ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

L'Alternance:mauvaise aventure

Objet : VIE CHERE ET SENELEC 
 
CAMPAGNE POUR LE RETOUR A L 'ANCIENNE TARIFICATION DU COURANT 
Où va le Sénégal? 
Les Sénégalais, sous perfusion, n'en peuvent plus! 
La suppression de la subvention du gaz butane va nous achever inéluctablement! 
NON AU REVERSEMENT DE NOS MAIGRES SALAIRES ET NOS TRES MINCES PENSIONS DE RETRAITE A LA MORIBONDE SENELEC ! 
NE RENDANT AUCUN SERVICE AU PEUPLE, LE SENAT DOIT SUPPRIME ET SON BUDGET UTILISE POUR LE REGLEMENT DEFINITIF DU PROBLEME ! 
Bonne & heureuse année 2009 
L’OFFICE : 
L’heure est grave !  
Jour J-5 pour assister à une baisse des denrées de première nécessité, promesse faite par Wade, lors de son message à la nation du 31 décembre dernier. En tout cas, si à cette date du fameux 10 janvier, les prix de ces denrées ne sont pas baissés, la crédibilité de Wade en prendrait un sacré coup. Certes, il a promis énormément de choses, qui se sont retrouvés dans les poubelles l’histoire, mais cette fois-ci, comme disent les étudiants, l’heure est grave… 
( Mor Todjangué )  
 
 
Discours à la Nation du chef de l’Etat « Mauvaise foi ! Mauvaise foi ! Mauvaise foi ! » 
 
Article Par Serigne Mbaye THIAM, Secrétaire national aux élections ,  
Paru le Lundi 5 Jan 2009 
 
