ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La plus vieille démocratie de la région va-t-

La plus vieille démocratie de la région va-t-elle basculer ? 
Le Sénégal est suspendu à la décision de la Cour constitutionnelle sur la validité des candidatures, surtout celle du sortant Me Abdoulaye Wade (…). La capitale, Dakar, bruit des rumeurs les plus abracadabrantesques faisant craindre le pire ; en même temps que certains observateurs, plus rationnels et comme pour se rassurer eux-mêmes, soutiennent que leur pays trouvera in extremis, dans son génie et dans ses valeurs intrinsèques, les formules pour franchir le cap. 
C’est incontestablement la candidature de Me Abdoulaye Wade (la 7e depuis son entrée dans l’arène politique) qui tend l’atmosphère préélectorale. Malgré la Constitution, en dépit de son âge (85 ans) et au mépris de son propre engagement, le vieux leader du Sopi veut briguer un nouveau mandat. Il ne semble pas avoir tiré lui-même les enseignements de sa leçon à Laurent Gbagbo, ni de sa position ultra-minoritaire en Afrique contre Mouammar Kadhafi dans la crise libyenne, consistant à célébrer le peuple souverain, la vox populi : ‘Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.’ 
Ses compatriotes sont cependant déterminés à lui barrer la route, à tout prix. Le M23, (Mouvement du 23 juin, baptisé ainsi d’après la grande manifestation du 23 juin 2011, qui avait contraint le président Abdoulaye Wade à retirer un projet de loi de modification de la Constitution, par voie parlementaire, pour instaurer un ticket vice-président et président de la République, et ce dernier serait éligible avec 25 % des suffrages exprimés) un groupement très actif de l’opposition et des organisations de la société civile, envisage diverses actions dans la banlieue de Dakar et à l’intérieur du pays (…) en vue d’ ‘un retrait définitif de la candidature du président Abdoulaye Wade.’ 
Tandis que Alioune Tine, le coordonnateur du mouvement n’hésite pas à utiliser des termes guerriers, parlant de ‘combat’ qui doit continuer jusqu’au bout ou encore d’ ’assaut final’, Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre de Wade et candidat déclaré, appelle quant lui à ce que, ‘un million de Sénégalais’ soient dans la rue le jour de la décision de la Cour constitutionnelle. C’est dire la détermination des opposants au président sénégalais. Toute l’inquiétude de la région réside donc là et dans les autres pays, on n’hésite pas à parler d’élections à risques ; une première pour le Sénégal. 
Comment en est-on arrivé là ? 
