ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

REVIREMENT à 180°

 
 
Les manifestants de Kédougou bientôt libres : Opération de charme à l’endroit des populations en vue des élections locales ? 
Le président de la République, Me Abdoulaye Wade s’engage enfin à faire libérer les 18 manifestants qui avaient été condamnés par la justice sénégalaise, à la suite des évènements survenus à Kédougou, le 23 décembre dernier. C’est le président de l’Amicale des étudiants et élèves de Kédougou, Amadou Séga Keïta qui l’a annoncé. Le président Wade recevait en audience, ce lundi 2 mars, une délégation de l’Amicale des élèves et étudiants de Kédougou. Pourtant, dans un passé récent, le président Wade avait à maintes reprises déclaré qu’il ne pouvait intervenir dans une affaire qui ne concerne que la justice. Pourquoi, ce revirement de la part du président Wade ? Contexte électoral oblige. 
 
‘ Le président de la République a décidé de donner des instructions au ministre de la Justice pour que le procureur de la République arrête l’action publique intentée par l’État poursuivant ces jeunes ’, a notamment déclaré le président de l’Amicale des élèves et étudiants de Kédougou. Le président Wade a également regretté la mort de Mamadou Sina Sidibé durant ces évènements de Kédougou qui se sont produits le 23 décembre dernier et qui ont été marqués par des affrontements entre les forces de l’ordre et les populations. A la suite de ces évènements, 29 personnes avaient été interpellées. Placées en garde à vue, ensuite déférées au parquet, ces personnes avaient été jugées à Tambacounda. 18 parmi elles, avaient été condamnées par le tribunal. C’est ainsi que les huit ont reçu une peine de dix ans de prison ferme, les deux, sept ans ferme et les huit autres, cinq ans ferme. Depuis, les interventions se multipliaient auprès du chef de l’État qui campait sur sa position, à savoir qu’il ne peut intervenir dans une affaire qui concerne la justice, au nom de la séparation des pouvoirs.  
Qu’est-ce qui a donc amené le chef de l’État à reconsidérer sa position ? Le contexte électoral n’est pas étranger à cette décision du président Wade. Ce dernier n’a pas attendu le démarrage officiel de la campagne pour les élections régionales, municipales et rurales du 22 mars prochain, pour se rendre à Ziguinchor, Kolda et Matam afin de participer à la mobilisation de ses troupes. Le président Wade entend participer à la campagne électorale et donner ainsi un coup de main aux listes de la Coalition Sopi 2009 en compétition dans les différentes localités du Sénégal, surtout là où l’opposition a des chances de l’emporter. Kédougou fait partie de ces zones du Sénégal où la Coalition Sopi avait perdu, lors des élections locales de 2002. La commune était dirigée par l’opposition et c’est Amath Dansokho qui avait été élu maire. Le président Wade avait, il y a quelques mois, signé un décret pour dissoudre le conseil municipal de Kédougou et le remplacer par une délégation spéciale. D’aucuns avaient perçu ce geste du chef de l’État, comme étant le début des manœuvres pour la reconquête de Kédougou par la coalition au pouvoir qui le soutient.  
Les évènements survenus le 23 décembre à Kédougou sont venus creuser le fossé qui sépare le pouvoir et les populations. En effet, ces dernières se disent frustrées de voir que ce sont des personnes venues d’ailleurs qui bénéficient des potentialités que renferme leur zone. Les populations déclarent que Kédougou ne bénéficie d’aucune infrastructure décente.  
(Nettali)  
 
