ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

très bientôt manquer

WalFadjri : Lundi 7 Avr 2008 
 
Face à la hausse des prix : Ousmane Tanor Dieng préconise un plan d’austérité. 
 
La hausse des prix des denrées alimentaires n’est pas une fatalité. Le gouvernement peut faire face. Invité hier, à l’émission dominicale ‘Jano Bi’ de la radio Sud Fm, Ousmane Tanor Dieng a affirmé qu’il suffit simplement que le pouvoir mette en place un plan d’austérité pour enrayer la hausse.  
 
Le gouvernement peut bien maîtriser la flambée des prix des denrées alimentaires, car ‘il existe bel et bien des solutions. Il suffit simplement d’une volonté politique pour le faire’, a déclaré hier le leader du Ps, Ousmane Tanor Dieng, lors de l’émission dominicale ‘Jano Bi’ sur la radio privé Sud Fm. Ainsi, pour les socialistes, il suffit simplement d’une volonté politique. ‘Le pouvoir, s’il le souhaite, est capable de réduire le prix des denrées alimentaires’, soutient Tanor Dieng. Et, pour faire face à la hausse généralisée des prix, le secrétaire général du Parti socialiste propose au gouvernement une politique de rigueur et d’austérité. ‘Pour stopper la flambée de prix, le gouvernement doit mettre en place un plan d’austérité’, a-t-il affirmé, ajoutant que ‘toute autre mesure ne serait que pure propagande’. Et, selon le numéro un du Ps, ce plan d’austérité consistera à réduire ‘les dépenses non indispensables’ de gouvernement. Pour ce faire, il a proposé la réduction du nombre pléthorique de ministères et des ministres d’Etat. ‘Avec dix ministres d’Etat, le Sénégal fait partie des premiers dans le monde’, souligne Ousmane Tanor Dieng.  
 
Néanmoins, à ses yeux, la réduction de nombre de ministres ne suffit pas, c’est pourquoi, il préconise aussi la fermeture de certaines ambassades. Mais, si le gouvernement a l’intention de faire des économies, il devra surtout, selon lui, s’atteler à la réduction des agences nationales. Car, à ses yeux, celles-ci, estimées à plus de cinquante, ‘sont non seulement plus nombreuses que les ministères, mais elles sont aussi plus budgétivores’. Ainsi, révèle-t-il que certains directeurs gagnent jusqu’à 10 millions de francs Cfa par mois. Aussi, pour le numéro un des socialistes sénégalais, si les prix des denrées alimentaires sont élevés, cela n’est pas exclusivement dû à la hausse du baril du pétrole sur le marché international. En effet, selon lui, le gouvernement est en grande partie responsable de la flambée des prix. Pour le secrétaire général du Ps, si les produits ont connu une telle hausse, c’est parce que le gouvernement libéral impose des surtaxes à tous les produits. ‘D’ailleurs, comment se fait-il que le prix de l’essence soit moins cher au Mali, dont le pétrole transite par Dakar ?’, s’est-il demandé. Il a aussi souligné que le prix du super au Sénégal avoisine celui de la France , avec des niveaux de vie très différents.  
 
Face à l’attitude du gouvernement qui ne semble pas faire un pas pour soulager les ménages, Ousmane Tanor Dieng a appelé tous les citoyens sénégalais à ‘prendre leurs responsabilités’. Car, selon lui, ’certes, les partis politiques ont un rôle à assumer, mais les citoyens qui subissent la politique économique doivent également prendre les leurs’, a-t-il conclut.  
 
SudQuotidien : Lundi 7 Avr 2008 
 
10 MILLIARDS DE WADE AU MONDE RURAL « C’est insuffisant ! », selon le Cncr  
 
Le Conseil National de Concertation et de Coopération des Ruraux (Cncr) considère que les dix milliards alloués par le Gouvernement aux populations rurales sont insuffisants, et par conséquent ne peuvent pas atténuer la gravité de situation actuelle. C’est la raison du point de presse qu’il a donné dans ses locaux du Point E jeudi dernier 3 avril. 
 
«Il faudrait essayer d’augmenter cette somme de dix milliards car elle ne peut pas satisfaire le besoin de toutes les populations. Cette somme peut au préalable procurer 3 kilos de riz par personne pour seulement un mois, alors que la soudure va durer 5 mois ». C’est la préoccupation émise par Samba Guèye, Président du Cncr. La même préoccupation est relevée par Salif Sarr, Président des Producteurs de riz de la Vallée. « Dix (10) milliards pour le monde rural, c’est insuffisant, parce que les besoins évalués par rapport au déficit qui tourne de 800 000 tonnes. Nous l’avons calculé sur la base des normes internationales de la FAO. Deux cents (200) kilos de céréales par personne et par an par rapport à 6 500 000 de paysans, cela fait des besoins avoisinant 1 300 000 tonnes. La production céréalière de cette année tourne autour de quatre cinquante mille tonnes. Avec n’importe quel mode de calcul on ne pas descendre en deçà de 500 000 tonnes, alors que les 10 milliards, même si on les avait pris en intégralité pour les hommes ne font pas 35 000 tonnes de riz au prix actuel, pour dire que cela largement insuffisant », a souligné Salif Sarr. 
 
D’ailleurs, selon lui, même s’il a remercié le Gouvernement pour son geste, les paysans ne sont pas demandeurs de sommes à allouer. « Comme disent les Chinois, au lieu de dire tous les deux ans qu’il y a des problèmes de soudure, on va donner 10 ou 15 milliards, nous voulons qu’on mette les moyens pour nous apprendre à pêcher pour pouvoir vivre de la force de notre travail », a-t-il déclaré. La proposition du Cncr au Gouvernement va dans le sens « de mettre en place une politique agricole concertée, efficace, cohérente et stable ». Les membres du Cncr sont en effet convaincus que « si les aléas climatiques ont été une des causes de la forte baisse de la production agricole, il est évident, toujours selon eux, que les errements de la politique agricole en sont les raisons profondes ». C’est dans cette même perspective qu’ils demandent dans leur déclaration en cette date du jeudi 3 avril 2008 que « les ressources financières publiques soient concentrées sur les actions majeures permettant aux producteurs de relancer leurs productions agricoles et animales ». 
 
Par ailleurs, Salif Sarr a posé le problème de l’équité entre les populations urbaines et celles rurales en s’indignant que des milliards soient investis à Dakar, alors que le paysan en milieu rural manque du strict au Gouvernement nécessaire et est incapable de se payer 100 kilos d’engrais. 
 
LeQuotidien : Samedi 5 Avr 2008 
 
PROTESTATIONS - Marche des jeunes du Front Siggil Senegaal contre la vie chère : « Si le gouvernement s’y oppose, nous mettrons Dakar sous violence »  
 
Lors d’un point de presse qui a eu pour cadre la Maison du Parti socialiste (Ps), jeudi dernier, les jeunes des formations politiques membres du Front Siggil Senegaal ont annoncé une marche contre la cherté de la vie, lundi prochain. Ils ont averti les autorités contre toute interdiction de leur manifestation qui risque de déboucher sur la violence à Dakar. 
 
«Si le régime libéral veut prendre les Sénégalais comme du bétail ou comme de la volaille, nous allons lui montrer que nous ne sommes pas du bétail, ni de la volaille», martèlent les jeunes du Front Siggil Senegaal lors d’un point de presse tenu jeudi après-midi à la Maison du Parti socialiste (Ps). Les jeunes, qui projettent de descendre dans la rue lundi prochain contre vents et marées, sont déterminés à en découdre avec les forces de l’ordre, si jamais elles tentent de s’opposer à leur intention de protester contre la cherté de la vie au Sénégal. «Qui s’y frotte s’y pique», avertissent-ils, avant de préciser que, conformément aux articles 8 et 10 de la Constitution , une lettre d’information a été déposée auprès du préfet, l’autorité administrative compétente, pour qu’elle prenne les mesures idoines pour sécuriser cette marche qu’ils veulent pacifique. «Si le gouvernement a assez de forces de l’ordre pour réprimer des marches, qu’il trouve assez de forces de l’ordre pour encadrer et sécuriser la nôtre», ont-ils laissé entendre. Et de poursuivre cette fois-ci sur le ton de la menace : «Si le gouvernement réprime cette marche, nous utiliserons les stratégies appropriées à sa méthode.» Du point de vue des jeunes du Front Siggil Senegaal, il n’est plus question d’accepter cette politique libérale caractérisée par «la flambée permanente des produits de consommation courante, des politiques agricoles désastreuses, un système éducatif dégradant, la négation des droits humains, la répression des libertés individuelles et la gestion gabegique de l’argent du contribuable».  
 
