ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

acteurs de la vie politique et aux mouvements

Zoom philosophique sur le president Wade 
Comment le discours philosophique peut - il demeurer actuel ? 
Cette question peut être analysée de deux façons : La philosophie, d’une part, demeure actuelle par le fait que le philosophe s’ajuste aux préoccupations de son temps pour les analyser et prendre position par rapport à elles, dans le sens de l’acceptation ou de la réfutation. 
 
La philosophie, d’autre part, demeure actuelle, car le philosophe a déjà pensé l’essence de toute chose qu’il pose en des termes indépassables. De ce point de vue, aucune attitude individuelle ne peut échapper à l’analyse philosophique. 
 
Ainsi, nous paraît-il, dans une large mesure, que les actes et les ambitions du président sénégalais, Maître Abdoulaye Wade, ont été correctement vus par les philosophes à travers les siècles. Faisant volontairement abstraction du temps et de l’espace, nous mettons face à face, le président sénégalais, Maître Abdoulaye Wade et certains philosophes dans le but de rndre plus intelligible son oeuvre 
Wade et Nietzsche 
 
 
Ouvrons l’inspection de Wade par le philosophe du soupçon. Dans son œuvre Ainsi parlait Zarathoustra, en critiquant l’Etat, Nietzsche pose deux démarches : 
D’abord, il lève un coin du voile sur la vraie nature de l’Etat : «L’Etat est le plus froid des monstres froids, il ment froidement. Voici le mensonge qui dégouline de sa bouche : «Moi l’Etat je suis le peuple» ».Cette façon de piéger le regard du peuple pour lui faire croire que ce qu’on fait pour soi-même on le fait pour lui, est bien wadiste : La statue de la renaissance, Le Festival Mondial des Arts Nègres qui au fond obéissent à des ambitions inavouées ou non de Wade sont justifiées au nom du peuple et pour l’intérêt culturel et économique de l’Afrique et de la diaspora. 
Ensuite, Nietzsche met à nu la stratégie essentielle de l’Etat qui consiste «à suspendre sur la tête des peuples mille épées et mille appétits». Les audits, la création du sénat, des Agences, des postes de ministres conseillers ont été, une façon machiavélique pour Wade, de proposer à ses anciens détracteurs ce choix : Le P.D.S. ou la prison. 
 
Wade, Hegel et Rousseau 
 
 
 
De façon générale, Hegel montre que «L’essence de l’Etat c’est la loi». Mais le philosophe a pris la précaution théorique et citoyenne de préciser qu’il ne s’agit nullement de la «loi du bon plaisir» moins encore de la «loi de la générosité naturelle». A ce niveau, nous pouvons affirmer que Wade a saisi le premier aspect de la profession de foi hégélienne : en effet, durant ses douze années de magistère, le Pape du Sopi a beaucoup légiféré. D’ailleurs, la majeure partie des modifications intervenues dans la Constitution sont beaucoup plus des projets de loi que des propositions de loi. 
 
Mais, hélas, le chef de l’Etat sénégalais est tombé dans les travers de la critique hégélienne. En effet, Wade s’est beaucoup servi des deniers publics et des institutions de l’Etat pour son «bon plaisir». Il s’est autant servi de la légalité pour satisfaire «sa générosité naturelle». La preuve la plus vivante est l’augmentation vertigineuse des fonds politiques et leur usage irrationnellement partisan. 
Or, Hegel avait bien précisé que la loi prise par l’Etat doit être une loi «de la volonté raisonnable». 
 
Dans cette perspective, Rousseau, a beau jeu, de rappeler cette exigence républicaine à Maître Wade : «Obéir à la loi, n’obéir qu’à la loi, et par la force de la loi n’obéir pas aux hommes». 
Marx et Wade. 
 
 
La pensée philosophique, en ce qui concerne l’équilibre ou le déséquilibre social, a parfaitement mis en lumière la politique de Wade par rapport à la division du tout social en classes. En menant sa lutte contre les inégalités sociales, Marx a bien indexé le régime libéral wadiste dont l’un des grands péchés fut la création de ce qu’on nomme «Les nouveaux riches»; donc une nouvelle bourgeoisie. En effet, de mars deux mille à nos jours, le fossé entre le Sénégal qui rit et le Sénégal qui pleure s’est amplifié. 
De ce point de vue, le sursaut spontané du 23 juin 2011 dépassait le simple cadre du refus de la violation de la demande citoyenne, par le biais du ticket présidentiel et la proposition des vingt cinq pourcents pour le passage au premier tour de l’élection présidentiel de février 2012. Mieux, le 23 juin 2011 était aussi le même cri de cœur de la demande sociale (La crise énergétique, cherté des produits de consommation courante, etc.) qui a mis fin au règne de Diouf. 
Socrate et Wade 
 
