ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Une révolte ? Non sire ! Une révolution

 
 
 
Ce que Wade veut, le peuple le veut ! 
 
 
Le 26 février prochain, c’est la date à laquelle se tiendra l’élection présidentielle sénégalaise. Ce jour est attendu avec beaucoup d’impatience mais aussi d’appréhensions par tout un peuple, car jamais scrutin n’aura suscité autant de passions dans le pays depuis cinquante ans. Déjà, cinq pertes en vies humaines ont été enregistrées à Dakar et à Podor depuis la validation de la candidature du président sortant par la justice constitutionnelle. L’une des explications à cette tension pré-électorale est sans doute liée à la question de la participation de Wade dans la course présidentielle. En effet, la présence de Gorgui à cette élection est très fort critiquée par l’opposition et par une bonne frange de la société civile. A l’étranger, des voix se sont aussi élevées pour la dénoncer. Mais, curieusement, ici le combat contre un troisième mandat de Wade semble n’être porté que par les seuls partis politiques et mouvements citoyens. 
Après douze années pleines et entières passées à la tête de l’Etat du Sénégal, le maître du ‘Sopi’ ne veut assurément pas passer la main. A près de 90 ans, il envisage de briguer un énième mandat. Cette obstination à vouloir rester au pouvoir est pathétique et semble montrer à la face du monde un homme qui a perdu, à la fois, intelligence et flair politiques. Car, comment comprendre qu’il veuille encore s’accrocher au pouvoir à un âge aussi avancé ? Une seule raison peut-être. D’après Jacques Baguenard, expert international et professeur de Science Politique : ’Les hommes politiques monopolisent le jeu politique en nous prenant en otages pour régler leurs déséquilibres tout en faisant croire qu’ils gèrent nos destins’ .Wade fait certainement partie de ceux-là. 
En tout cas, au vu des actes qu’il pose, il est dans cette logique. Le vieil homme nargue le peuple. Car, soutient-il, il lui faut encore un nouveau mandat afin de pouvoir terminer ses nombreux chantiers en cours de réalisation. La vérité est qu’il use de cet alibi pour soit demeurer éternellement au pouvoir soit pour le transmettre, à mi-mandat, à quelqu’un de son entourage qu’il aura préparé. D’aucuns le soupçonnent tout simplement de vouloir mettre son fils aux affaires. 
Quoi qu’il en soit, le projet dynastique (s’il en est un) que Me Wade porte pourrait être une dangereuse menace pour le pays, sa stabilité et son avenir politique. D’où l’attention avec laquelle elle doit être considérée. Paradoxalement, le peuple subit les événements sans réagir. Cela n’a rien d’étonnant. Les Sénégalais sont connus pour être plus des tribuns qu’autre chose. En effet, depuis 2000, le père de Karim ne cesse de tripatouiller la Constitution qu’il tient comme un banal cahier de brouillon. Et, personne ne semble s’en offusquer ! De sa bouche, il dit des choses graves qui pourraient déclencher une guerre civile, opposer les confréries religieuses, déchirer le tissu social. Personne ne dit rien. Par ces actes anti-démocratiques, il ridiculise et infantilise les institutions de la République. Passifs, les Sénégalais ferment les yeux. Aujourd’hui, il force sa candidature à un troisième mandat. Là encore, motus et bouche cousue. Mais, enfin, quand est-ce que les Sénégalais vont-ils s’indigner face aux dérives de cet homme qui a tourné le dos à son peuple ? 
Sous d’autres cieux, des milliers d’hommes et de femmes se seraient levés pacifiquement, chaque jour, pour s’opposer aux dérives monarchiques et autoritaires d’un pouvoir incarné par un homme qui ne voit que lui-même, sa proche famille et ses courtisans. La preuve en a été donnée en Tunisie et en Egypte où la détermination des peuples a eu raison des dictateurs longtemps habillés en démocrates. Ce ne sera certainement jamais le cas ici, car l’indignation n’est pas nôtre. C’est regrettable. Ici, tout passe comme lettre à la poste ! Si dans certains pays africains il y a des guides religieux (évêques, cardinaux ou imams), des intellectuels ou autres personnes publiques qui dénoncent, au risque de se faire tuer ou d’aller en prison, les abus de leurs gouvernants, ce n’est pas le cas au Sénégal. 
Nos leaders d’opinion, pour la plupart, ne courent que derrière des prébendes et des honneurs que leur donne la proximité d’avec le pouvoir. Tous ou presque ont toujours soutenu les tenants du pouvoir. Beaucoup ont été tour à tour senghoristes, dioufistes puis wadistes. Certainement, après le 26 février, ils seront tanoristes, mackystes, seckistes ou autres si le pouvoir change de main. Ceux-là ne feront jamais du Sénégal une République moderne, démocratique et prospère. Ignorons-les alors ! 
La lutte pour la démocratie et la sauvegarde des institutions doit être l’affaire de tous. Le peuple sénégalais doit lutter de toutes ses forces pour défendre ses droits. Au cas échéant, il sera soumis comme il l’a été depuis 2000. Si Wade passe, il aura raison sur tous. Les mauvaises langues ne diront-elles pas de nous Sénégalais que nous avons le chef que nous méritons ? 
Amadou SARR Email : saramadou2008@gmail.com 
La stratégie du M23 : une aubaine pour Idrissa Seck ! 
 
