ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

talentueux vanneurs professionnels qui savent

talentueux vanneurs professionnels qui savent amuser la galerie 
Le Soleil : Mercredi 3 Juin 2009 
VICE- PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE : Le congrès du Parlement adopte la loi  
Les parlementaires sénégalais (députés et sénateurs) ont approuvé, hier, mardi, au Méridien-Président le projet de loi constitutionnelle instituant un poste de vice-président de la République. Cette loi, déjà votée par les deux chambres, a recueilli, sur les 198 parlementaires présents, 187 votes pour, 11 contre. 
La promulgation de loi instituant le poste de vice-présidence sera la prochaine étape pour la concrétisation de l’idée annoncée lors de son adresse à la Nation, le 3 avril dernier, par le président de la République, de la création ce poste. Le ministre de la Justice, Madické Niang, venu défendre le projet de loi, a indiqué que l’institution de la vice-présidence de la République est guidée par le souci d’assurer « une meilleure écoute des populations ». 
Le Garde des Sceaux a expliqué que le président de la République va marquer, avec ce poste, une présence plus marquée auprès des populations qui seront ainsi mieux écoutées. 
Dans son exposé des motifs, le gouvernement a soutenu que le président de la République affiche sa volonté inflexible de renforcer la qualité des institutions de la République en les adaptant à l’évolution constante de la société sénégalaise et à l’approfondissement de notre démocratie par une plus grande implication de toutes les forces vives de la Nation. 
Auteur: Mbaye Sarr DIAKHATE  
 
Seneweb.com : Mercredi 3 Juin 2009 
« AIR KARIM INTERNATIONAL »  
« AIR KARIM INTERNATIONAL »  
Revoilà Karim Wade, le « sauveur », le « Zorro » des airs et des terres, l’homme « providentiel » que les Sénégalais attendaient depuis si longtemps pour le « passer à tabac » un soir de 22 mars. Osons espérer qu’il ne s’écroulera pas sous le poids des « fardeaux » que son père l’oblige à porter pour se faire aimer des Sénégalais. Dans le but de redorer l’image du fils, Abdoulaye Wade vient de remettre en circuit le « linge sale » que les Sénégalais ont gentiment retiré de la machine à laver des urnes. 
Les dés sont pipés  
Bienvenue dans le culte de la médiocrité, un univers où les perdants sont hautement récompensés. Si le fils avait gagné la mairie de Dakar, le père le mettrait sûrement au Palais le lendemain. Les deux peuvent encore rêvasser. Il y a quelques semaines seulement, ASI déposait le bilan et consommait avec amertume son divorce imaginaire ou forcé d’avec la RAM qui lui a toujours servi de béquille depuis la création de la compagnie le 2 novembre 2000. Pour des raisons que seuls Wade père et fils peuvent expliquer, l’Etat du Sénégal voulait déposséder les sujets du Roi pour ensuite devenir acteur majoritaire d’ASI, alors que dans la foulée, ce même Etat s’apprêtait à brader un précieux bijou de famille pour la bagatelle de 200 milliards de Francs, quitte à devenir minoritaire dans le capital de la société de télécommunications. Y comprenez-vous quelque chose, ne serait-ce qu’un semblant de logique ? Rappelez-vous quelques jours suivant le « dépôt de bilan » d’ASI, des noms ont circulé : Algériens, Soudaniens et que sais-je encore ? Que de rumeurs pour nourrir la presse alimentaire, ces petits paresseux qui ne cherchent pas à creuser l’info. C’était juste pour noyer le poisson, chasser Jean par la grande porte pour faire revenir Paul par la petite, en compagnie de Claude. Le dépôt de bilan d’ASI n’est pas fortuit, tout a été calculé depuis le début, uniquement pour permettre au rejeton des urnes de se remettre en selle. 
Qui se cachait derrière Zam Zam ?  
Quoiqu’on puisse reprocher à la gestion assez controversée d’ASI par les Marocains, on peut douter de la bonne foi de l’Etat du Sénégal quant à sa volonté réelle de sauver la compagnie que les « voyages planétaires » ont partiellement mis à genoux : plus de 60 milliards de dettes pour un chiffre d’affaire de 70 milliards de Francs. Pis, ASI s’est vu retirer récemment « sans motif et sans préavis », un marché de 8 milliards de Francs pour le transport des pèlerins sénégalais au profit des DC10 de la fictive Zam-Zam et ses « cars rapides » volants qui ont failli coûter au Sénégal un « Joola » bis. Rassurez-vous, cette Zam Zam que certains Sénégalais veulent faire passer pour une compagnie saoudienne n’a évidemment rien à voir avec la Zam Zam-Cola, cette marque iranienne de boissons gazeuses interdite en Arabie Saoudite et qui a été victime d’une fatwa du Conseil des Oulémas qui jugent le nom de la fontaine « Zam Zam » assez sacré pour être commercialisé. On ne vous dit pas tout. 
A défaut d’arriver à quelque chose de sérieux avec Zam Zam, On crée une nouvelle compagnie  
Et surtout, n’en voulez pas aux « sén-actrices » Ngoné Ndoye et Sokhna Dieng qui ne sont pas allées au bout de leur logique suite à leur soi-disant coup de gueule contre les responsables de la compagnie des « cars rapides des airs ». Force est de reconnaître que notre République regorge de talentueux vanneurs professionnels qui savent amuser la galerie. En tout état de cause, beaucoup de départements et sociétés relevant des super-ministères confiés à Karim Wade risquent de connaître le même épilogue que la défunte compagnie sénégalaise. C’est toujours la RAM qui gère Air Sénégal International. Ce qui a changé, ou ce qui va changer, c’est le nom de la compagnie, avec l’immixtion du fils du Président dont les « amis et collègues » banquiers s’apprêtent à rejoindre le Sénégal pour « recapitaliser » la défunte ASI comme l’ont été les ICS et la Sonacos. Pas besoin de faire des études supérieures pour comprendre la machination, çà saute tellement aux yeux. Parfois nos braves journalistes cherchent tellement loin alors que c’est si proche, si facile à deviner. A quand le prochain scénario ? 
Momar Mbaye 
http://mbayemomar.over-blog.net/ 
 
RFI : Mardi 2 Juin 2009 
Espagne / Immigration clandestine : Les passeurs délaissent les îles Canaries pour le passage en Mediterranee  
Depuis maintenant près de 2 mois, aucune barque transportant des immigrés clandestins n'est arrivée sur les îles Canaries. Alors que depuis des années, ces îles espagnoles étaient l'une des portes d'entrées principales des clandestins en Europe. 
