ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

pour Karim

CONTRIBUTION «L’honneur jeté au chien» 
 
Article Par Ibrahima BAKHOUM, REWMI France,  
Paru le Mardi 26 Juin 2007 
 
Il jure devant DIEU et vous impose de jurer devant lui. En effet il a modifié sa constitution pour désormais jurer devant la divinité et le peuple et il vous contraint de le faire devant un mortel, lui seul maître du Sénégal. Quel mépris pour notre pays et la dignité de ses serviteurs. La démarche de Wade est si singulière par ce qu’avec lui, on aura tout vu, mais aussi constitue un signe inquiétant pour notre démocratie. 
La Constitution qui est la charte fondamentale qui gouverne et donne existence à la vie de la Nation ne présage nullement ce cas de figure : des ministres jurer devant un homme. Par contre lui, il a juré de respecter comme de faire respecter les lois et dispositions de la Constitution donc sacrilège. Ce serment ne peut avoir aucune valeur juridique, sa portée ne peut être que morale dans un pays ou la moralité est synonyme de violation des droits humains, des assassinats, de la corruption etc… Désormais les ministres sont au service d’un homme, d’un clan, d’une dynastie : WADE II. L’image du Sénégal offre un spectacle digne de l’ère de BOKASSA ou encore plus récent de MOBUTU. Wade s’imagine un parcours pour lui et sa postérité et chacun de ses actes doit être analysé dans le cadre d’un schéma global de transmission patriarcale de la destinée nationale. La cérémonie, avec sa mise en scène rappelle un JULIUS CAESAR au summum de sa gloire. Si Rome et Sparte ont Péri, aucune puissance politique ne doit songer à l’infinité. Les clignotants sont au rouge et tous les indices de développement affichent une nette régression masquée par des politiques de « trompe- l’œil ». Au nom de la République, de tels actes sont à proscrire pour la dignité des hommes mais et surtout pour moins de fantaisie et de fourberie : le temps de l’action est arrivée. Aucune dynamique de sursaut national ne peut et ne doit se faire en dehors du dialogue social. Le régime de sa « majesté » a réussi l’inimaginable exploit de rompre le dialogue politique et de placer les Sénégalais entre deux camps : ceux du pouvoir (avec ses privilèges) et ceux de l’opposition républicaine représentative (à liquider). Le régime libéral a certes le pouvoir mais le pays et son bien-être est une affaire de tous et la préservation des acquis sociaux et démocratiques est une tâche patriotique et collective. Que Dieu protége notre pays.  
Dissolution de toutes les instances du Pds, reprise de la vente des cartes et création d’un grand parti présidentiel Wade s’apprête-t-il à quitter la scène politique ? 
 
Article Par SERIGNE SALIOU SAMB,  
Paru le Mardi 26 Juin 2007 
 
La logique de demi-mandat dans laquelle se serait inscrit le président de la République est-elle en train de prendre forme ? En tout cas la désignation de Abdou Fall pour mettre sur pied un grand parti politique regroupant toutes les forces acquises à la cause du « Sopi » sonne comme une volonté de Wade de préparer sa retraite. Pour préparer le terrain à son fils Karim Wade ? En tout cas dans les milieux libéraux, on annonce un grand congrès qui devrait intervenir après la dissolution des structures du Pds et la reprise de la vente des cartes.  
Une vaste campagne de récupération des pontes libéraux frustrés et qui pourraient bien rejoindre le « front Macky » est lancée par le président de la République. De Abdou Fall à Aliou Sow en passant par Aïda Mbodj et les autres, ils sont tous dans le viseur de Wade. Qui est plus que jamais déterminé à mettre sur pied une sorte d’union pour une majorité populaire (Ump) en France, version sénégalaise. Et c’est l’ancien ministre de la santé dont on dit qu’il flirterait avec la « génération du concret », en compagnie d’autres ministres comme Farba Senghor et Ousmane Masseck Ndiaye, qui est chargé de donner corps à cette grande formation politique. Laquelle devrait regrouper, outre les formations acquises à la cause du « Sopi », les mouvements apolitiques plus ou moins favorables au président de la République ou son fils. Par ailleurs, selon des sources proches du Pds, Me Wade aurait manifesté son intention de dissoudre toutes les instances du Pds, à l’exception notable du comité directeur qui ne tardera pas d’ailleurs à être « relooké ». Et comme l’avait recommandé Boubacar Bâ de la cellule de la présidence de la République, un congrès devrait se tenir sous peu, pour procéder à un renouvellement de toutes les instances du Pds. D’ici là, le « réformateur » Abdou Fall a pour mission de procéder à la vente des nouvelles cartes du Pds (Ndlr : Me Wade ne voulant plus des anciennes cartes)… La question qui se pose maintenant est de savoir si la nouvelle stratégie de Wade s’inscrit dans sa volonté de faire un demi- mandat et de se tirer ou non. Si tel était le cas, le président de la République donnerait des arguments à tous ceux qui le soupçonnent déjà de vouloir baliser la route du palais à son fils Karim Wade. En attendant, le patron du Pds continue de discuter avec les responsables libéraux mécontents. Il aurait rencontré Aliou Sow le week-end dernier à Popenguine et s’apprête à recevoir les autres « amazones » comme Aminata Tall, Awa Diop et Aïda Mboji.  
