ou de l’équité au choix des militants) et du Développement du Sénégal. 
 
- Pieds : une Vision, une Ambition, un Programme, une Equipe pour un pays à doter d’institutions républicaines autonomes ; d’un puissant instrument de transformation sociale radicale et de progrès partagés. 
 
- Cependant, dans cette Foire d’empoignes pré électorales, le nouveau rendez vous du Sénégal avec l’histoire risque encore une fois de foirer au soir de février, parce qu’une bonne partie de l’élite, avec derrière, une foule de sympathisants abusés considère toujours que le problème du Sénégal et de l’Afrique n’est qu’une affaire de Messies ou d’experts. Le Sénégal ne s’arrêtera pas en février 2012 et l’histoire ne doit ni bégayer, ni se répéter. Il faut un changement profond et désormais sécurisé. Finies les pratiques de Partis Etat, de Partis Uniques et qui se muent in fine, en Parti de Personne Unique puis en Parti Dynastique. 
 
 
- En effet, nos dirigeants nous ont donné la preuve qu’ils sont pour la plus part devenus fous comme si le pouvoir est une drogue dure qui les pousse au culte de la personnalité, de l’inamovibilité. L’histoire convoque désormais l’Ethique, l’EQUITE, l’HUMILITE dans le choix et le comportement des leaders et la mise en place d’institutions fortes et indépendantes. Mais Doff dou jommi,dou rous (le fou n’éprouve pas la honte)  
-  
Ils n’ont pas compris en Occident, en Afrique, au Sénégal que le monde est entrain de changer de base (cf site : de piedsenegal.org ;en attendant le facebook pour d/battre). 
 
Les Révolutions scientifiques techniques et technologiques, créent des raccourcis qui accélèrent l’émancipation et invitent à des types de rapports sociaux, de production et de partage qui s’accommodent mal avec le statut quo. C’est le paradoxe de notre monde d’aujourd’hui qui, plus que par le passé a d’une part approfondi le fossé entre riches et pauvres à l’échelle individuelle comme à celle des nations et d’autre part a crée les conditions d’une quasi insurrection mondiale contre toute forme d’opacités, avec des exigences d’équité dans la création et le partage des richesses ; de démocratie ; de libertés ;de transparence et d’humilité. Les jeunes surtout veulent un monde lisible, visible et juste à leurs yeux. A défaut ils se révoltent, leur poitrine nue contre les canons des meurtriers au pouvoir ; contre toutes les formes de terrorisme, de dictature confessionnelle ou idéologique de droite comme de gauche, qui n’ont plus d’avenir..C’est un acte de refondation quasi universelle mais au demeurant réversible que PIEDS approuve et voudrait accompagner et systématiser. 
 
- Tout cela prouve que le monde n’est pas un « jeu de laboratoire ou de paramétrage de modélisation universelle quelle que soit la puissance des logiciels utilisés. C’est la marche irréversible de l’histoire. 
 
II .L ‘AFRIQUE,DANS LA MARCHE DU MONDE 
 
.L’Afrique n’arrive pas à rattraper son retard malgré entre autres son quasi milliard d’habitants, ses immenses richesses, au demeurant non inépuisables, mais exploitées de façon forcenée depuis des siècles par les puissances occidentales. Celles ci agissent pour le confort de leurs populations devenues« narco dépendantes » d’un mode de vie centré dans cet asservissement de plusieurs continents, sous le drapeau de la DOXA LIBERALE. Elles ont crée un système avec la main dite régulatrice et invisible d’Adam Smith mais qui est devenue si visible, voire luminescente que : 20% seulement de l’humanité contrôle 80% de richesses produites au monde : plus de 2 milliards d’individus n’ont pas plus de 2$ par jour (1000fr). L’Afrique ne compte pas plus de 10% du commerce mondial dit globalisé. Malgré les sempiternelles promesses de réformes, les crises se multiplient en Asie, aux USA, en Europe (Irlande, Espagne, Portugal, Grèce) 
 
 
II-LE SENEGAL AUSSI CHANGE DE BASE : 
 
 
En effet, l’histoire du Sénégal des temps modernes est une malheureuse succession de RENDEZ-VOUS économiques et politiques MANQUES. Or, les occasions ne se répètent pas à l’infini et les ressources ne sont pas inépuisables. Cinquante ans d’indépendance pompeusement fêtés sans vergogne pour célébrer notre statut de membre du club des PMA (pays les moins avancés du monde) 
 
Parti des Indépendances avec de réels avantages sur l’ensemble des pays de L’AOF (port, aéroport, chemins de fer, palais présidentiel et gouvernemental, banques etc.…) le Sénégal a été rattrapé et dépassé par plusieurs de ces pays. Avec le même niveau de PNB (produit national brut) que la COREE du SUD en 1960,,devenue de nos jours une puissance ,notre pays s’est plombé dans la stagnation et figure parmi les plus corrompus, les plus endettés malgré l’annulation de milliards de frs de dettes internationales et le bénéfice de plusieurs financements de toutes sortes(cf. rapports d’organismes comme Transparency). Avec un territoire parmi les plus arrosés par plusieurs cours d’eau et une pluviométrie abondante à cette époque,2000kms de cote maritime , le Sénégal a raté le rendez vous de l’autosuffisance alimentaire, de la pêche et ses dérivés ,du tourisme de l’élevage(Doli) etc.…Le comble du malheur vient des bucherons de l’alternoce qui plutôt que de sauver les quelques acquis laissés par le PS, ont renforcé la désertification économique en ayant mis à genoux des secteurs centraux(Sénélec, Ics, etc… ;en s’attaquant aux troncs de l’économie(secteurs des télécoms(Sonatel, Tigo),le BTP,(Ets Jean lefevbre de Bara Tall),la Lonase ,la Poste. Les alternoceurs ont exacerbé la régression par une politique de pénurie et de gabegies inédites (manque d’eau d’électricité, d’emplois des jeunes, hausse constante des prix, train de vie dispendieux de l’Etat. Ils ont culminé avec le massacre de l’éthique dans les actes de gouvernances d’Etat et d’Hommes d’Etat ; le recul de la démocratie et le bâillonnement des libertés, des institutions républicaines telles qu’ entre autres l’ARMP, l’ARTP, l’Assemblée Nationale ;les agressions contre les organisations de travailleurs, d’employeurs, de paysans, de l’informel etc. …La liste est longue comme un échec et le cercle vicieux qu’ils ont choisi, crée par leurs actes quotidiens, les conditions fatales de leur perte . Malgré un terrorisme d’Etat insidieux, le pays résiste avec ses résistants… 
 
Du reste, le Sénégal pourrait se particulariser comme étant dépositaire d’un legs ancestral en termes de tradition démocratique pluraliste. 
 
