ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

le rôle de vigie des libertés publiques

le rôle de vigie des libertés publiques 
 
Démagogie ou insouciance  
Amadou Gueye NGOM Lundi 23 Fév 2009  
 
« Dès que quelque chose est créée de par le monde, elle appartient à tout le monde. » -Iba Ndiaye, artiste peintre- 
 
 
 
Démagogie ou insouciance  
 
Les valeurs fondamentales d’un peuple meurent-elles jamais?  
 
Elles peuvent s’assoupir, tomber dans un profond coma ou être momentanément troquées. Elles se re-saisissent, lorsque dictées  
 
par la prise de conscience, l’instinct de survie ou la révolte.  
 
Devenue indépendante, l’Afrique de tradition orale s’est évertuée au mimétisme plutôt que de se restituer à elle-même comme  
 
l’y conviait le professeur Cheikh Anta Diop. Evidemment, nul n’est jamais prophète chez soi…Une triste illustration de cette  
 
vérité fut que Senghor bouda Cheikh Anta qui prêchait, entre autres vertus, la « Nécessité et possibilité d’un enseignement  
 
dans la langue maternelle en Afrique ». Sédar avait pris le parti de célébrer, avec un joyeux paradoxe, les travaux de  
 
l’ethnologue français Marcel Griaule qui soutenait que les mathématiques et l’astronomie, inventions nègres sont encore  
 
présentes chez les Dogons auprès desquels des chercheurs occidentaux viennent s’abreuver. Tout comme leurs ancêtres au  
 
contact des Egyptiens, il y a trois mille ans. 
 
« Il s’agit moins pour l’Afrique de se survivre que de se réinventer » disait feu Iba Ndiaye 
 
Si, à l’instar des peuples qui mènent le monde, nous autres Sahéliens avions eu la volonté politique de systématiser  
 
l’enseignement de nos langues, véhicules du savoir ancestral, nos brevets d’invention rivaliseraient avec ceux des maîtres  
 
de l’univers. 
 
Songez que grâce au trait (écriture, dessin) la notion du cercle s’est concrétisée par le cerceau de l’enfant, la roue des  
 
engins de trait, de la bicyclette et tant d’autres applications.  
 
Aussi longtemps que nous céderons à la facilité de la consommation plutôt que d’exhumer et transcrire nos langues pour en  
 
faire des outils de production, long sera le tunnel de l’errance et de plus en plus subtils seront les arguments du génocide  
 
culturel.  
 
Qu’il s’agisse d’agriculture, d’éducation, d’économie, de santé, tous nos modes d’existence et fonctionnement sont calqués  
 
sur ceux de l’Occident sans que cela nous émeuve outre mesure. Nul ne semble convaincu que le développement n’est pas une  
 
manne du ciel mais la perpétuation sans fin d’un long processus qui prend racine sur des acquis. On se laisse subjuguer par  
 
les inventions de l’autre au lieu d’être torturé par l’inquiétude questionneuse de la souveraineté. A cela s’ajoute la peur  
 
d’affronter l’inconnu. Dans notre propre environnement, les serpents dont le simple aperçu nous glace d’effroi sont saisis,  
 
étudiés par ceux qui reviendront nous en vendre le sérum anti venimeux. -« Ils n’ont pas faim, ces toubabs… Et puis ils ont  
 
le temps » réagit-on…Diable! Celui là même auquel on n’assimile le reptile. 
 
Le plus grave est de se claquemurer dans des salons mondains puis, au nom d’un déterminisme claudicant, postuler un lien de  
 
causalité entre rigueur climatique et avancée technologique. Car il arrive que le froid encourage à se terrer et s’encenser  
 
L’Enfer est intenable mais j’ai ouï dire que l’on s’y démène dans tous les sens pour en sortir. Les fourmis de l’Afrique du  
 
Sud s’en sauvent...  
 
Esclavage, colonisation ne devraient plus servir d’excuses.  
 
L’Ecriture sauve-t-elle du désespoir? 
 
 
 
Les Japonais auraient pu ne jamais cesser de gémir sur Hiroshima, Nagasaki et céder à la fatalité de ne pas avoir de ces  
 
ressources minières dont l’Afrique est pleine à craquer. L’holocauste non plus n’a pas incinéré la pugnacité juive qui  
 
contrôle une bonne partie de l’économie mondiale.  
 
Démagogie, ruse avec l’en soi conduisent également à ne pas se donner le temps de prendre le temps d’aller au-delà des  
 
facultés physiques et mentales. En sport comme en matière de gouvernance, 60% de travail suffisent. Le marabout « Yal na fi  
 
yàgg »- comblera le déficit. Inch’Allah! Les cours « serigneurales » servent de rampes de lancement aux candides et niches  
 
de rédemption aux damnés.  
 
Nous autres Africains vivant Outre Mer enseignons aux petits blancs des lycées et universités l’héritage des leurs et même  
 
les nouvelles technologies qui feront d’eux les producteurs d’une civilisation que contempleront et consommeront les nôtres.  
 
Hélas! 
 
Pendant que nous éreintons nos enfants à étudier maths, sciences, histoire, géographie et même les disciplines sportives en  
 
langue étrangère, les mômes des pays émancipés foncent avec les cornes et dents de leur naissance. 
 
Une langue étrangère, outre qu’elle aliène, à un certain niveau, exige un long apprentissage. Le jeu en vaudrait peut -être  
 
la chandelle si nos langues nationales n’en faisaient pas les frais. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter nos bulletins  
 
d’informations en langues dites nationales, de jeter un coup d’œil sur l’orthographe anarchique des panneaux publicitaires,  
 
des titres d’émissions radiotélévisées. Autant d’insouciances qui s’incrustent dans la mémoire graphique et visuelle pour  
 
perpétuer le massacre de nos langues nationales, si l’on y prend garde. Le vocabulaire citadin s’étiole pour se réduire à de  
 
redondantes vulgarités du genre «defar bam baax », « moo ko yor », « tabax bam kowe » que je ne m’humilierai pas à traduire  
 
aux non sénégalais.  
 
On se berce d’illusions tout en se laissant berner par les démagogues qui font croire que le pays se développe à coups de  
 
gadgets électroniques, de belles villas qui poussent partout, des voitures de luxe qui s’esquintent dans les nids de poules  
 
et sur les bosses de chameau que chaque quartier s’autorise à fomenter en ciment ,contre l’arrogante attitude des  
 
automobilistes.  
 
On se développe? Bah oui…La preuve, le budget national de mille milliards sous Ndiol a presque tripllé avec Ndiombor.  
 
De quoi pousser des pustules de rage-« Mer ba futt»  
 
 
 
Amadou Gueye Ngom 
 
Critique social 
 
 
 
 
 
 
Lucarne citoyenne : Qui a peur des congrès ?  
 
 
Un grand gâchis que cette déchirante querelle de leadership qui mine, ces temps-ci, And-Jef, Parti africain pour la  
 
démocratie et le socialisme ! Pourtant, ils ont bien nommé leur parti And-Jef, prosaïquement, ce qui se sous-entend par «  
 
l’unité dans l’action » ou, à tout le moins, « l’action dans l’unité », si tant est qu’il est possible de déchirer la  
 
sémantique aux origines de ce parti, original dans sa naissance culturelle, parce que proposant idéologiquement autre chose  
 
que le post-colonialisme, idéalisant un projet de société solidaire, projetant de nouveaux hommes, icônes d’une nouvelle  
 
génération qui a eu la tentation de l’éthique en politique. 
 
Bref, si l’étiquette du maoïsme a toujours accompagné Aj, le pragmatisme qui a accouché de la chute du Mur de Berlin en a  
 
fait son lit, une sorte de parti à part, pas électoraliste pour un sou, mais déterminé par son élitisme et l’envergure de ses  
 
cadres à influer sur la marche de ce qui se veut la nouvelle société sénégalaise. 
 
Au Sénégal, un peu avant 2000, au plus fort de la déliquescence du régime socialiste, et quand il s’est agi de mettre fin au  
 
magistère des héritiers du président Senghor, on retient que Aj est le seul parti politique d’envergure qui ne s’est jamais  
 
allié avec la formation au pouvoir, déniant cette fameuse stratégie du « sharing the power », cette idée accouchée de  
 
quelques groupes d’influence, consistant à faire croire l’idée que l’association de l’opposition à la gestion de la chose  
 
étatique était la meilleure manière de prévenir les troubles post-électoraux, conséquences bien évidemment de toutes les  
 
mauvaises intelligences de forces politiques au pouvoir, et qui n’auraient pas compris l’incompressible besoin de nouvelles  
 
exigences démocratiques des jeunes masses africaines. 
 
Gâchis à cause des déchirements personnels, au sein d’Aj. Il est évident que ni le ministre d’Etat, Landing Savané, pas plus  
 
que le ministre du Commerce, Mamadou Diop Decroix n’auraient parié sur cette conjoncture, quand, jeunes hommes, ils voulaient  
 
changer le monde, l’Afrique et le Sénégal ; les années d’oppression au début des années 70, l’exil et la répression, la  
 
longue lutte pour l’alternance démocratique au Sénégal, la nécessaire unité de l’opposition d’alors pour battre aux élections  
 
le Ps en maintenant la tension dans la rue et les syndicats en veille permanente, la famille, tout les unissait. 
 
Et clash ! Finalement, contrairement à une opinion savamment répandue, c’est purement une question d’orientation, pas de  
 
stratégie, mais de tactique, qui oppose les deux têtes pensantes d’Aj. Comme dirait un politologue bien connu de la place, si  
 
Landing est un fantassin bravant les tranchées électorales (candidat « sans illusion » en 1988 », Decroix se voit des  
 
ambitions d’un étoilé d’état-major. Deux. On a bien dit deux, car c’est un binôme qui est à la tête de ce parti, ni jamais le  
 
même, pas toujours comme les autres, le culte du chef y étant comprimé depuis des origines. 
 
Si le ministre d’Etat Landing Savané, pour l’intérêt de son parti, ne pouvait rater le rendez-vous de la présidentielle de  
 
2007 (et en même temps pour son marketing personnel), Mamadou Diop Decroix avait très vite compris l’inutilité, comme le  
 
ministre d’Etat, Djibo Kâ, d’aller ferrailler avec le président Abdoulaye Wade vers les élections de 2007. Tous deux  
 
s’accordent sur la solide alliance qu’ils ont nouée avec le président Wade. 
 
Ces tourments ne révèlent, finalement, que les faits divers que le déficit de démocratie interne dans les partis politiques  
 
sénégalais déroule depuis des décennies. Qui a peur des congrès ? Avec une centaine de partis politiques, le Sénégal ne  
 
parvient paradoxalement pas à développer des mécanismes de dévolution du pouvoir au sein de ses formations politiques selon  
 
les normes démocratiques, pour ne pas dire tout simplement justes. Certes, on sait que les comparaisons ont le don de réduire  
 
en mots des situations fort alambiquées. Mais, le propre du jeu politique, comme du reste le commerce des relations humaines,  
 
est le rapport de force. En dehors du pays, des exemples s’offrent. On voit qu’aux Etats-Unis d’Amérique, l’administration  
 
Obama va mettre en avant des compétences du camp Hillary Clinton, nouvelle patronne des Affaires étrangères Us, et même des  
 
caciques du camp républicain. L’un des plus vieux partis politiques européens, le Ps français en l’occurrence, vient de faire  
 
l’économie d’une crise majeure qui aurait pu conduire à son éclatement en taisant le clivage Royalistes/Aubristes. Les  
 
exemples font légion. Tsvangirai, toutes choses étant égales par ailleurs, n’est-il pas le nouveau Premier ministre du  
 
président Mugabé ? La démocratie, c’est finalement l’art du compromis, quand ne vient pas le temps de la confrontation.  
 
N’a-t-on pas dit And-Jef ? 
 
 
PAR Samboudian KAMARA 
 
WALF FADJRI: 
Irrégularités dans le fichier électoral : 55 856 électeurs fictifs dénichés par l’opposition  
Au ministre de l’Intérieur qui les accuse d’être de mauvaise foi, en remettant en cause, au sortir de l’audit, la fiabilité  
 
du fichier électoral, les experts de l’opposition apportent la réplique, chiffres à l’appui. 55 856 électeurs fictifs ; 934  
 
394 électeurs impactés par le nouveau découpage ; l’absence de la biométrie... Telles sont, entre autres, les anomalies  
 
notées dans le fichier. 
 
55 856 électeurs, c’est le gap qu’il y a entre le nombre total d’inscrits sur le fichier en février 2009, compte non tenu des  
 
militaires et paramilitaires et des inscrits de janvier 2007. C’est du moins ce qu’ont révélé les experts des partis de  
 
l’opposition dans leur rapport de l’audit du fichier électoral. Dans ce document, rendu public hier par les leaders de Benno  
 
Siggil Sénégal, les experts, chiffres à l’appui, indiquent, à la suite de la requête effectuée dans le cadre de l’audit pour  
 
déterminer le nombre d’inscrits sur le fichier, depuis 2007, que ‘ le nombre total d’inscrits sur le fichier, au 10/02/2009  
 
est de 4 818 913 électeurs résidant au Sénégal ; sans les militaires et paramilitaires’. Et poursuivent-ils, ‘au 31/01/200,  
 
il était de 4 756 342. Il y aurait eu donc logiquement 62 571 électeurs inscrits depuis 2007. Mais la requête effectuée a  
 
donné un chiffre de 6 715. Il y a donc un gap de 55 856 (62571-6715) électeurs supposés fictifs’. 
Sur la production des cartes, les opposants estiment que le nombre total de nouvelles cartes devrait être de 934 311.  
 
C’est-à-dire la somme des cartes du découpage administratif (872 407) ; de la révision (55189) et des nouveaux inscrits  
 
(6715). Mais, ‘si l’on sait que la production des cartes est loin d’être achevée, il apparaît, même en tenant compte de  
 
‘mauvaises cartes ’(précision de l’opérateur), que le nombre de cartes produites (1416716) est très largement supérieur au  
 
nombre supposé de cartes à produire ’, font-ils remarquer dans le rapport. Quant au fichier de production des cartes au  
 
niveau de la salle de production, ‘c’est un simple fichier texte, sans aucun lien sécuritaire avec une quelconque biométrie,  
 
sur lequel toute sorte de manipulation est possible’, renseignent les mandataires de l’opposition. 
 
Les effets négatifs du découpage administratif ont aussi été passés en revue dans le document. Selon les experts, 934 394  
 
électeurs ont été impactés par le nouveau découpage dont 835 208 mouvements réels et 872 407 avec une nouvelle adresse  
 
électorale. Résultat : ‘872 407 électeurs doivent donc recevoir une nouvelle carte d’électeur avant le 22/03/2009’, indique  
 
le rapport. Les opposants d’informer dans la foulée que le nombre réel de collectivités locales est de 525 dont une ‘mauvaise  
 
adresse électorale’ ce qui donne 524. Et que le nouveau découpage a donné lieu à 6 156 lieux de vote et 11 682 bureaux de  
 
vote. 
 
Aussi les experts de l’opposition ont décidé d’exécuter une requête sur les noms de famille. Et c’est parce que ‘nous nous  
 
sommes rendu compte qu’il était vain de chercher des doublons puisque dans un système informatique, il est impossible de  
 
trouver dans une même base ; deux enregistrements identiques’. De même, la recherche d’inscriptions multiples en utilisant  
 
les sept critères d’identification n’était pas non plus assez pertinente. 
 
Et, ’compte tenu de la durée de l’audit, il fallait trouver une astuce. Celle-ci nous a été servie par le hasard ’, ont-ils  
 
fait savoir dans le rapport. De cette requête ressortent pas moins de 17 825 noms de famille. ‘D’autre part, des noms ont été  
 
fabriqués en ajoutant un E final, une lettre devant un nom ; en transformant I en Y ; S ou Z etc. et d’autres noms ont tout  
 
simplement été inventés ; ce qui a donné lieu à des graphies multiples’, renseigne le document.  
 
... et informent de l’absence de la biométrie 
 
A ceux qui croient encore à la biométrie, les experts de l’opposition indiquent qu’elle n’existe pas. Pour preuve, ‘lorsqu’on  
 
choisit d’autres doigts que le pouce et l’index, le système est incapable de s’en apercevoir’. Pire, ‘puisque la biométrie  
 
n’existe pas dans la procédure, on peut tout aussi bien prendre les mêmes doigts ou ne pas en prendre du tout, étant entendu  
 
que la surface grisée (au dos des cartes) appelée code barres - et qui n’en n’est pas un - ne correspond à rien’, indiquent  
 
les opposants dans leur rapport. A en croire Iba Guèye (coordonnateur des experts de l’opposition à l’audit du fichier, Ndlr)  
 
et ses camarades ; il n’existe nulle part dans la procédure, un lecteur de codes barres capable d’identifier un électeur de  
 
manière unique ‘et de prouver ainsi l’utilité de ce code barres’. D’ailleurs ; l’absence de biométrie est confortée,  
 
disent-ils, par le fait que le nouveau système de passeports biométriques n’utilise pas la base existante’.  
 
Yakhya MASSALY  
 
Contre les traitements dégradants à la police : Les avocats du Sénégal aux avant-postes du combat  
Détenu pendant deux jours, jeté par terre dans une cellule crasseuse en compagnie des bandits, sans couverture, c’est les  
 
deux mains menottées que Me Birame Sassoum Sy sera présenté au parquet. Tel est le traitement infligé à l’avocat, qui a amené  
 
tous ses confrères du Sénégal à boycotter hier les audiences et à tenir sit-in au Bloc des Madeleines. Les avocats du Sénégal  
 
engagent ainsi le combat contre les brutalités policières qui ont libre cours dans ce pays. 
 
C’est un acte sans doute inouï, qui va être inscrit dans les annales des revendications, que le barreau du Sénégal a posé  
 
hier et qui devrait être déterminant dans les relations futures entre les avocats et les autorités de ce pays. Non seulement,  
 
tous les membres de l’Ordre, où qu’ils soient au Sénégal, ont boycotté hier les audiences en portant leurs robes noires, mais  
 
en plus, ceux de Dakar ont organisé un sit-in dans l’enceinte même du Bloc des Madeleines, ponctué par un point de presse.  
 
Ils entendaient ainsi protester contre le traitement inhumain infligé par les policiers à l’un des leurs, Me Birame Sassoum  
 
Sy, lors de la marche réprimée de samedi dernier contre la démolition du stade Assane Diouf, sous l’égide des populations de  
 
la Médina, de Rebeuss, Niaye Thiokère, etc. 
Pour le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Sénégal, les brutalités policières infligées à Me Sy ne se justifient guère pour  
 
la simple raison que leur collègue est connu pour sa ‘droiture, un homme d’un grande politesse qui ne dit jamais un mot  
 
déplacé à son prochain, c’est le témoignage de tous les avocats de ce pays’. Mieux, au-delà des qualités personnelles de la  
 
victime, Me Mame Adama Guèye est d’avis qu’une marche organisée ne doit pas obligatoirement être réprimée, à plus forte  
 
raison servir de prétexte pour brutaliser des innocents, de surcroît un défenseur des droits de l’homme et des libertés.  
 
