ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

le sénégal toujours dans la zone

Corruption:le Sénégal toujours dans la zone critique, selon Transparency international 
27 Septembre 2007 08:00 heure de Dakar 
 
(APS) - Le Sénégal reste dans la zone rouge du classement 2007 établi par Transparency international avec une moyenne de 3,6 sur 10, a déclaré mercredi à Dakar, Mamadou Seck, directeur exécutif du Forum civil (antenne locale de l'ONG internationale). 
 
''Malgré le léger mieux par rapport à l'année dernière, le Sénégal reste dans la zone critique avec une moyenne de 3,6 contre 3,3 en 2005 selon le classement sur l'indice de perception de la corruption publié cette année par l'ONG Transparency international. Sur 180 pays, nous sommes classés 71-ème‘', a indiqué M. Seck, lors d'un point de presse. 
 
Le mauvais classement du Sénégal remonte à 1998, année où le pays s'était retrouvé avec une moyenne de 3,3 sur 10.  
 
''Depuis cette date, notre pays n'a jamais pu accéder à la moyenne de 5 nécessaire pour se voir délivrer un satisfecit'', précise un document remis à la presse. 
 
L'indice de perception de la corruption est un outil de travail de Transparency international afin de jauger le niveau mondial l'état de la corruption. Il classe les pays en fonction du degré de corruption perçue dans les administrations publiques et la classe politique.  
 
C'est un indice composite faisant appel à des données sur la corruption tirées de sondages d'experts réalisés par divers organismes indépendants dignes de confiance, selon l'organisation non gouvernementale.  
 
L'indice reflète des points de vue du monde entier, dont celui des experts qui résident dans les pays sondés, à savoir des cadres supérieurs et intermédiaires, des entreprises nationales et internationales, etc.  
 
Mamadou Seck a relevé que ‘'cette situation de mauvais élève de la classe du Sénégal est imputable non seulement à la corruption en haut lieu ou corruption à col blanc mais également à celle-là acceptée comme fatalité au sein même de la population''. 
 
''La corruption semble être acceptée et légiférée dans tout le pays. Au niveau étatique, c'est tout une impunité qui y règne et au niveau de la population les lourdeurs administratives font qu'elle s'adonne à la corruption en toute insouciance'', a-t-il ajouté non sans souligner qu'il se pose ''réellement un manque de volonté politique pour venir à bout de ce fléau''. 
Une série de mesures proposées pour combattre la corruption 
27 Septembre 2007 07:45 heure de Dakar 
 
(APS) - Le Forum civil, antenne locale de Transparency international, préconise trois niveaux d'intervention pour s'attaquer au problème de la corruption. 
''D'abord, il faut renforcer le cadre normatif, mettre en place des règles, des procédures et des systèmes de contrôle pour assurer la transparence dans la gestion des affaires publiques'', a souligné le directeur exécutif du Forum civil, lors d'une conférence de presse donnée mercredi à Dakar. 
 
Selon M. Seck, cette phase demande des préalables : des lois d'harmonisation conformément aux conventions signées par le Sénégal avec l'Organisation des nations unies et l'Union africaine. 
 
Ces conventions préconisent la création d'agences indépendantes de lutte contre la corruption, le renversement de la charge de la preuve (l'accusé prouve son innocence, NDLR) et la défense des ‘'déclencheurs d'alerte'' (dénonciateurs). Ce dernier dispositif n'existe pas au Sénégal. 
 
Il s'est interrogé sur la surveillance des marchés de l'Agence nationale de l'organisation de la conférence islamique. Il a aussi déploré le retard à la mise en place des structures d'accompagnement de l'entrée en vigueur du code des marchés, fruit d'un consensus fort entre l'Etat, la société civile et le secteur privé. Ce qui lui pose ‘'de sérieux problèmes de mise en œuvre''.  
 
Le Forum civil a en outre salué les réformes budgétaires, tout en relevant que ‘'le processus de changement autour de ces réformes est lent''. Il a mis à l'index les résultats du Programme national de bonne gouvernance, en relation avec la corruption dans la justice. 
 
Cette organisation de la société civile sénégalaise axe le second niveau d'intervention sur la question des valeurs sociales perverties. A cet effet, elle plaide pour le renforcement du système éducatif, la sensibilisation des populations par divers moyens. 
 
Le Forum civil aborde enfin la dimension répressive de la lutte contre la corruption. ‘'Elle passe d'abord par une justice indépendante, il faut se doter d'un système répressif afin de punir toute pratique corruptive'', précise son directeur exécutif. 
 
Il a insisté sur les aspects liés à la formation des magistrats et celle des juges des comptes, ainsi que sur la ‘'politisation'' des dossiers judiciaires et le silence qui entoure d'autres à cause de l'impunité de certains fautifs. 
 