Qu’est-ce qui pousse le leader du Parti démocratique sénégalais (Pds) dans cette aventure suicidaire pour lui et pour sa sortie politique, qui risque de se faire par la fenêtre, (pour reprendre les mots d’un de ses opposants) mais plus grave, pour son pays considéré jusqu’alors comme un modèle de démocratie et d’alternance pacifique ? La peur. Celle-là même qui motive la plupart des dirigeants africains à se maintenir au pouvoir, envers et contre tout, y compris la raison : peur de perdre les privilèges et les prébendes ; mais surtout peur de devoir rendre des comptes. Pour le cas de Me Wade, il semble que le risque est grand que son départ du Keur Gu Mag (littéralement la Grande maison) équivaille probablement à sa candidature à une place de choix dans un autre palais, mais de justice cette fois. 
Son entourage n’est pas celui sur lequel plane le moins cette épée de Damoclès de poursuites judiciaires, essentiellement en raison de forts soupçons de crimes économiques. C’est donc sa famille, épouse et fils, ainsi que quelques apparatchiks et autres affidés du ‘clan’, qui l’inciteraient à ce jusqu’au-boutisme. S’ils sont décidés à ne pas fléchir, les opposants regroupés essentiellement dans trois coalitions (…) le sont encore plus. ‘Wade est un sanguin jusqu’au-boutiste qui aime jouer avec les nerfs de ses adversaires tout en comptant sur leur sens de la mesure. Il se plaît à les conduire au bord du précipice, soutenant être prêt à sauter et convaincu qu’eux, reculeraient alors. Sauf que cette fois-ci, il a tout faux : les autres sont prêts à sauter avec lui, s’il le faut’, nous a confié un confrère sénégalais. 
Les différents scenarii 
Le report du scrutin, le temps de faire appel ‘aux ressources internes du pays’ pour éviter le pire, fait partie des hypothèses évoquées ici. Mais peu y croient, estimant que les arguments pour y arriver devront être cousus de fils blancs ; donc se verraient. L’idée serait qu’à la dernière minute, la majorité des membres de la Cour constitutionnelle démissionnent, paralysant cette institution qui doit jouer un rôle majeur lors des élections, en validant les candidatures et en proclamant les résultats définitifs. La variante, encore plus improbable de ce scénario, est l’annulation des élections, pour le même objectif et avec les mêmes raisons. 
Par expérience et pour connaître la psychologie arrogante et souvent déconnectée de la réalité de beaucoup de dirigeants africains, l’hypothèse la plus probable reste celle de la candidature de Me Abdoulaye Wade, validée par la Cour constitutionnelle, aux ordres et tournant le dos à sa dignité, ratant ainsi le rendez-vous avec l’histoire. Pour beaucoup de Sénégalais, ce serait un coup de force constitutionnel. Et pour eux, peu importe qu’il soit constitutionnel ; il est avant tout un coup d’Etat. On tomberait alors dans l’inconnu, avec des conséquences que nul ne peut imaginer, ou plutôt que l’on imagine très bien. Mais cela, après la Côte d’Ivoire, personne dans la sous-région n’est prêt à l’accepter. 
Jean-Paul AGBOH AHOUELETE, Togo 
 
