ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Le feu appelle le feu

Le feu appelle le feu 
Le feu appelle le feu. Une façon pour dire que personne n’a le monopole de la bêtise. Cependant, elle n’honore jamais son auteur. Le Sénégal en a assez vu avec ce régime moribond de WADE. Franchement l’Alternance nous pomme l’air. Horrible, inadmissible, ignoble… nous avons du mal à trouver le terme approprié pour qualifier les sorties débiles de tous ces énergumènes qui piaillent dans les médias pour nous arroser les oreilles de propos tristes allant des insultes aux menaces. Dès que quelqu’un s’aventure à dire la vérité au Maître du Palais et du PDS (ou PDSL), ils sortent leurs griffes comme des vampires assoiffés de sang, le regard méchant… l’esprit vidé toute capacité de discernement. Ils agissent comme de véritables robots programmés. Pourtant, ils devaient pourvoir, de temps en temps, s’arrêter pour compter le nombre de « robots programmés » que leur Maître, expérimenté dans la promotion des débiles, a eus à jeter, après usage, à la poubelle de l’oubli. 
Triste ! Non, disons plutôt débile… ce scénario d’un homme qui revendique d’être le commanditaire d’un incendie qui aurait pu couter la vie à d’honnêtes citoyens. Mais puisque Farba continue de gagner des galons depuis le saccage de l’As et 24H Chrono… rien ne nous étonne plus venant de ses kamikazes du Parti-Etat ou, pour coller à la réalité, de la Famille-Etat, en l’occurrence celle de Wade. Est-ce qu’un Etat qui se respecte peut accepter en son sein, à des stations élevées, des pyromanes, des mythomanes, des bandits de grand chemin qui réclament sans ambages leur banditisme ? Pourquoi notre justice continue-t-elle de laisser faire de tels brigands ? Pourquoi notre Président ne prend-t-il pas les mesures idoines pour arrêter ce bordel ? Nous ne l’entendons plus que lorsqu’il théorise sur des aberrations comme sa fameuse Statue de la honte. 
En février 2000, j’habitais à la cité SOPRIM. Lorsque Maître WADE passait avec sa caravane bleue devant notre habitation, sa grosse sono diffusait, entre autres, une chanson dans laquelle le célèbre chanteur ivoirien Alpha Blondy avertissait : « Le sang appelle le sang ». Face à l’escalade de la violence politique qui s’installe dans notre pays, nous disons qu’à Thiès le feu appelle le feu. Ce n’est pas une solution, pour un quelconque pouvoir, pour sortir un pays de la déche généralisée qu’il vit au quotidien. Et ce n’est pas non plus une solution pour museler les voix du refus citoyen. 
La violence politique, selon Nieburg, est l’ensemble des actes de désorganisation, destruction, blessures dont l’objet, le choix des cibles ou des victimes, les circonstances, l’exécution et les effets acquièrent une signification politique, c’est-à-dire tendent à modifier le comportement d’autrui dans une situation de marchandage qui a des conséquences sur le système social. 
Le seul problème est que, là où existe une violence d’Etat on y trouve aussi une violence contestataire et parfois une violence inter-sociale. Heureusement, chez nous, cette dernière type de violence n’a pas la chance de prospérer car notre société, grâce à une tradition de fraternité entre les religions, les ethnies, bref, entre ses différentes composantes, a dépassé ce genre de fléau. Par contre, la violence contestataire y a souvent existé. On se rappelle, entre autres, la révolte des populations de Kédougou sous le régime de Wade… C’est dans la nature humaine que de vouloir se faire justice lorsqu’on a la conviction que la Justice de son pays fait dans le favoritisme, le copinage et la corruption. L’impunité qui entoure beaucoup d’affaires criminelles comme celle de la mort de Balla Gaye, de la Bourse du Travail, de l’agression de Talla SYLLA, du groupe Walfadjri, de l’As et 24H Chrono… révèle les limites de la Justice de notre pays. 
A quelques jours de la déclaration de Maître Mame Adama GUEYE, bâtonnier de l’ordre des avocats du Sénégal, sur notre Justice qui traîne des casseroles, déclaration qui avait fâché Wade, voilà une occasion en or pour celle-là de redorer son blason. Elle est décriée par la majeure partie des sénégalais à cause des gaffes innombrables impunies commises par des membres de l’appareil d’Etat. L’Etat ne doit pas être un grand bazar. J’implore un sursaut d’orgueil de notre appareil judiciaire afin de freiner cette avalanche de violences de toute sorte. Autrement, ce qui risque de se réaliser c’est du « œil pour œil, dent pour dent ». Attention ! Le feu appelle le feu. Encore une fois, personne n’a le monopôle de la bêtise ; faisons gaffe ! Ce feu qui couve à Thiès risque d’embraser le pays si rien n’est fait pour arrêter les fauteurs de troubles. 
Nous demandons à Wade d’arrêter ses calculs politiciens aux conséquences graves, périlleuses, … aventureuses pour notre nation ; qu’il arrête de titiller notre cohésion sociale. La priorité n’est pas de décapiter une partie de notre système administratif en éliminant les gouverneurs de région. Qu’ils laissent les conseillers régionaux tranquilles, ils ont été légalement élus par les populations pour une mission bien définie. Le Sénégal n’est pas un royaume. Et nous n’avons pas besoin d’une provincialisation de notre République. Nous n’avons jamais vu un Président comme ça ; il aime créer des sources de polémiques et de contestations partout où il passe. Pourquoi ? Hein ! Pourquoi agit-il ainsi ? S’il croit pouvoir nous imposer son fils ou son parti de larbins, qu’il déchante. Le peuple ne l’acceptera pas. Que Dieu nous débarrasse de ce régime au plus vite ! Nous prions Dieu pour cela et appelons à la mobilisation de toutes les forces vives de la nation conscientes de la situation dangereuse que nous vivons afin de pousser Wade à partir dans la paix. Le Sénégal ne doit pas être un ring où tous les coups sont permis. 
• Tafsir Ndické DIEYE  
• Auteur de polars et de poésie dont : 
• Odeur de sang (polar), Silence ! On s’aime (poésie) 
• Editions Le Manuscrit, paris mars 2008 
• E-mail :ndickedieye@yahoo.fr 
 
 
 
 
 
Me Wade, une « générosité débordante » portée toujours vers l’extérieur  
« Le mensonge fleurit, mais ne donne jamais de fruit » 
Me Wade : « Offrir les terres de l’Afrique –comme si elles lui appartenaient- et une région entière et fertile du Sénégal, aux Haïtiens» 
Encore une idée farfelue de Me Wade, dénuée totalement de bon sens. En réalité, elle est émise pour impressionner son monde et émouvoir ses inconditionnels et sans doute, certaines âmes sensibles d’Haïtiens, qui se trouvent présentement dans le malheur et qui sont préoccupés par leur devenir. En apprenant ces propos démesurés, j’ai été encore envahi par la honte, en tant que Sénégalais. 
