ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La renaissance africaine : II

hitecte, ingénieur, fondateur de l’anatomie humaine, etc.), Nicolas Copernic (fondateur de l’astronomie moderne), Galilée (inventeur du télescope, découvreur de la voie lactée, etc.), Denis Papin (inventeur de la machine à vapeur), ou encore Rabelais, Ronsard, etc., ont fondé leur réputation d’hommes de science ou d’hommes de lettres.  
 
Mais cette révolution intellectuelle s’accompagnera aussi un peu partout en Occident d’une multiplication des ouvrages scientifiques portant sur des domaines de plus en plus diversifiés et ouverts à la concurrence et à la compétition des idées des hommes de science, donnant ainsi lieu à une véritable libération de l’écriture scientifique, tant l’envie de découvrir et de partager avec d’autres ses découvertes est grande. Petit à petit, les bases d’un nouveau patrimoine scientifique, technologique, etc., mondial se constituait, pour permettre de fonder plus tard deux autres grandes révolutions qui auront des effets décisifs sur la suprématie occidentale : il s’agit de la révolution militaire (capacité de répandre la guerre) et de la révolution industrielle (développement de l’infrastructure économique, accompagnée d’une rationalisation de l’organisation et de la discipline). Et c’est cet élan général de progrès qui, à partir du milieu du 18e siècle, permettra aussi à l’Occident de produire les plus grands savants du monde : Louis Pasteur, découvreur de l’antisepsie et du principe des vaccins, Pierre et Marie Curie découvreurs de la radio activité, Albert Einstein découvreur du principe de la relativité, etc., dont l’apport au patrimoine scientifique et au bien-être de l’humanité est colossal.  
 
La renaissance, c’est donc aussi incontestablement la pose des bases de ce mariage fécond entre la pensée et l’action qui recherche le progrès, sous l’éclairage de la raison et de la science. Avec la renaissance, la parole, la pensée n’ont de valeur que quand elles s’incarnent dans des actions concrètes productrices de résultats tangibles et susceptibles d’avoir une grande utilité réelle et/ou symbolique pour le progrès. Et c’est grâce à ce lien systématiquement recherché entre la pensée, d’un côté, et les résultats de l’action que celle-ci peut engendrer de l’autre, lien qui se donnera à voir surtout dans l’effort de conceptualisation, d’organisation rationnelle pour atteindre le maximum d’efficacité dans cette relation, et donc dans l’action, que l’Europe a pu construire progressivement sa puissance militaire, fonder sa révolution industrielle et s’imposer au reste du monde qu’elle domine.  
 
En effet, entre le XVe et le XXe siècle, l’Europe avait conquis et soumis grâce à sa nouvelle puissance acquise par sa science, sa technologie, son organisation, son industrie, etc., l’Amérique, l’Asie, l’Afrique, le Moyen-Orient. Et au début du XXe siècle, près de 90 e la surface du globe était sous l’influence directe ou indirecte de l’Occident, lequel était devenu le maître incontesté du monde. Maître du monde non pas par ses idées, ses valeurs ou sa religion, comme on peut être tenté de le penser, mais maître du monde tout simplement par sa supériorité scientifique et technologique, convertie en supériorité militaire, économique et organisationnelle.  
 
2 - Retard de l’Afrique et impératif de sa renaissance  
 
En Afrique, après des mouvements sociaux de remises en cause de l’hégémonie occidentale conduits par les peuples alors soumis pour retrouver leur indépendance, c‘est aujourd’hui le tour des fils et petits-fils de ces peuples de poser les bases définitives, sur les plans scientifique, technique, technologique, organisationnel, économique, social, éthique, etc. , qui permettront de hisser leur pays au rang des pays développés ou à tout le moins émergents, et dans les délais les plus courts. Cet impératif interpelle tout le monde, dirigeants comme simples citoyens qui, chacun, au niveau où il se trouve, doit jouer pleinement et de la manière la plus responsable, la plus positive et efficace possible son rôle dans la fondation de ces bases premières sans lesquelles, comme le dit A. Wade, l’Afrique restera encore comme ‘aujourd’hui la dernière dans le peloton des continents’ , nonobstant l’abondance de ses ressources naturelles.  
 
