ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

politiques en prison de privilèges

ME WADE SOUHAITE RENCONTRER L’OPPOSITION DEMAIN  
Le Front Siggil Senegaal dit « niet » 
Par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN | mardi 4 mars 2008  
 
Le souhait du président de la République, Me Aboulye Wade de rencontrer demain, mercredi 5 mars, à 17 h au Palais présidentiel, ne se réalisera pas. Pas du fait de sa volonté mais de celle des leaders du Front Siggil Senegaal qui ont rejeté l’idée de rencontrer le Chef de l’Etat ce jour, puisque certains nombre de questions n’ont pas trouvé pour l’heure réponses. 
Sur quelle base cette rencontre se tiendra ? De quoi les acteurs vont-ils discuter ? Qu’est-ce qui justifie cette « précipitation » de Wade ? 
En tout cas, le Front Siiggil Sénégal qui a tenu sa rencontre hebdomadaire hier, n’a pas spécifiquement statué sur la question du dialogue national auquel le président de la République le convie. Une rencontre est prévue lundi prochain et c’est au cours de celle-ci que cette question sera débattue, pour déboucher sur une position définitive. En attendant cela, les leaders du Front Siggil Senegaal se disent favorables au dialogue politique, mais dans le cadre des Assises nationales, qui sera garantie par les populations représentatives de toutes les forces de la nation. Ils estiment qu’un dialogue politique entre opposition et pouvoir ne suffit pas pour apporter des réponses aux problèmes qui se posent à la nationale. Il faut des Assises nationales qui réunissent toutes les forces vives de la nation. 
Par ailleurs, selon des sources dignes de foi, le président de la République de la République a accordé une audience à Amadou Macktar Mbow désigné par l’opposition réunie au sein du Front Siggil Senegaal pour diriger les Assises nationales, mais les deux hommes se sont donnés rendez prochainement, puisqu’aucun terrain d’entente n’a été trouvé. 
L’Organisation pour la Conférence Islamique (OCI), pour quoi faire ? 
Par | | mardi 4 mars 2008  
 
L’on ne peut mettre en cause la légitimité de cette organisation quand on sait les circonstances dans lesquelles elle a été créée. Mais surtout l’on admettra que, de plus en plus, des structures spécifiques puissent voir le jour pour pallier les insuffisances observées dans le fonctionnement de l’organisation qui se veut universelle, l’ONU. En effet, l’efficacité de cette organisation mondiale se heurte aux limites suivantes : 
Présence prépondérante de cinq pays dont chacun peut empêcher par son droit de veto la prise des décisions ; - Difficulté, une fois la décision prise, de la mettre en oeuvre s’il est fait opposition à l’usage des moyens destinés à cette fin : déploiement d’une force militaire, autres sanctions. L’exemple de la résolution 242 relative au conflit du Proche Orient est à cet égard édifiant. - La défiance dont font preuve certaines grandes puissances vis-à-vis de l’organisation et qui n’hésitent pas à l’ignorer en prenant des initiatives majeures pouvant mettre en péril la paix internationale (la guerre déclenchée par les Etats-Unis contre l’Irak). 
L’OCI a donc été mise sur pied avec pour objectif de défendre l’Islam, d’assurer la protection des lieux saints propres à cette religion et de faire éclore une solidarité entre les pays musulmans. 
Cependant, le moment semble venu de s’interroger sur l’efficacité réelle de cette organisation dans les domaines suivants : - La solidarité économique ; - L’entraide pour assurer la sécurité des pays membres de l’organisation ; - Le combat contre la dégradation des moeurs par une meilleure prise en compte de la morale islamique dans les droits internes. 
1. Solidarité économique 
Il est indéniable que la force de l’organisation ne pourra réellement s’exprimer que si les différents pays qui la composent connaissent un niveau de croissance économique suffisant, de nature à enrayer la pauvreté qui sévit au sein de la grande majorité des populations. Il faut en effet se souvenir que la plupart des pays musulmans, qu’ils soient en Afrique ou en Asie, ont vu leur évolution retardée par la colonisation. Des matières premières existent en grandes quantités dans ces états, mais les équipements industriels permettant leur transformation, l’énergie, ainsi que les infrastructures devant favoriser l’intégration des marchés, font grandement défaut. 
Il se trouve toutefois que c’est dans les pays musulmans que se situent les plus grandes réserves d’hydrocarbures dont l’exploitation a permis la constitution d’énormes excédents financiers. A titre d’illustration, on peut noter que l’Arabie Saoudite, en quatre jours d’exploitation pétrolière, obtient une recette brute équivalente au budget annuel du Sénégal. 
Dans le même sens et dans le cadre du projet d’exploitation du minerai de fer, il aurait suffi au Sénégal d’obtenir un prêt de l’Arabie Saoudite ou d’un consortium de pays membres de l’OCI pour mettre en valeur, pour son propre compte, cet important gisement, moyennant simplement le recours à l’expertise d’ingénieurs conseils pour apporter leur assistance technique. A cet égard, l’expérience du secteur sidérurgique algérien aurait pu largement faire l’affaire. L’application d’un tel schéma permettrait de transformer la totalité du minerai en acier fini qui, compte tenu de la teneur en fer, pourrait atteindre annuellement 15 millions de tonnes. Cette production, en raison de la forte demande sur le marché, fournirait au Sénégal l’opportunité d’un décollage économique décisif. 
Enfin un prélèvement annuel de 0.5 % sur les recettes pétrolières des pays producteurs membres de l’OCI, pour constituer un fonds qui serait logé à la Banque Islamique de Développement (BID), pourrait assurer le financement de grands projets d’infrastructures communs à des pays membres (chemin de fer Dakar-Djibouti). 
2. L’entraide pour assurer la sécurité 
Il faut d’abord rappeler que chaque Etat a le devoir d’assurer à l’intérieur de ses frontières la sécurité de ses populations. Si, pour y parvenir, il a besoin de l’appui d’un ou de plusieurs Etats alliés, rien ne l’empêche, sur le plan juridique, de conclure les accords nécessaires. L’on a bien vu, en Occident, des pays se regrouper au sein de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) pour mettre en commun leur défense, non contents qu’ils étaient de la seule existence de l’ONU. L’Europe elle-même a plusieurs fois tenté la même démarche (Union de l’Europe Occidentale : UEO, etc.). 
Concernant l’OCI, la constitution d’une force armée pour assurer une défense commune peut se révéler pertinente. Il ne s’agirait pas d’une force d’agression contre quelque pays que ce soit, mais d’un moyen d’assurer la protection des pays faibles, de garantir la sécurité des importantes ressources économiques situées dans certains pays et enfin, en cas de conflits entre pays membres, d’empêcher les affrontements par le déploiement d’unités d’interposition. En particulier, on peut signaler que la situation aurait pu être tout autre au proche et Moyen-Orient si une telle force existait, capable qu’elle aurait été de dissuader tout pays tiers d’entreprendre des hostilités contre un pays de la région, membre de l’OCI. 
Pour la constitution de cette force, les moyens existent tant du point de vue des effectifs (Nigéria, Indonésie) que de l’expérience (Sénégal, Maroc, Egypte). Quant au financement de ces unités (équipements, fonctionnement), ce ne sont pas les ressources qui font défaut. De toute manière, il faut s’orienter vers cette option car tout le monde a vu les limites qui ont compromis l’action de la Ligue Arabe dont les objectifs sont assez proches de ceux de l’OCI. 
3. Lutte contre la dégradation des moeurs 
L’on aura noté que la mondialisation qui a d’abord intéressé l’économie (production, marché), a tendance à investir les sociétés pour uniformiser les comportements. Mais, le grand risque dans ce domaine, c’est que certaines sociétés occidentales qui animent ce mouvement s’étant, pour la plupart et depuis longtemps, éloignées de la religion, celle-ci n’inspire plus ni la morale ni le droit. Tout se passe comme si la morale et la foi avaient tendance à déserter le coeur des puissants et des riches, la spiritualité trouvant de grandes difficultés à coexister avec le sentiment de force, de suffisance et d’orgueil. 
Ainsi la norme morale ne fondant plus le droit, de nombreux délits se trouvent supprimés au nom de la liberté : attentat à la pudeur, homosexualité, avortement, dépénalisation de l’usage de certaines drogues. La peine de mort elle-même est annulée sous le motif que la société n’a pas le droit de mettre fin à la vie, alors qu’un individu semble pouvoir être autorisé à tuer son prochain. 
L’on est porté à oublier que toutes ces infractions, délits ou crimes ont été prévus et réprimés pour protéger la société. La liberté de chacun doit être limitée, dit-on, par celle des autres. Mais, la vraie limite de la liberté doit se situer à la frontière du mal, celui-ci étant entendu comme tout acte dommageable à l’individu, au groupe ou à la société : dommage corporel, matériel et même moral. Le simple fait pour un acte déterminé, de heurter la conscience du plus grand nombre, est traditionnellement considéré dans plusieurs droits nationaux comme délit et réprimé en tant que tel. 
Les pays musulmans doivent, au regard de ces tendances, s’attacher à se rapprocher du texte révélé et s’efforcer de faire en sorte que leurs droits internes s’inspirent davantage de la morale islamique. Aussi bien le droit pénal (préservation de la vie et de la famille, sauvegarde du développement de l’espèce humaine par la reproduction) que le droit civil (protection du patrimoine ainsi que de son mode de dévolution, état des personnes) sont concernés. 
Les propositions qui figurent dans les développements ci-dessus pourraient faire l’objet d’un examen de la part des instances chargées de préparer la conférence au sommet de Dakar et le cas échéant, constituer une partie de l’ordre du jour de cette réunion. En tout état de cause, il nous semble qu’une nouvelle évolution doit être imprimée à l’action de l’OCI si tant est que celle-ci cherche réellement à répondre aux aspirations des nations qui la composent. 
Sidy DIOP  
Ancien Directeur Général de la SOTEXKA  
Email : sidyamadouyella@hotmail.com 
HAUSSES EN CASCADES DES DENREES DE PREMIERE NECESSITE 
L’Etat va-t-il imposer des marges aux commerçants ? 
Par Madior FALL | SUD QUOTIDIEN | mardi 4 mars 2008  
 
