ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

dans les transactions bancaire

 
L'usure (riba) dans les transactions bancaires et les finances islamiques  
 
 
En débutant sa prédication prophétique par le concept d’Iqra, le Noble Prophète Mohammed (Pslf) établissait ainsi la recherche du savoir et donc l’éducation comme une obligation religieuse et une condition de notre humanité et de développement des forces productives bien avant la reconnaissance, par la société des nations, de l’éducation comme un droit fondamental. Ainsi sacralisée, l’éducation devient un instrument de conscientisation de l’homme, d’édification d’une société plus juste et plus humaine, sans oublier son rôle dans le progrès scientifique et technologique.  
Cependant, les musulmans, pour avoir négligé une telle recommandation divine et prophétique, cause de leur retard, sont obligés de se tourner de nos jours vers des systèmes visant à étouffer les croyances des peuples et des nations. Dès lors, l’avantage de l’éducation se tourne en négativité lorsque des connaissances exogènes s’imposent au niveau de la créativité, suscitant pour le récepteur le dur problème du déracinement religieux, moral ou culturel.  
Aussi ces angoisses doivent et peuvent être combattues, en envisageant le transfert des connaissances dans une perspective mohammadienne renouvelée ‘de transmission de la créativité’. En définitive, il s’agit de voir comment, en utilisant ces connaissances nouvelles exogènes, des pays dépendants peuvent trouver une voie originale, tout en s’appuyant sur leurs croyances pour développer leurs forces novatrices dans le monde (…)  
Les savants et intellectuels du monde musulman doivent tout mettre en œuvre pour : mener des études et recherches approfondies sur les règles relatives aux transactions économiques et commerciales dans l'espace islamique et extra islamique, pour relever les défis lancés par le monde contemporain afin de stabiliser les économies qui sont pour la plupart désorientées. Ceci donnerait une vision futuriste en partant d'une perspective islamique originelle. Par exemple, orienter les recherches sur les opérations bancaires habituellement ; lorsqu'on discute du sujet de la prohibition de l'usure, la question qui se pose est de savoir si son abolition n'aboutira pas à l'arrêt de tout le système des opérations bancaires, alors qu'on sait que les opérations bancaires constituent une partie essentielle de notre vie moderne. La réponse à cette question demande que nous discutions le problème en détail.  
L'objectif fondamental de l'Islam étant l'émancipation des gens de toute forme d'asservissement matériel ou doctrinal, il accorde l'attention requise dans le domaine économique aussi, à tous les facteurs qui restreignent la liberté d'action et mènent à la servitude de manière générale. Il a fixé des règles pour assainir la situation pernicieuse qui prévalait jusqu'alors. L'une de ces règles est la prohibition de l'usure, dont l'interdiction catégorique par le Saint Coran a été faite en plusieurs étapes.  
Dans une première étape, la pratique de l'usure fut déclarée détestable et l'attention attirée sur le devoir de satisfaire les besoins sociaux des nécessiteux sans penser au profit : ‘Ce que vous donnerez, versez à usure pour accroître vos biens aux dépens des biens d'autrui ne les accroît pas auprès de Dieu, mais ce que vous donnez en aumônes tout en désirant la Face de Dieu, (Sa satisfaction) Ceux-là verront leurs récompenses multipliées’ (Sourate Al Roum. Verset 39).  
Dans une deuxième étape, le Saint Coran a dénoncé les usuriers juifs pour leur pratique de l'usure malgré le fait qu'elle était interdite par leur propre religion et il leur a promis pour cela un châtiment douloureux : ‘C'est à cause de ce qu'ils prennent des intérêts usuraires qui leur étaient pourtant interdits et parce qu'ils mangent illégalement les biens des gens. A ceux d'entre eux qui sont mécréants Nous avons préparé un châtiment douloureux.’ (Sourate Al Nisaa (les femmes).Verset 161).  