Mais cette arriération du continent africain, qui en fait prend ses origines depuis le VIe siècle Av. J. C., quand l’Egypte qui, jusque-là, dominait le monde, perdit la face devant les Perses, et tomba ensuite sous la domination romaine, parce que considérablement affaiblie par ses guerres intestines, n’avait jamais plus cessé de progresser : la traite négrière, le colonialisme, le sous-développement ne sont que les conséquences patentes de cette régression, à laquelle il importe aujourd’hui de mettre fin, ainsi que ce que Cheikh Anta Diop appelle l’ ‘imagerie du Noir dans la littérature occidentale’ , et évidemment aussi toutes les autres niaiseries sur l’homme noir, que cette situation de régression autorise chez les Occidentaux. Chaque peuple gagne son respect auprès des autres peuples du monde par ses propres œuvres qui résultent de ses ambitions, de son ingéniosité, de son génie, etc.  
 
Les œuvres de Cheikh Anta Diop qui décrivent et analysent dans une intelligence féconde la grandeur et la décadence de l’Egypte ancienne, indiquent deux directions de pensée et d’action qui sont d’une importance capitale pour la construction d’une Afrique émergente, développée : elles permettent d’asseoir la conviction chez les Africains qu’ils ont eu une identité historique prestigieuse, ce qui peut être une source réelle de motivation, pour eux, d’aller de l’avant, dans un monde où les peuples continuent à être classés selon la grandeur supposée des actes qu’ils posent dans l’histoire ; elles indiquent également, vu le grand intérêt accordé par Cheikh Anta Diop à la science à laquelle, d’ailleurs, il a consacré toute sa vie, et le rôle primordial que la stabilité politique et le développement de la science ont joué dans la grandeur et le rayonnement de l’Egypte ancienne, quand celle-ci était une puissance mondiale respectée, que la course de l’Afrique vers son développement, vers le progrès auquel ses peuples aspirent tant, doit être essentiellement aujourd’hui une course de l’Afrique vers une démocratie consensuelle, source de stabilité politique, et vers la science, et subséquemment la maîtrise technique et technologique. Car, aujourd’hui, le seul point commun irréfutable entre tous les pays dits développés et/ou émergents du monde demeure sans conteste, non pas la ressemblance de leurs régimes politiques qui peuvent être fort différents, mais plutôt leur stabilité politique, un entreprenariat étatique ou privé performant et leur haut degré de maîtrise de la science et de la technologie dans divers domaines, dont ils tirent des applications pratiques judicieuses pour construire dans la paix sociale, le progrès social, économique, etc.  
 
Et cette capacité de maîtrise scientifique, technologique, politique, etc., que l’Afrique actuelle doit acquérir afin d’être en mesure de conduire son devenir vers le progrès, elle doit aller la chercher partout où il en est besoin, car comme le suggère Cheikh Anta Diop, ‘aucune pensée, aucune idéologie n’est par essence étrangère à l’Afrique, qui fut la terre de leur enfantement… C’est donc en toute liberté que les Africains doivent puiser dans l’héritage intellectuel commun de l’humanité, en ne se laissant guider que par les notions d’utilité, d’efficience’ . Ces propos qui sont de Cheikh Anta Diop suggèrent que la quête par les Africains du progrès et du développement de l’Afrique doit aussi passer par la quête des Africains de la maîtrise de la science, de la technologie et de tous les connaissances et savoirs d’où qu’ils viennent, pourvu qu’ils puissent aider à accélérer le processus de développement de l’Afrique. L’Europe doit sa suprématie actuelle à son ouverture au reste du monde entre le XIe et le XIVe siècle où sa culture a commencé à se développer grâce aux emprunts faits à la culture musulmane et byzantine et à leur adaptation intelligente au contexte et aux besoins occidentaux.  
 