Le Forum civil a toutefois précisé qu'il ne s'agit pas de comparer le niveau de corruption du Sénégal à d'autres, avant de souligner que ‘'le niveau de soutenabilité de notre économie de telles pratiques est très faible et qu'il convient de lutter efficacement contre cette corruption''. 
 
Le prochain classement sur l'Indice de perception de la corruption sera publié en décembre. 
« ALORS QUE LA POPULATION SOUFFRE, ON NOUS FAIT REVER » 
SUDONLINE.SN | mardi 25 septembre  
Le Sénégal de nos jours est confronté à d’énormes problèmes que seul les « Badolos » (1) sont en mesure d’approuver au plus fond car considérés comme les consommateurs « gorgorlous » (2) de ce pays. 
Les tendances politiques sont en perpétuelle opposition. On en sait plus à quelle position se situer car la politique est au cœur des débats quotidiens mais point la demande, la réclamation, bref les besoins prioritaires de la population. 
C’est vrai que sous l’alternance, le Sénégal a vu émerger de nouveaux changements surtout en infrastructures : l’aménagement des routes et échangeurs en sont les preuves et ça il faut le reconnaître. 
Mais convenons en le Sénégal fait parti des pays les plus ou moins pauvres du continent Africain dont en majorité composé des couches les plus vulnérables que sont les femmes et les jeunes. Convenons en aussi, la jeunesse sénégalaise comme africaine, l’avenir du continent est en pleine crise : le phénomène de l’émigration clandestine en est une preuve concrète. 
Certes il y’a une partie de la jeunesse éparpillée au sein des différentes tendances politiques qui devrait jouer un rôle important dans la stabilisation de ce pays mais dommage car elle aussi emportée par les coutumes de leurs anciens : celles de se chamailler pour des raisons de position au niveau de leur instance respective ou de quelques miettes de millions. 
Outre de celle la, il ya l’autre partie qui laissée à elle même, sous aucune couverture mais consciente de la vie qui devient de plus en plus chère et ayant perdu tout espoir d’assurer leur avenir préfèrent de vie ou de mort quitter la terre de leurs aïeuls à la recherche d’autres horizons plus idéales pour s’enrichir et rentrer au bercail pour fonder leur foyer. Face à ce drame, des formes de lutte ont été mises en place pour lutter contre ce drame qu’est l’immigration clandestine. 
La surveillance espagnole, des gardes cotes terrestres, maritimes et aériennes en collaboration avec les autorités africaines. Aussi la surveillance nuit et jour des lieux d’embarcation, la gendarmerie nationale qui malgré leurs efforts n’arrivent pas à choper toutes les embarcations à destination de l’Eldorado. Il y’a aussi le plan REVA qui jusqu’à présent aux yeux de la population ne semble pas être une solution pour freiner l’élan de ce phénomène. 
En dehors de la voie maritime, voila qu’on nous parle maintenant de la modernité du passeport, il s’agit de passeports numérisés moyennant chacun une rondelette somme de cinquante milles francs alors que l’ancien ne coûtait que quinze milles francs (frais de timbre) et n’était pas à la portée de tout le monde. En voila une autre forme de lutter contre l’émigration clandestine par voie aérienne. Qu’est ce qui se passe, est ce que le fait de moderniser ces passeports, ou bien de moderniser le milieu ferroviaire (TGV à sept écartements) fait parti de nos soucis. De grâce nos soucis primordiaux vous les connaissez, n’essayez pas de s’en passer. Ce n’est autre que la diminution des denrées alimentaires (huile, sucre, lait, Gaz Butane, électricité…etc.) 
Réglez ces problèmes d’abord pour pouvoir passer à autre chose est le souci de tout gorgorlou, et en faite c’est aussi une réalité pertinente car nous sommes dans un pays pauvre et ça il faut le reconnaître. Combien de fois ont – ils protestés les professionnels de la santé, du transport aérien et terrestre, de l’éducation, du sport, de la pèche…etc. mais jusqu’à présent rien car pilotés le plus souvent par d’incompétents égoïstes qui jusqu’ici n’arrivent pas à distinguer l’intérêt individuel, partiel au collectif. 
Contrairement aux autres pays d’Afrique, le Sénégal est, et a été toujours une terre de paix. Mais on a l’impression aujourd’hui que cette paix commence à être troublée. 
Cela peut se résoudre car tout problème a une solution, il suffit de chercher et de vouloir résoudre pour un but bien commun : le pays. L’annonce de la Conférence Nationale en est un signe. Il faudrait à ce point un cadre de concertation large ou se verra inclus tous les corps de la nation (Le gouvernement – partis politiques – Leaders d’opinion – Société civile – Secteur public comme privé.) et dont le thème gravira autour de la stabilisation de ce pays et la renaissance nationale. 
