ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

De l’art de (mal) juger

De l’art de (mal) juger 
Propos d’un juriste privatiste sur l’arrêt du Conseil constitutionnel du 29 janvier 2012. 
 
Comme tout citoyen sénégalais intéressé par l’avenir politique de son pays, j’attendais avec empressement et curiosité la décision du Conseil constitutionnel à propos de la validité - contestée - de la candidature du Président Wade. Dans ma posture de juriste, et non de militant, je m’attendais surtout à lire un arrêt fondé sur des motivations hors de tout reproche formel. 
Le débat fort intéressant avec des arguments divers méritait d’être tranché par le Conseil constitutionnel, ne serait-ce que sur le terrain de la logique juridique, par une décision sans équivoque. 
 
Une telle décision était attendue non seulement pour trancher un débat de juristes ou «de constitutionnalistes», mais également pour résou¬dre un problème politique crucial pour l’avenir de notre pays. On pouvait donc s’attendre, compte tenu du profil des juges et des soupçons exprimés sur leur indépendance, à une décision irréprochable du point de vue de sa motivation à défaut d’être satisfaisante pour tous dans son dispositif. 
 
Le Conseil constitutionnel, interprétant les normes juridiques constitutionnelles qui se trouvent être au sommet de la hiérarchie des normes, doit en effet fonder ses décisions sur une motivation infaillible, répondant avec précision aux griefs formulés par les requérants. C’est pourquoi, le rejet de la requête de Youssou Ndour et autres, fondé sur une simple reprise de la «jurisprudence Yoro Fall» ressemble à un déni de Justice. Les Sénégalais n’avaient-ils pas le droit de savoir si les signatures déposées par ces candidats étaient valides ou non ? Quelle a été la méthode utilisée pour juger de leur validité ? 
 
Dans cette contribution, mon propos sera exclusivement consacré à la partie de l’arrêt statuant sur la candidature de Wade. 
Il est regrettable de constater que pour statuer sur la validité de cette candidature, le Conseil n’a pas convaincu et l’arrêt comporte, à mon sens, des incohérences et des inexactitudes graves. Pis, le juge constitutionnel procède par une argumentation péremptoire et contestable du simple point de vue de la logique juridique. 
 
On peut, à mon avis, relever d’abord une première incohérence dans la première motivation répondant au grief selon lequel les requérants : 
«…soutiennent qu’ils entendent faire dire et juger que cette candidature est entachée d’inconstitutionnalité et doit être annulée ; qu’il s’agit plus de faire appliquer le principe de l’effet immédiat de la loi nouvelle que d’une quelconque rétroactivité… que même si le principe de non rétroactivité était en cause, celui-ci ne pourrait être invoqué en l’occurrence car sa valeur constitutionnelle se limite au domaine pénal». 
 
Dans sa motivation, le Conseil semble d’abord donner droit au moyen soulevé par les requérants, portant sur l’inapplicabilité du principe de la non rétroactivité, en concédant que : 
 
«La Constitution de 2001 a vocation à recevoir une application im¬médiate conformément à l’article 1er de l’article 108 de la Constitution qui dispose :’’La Constitution adoptée entre en vigueur à compter de sa promulgation par le président de la Ré¬publique. Cette promulgation doit in¬tervenir dans les huit jours suivant la proclamation du résultat du référendum par le Conseil constitutionnel’’.» 
 
Une première incohérence réside dans le fait que le Conseil, après avoir donné droit au grief des requérants, revient sur cette concession en ajoutant : 
 
«Considérant, néanmoins, que le constituant peut en décider autrement… que cette volonté souveraine est traduite par l’article 104 de la Constitution qui dispose que ‘’le président de la République en fonction poursuit son mandat jusqu’à son terme’’.» 
 
Cette motivation pose deux problèmes : d’abord on peut se demander comment la Constitution peut proclamer son application immédiate et «en décider autrement» de manière non expresse. Ensuite il n’y a aucun doute que l’article 104 (alinéa 1), cité par le Conseil à l’appui de son affirmation, ne remet nullement en cause l’application immédiate des dispositions constitutionnelles, énoncées en termes généraux par l’article 108. Il se limite à régler le problème de la durée (7 ans conformément aux termes de la Constitution de 1963 et non 5 ans conformément à la Constitu¬tion de 2001) du mandat en cours. Aucune démonstration n’est faite que l’article 104 s’applique au principe du non renouvellement plus d’une fois du mandat présidentiel, qui lui se trouve posé par l’article 27 de la Constitution. 
 
Du reste, le juge reconnaît lui-même les termes de l’article 104 in fine qui disposent que «toutes les autres dispositions de la Constitution lui sont applicables… visent, entre autres, la limitation du mandat du président de la République à un seul, renouvellement consacrée par l’article 27 de la Constitution».  
 
Il s’ensuit, donc, que cette disposition (et non «cette décision» comme l’écrit faussement le Conseil) ne saurait être superfétatoire puisqu’il vise l’application immédiate - à lui - au président de la République en fonction - de toutes les autres dispositions de la Constitu¬tion. Autrement et simplement dit, si «lui» peut poursuivre son mandat de 7 ans, toutes les autres dispositions, y compris l’article 27, s’appliquent à «lui». Point n’est besoin d’être grand clerc pour comprendre ce qui est écrit. (Mon collègue et grand frère Professeur Mactar Diouf, économiste de renom et non juriste, en a fait une brillante démonstration dans le journal Nouvel Horizon) 
 
Inexactitude ne saurait aussi être plus flagrante que d’affirmer, aussi péremptoirement, que l’article 104 ne peut « …sauf mention expresse… » concerner, sans incohérence, le mandat que l’article 104 a placé hors de son champ d’application en le faisant régir par la Constitution de 1963. En vérité, cette affirmation sort de l’imaginaire des juges du Conseil car l’article 104 n’a nullement entendu placer le mandat hors du champ d’application de la Constitution de 2001, sinon il n’aurait pas précisé que toutes les autres dispositions de la Constitution de 2011 s’appliquent à lui. Simple logique qui veut que si toutes les autres dispositions de la Constitution sont applicables au mandat en cours, c’est qu’il ne saurait être considéré comme hors du champ d’application de celui-ci !  
 
Plus grave, le Conseil affirme plus loin «le mandat écarté sans équivoque par l’article 104 de la Cons-titution ne peut servir de décompte référentiel (sic)» ; il ne s’agit nullement de décompter quoi que ce soit sinon que, logique pure et simple, le mandat en cours bien que consacré de 7 ans par l’article 27 (rédaction issue de la révision de 2008) reste bien régi par toutes les autres dispositions de la Constitution de 2001. 
 
Inexactitude enfin, lorsque le Conseil constitutionnel affirme que «la durée du mandat, traduction temporelle de celui-ci, ne peut en être dissociée». Il faut, en effet, bien dissocier la durée du mandat et l’interdiction de son renouvellement plus d’une fois ; sinon l’article 27 de la Constitution que le juge ignore volontairement dans son raisonnement n’aurait pas été modifié en octobre 2008 sans passer par la voie référendaire, comme toute révision de ce texte devrait normalement procéder.  
 