Dans une troisième étape, le Saint Coran a interdit l'intérêt exorbitant et redoublé en ces termes : ‘O les croyants ! Ne pratiquez pas l'usure multipliant démesurément votre capital. Et craignez Dieu afin que vous réussissez !’. (Sourate Ali Imran. Verset 130).  
Enfin, dans la quatrième et dernière étape, l'usure a été prohibée dans son ensemble et assimilée à un acte de guerre et d'hostilité vis-à-vis de Dieu et de Son Prophète. On a demandé aux musulmans de rendre les intérêts qu'ils avaient perçus et cette exigence a été considérée comme l'une des conditions de la foi : ‘O les croyants ! Craignez Dieu ! Et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire si vous êtes des croyants. Mais si vous ne le faites pas, attendez-vous à la guerre de la part de Dieu et de Son Prophète’. (Sourate Al Baqara. Verset 278 et 279).  
Habituellement, lorsqu'on discute du sujet de la prohibition de l'usure, la question qui se pose est de savoir si son abolition n'aboutira pas à l'arrêt de tout le système des opérations bancaires, alors qu'on sait que les opérations bancaires constituent une partie essentielle de notre vie moderne. La réponse à cette question demande que nous abordions le problème en détail.  
L'activité bancaire peut être scindée en deux parties distinctes. L'une est liée à l'intérêt ; par contre l'autre ne l’est. La première inclut des fonctions comme celles qui ont trait aux lettres de change, au paiement des chèques, aux comptes courants, aux comptes d'épargne sans intérêts, au change de devises, etc. La seconde inclut l'offre de prêt commercial, agricole, industriel, professionnel, de constructions des maisons à usage d'habitation, etc. La première sorte d'activités facilite beaucoup la vie et les transactions commerciales et n'a d'effets nuisibles ni sur l'individu ni sur la société. Les avantages et bien d'autres que nous offre le système d'opérations bancaires, ne peuvent pas être niés, et il serait stupide de les négliger. Par leur vaste organisation et leur sérieux, les banques rendent un service très utile en satisfaisant ce genre de besoins de la vie, et cela suffit pour justifier la nécessité de leur existence.  
La prohibition de l'usure, quelle que soit son ampleur, n'entrave en aucune façon le fonctionnement de telles activités bancaires. Dans la société islamique, l'Etat et les individus peuvent, tous deux, mettre en œuvre des institutions qui se chargent de telles fonctions financées par le prélèvement d'un pourcentage qu'elles exigent pour les services qu'elles rendent, et ce sans se limiter à l’usure.  
On ne voit pas pourquoi les banques, au lieu d'accomplir gratuitement les transactions du compte courant, d'offrir un intérêt pour les comptes d'épargne et de couvrir leurs dépenses en imposant un intérêt aux emprunteurs, ne demanderaient pas une commission adéquate sur les comptes courants et les comptes d'épargne, de la même façon qu'elles le font pour les traites et les lettres de crédit. Auquel cas, elles pourraient non seulement couvrir leurs dépenses, mais aussi réaliser des bénéfices sans pratiquer l'usure.  
Ceci dit, la prohibition totale de l'usure par l'islam n'entrave en aucune façon la marche des activités bancaires de la première catégorie ni ne prive la société islamique de tels moyens utiles et bénéfiques à la vie sociale. En ce qui concerne la seconde catégorie d'activités bancaires, elles ne visent pas, dans la majeure partie du monde, un pur bienfait économique. Leur but principal est l'usure, doublée de l'acquisition du pouvoir et la formation de grands cartels. Les bienfaits économiques et les progrès des connaissances et de l'industrie, même si on en prend soin, ne sont considérés qu'en deuxième position.  