C’est ainsi qu’ils appellent tous les Sénégalais épris de justice à être des leurs, ce lundi matin, pour s’ériger en bouclier contre la confiscation des acquis démocratiques, les libertés individuelles et la souveraineté du peuple.  
 
WalFadjri: Lundi 7 Avr 2008 
 
Aide publique au développement 2007 : La France baisse le montant de son aide  
 
L’aide publique au développement distribuée par les 22 pays membres du Comité d’aide au développement (Cade) de l’Ocde, qui regroupe les principaux donneurs dans le monde, s’est élevée en 2007 à 103,655 milliards Usd contre 104,421 milliards Usd en 2006. Soit une baisse de 8,4 %. Et la France fait partie des pays dont l’aide publique au développement a fléchi. Ce qui provoque la colère d’Oxfam Agir-ici France qui estime que la France a ainsi ‘tourné le dos aux pays du Sud’. Cette baisse générale de l’aide au développement compromet la réalisation des objectifs du millénaire prévue en 2015. 
 
(Correspondant permanent à Paris) - La France avait promis, par le biais de son ex-ministre chargé de la Coopération , Jean-Marie Bockel, d’augmenter son aide publique au développement. Nicolas Sarkozy avait confirmé cette augmentation dans une interview accordée à Wal Fadjri et publiée le jour de la visite du président français au Sénégal. Mais si l’on en croit les chiffres publiés vendredi dernier par l’Ocde, les autorités françaises n’ont pas respecté leur promesse. Et l’on note que c’est la première fois depuis 2000 que l’aide publique française baisse. Elle est passée ‘de 10,601 milliards de dollars en 2006 - soit 0,47 % du Pib - à 9,940 milliards de dollars en 2007 - soit 0,39 % du Pib’, lit-on dans le tableau présenté par l’Ocde. Soit -15,9 % de fléchissement.  
 
Dénonçant dans un communiqué cette baisse de l’Aide publique au développement, Oxfam Agir-ici France estime que cela ‘vient confirmer la crainte, soulevée depuis plusieurs mois’ par elle que Nicolas Sarkozy renonce à l’engagement de la France à consacrer 0,7 % de son PIB à l’aide publique au développement.  
 
Pour elle, ‘ la France s’était en effet engagée, dès 2002, à consacrer 0,7 % de son Pib à l’Apd d’ici à 2012. Mais Nicolas Sarkozy ne s’est toujours pas prononcé publiquement sur un agenda clair permettant d’y parvenir, tentant d’enterrer discrètement cette promesse française pour se raccrocher à un engagement européen dont l’objectif est 2015’ . Oxfam Agir-ici France fait remarquer que ‘ la France priverait les pays en développement - et notamment l'Afrique - de 17 milliards de dollars d'aide promis pour atteindre les objectifs du millénaire. Dix-sept milliards de dollars, c'est plus qu'il n'en faut pour financer l'éducation de base de tous les enfants des pays en développement pendant une année’. ‘Baisser les bras maintenant sur ce minimum de solidarité internationale, c’est tirer un trait sur 10 ans d’efforts pour rendre cette aide publique plus efficace, plus prévisible et soutenant des programmes nationaux de lutte contre la pauvreté, c'est-à-dire élaborés par les pays pauvres eux-mêmes’, rappelle Sébastien Fourmy dans le communiqué de l’organisation non gouvernementale. L’Ocde abonde dans le même sens en indiquant que, ‘de façon générale, la plupart des donneurs ne sont pas en voie de respecter les engagements annoncés en termes d’accroissement de l’aide et devront procéder à des augmentations sans précédent pour atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés pour 2010’ .  
 
Pour Oxfam Agir-ici France, ‘il est choquant que notre pays fasse figure de mauvais élève de l’Europe, quand d’autres pays de l’Union maintiennent leurs efforts en faveur d’une augmentation progressive de l’aide, alors que la France prendra bientôt la présidence de l’Union européenne, laquelle entend jouer un rôle de leader en termes de solidarité internationale et d’aide au développement des pays pauvres’. C’est pourquoi ‘elle exhorte le président de la République française à réaffirmer les engagements de la France en matière d’aide publique au développement et à se prononcer publiquement sur un agenda clair en la matière’.  
 
Mais ce n’est pas seulement la France qui a revu à la baisse son aide publique au développement. ‘Avec la fin des opérations exceptionnelles d’allégement de la dette de ces dernières années, l’aide publique au développement distribuée par l’ensemble des membres du Comité d’aide au développement (Cad) a totalisé 103.7 milliards Usd, ce qui marque un recul de 8.4 % en termes réels par rapport à 2006, selon les données provisoires communiquées par les membres.  
 
D’un montant équivalant à 0.31 % du revenu national brut (Rnb) cumulé de ces pays en 2006, la part de l’Apd dans le Rnb en 2007 n’a atteint que 0.28 %’, semble regretter l’Ocde. Qui ajoute que ‘l’évolution constatée en 2007 résulte d’une rupture avec les niveaux exceptionnellement élevés des remises de dettes (en faveur notamment de l’Irak et du Nigeria) ; d’une modeste augmentation des autres formes d’aide publique au développement’. En 2007, les principaux donneurs en volume, selon l’Ocde, ont été les Etats-Unis, suivis de l’Allemagne, de la France , du Royaume-Uni et du Japon. ‘Les seuls pays à avoir dépassé l’objectif de 0.7 % du Rnb préconisé par les Nations Unies pour l’Apd sont le Danemark, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède ’, relève la même source.  
 
L’Aide publique au développement nette octroyée par les Etats-Unis en 2007 ressort à 21.8 milliards Usd, soit une baisse de 9.9 % en termes réels. Le rapport Apd/Rnb est ainsi revenu à 0.16 %. ‘Ce recul s’explique essentiellement par le niveau élevé des allégements de dette en 2006 et par une réduction des apports au titre de l’Apd en faveur de l’Irak’, souligne le document de l’Ocde. Ce même document considère qu’’abstraction faite des remises de dettes, on constate une augmentation de l’Apd consentie à l’Afrique subsaharienne (+4.4 % en termes réels, qui s’établit à 4.5 milliards Usd) et aux pays les moins avancés (+4.0 %, à 4.8 milliards Usd)’. Quant au Japon, son Apd nette ‘s’est élevée à 7.7 milliards Usd, ou 0.17 % du Rnb, soit une baisse de 30.1 % en valeur réelle’. Ce recul tient en partie à la ‘diminution des opérations d’allégement de la dette, qui avaient été exceptionnellement élevées en 2005 et 2006, et à un fléchissement des contributions aux institutions financières internationales. L’Apd japonaise s’inscrit sur une tendance à la baisse depuis 2000, sauf en 2005 et 2006 où elle a augmenté sous l’effet des remises de dettes’.  
 
L’Apd cumulée des quinze membres de l’Ue appartenant au Cad - qui représente 60 % de l’Apd distribuée par l’ensemble des membres du Cad -, selon l’Ocde, a régressé de 5.8 % en termes réels pour s’établir à 62.1 milliards Usd, soit 0.40 % du revenu global de ces pays. Pour cette organisation, ‘le fléchissement observé est imputable avant tout à la diminution des dons au titre de l’allégement de la dette. Abstraction faite de ces derniers, l’Apd nette des membres de l’Ue appartenant au Cad s’est accrue de 8.8 %’.  
 
