ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Une solution de sortie de crise pour la major

Une solution de sortie de crise pour la majorité présidentielle 
Nous sommes un groupe d’intellectuels, proches de la majorité présidentielle. Rassurez-vous nous ne sommes d’aucun clan, ni d’aucune officine. Notre devoir est de réfléchir et de soumettre au peuple sénégalais le produit de notre réflexion. 
 
La majorité présidentielle a été sérieusement bousculée le 23 juin 2011. Personne n’a pu imaginer l’ampleur des manifestations de rue. Encore une fois ni l’entourage présidentiel, ni le Pds n’ont été au secours du président de la République. Comme d’habitude, il devra affronter seule la situation. En ces quelques lignes qui suivent, nous tenterons de tirer quelques leçons pour l’avenir : 
 
La jeunesse qui a exprimé son ras-le-bol ce jeudi 23 juin 2011 n’a pas été manipulée par l’opposition. Il fallait s’y attendre. Fautes d’emplois, vivant dans les eaux, privée d’électricité, ses frustrations cumulées ne pouvaient produire que ces débordements, condamnables par ailleurs dans une démocratie. Nul ne peut tolérer l’expression de la violence. L’alternance de l’an 2000 est intervenue sans violence. 
 
Les medias ont été à tous points de vue partisans. Il n’y a qu’au Sénégal où des patrons de presse prennent publiquement des positions politiques et dans le traitement de l’information, leurs organes (presses-écrites, audio-télévisuelles) suivent la voix du maître. Il est inimaginable, en France, que les patrons de TF1 ou de France Télévision prennent part publiquement dans le débat politique. Le pouvoir libéral en place a subi les contres-coups de cette bataille médiatique. La société civile a définitivement choisi son camp en pourfendant le pouvoir libéral. Que faire alors ? 
 
A ce jour on attend toujours la reprise en main de la situation par Monsieur le président de la République. La sortie de Monsieur Karim Wade sous forme de lettre ouverte est une erreur. D’abord le moment choisi est inopportun. Ensuite, on peut se poser la question de savoir à quel titre, s’est-il adressé à l’opinion publique. Monsieur Karim Wade est ministre d’Etat dans un gouvernement dirigé par un Premier ministre qui se nomme Souleymane Ndéné Ndiaye, le président de la République du Sénégal n’est autre que Me Abdoulaye Wade. Le fils de Monsieur le président de la République, par sa sortie, ne fait que confirmer sa toute-puissance sur l’équipe gouvernementale. 
 
Notre solution de sortie de crise est la reprise en main des affaires du pays par le président de la République. En quoi faisant ? Dissoudre l’Assemblée nationale et organiser de nouvelles élections législatives sous forme de référendum test pour Me Abdoulaye. Pourquoi une telle idée. D’abord, sans toucher à la constitution, le président de la République a un pouvoir de dissolution de l’Assemblée nationale à partir de deux ans d’exercice. Les élections législatives se déroulent à un tour. Ce qui permet ainsi d’avoir une photographie réelle de toutes les forces politiques en présence. Dès lors, il appartiendra au Président Wade d’en tirer toutes les conséquences. 
 
Première hypothèse : le Sopi sort vainqueur 
 
Les portes de la Présidentielle de février 2012 sont largement ouvertes à Abdoulaye Wade. 
 
Deuxième hypothèse : le Sopi est battu. Soit, le Président Wade démissionne et par anticipation, les élections présidentielles sont organisées sans lui. Soit, il nomme un Premier ministre issu du parti majoritaire ayant plus de députés à l’Assemblée nationale et cohabite avec lui, et se donne le temps de choisir dans son camp un candidat apte à réunir toutes les forces libérales à l’exception naturellement de son fils Karim Wade. 
 
Nous versons cette réflexion dans la corbeille. Nous n’avons aucune prétention de détenir la vérité, mais nous assumons solennellement qu’Abdoulaye Wade a fait mieux que tout autre président de la République. Nous ne souhaitons pas que les acquis de l’alternance soient dévoyés par une défaite électorale du président Wade en 2012. Nous voulons que le président quitte le pouvoir sans défaite. Nous souhaitons qu’un libéral poursuive son mandat. Laissons du temps au temps. Malgré ces quelques errements, le Président Wade restera à jamais une référence au Sénégal et en Afrique. 
 
Un groupe d’intellectuels  
 
 
Le Père et le Fils…, notre droit de réponse à Karim Wade !  
«Que servirait-il à un homme s’il gagne le monde entier, et qu’il fasse la perte de son âme» (Marc 8, 36). Léon Tolstoï, dans un de ses ouvrages, nous raconte l’histoire d’un riche fermier russe qui avait entendu dire que dans une tribu très lointaine, il y avait des terres fertiles qu’on pouvait se procurer à très bas prix. Cet homme, ayant réalisé toute sa fortune, alla trouver le chef de la tribu. Pour la somme qui était proposée, le chef de la tribu lui dit qu’il pouvait partir le matin au lever du soleil et jalonner sa route. Tout ce qui serait à l’intérieur lui appartiendrait, à la condition qu’il soit revenu avant le coucher du soleil. 
 
L’affaire conclue en ces termes, l’homme partit dès l’aurore d’un pas pressé, jalonnant sa route, allant de plus en plus vite, convoitant ces terres fertiles. Le soleil montait. Quand il fut arrivé au zénith, notre homme n’avait pas encore atteint la moitié de son but. Il a hâté le pas, s’est presque mis à courir, puis a amorcé son retour alors que le soleil avait déjà amorcé sa courbe descendante. En revenant, il a vu un bosquet et un terrain qu’il convoitait ; il les a contournés et jalonnés. Et le soleil descendait de plus en plus vite. Notre homme, puisant dans ses dernières ressources, s’est mis à courir, à courir. Au moment où le soleil se couchait, il arriva devant le chef de la tribu. Mais là, comme le soldat de la bataille de Marathon, il est tombé mort. Lui qui voulait tant de terres, un trou d’un mètre cinquante lui suffisait maintenant ! (extrait d’un prêche de Fernand Legrand) 
 
Moumen Diouri dans son ouvrage A qui appartient le Maroc, a théorisé l’appauvrissement des populations comme moyen de domination. Il y décrit comment par l’entremise de l’Omnium nord africain (Ona), Hassan II a réussi à faire main basse sur toutes les richesses de son pays, appauvrir les populations et les maintenir ainsi en situation d’asservissement. L’adage ne dit-il pas que «ventre vide n’a point d’oreilles». 
 