L’éveil de l’Afrique à la science, à la technologie et à tout autre système de savoir ou de connaissance susceptible d’être pour elle un atout pour la construction de son progrès, et son engagement à en faire méthodiquement, systématiquement et avec responsabilité les principaux outils du développement auquel aspirent tant ses peuples, constituent ensemble une des conditions fondamentales de la révolution culturelle africaine, de la renaissance africaine. Renaissance dont l’esprit a été bien campée par J. Ki-Zerbo en ces termes : ‘Nous devons nous-mêmes essayer d’inventer nos modèles, nos concepts et nos stratégies d’attaque... Il nous faut faire confiance en nous face aux confiscations qui nous menacent et risquent de compromettre nos efforts’.La bataille de l’Afrique pour la renaissance africaine doit donc être aussi, par-delà la bataille qu’elle doit livrer pour conquérir la maîtrise de toutes les connaissances et de tous les savoirs, la bataille de l’Afrique contre sa propre frilosité qui la paralyse, son manque de confiance en ses propres capacités qui inhibe sa volonté, émousse sa combativité, etc. La renaissance africaine doit donc aussi être capable de créer cette ambiance mentale faite de fierté, de confiance en soi et d’esprit d’audace, sans laquelle la raison et l’ambition se heurteront très vite, quand elles veulent s’exprimer, à des limites subjectives, qui les enchaîneront et qui seront les premiers obstacles de la liberté de pensée, de l’innovation, de toute prise d’initiative.  
 
Ces limites qui sont liées le plus souvent à une profonde intériorisation par l’Africain de son infériorité supposée, généralement inculquée, ont été les plus marquantes à l’époque coloniale, où les propos qui suivent étaient couramment tenus dans les cercles coloniaux et inspiraient toute l’idéologie coloniale ambiante : les Nègres sont des primitifs …L’africain n’a pas de langue mais tout au plus des idiomes ou des dialectes ; pas d’histoire mais à la rigueur des chronologies ; pas d’art mais seulement un folklore …Il n’est pas capable de science ou de philosophie , son seul savoir étant magique ou empirique ; ni de morale puisqu’il obéit, singulièrement à celle du sexe. 
 
 
La renaissance africaine : II - Un nouveau rapport mental des Africains au devenir du continent 
 
 
Cette conscience inculquée de son infériorité, renforcée par les symboles de la puissance occidentale qui s’imposaient à lui à tout moment, avaient fini à amener l’Africain fasciné par tous les symboles de puissance de l’Occident, à renoncer même à pouvoir égaler l’homme occidental dans ses œuvres. Et Frank Fanon qui a bien compris ce mécanisme d’infériorisation de dire : ‘Aux colonies, l’infrastructure économique est également superstructure. La cause est conséquence…’6 : les œuvres du colonisateur, et toute la puissance qu’elles symbolisaient, fonctionnaient comme une idéologie de domination qui faisait douter l’Africain sur ses propres capacités. C’est alors vraisemblablement que commença, chez les Africains, à quelques exceptions près, le début d’un mimétisme ou d’un suivisme infantilisant et dégradant dans le domaine de la production de la pensée et de l’action. Ce qui est un recul fort regrettable pour l’Afrique, si l’on sait comme l’a souligné avec force Cheikh Anta Diop : ‘La plupart des idées que nous baptisons étrangères (aujourd’hui) ne sont souvent que les images brouillées, renversées, modifiées, perfectionnées des créations de nos ancêtres.’7 
Si l’Afrique des antiquités a donc occupé pendant des milliers d’années, à une époque donnée, le leadership de la créativité intellectuelle, scientifique et technologique mondiale dans tous les domaines, alors l’esprit de la renaissance africaine nous invite à renouer, pas à pas, mais avec la conviction ferme que nous pouvons y arriver, avec cette tradition séculaire de créativité perdue qui caractérisait la civilisation égypto-nubienne africaine ; civilisation qui avait étendu son influence sur toute l’Afrique et qui aura, comme le dit encore Cheikh Anta Diop, ‘joué le même rôle vis-à-vis de la culture africaine (entière) que l’Antiquité gréco-latine à l’égard de la civilisation occidentale’8, dont, il faut le dire, les bases les plus sûres de son progrès ne seront posées qu’à partir de la renaissance européenne, qui fut à la fois un retour fécondant vers un passé gréco-latin plein d’enseignements et une ouverture fructueuse aux apports d’autres peuples ; retour et apports des autres qui auront permis de créer les conditions d’un nouveau départ vers le progrès, après des siècles d’obscurantisme moyenâgeux. 
 