Nous sommes tous des complices  
 
 
Les crises profondes et multiformes qui secouent notre pays semblent effacer toute lueur d'espoir dans l'esprit des Sénégalais. L'effritement généralisé des valeurs éthiques, morales et religieuses s'ajoutant au dénuement des populations et à la désacralisation de nos institutions, sont, entre autres, les phénomènes qui risquent de mettre le pays dans le chaos si l’on n’y prend garde.  
De l'indépendance à l'an 2000, le Sénégal a connu beaucoup de dérives, avec de lourdes conséquences sur l’économie nationale, les libertés fondamentales et la démocratie. Cette mauvaise gestion du pays a été sanctionnée par le peuple à travers des élections libres, démocratiques et transparentes. L'alternance est survenue, mais le malheur nous a encore suivi, le changement s'est traduit en cauchemar chez les populations qui aspiraient à de réelles mutations. La transhumance politique, le manque de loyauté, le vol organisé et le mensonge sont devenus les jeux favoris de nos autorités. Les dirigeants ont fini de montrer leurs limites et leur manque de volonté à prendre en charge les préoccupations des citoyens. La course vers l'accessoire, le paraître, l'argent facile et la belle vie, a malheureusement occupé le quotidien des nouveaux riches qui ont perdu le nord.  
Le régime de Wade n’a pas su imprimer à la gestion du pays, la rigueur et l’orthodoxie républicaine. Dans l’euphorie de la victoire, Abdoulaye Wade a très tôt posé les jalons de la désacralisation des fondements de notre jeune République. La banalisation des symboles de la République, l’absence de rigueur dans le choix des ministres, le tripatouillage de la Constitution, le refus de dialogue politique et la patrimonialisation de l’Etat sont autant de dérapages qui ont caractérisé la gouvernance des libéraux.  
Mais ces comportements condamnables ne sont pas l’apanage des autorités suprêmes de l’Etat. La survivance et même l’accentuation d’actes antirépublicains et répréhensibles sont des pratiques qui gangrènent la gestion des collectivités locales ; les agents de l’administration, n’en parlons pas. Le laxisme, la dilapidation des deniers publics, la spéculation foncière et la banalisation de la corruption sont des maux qui ont résisté à la volonté de changement des Sénégalais, exprimée lors des élections de 2000. L’administration et la diplomatie ont perdu toute leur sacralité à cause du manque de vision et de la gestion informelle des politiques.  
Les électeurs qui ont mis fin au régime du Parti socialiste en aspirant à une vie meilleure et à une sphère publique assainie, vivent le calvaire à cause de l’incapacité du régime d’Abdoulaye Wade à proposer une véritable alternative dans la gestion du pays. Les actes odieux et rétrogrades posés quotidiennement par nos autorités se sont accentués dans un pays où finalement les anti-valeurs et la déviance sont devenues les critères de promotion et de sélection pour occuper des postes de responsabilité dans les différents secteurs. La redistribution des richesses, au lieu de profiter à la majorité de la population, ne sert qu’à entretenir les réseaux politiciens et religieux. Pire, certaines autorités qui ont excellé dans la tortuosité font la pluie et le beau temps dans les médias et prennent ainsi en otages les Sénégalais avec la complicité de la presse qui semble résumer l’actualité aux guerres de positionnement et aux débats de caniveau. Cette race de dirigeants sans pudeur qui se considèrent comme des héros nationaux, continue malheureusement de chercher refuge chez certains marabouts qui ne sont pas exempts de reproches.  
Le Sénégal des malheurs, c’est aussi le pays de chefs religieux qui sont de connivence avec la classe dirigeante, en foulant aux pieds les enseignements des textes sacrés pour satisfaire leurs intérêts bassement matériels. Certains marabouts qui devraient être des défenseurs de la liberté et de toutes les nobles causes des populations vulnérables et meurtries, ont préféré devenir des marionnettes et des thuriféraires des politiciens en quête de légitimité. Au même moment, dans d’autres pays, il n’est pas rare de voir le religieux en ligne de mire pour se soulever, au prix de sa vie, contre l’injustice de l’Etat et les dérives anti-démocratiques. Les dirigeants politiques bénéficiant de ce soutien religieux ont ainsi réussi à annihiler toute tentative de conquête des libertés, en réprimant, les yeux fermés, toutes les revendications des citoyens. Et le comble est arrivé avec l’inertie des potentiels contre-pouvoirs qui semblent perdre toute capacité d’indignation, de contestation et de mobilisation des masses.  
Les populations sénégalaises ont aussi du chemin à faire pour changer les choses. Les mauvais comportements, l’absence d’actions citoyennes désintéressées et le manque de sacrifice sont des souillures qui doivent être lavées ou combattues au sein de nos familles, de nos organisations et dans tous les espaces publics et privés. Les potentielles forces vives de la société ne portent plus les combats d’intérêt général à cause d’un manque d’organisation et d’engagement citoyen.  
Le Sénégal des malheurs, c’est aussi le pays des syndicats, des journalistes et des organisations de la société civile, qui ne manifestent dans les rues que quand leurs intérêts égoïstes sont menacés. Les rares manifestations de rues notées ces dernières années n’ont jamais directement remis en cause les pouvoirs en place. L’opposition politique, baptisée ‘opposition de salon’, qui a perdu toute crédibilité, a presque capitulé face au régime libéral presque en lambeau.  
Notre pays est loin de Mai 1968 : la grève des étudiants avait posé, non pas des revendications intra muros, mais celles qui visaient un ordre établi par les tenants du pouvoir. Ces manifestations, portées par les étudiants, avaient provoqué des changements majeurs de nos institutions et des rapports entre les gouvernants et les citoyens. Le Sénégal est aussi loin de la période des grandes grèves générales menées par les centrales syndicales pour croiser le fer avec le régime socialiste. Ces rudes batailles populaires et efficaces ont toujours amené nos autorités d’alors à mieux prendre en compte les complaintes et préoccupations des populations. Ce dynamisme des forces sociales et politiques, qui a valu à notre pays de réelles avancées démocratiques jusqu’en l’an 2000, semble malheureusement disparu face au régime de Wade qui a installé la peur chez les Sénégalais. La fragmentation des mouvements traditionnels de contestation, surtout celle des organisations syndicales, est l’une des prouesses du régime de Wade, au grand dam des populations désarmées et martyrisées par la misère.  
Mouhamadou BARRO Journaliste mouhametbarro@yahoo.fr  
 