Au Sénégal nous avons «nos Ona». On pourrait les appeler Anoci ou encore Apix ou tout simplement «Haute autorité…». Mais les prédateurs oublient souvent que l’excès d’ambitions est la mère des échecs. 
 
Quelques exemples : échec dans la gestion de l’Anoci, échec politique lors des dernières élections locales, échec dans le cadre des constructions des infrastructures routières, scandales financiers à répétition dans ce qu’il est convenu d’appeler la coopération internationale et qui n’est en fait qu’un système de collecte de dons et autres prêts nébuleux non contrôlés, échec patent de la gestion de l’énergie avec le plan Takoul, et enfin échec même dans l’ultime tentative de victimisation. 
Au vu de tout cela, on peine à comprendre que Abdoulaye Wade veuille, à tout prix, nous faire croire aux capacités exceptionnelles de son fils à manager les affaires de l’Etat. 
 
Contrairement à ce que plusieurs pensent ou répètent par suivisme, j’ai toujours eu la conviction que Abdoulaye Wade n’était pas intelligent. Rusé peut-être, mais pas intelligent. Autrement comment accepter, qu’il ignore à ce point la psychologie du peuple sénégalais ? Comment un homme, après avoir été porté à la tête d’un pays, peut penser que ceux-là qui l’ont choisi sont incompétents au point de ne pouvoir diriger un ministère ? 
 
Wade a dit lui-même qu’au début il voulait avoir un gouvernement restreint ; mais qu’à la pratique, il s’est rendu compte qu’aucun Sénégalais ne pouvait exécuter le travail qu’il voulait leur confier. Il a fallu donc qu’il multiplie les postes afin d’alléger le travail à ces incapables. Le seul à même d’abattre avec brio la masse de travail d’un vrai ministre de Wade, c’est son fils. Résultat des courses, il lui confie tout. 
 
Wade ne le sait peut-être pas, ou feint-il de l’ignorer, mais nous étions là depuis le début. En 1988, alors qu’il était jugé pour le flagrant délit le plus long de l’histoire du Sénégal (dixit son avocat Me Francis Szpiner), nous nous levions à 4h du matin, quittions le campus universitaire et essayions de déjouer la vigilance des policiers pour nous rendre au Palais de justice, lui apporter notre soutien. Nous y avons rarement vu de vrais jeunes militants du Pds à l’époque. Nous n’y avons non plus jamais vu le fils, qui aujourd’hui, clame fièrement qu’il ne peut laisser le père aller seul à Benghazi. Nous lui signalons qu’à l’époque son père courrait un danger beaucoup plus grand et qu’il était volontairement absent. Nous y avons quand même aperçu une fois Syndiély le bras levé en signe de victoire. 
 
Les psychanalystes devraient se pencher sur les rapports entre le père et le fils. Il y a comme qui dirait un complexe d’Oedipe non résolu. C’est peut-être cela qui expliquerait le désir ardant de plaire à la mère et qui est traduit par cette phrase assez complexe à décoder : «…, je dirais à ta maman que tu as bien travaillé.» 
 
Toute lecture au second degré de la relation entre le père et le fils fait penser que Abdoulaye et Karim se haïssent. Autrement comment comprendre les mauvais traitements qu’ils s’infligent l’un et l’autre ? On ne peut aimer son enfant et l’exposer autant que Wade le fait ; et on ne saurait aimer son père en le poussant à saborder 26 années de haute lutte et de gloire. 
 
En moins de dix ans, la présence du fils a fait perdre au père presque la moitié de son potentiel sympathie et mis en lambeau une œuvre de plus d’un quart de siècle ; fruit d’un travail acharné. 
Le père, en confiant au fils des missions dont il sait qu’il n’en a ni les compétences ni le courage, ne cherche-t-il pas à le punir pour sa longue absence à ses côtés durant sa lutte pour l’accession au pouvoir ? 
 
Le fils, en encourageant un père avide d’éloges et qui n’est plus très lucide, à toujours aller dans des impasses, par des prises de décisions impopulaires, ne cherche-t-il pas à se venger d’un vieux père qui l’a souvent abandonné au profit d’une lutte qui n’était pas la sienne ? 
 
Théodore MONTEIL - Dno Union citoyenne Bunt Bi - Membre de Bennoo Siggil Senegaal 
La contrition des lâches  
 
LETTRE OUVERTE DE KARIM WADE AUX SENEGALAIS - Une pilule amère, difficile à avaler 
Sous la pression des événements populaires des 23 et 27 juin 2011 qui ont mis en exergue la résolution d'un vaillant peuple à combattre la forfaiture et le défaut de prise en charge réelle de ses préoccupations, Karim Wade essaie, de guerre lasse, dans une lettre ouverte aux Sénégalais, de se proclamer chantre de la démocratie."Le sentiment démocratique est très fort chez nous et il n'y a qu'un seul chemin pour accéder au pouvoir:celui des urnes"le contexte politique de rejet systématique par le peuple souverain du projet de loi instituant le ticket présidentiel est-il la cause de la nouvelle posture de Karim Wade? 
 
 
Manifestement, devant la certitude d'un débâcle électoral en 2012,ce projet de loi unique et inique était une tentative dérobée de détournement du suffrage des Sénégalais par l'orchestration d'un hold-up électoral de la pure espèce pour la conservation d'un pouvoir d'un régime décadent. 
 
Si Karim Wade était un démocrate comme il le proclame urbi et orbi, aujourd’hui, pourquoi ne s'est-il pas opposé à un tel projet et à la forme utilisée pour l'instituer, étant entendu qu'il est bien l'alpha et l'oméga du régime actuel? Tout au contraire, il a eu, indubitablement, à accréditer le projet de loi de modification constitutionnelle instaurant l'élection simultanée d'un président et d'un vice président avec seulement moins du quart du corps électoral ? 
 
La vraie question que les Sénégalais devraient se poser, de nos jours, est de savoir quel sort devrait-on réserver à un régime en fin de mandat pris en flagrant délit de vol? 
 
