ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

le Journal des Journaux

Edition du 19 octobre 2007 
 
TRANSMISSION DU POUVOIR DE PERE EN FILS 
 
La société civile décrie et met des barrières 
Par Ibrahima Lissa FAYE | SUD QUOTIDIEN | vendredi 19 octobre 2007  
 
 
Les successions organisées entre le père et le fils au sommet de l’Etat ont constitué l’un des sujets phares abordés hier, jeudi 18 octobre, lors de l’atelier régional sur la gouvernance et la prévention des conflits en Afrique de l’Ouest organisé par le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest/Ocde en partenariat avec la Cedeao. Les participants, ainsi que le conférencier, par ailleurs maître d’œuvre de la rencontre, ont beaucoup décrié ces pratiques. S’appuyant sur les protocoles qui régissent les Etats de la sous-région et de leurs expériences en tant qu’universitaires et membres de la société civile, Massër Diallo a indiqué dans quel cas il est limitativement possible mais aussi le travail que les organisations de la société civile et autres doivent mener pour l’éducation politique des citoyens. 
 
Un président de la République remplacé par son fils ou sa descendance est une pratique à bannir foncièrement en démocratie. Depuis le décès de l’ancien président de la République du Togo, Gnasimbé Eyadéma qui a été aussitôt succédé par son fils, ce « vile » cas commence à fleurir dans la région ou à tenter certains chefs d’Etat de la zone Cedeao. L’atelier organisé par le Club du Sahel et de l’Afrique de l’ouest/Ocde depuis mardi à Saly a été l’occasion pour les membres de la société civile de s’insurger contre de telles pratiques et à vouloir mettre des gardes-fou pour qu’elles ne se reproduisent plus. 
 
Le chef d’unité gouvernance, dynamique des conflits, paix et sécurité du Club du Sahel et de l’Afrique de l’ouest, Massaër Diallo a estimé que le Togo n’est pas le seul exemple et que « la plupart de nos Etats, qu’ils s’agissent des Etats de l’Afrique de l’Ouest sont enclins à cela, c’est-à-dire des réformes constitutionnelles calculées ayant un caractère partisan fonctionnalisant les règles du jeu au niveau du code électoral, au niveau de la Constitution de sorte qu’elle arrange la réélection du candidat au pouvoir ». 
 
Dans certains cas, a-t-il ajouté, « les gens vont plus loin. Soit le président en place cherche à placer son proche, cela peut être ses proches du même parti, de la même famille ou même ces descendants ». Le maître d’œuvre d’atelier a ainsi précisé que « ce genre de chose est régi par un certain nombre de valeur. Tout le monde a le droit de se présenter, à prétendre à une compétition électorale ». Massaër Diallo a, à cet effet, donné l’exemple des Etats-Unis où Georges W Bush est devenu président de la République sans interférence de son père qui a eu à être chef d’Etat et après s’être bien débrouillé dans le jeu politique. 
 
« Eviter de conserver le pouvoir de manière dynastique » 
 
« Je considère aussi que sur cette même base, au Sénégal le Président en place où un autre président a le droit de voir son fils ou son neveu se présenter. Mais ce qui ne peut se passer nulle part c’est qu’on puisse créer les conditions que sa descendance puisse pérenniser un système politique. Qu’il s’agisse du neveu, du fils, du camarade, il faut que cela soit soumis au processus de validation constitutionnelle », a souligné le chef d’unité gouvernance, dynamique des conflits, paix et sécurité du Club du sahel et de l’Afrique de l’ouest/Ocde. 
 
Pour lui, « ce qui n’est pas faisable, c’est qu’on puisse trouver des stratagèmes pour mettre quelqu’un en place simplement d’une manière dynastique, c’est contraire à la démocratie et les citoyens qui sont dans des systèmes démocratiques ne peuvent pas fonctionner comme cela. Cela ne peut pas faire avancer les choses ». Il a pensé que « même si cela se fait ailleurs, l’Afrique de l’ouest ne peut pas prendre de mauvais exemple ailleurs ». 
 
Le professeur se veut plus légaliste et déclare sur la même lancée : « tout en ne bloquant pas le droit de tout citoyen à avancer vers ses chances, il faut que les chances soient égales en démocratie, que celui qui n’est le fils de personne, le neveu de personne ou le camarade de personne mais qui remplie les conditions puisse participer à la compétition, avoir ses chances et les résultats seront déterminés par le rapport de force démocratique. Donc pas d’exclusion dans un sens ou dans un autre ». 
 
Massaër Diallo a, en outre, indiqué que « la démocratie est menacée par la ruse des acteurs politiques à trouver sur le chemin de l’histoire les moyens à reproduire leur domination. Or la démocratie ne peut être au service de la paix et de la construction du développement que si elle incorpore un principe qui permet de changer. Si les changements ne se font pas de manière démocratique, il y a un blocage qui peut susciter la violence ». La prévention de la violence consiste, selon lui, à rappeler que la démocratie ne doit jamais décourager la possibilité qu’il ait changement. Le maître d’œuvre de l’atelier a, par ailleurs, tenu à marteler que « la possibilité qu’il ait changement ne veut pas dire qu’il faut toujours renverser un pouvoir par un autre démocratique mais il faut que les règles du jeu soient respectées de sorte que nous ne piégeons pas la démocratie avec des systèmes qui sont d’ordre monarchique ou d’ordre despotique ». 
 