Pressafrik : Mercredi 4 Mar 2009 
Nous sommes tous des complices. 
Mouhamadou Barro, journaliste et membre de l'Association des Etudiants et Eleves Musulmans du Sénégal (AEEMS) Les crises profondes et multiformes qui secouent notre pays semblent effacer toute lueur d'espoir dans l'esprit des sénégalais.  
L'effritement généralisé des valeurs éthiques, morales et religieuses s'ajoutant au dénuement des populations et à la désacralisation de nos institutions, sont entre autres, les phénomènes qui risquent de mettre le pays dans le chaos si l’on n’y prend garde. De l'indépendance à l'an 2000, le Sénégal a connu beaucoup de dérives, avec de lourdes conséquences sur l’économie nationale, les libertés fondamentales et la démocratie. Cette mauvaise gestion du pays a été sanctionnée par le peuple à travers des élections libres, démocratiques et transparentes.  
L'alternance est survenue mais le malheur nous a encore suivi, le changement s'est traduit en cauchemar chez les populations qui aspiraient à de réelles mutations. La transhumance politique, le manque de loyauté, le vol organisé et le mensonge sont devenus les jeux favoris de nos autorités. Les dirigeants ont fini de montrer leurs limites et leur manque de volonté à prendre en charge les préoccupations des citoyens. La course vers l'accessoire, le paraître, l'argent facile et la belle vie, ont malheureusement occupé le quotidien des nouveaux riches qui ont complètement perdu le nord. Le régime de Wade n’a pas su imprimer à la gestion du pays, la rigueur et l’orthodoxie républicaine.  
Dans l’euphorie de la victoire, Abdoulaye Wade a très tôt posé les jalons de la désacralisation des fondements de notre jeune république. La banalisation des symboles de la république, l’absence de rigueur dans le choix des ministres, le tripatouillage de la constitution, le refus de dialogue politique et la patrimonialisation de l’état sont autant de dérapages qui ont caractérisé la gouvernance des libéraux. Mais ces comportements condamnables ne sont pas l’apanage des autorités suprêmes de l’Etat. La survivance et même l’accentuation d’actes antirépublicains et répréhensibles sont des pratiques qui gangrènent la gestion des collectivités locales ; les agents de l’administration, n’en parlons pas.  
Le laxisme, la dilapidation des deniers publics, la spéculation foncière, et la banalisation de la corruption, sont des maux qui ont résisté à la volonté de changement des sénégalais, exprimée lors des élections de 2000. L’administration et la diplomatie ont perdue toute leur sacralité à cause du manque de vision et de la gestion informelle des politiques. Les électeurs qui ont mis fin au régime du parti socialiste en aspirant à une vie meilleure et à une sphère publique assainie vivent le calvaire à cause de l’incapacité du régime d’Abdoulaye Wade à proposer une véritable alternative dans la gestion du pays.  
Les actes odieux et rétrogrades posés quotidiennement par nos autorités se sont accentués dans un pays où finalement les anti- valeurs et la déviance sont devenues les critères de promotion et de sélection pour occuper des postes de responsabilité dans les différents secteurs. La redistribution des richesses, au lieu de profiter à la majorité de la population, ne sert qu’à entretenir les réseaux politiciens et religieux. Pire, certaines autorités qui ont excellé dans la tortuosité font la pluie et le beau temps dans les médias et prennent ainsi en otage les sénégalais avec la complicité de la presse qui semble résumer l’actualité aux guerres de positionnement et aux débats de caniveau. Cette race de dirigeants sans pudeur qui se considère comme des héros nationaux, continue malheureusement de chercher refuge chez certains marabouts qui ne sont pas exempts de reproches.  
Le Sénégal des malheurs, c’est aussi le pays de chefs religieux qui sont de connivence avec la classe dirigeante en foulant aux pieds les enseignements des textes sacrés pour satisfaire leurs intérêts bassement matériels. Certains marabouts qui devraient être des défenseurs de la liberté et de toutes les nobles causes des populations vulnérables et meurtries, ont préféré devenir des marionnettes et des thuriféraires des politiciens en quête de légitimité. Au même moment, dans d’autres pays, il n’est pas rare de voire le religieux en ligne de mire pour se soulever, au prix de sa vie, contre l’injustice de l’Etat et les dérives anti-démocratiques. Les dirigeants politiques bénéficiant de ce soutien religieux ont ainsi réussi à annihiler toute tentative de conquête des libertés, en réprimant, les yeux fermés, toutes les revendications des citoyens.  
Et le comble est arrivé avec l’inertie des potentiels contres pouvoirs qui semblent perdre toute capacité d’indignation, de contestation et de mobilisation des masses. Les populations sénégalaises ont aussi du chemin à faire pour changer les choses. Les mauvais comportements, l’absence d’actions citoyennes désintéressées et le manque de sacrifice sont des souillures qui doivent être lavées ou combattues au sein de nos familles, de nos organisations et dans tous les espaces publics et privés. Les potentielles forces vives de la société ne portent plus les combats d’intérêt général à cause d’un manque d’organisation et d’engagement citoyen. Le Sénégal des malheurs c’est aussi le pays des syndicats, des journalistes et des organisations de la société civile, qui ne manifestent dans les rues que quand leurs intérêts égoïstes sont menacés. Les rares manifestations de rues notées ces dernières années n’ont jamais directement remis en cause les pouvoirs en place.  
L’opposition politique, baptisée « opposition de salon » qui a perdu toute crédibilité, a presque capitulé face au régime libéral presque en lambeau. Notre pays est loin de Mai 1968 : la grève des étudiants avait posé, non pas des revendications intra muros, mais celles qui visaient un ordre établi par les tenants du pouvoir. Ces manifestations, portées par les étudiants avaient provoqué des changements majeurs de nos institutions et des rapports entre les gouvernants et les citoyens. Le Sénégal est aussi loin de la période des grandes grèves générales menées par les centrales syndicales pour croiser le fer avec le régime socialiste. Ces rudes batailles populaires et efficaces ont toujours amené nos autorités d’alors à mieux prendre en compte les complaintes et préoccupations des populations. Ce dynamisme des forces sociales et politiques, qui a valu à notre pays de réelles avancées démocratiques jusqu’en l’an 2000, semble malheureusement disparu face au régime de Wade qui a installé la peur chez les sénégalais.  
La fragmentation des mouvements traditionnels de contestation, surtout celle des organisations syndicales, est l’une des prouesses du régime de Wade, au grand dam des populations désarmées et martyrisées par la misère.  
Mouhamadou Barro, journaliste et membre de l'Association des Etudiants et Eleves Musulmans du Sénégal (AEEMS)  
L’OBSERVATEUR : 
 