DECORATION EN PLEINE GUERRE DE SUCCESSION DE ME WADE La France manifeste son soutien à Macky 
 
Article Par Latir MANE,  
Paru le Mardi 26 Juin 2007 
 
Le Grand officier de la légion d’honneur française n’est pas n’importe quelle décoration. Il est rare qu’ « un homme d’Etat sous tutelle, comme c’est le cas de Macky Sall, soit élevé à ce grade». Et dans le contexte actuel, ce geste n’est rien d’autre que la manifestation du soutien que la France accorde à Macky Sall dans sa bataille de l’heure. C’est en tout cas l’avis d’une source diplomatique.  
Macky Sall reçoit aujourd’hui une décoration de Nicolas Sarkozy, président de la République de la France. Il a été élevé au grade de Grand officier de la légion d’honneur française. Une source diplomatique a confié que cette décoration n’est rien d’autre qu’un soutien politique que la France a manifesté à l’endroit de Macky Sall, dans sa lutte pour la succession de Me Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal. Notre interlocuteur a tenté d’expliquer sur quoi il fonde son raisonnement. Il a d’abord soutenu que la France utilise ce grade pour décorer ses amis. C’est-à-dire des personnes qui ont rendu un grand service à la France. Et la plupart du temps, c’est un ressortissant français ou un étranger influent, c’est-à-dire un chef d’Etat ou autre. Il est aussi arrivé que cette décoration soit attribuée à des hommes qui se sont distingués dans leur secteur d’activité. Mais jamais un homme d’Etat sous tutelle, comme c’est le cas de Macky Sall, n’a été élevé à ce grade par la France. 
Et notre source de poursuivre en précisant qu’aujourd’hui la bataille de succession est aux yeux de certains amis du Sénégal comme un combat entre l’Orient et l’Occident. Macky Sall symbolisant l’Occident et Karim Wade symbolisant l’Orient.  
Interpellé sur la question, un proche collaborateur de Macky Sall a balayé d’un revers de la main ce raisonnement. Cette personne, qui n’a pas souhaité que son nom soit cité, a expliqué que la décoration date de Décembre 2006 à janvier 2007. Mais c’est pour éviter de soulever des jalousies que Macky Sall avait décidé d’aller la retirer sans faire du bruit. De plus, le président de la République lui a demandé de s’occuper des élections législatives. Pour ce qui est des relations que Macky Sall entretient avec la France, notre interlocuteur signale que Macky Sall est très apprécié au niveau de l’Elysée, du Matignon et du Quai Dorset. En d’autres termes, il a des entrées dans ces institutions. Sans oublier de préciser que Macky Sall a toujours voulu que cette décoration se fasse dans la discrétion. Mais finalement c’est le président Français qui va le décorer car un ambassadeur n’est pas en mesure de décerner une telle décoration.  
VERS UNE TRANSFORMATION DU PDS EN UN GRAND PARTI Wade balise-t-il le terrain à Karim ? 
 
Article Par HAROUNA FALL,  
Paru le Mardi 26 Juin 2007 
 
Le chef de l’Etat Me Abdoulaye Wade est-il en train de préparer le terrain à son fils pour lui succéder à la tête de l’Etat ? Non pas par une modification de la charte fondamentale en faisant de lui son dauphin constitutionnel, mais par la voix des urnes ? Tout porte à le croire. L’idée de transformer le Pds en un grand parti pour baliser le terrain à Karim Wade participerait de cette entreprise de succession légale.  
Selon des sources proches du parti démocratique sénégalais (Pds), Me Abdoulaye Wade a été on ne peut plus clair sur sa succession lors de la dernière réunion du comité directeur avant le remaniement ministériel. À en croire nos sources Me Wade, s’adressant aux membres du comité directeur, a indiqué ce qui suit : « Je lui (Ndlr : Karim) avais demandé de s’éloigner de la politique. Mais, s’il a des ambitions politiques et s’il veut être président de la république, pourquoi pas ! ». Des propos qui cachent mal les intentions de Me Wade de faire du patron de la génération du concret son successeur à la tête de l’Etat. Cela est d’autant plus plausible que Me Abdoulaye Wade est revenu la semaine suivante, c’est-à-dire lors de la dernière réunion du comité directeur, lever un coin du voile sur la voie par laquelle il veut faire accéder son fils au pouvoir sans trop forcer les textes. Et ne pas donner l’impression de vouloir imposer son fils aux Sénégalais. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la demande faite au porte-parole du Pds Abdou Fall de réfléchir sur les voies et moyens à faire du Pds un grand parti. Le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, veut lever les obstacles qui pourraient se dresser devant Karim Wade dans son ascension vers le sommet de l’Etat. Abdou Fall a déjà donné le ton en déclarant sur les ondes des radios que le comité directeur du Pds pourrait, dans cette dynamique, être ouvert aux membres de la génération du concret (Gc) dont Karim Wade est le patron.  
Au-delà de cette invite tacite d’Abdou Fall à Karim Wade, les observateurs croient savoir qu’en modifiant les statuts du Pds et le sigle (Ndlr : certains parlent déjà de Pds/W « Wadiste »), Wade veut former un autre parti dont personne ne peut revendiquer la paternité. Un parti où personne ne peut dire qu’untel est un militant de première heure et qu’un autre est militant de dernière heure. Et par conséquent tout le monde sera sur le même pied pour prétendre au poste de secrétaire général de ce nouveau grand parti. Afin d’aller ensuite briguer le suffrage des Sénégalais. En ce moment les militants ou responsables du Pds, s’ils le veulent, restent dans ce parti et se rangent derrière celui qui aura la charge de le diriger (on voit mal qu’il soit quelqu’un d’autre que Karim Wade). Ceux qui ne seront pas d’accord avec cette nouvelle donne auront la liberté de quitter les rangs et d’aller créer leur propre parti politique. Beaucoup de responsables du Pds semblent avoir décodé le message de Me Abdoulaye Wade. Ils commencent un à un à s’approcher du camp de Karim Wade. Chaque jour ils sont nombreux les libéraux, à quelque niveau de responsabilité qu’ils se situent, à jeter le masque. Et de se déclarer membre de la génération du concret. Qui semble de plus en plus être la voie pour accéder au sommet de l’Etat ou d’être dans les bonnes grâces du maître des céans.  