L’Afrique doit effectivement renaître, mais en renaissant l’Afrique doit impérativement se dépasser, en tirant du passé des leçons judicieuses et en se projetant dans un avenir de plus de lumière, qu’elle devra construire en s’ouvrant avec intelligence aux apports des autres civilisations, et surtout en élaborant sur la base de cette ouverture un projet cohérent de progrès pour elle-même à réaliser. Ce qui implique forcément qu’elle ait pu acquérir en amont, comme le dit encore Cheikh Anta Diop, ‘une nouvelle conscience de ses valeurs et… définir sa mission culturelle (nouvelle)… d’une façon objective’9. Il n’y a de renaissance véritablement pour l’Afrique que dans l’existence d’un élan collectif durable, résolument orienté vers la quête du progrès et fortement motivé par la conscience des peuples de devoir renforcer leurs forces et conquérir une place nouvelle sur la scène mondiale, et coûte que coûte. L’esprit de la renaissance, c’est donc aussi incontestablement un esprit de combat et un volontarisme affichés, en cohérence avec une vision, un projet, déjà définis qui portent et apportent un grand changement sociétal. Changement qui ne pourra s’opérer effectivement que si les peuples africains savent, comme le pense A. Wade, à juste titre, ‘regarder en face ces phénomènes (les défis du sous-développement)… leur faire front… (et) engager (leurs) potentialités spirituelles dans la bataille pour le redressement et le développement’ 0. 
 
La renaissance africaine, c’est donc aussi incontestablement un nouvel état d’esprit africain, un nouveau rapport mental des Africains aux causes réelles du sous-développement, au devenir de l’Afrique, qui exclut toute attitude tissée dans le fatalisme, le pessimisme, le manque de confiance en soi. Et c’est ici où la problématique de la renaissance africaine touche la problématique de la citoyenneté même en Afrique, et, par-delà, de la culture (qui constitue une dimension importante de la citoyenneté) en tant que système de valeurs, de normes, de conduites, d’actions orientées, etc., susceptibles de favoriser ou non le changement, le progrès.  
 
Esprit et culture de la renaissance africaine 
 
La formation d’une culture de la renaissance africaine, capable de porter et de vivifier l’esprit de la renaissance, et de faire traduire celui-ci en des comportements conséquents de tous les jours, chez tout citoyen africain, devient une nécessité absolue, à l’échelle de toute l’Afrique. Et c’est ici où la formation d’une culture de la renaissance africaine rencontre la politique, et doit se traduire dans une politique culturelle de la renaissance, qui transparaîtrait dans toutes les politiques gouvernementales sectorielles de tout pays africain, car si, pour paraphraser Léopold S. Senghor, la ‘culture est au début et la fin de tout’, elle doit alors, en conséquence, être omniprésente dans ce qui constitue l’essentialité de son esprit dans tous les domaines de la vie, aussi longtemps que les peuples y adhèrent, et sous réserve qu’elle soit au service du progrès : culture de la confiance en soi qui favorise l’engagement et la détermination ; culture de la discipline et du travail qui constitue la base première de tout progrès durable ; culture de la transparence et de la bonne gouvernance, sans laquelle l’Afrique perd sa crédibilité sur la scène internationale et fera peiner pendant longtemps ses peuples avant d’arriver au développement ; culture de la croyance en la science et en l’esprit scientifique, sans laquelle l’Afrique ne comblera jamais le gap scientifique et technologique qui la sépare de l’Occident et des pays émergents, lesquels sont dans le peloton de tête des pays les plus respectés ; culture de la créativité et de l’entrepreneuriat qui est susceptible de libérer les imaginations innovatrices et créatrices, de mobiliser les initiatives constructives et d’accélérer la course de l’Afrique vers le progrès, etc. Toutes ces dimensions de la culture de la renaissance africaine doivent être reprises et reformulées dans des orientations stratégiques, dans le programme d’action politique de l’Union africaine, afin qu’elles deviennent des orientations d’espérance et d’aspiration des peuples africains.  
 