 
 
De la proximité entre le journaliste et le politique : faut-il méditer le choix respectable d’Abdoulatif Coulibaly ? (Suite) 
Le processus de la mythification outrancière du travail de journalisme n’est pas étranger à ce phénomène qui prend aujourd’hui les allures d’une usurpation de territoire ou d’un détournement d’objectif. Aristote disait que le pire ennemi du vrai n’est pas le faux, mais le vraisemblable parce qu’il prend les habits du vrai alors qu’il est son contraire. 
Aujourd’hui, on pourrait le parodier en disant que le pire ennemi de la démocratie n’est pas la dictature, mais la démagogie ; or comme on le sait, la voie royale de la démagogie c’est la presse. Les vrais démagogues ne sont pas aujourd’hui confinés dans l’étroitesse du champ politique : ils ont investi le champ médiatique pour, à la fois, usurper le statut de contremaître de la démocratie et ne pas avoir à être la cible du discours politique adverse. 
Parce qu’on est nanti de la présomption de neutralité et d’extériorité, on travaille justement à ne pas l’être du tout, tout en apparaissant comme l’incarnant à merveille. C’est très symptomatique de remarquer que tous les journalistes ex-conseillers de Premier ministres déchus du régime libéral soient particulièrement les plus virulents aujourd’hui dans la critique contre un régime dont ils ont été pourtant les ‘agents’. 
Où commence le travail des journalistes dans leurs critiques ? Qu’est-ce qui garantit que ces ex-conseillers redevenus simples journalistes ne sont pas psychologiquement déterminés à adopter une attitude revancharde contre un régime qui leur a fait perdre un certain privilège ou certains honneurs ? Le mythe est toujours fondateur de l’histoire bien qu’étant lui-même a-historique, irréel ou complètement dénué de fondement dans la réalité. C’est pourquoi toute histoire a besoin d’un mythe, toute entreprise qui cherche la durée dans le temps et l’expansion dans l’espace a besoin d’un mythe fondateur et justificateur. 
Le mythe échappe par essence à l’analyse rationnelle et à la sanction épistémique : il n’a pas à être vrai ou faux, il lui suffit simplement d’être opérationnel, efficient. L’objectif de tout mythe, c’est la crédulité qui, bien que naissant de lui, contribue à le consolider et à l’amplifier. 
Il y a donc un mythe d’objectivité qui colle au journaliste, et comme tout mythe, il étouffe, trahit et envoûte ceux qui y adhèrent ou y croient. C’est précisément cela le problème de la presse contemporaine : elle est victime de sa propre image. Le respect et l’admiration qu’elle suscite font qu’elle constitue désormais une sorte de caverne d’Ali baba pour les hommes politiques et les affairistes de tout genre. 
Comme Ali baba qui découvre par la formule magique ‘Sésame, ouvre-toi’ le butin des voleurs caché dans la grotte et qui, par la suite, se fait doubler par son frère, ‘Qasim’ le commerçant au cœur de pierre, la presse suscite une énorme convoitise et se fait souvent doubler par des individus rusés et très intéressés. Ces gens qui pressurent et pressurisent les hommes politiques en démocratie prétendent tous faire partie de la famille du journalisme.Pire, ce sont des journalistes qui ont réussi à se poser en icônes de la presse qui cèdent souvent à la dangereuse tentation d’être des managers d’hommes politiques. C’est un secret de polichinelle : dans la presse sont tapis des journalistes qui gèrent et défendent les intérêts et la carrière de certains hommes politiques. 
C’est particulièrement intéressant d’ailleurs de noter qu’à l’approche des grands enjeux électoraux, les camps politiques projettent leurs tentacules sur le champ médiatique. Dans toute la presse qui se dit libre et indépendante, il est aisé de constater que chaque force politique a ses propres ‘émissaires’ ou partisans. De même qu’Ali baba avait percé le secret des voleurs en les épiant, le journaliste est souvent perché sur les collines incertaines et escarpées de l’objectivité et de la neutralité, pour épier les hommes politiques et leur prendre une partie de leur butin. 