l se moque encore de nous 
Le gouvernement de Me Wade est tombé. Il a, à sa tête, un Premier ministre homme et est composé de trente sept membres, des politiques pour leur écrasante majorité. Comme à l’accoutumée donc, Me Wade n’a pas, encore une fois, respecté ses engagements. Il nous avait promis un gouvernement restreint, avec un Premier ministre femme. A l’arrivée, c’est exactement tout le contraire qu’il nous sert. Il faut, d’ailleurs, vraiment méconnaître Me Wade, pour s’attendre à ce qu’il nomme un gouvernement restreint, composé seulement de technocrates. L’homme, politicien pur et dur, est incapable d’une telle performance. Je ne serai pas, d’ailleurs, surpris que les rares «apolitiques», qui siégent dans le tout nouveau gouvernement, soient un jour remerciés pour être remplacés par des politiques, comme l’ont été les Pr Penda Mbow et Eva Marie Coll Seck, Aïcha Agne Pouye, Soukeyna Ndiaye Bâ, etc.  
De Londres où il était en visite, il y a deux ou trois années, le politicien Wade s’était, imprudemment, engagé, à nommer un Premier ministre femme après les élections législatives de 2006, reportées en juin 2007. Depuis lors, des femmes se sont agitées pour rien : Hadjibou Soumaré leur a été finalement préféré. Encore une fois donc, les engagements de Me Wade sont restés ce qu’ils ont toujours été : des paroles en l’air.  
Un Premier ministre, ce n’est pas un homme ou une femme, en particulier, qu’on nomme deux ou trois ans auparavant. Un Premier ministre, c’est un profil, un profil qui peut être celui de Massamba ou Mademba, de Daba ou de Rokhaya. Quand il est incarné par Massamba ou par Daba, la seconde peut être préférée au premier, pour faire genre. Et puis, le problème du Sénégal, ce n’est certainement pas son Premier ministre, qu’il soit homme ou femme. Le problème du Sénégal, c’est son président de la République, qui prend tout et ne laisse rien aux autres. Le Premier ministre du Sénégal a beau être un homme ou une femme avec un profil de l’emploi idéal, il (elle) aura bien du mal à s’accomplir, puisqu’il (elle) n’aura pas les coudées franches. Il lui sera interdit d’avoir des ambitions, de prendre quelque initiative que ce soit. Lui-même comme l’ensemble des ministres dont Me Wade a une curieuse conception.  
Rappelons, pour nous en convaincre, qu’en marge du deuxième sommet de l’Union africaine (Ua) qui se tenait à Maputo (capitale du Mozambique) du 10 au 12 juillet 2003, Buur Saalum a accordé une interview à l’envoyé spécial de Sud quotidien. A une question sur la représentation des femmes dans la Commission de l’Ua, il répondit longuement et, chemin faisant, fit ce curieux témoignage sur ses femmes ministres :  
«Les femmes ministres me donnent entière satisfaction dans leur travail gouvernemental. Elles viennent me demander, à chaque fois, la voie à suivre, ce qui n’est pas le cas avec les hommes ministres. Certains d’entre eux se permettent de tenter des choses dans leurs secteurs respectifs sans s’en référer au président de la République, en oubliant que nous avons, depuis longtemps, tracé la voie à suivre. Le programme qui est appliqué est celui du Parti démocratique sénégalais (Pds). Ceci est très important à noter. C’est dire donc que les femmes ministres me donnent satisfaction.» Et le journaliste de saisir l’opportunité pour lui poser la question-ci : «Est-ce à dire que vos ministres n’en font qu’à leur tête ?» Question à laquelle Boroom Ndar répond :  
«Je ne dis pas cela. Je constate simplement que les femmes de mon Gouvernement ne font rien sans s’en référer à moi. Et ceci me semble important et je les y encourage. Car nous avons réfléchi, depuis longtemps, au moment où nous étions encore dans l’opposition, sur le programme à appliquer. Et c’est celui-là qui est aujourd’hui mis en œuvre. Il s’agit donc de s’y conformer.»1  
De cette déclaration, nous retenons au moins deux remarques :  
1) C’est bien du Me Wade, encore du Me Wade, toujours du Me Wade, le même Me Wade de qui tout part et vers qui tout revient, qui sait tout et a réfléchi sur tout une fois pour toutes. Les ministres n’ont donc pas à réfléchir, ni à se risquer à prendre des initiatives. Ce qui pourrait leur coûter leurs postes.  
2) Le rôle du Premier ministre de Me Wade est insignifiant. Qu’a-t-il à coordonner (ce qui est sa fonction fondamentale), dans la mesure où aucun ministre ne doit rien entreprendre sans s’en référer au président de la République ? Si c’est à lui seul qu’il se réfère avant de prendre quelque initiative que ce soit, c’est également à lui qu’il rendra compte. Quel intérêt y a-t-il donc à être Premier ministre de Me Wade ? Aucun ? C’est ce qu’a compris le débonnaire Macky Sall quand, au lendemain de sa nomination, il a tenu à faire comprendre à tous ses compatriotes, parlant de ses prérogatives par rapport à celles de Me Wade, que «c’est lui, encore lui, toujours lui seul qui décide».  