Mais cette culture de la renaissance, qui est la culture du progrès, du travail, de la discipline, de l’espérance, etc., qui la crée ? Les peuples peuvent contribuer à sa création, tout comme leurs dirigeants, car toute culture est de sources diverses dans la formation de ses éléments constitutifs. En particulier, si les peuples peuvent être en avance sur leurs dirigeants, surtout du point de vue de la réclamation et de la conquête de droits humains fondamentaux, de l’exigence de la transparence et de la bonne gouvernance dans la gestion des affaires de l’Etat, ou encore de l’inventivité de solutions pratiques par rapport à des problèmes récurrents liés à leur vie, etc. Par contre, c’est le plus souvent les dirigeants qui se révèlent être, par leurs pensées anticipatrices et prospectives, leurs visions futuristes et mobilisatrices, leurs grandes ambitions pour leur peuple, leurs réalisations qui peuvent défier le temps, etc., en avance sur leur peuple pour toutes les grandes œuvres d’intérêt historique et/ou universel. 
 
Les peuples sont plus souvent dans le présent que dans l’avenir, tandis que les dirigeants sont, par contre, plus souvent dans le futur que dans le présent. Ce hiatus qui peut être source de tensions, voire de conflits entre les peuples et leurs dirigeants, peut être levé dans l’intérêt du progrès des peuples et du développement de leur pays, si les peuples et leurs dirigeants partagent la même logique idéologique quant à leur vision sur l’histoire et sont en situation de synergie d’actions de façon durale, ou encore quand il y a une confusion en un moment donné entre la demande sur le présent incarnée par les peuples et celle sur le futur incarnée par les dirigeants, ce qui permet de combiner dans une même réalisation utilité et grandeur, ou quand tout simplement les dirigeants ont su, forts des pouvoirs légaux dont ils disposent dans l’appareil d’Etat, ce qui donne à leurs actions une certaine légitimité institutionnelle, faire arrêter des décisions ambitieuses sur l’histoire. Quel que soit le schéma retenu, ce que ‘l’imaginaire de l’histoire’ retiendra et magnifiera toujours à travers les œuvres réalisées, c’est la grandeur et la brillance culturelle ou civilisationnelle du peuple témoin de leurs réalisations, et sans les sacrifices, l’ingéniosité et le courage desquels rien d’aussi grand n’aurait pu être possible. La tour Eiffel de Paris, les pyramides d’Egypte, les Grandes Murailles de Chine, la statue de la Liberté de New York, ou encore le Tunnel sous la Manche, le Canal de Suez, etc., qui font la fierté des peuples de maintenant des pays concernés et émerveillent une multitude de peuples du monde ne font-ils pas oublier, par leur poids culturel, social, économique, etc., actuel, et toute la symbolique nouvelle qui en résulte, toutes les polémiques, controverses soulevées, ou préjudices causés au moment de leur construction ?  
 
Les grandes œuvres parlent et entretiennent toujours un dialogue symbolique avec les peuples témoins de leur construction, ainsi qu’avec les peuples à venir. Ce dialogue, qui est évolutif, peut changer de teneur ; mais mieux encore, les œuvres, grâce à la valeur symbolique dont elles sont chargées, peuvent être ‘culturellement actives’ et influencer de façon durable le psychisme et la conscience des peuples dans des directions parfois inattendues.  
 
