ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

encore Karim

Abdoulaye Wade : ‘'la définition que donne la communauté internationale de la pauvreté est un trompe-l'œil'' 
22 Janvier 2008 16:00 heure de Dakar 
 
(APS) - Le président Abdoulaye Wade a dénoncé, mardi à Dakar, l'idée que les Nations unies se font de la pauvreté, estimant que ce fléau ne peut seulement se mesurer par le nombre de dollars que détient journellement un individu.  
‘'La définition que donne la communauté internationale de la pauvreté, moins d'un dollar par jour (et par personne), est un trompe-l'œil. Les OMD (Objectifs du millénaire pour le développement) ne me satisfont parce qu'ils ne comprennent pas l'exigence d'un environnement sain par exemple'', a affirmé le président Wade.  
 
Il présidait la cérémonie d'ouverture d'une réunion de la Banque islamique de développement (BID), qui se poursuit jusqu'à mercredi.  
 
Selon les organisations financières internationales, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international notamment, une personne est considérée comme pauvre lorsqu'elle vit avec moins d'un dollar par jour.  
 
Il faut ‘'que la communauté internationale change sa conception de la pauvreté'' par la prise en compte d'une ''série de besoins fondamentaux de l'homme''.  
 
‘'La pauvreté, c'est un manque de soins de santé primaires, c'est l'analphabétisme, un manque d'eau potable...'', a-t-il cité entre autres signes.  
 
‘'Nous passons toujours à côté de l'essentiel. Qu'il s'agisse de la Banque mondiale, de vous (responsables de la BID'', a conclu M. Wade.  
Les ‘'performances insuffisantes'' de l'Afrique subsaharienne ne lui permettent pas d'atteindre les OMD, selon la BID  
22 Janvier 2008 15:45 heure de Dakar 
 
(APS) - Les performances réalisées par les pays d'Afrique subsaharienne sont ‘'insuffisantes'' pour leur permettre d'atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD), estime la Banque islamique de développement (BID). 
‘'Les performances économiques des pays d'Afrique subsaharienne sont insuffisantes pour leur permettre d'atteindre, à l'horizon 2015, les OMD'', indique la BID dans un communiqué remis mardi à la presse à l'ouverture d'une réunion de la BID destinée à examiner un programme spécial de développement à l'intention de ses 22 membres du continent.  
 
‘'Alors que la plupart des régions du monde sont en bonne voie en ce qui concerne la réalisation des OMD, les pays d'Afrique subsaharienne ont peu progressé dans ce sens'', constate la BID qui fédère 27 pays.  
 
‘'Une attention particulière doit être donc accordée à ces pays en accord avec l'esprit de solidarité islamique'', préconise-t-elle.  
 
Le président Abdoulaye Wade, qui présidait la cérémonie d'ouverture de cette rencontre qui prend fin mercredi, partage cet avis.  
 
‘'Très peu de pays pourraient atteindre ces objectifs dans les délais fixés. Il n'y a pas d'amélioration significative de la pauvreté dans les pays d'Afrique subsaharienne'', a soutenu M. Wade.  
 
Les OMD ont été identifiés en 2000 par les Nations unies et doivent être atteints par les pays membres au plus tard en 2015. Y figurent la réduction de moitié de la pauvreté et de l'analphabétisme.  
 
PROJET D’UNE BANQUE POPULAIRE DE SOLIDARITE 
Pour « éradiquer » la pauvreté 
Par Mamadou Lamine DIEYE | SUD QUOTIDIEN | lundi 21 janvier 20 
 