 
Finances islamiques : II - La prohibition de l'usure n'empêche pas la réunion de capitaux importants  
 
 
Les banques sont toujours à l'affût des projets les plus intéressants pour l'investissement de leurs capitaux au plus fort taux d'intérêt possible. Si, dans certains cas, il leur arrive de prêter de l'argent pour renforcer l'économie d'une société ou d'une nation, elles le font en réalité uniquement pour servir leur propre intérêt et non celui de la société ou de la nation en question. Ces capitalistes prédateurs sont assez avisés pour se soucier de la perpétuation de la source de leurs profits. Ce sont des sangsues avisées. Lorsqu'elles mordent un corps, elles n'en sucent pas trop de sang, car elles ne veulent pas qu'il tombe totalement épuisé. Elles y laissent un peu de vie pour qu'il puisse continuer à lutter entre la vie et la mort et préserver ainsi leur intérêt. 
En effet, il est vrai que la réalisation de vastes projets industriels et agricoles ainsi que les progrès scientifiques et technologiques dans les domaines de l'industrie et de l'agriculture exigent des investissements considérables. Mais il n'est pas nécessaire que ce grand capital appartienne toujours à des particuliers ou à un nombre limité de personnes. En outre, le moyen de se procurer un capital important ne se limite pas à la pratique usuelle des pays capitalistes consistant à demander aux banques des prêts à plein ou à bas intérêt. De grands fonds peuvent être constitués de capitaux provenant de petits capitalistes, réunis dans des sociétés par actions ou des sociétés coopératives, dont les capitaux seront investis dans les projets de développement. 
On n'a pas besoin de demander de l'aide de grands capitalistes ou d'usuriers. Le profit de telles sociétés, si profit il y a, sera distribué entre un grand nombre d'individus, ce qui assure une certaine justice sociale et prévient la concentration et la thésaurisation des richesses entre les mains d'un nombre limité de profiteurs préoccupés de satisfaire leur soif de plaisir.Donc la prohibition de l'usure n'empêche pas la réunion de capitaux importants. Elle empêche seulement l'émergence de grandes fortunes capitalistes et c'est ce que l'Islam veut justement et qui a été préconisé par la plupart des savants. 
Par ailleurs, un Etat soucieux de ses intérêts, de ceux de ses populations peut faire des investissements sur une grande échelle dans de grands projets industriels, et agricoles, d'une façon bien meilleure que des privés. Etant donné qu'un bon Etat juste représente les intérêts de la nation, l'investissement qu'il fait sera naturellement utilisé au mieux dans l'intérêt de la nation. La nationalisation des grandes industries par les Etats pays, et leur action dans la construction de barrages, de routes, de chemin de fer, de lignes maritimes dans le secteur public, montrent que les grands investissements ne sont pas le monopole des grands investisseurs capitalistes et des usuriers. 
On pourrait objecter que la nationalisation par certains Etats des secteurs névralgiques de leur économie est un échec et que, pour cette raison, il vaut mieux qu'ils laissent la gestion des affaires économiques et même les autres secteurs du développement comme l'éducation, la santé, la reconstruction et le développement aux mains des privés, soumis à la loi de la libre concurrence. 
Les Etats doivent s'abstenir de s'impliquer directement dans de telles activités. Leur devoir consiste seulement à entreprendre des projets spéciaux et à fixer les grandes lignes au mieux de l'intérêt de la nation. Et là encore, le devoir de l'Etat sera d'ouvrir des banques spécialisées dans le secteur public afin d'offrir des prêts sans intérêt aux individus et aux institutions privées et de contrôler, par conséquent, l'économie du pays. 
Une telle position offre automatiquement à l'Etat une opportunité de donner la préférence aux intérêts de la nation sur les intérêts particuliers des emprunteurs et de s'assurer que le capital de la nation ne tombe pas dans les mains des profiteurs et des thésaurisateurs privés. L'Etat peut imposer des taxes lourdes sur les profits réalisés par les bénéficiaires de ces prêts et en utiliser la rente en faveur de la nation. Cela peut, là encore empêcher l'émergence de prédateurs capitalistes et vivant dans le luxe et le dévergondage, et prévenir l'apparition d'un fossé profond entre les classes de la société. 