Tel est le triptyque que Monsieur Babacar Gaye, Directeur de cabinet politique (Dircab) du Président de la République et Porte-parole du Parti démocratique sénégalais, a servi à Monsieur Serigne Mbaye Thiam, Secrétaire national aux élections et aux affaires juridiques du Parti socialiste, lors du débat organisé par la Chaîne de Télévision 2STV sur le discours à la Nation du chef de l’Etat du 31 décembre 2008. C’était en réponse à la réaction de M. Thiam à propos du « manque de crédibilité de la parole publique » que ce dernier a illustré par trois exemples parmi lesquels l’assertion suivante du chef de l’Etat : « S’agissant en particulier du riz, par exemple, la campagne hivernale s’est soldée par une moisson record de 370.000 tonnes, soit plus de la moitié de nos importations ».  
En effet, M. Thiam avait objecté qu’il est faux de soutenir que 370 000 tonnes représentent plus de la moitié de nos importations et, se fondant sur les statistiques du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF), il a indiqué qu’en 2007, les importations de riz s’élevaient à plus d’un million de tonnes et qu’elles étaient de 822 000 tonnes à fin novembre 2008. Avec beaucoup d’assurance (et c’est par politesse qu’on n’utilise pas un autre mot de la forme « axxxxance » ou « ixxxxance ») et à l’aide d’une démonstration des plus approximatives (et c’est toujours par politesse qu’on n’utilise pas un autre qualificatif), M. Gaye se mit à expliquer que M. Thiam fait, de « mauvaise foi », une confusion entre la « consommation » qui serait, selon M. Gaye, d’un million de tonnes environ et qui inclurait les « importations » qui s’élèveraient, elles, toujours selon le Porte-parole du PDS, à 600 000 tonnes.  
Par respect pour les téléspectateurs et les auditeurs, et plus généralement pour les Sénégalais, et pour éviter qu’à l’avenir qu’une Très Haute Autorité de l’Etat se permette de dire n’importe quoi, dans le but manifeste de tromper ses compatriotes et qu’une haute autorité de l’Etat ne se sente obligée de soutenir les propos de la Très Haute Autorité, au besoin, par de faux chiffres, il est utile de donner les précisions suivantes avec les références exactes qui confirment les données fournies par M. Thiam durant ce débat télévisé. Ces précisions s’avèrent d’autant plus utiles que c’est plus d’une fois que le chef de l’Etat s’est référé à ce chiffre de 600 000 tonnes pour les importations de riz comme il l’avait, par exemple, fait en présentant sa GOANA.  
1. Selon le Tableau de bord à fin novembre 2008 publié par la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) du MEF, les importations de riz se montent 821 800 tonnes au 30 novembre 2008 contre 996 400 tonnes au 30 novembre 2007 (sources : dans le site internet de la DPEE http://www.dpee.sn/pages/table.php voir le tableau « comex » pour commerce extérieur ; pour ceux qui préfèrent le support papier voir tableau 15 de la page 18 du Chapitre VII-Commerce extérieur du « Tableau de bord de l’économie sénégalaise à fin novembre 2008 » publié en décembre 2008 sous la référence DPEE/DSC@décembre2008). Les données en valeur (franc CFA) de ces mêmes importations se trouvent dans la « Note mensuelle de conjoncture » à fin novembre 2008.  
2. Selon le Tableau de bord à fin décembre 2007, les importations de riz se montent à 1 087 500 tonnes au 31 décembre 2007 (sources : références analogues de 2007 ; Bulletin trimestriel du Commerce extérieur du quatrième trimestre 2007 publié sous la référence 4/4-année2007-février2008 par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie).  
3. Sur la base de ces chiffres, rappelés aux points 1 et 2 ci-dessus (des importations de 1 087 500 tonnes de riz en 2007 et 821 800 à fin novembre 2008), comment une « moisson » de 370 000 tonnes de riz peut-elle représenter plus de la moitié de nos importations ? Encore que ce niveau de « moisson » – en réalité, une estimation précoce de récolte – est qualifié de fantaisiste par les professionnels de la culture du riz qui avancent le chiffre de 280 000 tonnes de riz paddy (riz récolté non encore traité pour devenir du riz blanc), équivalent à 180 000 tonnes environ de riz blanc (riz paddy décortiqué), avec le coefficient de conversion de 0,65 qu’on utilise ici au Sénégal.  
4. Est-ce que les 370 000 tonnes de « moisson » dont parle le Président de la République représentent du riz paddy ou du riz blanc ? Il ne le précise pas. Mais, si on note qu’il parle de « moisson », la moisson ne pouvant être que du riz paddy, et si on considère que les statistiques officielles de la production céréalière ont toujours été exprimées, tant pour le riz, le mil que le maïs, en tonnage brut, non encore décortiqué, une autre énormité apparaît dans le discours : on compare une moisson de 370 000 de riz paddy à des importations de riz blanc. Là aussi, il aurait fallu comparer des choses comparables et convertir donc au préalable les 370 000 tonnes de riz paddy en riz blanc, avec le coefficient de 0,65 ; ce qui donnerait 240 000 tonnes de riz blanc.  