On se souvient que mon collègue et jeune frère Professeur Madior Fall s’était insurgé contre la révision constitutionnelle de 2008 qui visait à modifier la durée du mandant, en la portant à 7 ans, sans toucher à l’interdiction du renouvellement plus d’une fois du mandat présidentiel. Com¬ment un juge constitutionnel peut-il affirmer que durée du mandat et renouvellement du mandat, c’est kif-kif. Les étudiants de 1ère année de droit n’y comprendront rien ! 
 
Le Conseil constitutionnel, de manière bizarre, finit son raisonnement en décidant sans le démontrer, que «le président de la République, sous la Constitution de 2001, effectue un premier mandat durant la période 2007-2012». Quid du mandat 2001-2007 dont la Constitution de 2001 n’a modifié que la durée ? Aucune disposition expresse ne l’écartant du principe du non renouvellement. 
 
On peut donc en bonne logique souhaiter que cette décision ne fasse pas jurisprudence, il serait dommage qu’elle soit considérée par les étudiants de première année de droit comme un arrêt modèle parce que l’arrêt qui la porte est truffé d’inexactitudes et souffre d’une incohérence viscérale. 
• par Professeur Moussa SAMB Agrégé de Droit privé - Ucad-Dakar 
 
 
La logique du président Wade  
Le Conseil constitutionnel a arrêté et a rendu publique, le 29 janvier dernier, la liste définitive des postulants à la prochaine élection présidentielle du 26 février prochain, validant par la même occasion la candidature la plus controversée, celle du président sortant, Me Abdoulaye Wade, la seule candidature qui ait été, pour la première fois, contestée dans l’histoire politique nationale du Sénégal. Cette décision rendue par les cinq ‘sages’, comme on les appelle, n’a pas été sans conséquences puisqu’elle a entrainé, presqu’un peu partout dans le pays, de gigantesques vagues de contestations qui se sont, malheureusement, soldées par des pertes en vies humaines et des saccages de toutes sortes, plongeant ainsi le pays, pendant quelques jours, dans une spirale de violence et de désolation qu’on n’a jamais vécue. Des appels à la paix et au calme ont fusé de partout, pour essayer de réactualiser et de rabibocher le tissu effiloché du dialogue politique rompu depuis longtemps, entre les différents acteurs de toutes obédiences confondues et la société civile, pour faire en sorte que la stabilité du pays puisse être préservée. 
Dans la même foulée, d’aucuns ont suggéré le report définitif de l’élection parce qu’ils estiment que les conditions favorables pour son organisation ne sont plus réunies. Certaines voix autorisées ont pensé que l’apaisement du climat sociopolitique délétère que vit le pays, viendrait plutôt du côté de la mouvance présidentielle, notamment, du président de la République lui-même qui devrait retirer sa candidature déjà validée par le Conseil constitutionnel que du côté de l’opposition qui est, toutefois, déterminée à aller au scrutin sans Me Wade. En effet, il paraît évident qu’aucune de ces propositions, à part le dialogue politique que le président Wade peut encore restaurer, s’il le désirait, ne semble s’inscrire dans les options et les choix de Me Wade, surtout pas la dernière suggestion qui préconise le retrait de sa candidature de la course à la présidentielle. Un retrait de la candidature de Me Wade de la course à la présidentielle en cours, sous quelque forme que se soit, éliminerait d’office, au regard de la loi constitutionnelle, le camp de la mouvance présidentielle à se présenter à l’élection. Cela signifie que si Me Wade venait à retirer sa candidature, son parti politique, le Pds, et ses alliés ne pourraient plus choisir un autre candidat de substitution pouvant les représenter à la course puisque la Constitution dispose, très clairement, en son article 34, alinéa 1 que ‘En cas d’empêchement définitif ou de retrait d’un des candidats entre l’arrêt de la publication de la liste des candidats et le premier tour, l’élection est poursuivie avec les autres candidats en lice. 
Le Conseil Constitutionnel modifie en conséquence la liste des candidats. La date du scrutin est maintenue.’ Les choses sont d’autant plus claires, à cet effet, qu’il était même exclu, dès le départ, de parler inutilement d’un ‘plan B’ qui, véritablement, ne peut, en aucune manière, exister au sein de n’importe quelle autre formation ou coalition politique qui se retrouverait, à la veille d’une élection présidentielle, dans les mêmes conditions que la coalition formée autour de Me Wade. En effet, demander aujourd’hui au président Wade de retirer sa candidature de la course, c’est lui demander de mettre son parti politique dans une posture d’hibernation, de léthargie prolongée voire d’agonie totale jusqu’en 2017, date à la quelle le parti pourra, s’il venait à survivre, participer à une autre élection présidentielle. Ce qui n’est pas du tout imaginable pour un matois dinosaure politique de la carrure de Me Wade dont le seul objectif est de faire régner les libéraux au trône pendant cinquante ans. 
Il est évident que Me Wade, dans sa logique, n’est pas prêt à laisser couler, prématurément, son parti qui s’apparente, désormais, à un vieux navire à bout de souffle qui claudique dangereusement en pleine tempête vers une destination incertaine. Ce navire vieux de 38 ans que certains matelots désespérés abandonnent peu à peu avant l’heure tragique du naufrage imminent, représente, sans doute, un véritable patrimoine précieux pour le président de la République. Mais, Me Wade sait qu’un patrimoine comme le Pds, un parti pour lequel il s’est âprement battu pendant des années durant et qui l’a conduit au pouvoir en mars 2000, on le conserve et on le préserve jalousement, on le sauvegarde ou on le lègue à une personne de totale confiance. C’est justement cette personne de confiance que Me Wade a eu certainement du mal à trouver au sein de son parti dont il est le seul chef incontesté et incontestable. 
Ce qui est sûr, c’est que si Me Wade avait trouvé, au sein de son entourage, cette personne de totale confiance, capable de mener à bien les destinées de son parti, il ne se serait pas livré à cette petite valse palinodique qui a produit et continue de produire l’effet d’une bombe qui est venue fouler aux pieds sa déclaration où il reconnaissait avoir bloqué la Constitution et n’avoir plus droit à un troisième mandat. C’est de là, précisément, qu’est parti tout le mal que le pays est en train de vivre aujourd’hui. On peut dès lors comprendre à quel point la gestion des affaires d’un parti politique qui préoccupe au plus haut point un président de la République peut avoir des répercussions fâcheuses au sommet de l’Etat. 
En réalité, ce qu’il faut aussi savoir, c’est que ce parti dont Me Wade est le secrétaire général national, est d’autant plus important pour lui, qu’il avait du mal à comprendre, à l’époque où il était encore dans l’opposition, que quelqu’un puisse créer une formation politique et quitter ses instances une fois au pouvoir comme le légiférait la loi constitutionnelle de 1963. C’est la raison pour laquelle, quand il est arrivé au pouvoir, il a introduit dans la nouvelle Constitution du 22 janvier 2001, l’article 38 qui donne, dorénavant, la prérogative au président de la République de pouvoir exercer des fonctions dans une formation politique. En prenant ainsi cette disposition constitutionnelle, Me Wade était loin de s’apercevoir qu’un président de la République qui est en même temps chef de parti politique peut être souvent amené à confondre la gestion courante des affaires de l’Etat à celles de sa formation politique. Et c’est cette terrible confusion que l’on a malheureusement constatée et déplorée au cours de cette dernière décennie écoulée du régime libéral. 
Demander aujourd’hui au président Wade de renoncer à sa candidature à l’élection présidentielle prochaine, c’est lui demander également de prendre sa retraite politique dans des circonstances qui pourraient lui paraître peu glorieuses, surtout, pour lui qui était entré dans un des rares palais présidentiels africains par la plus grande porte dorée qui a marqué de façon indélébile l’histoire politique d’un pays connu pour sa riche tradition démocratique, dans un continent où les transitions politiques s’opèrent souvent dans la violence. Une telle sortie n’est certainement pas de sa stature, lui qui a récemment confié à la famille religieuse de Tivaouane qu’il ne saurait faire moins que son prédécesseur Abdou Diouf qu’il avait battu et qui l’avait vivement félicité pour sa victoire à l’élection présidentielle du 19 mars 2000. Si Wade promet de ne pas faire moins que Diouf, cela signifie qu’il fera autant que lui ou même mieux. Autrement dit, Wade est prêt à emprunter le même itinéraire de sortie que l’ancien président Diouf, c'est-à-dire par la voie des urnes. 
A l’évidence, la logique de Me Wade est bien connue, c’est qu’il ira à l’élection, quelles que soient les circonstances et félicitera le vainqueur, en cas de défaite, le 26 février prochain. Mais, féliciter le prochain vainqueur de l’élection présidentielle, en cas de débâcle, et s’honorer d’une sortie heureuse pour aller s’offrir une retraite paisible, loin du charivari politique, ne signifie pas, pour autant, que Me Wade veuille participer à la course pour la perdre. Bien au contraire. En effet, l’homme est bien décidé à aller à la compétition pour la remporter car, il demeure tout à fait persuadé que le peuple est toujours avec lui. Il en est d’autant plus convaincu et rassuré qu’il se permet de défier et de narguer l’opposition qu’il considère, d’ailleurs, assez timorée parce qu’elle n’a pas le courage d’aller à l’élection. 
Quant à l’opposition, elle saura, certainement, adopter des stratégies de répliques efficaces, en s’organisant davantage pour veiller à ce que l’opération électorale se déroule dans la transparence la plus totale sur l’étendue du territoire national. Elle veillera, surement, à ce que les fraudes à grande échelle qu’elle redoute tant ne puissent être perpétrées. Elle n’aura rien à craindre ni à perdre, quant on sait que dans tous les cas, c’est seul le peuple sénégalais souverain qui fera librement son choix le jour du scrutin. 
M. Babou DIATTA, Professeur de Portugais, Au lycée Malick Sy de Thiès, Consultant à l’Université de Thiès/Ufr Ses Département de Langues Etrangères Appliquées (Lea) E-mail : thelougoumba@hotmail.com 
 