C’est la fin de ces méthodes d’un autre âge que les avocats du Sénégal entendent sonner. Et, dans ce cadre, ils entendent  
 
lutter de toutes leurs forces et utiliser tous les moyens légaux pour se faire ‘respecter’ car, ils sont d’avis que s’il  
 
n’est pas mis fin dès maintenant à de telles pratiques, ‘il y aura d’autres Birame Sassoum Sy et cela en pire’. 
 
Visiblement très touché par le traitement réservé à son ami, le bâtonnier est largement revenu sur les traitements  
 
‘inhumains’ infligés par les policiers à Me Birame Sassoum Sy : ‘Détenu pendant deux jours, jeté par terre dans une cellule  
 
crasseuse en compagnie des bandits, sans couverture, c’est les deux mains menottées que Me Birame Sassoum Sy sera présenté au  
 
parquet’. Selon Me Mame Adama Guèye, il aura ainsi vécu les pires moments de sa vie et l’humiliation la plus extrême que l’on  
 
ait jusqu’ici infligée à un avocat sénégalais.  
 
A en croire le bâtonnier, les policiers ont corsé la souffrance de Me Sy en refusant même qu’il nettoie, comme il en avait  
 
exprimé la volonté, sa cellule qui dégageait une extrême puanteur. Pis, ils vont lui refuser une couverture durant cette  
 
période où Dakar baignait dans un froid intenable. Ainsi, deux jours durant, note Me Mame Adama Guèye, Me Birame Sassoum Sy  
 
sera laissé à lui-même dans cette cellule alors que les policiers savaient parfaitement qu’ils ont arrêté un avocat. Les  
 
interpellations de l’avocat pour améliorer ses conditions de détention vont se heurter à une seule et même réponse : ‘Nous  
 
avons reçu des ordres’. L’humiliation atteindra son paroxysme quand, les deux mains menottées, Me Sy est présenté au parquet  
 
qui le mettra en liberté provisoire. 
 
Me Birame Sassoum Sy a été arrêté samedi dernier, suite à un échange de propos avec un policier, lors de la marche réprimée  
 
des riverains du stade Assane Diouf qui entendaient ainsi protester contre la démolition dudit stade et son octroi à des  
 
promoteurs chinois pour y ériger un centre commercial dénommé Kawsara. Il est, par conséquent, poursuivi pour outrage à agent  
 
dans l’exercice de ses fonctions.  
 
Yathé Nara NDOYE  
 
 
Activisme de mauvais aloi, frilosité dissimulée et auto-déresponsabilisation juridique : à quel(s) jeu(x) se livre la Cena ?  
 
L’insoutenable calvaire des pèlerins 2008  
 
 
Le pèlerinage à La Mecque (édition 2008) a été, c’est le moins que l’on puisse dire, une catastrophe nationale. Pour avoir  
 
suivi avec attention, comme beaucoup de compatriotes ses péripéties, son déroulement rocailleux, périlleux, nous suggérons,  
 
un certain nombre de mesures pour ramener la paix dans les cœurs et dans les esprits, décrisper cette situation grave, qui  
 
empire, ayant soulevé la colère de tout le peuple sénégalais .Plus jamais ça ! Le président de la République savait-il que  
 
ceux qui ont joui du privilège de la confiance placée en eux prendraient, imprudemment le risque, avec une étonnante  
 
légèreté, de choisir Zam-Zam qui allait plonger nos pèlerins dans ‘une mer sans fond, une nuit sans lune, dans l’aveugle  
 
océan à jamais enfouis’ ? Océano nox (Victor Hugo). Nul doute que le chef de l’Etat sévira : c’est ce qu’attend son peuple  
 
meurtri dans sa chair, atteint dans son honneur et dans sa dignité. 
La lecture de l’interview accordée par Ahmet Khalifa Niasse, ambassadeur, ministre conseiller dans le cabinet du président,  
 
publiée dans le magazine Week-end n° 70, semaine du 2 au 8 février 2009, permet de mieux cerner les contours de ce problème  
 
douloureux, d’en connaître les tenants et les aboutissants, car il s’agit bien de ’l’arbre qui cache la forêt’. 
 
Dans l’Observateur du samedi 21 février, l’ambassadeur Ahmet Khalifa Niasse revient sur la question avec une rare violence et  
 
un courage à saluer. Ce viatique, ce bréviaire apporte un éclairage sûr qui permet de connaître les raisons profondes qui ont  
 
causé cet échec sans nom. En prélude à la convocation, sans délai des Etats généraux ou des assises nationales sur le  
 
pèlerinage à La Mecque, El Hadji Oumar Seck dans sa belle émission ‘Grand Débat’ pourrait organiser une large table ronde à  
 
laquelle prendraient part tous les acteurs concernés. Plus jamais ça. 
 
Le président de Zam Zam est à poursuivre devant les tribunaux et ceux qui l’ont choisi sévèrement sanctionnés, une fois les  
 
responsabilités situées et à quelque niveau où ils se situent. Lourdes sont les fautes commises, et les victimes ne sont que  
 
les pèlerins ! Non ! On ne défie pas un Etat, souverain ! Ce qui s’est passé est inadmissible, déplorable, et inacceptable !  
 
Plus jamais ça ! 
 
Le pèlerinage à La Mecque, cinquième pilier de l’Islam concerne, à plus d’un titre, tous les musulmans. Le débat qui nous  
 
interpelle tous, est celui de 2008, avec ses graves désagréments dont le troisième vol retour, inqualifiable cauchemar, en  
 
constitue, véritablement, une bien triste illustration. Même s’ils sont arrivés épuisés, affaiblis, traumatisés mais sain et  
 
sauf, nos pèlerins n’oublieront jamais ce voyage chaotique, périlleux, à haut risque : une réelle et hallucinante odyssée, à  
 
l’aller, comme au retour. 
 
Rendons grâce à Allah, l’Unique, l’Omnipotent, l’Omniprésent, qui, dans Sa grande bonté et Son incommensurable miséricorde  
 
les a protégés, nous évitant ainsi un ‘Joola aérien’ que nous avions dangereusement frôlé (qu’il soit exalté).C’est le lieu  
 
de souligner, avec force, et de magnifier l’exemplaire coopération fraternelle entre le Sénégal et le Maroc, la Libye et le  
 
Sénégal. Honneur et gloire au roi Mohamed VI, Commandeur des croyants et au guide suprême de la Révolution libyenne,  
 
africaniste de foi et de conviction Mouamar Khadafi pour le rôle efficace, généreux et discret qu’ils ont joué, volant au  
 
secours de nos pèlerins, dans le désarroi, dont les parents, les familles, les amis, assis sur des braises, passant des nuits  
 
blanches dans l’angoisse de l’attente du retour incertain, de l’absent, étaient dans l’inquiétude et le désespoir, au  
 
paroxysme. Puissent les sénateurs et les députés voter une motion de remerciements et de félicitations à l’endroit de ces  
 
deux géants du continent africain et du monde !  
 
C’est le lieu de rappeler, non sans déchirement, que, depuis plus d’une dizaine d’années, nous assistons à des dérives, des  
 
disfonctionnements des tâtonnements, des improvisations, à un pilotage à vue, à des échecs répétés. Il s’agit, et nous y  
 
insistons, d’une œuvre difficile, à préparer pendant un an, au moins ! La relève, pour éviter les dérapages et les passages à  
 
vide, devrait être étudiée à notre humble avis, avec minutie, ‘organisation et méthode’, dans l’espace et dans le temps. 
 
La vie humaine, nous en sommes tous conscients, n’a pas de prix. Et le pèlerinage à La Mecque est une affaire très sérieuse,  
 
à confier à des hommes d’expérience, entre des mains sûres, expertes, capables de conduire cette redoutable mission sur des  
 
eaux calmes, dans l’intérêt bien compris des pèlerins. Gouverner, c’est prévoir, loin des compromis et des compromissions !  
 
Déplorons-le ! Les manquements, hors de proportion, constatés à l’aller comme au retour et qui ont provoqué cette colère de  
 
tout le peuple sénégalais, dans toutes ses composantes nous imposent, pour un climat social plus apaisé, une cohésion  
 
nationale pour un dialogue fécond, pour atteindre le noble objectif qui demeure pour tous, la parfaite organisation du  
 
cinquième pilier de l’Islam, pour les années à venir. Plus jamais ça ! 
 
Notons avec amertume que, de la suppression du pèlerinage par voie maritime (le dernier par bateau a été assuré par le  
 
‘Banfora’ en 1956), à celui de tous les dangers de 2008, c’est la première fois, dans l’histoire de ce grand rendez-vous de  
 
l’islam, que des pèlerins, encadrés par la mission officielle, passent la ‘Achoura’ (Tamkharite) à La Mecque où ils sont  
 
restés un mois après la Tabaski, dans des conditions très dures. Avouons que c’est simplement… scandaleux ! Plus jamais ça ! 
 
S’ajoutent, à ce tableau sombre, les nombreux bagages qui, semble-t-il, seront acheminés par bateau. Les pèlerins de Dakar et  
 
banlieue en général, ceux des régions en particulier, prendront leur mal en patience malgré leurs plaintes et complaintes  
 
entendues à la télévision. Annoncés pour le 25 février à Dakar, la question que nous nous posons est la suivante : dans quel  
 
état seront ces bagages à leur arrivée au port ? Nul ne le sait ! Quel gâchis ! 
 
C’est pourtant curieux. Dans la conscience populaire et de science certaine, ‘Zam-Zam’ et ses obscurs alliés sénégalais tapis  
 
dans l’ombre seraient les seuls responsables de cette douloureuse situation. Et les déclarations publiées dans la presse  
 
nationale (voir le journal l’As n° 1005 du samedi 17 et dimanche 18 janvier 2009) apportent un important et surprenant  
 
éclairage, pour une bonne information ! Suivez le titre : ‘Pèlerinage 2008 catastrophe ! La société Zam-Zam va porter plainte  
 
contre la Compagnie saoudienne de transport aérien national de service (Nas) qui a assuré le volet transport des pèlerins  
 
sénégalais lors du dernier pèlerinage aux lieux saints de l’islam’. L’annonce a été faite par le président de Zam-Zam, Mazeb  
 
Gazi Dérar, dans une interview à paraître dans le prochain numéro du mensuel sénégalais bilingue arabe-français Assahva (le  
 
réveil) Extrait : ‘Après l’option de Nas, les visites des techniciens aéronautiques sénégalais ont fait toutes les  
 
vérifications techniques des appareils proposés par la compagnie et donné leur feu vert’, a révélé le patron de Zam-Zam qui a  
 
profité de l’occasion pour présenter ses excuses au chef de l’Etat sénégalais, Me Abdoulaye Wade qu’il a remercié du fond du  
 
cœur pour la confiance placée en lui. Mazen Gazi Dérar a affirmé qu’il s’était assigné comme principal objectif la  
 
satisfaction des pèlerins sénégalais afin d’instaurer une confiance entre sa société et le commissariat. Il a, à cet égard,  
 
affirmé avoir versé 11 millions d’euros à la compagnie Nas contre seulement 9 millions d’euros reçus du gouvernement  
 
sénégalais qui reste lui devoir 4 millions de rials saoudiens (environ 895 millions de francs Cfa) sans les 150 billets qu’il  
 
a personnellement offerts aux autorités sénégalaises ’. 
 
Mais, au fait, ce dossier judiciaire (Zam-Zam contre Nas), ces 150 billets offerts aux autorités sénégalaises par le  
 
président de Zam-Zam, quel intérêt, peut-il susciter auprès des pèlerins et de leurs familles, après ces lourds préjudices  
 
(moral, matériel, financier) difficilement réparables ? Il convient de préciser qu’au cœur de ces opérations, chaque pèlerin,  
 
avec ses propres deniers, a déboursé 2 300 000 francs Cfa. Ce qu’il faut retenir de cet amalgame dont la victime au début et  
 
à la fin est le pèlerin, c’est l’échec cuisant et retentissant du pèlerinage, dans ses différents volets : séjour à Médine,  
 
prières et hébergement, encadrement religieux. 
 
Nous ne le répèterons jamais assez : le choix de Zam Zam, avec son grand lot de problèmes insolubles, est simplement  
 
scandaleux, malheureux, regrettable, injustifié et injustifiable. Le conflit ci-dessus évoqué l’illustre à souhait.  
 
Soulignons, en passant, que l’écart de la discorde de 200 000 F sur le coût du billet considéré comme un faible argument  
 
serait, sur une grande échelle, violemment contesté : un point à éclaircir ! Toutefois, le chiffre annoncé est loin en deçà  
 
de celui bruyamment médiatisé, considéré comme fantaisiste. 
 
S’agissant de l’aspect technique du DC10, nous savons qu’il s’agit, essentiellement, d’un avion de type déclassé, comme en  
 
témoignent éloquemment les multiples pannes enregistrées à l’aller et au retour, avec la lourde responsabilité de faire  
 
toutes les rotations. Avouons que c’est particulièrement grave de faire voyager, dans de telles conditions des pèlerins d’un  
 
Etat, dont il est imprudent de défier la souveraineté. 
 
Le séjour à Médine entre dans le même contexte sur le double plan de la durée du séjour, des 40 prières écourtées contre la  
 
volonté manifeste des pèlerins et de l’hébergement ! Flagrante violation des clauses du contrat ! Enormes préjudices subis  
 
par les pèlerins abusés pour avoir payé 1 600 rials pour un séjour de 8 jours à Médine, dans un hôtel de luxe, aux environs  
 
immédiats de la Sainte Mosquée. En échange, ils n’auront eu qu’un séjour de 48 heures, dans un hôtel de seconde zone, loin de  
 
la Sainte Mosquée ! Reconnaissons que ce n’est pas sérieux ! 
 
Peut-être, pour des raisons d’éthique, d’équité, de morale tout court, mais aussi et surtout pour l’application des  
 
directives contenues dans le Saint Coran, trouvera-t-on la solution, tant attendue, par le remboursement de la différence.  
 
Nous sommes de ceux qui pensent que ce problème si crucial ne sera pas enterré ! 
 
L’encadrement religieux, avec ses nombreuses lacunes n’a pas répondu à l’attente des pèlerins esseulés, laissés à eux-mêmes,  
 
de véritables orphelins. Il est question d’une absence quasi-totale sur les sites à l’occasion des Tawifs : Khoudom - Ifada -  
 
Oumra - vidal (les says : Safa et Marwa, les jamrattes). Les Etats généraux ou les assises nationales prendront en compte  
 
dans leur programme les problèmes préoccupants concernant les voyagistes, les missionnaires, les agréments, le personnel  
 
local à la compétence avérée, et les critères de nomination du Commissaire général au pèlerinage à La Mecque. Il nous semble  
 
juste d’évoquer l’attitude patriotique de la compagnie Air Sénégal International, qui a transporté nos pèlerins en difficulté  
 
aux lieux saints de l’islam, à la demande du roi Mouhamed VI. En tout état de cause le peuple sénégalais retiendra sa  
 
légendaire générosité qui s’est traduite par la mise à la disposition de ses pèlerins d’un avion spécial pour leur retour au  
 
Sénégal, à partir de Djeddah. 
 
Sur le même registre, le Guide de la révolution libyenne, constatant que le DC 10 transportant les pèlerins sénégalais du  
 
troisième vol était tombé en détresse à Tripoli, a pris la décision historique de lui substituer un avion libyen pour  
 
acheminer nos pèlerins sur Dakar ; en autorisant le survol du territoire libyen par le DC 10 qui ne remplissait, en vérité,  
 
aucune condition de sécurité. 
 
Après ses deux interventions salutaires, le roi Mouhamed VI vient, une fois encore, de prouver à la face du monde tout  
 
l’intérêt qu’il attache à la consolidation et à la pérennisation des liens plusieurs fois séculaires entre le Maroc et le  
 
Sénégal. Et qu’il est aussi le petit-fils de la plus belle créature du monde, le Sceau des Prophètes Mouhamed Ibn Abdallah  
 
(Psl). Le roi Mouhamed VI est aussi et surtout l’infatigable avocat défenseur, le protecteur des faibles, des pauvres, des  
 
déshérités, des sans-voix dans la voie royale tracée par ses ascendants. Le Sénégal et le Maroc chantent et chanteront  
 
toujours l’exemplaire amitié qui liait le président Lamine Guèye au roi Mouhamed V (…) 
 
Nous recommandons la création d’une structure totalement indépendante chargée de l’organisation du pèlerinage à la Mecque :  
 
Agence, Délégation générale, Commissariat général, peu importe l’appellation. A défaut pour l’Etat sénégalais de pouvoir  
 
prendre toutes les mesures idoines, ne conviendrait-il pas de privatiser les opérations du pèlerinage en ne maintenant qu’une  
 
structure légère de supervision et de contrôle ? Une telle expérience nécessiterait une sélection rigoureuse des opérateurs  
 
privés appelés à prendre la relève et qui seraient soumis, annuellement, à une évaluation assortie de sanction négative ou  
 
positive, de reconduction ou d’élimination systématique. 
 
Chers lecteurs, frères et sœurs en islam, nous vous laissons apprécier, sereinement, lucidement, objectivement, cette modeste  
 
contribution et d’en tirer les leçons ! Pourvu, simplement, que nos pèlerins qui, chaque année, se rendent très nombreux aux  
 
lieux saints de l’islam après une table ronde télévisée, les Etats généraux ou Assises nationales, soient épargnés, enfin,  
 
dans l’avenir, des affres connues et de l’insoutenable calvaire des pèlerins de 2008. Et surtout, qu’ils ne s’orientent pas  
 
en désespoir de cause vers les Etats de la sous-région où ils pourraient accomplir le cinquième pilier de l’Islam, dans les  
 
meilleures conditions et au moindre coût. Plus jamais ça !  
 
Cheikh Abdoulaye DIENG  
 
Stratégie  
La charrue avant les boeufs ? : La Sca ouvre un processus participatif après son début de mise en œuvre 
Un atelier de partage du document de la Stratégie de croissance accélérée s’est tenu hier à Dakar. Réunissant tous les  
 
acteurs de la vie active au Sénégal, la rencontre va déboucher sur un document de référence qui va véritablement asseoir  
 
toute la théorie de la Sca.  
 
Le secteur public, la société civile, le patronat, les différentes structures de l’administration, les syndicats, les  
 
associations consuméristes et les partenaires techniques et financiers, ont planché hier sur le document de la Stratégie de  
 
croissance accélérée. L’idée est que tous les acteurs de la vie active, au Sénégal, puissent émettre leurs avis sur la  
 
démarche visant à accélérer la croissance économique nationale. Mais cette démarche participative intervient un an après le  
 
début de la mise en œuvre de la Sca, sur demande du comité d’orientation et de suivi de la Stratégie. D’ailleurs, le  
 
secrétaire permanent de la Sca, Ibrahima Wade soutient que les quarante-quatre mesures prises pour la mise en œuvre de la  
 
Stratégie ont connu un niveau d’exécution ‘satisfaisant’ d’environ 60 %.  
Le plan d’actions de réformes transversal avait fait l’objet de prise en charge à travers le Conseil présidentiel sur  
 
l’investissement. Il restait donc à amorcer le processus de réflexion au niveau des cinq grappes que sont l’Agriculture et  
 
l’agro-business, les Technologies de l’Information et de la Communication, le Tourisme, Industrie culturelles et Artisanat  
 
d’Art, le Textile et la confection et les Produits de la Mer et Aquaculture. 
 