La « Daahira Al Ouma » (La Nation) était samedi dernier à Rufisque dans le cadre de la mise en place de ses cellules locales, entamée depuis huit mois sur l’ensemble du territoire national, en prélude à la tenue de sa première Assemblée générale prévue le 16 février prochain. Le premier responsable moral du bureau du comité d’initiative de l’organisation, Dr Imam Mouhamadou Bamba Sall, en a profité pour jeter les bases du projet de création de la « Banque populaire Al Ouma ». 
Ce projet sera créé par et pour les 6 millions d’adhérents visés durant les cinq prochaines années, avec « un capital de départ, sur cotisation des divers membres, d’au moins 15 milliards Fcfa ». Aussi, à l’opposé des banques classiques et des systèmes financiers décentralisés existant à l’heure actuelle et « qui ont montré leur impertinence et leurs limites pour éradiquer la pauvreté », « Al Ouma Bank », une sorte de banque des pauvres, cible prioritairement les personnes vulnérables, mais aussi les étudiants, les ouvriers, « en leur octroyant des prêts sans intérêts », selon le premier responsable moral du bureau du comité d’initiative de l’association « Daahira Al Ouma ». 
Celui-ci s’exprimait samedi dernier à Rufisque, dans le cadre de la mise en place des cellules locales entamée depuis huit mois sur l’ensemble du territoire national en prélude à la tenue de sa première assemblée générale prévue le 16 février prochain. 
À l’en croire, Al Ouma est « un démembrement de l’Apec, association qui a obtenu son récépissé depuis 1987 ». Pour éclairer la lanterne du nombreux public qui a répondu en masse à son invitation pour les besoins de la mise en place de la Cellule de Rufisque, il a estimé que Al Ouma trouve toute sa particularité dans le fait qu’ « elle n’est pas une association encore moins d’obédience islamique ». Autrement dit, elle se veut plutôt « une Daahira ouverte à tout sénégalais sans distinction de religion, d’ethnie, de sexe, de catégorie socioprofessionnelle ou d’appartenance politique ». Aussi, sa création se justifie pour la bonne et simple raison qu’au Sénégal, « il y a plus de 3000 associations qui ont été créées dont les associations islamiques qui ont englouti à perte plus de 300 milliards F Cfa », dira le Dr Bamba Sall. Et tant qu’elles sont, « elles n’ont eu aucun impact sur l’Islam encore moins sur la réduction de la pauvreté des personnes défavorisées », a - t-il poursuivi 
Aussi, pour avoir étudié pendant une trentaine d’années les programmes en matière de solidarité nationale et de lutte contre la pauvreté, mis en œuvre et réussis dans des pays comme la Tunisie, le Pakistan, l’Indonésie, l’Amérique latine… « qui sont parvenus à éradiquer la pauvreté chez eux », l’Imam Sall s’est inspiré de toutes ces expériences en les adaptant au contexte sénégalais. Il se dit persuadé que « c’est possible d’en faire autant au Sénégal ». 
Aussi, à la date du 19 janvier 2008, Al Ouma revendique « l’adhésion de 518 mille membres composés de sommités intellectuelles, des notabilités religieuses (musulmans, chrétiens, athées), coutumières et politiques mais aussi des sénégalais hommes et femmes de toutes conditions sociales et professionnelles », a soutenu l’Imam Fall. Et l’assemblée générale de la « Daahira », qui aura lieu le 16 février 2008, devrait consacrer le lancement officiel des activités d’Al Ouma « pour non pas lutter contre la pauvreté mais la vaincre définitivement au Sénégal », a conclu Dr. Sall. 
NÉGOCIATIONS TRIPARTITES 
De quatre, les points à discuter sont passés à huit 
Par Mamadou Lamine DIEYE | SUD QUOTIDIEN | vendredi 18 janvier 2008  
 