 
Le socratisme concerne Wade dans le double plan de sa propre personne et de la gestion de l’Etat. En ce qui concerne l’attitude individuelle de Wade, le fondateur de la pensée philosophique lui aurait suggéré, à son âge, de «travailler avec ardeur pour le perfectionnement de son âme» plutôt que de donner le pas «au corps» en s’arcboutant au pouvoir et à son cortège de privilèges. Quant à la gestion de l’Etat, Socrate avait donné des leçons de transparence et de bonne gouvernance à travers cet enseignement : «Je vous le répète, ce ne sont pas les richesses qui donnent la vertu, mais c’est de la vertu que proviennent toutes les richesses aussi bien celles valables pour le corps de l’Etat que celles valables pour l’intérêt individuel». 
Wade sur le divan freudien 
 
 
Une analyse faite de l’attitude et de la personnalité de Wade, laisse entrevoir des troubles psychiques profonds. Le plus grave de tout cela, reste le fait que l’intéressé est ignorant de sa propre pathologie. De son accession à la magistrature suprême à nos jours, la majeure partie des actes posés par le Président ont une connotation névrotique. L’exemple le plus patent est son fameux «wakh wakhet». Comment un Père de la nation, un modèle à copier, un guide, un vieillard devant ses fils, ses neveux, ses petits-fils, peut-il dire et se dédire sans honte ni scrupule ? Ainsi, Lacan a raison de dire que Wade «ne parle pas, il est parlé ; il n’agit pas, il est agi». Cette attitude est révélatrice d’une névrose qu’on pourrait assimiler à un délire ou à un comportement qui frise la paranoïa. 
Conclusion 
Lettre ouverte aux acteurs de la vie politique et aux mouvements citoyens du Sénégal 
Mes chers compatriotes, 
Les élections présidentielles du 26 Février 2012 approchent à très grands pas. Et à deux mois de ce scrutin crucial, le calme règne, dans l’ensemble, sur le territoire national. Certes, on est déjà en pleine précampagne avec des meetings d’investiture, des déclarations des candidats, les tapages médiatiques du régime de l’alternance sur ses réalisations, des critiques des différentes oppositions au pouvoir, des tournées, visites de proximité et débats télévisés et radiophoniques des seconds couteaux. 
Jusqu’alors, on pouvait se demander : ’Est-ce le calme précaire qui précède la tempête? Où est-ce le fait des prémices d’une paix des braves suite aux nombreuses prières des religieux et divers enturbannés ?’. La campagne qui va s’ouvrir officiellement dans quelques semaines risque d’être soporifique avec des invectives et insultes sans débats sur les vrais problèmes de l’heure entre les principaux protagonistes. 
Quoiqu’il en soit, tous les observateurs avertis, les Ong de développement, les chancelleries occidentales et mêmes les citoyens lambda sont pessimistes et sur le qui-vive. Ils craignent l’éclatement de violences pré et post électorales. Ils ont parfaitement raison. 
Les incidents du jeudi 22 décembre avec mort d’un homme et deux blessés par des tirs d’armes à feu comme dans les films de cow-boys au Far-west à la Mairie d’arrondissement de Mermoz-Sacré-Cœur n’ont fait que confirmer leurs appréhensions et inquiétudes.Tous les acteurs de la vie politique et des mouvements citoyens, sans exception, doivent se ressaisir et savoir raison garder. 
Et à tout seigneur, tout honneur. Me Abdoulaye Wade doit respecter la lettre et l’esprit de la Constitution comme le lui ont demandé les éminents juristes constitutionnalistes dont le Professeur Seydou Madani Sy, une icône du Droit et constitutionnaliste de surcroit, le Professeur Babacar Guèye, un des rédacteurs de la dernière Loi fondamentale de 2001 et d’autres honnêtes citoyens au-dessus de tout soupçon. Et même s’il y avait ambiguïté dans l’interprétation des textes, le Chef de l’Etat devrait en respecter l’esprit comme le lui ont rappelé récemment le Président Barack Obama des Etats-Unis d’Amérique et son Secrétaire d’Etat, Mme Hilary Clinton. Selon les dernières informations, certains de ses amis et pairs, anciens et actuels dont les présidents Obansanjo et Alassane Dramane Ouattara essaient de le dissuader de présenter sa candidature. Le sage Koffi Annan, ancien Secrétaire général des Nations-Unies est sur la même lancée. 