La feuille de route 2009 de la Stratégie de croissance accélérée est d’identifier pour chaque grappe, douze mesures  
 
prioritaires. Ces mesures vont constituer la charge de travail de cette année. Mais parallèlement, le paquet des actions  
 
définies et non exécutées en 2008, sera mis en œuvre courant 2009. Les tournées de vulgarisation de la Stratégie de  
 
croissance accélérée ont permis de détecter les potentialités des différentes localités du pays. Ainsi, la démarche de  
 
l’opérationnalisation à la base est adoptée. Ceci pour faire émerger le potentiel de valeur ajoutée dans certains terroirs. 
 
Par ailleurs, la crise fiancière ne devrait pas freiner le déroulement de la Stratégie. C’est du moins ce que soutient le  
 
secrétaire permanent de la Sca. La Stratégie de croissance accélérée, dit-il, s’insère dans le Programme triennal  
 
d’investissement où elle est prise en charge. Elle épouse également le Document de stratégie de réduction de la pauvreté  
 
(Dsrp). Aussi, le plan d’actions de la Sca se retrouve-t-il, dans certains programmes sectoriels, projets et activités en  
 
cours d’exécution. Pour Ibrahima Wade, la crise économique renforce plutôt la nécessité d’une stratégie de croissance  
 
accélérée. Il estime que c’est un impératif que de trouver les voies et moyens d’une accélération des processus de création  
 
de richesse et d’une croissance forte et inclusive.  
 
En outre, la Banque africiane de développement (Bad) a donné son aval pour un appui de 15 milliards dans un projet inclus  
 
dans la grappe Produits de la mer et aquaculture. Une mission d’évaluation du projet est prévue au mois de mars.  
 
Khady BAKHOUM  
 
SUD QUOTIDIEN ; 
FAUSSES NOUVELLES, CALOMNIES, TROUBLES A L’ODRE PUBLIC 
 
Cheikh Tidiane Sy va-t-il démissionner ? Sera-t-il jugé ? 
 
par , vendredi 27 février 2009 
 
La justice vient de confirmer la peine infligée à El Malick Seck. Le pourvoi en cassation qui s’offre au journaliste vise à  
 
juger les jugements et non les faits en question. Pour diffusion de fausses nouvelles, le directeur de publication de 24 H a  
 
écopé de trois ans d’emprisonnement ferme. Il avait, sans pouvoir en apporter la preuve, accusé Abdoulaye Wade et Karim Wade  
 
d’être trempés dans une histoire de blanchiment d’argent. Dure est la loi, mais c’est la loi. Dit-on ! 
 
Le sieur Cheikh Tidiane Sy, ministre de l’Intérieur de son état, a émis un communiqué en date du 26 janvier dans lequel il  
 
accuse messieurs Macky Sall et Abdoulaye Sall d’être impliqués dans une opération de blanchiment d’argent, en relation, donc  
 
en complicité, avec un chef d’Etat étranger. Ce communiqué a été publié et diffusé par voie presse, par les soins de l’actuel  
 
ministre en charge première de protéger les citoyens et d’assurer la sécurité de leurs biens et personnes. Cheikh Tidiane Sy  
 
est coupable d’avoir diffusé de fausses nouvelles, porté atteinte à la dignité d’honnêtes citoyens dont le seul « tort » est  
 
d’apparaître comme ses adversaires politiques, et fait planer des menaces sur les relations du Sénégal avec le Gabon où  
 
vivent 40 000 de nos concitoyens. 
 
Il a porté de graves accusations – ce qui relève déjà de l’usurpation de fonction- sans pouvoir apporter la preuve de ses  
 
allégations, malgré les moyens de l’Etat qu’il a mis en branle. 
 
Dans cette affaire, montée de toutes pièces et initiée dans des officines qui confondent l’Etat avec leur clan  
 
politico-affairiste, les accusations calomnieuses et les violations des droits de citoyens irréprochables se sont  
 
accompagnées de déclarations mettant en péril les relations du Sénégal avec un pays étranger mais aussi la tranquillité de  
 
milliers de nos compatriotes qui y vivent. 
 
Des jours et des jours durant, d’importantes forces de police ont été mobilisées pour des enquêtes poussées, des fouilles  
 
intempestives, des écoutes téléphoniques indécentes, des filatures inconvenantes, des interrogatoires frustes menées à leur  
 
comble. Domiciles, chéquiers, téléphones portables, ordinateurs, voitures…tout a été fouillé, les proches et amis interrogés,  
 
des familles mises en émoi, des enfants choqués. But de la manœuvre : trouver les preuves devant fonder les chefs  
 
d’accusation dressés dans le bureau du ministre de l’Intérieur. On aura beau chercher, avec indulgence, on ne trouve rien  
 
d’autre pour qualifier le fait : c’est de l’inquisition. 
 
Cheikh Tidiane Sy s’est rendu aussi coupable de trouble à l’ordre public : des milliers de Sénégalais qui affluent au  
 
commissariat de police, avec des risques d’affrontements. 
 
Le grotesque a été poussé à son comble dans ce dossier, par des questions sur « des containers remplis d’euros transportés  
 
depuis la Hollande », quand ce n’est pas un « transfert de 36 millions d’euros ». « Containers d’euros » ? Pourquoi pas des  
 
paquebots de diamants ? 
 
Macky Sall et Abdoulaye Sall, en plus d’être coupables d’avoir le même patronyme, ne sont-ils pas les responsables de la  
 
crise financière mondiale, comme personne ne l’ignore ? 
 
Même dans les aventures de Picsou, l’imagination débridée n’atteint pas de tels sommets. 
 
Après la confirmation de la condamnation de El Malick Seck, Cheikh Tidiane Sy devrait rendre sa démission, s’il a les  
 
ressorts moraux qui commandent un tel acte. Les mêmes délits n’appellent-ils pas les mêmes sanctions ? Quelqu’un qui commet  
 
un délit est, par définition, un délinquant. 
 
L’Ordre des avocats du Sénégal, et à travers lui le bâtonnier, Me Mame Adama GUEYE, mais aussi la Rencontre africaine des  
 
droits de l’homme (Raddho) et son président, Alioune Tine, ont rempli dans cette affaire, avec brio et honneur, leur rôle de  
 
vigie des libertés publiques. Ils ont compris que Cheikh Tidiane Sy est allé trop loin. Dans son genre, il s’agit-là  
 
d’ailleurs d’une récidive. 
 
Nombreux sont ceux qui auraient rendu le tablier. Mais les pauvres types ne sont pas forcément les types pauvres. 
 
Si le ministre de l’Intérieur est un justiciable comme tout autre, si l’égalité des citoyens devant la loi est encore  
 
vérifiée dans notre pays, s’il y subsistent des institutions soucieuses de l’équilibre républicain, laquelle passe par la  
 
preuve que chacun doit répondre de ses actes, un signal fort doit venir de la justice. 
 
Ce qui a ému l’Ordre des avocats du Sénégal laissera-t-il indifférente la justice de notre pays ? 
 
Cheikh Tdiane Sy, avec sa gestion éruptive du ministère de l’Intérieur, ne doit pas échapper au glaive qui a frappé El Malick  
 
Seck. 
 
Blanchiment d’argent, transfert de fonds, implication de pays étranger… N’en jetez plus ! La litanie haineuse, soutenue par  
 
une prose indigente du ministre de l’Intérieur à travers son acte d’inquisition était digne d’une république bananière. 
 
Non, M. le ministre de l’Intérieur, ceux que vous accusez, en vous arrogeant la fonction des juges, ne sont pas ceux qui sont  
 
devenus riches en milliards, ces enfants du pouvoir qui roulent dans Paris en bolides de luxe, genre Bentley garés dans les  
 
parkings de leurs appartements achetés entre l’avenue Montaigne et la place Vendôme. S’il y a des millions d’euros gagnés  
 
illégalement à rechercher, la fouine devrait se faire ailleurs que chez ceux que vous vouez aux gémonies : les agences et  
 
cabinets de consultance sont nombreuses, tenues par des enfants du pouvoir, dont la gestion mériterait, plus que tout, un  
 
faisceau de lumière. 
 
Entre les émigrés qui rapportent ce qu’ils gagnent ailleurs et les vulgaires privilégiés qui planquent des sommes  
 
faramineuses à l’étranger, un ancien émigré devrait savoir où doivent mener des enquêtes, si seulement elles avaient pour  
 
unique motivation l’intérêt du pays dans la légalité et le respect de l’égalité des citoyens. 
 
Abou Abel THIAM 
 
EMPRISONNEMENT DE EL MALICK SECK 
 
Le délit de l’oubli  
par , vendredi 27 février 2009 
J’ai été voir El Malick Seck, directeur de publication de 24 heures Chrono au Camp Pénal. Mais, je l’avoue : après notre  
 
entretien, je n’étais pas fier de moi. Encore moins de ma corporation. Ce jour-là, il faisait bon de faire la sieste en  
 
prenant ses trois normaux, mais c’était plus fort, quelque chose au fond de moi me disait d’aller voir El Malick au Camp  
 
Pénal. 
 
Il déboule dans la salle d’entretien escorté d’un malabar haut comme trois Pommes, la démarche fière, très digne dans sa  
 
condamnation, El Malick Seck vêtu d’une chemise blanche et d’un pantalon kaki garde encore le sourire et serre fortement la  
 
main. 
 
Sur ses conditions de détentions. « On rend grâce à Dieu, c’est difficile mais on tient le coup », souffle-t-il d’un débit  
 
lent, il semble gagner du poids en prison. « Je dors beaucoup », avoue-t-il. Un sommeil qui cache mal sa colère contre ses  
 
collègues journalistes : « Les confrères m’ont laissé tomber, mais je reste avec ma dignité. » le décor est pitoyable et  
 
suffit à vous arracher les larmes. Des gardes pénitentiaires circulent entre les détenus et leurs hôtes de quelques minutes.  
 
Bientôt le journaliste sera seul. Seul dans sa cellule. 
 
Le journaliste du quotidien 24 heures Chrono croupit à la prison de Camp Pénal depuis pratiquement 5 mois. Son tort :  
 
diffusion de fausses nouvelles, actes et manœuvres de nature à troubler l’ordre public et créer des troubles politiques  
 
graves, recel de documents administratifs et offense sur la personne du Président Abdoulaye Wade. Bref, le principal reproche  
 
c’est d’avoir sorti dans ses colonnes un papier « incendiaire » mettant en cause le président de la République sur une  
 
affaire de blanchiment d’argent. Il purge une peine de trois ans ferme au Camp Pénal. Son recours à la cour d’appel a été  
 
rejeté sans gants. Il va payer parce que force reste à la loi, à la justice. Trois ans, sans activité, sans moyens de  
 
ressources, sans cette passion que le bonhomme avait chaque jour de remplir la page de son ordinateur. 3 ans. 
 
Silence fermez le banc ! C’est trop ! Et ils ne sont pas nombreux les journalistes qui le disent tout haut. Ils ne sont pas  
 
nombreux ceux qui sont prêts à se battre pour ce jeune homme qui a eu « l’outrecuidance » de s’attaquer à « notre chef de  
 
l’Etat bien aimé », à Me Wade. Qui dans le calme et l’opulence de son palais royal ignore royalement les misères qu’il fait à  
 
toute une famille. A beaucoup de jeunes sénégalais qui travaillaient pour le compte de El Malick Seck. 
 
Combien d’actions ont été entreprises pour sauver le journaliste des geôles de ses bourreaux ? Pourquoi la corporation s’est  
 
emmurée dans un silence assourdissant ? Tout simple. C’est parce que El Malick selon certains donneurs de leçons de la  
 
profession (ils sont nombreux) « El Malick a commis une erreur. Car, il ne devait pas sortir cette information », « il a  
 
prêté le flanc et le pouvoir lui a cassé les côtes », « Il est tombé dans le piège d’un journal qui voulait se faire  
 
rapidement un nom » etc. 
 
Alors, la bonne attitude à adopter face à ce confrère « encombrant » c’est de lui tourner le dos, de le laisser dans la  
 
solitude de sa cellule, de lui faire payer sa faute. Non ! Même si dans le principe, une erreur est imputable au journaliste,  
 
la corporation doit montrer sa solidarité envers un confrère « égaré ? » qui peut bien revenir aux normes d’éthique et de  
 
déontologie qui régissent la profession. Où va la profession quand un des leurs est emprisonné pendant que ses confrères  
 
applaudissent des deux mains ? La solidarité qui devait être le ciment de nos relations confraternelles se fissure grave dans  
 
nos rédactions, dans nos groupes, mais aussi entre nos rédactions et entre nos groupes. Et la presse perd de son pouvoir de  
 
manière sournoise. C’est plus grave encore. Car, on ne voit rien venir. Parce que dans ce métier, on aime se faire admirer le  
 
nombril, on aime détenir le monopole de la vérité, on aime le manichéisme. Tout court. 
 
Mais, l’heure est grave. Au moment où, les crises économiques et les dangers de toutes sortes guettent nos rédactions et nos  
 
groupes, le moment doit être à l’unité, à la solidarité, nos rangs ne doivent pas se fissurer. La brèche ouverte par notre  
 
manque de solidarité risque de donner l’occasion à nos ennemis de s’y engouffrer et de nous jeter en pâtures à l’opinion. Oui  
 
à l’auto-flagellation ! Nous ne devons pas toujours nous caresser dans le sens des poils, ni aussi se maudire dans les places  
 
publiques. N’acceptons pas de céder au diktat et aux donneurs de leçons de tout acabit qui parce que conscients de notre rôle  
 
cherchent à discréditer le confrère d’à côté ou le concurrent d’en face. Refusons cela pour cette noble profession que nous  
 
avons en commun. 
 
Et puis, dans l’emprisonnement d’El Malick Seck, le président de la République Me Abdoulaye Wade n’a pas le beau rôle. On a  
 
vu pire. Pourtant, pas trace d’une moindre menace. Voulait-t-on fermer le journal 24 heures Chrono qui commençait à gêner en  
 
haut lieu ? 
 
En tout cas, un ancien ministre de la République a été contraint à la démission parce que cité dans l’affaire de la casse des  
 
journaux 24 heures chrono et l’As. Jusqu’à présent, il vaque tranquillement à ses occupations sans être inquiété. Le moins du  
 
monde. 
 
L’on voudrait maintenant qu’un journaliste pour un papier qu’il aura publié dans son journal soit mis au gnouf. Et silence  
 
pour tout le monde. Où sont passés les agresseurs de Talla Sylla ? 
 
Des personnalités politiques ont dit pire que El Malick Seck mais ils ne sont inquiétés le moins du monde ? Un cortège d’un  
 
candidat a été attaqué par des nervis d’un marabout bien connu mais où en est-on dans ce dossier ? 
 
Alors on voudrait qu’un jeune journaliste parce qu’il a écrit un papier sur notre « cher président » et qu’il n’a pas daigné  
 
apporter des preuves, qu’on veuille réduire toute une corporation au silence. Réagissons vite. Car, si nous ne faisons rien,  
 
nous ne serons pas nombreux demain à nous regarder fièrement devant une glace. 
 
Mor Talla GAYE journaliste  
mgaye29@yahoo.fr 
 
De l’aveu à la découverte des familles sataniques. 
 
par , jeudi 26 février 2009  
 
Le débat sur la Franc-maçonnerie, réactivé par l’aveu de Me Wade, est le « Sccop » de Février 2009, mois anniversaire d’une  
 
certaine élection présidentielle sénégalaise et de tendance à empoisonner encore l’atmosphère pour détourner l’opinion  
 
nationale du mal vivre des populations si meurtries et remontées contre le régime de l’alternance. Pourquoi la  
 
Franc-maçonnerie comme sujet de diversion ? Parce que l’histoire de celle-ci, aussi vieille que la civilisation continue de  
 
susciter un vif intérêt sur le public, soucieux de connaître la vérité sur cette confrérie (secte) qui entretient si  
 
longtemps le mystère sur les rites et ses objectifs et dont l’existence soulève maintes polémiques dans le monde. 
 
Pourtant Wade a eu plus d’une opportunité de démontrer son courage de jouer à la transparence, par exemple quand « cette dame  
 
» l’a accusé publiquement dans la presse locale. 
 
Seule la presse européenne mérite-t-elle de la considération de Me Wade ? Mais ce « scoop » « njoomborien », cette mise au  
 
point au journal français « L’Express » est simplement que « de l’huile sur le feu, du vrai mataay ». Wade est le seul sur «  
 
les 23 chefs d’Etat africains francs maçons qui tiennent l’Afrique » à confirmer. 
 
Il est dangereux d’alimenter la rumeur, surtout celle ayant un fondement dans la réalité qui dynamise la vie sociale car elle  
 
est porteuse de suspicions et de scandales. 
 
« Une société dont l’idéal est clandestin, qui choisit délibérément de se cacher est une société malsaine » 
 
Dans son ouvrage « La Franc- maçonnerie au Parlement » Pierre Saint Charles écrit : « Les francs maçons ne sont pas des  
 
hommes libres, ce sont des hommes qui sont liés par des serments et des obligations à une organisation internationale  
 
redoutable, la Franc-maçonnerie, souvent sans mesurer l’importance des engagements qu’ils ont pris. » Evidemment il arrive  
 
que certains initiés enlèvent le voile comme en France récemment a fait Monsieur Xavier Bertrand, l’homme politique qui  
 
monte, et le plus proche du Président Nicolas Sarkozy. Sollicité par le journal « l’Express n° 2995 de la semaine du 21 au 27  
 
février 2008) il a accepté de jouer la transparence et d’expliciter les raisons de son engagement. On peut citer aussi le cas  
 
de Monsieur Olympe Bely Quenum, dans son hommage au Sage Amadou Hampaté Ba, diffusé sur son site web le 30-01-2007 intitulé «  
 
Rencontre et amitié avec A H Ba » quand il écrit « …les gestes discrets et l’accolade q’Amadou Hampaté Ba et moi, avions  
 
échangés devant le centre Richelieu, étaient maçonniques, parce que Doudou Gueye lui avait dit en Wolof que je suis  
 
franc-maçon ; eux aussi ; il existe à Dakar une loge maçonnique dénommée KOUMEN. Le frère Amadou Hampaté Ba était membre de  
 
la Grande Loge Nationale française, obédience reconnue par la Grande Loge unie d’Angleterre dont je dépens…. » 
 
Par ailleurs, il est possible de consulter le répertoire des francs-maçons les plus célèbres des années 1700 à 1950 et aussi  
 
le lexique maçonnique ; tous publiés dans le magazine français « Le crapouillot » paru en hiver 1976. 
 