Il a connu dans ce balancier universel de Geôliers et de Résistants, ses héros au plan guerrier et citoyens ; au plan religieux : au plan intellectuel et même sportif. Tous ont excellé dans leur domaine en enrichissant le message universel du pays avec une touche africaine de l’islam et du christianisme en faisant même des émules pour les premiers, venant d’autres continents. Ils ont œuvré pour l’émancipation de l’Afrique, du monde noir de la civilisation de l’universel ; pour la construction d’un pays géographiquement petit mais universellement respecté. Nous leur devons pour plusieurs d’entre eux, le retour du multipartisme en faisant barrage à tous les projets de bâillonnement de la démocratie par le PS (article 35 de Senghor pour désigner son successeur ; démocratie limitée. Depuis là bataille pour l’indépendance nationale, le mouvement syndical n’a pas manqué à cette lutte pour refuser le diktat de la pensée unique, même du temps de Madia Diop. La société civile (intellectuels, hauts fonctionnaires, ONG, Organismes de droits de l’homme, les Imams, les mouvements de jeunesse divers(religieux et civils),etc.…) est venue renforcer le bataillon.(cf. liste dans site de Pieds) 
 
.Ainsi, les plus constants, ne désarment point et continuent cette lutte inlassable en s’opposant présentement aux velléités dynastiques et dictatoriales du PDS. 
Mais leur faiblesse numérique risque encore une fois de perpétuer la bipolarité PDS/PS ou pire, le règne des Fractions PDS et de ne faire d’eux encore une fois que des faiseurs de rois qui seront défenestrés dès la prise de pouvoir. 
 
Il faut rassembler les résistants et aller vers une prochaine victoire pour essayer de nouvelles mains propres et sans reproches. 
 
 
III- P.I.ED.S ? POURQUOI FAIRE ? 
 
 
+ Pour Rassembler la sociale démocratie, les patriotes, les sans partis, dans un puissant front de l’intégration de l’éthique et du développement(FIED) 
+pour élever davantage la conscience citoyenne et transformer la détention de la carte d’électeur en priorité par rapport à la souscription au demeurant utile pour une carte de Parti. Pour ce faire, il y a lieu de créer les conditions pour une inscription massive des sénégalais et cultiver leur détermination sans faille pour la tenue désormais d’élections transparentes et sereines avec le préalable d’un fichier propre. 
+Pour résister et mettre fin au jeu de balançoire PS/PDS ; et au règne Liberal avec leurs cortèges d’échecs .et redonner au gouvernement, aux institutions diverses leur dignité constitutionnelle et républicaine. 
 
 
+pour mettre enfin le pays au travail. 
 
 
IV. Pourquoi le sigle PIEDS ? 
 
• P comme Partisans, en attendant P comme Parti après accomplissement des procédures de reconnaissance juridique 
• I comme Intégration :Il s’agira pour Pieds de parfaire l’intégration économique et culturelle du Sénégal loin d’être au top en dehors même du problème de la Casamance. 
• Il s’agira de mettre fin aux projets de provincialisation de Maître Wade et à ses tripatouillages sur le découpage administratif et sur la Constitution qui sont des jalons de déstabilisation dangereux. 
Il s’agira de faire mieux d’intégration à l’égard des minorités ethniques, culturelles, religieuses (bassari, kognagni,pépels,mankagnes,manjacks balante, libano syrienne et autres ; de mettre fin aux préférences confrériques et aux provocations contre les minorités religieuses . 
Il s’agira de réaliser des avancées concrètes vers l’intégration africaine par les peuples avec des amis de Pieds dans la sous région et en Afrique pour marcher vers l’international des intégrés avec des projets sous régionaux, transfrontaliers à forte intensité de main d’œuvre ; la maîtrise par l’élite des grandes langues sous régionales ; une circulation des biens et des hommes mieux organisée et plus fluide. Il s’agira de réinventer l’Afrique en commençant par l’ouest. 
 
.E comme Ethique ou Equité au choix des militants : 
Le PDS et son chef ont érigé comme règle de gouvernance la pratique de la ruse de la combine, du Njuthe Njaathe, du Kabassa, du Culte de la personnalité et de la pirouette. 
 
Il s’agira de mettre fin au massacre de l’Ethique. 
 
Le Sénégal a connu cinq courants de comportements politiques: celui de Lamine Gueye Senghor qui ont théorisé et relativement respecté, la notion d’Etat, le Dialogue, la Tolérance, l’Humanisme et la Méthode comme mode de Gouvernance ; le culte de l’Exemplarité de Serigne Abdou Aziz,de Serigne Saliou, Baaye Niass, Monseigneur Thiandoum ; la ténacité ,la Sobriété des Cheikh Anta ,Dansokho ; Madior, Bathily ;la compétence le courage l’humilité de M NIASSE de Lamine Diack, Amadou M M Bow de Assane Seck et du Juge Kéba Mbaye chantre de l’Ethique comme principe directeur de tout comportement citoyen ;la Grandeur ,la Classe d’un Abdou Diouf sorti par la porte de l’histoire . 
.Il pourrait s’agir pour nous, en dehors de tout dogmatisme et dirigisme moral de, concrétiser cette préoccupation par l’installation de comités ou d’organes de l’»éthique dans les grandes entreprises, les institutions de la République voire une structure nationale consensuelle. 
 
- D-comme DEVELOPPEMENT DURABLE et DECENT:: 
 
- Nul ne peut nier l existence de quelques réalisations du pouvoir actuel. Dans le même temps, beaucoup de problèmes se posent en termes d éfficience, d opportunités et de pertinences par rapport à des défis plus urgents (électricité.eau, emplois des jeunes, désenclavement des régions etc.…) .Ensuite de puis dix ans, le pays travaille peu et est plongée dans une frénésie de tensions à la BELZEBUTH 
 
 
+.Il s’agira de créer un développement inspiré par une vision avec des projets, des chantiers utiles, à l’efficience non douteuse et inscrit dans une cohérence de politique économique sociale et sociétale qui survive à un homme et qui rompt avec l’égocentrisme, l’informel et le gout du spectacle wadolatrique du PDS. Faire émerger le Sénégal plutôt que la famille Wade. 
 
Il s’agira de créer une ceinture de développement à partir des régions qui doivent devenir les onze merveilles du Sénégal en lieu et place des 7 merveilles de Wade encore concentrées à Dakar comme du temps colonial. Le Sénégal doit marcher pour sortir de Dakar et atteindre les profondeurs. 
 