DOOR MU DAANU Cynisme 
 
Article Par XEF XIPPI ,  
Paru le Mercredi 4 Mar 2009 
 
Le thermomètre déjà assez chaud du front social a surchauffé à mesure que la campagne pour les Locales se déroule. Enseignants, greffiers et transporteurs font dans la surenchère si opportune en période électorale. Ont-ils, d’ailleurs, tort ? Nos pouvoirs africains nous ayant habitués à dégainer plus facilement quand ils cherchent nos voix, pour mieux nous saigner après coup. Regardez bien du côté du monde rural mis sur les rotules par une non-campagne de commercialisation. C’est comme si nos braves paysans ont été affamés pour mieux les rendre vulnérables aux espèces sonnantes et trébuchantes arrosées sur leurs champs arides. Ruse éculée, mais éprouvée. Quel cynisme ! 
 
SUD QUOTIDIEN : 
GAMOU-HOMMAGE ’’Dabakh’’, le régulateur social, parrain de la pause d’avant Gamou  
par APS , mercredi 4 mars 2009  
(Aps) - Homme de paix et de tolérance, habité par une grande sagesse Serigne Abdou Aziz Sy, Dabakh comme on continue de l’appeler affectueusement après son rappel à Dieu le 14 septembre de l’année 1997 et au terme de 40 années de khalifat, a été fait parrain de la journée de pause avant le Gamou de Tivaouane. 
En 2007, lors de célébration de l’anniversaire du Prophète (PSL) l’œuvre de Serigne Ababacar Sy avait été revisitée, puis en 2008 celle de El Hadj Mansour Sy, a rappelé lundi à Tivaouane Serigne Abdou Aziz Al Amin, ajoutant que c’est maintenant au tour de ‘’Dabakh’’, quatrième fils d’El Hadj Malick Sy d’être rappelé aux souvenirs des musulmans. 
Né à Tivaouane en 1904, année coïncidant avec l’inauguration de la grande mosquée de la ville et son érection en commune, El Hadj Abdol Aziz Sy ‘’Dabakh’’ a marqué son époque par sa sagesse et son dévouement envers le Tout-puissant et son Prophète Mouhammad (PSL). 
Bienfaiteur hors pair et rassembleur de toutes les couches sociales, il s’est investi durant toute sa vie pour la paix et la concorde des musulmans ainsi que des non musulmans. 
Ami de toutes les familles religieuses (chrétiennes et musulmanes), il ne se définissait pas de frontières dans ses rapports avec les personnes. Engagé dans l’œuvre de construction nationale, ‘’Dabakh’’ ne cessait de raffermir l’entente, la tolérance et la paix entre d’une part les confréries et d’autre part les hommes politiques, notamment. 
Bien que Khalife général des tidianes, il dépassait le cadre strict de sa confrérie pour s’adresser à tous et œuvrer à la concorde nationale. 
Le thème du forum de Tivaouane prévu à l’occasion du Gamou sur ‘’la vie et l’œuvre d’El Hadj Abdou, une contribution toujours actuelle à l’œuvre de rénovation d’El Hadj Malick’’ permettra sans nul doute de revisiter les multiples facettes de ce grand régulateur social. 
La solidarité et le partage faisaient également partie des vertus de Serigne Abdou, le fils de Safiétou Niang, arrivé au Khalifat en 1957, après les disparitions de Serigne Babacar Sy et de Serigne Mansou Sy. 
Anecdote illustrant son générosité : absent de Tivaouane à l’insu de son père, El Hadj Malick Sy, ce dernier demanda après lui et s’entendit dire que ‘’Dabakh’’ s’était prestement rendu à Rufisque pour se payer de quoi porter car il avait distribué aux nécessiteux presque tous ses habits. 
 
WALF FADJRI : 
Monsieur le Ministre, un peu d'indulgence ! 
 