REGARD DE FALLOU Mots croisés… 
 
 
 
Article Par Fallou Mbacké Diallo, fmdiallo1@yahoo.fr,  
 
Paru le Lundi 7 Avr 2008 
 
 
La nature a horreur du vide. De même, elle s’accommode mal de l’excès. Ainsi, toute rupture de l’équilibre nécessaire entre ces deux extrêmes, consacre l’adage selon lequel tout excès est nuisible. Dans notre pays, par contre, depuis l’alternance, un discours indéfiniment circonstanciel, surgit en permanence au gré des vicissitudes de notre vie. Suivant un mode d’énonciation exclusivement fondé sur l’interdétermination entre désirs et pouvoir. Désirs décalés du pouvoir. D’un pouvoir qui ne fonctionne plus que par et pour ses propres désirs. Entraînant par cette ambivalence close, une rupture de contrat, de contact, entre le pouvoir (légitime) et le peuple (seule base de sa légitimité). Depuis quelque temps, en effet, la parole du pouvoir ne s’adresse ni ne répond plus aux attentes du peuple. Dont il porte pourtant la parole ! De fait, ne s’élève plus au-dessus de nos têtes vides, de nos ventres noués par la faim, de nos cœurs asséchés, qu’une parole effilée comme une épée de Damoclès, et affiliée au seul camp libéral. Le discours du pouvoir que nous avons souverainement élu, se décline désormais en termes d’interdits. D’interdits autorisant toutes les libertés aux libéraux ! Et qui, pour les autres citoyens, se ramène à cette triple hypothèque dont parle Michel Foucault pour caractériser les régimes totalitaires : «Tabou de l’objet, rituel de la circonstance, droit privilégié ou exclusif du sujet qui parle : trois types d’interdits qui se croisent, se renforcent ou se compensent, formant une grille complexe (…)». Grille qu’en l’occurrence, les Sénégalais éprouvent de plus en plus de difficultés à franchir. Pour exercer leur souveraineté de citoyens. Ou, ce qui reviendrait au même, en contrôler l’exercice par le pouvoir élu pour ce faire. Car, lorsque la conscience est en crise et refuse de se remettre en question, elle se forge des mythes hors du temps, hors de l’espace de toute conscience. Mettant en forme, à travers des discours sans objet, une société sans repère, repaire de toutes sortes de forfaitures. On entre ainsi de plain-pied dans l’ère du soupçon, de la suspicion. C’est ainsi que le droit à la marche, consacré par notre Constitution, est constamment obstrué par le mince filet discursif, et le cas échéant, violemment répressif des arrêtés préfectoraux ! Le dernier exemple en date est celui des émeutes occasionnées par la marche de l’Ascosen contre la cherté du coût de la vie. Et au cours desquelles, Talla Sylla a fort opportunément opposé aux flics qui voulaient l’obliger à rentrer en voiture plutôt qu’à pied : «On n’a pas besoin d’une autorisation pour dire qu’on a faim». C’est que nos gouvernants sont si repus des superfluités du pouvoir, qu’ils ne peuvent même plus s’imaginer qu’on puisse manquer de pain ! Et marcher pour en réclamer. De fait, satisfaits d’eux-mêmes sans satisfaire les plus élémentaires de nos besoins, ils nous enferment dans une logique du spectacle. Où, en permanence, nous vivons, hypothétiquement, «dans le souvenir d’une fête et dans l’attente d’une autre». Car, les fêtes, comme l’affirme Roger Caillois, «(…) favorisent la naissance et la contagion d’une exaltation qui se dépense en cris et en gestes, qui incitent à s’abandonner, sans contrôle, aux impulsions les plus irréfléchies». Mais la vie n’est pas une fête. Et aucune vie ne peut se passer qu’en fête. Si bien que finalement, après le sommet de l’Oci, la quatrième édition de Sira Vision, les festivités du 48ème anniversaire de notre accession à la souveraineté internationale…, la vie des Sénégalais, elle, reste ce qu’elle a toujours été : un interminable purgatoire. A l’autre bout duquel, nos gouvernants, invariablement, formulent le même discours : attente, endurance patience… En vérité, nos maux ne sont pour eux que des mots. Qu’ils croisent et décroisent comme un inépuisable stock lexical sur l’espace indéfiniment extensible de nos misères quotidiennes. Formant des combinaisons de toutes sortes. Par lesquelles ils expliquent, justifient, tempèrent… Et nous invitent à accepter stoïquement, comme une fatalité, nos privations et leurs privilèges. Ce sont des champions de…mots croisés. 
 
Hymne patriotique 
 
 
Dieu veillez sur ce pays que nous aimons  
 
Faites qu’il soit phare  
 
Faites qu’il soit havre  
 
Faites qu’il demeure du continent  
 
Le chef culminant et la voix de sagesse  
 
Préservez-le de la sécheresse  
 
Qui rend vain l’effort  
 
De l’espoir fait vent de poussière  
 
Tarit l’âme et durcit le cœur  
 
Eloignez de ses champs les prédateurs  
 
Qui mangent un jour les présents d’une saison  
 
Et en une saison pillent les greniers de l’avenir  
 
En son sein faites essaimer et grandir  
 
Des bâtisseurs de soleil  
 
Au front de sibylles  
 
Aux lèvres d’oracle  
 
Aux doigts de miracle  
 
Faites ses fils unis  
 
Vous qui leur avez donné un clair esprit  
 
Une langue-aiguille habile à deviser  
 
Et une langue-glaive prompte à diviser  
 
Faites que sur sa tête  
 
Jamais ne trône ni turban ni casquette  
 
Car nos sœurs et nos femmes  
 
Sont de foi ombrageuse  
 
Car nos mères des hommes d’armes  
 
Ont une peur bleue  
 
Dieu veillez sur ce pays que nous aimons  
 
Et dont notre cœur sans répit épèle le nom  
 
Plus que notre patrie c’est notre vie.  
 
* * * Nous sommes les fiers piroguiers  
 
Le va-et-vient de nos pagaies  
 
Creuse le ventre de l’océan  
 
Et nous ouvre les bras de l’horizon limpide  
 
Ramons d’une même voix  
 
Ramons d’une seule foi  
 
Demain comme une promise nubile  
 
Apprête ses bols de fraîcheur  
 
Et de lourds pagnes d’étreintes parfumées  
 
Sénégal  
 
Depuis le premier chant des coqs  
 
Tu marches  
 
Derrière toi la Nuit  
 
Marche  
 
Devant toi le ciel déverrouillé sa porte  
 
Et vient à ta rencontre un jour triomphal  
 
Hautain comme un adolescent au terme de l’initiation  
 
Devant toi un peuple uni  
 
De sa main multiple brandissant l’Arc-en-ciel  
 
Qui flotte au vent  
 
Flotte Arc-en-ciel  
 
Et que chaque soleil qui se réveille  
 
Te hisse plus haut le long de la hampe de l’histoire  
 
Arc-en-ciel flotte  
 
Sénégal  
 
Depuis le premier chant des coqs  
 
Tu marches  
 
Que ta voix trouant l’épaisse surdité du Présent  
 
Annonce l’ère de la cigale  
 
Quand l’homme aura faim de son semblable  
 
Les nations croqueront ensemble  
 
La kola des cœurs de tempête apprivoisée  
 
Dans un même breuvage  
 
Elles tremperont leurs lèvres multicolores  
 
Alors épaule contre épaule  
 
Tous les enfants de la terre chanteront en chœur  
 
Comme sûrement les anges  
 
Autour de l’insomnie de Dieu  
 
Marouba FALL In Pépites de terre Dakar, Editions feu de brousse, 2004, pp 58- 60  
 
Landing Savané ou la déception politique sénégalaise 
 
 
En choisissant de faire son entrée dans le gouvernement, le leader des follistes montre aux Sénégalais qu’il n’a pour eux que du mépris. Landing ne respecte même pas le suffrage de ceux-là même qui ont contribué à son installation à l’hémicycle. Il a préféré cracher sur le siège de parlementaire pour aller rejoindre Abdoulaye Wade. Par cet acte, il confirme que sa candidature à l’élection présidentielle de février 2007, tout comme celle de son parti aux législatives, n’ont été qu’un deal que lui, Landing, et Abdoulaye Wade avaient posé. Il montre aussi à la face du monde que, contrairement à ses déclarations, il est bel et bien obnubilé par le pouvoir et que les conditions de vie et d’existence du peuple ne sont que le cadet de ses soucis. Autrement, il allait se comporter d’une autre manière, lui qui était adulé par les masses populaires qui voyaient en lui, lorsque Bathily et Dansokho avaient fait leur entrée dans le gouvernement socialiste, le seul opposant digne de ce nom.  
 