L’Agence européenne Frontex, qui coordonne la lutte contre l’immigration clandestine avec les pays d’émigration (Mauritanie, Maroc et Sénégal notamment), se félicite de ce résultat. Pourtant, les immigrés en provenance d’Afrique continuent de tenter leur chance en Europe. Ils changent simplement de route. 
Entretien avec Juan Antonio Corujo, coordinateur de l’équipe d’urgence de la Croix-Rouge aux Canaries. 
RFI : Voilà maintenant près de soixante jours que le dernier bateau est arrivé aux Canaries. Comment expliquez-vous cet arrêt si brutal ?  
J.A. Corujo : En 2006, plus de 31 000 immigrés en provenance d'Afrique y avaient été recueillis. Un chiffre record. Puis fin 2008, un peu moins de 12 000 personnes étaient arrivées par bateau sur les îles Canaries. Au cours des deux dernières années, il y a donc eu une baisse notable du nombre d’arrivées.  
Selon certains experts, la crise économique joue un certain rôle dans ce phénomène. Elle dissuaderait les candidats au départ d’aller en Espagne... Même si cette explication est contradictoire avec l'augmentation sensible des arrivées d'immigrés en Andalousie. En réalité, il y a surtout une plus grande vigilance dans la zone Frontex, qui comprend toute la zone de la Méditerranée au Cap Vert. Cette vigilance a augmenté grâce à la coopération bilatérale entre les polices espagnole, marocaine, mauritanienne et de toute l'Union européenne... 
RFI : C’est donc l’action conjuguée des polices européennes et des pays de transit, comme le Sénégal, qui bloque l’émigration vers les Canaries ? 
J.A.C. : Il semble en effet que cette pression policière pousse les mafias, celles qui font du trafic d'êtres humains, à choisir d'autres routes, plus sûres, afin de ne pas être détectées. C’est en tout cas l’hypothèse la plus solide que nous ayons aujourd’hui. Car le flux migratoire continue. Ce que l'on observe en fait, c'est un changement de route vers les côtes du nord du Maroc, de l'Algérie et de Libye. De telle manière que les sorties du continent africain se font davantage vers la Méditerranée, plus particulièrement vers le sud de l'Espagne. La semaine dernière par exemple, des bateaux sont arrivés sur la côte andalouse, non loin de Grenade et d’Almeria. 
RFI : Pensez-vous que les routes d’émigration excluent désormais les îles Canaries ? 
J.A.C. : Evidemment, cela fait très longtemps que nous n’avions pas été confrontés à une telle situation, à un arrêt de l’arrivée de bateaux. Ceci dit, les flux migratoires sont imprévisibles. Et il se peut très bien que les choses changent dans les prochains jours ou les prochaines semaines. Ici, à la Croix-Rouge, nous restons donc très vigilants. Et nos équipes sont mobilisées au cas où arriverait un ou plusieurs bateaux.  
RFI : Selon vous, l’Andalousie serait donc devenue la nouvelle porte d’entrée espagnole dans l’Union Européenne ? 
J.A.C. : En fait ces derniers mois, les arrivées de bateaux sur les côtes andalouses sont restées plutôt stables. Elles ont même sensiblement augmenté. La semaine dernière, nous avions comptabilisé l’arrivé de 3 bateaux, dans lesquelles se trouvaient 115 personnes. Ils se sont échoués sur les côtes proches de Malaga et de Grenade. Et du coté d’Almeria, on a retrouvé 64 personnes. Il est probable qu’au cours des derniers mois environ 500 personnes soient arrivées en Andalousie, mais c’est un chiffre approximatif. Au total, environ 1300 personnes ont pris pied l’année dernière en Andalousie 
RFI : Les trafiquants privilégient-ils le passage en mer Méditerranée par facilité ? 
J.A.C. : Il faut prendre en compte le fait que les embarcations qui arrivent en Andalousie, après être parties de l’Afrique du Nord, sont de petite taille. Elles ne peuvent transporter qu’une trentaine de personnes. Alors que celles qui débarquent sur les plages des Canaries peuvent, elles, contenir plus de 200 personnes. Les bateaux rapides utilisés en Méditerranée sont difficilement détectables. Ils passent plus facilement inaperçus et peuvent être confondues avec des bateaux de pêche. Mais la vigilance exercée par les autorités espagnoles et marocaines reste très importante, et il devient de plus en plus difficile de passer au travers. 
Auteur: François Cardona  
 
WalFadjri : Mercredi 3 Juin 2009 
La Gc en passe de se muer en courant au sein du Pds : Karim à la recherche d’une plate-forme pour 2012  
Les courants politiques seront bientôt dans l’air du temps au sein du Pds. Après le ‘courant des démocrates socialistes du Pds’ créé récemment par Kibily Touré, un ancien socialiste, Karim Wade est sur le point de transformer le mouvement de la Génération du concret en courant politique. Pour ce faire, une opération nationale de placement de cartes est annoncée pour permettre à Karim Wade de compter ses militants et de se positionner dans le futur grand parti souhaité par Me Wade en vue de la bataille de 2012.  
L’échec de la Génération du concret à l’issue des élections locales de mars 2009 n’a pas refroidi les ardeurs de Karim Wade. Le tout puissant patron de la Génération du concret, par ailleurs ministre d’Etat, a décidé de retourner à la base pour mesurer le véritable poids de son mouvement. Ce sera à travers une opération de vente de cartes, qui, selon les proches de Karim Wade, ‘permettra à la Génération du concret de se compter’ pour mieux se positionner dans la course au pouvoir. Cette nouvelle option de la Génération du concret, à en croire notre interlocuteur, a déjà reçu l’onction du secrétaire général national du Pds Me Wade. ‘Malgré tout ce qui a été dit après les élections locales, le secrétaire général national du Pds a apprécié positivement l’apport de la Génération du concret dans la campagne électorale de la Coalition Sopi 2009. Me Wade a surtout été impressionné par la forte capacité de mobilisation de ce mouvement’, explique un des initiateurs de la Génération du concret. C’est pourquoi, ajoute-t-il, ‘la campagne nationale de placement des cartes de la Génération du concret qui débutera la semaine prochaine, se fera en parfaite intelligence avec le patron du Pds qui a fait appel à nous pour revigorer le Pds’.  