Que nous ayons donc un Premier ministre homme ou femme, compétent ou incompétent, politique ou technocrate, tout cela ne changera rien au résultat : il (elle) se contentera d’exercer docilement la fonction, en répétant à l’envi : «Selon la vision du président de la République, son Excellence, Abdoulaye Wade ; comme me l’a instruit son Excellence Abdoulaye Wade ; etc.»  
Donc, le débat autour du choix d’un Premier ministre homme ou femme, technocrate ou politique, compétent ou médiocre, n’a pas beaucoup d’intérêt. Me Wade ne s’accommodera jamais d’un Premier ministre qui ait un certain charisme, une certaine envergure. N’oublions pas qu’il ne voit ni au Pds, ni dans la mouvance présidentielle, nulle part au Sénégal, un homme ou une femme capable de le remplacer. Après lui, ce sera évidemment le déluge, le tsunami.  
Peut-être que son très choyé fils Karim sera l’homme de la situation. Il a fait de solides études à la Sorbonne, d’où il est sorti avec un diplôme d’Ingénierie financière2. Il est, en outre, tout clean. Il ne voit aucun rotin des centaines de milliards qu’il gère à l’Anoci, avec la certitude de ne jamais être inspecté. En tout cas, tant que son père de Président le restera, ce garçon pourrait bien nous être imposé. Il n’y a plus aucun doute que Me Wade se prend désormais pour un monarque. La mise en scène grotesque, ridicule et burlesque qu’il a osé nous servir, avec cette prestation de serment de nos pauvres ministres, en est une parfaite illustration3. Quelle mouche a-t-elle, vraiment, piqué Me Wade pour qu’il soit amené à faire prêter serment à ses ministres ? Passe encore qu’il les fasse jurer fidélité, loyauté et dévouement à sa personne, puisqu’il est Buur Saalum, Buur Siin, Boroom Ndar et que sais-je encore ! Passe encore qu’il les fasse jurer de garder les secrets dont ils seront amenés à être dépositaires ! Ce qui est inacceptable, par contre, c’est qu’il les amène à jurer de «faire un usage respectueux des deniers publics et biens de l’Etat dont (ils auront) la responsabilité».  
Me Wade, l’homme de la rénovation de l’avion de commandement, du dédommagement clandestin de la famille Sèye, de la gestion calamiteuse des fonds spéciaux de la Présidence de la République, du «protocole de Rebeuss», des fameux sept milliards de Taïwan et que sais-je encore ! Ce Me Wade-là ayant le toupet de demander à des ministres de respecter les deniers publics ! Quand même ! S’est-il baigné lui-même, avant de demander à ses ministres d’en faire autant ? Transparence pour transparence, que ne demande-t-il pas aux très liquides Karim Wade et Abdoulaye Baldé de nous rassurer, en jurant publiquement d’avoir respecté les importants deniers qui leur sont confiés ! Et quid des autres deniers qui se comptent par centaines de milliards et sont gérés presque de façon discrétionnaire au niveau de certaines structures et institutions de l’Etat ! Comment le président de l’Assemblée nationale et son premier questeur ont-ils géré, pendant six longues années, l’important budget de cette institution ? La même question pourrait être posée concernant le Pcrpe, l’Apix et les nombreuses autres agences qui prolifèrent avec la gouvernance libérale. Et les responsables de collectivités locales ! Nombre d’entre eux, qui étaient aussi pauvres que des ras d’église avant le 19 mars 2000, rivalisent aujourd’hui d’ardeur à construire des maisons luxueuses, dont ils n’auraient jamais osé rêver de leur vie. C’est, en tout cas, le bruit qui court avec insistance, dans ce Sénégal qui est un petit village où tout se sait. Que Me Wade donc et ses mille courtisans arrêtent de nous prendre pour des moins que rien. La prestation de serment ridicule de nos ministres ne changera rien. Nos problèmes se situent ailleurs. La lutte contre les détournements de deniers publics et la corruption se fait autrement que par des artifices grossiers. Le président du groupe parlementaire Libéral et démocratique entre dans la danse en nous promettant la mise en place de réseaux dont un consacré à la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption. C’est très bien et il doit en être félicité. C’est encore mieux, cependant, de prendre l’initiative de propositions de lois pour modifier le statut de l’Inspection générale d’Etat. Cette structure est à soustraire de la tutelle de la Présidence de la République. Nos députés doivent dépasser les questions orales dont certains d’entre eux se gargarisent à longueur d’année. Que ne constituent-ils pas des commissions de contrôle, de vraies, pour en voir plus clair sur le fameux «protocole de Rebeuss» ? Sur ces fameux milliards qui sifflent au-dessus de nos têtes, notamment sur ceux que l’ancien Premier ministre aurait planqués à New York et en Suisse ? Pourquoi pas sur les sept milliards de Taïwan ? Ont-ils effectivement atterri dans les mains de l’ancien Premier ministre Macky Sall ? Les a-t-il effectivement distribués comme il le prétendait ? Si oui, comment ont-ils été dépensés ? A quel titre distribue-t-il autant d’argent à la place des comptables publics ? Voilà des chantiers où nous attendons nos députés de «rupture», plutôt que de déplacer un gouvernement pléthorique de 37 ministres et leurs collaborateurs, pour leur poser des questions-bidons.  