Malgré tout cela, le président qui devrait être celui de tous les Sénégalais, se comporte comme le chef d’une bande et continue son forcing avec son congrès et meeting d’investiture. Ses partisans ont recruté des nervis avec la mission de faire taire les opposants à sa politique en usant de violences gratuites en violation des lois de la République. Rien n’arrête le président de la République pour se maintenir au pouvoir en dépit de son âge avancé. Ses affidés et son proche cercle familial l’encensent avec des louanges afin de sauvegarder leurs privilèges, faveurs et biens acquis de façon obscure. Sans être une Cassandre ou un oiseau de mauvais augure, on peut deviner ce qu’il adviendrait si le président en exercice maintenait sa position pour briguer un troisième mandat en narguant l’opposition et le peuple par ses proclamations de va-t-en-guerre et de son élection dès le premier tour. 
Il ne reste, à mon avis, que deux possibilités pour l’amener à la raison. Ces moyens à puiser dans notre patrimoine et fonds culturels sont à exploiter. En effet, nos ‘kall’ ou cousins à plaisanterie doivent maintenant entrer en action. Dans nos traditions africaines en général et sénégalaises en particulier, ceux-ci peuvent faire tout accepter à leurs cousins d’en face et donc faire reculer les plus obstinés, les plus têtus et les plus butés. La grande famille Wade à laquelle j’appartiens compte le plus grand nombre de ‘kall’. Les Yade, Cissé, Samb, Mbaye, Mbaaye, Mboup, Kébé, Touré, Lo, Diakhaté etc. ont le droit et le devoir de lui dire la vérité. 
Si leur action n’était pas couronnée de succès, le dernier recours reviendrait aux chefs religieux, notamment les Imams dans leurs prêches et les Khalifes généraux des principales confréries musulmanes du pays. Ils pourraient tirer leurs argumentaires des discours des deux premiers Califes Râchidoûne (Abubeckr et Oumar) du Prophète Mohamed (PSL) lorsqu’ils ont été portés à la tête de la Ummah. A coup sûr, ils pourront réussir mieux que l’intervention de puissances étrangères comme ce furent les cas en Côte d’Ivoire et en Libye. Serigne Mouhamadou Mansour Niasse, fils de Serigne Mamoune leur a montré la voie quand il a été choisi tout récemment comme leader de son parti, le Rassemblement pour le Peuple (Rp). 
Nous espérons que toutes ces actions et ces démarches finiront par faire pencher la balance du côté des défenseurs de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance. Ainsi pourrons-nous inviter Me Abdoulaye Wade à consulter la page 163 de l’ouvrage sur La Grande débrouille nationale paru en 2003. Il a en sa possession deux exemplaires bien dédicacés. Il pourra s’approprier le message de fin d’année du Chef de l’Etat, héros de ce roman et essai à la fois où la fiction s’imbrique avec la réalité actuelle de la vie nationale. Son message de fin d’année lui offrira l’opportunité de renoncer à un troisième mandat. Ce qui permettra à son camp de préparer avec sérénité les prochaines joutes électorales. Son parti et ses alliés regorgent de compétences qui pourraient défendre ses idées et postuler valablement à la présidence de la République. De ce fait, il pourrait jouir d’une retraite et d’un repos bien mérités. 
L’exemple du contemporain Nelson Mandela en Afrique du Sud est à méditer, de même que celui de Victor Hugo dans la France du 19ème siècle. Ce dernier, après vingt ans d’exil et d’opposition à l’empereur Napoléon III, avait le pouvoir à ses pieds en 1870. Devenu patriarche de la République et l’homme le plus illustre de la France par ses écrits, ses actions, son combat politique en faveur de la justice, de la démocratie et des droits de l’homme, il a refusé de prendre ce pouvoir. Et pourtant ce peuple français, épris de liberté, n’était prêt à accepter qu’une seule dictature : celle de Victor Hugo. Lui, il avait préféré défendre les causes de ce peuple autrement et se consacrer à ce qui restait de sa famille, en particulier à ses petits-enfants. Son recueil de poèmes dont le titre est ‘L’Art d’être grand-père’ est très évocateur. Le président Abdoulaye Wade doit s’inspirer des exemples de ces deux grands hommes et consacrer son quatrième âge à prier, faire des louanges d’Allah pour toutes les faveurs et grâces qu’Il lui a accordées, cultiver son jardin aux sens propre et figuré, s’occuper avec art et science de ses petits-enfants et arrières petits-enfants et rédiger ses mémoires. 