Au demeurant, le seul fait d'évoquer dans notre pays, être contre une dévolution monarchique du pouvoir, constitue en soi une auto culpabilisation et par conséquent une intention cachée , mais bien réelle d’hériter le pouvoir, dans la mesure oû la dévolution monarchique d'un pouvoir ne s'est jamais posée au Sénégal depuis l'indépendance sauf, un temps soit peu ,avec l’article 35 de la constitution abrogée il y’a plus de 30 années .C'est die que cette correspondance de Karim Wade aux sénégalais devrait plutôt s'adresser à son père qui, en d'autres temps , évoquait Bush père et Bush fils et définissait Karim Wade comme le meilleur parmi les meilleurs Sénégalais au point de lui faire occuper tous les secteurs stratégiques pour le développement économique et social du Sénégal.. 
 
L’autre vraie question que les Sénégalais devraient se poser serait de savoir quel est le véritable statut de Karim Wade au sein du régime, au delà de ses nombreuses fonctions ministérielles, étant donné qu'il ne subie aucun contrôle, ni ne rend compte à aucune institution de la république. 
 
Si la dévolution du pouvoir par la tentative de modification constitutionnelle instituant l'élection simultanée d'un président et d'un vice président a avorté sous la pression populaire justifiant la nouvelle posture d'un démocrate avéré de Karim Wade (autres temps, autres moeurs), l’exercice actuel du pouvoir a été toujours d'essence monarchique au vu du statut du fils du président au coeur du régime. 
 
Plutôt que de se morfondre et se mettre au banc des opprimés jusqu’à vouloir accorder paradoxalement le pardon à certains caciques pourfendeurs Sénégalais gardiens du temple, Karim Wade et son père devrait solliciter le pardon du peuple dont ils ont voulu abuser de l’indulgence en tentant de faire passer par la ruse un projet de loi de nature autocratique qui devrait nous conduire vers la réhabilitation de l’article 35 de la constitution abrogée. 
 
 
 
Kadialy GASSAMA, Economiste 
Rue Faidherbe X Pierre Verger 
Rufisque 
L’Etat de disgrâce 
Il aura fallu attendre les manifestations des 23 et 27 juin 2011 pour que Abdoulaye Wade comprenne enfin le message que les Sénégalais lui avaient pourtant clairement envoyé à l’occasion des élections locales du 22 mars 2009. Quel gâchis depuis lors et quel calvaire pour les milliers de Sénégalais soumis aux caprices d’un homme et de ses proches persuadés de pouvoir faire accepter l’inacceptable à notre peuple et à sa jeunesse. 
 
 
Brutal réveil que celui du 23 juin qui a été vécu par l’équipe au pouvoir comme un cauchemar sans fin dont les incantations des journées suivantes n’ont pu atténuer le traumatisme profond qu’il a produit. 
 
Alors que, pour la première fois de sa longue histoire politique, le Président Wade reste aphone, c’est, à la surprise générale, son fils Karim, qu’il envoie au charbon pour apitoyer les sénégalais par une lettre ouverte dans laquelle il essaie vainement de se poser en victime des envieux et en serviteur de la Nation. Il faut arrêter cette sinistre comédie et tourner définitivement la page. 
 
La Jeunesse Sénégalaise, le peuple Sénégalais en ont fini définitivement avec les années Wade. Le Pape du SOPI est devenu, hélas pour tous, le fruit amer du SAPI. 
Le phénomène de rejet que l’on observe dans notre société est un phénomène sans précédent. Il est général. Il est sans appel. Le Président doit le comprendre et cesser d’offrir en pâture, son fils Karim Wade à l’opinion publique. Le flop magistral consécutif à la « Lettre ouverte » le confirme. Il faut désormais passer aux choses sérieuses. Il faut affronter les exigences du Mouvement des Forces Vives du 23 juin et négocier une sortie relativement honorable qui reste encore possible même si les chances s’amenuisent chaque jour. 
 
C’est le lieu de remercier publiquement les forces de la société civile pour leur contribution essentielle à la révolution silencieuse en cours. Les jeunes rappeurs de « Y’en a marre » en particulier méritent nos félicitations chaleureuses. Des milliers de jeunes anonymes se sont dressés aussi comme un seul homme. Utilisant SMS et Face Book, ils ont écrit ces moments uniques de notre histoire, à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Nous avons gagné ensemble une bataille mémorable mais le combat politique contre le projet de Wade est loin d’être terminé. Notre frère Alioune TINE de la RADDHO mérite un hommage tout particulier pour avoir assumé, sans hésitation, son rôle dans ce rassemblement arc en ciel. 
 
A présent, isolé et contrit ; frappé par une disgrâce dont plus personne ne peut douter, Abdoulaye Wade subit aussi les foudres du Colonel Kadhafi qui, de son bunker de Tripoli, montre sa colère devant tant d’ingratitude de son ex-ami qui l’aura trahi comme il l’a fait avec tous ceux qui l’ont aidé sincèrement. 
 
Naturellement dans notre Sénégal, pays du dialogue, il n’en fallait pas plus pour que des médiateurs sociaux notamment des Chefs religieux et des groupes privés fassent entendre leur voix au profit du dialogue politique après les conseils appuyés des pays de l’Union Européenne et les inquiétudes publiques des Etats Unis d’Amérique. 
 
IL n’est donc plus possible de se dérober malgré les gesticulations dérisoires des fanfarons du camp présidentiel. Face à la méfiance générale, même si toutes les forces sociales sont conscientes de la nécessité de donner une chance ultime à une solution pacifique de la crise actuelle pour sortir d’une impasse qui pourrait être fatale, personne n’acceptera et n’a le droit d’accepter que Abdoulaye Wade engage une ultime manœuvre pour obtenir à la table de négociation ce que sa politique de confrontation n’a pu lui assurer. Les exigences de l’opinion publique restent claires. Le Président Wade doit renoncer publiquement et sans ambigüité à un troisième mandat présidentiel conformément à la constitution qui ne lui permet pas de se présenter une troisième fois. 
 
Il doit s’engager à organiser des élections régulières et transparentes, en concertation avec les partis politiques et les forces vives de la Nation. 
 
Alors seulement les conditions d’une discussion plus sereine existeront sous l’arbitrage moral d’autorités religieuses et laïques crédibles et de partenaires étrangers attentifs pour garantir l’exécution diligente et sincère des accords éventuels. 
Honneur à la jeunesse et aux femmes de notre pays pour leurs hauts faits des 23 et 27 juin 2011. La victoire appartiendra au peuple. 
 