Pour ce qui concerne la deuxième et la troisième question, il y a deux façons possibles d'en traiter : 
1 - Créer des entreprises en vue d'avancer des prêts sans intérêts à des individus ou à des groupes de personnes. Allah a promis des récompenses abondantes pour ceux qui avancent des prêts sans intérêts et à considérer cet acte comme meilleur même que l'offre d'aumône et l'aide à autrui. Si cette action est bien organisée et accompagnée d'une bonne information, ce genre d'entreprise tendrait à devenir populaire. Même de nos jours, de telles entreprises existent. 
2 - L'établissement de banques non usuraires si la méthode ci-dessus s'avérait inadéquate, il est là encore, du devoir de l'Etat d'établir des banques en dehors du budget public pour avancer des prêts professionnels, industriels, agricoles, immobiliers... Pour couvrir les dépenses courantes, ces banques peuvent percevoir des charges de service, mais elles n'ont le droit de percevoir aucun intérêt sur le prêt lui-même. 
En conclusion, la prohibition de l'usure ne gêne aucunement les avantages sociaux ou économiques des banques. Les vraies opérations bancaires non usuraires, fondées sur les charges de services, ne sont pas usuellement légales, mais elles constituent aussi un devoir national obligatoire pour toute la communauté musulmane dans son ensemble. Ce qui est visé par la prohibition de l'usure, c'est l'intérêt usuraire et l'émergence d'une classe de profiteurs parasites et jouisseurs. 
Ceci dit que l'idée qui a toujours prévalu dans certaines consciences musulmanes interdisant à ces derniers de profiter des intérêts générés par les dépôts bancaires me paraît incompréhensible si nous constatons bien ce qui est mentionné plus haut. Alors que les avoirs bancaires des musulmans domiciliés dans les banques occidentales sont estimés à des dizaines de milliards de dollars dont les intérêts ne sont jamais reversés aux vrais ayants droit qui les jugent illicites (500 milliards d’intérêts). Ce qui pousse, en revanche, ces banques tutrices de ces comptes de reverser ces sommes colossales aux œuvres caritatives et de bienfaisances de leurs pays respectifs, laissant ainsi la grande masse des musulmans de ces pays dans la paupérisation avancée. Tout ceci à cause d'une compréhension étriquée de la jurisprudence originelle islamique. 
C'est là que, nous partageons entièrement l'idée avancée par Me Abdoulaye Wade, président en exercice de l'Oci, lorsqu'il disait dans son discours d'ouverture lors du 11e sommet de l'Oci à Dakar : ‘Nous ne devons pas rester les bras croisés et attendre que les économies occidentales se partagent les fonds arabes. Nous devons donc créer les conditions pour que ces fonds arabes s'investissent en Afrique…’. Et également lors de son discours de l’ouverture du premier Forum sur les finances islamiques dans l’espace de l’Uemoa, tenu récemment à Dakar et de la rencontre des Oulémas d’Afrique. 
L’utilisation des fortunes provenant des réserves de pétrole et du gaz ainsi que les autres ressources que regorgent les terres des pays musulmans doivent être mises au service du développement économique d'autres pays musulmans sans exception. Ces revenus devraient servir à aider les pays musulmans les plus démunis à se développer. Sinon la notion de Ummah deviendrait une utopie. (A ne pas faire l’amalgame entre le système bédouin arabo-capitaliste qui a entraîné la chute de Dubaï et le système bancaire islamique originel). 
Le souci qui nous anime est loin de prétention mais de faire connaître les différents enseignements islamiques dans une vision d'ensemble et de faire percevoir l'esprit de ces enseignements, semble d'autant justifié qu'à un moment où l'Islam suscite beaucoup d'intérêt, provoque beaucoup d'incessantes interrogations et fait l'objet de tant de controverse, il souffre d'une double incompréhension ou méconnaissance : d'une part, une certaine frange de ses adeptes qui ont tendance à se contenter d'observer la lettre des prescriptions islamiques sans se soucier de refléter dans leurs pratiques l'esprit de ces prescriptions et, d'autre part, une incompréhension de la part d'un grand nombre de gens qui s'ingénient à critiquer tel ou tel précepte de l'Islam qu'ils ne voient que de l'extérieur, sans se donner la peine de les replacer dans leur contexte général pour comprendre leur réelle raison et leur véritable signification. 