Aux ténors de l’opposition, on leur conseille, dans ce cas d’espèce, de ne pas pavoiser et de garder le profil bas. Les quatre principaux leaders qui ont des chances d’accéder au second tour en cas d’élections justes, transparentes sans fraudes et dysfonctionnements notoires, devront alors descendre de leurs piédestaux et ne pas se livrer aux jeux de la politique politicienne.Si la plupart d’entre eux se réclament des Assises nationales et de sa Charte de Bonne Gouvernance, force est de reconnaitre que Bennoo Siggil Senegaal a profondément déçu avec sa dizaine de candidats alors que trois à quatre auraient suffi largement pour refléter ses différentes tendances et sensibilités. L’intérêt personnel a pris le dessus sur l’intérêt général. En outre, on pourrait être sceptique sur la capacité des deux principaux frères ennemis à opérer la politique de rupture indispensable pour redresser le pays et l’engager dans la voie d’un développement durable et harmonieux car ils ont été les purs acteurs et produits des quarante ans du régime Ups-Ps.On pourrait trouver à chacun d’entre eux des poux sur leurs têtes et des casseroles les disqualifiant. 
Donc, ils doivent faire leurs autocritiques et mea culpa et tenir à leurs militants et aux populations des discours de vérité dans leurs campagnes. Ils ne sont point des Messies pouvant régler d’un coup de baguette magique les problèmes du pays. Les chefs de ces partis politiques qui leur ont apporté leur soutien doivent aussi opérer une véritable mue et ne pas considérer notre pirogue Sénégal comme leur exclusive propriété. Ils n’ont pas le monopole du cœur et doivent se débarrasser complètement de leurs carcans de marxistes purs et durs, qu’ils soient léninistes, trotskystes, staliniens, maoïstes, castristes ou anarchistes. Ils doivent guérir de la maladie des réunionnites épuisantes par leur longue durée et des analyses théoriques ennuyeuses déconnectées des réalités quotidiennes dans des salons plus ou moins huppés. Le Sénégal n’est plus à l’ère de la clandestinité du Pai. Celle-ci est dépassée. 
Aux mouvements citoyens, nous leur adressons nos encouragements et félicitations pour leur engagement patriotique. Ils ont beaucoup contribué à l’émergence d’une nouvelle citoyenneté en luttant, de façon désintéressée, contre l’injustice et les dérives du pouvoir actuel. Ne pouvant pas les citer tous, je vais me cantonner à donner en exemple, trois parmi les derniers nés et qui se sont bien illustrés dans leurs actions ce second semestre de l’année 2011. 
Il s’agit de Bess du niakk de Serigne Mansour Djamil Sy, de Fekke ma ci boole de Youssou Ndour et de Yamale de Bara Tall. Leurs programmes sont clairs et nets. La plupart des Sénégalaises et Sénégalais uniquement mus par l’intérêt national pourront se retrouver dans ces programmes. Aussi, déplorons-nous la prolifération à un rythme effréné de ces mouvements citoyens qui risquent de semer la confusion dans la tête de nos compatriotes à l’écart de la politique politicienne et des mouvements prêts à monnayer leurs tapages aux plus offrants pour obtenir des prébendes et avantages personnels en bradant les principes et en trahissant leurs militants les plus engagés. Sur la même, lancée nous préconisons le regroupement de ces mouvements citoyens avec la signature d’un pacte ayant pour soubassement une chartre sur l’éthique. Ce regroupement des mouvements citoyens doit impérativement s’ouvrir aux autres Sénégalais de valeur qui ont refusé de faire la politique politicienne comme il est convenu de la pratiquer de nos jours dans notre pays par des invectives, des insultes, des mensonges, des calomnies, des trahisons et des accaparements des maigres richesses nationales. 