Agisme ou...bon sens ? 
Je me permets de prendre ma plume pour compléter ou repasser sur celle de mon ami et confrère le docteur Abdoulaye Bousso, qui se pose des questions quant à la nécessité d’un certificat médical d’aptitude à la fonction de président de notre République, comme cela se fait au Bénin. 
Ses propos ont été d’une grande logique d’autant plus que, pour postuler à n’importe quel poste de la fonction publique sénégalaise - de quelque niveau de responsabilité que ce soit - ce sésame est souvent demandé. En plus pour un tel niveau de responsabilité, les Sénégalais ne voudraient pas confier la fonction de président de leur République à un jeune, âgé de 18 ans (pourtant majeur !). Et pourquoi confier alors cette fonction à un vieillard ? Ne faudrait-il pas alors fixer des limites d’âge et exiger un certificat médical (non trafiqué !) qui me paraît plus utile qu’un quitus prouvant que le candidat à cette fonction s’est acquitté de ses impôts par exemple ? 
En tant que gériatre, je me pose beaucoup de questions sur l’état de santé cognitive (‘mentale’ en plus simple) d’un monsieur de plus 85 ans qui, devant ses militants, l’opinion nationale et internationale, s’est permis de nier formellement ses propres propos gravés sur vidéo et passant en boucle sur internet. Ce même monsieur a, depuis, continué à ‘trop se tromper’ sur des évènements ou faits récents. 
Cependant ces oublis n’émeuvent que certains citoyens classés, à tort ou à raison, dans le clan des opposants politiques à ce monsieur. Ne sont-ils pas tout simplement des citoyens inquiets du devenir de leur pays confié à un tel homme âgé ? Est-ce pour simplement un luxe que l’âge de retraite administrative soit discuté et fixé dans tous les pays du monde à un âge où l’on considère, de façon générale, que l’organisme a vieilli et peut influer négativement sur la qualité du travail ? Pourquoi les professeurs, par exemple, partent à la retraite avec toutes leurs connaissances acquises sur plusieurs décennies ? C’est tout simplement parce qu’il y a un ordre préétabli à respecter quelles que soient leurs qualités et capacités physiques et/ou intellectuelles ! 
L’Homme âgé était jadis, et parfois encore dans certains milieux culturels, considéré comme une ressource humaine de qualité ou une valeur sûre, voire un ‘sage’. Mais, cet autre Homme âgé, qui ne fait rien pour apaiser et réconforter sa patrie inquiète de son devenir et qui laisse se développer l’impunité et l’inégalité basée sur l’appartenance à un groupe politique, peut-il être considéré comme un sage ? Ne met-il pas en danger l’intégrité de la nation sénégalaise ? 
Ainsi, est-ce de l’âgisme, c’est-à-dire une ségrégation par l’âge, dans le jargon gérontologique, que de douter des capacités morales et intellectuelles de cet homme à diriger notre chère nation ? Je pense que non ! Mais, faudrait-il le prouver par une évaluation gériatrique multidimentionnelle - ou, en plus simple, un bilan de santé vu sous l’angle gériatrique. Celle ci peut se réaliser ici par des experts nationaux (même si, dans ce domaine précis, nous nous comptons sur les doigts d’une main au Sénégal) ou par des experts étrangers honnêtes. Car, cet homme n’a probablement pas confiance en nous (comme le montrent ses agissements récents pour faire valider sa supposée candidature). 
Donc j’appuie cette idée du certificat médical pour tous (ainsi, l’on ne parlera point d’âgisme !) du docteur Bousso. Certes ceci ne figure pas dans notre loi fondamentale mais ces certificats médicaux, faits par une même équipe d’experts, pourraient peut être contribuer à éviter, dans l’avenir, une situation socio-politique inquiétante comme celle que nous vivons actuellement dans notre cher Sénégal. 
Ce débat médical est peut être arrivé trop tard pour cette fois-ci. Mais, il n’est jamais trop tard pour essayer de raisonner l’entourage d’un homme irresponsable peut-être – et qui, demain lorsque la vérité éclatera, ne pourra pas être jugé pour ses ‘erreurs’... Mais cet entourage n’est-il pas aveuglé par les délices du pouvoir ? 
Dr Seydina Limamoul Mahdi DIAGNE, Gériatre 
 