+Un développement qui passe par le redressement économique du Sénégal (RES) qui repose sur les principes de Gestion Concertée (GC); de Croissance et de Progrès Partagés (CPP); de Patriotisme d’Entreprise (PDE); de Patriotisme Economique (PECO). 
 
+Un développement dont un des objectifs à moyen terme si les conditions se réunissent, est de créer un Revenu Minimum Urbain (RMU) et un Revenu Minimum Rural (RMR) différents du SMIG. 
 
+Un développement qui une fois lancé avec des taux de croissance soutenus) se fixera comme objectif sociétal d’éradiquer le dénuement) en instaurant un Système de Sécurité Sociale contributif et solidaire a trois paliers : L’universel ; la Répartition ; la Capitalisation encadrée. La base de ce projet sociétal sera la Solidarité qui exclut toute forme de parasitisme. 
 
+Un développement articulé autour d’une économie mixte avec un Secteur Privé dynamique et ’un Etat fort et de Droit, détenant un Patrimoine consistant et qui appuie ses champions locaux pour un rayonnement sous régional et international. Un développement national et sous régional basé sur un cantonnement maximal des richesses créées sur le sol d’Afrique et leur tunnellisation vers des objectifs de développement durable dans un esprit de win, avec les partenaires. Un développement qui s’appuiera fortement sur les Révolutions scientifiques techniques et technologiques ;sur les NTICS et la Recherche /Développement pour rompre avec notre statut actuel de consommateurs de technologies étrangères et les attardés de l’histoire.. 
 
+Un développement qui s’évertuera à profiter des opportunités de la mondialisation tout en évitant ses travers 
 
+Un développement qui intègre les générations futures par la constitution de stocks du futur en matière d’environnement (préservation et valorisation des forets; des mers, des cours d’eau, des espèces de la flore et de la faune); institution d’épargnes financières et de réserves foncières. Il s’agira désormais de rompre avec une politique irresponsable des gouvernants actuels qui a fait des Sénégalais non encore nés et de parents déjà appauvris, des endettés, des SDF(sans domicile fixe)des sans emplois permanents 
 
- Voila P.I.E.D. Sénégal en condensé, en attendant son programme. 
 
- Depuis l’aube des temps, l’homme debout la femme avec sur leurs deux pieds d’Adam et Eve pour les textes sacrés ;de l’Australopithèque ou de Lucie sur cette terre d’Afrique selon certains scientifiques ,jusqu’à notre époque, marchent dans un balancier permanent entre les geôliers des libertés et du progrès et les combattants de la dignité humaine. 
 
 
- PIEDS a pris son parti ; mon frère, ma sœur viens rejoindre le régiment ; viens marcher avec nous. 
 
Chers compatriotes, il était une fois, l’Afrique de l’Ouest a failli avoir son Mandèla avec l’Alternance de 2000. Il s’appelait Abdoulaye Wade. Dix ans après, il a manqué son rendez vous avec le Sénégal, avec l’Afrique avec l’histoire. Il a failli politiquement ; il a failli pour sa crédibilité professionnelle d’économiste, de juriste Il sortira par la petite porte. Il partira… 
 
- « Mes plus que frères »comme le chante notre hymne, “le jour éloigné existe ; celui qui ne viendra pas n’existe pas” (proverbe chinois) “guourou yalla dong moo amoul app” (proverbe wolof)”tili kiling mouka lo” (proverbe mandingue le soleil ne brillera point pour un seul roi humain).Wato Sita (l’heure a sonné). 
- “Al willi” Debout, léve-toi et marches vers ce jour, vers un nouveau » soleil sur nos espoirs,sur nos terreurs »: le jour et le soleil du Sénégal de l’Afrique et des citoyens du monde. 
We shall overcome(nous serons toujours là debout des noirs américains) ;puis “Yes we can”(oui nous pouvons) disait-on ailleurs; ”Yes we must”(oui nous devons) dira-on ici. 
- AlWILLI, UYITO, UNOXYO, UMMODDÉ, TANK, TAXAW, TEMM, WEDDI, WEKKI, WADALE WADE. 
- AUX PAS CAMARADES. 
 
Ibrahima KONTE ex SG SYTS (SONATEL).  
ex SG adjoint CNTS ; ex PCA Caisse Sécurité Sociale  
Contact : mail : ibra.kont@gmail.com ; 
tel : 77 896 13 73 
 
Campagne 2012 : Les attentes du peuple ! 
Jamais dans l’histoire du Sénégal on aura autant fait appel ou donné autant d’importance aux «xoy» ou autres sciences divinatoires, tellement l’avenir semble si incertain. L’inquiétude et l’insécurité que suscitent à l’intérieur comme à l’extérieur du pays ces prochaines joutes électorales démontrent, qu’on le veuille ou non, que ce pays manque encore de maturité démocratique.  
LE CONSTAT 
Toutes les préoccupations sont cristallisées par l’élection présidentielle de février 2012. Les divergences semblent considérables entre la majorité présidentielle et l’opposition, notamment sur les questions du processus électoral, de la constitutionalité ou non de la candidature du Président Abdoulaye Wade.  
 
Tout cela au moment où, au Sénégal, prendre trois repas par jour, consommer régulièrement de la viande ou du lait, reste encore un privilège pour beaucoup. Le Sénégal reste un des pays en Afrique où le coût de la vie est des plus élevés. Les prix des denrées alimentaires deviennent de plus en plus inaccessibles pour les ménages moyens qui peinent à satisfaire décemment leurs besoins élémentaires, d’autant que plus de 50% de la population vivent sous le seuil de la pauvreté. Les agriculteurs, qui représentent près de 70% de la population active, vivent dans une relative précarité. Quant aux récurrentes inondations qui troublent la quiétude des braves hommes et femmes de la banlieue, elles ont des conséquences tragiques sur les plans sanitaire, social et économique. 
 
Aujourd’hui le chômage culmine à 48% de la population active ; principalement parmi les jeunes en dépit de la création de plusieurs agences et offices devant régler cette question. L’équation de l’emploi est une problématique majeure et une source d’instabilité réelle. Il en est de même du système éducatif, véritable cauchemar des parents et des élèves tant les grèves sont devenues chroniques. Tout cela au moment où, le Sénégal reste très endetté et lourdement dépendant de l’aide extérieure. Les investisseurs nationaux comme internationaux sont suspendus à l’horloge électorale et à la résolution de la question de l’approvisionnement en électricité. Cette dernière a des conséquences dramatiques sur l’industrie, les Pme, les artisans et les ménages. Cela reste un élément de tension sociale permanente et les émeutes du 27 juin 2011 peuvent se reproduire à tout moment. 
 