Il n’y a rien d'anachronique ni de paradoxal dans le mouvement de retour à l'Islam qui se dessine de plus en plus clairement, en cette époque d'immenses progrès et réalisations technologiques, puisque l'ensemble et la diversité des prescriptions de l'Islam correspondent à des vérités éternelles et immuables d'où leur éternelle actualité. (Fin) 
Chérif Abu Jafar MBALLO Consultant mballosherif@yahoo.fr 
Références bibliographiques : 
• Le Saint Coran 
• Al Bank Al La Rabawi Fil-Islam, (la banque non-usuraire en Islam, du Grand Ayatollah Seyyed Mohammad Baqer Sadr). 
• Iqtisadouna (Notre Economie), du Grand Ayatollah Seyyed Mohammad Baqer Sadr. 
• Sharae-oul Islam (Les lois de l'Islam) de Mohaqiq Hilly 
• Kitabul Bay'a (le livre de vente) de l'Imam Khomeini 
• Tahrirul Wassilat (l'affranchissement des moyens) de l'Imam Khomeini 
• Minhadjous salihina (La voie du musulman) du grand Ayatollah Khomeini 
• Questions et réponses du grand Ayatollah Khamanéi 
 
Chérif Abu Jafar MBALLO Consultant mballosherif@yahoo.fr  
Penser le Benno à partir du Deggo : II - La stratégie des pôles homogènes  
 
 
Il y a eu beaucoup de tintamarre ces derniers temps ; tintamarre qui semble compenser, pour certains, l’angoisse qui jaillit de l’impossibilité mentale, qui est la leur, d’un projet tel que le Benno. En effet, il ne s’agit point de clamer, déclamer et réclamer sans cesse une évidence partagée par tous, mais de procéder à un saut qualitatif grâce au comment : Quelles pourraient être les modalités de construction et de consolidation de notre coalition pour la victoire ? Sans donner l’impression ou se situer dans une logique de partage du ‘gâteau national’, mais en faisant bien comprendre qu’il s’agit de sauver notre ‘bateau national’.  
Les conditions d’émergence de Benno Siggil Senegal trouvent leurs sources dans la conscience progressive des leaders de l’opposition que l’union était la condition minimale pouvant permettre une alternative à l’alternance wadienne. De cette conscience sont nées, cahin-caha, différentes formes d’organisations en vue de rendre possible une autre alternance.  
• Des coalitions efficaces à l’occasion des scrutins de listes, mais pour l’instant inaptes au moment de l’élection présidentielle  
En effet, au lendemain de la défaite du Ps, parti majoritaire depuis les indépendances, le champ politique sénégalais a connu une profonde recomposition. La bipolarisation autour du Ps et du Parti démocratique sénégalais (arrivé au pouvoir en 2000) depuis 1974, cède la place à un champ partisan multipolaire, où les adversaires d’hier deviennent les alliés d’aujourd’hui et les adversaires d’aujourd’hui les alliés d’hier, sans oublier les adeptes de la ‘tortuosité’. Dans ce maelström, l’idée - à tort ou à raison - qu’aucun parti ne peut gagner seul les élections, fait son chemin et est liée à celle que Wade mène tout droit le pays à la catastrophe.  