 
Landing SAVANE 
Secrétaire Général 
And-Jëf/PADS 
Dakar, le 07 Juillet 2011 
LA «TRANSITION» DE BENNOO, CET AUTRE TICKET ANTICONSTITUTIONNEL - 
Enfin, les chaines se cassent, vive la démocratie ! 
Le peuple sénégalais a retrouvé sa souveraineté. Si pour d’aucuns, la date du 23 juin a été le point de départ, oh que non. Je dirai que c’est parce que les sénégalais oublient très vite. Rappelons la reculade du pouvoir devant les marchands ambulants les 22 et 23 novembre 2007. Ce sont ces jeunes, à qui le pouvoir en place n’a pas pu trouver de l’emploi, même si la promesse a été faite en ce sens, qui se sont débrouillés avec les moyens du bord et les facilités que leur ont offertes la présence de la marchandise accessible chinoise, qui ont dans un premier temps et avec la fermeté qui sied, dit non à Wade et à ses acolytes. 
Pourtant cette prouesse, les étudiants de l’université de Dakar la réussissent dans le courant de chaque année scolaire, mais cela ne dure que le temps d’une rose. Pourquoi ? La réponse est toute simple : ils sont manipulés soit par l’Etat, soit par l’opposition qui saute toujours sur l’occasion pour en faire un programme politique à l’«éphémérité » d’un éclair. Donc, le peuple doit d’abord dire merci aux marchands ambulants. Leur combat a été d’un impact tel que, le maire de Dakar Khalipha Sall, qui en a fait un projet de recasement, est puissant dans son parti parce qu’étant un interlocuteur direct d’une jeunesse dévouée. Khalipha Sall s’en ira jusqu’à inquiéter le parti socialiste et son secrétaire général Ousmane Tanor car il ne se rendait pas compte qu’il y’a une différence entre ce mouvement de survie des jeunes et la politique. Ils n’en avaient cure de la politique, ces jeunes marchands ambulants 
 
Le peuple sénégalais a retrouvé sa souveraineté parce qu’un certain Samuel Sarr n’a pu régler le problème de l’énergie, secteur auquel il était le « commander in chief » et qui s’est vu refusé le paiement de la facture d’électricité par des imams, à la retraite, dont la prêche avait fini par convaincre plus d’un. La situation montait d’un cran. 
 
Et Abdoulaye Wade, tel un démon de la catastrophe mit l’huile sur le feu en imposant aux sénégalais un fils qui n’a jamais rien réussi, et qui a été même battu dans son bureau de vote lors de l’élection locale, un méga ministère qui à lui seul gère plus de 50% du budget de l’Etat. Les sénégalais, en plus de ne pas vouloir du fils du président, ne peuvent plus supporter la cherté de la vie avec un panier de la ménagère qui voit son cout passer du «simple au quadruple» 
 
Y’en a marre ! Nous n’en pouvons plus ! Il faut que cela cesse ! Voilà les cris de détresse des populations à bout de leur amertume, qui investissent la rue pour une coupure d’électricité de seulement 5 minutes. Elles ne vont plus rien pardonner à ce régime en perte de vitesse et en manque de repère. 
 
En définitif, la date du 23 juin a été le point chaud de Fachoda de la démocratie sénégalaise telle expliquée, explicitée et voulue par les populations dont la souveraineté ne peut plus être bafouée ou balayée d’un revers de main par les politiques qui avaient fini de les prendre pour un bétail. 
 
La transition, l’autre ticket anticonstitutionnel ou le partage du gâteau 
 
Wade doit partir, le peuple veut une alternance différente. Et voilà que nos leaders de l’opposition surgissent, dans un bloc solide communément appelé Bennoo ou l’unité pour prétendre nous sortir de ce guêpier politico-politicien dans lequel le Pds nous a plongé. Mais c’est quand même une chose bienvenue, pourvu que Wade parte. A priori tous les moyens sont bons, toutes les formules sont bonnes. Les sénégalais suivent avec impatience les propositions que l’opposition a faites quant à un possible départ du locataire du palais. Et, voilà que la bande à Moustapha Niasse, Tanor, Bathily, Dansokho et les autres nous proposent une candidature de transition, qui devra faire 3 ans et rendre le tablier, comme si notre chère nation n’avait pas déjà établi les bases sur lesquelles elle se fonde pour avoir sa place dans le concert des nations. Que faites-vous de la constitution, mes chers ? Je laisse la réponse à Alioune Tine qui, je pense, aura tous les arguments nécessaires à, peut-être, vous faire changer d’avis. Idrissa Seck , dans ces techniques de railleries des limites de ce « ticket » est allé jusqu’à dire qu’il a analysé les résultats des assises et qu’il partage certains points de la conclusion de ce travail auquel il n’a jamais participé. Cependant c’est dans le seul objectif d’attirer l’attention sur cet autre aspect qu’est la transition afin que les citoyens se rendent compte que Bennoo a des limites. Pour lui, il y a impossibilité que ces partis autour de cette dynamique d’unité se retrouvent autour d’un seul étendard. Si après plusieurs réunions, ils n’ont pas pu trouver autre chose que la transition, on sous-entend que c’est la seule alternative pour qu’ils battent campagne ensemble. L’implosion de Bennoo bénéficiera plus aux libéraux ou aux anciens élèves de Wade. 
 
Je vous dis, messieurs, que votre projet de transition, tel le projet de loi de Wade du 23 juin, est anticonstitutionnel. Les raisons qui vous ont poussés à nous la proposer sont jusque-là floues. Si c’est parce que c’est la seule possibilité pour que Bennoo soit toujours uni, elle ne prend en compte que des objectifs électoralistes, mais point les intérêts des sénégalais qui, vous oubliez, ne sont plus des demeurés. Certaines rumeurs déclarent que c’est Moustapha Niasse qui a été choisi pour cette transition, et que vous avez tenu compte de son âge avancé pour lui faire gouter, tel un gâteau, à la velouté du siège présidentiel pour ensuite passer le témoin. A qui ? 
 
Si Wade, dans son projet, a voulu imposer aux sénégalais un président dont ils peuvent ne pas vouloir, vous aussi, vous êtes en train de vous contredire dans votre démarche. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire. Vous ne pouvez pas demander à Wade de réduire les dépenses de l’Etat et venir proposer ce « ticket de transition » qui est autant budgétivore que cette floraison d’agences nationales sous Wade. En aucun cas votre transition ne peut être acceptée par les sénégalais. Si le projet de transition doit passer par un referendum, ce sera la confection d’autres urnes, de bulletins de vote et une grande campagne de communication pour sensibiliser les populations de l’intérêt que la transition peut avoir. Ce sera, à coup sûr, une bonne dizaine de milliards qui sera dépensée pour une cause, rappelons –le, exclusivement politicienne. 
 