« Rêver c’est bon, mais trop rêver entraîne à oublier les réalités présentes » 
(1)Badolos : mot wolof qui veut dire les plus démunis. (2)Gorgorlous : mot wolof qui peut être défini comme débrouillards. 
Prénom et nom : moussa fall  
Adresse e-mail : moussafall@gmail.com  
Le pouvoir politique et la folie :  
La folie du pouvoir et les apports de la folie dans la gestion du pouvoir politique 
SUDONLINE.SN | mercredi 26 septembre  
Les dérives inévitables du pouvoir politique dans la société humaine et le rôle de la folie dans la gestion de ce pouvoir : c’est cette problématique un peu trop ambitieuse qui nous préoccupe et, tout ceci, dans le souci d’avoir une lecture toujours quotidienne de la démocratisation (certes quelque fois laborieuse, mais avérée) de la société sénégalaise. 
Tous les grands hommes de ce monde l’ont dit ou vécu : le pouvoir mutile facilement l’homme en lui enlevant ce qui doit être sa destination et sa vocation. Quand Me Wade, parlant de la regrettable perdition politique de Idrissa Seck, disait que « le pouvoir rend fou », il ne faisait que constater empiriquement la déroutante la réalité de la gestion d’un pouvoir exercé sur des hommes. 
La folie, en tant que déraison et/ou démesure, entretient des relations étranges avec le pouvoir politique : le pouvoir politique a ceci de singulier que celui qui en est le dépositaire est, en permanence, tenté par les délices que procure ou agrée l’immoralité et il risque également des excès de tout genre. On s’amuse souvent à reprocher aux hommes du pouvoir toute sorte de dérèglement, mais on oublie souvent que la plupart de ces vices sont consubstantiels au pouvoir. 
Le pouvoir prédispose tellement à la folie que pour mieux fonctionner il est contraint de recruter des fous : tous les régimes, d’ici et d’ailleurs, ont leur fou parce qu’ils ont besoin d’individus qui fassent la transition entre les absolus de la normalité sur lesquels la société veille jalousement et les dépravations vers lesquelles la gestion du pouvoir incline irrémédiablement. C’est que quand on est détenteur du pouvoir politique, on reçoit gratuitement tout sans même rien demander : les dons les plus inattendus, des honneurs émoustillants voire démesurés, les prières les plus prolifiques venant de toutes les religions et de toutes les confréries, les magies les plus exotiques, et on a toujours à sa disposition des hommes de basse besogne pour exécuter des tâches obscures ou endosser la responsabilité de ses propres errements. 
Devant des facilités aussi extraordinaires, seul un surhomme ou, en tout cas, un homme fortement imbu de vertu exceptionnelle et de piété authentique, peut demeurer serein et garder toute sa raison. De Hitler à Mobutu, les pièges du pouvoir ont agi avec efficacité et fatalité : à force de durer dans l’exercice du pouvoir, on se dénature et on finit par s’identifier à celui-ci, on a la nette impression qu’on ne plus exister et signifier quelque chose en dehors des champs de délices illimités qu’offre le pouvoir politique. C’est ainsi que, sans s’en rendre compte, on perd progressivement les repères qui ont sa gloire et sa grandeur et on finit par se délecter de petites entreprises politiques pour se dissimuler soi même et aux autres sa fatidique asthénie. 
Mandela a sans doute très tôt compris qu’il ne lui était plus possible (humainement parlant) de remporter encore d’autres victoires plus importantes que celle contre l’apartheid : c’est comme s’il avait compris et entériné le principe selon lequel certains héros, sinon tous, sont faits pour des tâches particulières au-delà desquelles ils redeviennent des hommes ordinaires voire médiocres. Jusqu’à la fin des temps l’histoire retiendra le nom de Mandela comme un héros qui a su résister à l’oppression comme personne ne l’a jamais fait (sinon très rarement) et qui, après une accession fulgurante au pouvoir s’en est retiré avec autant de gloire qu’il y avait accédé. 