Dans un autre cadre, le conflit en Casamance constitue une tragédie nationale. Ni la mort de 2 000 personnes suite au naufrage du bateau Le Joola ni les milliers d’autres victimes militaires et civiles pendant ces trente dernières années, n’ont réussi à suffisamment émouvoir les différents protagonistes, notamment les hommes politiques, tous bords confondus. 
Malgré tous ces problèmes auxquels est confrontée l’écrasante majorité des Sénégalais, le Sénégal est depuis 1998 pris en otage par ses politiciens dans une perpétuelle campagne électorale voire électoraliste et politico-politicienne, qui a abouti à une instabilité gouvernementale et institutionnelle qui le dévie de l’objectif principal qu’est le développement du pays sans parler du coût financier important. D’où la nécessité et l’urgence de régler définitivement les questions électorales et institutionnelles (code, fichier et Cons¬titution) comme dans toute démocratie majeure. 
 
LES ATTENTES 
Ainsi les Sénégalais attendent de chaque candidat à cette Présiden¬tielle, un projet de société cohérent, crédible et ambitieux qui prend en compte leurs préoccupations quotidiennes et futures, sur la base duquel ils pourront choisir celui ou celle qui pourra porter leur confiance et leurs espoirs pour les 5 prochaines années. Ceci implique un programme qui permet une bonne visibilité et lisibilité sur la conduite des affaires. Et non une campagne électorale stérile, axée sur des querelles de personnes ou des promesses surréalistes, occultant l’essentiel. Parce qu’en définitive ce que semblent oublier nos hommes politiques, c’est qu’«il ne peut y avoir de politique en dehors des réalités». Et les réalités du Sénégal ne se limitent pas à l’agglomération dakaroise, elles sont dans les villes et villages à travers le pays et qui, pour la plupart n’ont pas accès aux informations et sont relégués au second plan ; alors qu’ils représentent les ¾ de la population et de l’électorat. 
 
Par conséquent, le prochain Prési¬dent(e) devra rétablir la confiance et le contrat social entre ses concitoyens et leurs gouvernants, mais également avec leurs hommes politiques. A cet effet, il s’attèlera à amorcer un développement économique réel qui améliorera substantiellement le pouvoir d’achat des ménages, l’accès aux services sociaux de base (eau potable, santé, éducation, assainissement, habitat), renforcer la formation technique et professionnelle, et mettre en œuvre une politique cohérente d’emploi. Moderniser et autonomiser le monde rural et assurer la maîtrise de l’eau, une priorité pour tout pays reposant sur une agriculture pluvio-dépendante. Résoudre définitivement la question des inondations par la racine du mal à travers un recasement planifié et adéquat des sinistrés, au lieu de «déclencher» chaque hivernage le «Plan Orsec», qui est supposé être une mesure exceptionnelle. 
 
Mais aussi continuer les efforts déployés en faveur de l’amélioration du Code des investissements, en prenant des mesures drastiques contre la corruption qui reste encore une gangrène qui pollue l’environnement des affaires. 
 
Insuffler un patriotisme économique tout en gardant une certaine ouverture. Régler de manière durable le problème de l’énergie qui doit être le moteur de la croissance. Et non des solutions à court terme ou de colmatages onéreux. Il devra également consolider la transparence et la bonne gouvernance économique et démocratique. 
 
Enfin, il devra placer les valeurs morales, de civisme et républicaines au cœur des politiques publiques, qui sont en réalité les fondements de toute société démocratique et soucieuse de se développer. D’où émergera un «Nouveau type de Sénéga¬lais» (Nts) responsable et respectueux des lois et de ses devoirs, et pour qui le culte du travail, de l’excellence et de l’honneur est la seule voie de salut. 
 
Il ne suffit pas de savoir ce qu’il faut faire, le plus difficile est de savoir comment le faire ; d’où la nécessité d’avoir une vision, une stratégie et les compétences pour y parvenir. 
 
Dorénavant les Sénégalais ne se laisseront plus gruger, ils refuseront toute hypertrophie verbale et cette obsession de la soumission aux faits. Ils ne subiront plus l’histoire, ils la feront. 
 