En reprenant la décision de tourner le dos à l’hémicycle et de siéger une nouvelle fois à la table du Conseil des ministres, il abdique et, par la même occasion, montre qu’il est incapable de réaliser son vœu de présider aux destinées du Sénégal. Son attitude suscite des interrogations, mais aussi renseigne sur le fait que les politiciens dans leur grande majorité n’ont aucune considération et respect pour le peuple. C’est seulement l’argent et les honneurs qui expliquent leur engagement.  
 
Malick SY Citoyen sénégalais Diourbel  
 
Les assises nationales de l'opposition : De la consultance pour Me Wade, selon Moustapha Fall Che 
Pour Moustapha Fall, Che, tenir les assises nationales, c’est une manière pour l’opposition de travailler pour le pouvoir libéral. Invité hier de l’émission ‘Opinion’ sur Walf Tv, il a déclaré que les assises constituent une consultation pour Wade mais aussi un moyen pour l’opposition d’entrer dans un gouvernement d’union nationale.  
 
S’il y a un membre de l’opposition qui est contre la tenue des assises nationales initiées par l’opposition dite significative, c’est bien Moustapha Fall Che. Selon le leader de l’Action patriotique et libérale Dog Bumu Gacce (Apl), l’organisation de ces assises équivaudrait pour l’opposition, à faire une consultance pour le régime libéral. Invité hier, de l’émission politique ‘Opinion’, sur la chaîne de télévision Walf Tv, Moustapha Fall Che s’est dit catégoriquement opposé contre la tenue de ces assises. ‘Je ne suis pas d’accord sur la tenue des assises nationales, car nous ne sommes pas des consultants au service du régime libéral’, a déclaré le guévariste. En effet, selon lui, tenir ces assises, c’est faire le diagnostic des problèmes du pays pour le compte du gouvernement. ‘Car, après avoir diagnostiqué les problèmes du pays, on remet les conclusions au chef de l’Etat qui va s’en servir’, s’est-il offusqué.  
 
C’est pourquoi, il a indiqué qu’à la place du chef de l’Etat, il laisserait l’opposition tenir ces assises. ‘Si j’étais le président Abdoulaye Wade, j’allais accepter ces assises’, a-t-il ajouté. Selon lui en effet, elles sont une occasion pour l’opposition de faire un diagnostic de tous les secteurs de la vie socio-économique du pays, pour le compte du pouvoir libéral. ‘Dans quel pays du monde a-t-on vu une opposition travailler pour le pouvoir en place’, s’est-il demandé ?  
 
C’est pourquoi, avec ces assises, Moustapha Che qui appelle à un rassemblement des partis de gauche, soupçonne l’opposition de vouloir dialoguer avec le régime. Alors que dans tous les pays démocratiques, il y a un pouvoir qui gouverne et une opposition qui s’oppose. ‘Un gouvernement on le combat, on ne dialogue pas avec lui’, dit-il.  
 
Ainsi, selon Moustapha Fall qui se réclame de l’héritage du révolutionnaire sud américain Che Guévara, la finalité de ces assises nationales semble être un moyen pour l’opposition d’entrer dans un gouvernement d’union nationale. ‘Je crains que ces assises nationales ne soient une piste tortueuse pour la formation d’un gouvernement d’union nationale’. Mais, prévient-il, ’ils seront vite virés car Wade est allergique à la critique’.  
 
Charles Gaiky DIENE  
 
5 avril 2008 | Santé 
 
 
« Au lieu de parler de la poliomyélite, Wade devait s’atteler à éradiquer la faim qui assaille le peuple », dit un médecin 
 
Le message du Chef de l’Etat à la nation à la veille de la célébration de notre 48ème fête de l’indépendance n’a pas fini de faire couler de l’encre et de la salive. En effet, certains observateurs sont surpris par l’invite qu’il a faite aux étudiants, aux femmes du Pds et à l’ensemble du peuple pour la lutte contre la poliomyélite. Pour nos interlocuteurs, « soit Wade n’a pas de conseillers en matière de santé, soit il ne les écoute pas ». « Aujourd’hui, estiment-ils, la cherté de la vie tue plus que ne handicape la poliomyélite dans notre pays qui a même eu le luxe de postuler à la certification « déclaré exempt de poliomyélite sauvage ». 
 
 
 
Le président Wade, « maître en tout, encyclopédiste, spécialiste de toutes les questions (même visser les boulons) », ignorerait-il que déjà en 1988, l’Initiative pour l’éradication de la polio (OMS, Rotary Club, l’Unicef et les Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies) s’était fixé comme objectif d’éradiquer la polio dans le monde avant 2004 » ? C’est vrai que la résurgence de la maladie avait mis sérieusement à mal, les ambitions que l’Initiative s’était fixées, mais n’avait pas, pour autant, inhibé toutes les chances d’éradiquer ce mal. Puisque, la mission était presque réussie sur l’ensemble du continent africain. « Début 2003, il y avait seulement deux pays d’Afrique sub-saharienne où le virus de la polio était endémique (le Nigeria et le Niger. Dans le Maghreb, l’Egypte comptait un malade). Devant la résurgence de la poliomyélite en Afrique de l’Ouest : Deux millions d’enfants à vacciner en octobre et novembre in « Le Soleil - Sénégal - 20/09/2004 », on pouvait, sous la plume d’El Bachir Sow, lire ceci : « Le poliovirus circule à nouveau dans certains pays de la sous-région. Pour prévenir l’importation de ce virus, le ministère de la Santé et de la Prévention a décidé d’organiser en octobre et novembre prochains des journées nationales de vaccination pour protéger quelque deux (02) millions d’enfants âgés de 0 à 5 ans contre la poliomyélite ». Toujours selon le même journal : « Les deux derniers cas de poliomyélite ont été relevés dans le Nord du Sénégal en 1998 (district de Dagana). Le Sénégal est d’ailleurs candidat à la certification « déclaré exempt de poliomyélite sauvage. » Grâce aux vaccinations de routine dans les structures sanitaires, 80 % des enfants âgés de 0 à 5 ans sont vaccinés contre la poliomyélite (…) ». Depuis lors, quatre ans se sont écoulés, la polio est considrée comme éradiquée, alors quela famine a installé ses quartiers dans notre pays avec une politique agricole désarticulée, une autosuffisance alimentaire non maîtrisée, un plan Reva qui ne fait rêver personne à part ses concepteurs... Et cela a eu comme conséquences, l’inflation des prix des denrées de première nécessité et le renchérissement du coût de la vie. Le taux de misérabilité des populations est allé crescendo et les tensions sociales ont pris racine. « C’est véritablement à la recherche des solutions de ce problème que le président Wade devait s’atteler au lieu de nous faire revenir en arrière de quatre (4) ans, à cause d’un manque de coordination dans la rédaction de son discours. C’est cela que veut la population », laisse entendre notre source qui considère que le discours de Wade « est en déphasage avec la réalité du moment ». « La faim, c’est la plus grande des maladies », ajoute-t-il.l AD/FC 
 
Coup de Gueule | Il est minuit moins cinq, Monsieur le Président ! 
Publié le 3 avril 2008 à 9h53  
 
 
 
 
Des policiers balançant des grenades lacrymogènes dans le domicile de paisibles citoyens ! Des émeutiers enragés désireux d‘en découdre avec des forces de l’ordre. Le spectacle offert dimanche par ce qu’on a appelé les « émeutes de la faim », montre si besoin en était encore, qu’il y a le feu au lac. Comme à Ouagadougou, Yaoundé ou Abidjan, Dakar n’en peut plus de la flambée vertigineuse du coût de la vie et crie famine. Et comme c’est souvent le cas, face à cette urgence sociale, les pouvoirs publics n’offrent qu’une seule réponse : la répression. 
 