C’est vrai que ce n’est pas facile de se représenter l’ampleur du désastre psychologique et du dérèglement tout azimut que provoque le pouvoir politique sur le « Prince » quand on est loin des couloirs de celui-ci, mais la simple constatation du changement qui se produit sur les hommes qui accèdent au pouvoir suffit pour nous convaincre de l’étendue des pouvoirs et des illusions qui habitent celui qui règne sur un peuple. Administrer des hommes ! C’est le plus grand pouvoir que l’homme peut avoir sur terre et c’est justement la raison pour laquelle on est, sans cesse, poussé vers des dérives lorsqu’on en est investi. La fatalité des dérives que suscite l’action du pouvoir est ce qui astreint le « Prince » à recruter un fou qui, parce qu’il n’est pas lié aux exigences de cohérence dans la pensée et dans l’action, est naturellement apte à réfuter et à justifier tout ! 
L’histoire politique du Sénégal montre que tous les régimes ont leur « béliers » dont le discours, l’allure et les actes sont tous comparables aux démonstrations d’un saltimbanque dans l’espace public. Les bouffonneries d’un Ministre sont difficilement attaquables ou facilement pardonnables, parce que dans l’imaginaire collectif de certains citoyens, la vérité et le sens sont inhérents au pouvoir politique : c’est ainsi qu’on abuse sans vergogne de cette indulgence, à la limite inconsciente, des masses sur les leaders. Dieu sait que tout pouvoir commet des absurdités et des bourdes, mais il y a toujours des justifications cherchées et trouvées par des citoyens : on donne un sens et une valeur aux choses les plus absurdes, pourvu qu’elle proviennent du pouvoir. Tout devient ainsi sens et valeur dans l’espace du pouvoir politique, d’où le « Prince » a tendance à se croire investi d’un plus « d’être » sur les autres hommes. 
Les enfantillages récriminés chez certains hommes d’État proviennent du fait qu’en vérité ils ne vivent pas les mêmes réalités que nous autres citoyens et ne se sentent pas assujettis aux mêmes limites. Quand on parle et qu’on se sent écouté ou soutenu par des centaines, des milliers voire des millions d’hommes, on glisse rapidement vers la surestimation de son être et de sa valeur. Parce qu’on gouverne des hommes, on peut souvent finir par croire qu’on gouverne aussi leur conscience, leurs pensées. Plus cette croyance se transforme en certitude, davantage on persiste et sombre dans les abus et les crimes : on voit donc que le pouvoir politique crée sans cesse des fous dans son espace. 
Quant aux fous recrutés par le pouvoir politique, la promptitude avec laquelle ils disent des choses qui répugnent à la convenance, la fausse agilité avec laquelle ils propagent l’audience du pouvoir, font qu’ils deviennent des piliers essentiels du système et sont, pour ainsi dire, des intouchables redoutés aussi bien par les partisans du régimes que par les adversaires de celui-ci. Il faut admettre que ce n’est pas facile de polémiquer avec une personne qui transgresse, sans le moindre remords, les interdits fondamentaux de la morale et les principes élémentaires d’un raisonnement ordonné. Les concepts de fausseté, d’impossibilité, de contradictoire, d’anormal, d’immoral, etc. sont souvent facultatifs voire inexistants dans l’architecture rationnelle des « fous » d’un régime. 
La seule chose que ces individus conçoivent clairement comme anormale c’est qu’on s’oppose à leur folie : pour les fous d’un régime c’est une faveur qu’on fait aux citoyens en les gouvernant. Un homme politique sénégalais plein d’humour et d’ironie mesquine a dit un jour, parlant d’un autre homme politique, que la seule fonction dont il était vraiment digne est un ministère des disputes et des querelles inutiles. Ce réquisitoire est certes violent, mais il ne manque pas de sagesse, ne serait-ce que sur le plan anecdotique : certaines déclarations et attaques ont ceci de particulier qu’elles laissent la personne contre laquelle elles sont dirigées perplexe et désemparée, car tout le monde ne sait pas faire dans la bouffonnerie et dans l’insolence insouciante. 
D’une manière générale donc, contrairement à ce qu’on pense, le pouvoir ne dispense pas de la folie ; celle-ci est souvent au cœur celui-là et, dans bien des cas, la folie sert la politique de plusieurs façons sans être indexée ou même perçue comme étant vraiment de la folie. Les fous du pouvoirs ont cette marque indélébile qui leur colle dans l’âme : ils ne peuvent pas évoluer dans un univers serein et paisible. Ils sont hors de leur de leur élément quand l’espace politique est pacifié et est fait de dialogue ou d’échange de réflexions rigoureusement rationnelles. 
Prénom et nom : Alassane K. KITANE  
Adresse e-mail : allou67@yahoo.fr  
Pour une politique d’appui aux Sénégalais de l’Extérieur 
SUDONLINE.SN | mardi 25 septembre 2007  