C’est ainsi qu’apparaissent différentes tentatives d’unification de l’opposition où chaque étape marque principalement des retrouvailles et élargit en même temps la base de la coalition. D’abord, dans une approche de concertation pour avoir un minimum de cohérence face aux manœuvres du régime libéral : c’est l’émergence du Cadre permanent de concertation (Cpc) qui sera à la base des coalitions futures ; ensuite, pour faire face à des revendications liées au processus électoral avec Clarté (Comité de lutte et d’action pour la régularité et la transparence des élections). Ces tentatives scellent lentement, mais de manière certaine, les retrouvailles entre des adversaires d’autrefois (Ld, Pit versus Ps) ou des adversaires plus récents (Ps versus Afp).  
Ces précédents cadres d’échanges et d’actions, ponctuels, sont abandonnés progressivement pour des coalitions structurées en vue de conquérir le pouvoir. On peut noter par exemple la Coalition pour l’alternative (Cpa), elle sera suivie du Front Siggil Senegaal et de la coalition victorieuse du Benno. Le changement sémantique n’est pas neutre - on passe de ‘cadre’ à ‘coalition’ - il démontre la ferme volonté de l’opposition de bouter le pouvoir libéral et sa coalition hors des commandes de l’exécutif et du Parlement. C’est d’ailleurs en ce sens qu’il faut comprendre la redoutable manœuvre de Wade lorsqu’il repousse les législatives de 2006 et les fait précéder par la présidentielle de 2007.  
Dans le contexte historique spécifique ouvert depuis 2000, il est, nous semble-t-il, important de préciser que l’élection présidentielle à venir ne sera pas ‘la rencontre entre un homme et le peuple’. Elle sera plutôt, au regard de ce que représente la fonction au sein de nos institutions actuelles, le moment crucial du choix entre deux coalitions où chacune est porteuse d’une promesse d’avenir : approfondir notre démocratie, consolider notre République ou bien nous inscrire à long terme dans une ‘république bananière’ et un régime familiste.  
Comme observé plus haut, la diversité des partis de la coalition - notamment dans leurs itinéraires historiques - rend difficile la construction d’outils de mesure ‘objectifs’ de la représentativité et du poids de chacun. Les suffrages exprimés à l’occasion de différents scrutins, tant nationaux que locaux, le nombre d’élus par formation politique, etc., utilisés souvent sous d’autres cieux pour régler le problème de leadership, ne sont pas encore applicables au Sénégal en raison de l’équilibre instable que connaît notre système partisan. Ces outils ne disposent pas de la longue durée pour mesurer, de manière fiable, la représentativité de toutes les formations.  
L’organisation de primaires réservées aux militants au sein de la coalition élargie aux membres de la société civile, qui nous apparaît comme la solution idoine, est lourde à mettre en place. Il nous faut donc inventer, imaginer d’autres possibles.  
• La stratégie des pôles homogènes : Construire un ticket Tanor/Niasse au niveau de l’exécutif, s’ouvrant sur les nouvelles générations et équilibré au niveau du parlement et de l’autorité judiciaire par les autres forces de la coalition.  
Notons tout d’abord que la génération actuelle des leaders de l’opposition est à la croisée des chemins : restaurer la démocratie ou fermer la parenthèse de 2000 et ouvrir la voie à l’inconnue. De la même manière que la génération précédente (celle de la période coloniale) avait le choix entre subir le joug colonial ou s’unir pour s’en libérer. A ce titre, la phrase d’Amadou Mahtar Mbow, qui figure en épitaphe, garde toute sa pertinence et est au cœur de la consolidation de notre coalition : ‘L’unité ne peut avoir comme socles que la vérité et la sincérité’. Quelques vérités sont donc bonnes à dire… même en politique et même si toute vérité n’est pas toujours bonne à dire.  
Il est difficile pour une personne sincère et de bonne foi de réfuter l’idée que Ousmane Tanor Dieng est incontestablement le secrétaire général légitime du parti majoritaire de la coalition, à savoir le Ps, sans lequel le Pds ne peut être défait ; que Moustapha Niasse, leader de l’Afp, dispose d’atouts considérables à travers son carnet d’adresse et son expérience sur l’échiquier international ; qu’il est de bonne guerre que Macky Sall, leader de l’Apr, tente de bénéficier, à ses risques et périls, de la ‘prime à la victime’, élément structurant du champ politique sénégalais et que l’Apr a pu très vite se faire une place de choix dans l’arène politique.  