Ces Sénégalais ont fait de la politique autrement en servant honorablement leur pays dans leur travail quotidien de médecin, d’enseignant, de juriste, d’ingénieur, de technicien, d’administrateur, d’ouvrier, de pasteur, d’agriculteur, de pêcheur, de transporteur, de sportif, d’homme et de femme de culture, d’agent de la santé, d’architecte, de chef d’entreprise etc. 
Ces hommes et femmes qui ont acquis dans les domaines de leurs compétences des expertises de loin supérieures à celles de certains consultants spécialistes des séminaires improductifs au pays mais permettant à ces derniers d’engranger des per diem et frais de mission exorbitants. 
Ces hommes et femmes qui ont fait leurs preuves aux plans professionnel, éthique et militant d’une certaine citoyenneté, loin des querelles byzantines partisanes devront faire partie de l’ossature de la nouvelle Société civile. Celle-ci aura sa partition à jouer dans les tâches de REFONDATION DE LA NATION. 
Aux deux camps, pouvoir et opposition et aux mouvements citoyens, nous leur demandons d’éviter, dans leurs propos de campagne, les promesses électorales démagogiques qui pourraient être à l’origine de futures déceptions et frustrations des populations avec des émeutes, violences, saccages et destructions des biens publics ou privés acquis honnêtement. Les mensonges, calomnies, discours haineux ou de revanche doivent être bannis. Certes, le bilan du régime de l’Alternance devra être fait avec la plus grande objectivité. Les bonnes réalisations devront être signalées et mises en exergue. Celles qui sont inachevées devront être terminées en les corrigeant ou en les adaptant, au besoin. Les aspects négatifs du bilan, les dérives et malversations ne devront pas être classés dans une rubrique ‘Pertes et profits’ comme il l’a fait avec le régime Ps-Ups, une décennie plus tôt. Une Commission nationale ‘Vérité et Réconciliation’ composée de citoyennes et citoyens au dessus de tout soupçon et qui ont fait leurs preuves aux plans national et/ou international sera chargée de trouver des solutions équitables profitables aux populations. 
Les problèmes et besoins de ces populations sont très nombreux et très complexes. Certains sont communs à tous les pays en voie de développement. D’autres sont spécifiques à notre pays. Il est impossible de les satisfaire tous en l’espace de deux mandats présidentiels et à plus forte raison au terme d’un seul mandat de cinq ans. Notre pays est à la croisée des chemins. Ces élections sont capitales pour le devenir de notre nation. Le coche ne doit pas être raté à nouveau, 50 ans après notre accession à l’Indépendance. Il importe que tous les citoyens s’impliquent afin d’instaurer une démocratie pérenne et de sauver notre pays du chaos et du naufrage. 
Les tâches qui attendent les prochains dirigeants et le peuple sont titanesques. Certains pourront être à court et à moyen termes réglés par nos propres moyens humains, matériels et financiers, illustrant ainsi de façon magnifique et exemplaire l’adage suivant : ‘Aide toi, le Ciel t’aidera’. D’autres vont nécessiter le recours à l’expertise étrangère et aux financements extérieurs. Une bonne partie non négligeable de ces problèmes ne verront leurs solutions définitives qu’avec les prochaines générations. Pour cela, il faudra beaucoup de sacrifices, beaucoup de patience et beaucoup de travail de qualité dans la paix, la discipline, la démocratie participative, l’équité, la transparence et donc dans la bonne gouvernance. 
En espérant que cette Lettre ouverte sera bien perçue par les acteurs à qui elle est destinée et par nos compatriotes qui en auront pris connaissance, nous souhaitons, à l’orée de la nouvelle année, que 2012 soit pour notre pays un nouveau départ pour un Sénégal émergeant et prospère. 
Professeur Alassane WADE, Membre de l’Académie nationale des sciences Commandeur de l’Ordre national du Lion Grand-Officier de l’Ordre du Mérite 
Lettre ouverte aux khalifes généraux : Il est temps de parler à Wade avant qu’il ne soit trop tard 
De grâce, et au nom de la référence divine et de vos références intermédiaires, demandez à Wade de renoncer à sa candidature. Vous le savez, et on vous l’a certainement expliqué, que Wade veut faire une candidature de trop et ce sont des situations de ce genre qui mettent les pays africains dans le chaos.  
 