Comment décourager les candidats à l’émigration clandestine quant au même moment on annonce que nos compatriotes qui vivent à l’extérieur transfèreraient plus de 400 de milliards par année ? Tel devrait être la difficulté à laquelle sont confrontés tous ceux qui tentent d’endiguer la pandémie de l’émigration clandestine à travers des campagnes de communication/ sensibilisation. 
Faut-il pour autant fermer les yeux devant la gravité du phénomène ou continuer à faire du dilatoire ? La réponse est évidemment non. 
Ce qui se passe aujourd’hui sur nos côtes, où des jeunes adeptes de la philosophie du « Dém mbaa dée » hypothèquent leur vie ; interpelle l’Etat et tous les Sénégalais afin qu’une solution heureuse soit trouvée à la question de l’émigration. 
Cette contribution cherche à stimuler la réflexion et susciter le débat autour de la question suivante : comment faire du migrant un acteur dynamique du développement en passant d’une migration de substance à une migration d’accumulation et de développement ? 
Tenter de répondre à cette interrogation ne relève pas de l’utopie car l’émigration a joué et joue un rôle clé dans le développement de plusieurs pays. L’auteur de cette contribution est un ancien émigré qui a toujours prêché la mise en place d’une véritable politique nationale d’appui aux Sénégalais de l’Extérieur (SE) à l’instar de ce qui se fait au profit des autres acteurs de la vie nationale. 
Rappelons pour commencer qu’en octobre 2000, le gouvernement en collaboration avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a organisé une conférence Inter - régionale sur la participation des migrants au développement de leurs pays d’origine. 
Dans la même foulée, le Ministère des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a organisé en juillet 2001 un symposium sur les Sénégalais de l’extérieur. Ce symposium qui a regroupé pendant deux jours les Sénégalais de la diaspora constituait à l’époque un signal fort lancé par le gouvernement de l’alternance en direction des Sénégalais de l’Extérieur. Les recommandations de ces journées de réflexion militaient en faveur de la mise en œuvre d’un plan d’action concerté pour régler durablement les problèmes qui se posent aux émigrés. Nos compatriotes vivant à l’extérieur le méritent amplement pour la simple raison que le total des flux financiers en provenance des émigrés se chiffrerait à environ 400 milliards de francs CFA par an, soit plus que l’aide au développement. 
Mais force est de constater que le volume des investissements productifs réalisés par les migrants est insignifiant, car ces revenus gagnés au prix de mille privations et de sacrifices inhumains sont souvent investis dans la recherche du prestige et dans le paraître. Sur le plan économique, ceci engendre un manque à gagner considérable pour le pays parce que détournés de leur meilleure allocation possible par rapport aux objectifs nationaux de développement. Aussi pour lever ces contraintes et faire du migrant un acteur actif du développement, l’Etat devrait mettre en place un Programme d’Appui aux Sénégalais de l’Extérieur « PASE ». 
SON BUT : renverser la tendance pour faire du migrant un acteur dynamique du développement en passant d’une migration de substance à une migration d’accumulation et de développement 
SON OBJECTIF : prouver et convaincre les Sénégalais, qu’il est encore très possible de faire fortune au Sénégal 
1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION 
Aujourd’hui il faut considérer la migration internationale comme une composante à part entière de l’interpénétration des marchés et des économies et comme une résultante de l’interdépendance des nations. En tenant compte de l’ensemble des interactions entre la migration et les forces sociales, économiques et politiques, dans leur souplesse et/ou rigidité, l’Etat doit mettre en œuvre des actes forts et adaptés dans le but de contribuer à une ré allocation optimale des revenus issus de l’émigration. 
La question de la migration est devenue cruciale pour au moins pour deux raisons. D’une part la migration connaît de profondes mutations dues au changement de génération et aux difficultés de plus en plus énormes de traverser les frontières. D’autre part, les options de décentralisation avec la redistribution des pouvoirs aux collectivités locales, induisent forcément des réajustements dans les stratégies d’intervention des acteurs, et spécialement celles des migrants qui jouent un rôle important dans les stratégies de survie et de développement des familles. 