L’Etat a renoncé à plus de 23% de droit de douane et de taxes sur les importations des denrées de première nécessité. Un manque à gagner d’au moins 40 milliards de Fcfa l’an. Cela n’a cependant jusqu’ici aucun effet sur les prix à la consommation. Les prix ne cessent même de grimper au grand dam des populations. Les pouvoirs publics pointent du doigt les opérateurs économiques qui « captent » ainsi des marges « anormalement » élevées. Ils envisagent d’administrer ou d’encadrer les prix si ces derniers ne reviennent à la raison. Ceux-ci dégagent en touche. « L’inflation est indépendante de notre volonté. L’Etat le sait très bien. Ni lui, ni nous ne pouvons influer sur les cours mondiaux qui flambent. C’est un phénomène mondial », souligne Mor Talla Kane, le Directeur exécutif de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes) en écho à la déclaration sur le même ton de Ousmane Sy Ndiaye de l’Unacois. 
Qui disait que Me Abdoulaye Wade est loin d’être un libéral ? Lui-même invoque un « libéralisme à visage humain » pour caractériser sa doctrine et sa démarche économique. Toujours est-il que de guerre lasse, sera-t-il obligé de revenir à « un encadrement » du secteur commercial, de faire revivre le contrôle économique ? D’imposer des marges bénéficiaires aux commerçants ? S’il en venait à prendre de telles décisions, il aura au moins renoncé à quelques règles d’or du libéralisme : la libre concurrence. La loi du marché, celle de l’offre et de la demande… N’empêche l’Etat ajoutera-t-il à ses dix-neuf mesures annoncées par Me Abdoulaye Wade qui visaient à stabiliser, voire éradiquer l’inflation, une vingtième ? Celle d’administrer finalement les « marges » des commerçants ? Il se désole en effet de constater que ses efforts de « renonciation » à sa fiscalité sur l’ensemble des denrées de première nécessité n’ont eu aucun effet jusqu’ici. Et il remarque même que « seuls les opérateurs économiques tirent profit de cette situation au grand dam des consommateurs et de l’Etat ». 
Du côté du ministère de l’Economie et des finances, on n’en pense pas moins en constatant les sacrifices consentis qui sont sans effet pour les consommateurs depuis l’année dernière. On y informe que l’Etat a renoncé à plus de 23% des droits de douane et de taxes sur les importations des denrées de première nécessité. « Rien que pour le dernier semestre 2007, le manque à gagner s’est chiffré à plus de 20 milliards de CFA. Ce qui fait que pour l’an, on risque de dépasser les 40 milliards de Fcfa. Cela est intenable », confie-t-on. 
UNE IRRESISTIBLE INFLATION 
Les tendances haussières observées en 2007 se maintiennent. Pis elles s’affolent même en ce début d’année. Les Sénégalais souffrent d’une inflation galopante qui fait que l’ensemble des prix des denrées de première nécessité et des produits à grande consommation connaît une flambée que rien ne semble pouvoir arrêter. Il ne se passe pas un jour sans que la ménagère de retour du marché ne voie pas son panier plus allégé que jamais. Riz, huile, sucre, lait… Tout a augmenté et s’accroît vertigineusement au point de donner des céphalées aux consommateurs qui ne savent plus à quel …marché se vouer. Ils sont obligés de payer 325 Fcfa pour le prix du kilogramme de riz, au lieu de 300 Fcfa. Le savon et plusieurs autres produits de consommation courante connaissent chaque jour une hausse en ce début d’année. Une tendance qui confirme la fin de l’année dernière. Le dernier trimestre, on peut même dire, le dernier semestre 2007, a été marqué par une aggravation des prix des denrées de première nécessité parmi lesquels, l’électricité, l’huile, le pain, le lait pour ne citer que ceux-ci. 2008 en ce premier trimestre confirme 2007 à ce niveau et semble même vouloir le dépasser, réduisant à néant les efforts consentis par l’Etat pour amortir le choc et épargner la bourse des consommateurs mise à rude épreuve. 
Retour aux prix encadrés ? 
Face à cette situation, les pouvoirs publics disent qu’ils ne peuvent pas rester bras croisés. Ils ont souscrit des efforts importants de renonciation à des droits de douane et de taxe au risque même d’hypothéquer des unités de productions naissantes, notamment celles qui s’occupent du lait. « L’industrie laitière balbutiante est menacée. D’être mort né si elle ne dispose pas de la protection nécessaire à son implantation et à sa croissance. Il est vrai que les pays africains s’étaient élevés contre la protection des industries du Nord qui bénéficiaient de subvention conséquente, mais peut-on aujourd’hui se priver de protection pour nos unités ? Il faut, nous semble-t-il, faire l’option de disposer d’unités de production quitte à se serrer la ceinture pendant quelques années. Ou y renoncer définitivement. Une question de souveraineté et d’option économique. Le prix à payer pour disposer d’unités nationales passe forcément par une protection de l’Etat de ces unités », souligne t-on du côté gouvernemental. On n’y annonce également que face à la situation imposée aux consommateurs, l’Etat sera obligé réagir. Malgré le fait qu’il a renoncé à ces droits de douane et de taxe, le consommateur continue de subir l’inflation, tandis que les commerçants eux tirent un immense profit de la situation, y croit-on. « On serait amené par conséquent à administrer les marges des commerçants, si ces derniers continuent de capter des marges anormalement élevés », avancent de hauts responsables. 
Des opérateurs économiques interrogés dégagent en touche. Pour Ousmane Sy Ndiaye de l’Unacois joint au téléphone hier lundi 3 mars, « il est vrai, que l’Etat a renoncé à des droits de douane et de taxes sur des importations de denrées de première nécessité. Mais il ne doit pas oublier qu’au moment où il renonçait à ça, les cours du pétrole se sont affolés pour atteindre des sommets jamais observés. Ce qui s’est répercuté aussitôt sur le transport maritime par conséquent a alourdi les prix de revient des produits ainsi importés. Le riz s’étant fait également rare dans le monde, son coût a flambé, d’autant plus que la Chine est devenu un grand importateur de riz et que certains pays asiatiques producteurs s’intéressent de plus en plus à la production du biocarburant au détriment du riz. L’un dans l’autre, la denrée est devenue pour nos pays, de plus en plus inaccessible ». Il s’y ajoute, poursuit-il que « la faiblesse de notre marché fait que les armateurs exigent souvent de se faire payer un aller-retour pour toute destination Sénégal ». A l’entendre, l’effort de l’Etat de renonciation des droits de douane et de taxe n’a aucun impact sur des cours dont la tonalité et les contours se dessinent ailleurs. 
En écho, Mor Talla Kane du Cnes ne dit pas autre chose. « Prenons par exemple le lait, la tonne de lait importé au moment des discussions avec l’Etat était à 1850 euro, soit plus de 1.200.000 Fcfa la tonne, il a grimpé à 3500 euro la tonne au moment où l’Etat renonçait à ses taxes, soit plus de 2200.000 Fcfa la tonne.Ce qui fait que le gap est insoluble. Quelque soit ainsi le taux de douane et de taxe abandonné par l’Etat, le résultat reste quasiment le même pour l’importateur qui subit la dure loi des cours mondiaux. Il est vrai que si l’Etat n’avait pas enlevé les droits de douane, le consommateur payerait du simple au double. Cela a permis de contenir un peu la hausse qui est un phénomène mondial. On l’observe partout. Regardez ce qui se passe au Cameroun, au Burkina et dans d’autres pays à ce niveau. C’est dire que c’est une tendance mondiale » 
Quid de l’accusation de « capter » des marges anormalement élevées dont ils font l’objet de la part des pouvoirs publics ? « Certes, il revient à l’Etat de veiller à ce que des commerçants véreux ne profitent pas de la situation, mais je ne pense pas que les opérateurs économiques qui interviennent dans l’importation et la distribution des biens de consommation courante fassent des marges anormalement élevées. Je ne le pense pas. Je suis d’avis plutôt que ni l’Etat, ni nous, ne pouvons influer sur les cours mondiaux qui flambent. C’est un phénomène mondial » Une situation qui, selon lui, devrait amener pouvoirs publics et opérateurs privés « à méditer la grande leçon qui s’y dégage, celle de commettre sa propre production de biens de consommation. Nous devons pouvoir transformer cette situation en boostant notre propre production ». 
Ousmane Sy Ndiaye de l’Unacois de renchérir : « il faut se tourner vers la seule solution qui vaille aujourd’hui : le riz de la vallée. Il faut que les pouvoirs publics travaillent à le rendre accessible à moindre coût. Aident aux aménagements nécessaires, appuient à la création d’unités de production et de transformation. A l’Unacois, nous y réfléchissons avec les producteurs de la vallée de manière très avancée. Dès demain (aujourd’hui mardi 4 mars Ndlr) nous reprenons langue avec eux pour voir tout cela ». L’opérateur économique est cependant d’avis que la division du travail est nécessaire. « Il faut que les producteurs se convainquent du fait que chacun a un rôle à jouer dans la chaîne. Eux produisent, nous nous commercialisons.. . », indique-t-il. Revenant à l’Etat, il signale cependant « que la compétitivité du port de Dakar promis avec l’arrivée de Dubaï port world n’est encore qu’à l’état de souhait. Les coûts de débarquement n’ont pas changé », fait-il observé. 
Pour des responsables publics cependant, « la production de la vallée est epsil. Depuis 2000, l’Etat a pris l’option d’acheter toute la production de la vallée pour la consommation dans les casernes de Gendarmerie et dans les hôpitaux. Bocar Samba Dièye pour ne pas le nommer parmi les opérateurs à ce niveau ont toujours peiné d’y trouver quelques graines, en tout cas le tonnage nécessaire. C’est dire que la production de la vallée reste encore marginale ». En attendant les consommateurs risquent de renoncer au « thébou dieune » (riz au poisson) parce que de plus en plus inaccessible à leurs bourses. 
Qui disait que Me Abdoulaye Wade est loin d’être un libéral ? Lui-même invoque un « libéralisme à visage humain » pour caractériser sa doctrine et sa démarche économique. Toujours est-il que de guerre lasse, sera-t-il obligé de revenir à « un encadrement » du secteur commercial, de faire revivre le contrôle économique ? D’imposer des marges bénéficiaires aux commerçants ? S’il en venait à prendre de telles décisions, il aura au moins renoncé à quelques règles d’or du libéralisme : la libre concurrence. La loi du marché, celle de l’offre et de la demande… N’empêche l’Etat ajoutera-t-il à ses dix-neuf mesures annoncées par Me Abdoulaye Wade qui visaient à stabiliser, voire éradiquer l’inflation, une vingtième ? Celle d’administrer finalement les « marges » des commerçants ? Il se désole en effet de constater que ses efforts de « renonciation » à sa fiscalité sur l’ensemble des denrées de première nécessité n’ont eu aucun effet jusqu’ici. Et il remarque même que « seuls les opérateurs économiques tirent profit de cette situation au grand dam des consommateurs et de l’Etat ». 
Du côté du ministère de l’Economie et des finances, on n’en pense pas moins en constatant les sacrifices consentis qui sont sans effet pour les consommateurs depuis l’année dernière. On y informe que l’Etat a renoncé à plus de 23% des droits de douane et de taxes sur les importations des denrées de première nécessité. « Rien que pour le dernier semestre 2007, le manque à gagner s’est chiffré à plus de 20 milliards de CFA. Ce qui fait que pour l’an, on risque de dépasser les 40 milliards de Fcfa. Cela est intenable », confie-t-on. 
UNE IRRESISTIBLE INFLATION 
Les tendances haussières observées en 2007 se maintiennent. Pis elles s’affolent même en ce début d’année. Les Sénégalais souffrent d’une inflation galopante qui fait que l’ensemble des prix des denrées de première nécessité et des produits à grande consommation connaît une flambée que rien ne semble pouvoir arrêter. Il ne se passe pas un jour sans que la ménagère de retour du marché ne voie pas son panier plus allégé que jamais. Riz, huile, sucre, lait… Tout a augmenté et s’accroît vertigineusement au point de donner des céphalées aux consommateurs qui ne savent plus à quel …marché se vouer. Ils sont obligés de payer 325 Fcfa pour le prix du kilogramme de riz, au lieu de 300 Fcfa. Le savon et plusieurs autres produits de consommation courante connaissent chaque jour une hausse en ce début d’année. Une tendance qui confirme la fin de l’année dernière. Le dernier trimestre, on peut même dire, le dernier semestre 2007, a été marqué par une aggravation des prix des denrées de première nécessité parmi lesquels, l’électricité, l’huile, le pain, le lait pour ne citer que ceux-ci. 2008 en ce premier trimestre confirme 2007 à ce niveau et semble même vouloir le dépasser, réduisant à néant les efforts consentis par l’Etat pour amortir le choc et épargner la bourse des consommateurs mise à rude épreuve. 
Retour aux prix encadrés ? 
Face à cette situation, les pouvoirs publics disent qu’ils ne peuvent pas rester bras croisés. Ils ont souscrit des efforts importants de renonciation à des droits de douane et de taxe au risque même d’hypothéquer des unités de productions naissantes, notamment celles qui s’occupent du lait. « L’industrie laitière balbutiante est menacée. D’être mort né si elle ne dispose pas de la protection nécessaire à son implantation et à sa croissance. Il est vrai que les pays africains s’étaient élevés contre la protection des industries du Nord qui bénéficiaient de subvention conséquente, mais peut-on aujourd’hui se priver de protection pour nos unités ? Il faut, nous semble-t-il, faire l’option de disposer d’unités de production quitte à se serrer la ceinture pendant quelques années. Ou y renoncer définitivement. Une question de souveraineté et d’option économique. Le prix à payer pour disposer d’unités nationales passe forcément par une protection de l’Etat de ces unités », souligne t-on du côté gouvernemental. On n’y annonce également que face à la situation imposée aux consommateurs, l’Etat sera obligé réagir. Malgré le fait qu’il a renoncé à ces droits de douane et de taxe, le consommateur continue de subir l’inflation, tandis que les commerçants eux tirent un immense profit de la situation, y croit-on. « On serait amené par conséquent à administrer les marges des commerçants, si ces derniers continuent de capter des marges anormalement élevés », avancent de hauts responsables. 
Des opérateurs économiques interrogés dégagent en touche. Pour Ousmane Sy Ndiaye de l’Unacois joint au téléphone hier lundi 3 mars, « il est vrai, que l’Etat a renoncé à des droits de douane et de taxes sur des importations de denrées de première nécessité. Mais il ne doit pas oublier qu’au moment où il renonçait à ça, les cours du pétrole se sont affolés pour atteindre des sommets jamais observés. Ce qui s’est répercuté aussitôt sur le transport maritime par conséquent a alourdi les prix de revient des produits ainsi importés. Le riz s’étant fait également rare dans le monde, son coût a flambé, d’autant plus que la Chine est devenu un grand importateur de riz et que certains pays asiatiques producteurs s’intéressent de plus en plus à la production du biocarburant au détriment du riz. L’un dans l’autre, la denrée est devenue pour nos pays, de plus en plus inaccessible ». Il s’y ajoute, poursuit-il que « la faiblesse de notre marché fait que les armateurs exigent souvent de se faire payer un aller-retour pour toute destination Sénégal ». A l’entendre, l’effort de l’Etat de renonciation des droits de douane et de taxe n’a aucun impact sur des cours dont la tonalité et les contours se dessinent ailleurs. 
En écho, Mor Talla Kane du Cnes ne dit pas autre chose. « Prenons par exemple le lait, la tonne de lait importé au moment des discussions avec l’Etat était à 1850 euro, soit plus de 1.200.000 Fcfa la tonne, il a grimpé à 3500 euro la tonne au moment où l’Etat renonçait à ses taxes, soit plus de 2200.000 Fcfa la tonne.Ce qui fait que le gap est insoluble. Quelque soit ainsi le taux de douane et de taxe abandonné par l’Etat, le résultat reste quasiment le même pour l’importateur qui subit la dure loi des cours mondiaux. Il est vrai que si l’Etat n’avait pas enlevé les droits de douane, le consommateur payerait du simple au double. Cela a permis de contenir un peu la hausse qui est un phénomène mondial. On l’observe partout. Regardez ce qui se passe au Cameroun, au Burkina et dans d’autres pays à ce niveau. C’est dire que c’est une tendance mondiale » 
Quid de l’accusation de « capter » des marges anormalement élevées dont ils font l’objet de la part des pouvoirs publics ? « Certes, il revient à l’Etat de veiller à ce que des commerçants véreux ne profitent pas de la situation, mais je ne pense pas que les opérateurs économiques qui interviennent dans l’importation et la distribution des biens de consommation courante fassent des marges anormalement élevées. Je ne le pense pas. Je suis d’avis plutôt que ni l’Etat, ni nous, ne pouvons influer sur les cours mondiaux qui flambent. C’est un phénomène mondial » Une situation qui, selon lui, devrait amener pouvoirs publics et opérateurs privés « à méditer la grande leçon qui s’y dégage, celle de commettre sa propre production de biens de consommation. Nous devons pouvoir transformer cette situation en boostant notre propre production ». 
Ousmane Sy Ndiaye de l’Unacois de renchérir : « il faut se tourner vers la seule solution qui vaille aujourd’hui : le riz de la vallée. Il faut que les pouvoirs publics travaillent à le rendre accessible à moindre coût. Aident aux aménagements nécessaires, appuient à la création d’unités de production et de transformation. A l’Unacois, nous y réfléchissons avec les producteurs de la vallée de manière très avancée. Dès demain (aujourd’hui mardi 4 mars Ndlr) nous reprenons langue avec eux pour voir tout cela ». L’opérateur économique est cependant d’avis que la division du travail est nécessaire. « Il faut que les producteurs se convainquent du fait que chacun a un rôle à jouer dans la chaîne. Eux produisent, nous nous commercialisons.. . », indique-t-il. Revenant à l’Etat, il signale cependant « que la compétitivité du port de Dakar promis avec l’arrivée de Dubaï port world n’est encore qu’à l’état de souhait. Les coûts de débarquement n’ont pas changé », fait-il observé. 
Pour des responsables publics cependant, « la production de la vallée est epsil. Depuis 2000, l’Etat a pris l’option d’acheter toute la production de la vallée pour la consommation dans les casernes de Gendarmerie et dans les hôpitaux. Bocar Samba Dièye pour ne pas le nommer parmi les opérateurs à ce niveau ont toujours peiné d’y trouver quelques graines, en tout cas le tonnage nécessaire. C’est dire que la production de la vallée reste encore marginale ». En attendant les consommateurs risquent de renoncer au « thébou dieune » (riz au poisson) parce que de plus en plus inaccessible à leurs bourses. 
Désolation ! 
 