Banding Fossar SOUANE 
 
CAUTIONNEMENT : Le parti pris du ministre chargé des élections 
 
Faisant suite aux premiers actes anti-républicains du régime au 
pouvoir, relatifs aux joutes présidentielles de 2012, afin de les 
dénuer de toute sincérité si l’on considère le découpage administratif 
en cours à la veille d’élection, la minimisation au tiers du potentiel 
des électeurs (se conférer précédent article sur la clôture des 
inscriptions) et la corruption électorale active et passive qui bat 
son plein, les autorités chargées de l’organisation des élections 
viennent de poser un autre acte déloyal, s’agissant du cautionnement. 
Car, il est tout à fait indéniable que le calcul politicien, 
consubstantiellement à la nature des libéraux et de leurs alliés, a 
été à la base de la fixation du montant du cautionnement pour le dépôt 
de candidature à hauteur de 65 millions de FCFA et de la date de 
convocation des partis politiques légalement constitués pour 
recueillir les avis, contrairement à l’impartialité et à l’esprit 
démocratique qui devraient être de rigueur en pareilles circonstances. 
En effet, l’article LO 111 du Code électoral dispose : « les candidats 
sont astreints au dépôt d’un cautionnement qui doit être versé au 
trésor public après avis des partis politiques légalement constitués 
au plus tard 180 jours avant celui du scrutin.Dans le cas où le 
candidat obtient au moins cinq pour cent des suffrages exprimés, ce 
cautionnement lui est remboursé dans les quinze jours qui suivent la 
proclamation des résultats définitifs ». 
Il apparaît très clairement aux termes des dispositions du présent 
article que : 
- Sur la date de convocation des partis politiques légalement 
constitués par le ministre chargé des élections pour recueillir les 
avis, l’ancien Directeur des élections et son patron, par ailleurs 
ministre de l’intérieur, ont volontairement attendu la veille du délai 
imposé par la loi avant le scrutin (180 jours, soit six mois) pour 
convoquer les partis politiques et recueillir les avis ; or l’ancien 
Directeur des élection devenu ministre des élections et le ministre de 
l’intérieur pouvaient bien convoquer les partis politiques bien avant 
le mois d’août pour avoir le temps suffisant, soit pour arrondir les 
angles et trouver un consensus, soit pour permettre aux uns et aux 
autres ayant des réclamations, de disposer suffisamment de temps pour 
intenter des recours, lorsque qu’une décision non partagée est prise 
par les autorités. Il ressort du choix tardif de la date de 
consultation des partis politiques pour avis, l’existence d’une 
volonté manifeste des autorités de manipulation de la loi aux fins 
d’empêcher l’exercice du droit de recours des concurrents 
contestataires en violation du principe de l’égalité des chances des 
candidats. 
- Sur la fixation du montant du cautionnement qui est passé de 25 
millions en 2007à 65 millions pour 2012, soit une variation presque du 
triple du montant antérieur, le ministre chargé des élections n’a pas 
tenu compte de l’avis de la classe politique oppositionnelle pour 
fonder une telle décision , tant entendu que le niveau de 
cautionnement de 65 millions arrange plus le parti au pouvoir et ses 
alliés, qui pour les besoins de la cause, ont d’autres motivations 
spécifiques . En fait, la variation du simple au triple de la caution 
ne répond à aucun critère objectif, tant il est vrai que l’astreinte 
du candidat à déposer une caution répond à l’idée du constituant que 
le cautionnement doit être la contrepartie totale ou partielle de 
certains frais supportés par la collectivité en raison de la prise en 
charge de certaines dépenses découlant de la candidature, notamment, 
la couverture de frais afférents à la confection des affiches et 
bulletins de vote des candidats. Il faudra en outre préciser que les 
dépenses afférentes à la logistique, au matériel électoral et aux 
autres dépenses sur l’organisation des élections ne font pas partie 
dans l’esprit du constituant de la contrepartie financière du 
cautionnement et relèvent strictement du service public et par 
conséquent de missions régaliennes de l’Etat dont tous les 
contribuables participent à la prise en charge. Or, entre 2007 et 
2012, l’évolution des prix n’a pas connu une variation à la mesure de 
l’augmentation du cautionnement au point de justifier le niveau actuel 
fixé par le ministre des élections, loin de là ! 
- Sur les argumentaires du Pds et de ses alliés qui ont voulu fixer la 
barre de cautionnement à 100 millions aux motifs d’éliminer de la 
course les candidatures farfelues, il convient d’affirmer que cette 
posture est complètement en marge des préoccupations du constituant, 
dès lors que le cautionnement ne peut servir à dissuader les 
candidatures fantaisistes et ne devrait pas apparaître comme un moyen 
de discrimination par la fortune, surtout que celle-ci peut bien être 
la compagne du fantasque. L’élimination des candidatures farfelues est 
réglée par la Constitution et, il serait archi-faux de penser que le 
cautionnement devrait servir un obstacle à l’entrée, notamment, 
lorsque notre charte fondamentale exige un parrainage de 10 milles 
électeurs répartis dans toutes les régions du Sénégal à raison au 
moins de cinq cents par région pour les candidatures indépendantes, 
comme le précise l’article 29 alinéa 3 in fine de la Constitution. 
Cette contrainte reste suffisante pour barrer la route aux 
candidatures farfelues. Par ailleurs, il est de notoriété au Sénégal 
que les partis politiques légalement constitués qui concourent à 
l’expression du suffrage universel, bien que nombreux, ne présentent 
pas individuellement de candidats, Ce sont plutôt les coalitions de 
partis politiques au nombre limité d’ailleurs qui présentent des 
candidats à l’élection du président de la République. De ce point de 
vue, il y’a lieu même d’approfondir la réflexion en montrant en 
réalité qu’il n’existe au Sénégal que deux coalitions naturelles de 
partis politiques, celle incarnée par le Pds et ses alliés et celle 
incarnée par le Ps et ses alliés socialistes ou socio démocrates. Le 
Ps étant l’opposition naturelle et idéologique au régime libéral ayant 
fait l’objet d’une alternance démocratique en 2012. 
En vérité, la fixation de la barre du cautionnement à un niveau de 65 
millions loin de l’esprit du constituant dont la volonté reste 
simplement de faire participer le candidat à la couverture de frais 
annexes qu’occasionne sa candidature, participe à la satisfaction des 
intérêts du Pds et ses alliés qui ont des objectifs autrement 
d’éliminer de la course aux présidentielles certaines candidatures 
indépendantes gênantes pouvant peser sur l’issue du scrutin en leur 
défaveur. 
 
Kadialy GASSAMA 
Economiste 
Rue Faidherbe X Pierre Verger 
Rufisque 
Kadialy GASSAMA 
 
Casamance, arrêtons cette absurde guerre et mettons fin au massacre 
des populations et à la destruction des potentialités économiques de 
la région ! 
La première panacée pour une nation mal dirigée est l'inflation 
monétaire, la seconde est la guerre. Les deux apportent prospérité 
temporaire et destruction indélébile. Les deux sont le refuge des 
opportunistes économiques et politiques. 
[Ernest Hemingway] 
Extrait de Notes sur la guerre - Septembre 1935 
 
Ce conflit en Casamance est pire qu’une guerre classique, dans la 
mesure où, les règles observées en général dans les guerres 
classiques, ne sont pas appliquées ici à savoir : épargner les 
populations civiles et leurs biens, de toutes représailles, 
d’exactions et de destruction, autant que possible. 
 
 
Nous assistons impuissants depuis quasiment trente ans, à cette sale 
guerre, absurde dans le fond, qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Non 
seulement elle a duré, mais elle perdure avec son cortège de drames 
inacceptables. Et pourtant, si seulement, les deux parties –Le 
Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) et L’Etat du 
Sénégal- avaient le moindre souci d’épargner la vie des populations 
innocentes et de sauvegarder les immenses potentialités économiques, 
sociales et culturelles inestimables de la région Sud, elles auraient 
avec une volonté réciproque affirmée, procédé bien autrement. Ou bien, 
si elles tenaient alors compte du caractère des liens fraternels 
indissociables, de consanguinité entre toutes ces populations victimes 
de ce conflit, qui n’oppose en fait que les citoyens d’un même pays, 
unis par de multiples liens sociaux et culturels de tous ordres, et 
qui ont tout en commun pour vivre en harmonie, dans un parfait commun 
vouloir de vie commune. Mais hélas ! 
 
 
Cette guerre absurde, comme le sont bien, la plupart, a un fondement 
d’injustice sociale notoire, sans aucun doute. Cette injustice, 
provoquée par un Etat peu prévoyant qui manquait totalement de vision 
prospective sur la réalité sociale. Un pouvoir qui n’avait d’yeux que 
pour accaparer, au profit des siens, les biens de la nation, fruit 
d’efforts collectifs de tout un peuple. Il a ainsi redistribué les 
terres de façon inéquitable, en ignorant totalement l’intérêt des 
principales concernées, les populations locales du terroir. 
 