La presse est, en effet, un énorme trésor dans une société démocratique, un trésor plus lourd que celui de la caverne d’Ali baba car elle mène à tout. Sa place enviable et sa force font que tous ceux qui aiment les raccourcis ont trouvé en elle la voie la plus courte et la plus simple de connaître une ascension politique ou de faire des affaires sournoises fructueuses. Quoi de plus simple que de se faire recruter comme conseiller en communication, comme attaché de presse ou comme expert en marketing politique qui se fait un nom dans l’univers du journalisme ? 
Dans notre pays, à l’image de toutes les démocraties, on assiste depuis quelques années à des connivences extrêmement profondes entre journalistes et hommes politiques et pire, une sorte de mutation dissimulée du journalisme en homme politique et de celui-ci en journaliste. La plus subtile façon de faire passer son opinion et son combat politiques sans courir le risque d’affronter la rudesse de l’adversité politique c’est de porter le manteau de journaliste.Chateaubriand, pour des raisons historiques bien connues, excédé par certains abus de la presse de son époque, s’était révolté par une généralisation abusive et trop sévère en affirmant que ‘la presse est le réceptacle de tous les ferments nauséabonds. Elle fomente les révolutions, elle reste le foyer toujours ardent où s’allument les incendies’. 
La formule est certes acerbe et sans doute injuste, mais elle exprime le désarroi que certains citoyens vivent face aux abus de la presse. Ces abus ont pour conséquence possible la crise politique qui résulte inéluctablement d’une illisibilité totale du champ politique. A cause du brouillage opéré savamment par des hommes de média dont la connaissance de l’opinion publique est parfois aussi nette que celle que le sociologue a des faits sociaux et des mécanismes qui les régissent, le champ politique investi par la presse politicienne est en constante ébullition. 
Une des anomalies de la démocratie sénégalaise est justement cette profonde perversion du métier de journaliste qui fait du journaliste non un simple acteur du contre-pouvoir, mais le dépositaire d’une alternative au pouvoir ou le pilier central de la conquête du pouvoir lui-même. C’est devenu tellement banal que tous ceux sont pressés ou qui n’ont pas d’autre métier s’engouffrent aujourd’hui dans cette brèche ouverte par l’évolution démocratique. 
L’homme d’Etat allemand Otto Von Bismarck a donc raison de penser qu’un journaliste, ‘c'est quelqu'un qui a manqué sa vocation’. En effet, en plus d’être tentés par l’omniscience et par le dogmatisme, le journaliste d’aujourd’hui n’hésite plus à utiliser la surenchère ou le lynchage médiatique pour être associé d’une manière ou d’une autre à la façon dont la société est gérée.La question de la bonne gouvernance et de la gestion démocratique de la richesse nationale est toujours le cheval de bataille des acteurs de la démocratie : hommes politiques, journalistes, juristes, défenseurs des droits de l’Homme, et les autres corporations. 
Mais ce serait une grave erreur, voire une illusion de croire ou de chercher à convaincre que ces valeurs et ces principes ne sont pas en même temps utilisés pour assouvir des intérêts personnels. Les différentes structures qui veillent au respect et à l’application stricte de la déontologie et de l’éthique journalistiques doivent donc s’employer sans délai à dépister ces dérives pour non seulement épurer le journalisme et la presse au Sénégal de tous ces trafiquants, mais aussi pour sécuriser ce métier de toutes sortes de prédateurs et de fossoyeurs de l’esprit et de la lettre de la démocratie. (FIN) 
Pape Sadio THIAM, Journaliste chercheur en Sciences politiques thiampapesadio@yahoo.fr 77 242 50 18  
 