 
Mes yeux remplis de larmes, levés vers le Ciel  
Je n’avais qu’une envie, lorsqu’ils ont tiré  
Quitter ce monde perdu, ne plus affronter la réalité affligeante  
Ah non ! Je suis désolée, ce serait fuir une responsabilité  
Mais pourquoi ont-ils tiré ?  
C’est la question que je pose.  
Tirer près du lieu sacro-saint et refuge  
Tirer près de l’endroit où grands et petits  
Riches et pauvres sont à une même échelle  
Tirer près de la maison de Dieu  
Sur qui ont-ils osé tirer  
Des personnes ne revendiquant que leur droit  
Par une marche pacifique.  
Je suis dans la désolation totale  
Ne vous étonnez pas, c’est donc dire  
Dans ce pays, les musulmans doivent-ils  
Se taire sur des choses abominables ?  
Les autorités sont ce que nous sommes  
Elles peuvent se tromper  
Mais l’islam toujours dans son œuvre de régulation  
Est là pour corriger les erreurs  
Nous n’accepterons jamais que notre pays soit infesté  
Par des ni hommes, ni femmes maudits par l’islam.  
Femmes, je dis bien femmes, femmes vertueuses,  
Femmes amies, nos sœurs, tendres épouses  
Femmes qui ne se cachent pas sous le masque d’un homme.  
Femmes qui prennent mère Khadîdja et mère Aïcha  
Mère de tous les musulmans comme référence  
Femmes qui ne se rabaissent jamais  
Femmes par ma plume, je vous invite à lutter contre ces parasites  
Facteurs de toutes les maladies incurables  
Vous êtes la force la plus importante de la nation  
Sans votre participation, le combat est impossible  
Il est temps que tous les musulmans se donnent la main  
Car nous avons besoin de la lumière qui éclaire  
De la force qui libère et du pouvoir qui édifie.  
Notre lutte est sacrée  
Elle a germé dans les cœurs  
Elle ne mourra jamais  
Dans la vie, il faut lutter pour être heureux  
Lutter dans la voie divine, c’est chasser ces êtres malsains  
Lutter pour améliorer les choses  
Sinon c’est la misère à perpétuité.  
Mme SALL Diamila DIEYE  
Pikinois, ne vous laissez pas berner par les lobbies politico-maraboutiques 
 