Les quatre points qui devaient faire l’objet de discussions des négociations tripartites et qui étaient retenus par les parties lors rencontres tripartites des 4 et 8 janvier 2007 qui se sont tenues à la Primature ont évolué à huit points. Ainsi, le travail des commissions techniques mises en place à cet effet en vue d’examiner les possibilités ou pas d’accéder à la demande des travailleurs, en tenant compte d’un ensemble de paramètres pouvant avoir un impact sur l’amélioration de leur pouvoir d’achat, devient de plus en plus difficile. 
Du fait du contexte difficile dans lequel baignent les entreprises, mais aussi de l’impatience des travailleurs représentés par 18 centrales syndicales de voir leur sort amélioré, les commissions techniques mises en place dans le cadre des négociations tripartites Etat-Patronat-Syndicats ont du pain sur la planche. Compte tenu des intérêts divergents entre employeurs et travailleurs et du temps insuffisant (elles doivent rendre leurs conclusions le 30 janvier 2008), un retour à la case départ n’est pas à écarter. Rien que la situation des denrées de premières nécessité ne concerne pas moins de quinze produits. Si l’on y ajoute tous les éléments qui constituent l’environnement des ménages en général et le panier de la ménagère en particulier, alors la coupe déborde. 
Les points sur lesquels les commissions doivent se pencher qui sont également passées de quatre à huit, ont corsé les choses. Elles concernent entre autres l’amélioration du pouvoir d’achat, la protection sociale, l’augmentation des salaires, la révision de la convention collective interprofessionnelle et loi sur la presse. 
S’y ajoute la relance des entreprises en difficultés, le règlement des droits des travailleurs des entreprises liquidées ou en liquidation et enfin la baisse des loyers. Et même si cet ordre a été remanié pour permettre de regrouper sous la thématique de la baisse des denrées et-où de l’amélioration du pouvoir d’achat, les modalités proposées par les travailleurs, les discussions ne seront pas tout aise pour trouver des solutions consensuelles. Il convient de rappeler que ces modalités sus mentionnées sont constituées par la baisse de la fiscalité sur les salaires, la baisse des denrées de première nécessité, celle des services et des loyers. 
En ce qui concerne l’augmentation généralisée des salaires, ou pour le moins la partie réservée à l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs, elle sera examinée après le calendrier de discussions établi. Celui-ci établi doit s’achever le 30 janvier 2008. En tout cas, c’était de cela dont les parties aux négociations étaient convenues d’un commun accord le 8 janvier dernier après la rencontre qui s’est tenue à la Primature, comme consigné du reste dans le protocole d’accord. 
RÉGIMES DE RETRAITE DE L’IPRES 
Les limites usées du système de la répartition 
Par Bakary DABO | SUD QUOTIDIEN | jeudi 17 janvier 2008  
 