Mon pays va mal 
A l’aube du troisième millénaire, nous avons un Président qui brigue un troisième mandat. Dans toute démocratie, on se suffit maintenant à deux mandats de maximum 4 ou 5 ans. Après 12 ans passés à la tête de ce pays, Abdoulaye Wade doit quitter le pouvoir. Qu’on le lui permette ou pas, il ne devrait pas faire 17 ans de pouvoir et ne les fera pas. Qu’il ait 90 ans ou 40 ans c’est pareil. C’est une question de principe. Mainte¬nons le combat pour que Abdoulaye Wade aille se reposer comme tout grand-père de son âge. 
Qu’il arrête de nous dire que son fils est intelligent et qu’il n’est pas plus bête que G. Bush qui a mis son fils à la tête des Usa. Bush Junior a été gouverneur de Floride pendant 5 ans. Votre fils n’a même pas pu être maire de Point E. Après Bush Senior, Clinton a servi pendant 8 ans. Al Gore a perdu face à Bush Junior suite au trafic du vote des Noirs en Floride. Comme quoi pour que le fils y accède, il faut tripatouiller l’électorat. 5 ans après, Bush a gagné devant Kerry, qui était de loin l’adversaire le plus faible des Usa. Arrêtez de nous faire croire que votre fils était un banquier reconnu de la place. Il y a plein de Sénégalais qui sont sortis de Dau¬phine, Sorbonne, Harvard, George¬town, Ucla et autres Nyu and co mais on ne les entend pas. Seuls les tonneaux vides fond du bruit. Votre fils est légalement Sénégalais, on ne le lui refuse pas. Mais il n’est pas légitime qu’il gère plus de 45% du budget national parce qu’il est votre fils. Il n’est même pas capable d’assurer une fourniture normale en électricité. Vous surtaxez les produits pétroliers pour que votre fils ait des sous pour acheter du carburant, ce que n’avaient pas Samuel Sarr ni les autres incompétents de votre régime.Vous prélevez plus de 8 milliards par mois entre le Fsipp et le Pse pour les mettre à la disposition de Karim. Si quelqu’un ose l’auditer comme sur l’Anoci, vous le virez !!! 
 
Par respect pour les Sénégalais, gardez votre famille hors des sphères de la République et épargnez-nous des comparaisons futiles et sans fondement visant à légitimer votre fils. Il ne sera jamais Président ni quelqu’un de légitime au Sénégal. Les Séné¬galais sont très compétents. On vous laisse avec vos Farba, Iba Der, Aliou Sow, Massaly, Awa Ndiaye, Aïda Diongue et autres incompétents. 
 
Mais nous aussi Sénégalais, ne nous laissons pas divertir. Idy, Macky et Gadio sont des dérivés de Wade. Ils ont tous porté Wade comme un messie disant de lui que c’était le Napoléon De Bonaparte du Sénégal. Tous ces politiciens ont tiré leur fortune sur l’argent du contribuable. Ils n’ont ni hérité de père milliardaire, ne sont pas des businesmen reconnus de la place comme un Yérim Sow, mais sont tous devenus milliardaires du jour au lendemain. Arrêtez ce cirque, n’est-ce pas Bennoo !!!  
 
Il faut que nous Sénégalais changions d’état d’esprit. Que nous arrêtions le désordre. Il faut travailler. On n’est jamais dans les bureaux. Il faut avoir le goût de l’effort et arrêtez les passe-droits. Même faire la queue est impossible pour un Sénégalais. Dans les embouteillages, chacun se croit plus pressé et va créer une nouvelle file, la priorité à droite on s’en fout. Les transports en commun sont surchargés à mort et ne respectent pas le Code de la route. Ne me parlez même pas de l’Administration, car il faut faire du nekhal (corruption) pour avoir ce qui nous revient de droit. Quant aux policiers de la circulation ne m’en parlez pas, ils sont plutôt là pour augmenter les embouteillages à force de racketter les voitures. Wade n’est pas le seul problème. Chan¬geons nos mentalités et mettons-nous au travail. Le Sénégal est un Ppte (Pays pauvre très endetté). Vivons avec nos moyens. Arrêtons le gaspillage dans les mariages, nguentes, ndèyales, Yébbi et autres. Les jeunes n’ont pas de valeur ni d’ambition. Les filles parlent de mbarane et de cheveux naturels. Les garçons veulent devenir des lutteurs ou des footballeurs. Rien de mal à cela mais il ne faut pas tous les abrutir. Les salaires supérieurs à 400 000 francs Cfa net ne concernent pas 30% des salariés. On veut de belles voitures, de belles maisons mais on ne fait pas les efforts nécessaires. C’est la culture du «Rac tac», dji légui mou sakh légui niou lek légui. Il faut retrouver le sens des valeurs, être au travail à 08h 00 et travailler de façon effective : ne pas surfer sur le net, se faire soudoyer pour faire son travail ; respecter les personnes, les pauses et les heures de descente. 
 
Tant qu’on ne se respecte pas, les autorités n’auront pas de respect pour nous. On a notre mot à dire. Sénégalais, Sénégalaises, méfions-nous des trompeurs et allez vérifier que vous pouvez voter dans votre secteur. Sinon le découpage administratif vous réserve plein de surprises. Et allons voter tôt, très tôt. Que le meilleur gagne !! 
Wa salam.  
• par Khalifa Ababacar NDIAYE Rufisque 
 
Faut-il marcher sur le Palais ? 
Il y a des combats qu’on ne saurait reporter ou déléguer. Avec sa candidature, Wade a planté un jalon constitutionnel décisif pour la dévolution monarchique du pouvoir. 
Acte II - Confisquer le pouvoir au soir du 26 février 2012. Les élections ne seront ni libres ni transparentes. Quelques échauffourées, des morts bercées dans la cacophonie des appels à la concertation, tout au plus un gouvernement de coalition. Et la caravane Njombor passe. Ce gouvernement ne durera que le temps d’une rose. Wade a besoin d’un accord qui le laissera au pouvoir pendant encore deux ans au pire des cas. Le temps de réorganiser son parti et de mettre officiellement son fils sur orbite. 
 
Acte III - Changer la Constitution par voie parlementaire un an plus tard pour imposer une succession à la Senghor dont le seul bénéficiaire sera évidemment son fils. 
 
Nous sommes donc dans une situation très délicate. Le temps joue en sa faveur. Wade a compris que seul le Ps a aujourd’hui l’organisation de jeunesse politique à même de lui créer des ennuis. Cette organisation a été décapitée avec la liquidation planifiée de Dias-fils. Wade a aussi compris que seul Moustapha Niasse pourrait présenter un leadership crédible pour la résistance active et efficace à travers la Coalition Bennoo Siggil Senegaal avec les leaders légitimes de l’opposition historique. Il fera tout pour le discréditer et le neutraliser.  
 
Après le 26 février il y aura encore des morts, hélas pour rien. Wade restera Président. Les chefs religieux comme à l’accoutumée appelleront à la paix, la paix wadienne. Une concertation à Touba ou à Tivaouane initiée par les pions du régime au sein des familles religieuses… pour gagner du temps. Sa concertation, Wade la veut après les élections, pas avant car ce sera le dernier tournant de cette crise politique.  
 