Le comportement des trois candidats les plus crédibles de l’opposition au camp libéral durant la première semaine de cette campagne pour l’élection présidentielle de 2012, me donne l’impression que Ndamal Kajoor, en l’occurrence Idrissa Seck, a encore réussi à les leurrer. Une autre de ses prouesses était de faire semblant qu’il voulait joindre ses forces avec celle du Parti socialiste alors qu’il négociait discrètement avec Me Abdoulaye Wade un retour dans la bonne grâce de son père politique. Toutes mes tentatives de trouver une explication cartésienne ou politiquement réaliste de la décision des camps de Tanor, Niasse et Fall de se fondre dans le magma hétéroclite du M23 et risquer de laisser passer l’opportunité qui leur est offerte aujourd’hui de tourner la page libéralo-wadienne ont été vaines. 
Le plus difficile à comprendre pour moi est que Tanor, Niasse et Fall sont entourés par des sommités intellectuelles qui, en principe, doivent être en mesure de discerner un vœu pieux qui est illusoire d’avec ce qui est concrètement possible. Ils doivent tous savoir que Me Wade est arrivé à un point de non retour et que personne n’a les moyens juridiques et/ou matériels pour l’interdire de participer au scrutin du 26 février. Durant cette première semaine de la campagne électorale, l’incohérence ou l’illisibilité de la stratégie qui est en train d’être déroulée par leur équipe de campagne et l’irréalisme politique dont ils sont en train de faire montre sont en train de faire perdre à bon nombre d’indépendants comme moi la confiance qu’ils avaient commencée à avoir en eux. 
Me Wade et Idrissa Seck, qui ont tous les deux exprimé le souhait de voir les libéraux rester au pouvoir pendant 50ans, doivent sans doute être en train de rire sous cap. Car, pendant que Me Wade sillonne le pays pour mobiliser le vote libéral, Idrissa Seck utilise le M23 pour encourager une abstention massive du vote anti-libéral. Si je croyais au maraboutage, j’allais commencer à faire épier tous les vas et viens nocturnes de M. Seck, ou ses personnes de confiance, pour découvrir la personne qui a su lui procurer la potion magique qui a servi à l’envoûtement des sieurs Dieng, Fall et Niasse. 
Il est noble de se battre pour le respect de la constitution de notre République. Toutefois, le bon combattant n’est pas celui qui s’obstine dans une voix sans issue. Avoir le courage de reconnaître que la tactique de guerre qu’on a adoptée initialement ne peut que mener à la défaite, n’est pas être défaitiste, au contraire. Nos sages Walaf ne disent-ils pas que : ‘Xar dawul dafa wuuti doole’ ? Il me semble aujourd’hui urgent de changer de tactique et de faire usage des moyens réalistes qui sont à portée de main pour empêcher à Me Wade de recevoir du peuple sénégalais un troisième mandat. Je suis de ceux et celles qui sont convaincus que l’opposition au camp libéral a, à sa disposition, les moyens de tourner la page libéralo-wadienne. 
Pour cette raison, je n’ai pas considéré la décision du Conseil constitutionnel de valider la candidature de Me Wade comme une calamité pour mon pays. Elle a retardé le grand ouf que les Sénégalaises et Sénégalais vont pousser quand ils sauront que Me Wade va prendre sa retraite mais sa défaite aux urnes étant certaine, l’attente pour pousser ce grand ouf de soulagement ne saurait être longue. 
Il va sans dire que les candidats issus du camp libéral ne souhaitent pas la déroute de leur famille politique. Pour Idrissa Seck, le seul moyen de faire d’une pierre deux coups, c’est-à- dire éviter la défaite du camp libéral et être élu quatrième président de la République du Sénégal, est d’empêcher à Me Abdoulaye Wade d’être candidat à cette élection présidentielle. Dans le cas contraire, ce n’est pas une divagation insensée que de penser que M. Seck préférera une victoire de Me Wade à celle d’un Tanor Dieng, Moustapha Niasse ou Ibrahima Fall. C’est de mon point de vue là où réside tout le sens de l’engagement de M. Seck dans le M23. Il faut s’attendre à ce qu’il fasse tout ce qui lui est possible pour que le M23 bloque la participation de Me Wade à cette élection présidentielle ou crée une telle confusion chez les électeurs que le taux d’abstention massif des anti-Wade va faciliter la victoire du ‘Pape du Sopi’ au premier tour de cette élection présidentielle. 
La cause du M23 et Y en a Marre est noble. Mais il est évident que bien qu’ils combattent pour la même cause que M. Seck, les initiateurs de ces deux mouvements doivent certainement savoir que protéger la Constitution du Sénégal est le cadet des soucis de M. Idrissa Seck. N’est-ce pas M. Seck qui avait conseillé à Me Wade de garder le juge Cheikh Tidiane Diakhaté à portée de main pour se servir de lui en cas de besoin ? Le radicalisme qu’il affiche aujourd’hui n’est donc qu’un moyen de duper Ousmane Tanor Dieng, Ibrahima Fall et Moustapha Niasse. Il a réussi durant cette première semaine de la campagne électorale, à les faire abandonner leur vrai combat qui est de tout faire pour nous débarrasser des libéraux et souscrit à son combat qui est d’empêcher à Me Wade de participer à cette élection présidentielle afin qu’il puisse améliorer ses chances de réaliser son rêve d’adolescent : se faire élire quatrième président de la République du Sénégal. 