Karim Wade ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il va tout simplement transformer ce mouvement en courant au sein du Pds. Surtout que l’idée d’un grand parti composé de tous les mouvements de soutien et autres partis de la majorité présidentielle suit toujours son cours au Pds. ‘S’il veut avoir sa place dans ce grand parti en gestation, Karim Wade devra d’abord connaître son poids politique réel. Car il est évident que le paysage politique va beaucoup changer dans la perspective de 2012’, affirme notre interlocuteur.  
Ce nouveau courant, une fois accepté et reconnu, permettra à Karim Wade et à ses amis d’avoir un droit de regard sur toutes les décisions politiques qui se prendront désormais dans les rangs de la mouvance présidentielle. Sans crainte d’être accusé d’immixtion.  
Quid de la cohabitation entre la Génération du concret et le Rewmi d’Idrissa Seck ? Les proches de Karim Wade n’y voient aucun obstacle comme ce fut le cas lorsqu’il s’était agi d’aller ensemble aux dernières élections locales. ‘Si la Génération du concret devient un courant au sein du Pds, on ne voit pas pourquoi le Rewmi d’Idrissa Seck ne deviendrait pas également un autre courant. Nous avons même entendu qu’on va vers l’existence de quelque quatre courants qui vont cohabiter au Pds’, révèlent nos sources. En effet, Karim Wade trouvera déjà sur le terrain le nouveau courant dénommé ‘Courant des démocrates socialistes du Pds (Cds/Pds)’ et dont l’un des principaux initiateurs n’est autre que Kibily Touré, le fis du sénateur Souty Touré, patron du Parti socialiste authentique (Psa). Il se susurre également que Farba Senghor pourrait bientôt entrer dans la danse en mettant sur pied son propre courant politique.  
Auteur: Georges Nesta DIOP  
 
LE QUOTIDIEN : 
Vice-presidence - Réactions au vote du Congrès. 
- Bamba Dièye : «J’ai préféré rester auprès des populations de Saint-Louis»  
- Les non-inscrits concoctent un recours en annulation 
Le projet de loi portant création d’un poste de vice-président a maintenant abordé sa dernière ligne droite. Après sa validation hier par les deux Chambres du Parlement réunies en congrès, le texte est sur la table de Me Wade pour promulgation. Mais, hier, on aura constaté les absences remarquées des députés Cheikh Bamba Dièye et Me Ndèye Fatou Touré. 
Par Rudolph KARL 
C’est par 188 voix pour et dix contre que le Congrès comprenant l’Assemblée nationale et le Sénat a voté sans surprise le projet de loi portant création d’un poste de vice-présidence de la République. Au cours de cette dernière étape qui n’a pas pris plus d’une heure, un seul intervenant par groupe parlementaire avait droit à la parole, comme prévu par la loi. Et dans les propos, rien de nouveau. Les uns et les autres ont ressassé les mêmes raisons pour lesquelles ils votent pour ou contre. Ce qui a plutôt retenu l’attention a été l’absence des députés Ndèye Fatou Touré et Cheikh Bamba Dièye. Eux qui, bien qu’étant très minoritaires, n’avaient raté aucune occasion pour marquer leur différence, ont pour une première fois choisi de faire chaise vide. Cheikh Bamba Dièye, joint hier au téléphone, a déclaré que «la situation du Congrès est telle que les dés sont déjà jetés». Il a ajouté que s’il avait eu, une seule fois, le sentiment que sa présence au Congrès changerait quelque chose au processus, il aurait tout fait pour être présent. Le député-maire de Saint-Louis a toutefois tenu à préciser que son absence est loin d’être un boycott. «Boycotter, ce n’est pas mon style ; moi je ne zappe pas les institutions de la République», a-t-il soutenu. M. Dièye qui, avec sa collègue Ndèye Fatou Touré s’oppose farouchement au poste de vice-président, a estimé que sa présence n’était plus nécessaire étant donné qu’il a déjà vidé toutes ses cartouches en plénières lors des débats à l’Assemblée Nationale. «Ma vocation a toujours été d’être proche de mes concitoyens. Donc, je préfère franchement m’occuper de la gestion de la mairie de Saint-Louis que d’aller à Dakar pour assister à une situation qui est scellée d’avance», a expliqué Cheikh Bamba Dièye qui dit, par là, vouloir se rendre utile à sa communauté. «J’ai juste fait le poids entre ma présence dans la mairie de Saint-Louis à gérer le quotidien des Saint-Louisiens et ma présence au Congrès, alors qu’on connaît déjà ma position sur le sujet en question», a conclu le député-maire. 
ANNONCE - Recours en annulation de la création d’une vice-présidence : Imam Mbaye Niang et Cie se battent pour saisir le Conseil constitutionnel 
Par El H. Daouda L. GBAYA - La loi instituant le poste de vice-président a, certes, été votée, hier par le Congrès, à une écrasante majorité, mais, Imam Mbaye Niang, lui, refuse de capituler. Ce député non-inscrit a, en effet, annoncé son intention d’introduire un recours en annulation devant le Conseil constitutionnel. Jugeant cette loi «anti-populaire», le «représentant du peuple» indique : «Nous allons combattre cette loi. Pour déposer un recours, il nous faut 15 signataires. Puisque nous, députés non-inscrits, nous sommes au nombre de 6, le groupe parlementaire que dirige Omar Khassimou Dia est composé de 11 députés, nous allons pouvoir réunir les 15 signatures pour déposer le recours.» Un recours que le député Mbaye Niang et ses collègues devront faire dans les six jours qui suivent le vote de ladite loi.  
La révulsion du Secrétaire général du Mouvement de la réforme pour le développement social (Mrds) est d’autant plus grande que le poste de vice-président n’est qu’une coquille vide. «Si vous voyez le contenu qui est donné à ce poste, vous allez vous rendre compte qu’il ne peut absolument rien faire. C’est un chômeur», argumente-t-il. Pourquoi alors ce poste ? Le député, lui, est convaincu qu’il y a, derrière cette loi, une «volonté du président de la République de se faire succéder par son fils (Karim Wade), malgré ce qui s’est passé le 22 mars dernier (les élections locales)». Ces élections auraient dû leur permettre de comprendre que les Sénégalais sont contre son projet (succession). Ils (Me Wade et son fils) ont été battus dans leur bureau de vote. Cela prouve qu’ils n’on rien compris», déclare le leader du Mrds. Et d’ajouter avec fermeté : «Les Sénégalais ne sont pas d’accord ; ils ne seront pas d’accord. Et cela, il faut qu’il (Me Wade) le sache !»  
dgbaya@lequotidien.sn  
 
SUD QUOTIDIEN : 
LES ASSISES NATIONALES, UNE CHANCE POUR LES SENEGALAIS. 