L’Education des citoyens pour freiner la tendance 
 
La meilleure lutte contre la transmission du pouvoir de père en fils dans une démocratie semble être l’instruction, l’éducation à la vie politique des citoyens. Cette mission incombe, selon le chef d’unité gouvernance, dynamique des conflits, paix et sécurité du Club du sahel et de l’Afrique de l’ouest/Ocde par ailleurs maître d’œuvre de l’atelier qui se déroule à Dakar et Saly depuis le mardi dernier sur la gouvernance et la prévention des conflits, aux organisations de la société civile, aux partis politiques et aux institutions. « Les citoyens, même s’ils ne sont pas instruits, ne sont pas bêtes. Quelqu’un peut ne pas savoir lire, ne pas avoir ce qu’on appelle l’instruction mais savoir ce qu’il veut », a déclaré Massaër Diallo qui poursuit ainsi qu’il « va de soi maintenant qu’un peuple non instruit, analphabète est un peuple malléable à volonté à la fois par l’ignorance, l’obscurantisme et par la peur et la pauvreté ». De son avis, ce sont quatre facteurs qui contribuent dans un contexte à affaiblir la démocratie. 
 
Le maître d’œuvre de la rencontre d’expliquer qu’en outre, « même une personne alphabétisée qu’on tend un billet de banque, si elle n’a pas un niveau de conscience élevée, un système d’encadrement de son parti ou de la société civile, il va finir par flancher et préférer un billet de banque à la liberté de son bulletin de vote ». 
 
Massaër Diallo ratisse large en indiquant qu’une « personne qui n’a pas du tout suffisamment d’autonomie peut considérer que son marabout doit décider pour lui alors que tous les deux sont égaux devant Dieu et devant la démocratie ». D’un autre côté, il enfonce le clou et affirme que « maintenant, les organisations politiques ont la ruse de vouloir jouer sur l’assujettissement idéologique, jouer aussi sur la condition économique et jouer sur l’ignorance ». 
 
En revanche, a-t-il fait comprendre, « la société civile et les organisations qui se réclament de la démocratie ainsi que les institutions ont le devoir d’aller à contre courant de cela ». Ce n’est, selon lui, jamais gagné d’avance parce que, argumente le professeur et ancien acteur de la société civile sénégalaise, même si vous allez dans les pays développés, l’ignorance ou l’assujettissement idéologique ou culturel joue sur la liberté. « La liberté se conquiert à travers l’histoire en faisant reculer ces bornes là. Mais il va de soi que cela peut avancer et la citoyenneté doit permettre à chacun de savoir qu’il peut compter et que la décision dépend aussi de lui et qu’il doit faire en âme et conscience ce qu’il a librement choisi », a prodigué Massaër Diallo. 
 
 
 
AUGMENTATION DU PRIX DE RIZ 
Une mauvaise nouvelle pour les ménages 
[Redaction Xalima.com] Dur, dur pour les ménages en ces temps qui courent… avec la flambée des prix de denrées alimentaires. Après l’augmentation de (...) 
Redaction Xalima, jeudi 18 octobre 2007  
 
 
-------------------------------------------------------------------------------- 
 
Dur, dur pour les ménages en ces temps qui courent… avec la flambée des prix de denrées alimentaires. Après l’augmentation de presque de plus de 20% sur la baguette du pain, les ménages enregistrent une autre mauvaise nouvelle. 
 
En effet, selon des sources bien informées, le riz, aliment très choyé par les Sénégalais, va connaître une légère hausse. Selon nos informations, le prix du kilogramme de cette denrée alimentaire, toutes variétés confondues, va connaître des hausses supérieures à 10%. Et d’après nos sources, ces augmentations pourraient avoir dès aujourd’hui. Ce qui semble être cas même bizarre dans la mesure où l’État avait signé un accord avec le collectif des importateurs de riz au début du mois de juillet pour ne pas augmenter le prix de cette denrée alimentaire. Car les taxes à l’importation baissaient sur cet aliment de 10% et le collectif des importateurs s’engageait à appliquer cette importante mesure. 
 
Pour l’heure, il est impossible qui de l’État ou du Collectif des importateurs qui n’a pas respecté son engagement au grand dam des populations sénégalaises qui n’en peuvent plus. Car en dehors du riz et du pain, les prix du carburant, d’électricité pour ne citer que ceux-ci ne cessent de flamber depuis quelques temps.  
 
POUR SORTIR LE SENEGAL DE LA CRISE 
 
La Ca 2007 déclare « incapable » le régime de Wade 
Par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN | vendredi 19 octobre 2007  
 
 
La Coalition alternative 2007 (Ca 2007) dénie au pouvoir de Me Wade toute possibilité de sortie de crise. Pas qu’il n’a pas la volonté, mais ne dispose ni l’expertise ni les compétences nécessaires pour « sauver » un Sénégal malade, qui croupit sous le poids de la hausse répétée des prix de consommation courante. Moustapha Niasse, Amath Dansokho, Madior Diouf, Massène 
 
La Coalition alternative 2007 (Ca 2007) composée de l’Alliance des forces de progrès (Afp) de Moustapha Niasse, du Rassemblement national démocratique (Rnd) du Pr Madior Diouf, du Mouvement pour le socialisme et l’Unité (Msu) de Massène Niang, du parti de l’indépendance et du travail (Pit) de Amath Dansokho, soutient que le régime libéral du Président Wade n’a ni l’expertise, ni les compétences pour trouver une solution (qui existe belle et bien selon elle) au coût très élevé de la vie. 
 