C’est franchement indécent de prendre prétexte du désarroi d’un peuple pour tenter de redorer son blason qui est déjà assez terni sur le plan international. Fort heureusement, je pense que, peu de gens seront si naïfs pour tomber encore sur ce traquenard de Me Wade, car l’homme est un habitué des faits, à telle enseigne que, ses élucubrations et autres annonces qui sortent de l’ordinaire, ne devraient plus tromper personne dans le monde entier. 
Aujourd’hui, notre Président est réputé être le plus prompt sur notre planète, à sauter sur n’importe quelle occasion même malheureuse, pour émettre des idées souvent saugrenues, afin d’attirer les média sur lui et pour se faire distinguer. Mais malheureusement pour lui, il passe toujours à côté de la plaque et rate la plupart du temps, le but qu’il vise. Et si nous faisions le décompte de toutes ses initiatives du genre, on s’apercevrait clairement, qu’elles ont toutes échouées, comme une montagne qui accouche d’une souris. Mais malgré tout, il n’en tire jamais, la leçon qui s’impose, car dès le lendemain il recommencera. 
Ne dit-on pas chez nous que : Charité bien ordonnée commence par soi-même ? Ceci, notre Président l’ignore royalement ou le foule totalement aux pieds. 
Le peuple sénégalais, en apprenant de tels propos de la part de leur président devrait se sentir profondément mal à l’aise et même couvert de honte par celui qu’il a choisi pour présider à sa destinée un temps donné. Quand on sait le nombre important de catastrophes et de malheurs qui se sont produits sous son magistère, sans qu’il n’ait eu à faire le moindre geste pour soulager les victimes qui en sont issues, on est totalement sidéré. Et je prendrai deux seulement à titre d’illustration: Le naufrage du Bateau le Djola avec ses 2000 victimes et les inondations récurrentes dans l’ensemble du pays. 
Face à ces deux drames seulement, qui ont frappé durement notre peuple, le président de la République n’a exécuté effectivement, aucune de ses promesses qu’il avait pourtant faites aux victimes des deux. Au contraire, ces deux drames ont fait l’objet de prétexte, pour annuler les élections législatives d’une part et d’autre part, solliciter de l’aide et de la solidarité en faveur des victimes et des sinistrés. En fin de compte, le budget prévu à cet effet, a emprunté comme d’habitude, les labyrinthes des voies sinueuses de l’alternoce, quant aux victimes du Djola, il a entrepris comme à son habitude, de diviser les familles pour anéantir leur force. D’ailleurs, que sont devenus leurs enfants? N’est-ce pas lui, qui les avait déclarés tous pupilles de la nation, et qu’ils seraient tous pris en charge par l’Etat jusqu’à l’âge de la majorité? Jusque-là, les victimes et les sinistrés attendent désespérément la mise en oeuvre. 
Alors, que le peuple haïtien, victime de cette catastrophe et confronté à un si grand malheur aujourd’hui, ne se fasse pas d’illusions, pour croire un seul instant, à une telle promesse, si surprenante. Sinon, il risque encore de subir un second choc, qui l’assommerait davantage comme un autre séisme. Ce n’est pas de manquer de solidarité au peuple haïtien mais, c’est juste, pour qu’il ne soit pas déçu à nouveau ou victime d’arnaque. Nous voudrions que cela soit clair pour le peuple frère d’Haïti, Me Wade ne peut donner en aucune façon sur le plan légal, une région quelconque du Sénégal à qui que se soit, à plus forte raison encore les terres africaines. 
Dans tous les cas, le peuple sénégalais qui connait bien son président et qui le pratique depuis bientôt 10 ans, est habitué à être abreuvé de promesses mirobolantes de tous genres, toujours plein la vue et jamais tenues n’en croit pas un seul mot. Et les sinistrés d’inondations récurrentes, ne me démentirons pas, car au-delà du discours d’autosatisfaction et d’autoglorification du pouvoir, les populations pataugent jusqu’ici dans les eaux nauséabondes des zones marécageuses, avec tous les risques de maladies que cela peut entraîner. 
En ne prenant que ces deux exemples concrets, est-il vraiment, pensable et logique, pour tout être saint d’esprit, d’admettre que, celui qui est incapable de régler les préoccupations minimales de son peuple, soit en mesure d’accueillir et de satisfaire les besoins essentiels de toute la nation haïtienne. 
Est-il besoin de rappelons pour mémoire ? Oui, nous avons effectivement, tous constaté et pris acte que, toutes les attentes qui étaient fondées sur l’alternance, ont fondu comme beurre au soleil. En effet, quand un chef d’Etat est incapable de satisfaire l’impérieux besoin d’emploi de sa jeunesse -malgré ses promesses démagogiques qu’il leurs avait faites lors de sa campagne électorale en 2000- au point de les voir emprunter le chemin de l’émigration clandestine, avec tous les graves risques que cela implique, pour trouver un mieux être ailleurs, quand le système éducatif du pays qu’il dirige n’est pas en mesure de satisfaire la demande de scolarité des élèves et étudiants à tous les niveaux, quand la couverture sanitaire du pays est au plus bas niveau, que la mal nutrition et la famine gagnent de larges couches populaires dans les villes et les campagnes, quand cet Etat est impuissant devant la progression électronique de la pauvreté qui s’agrandit chaque jour davantage, quand il est dans l’impossibilité de fournir à suffisance –à l’industrie comme aux ménages- de l’énergie qui est à la base de tout développement économique et social en ce XXIe siècle, quand ce même chef d’Etat privilégie les dépenses somptueuses de prestige personnel et celui de sa famille contre celles de développement économique et social en faveur du peuple, etc.., est-ce que raisonnablement, on peut envisager un seul instant d’accorder tant soit peu, de crédit aux déclarations et dires d’un tel chef ? Et surtout quand celles-ci relèvent tout à fait presque du délire. Et si, nous nous mettions à décompter les dénégations et autres annonces pompeuses pour faire effet de manche, nous n’en sortirions pas. 