Heureux qui, comme les assoiffés, parcourant le Sahara à la recherche d’un point d’eau,  
Voient soudain autour d’eux s’abattre une pluie diluvienne,  
Ou comme ceux qui, cherchant ombrage, voient leur tomber l’aurore,  
Ou encore comme ceux-là qui, souhaitant désespéramment marcher au milieu d’un halo,  
Sont heureusement surpris par le soleil tout entier, doux et resplendissant. 
Qui sont-ce, ceux-là ?  
C’est celui qui, trop de pouvoirs embrassant, a mal étreint  
Et a fermé l’horizon de tous bords à sa patrie,  
Faisant tomber une nuit noire dans tous les coins et recoins de son pays,  
Lâchant toute sa meute, contre vents et marées, sur le peuple qui l’avait élu,  
Et ce sont ceux qui se débattent depuis le 19 mars dans une impasse sans précédent. 
C’est lui qui a démythifié la République, agressant ainsi les libertés et la citoyenneté,  
Bafouant toute discipline budgétaire et ignorant toute politique économique et des affaires,  
Mettant à genoux tout un secteur primaire et brisant tous les espoirs fondés sur la terre,  
Ignorant royalement les valeurs et les droits économiques et sociaux de ses concitoyens,  
Faisant que l’homo-senegalensis a honte aujourd’hui de proclamer haut sa « sénégalité »,  
Et ce sont eux qui mangent à midi et ne peuvent le faire le soir. 
C’est lui qui a transformé la dignité de ses gouvernés en pacotille,  
C’est lui qui a confié l’environnement du pays et son territoire à une jungle de prédateurs,  
Pour que ces derniers hypothèquent le développement durable du Sénégal.  
C’est lui qui, par sa faute, a poussé à l’aventure des milliers de jeunes trompés et désespérés,  
Qui, par ses humeurs et ses actes, a fait que cher Sunugaal est mal regardé et vu du dehors.  
Et ce sont eux qui souffrent ailleurs de la stigmatisation. 
Heureux donc eux tous qui, ne sachant plus où aller, ne pouvant plus retourner sur leurs pas  
Et se résolvant, l’un à remettre à des mains plus inexpertes l’outil arraché aux plus valeureux,  
Et les autres à s’opposer impuissamment à des manœuvres suicidaires pour le pays,  
Se voient proposer le grand bain national qui va purifier le Sénégal.  
Les Assises Nationales sont donc une chance pour tous les désespérés d’en haut et d’en bas. 
Alors, que vivent les Assises pour que triomphent le Peuple, la République et la Nation. 
• Daouda DIEDHIOU  
• Secrétaire Administratif du Mouvement des Jeunes du Rassemblement pour le Socialisme et la Démocratie / Takku Defaraat Senegal 
CENSURE REVOLTANTE L’essentiel c’est de comprendre ! 
L’essentiel c’est d’informer, l’essentiel c’est de se battre pour promouvoir la liberté d’expression. Le plus juste c’est également servir les lecteurs. Des lecteurs qui savent prendre l’essentiel des infos, extirper le bien du mal, distinguer le vrai du faux, le pire du meilleur, parce qu’ils ne sont pas dupes. 
Le collectif des diffuseurs et éditeurs du Sénégal (Cdeps) a crié liberté ! Les camarades de Madiambal Diagne n’ont pas compris pourquoi le magazine Essentiel est censuré depuis le 27 mai 2009 par un « petit allo » et par un « ne publiez pas ». 
Force est de savoir qu’empêcher un journal de paraître c’est constiper la réflexion, c’est insulter l’intelligence des lecteurs, avides de débat, de discernement…Neuf ans après l’alternance, et à l’heure libérale, on pensait qu’on nous interdit d’interdire. Dommage on tue l’agora ! 
Les censeurs de l’ombre n’ont pas compris que devant un flot d’informations, le lecteur est libre de choisir ce qui l’intéresse, ce qui est essentiel pour lui. Me traiter de fou, de despote, de criminel, de voleur, dire que mon Etat vole en éclats, ne doit nullement m’ébranler si tout va bien et que je ne me reproche rien (bien sûr). 
Mieux, cela mérite réflexion....On n’arrête pas l’esprit par la main, c’est notre raison qui doit nous censurer et non un silence verbal. Les éditeurs l’ont bien compris en demandant à Moustapha Sow de persévérer et de mettre la pression sur son imprimeur afin de « produire le journal et procéder à la livraison du tirage ». Car toute lettre dans un article a un sens, et une signification. On lit pour comprendre, et on comprend pour agir. On n’agit pas avant de lire, et avant de comprendre il faut lire… 
La censure quand elle n’est pas naturelle, elle nous donne envie de vomir, quand elle est abusive elle donne le courage de nous révolter ! 
• Ibrahima Benjamin DIAGNE  
• Journaliste auteur  
• Directeur Disso Fm 
Ne pas franchir le Rubicon des inondations 
Le prétexte d’une rencontre entre le premier ministre et les nouveaux pouvoirs locaux de Dakar a été l’occasion de poser la question de la prise en charge des inondations. 
A un mois de l’hivernage, on a eu l’impression que le gouvernement issu d’un régime bientôt décennaire semble mettre en avant sur une question aussi complexe les élus notamment de l’opposition installés seulement depuis deux mois. Que peuvent faire ces élus dans moins d’un mois eux qui, pour l’essentiel, ont trouvé des situations financières désastreuses du fait de gestions précédentes opaques. Les nouveaux élus locaux n’ont pas encore dit la vérité aux populations sur l’état des lieux de la gestion des équipes sortantes. Cela permettra déjà à la puissance publique d’en tirer toutes les conséquences de droit s’il est vrai que nous ne sommes pas sous le règne de l’impunité. Sans dédouaner les nouveaux élus, nous devons à la sincérité de dire qu’ils ont trouvé des budgets en cours d’exécution avec des engagements qu’ils n’ont pas pris. Ils auront, ces nouveaux élus, un état de grâce tolérable pour juger de la révolution locale dont ils seraient porteurs. Ils n’ont pas le droit de faire comme leurs prédécesseurs enfermés dans un système opaque et limitatif. Leurs pouvoirs et leurs moyens sont limités et le risque est grand que toutes les demandes populaires leur soient adressées dans une totale confusion. 