Massène Niang du Msu, porte-parole du jour, souligne que les populations supportent difficilement la flambée des prix de consommation courante. Et pour lui, la souffrance actuelle des Sénégalais a une source : le train de vie élevé de l’Etat dont les 75% des recettes budgétaires qui l’alimentent, dit-il, proviennent des taxes supportées par les populations. Ce train de vie de l’Etat doit être sensiblement revu à la baisse, de l’avis des leaders de la Ca 2007, pour que les Sénégalais - dont les hausses répétées des prix de première nécessité grèvent le budget - puissent enfin goûter aux plaisirs de la belle vie. 
 
Les leaders de la Ca 2007 ont aussi abordé les questions de l’école, du choléra et du monde rural. 
 
Pour ce qui est de l’école, ils estiment que le régime de Me Abdoulaye Wade est en train de déstructurer les politiques de l’éducation et de la formation dans ce pays. Conséquences : des enseignants démotivés, la déperdition scolaire élevée, manque de débouchés pour les étudiants, avec à la clé l’université qui croupit sous le poids des sureffectifs et est devenue une voie de garage pour des générations. 
 
Quant au choléra, point n’est besoin, selon Massène Niang, d’aller chercher les causes ailleurs. Pour la Ca 2007, c’est l’Etat qui n’a pas fait son travail, en ne mettant pas en place une politique sanitaire fiable, un système efficace d’évacuation des eaux usées. Et que dire du monde rural qui vit, selon le porte-parole de la Ca 2007, dans la hantise de l’écoulement des produits, fruits d’un dur labeur ? 
 
En tous les cas « l’Etat doit arrêter le mensonge », fait remarquer Massène Niang qui revient, en guise d’exemple, sur le récent voyage du Premier ministre Hadjibou Soumaré à Paris pour rencontrer le Groupe Consultatif. « Ils ont fait croire que l’Etat du Sénégal va recevoir des bailleurs du Groupe Consultatif de Paris 2000 milliards de Cfa, mais cela est loin d’être la réalité. Car il y a des conditions à remplir et ce régime n’est pas capable de ficeler des dossiers à mêmes de convaincre les bailleurs pour décrocher des financements. Donc, ne vous attendez pas à avoir plus de 200 milliards sur les 2000 milliards annoncés en grande pompe », souligne le porte-parole du jour. 
 
Concernant le dialogue Wade/opposition, le Ca 2007 soutient qu’il est dépassé et que l’urgence est d’instaurer un dialogue qui va rassembler tous les segments de la société, c’est le but des Assises nationales, rappelle Massène Niang. Et de dénoncer la « manipulation » du régime qui a tenté de diviser l’opposition en faisant croire que Moustapha Niasse est attendu au Palais pour rencontrer le maître des lieux. 
 
Le porte-parole du jour a, par ailleurs, affirmé que la Ca 2007 n’a, pour l’heure, pris aucune décision en ce qui concerne les élections locales. La liberté est laissée aux partis d’étudier la question et de prendre une décision. 
 
Réparation de l'aide à la presse : Walf traîne Bacar DIA en justice pour abus de pouvoir 
Face à ce qu'il qualifie de ‘décision (du ministre de l'Information) qui heurte le bon sens, dépasse le seuil tolérable et frise l'arbitraire’, le groupe Wal Fadjri s'est résolu à saisir le Conseil d'Etat, devant lequel ses avocats vont déposer ce mercredi une requête en annulation de l'arrêté no 00645/ MINFO du 25 septembre 2006, portant octroi de subvention aux organes de presse au titre de l'année 2006.  
 
Le groupe Wal Fadjri va, dès aujourd'hui, saisir le Conseil d'Etat d'un recours en annulation de l'arrêté du ministre de l'Information portant répartition du fonds d'aide à la presse pour abus de pouvoir de Bacar Dia.  
 