Alors que faire ? 
Wade est un danseur politique sans éthique aucune. Il règle le tempo à sa convenance et définit les mo¬ments forts du concert. Pour l’arrêter il ne faut jamais accepter de danser au rythme de sa musique, mais faire comme Alexandre le Grand : couper le nœud gordien. La seule initiative décisive est donc cette marche pour la paix au palais de la République qui arrive avec deux ans de retard. Car la paix réside au Palais, il faut donc nécessairement aller l’y chercher. Il y aura certainement de la violence - provoquée par les calots bleus infiltrés dans les Forces de l’ordre -, dont il sera le seul et unique responsable devant la communauté internationale. Il s’est mis Paris et Washington à dos. Mais il partira, il en est très conscient. C’est ce qui justifie sa dernière sortie défiant l’opposition de marcher sur le Palais. Il utilise la ruse de son homonyme Leuk devant Bouki : «Ne me jetez pas dans les broussailles, jetez moi dans le feu.» Il faut par conséquent le prendre au mot et marcher sur le Palais. On ne s’oppose pas à Abdoulaye Wade comme on s’oppose à Abdou Diouf. C’est le terrain et le moment qui commandent le déplacement. Toutes les autres initiatives ne serviront absolument à rien contre la volonté déraisonnée de Wade d’introniser son fils. 
 
Le 26 février ce sera trop tard, Karim Wade sera Président à moins que la Grande muette ne se mette subitement à parler pour mettre de l’ordre, comme au Mali. Il ne faut pas l’espérer car Wade y a déjà pensé. Cette Grande muette est tout aussi gangrenée par le triptyque de la Wade doctrine : la corruption, la fourberie et l’intimidation. Nous n’avons malheureusement pas le choix pour sauver la République et recouvrer notre dignité, car l’alternative c’est Karim Wade. 
• par Elimane MBENGUE 
 
Présidentielle sénégalaise de février 2012 : Treize candidats et un fantôme ! 
«Gorgui deena, Gorgui deena, soullène ko !*» C’est le refrain iro¬ni¬que inlassablement scandé par la jeunesse ardente au cours des diverses manifestations du mouvement des forces vives de la Nation. 
Ces jeunes sont évidemment loin de souhaiter la mort de qui que ce soit et surtout pas celle de notre vénérable patriarche, qui malgré ses frasques et gaffes de la dernière décennie, aura quand même contribué à la survenue de la première Alternance démocratique dans notre pays après 26 années de combat ! Ils pensent simplement que le moment est venu, pour lui, de faire valoir ses droits à la retraite et/ou d’aller se consacrer à ses obligations religieuses, comme le lui a d’ailleurs conseillé un marabout de Louga. 
 
Ce dont la jeunesse sénégalaise veut parler, c’est non pas de mort physique comme celle de Mamadou Diop, victime d’un «assassinat sur la voie publique» sur la Place de l’O¬bé¬lisque occasionné par le camion «Dra¬gon» de la «Police libérale», mais de la «mort sociale» de Ndiombor ! 
N’est-ce pas lui qui s’est «politiquement suicidé», en se reniant publi¬que¬ment (wax waxeet), le 14 juillet 2011, suite au rejet, trois semaines auparavant, de son projet de loi constitutionnelle instituant le ticket de l’élection simultanée, au suffrage universel du Président et du Vice-président, et au refus opposé à sa volonté de suppression du second tour de l’élection présidentielle ? 
 
Sous d’autres cieux, Ndiombor serait passible de la Haute cour de justice qui aurait pu le condamner pour parjure. On aurait donc pu parler de «mort sociale» de M. le président de la République, qui aurait ainsi pu rejoindre tous ceux qui vivent en marge de la société, dont ils se sentent exclus, notamment les détenus, les prisonniers, les chô¬meurs, les malades mentaux, etc. 
 
Cette mort sociale le concerne également, en ce qu’il a choisi d’enfreindre consciemment et volontairement les normes républicaines, en violant de manière répétitive la Constitution qui ne lui donne pas droit à un troisième mandat.  
 
On pourrait aussi parler de «mort spirituelle» : celle de l’âme en état de péché mortel, non seulement celle des dirigeants de la Coalition Fal2012, mais aussi celle de leurs com¬plices enturbannés ou non. 
 
Enfin, la «mort psychique» vien¬drait du refus obstiné de prendre en compte les réalités sociopolitiques de notre pays, faisant de celui qui en 2000 a été porteur des espérances du peuple sénégalais, un fou emmuré dans son autisme et qui tel Néron, pourrait mettre notre pays à feu… et sang ! 
On ne peut qu’être révolté devant le manque de compassion des responsables libé¬raux refusant à Ndiombor son droit légitime à jouir d’un repos… salvateur pour la marche du sys¬tème politique sé-négalais. 
 
Certes, le premier magistrat de la Nation est une bête politique infatigable et déconcertante. Il réussit la prouesse d’entrer quotidiennement par effraction dans les chau¬mières sénéga¬laises, où il est devenu indésirable depuis bien long¬temps. Il est parvenu à domestiquer (par la carotte ou le bâton), nombre de politiciens, de syndicalistes et même quelques marabouts. Il est arrivé à empêcher la jonction des mouvements sociaux aussi nombreux qu’inefficients, car divisés et faisant preuve d’un corporatisme étroit. 
 
Il est vrai que «l’opposant au pouvoir» risquerait, une fois retraité, face au sentiment d’éloignement ou même d’abandon du champ de bataille, de ressentir un sentiment de solitude si fort qu’il pourrait lui être fatal ! Est-ce pour cela qu’il cherche à nous imposer le prince héritier, ce qui lui permettrait de continuer de gouverner, par procuration, jusqu’au-delà de 100 ans… 
 
En cette nuit de prières et de dévotion, puisse Dieu, par la grâce du Prophète Mohamed (Psl) nous en préserver ! 
Philippe Tacko WAR 
 
*Le vieux est mort, le vieux est mort, il faut l’enterrer !  
La classe maraboutique à l’épreuve de la crise politique 
Avant, pendant et après la commémoration de la naissance du Pro¬phète Mouhamed (Psl), les familles maraboutiques, en réaction à la situation actuelle du pays, se sont bel et bien prononcées, mais dans la plus grande diversité. Certaines ont affiché une neutralité, enrobée sous la bannière de l’appel à l’apaisement et à la retenue ; d’autres ont pris position. Et parmi les positions affichées, il y a en qui sont voilées, contrairement à d’autres qui sont nettes et tranchées. 
En effet, des guides religieux ont clairement dit haut et fort, et à qui veut l’entendre, que le problème reste le mandat jugé de trop du Président en exercice, qu’il a une grande part de responsabilité dans l’impasse politique menaçant la stabilité du pays, et que la solution la plus rapide réside dans sa renonciation à briguer, derechef, le suffrage des Sénégalais. 
 
Donc, tous les disciples sont bien servis par leur guide, même s’ils le sont à des fortunes diverses. S’il arrive que certains sont fiers de leur maître, d’autres peuvent avoir des raisons d’avoir honte de leur allégeance. Dès lors, il est tout à fait erroné d’affirmer que les marabouts n’ont pas pris leurs responsabilités. Il ne convient alors pas de les mettre dans un même récipient pour jeter le bébé avec l’eau du bain.  
 