Wade, l’ordonnance et l’ordre ou la problématique du Ndigueul 
Dès son introduction dans notre pays par M. Arène, la production de l’arachide fut lancée à partir de Louga, capitale du Ndiambour (alors arboré et verdoyant). Le ‘père’ de cette nouvelle variété agricole mit l’accent sur la nécessité de s’atteler à la création d’un partenariat avec les Mourides. Huiler les marmites de l’Hexagone était à ce prix. C’est alors que naquirent les premiers ‘Ndigueul’. Les trois autres ‘Ndigueul’ connus avaient une relation avec la politique. 
Le premier émane du premier Khalife qui ordonna le changement de la date du Magal à cause de sa coïncidence avec les Elections générales.Le deuxième fut donné par le deuxième Khalife, mais de manière nuancée, en faveur de Senghor. C’est le fameux ’Sooroor sorr, Senghor song’.Le troisième, lui, fut sans équivoque, de la part du troisième Khalife. C’était, moins, pour favoriser Diouf que pour réduire la vitesse du Sopi montant. 
La logique de ces trois ordres-Ndigueul était de favoriser l’émergence de personnes réputées non partantes. Comme ce fut le cas pour un chrétien ou un tidjane.Wade, quant à lui, n’a jamais eu besoin d’un Ndigueul. Même si le célèbre contre Ndigueul, en ce qui le concerne a eu à l’écorcher. 
Car Wade, ne l’oublions pas, est un rescapé de l’apostat qui fut un passage obligé pour l’élite. Et par lequel sont passés Blaise Diagne, Alioune Diop et, partiellement, Birago Diop.Ainsi, Cheikh Anta Diop, Cheikh Fall (ancien Pdg d’Air Afrique), Thierno Ba et beaucoup d’autres sont venus au Mouridisme, la voie royale pour un Africain musulman et, de surcroît, Sénégalais. 
C’est ainsi qu’Abdoulaye Wade écrivit son fameux livre : La Pensée économique du Mouridisme. En cela c’est l’ordonnancier du fondateur qui lui se met à prodiguer. A savoir faire de Touba telle qu’en a rêvé Cheikh Ahmadou Bamba. Une ville lumière dont aucune pareille n’existe nulle part sous nos cieux.Nous sommes, donc, loin de l’opportunisme du politicien de nos jours qui cherche des faveurs d’ordre électoral. 
En décrétant le Magal jour férié, en attendant qu’une loi vienne le consacrer, il ne fait qu’enfoncer une porte déjà largement ouverte. Et satisfaire une demande faite par les Tidjanes, confrérie complémentaire et non pas adversaire.Aucune confrérie, sous confrérie ou branche ne considère Wade comme étant un dirigeant qui favorise le népotisme ou toute forme de parti pris à leur encontre. D’ailleurs, chacune d’elle le traite comme s’il était des leurs. 
C’est en cela qu’il aura bien appris que le Mouridisme n’est pas sectaire pour avoir favorisé, successivement, un chrétien et un tidjane Tivaounien. En substance, un Mouride n’a pas besoin d’un Ndigueul politique pour affirmer sa ‘Mouridité’. En la matière c’est le ‘degg’. Paraphrasant, ainsi, Wole Soyinka qui, répliquant à Senghor, disait : ’Le tigre n’a pas besoin d’affirmer sa tigritude, il griffe’. 
Résumons-nous. Fuyant la Franc-maçonnerie, échappant à l’apostasie, la lumière de Bamba a guidé Wade vers Touba d’abord ; vers le Palais ensuite.De Serigne Fallou à Cheikh Anta Mbacké, deuxième du nom et actuel Khalife, il n’a eu de cesse de s’agripper aux guidons de la guidance Mouride. Et, ce, en toute sincérité. Autant dire que c’est sans calcul qu’évolue le mathématicien. 
De tout ce qui a été dit par le fils de Mame Maty Lèye c’est le satisfécit quant au bilan de Wade qui donne satisfaction, car il se situe au-delà du Ndigueul. Et permet d’atteindre le degré du ‘ngueureum’. Ne l’oublions pas : tout Ndigueul cherche à aboutir au ‘ngueureum’. Ce qui nous rappelle le fameux chant Tidjane : ‘weurseukou diambour kou tchay wodiaseer war koo gueureum’.Le ‘diambour’, ici, étant Serigne Touba ; le ‘weurseuk’ étant ses ‘khéweul’ et le ‘ngueureum’ étant le satisfécit.Et c’est une lapalissade de dire que si le Khalife est satisfait, le ‘talibé’ l’est aussi. 
Cela nous rappelle le haut degré de ‘Mouridité’ d’un autre Sénégalais, Cheikh Anta Diop. Qui, en réaction au Ndigueul du troisième Khalife, disait que même n’étant pas convaincu par Diouf, pour lui, satisfaire le Khalife relève du dilemme shakespearien : ’To be or not to be, that is the question’. ‘Etre ou ne pas être(Mouride), c’est là la question’. 
Ahmed Khalifa NIASSE, Chef religieux, Président du Présidium du Front des alliances patriotiques 
 