Cela, en se fondant sur l'article 60 de la loi 96-04 du 22 février 1996 qui dispose que ‘l'aide apportée à une entreprise de communication est modulée en fonction de la régularité du titre, du nombre de professionnels qui y travaillent, du tirage, de la diffusion ainsi que des charges sociales’. Les avocats du groupe font remarquer dans leur recours que, dans sa politique de distribution de l'aide à la presse, ‘le ministre de l'Information a fait fi de cette disposition législative et pire encore, il l'a transgressé de manière grave et manifeste’. Aussi, rapportent les conseils du groupe de presse de Sacré Cœur, le ministre de l'Information s'est singularisé ‘en attribuant gracieusement l'aide dégagée par le législateur à des organes de presse qui ne paraissent plus, ne diffusent, en clair, n'existent plus !’ Ou encore ‘en attribuant des sommes sans aucune adéquation entre la consistance de l'aide et l'importance des organes aidés’. Et enfin ‘en omettant de manière injustifiée des organes de communication sociale parfaitement éligibles au régime de l'aide’.  
Abusant des deniers publics du contribuable sénégalais et n'ayant cure des prescriptions du législateur, s'indignent les avocats de Wal Fadjri, l'autorité administrative s'est arrogée le droit de distribuer de l'argent à des organes qui ont disparu du paysage médiatique sénégalais. C'est le cas notamment de Taxi Le Journal ou encore de Santé Fm. Quand Walf Quotidien, constamment hissé par les sondages à la première place des quotidiens de 12 pages vendus à 200 F Cfa, bénéficie de 7 millions de francs Cfa au titre de l'aide à la presse, Le Courrier, classé avant-dernier dans tous les sondages effectués ces dernières années avec un taux d'audience de 0,6 %, obtient 8 millions de francs Cfa. C'est la même enveloppe que l'autorité administrative a affectée aux journaux Il est Midi et Le Messager. Ce dernier quotidien de la présidence de la République est cependant classé 13e dans le sondage, avec un taux d'audience de 1,8 %. Le plus cocasse, soulignent les avocats dans leur requête en annulation pour abus de pouvoir, c'est que le ministre a consacré à la radio Téranga Fm le même traitement que Sud Fm (9 millions de francs Cfa) et un meilleur traitement que Walf Fm (8 millions F cfa) bien qu'elle soit, dans tous les sondages réalisés en neuf années d'affilée, la chaîne numéro 1, au taux d'audience de 78 %. ‘Il est évident que ce minuscule organe (Téranga Fm) qui couvre à peine la seule région de Saint-Louis et est ignoré dans les sondages ne peut, en droit, être logé à la même enseigne que des radios de notoriété comme Walf Fm, Sud Fm ou Rfm’, soulignent les avocats dans leur requête.  
A titre d'illustration d'organes omis de la liste des bénéficaires de l'aide à la presse, les conseils du groupe de Sacré Cœur relèvent que ‘le journal Walf Sports, qui est tiré à plus de cinq mille exemplaires, vendu à travers tout le pays et emploie plus de 10 professsionnels, n'a bénéficié du moindre franc au titre de l'aide’. Le ministre se contente d'écarter d'un revers de main Walf Sports et d'attribuer d'un trait de plume de 500 mille F Cfa à un journal qui ne bénéficie d'aucune notoriété (Football Mondial).  
Mbagnick NGOM  
 
Le diabète : Une maladie qui gagne de plus en plus du terrain 
 
 
Le sang contient normalement du glucose. Ce dernier, apporté par l’organisme par l’absorption intestinale après la digestion des glucides alimentaires, est utilisé comme source préférentielle d’énergie par les cellules de l’organisme. Chez un sujet sain, la teneur en glucose du sang (ou glycémie) est relativement constante et égale à environ 1 gramme par litre (entre 0,85 et 1,15).  
 