 
Les élections locales arrivent à grands pas. Elles sont d’une importance considérable, car il revient à la base de porter à la tête des collectivités locales des hommes qu’elle connaisse, c’est-à-dire des hommes compétents et intègres, répondant de par leur profil aux attentes des populations, parce que vertueux, soucieux de l’intérêt général, et au-delà des contingences partisanes. De Kabirou Mbodji à Demba Seck, en passant par Daour Niang Ndiaye aujourd’hui, on a assisté à un défilé de maires médiocres, incompétents. Marchands ou spéculateurs fonciers, certains se sont révélés maîtres dans l’octroi de permis d’occupation irrégulière de la voie publique à une clientèle politique bien ciblée.  
Pikine, selon certains observateurs, fut ‘le bourreau du Ps’ en 2000. Malgré tout, nous continuons d’être les parents pauvres de l’Alternance. Nos problèmes d’assainissement sont réels avec un tout-à-l’égout défectueux et délimité. Notre cadre de vie est totalement dégradé. Aucun espace vert n’existe à Pikine. Nos difficultés de transport sont devenues plus criardes. Il n’y a aucune pertinence ni efficacité dans la gestion communale. Sinon une politique de cantinisation outrancière et irrationnelle, dans une ville qui est déjà un souk à ciel ouvert. Pikine n’a pas besoin de centre commercial, mais d’infrastructures socio-sportives et socioculturelles, d’espaces de loisirs qui permettent aux populations de s’épanouir au lieu de migrer vers Dakar.  
Le replâtrage du champ de patates qu’est le stade Alassane Djigo par les Chinois est un saupoudrage hypocrite. Comment un stade digne de ce nom peut-il cohabiter avec un marché qui, pendant l’hivernage, se transforme en bouillon de culture et rejette son trop-plein d’eau fétide et miasmique sur la chaussée,rendant ainsi Talli-Boubess impraticable pendant des mois ? Daour Niang Ndiaye avait déclaré, en 2006, avoir mobilisé 300 millions pour déplacer le marché à Keur Massar. Encore une affabulation grotesque. Espérons que le terrain ne soit pas bradé. Avec les libéraux, il faut s’attendre à toutes les bassesses foncière, économique, sociale et institutionnelle. Les parvenus que sont Daour Niang Ndiaye et Amadou Diarra sont incapables de défendre les intérêts de Pikine à l’Assemblée nationale. Pas étonnant pour un ex-chaudronnier et un ex-joueur de dames abonné des grand’place de la rue10.  
Pikinois, Pikinoises, ne vous laissez pas berner par les lobbies politico-maraboutiques repus, ni par la chefferie coutumière affairiste inféodée à Wade, encore moins par les politiciens véreux, acheteurs de conscience. Ces gens que Wade arrose à coup de millions, de 8x8, de passeports diplomatiques ne sont pas nos amis. Démystifiez ces mystificateurs. Ce sont des viveurs qui, dans leur discours, cherchent à nous imposer le fatalisme au nom de Dieu. Les élections locales, c’est notre destin en main. Le management des organisations, c’est un programme, des objectifs, des compétences et surtout l’obligation de rendre compte.  
Pikinois, Pikinoises, refusons le 18 mai 2008 de voter pour les grands bandits libéraux qui, de par leur pratiques mafieuses, ont transformé le Sénégal en vallée de larmes. Tous ensemble, boutons dehors le Pds et sa voyoucratie. Il y va de notre avenir et de celui de nos enfants.  
Lamine GAYE Travailleur social Pikine Rue 10  
Répondre au discours de Dakar, une nécessité historique  
 