Au fait les voix sont discordantes, au sein même d’une seule obédience religieuse ou tarikha. Par exemple à Tivaouane, il y a une bonne part de la frange maraboutique qui a clairement imputé la responsabilité de la survenue de la crise au président de la République. Il ne faut pas généraliser au risque de verser dans la stigmatisation, d’autant plus que cette pluralité des appréciations est une conséquence logique de la multiplicité des sensibilités dans les familles maraboutiques.  
 
Autant dire que la liberté de ton et l’indépendance d’esprit, ne sont pas étrangères à l’aristocratie maraboutique dans son ensemble. La citoyenneté active y a, en effet, bel et bien pignon sur rue. Cependant, elle est rudement éprouvée par la crise politique qui va crescendo. La plupart des citoyens lambda tiennent la dragée haute à la classe maraboutique pour lui faire jouer des rôles d’avant-garde. Les mutations sociales y consécutives présagent de sujets de réflexion préoccupants. 
 
L’incarnation officielle de l’autorité par un «khalife», n’a su bâillonner des notes dissonantes, qui ne se fassent pas prier pour se faire entendre en des moments jugés cruciaux. 
 
Autant le citoyen exige des marabouts d’être précis dans leur appréciation de la situation, autant il doit, lui aussi, apprécier à sa juste valeur les prises de position satisfaisantes et condamner les «mara» dont il juge les interventions carentielles ; tout en se donnant le soin de comprendre, par l’attitude interprétative, pourquoi un tel marabout ose s’afficher de telle manière et pourquoi un autre assume, d’une telle manière, sa responsabilité de se comporter d’une telle autre manière.  
 
Somme toute, l’appréciation des positions et des lignes de pensée des différentes figures maraboutiques contemporaines, se doit d’être beaucoup plus rigoureuse et plus raffinée, en s’appuyant sur des paramètres pertinents. Cette tâche n’est-elle pas du ressort des chercheurs (du passé, du présent et de la prospective) qui se doivent d’explorer et de scruter, en permanence et en profondeur, cette dimension importante de notre existence nationale ? 
• par Serigne Aly Cissé DIENE - sdiene@yahoo.fr 
 
La fin d’un règne, une «brise» dit-il… 
Le sang des martyrs, une brise passagère, 
La souffrance des mères, une douce mélodie, 
Un peuple le vomit, une distraction mineure, 
Un peuple le honnit, une erreur d’appréciation.  
Ne voit-il pas l’ouragan qui l’emporte ? 
Est-il sourd à son oraison funèbre ? 
Quel goût trouve-il au dégoût qu’il inspire ? 
N’est-il pas révulsé par l’odeur pestilentielle de sa fin de règne ? 
N’a-t-il pas conscience qu’il a touché le fond ? 
Celui qu’il n’est point besoin de nommer, a perdu ses sens ou les a dévoyés, 
Son envie de nous plaire et de gouverner s’est éteinte,  
L’état comateux du pouvoir n’a d’égal que son désamour à notre endroit, 
Son suicide politique ne sera consommé qu’avec l’éjection du pouvoir, 
Entre nous, le courant ne passe plus, et pas seulement dans nos chaumières, 
A force de nous trahir, la défiance s’est muée en mépris. 
 
Ce n’est pas une brise passagère que le sang du peuple qui coule, 
Mais l’histoire retiendra le nom d’un passager qui a brisé nos rêves sur les récifs de sa mégalomanie. 
 
Enjoignons le peu de valets qu’il lui reste à lâcher prise, afin de se soustraire à l’extrême humiliation.  
N’a-t-il pas déjà fait le vide autour de lui ? 
Sauvez encore ce qui peut l’être, le jugement de l’histoire en sera moins sévère. 
 
Nous, le peuple souverain, faisons le serment de le destituer définitivement de toute représentativité politique. 
 
Paix sur le Sénégal. Et vive son peuple !! 
• par Ousmane CISS 
Le Conseil constitutionnel et nous 
Si le débat autour de la candidature du président de la République arrive à ouvrir une réflexion sur la place du Conseil constitutionnel dans notre démocratie, il aura sans doute été bienfaisant. Ce débat est important, bien sûr, mais l’opportunité doit en être saisie pour repenser l’arbitrage juridictionnel de la politique dans notre pays. Depuis des mois, beaucoup de choses ont été dites, en rapport avec ce débat. En soi, cette vivacité de la controverse publique est une chose stimulante, et il faut s’en féliciter. Il y a du reste fort à parier qu’après avoir été sous les feux de la rampe, puis dans l’œil du cyclone, notre Justice constitutionnelle sortira de l’épreuve quelque peu transfigurée, non parce qu’elle serait dorénavant sensible aux conditionnements de la conjoncture politique, mais parce qu’à l’occasion d’un débat il est vrai tendu, elle aura compris l’espérance désormais investie en elle et l’assumera en toute clairvoyance. C’est déjà un acquis : il y aura, sans doute, un avant et un après 2012. 
Mais les périodes d’effervescence sont aussi, souvent, des moments de confusion dans lesquels, les impulsions passionnelles et les inclinaisons partisanes prennent volontiers le pas sur un minimum de sérénité sans lequel le débat public n’est ni sain ni fécond. Que le raidissement du débat public soit le fait d’acteurs politiques n’est que normal, c’est même, ajouteront d’autres, le sel de la démocratie. Mais il est tout aussi légitime de chercher, au milieu de cette houle, à rappeler un certain nombre de choses qui ont pu, il faut bien le dire, être ou¬bliées ou occultées - on n’ose dire vo-lontairement - dans cette controverse. Des choses qui ont pu être dites ou insinuées, certaines doivent être relativisées, alors que d’autres méritent incontestablement d’être appu¬yées, confortées. Les faux procès ne doivent pas faire oublier les vrais défis. 
 
Deux faux procès 
Dans la fureur du débat, c’est d’abord la «clarté» et la «simplicité» qui ont été érigées en règle. La question de la candidature du président de la République n’est certainement pas une question insoluble au regard des dispositions de la Constitution ; elle y trouve sans aucun doute sa solution - nous y reviendrons -. Mais donner à penser que les normes sur lesquelles travaille le juge constitutionnel sont d’une clarté cristalline, que l’acte de juridiction constitutionnelle est un acte purement «technique», réalisable au terme d’une démarche mécanique n’est pas très sérieux. Il faut accepter la complexité intrinsèque de la Justice constitutionnelle, la tenir pour irrévocablement acquise et, dans le cadre de cette contrainte originelle, travailler à faire prévaloir ses propres thèses. Dans leurs avatars extrêmes, certains points de vue entendus ont résonné à la manière d’un : «Circulez, y’a rien à interpréter», puisqu’il était entendu que «tout est clair». Lorsque l’on se mêle de parler de la question en termes «scientifiques», il faut évidemment éviter de tomber dans le piège des raisonnements sommaires et des alternatives simplistes. Notre démocratie, jeune et impatiente, succombe souvent à la tentation des bipolarisations et aime à mettre en scène les oppositions spectaculaires, fracassantes, qu’il s’agisse de politique, ou qu’il soit question de l’interprétation des règles qui la régissent. Nul n’est, bien entendu, obligé de sombrer dans cette tentation. Il serait très préjudiciable que la vivacité de nos controverses em¬portât tout sur son passage, et que la véhémence des positions finît par dé¬boucher sur un affaissement de toute instance critique dans notre démocratie. «Critique», c’est-à-dire, dans la mesure du possible, distante. Le seul apport d’un regard d’«expert» sur un débat politique est de rendre fidèlement compte de ses tenants et de ses aboutissants. C’est là une exigence minimale de l’«honnêteté intellectuelle», le débat scientifique n’est pas obligé d’être à la remorque du débat politique.  
 