 
 
La descente d’éléments de la Dic dans les locaux de la télévision Walf Fadjri, exigeant l’arrêt de la diffusion en direct des manifestations, est le signe qu’en haut lieu, on a compris l’impact désastreux de telles images dans un contexte social tendu, où il suffit d‘une étincelle pour mettre le feu aux poudres. En ce sens, le coup de sang des marchands ambulants au mois de novembre, rappelle que le régime de Wade est assis sur un baril de poudre qui peut lui exploser à la figure à tout moment ! Il faudra beaucoup d’imagination et une profonde rupture dans la manière de gouverner du chef de l’Etat pour se réconcilier avec des populations à bout de patience et qui ont le désagréable sentiment d’avoir été floués par l’homme qu’ils ont pourtant réélu triomphalement en février 2007. L’aveu de l’éphémère ministre du commerce clamant son impuissance à juguler la flambée des prix montre l’impéritie des pouvoirs publics. Peut-on se contenter d’invoquer la conjoncture économique mondiale difficile au moment où les populations se débattent avec les affres du quotidien ? Pis, quel sens peut bien avoir le énième réaménagement de l’attelage gouvernemental ? La preuve la plus évidente que ces jeux de chaises musicales ne sont plus pris au sérieux, c’est que même dans les cercles supposés être les plus informés, on continuait toujours de croire à un poisson d’avril. Le discrédit qui frappe la fonction ministérielle, la précarité dans laquelle travaillent les impétrants ainsi que l’absence de cohérence qui caractérise les nominations, obscurcissent encore chaque jour davantage l’horizon gouvernemental. Pis, après avoir annoncé à grand fracas la réduction du train de vie l’Etat, le Président Wade coache toujours un attelage gouvernemental pléthorique avec une inflation de ministres d’Etat et de ministres qui se marchent sur les pieds allégrement. Plutôt que les combinaziones à la petite semaine, les urgences de l’heure exigent des mesures hardies et des décisions courageuses pour soulager la misère des populations. Au lieu de cela, tout semble indiquer que le pape du Sopi, qui a toujours su se tirer des situations les plus carabinées, a un peu perdu la main. Il est minuit moins cinq, Monsieur le Président ! 
 
 
 
 
 
 
Abda Souleye 
 
Sénégal | Grèves des enseignants, perturbations du système éducatif : Yoro Deh et Bathily répliquent aux accusations du président Wade 
Publié le 5 avril 2008 à 21h32  
 
 
 
 
 
Depuis Lubumbashi, en République démocratique du Congo où il est actuellement chef de projet du Bureau international du travail (Bit), M. Yoro Deh, ex-ministre sénégalais de la Fonction publique s’est senti visé par les accusations du président de la République , sur le "noyautage" du système éducatif lié à son passage dans ce département. Au micro de Sud Fm, l’ex-ministre, par ailleurs responsable de la Ld /Mpt, dit n’avoir aucune responsabilité dans le recrutement des enseignants, qui relève plutôt du ministère de l’Education. M. Deh voit, en cette sortie du chef de l’Etat, une tentative « de divertir les Sénégalais. 
 
 
 
C’est un Yoro Deh ironique qui a réagi aux accusations du président de la République. « Je suis très content de savoir que le président de la République ne m’a pas oublié », a raillé l’ex-ministre au micro de nos confrères de Sud fm, pour ensuite asséner : « je pensais que le président savait les fonctions qu’il m’avait confiées ». 
 
A ce propos, M. Deh dit n’avoir aucune responsabilité dans le recrutement des enseignants. Cette tache relève selon lui, du ministère de l’Education qui recrute des Volontaires et des Vacataires. « Je n’avais vraiment rien à voir avec les Volontaires dont le recrutement se faisait d’une part, au niveau des Inspections, et d’autre part au niveau du ministère de l’Education avec un quota qui était réservé… Je ne voudrais pas en dire plus ». 
 
Yoro Deh ne voit donc pas en quoi il a pu « recruter des enseignants qui, aujourd’hui, créent des difficultés au président de la République ». L’ex-ministre rappellera qu’ils ont été chassés du gouvernement en 2005, alors que les grèves ont continué en 2006, 2007 et 2008. 
 
Le responsable de la Ligue démocratique, Mouvement pour le parti du travail (Ld/Mpt), invite le Chef de l’Etat à se rendre à l’évidence : « les gens font la grève parce que le coût de la vie est impossible », a martelé M. Deh, avant de dire que si « le pays est mal géré, les gens vont protester… ». L’ex-occupant du portefeuille des Mines et de la Géologie dans le premier gouvernement de l’Alternance pensait « qu’à la veille de la fête de l’Indépendance, le président de la République ferait face aux problèmes auxquels les Sénégalais sont confrontés, mais non essayer de les divertir ». 
 
Abdoulaye Bathily, secrétaire général de la Ld et patron politique de Yoro Deh abonde dans le même sens en affirmant que « Wade fait de la diversion pour éviter les questions gênantes ». M. Bathily a en outre convoqué l’histoire de Wade opposant pour dire que « plusieurs fois Abdoulaye Wade nous a demandé de mobiliser les syndicats pour rendre ingouvernable le Sénégal ». Par rapport aux accusations du président, l’ex-allié du pape du Sopi dira que « les enseignants apprécieront. Si Wade pense qu’on peut demander aux syndicats d’aller en grève, c’est qu’il ne respecte pas les syndicalistes. 
 
Mme Khoudia , directrice de cabinet de Yoro Deh à la Fonction publique et non moins responsable des femmes de la Ld /Mpt , se rappelle que son patron n’avait jamais voulu céder à des revendications légitimes de son propre cabinet. Pour elle, « celui que Me Wade connaît bien Yoro Deh qu’il affabulait du sobriquet de Monsieur dialogue social. Pour Mme Mbaye, Yoro Deh, « très soucieux de l’image que nous laisserions dans ce département, avait pour credo la transparence et l’austérité, au point d’être à l’époque le seul membre du gouvernement à ne pas disposer de véhicule 4x4 pour ses tournées ». 
 
Pour rappel, Me Abdoulaye Wade au soir du 03 avril dernier, lors de son message solennel à la Nation , avait évoqué, parlant de la crise actuelle dans le secteur de l’éducation, « des grèves politiques d’enseignants » qu’il a imputées sans les nommer, à l’ex-ministre de la Fonction publique et à son parti. Le chef de l’Etat accusait notamment son ex-allié « d’avoir placé ses militants au cœur du système éducatif qu’il a fini par noyauter (…), et manipule ses militants pour perturber le secteur de l’éducation ». 
 
 
 
 
 
 
Cheikh Lamane DIOP 
 
Sénégal | Et maintenant … ? 
Publié le 5 avril 2008 à 17h27  
 
 
 
 
Par Moustapha Niasse 
 
Homme public 
 
Le président Abdoulaye Wade n’a pas accompli la mission que le peuple du Sénégal, un soir du 19 mars 2000, lui avait confiée, à une très confortable majorité, à l’issue d’un vote souverain, qui n’avait fait l’objet d’aucune contestation. L’histoire retiendra que l’évènement a été salué, unanimement, comme un acte majeur du Sénégal, de l’Afrique et des nations dites défavorisées, pour administrer la preuve que sous-développement pouvait rimer avec démocratie et retard économique avec une morale publique, éthique républicaine, transparence électorale et avec une confiance maîtrisée dans les capacités de dépassement que portent, comme les autres, les peuples du tiers-monde. 
 
 
 
Maintenant, il est évident que Me Wade ne résoudra pas les problèmes du Sénégal. Il ne le peut pas. Il ne le peut plus. Ni aujourd’hui. Ni demain. 
 
Au soir du 3 avril 2008, à la veille du 48ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, il vient de délivrer un message à la nation, comme d’habitude. 
 
Que faut-il en attendre ? 
 