Au-delà de toutes ces considérations, on peut bien affirmer que le Président de la République manque totalement de respect au peuple sénégalais. Sinon, comment comprendre qu’il puisse proposer une partie du territoire –une région entière, de surcroît fertile et située on ne sait où- à des tiers, sans même se référer à l’avis du peuple sénégalais souverain ? Ces propos de Me Wade qui deviennent récurrents, appellent de la part de chacun de nous, citoyen à part entière, un réexamen approfondi de notre attitude face aux dérives aussi récurrentes, pour protéger voire sauver notre pays d’une éventuelle partition. Le peuple sénégalais doit se ressaisir d’urgence avant qu’il ne soit trop tard, pour ramener l’exercice du pouvoir à ses justes proportions et que des limites exactes soient fixées au président de la République, quel qu’il soit. Un pouvoir sans limite ne relève que du bon Dieu, Le Tout Puissant. Je vous recommande de lire une de mes contributions1 intitulée « Me Wade, un étranger parmi nous, qui nous gouverne virtuellement » publiée en 2007. 
Attention chers concitoyens ! La méthode Wade est à plusieurs égards d’une ressemblance troublante avec celle de Jean Claude Duvalier. C’est pourquoi, les Sénégalais devraient bien prendre conscience de ce qui se dessine sous leurs yeux et les risques graves que cela peut engendrer demain. Une partie du peuple sénégalais se laisse berner, une autre semble endormie par des propos qui semblent les rassurer mais, qui en réalité, sont tout à fait faux. Pendant ce temps, Wade, sa famille et tous ceux qui le soutiennent par cupidité sont en train de concocter une funeste entreprise pour masquer notre clairvoyance et notre vigilance, entreprise qui nous mettrait devant le fait accompli comme à son habitude. Et toutes les modifications et violations de nos institutions et tout particulièrement de la Constitution, l’impunité des criminels et l’instabilité structurelle du pays par l’absence d’autorité participe à la préparation d’un Etat, dans le chaos. Tous les citoyens patriotes de notre pays doivent se réveiller et demeurer plus vigilants, pour faire face résolument à ce qui se trame à notre insu contre notre peuple. Si nous attendons demain, cela risque d’être trop tard. Et, en sous-estimant ce qui précède, nous facilitons inconsciemment, au pouvoir d’accomplir son forfait. 
Si nous nous souvenons bien d’Haïti de J.C. Duvalier, c’est de cette manière qu’il a procédé au début de son règne, et de fil en aiguille, terminé enfin, par la création d’un régime de terreur et de dictature féroce, à la place d’un Etat de droit, en s’appuyant particulièrement sur ses tontons macoutes (calos bleu). En regardant la situation se détériorer chaque jour, par des pertes de liberté et de droit des citoyens, sans aucune réaction de notre part à la dimension de l’agression, nous laissons s’installer inconsciemment les prémices d’un Etat de terreur et de non droit. Est-ce que les patriotes de notre pays ont le droit de courir le risque, de laisser notre pays s’installer dans une situation où le peuple n’aura plus aucun droit, à plus forte raison d’un pouvoir, pour décider de son sort par lui-même, et en toute souveraineté ? Assurément non ! 
Ainsi, chacun de nous a une part entière de responsabilité de ce qui adviendra demain, si naïvement, nous ne résistons pas et, si nous pensons que Me Wade va conduire notre pays à bon port, à notre satisfaction, sans que nous intervenions fermement pour que la gestion du pays tienne bien compte des intérêts bien compris de notre peuple d’abord. Alors, l’engagement résolu de tout un chacun pour une telle tâche est aujourd’hui, une nécessité absolue et un impérieux devoir citoyen. 
Comme l’appétit vient en mangeant et, Me Wade ayant des liens insoupçonnés et occultes avec la terre, n’a dès son arrivée au pouvoir, rien fait d’autre que de s’occuper des terres du Sénégal rien qu’à son profit et ceci, tous les faits l’attestent éloquemment. N’ayant rencontré aucune résistance de taille dans ce domaine, il poursuit son démantèlement de toutes les terres qui ont de la valeur à ses yeux sans état d’âme. Alors, après avoir réussi à brader les terres de l’aéroport de Yoff, il projette maintenant de livrer une partie des terres du pays à des tiers. Me Wade n’est quand même pas sans savoir, que ce pays appartient à tous les Sénégalais et non à lui, Abdoulaye Wade, pour qu’il en dispose comme si c’était son bien personnel. Non, trop c’est trop ! 
Depuis l’alternance, les bavures et les bévues ne font que s’accumuler de jour en jour sans que nous en prenions garde. C’est pourquoi, toutes affaires cessantes, les citoyens patriotes qui aiment tant leur pays devraient prendre conscience du danger imminent vers lequel Me Wade nous conduit. Ils doivent cesser de se réfugier derrière une soi-disant neutralité ou un apolitisme puéril, qui en réalité est un leurre et un appui évident, des souffrances que le pouvoir fait subir à notre peuple. Alors Me Wade, non content de vouloir diviser notre peuple pour des considérations politiciennes, il tente à présent, de nous déposséder de nos ressources économiques. Au demeurant, tout ce qu’a tramé Me Wade depuis son avènement à la tête du pays, se résume concrètement, à faire reculer notre pays le plus loin possible du progrès économique et social, à disloquer sa cohésion nationale et enfin, à livrer nos terres à l’étranger pour se faire un nom.  
Mandiaye Gaye 
Gaye_mandiaye@hotmail.com 
IMMIGRATION EN ITALIE :  
Quand racisme, populisme et mafiosisme se conjuguent. 
Après nous avoir une fois de plus gratifié d’un piètre spectacle de racisme, hélas devenu ordinaire, à l’encontre d’ouvriers agricoles originaires d’Afrique, l’Italie de Silvio Berlusconi semble persister dans son mépris, désormais assumé, et son racisme, quasi institutionnalisé, contre les immigrés africains. 
A l’origine de ces nouveaux incidents, des travailleurs immigrés qui rentraient tranquillement de leur travail se sont faits sauvagement canardés à la carabine par de jeunes italiens en voiture. Sérieusement commotionnés, ces ouvriers agricoles ont manifesté leur dépit en brûlant des voitures pour dénoncer les actes racistes dont ils sont régulièrement les cibles. C’est en représailles à cette réaction que la population elle-même a mené de véritables expéditions punitives dans leurs rangs, faisant de nombreux blessés graves. 
Certains diront qu’il ne s’agit là que d’une nouvelle histoire d’exploitation éhontée de l’homme par l’homme. D’autres ont d’ailleurs déjà mis toute la responsabilité des incidents sur le dos de la mafia calabraise. Il est vrai, celle-ci exploite de manière abominable ces pauvres ouvriers, payés vingt à vingt cinq euros par jour et vivant dans des conditions indignes, sans eau courante, ni toilettes ni chauffage. 