 
 
Quand la médiocrité est érigée en règle… 
 
A l’occasion de la célébration du cinquantenaire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar en 2007, le Professeur Alioune Diané de la Fa¬culté des Lettres et sciences humaines avait tenu un discours magistral sur : L’excellence ; véritable chef-d’œuvre. La pertinence des idées développées, l’élégance du style mon¬trent que son auteur est lui-même adepte de l’excellence.  
«La rigueur dans la définition des mots étant une exigence de méthode», l’universitaire s’est attelé, d’emblée, à élucider le con¬cept. «Du latin excellere, dit-il, l’excellence (désigne), un haut degré de perfection, un éminent degré de qualité, peut être mise en relation avec les domaines les plus divers (éducation, politique, sport, religion, gastronomie…).»  
 
Est donc excellent, tout individu qui fait l’unanimité par son génie créatif, par sa capacité de réflexion et de surpasser ses semblables ; un être qui suscite «le respect et l’admiration». C’est la recherche de cette vertu (l’excellence) qui fait d’ailleurs la marque des grands peuples et des grandes Nations. Car, elle crée une situation de compétition permanente ; chaque individu voulant surpasser l’autre par ses créations, ses innovations, sa capacité d’entreprendre, etc.  
Pourquoi un pays comme la Corée du sud, qui pourtant en 1960 avait un Pib/habitant à peu près égal à celui du Sénégal, est arrivé à un niveau de développement surprenant, rivalisant ainsi avec les grandes puissances planétaires ? C’est tout simplement grâce au culte de l’excellence, à la discipline et au sérieux dans le travail. Il s’agit d’une société, contrairement à celle du Sénégal, où la facilité, le laxisme et la paresse sont absents. Le mot d’ordre dans ces pays (Corée du Sud et Japon, par exemple), c’est la recherche la plus opiniâtre de l’excellence. Mais comment conquérir cette vertu ? 
 
Le Professeur Diané pense qu’elle se conquiert «par l’effort permanent, la solitude, les contraintes, les privations et surtout par la lutte contre cet extérieur agressif dont nous parle Cheikh Hamidou Kane». Oui ! Il faudra avant tout s’éloigner des mondanités, mais aussi lutter contre les influences perverses de l’Internet et surtout des télévisions sénégalaises ; télévisions de divertissement où des animateurs et/ou animatrices ba¬billards, de surcroît griots du chef, transgressent constamment les règles de la morale et font va¬loir plus la médiocrité que le professionnalisme. Que dire des émissions de lutte qui y sont diffusées ; émissions au cours desquelles des «gladiateurs» ternissent à longueur de journée la langue française au grand plaisir des téléspectateurs sénégalais, qui ignorent probablement que les pays les plus avancés sont des Nations d’hommes de lettres, de scientifiques avérés et d’intellectuels nobélisables. 
 
«L’excellence se transmet par l’enseignement» et non par la lutte ou les divertissements oiseux. D’où l’impérieuse nécessité de développer l’enseignement en général et l’enseignement universitaire en particulier, car rappelle Diané, «la notion d’excellence est consubstantielle à l’université». 
Il y a quelques années, ce sont les biens et services que les hu¬mains se sont échangés qui ont nourri la civilisation, lui ont permis de s’enrichir, de se développer et de s’épanouir. Aujourd’hui, les possibilités de croissance économique d’un pays reposent sur l’inventivité, la capacité d’innovation de ses citoyens, leur maîtrise des Tic (Technologies de l’information et de la communication), de la science et, par conséquent, leur volonté commune d’aspirer à l’excellence. 
 
C’est dire tout simplement que dans un monde caractérisé, aujourd’hui, par ce que l’on appelle «l’économie du savoir», si le Sénégal veut compter de manière significative dans le concert des Na-tions, il doit inéluctablement, com¬me l’avait re¬com¬mandé Cheikh Anta Diop, «opter pour une politique de développement scientifique et intellectuel et y mettre le prix…». Il y va de notre survie. Car «à la table de l’universel, les places sont payantes». Par conséquent, personne n’acceptera de nous y convier quel que soit le passé glorieux de nos aïeux.  
 
Le discours du Professeur Diané est donc actuel. Il est à méditer au Sénégal ; un pays où la médiocrité est érigée aujourd’hui en règle et où l’excellence est devenue une denrée rare.  
 
Mamadou Yéro BALDÉ Etudiant à l’Ucad 
Appel à la responsabilité des citoyens pour la paix et la stabilité 
En matière électorale, les hommes politiques sénégalais ont très souvent fait preuve d’une grande responsabilité. Tous les signes avant-coureurs d’un chaos social, survenus à la suite d’une élection, ou même avant, ont été noyés dans la concertation et le dialogue. Ceci se vérifie aisément avec une lecture objective de l’histoire récente de l’évolution du processus électoral. 
Cette histoire nous enseigne, en effet, qu’à partir de 1992 avec le Code électoral consensuel issu de la loi n° 92-16 du 7 février 1992, d’importantes innovations sont initiées en matière électorale.  
 