 
Le vent d’espoir pour une année scolaire apaisée 2009, qui soufflait depuis l’ouverture des classes, malgré quelques secousses constatées ici et là, est en train de s’estomper, au fur et à mesure qu’on avance vers le mois de juin. D’abord, les escarmouches de grèves du Cusems et de l’Ois, ensuite les menaces d’actions d’autres syndicats et enfin les mesures administratives prises à l’encontre du secrétaire général Youssou Touré et ses camarades. Cette dernière mesure, quand bien même elle serait un acte administratif de gestion, surprend plus d’un acteur de l’éducation, et se présente comme une étincelle susceptible de provoquer la détonation de la bombe des perturbations scolaires. Le climat de négociations, qui était en cours, même s’il ne réglait pas entièrement les difficultés, installait l’espérance et entretenait le rêve.  
Mais la levée générale des boucliers des syndicats contre les mesures du ministre de l’Education, risque de réinstaller la confrontation et les perturbations des cours pour les périodes à venir. La spirale des violences et des incertitudes que nous voulions oublier ne devrait, pour quelque raison que ce soit, être ressuscitée. C’est pourquoi, nous voudrions lancer un appel solennel d’apaisement dans le but de maintenir le climat de travail et de sérénité dans l’espace scolaire. Et cet appel commence par demander au ministre de l’Education de bien vouloir faire preuve d’indulgence et de magnanimité en revenant sur les décisions prises et de rapporter les actes d’affectation.  
Concernant les syndicats, la coalition demande de refreiner la précipitation et d’utiliser les voies de recours en vigueur pour obtenir réparations, avant d’engager la riposte et le recours à la grève.  
Trop de sacrifices et de pertes de toutes sortes ont été consentis jusqu’ici pour retomber dans le cycle des débrayages et des cessations de cours. Puisse Dieu nous aider à apaiser les cœurs et les susceptibilités, pour que nous puissions trouver les formules adéquates de résolution heureuse de ces différends.  
La Coalition nationale/Education pour tous (Ept) Le Comité Exécutif  
 
Le greffier en chef Ndèye Marième Dieng et ses collègues : Quel bel exemple ! 
 
 
Secrétariat d’une juridiction judiciaire, chargé notamment de la conservation des minutes, des pièces de procédure et de la délivrance des jugements et de certains actes, le Greffe est un ensemble de services administratifs d’une juridiction. Il est dirigé par un fonctionnaire, greffier ou greffière en chef qui en assure la responsabilité et la gestion administrative. La fonction essentielle du greffier est qu’il est un fonctionnaire qui assiste le greffier en chef et les magistrats dans leurs missions de justice, par la tenue du plumitif et la délivrance des jugements. Son statut l’astreint à un certain nombre d’obligations, à savoir l’obligation de réserve et le secret professionnel. L’une des particularités de sa condition est qu’à l’instar des magistrats, il lui arrive, pour des raisons de nécessité du service, de travailler sans contrepartie rémunératrice bien au-delà des horaires de travail prévus par les textes régissant leurs corps. Il leur arrive souvent de finir leur journée de travail à des heures très tardives de la soirée lors de certaines audiences correctionnelles et durant les sessions des Cours d’assises. L’on imagine alors les dangers permanents et les graves risques auxquels ils sont exposés, s’agissant surtout des femmes, pour la plupart épouses et mères de famille.  
Le greffe, de par sa vocation et son rôle, constitue le poumon de la justice. Paradoxalement, il en est le parent pauvre, l’orphelin. L’on pourrait bien nous rétorquer que cette catégorie professionnelle n’est pas la seule à vivre ce genre de situations peu accommodantes, et au besoin rappeler qu’elle bénéficie de certains avantages en sus de leur salaire, comme les fonds communs. Le constat est que ces derniers temps, les greffiers ont emboîté le pas à d’autres fonctionnaires, en l’occurrence les enseignants et le personnel de la Santé pour ne citer que ceux-là, pour manifester leur mécontentement et dénoncer par des mouvements de grève leurs difficiles conditions de travail et de vie. Il serait regrettable d’entraîner l’opinion dans cette malhonnête campagne de désinformation savamment orchestrée par le pouvoir en lui faisant croire que ces gens ne sont préoccupés que par leur sinécure.  
L’attitude des greffiers, fortement saluée par les citoyens de tous bords sur toute l’étendue du territoire national, à quelques heures précédant l’expiration du délai des dépôts de listes des candidats conseillers municipaux, prouve, si besoin en était, que le sacerdoce et l’altruisme sont loin d’être de vains mots pour les membres de ce corps. Les citoyens qui avaient assiégé durant cette période le Greffe du tribunal régional hors classe de Dakar pour la délivrance de casiers judiciaires en vue de constituer leur dossier de candidature, ne me démentiront pas.  
Au demeurant, il importe de déplorer l’attitude de nos compatriotes d’attendre toujours les derniers moments pour entreprendre des démarches. Malgré tout, pendant une semaine, les services de la greffière en chef, Me Ndèye Marième Dieng, en dépit de leur exiguïté, avaient pu contenir cette marée déferlante de personnes venues de différents lieux de Dakar, et de ses banlieues : Pikine, Parcelles Assainies, Pikine, Guédiawaye, Rufisque, Malika, Rufisque pour l’obtention de casiers judiciaires. Que toutes ces localités à forte concentration démographique relèvent du seul greffe du tribunal régional de Dakar en matière de délivrance de casiers judiciaires illustre parfaitement l’imperfection de notre organisation judiciaire. Face à ce déficit criard de moyens logistiques, d’effectif, ces derniers avaient comme seules ressources leur conscience professionnelle, doublée d’un esprit républicain pour aller au-delà même de leurs capacités physiques et morales. En prolongeant l’heure de fermeture de ses services, Me Dieng épargnait ainsi à la justice, l’Etat et le pouvoir une condamnation sans appel de la part des Sénégalais, comme cela a été cas avec certains préfets.  
Non seulement cette équipe avait travaillé sans relâche des jours durant, matin et soir, jusqu’au lendemain. Mais elle a eu à supporter surtout des actes d’indiscipline notoire, des écarts de langage, voire même des agressions de la part de certains qui avaient les nerfs à fleur de peau. Qui ne se souvient de l’attitude déplorable d’un vieux que la greffière en chef finit par calmer en le mettant à l’aise ? Me Dieng ne dira jamais le montant en argent qu’elle a dû rembourser, du fait de sommes non recouvrées au titre des frais de délivrance du fait de cette confusion, l’occasion faisant le larron. Les responsables des partis politiques étaient traités sur un pied d’égalité, qu’ils soient du pouvoir ou dans l’opposition. Le service public a été bien assuré, d’autorité, mais par la courtoisie surtout. Du café bien chaud et de l’eau fraîche avaient même été servis aux ’invités’. Les services du greffe auraient bien voulu ce soir-là satisfaire tout ce beau monde de candidats conseillers municipaux. Hélas ! La carence d’un Etat peu soucieux de mettre ses serviteurs les plus dévoués dans des conditions de travail et d’existence minimales et plutôt préoccupé à entretenir le train de vie de ses oisifs thuriféraires politiciens en avait décidé autrement. Ces infortunés devraient pour le moins se consoler du sentiment que leur peine fut partagée par Me Dieng et son équipe, Me Ibrahima Wade, Djibril, Issa, Ndèye Awa et autres.  
Occulter ou banaliser de tels actes hautement magnanimes, de par leur caractère altruiste et républicain contribuerait à mettre de l’eau dans le moulin de ceux qui pensent que les sempiternelles revendications des greffiers ne sont guidées que par des intérêts uniquement personnels. Les magnifier renforcerait au contraire notre conviction que la générosité, la solidarité sont encore toujours présentes chez bon nombre de fonctionnaires.  
‘Tout devoir aux autres et ne rien devoir à soi-même. Telle est la pénible et noble condition du juge’, disait H. François d’Aguessau, un magistrat français du 18e siècle. On lui aurait rapporté les conditions de traitement des greffiers sénégalais, qu’il les aurait bien pris en compte dans ces pathétiques éloges.  
En faisant montre de sérénité, surtout d’humanisme en cette mémorable journée du 21 janvier, la greffière en chef et son équipe, au risque de blesser leur modestie, ont bien suivi le chemin tracé par leurs illustres pères et aînés : Mes feu Abdoulaye Diop, les doyens Guissé, Aïdara, Yacynthe Gomis, Thibault, Bassirou Guèye. Le moins que l’on puisse dire est que cette génération présente et future de greffiers aura de solides références pour préserver ce précieux héritage que leur ont légué leurs glorieux aînés : le sacerdoce.  
Maître Djibril WAR Wardjibril @yahoo.fr  
 