Le stockage du glucose  
A) - L’organe de stockage : le foie  
1°) - Les conséquences de l’ablation du foie : Un animal ayant subi l’ablation du foie, ne peut survivre que quelques heures pendant lesquelles on observe une chute progressive de la glycémie jusqu’à des valeurs provoquant des convulsions, le coma, puis la mort. La perfusion d’une solution glucosée accorde à l’animal quelques heures supplémentaires de survie ; l’hypoglycémie est donc bien la cause directe de la mort de l’animal perfusé. Par conséquent, en absence de foie, l’animal meurt car il est devenu incapable de maintenir sa glycémie à une valeur constante et normale. Conclusion : Le pancréas est un organe hypoglycémiant et intervient dans la digestion.  
2°) - La fonction glycogénique du foie  
Claude Bernard a découvert grâce à des expériences de dosage du glucose sanguin et à l’expérience dite ‘foie lavé’, que le foie est capable de pallier, en sécrétant du glucose, l’absence d’un apport alimentaire de cette substance. Cette fonction du foie qui consiste à produire du glucose et à le livrer dans la circulation sanguine est la ‘fonction glycogénique’. Le glucose provient de l’hydrolyse d’une substance qui représente sa force de stockage, le glycogène. Plus tard, Pavlov a précisé que le foie est le seul organe capable de restituer le glucose. Une autre capacité remarquable du foie est de pouvoir synthétiser du glucose, au cours d’un jeûne de longue durée, lorsque sa réserve de glycogène est épuisée.  
B°) - L’équilibre entre les apports alimentaires et la consommation  
Le foie est un organe fondamental dans la régulation de la glycémie. Au cours d’un repas sucré, il y a tendance à l’hyperglycémie : il stocke alors le glucose sous forme de glycogène : c’est la glycogénogenèse. En période de jeûne ou d’effort musculaire, il y a tendance à l’hypoglycémie : il restitue alors le glucose à partir du glycogène : c’est la glycogénolyse.  
Nb : La quantité de glycogène que peut fixer le foie, est limitée. L’excès de glucose sanguin est alors accumulé sous forme de glycogène dans les muscles ou stocké, après transformation en lipides, dans les graisses du tissu adipeux. La constance de la glycémie résulte d’un équilibre entre les variations possibles de la consommation cellulaire et des différentes formes de stockage. Ce système s’établit à partir de deux systèmes antagonistes : - un système hypoglycémiant : stimulation de la mise en réserve du glucose et baisse de la glycémie.  
- un système hyperglycémiant : stimulation de la libération du glucose et augmentation de la glycémie.  
C) - Le rôle du pancréas  
Le pancréas agit sur la glycémie en sécrétant dans le sang une hormone appelée insuline qui agit sur le fonctionnement de tissus organiques. Cette insuline véhiculée par le sang agit : - au niveau du foie : l’insuline stimule la transformation du glucose en glycogène  
- au niveau des muscles : elle stimule la glycogénogenèse et la glycolyse - au niveau des cellules utilisatrices de glucose : l’insuline augmente la perméabilité membranaire au glucose favorisant ainsi sa perméabilité.  
D) - Les différents types de diabète  
1°) - Le diabète insulino-dépendant : ou de TypeI On l’appelle aussi diabète maigre ou diabète juvénile. Il y a une hyperglycémie. Ce type de diabète serait dû soit à une absence, une insuffisance ou une atrophie des cellules bêta des îlots de Langerhans. L’âge de début varie généralement de quelques mois de vie jusqu’à environ 35 ans. Les symptômes  
Ce type de diabète s’accompagne d’une soif intense, d’une miction fréquente, d’une fatigue presque permanente, d’une perte de poids significative et d’une faim exagérée. Son début est brutal.  
2°) - Le diabète insulino-résistant : ou de TypeII On l’appelle aussi diabète gras ou encore de l’âge mûr. Il y a hyperglycémie, mais pas toujours glucosurie. Ce diabète présente avec le diabète maigre deux différences essentielles : Les injections d’insuline n’améliorent pas le diabète et les îlots de Langerhans sont intacts et sécrètent normalement de l’hormone.  
Les causes doivent être cherchées ailleurs : - dénaturation ou activation de l’insuline par une substance dans le sang, - altération des récepteurs insuliniques ou diminution de leur nombre sur les cellules cibles, - défaut de la transmission du message insulinique au niveau de la cellule cible, anomalie du métabolisme du glucose.  
Les symptômes  
Son apparition est très lente, sa phase de latence tournerait autour de 10 ans. Ce type de diabète se reconnaît par une soif intense, une miction fréquente, une faim exagérée, une vision trouble, des infections fréquentes, une guérison lente des coupures et des plaies.  
3°) - Le diabète gestationnel : L’insuline produite par le pancréas a pour rôle de réguler le taux de sucre dans le sang. Dans certaines grossesses, les hormones sécrétées par le placenta perturbent la capacité du corps à utiliser l’insuline.  
Habituellement, lors d’une grossesse, le pancréas augmente la fabrication et la production d’insuline pour maintenir la glycémie à un niveau normal.  
Cependant, lorsque cette insuline additionnelle n’est pas sécrétée par le pancréas chez certaines femmes enceintes, il y a apparition d’un diabète dit gestationnel.  
E) - Les facteurs favorisants  
- les facteurs héréditaires : lorsque l’un des parents est atteint de diabète  
- l’obésité  
- le stress prolongé  
- l’infection virale ou la prise de certains médicaments  
- l’affection pancréatique, surtout par l’alcool  
- l’hypertension artérielle plus souvent pour le diabète gestationnel  
F) - Les complications  
Le diabète entraîne un rétrécissement des petits vaisseaux sanguins (capillaires) dans l’ensemble du corps : plus le taux de sucre dans le sang est élevé, plus les capillaires se rétrécissent, les vaisseaux véhiculent moins de sang, ce qui compromet la circulation. Les troubles circulatoires déclenchent à leur tour d’autres complications liées à un diabète mal géré : maladie rénale, cicatrisation très lente et trouble des pieds et de la vue.  
Le diabète modifie également le métabolisme des matières grasses, augmentant le risque d’accumulation de plaque de cholestérol sur les parois des vaisseaux sanguins. C’est dire que les patients diabétiques sont particulièrement menacés par les maladies cardiaques.  
G) - Trois dangers qui menacent les diabétiques  
On note trois risques importants et potentiellement dangereux associés au diabète : - l’hypoglycémie : elle survient lorsque le taux de sucre est trop faible : elle s’accompagne de maux de tête, de confusion, d’agressivité, ou de perte de conscience.  
- l’hyperglycémie : elle survient lorsque le taux de sucre sanguin est trop élevé. Les symptômes bénins de l’hyperglycémie sont les mictions fréquentes, l’augmentation de l’appétit, la soif, la vision brouillée, les étourdissements. L’hyperglycémie est parfois asymptomatique. Les symptômes graves de l’hyperglycémie sont la perte d’appétit, les crampes, les nausées, les vomissements, la déshydratation, la fatigue, le souffle court et le coma. Les blessures et les plaies s’infectent rapidement chez les personnes souffrant de diabète.  
Que faire ?  
Utilisez un complément alimentaire : vitamine B6 (chou, gombo, oignon, navet, petit pois), vitamine C et E (magnésium, manganèse, phosphore, zinc), les acides gras de type oméga3 et oméga 6. L’ail de même que le concombre diminue le sucre. Alors que la décoction des feuilles du laurier aide l’organisme à utiliser plus efficacement l’insuline. Le thé vert contribue aussi à réduire le taux de sucre dans le sang.  
Consommez également plus de fibres : elles contribuent à réguler la fonction intestinale et aident à réduire le taux de cholestérol dans le sang. Nb : Beaucoup d’autres plantes médicinales aident aussi à maintenir à la normale, le taux de sucre dans le sang.  
Serigne Samba NDIAYE Tradipraticien-Phytothérapeute www.sambamara.com  
 
 
 
 
 
PROJECTION 2007-2010 - LE PREMIER MINISTRE SENEGALAIS HADJIBOU SOUMARE DEVANT LE CLUB DE PARIS : L’Etat cherche une perfusion de 1 900 milliards  
Après le discours d’ouverture du Premier ministre hier à la rencontre entre le gouvernement et les bailleurs de fonds, la Commission européenne n’y (...) 
Redaction Xalima, Webmaster Xalima.com, jeudi 4 octobre 2007  
 