En vérité, ces incidents semblent symptomatiques d’un mal beaucoup plus profond, qui ronge l’Italie et que le régime de Berlusconi n’a cessé d’aggraver. Le pays semble véritablement renouer avec ses vieux démons, exhumant de sombres pages de son histoire et actualisant le sinistre legs du duce. Rien d’étonnant pourtant, quand on se rappelle la manière dont Berlusconi est parvenu à revenir au pouvoir, n’hésitant pas à s’allier à la Ligue du nord, un parti d’extrême droite ouvertement xénophobe et raciste, qui compte plusieurs ministres dans son gouvernement. D’ailleurs, l’un d’entre eux n’a pas hésité à utiliser le terme « Bamboula » pour désigner ces pauvres travailleurs agricoles africains. Pire, le quotidien « Il giornale », qui appartient à Berlusconi, n’a pas hésité à la suite des incidents à titrer « Cette fois-ci ce sont les nègres qui ont raison ». 
Le drame est que ce genre d’étalage de propos xénophobes et racistes, même quand ils sont tenus par un ministre d’un gouvernement d’une république européenne qui se dit démocratique, ne semble plus choquer grand monde et entre dans la banalité. Cette banalisation tient très certainement dans le fait que les préjugés et les fantasmes sur l’étranger, combinés à d’autres facteurs plus complexes qu’il n’y paraît, s’enracinent dans la société, même s’ils ne reposent que sur des argumentaires faux, fallacieux ou irrationnels. Il suffit d’interroger l’histoire pour s’en convaincre, tant elle recèle de situations comme celle que traverse actuellement l’Italie, durant lesquelles la propension à la xénophobie et au racisme a été quasi systématique. Les médias jouent d’ailleurs un rôle très important dans l’expansion de telles situations en contribuant à diffuser de manière massive les préjugés. Les grands massacres de l’histoire ont tous procédé de cette mécanique, qu’il s’agisse du génocide arménien en 1915, de la Shoah, des massacres de Bosnie-Herzégovine entre 1994 et 1995, ou encore du génocide rwandais en 1994. Bien entendu, il est impensable de comparer la situation actuelle à ces tragédies extrêmes. Il n’empêche qu’elles trouvent toutes à leurs origines des préjugés souvent raciaux et infondés, du même type que ceux qui décrivent les Juifs comme avides d’argent et agents d’un complot international, l’Arabe comme violent, sanguinaire et fanatique, les Noirs, naïfs et proches de l’animalité... Dans tous ces cas le rapport à l’autre est détruit par des jeux d’images faussées, qui érigent un groupe en bouc émissaire d’un autre, laissant ainsi place au racisme et à la xénophobie. 
L’histoire a montré, la force des préjugés aidant, que c’est souvent dans des contextes de crises économiques, que ces actes racistes prospèrent, car les pouvoirs en place n’hésitent pas à instrumentaliser les stéréotypes et fantasmes raciaux, faute de trouver les solutions appropriées à leurs problèmes. Dirigeant le plus populiste que l’Italie ait connu depuis Mussolini, Berlusconi - aux abois devant la crise économique et sociale frappant son pays de plein fouet - n’hésite d’ailleurs pas à recourir aux recettes jadis utilisés par son funeste maître, en faisant croire à son peuple que les immigrés sont responsables de tous leurs maux. Rien d’étonnant alors si aujourd’hui dans les rue italiennes, les propos racistes et les actes xénophobes soient entrés dans l’ordinaire du quotidien. 
En vérité, pour bien apprécier l’ironie de cette situation, il faut avoir à l’idée les grandes vagues d’immigration de travailleurs italiens tout au long de l’histoire du siècle dernier. Déjà en 1931 la France était l’un des premiers pays d’immigration du monde, avec 2,7 millions d’étrangers pour 42 millions d’habitants, c’est à dire 6,4 % de la population. Sur ces 2,7 millions, on recensait 808 000 Italiens ; chiffre qui, avec les clandestins, dépassait probablement le million. 
La première vague d’immigrants avait quitté l’Italie entre 1871 et la fin du XXe siècle, pour fuir la pauvreté, comme beaucoup d’immigrés africains actuellement. À cette époque-là, le pays, très pauvre, comptait un taux d’analphabétisme de 90 % de la population, et 5 millions d’italiens immigrèrent dans le Nord de la France et surtout à Marseille, pour y trouver du travail. Cette première vague connut des conditions de vie extrêmement difficiles et la ségrégation dans des ghettos en périphérie des grandes villes comme Paris ou Marseille, sans parler de la promiscuité dans les baraques ouvrières des villes industrielles du Nord, à l’image du sort de beaucoup d’émigrés africains d’aujourd’hui. Ces travailleurs étaient surexploités, acceptant les tâches les plus rudes et des salaires dérisoires, ce qui ne les mettait pas à l’abri de rixes parfois très violentes avec les ouvriers français. 
Ce racisme anti-italien atteindra son point culminant avec la tragédie d’Aigues-Mortes, le 17 août 1893, qui vit des altercations entre travailleurs italiens et français dégénérer en véritable émeute, durant laquelle la foule excitée poursuivit les Italiens, armée de fourches et de pioches, provoquant un véritable massacre. Accentuée par le fascisme de Mussolini, la haine des italiens sera très ancrée dans la société française jusqu’aux années soixante, les travailleurs français redoutant toujours que ces « ritals » ne leur volent leurs emplois durant la Reconstruction. 
Mais, ce qui est inquiétant aujourd’hui en 2010, c’est le silence assourdissant des dirigeants européens, notamment de la Cour européenne des Droits de l’homme et des institutions de l’Union, dont l’Italie fait partie. L’Union européenne devrait prendre toutes ses responsabilités, en ordonnant des enquêtes sur le sort des travailleurs immigrés en Italie et en sanctionnant tout manquement à la convention européenne des Droits de l’homme. Malheureusement, il est peu probable qu’elle le fasse, de peur de créer une jurisprudence qui exposerait d’autres pays européens aux mêmes sanctions. Car, on le sait, ce problème n’est pas propre à l’Italie ; même si le niveau de xénophobie et de racisme, n’a rien à voir avec celui des autres pays. 
Bien entendu, même en Italie, des voix courageuses se sont levées pour dénoncer l’injustice faite aux Africains. Le Pape quant à lui s’est contenté d’un timide euphémisme, rappelant que ces derniers étaient des « êtres humains » ! On se croirait trois siècles en arrière. 