La recherche d’une retraite décente semble ne pas être sur la bonne voix pour répondre aux attentes des assurés. A l’image du système de la répartition qui régit l’Institut de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres), et qui, au vue de certains acteurs, « a atteint réellement ses limites ». 
La journée de réflexion que la Fédération sénégalaise des sociétés d’assurance (Fssa) a tenu ce mercredi 16 janvier à Dakar autour de « La problématique de la retraite au Sénégal », a permis de soulever les difficultés qui caractérisent le système de retraite au Sénégal. Exposant sur « Le système de retraite à l’Ipres », Papa Babou Ndiaye, responsable des études et ex directeur technique de l’Ipres (Institut de prévoyance retraite du Sénégal), a conclu que « le système de la répartition a atteint réellement ses limites dans la recherche d’une retraite décente au regard d’un financement qui ne tue pas les entreprises ». 
Cette situation se caractérise par un ensemble de facteurs dont le niveau de la pension de retraite qui est jugé largement insignifiant par rapport au salaire. Papa Babou Ndiaye avance que l’objectif qui était de 50% en 1958 et qui était respecté jusqu’en 1972, correspondait à un taux d’annuité de 1,33% (garantie réglementaire). À l’en croire, « aujourd’hui ce taux d’annuité est égal à 0,98%, soit une réduction de 26% ». Une réduction qui, d’après lui, « est due à la baisse du taux contractuel d’un point et de la variation dans le temps des pensions moins élevée que celle des salaires ». Ainsi, a-t-il ajouté, au terme de 30 années de services, le travailleur reçoit 29% ; soit un peu plus d’un quart de son salaire soumis à cotisation, donc moins du quart si son salaire dépasse le plafond. Pour l’ex directeur technique de l’Ipres, l’existence du plafond et la faiblesse des pensions avait déjà poussé les cadres vers les années 1970 à réclamer une couverture retraite complémentaire. Il a rappelé que « le régime complémentaire né en 1973 apporte un taux d’annuité de 0,6%, ce qui correspond à une retraite complémentaire de 18% du salaire soumis à cotisation pour 30 années de cotisations ». 
Pour rappel, l’Ipres gère deux régimes de retraite notamment le Régime général de retraite au profit des travailleurs du privé et des agents non fonctionnaires de l’Etat et celui complémentaire des cadres au profit des travailleurs cadres des deux secteurs susvisés. 
Par ailleurs, le constat est que la retraite reste encore faible par rapport aux attentes des assurés et par rapport à une retraite décente. Ainsi, ce round de la situation amène le secrétaire général de Fssa, Vadiourou Diallo, a se poser la question de savoir : « Qui n’a pas connu dans son entourage, une personne qui, à la fin de sa vie professionnelle, a vu son standing de vie immédiatement se dégrader du seul fait de son passage de l’état de salarié à celui de retraité ». 
Selon Papa Babou Ndiaye, c’est cette raison combinée à la recherche d’une retraite décente que l’Etat veut instituer des fonds de pensions gérés par la capitalisation. Sur la même lancée, le directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des finances, Mme Néné Mboup Dieng, rappelle que l’Etat a initié un vaste programme de réformes pour répondre aux exigences d’établir un système de retraite sûr. Pour le secrétaire général de la Fssa, Vadiourou Diallo, les changements paramétriques survenus ne sont pas suffisants. « Les prestations des caisses obligatoires de retraite, malgré les réformes paramétriques déjà effectuées, restent insuffisantes. Le taux de remplacement moyen se situe encore autour de 33 % d’où une baisse de 66 % du pouvoir d’achat de l’ex travailleur ». A son avis, la nécessité de compléter les rentes servies par les caisses publiques, ne fait de doute dans l’esprit d’aucun sénégalais. 
Ainsi, il dit être persuadé que les solutions à apporter face à ce problème « passeront nécessairement par une coexistence harmonieuse entre le système de retraite par répartition qui symbolise la solidarité intergénérationnelle entre travailleurs et retraités et le système de retraite par capitalisation qui fait à l’effort individuel d’épargne, sans lequel aucune économie ne saurait se développer ». 
DISTINCTION - Nominé Jeune leader mondial : Karim Wade dans le népotisme concret 
Le président du Conseil de surveillance de l’Anoci voit sa distinction par le Forum de Davos comme un moyen d’élargir la «Génération du concret». Alors que ses mérites personnels sont encore à chercher.  
«Je dédie cette distinction à la jeunesse sénégalaise, particulièrement à celle qui n’est pas encore dans le concret.» Tel a été le commentaire de Karim Wade, hier, en marge de la signature de la convention de développement de la Zone économique spéciale intégrée de Dakar (Disez) sur la distinction qui lui a été faite par le forum économique mondial de Davos. Le président du Conseil de surveillance de l’Anoci déclare avoir été informé de cette distinction vendredi dernier. «Mais», ajoutera-t-il, «la chose elle-même avait été décidée il y a déjà quelques mois». Pour d’autres informations sur la question, on sera obligé de se tourner vers la dépêche d’agence, qui a été reprise hier dans certains journaux, et qui avait communiqué la nouvelle.  