 
-------------------------------------------------------------------------------- 
 
Depuis avant-hier matin, la quasi-totalité du gouvernement passe un grand oral à Paris. Devant les bailleurs de fonds, l’équipe conduite par le Premier ministre Cheikh Hadjibou Soumaré tente de convaincre que le Sénégal est dans le timing de ses engagements en matière de développement. Ainsi, au bureau de la Banque mondiale à Paris, ils ont présenté à leurs mécènes les différentes stratégies mises en place pour le développement du Sénégal. Le successeur de Macky Sall a notamment défendu que les 580,7 milliards de Cfa (sur un engagement de 840 milliards de francs) qui ont été mobilisés par les partenaires au service de notre développement, ont permis de « renforcer la prise en charge des besoins des groupes défavorisés et d’améliorer les conditions d’accès des populations aux services sociaux de base. Les indicateurs macro-économiques ont globalement évolué de manière conforme aux critères de convergence de l’Uemoa ». 
 
Qu’à cela ne tienne, les partenaires n’ont pas manqué de relever des écueils dans la stratégie mise en place par les dirigeants sénégalais. Hier, la Commission européenne, qui est un partenaire de longue date de notre pays, a été l’un des partenaires les plus critiques à l’endroit de la délégation sénégalaise. Pour elle, le tableau présenté par la bande à Soumaré n’est pas si reluisant qu’elle veut le faire croire. Si le représentant de cette institution s’est réjoui des « grands investissements annoncés dernièrement », il s’est, en revanche, montré très préoccupé vis-à-vis des facteurs inéluctables pour le  
 
eloppement de notre pays. 
 
En effet, dit-il, « au-delà de ces grands projets, le développement du Sénégal passera par le développement d’un réseau d’entreprises petites et moyennes, qui offriront de l’emploi à une jeunesse encore désespérée ». En clair, la Commission européenne, à l’instar de tous les partenaires qui ont apporté leur contribution dans la réflexion hier, considère que le Sénégal doit inéluctablement encourager et faciliter les initiatives privées. Dans cette perspective, la Commission européenne rappelle que « les conditions des marchés du travail devront être améliorées, les coûts de production réduits, les infrastructures développées et d’une manière générale, un environnement propice au développement du secteur privé devra encore être mis en place ». Tous ces facteurs font partie des engagements exprimés par le gouvernement dans le cadre du Document de stratégie de réduction de la pauvreté (Dsrp). Mais la piqûre de rappel du partenaire européen a tout son sens. Rien n’indique, à ses yeux, que le Sénégal a respecté les engagements qu’il a pris. 
 
Selon la Commission , le discours l’emporte sur les actes. Pour ne pas dire que l’on ne fait que parler. Et son représentent, Manuel Lopes Blanco, d’interpeller directement Cheikh Hadjibou Soumaré : « Monsieur le Premier ministre, au moment où nous avons rédigé cette intervention, je me suis souvenu du discours fait par la Commission au cours du Groupe Consultatif de 2003, auquel j’avais participé en tant que chef de la Délégation de la Commission européenne à Dakar à l’époque. Je dois vous avouer en le relisant, que j’ai eu la désagréable surprise de découvrir que beaucoup du discours prononcé à l’époque est encore d’actualité. » En guise d’exemple, le fonctionnaire international a notamment souligné le fait que le Sénégal s’était engagé à mettre en place une revue annuelle du Dsrp intégrée dans le cycle annuel budgétaire. « C’est toujours d’actualité », ironise t-il. 
 
Sur la litanie de projets chantés par Hajibou Soumaré, la Commission rétorque : « Ce qu’il nous importe d’appuyer, c’est l’ensemble de l’action du gouvernement et non une liste de projets. Le Dsrp, qui dans votre entendement inclut la Sca (Stratégie de croissance accélérée) et dont la réussite sera jugée par l’évolution des indicateurs qui y sont attachés, doit refléter l’ensemble des actions du gouvernement. L’instrument principal de sa mise en œuvre est le budget de l’Etat dans sa globalité. » 
 
Il faut dire que la Commission européenne, conformément à son engagement, épaule le Sénégal dans le cadre de ce programme. Pour ainsi appuyer le Dsrp, elle octroie une aide budgétaire à notre pays. Elle envisage d’ailleurs de mobiliser plus de 50% du 10e Fonds Européen de Développement (2008- 2013). Mais, prévient le représentant de la Commission , « l’aide budgétaire ne consiste pas à donner de l’argent au Trésor, quelle que soit la politique menée par le pays bénéficiaire. C’est la raison pour laquelle il est essentiel de renforcer et structurer les échanges avec le gouvernement sur sa politique ». 
 
Hier, la Commission n’a pas manqué d’égratigner la gestion des finances publiques au Sénégal. Les scandales financiers à répétition ces dernières années, sont passés par-là. « Beaucoup d’efforts restent à faire en particulier en matière de marchés publics, de suivi de l’exécution et de contrôle budgétaire », martèle son représentant. Avant d’ajouter : « Le récent exercice Pefa montre les faiblesses auxquelles le Sénégal doit remédier. » 
 
Dans son intervention, le représentant de la Commission a également donné la position de son institution sur d’autres préoccupations sénégalaises mais qui ne figuraient pas dans l’ordre du jour de cette session. Il en est ainsi de la situation en Casamance, de la question de la décentralisation, celle de l’eau et l’assainissement. Sur tous ces sujets, il a exprimé le souhait de voir, à l’issue de cette rencontre, le Sénégal s’engager sur la résolution de ces sujets. 
 