5. Rappelons, à l’attention de M. Gaye et pour, à l’avenir, lui épargner les explications poussives sur « importations » et « consommation » de riz qu’il a tenté de soutenir, que grosso-modo « Consommation égale stock initial plus production intérieure plus importations moins stock final » si on néglige les réexportations et autres. On peut aussi calculer la consommation à partir des données statistiques, qui sont publiées par le MEF, relatives à la population totale, à la consommation moyenne par personne de céréales compte non tenu du maïs, du blé, du mil, etc.  
6. Rappelons enfin qu’un ratio doit être pertinent et significatif et qu’il aurait mieux valu rapporter la production à la consommation ou les importations à la consommation pour mieux apprécier notre autonomie alimentaire.  
En vérité, l’horloge de M. Gaye, le Dircab, est toujours bloquée en 1999, s’agissant du chiffre des importations de riz. A penser que M. Gaye ne croit toujours pas à l’alternance ! Ces importations étaient effectivement de 600 000 tonnes environ en 1999, de 632 100 tonnes en 2000 et de 696 900 tonnes en 2001, chiffres vérifiables dans beaucoup de publications du MEF. Le Porte-parole semble oublier qu’entretemps, la population du Sénégal est passée de 9,3 millions en 1999 à 11,6 millions en 2008 et qu’il faut donc plus de riz pour les « sowènes », « sarrènes », « tallènes » et « lyènes » et aussi que des « wadènes » et des « gayènes » ont eu des promotions et « consomment donc plus de riz » ou, plutôt, consument des milliards ou des millions des contribuables sénégalais.  
Plus sérieusement, il n’est pas acceptable qu’une Très Haute et une haute autorité de l’Etat continuent de communiquer des informations erronées sur une importation aussi significative de la balance commerciale de leur pays. D’autres faits avérés qui permettent de corroborer le « manque de crédibilité de la parole publique » ont aussi été donnés par M. Thiam durant le débat, sans compter les erreurs factuelles comme celle relative « aux Olympiades africaines de mathématiques en Afrique du Sud » alors que celles-ci se sont tenues à Porto Novo, au Bénin. C’est à croire que la contrition, dans son acception de « repentir sincère d'avoir commis un péché et volonté de ne plus en commettre », à laquelle invite le chef de l’Etat dans son discours à la Nation, ne constitue encore qu’une énième opération poudre-aux-yeux.  
L’expression « communication d’informations erronées », poliment repris dans le paragraphe précédent, a été en réalité empruntée au Rapport des services du Fonds monétaire international (FMI) cité par M. Thiam lors du débat télévisé (Rapport du 5 décembre 2008 préparé par le Département Afrique du FMI). La « communication d’informations erronées » par les autorités de notre pays a même fait l’objet d’un rapport particulier, ce qui est un indicateur de faute grave selon les procédures du FMI. Quelle tristesse si on considère que notre pays dispose d’une administration économique et financière professionnelle et compétente ! Quel gâchis !  
C’est, entre autres, en ces termes que le FMI épingle notre pays : « Le programme ISPE (Instrument de Soutien à la Politique économique) du Sénégal est à la croisée des chemins. Dans une conjoncture mondiale difficile, les autorités doivent solder les dérapages budgétaires passés et prévenir leur réapparition. Ces dérapages que le programme a contribué à mettre en lumière ont affaibli le secteur privé et ont gravement entravé l'activité économique. Alliés à la communication d'informations erronées qui en découle, ils ont suscité des inquiétudes sur la crédibilité des autorités (soulignement par nous) et leur capacité à réaliser le programme économique soutenu par l'ISPE » (Rapport précité). Tout le monde aura noté que le FMI utilise ici un langage diplomatique qui sied dans les relations entre les Etats, ainsi que dans celles entre les Etats et les organisations internationales. En langage moins diplomatique, il faut traduire « communication d’informations erronées » par « communication d’informations falsifiées et préfabriquées dans le dessein de dissimuler la situation économique et financière réelle du Sénégal », « inquiétudes sur la crédibilité des autorités » par « on ne peut plus faire confiance aux autorités », « inquiétudes sur leur capacité à réaliser le programme soutenu par l’ISPE » par « certitude sur leur incapacité à réaliser le programme soutenu par l’ISPE ».  
Si elles sont incapables de réaliser ce programme, sauront-elles réaliser une œuvre plus vaste et plus difficile : le développement de notre pays ? Sénégalaises, Sénégalais, à bon entendeur salut !  
Post-scriptum : « Mauvaise foi ! Mauvaise foi ! Mauvaise foi ! » On peut se permettre de qualifier ainsi quelqu’un qui est capable de garder sa sérénité et de continuer un débat sans être capable de supporter qu’on traite les siens d’ex va-nu-pieds (selon le dictionnaire Littré : homme qui n'a pas de quoi avoir des souliers, un misérable) et de quitter un débat radiodiffusé pour cette raison.  
 