Organisés d’abord sur des bases d’appartenance commune à un village, ensuite de proximité entre villages sous la forme d’associations inter villageoises, les migrants sont aujourd’hui soumis à une transition incontournable du fait des nouvelles dispositions administratives introduites par la politique de décentralisation. C’est ainsi toute la problématique de développement local qui se trouve remise en question. 
Pour rappel, on peut relever quatre grandes phases dans la relation de solidarité entre le migrant et son pays d’origine et notamment son terroir. La première période est marquée par l’investissement exclusif dans le bâtiment. Partis d’abord pour la survie de la famille, les migrants se retrouvent autour d’une identité villageoise et commencent à investir pour la construction. La seconde est marquée par des investissements orientés vers les infrastructures communautaires. Avec l’aggravation de la crise qui sévit au Sénégal, le terroir villageois émerge comme un espace sinistré et appelle à des actions solidaires de la part des émigrés pour combler le vide laissé par l’Etat. La modification des lois dans les pays d’accueil ouvre la troisième période avec la reconnaissance d’un statut aux associations d’émigrés qui provoque un essor du mouvement associatif. Les migrants tissent partout en Europe divers partenariats avec des ONG du Nord et favorisent des jumelages entres leurs villages et des villes des pays d’accueil dans une perspective de promotion de micro projets répondant à des besoins identifiés au village. L’amélioration du statut des émigrés ouvre l’ère des investissements productifs des migrants au niveau de leur pays d’origine. Ce phénomène même embryonnaire constitue une rupture fondamentale avec des tentatives d’infiltrer le secteur productif surtout dans l’import export, l’exploitation de certaines opportunités locales comme le cuir, le poisson en relation avec le patronnant du Nord. 
Mais cet effort des Sénégalais de l’Extérieur n’est pas appuyée par une volonté politique basée sur une connaissance réelle et approfondie du migrant. Jusqu’à présent, malgré des avancées certaines réalisées par le Ministère des Sénégalais de l’Extérieur, les initiatives sur la question de la migration sont du ressort exclusif des autorités des pays d’accueil qui en réalité ne poursuivent pas le même objectif que nous. C’est ainsi que par le passé des structures spécialisées originaires des pays d’accueil ont tenté sans grand résultat d’aider les émigrés parce que : il s’agissait de programmes orientés dans un sens unique et prédéfinis à savoir le retour définitif de l’émigré dans son pays d’origine ; les émigrés ne se reconnaissaient pas dans ces programmes qui ressemblaient plus à des camisoles de forces. L’Etat du pays d’origine (ministère, collectivités locales) n’était pas responsabilisé d’où l’absence d’un cadre juridique et institutionnel qui limite les dérapages et les détournements d’objectifs ; il manquait à ces programmes une touche professionnelle de la part du secteur privé local ; 
En réalité, il s’agissait plus d’un jeu de dupe entre l‘émigré et les structures chargées de gérer le programme d’appui au retour (chacun cherchant à tromper l’autre) 
2. QUE FAIRE DANS CETTE SITUATION 
Répondre à cette question suppose que l’on comprenne d’abord le phénomène migratoire et ensuite que l’on mette en place une politique de rupture hardie en faveur des émigrés et des candidats à l’exode. Le phénomène migratoire revêt d’abord une dimension sociologique qu’il ne faudrait pas occulter si on veut gérer rationnellement la question. La philosophie du « dém mba dée » qui est à la mode au niveau des jeunes trouve son fondement dans la situation de précarité de l’emploi et l’absence de perspectives d’avenir pour la plupart d’entre eux. 
Le phénomène que nous vivons aujourd’hui est la manifestation à la fois d’un état d’esprit, d’un désarroi et d’une absence de repères, largement répandus dans la société sénégalaise. Plus qu’une spécificité d’une zone donnée, il s’agit d’un dénominateur commun à la « Famille Sénégalaise » qui est complice et instigatrice du voyage qu’elle encourage et pré finance le plus souvent. Ainsi le jeune qui se sent investi d’une mission, a le soutien et l’aval de la famille qui, après avoir fait un arbitrage a opté pour l’aventure vers l’Europe au détriment du statut d’éternel « vaut rien » dans lequel la société du paraître les confine car ici « celui qui n’a rien n’est rien » En réalité, le jeune n’est en fait que la manifestation d’une volonté et d’un état d’esprit largement ancrés dans la tête des parents pour qui la seule solution pour survivre dignement est de disposer de son émigré. Ainsi, le