Ainsi, il faut le dire, même si c’est la culture (combinée à d’autres facteurs) qui produit le ou les profils d’homme(s) dominants d’un peuple, en retour celui-ci peut, par l’entremise de certains de ses représentants, être créateur de valeurs, symboles, etc., nouveaux (incarnées dans des œuvres nouvelles) qui peuvent être à la source d’une culture émergente, nouvelle, et en conséquence d’un type d’homme nouveau, dont ils vont inspirer l’action, guider la conduite. La culture crée l’homme certes, mais c’est l’homme producteur de valeurs et de symboles nouveaux qui fait évoluer la culture, pour la rendre apte à porter un nouveau type d’homme. 
 
Alors, si la statue de la renaissance africaine, qui est censée symboliser la mémoire africaine, la nouvelle conscience africaine des nouveaux défis de l’Afrique, ainsi que la nouvelle espérance africaine, est bien comprise dans son sens profond, et si ce sens devient un élément structurant de la conscience collective africaine et s’intègre dans les consciences individuelles pour se traduire dans des actions concrètes et conséquentes, tant chez le simple citoyen que chez le dirigeant, alors, une révolution mentale et culturelle aux effets bénéfiques incalculables pour l’Afrique sera bien opérée. Et cela incontestablement, en raison des transformations attitudinales durables, et favorables à la construction du progrès africain, qu’il ferait subir à chaque citoyen, et en conséquence aux conduites et comportements de ce denier et de génération en génération, pèserait des milliards de milliards, de milliards, etc., de fois plus lourds que les quelques milliards qui seraient dépensés pour l’érection de cette statue. Même si ces quelques milliards en question pèsent, bien entendu, toujours très lourds dans un pays encore très sous-développés, comme le Sénégal.  
 
Quand un peuple se refuse de voir et de comprendre les symboles de son espérance et de se laisser aspirer et inspirer par ceux-ci, pour être en mesure de penser et de construire ce à quoi renvoie cette espérance, alors ce peuple ne peut prétendre être un peuple de l’avenir ; il est exclu du cercle des peuples qui comptent, ou qui peuvent compter, parce que justement, tout simplement, ils savent se projeter dans l’avenir et se réaliser dans leur projection, quoi que cela puisse leur en coûter, car ils font vraiment corps avec leur espérance, leur rêve. Et ce rêve africain, qui doit intégrer toutes les cultures nationales, doit transcender toute considération de politique partisane : le rêve d’une Afrique de la renaissance africaine doit être pour l’Africain, en force de croyance, ce qu’est le rêve américain pour l’Américain.  
L’Afrique de la Renaissance africaine : III - Les six conditions pour gagner la bataille de la renaissance 
 
 
L’Afrique, à coup sûr, peut valablement aspirer à gagner la bataille de la renaissance africaine, si véritablement elle s’évertue à réaliser quelques conditions, dont six sont d’une importance capitale : l’Afrique doit avoir une forte croyance en la science et en la technologie et créer les conditions, non seulement d’une véritable libération de l’activité cognitive et inventive dans ces domaines en Afrique même, mais aussi d’une utilisation optimale des services de la diaspora africaine scientifique. Non seulement l’analphabétisme doit y être vaincu, notamment par l’enseignement des langues autochtones, mais aussi l’enseignement supérieur, la recherche scientifique, une politique attractive pour la diaspora scientifique, doivent y occuper, dans les politiques d’éducation et de développement, une place centrale : les universités et les écoles d’ingénieurs doivent y être multipliées, et la diaspora scientifique doit être davantage sollicitée et mise à contribution. 
L’Afrique doit arriver à un haut niveau de maîtrise scientifique et technologique. Mais pour y arriver, elle doit consentir à faire des sacrifices importants, ce qui implique forcément non pas seulement l’existence d’une volonté politique forte en ce sens, mais aussi la possibilité de mobilisation réelle de gros moyens financiers. En effet, dit Rigas Arvantis, ‘la science est un bien public et celui qui veut s’en approprier les résultats, doit s’engager dans des investissements couteux’ 1. Mais des solutions de raccourci pour résorber le déficit scientifique et technologique énorme de l’Afrique pourrait exister dans ces deux solutions préconisées par A. Wade : ‘une continentalisation de la recherche…’ et la création d’’école(s) continentale(s) pour la formation d’ingénieurs de niveau international’1 . Cette piste mérite d’être explorée à fond par les Etats, en attendant qu’ils disposent de moyens suffisants pour faire cavalier seuls dans tous les différents domaines concernés par cette mutualisation.  
 