L’histoire des associations ouvrières initiatiques commence en Europe occidentale vers l’an 790, lorsque des maçons romains  
 
débarquent en Angleterre pour édifier une cathédrale à Vérulam, où ont été découvertes les reliques de Saint Alban. On  
 
assiste alors à la naissance de confréries secrètes. Et quand les corporations italiennes de maçons fondent en 1040 une  
 
confrérie destinée à envoyer des architectes et des ouvriers dans les pays où les églises et les monastères manquent encore  
 
et dans l’euphorie du grand mouvement d’expansion du christianisme du XIe siècle, la papauté à cette initiative confirme tous  
 
les anciens privilèges des maçons et leur reconnaît le monopole de la construction des édifices religieux dans toute la  
 
chrétienté , obtenant aussi des rois et évêques de respecter leur s associations. A l’aube du XIIe siècle, les maçons ont  
 
pris conscience de la place qu’ils occupent dans la société- En 1350, les trois loges de Londres, d’York et Westminster  
 
obtiennent le droit de siéger en permanence entant que loges maçonniques à caractère spéculatif. La maçonnerie spéculative ou  
 
philosophique se soucie des meilleures voies pour parvenir à une société humaine plus harmonieuse. 
 
En 1459, paraissent les constitutions de Strasbourg qui montrent l’existence en Allemagne depuis au moins deux siècles, de  
 
loges opératives reconnaissant l’autorité des Grandes Loges. Les loges à caractère opératif ne se préoccupent que des métiers  
 
de bâtisseurs. 
 
Le secret de l’appartenance (recrutement) et de l’initiation deviennent des règles absolues en 1640, suite particulièrement  
 
aux évènements graves survenus en Angleterre où la révolution chasse du pays, la famille des Stuarts et met hors-la-loi la  
 
religion catholique. Les catholiques qui appartiennent à des loges maçonniques participent aux complots contre Cromwell qui  
 
fit décapiter le roi Charles 1er en 1649. En Angleterre, en Ecosse, en France les stuartistes abritent leurs activités  
 
derrière le secret des loges. C’est au tour du groupe d’exilés du Château de Saint Germain que va s’organiser la  
 
Franc-maçonnerie française. 
 
L’histoire de la franc-maçonnerie d’Europe est assez riche en conflits, divisions et rivalités internes entre « frères, loges  
 
et familles » Sauvée en 1937 la maçonnerie française est dissoute en 1940 par le Maréchal Pétain devenu chef de l’Etat. Les  
 
interventions de plus en plus fréquentes du Grand Orient et de la Grande Loge dans les controverses politiques provoquent en  
 
1933 et 1934 un réveil brutal des campagnes anti-maçonniques. 
 
A l’avènement de la France libre le général de Gaule s’abstient jusqu’en 1943 de prendre position et finit par déclarer «  
 
Nous n’avons jamais reconnu les lois d’exception de Vichy. En conséquence, la Franc-maçonnerie n’a jamais cessé d’exister en  
 
France ».Elle s’émancipe, se diversifie et devient une réelle puissance à tout point de vue. Bien que tirant leur origine  
 
d’un même tronc initiatique commun et bien qu’utilisant à peu près les mêmes outils, les mêmes rituels symboliques, les mêmes  
 
tabliers et les mêmes cordons -mais de couleur différente-, chacune des obédiences maçonniques françaises possède sa propre  
 
identité et ses moyens caractéristiques de travail et d’action vers l’extérieur. On dénombre dans les années soixante dix  
 
(70) en France sept (7) familles et soixante mille (60000) maçons environ tandis que dans le monde ils seraient une dizaine  
 
de millions d’adeptes. 
 
1) Le Grand orient de France : 16, rue Cadet – Paris Ixe. 
 
Avec environ vingt cinq mille (25000) membres répartis dans quatre cent cinquante loges (450), un patrimoine immobilier  
 
composé de plus de cent cinquante (150) immeubles gérés par des associations ou des sociétés locales, elle prétend être, avec  
 
son récent bicentenaire la plus ancienne de toutes les organisations maçonniques actuellement en activité sur le territoire  
 
national français. 
 
2) La Grande loge de France : 8, rue Puteaux – Paris XVIIe 
 
Réunissant environ treize mille membres actifs dans deux cent quatre vingt dix huit loges (298) la grande loge occupe la  
 
deuxième place parmi les grandes obédiences maçonniques françaises. Son siège social est un important édifice au quartier des  
 
Batignolles abritant une impressionnante chapelle ainsi que plusieurs temples rénovés, dont le plus grand porte le nom du  
 
président franklin Roosevelt. Non seulement la Grande loge est propriétaire de cet immeuble, mais elle possède ses propres  
 
temples sur l’ensemble du territoire national et dans les départements d’Outre Mer, où ses loges sont solidement implantées.  
 
Elle vient d’être désignée comme membre correspondant en Europe de la conférence maçonnique interaméricaine. 
 
3) La Grande Loge nationale française : 65, Boulevard Bineau – Neuilly – sur – Seine 
 
Avec un effectif d’environ quatre mille sept cents membres (4700) et cent soixante dix (170) loges, réparties en loges  
 
provinciales et loges de district. Sa caractéristique essentielle est qu’elle a pour fondement traditionnel la Foi en Dieu, «  
 
Grand architecte de l’Univers » et impose à ses membres le respect des opinions et croyances de quiconque, l’interdiction,  
 
sous peine de radiation immédiate de toute fréquentation des autres obédiences françaises, quelle se refuse obstinément à  
 
reconnaître. 
 
4) La Grande Loge nationale française (OPERA) : 
 
Du nom complémentaire du lieu des réunions de son conseil, elle est créée par plusieurs notables dissidents et issus de la  
 
GLN Bineau ci-dessus, supportant mal l’emprise que la puissante Loge Mère anglaise entendait exercer sur eux en les isolant  
 
de leurs « frères » des autres obédiences françaises. Elle possède actuellement une quarantaine de loges regroupant environ  
 
huit cents initiés. 
 
5) L’Ordre Mixte Français et international du Droit Humain : 5, rue Jules – Breton Paris XIIIe Affirmant l’égalité  
 
essentielle de l’homme et de la femme, et leur droit de bénéficier de la m^me façon de la justice sociale, le Droit humain  
 
fit scandale lors de sa création, le 4 Avril 1893. Cette famille compte en France une soixantaine de loges et plus de cinq  
 
mille membres, hommes et femmes. 
 
6) L’Ordre Hermétique du Rite Memphis-Misraïm 
 
Fonctionnant discrètement sous une forme maçonnique internationale, cet ordre, qui fait état de plus de cinq mille adhérents  
 
dans le monde, est surtout répandu en Australie, à Haïti, en Argentine, en Bolivie, au Venezuela et, pour l’Europe, en  
 
France, en Belgique, en Suisse et aux Pays bas. En France, l’ordre compte une quinzaine de loges, où quelques centaines de  
 
membres pratiquent une forme spirituelle hautement ésotérique et occultiste. 
 
7) La Grande Loge féminine française : 71, bis, rue de la Condamine – Paris XVIIe 
 
C’est en 1952 que la Grande Loge Féminine française ayant acquis sa totale indépendance est devenue officiellement une  
 
puissance maçonnique souveraine. De nos jours, on rencontre dans les loges féminines, principalement des institutrices, des  
 
femmes magistrats, des avocates, des doctoresses, des journalistes, des fonctionnaires, mais aussi des employées et des  
 
ouvrières. Comptant une soixantaine de loges, réparties sur l’ensemble du territoire (ainsi qu’en Belgique et en Suisse) la  
 
grande loge rassemble quelques deux mille deux cents (2200) maçonnes. 
 
Jean Vitiano, l’auteur de « 60000 maçons et 7 familles » dans le « crapouillot, précise « que toutes les obédiences ci-dessus  
 
énumérés sont déclarées à la préfectures de police de Paris en tant que associations se réclamant de la loi de 1901. En  
 
outre, leurs statuts, constitutions et règlements généraux ont été dûment déposés aux archives du ministère de l’intérieur,  
 
ainsi que les noms de leurs dirigeants responsables. La maçonnerie française n’est donc ni secrète ni illégale. ». Loi que  
 
Sarkozy voulut récemment modifiée mais sans succès grâce à l’opposition ferme des francs-maçons mobilisés qui l’obligèrent à  
 
venir en discuter au siège de la rue Bineau. 
 
Au Sénégal, l’histoire de la franc-maçonnerie est tributaire de la colonisation française. Très tôt perçue comme une société  
 
satanique, d’anti-religion musulmane et d’anti-valeur,la franc-maçonnerie ne sut prospérer que sous le voile, à visage  
 
encagoulé. 
 
Certains initiés ou considérés comme tels, étaient connus de l’opinion publique. Mais l’hostilité et la réprobation de la  
 
franc-maçonnerie n’a cessé de s’amplifier. On retiendra l’opposition en 1934 d’enterrer Blaise Diagne dans l’enceinte du  
 
Cimetière musulman de Dakar entre autres. Dans une récente période, les révélations de Latif Gueye sur la franc-maçonnerie et  
 
ses implications ont scandalisé l’opinion et agité le pays, provoquer interrogations et suspicions grandissantes et  
 
fracassantes avec la prise de position ferme du vénéré Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh. 
 
Le journal sénégalais bimensuel « Promotion » n°25 du 7 juillet 1985 titrait « les francs-maçons arrivent.. » avec plusieurs  
 
photos de personnalités, preuves à l’appui. Dans son dossier, l’auteur Boubacar Diop rappelle « que bien avant, notre  
 
journal, le jeune marabout terrible de Kaolack, Ahmed Khalifa Niasse a soulevé ce problème de la franc-maçonnerie et ses  
 
corollaires dans les agressions culturelles qui blessent notre nation pieuse… » B. Diop donne ici la perception que les  
 
Sénégalais ont de la franc-maçonnerie en ces termes « …les francs-maçons, membres de sociétés secrètes, constituent au sein  
 
de la communauté et en marge des institutions un groupe solidaire d’amis liés par des intérêts de classe qu’il faut préserver  
 
par tous les moyens. 
 
A la vérité leur objectif n’est plus de gêner l’essor des religions, ni de s’immiscer dans les pratiques rituelles de  
 
celles-ci. Toutefois lorsque l’essor de l’une d’elles peut gêner le leur quant à leur influence dans la gestion des biens de  
 
la communauté et dans la distribution des fonctions y afférentes, fussent-elles politiques alors seulement les francs-maçons  
 
s’interposent, dans toute la puissance de leur solidarité… » (….) « s’il reste clair que nul ne peut tuer l’Islam au Sénégal,  
 
il est évident que les francs-maçons ont intérêt à l’affaiblir dans ses valeurs et ses principes…. Tout franc-maçon  
 
souhaiterait que les musulmans sénégalais le soient pour la forme mais que cette foi hésitante les autorise à boire de  
 
l’alcool, à admettre le principe de loteries et à fuir les daaras… » 
 
Dans une de mes contributions « le mirage des milliards et le pouvoir de Me Wade » publiée le 27 Avril 2007 dans Sud  
 
Quotidien, nous notions que « la succession des jalons du gouvernement de l’alternance fait penser à la tendance à bâtir au  
 
Sénégal un « pays de services et de plaisirs ». Il est admis que dans tous les segments de notre société, on assiste à une  
 
agression systématique contre l’ordre et les règles établis annexant notamment toute l’ossature d’éthique et de morale,  
 
d’éducation et de formation, de foi et de croyance.. 
 
Les homosexuels s’exhibent partout, les francs-maçons exhument et exhortent en fêtant « le 30e annoversaire de la loge Blaise  
 
Diagne » coïncidant par hasard au lancement des travaux de l’aéroport de Diass nébuleusement offert à des privés non encore  
 
connus et sur le dos du peuple sénégalais. Avec notre « cher président bien aimé, tout est possible… » Voilà quelques repères  
 
pouvant contribuer à cerner la question telle qu’elle est perçue dans l’opinion sénégalaise. 
 
Ce n’est qu’en Avril 2007, qu’à visage découvert, à l’occasion du 30e anniversaire de la loge Blaise Diagne et l’arrivée du  
 
Grand maître du Grand Orient de France que les « frères » encagoulés osent organisés une conférence de presse. A cela, il a  
 
fallu aussi l’avènement du régime de l’alternance de même, l’agression de l’opinion par des mariages contre nature et autres  
 
cérémonies d’anniversaires d’homosexuels sous nos cieux. Le journal « Populaire » n°2220 du lundi 16 Avril 2007, écrit à sa  
 
Une « Les francs-maçons en forme – 200 membres en majorité des jeunes dans trois loges » 
 
Tous ces faits et gestes viennent renforcer l’hostilité des Sénégalais qui sont vertigineusement dubitatifs devant la  
 
multiplication de bâtisses et signes maçonniques dans leur environnement. Voilà pourquoi l’aveu de Me Wade est mal venu et de  
 
trop à moins que l’objectif ne soit qu’une tentative de banaliser la question pour affaiblir toutes les hostilités des  
 
Sénégalais autant qu’il en fait des institutions de la république. Mais nul ne peut interdire aux Sénégalais de s’offusquer  
 
et de vouloir savoir combien de ministres sont francs-maçons à la suite de leur président, combien de députés à l’exemple de  
 
« la fraternelle parlementaire » française actuelle qui rassemble 300 maçons à l’assemblée nationale du Sénat, du Parlement  
 
européen et du conseil économique et social. 
 
Et enfin qui est qui ? Parmi les concitoyens, chacun pouvant par les illusions et les mirages qui meublent notre vie  
 
aujourd’hui, être attiré dans ces organisations qui peuvent paraître la « voie royale de la réussite » et dont le fondement  
 
demeure « Ni Dieu, ni maître, vive la sociale et à bas la carotte » (L’Expresse 2955 susvisé). Devant l’aggravation de nos  
 
conditions de vie et l’éclosion d’une caste de nouveaux riches arrogants, une situation qui fait le lit de l’obscurantisme,  
 
nombreux Sénégalais se convainquent de l’idée « que Dieu nous punisse pour nos manquements aux règles et recommandations  
 
divines » c’est le sens de l’appel au retour à Dieu, au respect des préceptes religieux permanemment renouvelés dans les  
 
sermons pertinents des chefs religieux, y compris dans le discours, de ce jour 15 février 2009, du Khalif de Touba. 
 
Les Sénégalais, dans leur grande majorité, sont fondés vivre la propension de la franc-maçonnerie et l’affirmation de leur  
 
puissance au point de penser que « les francs-maçons tiennent » le Sénégal et sont rassurés pour tant oser. La  
 
franc-maçonnerie accusée dans tous les pays du monde, de représenter une conjuration politique permanente, cherche  
 
irrémédiablement, grâce à l’influence dont elle dispose dans les partis politiques (socialistes, communistes, libéraux et  
 
autres) à orienter les gouvernements des pays, à procurer à leurs membres des avantages personnels. Il en va ainsi parce que  
 
« les trente-trois plus hauts dignitaires d’une puissance maçonnique sont aussi des administrateurs gérant des fonds très  
 
importants. « En 1976-1977, les francs-maçons du Grand Orient de France, (dont le Grand Maître a fêté la loge Blaise Diagne  
 
récemment) verseront ainsi un total de cotisations qui approchera les 9 milliards d’anciens francs sur lesquels 8 milliards  
 
environ iront à la caisse de l’obédience. 
 
A la Grande Loge de France, dans le même temps, le total des cotisations approchera 5 milliards et demi, d’anciens francs,  
 
sur lesquels plus de 4 milliards et demi iront à la caisse du Grand Trésorier. A ces cotisations s’ajoutent, au chapitre des  
 
recettes les dons, les héritages, les taxes de location des temples, acquittées par les loges à l’obédience, les sommes  
 
versées par les « frères » pour couvrir les formalités d’augmentation de grade, les ventes d’imprimés et de médailles, etc… »  
 
(le crapouillot) 
 
Par ailleurs au sujet de la religion, des auteurs font remarquer que « créer un rassemblement général des croyances, une «  
 
religion universelle » tel est le premier objectif de la maçonnerie. En 1962, dans la revue maçonnique « le symbolisme » Un  
 
initié écrivait : « Fondamentalement, la franc-maçonnerie se veut super – église qui les réunira toutes ». Dans son ouvrage «  
 
La franc-maçonnerie au Parlement » Pierre Saint-Charles écrit lui aussi que « la franc-maçonnerie a périodiquement cherché  
 
dans l’anticléricalisme une diversion ou un point de ralliement. » Déjà en 1880, Monseigneur Gaume avait accusé les  
 
francs-maçons d’organiser des messes noires et d’exiger de leurs nouveaux initiés qu’ils profanent les hosties consacrées.  
 
Cette accusation a été reprise en 1976 par Mgr Lefebvre, dans son homélie de Lille ville française, un Mgr bien connu à la  
 
cathédrale de Dakar. 
 
D’ailleurs, la franc-maçonnerie est encore appelée dans de nombreux cercles catholiques « synagogue de Satan » On comprend  
 
dès lors l’indignation de nombreux catholiques lorsque Mgr Lebvre, le Révérend père Bruckberger et certains journaux leur  
 
affirment que des cardinaux, des archevêques, des évêques, notamment ceux qui ont orienté le dernier concile, sont  
 
francs-maçons. 
 
C’est vrai, aujourd’hui plus que jamais en Afrique, notamment au Sénégal, on ne saurait sous-estimer la trame d’organisations  
 
sociales et structures institutionnelles ayant servi de support aux infiltrations maçonniques et leurs implications. Hormis  
 
les opportunités offertes aux étudiants étrangers et autres émigrés au début, on s’interrogera sur la « Gentry » dakaroise  
 
que Cheikh Faty Faye, universitaire sénégalais, dans son livre « les enjeux politiques à Dakar (1945 -1960) nous fait  
 
découvrir par une belle présentation. « En somme cette « Gentry » se compose de ceux qui occupent les postes clefs dans  
 
l’ensemble des secteurs d’activités de la capitale (….) elle exerce une grande influence sur la scène politique par les rares  
 
éléments qui s’y activent … » Il cite des personnalités qui, à quelques rares exceptions sont celles faisant sujets « des  
 
révélations de Latif Gueye rapportées telles quelles dans sa conférence… » 
 
Dans le journal « Promotion » susmentionné. « … Latif accuse, sur la foi de documents secrets inédits, que la plupart des (…)  
 
piliers de l’économie sénégalaise et conseillers privilégiés du régime senghorien, hier, ces « Toubabs » qui ont vu naître  
 
l’indépendance dans leur majorité, sont des maçons de grande réputation… » 
 
D’ailleurs, il est plus aisé aujourd’hui qu’hier d’entendre ou de rencontrer des hommes, délateurs ou pas, qui brandissent  
 
des documents et preuves sur l’appartenance de personnalités africaines et sénégalaises à la franc-maçonnerie. Dans le  
 
contexte d’approfondissement de la pauvreté et de la religiosité et fanatisme, raviver ou réactiver des sujets aussi  
 
agressifs sur les consciences et les croyances, c’est amonceler de gros nuages lourds de dangers aux limites incertaines. 
 
Moctar Fofana Niang 
Matafofana39@yahoo.fr 
 
LE REGIME DE LA MAGOUILLE  
Les Sénégalais en ont las des magouilles du Président Abdoulaye WADE, qui ne cesse de tricher en amont et en aval. Le constat  
 
partagé, est que, toutes les élections organisées depuis 2000, sont entachées d’incohérences, d’irrégularités et  
 
d’incongruités. Les locales du 22 mars 2009 n’y échapperont pas, parce que, leurs montages sont lourdement pipés et truqués.  
 