Il faut donc récuser, dans son principe même et abstraction faite des péripéties de notre vie politique, l’idée que le juge doit appliquer des «règles claires». Au contraire, la nor¬me qui se rapporte à la Constitution est souvent affectée de complexité, et ce pour deux raisons. La première tient à son laconisme, à la brièveté de son énoncé. Contrairement à d’autres de ses homologues juges, le juge constitutionnel n’a pas de matériau normatif abondant, et doit donc suppléer cette carence, qui est d’abord un facteur de complexité dans l’accomplissement de sa mission. La seconde raison est que la Constitution est un lieu d’oppositions, aussi paradoxal que cela puisse être. Il n’est pas rare que dans un même texte, l’on trouve une chose et une autre qui tend à la relativiser. Cela ne veut pas dire que toutes les vérités se valent - car il y en a toujours une qui présente un degré de pertinence supérieur aux autres -, mais il faut intégrer cette dimension-là du travail du juge de la Cons¬titution. Il ne sert à rien de nier cette évidence, il faut en prendre acte : il n’y a pas de police du sens dans cette matière-là. 
 
Mais cette relativité fondamentale a une conséquence que nous devons assumer : c’est que les décisions du juge constitutionnel ne sont pas des vérités révélées, qu’on peut et qu’on doit même toujours les discuter, les soumettre à la «critique» au sens premier du terme -, c’est-à-dire les «juger». La tentation est en effet grande de dire qu’une fois que le Conseil s’est prononcé, il faut se taire. Ce point de vue se nourrit, dans notre pays, d’un facteur institutionnel et d’un facteur conjoncturel : puisque les décisions du Conseil s’imposent à tout le monde, il ne faut pas les discuter, pourrait-on être tentés de dire ; et puisque le débat sur la validité de la candidature présidentielle nous a tant occupés, il est temps de le clore, ajoutera-t-on dans la même veine. Une telle opinion est une tentative de mise au pas de la réflexion critique, elle n’est pas acceptable.  
 
L’autre faux débat sur le Conseil constitutionnel porte sur la nécessité de n’y avoir que des «spécialistes». Là également, on aura entendu des choses que ne corroborent ni des données scientifiques ni l’expérience pratique de nombre de juridictions constitutionnelles dans le monde. Dans un élan qui a pu confiner au sectarisme, des juristes se sont même parfois vu exclus du débat, sous prétexte qu’ils ne seraient pas des «spécialistes». Or, l’interprétation de la Consti¬tution pose des problèmes transversaux qui concernent tous les praticiens du droit, quelle que soit leur «spécialité».  
 
La réflexion sur nos institutions souffre de deux maux, le juridisme et l’académisme : penser qu’une démocratie se bâtit à coups de textes, considérer que le débat sur les institutions est un apanage. Or, rendre la Justice constitutionnelle n’est pas un exercice d’ésotérisme. Sait-on qu’il existe des pays dans lesquels, pour être juge constitutionnel, on n’a même pas besoin d’être juriste de formation, mais, par exemple, ancien député ? Sait-on qu’au Sénégal mê¬me, les universitaires présents au Conseil n’ont pas été nécessairement, depuis 1992, des «spécialistes» en quel¬¬que sorte «exclusifs» de la Cons¬titution, et que nul n’a trouvé à redire à la manière dont ils faisaient leur travail ? Oublie-t-on que maintes juridictions intègrent en leur sein des avocats, des magistrats et autres personnes ne se prévalant pas nécessairement d’une connaissance théorique pointue des questions constitutionnelles ? Faut-il même rappeler que c’est d’hommes de ce type que l’on attend une effectivité des normes constitutionnelles ? Ce sont les avocats, les praticiens des droits de l’homme, les gens de Justice qui sont les mieux placés pour promouvoir la Constitution, parce que ce sont eux qui, dans leur pratique contentieuse, en invoquent les dispositions, en diffusent les normes dans le corps social, en demandent et imposent le respect. Ce qui fait qu’une juridiction constitutionnelle fonctionne bien, c’est l’alchimie bienfaisante qui naît du brassage des spécialités, c’est le croisement des points de vue, c’est la diversité des trajectoires : le spécialiste de la Constitution, qui apporte sa connaissance théorique et sa capacité à conceptualiser les questions posées ; l’homme de Justice, qui en connaît les enjeux contentieux ; l’ex-législateur, qui sait saisir les ressorts des compromis rédactionnels ; l’«activiste» des droits de l’homme, qu’habite le souci de la bonne insertion des droits humains dans la réalité… Le débat constitutionnel est donc loin d’être une affaire de caste, toute «circonscription» de celui-ci est l’indice d’une pathologie, la pathologie de l’ineffectivité. Au demeurant, la question brûlante dans notre pays, celle de la candidature du Président - occurrence qui a donné lieu au «procès en spécialisation» - ne requérait certainement pas une compétence «constitutionnelle» extrêmement aiguë pour recevoir sa réponse.  
 
Précisons tout de même un point. L’ouverture du débat constitutionnel a une exigence minimale : c’est que ceux qui s’y expriment, à commencer par les juges constitutionnels eux-mêmes, s’intéressent à la Constitu¬tion. Les habitudes de nomination, sous nos latitudes, omettent tellement cette condition minimale que l’on en arrive, parfois, à cette absurdité consistant à nommer des gens presque contre leur gré, parce que les choses constitutionnelles ne les intéressent pas (ce qui est bien sûr leur droit). Rien ne s’oppose à ce que l’on «entende» les personnes avant de les nommer. Ni simplification outrancière de son rôle ni procès en spécialisation donc. Mais notre juridiction constitutionnelle a certainement un vrai défi à relever.  
 
Un vrai défi 
Ce que nous sommes en droit d’attendre en retour du Conseil constitutionnel, c’est qu’il soit une institution de son temps. Dans la trajectoire des juridictions, il se produit des moments décisifs, des périodes cathartiques, où la manière de rendre la justice change, non sous le poids de la pression d’acteurs, mais sous l’aiguillon d’un nouveau contexte social ou politique. Par excellence et par vocation pourrait-on dire, c’est le juge constitutionnel, d’entre tous, qui est préposé à ce travail pionnier.  
 