En regardant de plus près les trois motifs qui sont avancés par l’opposition pour maintenir le mouvement du 23 juin, on ne peut que reconnaître qu’Idrissa Seck a bien appris ses leçons. Réussir à faire croire à des politiciens aussi expérimentés qu’Ousmane Tanor Dieng, le doyen Ibrahima Fall et Moustapha Niasse que son combat est celui qui vaille la peine d’être combattu et non les leurs n’est pas une mince affaire. L'habile disciple de Machiavel qu’est Idrissa Seck a réussi à faire croire à Tanor, Fall et Niasse trois chimères : 
• La première est l’urgence d’arrêter le plan (imaginaire) de dévolution monarchique du pouvoir. Il leur a fait croire que mettre leurs compatriotes en garde contre ce plan, dont personne n’a la preuve qu’il est en train d’être ourdi par Me Wade, est plus important que battre campagne pour partager leur programme de société avec l’électoral sénégalais. Il est bien légitime de douter du bien fondé de cette accusation qui a été libellée contre Me Wade par Idrissa Seck après qu’il ait perdu son titre de prince héritier du ‘pape du Sopi’. Macky Sall et Cheikh Tidiane Gadio, qui avaient soit réfuté cette thèse ou ne lui avaient accordé aucun crédit pendant qu’ils bénéficiaient de la bonne grâce de Me Wade, ont vite fait d’entonner cette chanson dès qu’ils ont perdu la confiance de ce dernier. Le dénominateur commun du courroux d’Idrissa Seck, Macky Sall et Cheikh Tidiane Gadio contre Abdoulaye Wade est qu’ils voient tous Karim Wade comme étant le commanditaire de la décision de son père de les écarter des lambris dorées du pouvoir. Il m’est personnellement difficile de croire que Me Wade veuille transmettre le pouvoir à son fils Karim Wade. Même s’il avait perdu son sens aigu de l’appréciation de la réalité politique sénégalaise, et décidé de mettre Karim Wade en danger, la sœur de ce dernier et sa mère ne vont pas laisser leur bien aimé accepter un cadeau qui risque de lui être fatal. 
• La deuxième est qu’empêcher à Me Wade de participer à l’élection présidentielle du 26 février prochain, malgré la décision du Conseil constitutionnel, est plus important que s’organiser pour le battre à plate couture aux Urnes. Toutes les personnes qui sont familières avec le mode de prise de décision des juges constitutionnels savaient que le Conseil constitutionnel du Sénégal avait deux options devant lui. Prendre une décision qui est basée sur la lecture littérale du texte et valider la candidature de Wade. Le principe énoncé dans l’article 9 Alinéa 2 de la Constitution et le flou crée par l’article 104 de la loi fondamentale donnent bel et bien aux juges constitutionnels les outils juridiques pour valider la candidature de Me Wade à cette élection présidentielle. La seconde option était de se rappeler qu’en votant massivement pour l’adoption de la Constitution de la troisième République, le peuple sénégalais avait aussi la ferme intention d’empêcher à tout occupant du fauteuil du président de la République de faire plus de deux mandats qu’elle que puisse être sa performance. C’est ceci que d’aucuns appellent ‘l’esprit de la loi’. Je suis de ceux qui pensent qu’invalider la candidature de Me Wade en se fondant sur la volonté exprimée par les constituants sénégalais de 2001 sur le nombre des mandats du président de la République allait mieux servir au renforcement de la démocratie sénégalaise. 
Cependant considérée cette décision malencontreuse comme une violation de la Constitution est à mon avis une expression d’un point de vue politique partisan. Les défenseurs de l’illégalité de la décision du Conseil constitutionnel aiment faire référence à l’article 104, alinéa 2 de la loi fondamentale sénégalaise qui stipule que, ‘toutes les autres dispositions de la présente Constitution lui sont applicables’. Ils brandissent ensuite l’article 27 qui limite le nombre des mandants du président de la République à deux. L’erreur qu’ils commettent ici est que l’article 27, alinéa 1 est certes une des dispositions de la Constitution mais l’article 9, alinéa 2 en est une autre. En faisant allusion à toutes les autres dispositions de la Constitution au lieu de se limiter à la disposition de l’article 27, alinéa 1, les auteurs de la Constitution ont créé une confusion qui a permis à Cheikh Tidiane Diakhaté et ses collègues de valider la candidature de Me Wade sans qu’aucun constitutionnaliste objectif ne puisse trouver chose à redire. * (A suivre) 
Diomaye(Ndongo)FAYE Cilawkuut@com 
 