Après la fameuse et inédite prestation de serment, le président de la République, qui s’est félicité de la cérémonie, a souligné avec force, en tout cas, au moins en apparence : «Il faut qu’on travaille avec du sérieux. Nous gérons une Nation et des vies humaines. La grande bataille, c’est celle économique et financière. C’est très important. Les considérations politiques et autres nous font perdre du temps.» Ah ! Si, ces propos étaient au moins une fois dénués de tout soubassement politicien ! Ah ! Si, au moins une fois, Me Wade parlait en homme d’Etat et non en politicien ! Ah ! S’il se souciait, enfin, davantage du Sénégal que du Pds ! Ah ! Si nous assistions à la fin des interminables bains de foules et de doxantu ! Ah ! Si la détestable transhumance et les minables débauchages auxquels elle donne lieu connaissaient, enfin, une pause salutaire, faute d’être carrément éradiqués de nos mœurs politiques !  
Me Wade se prend, à tort ou à raison, pour un grand homme d’Etat. Tous les grands hommes d’Etat abandonnent, dès le lendemain de leur accession à la magistrature suprême, leurs fonctions de responsables du parti qui les a présentés. C’était notamment le cas de François Mitterrand en 1981, de Jacques Chirac en 1995, tout récemment de Nicolas Sarkozy. Me Wade a fait de la politique politicienne pendant sept longues années. Il est temps, vraiment temps, que les intérêts du Sénégal passent avant ceux de son Parti. Ces temps derniers, on lui prête l’intention de restructurer et de reprendre en main ce Parti. Que ne consacre-t-il pas ses forces à reprendre en main le pays et son économie chancelante ! Il ne lui reste plus que cinq petites années, s’il ne compte pas se présenter en 2012, pour nous laisser une autre image de lui-même, celle à laquelle il nous a jusqu’ici habitué étant loin d’être luisante, malgré les tombereaux de louanges dithyrambiques que ses mille courtisans déversent infatigablement sur lui, nuit et jour.  
1 Sud quotidien du lundi 14 juillet 2003, p. 3.  
2 De jeunes Sénégalais nantis de ce diplôme et d’au moins deux ou trois autres bien plus costauds, gagnent leur vie en Europe et en Amérique du Nord comme gardiens d’immeubles.  
3 Je crois qu’il y a un sérieux problème de langue dans le texte très officiel du serment des pauvres ministres. «Je jure de ne révéler à quiconque, même à mes proches, les secrets dont je serai amené à être dépositaire (….).» Le Pr Sankharé a dû, très certainement déjà, attirer l’attention de la Présidence de la République sur le tout petit (mais important) mot qui manque à cette partie du texte.  
Mody NIANG / modyniang@arc.sn -  
Réformer la gouvernance économique mondiale 
 
 
Le départ en catimini de Paul Wolfowitz de la direction de la Banque mondiale, la révolte du président Chavez constituent autant de signes qui poussent à ouvrir une réflexion sur la Gouvernance économique mondiale. En effet, cette dernière créée pour agir et construire, est devenue une caisse de résonance des constats d'échec du système économique mondial. Le dernier rapport publié sur la flambée des prix des matières premières en est un exemple. Le pouvoir financier des institutions internationales est amoindri. Le rôle de la gouvernance économique mondiale pour le financement de notre développement affaibli. Il faut savoir que le montant du déficit des finances extérieures américaines de plus de 1 000 milliards de dollars en 2006 a été financé par l'épargne du reste du monde devant les institutions de la gouvernance économique mondiale médusées. 
Les pays émergents pourvoyeurs de remboursements sont devenus surliquides, favorisés par la flambée des prix des matières premières et la forte demande mondiale tirée par la Chine. L'Indonésie en 2006 a remboursé 4 milliards de dollars, l'Argentine 9 milliards de dollars, le Brésil 15 milliards de dollars diminuant ainsi 90 % de leurs encours - Adieu les bons des payeurs ! Tandis que ces pays profitent de cette manne, les pays les plus endettés n'arrivent plus à respecter leurs échéances. Et concomitamment, les Usa refusent de réduire un déséquilibre malgré les injonctions du Fmi (Fonds monétaire international). 
L'arrivée de Paul Wolfowitz, véritable néophyte parachuté pour des raisons politiques, n'a pas arrangé les choses. Il faut souligner que le Fmi et la Banque mondiale ont toujours eu un combat de retard. En effet, dans les années 80, ces deux institutions ont mis 10 ans pour comprendre que tout ajustement structurel en économie avait sa dimension sociale. Sinon à quoi servirait-il ! D'autant plus que son but, c'était justement d'améliorer le quotidien des plus démunis. Malgré tous ces manquements, la logique de complexe des dirigeants africains vis-à-vis des fonctionnaires des deux institutions n'a pas reculé. Elle est certes cachée, mais elle demeure. Les gourous à col blanc qui crèchent dans nos cinq étoiles et qui sont reçus à grande pompe par nos dirigeants, maîtrisent certes la théorie des jeux et autres subterfuges, mais ignorent totalement les réalités de nos économies. 
L'Omc, à côté de ces deux institutions, ne maîtrise plus le rouage des échanges mondiaux. La révolution commerciale mondiale appuyée par l'informatique et l'ordre marchand devenu polycentrique a affaibli sa force de contrôle. La conception de cette organisation enfantée par l'idéal narcissique de l'Occident lui a fait perdre sa crédibilité. Il faut dire aussi qu'autant à la Banque mondiale, au Fmi qu'à l'Omc, des problèmes de compétences se posent. Après Bretton Woods, la gouvernance mondiale avait à sa tête des hommes profilés qui tenaient compte de certaines valeurs de solidarité. Aujourd'hui, les ronds de cuir qui dirigent ces institutions, sont souvent des hommes politiques à la recherche de point de chute ou de hauts fonctionnaires placés par quelques potentats pour services rendus. 