A la suite des troubles survenus au lendemain de l’élection présidentielle de 1988, la classe politique sénégalaise s’est engagée dans une réforme en profondeur du Code électoral. Sur la demande du président de la Répu¬blique d’alors, Abdou Diouf, une Commis¬sion de la réforme du Code électoral fut mise sur pied. Le défunt juge Kéba Mbaye fut nommé à la tête de la commission avec l’approbation de tous les acteurs. Plu¬sieurs séances ont marqué les travaux de cette commission et plusieurs partis politiques y ont pris part : le Pai, And Jëf/Pads, la Ld/Mpt, le Ps, le Mrs, le Paim, le Pds, le Pit, le Plp, le Pps, le Rnd, l’Udp, le Pds/R, l’Udsr.  
 
Le projet de loi du Code déposé au bureau de l’Assemblée nationale sera voté à l’unanimité, debout et sans débats. Ce Code comporte des points saillants qui marquent une nette avancée démocratique en matière électorale : 
 
- l’extension du corps électoral par l’élargissement de la majorité électorale de 21 à 18 ans et le vote des émigrés ; 
- l’égalité des candidats avec l’interdiction de l’utilisation des moyens publics durant la campagne électorale ; 
- la transparence et la liberté de l’expression dans le vote avec l’identification de l’électeur, le passage obligatoire à l’isoloir et l’encre indélébile ; 
- la fidélité de l’expression des citoyens avec un premier tour à la majorité absolue de ¼ au moins des inscrits ; 
- la création de commissions de recensement des votes. Il s’agit d’une commission nationale, des commissions régionales et des commissions départementales ; 
- la répartition du contrôle juridictionnel avec la Cour suprême pour les élections présidentielle et législatives et le Conseil d’Etat pour les élections locales. 
Toutefois malgré ces avancées, la mise en pratique du texte a relevé d’énormes dysfonctionnements. La première épreuve fut l’élection présidentielle de 1993, qui se solda par l’assassinat du vice-président du Conseil constitutionnel. Mais, c’est surtout avec les élections locales des 24 et 27 novembre 1996 que les défaillances ont été, le plus, marquées. Il fallait désormais ap¬porter d’autres réformes pour renforcer la transparence, la sincérité et la régularité du vote.  
A cet effet, une commission cellulaire pour la concertation des partis politiques est instituée par décret n° 97-146 du 13 février 1997. Cependant, cette commission n’a pas abouti à des solutions consensuelles. Elle a néanmoins demandé l’adoption de mesures de correction et de sauvegarde, de nature à permettre l’organisation d’élections plus libres, plus justes et plus transparentes. 
 
Saisi pour arbitrage par le «collectif des 19» (regroupement de 19 partis politiques de l’opposition), le chef de l’Etat d’alors décida, après concertation avec la commission cellulaire et les partis politiques participants, du toilettage du Code électoral. Par loi n° 97-15 du 8 septembre 1997, il prit l’initiative de créer une structure dénommée «Onel» (Observatoire national des élections). Cette structure aura pour mission de superviser et de contrôler les opérations électorales et référendaires. La finalité de la structure était de faire respecter la loi électorale, d’assurer la régularité, la transparence et la sincérité des élections, de garantir aux électeurs et aux candidats en présence le libre exercice de leurs droits en matière électorale. 
 
C’est dans cet esprit républicain et citoyen que l’Alternance politique est intervenue en 2000, de manière pacifique et appréciée de toute la classe politique mondiale, avec l’accession au pouvoir de Abdoulaye Wade.  
 
Néanmoins, il convient de re¬marquer que l’Onel n’a pas une compétence générale sur les actes et opérations relatifs aux élections. Ses pouvoirs sont limités voire inexistants dans certains domaines : les normes électorales lui échappent, il n’a pas de pouvoir d’organisation matérielle ni de proclamation ou de règlement du contentieux électoral. Ses compétences sont plutôt des compétences d’attribution et de principe. 
 
C’est ainsi qu’en 2000, avec la même volonté de transparence et imbu des mêmes valeurs républicaines, le président de la Répu¬bli¬que nouvellement élu prit la décision, par décret n°2004-673 du 2 juin 2004, de mettre en place une commission chargée de faire des propositions pour la création d’une Commission électorale nationale autonome. 
 