Les gouvernements africains, pourtant bien au fait de la situation de leurs ressortissants en Italie, sont quant à eux restés muets face à ces incidents répétitifs. Or, l’on sait tout le tollé que susciterait ce type de traitement, infligé à des ressortissants européens en terre d’Afrique ! Le triste constat est que les pauvres, et les Africains en particulier, sont devenus les nouveaux parias de notre époque post moderne, comme l’ont été les intouchables en Inde, les gitans en Europe de l’Est, etc. 
Faisant écho au précepte du livre de l’Exode (23, 9), « N’opprimez pas les étrangers installés chez vous. Vous savez bien ce qu’ils peuvent éprouver, puisque vous avez été vous-mêmes des étrangers ... », Roger Ikor - lauréat du prix Goncourt 1955, avec son roman « Les eaux mêlées » - écrit : « Fais bon accueil aux étrangers, car toi aussi, tu seras un étranger » ! 
L’Italie actuelle, faisant fi de son histoire et ignorant tous ses enseignements, semble dédaigner ces belles exhortations. 
Sakho Jimbira Papa Cheikh 
LE MESSAGE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A LA NATION 
Moderateur ou commission cellulaire ? 
 
Dans son message à la Nation du 31 Décembre 2009, le Chef de l’Etat a abordé certains aspects liés au processus électoral. Il n’a pas manqué d’évoquer le contentieux né des récentes concertations entre les acteurs Politiques sur la Revue du Code électoral, et esquisser des solutions de sortie de crise. Si la tonalité du discours de cette année est moins polémique celle des années précédentes, cela participe peut être d’une volonté d’apaisement du climat politique et de l’espace social traversés ces derniers temps par de nombreuses zones de turbulences. 
Toutefois, les considérations énoncées par le Président de la République, sur le processus électoral en général, et en particulier sur le blocage des discussions sur la Revue du code électoral, suscitent beaucoup d’inquiétudes. La suspension par les partis de Bennoo Siggil Sénégal, de leur participation à la concertation, suivi du retrait par la suite, des partis dit « non alignés » des travaux de la Commission Technique de Revue du code électoral, ont ôté à cette concertation, toute crédibilité. 
Dans cette contribution, nous allons aborder trois questions soulevées par le Chef de l’Etat dans son Adresse à la Nation, et relatives au processus électoral. 
1/ le choix d’un modérateur 
2/ la suppression du 2ème tour de l’élection présidentielle 
3/ le maintien de l’actuel Code électoral en cas d’absence de consensus entre les acteurs politiques. 
A ) Modérateur ou Commission cellulaire ? 
Le déroulement chaotique des travaux de la Commission Technique de Revue du Code Electoral, initialement prévus du 1er au 05 décembre 2009, puis prolongés jusqu’au 12 décembre, a clairement fait apparaître aux yeux de nombreux participants à la rencontre, l’impérieuse nécessité de retirer des mains du Ministère de l’Intérieur, la conduite des travaux de la Commission Technique. Lorsqu’un nouveau Ministre de l’Intérieur, qui vient de prendre contact pour la première fois avec les acteurs politiques, refuse tout dialogue avec ces derniers, et s’emmure dans un monologue inqualifiable, cela veut dire que l’esprit de la concertation était déjà faussé dès le départ. Le Ministre d’Etat Bécaye DIOP, a fait preuve lors de la cérémonie officielle de démarrage des travaux de la Commission Technique, d’un manque d’esprit d’ouverture et d’une volonté d’écouter les acteurs politiques, ne serait ce pour les connaître et s’imprégner de leurs préoccupations. Ce faisant, il a clairement indiqué le style qu’il entendait imprimer à son magistère : être au service exclusif des intérêts du camp libéral et ignorer superbement les préoccupations des autres acteurs politiques. 
La matière électorale, par essence, étant d’une extrême sensibilité, celui qui a en charge ce département ministériel, même s’il appartient à un parti politique, doit s’efforcer autant que faire se peut , d’avoir de la souplesse et faire preuve d’une grande capacité d’écoute de tous les acteurs du jeu électoral. 
S’agissant de la notion de « modérateur » employé par le chef de l’Etat, dans son Adresse à la Nation, il faut reconnaitre que le contenu n’a pas été précisé. Il faut dire que c’est une nouveauté dans la littérature électorale sénégalaise. En tout état de cause, ce que préconise Bennoo Siggil Sénégal, c’est la mise en place d’une Commission cellulaire, pour piloter les concertations sur le processus électoral. L’ histoire politique de notre pays, nous enseigne que les avancées le plus significatives que le système électoral sénégalais a connues, c’est sous l’impulsion d’une équipe composée de personnalités indépendantes, ayant une réelle expertise des questions juridiques, constitutionnelles et politiques, et ayant comme crédo, la neutralité à l’égard des partis, l’impartialité et un esprit authentiquement républicain. 
C’est ainsi qu’en 1992, la Commission cellulaire présidée par le juge feu Kéba MBAYE, assisté d’éminents membres de la société civile choisis par leur expertise, a pu arbitrer les concertations entre les 17 partis politiques qui existaient à l’époque, et qui ont permis d’obtenir le code consensuel dit « code Kéba MBAYE ». Ce code, objet de la loi n°92-16 du 07 Février 1992 (Partie Législative) et du décret n°92-267 du 15 février 1992 (Partie Réglementaire), a fait l’objet d’un large consensus au sein de la classe politique. Le travail minutieux qui a été fait par cette Commission cellulaire, dans l’identification des imperfections et lacunes qui entravaient le bon fonctionnement de notre système électoral, a été salué par tous les acteurs politiques, ceux du pouvoir comme ceux de l’opposition. Maître Abdoulaye WADE, à l’époque chef de file de l’opposition, avait dit de ce code : « toutes les dispositions essentielles ont été formulées et acceptée. Chaque chef de parti a fait une déclaration publique à la presse, pour dire qu’il est satisfait de ce code électoral et qu’il n’a rien à ajouter" . Quand au Président Abdou DIOUF, il disait de ce code, qu’il était le " meilleur" du monde et qu’il souhaitait son adoption par l’Assemblée Nationale à majorité socialiste, " sans changement d’une virgule". 
En 1997, à la suite des nombreux dysfonctionnements constatés dans l’organisation des élections locales de novembre 1996, il a été mis sur pied une Commission cellulaire pour la concertation des partis politiques. 