Il y est dit que ce sont ses compétences professionnelles qui ont valu à Karim Wade d’être nommé «Jeune leader mondial 2008». Citant une «source proche du comité de sélection», mais qui, néanmoins, «a préféré garder l’anonymat», la dépêche déclare : «La distinction de M. Karim Wade est une reconnaissance à son expérience, ses réalisations professionnelles, son engagement à l’égard de la société et sa capacité à contribuer au devenir du monde à travers un leadership éclairé.» De par cette distinction, Karim Wade rejoint, pour cinq ans, un groupe de 200 à 300 personnes âgées de moins de 40 ans, issus de domaines et de spécialités diverses, mais «avec des opportunités hautement visibles pour pouvoir intervenir de façon significative sur les affaires du monde et changer l’agenda mondial», et qui pourront profiter du «réseau multidimensionnel et global» qu’ils intègrent, afin de «promouvoir la richesse et la paix à travers le monde». L’autre élément de distinction de ces jeunes leaders, est qu’ils se seraient distingués à travers le monde.  
On ne peut manquer, dans cette affaire, de relever certaines petites, disons, bizarreries. D’abord, certains des très proches collaborateurs de M. Wade fils, contactés avant-hier pour en savoir un peu plus sur la distinction de leur mentor, ont avoué ne pas être en mesure d’en dire plus que ce que déclarait la dépêche d’agence. L’un d’eux nous a même déclaré ingénument que lui aussi, il avait appris la nouvelle à travers cette agence de presse. Et la dépêche d’agence cite comme source de l’information, une personne souhaitant conserver l’anonymat. Pour une information qui devrait faire la fierté de «toute la jeunesse sénégalaise, particulièrement celle qui n’est pas encore dans le concret», comme dit le récipiendaire, quel besoin y a-t-il à s’en cacher ? L’autre étrangeté dans cette affaire, c’est l’organisme qui a accordé cette distinction à Karim Wade. Il est dirigé par une personne réputée très proche de lui, M. Richard Attias, de Publicis. Ce rival heureux du président français, Nicolas Sarkozy, est en effet chargé d’organiser annuellement la grande messe de Davos, où se retrouvent certaines sommités du monde politique et économique, et dont le Président Wade est l’un des hôtes les plus fidèles, depuis qu’il est à la tête de l’Etat. Or, le même Attias a obtenu le marché de l’organisation de la Conférence de l’Oci à Dakar. Et l’on a également appris dernièrement, que le Chef de l’Etat voulait accorder à sa structure, l’organisation du Festival mondial des arts nègres (Voir Le Quotidien n°1509 du 17 janvier 2008).  
Tout cela pousse à se demander le niveau de sérieux de cette «distinction». Pour prendre au mot le fils du Président, qu’est-ce qu’il y a de concret dans les mérites qu’on lui attribue ? Nulle part, on n’a encore jamais vu Karim Wade faire étalage de talents de manager dans ce pays. La seule chose qu’il a eu à diriger, c’est l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (Anoci). A cela s’ajoute, on l’a appris hier, le comité de pilotage du projet de zone économique spéciale intégrée de Dakar. Hors de ce cadre, Karim Wade n’a jamais encore, à notre connaissance, monté une entreprise, ni dirigé une structure où ses capacités de manager ont été établies. Ses collaborateurs et lui se vantent toujours de ce que l’Anoci ne gère pas d’argent, même dans le cadre des travaux d’infrastructures dont elle a la charge. Et même pour ce qui est de la gestion ordinaire, c’est plutôt le directeur exécutif qui est le véritable patron de la boîte, qui en gère le quotidien. Et à cette «station» d’ailleurs, le bilan est loin d’être élogieux. L’Anoci avait démarré en fanfare ses activités, en déclarant pouvoir achever toutes les infrastructures qui lui avaient été confiées pour le Sommet de Dakar. Il n’a pas fallu bien longtemps au président de la République et à son fils, après avoir obtenu le report de ce sommet à cause de leur impréparation, pour avouer piteusement, que ni les routes à refaire, ni les hôtels à construire, n’allaient être prêts pour la rencontre de mars 2008 à Dakar. Et cela, malgré des milliards de nos francs qui y ont été engagés.  
Dès lors, Le Quotidien, comme ces nombreux jeunes Sénégalais qui ne sont pas encore dans le concert, aimerait qu’on le rassure. Si Karim Wade n’avait pas été fils de président, et plus proche conseiller de ce dernier, aurait-il été primé par le forum économique de Davos ? Cette distinction, que beaucoup contestent déjà, n’est-elle pas juste un manteau de plus que l’on veut tailler à M. Wade le fils, pour lui préparer un avenir… concret ?  
Mohamed GUEYE  
Le système de santé sénégalais à l’épreuve des ‘consultations gratuites’ 
 