Messieurs les honorables chefs religieux, le pays va très mal et vous l’avez certainement ressenti. Même si Dieu vous suffit, vos talibés en souf­frent et en meurent. Ce pays vit une crise sans précédent et ses populations sont à bout d’effort, de retenue qu’on leur connaissait ; et au moment où certains cherchent la voix du maintien de la paix sociale, le régime sème les germes d’une guerre civile. Aujourd’hui, sa jeunesse s’entretue pour un vieillard de 90 ans. Et pour l’avenir ? «Euleuk» qui fera le pays ?  
 
Honorables, Wade prépare un putsch électoral pour passer au premier tour puisqu’il sait qu’il n’a aucune chance au deuxième et le pays sombrera dès l’annonce des résultats. Vous pouvez l’éviter, car il est encore temps. Seul Wade détient la clef du salut et à vous de jouer pour qu’il libère le pays. Il vous écoutera. Faites le comme l’aurait certainement fait feu Serigne Abdou Aziz Sy Dabakh. Di­tes-lui de ne pas se représenter pour le bien de ce pays, pour son bien aus­si. Vous n’avez que Dieu à craindre ; alors faites le pour l’amour de Dieu. 
Faites le donc pour le peuple ! 
 
Papa Hamady NDAO - Président du Mouvement Euleuk/Mouvement Pour le Sénégal 
De la mesure, de la relativité et un sens élevé de la responsabilité 
Les Grecs, inventeurs de la démocratie, ont très tôt compris qu’un peuple ne pouvait vivre en harmonie que s’il existe des lois justes et valables pour tous. 
De la mesure aurait permis à celui en qui nous avions placé notre espoir en 2000 puis en 2007 en le portant au pouvoir, au moment où il s’y at­ten­dait le moins et à l’âge où celui qu’il imite quittait la tête de l’Etat, de se rendre compte de l’urgence et de l’importance des enjeux. La demande sociale, c’est l’amélioration du quotidien du peuple. Celle-ci est au-delà des statues et monuments, du Grand théâtre, d’un nouvel aéroport, des é­changeurs, routes et autoroute à péa­ge et autres matières inertes dont la manipulation ouvre les portes de la richesse mal acquise aux gestionnaires des chantiers. Mettre en place un système éducatif performant, un réseau sanitaire opérationnel, des denrées de première nécessité de qualité à des prix accessibles et répartir les richesses de manière équitable, respecter les règles de la bonne gouvernance et assurer le développement durable permettent à un chef d’installer son pays dans les quartiers de la paix sociale et de partir dans la quiétude lorsque vient l’heure du départ. 
 
Albert Einstein, en développant la théorie de la relativité a débarrassé l’Humanité des préjugés qu’elle avait du temps et de l’espace et qui plongeaient la communauté scientifique dans les ténèbres de la valeur constante de la célérité (vitesse) de la lumière. La relativité est en toute chose. Cette réalité bien assimilée, permettrait aux flagorneurs qui nous chantent à tue-tête les réalisations du mortel déclaré seul constante, qu’il ne s’agit point de comparer le nombre de kilomètres, de lycées, d’universités, du budget ou du taux d’augmentation des salaires entre deux époques. Il est plutôt question de dire quels avantages on aurait pu tirer de l’Alternance démocratique et ce quelle nous a donné.  
 
Parmi les nouveaux amis et souteneurs de ce vieux, celui qui navigue éternellement à contre-courant du peuple disait de Senghor : «Il est par­ti librement alors qu’il gardait intact sa vivacité d’esprit. Il est le seul à l’avoir fait.» Il déclarait en 2000 à l’endroit de Abdou Diouf : «Je lui ai demandé de démissionner. Le meil­leur acte qu’il puisse poser c’est son départ de la tête de l’Etat.» Et pourtant, il a soutenu Diouf au risque de compromettre l’Alternance. Au­jour­d’hui, s’il était aussi courageux, c’est à son nouveau mentor qu’il devait tenir ces propos. Effectivement, le ridicule ne tue plus au Sénégal. Je lui rappelle que Mandela ne s’est pas encombré de prétextes aussi sournois et fallacieux que des chantiers à terminer. Sorti de dix sept ans de prison, il n’a fait qu’un seul mandat. Personne n’est en mesure de terminer des chantiers et d’ailleurs Abdou Diouf a fait mieux que Senghor qui a laissé un testament. Après avoir mis en place les outils d’une élection libre et transparente, il a accepté le verdict populaire en cédant démocratiquement le pouvoir. Senghor est assez-bien parti, Diouf est bien parti, alors il faut que Wade parte très bien. Au lieu de travailler et prendre en compte l’effet du temps qui s’écoule de ma­nière inéluctable, il a plus fait dans la magnificence, l’excès et l’obsession. Maintenant qu’il est à la fron­tière du temps, il nous propose une bifurcation vers la turbulence. La pensée de Thomas Edison qui disait : «Je ne me décourage pas, car toute tentative infructueuse qu’on lais­se derrière soi constitue un autre pas en avant», lui aurait beaucoup servi. 
 
Cela me chagrine de voir l’argent du contribuable distribué à tout vent, des hors-la-loi impunis et tapis dans les rangs du pouvoir, des jeunes appauvris par une mauvaise politique de l’emploi et des investissements publics, conditionnés et robotisés à bloc au point de lier leur avenir à un homme du crépuscule, un vieillard toujours assoiffé de pouvoir et d’honneur… le chagrin enseigne la pitié et j’en ai pitié. Et Antoine De Saint-Exupéry de lui dire : «C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.» Mais ta rose n’est pas plus importante que nous alors, regarde-toi droit dans les yeux et dis-toi : «Quitte le pouvoir avant qu’il ne soit trop tard.» Le déclic a sonné et après c’est la Declic (Dynamique pour l’émergence de consciences libres, innovatrices et citoyennes).  
 