Alors, pourquoi cette communication bizarre de l’exécutif central sur les soi-disant responsabilités locales dans la gestion d’une affaire assimilable au cas de force majeure pour ne dire de la catastrophe naturelle ou du sinistre ? 
Nous savons tous que les inondations notamment dans l’agglomération dakaroise sont le résultat final d’une série de questions relevant de plusieurs paramètres qu’il n’est pas donné de régler en deux temps trois mouvements. La cause principale du problème est un manque de réseaux d’assainissement dans des zones au niveau desquelles les lits naturels de drainage des eaux ont été habités par des populations durant la longue période de sécheresse. Aujourd’hui que les populations sont bien établies sur place, il n y a que deux solutions définitives majeures : le relogement massif dans d’autres zones habitables ou bien un investissement tout aussi massif dans des infrastructures artificiels de drainage des eaux. En attendant l’une ou l’autre des deux solutions qui demandent une planification cohérente au moins dans le moyen terme, l’urgence est à l’amortissement des conséquences de ces calamités sur les populations qui sont bien là et qui souffrent. Il est illusoire de prétendre trouver une solution dans un mois à cette question que l’alternance n’a pas résolu depuis près de dix ans. Des populations pataugent encore aujourd’hui dans les eaux verdâtres de l’année dernière. 
Par quelle baguette magique les nouveaux élus pourront régler ce problème à un mois de l’hivernage ? Exposer ces élus et faire jouer à l’Etat le simple rôle de soutien logistique n’est pas cohérent quand on sait que l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS) dépend du même Etat central. Dans la loi n° 96-02 du 22 Février 1996, et le décret 96-667 du 07 Août portant création et organisation de l’ONAS, les missions de cette dernière sont entre autres la gestion en amont et en aval des installations d’assainissement d’eaux usées et pluviales, le développement de l’assainissement autonome, la valorisation des sous produits des stations d’épuration et, toutes opérations se rattachant directement ou indirectement à son objet, dans la limite des zones urbaines et périurbaines. 
L’ONAS doit être au centre de la question des inondations même si elle soutient avoir trouvé en 96 la banlieue dakaroise pour l’essentiel sans réseau. Elle doit intervenir et devrait même voir son domaine d’intervention aller au-delà des zones urbaines et périurbaines pour prendre en compte la question de l’assainissement à l’échelle nationale. Le Sénégal n’est pas seulement le milieu urbain. 
En réalité, les nouveaux élus locaux ne sont pas les magiciens pouvant régler du tic au tac la question des inondations mais ils doivent quand même s’impliquer pour aider à en atténuer les conséquences humanitaires. Ils doivent dans le moyen et le long terme être aux côtés des populations pour poser le débat en vue de solutions définitives en relation avec l’Etat. 
Les inondations ne sont pas dans la liste des neuf compétences transférées par La loi 96-07 du 22 mars 1996. Certes, des questions comme l’environnement, l’aménagement du territoire, l’urbanisme et, l’habitat qui sont bien transférés, constituent des ingrédients pouvant impacter sur les inondations mais, on ne peut pas en moins d’un mois régler ces questions pour influer sérieusement sur l’irréversibilité des inondations. 
En vérité, les inondations interpellent l’Etat central d’abord avec ses moyens logistiques. Les élus locaux devant s’impliquer pour atténuer les effets et s’organiser avec l’Etat pour mettre en place un plan gradué et transversal de règlement définitif de cette question. Leur démarche doit être de faire ce qu’ils ont à faire et d’insister aussi pour que l’Etat fasse ce qu’il a à faire. Déjà dans le court terme, ces élus doivent prendre des mesures énergiques dans le sens d’une implication des populations qui n’accepteront plus d’être des spectateurs. Ces nouveaux élus pourraient, par exemple, mettre sur pied des collectifs de jeunes volontaires pour agir sur des problèmes de salubrité, d’environnement, de santé etc. Ces collectifs pris en charge directement par les communes pourront travailler à coté des acteurs publics et privés. Dès après l’hivernage, une réflexion sérieuse sans calculs politiciens doit être menée avec l’Etat pour envisager des solutions globales et nationales. 
En définitive, le transfert des compétences ne signifie pas pour l’Etat central un désengagement dans les secteurs transférés. Dans l’attelage gouvernemental actuel, pas mois de 12 ministères ont des compétences au niveau national qui croisent les compétences transférées au niveau local. Cela veut dire qu’un Etat ne peut pas ne pas être responsable. 
Le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de la Décentralisation doit accompagner objectivement les élus locaux sans coloration politique. Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature, des Bassins de rétention et des Lacs artificiels doit aussi jouer un rôle à la mesure de ces larges attributions textuelles. A quoi servira le Super Ministère d’Etat en charge entre autres de l’Aménagement du territoire et des Infrastructures ? Ira-t-il aussi au charbon des inondations ? Quid du Ministre d’Etat, Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat, de l’Hydraulique et de l’Assainissement ? Assainissement. Le mot est enfin lâché. Ce Ministre d’Etat est responsable au premier chef dans un mois quand les inondations seront là. Il devra plus agir que polémiquer. Et que dire du Ministre délégué auprès du Ministre de l’Intérieur, chargé des Collectivités locales et de la Décentralisation ? Sera-t-il un missionnaire anti Benno Siggil ? Les actes que posera ce Ministre très polémiste les jours à venir nous édifieront. 
Aujourd’hui avec quatre ministres d’Etat plus un ministre délégué à plein temps, et pas moins de six autres ministres à cheval sur les neuf compétences transférées, nous pensons que l’Etat, à un mois de l’hivernage, ne se dérobera pas en mettant les nouveaux élus locaux à l’épreuve sur une question aussi vitale et sensible que la gestion des inondations. 