De facto, le Sénégal actuel n’est pas disposé à organiser des élections mais plutôt des sélections, vu que son processus  
 
électoral est confronté à des contradictions, limites et ambiguïtés qui ne garantissent guère la régularité et la  
 
transparence d’un scrutin normal. 
 
Force est de constater que le Parti Etat- PDS et ses alliés, dans leur mince Coalition Sopi 2009, se manifestent par une  
 
détermination à décrédibiliser les acquis de notre processus électoral. Moult sont les griefs qui ne satisfont pas la plate  
 
forme revendicative d’une démocratie citoyenne, participative et consensuelle. 
 
D’abord le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, Cheikh Tidiane SY, en tant que candidat à Saint Louis et membre actif du  
 
Pds, tronque le jeu du scrutin, pis, il ne cautionne guère la tenue d’élections libres et incontestables. Il est juge et  
 
partie, organisateur et postulant. Or, pour une question de principe tout Ministre de l’Intérieur, par principe, doit  
 
constituer un gage de sûreté et de transparence. 
 
Ensuite, notre CENA actuelle telle que configurée, n’est pas un organisme doté d’un caractère indépendant pour se décharger  
 
totalement de sa mission de superviser et de réguler le déroulement du scrutin. Elle ressemble à une coquille vide dépouillée  
 
de ses moyens juridiques et financiers pour observer et vérifier la régularité des élections. 
 
Puis, Le code électoral qui est la règle du jeu, est instable et tripatouillée en fonction des calculs du Parti-Etat. Le  
 
notre qui découle d’un consensus large, a été modifié à deux mois des élections, violant ainsi un protocole de la CEDEAO,  
 
proposée et ratifiée par le Sénégal. C’est-à-dire, l’interdiction de changer toute disposition électorale à six mois avant la  
 
tenue d’une élection. 
 
Le fichier électoral constitue le maillon du contentieux électoral. Devenu électronique, sa confection doit respecter toutes  
 
les contraintes qu’impose l’informatique. Dans un pays comme le Sénégal où finalement il n’existe aucune base de données,  
 
l’informatisation du fichier électoral pour être correcte doit être précédée d’un recensement général transparent et  
 
crédible. La démocratie électronique exige la banalisation de l’accès du fichier. Surtout que notre fichier insécurisé n’a  
 
jamais été réellement fondu. Il contient des étrangers, des inscriptions multiples et fictives et un grand stock de morts. 
 
A titre d’exemple, citons quelques cas flagrants parmi tant d’autres. 
 
1) Ibrahima DIAKITE et sa famille, de nationalité mauritanienne, sont inscrits dans la communauté rurale de ROSSO BETHIO plus  
 
précisément à NDIORNO. 
 
2) Babacar DIOP, inscrit dans trois centres électoraux, Pikine, Amitié et Mbao. 
 
3) Le lieu de vote école 02, de KOTHIARY, dans le département de GOUDIRY, qui n’existe pas. 
 
4) Le vieux Abdoulaye DRAME décédé en 2006 et pourtant qui a voté pour le PDS à SEDHIOU plus précisément dans le département  
 
de BOUNKILING dans le centre de BOGHAL FOLOLO. 
 
5) Et enfin le bureau 01 de PANAL, dans la communauté rurale de MBOSS dans le SALOUM qui a été dépouillé sans procès verbal,  
 
le Pds y a gagné avec 876 voix sur 876 inscrits sur 876 votants. 
 
Ces défaillances parmi d’autres ont été possibles parce que tout simplement, les nouvelles technologies déjouent facilement  
 
les données informatiques, biométriques, analogiques et numériques. Or, il a été prouvé à plusieurs reprises que notre  
 
fichier électoral manque ces données. 
 
En sus de ces magouilles électroniques, administratives et humaines, le PDS va réutiliser la fraude intellectuelle sous  
 
plusieurs aspects. Par exemple berner un mandataire illettré de parti politique, en lui faisant signer un Procès Verbal  
 
contenant des résultats inversés. Le PDS a beaucoup usé de cette pratique. Ajoutons un autre exemple, qui s’est produit dans  
 
les coins les plus reculés du Sénégal où les populations sont extrêmement ignorants, et, n’ont pas accès à la télévision, de  
 
facto, ne connaissent point les candidats. 
 
Pour duper les populations, les responsables du PDS ont fait croire aux populations, que voter était un acte simple qui se  
 
limitait à mettre tout simplement le bulletin bleu avec un monsieur en « Ndel » et que la machine se chargerait du reste.  
 
Cela s’est passé dans plusieurs localités du pays, dont celui de NDIAGNE dans la région de LOUGA, plus précisément le village  
 
de PATAR, qui avait un penchant pour d’autres candidats et qui s’est retrouvé avec un vote massif à cent pour cent au  
 
candidat sortant. Ce mode de magouille a apporté beaucoup de voix au candidat Abdoulaye WADE. 
 
Pour conclure, plusieurs manquements portent atteinte à notre démocratie entre guillemets. Des solides griefs entachent notre  
 
processus électoral. Le Sénégal rétrograde du régime du Président Abdoulaye WADE n’est pas apte à organiser des élections  
 
libres et transparentes, parce que la fraude qui est le sport favori du Parti Démocratique Sénégalais, n’est pas verrouillée  
 
mais ouverte, Planifiée, organisée et cautionnée au sommet de l’Etat par le Président Abdoulaye WADE qui magouille sur tous  
 
les fronts, en amont et en aval. 
 
Cheikh Sidiya DIOP 
Secrétaire général de la Ligue des Masses 
dcheikhsidiya@gmail.com 
 
 
Me Wade : un président foncièrement injuste et froidement calculateur 
Au moins trois quotidiens de la place ont fait état d’une lettre du président de la République où il instruit – c’est le mot  
 
consacré (…)– le Garde des Sceaux Ministre de la Justice d’annoncer aux magistrats qu’il mettait à leur disposition 70  
 
parcelles de terrain. Ce geste bien intentionné en faveur de nos magistrats ne surprend que ceux et celles d’entre nous qui  
 
ne suivent pas de près l’actualité. C’est la manifestation, une de plus, de la « générosité » déferlante et sélective que le  
 
président Wade déploie sans état d’âme depuis le 1er avril 2000. Dans au moins trois contributions antérieures, j’ai mis en  
 
garde contre les conséquences négatives auxquelles cette « générosité » politicienne pourrait donner lieu. 
 
L’actualité me donne certainement raison puisque, depuis de longs mois, le front social chauffe et des secteurs aussi  
 
importants que la santé, l’éducation, la justice – pour ne citer que ceux-là – sont régulièrement secoués par des mouvements  
 
de grèves toutes, pratiquement, en réaction au parti-pris flagrant érigé en méthode de gouvernement par notre président  
 
politicien. Pour en avoir le cœur net, revenons un peu en arrière. 
 
Dans une contribution à « Opinions et Débats » du journal Le Quotidien du mardi 15 février 2005, je mettais déjà en cause la  
 
responsabilité directe de notre président politicien dans le chienlit, le chaos qui sont le lot quotidien de notre pauvre  
 
pays. J’y faisais remarquer notamment ce qui suit : 
 
« L’histoire retiendra sûrement de la présidence de Me Wade, sa propension à distribuer à tour de bras l’argent du  
 
contribuable, sa trop grande ″générosité″. Une ″générosité″ particulièrement sélective, profitant d’abord aux seuls  
 
Sénégalais qui, de leurs fonctions, sont susceptibles d’influer sur le vote de leurs compatriotes dans un sens ou dans un  
 
autre : magistrats, autorités administratives, chefs de collectivités locales, chefs religieux, grands notables, etc. » Et  
 
j’insistais avec force sur l’aspect nocif et pernicieux de cette « générosité », qui constitue un précédent dangereux pour la  
 
stabilité sociale et politique de notre pays, du fait de l’injustice manifeste et des frustrations qu’elle génère. C’est  
 
manifestement Me Wade qui allume les incendies et continue de jeter de l’huile au feu par ses choix politiciens et certaines  
 
de ses déclarations irréfléchies. 
 
Rappelons quand même – puisque nous oublions vite et le politicien Wade le sait parfaitement et en profite largement – que  
 
c’est au beau milieu du péril acridien qui menaçait gravement les récoltes de l’hivernage de 2004, que le Président de la  
 
République a annoncé sans état d’âme, de la Somone, entouré et applaudi à tout rompre par ses courtisans chauffés à blanc, sa  
 
décision de porter le salaire de ses nombreux ministres à 2 000 000 de francs.. Dans la même période, il décida de  
 
régulariser les « dessous de table » confortables accordés mensuellement aux autorités administratives et qui étaient de 500  
 
000 francs pour les gouverneurs, 300 000 pour les préfets, 200 000 pour les sous-préfets. Il y était contraint puisque les  
 
différents adjoints, qui n’en bénéficiaient curieusement pas, avaient vendu la mèche. L’indemnité leur était alors étendue et  
 
ils empochaient, eux aussi, respectivement 300 000, 200 000 et 100 000 francs. Un tollé s’en suivit évidemment et, pour se  
 
donner bonne conscience, notre politicien national décida d’augmenter le salaire des fonctionnaires de l’Etat. 
 
Quelques mois auparavant il avait, au détour d’une audience accordée à l’Association des Magistrats du Sénégal (Ams), porté  
 
l’indemnité dite de judicature de 150 000 à 300 000 francs. L’appétit venant en mangeant et le président ayant ouvert  
 
imprudemment la boîte de pandore, les magistrats revinrent à la charge et exigèrent 500 000 francs. Contre toute attente, et  
 
à la grande surprise des magistrats eux-mêmes, Me Wade leur accorda 800 000 francs. Ils se montreront plus exigeants encore –  
 
pourquoi pas – en demandant que cette indemnité substantielle ne soit pas frappée d’impôts . Un premier lot de parcelles de  
 
terrains leur fut également octroyé, auxquels viennent s’ajouter les tout derniers 70 parcelles. C’est donc un secret de  
 
polichinelle : Me Wade se montre particulièrement ″généreux″ avec les magistrats . Le politicien Wade étendra sa « générosité  
 
» sélective à ses députés dont le salaire passera de 650 000 à 1300000 francs pour le député simple, 1 800 000 pour le  
 
président de commission, 2 000 000 pour le député membre du bureau de l’Assemblée nationale. Sans compter le véhicule de  
 
fonction, la dotation de carburant (jusqu’à 1000 litres par mois), des facilités pour le téléphone, etc . Les chefs de  
 
collectivité ne seront pas en reste : notre politicien national les arrosera copieusement. Les présidents de conseils  
 
régionaux et les maires des communes chefs-lieux de région étrennent une indemnité mensuelle de 900 000 francs. 
 
Leurs collègues des chefs-lieux de département et des mairies d’arrondissement et des communes rurales se retrouvent  
 
respectivement avec 500 000 et 300 000 francs. Sans compter leurs nombreux adjoints et les présidents de conseils ruraux et  
 
leurs adjoints, qui ne sont pas laissés en rade. Pour illustrer jusqu’à quel point les choix de Me Wade peuvent être  
 
irréfléchis, le maire de Matam – pour ne donner que cet exemple – voit tout d’un coup son indemnité mensuelle passer de moins  
 
de 40 000 à 900 000 francs. Nous aurions compris ce choix du président politicien si les chefs de collectivités locales  
 
géraient mieux. C’est vraiment loin d’être le cas : la gestion de nombre d’entre eux est des plus catastrophiques. Les  
 
citoyens sont mieux placés pour en juger, et en jugeront peut-être le 22 mars 2009, à l’occasion des élections locales. 
 
En août 2006, donc à quelques mois de l’élection présidentielle de février 2007, Me Wade signe un décret la veille de son  
 
départ pour un voyage en suisse. Ce décret relève très notablement les indemnités de logement des personnels de l’Armée et de  
 
la Gendarmerie nationales. Celles des officiers généraux passent du simple au double : de 250 000 à 500 000 francs. Comme la  
 
plupart des officiers supérieurs et généraux sont logés, un article de ce décret – dont j’ai cherché en vain à me procurer un  
 
exemplaire – préciserait que ces derniers cumulent l’indemnité avec le logement occupé. Il y a moins d’une semaine, une loi  
 
votée par l’Assemblée nationale a donné leurs parts du gâteau aux Forces de police . 
 
Signalons aussi le cas des 100 sénateurs bleus (j’y comprends le seul sénateur de Aj) dont nombre d’entre eux éprouveraient  
 
toutes les peines du monde à conjuguer correctement un verbe du premier groupe au présent de l’indicatif, et qui sont payés  
 
substantiellement à ne rien faire, sinon qu’à chanter les louanges de leurs bienfaiteurs ! Ils ont les mêmes salaires et  
 
autres avantages que les députés. Je passerai sous silence les 50, 100 millions et les véhicules rutilants que notre  
 
politicien national met gracieusement et au grand jour, à la disposition des chefs religieux et autres grands notables dits  
 
porteurs de voix. 
 
Cette « générosité » sélective et indécente a soulevé la colère de nombre d’autres agents de l’Etat, et particulièrement des  
 
différentes hiérarchies A. Les professeurs de l’Enseignement supérieur, les administrateurs civils, les docteurs en médecine,  
 
les docteurs vétérinaires, les différents ingénieurs, les professeurs de l’enseignement moyen et secondaire tapèrent eux  
 
aussi sur la table et réclamèrent légitiment leurs parts du gâteau. Devant les antécédents dangereux qu’il a créés, notre  
 
calculateur national est obligé d’ouvrir encore les cordons de la bourse : il ne pouvait raisonnablement octroyer une  
 
indemnité de 800 000 au jeune magistrat sorti fraîchement du Centre de Formation judiciaire (Cfj) et refuser de donner  
 
satisfaction aux professeurs du supérieur qui ont formé ce dernier aussi bien à l’Université qu’au CFJ. Pour donner un autre  
 
exemple qui illustre l’instabilité et les risques dont les choix de Me Wade sont gros, les professeurs d’enseignement  
 
secondaire, se fondant sur les indemnités substantielles accordées aux forces de la gendarmerie, de l’armée nationale et de  
 
la police, exigèrent une indemnité de logement de 60 000 francs. 
 
Qui pouvait vraiment le leur reprocher ? Ils sont quand même recrutés sur la base du baccalauréat plus six ans ! Ils ont même  
 
été très raisonnables si on considère que, dans l’armée, dans la gendarmerie comme dans la police nationale, des gens qui  
 
sont loin, très loin d’avoir leur cursus, se retrouvent avec 100 à 150000 francs d’indemnités de logement. Ne pouvant rester  
 
sourd à cette exigence face à la détermination du Cusems (c’est le syndicat des enseignants du Moyen et du Secondaire), et  
 
craignant d’accorder une indemnité de logement de 60 000 qui serait réclamée immédiatement par tous les enseignants, le  
 
gouvernement l’enroba sous le nom d’« indemnité de recherche documentaire (Ird) ». Ce fut le tollé général chez les  
 
enseignants de l’Elémentaire, qui objectèrent que tous les enseignants font de la recherche et de la documentation. Le bras  
 
de fer qui oppose aujourd’hui les différents syndicats de cet ordre d’enseignement trouve son fondement dans ce malentendu.  
 
Surtout que, entre temps, la décision a été prise d’accorder une indemnité d’encadrement de 150 000 francs aux inspecteurs de  
 
l’Education nationale qui étaient entrés, eux aussi, dans la danse . 
 
Les secteurs de la Justice et de la santé sont aussi secoués par d’interminables grèves. Les greffiers en chef en particulier  
 
exigent d’être versés dans la hiérarchie A1 en même temps que l’indemnité de judicature de 800 000 francs. J’ai entendu le  
 
responsable de leur syndicat expliquer que leur exigence se justifie, si on considère que certains fonctionnaires appartenant  
 
à la hiérarchie B3 ont été versés dans la hiérarchie A. Le Syndicat unique des travailleurs de la Santé et de l’Action  
 
sociale (Sutsas) devient de plus en plus offensif et perturbe terriblement le fonctionnement des hôpitaux et autres  
 
structures de santé qui sont déjà très mal en point. 
 
Finalement, tous les agents de la Fonction publique et des collectivités locales demandent toujours plus. Qui peut le leur  
 
reprocher ? C’est Me Wade qui a donné le ton en commençant d’inonder imprudemment et sans retenue d’avantages exorbitants les  
 
seules autorités qui sont susceptibles, par leur influence, de lui donner le coup de pouce nécessaire à la réalisation de son  
 
principal objectif : rester le plus longtemps au pouvoir et se faire remplacer par son fil, le moment venu. Sans compter le  
 
train particulièrement dispendieux de l’Etat qui crèvent les yeux de goor goor lu. Le vaste mouvement de revendications est  
 
donc parti pour durer très longtemps et menace très gravement aussi bien le trésor public que la stabilité politique et  
 
sociale du pays. 
 
Le président Senghor, au contraire de Me Wade, avait constamment les yeux rivés sur les écarts entre les salaires. Il  
 
veillait à ce qu’ils ne fussent jamais trop grands. Sous sa présidence comme sous celle de son successeur, les salaires et  
 
les différentes indemnités étaient calculés en fonction de critères objectifs : diplômes plus nombre d’années d’études  
 
notamment. Arrivé au pouvoir, Me Wade détraque tout ce système de calcul et accorde les divers avantages en fonction de ses  
 
humeurs du moment et de ses seuls intérêts politiciens. L’une des conséquences de ce choix hasardeux, politicien et  
 
irresponsable, c’est que désormais, nous assistons à toutes sortes de revendications, y compris des plus fantaisistes et des  
 
plus irréalistes. Au rythme où elles se développent, les finances publiques risquent d’être terriblement obérées au profit  
 
des seuls agents de l’Etat. 
 
Or, ces derniers ne font pas plus de 100 000, sur une population d’environ 12 millions de Sénégalaises et de Sénégalais. Le  
 
budget ne devrait donc pas servir pour l’essentiel à satisfaire des revendications salariales. Il convient aussi de penser au  
 
grand nombre, aux millions d’agriculteurs, de pêcheurs, de jeunes sans emplois, etc. Il faut construire des écoles, des  
 
routes, des forages, des centres de santé, des brigades de gendarmeries, des commissariats de police, des camps militaires,  
 
surtout dans les régions périphériques en proie à l’insécurité grandissante, etc. 
 
Sans l’injustice flagrante de Me Wade, je ne serais certainement pas d’accord avec tous ces mouvements de grèves qui se  
 
développent, même pas avec l’intransigeance de mes collègues de l’Enseignement élémentaire par rapport à l’Ird. Je ne partage  
 
pas, pas du tout alors, cette autre revendication de « supprimer la partie théorique du certificat d’aptitude pédagogique  
 
(Cap) ». L’enseignement marche sur deux pieds : la théorie et la pratique. C’est la première qui éclaire la seconde. Je ne  
 
suis pas non plus d’accord avec la demande d’éteindre – c’est le terme consacré – le corps des instituteurs adjoints, pour  
 
les verser purement et simplement dans celui des instituteurs (titulaires du Cap). Tout cela est trop facile. 
 