 
 
TRACTATIONS AUTOUR DE LA VENTE DU MERIDIEN-PRESIDENT L’ETAT REJETTE 60 MILLIARDS DU PRINCE AL-WALID 
 
Article Par PAPA SOULEYMANE KANDJI,  
L’Etat est toujours décidé à vendre le Méridien-Président. L’opération, contrairement à des rumeurs distillées ça et là, n’a pas été abandonnée. Bien au contraire, le gouvernement veut encaisser un pactole de 80 milliards de francs Cfa. Barre minimale que s’est fixé le Sénégal et qui devrait permettre si les transactions sont effectivement bouclées de faire atterrir cette somme dans les caisses de l’Etat du Sénégal.  
 
Selon des sources dignes de foi, le prince saoudien Al-Walid intéressé par Le Méridien-Président, a déjà fait des offres dans ce sens. Mais, révèle-t-on, si l’Etat n’a pas donné suite aux propositions du milliardaire saoudien, c’est justement parce qu’il les estime bien en deça de la valeur réelle du Méridien Président. Il aurait juste fait une offre de 60 milliards, nous dit une source proche du dossier. Il est vrai que le prince Al-Walid ben Talal, neveu du roi Fahd d'Arabie saoudite n’est pas un novice en matière d’hôtellerie. Il possède déjà 187 établissements dans le monde, dont The Plaza à New York, le Four Seasons à Ryad, le George V à Paris, le Movenpick à Beyrouth. La dernière propriété qu’il a acquise en mai 2008 pour 87 millions de dollars, est l'hôtel suisse Des Bergues. Le prince Al-Walid ben Talal a dernièrement indiqué qu'il envisageait d'acquérir plus de 50% de la chaîne hôtelière française Le Méridien (qui gère 135 hôtels dans 56 pays) en y injectant plus d'un milliard de dollars pour renflouer le groupe.  
 
Malgré le profil du milliardaire saoudien, « comme il ne se manifeste plus, l’Etat a décidé de prendre langue avec d’autres investisseurs du milieu de l’hôtellerie ». Nos sources parlent d’hommes d’affaires français et anglais qui sont intéressés par le Méridien-Président. Une forte délégation va d’ailleurs atterrir à Dakar, dans le courant de la semaine pour prendre langue avec l’Etat du Sénégal. Plus précisément, avec son argentier, le ministre de l’Economie et des finances, Abdoulaye Diop qui pilote en vérité, sans en donner l’air, tout le dossier.  
 
Reconnu comme l’un des hôtels les plus raffinés d’Afrique de l’Ouest, le Méridien-Président a été construit dans le cadre du Sommet de l’Organisation de la conférence islamique (Oci) qui s’est tenu à Dakar en 1991. Puis réfectionné à coût de plusieurs milliards lors du dernier sommet de l’Oci qui a eu lieu à Dakar les 13 et 14 mars 2008. Le Méridien Président se dresse sur le sable de la côte atlantique de la capitale du Sénégal. Au cœur de 35 hectares (qui aiguise d’ailleurs les gros spéculateurs fonciers) et doté des plus grandes infrastructures de réunions et de conférences de l’ouest du continent.  
 