L’article 6 de la loi 96-07 du 22 mars 1996 dispose « Les transferts de compétences par l’Etat doivent être accompagnés au moins du transfert concomitant aux régions, communes et communautés rurales des moyens et des ressources nécessaires à l’exercice normal de ces compétences dans les conditions prévues par le Code des Collectivités locales….. Dans les cas où l’insuffisance des ressources financières des collectivités locales risque de compromettre la réalisation et l’exécution des missions des services publics, l’Etat peut intervenir par l’octroi de dotations spéciales aux collectivités locales concernées ». Les maigres budgets des collectivités locales ne peuvent pas régler la question des inondations. L’Etat ne peut pas se dérober et ne doit pas être la roue de secours qui viendrait après avoir mis les nouveaux élus notamment de l’opposition à l’épreuve. 
Nous savons que 2012 vaudra pour certains tous les calculs et intrigues politiciens. Nous savons aussi que 2012 semble être la seule préoccupation centrale mais, faut-il pour autant jouer avec la vie des milliers de populations pour qui l’hivernage à venir n’est pas forcément sous le signe de l’espoir. Le Rubicon des inondations ne doit pas être franchi par la politique politicienne. Dans le confort des salons douillets, les hommes politiques doivent savoir que les populations attendent et n’attendent que des solutions. Les inondations sont des questions vitales qui nécessitent des solutions totales. Et justement la totalité c’est l’Etat. Que l’intérêt supérieur des populations prime sur tout ! Tout voulant dire simplement tout. 
• Mamadou NDIONE  
• Mandione15@gmail.com 
CREATION DE CONVERGENCE DES FORCES POUR LE DEVELOPPEMENT DU SENEGAL Les prétentions d’un mouvement de soutien  
par Assane MBAYE | SUD QUOTIDIEN , mardi 2 juin 2009  
La Convergence des forces pour le développement du Sénégal (Cfeds) a été portée sur les fonts baptismaux le samedi dernier. Ses initiateurs prétendent que c’est un « mouvement nouveau qui se fonde sur le triptique : la vision innovante, la démarche de rupture d’avec la routine en ce qui concerne le militantisme au Sénégal et la promotion du développement durable du pays » Ils soutiennent, par ailleurs, que le « le Sénégal se trouve actuellement dans un brouillard politique qui ne favorise guère son développement économique » . 
Ce mouvement dit poser les bases d’un débat pour discuter des problèmes qui entament le développement du Sénégal. Selon Lamine Bâ, son chargé de communication, « il urge aujourd’hui de rompre d’avec la routine pour enfin favoriser un nouveau type de militantisme qui prône le dialogue social avec comme priorité le développement du Sénégal ». 
Aussi, ont-ils déclaré que « Le Pds va mal et il y va de l’intérêt de Abdoulaye Wade de procéder à sa recomposition s’il tient à remporter les présidentielles de 2012 qui profilent à l’horizon ». 
Toutefois, « la volonté de la Cfds n’est pas de résoudre tous les problèmes des Sénégalais mais plutôt d’instaurer le dialogue afin de partager nos idées avec toutes les couches de la société pour cheminer ensemble vers le développement », note Cheikh Diop. 
Abordant les différentes crises qui secouent le pays actuellement, le coordonnateur du Cfds exhorte Wade à redéfinir la politique aussi bien au plan de l’éducation, de la santé, de l’habitat, que de l’économie. 
Stagiaire 
WALF FADJRI : 
Réflexions sur le secteur pharmaceutique sénégalais 
 
 
Le secteur pharmaceutique mondial est l’un des plus dynamiques en termes de valeur ajoutée et d’échanges à travers le monde, vu la vitalité des grands groupes pharmaceutiques. Le commerce mondial des médicaments est essentiellement concentré entre l’Europe, l’Amérique et dans les pays émergents de l’Asie. Le continent africain participe de manière très marginale à ce commerce et l’essentiel des gros échanges de médicaments se fait au Maghreb et en Afrique du Sud.  
L’Afrique subsaharienne présente la particularité d’être peu pourvue en unités industrielles de production locale de médicaments et l’essentiel du business des médicaments passe par les centrales d’achats publiques et privées. Au Sénégal, 80 à 90 % de la consommation de médicaments est importée, via les grossistes privés pour les médicaments de spécialités et la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) pour les médicaments essentiels génériques.  
L’industrie locale se limite à trois unités industrielles : Africa soins production (filiale de Sanofi-Aventis), Pfizer Afrique de l’Ouest (filiale de Pfizer Pharmaceuticals Group), Valdafrique. Des projets d’implantation de nouvelles unités industrielles sont agités depuis des années sans que la concrétisation ne soit effective. Quatre grossistes privés exercent actuellement au Sénégal : Laborex Sénégal du groupe Eurapharma, Cophase du groupe Ubipharm, Sodipharm et Sogen, à côté de la Pna. Deux nouveaux grossistes privés doivent s’installer bientôt.  
Pratiquement, dans toutes les localités du pays, existe une officine de pharmacie permettant ainsi de pouvoir résorber une bonne partie des pharmaciens sortants de la faculté de pharmacie. D’après les dernières statistiques, le marché du médicament tourne autour de 75 à 80 milliards de francs en termes de volume d’échanges. Une bonne partie de cette masse d’argent échappe à notre pays du fait que plus de 90 % de la consommation nationale de médicaments nous viennent des pays étrangers. Cette situation est plus que profitable aux laboratoires pharmaceutiques étrangers au détriment de l’économie nationale, et doit pousser les professionnels du médicament à une réflexion profonde du secteur pharmaceutique. N’est-il pas temps de faire de la prospective afin de proposer la formule la plus optimale pour renverser la tendance actuelle et de faire bénéficier aux acteurs nationaux des retombées de cette manne financière ? La question est posée et mérite que tous les acteurs impliqués dans le commerce du médicament réfléchissent sur une vision d’ensemble du secteur pharmaceutique au Sénégal. Les journées pharmaceutiques nationales se tiendront du 25 juin 2009 au 28 juin 2009 à Saly et seront peut-être un cadre idéal pour poser le débat, diagnostiquer les problèmes de la pharmacie et proposer des solutions.  
Le secteur du médicament au Sénégal rencontre des difficultés que l’on pourrait cerner autour de cinq thèmes :  
- Les relations d’affaires entre grossistes-répartiteurs et pharmacies d’officine et le problème de la gestion des officines de pharmacie,  
- Le nombre limité d’unités industrielles de production locale de médicaments et le peu d’engouement des professionnels pour ce secteur,  
- La non exploitation d’autres créneaux porteurs où les pharmaciens peuvent évoluer à l’aise et développer de nouveaux métiers dans le domaine de la santé publique, de l’environnement etc….  