La réunion entre le gouvernement et les bailleurs de fonds a pris fin hier après-midi. Mais la Commission européenne a été catégorique : « Le succès de ce Groupe consultatif se mesurera dans l’élan qu’il saura susciter, dans les changements qu’il saura provoquer à Dakar dans le dialogue politique entre le gouvernement et ses fidèles partenaires et dans la mise en œuvre effective d’une politique transparente agissant en faveur de la croissance et de la réduction de la pauvreté. 
 
Source © : le quotidien 
 
SENEGAL-ASSEMBLEE NATIONALE-ANOCI  
 
Doudou Wade nie à Macky Sall tout pouvoir de convoquer Karim Wade 
 
jeudi 18 octobre 2007, par Nettali /  
 
NETTALI - Le président du groupe parlementaire libéral soutient que le président de l’Assemblée nationale, Macky Sall, n’a jamais convoqué le patron de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci), Karim Wade. Doudou Wade, s’exprimant sur les ondes de RFM, se fonde sur l’article 44 du Règlement intérieur de l’institution parlementaire, pour faire savoir que son président n’a pas pouvoir de convoquer une Agence nationale. 
 
« Encore non, encore non. Non. Le président de l’Assemblée nationale ne peut pas adresser une lettre à une autorité gouvernementale, sauf, je dis bien sauf, le ministre chargé des Relations avec les Assemblées. Le président de l’Assemblée n’a pas le pouvoir de demander à Karim : venez à…non, à aucun responsable d’une institution nationale, aucune Direction nationale (…) Vous n’avez jamais entendu d’ailleurs à l’Assemblée nationale un Directeur prendre la parole à des plénières, parce qu’ils ne sont pas autorisés à le faire et ne peuvent pas le faire. 
 
L’Assemblée, par le canal de son président, peut adresser une lettre au gouvernement, pour demander qu’un fonctionnaire puisse venir pour consultation… », argumente Doudou Wade, président du groupe parlementaire « Libéral et démocratique ». Le groupe parlementaire « Démocratie et progrès », lui, dit ne pas être au courant d’une quelconque convocation de l’Anoci, parce que n’ayant pas été saisi. 
 
Cependant, sur le principe, un des membres de ce groupe de députés de l’opposition parlementaire trouve normal que la représentation nationale auditionne l’Anoci. « Absolument, je dois dire simplement qu’en ce qui me concerne, je pense avoir assisté donc à toute les réunions du Bureau. Je ne pense pas que nous ayons été quelque part saisis autour de ce problème-là. Il faut dire que depuis la Korité , il y a un ralentissement des activités réelles au niveau de l’Assemblée nationale. Ce que moi j’ai entendu, c’est ce que les uns et les autres ont dit à gauche et à droite. Je ne pense pas que l’on puisse se fonder là-dessus », admet le député Cheikh Bamba Dièye, leader du Fsd/Bj. J 
 
Cependant, M. Dièye pense « tout simplement que si cela devait se faire, ce serait une chose absolument intéressante pour aussi bien l’Assemblée nationale que le peuple sénégalais, parce que je pense que l’Anoci a beaucoup de responsabilités dans le pays, au-delà même de l’Oci. Je pense qu’il serait intéressant que la représentation nationale puisse être informée. C’est tout à fait normal que l’Assemblée nationale puisse auditionner l’Anoci, le Port et toute autre structure qui, aujourd’hui, gère de l’argent. Et à ce niveau-là, je ne sais pas encore par quel bout cela se fera, mais je suis très disposé à cela et je pense aussi que les Sénégalais le sont et ce serait intéressant de la part de l’Assemblée, de la part de l’Anoci, que l’on montre suffisamment de volonté pour éclairer l’opinion publique et les Sénégalais en général, sur quelque chose qui intéresse chaque Sénégalais aujourd’hui », plaide-t-il. 
 
L’Anoci prête à déférer à la convocation 
 
En tout cas Abdoulaye Baldé, second de Karim Wade à l’Anoci, déclare qu’ils sont prêts à déférer à la convocation des députés. « (…) Nous avons abordé la question de la convocation de l’Anoci au niveau de l’Assemblée nationale.  
 
Les membres du Conseil (de surveillance) se sont exprimés sur la question et ont pris acte que la présidence et la Direction exécutive veulent répondre positivement à la convocation de l’Assemblée nationale. Mais les membres du Conseil ont subordonné tout cela au respect des principes législatifs en vigueur », a soutenu le Directeur exécutif Abdoulaye Baldé, à la suite de la réunion du Conseil de surveillance de l’Anoci. 
 
PROTESTATION - Marche des Ong dans les rues de Dakar : Des pas contre la pauvreté 
 
Plus de 4000 personnes ont marché hier dans les rues de Dakar pour la lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités sociales. Mais aussi pour attirer l’attention des gouvernants sur le fait que les Omd ne seront pas atteints.  
 