MENACES Abdoulaye Wade décide d'auditer la Cour des Comptes 
 
Article Par LA REDACTION,  
Paru le Samedi 3 Jan 2009 
 
Menace  
Encore un clin d’œil au corps de contrôle de l’Etat. Pas l’Ige, mais la cour des Comptes. C’est pour dire que Gorgui bien décidé à diminuer les pouvoirs de ce corps de contrôle qui ne dépend officiellement pas de lui, n’écarte pas du tout de faire auditer ce machin. Eh oui, les auditeurs… audités. Mais sans blague, ça ne fait pas trop rigoler, puisque « nak », on ne sait jamais quelle mauvaise surprise tout ceci peut révéler à la fin. Traditionnellement, la cour des Comptes est contrôlée par un magistrat. Mais depuis deux ans, à cause des résultats « catastrophiques » des inspections précédentes, on se débrouille toujours à la cour des comptes pour ne pas se faire contrôler. Il faut savoir que tout ceci obéit à une logique de domestication de ce corps. Le Vieux ayant déjà manifesté publiquement son intention de dissoudre la cour des Comptes dans la Cour Suprême. Histoire de la dévaluer 
 
CHANGEMENT DU CODE ÉLECTORAL Wade veut 50 % sur la liste proportionnelle et 50 sur la majoritaire 
 
Article Par Latir MANE ,  
Paru le Lundi 5 Jan 2009 
 
C’est demain que le projet de loi modifiant les articles L189, L190,L193, L225, L226, L239, L242, L244 et L245 du code électoral relatif à la composition et au mode d’élection des conseillers régionaux, municipaux, et ruraux, doit passer à l’Assemblée nationale. Si elle est votée le Sénégal va revenir au système 50% des siège de conseillers pour la liste proportionnelle et 50% pour la liste majoritaire.  
A deux mois des élections locales, Me Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal veut procéder au changement du code électoral. Il a envoyé à l’Assemblée nationale un projet de loi modifiant les articles L189, L190,L193, L225, L226, L239, L242, L244 et L245 du code électoral relatif à la composition et au mode d’élection des conseillers régionaux, municipaux, et ruraux. En résumé, le secrétaire général du Parti démocratique Sénégalais veut revenir à une ancienne formule. Avant l’arrivée de Wade au pouvoir, le Sénégal a connu le scrutin majoritaire. Avec une seule liste majoritaire. Par la suite il y a eu deux listes. Une liste proportionnelle avec 50% des postes de conseillers et les 50% restant pour la liste majoritaire. Arrivé au pouvoir Wade a instauré le système du 2/5 pour la liste proportionnelle et 3/5 pour la majoritaire. Maintenant, Wade veut revenir au 50 contre 50. C’est-à-dire 50% des postes pour la liste proportionnelle et 50% des postes pour la liste majoritaire. Ce n’est pas tout. Maintenant pour faciliter le partage des postes, le Pape veut aussi que les nombres des sièges à partager soient des nombres pairs. Le projet de loi doit passer demain à l’Assemblée nationale. Mais il suscite déjà beaucoup de commentaires du côté de l’opposition comme celui de la majorité. Dans le camp de l’opposition, on parle de violation du protocole de la Cedeao sur la bonne gouvernance, qui dit qu’aucune modification de la Constitution et des lois électorales ne devrait intervenir dans les six mois précédents les élections, sans un large consensus entre tous les acteurs impliqués dans la compétition électorale. Et comme réponse, les libéraux et leurs alliés soutiennent que Me Wade n’a fait que satisfaire une demande exprimée par l’opposition depuis qu’il a accédé à la magistrature suprême.  
Le Pape du Sopi a des doutes sur sa majorité  
Convaincus que Me Wade ne pose jamais un acte sans en avoir mesuré au préalable les conséquences, la majorité des leaders de l’opposition interpellés sur les soubassements de ce projet de loi sont convaincus que «Me Wade a des doutes sur sa majorité et sur le travail abattu par ses responsables à la base qui au lieu de travailler sont en train de s’entre tuer». Mais du côté de la majorité présidentielle on soutient le contraire. Soulignant qu’il y a eu des blocages dans beaucoup de mairie durant les cinq dernières années. Et c’est pour éviter de revivre les mêmes situations qu’une telle décision a été prise.  
AUDIENCE AVEC WADE AUJOURD’HUI Kédougou envoie imams, notables, membres de la famille de Sina Sidibé, jeunes,…  
 
Article Par Abdou Karim NDIAYE,  
Paru le Lundi 5 Jan 2009 
 
Deux semaines après les évènements sanglants qui se sont produits à Kédougou et qui ont causé la mort de Mamadou Sina Sidibé, une délégation composée d'imams, de notables, de membres de la famille du défunt,de jeunes et d'une femme a quitté Kédougou hier pour rencontrer le Chef de l'Etat ce Lundi au palais de la République.  
C'est une délégation composée de plusieurs personnes qui a quitté Kédougou hier dimanche en direction de Dakar pour y rencontrer le Président de la République. Cette audience survient deux semaines après les violents affrontements entre forces de l'ordre et jeunes de la localité. Après moult tentatives qui se sont soldées par des échecs, cette fois-ci les autorités en l'occurrence le premier magistrat du pays accepte de recevoir les représentants des populations et de discuter avec eux. D'après des sources bien informées et qui ont participé à la réunion de samedi pour déterminer les membres de la délégation, les discussions portant sur les frustrations des populations et sur tous les maux qui assaillent la nouvelle région. Cependant des récriminations commencent à fuser de partout concernant ceux qui composent cette délégation. La grande absence notée est celle des étudiants. Ceux-la même par qui tout est parti. Ont-ils été snobés ou mis à l'écart? En tout cas les langues commencent à se délier dénonçant un mauvais choix des mandataires des populations. Beaucoup de personnes interrogées estiment que ceux qui sont partis à Dakar ne sont pas aptes à représenter les kédovins. Elles estiment que ces gens ne peuvent pas parler au nom et pour le compte des populations dont ils ignorent tout. Un de nos interlocuteurs de lancer : « on a choisi des militants du PDS qui à coup sûr baisseront la tête lorsque le Président les tancera ou acquiesceront tout ce qu'il dira». En effet ils sont nombreux les kédovins qui pensent qu'ils n'ont rien à attendre de ce tête- à- tête avec le chef de l'Etat. Ici le pessimisme est le sentiment le mieux partagé malgré qu'ils sont tous impatients de savoir ce qui ressortira de cette audience.  
 