 
La Loi de la décentralisation qui a donné naissance au Code des 
Collectivités locales qui était censée remettre certaines compétences 
qui relevaient de l’Etat central aux pouvoirs locaux, était une 
avancée notable dans la démocratie locale. Comme le rappelle 
clairement la réforme en ces termes : « Le principe général qui 
inspire cette réforme, (………), se résume en deux mots, liberté et 
proximité. Des autorités décentralisées et proches des citoyens, 
libres de leurs décisions, des représentants de l'Etat sur le terrain 
dotés de pouvoirs déconcentrés, un contrôle de légalité adapté et 
rapproché. » Ce principe directeur, a été totalement dévoyé par les 
gouvernements successifs de notre pays. Et l’esprit même de la loi 
tel que, exprimé clairement en ces termes par le Code des 
collectivités locales: 
« 1. - Il est temps de mieux répondre à l'exigence du développement 
économique en créant entre 
les administrations centrales de l'Etat et les collectivités locales 
de base des structures 
intermédiaires, les régions destinées à servir de cadre à la 
programmation du développement 
économique, social et culturel, et où puisse s'établir la coordination 
des actions de l'Etat et celles 
des collectivités. », a été aussi violé. Et aujourd’hui, au lieu 
d’avoir des entités de collectivités locales viables, fortes, capables 
de s’administrer démocratiquement à travers leurs élus et se 
développer de façon autonome, non, nous nous acheminons plutôt, 
irrémédiablement vers la balkanisation du Sénégal, avec les découpages 
administratifs fantaisistes en cours. Ainsi, la subdivision par Me 
Wade et son ministre des collectivités locales actuelles, avec un 
soubassement politicien et électoraliste, en plusieurs entités de 
coquilles vides, peu viables et coupées des réalités locales, parce 
que ne répondant ni ne respectant, l’esprit et la lettre de la 
réforme, est une balkanisation qui ne dit pas son nom. 
 
 
Alors, le MFDC, ou ceux qui sont supposés le représenter, en cherchant 
à réparer les torts commis maladroitement par l’Etat, ont utilisé 
malheureusement une méthode de solution qui n’appelle que la violence, 
et une violence aveugle, qui ne sait pas distinguer les populations 
civiles des cibles militaires hostiles, censées venir de l’extérieur 
donc, étrangères. Ou bien ne sait pas faire la différence entre, 
défendre une cause juste au profit des populations et commettre des 
actes d’injustices répréhensibles. Le MFDC, dont la première tâche 
constante devait être, la protection par tous les moyens des 
populations civiles de la région, n’y parvient malheureusement pas, à 
cause d’une direction clanique et des chefs de clan qui se font la 
guerre à mort. Dés lors, se dresse contre lui, un obstacle majeur 
interne, difficilement surmontable, pour devoir s’atteler à sa mission 
principale et primordiale, à savoir : défendre les intérêts de la 
région, de ses populations civiles et leurs biens, ainsi que la 
protection des ressources et potentialités économiques. 
 
 
En lieu et place de tout cela, nous sommes témoins malgré nous, de 
constater des pertes innombrables en vies humaines de nos concitoyens, 
suite à des attaques meurtrières, dirigées contre de paisibles 
populations qui n’ont commis aucun tort et n’ont rien à voir avec ce 
conflit. Elles n’ont jamais été consultées ni avant ni pendant pour 
donner leur avis sur les tenants et les aboutissants d’une guerre qui 
leur est imposée. Leur « tort » c’est d’être victimes par le fait de 
se trouver malencontreusement sur le théâtre des opérations de guerre. 
Et, il s’ajoute à ce drame que nous déplorons tous profondément en 
tant que Sénégalais, la destruction des immenses potentialités 
économiques et touristiques de la région. C’est triste comme spectacle 
et contre nature comme actions supposées révolutionnaires ! Et ce 
bilan macabre peu honorable, devrait interpeler l’Etat et le MFDC à 
prendre leurs responsabilités devant l’histoire, en s’asseyant enfin 
autour de la table de négociation –sans même aucune intervention 
étrangère- pour mettre fin aux souffrances des populations de 
Casamance, meurtries par une guerre absurde qui n’a donné jusqu’ici 
aucun résultat probant sur les objectifs visés, depuis 30 ans. Donc, 
complètement inutile et regrettable ! 
 
 
En vérité et au regard des tractations et autres tergiversations, de 
tous ces intervenants guidés plus par des intérêts égoïstes, plutôt 
que la recherche d’une paix définitive durable, ce conflit n’est pas 
loin d’être un refuge d’opportunistes économiques et politiques. 
Pourtant, les populations ne demandent rien d’autre, sinon qu’à vivre 
en paix, sur les terres de leurs ancêtres. Ces attaques contre les 
populations civiles, synonymes de razzia, attribuées à des rebelles, 
supposées appartenir au MFDC, sont injustifiables par rapport à 
l’objectif véritablement supposé, que visait, le MFDC originel. Cet 
amalgame est à élucider par le MFDC lui-même pour sa crédibilité, car 
entre les rebelles qui pillent et les propres éléments du MFDC, la 
confusion est telle, que tout le monde s’y perd, parce que la 
différence est simplement ténue. Il faut oser dire au MFDC que : le 
MFDC demeure certes un Mouvement mais, il cesse d’être une Force, 
parce qu’éclaté en plusieurs morceaux inconciliables ; Démocratique, 
il ne l’est non plus, parce que les décisions ne se prennent plus par 
concertation des membres et par la majorité ; Casamance, là aussi pas 
tout-à-fait, car les populations qu’il est censé défendre ou protéger 
sont constamment attaquées, chassées de leurs terres, leurs récoltes 
pillées ou détruites par des bandes rebelles qui se réclament de lui, 
sans que leurs allégations aient été démenties, par qui de droit. 
Alors le MFDC a besoin de se réhabiliter aujourd’hui pour redorer son 
blason suffisamment terni, auprès de toutes les populations 
sénégalaises car, la Casamance est membre à part entière du Sénégal et 
la guerre qui s’y déroule, fait mal au cœur à tous les Sénégalais, 
patriotes, épris de paix et de bonne foi. 
 
 
Ce conflit qui n’a que trop duré oppose en fait, un Gouvernement 
irresponsable à un mouvement indépendantiste d’autant irresponsable, 
le MFDC. Car, apparemment toutes les deux parties ne prennent 
conscience jusqu’ici de la réalité sur le terrain et des conséquences 
tragiques que ce conflit trentenaire a provoquées avec son bilan 
effroyable en perte de vies humaines de citoyens, tous Sénégalais. 
Elles ne comprennent pas que ce conflit est un problème national qui 
concerne tout le peuple sénégalais en entier. Et aucune solution 
durable ne devrait être envisagée en dehors de lui. Il en est de même, 
que la solution militaire par les armes devrait être exclue comme cas 
de figure de la résolution du conflit. Par conséquent, la seule et 
unique solution envisageable, la moins coûteuse en pertes de vies 
humaines et la plus sage, demeure cette voie obligée, qui est la 
négociation autour de l’essentiel et, sur des bases justes qui 
prennent en compte les intérêts supérieurs des populations locales 
d’abord, le tout dans le cadre d’un Sénégal uni et indivisible. 
 