Les gens ne jouent pas à se faire peur. Ils cherchent à tuer et meurent. D’ailleurs, la peur nous enseigne le courage. 
Ils sont morts avec le Joola et sur les routes de l’immigration clandestine. 
Ils meurent à Sangalcam et à Fanaye pour défendre leurs terres envahies. 
Ils meurent sur les charrettes villageoises en donnant la vie. 
Ils meurent dans les cortèges de la mouvance présidentielle en campagne électorale permanente. 
Ils meurent en Casamance dans les rangs des insurgés, des paisibles citoyens et dans les rangs de ces braves autres citoyens qui ont choisi de mettre leur vie au service de la sécurité des personnes et des biens et de l’intégrité du territoire national. Un peuple – Un but – Une foi… le Sénégal est Un et indivisible. 
Ils meurent en acceptant d’êtres des nervis au service de ceux qui les ont affamés et qui leur donnent, pour leur sale besogne, des sommes dérisoires. 
 
Un, deux, trois… et on passe à l’infini. Que Dieu nous préserve de ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, en Lybie, en Rdc, et qui continue au Yémen et en Syrie. 
Le sens des responsabilités exclut le waax waaxet et le jeu de la ruse. Il s’agit de faire preuve d’intelligence au lieu de faire l’intelligent. Tout le monde sait que Att va quitter le pouvoir sous peu et le Mali n’en flirte pas autant avec le feu. Charles Blé Goudé remplissait mieux les stades que ces gens qui font leur cirque sur la Vdn. Le Pds n’a qu’à se trouver un candidat et se préparer à mettre en place les conditions d’élections libres et transparentes. Tout autre acte relève de la gesticulation, du superflu, et de l’irresponsabilité. Le mystère restera toujours mystère…  
Que Dieu garde le Sénégal. 
 
 
cbyou@hotmail.com 
 
 
 
En somme, pour toutes ces raisons, nous lançons un appel solennel à tous les philosophes, à tous les hommes raisonnables, d’être charitable envers Wade : en l’aidant à quitter le pouvoir pour se retirer et écrire ses mémoires sous la forme d’un mea culpa qui pourrait être utile à la postérité dans le choix de véritables hommes vertueux et travailleurs à la tête du Sénégal et de l’Afrique. 
 
Par Mamadou Sanoussy Bâ, Professeur de philosophie aux Lycées de Fadia, et Abdoulaye Sow des Parcelles Assainies de l'unité 13 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De la mesure, de la relativité et un sens élevé de la responsabilité 
 
Les Grecs, inventeurs de la démocratie, ont très tôt compris qu’un peuple ne pouvait vivre en harmonie que s’il existe des lois justes et valables pour tous. 
De la mesure aurait permis à celui en qui nous avions placé notre espoir en 2000 puis en 2007 en le portant au pouvoir, au moment où il s’y at­ten­dait le moins et à l’âge où celui qu’il imite quittait la tête de l’Etat, de se rendre compte de l’urgence et de l’importance des enjeux. La demande sociale, c’est l’amélioration du quotidien du peuple. Celle-ci est au-delà des statues et monuments, du Grand théâtre, d’un nouvel aéroport, des é­changeurs, routes et autoroute à péa­ge et autres matières inertes dont la manipulation ouvre les portes de la richesse mal acquise aux gestionnaires des chantiers. Mettre en place un système éducatif performant, un réseau sanitaire opérationnel, des denrées de première nécessité de qualité à des prix accessibles et répartir les richesses de manière équitable, respecter les règles de la bonne gouvernance et assurer le développement durable permettent à un chef d’installer son pays dans les quartiers de la paix sociale et de partir dans la quiétude lorsque vient l’heure du départ. 
 
Albert Einstein, en développant la théorie de la relativité a débarrassé l’Humanité des préjugés qu’elle avait du temps et de l’espace et qui plongeaient la communauté scientifique dans les ténèbres de la valeur constante de la célérité (vitesse) de la lumière. La relativité est en toute chose. Cette réalité bien assimilée, permettrait aux flagorneurs qui nous chantent à tue-tête les réalisations du mortel déclaré seul constante, qu’il ne s’agit point de comparer le nombre de kilomètres, de lycées, d’universités, du budget ou du taux d’augmentation des salaires entre deux époques. Il est plutôt question de dire quels avantages on aurait pu tirer de l’Alternance démocratique et ce quelle nous a donné.  
 