Aujourd’hui, huit années se sont écoulées, depuis l’avènement de ce que nombre de nos compatriotes avaient compris comme une ère d’épanouissement nouveau des libertés et des énergies, à la faveur d’une sorte de renaissance et d’émergence d’un mental nouveau chevauchant les coursiers des valeurs de travail organisé, de justice sociale et de solidarité nationale, de générosité et d’humilité en mouvement, qui font la force des nations et inscrivent celles-ci, avec dignité et grandeur, parmi les porte-drapeaux de la gloire humaine. 
 
Le peuple est déçu. A la mesure de l’immense élan d’espoir de mars 2000. 
 
Les marches, même pacifiques et encadrées, sont réprimées avec une rare et inutile violence, au mépris de la loi et en violation flagrante des libertés du citoyen. 
 
Aujourd’hui, notre pays est à la croisée des chemins. Et, plus que jamais, le peuple connaît des dérives annonciatrices de dangers qu’il faut absolument conjurer, quand des accents triomphalistes accompagnent une marche irresponsable de fuite en avant, nourrie, à suffisance, par le recours au mensonge, à la manipulation, aux faux-semblants et aux fausses promesses, aux fausses statistiques et aux faux bilans, et quand des mesures de gouvernance enduites de cosmétiques aux effets fugaces sont présentées, par des médias aux ordres, comme des réalisations sans précédent. Vanité des vanités, tout n’est plus que vanité ! 
 
Or, ceux qui savent, ceux qui possèdent, parce que voyant ce qui se passe ailleurs, y compris en Afrique, des éléments objectifs de comparaison, ceux-là sont étonnés et indignés, devant l’étalage éhonté de soi-disant performances dont se prévaut le régime de Me Abdoulaye Wade. Le peuple a faim, l’école sénégalaise est malade, le monde rural souffre, chaque jour, le martyre pour survivre, quand notre jeunesse prend la mer avec comme seule arme le désespoir et quand les autorités publiques promettent pour l’an 2012 ou 2025, la fin de la misère, celle des délestages d’électricité, de la faim et de la soif, aux Sénégalais. 
 
La question est là posée, lancinante, lourde de silences et d’interrogations. Et, encore une fois, de multiples dangers. 
 
Cependant, les problèmes de notre pays ont des solutions. Mais ces solutions ne seront trouvées qu’au travers d’une nouvelle approche de mécanismes et de choix pour un autre mode de gouvernance qui intègre, sans hiatus, un appel au sérieux, à l’honnêteté, à l’esprit de respect de l’autre et de solidarité avec l’autre et qui tourne le dos au mensonge et à la manipulation, qui s’appuie sur ce que le peuple du Sénégal a comme première richesse, c’est-à-dire l’intelligence et la générosité. 
 
Et face aux défis immenses qui interpellent notre pays et ses populations, il n’y a nul lieu de vouloir gloser, dans des débats stériles ou dans des empoignades sans lendemain, sur ce qu’il faut faire pour sauver le Sénégal. 
 
Mais nul ne doit céder au découragement parce que ce pays est notre pays. Et ni les intimidations, ni les menaces, ni la violence qu’exerce le régime de Me Abdoulaye Wade n’y changeront rien. Et notre combat se poursuit contre les injustices, le vol organisé, l’irresponsabilité, et cela contre vents et marées. Une exigence qui est pour nous créatrice d’autant de devoirs qui sont là et qui nous regardent. 
 
1. Il faut ramener en surface la pratique de la vérité et le culte de la morale publique. 
 
2. Il faut réhabiliter – et commencer de le faire sans tarder – l’agriculture, au sens large, c’est-à-dire les activités du secteur primaire productif et mettre en place, à cet effet, les dispositifs appropriés. Une telle résolution est à la portée des pouvoirs publics, avec les moyens internes disponibles à prolonger au niveau des partenaires au développement qui n’attendent, de notre part, que des initiatives intelligentes marquées du sceau de l’expertise et du savoir-faire. 
 
3. Rétablir la crédibilité du Sénégal dans nos rapports avec les partenaires au développement et les bailleurs de fonds qui se posent encore des questions pertinentes sur les capacités de nos dirigeants actuels en matière de compréhension des priorités et de leur prise en charge pour impulser une dynamique du développement sans laquelle la descente aux enfers se poursuivra inexorablement. 
 
4. Créer, rapidement, les conditions d’un vrai dialogue national et non politicien, en allant vers l’organisation des Assises nationales auxquelles les Sénégalais ont massivement adhéré. 
 
5. Préparer la tenue d’une table ronde avec les bailleurs de fonds, à l’exemple de certains pays africains, pour assurer une relance planifiée de l’économie sénégalaise, par la mobilisation des ressources disponibles et par une utilisation rationnelle de celles-ci, avec une participation active de toutes les couches de la nation, en dehors de toutes considérations de politique politicienne. 
 
6. Prendre à bras le corps la question de la cherté du coût de la vie quotidienne des populations, par des mesures de réduction des prix des denrées de première nécessité, en amenant l’Etat à diminuer la partie de recettes fiscales provenant des impôts indirects, de 72 % à 30 %. 
 
7. Il faut, dans tous les cas, respecter les Sénégalais, respecter le principe des libertés démocratiques, rétablir le droit, pour chaque citoyen, de s’exprimer par la marche ou par tout autre moyen qui ne viole pas la loi et qui ne soit pas violent. Il faut démonarchiser l’Etat, les Institutions de la République , les mécanismes de fonctionnement de l’Etat et les instruments d’exercice de la souveraineté qui n’appartiennent qu’au peuple et qui ne sont utilisés que par délégation par les gouvernants. Il faut mettre fin à la politique du « MAATEYE » et à tous comportements allant dans le sens d’une dictature rampante qui s’étend, pas à pas, et qui envahit l’espace politique et l’espace citoyen. 
 
 
 
 
 
 
Par Moustapha Niasse Homme public 
 
 
Sénégal : une autre forme de gouvernance, la seule alternative à la stabilité et au développement ! 
Par | | lundi 7 avril 2008  
 
 
Parler en fait de la nouvelle forme de gouvernance qu’il faut pour ce pays, revient à placer l’homme au centre des préoccupations ; les statistiques et autres indices macro économiques passeront après la résolution des problèmes humains. Le Sénégal est à un moment crucial de son histoire où la tension sociale est arrivée à son paroxysme. Entre 2000, date de l’alternance et aujourd’hui, les prix des denrées ont presque doublé. De remaniement en remaniement ministériel, les choses sont restées immuables. On a l’impression de tourner en rond. Que faut-il faire ? 
 
La réponse doit venir à mon avis de la classe dirigeante qui a la prétention de mener le peuple à un avenir meilleur. 
 
Cet avenir meilleur passera nécessairement par une classe dirigeante bien intentionnée, très volontaire, tenace, persévérante, qui osera rompre avec le système interne et externe, nous maintenant dans cet état de misère et de dépendance. 
 
Le Chef de l’Etat se doit dès sa prise de fonction, de s’engager résolument à instaurer la démocratie dans ce pays ; démocratie au vrai sens du terme, c’est-à-dire un gouvernement du peuple, pour le peuple et, surtout contrôlé par le peuple. Et pour réaliser cet objectif, un bouleversement radical dans les institutions s’avère nécessaire. 
 
Ainsi, il faudrait qu’à tous les niveaux des pouvoirs : exécutif, législatif et judiciaire, le contrôle soit continu et les lois justes et démocratiques pour s’appliquer à tous, sans exception. 
 
L’immunité ne doit être accordée qu’au Président de la République qui dispose du droit de grâce dans certaines conditions. 
 
Les fonctions de député et de maire ne doivent plus être cumulées. Le maire devra effectivement résider et travailler dans le territoire où il est élu. 
 
Le Gouvernement devra se départir des entraves que constituent les intérêts partisans ou des préoccupations électorales pour, qu’à chaque fois que le besoin se fera sentir, dire la vérité aux populations et, faire fi de toute pression autre que celle mue par l’intérêt général. Le Gouvernement n’aura comme préoccupation que celle de mener le pays vers un mieux être effectif. 
 
Il est inconcevable que les politiciens qui font espérer aux populations une amélioration de leur sort, restent dans les mêmes dispositions de mauvais comportement, d’imprévoyance, d’incivisme, d’insouciance et de paresse. 
 