- La concurrence déloyale exercée par le marché parallèle, la vente illicite des médicaments par des non professionnels.  
- La contrefaçon et la malfaçon des médicaments, fléau mondial auquel aucun pays n’échappe et qui menace sérieusement le secteur pharmaceutique.  
Les relations d’affaires entre grossistes-répartiteurs et pharmacies d’officines sont difficiles actuellement. Les pharmacies d’officines ont pris tellement de crédits auprès des grossistes que leur trésorerie en souffre terriblement. L’encours de dettes est devenu tellement important qu’il plombe sérieusement le fonctionnement normal des officines de pharmacie et celui des grossistes-répartiteurs. La plupart des officines de pharmacie ont une trésorerie très tendue et peinent difficilement à faire face à leurs charges fixes et à honorer certains de leurs engagements auprès de leurs créanciers.  
Les recettes journalières baissent d’année en année réduisant considérablement le chiffre d’affaires des officines de pharmacie et, par ricochet, les marges bénéficiaires, malgré les avantages commerciaux accordés par les grossistes. Les officines font face alors à un dilemme cornélien : comment sortir de cette impasse, c'est-à-dire, être à jour de ses factures fournisseurs, faire face aux charges et vivre de son métier ? La réflexion doit être menée pour trouver des solutions idoines au bénéfice de tous les acteurs.  
Les grossistes-répartiteurs peuvent-ils continuer à supporter cette tension financière, tout en sachant qu’ils ont des factures à honorer à temps auprès des laboratoires pharmaceutiques ? Question pertinente à laquelle il faudra apporter des réponses. Cette relation doit être repensée sérieusement afin d’instaurer une vraie collaboration au bénéfice de tous les acteurs de la chaîne de vente des médicaments.  
Récemment, je discutais avec un pharmacien d’officine établi à Rufisque, dont je tairai le nom, concernant les problèmes des officines. Dans nos discussions, il a émis une idée qui me paraît pertinente : la création d’une banque où les pharmaciens d’officines et les grossistes seraient actionnaires et qui se chargerait de payer dans les délais les factures des officines, moyennant des intérêts pour chaque facture payée. Cette banque, en plus de faciliter le paiement des factures, devraient accompagner les officines dans leurs investissements pour améliorer leur cadre de travail. Je ne m’étendrai pas trop sur le sujet, étant donné que je ne suis pas banquier, mais l’idée mérite d’être explorée et recueillir l’avis d’un banquier ? Je suis convaincu que des solutions pérennes peuvent être trouvées si tous les acteurs apportent leur contribution dans la résolution des problèmes.  
Un point important, qui mérite réflexion de la part de tous les acteurs, concerne la gestion des officines de pharmacie. L’exercice de la pharmacie nécessite une gestion rigoureuse pour bien maîtriser les comptes d’exploitation. Ne faudrait-il pas encourager et soutenir les pharmaciens d’officine à suivre des modules de formation en comptabilité et gestion commerciale ? A mon avis, il est très important pour les pharmacies d’officines d’avoir une réelle maîtrise de leurs comptes d’exploitation. Ces formations permettraient d’avoir une meilleure visibilité sur les finances des officines et d’éviter beaucoup d’erreurs de gestion préjudiciables à la bonne marche des activités.  
L’exercice de la pharmacie doit et peut faire vivre le professionnel de son métier à condition d’avoir une réelle maîtrise des outils et méthodes de gestion d’une entreprise. Mais, le constat actuel est tout autre. C’est à une véritable gymnastique financière que nous assistons entre grossistes et pharmacies d’officines. Cette situation peut-elle continuer ? La question est ouverte.  
L’industrie demeure le parent pauvre du secteur pharmaceutique vu le nombre d’unités industrielles implantées actuellement au Sénégal. Ces entreprises du médicament participent à hauteur de 10 à 20 % de la consommation nationale avec une production diversifiée composée de médicaments et de produits de parapharmacie. Les deux unités industrielles qui produisent des molécules médicamenteuses, sont des filiales de laboratoires pharmaceutiques étrangers et la troisième est plutôt spécialisée dans la gamme parapharmacie. Les professionnels du médicament, les institutions étatiques, les investisseurs privés ont montré jusqu’ici peu d’engouement pour la production locale.  
L’étroitesse du marché des consommateurs, les coûts élevés d’investissement et de production, l’absence d’une main-d’œuvre locale qualifiée, le peu d’intérêt des groupes pharmaceutiques étrangers pour l’Afrique subsaharienne, le manque d’enjeu économique, le pouvoir d’achat faible des consommateurs, le fléau du marché illicite et de la contrefaçon peuvent être un frein au développement de l’industrie pharmaceutique dans nos pays. En plus, l’intérêt des groupes pharmaceutiques étrangers pour l’Afrique subsaharienne reste très aléatoire. Ils préfèrent s’orienter vers l’Europe centrale, l’Inde, la Chine lorsqu’ils décident de délocaliser leur production.  
Malgré ces obstacles, il existe encore des arguments pour la production locale dans les pays en développement, notamment en termes de capacité de développement local, créant des emplois et conduisant à une certaine indépendance vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques étrangers. En effet, la réflexion qui doit être menée par tous les acteurs (professionnels, investisseurs, institutions étatiques) est de savoir ce qui peut être fait pour développer et améliorer la production locale de médicaments.  
L’Etat du Sénégal, à travers le Code des investissements, a mis en place des mesures incitatives visant à accorder des avantages et exonérations afin d’accompagner les porteurs de projet. L’idée de la préférence nationale pour les médicaments fabriqués localement similaires à ceux importés peut être une incitation de plus pour les investisseurs qui s’intéressent à la filière pharmaceutique. Mais, il faudra aller plus loin, notamment en ce qui concerne l’aspect réglementaire régissant l’ouverture et l’exploitation d’une unité industrielle de production de médicaments. Au Sénégal, 51 % du capital social d’une industrie pharmaceutique doit être détenu par des pharmaciens. Cette disposition réglementaire n’est-elle pas un obstacle ? La question reste ouverte.  