Arrêt de la raffinerie et «mauvaise» gestion de la Sar Les travailleurs en sit-in le 11 mars 
 
Article Par JEAN-PIERRE MANE,  
Paru le Mercredi 4 Mar 2009 
 
Les travailleurs de la Société africaine de raffinage (Sar) tiennent un sit-in le mercredi 11 mars prochain. Ils ne sont pas contents de la façon dont leur société est gérée et dénoncent l’arrêt de la raffinerie.  
Réunis hier, en assemblée générale, dans le restaurant de leur entreprise, sous la présidence du secrétaire général du syndicat national des travailleurs du pétrole et du gaz du Sénégal, Cheikh Diop, par ailleurs secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Forces du changement, ils ont passé au peigne fin les maux qui gangrènent leur entreprise. A l’issue de cette rencontre, ils ont décidé de se retrouver mercredi 11 mars prochain pour un sit-in dans les locaux de la société. Après le Gamou de Tivaouane, prévu dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 mars 2009, la Fédération de l’énergie/Forces du changement (les travailleurs du pétrole affiliés à la Cnts/Fc) et ceux de l’électricité affiliés à la même centrale devront se retrouver pour échanger et mettre en place un plan d’action commun. Ce tour de table sera suivi d’un point de presse de la Fédération de l’énergie sur la politique énergétique du pays et la survie de la Sénélec et la Sar. Dans la foulée, les travailleurs exigent une gestion correcte de l’environnement économique de leur entreprise et la fin immédiate des arrêts intempestifs des installations de l’entreprise. Ce qui nécessite, selon eux, la prise de décisions opportunes à temps et une plus grande rigueur dans la gestion de la boîte. On rappelle que depuis le 29 janvier dernier, un tanker mouille aux larges de Gorée. La cargaison n’est toujours pas déchargée. Conséquence : le pays n’est pas à l’abri d’un black-out et d’une pénurie du carburant dans les tout prochains jours.  
 
 
WALF FADJRI : 
Approvisionnement en gaz et pétrole : Les travailleurs de la Sar menacent l’Etat  
Entre la Sar et la Senelec, le torchon brûle. Même si les travailleurs ne le disent pas ouvertement, il se passe des choses bizarres. Alors que la Sar réclame 10 milliards à la Senelec, cette dernière société demande à la raffinerie de lui payer plutôt ses 16 milliards de redevances. Ce qui inquiète les travailleurs de Mbao qui ne comprennent pas le mutisme de l'Etat face à cette situation. Ces travailleurs appréhendent une répétition du coup de 1994, quand la Senelec voulait que la Sar devienne un dépôt de gaz. 
 