Aucun pays ne s’est jamais développé dans la facilité et dans paresse de ses habitants. Travaillons plutôt à mettre les  
 
enseignants dans les conditions de préparer les différents examens et concours, pour accéder aux hiérarchies supérieures.  
 
J’ai des problèmes aussi avec le Sutsas qui se soucierait davantage de primes de motivation que du fonctionnement normal des  
 
hôpitaux et autres centres de santé. L’essentiel des maigres ressources de ces structures serait englouti dans des primes et  
 
autres avantages matériels, pendant qu’elles croupissent sous de lourdes dettes et de graves pénuries. 
 
Après le départ des Wade du pouvoir – ils partiront bien un jour –, il conviendra d’envisager sérieusement de revenir sur les  
 
injustices flagrantes de leur nauséabonde gouvernance. Il faudra en particulier auditer profondément la Fonction publique, et  
 
principalement les salaires et indemnités diverses, ainsi que les milliers de contrats spéciaux de complaisance, qui  
 
empestent et polluent l’administration sénégalaise. Il n’est pas concevable qu’entre deux agents de l’Etat qui ont fait le  
 
même nombre d’années d’études après le bac par exemple, l’un perçoive, sur la base du simple ya ma neex, un salaire et des  
 
indemnités quatre à cinq fois supérieurs à ceux de l’autre. On pourrait me rétorquer l’irréversibilité des avantages acquis.  
 
Un avantage acquis dans l’illégalité ne saurait être irréversible dans aucune démocratie qui se respecte. 
 
En tous les cas, en attendant, l’opposition devrait resserrer ses rangs, se montrer plus offensive et ne rien attendre (de  
 
bon) de la Justice, des autorités administratives, des forces de sécurité, ni même de la Cena qui, malgré sa bonne volonté,  
 
n’a vraiment pas les moyens de sa politique, devant un président politicien comme Me Wade. 
 
Mody Niang,  
modyniang@arc.sn 
 
 
L’AUDACE ET LE COURAGE DE FAIRE FACE AUX FRANCS-MACONS :  
N’AYONS PAS PEUR. 
« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire » Albert Einstein 
 
Dans la vie d’un homme, s’il existe une chose dont la durée de vie est limitée dans le temps, c’est bien le mensonge car tout  
 
se qui se caractérise par le mensonge a vocation à disparaître puisque la vérité finit toujours par triompher. L’on a beau  
 
mentir (en venant de loin), démentir, nier ou renier l’évidence, on finit toujours par être trahi par ses propres mensonges  
 
parce que, quelque part, quelqu’un au pouvoir suprême aura décidé, contre vents et marées, que la vérité se réveillât en même  
 
temps que se lève un nouveau jour éclairé par les rayons d’un soleil vêtu de ses plus beaux atours et prêt à égayer la terre  
 
dans une splendide clarté sans nulle autre pareille. 
 
L’on a beau cacher ses secrets au plus profond de ses entrailles, ou même au plus profond des ténèbres, ces secrets finissent  
 
toujours, par un incroyable concours de circonstances, par refaire surface alors que tout semblait les enfouir à jamais, loin  
 
du champ de vision et de la perception humaine et pourtant... 
 
Les aveux de Abdoulaye Wade sur son passé maçonnique en disent long et révèlent, si besoin est, qu’on n’est pas encore au  
 
bout de nos peines et des révélations de cette homme de la part de qui plus rien ne doit nous surprendre. Peut-être, nous  
 
révélera t-il, un jour, être un ange ou un démon...Qui sait ? 
 
Après avoir gracié puis fait amnistier les assassins de Me Sèye, Clédor et sa bande, alors qu’il a été le principal  
 
commanditaire de cet acte odieux. Après avoir fait classer, sans suite, le dossier sur l’agression de Talla Sylla dont les  
 
auteurs ne sont autres que des proches tapis dans les couloirs de la présidence (l’enquête de la gendarmerie l’a prouvé).  
 
Après avoir fait classer, sans suite, le dossier sur l’assassinat de Balla Gaye tué par les balles de la police. Après avoir  
 
publiquement avoué que ce qui l’opposait à son ancien premier ministre, Idrissa Seck, c’était un problème d’argent (l’argent  
 
du contribuables sénégalais), Abdoulaye Wade vient, une fois de plus, de se distinguer en avouant, à la face du monde, son  
 
appartenance, jadis, à la franc-maçonnerie en s’empressant, toutefois, de préciser qu’il n’y est plus qu’un simple membre  
 
dormant ou...somnolant selon les interprétations. Et, comme à son habitude, il pense s’adresser à des ignares ou à des gens  
 
incultes, incapables de comprendre que dans la franc-maçonnerie, on y entre un jour mais qu’on y reste pour toujours. Face à  
 
ces aveux contradictoires, une seule vérité s’impose : notre Président de la République est toujours un franc-maçon. 
 
Puisqu’en droit l’aveu devient une preuve irréfragable dés lors qu’il est fait dans des conditions où son auteur a agi en  
 
toute connaissance de causes, parce que disposant de toutes ses facultés mentales, et en toute liberté, parce que n’agissant  
 
pas sous le coup de la contrainte, la question que nous sommes légitimement en droit de nous poser, en tant que croyants, de  
 
surcroît dans un pays composé à 95°/° de musulmans, est de savoir quelle doit être notre attitude face à ces déclarations  
 
d’une exceptionnelle gravité. 
 
Une objection de conscience ne s’imposerait-elle pas si l’on sait que depuis son accession au pouvoir Abdoulaye Wade n’a  
 
cessé de nous mentir sur pas mal de questions, précisément sur cette question relative à la franc-maçonnerie ? Et pourtant,  
 
il continue à fréquenter nos mosquées et autres lieux de culte et d’aller surtout à Touba, berceau de la confrérie des  
 
mourides, pour se mettre à genoux, devant « son marabout », avec l’ensemble du gouvernement mettant, du coup, à genoux, toute  
 
la République, à travers les institutions qu’ils incarnent et qui sont censées se trouver au dessus de toutes contingences  
 
ethniques ou religieuses. Quelle hypocrisie ! Quelle imposture ! C’est en fait cela la franc-maçonnerie. 
 
Elle consiste à banaliser et à ridiculiser tout ce qui peut constituer un symbole ou un moyen d’identification, en termes de  
 
valeurs, pour des gens en quête de repères. Le pouvoir spirituel ainsi que toute autre référence à la morale passent à la  
 
trappe au profit d’un pouvoir occulte incarné par des hommes sans foi et ayant à leur tête un gourou, des hommes dont leur  
 
seule pensée suffit comme seul et unique recours. Cela s’appelle une secte, ni plus ni moins. On ne peut, dés lors, pas faire  
 
la sourde oreille en faisant comme si de rien n’était face à ces aveux de Wade. Ce qu’il vient de faire est extrêmement  
 
grave. 
 
Une interprétation du diagnostic social permet aujourd’hui de comprendre que des choses à la fois inimaginables et  
 
invraisemblables se passent dans notre pays depuis un certain soir de mars 2000. Nous avons comme l’impression que tout est  
 
fait pour promouvoir des anti-valeurs sinon comment comprendre que nous soyons dans un pays où le sens des valeurs a été  
 
remplacé par la corruption, le blasphème, le reniement, l’homosexualité et d’autres phénomènes que l’on n’aurait jamais  
 
imaginé, encore moins pensé, avoir droit de cité au Sénégal. Depuis l’accession de Wade et du PDS au pouvoir, on assiste,  
 
avec une implacable passivité des sénégalais, à des choses que l’éthique et la morale réprouvent au plus haut point. Des  
 
homosexuels qui célébraient leur mariage à Mbour ont été arrêtés et présentés à la justice avant d’être libérés parce que  
 
l’un des « futurs époux » aurait menacé de mouiller de hauts responsables de l’Etat dont leur homosexualité ne ferait l’ombre  
 
d’aucun doute. 
 
Ce dernier, à qui le régime aurait octroyé un visa, a quitté en catimini le pays pour aller s’installer aux USA où il est en  
 
train de se reconstruire une nouvelle vie sous le nom de Stefanie. 
 
Le responsable de la Loge du Grand Orient de Paris a été reçu par Wade peu de temps après l’alternance. Pire, il lui a été  
 
donné la possibilité de faire sa propagande à travers la défunte émission « En toute liberté », animée par Madior Sylla et  
 
Daouda Ndiaye sur les écrans de la RTS. Grande fut d’ailleurs la surprise des sénégalais avertis d’entendre ce Monsieur  
 
avouer, sans sourciller, que leur organisation avait joué un très grand rôle dans l’avènement de l’alternance survenue dans  
 
notre pays. Lequel ? Comment ? Qui lui avait attribué ce rôle ? Ce sont là autant de questions sur lesquelles Abdoulaye Wade  
 
qui les a pratiqués doit éclairer notre lanterne d’autant que le mode opératoire de ces sectes consiste à procéder par  
 
infiltration. 
 
Mais non, Wade ne le fera jamais parce que tout ce que ce Monsieur et sa clique de parvenus politiques ont réussi à faire  
 
depuis leur accession au pouvoir, c’est de transformer négativement notre pays avec comme seul objectif l’accaparement et la  
 
conservation du pouvoir à tout prix. Ils ne se sont pas fixé de limites dans cette entreprise macabre de destruction du pays  
 
et il ne sont pas près de s’arrêter. Ils on réussi à effacer tous les repères à partir desquels s’identifiait notre jeunesse,  
 
c’est pourquoi ce pays est en train de s’auto-détruire. 
 
Il n’y a pas pire pour un dirigeant d’un peuple que d’avouer son adhésion à des principes qui sont, dans le fond comme dans  
 
la forme, contraires aux valeurs pour lesquelles il a été choisi parce que justement ceux-là qui l’avaient choisi avaient  
 
confiance en lui. C’est cela qu’a fait Abdoulaye Wade en avouant avoir appartenu à la franc-maçonnerie. Nous croyions avoir  
 
élu un homme de foi conscient de ce que Marx Weber appelait : « l’éthique de responsabilité et l’éthique de conviction ».  
 
Mais, hélas, nous venons de nous rendre compte que c’est un homme à la foi douteuse et à l’immoralité sans faille que nous  
 
avons malheureusement porté à la tête de notre pays. Personne ne l’a obligé à faire ces aveux et il aurait mieux valu qu’il  
 
nous épargnât cette énième humiliation et qu’il eût surtout le courage de démissionner et de demander pardon au peuple  
 
sénégalais car ces aveux, nous les avons tous ressentis, au plus profond de nous-mêmes, comme une trahison. 
 
Cela ne se serait passé dans aucun pays du monde sans que le président ne fût poussé à la démission ou qu’il n’y eût la  
 
réaction appropriée à la hauteur de ces déclarations gravissimes. Mais, hélas, en presque dix années de règne, Wade a réussi  
 
à faire du Sénégal le pays des extrêmes, un pays où tout peut se passer sans que personne ne trouve à redire. Nous ne pouvons  
 
même pas imaginer ce que ce type serait capable de faire si nous l’avions porté un peu plus tôt à la tête de notre pays.  
 
Personne ne sait ce qu’il serait capable de faire si nous l’avions fait accédé, en 1988, à la magistrature suprême. Et  
 
pourtant, cela aura pu se faire n’eût été la clairvoyance et la détermination de Abdou Diouf que nous avions combattu  
 
jusqu’en 2000. Heureusement que le temps est là pour jouer contre ce pauvre arriviste de la politique arrivé au pouvoir en  
 
mars 2000 par un simple coup de chance. 
 
Dénoncer leurs dérives ne suffit plus pour enrayer le danger ambulant que Wade et son régime représentent pour le pays. Ils  
 
se sont inscrits dans une logique implacable de conservation du pouvoir à tout prix, quitte à détruire tous les acquis de  
 
notre peuple pour mieux l’asservir et l’assujettir à leurs ambitions. L’heure n’est alors plus aux spéculations et autres  
 
supputations politiques car l’objectif de Abdoulaye Wade est clair : mettre son fils à la tête du pouvoir ou détruire le pays  
 
avant de partir. Cela, nous ne devons pas lui en laisser le temps le soin. Il faut instaurer des extrêmes pour lutter contre  
 
des extrêmes car ce qui nous arrive n’est pas une fatalité, c’est une condition que tentent de nous imposer Abdoulaye Wade et  
 
son régime. 
 
Ils veulent instaurer le règne de la peur et de la cruauté de sorte que personne n’osera lever le plus petit doigt. Ils se  
 
croient ainsi tout permis. Regardez ce qui se passe avec le stade Assane Diouf et vous comprendrez aisément jusqu’où peuvent  
 
aller ces gens pour de l’argent. Cette affaire dont le soubassement n’est rien d’autre qu’une spoliation de terres pour des  
 
raisons mercantilistes. Tout ce scandale repose sur l’arnaque car trop d’argent est en jeu pour des cens qui sont prêts à  
 
tout. Le déploiement de la police et l’arrestation de certains jeunes de rebeuss déférés directement au parquet en est une  
 
parfaite illustration. Voilà le supplice qu’est en train de nous faire vivre ce franc-maçon de Wade depuis son accession au  
 
pouvoir. 
 
C’est maintenant à nous de mettre fin à ce supplice qui n’a que trop duré car comme le disait Camus dans l’Homme révolté : «  
 
Jusque là, oui mais au delà non. Toute chose a des limites (...) La grandeur de l’Homme est dans sa grandeur à être plus fort  
 
que sa condition ». Il est impératif de comprendre que notre pays est malade par la faute d’Abdoulaye Wade et de son régime  
 
et il n’est pas près de se rétablir d’où l’urgence d’instaurer autre chose que ces valeurs maçonniques qu’on veut nous  
 
imposer. Personne n’est en mesure de nous dire à quoi ressemble le Sénégal d’aujourd’hui sous Wade et à quoi ressemblera t-il  
 
demain lorsqu’il l’aura quitté et que sera arrivée l’heure de faire les comptes tellement il a tout foutu en l’air. 
 
Au vue de cette situation, nous ne pouvons plus passer notre temps à disserter sur la métaphysique d’Aristote, la psychologie  
 
de Freud ou encore l’anthropologie sartrienne. On ne peut plus attendre en ayant toujours l’espoir que les choses vont  
 
évoluer dans le temps car s’il est vrai que l’espoir peut être un catalyseur pour le rétablissement (ce qui souhaitable pour  
 
notre pays qui est vraiment malade), il n’en demeure pas moins que le rétablissement est un processus qui doit se mener avec  
 
toutes les armes dont nous pouvons disposer. 
 
Il est, à ce titre, urgent que nous opposions notre conviction à sauver notre pays à la dégradation des mœurs, à la cruauté,  
 
au chaos et à l’irrationnel vers lequel tendent à le plonger Wade et son régime et surtout de le sauver de cette forme de  
 
réification dans laquelle ils tendent à nous confiner car comme le notait si bien Pascal : « L’Homme est esprit et corps ».  
 
Nous ne saurions, alors, accepter sans réagir faire à cette forfaiture car notre grandeur en tant que êtres humains, c’est  
 
justement de savoir se relever une fois qu’on est tombé. Ayons le courage de le reconnaître, avec Abdoulaye Wade, le Sénégal  
 
est vraiment tombé bien bas. Faisons, alors preuve d’audace et de courage pour faire face à ce syndicat du crime, car c’est  
 
notre seule voie de salut. Sans cela, nous aurons à rendre compte aux générations futures, aux suivantes et encore aux  
 
suivantes. 
 
Que les anges protecteurs veillent sur le Sénégal d’aujourd’hui et sur celui de demain, ce Sénégal qui nous est si cher et  
 
que nous avons tous l’impérieux devoir de préserver des dérives sataniques et maçonniques. 
 
Amen !!! 
 
Amadou Mbaye 
75013 Paris 
hama.amadou@hotmail.fr 
 
L'OBSERVATEUR ; 
ARRIVEE DE WADE A ZIGUINCHOR Elèves et étudiants sonnent la révolte 
 
 
Article Par Abdourahmane THIAM,  
 
 
Paru le Samedi 28 Fév 2009 
 
Les élèves du Lycée Djignabo et les étudiants de l’Université de Ziguinchor ont sonné, hier, la révolte à l’occasion de la  
 
visite de Wade dans la région du sud. Plongés dans l’indignation et la désolation, ces jeunes ont brandi des cartons rouges  
 
et des pancartes pour demander au président de trouver très rapidement des solutions aux maux qui gangrènent l’école  
 
sénégalaise. 
Pour avoir quitté très tôt leurs salles de classe, les élèves du Lycée Djignabo ont assiégé la grande avenue de leur  
 
établissement qui mène directement à l’aéroport de Ziguinchor. «C’est l’occasion pour nous, aujourd’hui, d’exprimer au  
 
Président Wade notre colère. Parce que nous sommes tous déçus et nous n’en pouvons plus avec ces multiples grèves de nos  
 
professeurs. Mieux, l’enseignement au Sénégal a perdu toutes ses valeurs», disaient-ils en chœur. Mais pour Mamadou Lamine  
 
Diatta, élève en classe de 1ère, «il faut maintenant une autodétermination des élèves pour que l’Etat prenne en compte nos  
 
préoccupations». Pis, selon son collègue Ousmane Biaye, «nos professeurs ne cessent d’aller de plus en plus en grève. Nous  
 
pensons que Me Wade et son gouvernement doivent trouver très rapidement des solutions à leurs problèmes. Faute de quoi, c’est  
 
nous qui allons en pâtir avec les compostions qui tardent». Aujourd’hui, selon ces élèves, la politique de l’Education au  
 
Sénégal a connu un échec et l’Etat ne donne aucune impression pour relever le plateau de ce secteur. «C’est pourquoi, nous  
 
avons décidé de brandir des cartons rouges en direction du Président Wade, pour lui exprimer notre déception», explique  
 
toujours Mamadou Diatta. Et pour réprimer leur regroupement, les forces de l’ordre ont balancé des grenades lacrymogènes en  
 
direction des élèves. Mais, au moment où on croyait que le calme est revenu après ce face-à-face entre élèves et forces de  
 
l’ordre, les étudiants sont entrés dans la danse. Pancartes à la main sur lesquelles on pouvait lire, entre autres,  
 
«L’Université a mal», «Non à la politisation de l’Université», «Nous sommes déçus par la politique de l’Education au  
 
Sénégal», les étudiants ne cessaient de scandaient des slogans hostiles à la politique de l’Etat du Sénégal. Et malgré  
 
l’appel au calme de certains responsables politiques du Pds et des chefs religieux, les étudiants, rejoints par les élèves,  
 
ont vivement manifesté leur mécontentement. C’est dans cette atmosphère très tendue et ponctuée de chants hostiles au régime  
 
de l’alternance, que le Président Wade va, à sa descente d’avion à 13h 35mn, s’ébranler à bord de sa voiture pour entamer sa  
 
«Marche bleue», laissant derrière lui des élèves, des jeunes et des étudiants très dégoûtés. Une «Marche bleue» qui a  
 
coïncidé avec l’heure de la prière du vendredi et qui aura laissé un goût amer aux nombreux fidèles musulmans, imams et  
 
oulémas qui étaient indifférents à la visite présidentielle. «Le peuple souffre et pendant ce temps, ils trouvent le loisir  
 
de s’amuser», disent ces fidèles qui se réfugient derrière leurs prières pour que «le Salut et la Grâce de Dieu se répandent  
 
sur nos populations meurtries».  
 