Le développement de l’industrie pharmaceutique au Sénégal implique un engagement politique national apte à créer les conditions d’améliorer l’accessibilité des médicaments à l’ensemble de la population. En effet, l’Etat sénégalais peut accompagner les potentiels investisseurs et les professionnels du médicament par des mesures incitatives tels que l’assainissement de l’environnement des affaires ; la formation du personnel en formulation des médicaments, la mise en place d’un réseau de distribution à l’échelle communautaire ; l’incitation à la création d’un marché inter-régional ; un partenariat avec les pays émergents grands producteurs de médicaments génériques à travers le principe de la filialisation ou de la fabrication sous licence. (A suivre)  
Dr Mamadou Farba BARRY Pharmacien Mail : mamadou.barry@orange.sn  
Cheikh Tidiane Sy sur la gestion des inondations : ‘Les collectivités locales ne peuvent rien entreprendre sans le concours de l’Etat’ 
Le gouvernement s’est toujours manifesté aux côtés des collectivités dans la gestion des catastrophes naturelles. Et il en sera ainsi pour toujours. Tel est, en substance, le message délivré hier par le ministre de l’Intérieur. 
 
‘Il faut arrêter de semer la confusion entre le gouvernement et les collectivités locales. Il ne faut pas se faire d’illusion, les collectivités n’ont jamais, en elles-mêmes, mené des actions sans le concours de l’Etat. L’Etat a toujours appuyé les collectivités locales et il sera toujours à ses côtés’. Les précisions sont du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la décentralisation et des Collectivités locales. Cheikh Tidiane Sy, qui présidait hier une ‘Consultation régionale pour la préparation des inondations en Afrique de l’Ouest pour l’année 2009’, entend ainsi trancher le débat relatif à la responsabilité de la gestion des inondations entre Etat et collectivités locales.  
Depuis 2005, le Sénégal fait face, chaque année, à des inondations. Avec entre autres localités de la banlieue Thiaroye Djeddah Kaw, Wakhinane Nimzatt, Khourounar, Gounass, qui sont toutes envahies par les eaux. Aujourd’hui, avec l’hivernage 2009 qui s’installe, la psychose des inondations plane toujours sur les populations de ces localités. La semaine prochaine se tiendra un atelier dans le cadre des préparatifs des inondations, sous la houlette du ministre de l’Intérieur. Pour ce dernier, cette rencontre sera une occasion de présenter les différentes stratégies mises en œuvre pour la gestion des catastrophes.  
Interpellé sur le plan Orsec, Cheikh Tidiane Sy informe que ce plan ne peut être lancé que quand il est nécessaire. ‘Le plan Orsec intervient à un moment précis de la crise. On ne le lance pas avant’, avertit le ministre d’Etat, estimant qu’il ne s’agit pas tout le temps d’adopter une posture de réaction. A son avis, l’important est de pouvoir régler la problématique de l’adéquation entre la gestion des catastrophes et le volume de la qualité de sa mise en œuvre. ‘Quelquefois, c’est là que le bât blesse’, reconnaît le ministre de l’Intérieur. Tout en saluant l’initiative de cette rencontre initiée par l’Organisation des Nations unies des affaires humanitaires (Unocha) et la Fédération internationale des sociétés de Croix Rouge et du Croissant rouge (Ficr), le ministre d’Etat appelle à l’élaboration de plans stratégiques qui feront intervenir tous les acteurs. ‘Réponse globale, pluridisciplinaire pour une meilleure gestion de ces crises’, explique-t-il.  
L’Afrique de l’Ouest et du centre est de plus en plus confrontée à des catastrophes naturelles sévères et fréquentes. Celles-ci menacent aujourd’hui les progrès socio-économiques enregistrés et remettent en cause les Objectifs du millénaire pour le développement. Cette situation, conjuguée à une pauvreté chronique et à des problèmes de gouvernance sérieux, a contribué à généraliser la vulnérabilité à telle enseigne que le moindre choc se traduit souvent en une crise humanitaire, souligne-t-on.  
Chef du bureau régional Ocha, Hervé Ludovic de Lys estime que les catastrophes naturelles sont le résultat d’un impact négatif et inattendu des variations climatiques. Pour Youcef Ait Chellouche, l’important est de ‘faire des changements climatiques un discours à visage humain’.  
PREVISIONS DE L’AGENCE NATIONALE DE LA METEOROLOGIE : Vers une pluviométrie déficitaire à normale  
‘Pour cette année, nous nous attendons à une pluviométrie déficitaire à normale. Autrement, les quantités de pluie attendues pour cette saison seront inférieures à celles enregistrées l’année dernière sur toute la Bande sahélienne. Même par rapport à la normale sur les trente dernières années, la pluviométrie de cette année sera inférieure’. Directeur général de l’Agence nationale de la météorologie du Sénégal (Anams), Matar Ndiaye donne ainsi les prévisions pour la saison 2009. En langage climatologique, ‘c’est ce que l’on appelle une pluviométrie normale à sèche : 50 % normale, 20 % sèche et 25 % pour que cela soit humide’, explique Matar Ndiaye qui participait hier à la ‘Consultation régionale pour la préparation des inondations en Afrique de l’Ouest pour l’année 2009’, en qualité de représentant du Secrétaire général de l’Organisation mondiale de la météorologie.  
Cette prévision consensuelle sera mise à jour au mois de juillet. Elle a été élaborée à partir des pays et validée au niveau régional par le centre Acmad. Ces prévisions concernent toute la bande sahélienne. Il s’agit du Sénégal, de la Mauritanie, de l’Ouest du Mali, de la Guinée Conakry, de la Guinée Bissau, un peu au Sud du Niger, mais à l’exception du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire. Dans ces zones, l’on s’attend à une pluviométrie normale à sèche. Cependant, avertit le spécialiste, ‘peu de pluie ne voudrait pas dire qu’il ne peut y avoir des phénomènes exceptionnels, qui peuvent donner, sur un temps très court, des quantités de pluie très importantes’. ‘Et cela nécessite un dispositif d’alerte et d’assistance très efficace pour que les quantités de pluie, qui tomberont, ne puissent pas porter préjudice aux populations’, relève Matar Ndiaye.  
L’origine des inondations tourne autour de la quantité de pluie. Selon le directeur général de l’Anams, il faudrait que toutes les prévisions météorologiques qui vont dans ce sens soient mises à la disposition des planificateurs des plateformes nationales élaborées au niveau de chaque pays. L’idée est de mieux planifier et d’organiser de manière efficiente les activités d’assistance et de sécurisation des biens et des personnes en cas de catastrophe.  
Issa NIANG  
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 3.06.2009
- Déjà 5128 visites sur ce site!