Les travailleurs de la Société africaine de raffinerie iront en sit-in ce mercredi 11 mars pour se faire entendre. Le regroupement de ces travailleurs du pétrole et du gaz affiliés à la Cnts/Fc de Cheikh Diop se fera à partir de 10 h à la direction de la Sar. La décision a été prise au cours d'une assemblée générale qui a regroupé la majorité des travailleurs. Dirigée par le secrétaire général de la Cnts/Fc, Cheikh Diop, l'assemblée générale a été l'occasion pour ces travailleurs de toucher du doigt la plaie qui gangrène la société depuis 2008. ‘Depuis un mois, la Sar est aux arrêts à cause du brut qui manque cruellement. Le brut nous vient du Nigeria. Un tanker est accosté aux larges de Dakar depuis le 29 janvier, mais nous ne pouvons pas le décharger. La cargaison est bloquée à cause des problèmes financiers entre la Sar et la Senelec. Le pool bancaire demande à la Sar d’épurer la dette due par la Senelec afin qu'il autorise le déchargement’, explique Mamadou Cissokho, délégué du personnel. Alors qu'ils s’attendent à ce que la société d’électricité règle sa dette, voilà que la Senelec réclame les impayés des redevances qui lui sont dues. Ainsi, ‘alors qu'elle nous doit 10 milliards, la Senelec nous réclame 16 milliards’, précise M. Cissokho.  
Pour les travailleurs de la raffinerie de Mbao, l'Etat du Sénégal est responsable de tout ce qui leur arrive. ‘Il prend surtout des décisions politiques et non des décisions économiques’, accusent-ils. Et de ce fait, le gros problème de la Sar demeure la Senelec. ‘Il y a aussi qu'on ne connaît pas l'importance d'une société comme Total qui est pourtant actionnaire et qui a fait un chiffre d'affaires de 14 milliards’, ajoute François Diouf.  
Plusieurs travailleurs ont réclamé que le système de financement et de recouvrement de la Sar soit revu afin de permettre à la raffinerie de souffler. ‘Le système démarrage des activités, aussitôt suivi d’un arrêt de ces mêmes activités, ne peut plus continuer pour une société de cette trempe, employant 250 personnes’, s’insurge Ismaïla Mané. Mais pour Adama Guèye, si la Sar en est encore à ce stade, c’est parce qu’elle manque cruellement d’une direction qui peut mener à bien l'usine. ‘Samuel Sarr est juge et partie dans cette affaire. Il est le seul maître à bord, il gère la Sar tout comme la Senelec’, révèle M. Guèye qui ne peut ‘pas comprendre qu'un tanker ne puisse pas décharger sa cargaison pour seulement 2 milliards. La Sar est à l'arrêt depuis un mois, et nous allons vers une faillite’, ce qui serait une catastrophe. ‘Nous devons combattre cette politique qui nous asphyxie au détriment d'une autre société. Depuis un mois quatre jours, la Sar est aux arrêts. Le brut qui arrive au port, paie le temps perdu à l'accostage. Plus le temps par le tanker au port est long, plus la société de raffinage paiera cher’.  
Le secrétaire général de la Cnts/Fc est dans tous ses états. Pour Cheikh Diop, c'est l'avenir de la Sar qui se joue en ce moment. A l’en croire, il faut tenir un discours syndical à sa direction et à l'Etat. ‘L'arrêt de la Sar va affecter tout le pays. La politique énergétique de l'Etat du Sénégal repose sur la raffinerie de Mbao qui est la seule en son genre dans la sous-région, vu son expérience et sa capacité de production. Il faut assainir la Sar, sa gestion interne, sa situation financière et commerciale. Et ce sont les autorités qui sont interpellées’, martèle le patron de la Cnts/Fc. Selon lui, il faut penser à sécuriser le pays en matière d'énergie et augmenter la capacité de la Sar. ‘Nous ne pouvons plus accepter que les autorités restent muettes devant nos problèmes. Que l'Etat nous édifie sur sa politique énergétique. Qu'il mette sur pied une politique énergétique qui sied’, poursuit Cheikh Diop qui dit ne pas comprendre l'attitude du ministre de l’Energie, Samuel Sarr, qui refuse de rencontrer les syndicats du pétrole et du gaz.  
En attendant que la situation se décante, les travailleurs de la Sar ont mis en branle un plan d'action qui démarre par un sit-in ce mercredi 11 mars. Une réunion de la fédération des travailleurs de l'énergie sera organisée et sera sanctionnée par un point de presse pour évaluer et poursuivre le mouvement.  
Najib SAGNA  
Face aux menaces et sanctions : L'Intersyndicale et le Collectif des enseignants haussent le ton  
Aux menaces et autres formes d'intimidations de l'Etat, les enseignants ont trouvé la potion magique pour faire face : l'union. C'est ainsi que l'Intersyndicale de l'enseignement et le Collectif des syndicats d'enseignants ont décidé d’unir leurs forces et de peaufiner un plan d'action pour que le gouvernement entreprenne avec eux des négociations sérieuses sans ruse ni faux-fuyant.  
 