 
‘Le fait historique n’est pas plus donné que les autres ; c’est l’historien, ou l’agent du devenir historique qui le constitue par abstraction’. (Claude Lévi-Strauss)  
Je me sens très indigné en lisant la contribution du sociologue Kaly Niang qui a traité avec une remarquable condescendance les intellectuels africains qui ont osé prendre leurs plumes pour répondre au discours provocateur de Sarkozy à Dakar. De prime abord, je souligne que cette indignation découle du fait que cet intellectuel a une certaine clairvoyance d’esprit qui lui permettait jadis d’aborder les questions qui nous interpellaient avec une lucidité sans reproche. Mais cette fois-ci, je ne suis pas d’accord avec lui et je tiens à le lui faire remarquer. Je pense qu’en consacrant un ouvrage en réponse au président français, qui est venu saper nos croyants et falsifier notre histoire, il était de notre devoir de lui répondre. Ces intellectuels ont voulu restituer la vérité des faits et rien d’autre. Il est digne pour tout Africain ayant les capacités intellectuelles requises, de réagir face à une manipulation sous-tendue par des préjugés racistes.  
Le discours de Nicolas Sarkozy a choqué plus d’un, par son soubassement idéologique tiré des idées d’extrême droite. Ce courant révisionniste veut à tout prix refaire l’histoire de l’humanité de manière sélective et selon ses propres préoccupations égoïstes. Je suppose alors que, ce postulat qui est d’une malhonnêteté intellectuelle manifeste, mérite d’être condamné avec forte énergie. En agissant de la sorte, les militants d’extrême droite ne font que conforter l’idée du philosophe Lebon qui disait à juste titre que ‘chaque société réécrit son histoire, parce qu’elle se choisit, recrée son passé’.  
Cette droite décomplexée, négationniste s’inspirant de la thèse hégélienne d’une Afrique ahistorique, n’a pas trouvé mieux que de venir au sein de l’Université qui porte le nom du plus grand défenseur de l’Afrique, Cheikh Anta Diop, pour nous imposer sa vision erronée de l’histoire de l’Afrique.  
Certes, l’histoire de l’Afrique dont Sarkozy veut faire la relecture, a ses pages sombres comme toute l’histoire humaine, mais détient ses pages de gloire. Le dernier Pharaon a prouvé, avec des instruments scientifiques, que non seulement l’Afrique n’a pas toujours été ce que les Blancs ont voulu nous faire croire, mais qu’elle est surtout le berceau de l’humanité, le foyer générateur de la science, des mathématiques et de la technologie. L’Afrique a contribué à la richesse de la civilisation de l’humanité. Les voyages de Pythagore et de Thalès en Egypte le prouvent à merveille. Jusqu’à présent, les merveilles et la grandeur de la civilisation Nubie continuent de dévoiler son mystère au monde tout entier. Nous pouvons continuer le débat de manière plus cartésienne si vous le souhaitez.  
Je pense qu’il faut être d’une cécité intellectuelle doublée de mauvaise foi pour prétendre donner raison à Nicolas Sarkozy. D’abord, son discours n’est pas nouveau puisque des intellectuels, surtout africains, ont abordé la question avant lui. Je ne parle pas seulement des afro-pessimistes, mais d’empiristes critiques qui ont planché sans complaisance sur la question. C’est le cas d’Axelle Cabou dans son ouvrage Si l’Afrique refusait le développement ?  
Bizarre, le discours de Sarkozy n’a mentionné aucun de ces intellectuels, sauf Senghor pour le citer de la manière la plus négative possible. Ce qui a suscité l’ire de ces intellectuels au-delà de la falsification de l’histoire, c’est la ‘vérité sélective’ de Sarkozy. Pourquoi il n’a jamais montré aux Français qu’ils sont, en partie, responsables de l’occupation nazie puisque des Français ont collaboré avec l’occupant. Pourquoi il rend hommage aux résistants français et les conçoit comme des martyrs et les nôtres comme de vulgaires poltrons ? Pourquoi il n’a jamais minimisé la shoah comme il l’a fait avec l’esclavage et la colonisation qui ont duré quatre siècles avec des millions de victimes ? En se posant des questions de cette nature, ce n’est pas parce que nous sommes ancrés dans un anachronisme et un fatalisme défaitiste. Non, c’est un devoir de mémoire, une dette envers les générations à venir. Un refus contre l’oubli. Ce qui, du reste, ne saurait être une chaîne contre le progrès, contre la projection vers le futur.  
Certes, l’Afrique doit se tourner vers l’avenir, mais elle a l’obligation de garder intacte son histoire. Celui qui n’a pas compris ces enjeux, c’est qu’il n’a rien compris.  
Seydou SONKO Etudiant en maîtrise en Droit Membre de l’Alliance panafricaniste  
OCI:S’adapter ou se discréditer  
[ 22/02/2008 ]  
S’adapter ou se discréditer ! Probablement à jamais ! Voilà quelques mots qui peuvent, à notre sens, résumer aujourd’hui, la situation de l’Organisation de la conférence islamique. Fusée porteuse de centaines de pays à l’échelle planétaire, elle revendique une religion commune, l’Islam au centre d’une « guerre » contre des terroristes à qui il sert de soubassement idéologique. Son existence de plus de trois décennies n’a pas trop servi la Ummah islamique qui y voit souvent une coquille vide. En effet, à quoi sert une « conférence » quand les Etats qui y participent sont pour la plupart frappés par des maux qui ont pour nom : pauvreté, maladies, analphabétisme, etc. et qu’elle passe le clair de son temps à prendre des résolutions vite oubliées dans des tiroirs ? La réponse à cette question coule de source. D’où la nécessité d’adapter l’Oci à l’évolution du monde moderne dans un double souci organisationnel et fonctionnel. Il est en effet indéniable que malgré les difficultés énoncées plus haut, nombre de pays membres de cette organisation ont les ressources financières, matérielles mais surtout humaines nécessaires à un vital bond en avant.  
La diversité des régimes politiques des Etats qui le composent, les disparités culturelles, l’éloignement géographique, les contraintes de la géo-politique internationale n’ont pas empêché ces peuples à croire au message de Mahomet (Psl) lancé en Arabie en 611 avant l’hégire. Alors, un peu plus de volonté politique devra permettre aux différents experts de ces pays de mettre en place une organisation internationale structurée au triple plan politique, militaire et judiciaire. Ainsi, on a aura plus besoin de la violence pour régler les problèmes existants et les Etats Unis et le monde occidental en général pourra trouver en face un interlocuteur capable d’inspirer confiance et surtout de forger le respect. Car, il ne fait pas de doute qu’à l’état actuel des rapports de force entre l’Occident et les pays islamiques, l’incompréhension, l’obscurantisme, le terrorisme individuel et le terrorisme d’Etat sont les caractéristiques essentielles.  
Certes, rien ne justifie la mort d’innocents quelles que soient les pseudo-explications religieuses avancées mais, il n’en reste pas moins que l’attaque contre des pays comme l’Afghanistan, l’Irak, les menaces contre l’Iran, etc. pourront être mis sous le compte d’un terrorisme d’Etat difficilement explicable. Dans le même ordre d’idées, les Palestiniens sont encore sous domination israélienne, bafoués par conséquent dans leur dignité d’homme sans que le monde islamique soit à même de trouver une solution à ce problème, du fait justement de sa dispersion. Pendant ce temps, l’on continue à organiser des conférences à coût de millions dans des salons luxueux, en quelques heures (48 heures pour le prochain sommet de Dakar). Alors qu’il était possible, par exemple, de mettre en place un tribunal pénal international islamique contre les criminels de guerre qui seraient tentés de s’en prendre sans motifs conséquents à l’un de ses membres en tant qu’Etats ou en tant que ressortissants de ses Etats. 
Le monde a en effet en tête les exactions commises par des militaires de pays d’occupations contre des ressortissants de pays en guerre comme en Irak et le transfert de prisonniers dans des pays divers sous prétexte de lutte contre le terrorisme. De telles initiatives ne font que perpétuer les sentiments de haine qui nourrissent le terrorisme. D’où le cercle vicieux où le monde se trouve tenaillé. Et comme paradoxalement, ce sont les pays islamiques (en dehors du 11 septembre aux Etats Unis) qui sont les plus frappés, la Ummah islamique est plus que jamais interpellée dans la lutte contre ce fléau des temps modernes. Dans le même ordre d’idées, il serait intéressant de mettre en place un système caritatif au niveau du monde musulman. Ce qui serait un bon moyen de venir à bout de lutter contre la faim, la pauvreté et l’analphabétisme.  
C’est pour dire que c’est par des actions concertées entre monde musulman et occidental que les solutions verront le jour. Donc, si l’Oci arrive à faire adapter cette démarche, cela pourra contribuer à éviter à moyen ou long terme des opérations de force comme celles connues jusqu’ici. Car, le droit international étant celui des forts, les nations faibles ont toujours eu du mal à imposer leur point de vue si ce n’est dans le cadre de grands ensembles structurés comme l’Otan. Il est peut-être temps d’assimiler une telle leçon. Et que le sommet de Dakar en soit justement le point de départ.  
Assane SAMB  
SOCIETE  
ORGANISATION DE LA CONFÉRENCE ISLAMIQUE:De la réaction aux réalisations  
[ 22/02/2008 ]  
 