 
Arrêt des installations de la Sar Les travailleurs en sit-in ce mardi 
 
 
Article Par JEAN-PIERRE MANE ,  
 
 
Paru le Samedi 28 Fév 2009 
 
Les travailleurs de la Société africaine de raffinage (Sar) tiennent, ce mardi, une assemblée générale suivie d’un sit-in  
 
dans les locaux de l’entreprise. La cause de leur courroux : l’arrêt total de la raffinerie, consécutif à l’incapacité des  
 
autorités à répondre à l’exigence des banques.  
Un tanker transportant 125 000 tonnes de brut, représentant environ 925 000 barils de pétrole, mouille toujours aux larges de  
 
Gorée. Bien que la Sar ait payé, en 2008, 18 milliards sur les 89 milliards représentant la dette cristallisée pendant 11  
 
mois d’arrêt, les banques exigent de la société l’apurement de la dette de Senelec avant la délivrance de la lettre de crédit  
 
pour décharger la cargaison. Conséquence : les installations de l’entreprise sont aux arrêts depuis bientôt un mois. Avec une  
 
menace réelle sur la préservation des emplois, mais aussi de la raffinerie qui risque de se dégrader. Las de vivre la  
 
fréquence de tels ennuis, les travailleurs décident de se faire entendre ce mardi. Ceci, pour amener les autorités à mettre  
 
un terme à ces arrêts répétés. «Même si la situation semble se décanter comme le laisse croire le Dg de la Sar, Carmélo Sagna  
 
qui rassure que le tanker va décharger ce week-end, les travailleurs vont tenir une assemblée générale qui pourrait être  
 
suivie d’un sit-in le mardi prochain dans les locaux de l’entreprise. Il est temps de tirer les conclusions de la situation  
 
et dégager leur position par rapport aux arrêts fréquents de la raffinerie», persiste une source digne de foi. Il urge pour  
 
les travailleurs, de procéder à un diagnostic global de la situation de la société pour mettre un terme à ces arrêts  
 
fréquents qui risquent de dégrader les installations, mais aussi d’envoyer environ 300 permanents et une forte main-d’œuvre  
 
journalière en chômage, insistent nos interlocuteurs. «Il est inimaginable que le tanker, aux larges de Gorée depuis le 29  
 
janvier dernier, ne puisse toujours pas décharger pour faute d’argent. Conséquence : Il faudra supporter les pénalités après  
 
avoir fait attendre le bateau pendant des semaines», renseignent, désolés, nos interlocuteurs. Ces pénalités se chiffrent à  
 
100 000 dollars par jour, soit 45 millions F Cfa par jour. «Il y a quelques années, La Sar faisait la grande visite technique  
 
de ses installations tous les deux ans, un cycle allongé jusqu’à quatre ans. Aujourd’hui, à chaque arrivée d’un tanker, les  
 
installations sont aux arrêts après raffinage. Ce qui est mauvais pour la préservation des installations et des emplois»,  
 
regrettent nos interlocuteurs.  
 
 
Beeg Beugou Askan Wi sur la situation nationale «Le Sénégal est malade de ses élites, leaders, intellectuels…» 
 
 
Article Par Harouna FALL et Djibor DOLLET (stagiaire),  
 
 
Paru le Samedi 28 Fév 2009 
 
A vingt quatre heures du démarrage de la campagne électorale, les candidats de la liste Beeg Beugou Askan-Wi (Moustapha  
 
Diakhaté, Ndiaga Samb, Babacar Ndaw, Bachir, Lamine Bâ) étaient face à la presse. Ils ont mobilisé leurs troupes en direction  
 
des élections. Pour eux, le Sénégal est malade de ses élites, leaders, intellectuels… 
La salle Daniel Brothier a refusé du monde, hier. Les militants et sympathisants de la liste Beeg Beug Askan Wi sont venus en  
 
masse apporter leur soutien à leurs responsables, candidats aux élections locales dans les communes d’arrondissement de Dakar  
 
Plateau, Grand-Yoff, Parcelles Assainies, Hann Bel-Air… Une occasion saisie par Moustapha Diakhaté, porte-parole, pour tirer  
 
à boulets rouges sur le régime de Me Abdoulaye Wade. A en croire Moustapha Diakhaté, neuf ans après l’Alternance, le Sénégal  
 
se trouve encore en proie à tous les démons : calamités économiques, politiques et sociales. Le Sénégal est malade de ses  
 
élites, de ses leaders, de ses intellectuels dangereusement affaissés, et, au premier chef, de son président de la  
 
République, coupable d’avoir fait son lit de l’exploitation obscène des mauvais instincts du peuple par une surenchère  
 
populiste et électoraliste. C’est pourquoi, dira Moustapha Diakhaté, il urge de défendre la République contre ceux qui l’ont  
 
pris en otage, contre ceux qui font de la politique leur unique moyen de promotion sociale. A cette heure, poursuit-il, force  
 
est de reconnaître la faiblesse et le dévoiement du débat et du projet politiques au Sénégal. Et dans ce contexte de  
 
brouillage des repères axiologiques, il faut résister. Etre debout. Entre un pouvoir à la gourmandise goulue et une  
 
opposition qui cherche encore son projet, il y a place pour une autre manière de faire de la politique, réconciliée avec sa  
 
raison d’être : servir le peuple et édifier une Nation libre et prospère. La seule ambition de «Beeg beugou Askan-Wi», selon  
 
Moustapha Diakhaté, reste la promotion du Sénégal et des Sénégalais dans leur devenir. Et qu’elle est ouverte à toutes les  
 
compétences pour, ensemble, repenser les règles et les valeurs fondamentales de la république. Redonner sens et une chance au  
 
Sénégal pour réaffirmer ici et maintenant que le Sénégal «ne refuse pas le développement».  
 
 
DOOR MU DAANU «Dolécratie» 
 
 
Article Par XEF XIPPI,  
 
 
Paru le Samedi 28 Fév 2009 
 
Le Parti socialiste avait inventé le flagrant délit continu pour priver le Pape du Sopi d’alors, devenu son Altesse royale El  
 
Hadj Gorgui Wade, d’oxygène et d’eau fraîche. Ce dernier rend bien la monnaie de la pièce. A ses «amis» de l’opposition qu’il  
 
interdit de pointer le nez un centimètre hors du salon de Dansokho, mais aussi et surtout à ses «sujets» de parti. Sa Majesté  
 
a inventé un nouveau concept : la démission sans consentement. Alors que les journalistes nous enseignent qu’une démission  
 
est toujours accompagnée d’un élément intentionnel, Gorgui les rectifie en constatant la démission de fait des initiateurs de  
 
listes parallèles aux Locales. Lamine Bâ, Souleymane Baïdy Ndiaye and Co, visés par cette procédure déjà testée sur Mbaye  
 
Ndiaye et El Pistéléro, savent à quoi s’en tenir. Rangez-vous ou vous perdez vos mandats de député ! Moralité : la raison du  
 
plus fort est toujours la meilleure.  
 
 
 
Université : Exorciser les démons et ténèbres de ce temple de la lumière  
27-02-2009  
elle n’est pas devenue un repoussoir, elle a sans nul doute perdu de son éclat et de sa fière allure. Son étoile pâlit  
 
gravement, s’assombrit nettement et s’obscurcit malheureusement.  
Que dire encore qui n’a été déjà dit et redit sur la lancinante et récurrente crise de l’enseignement, notamment, supérieur  
 
au Sénégal ? Vraiment pas grand-chose, sauf qu’à faire constater qu’à laisser s’installer la routine, à laisser pourrir une  
 
situation, elle finit par atteindre la gangrène, la métastase, diraient les cancérologues pour alerter sur la dangerosité du  
 
mal.  
L’Université, jadis, faisait rêver aussi bien les aspirants étudiants que la société de manière globale. Un attrait qui  
 
s’expliquait aisément par le prestige que l’institution revêtait. Un demi-siècle après, si elle n’est pas devenue un  
 
repoussoir, elle a sans nul doute perdu de son éclat et de sa fière allure. Son étoile pâlit gravement, s’assombrit nettement  
 
et s’obscurcit malheureusement. L’Université sénégalaise constitue aujourd’hui un creuset à problèmes. Elle ploie sous le  
 
poids d’effectifs d’étudiants qu’elle ne supporte pas tandis que son personnel d’encadrement et son réseau d’infrastructures  
 
(locaux) est largement insuffisant. Les étudiants s’entassent jusqu’à huit dans une chambre pendant que d’autres passent la  
 
nuit à la belle étoile, faute de pouvoir acheter une chambre sur le marché noir ouvert sur le campus. La restauration est  
 
également lacunaire. Finalement, cette locomotive du savoir, au lieu de tirer les wagons de la société et de la Nation,  
 
piétine, stagne, recule et même déraille.  
Pour autant, faut-il amener à la casse l’Université comme un vieux train. Sûrement non ! Faut-il la réformer ? Nous sommes  
 
tentés de répondre par l’affirmative. Mais le terme est tellement galvaudé, la Réforme de 1994 ayant laissé de mauvais  
 
souvenirs, que le vocable est négativement chargé. Rénovons alors l’Université. Allons plus loin dans la radicalité des  
 
changements. L’Université a carrément besoin d’une refondation. Pour que les zones d’ombres qui planent sur ce temple de la  
 
lumière s’estompent. Que le lux mea lex, devise de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad), recouvre son sens plein et entier.  
 
Il y va de sa survie et de son avenir. Car au-delà, la face économique, sociale et même politique d’un pays se mesure à  
 
l’aune de la place qu’il accorde au savoir et notamment à l’enseignement supérieur, clé de voûte du système de formation.  
Apporter des solutions radicales aux maux de l’enseignement supérieur exige de se pencher sérieusement sur quelques  
 
principaux points qui ont pour noms massifications des effectifs, locaux insuffisants, faiblesse des budgets, orientations  
 
et finalités des filières, manque de débouchés, diversification et professionnalisation des cursus, vision prospective,  
 
manque de dialogue dans la communauté universitaire et avec la tutelle, centralité des Tic… Finalement, le problème est  
 
systémique. Tout se tient.  
 
Nous avons trop…  
peu d’etudiants 
Il est vrai que le nombre de bacheliers s’est considérablement accru, ces dernières années, du fait notamment de l’érection  
 
de nombreux lycées au Sénégal mais, une meilleure planification aurait dû prévoir des sites d’accueil conséquents pour  
 
contenir ces flux importants. Néanmoins, il est faux de soutenir qu’il y a trop d’étudiants au Sénégal. Loin s’en faut. Moins  
 
de 100 mille pensionnaires du supérieur sur une population de plus de 11 millions. Soit moins de 1%. C’est plus que faible  
 
comparé à beaucoup de pays même en développement. Le principal problème, c’est qu’il n’y a pas assez d’universités et  
 
d’établissements d’enseignement supérieur dans notre pays. Pour y remédier, l’Etat doit augmenter leur nombre et les  
 
équipements qui vont avec (amphis, salles, hébergements, restaurants et autres infrastructures) pour un enseignement de  
 
qualité. Dakar a besoin d’une seconde université pour soulager l’Ucad. Kaolack également doit étrenner sa première université  
 
pour polariser les régions du centre. Tambacounda mérite aussi d’être un pôle universitaire pour la vaste partie orientale.  
 
Les universités de Saint-Louis, Ziguinchor, Bambey et Thiès devront monter en puissance pour pouvoir accueillir chacune au  
 
moins 3 à 5 mille étudiants. A terme, chaque région devrait avoir une à deux universités avec des tailles plus ou moins  
 
grandes. Parallèlement, les pouvoirs publics ont à coopérer étroitement avec les établissements supérieurs du privé pour y  
 
drainer, placer des bacheliers moyennant des subventions publiques, des dégrèvements fiscaux et des crédits d’impôts pour  
 
favoriser l’initiative privée.  
Pour faire face à l’accroissement exponentiel des effectifs, les Technologies de l’Information et de la communication jouent  
 
un rôle incontournable. Leur usage accru peut permettre de désengorger les amphis et autres salles de cours par le e-learning  
 
et l’enseignement à distance. Aujourd’hui avec Internet (vaste bibliothèque), la présence physique n’est plus une condition  
 
sine qua non pour accéder à la connaissance. D’où la nécessité de vulgariser partout l’utilisation de l’ordinateur et de  
 
l’Internet avec un contrôle correct. Tout cela demande évidemment de la volonté politique ainsi que des moyens conséquents.  
 
A peine 2% du budget  
national est accordE aux universitEs publiques 
La question des effectifs est intimement liée à celle du financement. Les budgets alloués aux universités sont plus que  
 
maigres comparés aux nombreux défis et urgences de ce sous-secteur. L’Université Cheikh Anta Diop Dakar avait un budget de 20  
 
milliards en 2008 tandis que le budget des quatre autres Petites et moyennes universités publiques ne dépassait guère 5  
 
milliards sur un budget national de plus de 1 600 milliards. Ce qui donne un taux d’environ 1,5 %. C’est naturellement faible  
 
!  
Pendant ce temps, des institutions et des agences à l’utilité problématique sont légion. Il y a donc urgence à faire des  
 
économies budgétaires en réduisant le train de vie dispendieux de l’Etat pour accroître les subsides de l’enseignement  
 
supérieur et de la recherche.  
Mais au banc des accusés, il faut placer également les autres segments de la Nation notamment les entreprises et surtout les  
 
banques qui doivent mettre la main à la poche pour financer l’enseignement supérieur. Elles sont très frileuses alors que  
 
certaines d’entre elles sont hyper liquides. L’éducation n’est pas un secteur improductif même si sa rentabilité est à  
 
situer à long terme. Ces sociétés peuvent financer des étudiants et se faire rembourser quand ces derniers intègreront la vie  
 
active. La récente initiative d’une grande entreprise de farine de la place de créer une école de formation de boulangers est  
 
à saluer, à encourager et à suivre.  
 
REorienter et endogEnéiser  
les cursus 
Les nouveaux bacheliers ont besoin d’être assistés dans l’orientation et le choix des filières et d’être suivis de près  
 
pendant les deux premières années. Sinon, c’est comme si on les jetait dans une jungle où tous les coups sont permis  
Il faut également renverser la vapeur entre littéraires et scientifiques. Nous avons trop de littéraires. La pléthorique  
 
faculté des lettres de Dakar (30 mille étudiants) qui concentre la moitié des effectifs de l’université de Dakar, ajoutée aux  
 
pensionnaires de la faculté de Droit en est une parfaite illustration. Elles polarisent plus de 70% de l’université.  
A la base, il est urgent de susciter des vocations scientifiques et techniques dès l’école maternelle et élémentaire. Une  
 
discrimination positive consistant à accorder des faveurs aux élèves et enseignants des filières scientifiques n’est pas  
 
injuste. A titre d’anecdote, on rappelle ce SOS lancé récemment par des professeurs de mathématiques qui voient d’année en  
 
année leurs rangs se dégarnir ainsi que les classes S.  
A cet effet, nous croyons qu’il est temps de cesser de diaboliser les sciences notamment les mathématiques pour les faire  
 
aimer par les jeunes écoliers, élèves et autres étudiants. Par leur simplification.  
En revanche, l’université doit abriter des mentions langues nationales et des études théologiques (musulmanes, chrétiennes…)  
 
ouvertes sur l’international comme cela se fait dans beaucoup de pays également laïcs. Cela aura le don et la capacité de  
 
capter une bonne partie d’élèves issus des sphères religieuses et traditionnelles. La diversité est un atout et non une  
 
limite. Sur ce plan, nous traînons un complexe inexplicable. L’extraversion de nos filières est incompréhensible.  
 
Les Evaluations  
sont erratiques 
Le système d’évaluation pose également un sérieux problème chez nous. Du coup, la réussite est l’exception et l’échec, la  
 
règle. Le bon sens ne serait- il plus la chose la mieux partagée, comme le soutenait René Descartes ? Les résultats  
 
catastrophiques à l’université sont loin d’être normaux. Rares sont les premiers cycles qui atteignent des taux de réussite  
 
de plus de 20%. 80% des bacheliers ne peuvent pas tous être des nullards. Ou bien voudrait-on dire, par là, que le Bac leur a  
 
été offert sur un plateau d’argent ? Aux Facultés de Lettres et de Droit, il est fréquent d’enregistrer surtout en première  
 
année, moins de 3% de succès aux premières sessions. L’hécatombe est la notion la plus répandue. Elle n’est même plus un  
 
événement qui fait courir la presse. Ces échecs démentiels ont pour conséquences, une massification inutile et de nombreuses  
 
exclusions. Et bonjour l’armée de «cartouchards» gratuitement stigmatisés. De bons élèves échouent lamentablement à  
 
l’université à cause d’enseignants eux-mêmes sous-évalués et qui se comportent en roitelets.  
L’exemple de cet essayiste et conseiller dans une grande agence nationale qui a confié au mensuel «Icône», dans son numéro de  
 
février, qu’il était un «cartouchard» et un ancien «clochard de luxe», il y a une dizaine d’années, l’illustre à souhait.  
 
C’est la même faculté de droit d’où il a été exclu au premier cycle pour insuffisance de résultats qui lui a décerné  
 
récemment un Dea en science politique, après un crochet en France, en l’autorisant à s’inscrire en doctorat et à publier son  
 
mémoire de troisième cycle. On est au paroxysme du paradoxe. Ce cas est loin d’être unique. Notre système d’évaluation est  
 
pour le moins tatillon.  
Combien de vocations ont été sacrifiées sur l’autel de la pseudo-nullité ? Ce goulot d’étranglement du premier cycle est à  
 
casser. Il vaut mieux avoir de nombreux chômeurs hautement qualifiés et autonomes que de sans-emploi sans diplôme et donc  
 
presque sans débouchés.  
 
Trouver un emploi,  
chercher une aiguille dans une botte de foin 
L’Université doit cesser d’être une grande fabrique de chômeurs et proposer de meilleurs produits aux entreprises et  
 
organisations qui trouveront même de l’intérêt à la financer. Elle ne peut pas continuer à se soucier dérisoirement de la  
 
destination de ses produits. L’Université est appelée à nouer des partenariats féconds avec le monde du travail. Nous ne  
 
pouvons continuer à dire : «L’Université forme, après on verra.» Cela manque de sens. Elle doit savoir pour qui et pour quoi  
 
elle forme et optimiser à cet effet l’utilitabilité ou l’employabilité de ses pensionnaires. Le moment est venu de mettre  
 
davantage de contenu dans la formule adéquation formation et emploi.  
Même si l’Université doit garder quelque peu sa vocation de longues et profondes études, elle doit tendre vers la  
 
professionnalisation accrue de ses filières en les rendant plus courtes et moins généralistes. Trop souvent, les sortants  
 
sont obligés de compléter leur formation par des diplômes plus pratiques et qualifiants. Cela leur faciliterait l’accès au  
 
marché de l’emploi.  
Notre université doit impulser les changements et les ruptures attendues. Nous déplorons à ce niveau de l’analyse, que  
 
l’essentiel de nos diplômés investissent le secteur des services alors que ceux de l’agriculture et de l’industrie, moteurs  
 
du développement sont désertés. Il y a une utopie, dans ces conditions, à vouloir tirer de l’avant notre économie. Une  
 
économie qui a du mal à tirer encore grand profit de la recherche universitaire.  
 