L'échec des dernières négociations de l'Omc est patent. Comment peut-on négocier simultanément des centaines de tarifs douaniers pour 150 pays ! Ajouté à cela l'incroyable manque de données fiables sur les subventions. 
La gouvernance économique mondiale, tout en étant au service des pays riches, leur rend un mauvais service. La lourdeur de ses institutions et le manque de courage des pays pauvres pour prendre en main leur propre destin ont sclérosé le système.  
La Fao, après des dizaines d'années d'existence, n'a jamais créé une révolution agricole et son silence sur la bêtise des biocarburants et des Ogm est révélateur. Ah bon, il paraît qu'il faut faire ‘boire’ les voitures à moindre coût, avant de nourrir les conducteurs de calèches ! Drôle de logique. En matière agricole, la recherche et le développement, le financement et la modernisation sont les éléments clefs. Sans oublier la réduction de la fracture numérique agricole. Mais la Fao parle de famine : Médecin après la mort !  
Le G8, miroir aux alouettes, regarde avec indifférence malades, affamés et pauvres, avant de les soigner ou de les aider. Au banquet de Cocagne, à quoi cela sert de donner en obole quelques milliards de dollars sans conditions pour soi-disant combattre le Sida et le paludisme. Avec à la clef, la moitié des fonds détournés par les politiciens avant qu'une piqûre ne soit faite au Zambèze. Alors que dans nos hôpitaux, il n'y a pas d'aspirine ni de lits propres, alors que les routes sont défoncées et que la crasse de nos villes charrie toutes les maladies. Pourquoi, alors que nos usines tournent à 25 % de leur capacité et que l'échange mondial est devenu quasi inégalitaire, personne ne bronche ? 
Soyons sérieux ! La vraie gouvernance économique mondiale doit permettre l'ouverture de marchés riches aux produits des pays pauvres. Elle doit financer les investissements créateurs d'emplois, promouvoir une agriculture moderne, un système bancaire non usurier et adapté, ainsi qu'une sécurité sociale performante. Cette nouvelle gouvernance doit laisser éclore une nouvelle démocratie fondée sur nos propres valeurs. Ceci en libérant une élite nouvelle et productrice en soutenant de nouveaux médias et les organisations non gouvernementales. Tout en se donnant les moyens de combattre la corruption tumeur malignes de nos économies. L'urgence pour y parvenir est de réformer la gouvernance économique mondiale. Le président Sarkozy de son côté, révolutionnaire ‘branché’, l'a compris en voulant proposer une plus grande simplicité des textes de l'Union européenne. C'est bien pour la France, mais pour les pays Africains, l'enjeu se trouve ailleurs.  
Mais l'exemple, c'est qu'il faut secouer le cocotier. En effet, nous sommes arrimés au système monétaire européen qui ne peut échapper à la ‘dollarisation’ du système monétaire mondial et ceci, malgré la naissance de l'euro. Les pays africains regardent ainsi en spectateur leur destin se jouer. Car l'inconvénient potentiel pour nous est que la Fed (Banque centrale des Etats-Unis) fonde ses décisions de politique monétaire sur les conditions économiques américaines. Et il est peu probable qu'elle les modifie. Tandis que, la Banque centrale européenne elle-même a taraudé les capacités de décisions des pays membres, y compris la France, d'où le rejet du dernier traité européen par le peuple français. 
En Amérique latine la révolte du président Chavez àla tête des six Etats d'Amérique latine et l'écho de son action dans le monde montre le ras-le-bol de nos populations. Est-ce le début d'une nouvelle prise de conscience ? 
Il faut au plus tôt créer d'autres socles de la gouvernance économique mondiale autour de l'Inde, de la Chine, de l'Argentine, de l'Iran et de quelques pays arabes. L'heure est aux grands ensembles qui se créent autour d'objectifs communs en fonction de la donne. Et à l'instar de la Grande Bretagne avec le Pfi (Private Finance Initiative), les pays africains doivent inventer - et c'est facile - de nouvelles ressources de financement. Afin de capter les énormes ressources aujourd'hui disponibles en faveur de nos pays. Ceci est beaucoup plus facile que de faire passer le temps à nos gouvernants réduits à de simples factotums des institutions internationales à monter des dossiers de crédits à des conditions léoniennes. Faisant ainsi subir aux générations futures des préjudices incommensurables. 
J’ouvre cette réflexion pas seulement pour les économistes mais pour tous ceux qui croient à l’avenir de nos pays et du continent. Car notre devoir à tous est de laisser aux générations futures les moyens de vivre dans un monde plus juste.  