Le cheval de bataille de l'Organisation de la Conférence islamique (Oci) est de se frayer un chemin et une identité face à la mondialisation impitoyable et aux injustices qui lui sont inhérentes. Aujourd'hui, l'Oci est certes traversée par de nombreuses contradictions mais ce serait faire preuve de négligence que d’ignorer complètement son rôle sur la scène internationale. Ce serait encore plus négligeant que d’ignorer la force et l’influence de l’islam politique et de l’attrait bien réel que représente le panislamisme auprès des populations musulmanes. Retour sur une organisation à quelques jours de son onziéme sommet à Dakar..  
Un incendie criminel à la Mosquée Al-Aqsa de Jérusalem par un Juif, a servi de déclic pour créer deux mois plus tard une Organisation de la conférence islamique à Rabat au Maroc . C'était le 25 septembre 1969. C’est en 1972 que l’institution a vu officiellement le jour avec l’adoption de sa charte à Djeddah en Arabie Saoudite. Djeddah est depuis ce temps le siège provisoire du Secrétariat général de l’Oci en attendant la « libération de Jérusalem », avaient affirmé ses géniteurs.  
Au départ, l’organisation est donc plus une réaction défensive qu’une initiative constructive. Lorsque les leaders de vingt-quatre États islamiques (plus l’Olp en tant qu’observateur) se rassemblent à Rabat malgré "la période de détente", ce sont toujours les impératifs bipolaires de la guerre froide qui dominent les relations internationales. De plus, le souvenir amer de l’humiliante défaite de 1967 (la Guerre de Six Jours) est encore bien présent. Ce sont donc les deux contextes politiques de la guerre froide et le conflit israélo-palestinien qui motivent la création de l’Oci. Bien plus que des considérations de solidarité religieuse.  
Attitude défensive disions-nous. Le 16 mars 1989, l'Oci, réunissant les ministres des Affaires étrangères des quarante-quatre pays membres, condamnent à leur tour le livre des "Versets sataniques". Mais ils se bornent à exiger l'interdiction du livre, à recommander l'adoption « de législation nécessaire à la protection des idées religieuses d'autrui » et à affirmer que l'auteur « est considéré comme hérétique ». Cette position qui semble plus modérée, affirme leur refus d'admettre que la loi de l'Islam ne puisse s'appliquer dans les États non-musulmans et leur accord d'abandonner Salman Rushdie à la sentence de mort promise aux hérétiques et renégats de la religion musulmane.  
Autre moment fort de l'Oci , le 5 août 1990. Ce jour là, la conférence des ministres des Affaires étrangères du Caire a adopté la Déclaration des droits de l'homme en Islam. Celle-ci peut être vue comme une volonté de relecture des droits de l'homme dans un cadre compatible avec la Charia. Cette relecture s'est notamment traduite par une forte imprégnation religieuse et une omission de certains droits présents dans la déclaration originale, comme la liberté de choisir et de changer de religion.  
 
L'audacieuse résolution de Khartoum 
 
La résolution de Khartoum du 1er septembre 1967 est une charte de solidarité affirmée entre les dirigeants de huit pays arabes. Cela, en conclusion d'une réunion à la suite de la guerre des Six Jours. La résolution constitua la base de la politique de ces gouvernements jusqu'à la guerre de Kippour de 1973. Elle a ainsi appelé à une lutte permanente contre Israël pour regagner les territoires perdus pendant la guerre.  
Il y a aussi l'utilisation du pétrole arabe, la solidarité arabe et la fin de la guerre au Yémen. Une collaboration militaire entre pays arabes pour se préparer « à toute éventualité » ainsi que la défense des droits du « peuple palestinien » ont été prônées. Sans oublier l'aide économique pour l'Égypte et la Jordanie.  
 
"Trois nons" des relations israélo-arabes 
 
Ce qui avait le plus attiré l'attention sur cette résolution de Khartoum ce sont les "trois nons" des relations israélo-arabes. En plus clair, "pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d'Israël, pas de négociation avec Israël." La Déclaration des droits de l’Homme en Islam, adoptée au Caire le 5 août 1990 par l'Organisation de la conférence islamique, est aussi une volonté de relecture des Droits de l'homme dans un cadre compatible avec la Charia. Cette relecture s'est notamment traduite par une forte imprégnation religieuse et une omission de certains droits présents dans la déclaration originale, comme la liberté de choisir et de changer de religion.  
Toutefois, cela traduit une volonté des musulmans de se rapprocher des autres peuples et civilisation en utilisant une base commune, l'humanité. Cette déclaration n'a qu'un impact restreint du fait même qu'elle est placée sous l'autorité de la Charia qui la précède et la contraint.  
 