Faisant requête à une correspondance en date du 16 Janvier 1997, adressée par le « Collectif des 19 », au Président de la République de l’époque, sur toutes les défaillances lors des élections régionales municipales et rurales de 1996, Monsieur Abdou DIOUF, dans une lettre n°000341/PR/ SP du 07 Février 1997, en réponse à l’opposition, informe avoir dépêché l’Inspection Générale d’Etat (I.G.E), pour faire toute la lumière sur ce qui s’est réellement passé. Et à la question Que faire maintenant ? Monsieur DIOUF écrivait " D’abord, il faut se parler entre partis politiques son exclusion, donc recouvrir au dialogue et à la concertation. Ensuite, il faut rechercher des solutions consensuelles comme nous l’avions fait pour le code électoral. C’est la raison pour laquelle, la démarche qui me paraît la meilleure, est que tous les partis fassent ensemble, dans la confiance mutuelle et de bonne fois, une évaluation critique du déroulement des élections, situent les insuffisances ou manquements constatés, et proposent, en partant du Code électoral et des autres textes pertinents, toutes les mesures nécessaires , pour corriger et améliorer tout ce qui doit l’être" . 
Une semaine plus tard, le Président Abdou DIOUF signa le décret N° 97-146 DU 13 Février 1997, portant création d’une Commission cellulaire chargée d’organiser la concertation entre les partis politiques. Cette commission prit l’appellation de Commission d’Evaluation des Elections et de Réforme du système Electoral. 
Elle fut présidée par Monsieur Ibou DIAITE, vice président du Conseil Constitutionnel, et comprenait les professeurs d’Université, Moustapha SOURANG, El Hadj MBODJ, Babacar KANTE ainsi que Monsieur Magib SECK, ancien Directeur des Collectivité locales. C’est grâce à cette Commission cellulaire que l’Observatoire National des Elections (ONEL) a vu le jour, en tant qu’organe original de contrôle et de supervision des élections. Celui ci a joué un rôle important dans notre dispositif électoral ayant conduit à l’alternance politique qui a porté Me WADE à la tête du pays en février – mars 2000, à la suite d’une élection démocratique, transparente et non contestée. 
Malgré l’avancée significative qu’à constitué l’ONEL dans la consolidation de notre système électoral, les acteurs politiques ont éprouvé la nécessité d’aller plus loin encore dans le renforcement de notre dispositif institutionnel, en créant la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA), et en lui dotant de pouvoirs et prérogatives plus étendus que ceux de l’ONEL. 
C’est ainsi que le Président WADE signa en juin 2004, le décret n°2004-673 du 02 juin 2004, portant création d’une Commission chargée de faire des propositions pour l’institution d’une CENA. Et le professeur Babacar GUEYE fut nommé par le décret n°2004- 1379 du 29 octobre 2004, comme président de cette commission. Il était assisté d’éminents constitutionnalistes, enseignants – chercheurs, tels les professeurs Abdoulaye DIEYE, Alioune FALL, Mohamet FALL, Sémou DIOUF, entre autres. Le 22 novembre 2004, le professeur GUEYE, adressa une correspondance aux partis leur demandant de faire des propositions sur la méthodologie et les procédures de travail. 
Une semaine plus tard, le 29 novembre 2004, démarrèrent à l’Ecole Nationale de Police, les concertations entre l’équipe du Professeur Babacar GUEYE, les partis politiques, Le Ministère de l’Intérieur et l’ONEL. C’est au cours de cette séance qu’ont été adoptées et validées les questions relatives à la méthodologie, les modalités d’intervention et de collecte des propositions des uns et des autres, le calendrier et le timing des travaux de la Commission Technique. 52 partis avaient pris part aux concertations qui avaient duré 02 (deux) mois (du 29 novembre 2004 au 27 Janvier 2005). La Commission déposa ses conclusions le 08 février 2005. Au cours d’une cérémonie officielle de remise du Rapport au Chef de l’Etat, Maître WADE déclarait : « Ce jour marquera d’une pierre blanche l’évolution politique et démocratique du Sénégal. La démocratie est une construction continue. Je suis heureux de constater que le travail s’est bien déroulé, dans de bonnes conditions et dans une atmosphère sereine ». 
A la Lumière de ce rappel historique, il apparaît que la requête de Bennoo Siggil Sénégal de mise en place d’une Commission cellulaire pour jouer le rôle de facilitateur des concertations sur la réforme du Code Electoral, est tout a fait pertinente et justifiée. Notre pays peut manquer de tout sauf des personnalités indépendantes ayant une grande expérience et une expertise des questions juridiques et politiques. La question électorale est, par définition, consensuelle. L’attitude franchement partisane et suspecte du Ministère de l’Intérieur en faveur du pôle présidentiel n’est pas de nature à faire avancer positivement les travaux de la Commission Technique de Revue du Code Electoral. Donc la mise en place d’une Commission cellulaire, est seule à même de contribuer puissamment à l’instauration d’un climat de confiance indispensable, pour amorcer le dialogue et la concertation entre les acteurs politiques, en vue de parvenir à des consensus forts, susceptibles d’améliorer qualitativement notre système électoral. 
Comment, au cours d’une concertation qui regroupe 154 partis légalement constitués, celui qui préside les séances revêt à la fois trois casquettes : tantôt c’est la casquette du Directeur Général des Elections (DGE), tantôt c’est celle du Président de séance, tantôt c’est le représentant du ministre de l’Intérieur qui parle. Ce n’est nullement la compétence et l’expertise de monsieur Cheikh GUEYE, Directeur Général de Elections, qui sont mises en cause, mais c’est plutôt la confusion des rôles, qui n’est pas de nature à clarifier les choses. Au regard de l’épaisseur du contentieux qui oppose le pouvoir et l’opposition sur beaucoup de questions relatives au processus électoral, 
La Commission cellulaire s’impose comme une nécessité incontournable. Une fois le consensus établi sur le choix de la personne devant présider. La Commission cellulaire de même que, et les autres membres de l’équipe qui doivent l’assister, les modalités de travail, l’agenda et le timing des concertations devront être arrêtés d’un commun accord par l’ensemble des acteurs du jeu électoral. En tout état de cause, notre pays ne peut faire l’économie de la mise en place d’une Commission Cellulaire composée de personnalités situées à égale distance des partis, neutres, indépendantes et intègres, pour faire avancer le dialogue entre les acteurs politiques. 
B / La Question de la suppression du 2ème tour de l’élection présidentielle. 
Dans son Adresse à la Nation, le Chef de l’Etat dit : " Personnellement, je suis pour le maintien des deux tours, même si ce système est de plus en plus abandonné dans les démocraties modernes puisqu’il est source de dépenses inutiles et de tractations qui faussent l’expression de la volonté populaire et la remplace par des tractations politiques " . 