L’Afrique de la renaissance africaine doit aussi être l’Afrique qui cultive l’esprit de partenariat interétatique dans le domaine de la recherche de solution pour l’acquisition d’un haut niveau de maîtrise scientifique et technologique ; elle doit aussi être l’Afrique qui cultive le mérite scientifique, l’innovation technique et technologique, la recherche-développement. 
 
L’Afrique doit voir une préférence africaine affirmée dans le choix des experts de haut niveau, ainsi que des grandes entreprises, à qui devraient être confiés (exclusivement ou en association avec des homologues étrangers) les grands chantiers infrastructurels, économiques, etc., de la construction africaine. Car c’est par ce biais que ces experts et chefs d’entreprise africains pourront non seulement avoir le sentiment de contribuer à l’essor de l’Afrique, mais aussi l’occasion d’affermir leurs capacités, de développer leurs expériences africaines, ce qui ne peut qu’être très favorable à l’intégration africaine.  
 
Mais l’Afrique doit également créer sur son sol les conditions qui la rendent attractive pour les investisseurs étrangers, car l’essor économique de l’Afrique, qui est un continent encore économiquement très faible, aura besoin, pour ce faire, du concours des investisseurs étrangers. Ainsi, l’Afrique de la renaissance africaine doit-elle aussi être l’Afrique des grands chantiers d’Etat, impliquant des grands ingénieurs, architectes africains, ainsi qu’une Afrique attractive pour les investisseurs étrangers. etc.  
 
L’Afrique doit, en toute autonomie et en connaissance de cause de ses intérêts propres, s’inventer un avenir, à travers une vision éclairée et ambitieuse de son devenir. Etant le carrefour de plusieurs influences civilisationnelles différentes (africaine, arabo-berbère, occidentale, sino-asiatique) et le continent qui regorge le plus de ressources naturelles rares, l’Afrique doit avoir un projet pour elle-même susceptible de prendre en compte et d’intégrer les apports civilisationnels différents, ainsi que de tirer profit de toutes les opportunités que sa situation de grenier mondial des ressources naturelles rares permet. Mais il reste évident que pour y arriver, l’Afrique doit prendre conscience d’elle-même, demeurer ambitieuse pour elle-même, et s’armer en conséquence pour devenir le seul maître de son changement, etc. ; changement qu’elle doit opérer, dans un esprit volontariste, mais avec intelligence et en tenant toujours en considération l’intérêt des peuples. L’Afrique de la renaissance africaine doit aussi être l’Afrique qui sait ce qu’elle veut, qui est ambitieuse dans ce qu’elle veut, et qui est véritablement maîtresse de son destin.  
 
L’Afrique doit connaître la stabilité politique, vaincre la pauvreté et instaurer avec intelligence la meilleure forme de démocratie qui soit la plus en adéquation possible avec, d’une part, ses exigences d’un développement endogène rapide et durable et, d’autre part, ses particularités socioculturelles. Joseph Ki Zerbo qui invite à aller dans le même sens, exhorte les Africains en ces termes : ‘Il n’est pas trop tard pour inventer un modèle de gestion politique qui serait un hybride à haut rendement social. Au lieu de la société double et pleine de duplicité actuelle où l’huile de la ‘modernisation’ flotte sur l’eau de ‘la tradition’ sans intégration réelle, sinon marginale, il importe de rassembler les éléments d’un projet de société pour l’Afrique dans le cadre d’un développement planétaire revu et corrigé’1. Il s’agit là, sans conteste, d’un appel au génie et à l’inventivité politique africains, lesquels doivent s’exprimer en prenant en considération la double exigence de la préservation de la paix et de l’unité, mais dans la démocratie ; du progrès et du développement rapide de l’Afrique, mais dans la durabilité. En fait, si l’Afrique a été forcée, par l’histoire, de devenir une grande consommatrice de civilisations étrangères, elle doit aujourd’hui s’efforcer, après les avoir assimilées et bien intégrées, d’en tirer profit au maximum, en augmentant notamment ses potentialités et capacités inventives dans tous les domaines, y compris celui de la politique, afin de trouver les formules démocratiques les plus en adéquation avec cet impératif de développement qu’elle veut construire rapidement, et sous les contraintes existantes. 
 