A y observer de près nous ne pouvons pas admettre que nos pays africains soient riches en minerai, gisement et autres et que nos populations continuent à vivre dans la pauvreté ; alors que le Japon par exemple, est une puissance économique construite sans grands atouts naturels : aigu, ruiné par la défaite de 1945, fortement dépendant de l’extérieur pour de nombreuses ressources (en quasi-totalité pour le pétrole, le charbon et la plupart des métaux, 60% pour les produit alimentaires). 
 
Il occupe aujourd’hui le deuxième rang économique mondial derrière les USA, et, représente 15% du PNB de la planète contre 4% en 1960. 
 
Le miracle japonais de la période 1955-1973 durant laquelle le taux de croissance annuelle moyen dépassait 10%, puis l’internationalisation de l’économie depuis1973, ont fait du Japon un véritable géant qui fascine et inquiète à la fois : 
 
1. 1er rang mondial pour la construction automobile 
 
2. 2eme pour la sidérurgie et la chimie 
 
3. 3eme pour le textile 
 
4. Il est à la pointe des industries de haute technologie ( électronique, bio-industries ), et s’affirme comme leader incontesté dans les domaines tels que l’audiovisuel. Les causes de ces succès sont : une étroite cohésion sociale, (homogénéité ethnique), le respect strict de la hiérarchie, le culte du travail et pas de gaspillage. 
 
Israël, lui, dispose du même climat que les pays sahéliens mais, se trouve malgré tout à un niveau de développement très élevé. 
 
Aujourd’hui, malgré une stabilité politique et une situation géographique enviable, le Sénégal est très pauvre en ressources naturelles. Le secteur de l’arachide, principale culture de rente du pays, est en crise. Cette filière est en chute libre. 
 
L’autosuffisance alimentaire n’est plus à l’ordre du jour. Malgré le fait que le secteur agricole emploie environ 70 % de la population, la part du secteur primaire dans le Produit Intérieur Brut (Pib) est en constante régression. La pêche, qui est restée jusque-là un secteur-clé de l’économie familiale sénégalaise, subit les conséquences de la dégradation des ressources halieutiques qui sont l’objet d’une surexploitation sans nul autre pareil. 
 
Dans le même registre, le secteur des phosphates malgré une production de 1800000 tonnes /an, est mis en péril par les difficultés financières des Industries Chimiques Sénégalaises (ICS). Malgré l’optimisme des pouvoirs publics sur les prospections des mines aurifères du Sénégal oriental, il n y’a à ce jour point d’or produit à l’échelle industrielle si ce n’est la production artisanale des orpailleurs de la contrée. Les perspectives d’exploitation du gisement de pétrole off-shore décelé au large de la frontière Sénégalo-Bissau-guinéenne sont pour le moment assez floues et aucun investisseur n’est sur le coup. 
 
Ce qui se passe dans notre pays est quand même extraordinaire en matière de désordre organisé. Il est même risible de voir des << politiques de développement >> se mettre en place dans ce chaos que constitue le désordre urbain alors qu’il y a suffisamment d’espace. 
 
Nos gouvernants, en tant qu’être humains faillibles, doivent savoir être à l’écoute du peuple, avoir le sens de l’initiative, éviter l’immobilisme et avoir autant que faire se peut, un minimum de bon sens pour en toute circonstance, savoir et pouvoir réagir dans l’intérêt général et de la manière la plus efficiente. La remise en cause doit se faire aussi souvent que possible afin de ne pas se complaire dans une autosatisfaction de bon aloi. Cette question se pose quand on regarde comment le pouvoir est exercé dans nos pays africains. Il est quasiment impossible d’entendre les gens du pouvoir faire leur autocritique, se remettre en cause ou admettre leurs erreurs. On a l’impression que nous sommes gouvernés par des surhommes. 
 
Ceux qui ont la charge de diriger ce pays l’ont peut-être fait avec autant de patriotisme, d’honnêteté et d’intelligence qu’ils pouvaient et, il ne faudrait pas penser que tout ce qu’ils ont fait est mauvais, loin s’en faut. La volonté d’accéder au pouvoir ne doit nous dispenser d’une certaine objectivité. 
 
Quels changements devra-t-on véritablement apporter ? Notons qu’une nouvelle façon de gouverner doit voir le jour et cela doit commencer par : 
 
La réduction de la taille du gouvernement qui peut être limité à 15 ministres. 
Un Premier ministre puis : 
 
1 : un ministre de l’intérieur (habitat, aménagement du territoire) 
 
2 : un ministre des forces armées et de la sécurité publique 
 
3 : un ministre de la santé, de l’environnement et de l’hygiène publique 
 
4 : un ministre de l’agriculture (élevage, pêche et industrie) 
 
5 : un ministre de l’équipement (transport et infrastructures) 
 
6 : un ministre du commerce, de l’économie et des finances 
 
7 : un ministre du budget 
 
8 : un ministre de l’industrie, de l’artisanat et des mines 
 
9 : un ministre de l’action sociale (réinsertion, solidarité et culture) 
 
10 :un ministre de l’énergie et des biocarburants 
 
11 :un ministre de l’éducation nationale et de la recherche 
 
12 :un ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle 
 
13 :un ministre de la jeunesse et des sports 
 
14 :un ministre de la fonction publique, de l’emploi et du travail 
 
15 :un ministre de l’information, des relations avec les institutions et porte parole du gouvernement. 
 
Le désenclavement et l’utilisation rationnelle de la voie publique ; marchands ambulants, charrettes et pousse-pousse seront interdits dans les villes, les ateliers (mécaniques, menuiseries, cordonneries…) mieux contenus dans des locaux clos, sécurisés et déclarés.  
Les industries seront délocalisées, il ne sera plus question de les installer dans les centres urbains.  
L’accent sera mis sur les productions agricoles locales dont l’objectif premier sera de nourrir les populations.  
L’école sera le complément de ce que les parents apprennent à leurs enfants. On s’évertuera à compléter l’éducation parentale en leur inculquant des valeurs qui permettent d’en faire de bons citoyens grâce à un enseignement de qualité aidant à intégrer facilement la vie professionnelle. L’éducation religieuse, civique, morale et sanitaire débutera à partir de la maternelle, le code de la route et le droit à partir de la 6e .  
Ouvrir l’université à la vie, faire en sorte que les universitaires soient des acteurs de développement.  
Encourager la participation des intellectuels à la gestion du pays.  
Financer des pistes de production pour désenclaver l’intérieur du pays.  
S’appuyer sur l’agriculture : la Malaysia , est un bel exemple. Elle a su tirer profit de son riche potentiel de ressources naturelles : huile, étain, bois et terre tropicale fertile pour transformer son économie et accroître rapidement le revenu individuel qui a augmenter de 3% par an en moyenne de 1965 à 1990.  
Encourager l’investissement en permettant au monde en développement d’investir dans sa croissance. Sur ce point, rappelons que le Koweït et le Sultanat de Brunei ont investi leurs rentes de ressources en d’autres formes de capital assez productif. En fait, ils les investissent dans l’achat de bons et d’actions sur les marchés internationaux de capitaux, voir dans les industries d’autres pays. C’est ainsi que Brunei, par exemple, a investi en Australie dans le grand élevage et, aux Etats-Unis, dans l’hôtellerie.  
Protéger certains produits contre la concurrence étrangère.  
Accroître le rendement et la production. A titre illustratif, les cultivateurs de la région centrale du Kenya ont fait des plantations très ingénieuses pour porter au maximum la production de leurs lopins de terre, leurs homologues soudanais ont à leur niveau mis au point, sur des sols arides, des techniques qui leur permettent de tirer le meilleur parti des chutes épisodiques de pluie tandis que les petits paysans d’Indonésie gèrent avec compétence des réseaux d’irrigation complexes.  
Encourager et soutenir le développement des produits locaux de substitution en promouvant le consommer sénégalais.  
Veiller à une meilleure distribution des richesses et à une élimination progressive de l’analphabétisme.  
Combattre la corruption sous toutes ses formes.  
Veiller au respect de la démocratie et des droits de l’homme.  
Développer une stratégie de communication cohérente et constante. 
En tout état de cause, l’accent doit être mis sur la satisfaction des besoins fondamentaux des populations. Il ne peut y avoir de développement sans que le problème de l’insécurité alimentaire et sanitaire soit résolu, sans que le niveau d’éducation des hommes et des femmes, acteurs du développement local soit élevé. A la notion d’un modèle imposé de l’extérieur doit se substituer l’idée que le développement devrait être un processus endogène, favorisé par la mise en place d’un cadre politique, financier et juridique favorable à l’initiative économique. Les populations devraient être plus étroitement associées aux projets de développement. Pour finir, je dirai que le développement est un processus, une logique à suivre, une organisation à installer et une méthode à appliquer. 
 