 
L’histoire de la progression de la santé montre qu’un problème est à peine résolu qu’un autre se pose. La cible de ce fait d’une meilleure santé pour tous ne cesse d’évoluer. Les demandes et les pressions qui s’exercent ainsi sur les responsables que nous sommes, de même que les attentes des populations sont plus grandes qu’auparavant. La question centrale reste aujourd’hui le paradoxe d’un champ potentiel théoriquement infini offert à la médecine technique et le petit nombre de situations réelles qui en bénéficient. Toute pratique médicale étant indissociable des réponses qu’elle doit fournir, ces évolutions ont entraîné, au cours des dernières années, des difficultés qui remettent aujourd’hui en question les modalités actuelles d’exercice de la médecine et ébranlent parfois sa légitimité. Si des avancées significatives en termes de couverture sanitaire ont été enregistrées lors de cette dernière décennie dans notre pays, force est de constater qu’il n’existe pas encore une adéquation parfaite entre la charge en soins occasionnée par la maladie et la capacité de prise en charge de nos structures de santé.  
Par ailleurs, les nombreuses critiques qui sont adressées au corps médical, même si elles ne portent pas souvent sur leurs compétences cliniques, concernent cependant des aspects importants, comme ceux relatifs aux lacunes dans l’aptitude élémentaire à la prise en charge des malades en tant qu’êtres humains, la mauvaise communication, l’absence d’amabilité, le manque de délicatesse, bref, de tous les aspects d’une bonne relation interpersonnelle que la société est en droit d’exiger de ses prestataires de soins. Tout ceci explique, en partie, qu’une frange importante de la population sénégalaise soit justement méfiante à l’égard des réponses institutionnelles, et ceci que ce soit dans le champ du sanitaire, du social, de l’insertion par l’économique. Leur approche exige donc des stratégies qui permettent le temps de lever la récusation, et d’instaurer une rencontre relationnelle humaine positive qui les sorte de cette situation négative. Alors que les jeunes médecins après huit années d'études et plusieurs stages dans des structures de santé, attendaient prestige et reconnaissance, ils se retrouvent souvent isolés dans ce nouvel espace médical qui se caractérise comme dans la majorité des pays sous-développés, par l’insuffisance des moyens techniques et thérapeutiques, et frustrés de ne pas pouvoir construire une relation thérapeutique selon la stricte logique médicale. Ces médecins se trouvent alors constamment piégés dans leur confrontation avec la réalité du champ socio-sanitaire. De ce fait, si le métier de médecin est caractérisé par un savoir scientifique qui se veut universel, les médecins sont aussi forcément des acteurs sociaux qui participent à la définition du sens et de la fonction de leur profession sous l'effet de l'espace social, économique, politique qui la sous-tend. Comme le dit si bien Simon Darioli, ‘la pratique médicale ne saurait être dissociée du temps et de la culture dans lesquels elle s’inscrit’.  
Dans un contexte où le monde des soins se révèle tout particulièrement perméable aux mutations, entraînant innovations et interrogations, il est plus que jamais nécessaire de s’interroger sur ce que pourrait être un système de santé sénégalais convenable comme objet d’une offensive démocratique. Comment devons-nous faire pour que notre politique sanitaire soit scientifiquement fondée, génératrice de soins de qualité et plus d’équité, acceptable pour le public et politiquement réaliste, sans non plus céder à la naïveté innovante ?  