Le Sénégal a bien changé depuis 1992, date à laquelle notre juridiction a été mise en place. L’on a malheureusement le sentiment que l’instance arbitrale de notre démocratie n’a pas suivi ce mouvement, a eu tendance à concevoir sa mission de manière quelque peu statique et étriquée et, il faut bien le dire, finalement frustrante pour certains. Or, rien n’est plus nocif que ce sentiment de défiance. Le carcan des textes et la logique des compétences d’attribution ne justifient pas tout. Sur trois sujets de discussion qui ont eu lieu il y a quelque temps, le Conseil aurait pu délivrer son oracle sans nécessairement que les textes qui le régissent soient mo¬di¬fiés. Il en a été ainsi, aux premiers temps de l’application de la nouvelle Constitution, lorsqu’il s’est agi de choi¬sir la procédure par laquelle le changement constitutionnel devait avoir lieu. De même, lorsqu’il a été saisi sur les lois de révision du Con¬seil, le Conseil aurait pu dès le départ statuer, ne serait-ce que sur la procédure utilisée, sans être entravé par une certaine conception de ses compétences. Enfin sur la candidature présidentielle elle-même, on peut trouver à redire sur un certain nom¬bre de choses. On en citera seulement deux. 
 
La première a été l’évitement du débat dans la première décision intervenue. Le Conseil a, bien entendu, parfaitement le droit de considérer qu’il n’y a pas lieu à débat parce qu’il n’a pas été spécifiquement saisi sur ce point. Mais alors, les articles controversés n’avaient sans doute pas leur place dans la décision rendue. Les évoquer, c’est nécessairement devoir aborder le débat noué autour d’eux, à propos de la candidature du Président. Si le Conseil a, à ce stade, une conception notariale de sa fonction, s’il estime - et rien ne l’en empêche - qu’il doit se contenter d’enregistrer seulement des candidatures, c’est encore son droit. Mais il ne peut, à notre sens, esquiver le débat sur des points que, d’une certaine manière, lui-même soulève. Si le juge s’était abstenu de se référer à ces textes, on aurait brocardé son silence, mais sa position aurait eu sa rationalité. Tel n’a pas été le cas à notre sens. 
 
La seconde décision pose un véritable problème dans la mesure où elle subordonne la normativité de la dé¬claration présidentielle de 2007 à sa mise en forme «législative», ou tout au moins écrite. L’interprétation du Pré¬sident n’aurait de portée que si elle avait revêtu la forme d’un acte juridique écrit, semble dire le Conseil. Ce serait une curieuse manière de voir, qui poserait elle-même un double problème. De désignation d’abord, car une interprétation individuelle transformée en norme perd son caractère «individuel». Si ce qu’exige le Conseil était fait, nous ne serions plus en présence d’un acteur interprète, mais d’une «loi» interprétative. Ensuite, ce point de vue fait question parce que derrière lui, on croit deviner le préjugé, que rien ne justifie évidemment, qu’il n’y a de droit qu’écrit et que, d’une certaine manière, «les paroles s’envolent». Or, dans des systèmes juridiques encore plus formalistes que celui dans lequel on se trouve, une portée est donnée aux «paroles» d’un homme qui occupe des fonctions importantes. Dans les relations internationales par exemple, plus d’une fois, un Etat s’est vu engagé par une expression orale d’un de ses représentants. On ne voit pas au nom de quoi les paroles prononcées par une autorité seraient juridiquement inefficaces. Le Conseil peut, dans la quête du sens du texte, «reléguer» la déclaration présidentielle, lui préférer d’autres preuves ou indices ; mais il ne peut pas, pensons-nous, lui dénier toute portée sous prétexte qu’elle ne serait pas en quel¬que sorte suffisamment solennelle. Oui, les acteurs de la Consti¬tution en sont des interprètes ! Non, pour faire droit, un comportement ou une dé¬claration n’a pas besoin, sauf exception, d’être formulée par écrit ! L’in¬terprétation présidentielle est une interprétation normative, on ne peut pas lui substituer une norme interprétative.  
Alioune SALL - Pr agrégé de Droit public et Science politique - Chef du Département de droit public à l’Ucad - Avocat 
sallaliounes@yahoo.fr 
Wade, les femmes et « y en a marre «  
Si le régime socialiste a été emporté par la révolution du 19 mars 2000, le régime libéral qui l’a remplacé a frôlé la chute, bien secoué qu’il aura été par la révolution du 23 juin 2011, révolution citoyenne contre un pouvoir tripatouilleur d’une constitution sans laquelle pourtant, c’est tout un monde qui s’effondre. Le pouvoir en place avait apparemment oublié qu’en toute chose, il y a une ligne rouge qu’il est interdit de franchir. Stop ! Le mouvement du 23 juin doit son existence certes à l’arrogance d’un régime, mais aussi et surtout à la naissance d’un autre mouvement qui s’est nommé avec une forte dose juvénile, fougueuse et forcément insolente : « Y en a marre. » Y en a marre, tout le monde le répète à satiété y compris dans les lambris dorés. Y en a marre, le cri de ralliement qu’il fallait. C’est au grand mérite de ces jeunes indignés et bien inspirés. 
En lançant encore avec une certaine inspiration à près d’un mois du scrutin présidentiel du 26 février la campagne dénommée « Foire aux problèmes » et en y excluant parmi les candidats à auditionner, le président Abdoulaye Wade, le mouvement « Y en a marre » suit une certaine logique, sa propre logique. Il ne pouvait pas faire du « wax waxeet » en conviant à sa « foire aux problèmes » le candidat dont il combat la candidature, celui-là même qui, aux yeux des « y-en-à-marristes », est le champion de ce même « wax waxeet ». Mais car il y a un grand mais. Y en a marre pourrait se retrouver piéger dans sa propre logique. En cas d’invalidation de la candidature litigieuse, pas de soucis. Cependant, face à l’hypothèse de la validation et à celle de l’invalidation, fifty-fifty donc, qu’adviendrait-il si la candidature du président Abdoulaye Wade venait à être validée par le Conseil constitutionnel ? Y en marre continuerait-il à fermer les portes de sa « foire aux problèmes » au candidat déjà investi par le pouvoir ? Si la réponse est oui, elle aura comme conséquence fâcheuse de rompre le nécessaire équilibre dans le traitement des différents candidats à l’élection présidentielle. Conséquence fragilisante surtout pour un mouvement qui, qu’on soit avec lui ou contre lui, a quand même acquis son crédit et sa crédibilité par la force des arguments et non par les arguments de la force. En plus de cette posture à la limite du funambule, les « y-en-à-marristes » ont intérêt à ce que leur campagne à eux ne soit pas seulement une « foire aux problèmes » mais également une vraie « foire aux solutions » au sortir de séances d’auditions des candidats-exposants à la gestion des affaires de la cité. 
Que dire de plus de cette semaine politique qui s’achève ? L’idée en son principe du chef de l’Etat, comme souvent, de « Prison sans femme » ce vendredi 20 janvier, est intéressante. Toutefois, mal conçue et mal exécutée parce que non concertée, elle se révèle mauvaise et même dangereuse à l’arrivée. Elle crée inversement une discrimination à l’égard de la gent masculine. Elle donne aussi le sentiment que le président-candidat est dans une logique tout aussi discriminatoire de « femme-objet » pour paraphraser la chanteuse Coumba Gawlo Seck. Doit-on accepter que la femme sénégalaise ne soit bonne que pour être du bétail électoral ? Et si on envoyait le candidat Abdoulaye Wade à la « foire aux idées bien conçues » ? Bienvenue monsieur l’exposant ! 
 
MAMOUDOU IBRA KANE 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 8.02.2012
- Déjà 5433 visites sur ce site!