Parmi les nouveaux amis et souteneurs de ce vieux, celui qui navigue éternellement à contre-courant du peuple disait de Senghor : «Il est par­ti librement alors qu’il gardait intact sa vivacité d’esprit. Il est le seul à l’avoir fait.» Il déclarait en 2000 à l’endroit de Abdou Diouf : «Je lui ai demandé de démissionner. Le meil­leur acte qu’il puisse poser c’est son départ de la tête de l’Etat.» Et pourtant, il a soutenu Diouf au risque de compromettre l’Alternance. Au­jour­d’hui, s’il était aussi courageux, c’est à son nouveau mentor qu’il devait tenir ces propos. Effectivement, le ridicule ne tue plus au Sénégal. Je lui rappelle que Mandela ne s’est pas encombré de prétextes aussi sournois et fallacieux que des chantiers à terminer. Sorti de dix sept ans de prison, il n’a fait qu’un seul mandat. Personne n’est en mesure de terminer des chantiers et d’ailleurs Abdou Diouf a fait mieux que Senghor qui a laissé un testament. Après avoir mis en place les outils d’une élection libre et transparente, il a accepté le verdict populaire en cédant démocratiquement le pouvoir. Senghor est assez-bien parti, Diouf est bien parti, alors il faut que Wade parte très bien. Au lieu de travailler et prendre en compte l’effet du temps qui s’écoule de ma­nière inéluctable, il a plus fait dans la magnificence, l’excès et l’obsession. Maintenant qu’il est à la fron­tière du temps, il nous propose une bifurcation vers la turbulence. La pensée de Thomas Edison qui disait : «Je ne me décourage pas, car toute tentative infructueuse qu’on lais­se derrière soi constitue un autre pas en avant», lui aurait beaucoup servi. 
 
Cela me chagrine de voir l’argent du contribuable distribué à tout vent, des hors-la-loi impunis et tapis dans les rangs du pouvoir, des jeunes appauvris par une mauvaise politique de l’emploi et des investissements publics, conditionnés et robotisés à bloc au point de lier leur avenir à un homme du crépuscule, un vieillard toujours assoiffé de pouvoir et d’honneur… le chagrin enseigne la pitié et j’en ai pitié. Et Antoine De Saint-Exupéry de lui dire : «C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.» Mais ta rose n’est pas plus importante que nous alors, regarde-toi droit dans les yeux et dis-toi : «Quitte le pouvoir avant qu’il ne soit trop tard.» Le déclic a sonné et après c’est la Declic (Dynamique pour l’émergence de consciences libres, innovatrices et citoyennes).  
 
Les gens ne jouent pas à se faire peur. Ils cherchent à tuer et meurent. D’ailleurs, la peur nous enseigne le courage. 
Ils sont morts avec le Joola et sur les routes de l’immigration clandestine. 
Ils meurent à Sangalcam et à Fanaye pour défendre leurs terres envahies. 
Ils meurent sur les charrettes villageoises en donnant la vie. 
Ils meurent dans les cortèges de la mouvance présidentielle en campagne électorale permanente. 
Ils meurent en Casamance dans les rangs des insurgés, des paisibles citoyens et dans les rangs de ces braves autres citoyens qui ont choisi de mettre leur vie au service de la sécurité des personnes et des biens et de l’intégrité du territoire national. Un peuple – Un but – Une foi… le Sénégal est Un et indivisible. 
Ils meurent en acceptant d’êtres des nervis au service de ceux qui les ont affamés et qui leur donnent, pour leur sale besogne, des sommes dérisoires. 
 
Un, deux, trois… et on passe à l’infini. Que Dieu nous préserve de ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, en Lybie, en Rdc, et qui continue au Yémen et en Syrie. 
Le sens des responsabilités exclut le waax waaxet et le jeu de la ruse. Il s’agit de faire preuve d’intelligence au lieu de faire l’intelligent. Tout le monde sait que Att va quitter le pouvoir sous peu et le Mali n’en flirte pas autant avec le feu. Charles Blé Goudé remplissait mieux les stades que ces gens qui font leur cirque sur la Vdn. Le Pds n’a qu’à se trouver un candidat et se préparer à mettre en place les conditions d’élections libres et transparentes. Tout autre acte relève de la gesticulation, du superflu, et de l’irresponsabilité. Le mystère restera toujours mystère…  
Que Dieu garde le Sénégal. 
 
 
cbyou@hotmail.com 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 29.12.2011
- Déjà 5549 visites sur ce site!