Que le président de la République dise qu’il est " personnellement " pour le maintien des deux tours à l’élection présidentielle, est une excellente chose. Mais, il est difficile de le suivre dans son raisonnement lorsqu’il affirmeprétend que le système des deux tours est de « plus en plus abandonné dans les démocraties modernes ». Loin de « fausser l’expression de la volonté populaire », ce système au contraire, renforce et crédibilise la volonté du peuple, en ce qu’il offre plus de légitimité à celui qui est élu sur la base de ce système. 
Le Chef de l’Etat Maître WADE, a fait vingt six (26) ans dans l’opposition, avant d’accéder à la Magistrature suprême en Février – Mars 2000, à la suite d’une élection présidentielle à deux tours, qui s’est déroulée dans la transparence totale et qui n’a fait l’objet d’aucune contestation. Au premier tour, le candidat socialiste, Monsieur Abdou DIOUF, avait obtenu 51,30% des suffrages contre Maître Abdoulaye WADE, qui avait 31,01%. Il a fallu un deuxième tour de scrutin qui a permis au candidat de la Coalition Sopi, d’avoir 58,46% des suffrages contre Abdou DIOUF qui a eu 41,51%. C’est dire que s’il n’y avait pas les deux tours de l’élection présidentielle, Maître Abdoulaye WADE ne serait pas élu Chef de l’Etat en l’an 2000. Au Sénégal, les deux tours de l’élection présidentielle constituent un acquis démocratique de haute importance et irréversible. Par delà la position personnelle du chef de l’Etat sur la question, et qui mérite d’être saluée, ce sont les déclarations des responsables libéraux de très haut niveau, proches de l’entourage présidentiel, qui s’efforcent de justifier le bien fondé de la suppression du 2ème tour. 
Si l’on sait que la plupart des modifications unilatérales de la Constitution et de la loi électorale, qui ont rythmé la gestion libérale, ont été précédées de ballons de sonde du genre de ce qui sont lancés actuellement, avant d’être votées mécaniquement par la majorité libérale au Parlement, il ya lieu d’être inquiet. Pour un pays qui a injecté 10 milliard dans la construction d’un tunnel qui n’est pas encore achevée, et près de 15 milliards dans la construction d’un monument dit de la « Renaissance Africaine », sans compter la mise en place d’institutions budgétivores, comme un Sénat de 100 membres dont les 65 sont nommés par le Président de la République, Un Conseil Economique et Social, une Vice –présidence, sans compter la cinquantaine d’agences qui échappent à tout contrôle, (IGE, Cour des comptes, Règles de la comptabilité publique) est- il pertinent d’évoquer des problèmes de " gaspillage d’argent" pour justifier la suppression du 2ème tour de l’élection présidentielle dont la fonction est de départager les deux candidats arrivés en tête à l’issue du premier tour de scrutin ? 
Notre pays est une vielle terre des urnes où on vote depuis 1848. La tradition électorale est solidement ancrée dans la société sénégalaise , à telle enseigne que la vitrine démocratique de notre pays lui a permis d’apparaître depuis bien des années comme un modèle par rapport à beaucoup d’autres pays du continent. C’est dire que le Sénégal n’est pas le Togo ou le Gabon qui viennent d’organiser une élection présidentielle à un tour, remportée par des dauphins constitutionnels. Ces pays viennent fraîchement d’arriver à la démocratie, ce n’est pas le cas du Sénégal. 
C/ Maintien du Code Electoral en cas d’absence de consensus 
Dans son message à la Nation, le Chef de l’Etat a dit " le Code Electoral ne devrait pas être une pomme de discorde. Si un consensus global existe, nous appliquerons les accords. Dans le cas contraire, nous n’aurons qu’à conserver le code actuel, sans aucune modification, quitte à y revenir et à nous donner du temps après les élections ". 
Le Code Electoral effectivement, peut ne pas être " une pomme de discorde", à la seule condition que tous les acteurs politiques soient animés de la volonté d’avoir une attitude constructive en recherchant des plages de convergence solidement établies. C’est dire que dans une concertation, chacun vient avec ses propositions de départ et au bout du compte, les protagonistes lâchent du lest afin de pouvoir sceller l’indispensable consensus qui constitue le terreau fertile de la matière électorale. Mais les partis de la Coalition Sopi pour demain, ont fait preuve d’attitude figée lors de la récente concertation sur la Réforme du Code Electoral. Ils ont dit haut et fort qu’il y a des questions non négociables, car, quel que soit la position des uns et des autres, des décisions sont déjà arrêtées sur ces questions. 
Dès lors, on ne se situe plus sur le terrain de la concertation, c’est-à-dire du dialogue, mais sur celui de l’épreuve de force. C’est cela qui est à l’origine du clash à l’Ecole Nationale de Police, avec le départ de Bennoo, suivi par la suite des " non alignés", lors de l’examen des points relatifs à la campagne électorale et au Conseil National de la régulation de l’audio visuel (CNRA) qui gère les médias. Le camp présidentiel a clairement affirmé et réaffirmé sa position qui est que la campagne électorale devrait désormais durer 15 jours et non plus 21 jours, et que les médias ne devraient plus publier les résultats des élections avant 22 heures. Pour les représentants de cette coalition ce sont des décisions déjà arrêtées, et ne pouvant faire l’objet d’aucune négociation. A partir de ce moment, à quoi servent les concertations, si ce n’est pour légitimer des décisions préalablement arrêtées, sur la seule base des intérêts du régime libéral. Une telle attitude est absolument inacceptable, et c’est cela qui explique et justifie la position de Bennoo Siggil Sénégal de quitter la table des concertations dès lors que les représentants du pôle présidentiel ne voulaient plus en fait de dialogue, mais plutôt de monologue. 
Le Chef de l’Etat a dit que si un consensus global intervenait, il appliquerait les accords. Mais pour qu’un consensus global puisse exister, il faut précisément mettre en place une Commission cellulaire composée de personnalités indépendantes " connues pour leur intégrité morale, leur honnêteté intellectuelle, leur neutralité et leur impartialité " pour reprendre les dispositions de l’article L 4 du Code Electoral. C’est cela qui nous a valu en 1992, en 1997, et en 2005, d’avoir des acquis importants qui ont permis d’ouvrir des pages nouvelles dans le renforcement et la consolidation de notre système électoral. C’est dire que nous sommes condamnés à trouver un consensus sur le Code électoral, car c’est ce dernier qui constitue l’instrument d’organisation et de régulation de la compétition électorale. L’épine dorsale de celle-ci repose sur le principe d’égalité et d’équité entre les candidats et les listes en compétition. Dans une république, l’élection constitue le plus fort de la vie démocratique. 