 
 
 
LEQUOTIDIEN : 
Nous ne comprenons pas pourquoi ce mépris, ces oublis…. 
05-01-2009  
Nous l’avons écouté, comme d’habitude et de manière détachée. Nous nous disions entre amis, que nous souhaiterions entendre de lui des propos réconfortants et optimistes. Nous l’avons écouté, comme d’habitude et de manière détachée. Nous nous disions entre amis, que nous souhaiterions entendre de lui des propos réconfortants et optimistes. Nous voudrions l’entendre faire son mea-culpa d’amorcer, avec lui, un Sénégal autre que celui où nous vivons depuis 2000, synonyme de dérapages et d’impunité. Nous voulions qu’il reconnaisse les tâtonnements, le manque de transparence, le pilotage à vu, les dépenses excessives. Nous voulions qu’il fasse des excuses aux jeunes, partis en mer à la recherche d’un avenir meilleur. Nous voulions qu’il en fasse autant à tout le peuple sénégalais pour avoir noyé au fond du gouffre les espoirs d’un certain jour de mars 2000 et l’avoir mené vers des ténèbres indescriptibles. Nous voulions l’écouter avec l’espoir de retrouver l’homme, jadis, tant aimé.  
Le peuple au cours de cette circonstance a eu l’opportunité de se conforter dans ses choix ou de les regretter amèrement. Il reconnaît dés l’entame de son discours que «l’année qui s’achève (2008) a été marquée par une conjoncture mondiale difficile», mais le paradoxe est qu’au même moment le budget de la Présidence a été augmenté de 4,5 milliards en 2000 à 64 milliards en 2008, celui de la Primature de 4,8 milliards à 39 milliards, celui de l’Assemblée nationale de 5 milliards à 9 milliards. C’est pourquoi nous doutons que «nul plus que lui n’a ressenti nos souffrances dues aux difficultés de la vie qui ont comme nom cherté des prix». Ce qui, en réalité, nous choque le plus, c’est cette attitude de fuite de responsabilité du gouvernement. Elu pour anticiper sur les problèmes et régler les plus urgents, il décrète souvent leur incapacité à faire preuve d’efficacité, et il le confirme, puisque la crise est due «(…) à ces facteurs exogènes, sur lesquels nous n’avons en vérité aucune prise…», alors pourquoi bon avoir un gouvernement ? C’est du reste en ces moments pénibles, que le gouvernement sur son initiative, à décider de fêter la Goana à hauteur de 300 millions. Le monde rural souffre mais, comme à l’accoutumée, pour eux, c’est la fête d’abord et le travail ensuite. La précision que «(…) les fondamentaux de notre économie sont restés solides», nous laisse dubitatif. Nous ne comprenons pas, si l’état des finances publiques est si stable, que l’Etat tente de mettre la pression sur le détenteur de la seconde licence de téléphonie mobile au Sénégal, Sentel, pour revoir les clauses du contrat de 1998, ou qu’il lance un ballon de sonde sur la vente de ses actions de Sonatel après que l’Ipres ait vendu, dans la plus grande discrétion, ses actions Sonatel. Et dans ce que nous caractérisons, de collecte de fonds, même notre seul hôtel, cinq étoiles, n’a pas été épargné, sa vente a été annoncée.  
C’est vrai que l’erreur est humaine mais, celle récurrente est une faute qui ne doit pas rester impunie. Nous ne comprenons pas alors pourquoi les ministères et les structures décentralisées n’ont pas été sanctionnés après qu’ils aient été, avec une mauvaise gestion, responsable de la dette intérieure de 174 milliards (encore que ce chiffre est celui du gouvernement), mais le constat est : «On n’a trouvé nulle part trace de malversation ou de corruption» et qu’ils «ont été invités à éviter ces pratiques qui, à l’avenir, seront immédiatement sanctionnées.» Les pratiques présentes on été pardonnées et le peuple va payer les pots cassés, la génération que nous sommes continuera à payer une dette (87 milliards de la France), mais les responsables de cette situation sont tranquilles puisque il n’a été «…trouvé nulle part trace de malversation ou de corruption».  
On nous chante sur tous les toits que le Sénégal est un pays de droit et que la force doit toujours rester à la loi. Quand il a fallu voter la mise en accusation de l’ex-Premier ministre, les choses se sont passées vite, très vite ou quand il s’est agit de régler des comptes avec l’ex-président de l’Assemblée nationale, les choses n’ont pas tardé. Mais quand il s’est agit de rendre des comptes au peuple, et que les coupables, hauts perchés dans les sphères étatiques, soient trouvés et sanctionnés l’ont choisi de traîner les pieds. Il est où cet Etat de droit ?  
Face à la dureté de la vie et surtout face aux incompréhensibles facturations de l’électricité, Monsieur pour qui le seul sort du Sénégal est important à ses yeux, préconise la «suppression de la double facturation», où se trouve la différence entre deux factures distinctes de 12 000 francs Cfa et une facture de 24 000 francs Cfa ? Encore une façon machiavélique de tromper le peuple et de jouer avec les mots.  
Ce qui offusque le plus c’est cette manière sournoise d’ignorer les réalités du moment et les besoins imminents d’un peuple qui dans son ensemble suffoque. Aucun mot sur les tragiques manifestations de Kédougou et pourtant il y a eu, officiellement, deux morts, aucun mot sur l’agression de Boubacar Kambel Dieng, aucun mot sur le saccage des locaux de L’As et de 24 H Chrono. Mais peut être qu’il a préféré s’abstenir d’en parler puisque, les coupables de tous ceux-ci le ramènent dans son propre camp…  