Les Assises se sont tenues du 29 novembre 2004 au 27 janvier 2005 et ont abouti à un consensus entre les partis politiques de la majorité et de l’opposition. 
Des innovations majeures ont été apportées à la structure chargée du contrôle et de la supervision des élections. A la place de l’Obser¬va¬toire national des élections (Onel), est créée la Commission élec¬torale nationale autonome (Cena). Celle-ci, créée par loi n°2005-07 du 11 mai 2005, porte en elle les rectificatifs nécessaires : 
 
- la Cena est une structure permanente ;  
- est dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière ; 
elle est chargée de la supervision et du contrôle de toutes les étapes des opérations électorales et référendaires ; 
- elle dispose d’importants pouvoirs de sanction (injonction, rectification, substitution, en cas de violation de la loi). 
La volonté de transparence en matière électorale, et donc d’apaisement politique et sociale est encore manifeste à travers d’autres actes posés : 
- au niveau de l’identification des électeurs avec l’introduction de la biométrie et du numérique comme techniques modernes d’identification ; 
- au niveau du fichier électoral avec sa refonte et la constitution d’un nouveau sur la base de la nouvelle Carte nationale d’identité numé¬ri¬sée (Cnin); 
- et, tout récemment, à la demande des partis d’opposition, un audit indépendant du fichier électoral tant contesté et qui a été à la base du boycott des élections législatives de 2007 par certaines formations politiques. 
 
Le principe directeur de toutes ces réformes, d’avant et d’après 2000, quelles que soient par ailleurs les appréciations qu’on puisse y faire, est à saluer. Tous les actes posés constituent le soubassement d’une volonté continue de préservation de la paix sociale et une aspiration à la stabilité et au développement pour le bien-être du peuple sénégalais.  
 
La conquête ou la conservation du pouvoir, par des moyens qui dé¬fient souvent tout principe démocratique, est l’un des grands maux qui gangrènent la plupart des Etats africains. Les hommes qui sont au pouvoir manipulent les textes pour s’y maintenir. Les autres qui y aspirent préfèrent parfois user de violence. 
 
Toutefois, le Sénégal a toujours fait exception, au bonheur de ses vaillants fils qui n’attendent de leurs leaders politiques que la stabilité et le développement. La situation qui prévaut dans certaines sociétés doit nous amener à réfléchir et nous conforter dans notre tradition de dialogue et de concertation. La violence est toujours destructrice et annihile plusieurs décennies d’efforts. Don¬nons la priorité à la paix et à la stabilité. Elles constituent le terrain favorable à la croissance et à l’épanouissement. Nous dirons même que ce sont les préalables. 
 
A quoi sert une croissance économique qui finit dans la guerre civile ? L’exemple de la Côte d’Ivoire, et de bien d’autres pays, doit servir de leçon. Le géant de l’Uemoa, en effet, voit son économie péricliter par le fait d’une petite poignée de personnes. 
 
Au Sénégal, les efforts de paix qui ont prévalu jusque-là doivent être maintenus et renforcés. C’est un devoir, un devoir impératif. Il faut alors privilégier l’intérêt général au détriment de tout autre. Ceci demande un certain dépassement et une violence sur les intérêts partisans. Nous ne voyons pas pourquoi la règle du dépassement, qui constitue une qualité reconnue chez le Sénégalais, ne s’inviterait-elle pas à l’élection présidentielle de 2012 ? 
La République est un bien commun qui transcende les personnalités et les intérêts particuliers. 
 
Il n’est certes pas loin le jour où tous ceux qui s’agitent aujourd’hui entreront dans l’histoire. Le peuple n’aura retenu d’eux que ce qu’ils auront fait pour ou contre le Séné¬gal. 
Que vive la République ! 
 
Bassirou MBAYE - Administrateur civil 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 25.01.2012
- Déjà 5431 visites sur ce site!