 
En tout état de cause, l’Etat ne doit pas perdre de vue, que la 
sécurité des populations sénégalaises, où qu’elles puissent se trouver 
à l’intérieur des frontières du pays, est de son ressort exclusif. Une 
armée nationale a été mise à sa disposition pour la défense du 
territoire et de nos frontières, en vue de la sécurisation des 
populations et leurs biens. A cet effet, toutes les dispositions 
doivent être prises pour mettre l’armée nationale dans les conditions 
optimums d’exécution de sa mission de défense. L’armée ne doit point 
admettre que des bandes armées sèment la terreur parmi nos 
populations à partir de nos frontières, à plus forte raison à 
l’intérieur de celles-ci. On constate que nos frontières sont très 
poreuses et perméables surtout dans sa parte Sud. Alors, il est 
aujourd’hui de la responsabilité de l’armée d’y mettre fin absolument, 
en y installant des casernes dignes de ce nom, avec tout l’équipement 
nécessaire, pour empêcher les incursions des bandes armées. Mais pour 
cela, les mains de l’armée devront être totalement déliées par le 
pouvoir. C’est un devoir impérieux dans le cadre du règlement du 
conflit en Casamance 
 
 
L’autonomie du Commandement de l’armée nationale pour ses missions ne 
devrait souffrir d’aucune ambigüité. Elle doit s’exercer sans 
entraves, en fonction de son appréciation de la situation du moment et 
de l’attitude des forces qui lui sont opposées. On ne cantonne pas une 
armée quelque part, une armée se déploie sur l’étendue du territoire 
nationale pour répondre, partout le devoir l’appelle. En dehors d’elle 
et les forces paramilitaires, aucune autre force ne devrait être plus 
autorisée à porter des armes dans la République. 
 
 
Avec les perspectives dégagées par les conclusions des Assises 
nationales, nous fondons un espoir réel, que le problème de la 
Casamance trouvera une solution de paix. Mais au paravent, Le MFDC 
devra tenir ses propres Assises, d’envisager la paix en déposant les 
armes pour se mettre au service la nation pour un Sénégal uni. Le 
prochain régime d’après Wade, prendra à cœur le conflit de la 
Casamance qu’il règlera définitivement et durablement. Il fera de 
sorte aussi, qu’une pareille situation, née d’injustice sociale 
insupportable, ne se produise plus dans aucune région du pays. C’est 
un gage de stabilité. L’échéance de 2012 est une chance offerte aux 
patriotes et forces vives de notre pays, pour nous débarrasser de tous 
ces déprédateurs, qui ont tout détruit sur leur passage, notamment 
toutes nos valeurs de référence. Ce n’est que dans ces conditions-là 
que la reconstruction de la Casamance et tout le Sud du pays pourra se 
faire avec le maximum de chances de réussite. Me Wade a géré notre 
pays dans l’iniquité totale et il est foncièrement injuste. 
 
 
Voilà pourquoi, la région Sud de Casamance, de concert avec toutes les 
autres du pays, devra prendre une part active, pour le départ de Wade 
et son clan, de la direction de notre pays. L’homme est un diviseur et 
non un rassembleur, or notre pays a grandement besoin de rassembleur, 
pour en fin travailler et développer nos potentialités tant en 
ressources économiques qu’humaines. 
 
« Le plus grand mal, à part l'injustice, serait que l'auteur de 
l'injustice ne paie pas la peine de sa faute. » 
[Platon] 
Extrait de Gorgias 
 
Mandiaye Gaye 
Gaye-mandiaye@hotmail.com 
Lettre aux amis de Bennoo Siggil Senegaal engagés dans l’initiative de 
Bennoo Alternative 2012 
 
 
Chers amis, 
 
Voilà que par deux publications, celle de Madieye Mbodj à la suite de 
celle de El Hadj Ibrahima Mbow, des camarades de Bennoo Siggil 
Senegaal interpellent celui-ci sur ses responsabilités, l’accusant 
presque d’être dans une posture de tergiversation, de ‘muusante’, non 
sans savoir ce qu’est Bennoo, ses lourdeurs, comment il fonctionne, 
non sans participer régulièrement aux délibérations et prises de 
décision qui rythment la marche de la coalition. Ces contributions se 
situent à un moment où il est annoncé à travers la presse la 
constitution officielle de la coalition ‘Bennoo Alternative 2012’ 
(encore un autre ‘Bennoo’ !), comme pour préparer l’opinion à sa 
survenue et à sa légitimation. 
 
Devant de tels ‘Appels à la responsabilité’, je ne puis garder le 
silence sur ce qui me semble être une grave erreur qui risque de 
coûter cher au projet que nous avons en partage : Bâtir sur la base 
d’accords politiques actes une équipe et un candidat de l’unité et du 
rassemblement. Je ne comprends pas qu’après avoir déroulé ensemble un 
parcours où rien ne fut donné d’avance, un parcours où tout fut 
construit pas à pas dans des joutes théoriques passionnées mais aussi 
dans un combat sur le terrain contre les politiques de Wade, que 
certains d’entre nous (le groupe de 05 partis), dans la toute dernière 
phase du processus, éprouvent le besoin de créer une coalition 
nouvelle. 
 
Cela je ne le comprends pas ! 
 
Après avoir à plusieurs reprises attiré l’attention sur le caractère 
erroné de la démarche consistant à construire la jonction des forces 
politiques de Bennoo et celles de la société civile dans l’exclusion 
et les suspicions qu’elle peut faire naître, je voudrais ici soulever 
quelques questions dont les réponses peuvent éclairer l’opinion. 
 
Chers amis, je ne comprends pas 
 
1- Pourquoi, si nous partageons au niveau de Bennoo la nécessité de 
l’unité de toutes les forces de Bennoo, avoir créé un groupe de 05 
partis de Bennoo distinct de Bennoo œuvrant pour la jonction avec les 
forces de la société civile acquises aux conclusions des Assises 
nationales, sans en référer à Bennoo ? 
 