Dans un autre cas, le plus simple d’ailleurs, faire voter la loi par l’assemblée nationale. Et c’est sûr et certain que Alioune Tine et ses acolytes dans la société civile ne l’accepteront pas. Ensuite il y a les mouvements citoyens qui ne pourront le laisser passer, sinon Souleymane Ndéné Ndiaye aura raison sur eux, de dire que ce sont des politiciens encagoulés. Et enfin c’est le mouvement Y’en a marre qui dira certainement non au risque de donner raison à ceux qui disent que c’est Moustapha Niasse qui le finance. Cependant une stratégie toute simple a été trouvée pour faire passer le projet de transition de Benno par ses alliés de mouvements. 
 
La phagocytose des mouvements par Bennoo 
 
Les sénégalais ne se rendent plus compte que Benno a cessé d’exister depuis ce jeudi noir que Wade n’oubliera pas de sitôt. Le combat de l’opposition est transféré dans une autre sphère, celle de la phagocytose de toutes les forces qui se sont liguées contre Wade. Ils ont maintenant créé le Mouvement du 23juin qui va, de ce fait, regrouper autour de lui tous les partis de Bennoo auxquels vont s’ajouter les mouvements citoyens, Y’en a marre, Doyna Seuk, la Raddho etc. C’est à partir de là que la machine sera mise en branle pour essayer de faire partager le projet de la transition avec les nouveaux alliés. 
 
Ainsi, ce sont les candidats tels que Macky Sall, Cheikh Bamba Diéye et autres qui verront leur électorat s’effriter pour le compte du mouvement du 23 juin parce que certains de leurs sympathisants ne sauront pas faire la différence entre leur parti et ce mouvement. Le fait que toutes ces forces alliées autour d’un seul objectif, c’est-à-dire le départ de Wade et de son parti, peut endormir les unes apolitiques mais debout pour une cause noble, au détriment des autres politiques dont la cible principale c’est d’occuper les résidences du palais de la République. 
 
Maintenant, en dehors de Wade dont l’irrecevabilité de la candidature n’est plus à démontrer, cela n’a même pas besoin de faire l’objet d’une pression sur les 5 sages bien qu’ils soient nommés par le père de Karim, l’opposition ne doit en aucun cas négliger Idrissa Seck. Ndamal Cadior ou Ngorsi, comme l’appellent souvent ceux qui savent que Idrissa Seck a plus d’un tour dans son sac, a crié haut et fort qu’il compte s’appuyer sur la famille libérale. Ceci expliquant cela, il reste aussi, le dernier dé de Wade, pour que les libéraux restent au pouvoir pendant 50 ans. Mais aussi, le pacte entre Idrissa Seck et Wade peut être celui de la protection de son fils Karim dont la gestion des différents secteurs qu’il a eus à diriger laisse à désirer. Sachant qu’au Pds, la notion de constante est toujours de rigueur, même si les occupants de cet antre semblent perdus dans leurs stratégies pour se sortir de ce gouffre, ils sont tous prêts à se mettre derrière Ngorsi. De Doudou Wade, en passant par Farba Senghor pour atterrir chez Serigne Mbacké Ndiaye, tous se cherchent une solution pour rester au pouvoir et ils sont prêts à courber l’échine devant l’équation Idrissa Seck qui a fini de les mettre en mal contre Macky Sall. 
 
EL HADJI CHEIKH ANTA SECK 
Master 2 en Communication Sociale à Issic 
Maitrise d’anglais à Ucad 
Journaliste  
‘Lettre-question’ à Monsieur Karim Wade  
C’est avec attention et intérêt que j’ai parcouru les lignes que vous nous avez envoyées, en guise d’explication de projets et d’épanchement de sentiments et d’humeurs. A défaut d’avoir la réaction du père suite aux évènements du 23 juin, nous nous contenterons de l’élégie du fils. Une élégie qui surgit du ‘fond de votre cœur’, et qui marque profondément un manque et une souffrance. Un manque de reconnaissance du peuple, après tout ce que vous avez fait pour lui, et tout ce que vous lui réservez encore, de meilleur bien sûr ; et une souffrance, votre souffrance, quand vous êtes l’objet d’une ‘haine’ viscérale, de ‘sanctions’ et de ‘condamnations’ injustes. 
 
Je ne pourrais développer que sur quelques aspects de votre lettre ouverte, car beaucoup de pistes ont été déjà empruntées par bon nombre de nos concitoyens et pas des moindres. Ainsi me limiterais-je, au lieu d’en rajouter au chapelet, à vous poser ces quelques questions auxquelles j’espère pouvoir avoir des réponses. 
 
Dans votre lettre ouverte, vous écrivez que vous êtes ‘la cible d’attaques injustes’. En guise d’exemple, vous versez dans une ironie qui ne dit sans doute pas son nom, en dénonçant le fait que votre nom soit mêlé à tout, même quand cela ne vous regarde pas. Première question : ‘Pouvait-il en être autrement, dès lors que vous êtes ministre des cieux et de la terre, comme le disait l’autre ?’. Pouvez-vous me citer, dans l’histoire du Sénégal, un ministre qui ait concentré entre ses mains autant de portefeuilles et de responsabilités ? 
 
On ne peut pas être maître des cieux et de la terre et interdire aux humains de se plaindre auprès de vous, quand cela va mal. Dans votre lettre ouverte, vous affirmez ‘combattre la dévolution monarchique.’ Lisant cela, je n’ai pas manqué de penser à la fameuse phrase (aveu ?) du Président Richard Nixon qui se défendait d’avoir joué un quelconque rôle dans le Watergate. Son ‘I am not a crook’ l’avait plutôt enfoncé que blanchi. La suite, on la connaît… Ainsi ma deuxième question : ‘Quels actes avez-vous (ce vous est un vous pluriel, pour le père et pour le fils) posé, depuis que cette rumeur alimente nos salons, pour nous prouver le contraire ?’. Face à des actes concrets, visibles et sincères, même l’imaginaire populaire, avec toute sa puissance mythique, s’effondre ! 
 