ADRESSE AUX REPUBLICAINS 
Une révolte ? Non sire ! Une révolution 
A regarder l’opposition sénégalaise aujourd’hui, on oscille entre l’abattement et la révolte. La France avait la droite la plus bête du monde et le Sénégal vient de gagner un nouveau titre, à défaut de la coupe d’Afrique, celui d’avoir l’opposition la plus bête du monde. 
 
Tous les candidats sortants dans le monde entier souhaiteraient avoir une telle opposition. Après s’être étripés sur le candidat unique, jusqu’au ridicule, elle vient de décider – on se pince pour y croire – de suspendre sa campagne pour battre Wade. 
Les raisons ? Les sénégalais attendront la fumée blanche à la fin du conclave pour les connaître. 
Gageons, que les accusations de traitrise vont commencer. 
Et ces messieurs-dames, après avoir créé les conditions de la réélection de Wade et tué le formidable sursaut démocratique du 23 juin 2011, nous diront qu’ils ne reconnaissent pas les résultats de ces élections présidentielles. 
Il est temps d’ouvrir un nouveau cycle. 
Nous vivons une période historique particulière où nombre de schémas de pensée anciens n’en finissent pas de se décomposer sans qu’apparaisse clairement le signe d’un renouveau. 
Dans les sociétés développées européennes, l’ampleur de la crise de la dette et du chômage s’accompagne d’une crise de la politique. 
 