Confrontée depuis des années aux pressions de l’Etat gestionnaire et à l’insatiable appétit de bien-être des citoyens modernes, la santé publique sénégalaise misa sur trois stratégies complémentaires : (1) - une orientation stratégique très forte de prévention, le but principal étant de contribuer à l’élaboration de politiques favorisant la promotion de la santé et mettant l’accent sur les relations réciproques entre population, environnement, mode de vie et santé ; (2) - l’accessibilité des soins de qualité par des investissements massifs dans les infrastructures et dans les ressources humaines ; (3) - l’encouragement de modifications organisationnelles et institutionnelles qui vont dans le sens d’une meilleure accessibilité des soins pour tous. C’est cet appel pressant à la solidarité et à la responsabilité citoyenne qui générera des enjeux éthiques qui sont, par nature, différents de ceux soulevés par les interventions traditionnelles. Toutes les évolutions constatées dans le domaine de la santé ont, de ce fait, transformé la logique de l’offre et de la demande des soins en ce qui concerne leur organisation et leur distribution, et fait apparaître de nouveaux acteurs qui légitiment et contrôlent ces transformations.  
La montée en puissance d’organisations voulant s’investir dans la santé constitue une des données marquantes de ces dix dernières années. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on englobe spontanément ce type d’actions dans une catégorie globale aux contours assez flous : ‘les consultations gratuites’. Véritables phénomènes de société, elles ont d’abord été l’objet d’un engouement incontestable versant parfois dans une apologétique sans nuances ; la tendance a commencé à s’inverser et la mode est plutôt à la critique. S'interroger sur le sens des ‘consultations gratuites’ est devenu aujourd’hui une nécessité. Soutenue depuis plusieurs années par une vague impressionnante de l'opinion publique, mobilisant d'innombrables concours, bénéficiant de capitaux parfois importants, jouissant d'une image médiatique très favorable, les ‘consultations gratuites’ se sont imposées comme une des rares valeurs positives et largement consensuelles de notre époque désenchantée. Se poser des questions sur le sens de leur engagement, sur leurs origines, c’est s’interroger aussi sur leurs pratiques, leurs actions, leurs cadres d’analyses. Il s’agit aussi de se pencher sur les enjeux liés aux actions de solidarité et faire surgir l’implicite qui guide la mobilisation, rendre explicite ce qui n’a pas encore fait l’objet d’un regard sur les acteurs, ou qui a pu être enfoui par une longue activité associative. Ces enjeux font irruption dans le champ de la santé, alors même que ce champ est traversé par une logique sans précédent de rationalisation administrative et économique de l’offre de soins. Nous chercherons à travers l’analyse critique ou le témoignage lié à des cas particuliers, à mieux cerner ce phénomène afin d’en dégager la signification profonde, les points forts et les limites, ainsi que les tendances à l’aube du troisième millénaire.  
D’emblée, il faut dire que, bien souvent, l’action des associations est remarquable et apporte sur le terrain des réponses à des situations de déficit de soins, et interviennent là où l’Etat ne peut pas toujours le faire. Elles établissent un lien précieux auprès des populations et améliorent souvent leur état de santé. Elles posent également la question des valeurs-étalons qui structurent l’agenda national. D'une certaine façon, il y a ‘évidence’ des consultations gratuites et cette évidence est naïve comme de bons esprits peuvent le croire. Trop de précautions et de distinguos pourraient bien s'avérer démobilisateurs, nous rendant sourds à l'appel des patients. Un premier angle d'analyse pourrait être la relecture du serment d'Hippocrate et la reprise en compte des valeurs de la médecine classique. On retrouverait la probité, le désintéressement, la compétence, le dévouement, le respect du patient, valeurs estimables qui n'ont évidemment rien perdu de leur pertinence. Ces dernières s'inscrivent dans le cadre classique du colloque singulier qui se développe entre le médecin et son patient, entre une conscience et une confiance, alors que les questions que soulèvent aujourd'hui les consultations gratuites sont d'ordre collectif et revêtent donc, inévitablement, une portée politique. On peut affirmer sans se tromper, que la préoccupation des professionnels de réintroduire de l’humanité et de la sollicitude là où, dans les modèles classiques et dans leur formation professionnelle, la neutralité affective et la maladie-objet dominaient, n’est-il sûrement pas sans rapport avec le fait de vouloir participer à la transformation volontariste de la société par la lutte contre les maladies ?  