2- Pourquoi après avoir ‘embarqué’ un certain nombre de partis (dont 
le Rta-S) dans l’initiative réalisant en pratique ce qui était 
théorisé depuis longtemps au niveau de Bennoo, avoir conçu en dehors 
de ces forces-là l’agenda, le format, jusqu’au nom et logo à donner à 
la nouvelle coalition, en dépit des alertes et critiques constructives 
quant à la gestion du projet d’élargissement ? 
 
3- Pourquoi, après en avoir délibéré (le 1er août 2011) et avoir 
retenu d’une part de surseoir au projet de l’Ag de constitution d’un 
cadre différent de Bennoo, d’autre part de confier la tâche de 
jonction avec les forces de la société civile à Bennoo et à son groupe 
de travail, sentez-vous la nécessité d’appeler à la création d’un 
nouveau cadre appelé ‘Benno Alternative 2012’ ? 
 
4- Pourquoi, après que le groupe de travail de Bennoo en charge de la 
tâche de jonction a envoyé (le 16 août 2011) à ces forces de la 
société civile identifiées tous les documents de Bennoo, en vue de 
préparer une rencontre de concertation sur les bases politiques devant 
présider à l’unité appelée de tous les vœux, éprouvez-vous le besoin 
de lancer une nouvelle coalition ? 
 
5- Pourquoi, sans concertation et sans accord préalable entre toutes 
les forces sans exclusive de Bennoo acquises à l’idée d’une 
candidature de l’unité et du rassemblement, lancer la création d’un 
nouveau cadre au risque de diviser ce Bennoo rassemblant plus de 30 
partis et organisations ? 
 
6- Pourquoi avoir choisi de soustraire de la démarche, du processus de 
construction de l’unification entre Bennoo et les forces de la société 
civile, plus de 27 partis et organisations parmi les plus 
représentatifs de l’opposition, leur dénier le rôle d’acteurs de cette 
construction jusque dans le format, l’agenda et les modalités, pour 
confier celle-ci aux seuls 05 partis initiateurs ? 
 
Chers amis, je ne comprends pas 
 
7- Comment peut-on vouloir l’unité de Bennoo avec les forces de la 
société civile et provoquer la division au sein même du Bennoo dans 
lequel on a construit pendant plus de deux ans les bases politiques de 
cette unité ayant abouti à la victoire lors des élections locales de 
2009, à l’élaboration d’un projet de constitution commun, d’un projet 
de programme de transition commun et d’une stratégie électorale 
globale commune dans un processus de complète transparence, de 
complète délibération, de débats contradictoires et passionnées sur 
chaque question soulevée ? 
 
8- Comment peut-on parler de ‘transcroissance’ ou de ‘dilatation’ de 
Bennoo si l’opération dans sa réalisation exclut de fait 27 partis et 
organisations sur les 32 signataires de la déclaration du 28 mai ayant 
acté leur engagement ferme pour la candidature de l’unité et du 
rassemblement ? Ne faudrait-il plutôt parler de rétrécissement (05 
Bennoo + Société civile) en lieu et place de la dilatation (32 Bennoo 
+ Société civile) ? 
 
9- En quoi et sur quoi Bennoo a-t-il dévié de la dynamique unitaire 
construite dans la douleur pour justifier sa mise hors course dans la 
construction transparente et concertée de la jonction avec les forces 
de la société civile ? Où se situe la ligne de démarcation politique 
justifiant la création d’une nouvelle coalition, d’un nouveau ‘Bennoo’ 

 
10- Quand demain ce ‘nouveau Bennoo’ sera porté solennellement sur les 
fonts baptismaux pour consacrer urbi et orbi l’existence de 03 Bennoo, 
qui aura pris sur lui la responsabilité historique de dessiner une 
nouvelle configuration de Bennoo ? Ceux qui n’ont pas hâté le pas vers 
les forces de la société civile ou ceux qui auront accéléré le pas au 
prix de s’aliéner une bonne partie de la famille Bennoo Siggil 
Senegaal, au point de diviser celui-ci ? 
 
11- Faudra-t-il demain appeler à la responsabilité de tout le monde 
pour recoudre ce qu’on a déchiré aujourd’hui ? Sera-t-il possible 
alors de rétablir les liens qu’on aura rompus aujourd’hui, d’amollir 
ce qu’on aura consacré et cristallisé aujourd’hui ? 
 
12- Cette option n’exprime-t-elle pas un choix délibéré considérant 
que peu importent le nombre et la qualité de ce qu’on perd, 
l’important est dans la réalisation de la jonction quelle qu’elle 
puisse être ? Ne rappelle-t-elle pas la fameuse théorie du ‘ça passe 
ou ça casse’ ou du ‘si ça marche, c’est tant mieux, sinon c’est tant 
pis ! ’ ? 
 
Chers amis, je ne comprends pas ! 
 
13- Au nom de quoi, les 05 de Bennoo peuvent-ils s’approprier le label 
‘Bennoo’ patrimoine commun de tous les partis de Bennoo ? Ne 
pensez-vous pas que cela peut créer dans l’opinion une confusion avec 
la floraison de plusieurs cadres appelés Bennoo (Bennoo Siggil 
Senegaal, Bennoo Taxawal Senegaal, Bennoo Alternative 2012) ? 
 
14- Peut-on avoir une stratégie gagnante dans une dynamique unitaire 
inclusive et exclure près de 27 formations politiques comptant parmi 
elles les plus représentatives de l’opposition au régime de Wade et 
avec lesquelles on a construit pendant plus de trois ans des accords 
fondateurs de la nouvelle République qu’on appelle de tous ses vœux ? 
 
Non, je ne puis comprendre une telle démarche ! Non je ne puis 
l’admettre et ne l’admettant, je ne puis m’y associer. 
 
Chers amis, ce que je comprends et admets c’est de : 
 
• nous en tenir à nos conclusions du 1er août 2011 de gérer de manière 
transparente et concertée la jonction avec les forces de la société 
civile comme nous l’avons fait pour toutes les autres taches, 
 
• recevoir le feed-back de ces forces sur les différentes conclusions 
actées dans Bennoo, 
 
• tenir ensemble entre Bennoo et toutes ces forces le séminaire de la 
dernière étape qui doit aboutir, sur la base de l’unité politique, à 
la confection d’une équipe et à la désignation d‘un capitaine de 
l’équipe. Recevez, chers amis, mes salutations militantes pétries dans 
la conviction que : Unis nous vaincrons, désunis nous perdrons ! 
 
Réew dañ koy péncoo, Ken du ko pàccoo ! 
 
Bennoo dañ koy péncoo, Ken du ko pàccoo ! 
 
El Hadji Momar SAMBE Secrétaire Général du RTA-S, membre de Bennoo 
Siggil Senegaal 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 13.09.2011
- Déjà 1590 visites sur ce site!