Dans votre lettre ouverte, vous dites que vous ‘avez choisi la difficulté, en refusant le scénario de la facilité.’ Je passe sous silence la peine que cette phrase inspire, parlant du style. Par contre, je me bornerai à vous poser ma troisième question : ‘Qu’avez-vous comme compétence sur le plan personnel, et comme expérience sur le plan politique et professionnel pour mériter autant de confiance et gérer autant de portefeuilles ?’ A moins que la phrase ‘faire ses preuves’ soit une simple tournure stylistique vide de sens, il faudrait peut-être retracer les limites objectives entre la facilité et la difficulté. 
 
Dans votre lettre ouverte, vous réitérez une vérité que les Sénégalais aiment bien entendre, celle consistant à dire que chez nous ‘il n’y a qu’un seul chemin pour accéder au pouvoir : celui des urnes.’ Vérité ne pouvait être plus claire. Le symbole-Sénégal n’est pas une vue de l’esprit, encore moins une illusion subjective pour bien se sentir. C’est plutôt le fruit d’une lutte permanente dans laquelle votre père a aussi joué une partition non négligeable. Quand les rapports sont jaugés par la teneur des urnes, on est de plain-pied dans la politique. Et en politique, on le sait hélas, c’est comme en guerre : il suffit que les armes tonnent pour que la morale cède le pas. On sait aussi que, en politique, les erreurs et défaites se paient cash. Ainsi ma quatrième question : ‘Après avoir perdu les élections locales de 2009, avez-vous été sanctionné ? Avez-vous tiré des leçons de cette déroute électorale ?’ 
 
Une note de bas de page : Dans votre fameuse interview donnée la veille de ces élections locales de mars 2009, vous déclariez que vous êtes ‘un gagnant’ et que, ‘dans la vie, vous n’avez jamais perdu !’ Je ne sais pas si cela fut une stratégie pour faire peur à vos adversaires, ou vous procurer le sentiment du ‘I feel good’, mais dans notre tradition, celle-là sénégalaise, dont vous vous réclamez aussi, une telle phrase ne devrait jamais être prononcée, la peur du ‘thiatt’ et du ‘lammegn’ oblige. Ne parlons même pas de la vertu cardinale qu’est l’humilité… Notre tradition n’est certes pas parfaite, mais elle offre sans doute de belles leçons de vie et de savoir-vivre dont il faut s’inspirer. 
 
Dans votre lettre ouverte, vous dénoncez les ‘scènes de pillage’ et les ‘actes de banditisme’. L’on ne saurait être plus en accord avec vous sur ce point-là. Ainsi osons-nous espérer que la prochaine fois, les manifestations – si manifestations il y a – seront pacifiques et sans heurts, l’essentiel étant de montrer son désaccord et de faire passer ses messages. Mais là aussi il faudrait que les forces de l’ordre jouent pleinement leur rôle qui est de garantir la sécurité de tous les Sénégalais sans distinction de chapelle. Il faudrait aussi que votre parti en finisse avec cette trouvaille tout aussi incompréhensible que contreproductive consistant à appeler ses militants à contre-manifester. A quelles fins un parti qui détient tous les leviers de l’Etat sortirait-il dans les rues pour manifester ? Vous n’avez pas besoin de manifester, bon sang ! Si vous faites ce que le peuple attend de vous c’est le peuple qui manifestera à votre place, en vous décernant urbi et orbi les ordres du mérite qui vont avec le travail bien fait. Ainsi sera formulée ma cinquième question : ‘ Quand est-ce que votre parti comprendra-t-il que votre argument principal ne se trouve pas dans la rue, mais que c’est dans la rue qu’on pourra le rencontrer, le toucher, le voir, le louer, s’en convaincre et l’épouser ? ‘ Quand on n’a pas le sens des priorités et qu’on brûle ses atouts en brandissant non pas la force des arguments mais les arguments de force, on signe de fait sa propre mort. 
 
Dans votre lettre ouverte, enfin, vous concluez sur une note très constructive appelant les Sénégalais de tous bords à vivre leur passion et amour pour leur patrie. Vous n’avez pas oublié non plus de réitérer votre ambition pour le Sénégal, ambition sur laquelle vous êtes, cependant, resté très évasif. Ainsi va ma sixième question : ‘N’est-ce pas là encore une source de méfiance et de suspicion de la part de nos compatriotes ? En quoi vivre cette ambition serait-il nécessairement lié au fait d’être si présent dans l’appareil d’Etat ?’ 
 
Les voies et moyens pour servir son pays sont multiples et variés. Et pourra bien servir son pays celui qui reconnaîtra les limites de sa nature humaine et aura vaincu les tentations corruptrices de l’accaparement et de l’imposture. 
 
Le peuple a la rue et les urnes pour se faire entendre et clarifier ses positions. Aux urnes fut dédiée la date du 22 mars 2009 ; à la rue, celle du 23 juin 2011. Aussi lointaines que soient ces deux dates, elles ont ceci en commun qu’elles constituent des repères et des signes clairs et sans équivoque de son rejet du régime et de l’appareil que vous avez contribué à construire en théorie comme en pratique. Ce rejet, ce n’est pas seulement celui des pratiques inertes et inanimées ; c’est aussi et surtout celui des hommes animés et concrets qui ont contribué à les mettre en place. Fort de ce constat, je ne me priverai pas de vous poser ma septième et ultime question : ‘Qu’attendez-vous encore pour répondre à l’appel du peuple’ ? 
 
Dr. Cheikh Mbacké GUEYE http://cheikh-m-gueye.blogs.nouvelobs.com/  
Maître, quitte dans ça !  
Maître, cela fait onze années longues comme un siècle que tu exerces le pouvoir suprême dans le Sénégal nôtre. Je me suis bien gardé de t’attaquer publiquement durant ces onze années, préférant laisser à d’autres éminents membres de ton opposition dont je suis membre le soin de le faire. Oh, je suis juste sorti de cette réserve quand, me sentant cruellement interpellé par ta singulièrement dangereuse ‘promenade’ de Benghazi, j’ai récemment attiré ton attention sur les conséquences de cette folie sur la sécurité du pays nôtre (Cf l’hebdomadaire Le Témoin N° 1047 du 15 Juin 2011). 
 
Aujourd’hui, je prends encore sur moi la responsabilité de te dire à mon tour que je ne suis pas content de ta façon de diriger la barque Sénégal-notre-pirogue. Rassure-toi, je ne t’invectiverai pas — venant de moi ce ne serait pas bien — et je me contenterai seulement de te donner des conseils. C’est, me semble-t-il, le moins que je puisse faire pour toi en ces heures particulièrement graves. Onze longues années que tu es aux commandes d’une barque folle ! Notre pays a touché le fond. Et tu continues de creuser ! Je ne peux plus me taire ! 
 