Dans tous les cas, si les fondements du corpus hippocratique sont intemporels, la plupart des médecins sénégalais essaient de trouver aujourd’hui la capacité à reformuler les idées qui y sont contenues, de façon à refléter la vision, la clarté conceptuelle permettant de se doter de moyens de répondre aux attentes des populations de notre pays, et finalement de relever les défis de demain. Il faudra donc les faire coexister avec d’autres que l’on s’évertuera à renforcer dans leurs potentialités positives, c'est-à-dire contextualisées et imprégnées de la culture. Il s'agira, en fait, d'articuler à des valeurs éprouvées, une éthique de l'intervention à une plus grande échelle qui, en dépit du contexte politique dans lequel elle s'inscrit, conserve sa justesse éthique, justesse qui ne se contente cependant pas de projeter en ‘grand’ ce que la pratique individualiste réalise en ‘petit’. Cette lecture minutieuse de leur métier montre aussi des sujets sociaux qui, au final, passent beaucoup de temps à redonner un sens à leur fonction, à négocier l’étendue de leur légitimité, leur position sociale et leur statut.  
Les ‘consultations gratuites’ se situent, à n’en pas douter, dans la filiation de la charité, sentiment individuel constitutif du lien social. Elles sont le fait souvent d’associations caritatives et répondent en partie à la carence sociétale, où en général chacun se soigne pour soi hors du souci de l'autre. Son succès même pose le problème d’une médecine ‘deshumanisée’. Son institutionnalisation progressive et sa prise en main par les associations relève aussi d’une nécessité sociale, liée aux progrès de l’hygiène et de la santé. Elles renvoient au caractère inconditionnel de l'exigence éthique dont se font écho l'élan de compassion qui porte spontanément et sans discussion à soulager la souffrance d'autrui. On est ainsi passé en quelque sorte d’un devoir moral inhérent au fort intérieur de chaque être à une responsabilité sociale d’organisation du vivre ensemble, incombant à l’Etat de droit.  
Il faut savoir qu’au centre de toute relation sociale entre des individus, ou entre des groupes, des collectivités, il y a la relation d’altérité fondant le Eux et le Nous et qui recèle en elle-même un enjeu éthique dont ne peuvent s’abstraire les interventions sanitaires. Dans les sociétés pluralistes comme la société sénégalaise, les questions d’altérité culturelles ne peuvent être banalisées car dans l’intervention, elles sont toujours étroitement liées à l’équité, à l’égalité et aux droits, soit l’exercice même de la citoyenneté. Ce point est essentiel pour toute réflexion sur les consultations gratuites, car il dégage une solidarité entre bénéficiaires et dispensateurs de l'aide et c'est, en définitive, de leur commune humanité qu'il y va. Tout se passe alors comme si la souffrance de l'un rejaillissait sur la dignité de l'autre et qu'ensemble, ils luttaient contre l'intolérable qui les frappe l'un et l'autre. Une forme d'égalité se restaure alors au sein d'une relation qui, sinon, resterait marquée par une profonde asymétrie. C'est une égalité du même genre qui se retrouve dans la plus vieille règle de l'éthique, la règle d'or qui dit : ‘ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse’. Les activités menées par certaines associations basées en Europe (Fouta Santé, Baol Santé etc.) s’inscrivent dans la conscience d’un rapprochement avec la société d’origine. Ces associations expriment ainsi un désir d’aller vers une plus grande reconnaissance de leur histoire et de leurs référents culturels. La complexification des identités contemporaines s’exprime dans des projets de reconnaissance d’une citoyenneté plurielle fondée d’une part sur des entités territoriales et d’autre part dans des communautés culturelles.  
Les ‘consultations gratuites’ confortent le passage d’une logique d’institutions à une logique de services de santé. Elles permettent la prise en compte de tous les déterminants de la santé. Elles mènent à une démarche plus vaste vers une médecine ‘citoyenne’, c’est-à-dire insérée dans l’ensemble des problèmes de la cité. (A suivre)  
Professeur Oumar FAYE Directeur de la Santé  
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 22.01.2008
- Déjà 5296 visites sur ce site!