jeune, élément d’une stratégie de survie mûrement réfléchie n’est que l’outil le plus approprié dont dispose le nucléo familial pour espérer survivre. Plus qu’une aventure, le jeune part en mission pour le compte de sa famille qu’il est prêt à servir au prix de sa vie d’où le slogan « Dem mba dée ». Les solutions préconisées dans le feu de l’action sous forme de séances d’information et de sensibilisation à travers les média pour dissuader les jeunes, risquent de produire l’effet contraire, car s’est en toute connaissance de cause que ces voyages sont organisés. Pour les dissuader, il faut du concret ; surtout que la plupart des personnes qui portent ces messages ne sont pas crédibles aux yeux de l’opinion. C’est pourquoi, les campagnes de communication faisant appel à l’émotion, à la peur et/ou la religion risquent de dégoûter le public et amplifierait le phénomène. 
Actuellement, appuyer le candidat à l’émigration pour l’inciter à rester serait la meilleure façon de l’aider à partir car son seul et unique objectif dans la vie est de « s’exiler » parce qu’il ne croit même plus qu’il est encore possible de faire fortune au Sénégal même avec des millions. Cet appui servira tôt au tard à financer le voyage vers l’Europe. 
La meilleure solution pour le moment serait de convaincre les jeunes qu’il est possible de faire fortune au Sénégal en proposant un partenariat technique et financier adéquat aux émigrés désirant investir au Sénégal. Ainsi à force de voir les émigrés bénéficiaires de l’appui de l’Etat rentrer et faire fortune au pays, les potentiels candidats à l’exode se rendront compte peut être que l’extérieur n’est plus un eldorado et qu’avec des moyens, on peut toujours réussir au Sénégal. C’est à partir de ce moment, que le Ministère des Sénégalais de l’Extérieur et/ou le FNPJ (repensés ) pourraient mettre en œuvre des politiques complémentaires destinées à gérer rationnellement le flux migratoire en amont. 
Au Sénégal, une modification s’est opérée au niveau des rapports sociaux avec l’émergence et à l’affirmation d’une nouvelle classe sociale issue des couches rurales et péri-urbaines dotées de solides arguments financiers et d’un esprit à tout risque. Cette nouvelle classe communément appelée « modou-modou » diffère totalement de celle des émigrés dits « intellectuels » avec qui les rapports sont souvent conflictuels. 
Plusieurs formules peuvent être envisagées par l’Etat pour élaborer sa politique d’appui conseil aux émigrés ; mais la promotion du Modou semble être plus réaliste et présente de meilleures chances de succès pour les raisons historiques et sociologiques suivantes : 1Dans le passé, l’Etat à travers une politique dite <> a tenté d’insérer sans succès les diplômés de l’enseignement supérieur dans l’entreprenariat parce que ces derniers n’étaient pas préparés à cette mission et surtout percevaient leur nouvelle situation comme un choix forcé et non comme une option libre. 2L’appui aux intellectuels se heurte souvent à des préjugés de classe qui le rend plus difficile 3 La tentative de mettre ensemble ces deux catégories d’émigrés n’est pas viable dans le court terme à cause des rapports parfois tendus et surtout de la méfiance des « modou » vis à vis de l’émigré intellectuel. 
C’est pourquoi, nous proposons la promotion des « modou » souvent « riches » mais non organisés n’en déplaise à l’éminent économiste Galbraith qui avait conclu, à la suite d’une étude faite sur l’émigration cubaine aux USA qu’en aucune façon, l’argent des émigrés ne pouvait être porteur de croissance et de développement. Nous sommes convaincus au contraire que l’émigration pourrait constituer pour le Sénégal un raccourci pour nous raccorder au développement. Mais il est évident que toutes les actions entreprises en direction des émigrés resteront un écran de fumée tant qu’on n’ a pas acquis d’abord une connaissance approfondie et correcte du phénomène migratoire que seul un diagnostic participatif du migrant est en mesure de conférer. Cette connaissance du migrant et de la migration nous permettrait finalement de : Disposer de la cartographie des migrants ; Connaître les spécificités des différentes zones d’immigration ; Avoir une meilleure connaissance du migrant ; Avoir plus de considération pour le migrant qui n’est plus une simple personne à aider mais un partenaire qu’il faut satisfaire ; Ne plus raisonner en terme d’à peu prés et suppositions ; 
Prénom et nom : Cheikh Guissé 
Adresse e-mail : aidedixhuitsafar@yahoo.fr  
Quelles mamelles pour nourrir le Sénégal ? 
 