Des chercheurs  
qui trouvent,  
on en cherche 
Cette boutade, lancée à nos chercheurs, a du mal à être sérieusement démentie. Notre recherche peine vraiment à émerger au  
 
plan national et international. Nos chercheurs sont très peu connus. Les meilleurs d’entre eux prennent le chemin de l’exil  
 
occidental à la quête d’un mieux être. Les publications scientifiques sont rares ou restent dans les placards.  
Il y a un manque manifeste de visibilité de leurs recherches et découvertes éventuelles. Mais en réalité, le problème de  
 
fond, c’est qu’en matière d’inventivité et de créativité, nous pêchons dangereusement. Le mimétisme semble occuper le haut du  
 
pavé. Nous en voulons comme preuve le système Lmd qui a été hâtivement calqué, y compris dans la dénomination, alors qu’il  
 
est en train d’être contesté en France même pour son caractère flou. Au Sénégal, on aime le «copier-coller», si cela est  
 
tolérable ailleurs, c’est proprement navrant et inacceptable de la part de cette source majeure de la production  
 
intellectuelle qu’est l’Université. On ne saurait justifier tout, au nom de l’ouverture. Sommes-nous obligés de faire  
 
toujours comme la France, 50 ans après l’indépendance ? Plus de rigueur et d’originalité n’y gâcheraient sûrement rien.  
Cette absence de profondeur est en partie due à la portion congrue que nos chercheurs accordent à leur Université. Le Recteur  
 
Abdou Salam Sall dénonçait récemment lors du cours inaugural de rentrée à l’Ucad ses collègues qui, au lieu de se consacrer  
 
à la recherche, passaient tout leur temps à enseigner la moindre once d’éthique et de responsabilité, leur emploi légal. De  
 
même, de nombreux enseignants répètent dans les amphis- ils ne font pas suffisamment de recherches et de renouvellements- les  
 
mêmes cours pendant plusieurs années sans sanction.  
Ces dérives ne sont possibles que parce que les composantes de la structure évoluent quasiment en vase clos.  
 
Le dialogue, l’absent le plus prEsent  
A l’UniversitE 
Dans le champ universitaire, c’est à se demander si les acteurs se considèrent comme des partenaires. La tension y est  
 
permanente entre administration, enseignants, étudiants et personnels techniques au grand dam de la stabilité et de la  
 
quiétude dont a besoin un espace d’enseignement et de recherche. Cela renvoie, sans nul doute, une image négative à la  
 
société. Les acteurs universitaires oublient souvent qu’ils sont porteurs d’un même projet institutionnel et qu’ils  
 
constituent une communauté, mieux, une famille. Il est temps que l’on y renoue les fils du dialogue, du partage et de  
 
l’échange pour mettre régulièrement à plat les préoccupations et difficultés aux fins de les résoudre. Cela implique pour  
 
plus d’efficacité une planification stratégique qui évite le pilotage à vue répondant par à coups, aux problèmes ponctuels.  
 
Un nouveau mode de management, en quelque sorte, est à instaurer. Il faudra également penser à instituer symboliquement une  
 
journée nationale de l’enseignement supérieur, cadre annuel pour évaluer et consolider les acquis de l’Université.  
Au-delà, plus fondamentalement, il serait utile de convoquer des Etats généraux ou Assises de l’enseignement supérieur pour  
 
redéfinir une vision prospective commune de notre Université. Ce sera l’occasion de discuter des grèves récurrentes qui sont  
 
devenues des moyens surannés de revendication. L’imagination semble vraiment nous manquer. Chaque année nous perdons  
 
impunément des centaines d’heures de cours pour des grèves inutiles. A ce niveau, la responsabilité des tenants de l’Etat est  
 
grande mais également celle des autres «partenaires sociaux». La politique universitaire reste encore floue et illisible pour  
 
bon nombre de personnes. Nous appelons de tous nos vœux son affinement. Le «saucissonnage» du ministère de l’éducation est  
 
venu encore ajouter de la confusion à la confusion déjà sidérante.  
Notre université est aujourd’hui à la croisée des chemins. Elle doit renouer avec la société en étant son fidèle reflet par  
 
la qualité de ses prestations. En cette période de crise financière, économique, politique, sociale et culturelle, il n’est  
 
pas normal qu’elle ne mène pas sérieusement la réflexion pour proposer des solutions de sortie de crise après avoir manqué de  
 
nous en alerter. Ce lieu est, par essence, un cadre d’excellence où s’élaborent et se transmettent le savoir, les  
 
connaissances et les compétences. Il ne peut, par conséquent, continuer à marcher sur la tête au lieu d’avancer par la tête.  
 
Cette humble tribune n’avait qu’un seul but, apporter sa modeste contribution à la communauté universitaire, qui ressemble à  
 
un panier de crabes, pour l’aider à exorciser ses démons pour le bien de toute la société. Uniquement.  
 
 
Samba Saër DIOP - Citoyen inquiet sambasaerdiop@yahoo.fr 
 
Lettre ouverte aux dirigeants de l’opposition  
27-02-2009  
Bonjour cher(e)s Compatriotes (femmes et hommes) 
 
Nous disions dans un commentaire récent publié par la presse locale que le problème politique majeur du Sénégal, c’est son  
 
opposition. Les faits et prises de positions actuelles et du ministre de l’Intérieur et de l’Opposition, viennent encore une  
 
fois, s’il en était encore besoin, confirmer cette thèse. 
En effet, face à la volonté du ministre de l’Intérieur qui, en fait, ne procède qu’à un test certes sanglant, mais un test  
 
tout de même, l’opposition détale et par une gymnastique en une pirouette honteuse de peureux (je n’inclus pas les femmes,  
 
«ëy» si c’étaient elles les dirigeantes ?), renonce à son planning dont le mouvement allant crescendo, allait faire peur à  
 
Wade et le décider à reculer.  
Ceci allait constituer une étape sérieuse et décisive vers la mobilisation de tout le peuple sénégalais, sa jeunesse et ses  
 
femmes en singulier pour le départ de Wade. Peut être même le précipiter avant le terme de son mandat, ou sa reculade réelle  
 
avec mise sous le boisseau voire enterrement de toutes ses ambitions de sa succession à la tête de l’Etat par prédestination.  
 
Il eût fallu pour cela que l’opposition engageât et déroulât son programme de protestation et ripostât avec véhémence à  
 
toutes répression de Wade qui serait dans ce cas illégale et illégitime à la fois, au vu de tout ce qui s’est déroulé, ne  
 
serait ce que ces derniers temps, comme entorses aux lois et règlements y compris la loi fondamentale (constitution) qui  
 
régissent le Sénégal. 
Wade lui-même affirmait, avec insistance, dans les années 88 que quand le régime ne respecte pas la loi et réprime le peuple  
 
dans toutes ses manifestations et protestations, il est légitime que le peuple s’oppose par tous les moyens : il n’excluait  
 
même pas le coup d’Etat militaire. En cela, il était un digne opposant craint par Diouf dont il hantait le sommeil, les rêves  
 
et les errances cérébrales de tout instant. 
L’histoire nous enseigne que Etienne Tschisékédi de l’ex-Zaïre a perdu ses capacités le jour où, au lieu de se battre et de  
 
montrer la voie au peuple qui lui collait et lui faisait confiance, n’attendant que son engagement, s’est mis à demander à la  
 
communauté internationale d’intervenir à la place du peuple zaïrois et sa propre place, pour les sauver de Mobutu. D’autres  
 
opposant(e)s zaïrois(e)s canaliseront le mécontentement populaire en allant dans le sens attendu par le peuple et finiront  
 
par chasser Mobutu, un des fascistes les plus célèbres des vingt dernières années avec ses compères Bokassa, Eyadema,  
 
Duvalier, et autres Guéma de la Guinée Equatoriale. 
Au Togo, la même chose est presque arrivée à Edem Kodjo qui lui aussi, en froussard attendait tout de la France au lieu de  
 
faire corps avec le peuple togolais dont les fils et les filles mourraient sous les balles et noyades de Eyadema, sous un  
 
empire ethnique. Il installera son fils bien avant sa mort ce qui fait que ce dernier sans coups férir, le remplacera à la  
 
tête de son royaume et de la dynastie des Eyadema. Duvalier avait fait la même chose avec Bébé Doc. 
En Iran, le gendarme terriblement répressif et sanglant du golf surarmé et sur encadré par l’Armée qu’on disait la plus  
 
puissante du monde mais, que les peuples mobilisés ont toujours déroutée (Cambodge, Viet Nam, Laos, Cuba en premier, etc.),  
 
le Shah d’Iran, sa Majesté Pahlavi, a dû prendre ses jambes à son coup malgré le ralliement de Chapour Basthiar, pour finir  
 
et mourir lamentablement et atrocement comme son corollaire Mobutu Séssé Seko Ku ku Bangou de Wasabanga. 
Aujourd’hui, l’opposition qui n’a jamais pu ou n’a jamais voulu trouver les modalités d’une jonction réelle avec le peuple  
 
dans ses luttes au quotidien pour faire face aux affres et difficultés de la pauvreté, vient de signifier et de témoigner  
 
clairement à Wade «que tout est possible et qu’il peut tout faire». C’est une complicité criminelle de grande connivence  
 
contre un peuple meurtri, trop à l’écoute et à l’attention de ceux qui se prétendent ses dirigeants politiques.  
Je n’inclus toujours pas les femmes qui, j’en suis sûr, finiront par nous montrer à nous, hommes vaniteux avec des  
 
prétentions sans ancrage, le chemin de l’honneur. 
Le prochain Président où la prochaine Présidente du Sénégal reste encore à émerger. La panoplie politique actuelle tant qu’il  
 
en sera ainsi, ou ne changera pas de comportements, ne générera pas la ou le prochain(e) Président(e) du Sénégal. 
Face aux exactions et dénis de droits de tous les jours que nous vivons et souffrons au quotidien au Sénégal, seul(e)s des  
 
citoyen(ne)s qui n’ont pas en arrière fonds de leurs pensées de devoir tout compter et raconter à leurs descendant(e)s et/ou  
 
de jouir de leurs engagements actuels à titre personnel et dans un «futur immédiat», mais seulement engagé(e)s et mu(e)s pour  
 
le changement qualitatif des conditions de vie politiques, sociales et économiques du peuple. Avec en perspective, l’avenir  
 
des Sénégalaises et Sénégalais de demain bien que ne s’oubliant pas, en s’impliquant dans ses combats quotidiens comme partie  
 
à part entière de ce même peuple, finiront par faire entendre raison au pouvoir et à faire partir ceux qui l’exercent contre  
 
le peuple. Il faut être organique du peuple. Ainsi l’ont fait les Imams de Guédiawaye.  
Ainsi l’ont fait les jeunes (filles comme garçons) de Grand Dakar, Niarry Tally qui ont manifesté, de nuit et pendant plus de  
 
2 heures, pour l’arrêt des coupures répétitives, intempestives, indécentes et grossières de courant. La répression munie de  
 
grenades (semi offensives ?) insérées dans des lances grenades et avec en appui des matraques électriques qui ne sont rien de  
 
moins que des armes mortelles de répression de proximité qu’utilise tout régime inhumain voire fasciste et meurtrier, pour  
 
faire peur aux populations et garantir sa pérennisation. . 
Il faut avouer que l’opposition est loin de tout cela et ne semble intéressée que par des postes de préséance dans telles ou  
 
telles assemblées fussent elles locales. L’occupation de ces postes électifs est certes salutaire, mais peu porteuse de  
 
durabilité dans le jeu politique dans lequel est enfermé en ce moment, le Sénégal. 
Les leaders de l’opposition, comme naguère Wade ; doivent oser braver les matraques, grenades et menaces, pour capter la  
 
confiance du peuple sénégalais dans toutes ses composantes. Ceci afin d’être en mesure de la mobiliser pour les changements  
 
politiques plus que souhaitables et dont le non avènement continuera de jeter toujours un peu plus loin le peuple dans les  
 
bas fonds de la misère la plus crasseuse et la désolation la plus terrifiante. Il vous faut oser y aller ou osez vous  
 
effacer. Leader ne se proclame pas. 
Daouda DIOP - Ex-Liberté 6 -Dakar/Sénégal 
 
Fausses nouvelles, calomnies, troubles à l’ordre public. 
27-02-2009  
Cheikh Tidiane Sy va-t-il démissionner ? Sera-t-il jugé ? La Justice vient de confirmer la peine infligée à El Malick Seck.  
 
Le pourvoi en cassation qui s’offre au journaliste vise à juger les jugements et non les faits en question. Pour diffusion de  
 
fausses nouvelles, le directeur de publication de 24 H a écopé de trois ans d’emprisonnement ferme. Il avait, sans pouvoir en  
 
apporter la preuve, accusé Abdoulaye Wade et Karim Wade d’être trempés dans une histoire de blanchiment d’argent. Dure est la  
 
loi, mais c’est la loi. Dit-on !  
Le sieur Cheikh Tidiane Sy, ministre de l’Intérieur de son état, a émis un communiqué en date du 26 janvier dans lequel il  
 
accuse messieurs Macky Sall et Abdoulaye Sall d’être impliqués dans une opération de blanchiment d’argent, en relation, donc  
 
en complicité, avec un chef d’Etat étranger. Ce communiqué a été publié et diffusé par voie de presse, par les soins de  
 
l’actuel ministre en charge première de protéger les citoyens et d’assurer la sécurité de leurs biens et personnes. Cheikh  
 
Tidiane Sy est coupable d’avoir diffusé de fausses nouvelles, porté atteinte à la dignité d’honnêtes citoyens dont le seul  
 
«tort» est d’apparaître comme ses adversaires politiques, et fait planer des menaces sur les relations du Sénégal avec le  
 
Gabon où vivent 40 000 de nos concitoyens. 
Il a porté de graves accusations – ce qui relève déjà de l’usurpation de fonction- sans pouvoir apporter la preuve de ses  
 
allégations, malgré les moyens de l’Etat qu’il a mis en branle.  
Dans cette affaire, montée de toutes pièces et initiée dans des officines qui confondent l’Etat avec leur clan  
 
politico-affairiste, les accusations calomnieuses et les violations des droits de citoyens irréprochables se sont  
 
accompagnées de déclarations mettant en péril les relations du Sénégal avec un pays étranger mais aussi la tranquillité de  
 
milliers de nos compatriotes qui y vivent. 
Des jours et des jours durant, d’importantes forces de Police ont été mobilisées pour des enquêtes poussées, des fouilles  
 
intempestives, des écoutes téléphoniques indécentes, des filatures inconvenantes, des interrogatoires frustes menées à leur  
 
comble. Domiciles, chéquiers, téléphones portables, ordinateurs, voitures…tout a été fouillé, les proches et amis  
 
interrogés, des familles mises en émoi, des enfants choqués. But de la manœuvre : trouver les preuves devant fonder les chefs  
 
d’accusation dressés dans le bureau du ministre de l’Intérieur. On aura beau chercher, avec indulgence, on ne trouve rien  
 
d’autre pour qualifier le fait : c’est de l’inquisition. 
Cheikh Tidiane Sy s’est rendu aussi coupable de trouble à l’ordre public : des milliers de Sénégalais qui affluent au  
 
commissariat de Police, avec des risques d’affrontements.  
Le grotesque a été poussé à son comble dans ce dossier, par des questions sur «des containers remplis d’euros transportés  
 
depuis la Hollande», quand ce n’est pas un «transfert de 36 millions d’euros». «Containers d’euros» ? Pourquoi pas des  
 
paquebots de diamants ?  
Macky Sall et Abdoulaye Sall, en plus d’être coupables d’avoir le même patronyme, ne sont-ils pas les responsables de la  
 
crise financière mondiale, comme personne ne l’ignore ?  
Même dans les aventures de Picsou, l’imagination débridée n’atteint pas de tels sommets.  
Après la confirmation de la condamnation de El Malick Seck, Cheikh Tidiane Sy devrait rendre sa démission, s’il a les  
 
ressorts moraux qui commandent un tel acte. Les mêmes délits n’appellent-ils pas les mêmes sanctions ? Quelqu’un qui commet  
 
un délit est, par définition, un délinquant.  
L’Ordre des avocats du Sénégal, et à travers lui le bâtonnier, Me Mame Adama Guèye, mais aussi la Rencontre africaine des  
 
droits de l’Homme (Raddho) et son président, Alioune Tine, ont rempli dans cette affaire, avec brio et honneur, leur rôle de  
 
vigie des libertés publiques. Ils ont compris que Cheikh Tidiane Sy est allé trop loin. Dans son genre, il s’agit-là  
 
d’ailleurs d’une récidive.  
Nombreux sont ceux qui auraient rendu le tablier. Mais les pauvres types ne sont pas forcément les types pauvres.  
Si le ministre de l’Intérieur est un justiciable comme tout autre, si l’égalité des citoyens devant la Loi est encore  
 
vérifiée dans notre pays, s’il y subsistent des institutions soucieuses de l’équilibre républicain, laquelle passe par la  
 
preuve que chacun doit répondre de ses actes, un signal fort doit venir de la Justice.  
Ce qui a ému l’Ordre des avocats du Sénégal, laissera-t-il indifférente la Justice de notre pays ? 
Cheikh Tdiane Sy, avec sa gestion éruptive du ministère de l’Intérieur, ne doit pas échapper au glaive qui a frappé El Malick  
 
Seck.  
Blanchiment d’argent, transfert de fonds, implication de pays étranger… N’en jetez plus ! La litanie haineuse, soutenue par  
 
une prose indigente du ministre de l’Intérieur à travers son acte d’inquisition était digne d’une République bananière.  
Non, M. le ministre de l’Intérieur, ceux que vous accusez, en vous arrogeant la fonction des juges, ne sont pas ceux qui sont  
 
devenus riches en milliards, ces enfants du pouvoir qui roulent dans Paris en bolides de luxe, genre Bentley garés dans les  
 
parkings de leurs appartements achetés entre l’avenue Montaigne et la place Vendôme. S’il y a des millions d’euros gagnés  
 
illégalement à rechercher, la fouine devrait se faire ailleurs que chez ceux que vous vouez aux gémonies : les agences et  
 
cabinets de consultance sont nombreuses, tenues par des enfants du pouvoir, dont la gestion mériterait, plus que tout, un  
 
faisceau de lumière. Entre les émigrés qui rapportent ce qu’ils gagnent ailleurs et les vulgaires privilégiés qui planquent  
 
des sommes faramineuses à l’étranger, un ancien émigré devrait savoir où doivent mener des enquêtes, si seulement elles  
 
avaient pour unique motivation l’intérêt du pays dans la légalité et le respect de l’égalité des citoyens.  
Abou Abel THIAM  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 28.02.2009
- Déjà 5215 visites sur ce site!