Au Sénégal, la recherche de solutions dans l’urgence actuelle de la campagne électorale pour battre Wade, pour nécessaire qu’elle puisse paraître, ne tient pas lieu d’une réflexion qui, à partir de la pleine mesure de l’ampleur de la crise économique et sociale, propose des orientations pour refonder l’engagement démocratique des citoyens.  
Le délabrement de l’Etat, « la politique du ventre », l’absence de règles collectives protectrices des plus faibles, maintient le sous développement et la pauvreté extrême et annihile quasiment toute volonté collective et individuelle de développement. 
 
Des questions comme celle de la mondialisation, de l’intégration africaine, du modèle de développement, celles du travail et de l’emploi, de la santé, de l’éducation engagent une conception de l’homme et du vivre-ensemble qu’une génération entière partage. 
A écouter, lire, débattre avec la génération qui cherche sa place, qui ne voit qu’elle désire ardemment travailler sur le politique en dehors des positions partisanes. 
La situation actuelle au Sénégal est, sous de nombreux aspects, inquiétante. 
Sous le bruit, les fureurs, les grondements et manifestations, le chaos apparent ou caché, il ne faut pas se tromper, c’est bien un vieux monde qui s’écroule sous nos yeux au Sénégal. 
Un autre peine à émerger et se frayer un chemin dans notre cher pays. 
 
La candidature de Youssou NDOUR raillée, par la presse, est un de ces symptômes d’un système vieillissant, comme celle de Coluche en 1981, candidat putatif aux présidentielles françaises de 1981, avec des sondages qui le plaçaient très haut dès l’annonce de sa candidature (16% des intentions de vote), avant qu’il ne renonce. 
Cette candidature illustre, mutatis mutandis le même contexte : un vieux système, une vieille élite, un vieux président. 
Elle a entraîné l’entrée en politique d’une masse de personnes, indécises, entre la jeunesse urbaine diplômée, attentive aux mots d’ordre de M23, et celle des quartiers de la médina, de Parcelles, Pikine, Guédiawaye. 
 
Elle procède de la même dynamique que celle qui s’est mise en branle depuis longtemps pour turbuler le système corrompu en élargissant à chaque fois l’espace démocratique. 
Les conséquences sur le tissu socioéconomique de quarante de règne du parti socialiste sur le système politique sénégalais, ne se sont pas effacées en un jour. 
 
Les 12 ans au pouvoir de Wade ont accéléré sa putréfaction. 
C’est le même système qui a continué sous un autre nom, avec un autre clan de prédateurs, en moins fins dans la politique du ventre et dans la gestion patrimoniale de l’Etat. 
Quand les élites technocratiques socialistes habillaient sous un vernis de la plus parfaite technocratie bureaucratique la prévarication des maigres richesses de l’économie sénégalaise, le clan wadiste, mal formé, avec une absence totale de « culture administrative » et de compétence utilise la méthode de l’informel. 
 
L’inculture technocratique, l’absence de scrupules, l’informalisation de la prédation se sont substituées à la culture technocratique du vol et du détournement des deniers publics. 
L’alternance s’est jouée des espoirs placés en elle par la faute d’un clan cupide. 
Et dans cette décennie, se sont aussi révélées les ressources morales, d’un peuple qui s’est emparé des principes de la démocratie, pour élargir son espace de liberté et se préparer à l’après Wade. 
 
Tout le monde le sent, c’est la fin d’une génération d’élite politique et administrative, celle des compagnons des combats pré et post indépendance, qui entraîne avec elle, celle des années 68 et 70. Evidemment cela se fait dans le tintamarre du débat et des invectives. 
La nouvelle génération qui tente de s’engouffrer dans ce nouvel espace revendique sa place dans la République. 
Il est donc du devoir des républicains de l’aider à la trouver au travers des valeurs et des principes universels qui sont ceux de la République. 
 