Des contradictions notoires 
 
Si dès la création de l’Oci, les impératifs de la politique intérieure des états membres ont souvent pris le dessus sur la solidarité islamique, la même chose est vraie en ce qui concerne la politique extérieure. Par conséquent, plusieurs membres de l’Oci ont recherché la protection ou ont formé des alliances avec des puissances non-islamiques. Cela, parfois au détriment de pays islamiques. Également, certains membres de l’Oci ont même appuyé des pays non-islamiques dans des conflits, armés ou non, contre d’autres pays membres.  
Aucun Etat arabe n’a été autant dans une situation de dépendance au niveau sécuritaire que l’Arabie Saoudite. Malgré le fait qu’elle soit un des promoteurs de la création de l’Oci, la championne du panislamisme et le protecteur de La Mecque et de Médine, la monarchie saoudienne a toujours eu une relation privilégiée avec, dans un premier temps, la Grande-Bretagne, et ensuite, les États-Unis. En fait, malgré son « mandat divin », l’état saoudien existe principalement grâce à des soutiens externes. Après l'exclusion de l’Égypte de l’Oci en 1979 pour avoir fait la paix avec Israël , c’est l’Arabie Saoudite qui obtient sa réadmission dès 1984, en pleine guerre Iran-Irak, pour renforcer la « position arabe » dans l’Oci. Pourtant, l’Égypte ne fut réadmis dans la Ligue Arabe qu’en 1989.  
Malgré la protection américaine dont elle dispose et son attitude de confrontation avec d’autres puissances islamiques, la position centrale de l’Arabie Saoudite ne semble pas en souffrir et l’Oci exprime souvent sa pleine solidarité avec le "gardien des deux mosquées." La rivale des Saoudiens, l’Iran, est un autre exemple de pays qui compromet l’idée de la solidarité islamique dans ses relations internationales, et ce même après la révolution islamique. Ce n’est pas tant au niveau de ses alliances, qu’au niveau de ses positions diplomatiques, que l’Iran dévie de la logique de l’internationalisme islamique, et ce surtout depuis la fin de la guerre froide.  
Par exemple, dans le contexte de l’étroite relation entre l’Iran et la Russie, lorsque venait le temps de prendre position sur la guerre en Tchétchénie. De plus, l’Iran a préféré se rapprocher de l’Arménie chrétienne au détriment de l’Azerbaïdjan musulmane chiite.  
 
Des lendemains prometteurs 
 
Plusieurs développements récents à l’intérieur de l’Oci font présager que, d’ici quelques années, le monde islamique pourrait fonctionner dans un cadre institutionnel intégré, tant au niveau socio-économique que juridique. Cela aura le potentiel de transformer l’Oci en un véritable bloc géopolitique avec un centre plutôt unifié. Le fait que le monde islamique fonctionne avec des normes communes, qui peuvent parfois entrer en contradiction avec les normes « universelles » dictées par l’Occident aura certainement des conséquences.  
Sur le plan économique, dès les années 70, l’Oci se donna comme objectif de promouvoir les principes de ce que l’on appelle « l’économie islamique ». En 1973 a été fondée la Banque de développement islamique, qui aide à la fois les états membres de l’Oci et les communautés musulmanes dans des états non-membres. En 1977 a été fondée l’Association internationale des banques islamiques, associé à l’Oci. Avec comme objectif de promouvoir le concept de « l’économie islamique » et des pratiques bancaires en accord avec la charia.  
La promotion de ces idées donnent l’impression que le monde islamique est régi par des normes économiques différentes du reste du monde. De plus, en octobre 2005 a été inauguré par l’Oci le premier Forum mondial de l’économie islamique. À ce forum, il fut question de créer, d’ici quelques années, une zone de libre-échange s’étendant à tous les états membres. Tout comme l’intégration européenne a débuté avec l’idée d’un marché commun. Cette initiative de l’Oci peut avoir un impact énorme sur l’intégration institutionnelle du monde islamique. Dans le domaine juridique, une résolution de l’Oci en 1987 établit la création d’un Tribunal islamique international basé au Koweit.  
Bien qu’il ne soit pas encore opérationnel, ce tribunal fait poser d’importantes questions aux experts en droit international : au niveau de son fonctionnement, ainsi qu’au niveau de ses impacts politiques . Ce serait effectivement la première fois que le monde islamique se sentirait aussi unifié sous des normes communes et il est difficile pour le moment d’en mesurer les conséquences.  
Donc, malgré toutes ses faiblesses et ses limites, ce serait faire preuve de négligence que d’ignorer complètement le rôle de l’Oci sur la scène internationale. Mais ce serait encore plus négligeant que d’ignorer la force et l’influence de l’islam politique et de l’attrait bien réel que représente le panislamisme auprès des populations musulmanes. La Ummah « post-moderne » transcende le concept d’état-nation tout en vivant temporairement en complémentarité avec lui.  
Par Mame Gor NGOM Souleymane Jules Diop 
Tous les MARDI 16H GMT 
Mardi 4 Mars 2008 
Pourquoi cette subite volonté du président de la République de faire la paix avec son opposition ? Souleymane Jules Diop évoque les derniers voyages du chef de l'Etat, et les réticences exprimées par certaines Etats quant à la stabilité du pays, les manifestations possibles. Mais surtout comment convoquer une organisation dont le but est de faire la paix dans le monde, sans la réussir dans son propre pays ? Wade fait face à un dilemne. Le sommet va vers un fiasco, la président des élites arabes est incertaine. Une opposition réunie et invitée au sommet pourrait lui permettre de sauver la face. Encore des révélations sur l'état désastreux des préparatifs. 
Ecoutez l'émision de la semaine: 
Mardi 4 Mars 2008  
 
Cette émission hebdomadaire d’une heure est une chronique de la vie politique, sociale et économique sénégalaise. Elle vise une meilleure compréhension par les auditeurs, des faits d’actualité qui se déroulent au pays, en mettant l’accent sur les dessous et les enjeux de tels faits.  
Lesthèmes choisis seront toujours liés aux derniers développements de l’actualité, et tout doit reposer à la fois sur l’expérience journalistique de Souleymane Jules Diop et sa bonne connaissance du monde politique et journalistique sénégalais. 
Ciblant un public large et souvent analphabète de sénégalais vivant à l’étranger souvent non francophones appelés Modou-modou, l’émission sera animée en wolof, avec une pause musicale.  
Souleymane Jules Diop 
Tous les MARDI 16H GMT 
Mardi 4 Mars 2008 
Pourquoi cette subite volonté du président de la République de faire la paix avec son opposition ? Souleymane Jules Diop évoque les derniers voyages du chef de l'Etat, et les réticences exprimées par certaines Etats quant à la stabilité du pays, les manifestations possibles. Mais surtout comment convoquer une organisation dont le but est de faire la paix dans le monde, sans la réussir dans son propre pays ? Wade fait face à un dilemne. Le sommet va vers un fiasco, la président des élites arabes est incertaine. Une opposition réunie et invitée au sommet pourrait lui permettre de sauver la face. Encore des révélations sur l'état désastreux des préparatifs. 
Ecoutez l'émision de la semaine: 
 