En s’adressant à ces jeunes, dont les mains de 2000 sont soit encore suspendues en l’air soit se sont enfouies au fond des océans dans cette fuite d’une vie difficile, ceux-là partis à la recherche d’un nouveau espoir, il envisage la création «(…) de 15% des emplois (…) réservés aux jeunes et, dans un premier temps , à ceux de la banlieue de Dakar dont la situation exige des mesures urgentes». Alors les jeunes de Matam, Bignona, Thiès, Bambey, Kédougou, Tamba, Khombol, Thiadiaye, et j’en passe, devront comprendre le message. Eux qui l’ont tant adulé, n’ont pas la considération de Monsieur. Il n’a de priorités que pour ceux de la banlieue. Et d’ailleurs, cette promesse à l’encontre de la jeunesse des banlieues n’est qu’électorale, aucunes perspectives objectives de résoudre le chômage à ce niveau. C’est comme ce pêcheur qui fait croire au poisson qu’il lui donne de la nourriture alors qu’il le veut au fond de son panier. C’est un leurre ! 
Nous avons attendu, nous avons vu. Il a choisi de se déconnecter des problèmes des sénégalais. Il n’a pas su être ni avec le peuple ni à coté de lui. Il a choisi de se séparer de son peuple, pour se servir et assouvir, à sa guise, les délices du pouvoir, sacrifier plusieurs générations. Nous n’avons aucunes considérations négatives sur l’homme mais, nous sommes sidérer à le voire se comporter de la sorte, en ignorant son propre peuple alors qu’il n’a cessé, lorsqu’il était dans l’opposition d’être, le seul, porteur d’espoir de sa jeunesse. 
Nous ne comprenons pas… ! 
Abdou KEBE - le déçu de l’alternance 
Les Wade : Pour le malheur et pour l’ire de la jeunesse ! 
Pendant que les populations sont au bord d’un précipice et se débattent au prix de mille sacrifices pour s’en éloigner, ce régime, empêtré dans son impéritie maladive et dans son autisme suicidaire, continue de refuser à la jeunesse le moindre instant d’espoir, soucieux simplement de la pousser à se résigner à «mourir un peu en partant», consciente que dans une telle situation, celle du Sénégal sous les Wade, «rester c’est se pousser au suicide».  
Wade aura trouvé le plus sûr moyen de torturer notre population, surtout sa jeunesse, en la désespérant jour après jour, par ses chimères, par ses projets en trompe l’œil qui insultent l’intelligence. Il est vrai, il est difficile d’avoir assez de recul lorsque l’on a faim, et Wade et ses complices l’ont bien compris, et pensent que nous ne saurons pas trouver les ressorts indispensables pour donner sens à notre blessure, et qu’ils pourront même nous pousser à nous recroqueviller éternellement dans notre hébétude. 
Ils poussent même l’impudence jusqu’à proposer un autre plan, encore un autre, toujours un autre, aux jeunes déçus, à ces mutilés de l’alternance, qu’ils croient aujourd’hui incapables de transformer leur souffrance en cris de révolte. Mais, cette jeunesse sait maintenant, même s’il se fait tard, qu’au «filtre de la véracité, les promesses de Wade se résumeraient au format de la feuille de papier à cigarette», et que l’attitude compulsionnelle de ses caudataires, ces «tubes digestifs», ne saura pas les maintenir dans cette relation de dépendance aliénante. 
Les jeunes du Sénégal savent que ce régime, appuyé par des puissances obscures, a pillé nuitamment notre économie, pulvérisé nos valeurs, travesti nos institutions, et que, son seul salut aujourd’hui est dans l’instauration d’une «dictature-ferme-ta-gueule», avec comme stratagème une «démocratie-cause-toujours». Les jeunes de ce pays savent que le but de ce régime rattrapé par une véritable panique morale, est de nous installer, pour notre malheur, dans la résignation après ses multiples forfaitures, en mutilant la vérité, en la falsifiant et en l’obscurcissant, afin que jamais il n’ait à rendre compte. 
Les jeunes du Sénégal refusent de s’embourber dans la médiocrité, dans la bêtise ; ils refusent de cautionner l’imposture de ces arrivistes qui s’intéressent au prix de toute chose, et ne connaissent la valeur de rien ; ils refusent d’accepter comme une fatalité cette nécrose qu’est devenu le Sopi de ce nécromancien invétéré qui leur refuse toute possibilité de re-tricoter les premières mailles de leur espoir trahi. Les jeunes ont compris, et ils disent Non ! Ils ne veulent pas de cette continuité qui leur est proposée car, fondée sur des habitudes vicieuses, ils veulent maintenant donner sens à leur agonie de neuf ans. 
Voilà pourquoi ils interpellent leurs aînés, pour qu’ils s’éloignent de cette conspiration du silence de la complicité, pour qu’ils fassent les concessions indispensables, pas par faiblesse, mais par souci de réussite et pour le salut du peuple.  
Ils attendent d’eux, la force de l’Union, pas celle fondée sur une mutuelle et permanente tromperie, pas celle guidée uniquement par des intérêts égoïstes de groupes en perte de représentativité, mais celle-là véritable qui permet de faire face au monstre, de mettre fin à notre déchirure traumatique quotidienne. Les jeunes engagés de ce pays demandent à leurs aînés, surtout les plus âgés qui ont eu tous les honneurs que peut espérer une génération, d’accepter de souffrir un peu de la souffrance des sénégalais, et de n’être capables que de grandes choses au-delà de toutes ruminations douloureuses et de toutes rancœurs, afin de les aider à s’éloigner du gouffre que leur promettent des chenapans dysphasiques, armés et financés pour perpétuer la forfaiture d’un octogénaire capricieux.  
C’est vrai, il se fait tard, mais il n’est pas trop tard. 
 