 
On apprenait à l’école française que ‘l’agriculture et l’élevage sont les deux mamelles de la France’. Nous étions jeunes élèves à l’école primaire de Sor Saint-Louis (ex-Mederza) et le maître, c’était le sympathique Ismaïla Lô - parrain et oncle du talentueux chanteur de Rufisque. Nous le revoyons encore en mémoire document en main, vêtu d’un costume gris, arpentant les divisions des bancs de la classe, en lisant des phrases contenues dans le document, posant des questions çà et là et qu’interrompait le claquement des doigts des élèves désireux de répondre aux questions. Et il commentait l’importance des deux secteurs de l’agriculture et de l’élevage dans l’économie française.  
Climat serein, détendu, discipliné de l’ensemble des élèves qui n’ont qu’un seul désir de savoir. Et le maître avait une attitude paternelle ne cherchant qu’un seul objectif : la réussite de ses élèves. A cela s’ajoutent l’adhésion des parents et l’appui aux éducateurs quelles que soient des sanctions ou punitions envisagées. Où se trouve aujourd’hui ce climat ? Ce valeureux maître, les élèves disciplinés et désirant réussir, l’appui de leur parent à l’éducateur de leur progéniture. Nous avons perdu beaucoup de ses qualités et constatons la dégradation de l’enseignement troublé par la recherche de l’argent, les grèves et l’égoïsme, la mauvaise répartition du budget des fonds de l’Etat. Ces premiers éducateurs, pour ne citer que le vieux Boubacar Diop, Ismaïla Lô, Moustapha Baïd Sarr de Guéoul, Déthié Fall de Bambey, Algor Dioum Ndiaye Wack, directeur de l’école des Champs de courses de Dakar qui a sauvé un bon nombre de jeunes en les aidant à remettre les pieds à l’étrier. Pour convaincre ses collaborateurs (maîtres), il leur disait : ‘Prenez-le, peut-être qu’il a une intelligence à retardement’. Sortis de l’école William Ponty en tant que instituteurs, ils ont secouru notre éducation après l’indépendance, en remplaçant les enseignants qui occupaient les postes supérieurs (professeurs) et dans l’administration générale (directeurs nationaux, gouverneur, préfets).  
Nous n’avons pas perdu que les valeurs au niveau de l’enseignement, nous avons aussi perdu dans le secteur de l’agriculture. Et là, nous rentrons de plain-pied dans l’affaire préoccupante du sort de l’agriculture. Le Sénégal pourrait être classé sur le plan du développement à la même enseigne que la France : l’agriculture et l’élevage sont les deux mamelles du Sénégal.  
Le colon l’avait bien pensé et appliqué. Où sont aujourd’hui ces indispensables institutions agricoles ? Et dans quel état de dégradation se trouvent-elles ? Que sont devenus le Cnra de Bambey, l’école des cadres ruraux, l’école ferme de Louga, le Ranch de Dahra Doly dont l’objectif n’était autre que d’améliorer la production agricole et animale ? En ce qui concerne Richard-Toll, la mission fut de remédier l’importation du riz dont le Sénégal est l’un des plus gros consommateurs. Aujourd’hui, cet objectif n’a jamais été atteint, car on dit que l’hémorragie de devises concernant ce produit est de 130 milliards. Où sont les valeureux techniciens agricoles, les moniteurs agricoles qui sillonnaient les cantons à bicyclette ou à dos de cheval fournis par le chef de canton pour assister, au niveau des champs de démonstration, le monde rural en appliquant les instructions sur des nouvelles recherches concernant les arachides le mil, mais etc. ? Où sont les valeureux inspecteurs d’élevage Karim Gaye, Tégui Bassine, Birago Diop, etc., qui dirigeaient avec compétence et abnégation les services nationaux de l’élevage ?  
Quand un pays perd toutes ces valeurs, comment pourrait-on accepter ce slogan plein dans les bouches : ‘Le Sénégal pays émergent’ ? Rien n’est plus triste ou douloureux que le spectacle que vit actuellement le monde rural ? Et la solution est loin d’être trouvée. Car depuis l’indépendance, nos responsables politiques échouent de projets en projets, particulièrement dans la production et la commercialisation.  
En ce qui concerne la commercialisation de l’arachide, nos responsables avaient mis le cap sur la mutualité pour mettre à la place des traitants des coopératives agricoles permettant aussi aux producteurs de gérer leur propre affaire. Pourtant, la coopérative est une institution sociale qui a fait ses preuves dans le monde rural depuis les ‘Tisserands Anglais’. Chez nous, malheureusement, le système a échoué à cause de querelles de directions, de mauvaise gestion, d’une forte concentration de pouvoir. L’arachide, principale richesse de notre pays, fruit d’incontestables réalisations sur le plan politique, social et économique pour ne citer que les infrastructures réalisées par les commerçants libano-syriens et européens dans ce qui n’était que de petits bourgs avant d’être aujourd’hui des chefs-lieux de préfectures et de sous-préfectures des écoles, des dispensaires des bureaux des services administratifs. Par exemple, Diourbel dont 60 e ces bâtiments sont un héritage de la commercialisation arachidière. Aujourd’hui, nos responsables politiques qualifient cette plante de ’tyrannie’.  
L’autre paradoxe, c’est la confiscation de la compétence du service national technique de l’agriculture. Il faut assurer aux producteurs une distribution des semences et de bonne qualité, aux organismes coopératifs de regrouper leur production et de les revendre aux producteurs, aux huiliers ou à qui de droit.  
Paradoxe oui. Les commerçants qui étaient, dans la première réforme de la commercialisation, considérés comme des spéculateurs, achètent et vendent aujourd’hui aux producteurs des semences. Face à cela, le monde rural restera dans le sous-développement et la misère.  
Je terminerai par ce que disait l’un des grands acteurs de la révolution de 1789 . Si ma mémoire est bonne, il s’agit de Robert Pierce qui disait à ses camarades au moment où il rencontrait des difficultés de même genre : ‘Donnez-moi dix hommes décidés, et je vous ferai la France’. Le peuple sénégalais trouvera-t-il ces hommes décidés ? Je ne le pense pas, car depuis notre indépendance nos responsables politiques font mouche à chaque réforme. Seuls les citoyens qui ont une responsabilité dans tout cela doivent trouver la réponse en changeant les comportements et les mentalités. La balle est dans leur camp.  
El Hadji Oumar Bayo FALL Ancien sénateur de la République Diourbel  
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 27.09.2007
- Déjà 5550 visites sur ce site!