Ibrahima SALL Economiste kossodarou@yahoo.com  
Les défis budgétaires du nouveau gouvernementLe gouvernement du 19 juin 2007 a des défis majeurs à relever. Confrontée à des problèmes liés aux déséquilibres budgétaires et de balance des paiements, la dégradation des finances publiques de l’économie sénégalaise a pour cause principale le choc pétrolier et l’accroissement rapide de la masse salariale. Le déficit budgétaire en 2006 est à 6 % du Pib, largement supérieur au seuil de 3 %, déficit qui passe du simple au double, soit 136 milliards en 2005 à 272 milliards en 2006. Les causes sont, en grande partie, imputables aux subventions d’équilibre affectées au secteur de l’énergie pour près de 150 milliards. Le phénomène de répercussion de l’augmentation du pétrole pourrait être moins ressenti par les ménages sénégalais s’il portait sur un large éventail de produits de grande consommation. En plus des subventions de l’Etat, il convient d’apprécier l’accroissement de 12 % de la masse salariale entre 2005 et 2006. Elle passe en valeur absolue de 255 à une moyenne de 285 milliards. En effet, l’accroissement des salaires en majorité dans la fonction publique a une légère incidence sur l’amélioration des recettes fiscales du fait que celles-ci sont constituées à plus de 70 % d’impôts indirects.Il convient en évidence de préciser que le déficit budgétaire n’est pas forcément un facteur paralysant la croissance économique. Pour illustration, les tenants de l’école keynésienne soutiennent que ‘l’équilibre budgétaire est une opération financièrement saine, mais n’est pas forcément économiquement rentable’. De ce point de vue, il est loisible de ne pas trop se focaliser sur la dégradation budgétaire quand bien même elle renferme un caractère non rassurant pour les institutions de Bretton Woods telles la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.Le défi majeur repose sur une allocation optimale des recettes budgétaires. En considérant les recettes prévisionnelles de 1 520 milliards en 2007, la contribution fiscale sera de 995 milliards, soit les 2/3 des recettes budgétaires. Mieux, encore 87 % des recettes internes sont issues des impôts. Il y a lieu alors de bien gérer sa fiscalité au sens des allocations, surtout quand le poids des produits d’impôt est considérable dans le budget. Le caractère dispendieux de l’Etat se mesure par le montant élevé des dépenses de fonctionnement et de personnel qui se chiffrent à 548 milliards, soit plus du tiers. Les seuls transferts occuperont plus de 12 % des recettes budgétaires alors que le service de la dette prévu est de 88 milliards, soit 5,7 %. Cette répartition montre que le Sénégal est sorti du gouffre de l’endettement dû aux incessantes remises de dettes, mais dépensera bien trop pour ses institutions. En somme, le budget des dotations internes de l’Etat sera de 54 %. Le taux bien qu'appréciable grâce à la faiblesse de la dette publique devrait être maîtrisé afin de rehausser les dépenses d’investissement, car l’économie est en chantier ou de réduire le train de vie de l’Etat. Il convient de préciser que le budget d’investissement pour 2007 est de 651 milliards, soit 43 %.Il est d’usage bien sécuritaire qu’un pays dispose d’une bonne marge de recettes intérieures par rapport au budget. Cette manne financière est due à l’augmentation non moins rapide des recettes fiscales. Elle passe de 738 milliards en 2004 à 922 milliards en 2006 et 995 milliards prévus en 2007. Le rythme d’accroissement moyen annuel des recettes fiscales de 2004 à 2007 est de 10,5 %. Le Sénégal compte beaucoup sur ses produits d’impôt pour résorber ses déficits macroéconomiques. En l’absence de monnaie flottante pour ajuster les déséquilibres par la dépréciation monétaire, le Sénégal a tendance à procéder à des ajustements sous la sphère fiscale.En 2006, notre taux de pression fiscale est de 20 %, largement au dessus des 17 % fixés par l’Uemoa dans le cadre du pacte de convergence et de stabilité. Cette grande performance est, sans nul doute, réalisée grâce aux fruits des investissements et équipements alloués à l’Administration fiscale, à son mode de fonctionnent avec son système efficace de retenue à la source et son Centre des grandes entreprises et surtout aussi l’élargissement de l’assiette fiscale.En définitive, le défi fiscal est plus pesant car à défaut d’endettement et de privatisation, le Sénégal a intérêt à mieux gérer sa fiscalité par un meilleur rendement fiscal, tout en évitant les effets exogènes qui peuvent pousser à la fraude ou au mécontentement des contribuables. Mamadou NGOM Economiste fiscaliste ngomcaudex@yahoo.fr  
 
 
+ L'info en continu 
 
Pourquoi le boycott devrait profiter à Idrissa Seck ? 
 
 
Les élections législatives du 3 juin 2007 ont livré leur verdict. Il est sans appel. Il consacre même un raz-de-marée bleu à l’Assemblée nationale. Quel homme politique n’aurait rêvé pareil triomphe, pour peu que les fondements de l’esprit républicain soient respectés ? ‘Ce n’est pas la révolution’, comme disent les gens de Gauche, loin s’en faut. Juste ce préalable qui donne une caution, une légitimité à toute démarche politique, dans le sens noble du terme.  
Sous ce rapport précis, la victoire de la coalition présidentielle a un goût amer. A l’image de ces victoires à la Pyrrhus qui coûtent tellement cher à leurs vainqueurs qu’elles ne valent plus la peine d’être remportées. Me Wade a donc eu le triomphe modeste. Nous l’avons vu décliner pour une fois un Sommet du G-8, lui, naguère, si prompt à coltiner avec les grands de ce monde. Il rasait à peine les murs, la semaine dernière à Paris, alors qu’il aime plus que nul homme sur terre les bains de foule et les accueils folkloriques, riches en couleurs et en sons, mais coûteux pour le contribuable sénégalais. Non satisfait de son ‘massacre électoral’, il aurait remué ciel et terre à la recherche d’un nouveau chef de gouvernement. Comme s’il était véritablement une machine à ‘broyer du Premier ministre’. Un épigone de Cronos, ce Titan qui, non content d’avoir mutilé son propre père, dévorait ses propres enfants. Abdoulaye Wade en a ‘liquidé’ pas mal, sans que le peuple ne s’en émeuve. Il aura multiplié les bourdes diplomatiques et les tripatouillages constitutionnels. Rien n’y fait. Il a même agité le chiffon d’une succession à la Eyadema ou à la Papa Doc. Il s’est trouvé encore des affidés pour justifier l’injustifiable. 