Les sénégalais aspirent à un Etat de droit 
 
Au travers de la proclamation de la primauté de l’Etat de droit, où s'applique effectivement un droit et non pas l'arbitraire d'un dirigeant ou l'anarchie. 
En réponse à la question, l'Etat de droit au Sénégal est-il plus une réalité qu'une fiction? Les citoyens répondent assurément que c’est une fiction. 
Un Etat de droit, où l'Etat se doit de veiller à ce que chaque personne physique ou morale soit à égalité devant la loi, qu'il s'agisse de défendre ou faire valoir ses droits, de contester une décision. 
Un Etat qui respecte le principe de séparation des pouvoirs (et d'équilibre entre eux) : contrôle direct de l'exécutif par le législatif ; liberté de la presse ; Justice indépendante, contradictoire, impartiale, effective, qui instruit, prononce et fait exécuter ses décisions dans des délais raisonnables. 
C'est l'ensemble de ces critères qui doivent être réunis pour que l'on puisse parler d'Etat de droit. 
La majorité des citoyens sénégalais ordinaires, le disent tous les jours. L’absence d’Etat de droit nuit tout particulièrement aux classes populaires urbaines et rurales qui ne jouissent ni des passe-droits des élites, d'en haut, ni des passe-droits de ceux qui à la marge s’arrangent avec les règles collectives. 
 
La Justice doit constituer l'un des piliers du pacte citoyen et républicain de notre pays. Son impartialité, sa capacité à assurer un équilibre entre prévention, sanction, réparation et protection des libertés individuelles doit être au cœur du bon fonctionnement de la société. 
Elle doit être un rempart qui protège les personnes, garantit les règles du vivre ensemble, les droits et donc les devoirs de chacun, les conditions d'une société apaisée. 
L'égalité devant la Loi doit être au cœur même de l'idée de justice et ce principe d'égalité est l'un des fondements de notre société démocratique. 
L’indépendance de la justice en est la condition impérative. 
La justice est un service public dont l'importance, aux yeux de nos concitoyens, n’est pas toujours mesurée alors que le droit envahit désormais tous les interstices de la vie sociale. 
Instaurer l'Etat de droit et donner aux sénégalais des raisons d’y croire, il y va de la santé démocratique de notre pays. 
Au travers de la proclamation de l'indivisibilité de la République et l'unité du peuple sénégalais. 
Le principe de l‘indivisibilité de la République, signifie, qu’elle connaît mais ne reconnaît pas tout ce qui tend à morceler, séparer, démanteler la communauté civique nationale - religion, confréries, croyances ... 
Elle respecte les traditions et les cultures mais elle les soumet à la loi commune. 
La République doit continuer le travail de construction de notre nation, composée de citoyens non de communautés. Les individus ont leurs particularités, mais pas les citoyens. 
La République indivisible est donc unitaire. 
Nous avons hérité de la colonisation française et de notre propre histoire nationale, une culture centraliste et non fédéraliste. 
 
L’unité républicaine n’exclut pas, bien sûr, la diversité. L’unité de notre nation s’est faite et se fait encore dans la confrontation, l’alliance ou parfois la discorde de ses composantes. Elle s’est réalisée à travers l’intégration des citoyens, intégration rendue précisément possible par cette indivisibilité qui reconnaît la seule citoyenneté. 
 
Les citoyens sénégalais aspirent à la neutralité de l’Etat 
 
L’affirmation de la neutralité de l’Etat appelée ailleurs laïcité, face à toutes les communautés culturelles et religieuses doit aussi accompagner l’émergence de cette nouvelle génération.  
La laïcité peut être définie simplement par la séparation de l'État et de la religion (toutes croyances confondues). C’est un principe qui garantit la liberté de conscience et de culte, qui assure l'égalité de droits entre toutes les croyances. 
 
La mise en œuvre de ce principe poserait moins de problèmes que son inscription dans le marbre au Sénégal. La meilleure définition est celle que propose le Dr Mahmoud Hazab, conseiller auprès du Cheikh Ahmed al-Tayeb, imam d’al-Azhar, dans la charte de onze articles à l’élaboration de laquelle l’institut a participé qui dit, parlant de l’Etat qui devra être issu de la révolution. « Nous ne sommes ni un État religieux ni un État militaire. Nous souhaitons que la Constitution se fonde sur la citoyenneté. » 
Des pratiques laïques sont observables dans notre pays depuis des lustres, pratiques religieuses laissée à la discrétion de la personne, liberté d'affichage ostentatoire d'appartenance religieuse, les jeûneurs et non-jeûneurs de Ramadan se côtoient dans la même famille, des amis pratiquants et non pratiquants se souhaitent bonne fête le jour de l'Aïd, le mariage civil et le mariage religieux coexistent, le planning familial est entré dans les mœurs et fait moins débat, la monogamie se généralise dans la jeune génération urbaine instruite. 
 