L’Afrique de la renaissance africaine doit aussi être l’Afrique qui rejette le mimétisme béat des modèles politiques occidentaux et qui doit toujours rechercher la meilleure formule politique pour accéder rapidement au développement, dans la paix et la démocratie.  
 
La renaissance africaine, qui est un instrument d’accélération du processus du développement de l’Afrique, doit aussi être une véritable révolution dans l’éthique de la gouvernance à tous les niveaux, car ce n’est qu’ainsi qu’elle peut être en cohérence avec l’esprit qui la gouverne : comment l’Afrique peut-elle atteindre rapidement le progrès et vaincre la pauvreté, si elle gouverne mal ses affaires ? Comment l’Afrique peut-elle avoir une crédibilité honorable sur la scène internationale et être attractive pour les investisseurs, si elle devient le continent le plus indexé à cause de sa mal gouvernance ?  
 
L’Afrique de la renaissance africaine doit aussi être l’Afrique qui cultive toutes les bonnes vertus en matière de gouvernance, et à tous les niveaux ; mais aussi, cette Afrique doit être l’Afrique d’un haut civisme citoyen. 
 
L’esprit de la renaissance, et de la renaissance africaine en particulier, doit faire l’objet d’une définition plus approfondie. En particulier, des critères mobilisateurs, mais exempts de tout caractère partisan, puisque scientifiquement étayés et ne servant que l’intérêt de l’Afrique doivent être mis en exergue et en cohérence, et consignés dans une charte, la Charte de la renaissance africaine. Cette charte définie sous l’égide de l’Union africaine et diffusée à l’échelle de tous les peuples, doit faire l’objet d’un partage et d’une adhésion intrinsèque de ces peuples, ce qui implique que ces derniers y soient sensibilisés avec intelligence, conformément à une politique culturelle conséquente déjà définie en rapport avec cette charte. (Fin) 
 
Professeur Abdoulaye NIANG Sociologue Université Gaston Berger de Saint-Louis Email : pniangabdou@yahoo.fr Tel: +221775389191 
 
Nb : Le titre est de la rédaction. A lire depuis Walf n° 5300 du jeudi 19 novembre 2009.  
 
Références bibliographiques 
 
11 - Rigas Arvantis, La science pour le développement est-elle une science publique ?, In ‘Les sciences au Sud, état et lieux’, Série : les sciences hors d’Occident au XXème siècle, Vol .6, p.174, Paris Ortom, 1996. 
 
12 - Abdoulaye Wade, Un destin pour l’Afrique, L’avenir d’un continent, Paris, Michel Lafon, 2005, p 205  
 
13/ J. Ki-Zerbo, La natte des autres, pour un développement endogène en Afrique, Paris, Karthala, 1992, p. 58.  
 
 
Professeur Abdoulaye NIANG Sociologue Université Gaston Berger de Saint-Louis Email : pniangabdou@yahoo.fr Tel : 221775389191 
 
NB : Le titre est de la rédaction. 
 
Références bibliographiques 
 
6 - Frank Fanon, Les damnés de la terre, Paris, Ed Maspero, 1972, p.9 
 
7 - Cf. Cheikh Anta Diop, Civilisation ou barbarie, Paris, Présence Africaine, 1981, p.13 
 
8 - Cheikh Anta Diop, Ibidem , p.275 
 
9 - Cheikh Anta Diop, L’unité culturelle de l’Afrique noire Paris, Présence Africaine, 1959, p.10  
 
10/ Abdoulaye Wade, Un destin pour l’Afrique, L’avenir d’un continent, Paris, Michel Lafon, 2005, pp.23-24  

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 21.11.2009
- Déjà 5114 visites sur ce site!