Dans un passé récent, le ministre de l'Education chargé du préscolaire, de l'élémentaire et du moyen secondaire avait soutenu dans la presse ‘qu'aucun syndicat ne peut rendre l'année blanche’. Pour avoir tenu de tels propos, Kalidou Diallo s'est ‘fait passer pour ridicule’ aux yeux des membres de l'Intersyndicale de l'enseignement et du Collectif des syndicats d'enseignants qui ont scellé une unité retrouvée depuis le 27 février dernier. Ils comptent faire face aux menaces et autres intimidations du gouvernement. Dans une déclaration conjointement, il est question pour les enseignants d'exiger du gouvernement de meilleures conditions de vie et de travail. En clair, notent Mamadou Diouf de l'Intersyndicale et Ibra Diouf Niokhobaye du Collectif dans le même document, ‘il s'agit surtout de mettre un terme de façon nette et définitive à l'injustice dont sont victimes les enseignants du préscolaire et de l'élémentaire quant à l'octroi d'une indemnité de recherche documentaire’. Et ce, précisent-ils, ‘dans des conditions qui prennent en compte l'exigence d'équité dans le traitement des agents du ministère de l'Education’.  
Les syndicalistes regrettent que ‘le gouvernement, face à cette revendication des syndicats d'enseignants, semble opposer la voie autoritaire, celle de la confrontation précédée de l'intimidation’. Mais, ce n'est que peine perdue selon Mamadou Diouf du Sudes, Ibra Diouf Niokhobaye de l'Ades et Mamadou Diop ‘Castro’ qui s'adressaient à la presse. A les en croire, une telle voie ne saurait prospérer, au vu de leur détermination à faire face. La seule solution raisonnable pour un gouvernement responsable, estiment-ils, ‘c'est de mener avec les syndicats des négociations sérieuses sans ruse ni faux-fuyant’. Faisant lecture de la déclaration, Mamadou Diouf rappelle que l'Intersyndicale de l'enseignement et le Collectif des syndicats d'enseignants ont fait preuve d'ouverture et de bonne volonté en demandant l'arbitrage du chef de l'Etat, Me Abdoulaye Wade pour sortir de la crise, avec un ensemble de propositions réalistes et réalisables. Il s'agit ‘pour le gouvernement de cesser le surplace et de s'engager avec (eux) dans la voie d'une conception de consensus salvateurs’. Et d'après le rapporteur du jour, ‘cela passe par des solutions moins onéreuses que les sanctions et autres menaces quotidiennement brandies, et qui ne sauraient ébranler la détermination et la solidarité des enseignants’.  
C'est ainsi que les syndicalistes ‘condamnent de manière ferme’ les mesures répressives prises contre leurs camarades du Directoire unifié des enseignants de l'élémentaire (Duel). Par ces actes, jugent les enseignants, le gouvernement cherche à les divertir. Ce qu'il ne réussira pas, préviennent-ils. Car, tout en combattant cette façon de faire de l'Etat, l'intersyndicale et le Collectif comptent poursuivre, sur l'autre front, la bataille pour la satisfaction de leur plate-forme revendicative, notamment l'octroi d'une Ird aux instituteurs, aux éducateurs du préscolaire, aux maîtres contractuels et volontaires de l'éducation et à tout autre agent exerçant la fonction enseignante qui n'en bénéficie pas, sans contrepartie horaire, mais aussi l'augmentation de l'indemnité de logement. Pour ce faire, signalent-ils, un plan d'action a déjà été élaboré, avec des journées de débrayage à partir de 9 h suivies d'assemblées générales et/ou de réunions les 5, 17 et 24 mars prochain. De même, du 16 au 20 mars seront décrétées des grèves de zèle au plan de l'administration et de la pédagogie. Quant à la date du 18 mars, elle consacrera une journée nationale d'action. Selon le secrétaire général de l'Uden, Mamadou Diop ‘Castro’, qui lance ainsi un avertissement au gouvernement qui ferait la sourde oreille, ‘on ne chauffe pas la machine pour la garer’. A l'en croire, ‘si l'Etat ne réagit pas, la bataille sera beaucoup plus rude’.  
MAMADOU DIOUF (SUDES) : ‘L'Etat est à court d'arguments’  
‘En matière de lutte syndicale, l'intimidation ne paie pas, ce qui paie par contre ce sont des mesures de décrispation qui favorisent le dialogue. Les sanctions sont illégales et nous les condamnons et demandons au gouvernement de rétablir les camarades dans leur droit. Je me fonde pour le dire sur les conventions 87, 97 de l'Organisation internationale du travail (Oit) et également sur le statut général des fonctionnaires et le code du travail qui sont des textes qui se placent au-dessus des décrets et arrêtés ministériels. Par conséquent, tous ces textes fondamentaux notamment la Constitution, le statut général, le code du travail garantissent le droit syndical et le droit de grève. Il faut s'en tenir à cela, considérer la mesure disciplinaire comme illégale, et rétablir les camarades dans leur droit. Cela démontre encore une fois que le gouvernement est à court d'arguments face aux revendications légitimes des enseignants’.  
Abdoulaye SIDY  
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 4.03.2009
- Déjà 5296 visites sur ce site!