Mais cette fois, il souffle bien un vent de malaise dans les jardins de ‘Maître’ Wade. Son image de démocrate a été sérieusement écornée, et ceux qui doutaient encore de son score presque ‘à la soviétique’ lors de la présidentielle commencent sérieusement à se dire qu’il y a quelque chose de pourri dans ce scrutin. Le boycott a donc eu cet éclat qu’on lui prédisait, il faudrait en tirer toutes les conclusions face à ce nouveau remaniement qui opposera deux institutions (l’exécutif et le législatif), le camp de Karim et le camp de Macky. 
C’est d’abord et avant tout un retour en grâce de l’opposition dite significative. Celle-là dont la ligne de campagne à l’élection présidentielle et les stratégies de communication qui l’ont accompagnée, se sont révélées franchement nulles et honteusement improductives. Au-delà d’avoir suscité des querelles de leadership, une cacophonie et des tâtonnements inacceptables à ce niveau de responsabilité politique. Le boycott aura donc gagné son pari : celui de remettre tout ce beau monde en jeu. Et dans tout jeu, les fortunes sont diverses et souvent ingrates. Moustapha Niasse qui avait été le plus durement affecté au lendemain de la Bérézina de février, retrouve la voix. 
Mais il semble que la déstructuration de son parti - planifiée en haut lieu par l’équipe présidentielle - lui pose encore problème : l’Afp n’est plus, ses rangs ont été dynamités. Or, en politique, il faut avoir les reins solides, une base pour le moins solide à partir de laquelle devrait se lancer la conquête du pouvoir suprême. L’enfant de Keur Madiabel l’a manifestement perdue.  
Il en va de même pour le Parti socialiste de Tanor qui a vu sortir de ses flancs, et le PS/authentique de Souty Touré, et le mouvement fractionniste de Robert Sagna. Des défections qui viennent allonger une liste ouverte depuis 1998 par le courant du Renouveau, et qui se concrétisera par la chute d’un régime vieux de quarante années. Pire, ni Robert, ni Souty ne semblent disposés - en tout cas pas pour le moment - à regagner la ‘Maison Verte’. De la sorte, si l’on projette les scores régressifs réalisés par Ousmane Tanor Dieng depuis les législatives de 2001 sur la dislocation de l’héritage de Senghor et Diouf, il s’annonce peu probable que le Premier secrétaire puisse redresser la barre et ramener les socialistes aux commandes en 2012. 
C’est en ce sens que les choses deviennent intéressantes pour Idrissa Seck. 
Pour la raison d’abord évidente qu’en rejoignant le camp du boycott, alors qu’il pouvait capitaliser ses 15 % de voix acquises au dernier scrutin, il se rachète aux yeux de l’opinion. Les suspicions de collusion avec l’’ennemi Wade’ qu’il aura longtemps traînées, se dissipent dans le même temps. Idy se prive volontiers de sièges de députés largement à sa portée. Ce, nonobstant les objections provenant de son propre camp, avec une fermeté et une dignité qui forcent le respect. Ensuite - et il faut en convenir - dans l’état actuel de notre paysage politique, Idrissa Seck est le seul en mesure, sinon de tenir tête à Abdoulaye Wade, du moins d’organiser autour de sa personne les conditions nécessaires pour battre le ‘Pape du Sopi’ (ou son candidat) en 2012. Mais pour cela, il lui faut s’installer au Sénégal, la seule arène qui vaille. ‘Yobbanté galgal ouboul làmb’, dit l’adage wolof : la lutte ne se gagne pas par procuration. Wade fait peut-être exception à la règle puisque - au risque réel de s’y méprendre - il n’est pas resté assez souvent au pays durant ses ‘vingt-six années d’opposition’. Sans cela, il aurait mis moins de temps à concrétiser son rêve (...)  
Il serait donc essentiel et vital pour Idy de lancer des signaux clairs et forts en direction des militants et des partenaires sociaux. Car les risques de débauchage seront permanents et énormes et le camp d’en face ne lésinera pas sur les moyens. Awa Guèye Kébé et Kidiéra sont déjà partis. Tant pis pour eux ; tant mieux s’ils devaient être les derniers à quitter l’épopée ‘Rewmi’. D’autres départs ne sont pas à exclure. Mais cela ne dépend que d'Idrissa Seck. A lui de donner le minimum de lisibilité à ses actes politiques. A lui également d’éviter les erreurs passées comme les audiences ‘occultes’, voire fantaisistes avec le président. Certes, il est une courtoisie républicaine qui voudrait que l’on réponde à l’Exécutif, quand il en manifeste l’intérêt, quand la survie de l’Etat est menacée. Mais une audience aux contours mal dessinés cause plus de torts qu’elle n’apporte de solutions. Vous aurez ainsi à recevoir les émissaires du ‘Pape’, officiels ou officieux, peu importe, en fin de compte. Ils vous feront surtout des propositions des plus mirifiques ; elles seront toujours démenties par le Palais, et tournées en dérision par sa presse de chapelle. Mais jamais, le combat n’aura été aussi prometteur ; la détermination aussi intacte. Donc ne vous laissez pas piéger une troisième fois. Celle-là serait vraiment fatale. La saga, elle, continue.  
Alioune Kébé DIA Rewmi e-mail : une_voix_en_france@yahoo.fr  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 27.06.2007
- Déjà 5062 visites sur ce site!