Tu as combattu dans le dos mon ami et frère Laurent Gbagbo qui ne t’a rien fait. Son régime en est tombé, sa famille déchirée, des milliers d’innocents sont morts, des villages rasés, des dizaines de milliers de citoyens en exil, sa vieille maman, ma mère Marguerite, n’a pas survécu à la douleur et à l’humiliation d’arrestations et de brimades qui ne l’ont même pas épargnée, elle la vieille de 92 ans, et a préféré s’en aller, le 15 courant, dans la paix du Seigneur, les propres enfants du président, mes nièces et leurs familles, sont en errance et en cachette… 
 
Tu as plongé mes propres parents du Walo qui ne t’ont rien fait et qui menaient une vie des plus paisibles dans la désolation et la colère. Fidèle à ta devise de courtier foncier immobilier ‘Rien à branler : qui terre a guerre a !’, tu t’en es pris au village de mes ancêtres et semé dans toute une région les germes d’une situation dont tu n’auras même pas la possibilité de vivre les conséquences… 
 
Ta soldatesque massacre partout, tous les jours, des jeunes Sénégalais qui n’ont rien fait si ce n’est que d’avoir voulu respirer démocratiquement leur ras-le-bol, leur soif et leur faim d’une vie moins misérable…Tu as souverainement condamné nos compatriotes qui ne t’ont rien fait à ‘se chercher’ dans des conditions de vie indicibles pendant que tu gères notre pays comme on le ferait d’une entreprise unipersonnelle, gaspillant sans pudeur nos rares ressources avec la passion d’un abonné de casino… Jusque dans mon milieu professionnel, qui était aussi le tien quand tu étais dans la force de l’âge, tu as érigé en règle la clochardisation des acteurs qui ne t’ont rien fait, magistrats, greffiers et avocats n’hésitant plus à se comporter en syndicalistes. Pas plus tard que lundi, la session historique de la Cour d’assises qui devait se tenir pour la première fois à Tambacounda, a dû être renvoyée faute de budget pour permettre aux avocats, incontournables acteurs de ce genre de juridiction criminelle, d’exercer leur mandat ! Depuis 1960, date de notre indépendance nominale, c’est la première fois que cela se produit, et sous ton magistère… 
 
Que t’ont fait les Sénégalais, bon sang, pour mériter un tel mauvais traitement ? Ne serais-tu pas, au fond, de ces agents purificateurs de nations que la divinité envoie souvent auprès de certains peuples pour racheter leurs péchés ? Vu la magnifique façon dont tu es arrivé au pouvoir d’Etat et considérant le plaisir que tu prends à traumatiser ton bon peuple, cela ne me surprendrait qu’à moitié ! 
 
Je ne peux plus me taire, Maître ! 
 
Tu me connais suffisamment pour savoir que je méprise la peur. Ce qui m’a retenu, tout ce temps, c’était la crainte de décevoir certaines personnes qui me sont chères, au premier rang desquelles, notamment — tiens-toi bien — Laurent Gbagbo, cet homme si bon et qui te donne tant de complexes ! Il m’avait demandé, d’autres avec lui, de ne pas t’attaquer ! Sinon la peur ignore mon adresse ! Or, tu penses que ceux qui se taisent ont peur de toi. D’ailleurs, tu proclames urbi et orbi que tes opposants sont des froussards, que devant toi ‘c’est maïs’ ! Je ne sais pas pour les autres, mais moi tu ne m’inspires aucune crainte. Tu as le pouvoir et tout ce qui va avec, certes. Mais moi, le faible, j’ai Allah ! Donc je ne puis te craindre. Tu es président, certes, mais moi je t’ai connu avant que tu ne le sois, j’ai tout donné et son contraire pour que tu le sois, et donc on se connaît ! ‘Souris, même saoûlée, connaît carrefour des chats !’, comme disent mes amis ivoiriens ! 
 
J’avais décidé de mettre fin à notre aventure commune avant que tu ne sois président. Et, dans le cas où tu ne l’aurais pas remarqué, je ne t’ai pas rejoint pour ‘manger’ avec toi quand tu es venu ‘aux affaires’ — ah, la belle expression ! On m’en a voulu de t’avoir quitté. On m’en a encore plus voulu de ne pas être revenu. On comprend aujourd’hui, enfin, pourquoi je ne répondais que par un sourire à tous ces reproches. J’ai su très tôt que le Temps est le deuxième nom de Dieu. Et qu’il se chargerait, ce Temps, de démontrer que le problème ne se situait pas chez la brebis égarée qu’il fallait ramener au troupeau, mais bien au niveau du berger… 
 
Homme de principe dans l’acception la plus noble du terme, j’ai tenu à t’accompagner jusqu’au franchissement du gué, pour ne finalement te quitter qu’au moment où, opposant théoricien de l’entrisme et de l’’à-plat ventrisme’, tu es entré dans la proximité intime de Abdou Diouf, avec tout ce que cela suppose. Et je voudrais d’ailleurs te confirmer qu’à ce jour, et par la seule grâce de Allah, je suis resté le même, totalement détaché des choses qui font courir tous ces vaillants mercenaires de la vingt-cinquième heure agglutinés autour de toi pour sucer tes vieux os et qui t’ont perdu. Oui, je suis resté le même ! Serein et heureux, libre et indépendant ! Allah en soit remercié ! 
 