Il est également difficile pour une personne sincère et de bonne foi de réfuter l’idée qu’Amath Dansokho a campé, de manière progressive, la figure morale de la coalition ; que le leader de la Ld, Abdoulaye Bathily, dans sa constance, est l’un des rares leaders à n’avoir pas régressé en terme de suffrages exprimés quand bien même que ces suffrages se situent le plus souvent autour des 5 De même que Cheikh Bamba Dièye est de ceux qui incarnent la figure des générations montantes.  
L’approche par les pôles homogènes peut utilement nous permettre de dépasser la contradiction liée au leadership au sein de notre coalition. L’émergence de nouveaux acteurs au sein de celle-ci, voire l’irruption de certain d’entre eux, entraîne une reconfiguration de la base électorale des partis dans le sens d’une répartition de cette base et, aussi, de son élargissement. Reconfiguration dont il faut tenir compte dans l’élaboration de nos stratégies, à défaut d’outils de mesure adéquats.  
Cette reconfiguration va dans le sens d’un élargissement lorsque les assises électorales de chacun des membres de la coalition sont différentes. Dans ce cas, celles-ci, parce que complémentaires, s’ajoutent en augmentant le poids de la coalition, et dans le cas contraire, c'est-à-dire lorsque les membres de la coalition ont la même base électorale, il y a une répartition selon un principe de vase communicant. Dans ce dernier cas, le mouvement des électeurs d’un parti vers un autre parti membre de la coalition est neutre du point de vue de cette dernière.  
Dans le contexte actuel, seules les stratégies d’élargissement sont gagnantes. En cas de candidatures multiples au premier tour, il faudra raisonner en termes de pôles homogènes regroupant les partis qui ont à peu près les mêmes profils d’électeurs. C’est en ce sens que des candidatures issues de Ps et de l’Afp risquent d’affaiblir fortement la coalition parce que ces deux parties ont la même base électorale. De même que des candidatures issues du Pit et de la Ld affaiblissent également la coalition. Il en est tout autre lorsque les candidatures s’appuient sur des profils électoraux différents. C’est pourquoi une candidature issue de l’Apr ne léserait pas forcément la coalition Benno. Encore faudrait-il tout d’abord gagner ‘la mère de toutes les batailles’, à savoir la transparence des élections, sans laquelle tout effort serait vain et éviter que chaque parti ait un candidat. Une limitation des candidatures nous paraît nécessaire afin d’éviter une trop forte dispersion de l’électorat ; ainsi qu’un pacte de second tour à instituer : le mieux placé au premier tour bénéficie du report des voix des autres partis au second tour.  
C’est donc au regard de ces considérations qu’il nous faut un ticket Tanor/Niasse ou Niasse/Tanor, c’est selon, au niveau de l’exécutif. Schéma complété au niveau des autres institutions de la République par les autres partis membres de la coalition. Ce schéma ne devra pas, non plus, insulter l’avenir et donner toutes leurs places aux générations montantes. Ce dispositif pourra être complété par la création d’une instance de gestion concertée de la transition sur une législature, instituée par une constituante et au sein de laquelle la société civile comme contre-pouvoir et garant des engagements pris pourra jouer pleinement son rôle. Dans cette structure inédite, les membres des Ans - au premier chef desquels M. Mbow - pourront apporter leur caution morale de même que des personnalités comme Ousmane Sow, Penda Mbow, Mansour Sy Djamil, Youssou Ndour, Bara Tall, etc. C’est donc à ce schéma qu’il nous faut nous atteler avec les gens de bonne volonté ! (Fin)  
Magatte-Lô SOW Club Socialisme et République  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 11.06.2010
- Déjà 5417 visites sur ce site!