Serigne Samba Ndiaye : Enseignant-Chercheur-Phytothérapeute 
 
FLAMBEE DES PRIX, REPRESSION DES MANIFESTANTS 
 
« La confrontation est inévitable », selon Rta’S 
Par Ibrahima Lissa FAYE | SUD QUOTIDIEN | lundi 7 avril 2008  
 
 
Le Rassemblement des travailleurs Africains-Sénégal (Rta/S) a estimé que « la violence qu’il (le gouvernement) exerce sur les manifestants pacifiques, comme cela a été le cas lors de la dernière marche appelée par l’Ascosen, et l’arrivée à la tête du Ministère de l’Intérieur de cet ancien conseiller de l’ancien dictateur sanguinaire, Mobutu, constituent un signe manifeste de sa volonté de réprimer le mouvement populaire ». Il a indiqué cela dans un communiqué de son secrétariat politique qui nous est parvenu hier, dimanche 6 avril. « Incapable d’apporter la moindre réponse aux aspirations populaires, ce gouvernement fera de plus en plus dans la provocation et la répression aveugle face à la montée en puissance de la lutte des forces sociales », ont indiqué les camarades d’El Hadji Momar Samb. 
 
SENEGAL - ECONOMIE - TYRANNIE DU RIZ - SOLUTIONS 
 
Le gouverneur Sambou pour un "changement de comportements" 
 
lundi 7 avril 2008  
 
NETTALI - Les spécialistes prévoient une raréfication de la denrée riz sur le marché sénégalais. L’ancien gouverneur de Dakar Saliou Sambou émet sur le même tempo, en expliquant que les pays producteurs ont aujourd’hui besoin de cette denrée. Sambou prône l’intensification de la culture du riz dans la vallée et en Casamance en même temps qu’il milite pour un changement des traditions culinaires. 
 
Saliou Sambou, présidant un forum économique à Thionk-Essyl, dans la région de Ziguinchor, constate que « la tyrannie du riz a trop duré ». Pour lui, la solution passe d’abord par un changement des habitudes culinaires : « j’ai été au Bénin et il y a au moins cinq plats à base de légumes différents, à base de céréales différentes. Il y a la pâte noire qui est composée d’igname, la pâte blanche avec le manioc, le maïs et le riz. Et il y a d’autres produits qu’ils ont, plus le mil. Alors que chez nous, on s’en tient au riz. Même les Sérères prennent riz comme aliment de base, alors que normalement, ce devait être le mil". Pour le responsable de l’Administration territoriale au ministère de l’Intérieur dénonce l’ancrage de mauvaises habitudes alimentaires dans notre culture qui a des conséquences économiques. "Avec ces effets d’imitation, on a perverti nos systèmes de vie et la conséquence, nous allons la payer cash", dénonce Sambou. 
 
L’ancien gouverneur de Dakar par ailleurs engagé dans le processus de paix en Casamance ne prend pas l’Etat pour seul responsable de la présente situation marquée par une raréfication de la denrée riz : « il faut que les gens comprennent que ce n’est pas de la responsabilité du gouvernement du Sénégal. C’est la denrée qui est en train de se raréfier actuellement et son prix monte. Mais le drame, c’est que même si on a de l’argent, d’ici quelque temps, nous n’aurons même pas de produit à acheter, même si vous avez des milliards ». 
 
A l’en croire, « la parade, c’est que nous nous retournions vers le Fleuve et la Casamance. Le Fleuve, dans le cadre des aménagements du fleuve, en Casamance avec l’Anambé et surtout chez les Joolas. Mais, le système du Joola est quand même anachronique parce que la kajandu a été inventé depuis le XIIIe siècle, il n’y a pas d’améliorations". Il s’y ajoute, mentionne-t-il en le regrettant, "les Joolas ont pitié des bêtes pour faire la traction animale. Et comme les Sérères, ils prennent les bêtes comme leurs propres familles". Et d’encourager un changement de comportement "pour qu’au moins, on puisse cultiver à grande échelle et produire". Sambou estime également qu’on ne peut pas occulter la dimension aménagements dans la bataille pour l’autosuffisance en riz. "Dans le cadre d’une production intensive, il faudrait aussi un remembrement des terres", dit-il. 
 
FETE DU 4 AVRIL : CARAVANE DU FRONT SIGGIL SENEGAL 
 
Amath Dansokho : « Dans les villes et partout, les gens nous disent : nous ne mangeons plus »  
 
samedi 5 avril 2008  
 
Le 4 avril, fête de l’indépendance du Sénégal lui offrant l’opportunité, le « Front Siggil Sénégal » est allé en caravane s’enquérir de la situation des Sénégalais, ceux vivant à Dakar en premier. Le constat est que le pays va mal et qu’il n’y a aucun espoir de lendemain meilleur avec le gouvernement de Me Abdoulaye Wade, rapporte Sud Fm. 
 
Le « Front Siggil Senegaal » a bouclé une tournée régionale à Dakar et c’est Amath Dansokho, leader du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), qui en livre les résultats. « Cette journée anniversaire de notre indépendance, qui a été célébrée par le pouvoir dans un contexte de tristesse, de désolation même totale dans toutes les couches populaires du Sénégal. Nous l’avons célébrée pour mobiliser les forces, pour faire face au régime d’Abdoulaye Wade qui n’a plus aucune légitimité. Quand on a mis près de 7 millions de Sénégalais – et je peux en témoigner puisque je viens des profondeurs du Sénégal – dans une situation de misère jamais connue dans ce pays, ce fait suffit seulement à le disqualifier », martèle Amath Dansokho. Qui ajoute : "dans les villes, partout, les gens nous disent : ’nous ne mangeons plus’, tout au long de notre parcours, depuis Rufisque. Mais le plus important est que ce ne sont plus des lamentations », laisse entendre Dansokho. Et selon le porte-parole du jour du « Front Siggil Sénégal », "c’est délibérément qu’il a mis ce peuple dans cette situation". 
 
A la question de savoir pourquoi cette sortie, le jour où tous les Sénégalais fêtent l’indépendance, le leader du Pit rétorque que c’est pour eux une façon de commémorer le 4 avril : « nous le fêtons. Nous n’avons pas du tout dérangé la fête de Abdoulaye Wade. Il a organisé sa fête, y faisant des choses qui sont indignes d’une République. D’ailleurs, c’est ce que nous avons enregistré au cours de notre tournée. Et c’est ce que le peuple lui a dit sur place, même si on a voulu contenir les gens à distance, comme dans un état de siège. C’est le même slogan que nous avons entendu partout où nous sommes passés. Je disais qu’il ne s’agit plus de lamentations ». A en croire le chef de file des locataires de Khar-Yalla, « la confiance dans le Front Siggil Sénégal est totale. Et tout le monde pense que c’est nous avec eux, avec la population, qui avons la clé de cette crise ». 
 
Il faut noter que les jeunes du « Front Siggil Sénégal » vont marcher lundi prochain, pour protester contre la hausse généralisée des prix, contre la famine et l’absence de libertés au Sénégal. Le départ est prévu au Jet d’eau à 10 heures. Ces jeunes, armés de pain, boîtes de lait, paquets de sucre, sacs de riz vides et casseroles, vont rejoindre l’avenue Bourguiba, Castors, Terminus Dieuppeul. 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 9.04.2008
- Déjà 5066 visites sur ce site!