Ses jambes tiennent à peine sur le perron du stadium Marius Ndiaye. Elle a, également, la voix cassée. Bref, la fatigue se lit sur son visage. Mais, c’était pour une noble cause : la lutte contre la pauvreté. Car, Mme Woré Gana Seck, présidente du Congad, à la tête de plus de 4000 personnes, a arpenté les rues de la capitale pendant plus d’une heure pour «attirer l’attention des gouvernants sur la situation de la pauvreté au Sénégal».  
 
Ce 17 octobre, Journée mondiale de lutte contre la pauvreté, a réuni plusieurs Organisations non gouvernementales (Ong) dans les rues de Dakar pour protester «contre ce fléau» qui affecte plus «67 % de la population sénégalaise», d’après l’Ong Caritas. En plus de cette Ong chrétienne, il y a eu les membres de l’Action mondiale pour la lutte contre la pauvreté (Amc), le Programme d’appui à la réduction de la pauvreté (Parep), Oxfam et des Jeunes éclaireurs qui ont bravé le chaud soleil de l’après-midi d’hier pour déboucher sur le Boulevard Dial Diop, l’avenue Bourguiba avant de rallier le stadium Marius Ndiaye après le rassemblement de la place de l’Obélisque.  
 
A travers cette masse de marcheurs, il y avait toutes les catégories de personnes qui sont venues «apporter leurs contributions» afin lutter contre la pauvreté. De loin on peut apercevoir la tignasse hirsute du rappeur Pacotille, qui a trempé ses «ticks-ticks» sur l’asphalte pour «apporter sa contribution d’artiste à la réussite de cette marche». «C’est une initiative noble. Il nous faut davantage de solidarité, d’entraide pour essayer de lutter contre la pauvreté. Les gouvernants ont la responsabilité d’aider les populations à bien manger, de garantir aux enfants le droit d’aller à l’école. Chaque personne a le droit d’avoir le minimum pour vivre en paix», plaide le rappeur.  
 
A l’arrivée au stadium Marius où des centaines d’enfants attendaient les marcheurs éreintés, la présidente du Congad, initiatrice de la marche, a demandé aux Etats «de lutter davantage contre les disparités et les inégalités sociales et sensibiliser que les Objectifs du millénaire ne seront pas atteint». «Il y a certes des avancées en matière d’éducation, de santé, de l’environnement. (Mais) il y a encore des choses à faire. Il y a plus de 80 % de ruraux qui n’ont pas accès à l’assainissement. Il faut leur assurer la sécurité alimentaire, assurer le bien-être de leurs familles et à manger», demande-t-elle.  
 
Pour le secrétaire général de l’Ong Caritas, cette marche «constitue un lobbying pour attirer l’attention de nos gouvernants sur la situation de nos populations. C’est une stratégie d’éveil pour réduire les inégalités sociales, rétablir la justice sociale et éliminer la pauvreté», dixit l’Abbé Ambroise.  
 
Bocar SAKHO  
 
SITUATION NATIONALE - Annonce de l’augmentation des prix du pain et de l’électricité : Le Rta-S appelle les populations à la mobilisation 
 
Le Secrétariat politique du Rassemblement des travailleurs africains-Section Sénégal (Rta-S) s’est réuni en séance ordinaire, le 15 octobre 2007, avec au menu la hausse annoncée des prix, l’interpellation du journaliste Moussa Guèye, l’avenir des travailleurs de Sdv (Bolloré) et la question foncière à Dakar Dem Dikk. El Hadj Momar Sambe et ses camarades dénoncent particulièrement l’augmentation annoncée des prix du pain et de l’électricité.  
 
«La hausse annoncée des prix des denrées et services, comme le pain et l’électricité, est irrecevable et insoutenable pour les populations déjà lourdement éprouvées par le coût exorbitant de la vie», déclare le Rta-S qui fustige de telles mesures et, pour qui, «c’est à l’Etat budgétivore de réduire son train de vie» pour répondre à la forte demande sociale. Cela, alors même que «Wade multiplie ses libéralités en direction de journalistes et imams à l’effet de leur faire assumer ses politiques» prétextant soutenir la profession et l’organisation du sommet de l’Oci. Le Rta-S «appelle les forces démocratiques (…) à rejeter de telles mesures et à se mobiliser pour dire non».  
 
Par rapport à l’interpellation du journaliste Moussa Guèye, Momar Sambe et ses camarades déclarent être très préoccupés «par les nouvelles pratiques de la police politique de Wade», avec l’arrestation du directeur de publication de L’Exclusif qu’ils assimilent «à du kidnapping». Pour le Rta-S, qui «dénonce avec la dernière énergie cette répression-intimidation d’un journaliste dans l’exercice de ses fonctions», «c’est là, après les différents actes répressifs posés par Wade contre Sud FM, Madiambal, la Première FM , un fait de plus qui révèle toute la politique de négation de la liberté d’expression au Sénégal».  
 
Par ailleurs, le Rta-S se soucie du sort des travailleurs de Sdv Bolloré, après la signature des accords entre le gouvernement et les dirigeants de Dubaï Port World, car des milliers d’entre eux «risquent, à terme (dans trois mois) de perdre leurs emplois». Il s’est indigné de «la boulimie insatiable du pouvoir qui a jeté son dévolu sur les terrains de Dakar Dem Dikk (plus de 4 hectares )» et soutient la lutte des travailleurs qui refusent «l’aliénation de leur patrimoine foncier».  
 
S. DIOP  
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 20.10.2007
- Déjà 5066 visites sur ce site!