(A suivre) Me Cheikh Koureyssi BA lilafi19@yahoo.fr  
MON REVE POUR LE SENEGAL 
Ce titre vous rappelle celui de M l KING. Mais ce dont il s’agit ici n’a peut être rien à voir avec le rêve de Luther KING si ce n’est de voir enfin un Sénégal New look. C’est un film que je ne cesse de revoir. 
Je vois et revois chaque soir et encore, le film du siècle projeté en avant première ce 23 puis ce 27 juin à l’occasion des manifestations contre le vote du mort-né et contre les coupures d’électricité. Ce film retrace les prémices du départ de Wade family du pouvoir et les conséquences qui en découlèrent. 
Ce film qui tourne autour de trois parties, commence par : 
1 - L’invalidation de la candidature de Wade qui provoque un tsunami politique dans les rangs du PDS, avec comme conséquences : 
- Le sauve qui peut dans les rangs du PDS et de ses alliés qui se seraient laissés emportés en eaux troubles dans le navire des alter noceurs, dans ce cas:. 
- La première alternative, choisir de rester dans le camps libéral en eaux troubles en attendant d’être jugé au tribunal de l’histoire sur les 11 ans d’alter noce, pour ceux-là qui avaient la malchance de gérer très mal les deniers publics. 
- L’autre alternative, partir très tôt pour soutenir le ticket Idy-Aminata Tall et ou le ticket Macky-Gadio afin de rester toujours ancré dans une des crèches libérales. 
2- L’arrivée d’un nouvel homme fort élu par un peuple exigeant des réformes en profondeur. 
3- Enfin un Sénégal émergent. 
Conscients que la candidature de A. Wade sera rejetée par le Conseil Constitutionnel, le PDS et ses alliés traditionnels du moyen certains parmi eux, refusent de croire à l’évidence. Parce que les plus hauts responsables en premier lieu, le secrétaire général du PDS refusent d’y croire car A Wade ayant plus d’un tour dans sa besace pour contourner le piège que lui-même, lors d’un référendum a posé à ses successeurs éventuels : la limitation à 2, du nombre de mandats présidentiels. 
Parmi les motivations qui ont poussé le président à se rebiffer figurent, la nécessité et le devoir pour lui d’éviter à son fils un tribunal pour la gestion calamiteuse de certains dossiers. 
Or arriva un soir de Décembre où le Conseil Constitutionnel par arrêté numéro 000x déclare irrecevable la candidature de A WADE. 
L’opposition, la société civile et tous les hommes épris de démocratie jubilent et poussent enfin un grand ouf de soulagement. Idy-Aminata et Macky-Gadio se congratulent tout en disant tout bas Niaw ! 
Dans le camp libéral s’est la débandade totale d’aucuns se rappellent les déclarations de Sérigne Mbacké Ndiaye : « Si nous perdons les élections beaucoup parmi nous se retrouveront en prison ». Telle une parole d’évangile cette vérité bourdonne encore dans la tète des libéraux. Pour éviter pareille situation on solde les comptes et on cherche l’agneau du sacrifice ; A WADE n’est pas trop inquiété il reste malgré tout la seule constante et il est aussi président donc il détient un certain pouvoir. 
Karim est pointé du doigt, les conseillers juridiques de WADE aussi le sont et dans la même foulée la volonté de dévolution dynastique est mise à nu. C’est le sauve qui peut. Les conspirations sont remises au goût des uns et des autres. Une porte de sortie honorable, c’est ce que les plus farouches défenseurs (Mohamed Samb, Massaly, Farba etc…) de Wade cherchent : 
Ils jouent au plus malin pour se coller au peuple qui leur réserve la surprise. 
Dioubo KA et A. AGNE comme à leurs habitudes «  fu toy niou taxaw fa », dans une alliance avec leurs anciens camarades socialistes tentent de se rapprocher de Benoo, mais leurs velléités sont très vite freinées. 
Iba Der, connu pour son anti Wadisme du temps des socialistes « abdou nou doy » ou « Cosapad », change de fusil et commence à canarder la Wade Family. Sa nouvelle trouvaille Benoo nou doye est vite réprimée par Dansokho et compagnie. En même temps il fait les yeux doux au peuple en réactivant le projet pour la réduction du prix du loyer, afin de bénéficier une grâce auprès du peuple est compris et sommé par le peuple d’arrêter. 
De Croix regagne AJ-PADS version Landing pour se fondre dans Benoo mais c’était mal connaître Landing et compagnie qui le snobent. 
Le tiket Idy-Aminata et Maky- Gadio se forment et se massifient avec les petits militants PDS qui regagnent in extrémiste une demeure libérale. 
Et le peuple dans tout ça ! Lui, loin d’être bête comme le pensent certains hommes politiques réfléchit et dit tout bas : « laisse mouton pisser, Tabaski arrivera bientôt », « fi nioko môme ». 
Arriva la Tabaski du peuple. Le 22 février 2012 l’agneau WADE et famille est sacrifié à l’autel. Wade en bon Ndiombor organisa des élections transparentes, félicita le vainqueur et tira sa révérence non sans essayer de trouver une porte de sortie honorable pour son fils de… 
 
Enfin la dernière partie du film montre le quatrième président du Sénégal tout juste âgé d’une quarantaine d’années. Un président élu par un peuple exigeant, intelligent et qui dicte sa volonté (en attestent les événements du 23 et du 27 juin), au nouveau locataire de l’avenue Léopold S Senghor. 
Le nouveau président par la volonté de son peuple entame des réformes en 7 actes. 
 
Acte 1- Dissolution du Sénat (chambre d’enregistrement très coûteux), de l’assemblée nationale (chambre d’applaudissement), du CRAES, de l’APIX, et de toutes les agences budgétivores rattachées à la présidence de la République. 
Réduire le nombre de députés à 40 et le nombre de ministres à 20. 
 
Acte 2- Réforme en profondeur de la justice en supprimant le poste de ministre de la justice remplacé par un Chief of Justice, magistrat de surcroît élu par ses paires pour un mandat déterminé. 
 
Acte 3- Par référendum, régler définitivement le problème de la limitation du mandat présidentiel par des termes juridiques assez simples et en même temps régler le problème de la succession dynastique. 
 
Acte 4- Révision de certains procès Bara TALL – Etat du Sénégal par exemple. 
 
Acte 5- Auto saisine du procureur de la nouvelle République de certaines affaires telles que les chantiers de l’Anoci, le Fesman, le mouvement de la renaissance, la gestion de la lonase, la senelec et le plan Takkal, (en se gardant toutefois une chasse à la sorcière) pour ne citer que ceux-là. 
 
Acte 6- Le règlement du conflit Casamançais. 
 
Acte 7- Résoudre les questions d’ordres sociales : cherté du coup de la vie, production suffisante de l’électricité et à moindre coût 
Résoudre le problème de la spéculation foncière  
 
Et sur une note plus gaie, le film se termine par un Sénégal émergent avec une justice à une seule vitesse, une séparation totale des pouvoirs, et la mise à disposition de la justice de tous ceux qui avaient pris part au festin de Ndoubélane. 
Le Sénégal nouveau enfin renaît de ses cendres avec des citoyens de type nouveau et des hommes d’état Républicains. 
Tel est le récit de ce film fiction-réalité du Sénégal de 2012. 
 
Jean Collin Sambou 
samboujeancollin@yahoo.fr 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 9.07.2011
- Déjà 5210 visites sur ce site!