Cette émission hebdomadaire d’une heure est une chronique de la vie politique, sociale et économique sénégalaise. Elle vise une meilleure compréhension par les auditeurs, des faits d’actualité qui se déroulent au pays, en mettant l’accent sur les dessous et les enjeux de tels faits.  
Lesthèmes choisis seront toujours liés aux derniers développements de l’actualité, et tout doit reposer à la fois sur l’expérience journalistique de Souleymane Jules Diop et sa bonne connaissance du monde politique et journalistique sénégalais. 
Ciblant un public large et souvent analphabète de sénégalais vivant à l’étranger souvent non francophones appelés Modou-modou, l’émission sera animée en wolof, avec une pause musicale.  
MONDE-HAUSSE DES PRIX ALIMENTAIRES  
Une opportunité pour les pays en développement, estime la FAO  
mardi 4 mars 2008  
Reuters - Les prix agroalimentaires devraient continuer d’augmenter pendant encore deux saisons mais une hausse des revenus des exploitants pourrait favoriser la production, notamment dans les pays en développement, estime le président du Conseil de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).  
"(Les prix alimentaires) vont continuer à augmenter pendant une ou deux saisons au moins", a déclaré à Reuters Mohammad Saeid Noori-Naeeni. 
Entre janvier 2007 et janvier 2008, l’index des prix alimentaires de la FAO a augmenté de 47%, en raison notamment de la flambée des céréales et des huiles végétales, qui ont crû respectivement de 62% et 85%. 
"Nous devons considérer cette hausse comme une opportunité. S’il était possible de faire bénéficier les agriculteurs de ces hausses, alors la production augmenterait", a-t-il dit en marge de la 29e Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient. 
"Cela pourrait vouloir dire relancer l’agriculture dans les pays en développement à travers des programmes et des investissements publics de long-terme, catalyser les investissements du secteur privé en réponse à une plus grande rentabilité", a-t-il dit. 
La FAO estime que 862 millions de personnes dans le monde étaient sous-alimentées dans la période allant de 2002 à 2004, parmi lesquelles 830 millions vivaient dans des pays en développement. Cette situation risque de s’aggraver en raison de la hausse des produits alimentaires. 
"Sans augmentation de la productivité, tout le monde en souffrira et seuls quelques-uns y gagneront", a déclaré Noori-Naeeni. 
SENEGAL-AGRICULTURE  
L’ex-directeur de l’Isra, Jacques Faye passe au crible la politique agricole de Wade  
mercredi 27 février 2008  
NETTALI - Les agriculteurs ont de plus en plus du mal à « assurer le minimum de repas pour se nourrir », selon l’ex-Directeur général de l’Isra, Jacques Faye. Il a tiré cette sonnette d’alarme au cours d’une conférence de presse après une tournée dans le monde rural de plusieurs mois.  
A en croire M. Faye, les paysans « n’auront pas de semences pour la campagne agricole prochaine, car il n’existe pas aujourd’hui dans le pays assez d’arachides pour un approvisionnement normal en semences ». De fait, la récolte prochaine risque fort d’être plus mauvaise que celle de 2007, prévenant un exode rural massif vers les grands centres urbains du Sénégal si l’on y prend garde. 
De l’avis de l’ancien directeur de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra), le gouvernement est Le seul responsable de cette situation en ayant pas initié de « programme de distribution de vivres de soudure, un programme de réparation des forages pour que les paysans puissent faire du maraîchage et surtout un programme de production en intersaison ». 
M. Faye explique que cette production au permis de disposer « de semences de mil, de niébé, d’arachide, pour essayer au moins de pallier cette question d’insuffisance de semences qui va se poser ». 
Jacques Faye a aussi regretté la faiblesse des surfaces cultivées aujourd’hui au Sénégal actuellement à 3 millions d’hectares avec autant de rendements faibles. La production oscille entre 400 à 500kg à l’hectare, alors qu’elle pourrait passer à 2 tonnes à l’ha. 
M. Diouf a également critiqué le plan Reva (Retour vers l’agriculture, soutenant que c’est plutôt « une promesse électorale qu’un programme sérieux ». Pour lui « rien » de ce qui a été annoncé cela n’a été fait 18 mois après. 
AFRIQUE-SENEGAL-APE  
Moubarack Lô : « Refuser les Ape, c’est refuser l’émergence pour demain »  
lundi 25 février 2008  
NETTALI - Quelque soit la dénomination utilisée, la signature des Accords de partenariat économiques (Ape) peut entraîner en retour un transfert de technologies pour l’Afrique. C’est en substance la déclaration de l’économiste, Moubarack Lô, ce vendredi, à l’Institut africain de management (IAM) à Dakar.  
Une fois de plus, les Accords de partenariat économiques (APE) ont été au menu de la première conférence annuelle du Cercle de recherche et documentation de l’Institut africain de management (IAM). Au menu des réflexion : APE ou APD : Quel impact sur nos économies ? 
D’emblée, Moubarack Lô indique qu’il est possible de signer les Accords de partenariat économiques sans pour autant changer les termes. Pour lui, l’Afrique peut signer les Ape et demander en retour des compensations à travers un transfert d’un certain nombre de technologies. 
Selon le conférencier, il est possible de négocier une libéralisation progressive des frontières artificielles des Etats africains en identifiant un certain nombre de produits compétitifs. 
Dans une perspective intégrationniste, le rôle du Sénégal, déclare t-il, est de proposer des stratégies, des idées et de renforcer la Cedeao pour proposer des APE bénéfique à l’Afrique. Fort de ce constat, les APE pourraient alors renforcer l’intégration africaine. 
Etant l’un des rares partisans de la signature des APE, M. Lô dit comprendre la stratégie de communication du Sénégal qui consiste à occuper le terrain alors que la substance peut être ailleurs. Pourtant, en dépit de la vaste campagne de boycott des APE, le Sénégal, depuis le 1er janvier 2008, est versé dans le système du Tout Sauf Arme (TSA). 
Dès lors, précise l’économiste : « que notre pays signe ou pas, nous continuons d’exporter nos produits dans le marché européen sans droits de douanes, sans quotas ». Toutefois, la menace que l’Europe pourra brandir sera de nous appliquer le système généralisé des préférences, confie M. Lô. Des pays comme la Côte d’ivoire, le Ghana et le Cap-vert, considérés comme à revenus intermédiaires, sont obligés de signer ces accords de partenariat économiques. C’est pourquoi, au regard des enjeux économiques, la Côte d’ivoire a signé des accords intérimaires. 
Dans un contexte économique marqué par la mondialisation et la compétitivité, Moubarack Lô situe l’urgence pour l’Afrique dans l’élaboration d’une vision cohérente pour son décollage économique. L’économiste clame tout haut que « refuser les Ape, c’est refuser l’émergence pour demain. » 
SENEGAL-AGRICULTURE-CAMPAGNE 2008  
Le Cncr demande au gouvernement la mise en place rapide de semences de qualité  
dimanche 24 février 2008  
NETTALI - Le Conseil national de concertation des ruraux (Cncr) nourrit des inquiétudes pour la campagne agricole 2008. Il veut la mise en place rapide des semences de qualité, vu que les paysans n’en disposent pas du fait des déficiences de l’hivernage 2007, rapporte Sud Fm.  
Selon Babou Ngom, secrétaire général du Cncr à Kaolack, il ne faudrait pas reconduire les erreurs de la campagne 2007. « A la sortie de l’hivernage difficile de 2007, un problème récurrent se pose aujourd’hui, c’est celui des semences. Il est temps qu’on sache à quoi s’en tenir. Le paysan aujourd’hui est inquiet, il ne sait pas où est-ce qu’il va trouver des semences, des semences toutes espèces confondues », a noté M. Ngom. 
A en croire le secrétaire général du Cncr à Kaolack, « si aujourd’hui, l’Etat ne trouve pas dès maintenant des solutions idoines à cette question récurrente des semences, nous ne savons pas où nous allons pour le prochain hivernage ». Il a indiqué qu’une campagne agricole se prépare, ajoutant que « ce n’est pas rester dans un bureau, écrire des choses pour dire qu’on a besoin de tant de tonnes de ceci ou de cela pour préparer un hivernage, non ». 
M. Ngom a ainsi demandé au gouvernement de descendre sur le terrain et recenser les besoins des paysans. 
La pluviométrie déficitaire de 2007 a entraîné une baisse des productions dans pratiquement l’ensemble du pays plongeant les ruraux dans une situation de soudure plus importante que d’ordinaire obligeant les paysans à vendre les maigres récoltes. Les possibilités de constituer des semences sont par conséquent très minimes. 
 
MOUHAMADOU MBODJ, COORDONNATEUR DU FORUM CIVIL  
"L’appartenance confrérique du Président est au coeur de la destruction de l’Etat"  
lundi 3 mars 2008  
NETTALI - Mouhamadou Mbodj, coordonnateur du Forum civil ne mâche pas ses mots quant il s’agit de faire le diagnostic de l’Etat du Sénégal. Pour lui, il est en totale déliquescence. Mais parmi les raisons qui ont engendré la destruction e l’Etat, Mouhamadou Mbodj, invité hier de l’émission Remue-ménage d’Alassane Samba Diop, cite l’appartenance confrérique affichée du chef de l’Etat à la conférie mouride.  
"L’appartenance confrérique du président de la République est au coeur de la destruction de l’Etat", a-t-il en effet déclaré. Il dénonce le "draînage financier" en direction de Touba. "100 milliards de francs Cfa sont prévus à Touba, alors que le Sénégal est constitué de Tidianes, de Niassènes, de Khadres etc", dénonce Mouhamadou Mbodj. 
Le Coordonateur du Forum civil constate aussi que "le pays est polarisé par la succession" et parle d’un "affairisme nouveau" lié justement à la montée en puissance d’une nouvelle caste d’hommes d’affaires. Toutes choses qui, de son point de vue, permettent de comprendre la "boulimie foncière" du régime qui s’est manifestée dernièrement avec la destruction controversée du stade Assane Diouf. 
Mouhamadou Mbodj met cependant en garde contre les dangers de ces dérives : "si on le (l’Etat) ne redresse pas", avertit-il, "il faudrait une profonde opération chirurgicale", qui, estime-t-il, pourrait être douloureuse. 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 4.03.2008
- Déjà 5302 visites sur ce site!