Son exercice est facilité tous les jours par l’existence, de croyances, d’appartenance religieuse ou confrérique différentes dans une même famille et entre ses différents membres. 
Il revient à l’Etat d’en assurer le respect. 
 
Plusieurs pays ont adopté la laïcité en tant que principe qui figure dans leurs constitutions, comme la France, l’Inde, la Turquie, le Japon, le Brésil ou les Etats-Unis. 
Beaucoup d’entre eux financent l’exercice des cultes. 
 
Il n’est pas inimaginable que notre pays se dote d’un budget des cultes. Cela aurait le mérite de s’accorder sur le principe de l’égalité de traitement de tous les cultes, toutes les confréries et de rendre complètement transparent les financements publics qui leur sont accordés. 
Ils seraient inscrits chaque année dans la loi des finances par l’assemblée nationale et exécutés sous son contrôle, comme tout le budget de la nation. 
 
L'égalité, le progrès social, la fraternité et la solidarité sont des irremplaçables de la République.  
Une société plus juste est une société qui permet l’accès à l’égalité des chances à chacun de ses membres. S’il est des inégalités qui tiennent à la nature humaine, il en est, injustifiées, qui tiennent à la société. 
 
La réduction de ces inégalités constitue une exigence aussi bien morale que politique. 
Il faut refuser la persistance des inégalités entre les hommes et les femmes, celles s’appuyant sur une origine sociale ou ethnique. 
Refuser les inégalités héritées. 
Refuser l’idée d’inégalités dont on ne pourrait pas sortir. 
 
Se battre pour que soit donnée à chacun la possibilité, quelle que soit son origine, sa situation, de s’insérer dans la vie sociale ou professionnelle, d’accéder aux biens collectifs – éducation, culture, emploi, santé, sécurité – et de pouvoir en tirer un profit comparable. 
Vouloir l’égalité dans les opportunités offertes à chacun, d’utiliser au mieux sa capacité d’autonomie, ses talents et sa volonté. 
 
La justice sociale, comme la cohésion sociale se bâtissent sur l’exigence de solidarité qui doit être conçue à la fois comme un tremplin pour ceux qui peuvent agir et prendre leur responsabilité, un filet de sécurité pour ceux qui connaissent l’échec et doivent se voir accorder une nouvelle chance, comme un bouclier enfin pour ceux qui n’ont pas ou plus les moyens d’agir et qui doivent recevoir de quoi leur permettre de vivre dignement. Elle doit empêcher la précarité et permettre la cohésion sociale de notre nation. 
 
Pour s’exprimer dans le respect de la dignité de l’individu, la solidarité doit être ciblée, adaptée à chaque situation, et ne pas se transformer en assistanat par une distribution uniforme d’aides, qui découragent ceux qui travaillent, et tendent à maintenir ceux qui en bénéficient dans une situation de dépendance. 
La solidarité doit s’exprimer à différents niveaux : solidarité entre les territoires sénégalais, dans les campagnes et au sein des villes ; solidarité familiales et entre les générations. 
L’intervention de l'État est le pilier d’une politique solidaire. C’est sur cette base que les républicains doivent faire une place à la nouvelle génération dans l’espace public. 
 
Dans notre pays, c’est l’Etat qui contribue à construire la nation sénégalaise, dans ses espaces et ses territoires. Il ne faut jamais perdre de vue ce paramètre essentiel pour les républicains. Toute politique qui décrédibilise son intervention sape les fondements de notre Etat-nation. 
Alors le pire n’étant jamais sûr, je pense que lorsqu’un problème est clairement et judicieusement posé, on trouve toujours des hommes et des femmes capables de le résoudre. 
 
Babacar FALL - 
Email:babfall33@gmail.com 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 15.02.2012
- Déjà 5549 visites sur ce site!