Le Président de la République suggère qu’en cas d’absence de consensus, que l’actuel Code électoral soit maintenu " sans aucune modification" jusqu’après l’élection Présidentielle de 2012. 
Mais, de notre point de vue il est impossible de conserver le code électoral actuel jusqu’à la prochaine élection, pour plusieurs raisons. Citons les principales. 
La dernière réunion de la Commission Technique de la Revue du Code Electoral, remonte à bientôt cinq (05) ans (du 19 Juillet au 04 Août 2005) Depuis lors, il ya plusieurs modifications unilatérales du Code Electoral de la part du régime libéral. 
Notre pays vient de boucler un cycle de quatre (04) élections qui n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation, ne serait ce pour tirer les enseignements, rectifier et corriger les manquements et dysfonctionnements constatés sur le terrain de la pratique électorale. Il s’agit de la présidentielle de février 2007 ; des législatives du 03 Juin 2007 ; des sénatoriales du 19 Août 2007 et des locales du 22 mars 2009. Aucun de ces scrutins n’a fait l’objet d’une évaluation critique par l’ensemble des acteurs du jeu électoral 
La Charte fondamentale de notre pays a subi en 8 ans (2001-2009), 17 modifications soit en moyenne, d’après la constitutionnalistes, une (01) modification tous les cinq (05) mois. C’est le record absolu des modifications constitutionnelles dans le monde. Toutes ces modifications n’ont qu’un seul but sauver les intérêts du régime libéral. 
Suite au découpage administratif et territorial intervenu à la veille des élections locales de 22 Mars 2009, La carte électorale qui est la géographie des lieux et centres de vote a été profondément bouleversée, en passant de 441 à 545 collectivités locales. Cette situation a favorisé le camp présidentiel et a porté un lourd préjudice à Bennoo qui n’avait aucune information fiable sur la nouvelle carte électorale qui détermine les investitures, la désignation des représentants et mandataires dans les centres de vote0. La conséquence : Bennoo a été absent dans plus de cent (100) collectivités locales, surtout en milieu rural, C’est pourquoi, la Coalition Sopi a remporté la victoire dans beaucoup de communautés rurales, parce que simplement dans la plupart de celles – ci, Bennoo était absent. Mais dans toutes les localités qui ont été moins touchées par le nouveau découpage Benno Siggil Sénégal à remporté la victoire, surtout dans les grandes villes. Ce n’est point à cause du fichier électoral qui demeure toujours piégé, mais c’est parce que Bennoo a su impulser une formidable mobilisation populaire et dresse un puissant dispositif anti – fraudes, qui a permis de boucher toutes les fenêtres et portes par lesquelles la coalition au pouvoir avait l’habitude de frauder. En remettant aux Représentants des partis de Bennoo dans les bureaux de vote, la liste sur support papier de tous les électeurs concernés par centre de vote, et en exigeant dans toutes les villes que la vote soit arrêté à 18 heures. Bennoo a su déjoué et paralysé la machine de fraude des libéraux et de leurs alliés. C’est sans doute pour cette raison, que les partis du pôle présidentiel proposent que le vote soit prolongé bien au-delà de 18 heures, et que la presse ne puisse pas communiquer les résultats des bureaux de vote, avant 22 heures. Si l’on sait que la plupart des lieux de vote ne sont pas éclairés, surtout en milieu rural, on voit très nettement que le PDS et, ses alliés veulent profiter de l’obscurité pour bourrer les urnes. 
Aujourd’hui, certains cercles situés à un niveau très élevé du pouvoir libéral, préconisent non seulement la suppression du 2ème tour de l’élection présidentielle, mais également l’élévation de la barre de la caution à cent (100) millions, voire plus. Il y a lieu de s’inquiéter, si l’on sait que lors des discussions sur le montant des élections présidentielles et législatives de 2007, un consensus était trouvé pour cinq (05) millions pour la présidentielle et trois (03) millions pour les législatives. Mais, au dernier moment, le Président WADE a fixé le montant de la présidentielle à vingt cinq (25) millions et les législatives à quinze (15) millions. Ainsi, le consensus a été rompu et piétiné par le régime libéral à quelques mois seulement de l’élection présidentielle. Pourtant le protocole additionnel de la CEDEAO sur la bonne gouvernance, signé à Dakar le 21 décembre 2001 et ratifié par le gouvernement, dit très nettement , qu’au moins 6 mois avant les élections, on ne doit pas modifier les règles du jeu électoral " sans un consentement de la majeure partie des acteurs politiques" . 
s’agissant de l’audit du Fichier électoral, le chef de l’Etat avait suggéré qu’il se fasse avec la participation d’experts internationaux et nationaux. Bennoo, réitère l’urgence et l’impérieuse nécessité d’auditer le Fichier issu de la refonte totale, avant le scrutin présidentiel de 2012. ce fichier est toujours piégé. La biométrie qui est censée être à la base de la refonte totale, n’existe pas. La " Boîte noire" dont on disait qu’elle renfermait les données biométriques des électeurs, n’existe pas. Jusqu’ici, personne n’a pu établir la traçabilité et l’unicité de l’électeur dans la base des données. Cette décision a été à la base de toutes les irrégularités constatées lors de l’élection présidentielle de 2007, en ce qu’elle a complètement jeté un épais voile de brouillage sur l’identification des électeurs. Par conséquent, cette procédure doit être absolument évaluée, avant la prochaine présidentielle de 2012. 
CONCLUSION 
Pour toute raisons, et pour bien d’autres, il me semble absolument indispensable qu’un consensus soit trouvé sur les réformes à apporter au Code Electoral parce qu’en tant qu’instrument de régulation de la compétition électorale, il doit obéir au respect des critères d’équité et d’égalité entre les candidats et les listes en compétition. Or, le Code actuel n’est plus le Code consensuel de 1992. Les nombreuses modifications qu’il a subies depuis l’avènement de l’alternance ont profondément atterré son caractère consensuel. C’est la raison pour laquelle Bennoo Siggil Sénégal est favorable à l’instauration d’une Commission cellulaire composée de personnalités indépendantes des partis et politiquement neutres, en vue de rétablir le consensus salvateur qui permet d’élever très haut le flambeau démocratique de notre pays. 
Dakar, le 14 Janvier 2010 
• Ousmane BADIANE 
• Chargé des Elections de la LD 
• Président de la Commission Electorale Nationale de Bennoo Siggil sénégal 
• Mail : bousmane2006@yahoo.fr 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 23.01.2010
- Déjà 5549 visites sur ce site!