Pape NDOYE / alioune2@hotmail.com 
 
ENTRETIEN AVEC...El Hadji NDIAYE, délégué général de Wacco ak Alternace. 
05-01-2009  
«La lutte n’est plus le domaine réservé des partis politiques et des syndicats»  
El Hadji Ndiaye, délégué général du mouvement Wacco ak alternance, estime avoir des esquisses de solution à la crise actuelle. Pour cet ancien formateur à l’école libérale, Wade doit jouer la carte de la franchise dans le choix de ses hommes, donner à ceux qui veulent lui succéder des chances égales pour éviter les frustrations et préserver la longévité du parti et tenir aux Sénégalais un langage de vérité. 
On considère souvent que la crise actuelle résulte d’une mauvaise gestion du gouvernement. Est-ce votre avis ? 
Force est de reconnaître que les efforts consentis par le gouvernement, quand bien même ceux-ci sont encore largement insuffisants par rapport à la demande sociale. L’Etat s’est déployé de manière ostensible sur le plan des infrastructures, mais l’essentiel de ses efforts s’est réduit à une portion du Sénégal, à la zone ouest : Dakar et Thiès. La portion congrue est réservée au reste du Sénégal. L’Etat gagnerait à étendre ses efforts à l’ensemble du territoire. Dans le domaine de l’éducation, il y a des salles de classe. Les centres de santé et les hôpitaux sont construits. Mais tout se passe comme si les gens ne percevaient pas ces réalisations. Pourquoi ? Parce que le plus grand chantier reste encore entier : celui de la moralisation de la politique et de la société. Alors qu’on était attendu évidemment dans l’assainissement des mœurs, nous avons plutôt excellé dans le maculation du registre de l’alternance.  
L’agriculture cloche parce qu’on est en train de la révolutionner par rapport à la culture de rente qui était la plus développée au Sénégal : l’arachide, devenue aujourd’hui un laissé-pour-compte. Cela évidemment a emporté, non seulement l’espoir, mais l’économie de l’essentiel de la population qui est rurale. Aujourd’hui, sur le plan agricole, les politiques consenties ou conçues sont très nobles, idéalement parlant, mais dans leur mise en œuvre, les résultats escomptés n’ont jamais été atteints. Donc, quelque part, il y a problème. Nous invitons l’Etat du Sénégal, au premier rang duquel le président de la République, à mieux concevoir les politiques agricoles en les planifiant dans le temps de manière scientifique et experte. Là où le gouvernement pêche le plus, c’est au niveau du choix de ses hommes. La fonction d’homme d’Etat a ses exigences. L’homme d’Etat doit être d’abord exigent, avoir un rapport de vérité avec lui-même. Il doit toujours agir en sorte que la maxime de son action soit érigée en règle universelle. Cela n’est toujours pas le cas chez les hommes d’Etat choisis par le Président depuis l’alternance. 
Mais le Président tout juste après les élections de 2000 disait qu’il allait mettre des hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Donc ce n’est pas le cas, pour vous ? 
Entre dire et faire, il y a tout un fossé. Le discours de l’investiture de 2000 était très philosophique. Sa beauté et son charme n’avaient laissé indifférent aucun citoyen. Mais dans sa mise en œuvre, il y a encore un grand écart entre la théorie et la pratique. Ce n’est pas trop tard ; il faut changer de politique et de manière de faire. En tout cas, s’il est encore conscient du capital de sympathie qui l’a porté au pouvoir et qui, aujourd’hui, est en train de dégringoler, il devrait revenir au principe. Or, j’ai l’habitude de rappeler que le principe se définit comme étant une règle qui ne souffre d’aucune dérogation. Donc, il faut choisir les hommes et les mettre à la place qu’il faut et aussi s’offrir en exemple d’abord avant d’exiger de ses collaborateurs la même conduite. 
Quels sont les facteurs explicatifs de la dégringolade de son capital de sympathie ? 
Le Président Wade est arrivé au pouvoir avec un capital de sympathie sans pareil par rapport au passé. Cela veut dire que la déception par rapport à l’ancien régime était si profonde que l’espoir porté sur lui était grand. On est arrivé au pouvoir avec l’adhésion presque totale du bas peuple, mais contre la volonté des clergés religieux et de ceux qu’on a toujours appelé les porteurs de voix, perçus malheureusement en mars 2000 comme des porteurs de vices. Donc le chemin était bien balisé pour Abdoulaye Wade. Le Seigneur avait déjà choisi ses collaborateurs. Ses collaborateurs naturels, ce sont ceux qui, en dépit de la modicité des moyens, étaient dans le cœur des Sénégalais. Mais à ceux-là, il (Wade) a tourné le dos pour faire appel à ceux qui étaient sanctionnés par le peuple. Ce peuple a indiqué le chemin qu’il fallait emprunter. Lui a pris le sens inverse, a ramé depuis le commencement à contre courant de la volonté du peuple. Néanmoins, il avait réussi à passer en 2007 pour un deuxième mandat. Dans un contexte précis, on a vu vers la fin du premier mandat, contrairement à tout ce qui s’est passé lors des quatre premières années de l’alternance, de gros efforts par rapports aux infrastructures. Alors, cela avait suscité un regain d’espoir. Les gens qui étaient déçus et découragés semblaient oublier cette amertume pour redonner confiance à celui qu’ils avaient tant chéri en 2000. Et de 2000 à maintenant, il n’a pas changé de politique. Il a encore renié ses anciens collaborateurs qui attendaient la réparation de l’injustice. Il a encore persisté dans le choix, pas très rigoureux, de ses hommes de confiance. 
Vous ne voulez pas accepter que le Pds manque de cadres ? 
Le Pds a sa structure de cadres depuis les années 80. Avant de s’appeler Cis, elle s’appelait la Coordination des cadres. Des cadres, il y en a toujours eu au Pds. Ce qui lui manquait, ce n’étaient pas des cadres intellectuels ni politiques, mais de l’administration. Or, ces cadres de l’administration n’appartenaient même pas au Parti socialiste ; ils étaient mus par les intérêts de l’Etat et étaient, pendant longtemps, sous la houlette du Parti socialiste. Alors, même si des fonctionnaires étaient du Parti socialiste, il y en avait d’autres qui n’y ont jamais milité. Et ceux-là devraient servir de fer de lance pour tirer la nouvelle équipe. Ces cadres intègres et politiques ont, pour l’ensemble, perpétuer l’œuvre de l’Etat qui doit survivre aux partis politiques et l’appareil d’Etat. Donc, c’est un faux argument que de dire que le Pds souffrait d’une carence de cadres. Je ne saurais être d’accord, dans la mesure où les autres qui sont choisis en général n’étaient pas la crème du Parti socialiste. Ceux qu’on a fait venir et à qui généralement on a confié l’exercice du pouvoir, c’étaient les meilleurs éléments du Ps. 
Ne pensez-vous pas que les Imams ont ainsi sonné la révolution ? 
L’affaire dite des Imams de Guédiawaye est une préoccupation de l’Etat. Si ce n’était pas cela, l’Etat n’aurait pas dépêché des parlementaires pour apaiser la situation. Mais le plus intéressant, c’est l’émergence d’une nouvelle conscience citoyenne qui met en surface les acteurs sociaux naguère confinés dans l’ombre. En effet, les Imams et religieux du Sénégal n’ont jamais été la locomotive d’une lutte sociale aussi organisée et aussi visible. Et cela doit faire des émules très certainement, si cela n’a pas déjà commencé. On vient d’apprendre qu’à Fatick, la manifestation avait pour dirigeants les Imams. C’est une coïncidence ou tout simplement une imitation. Il y a lieu de prêter un œil attentif à cette nouvelle situation qui n’est rien d’autre que l’expression d’une prise de conscience des couches sociales qui étaient parmi celles les plus désintéressées. Donc, la lutte n’est plus le domaine réservé des partis politiques et des syndicats. Il faut compter avec cette nouvelle forme de lutte qui peut s’élargir avec l’Eglise.  
Ces couches qui s’étaient emmurées dans un silence et qui ont décidé aujourd’hui de descendre dans la rue ne suscitent-elles pas des inquiétudes ? 
Bien évidemment ! Pour l’Etat d’abord, mais aussi pour celui qui interroge la société et ses mutations. Par contre, la situation peut ne pas être une inquiétude pour ce bas peuple qui souffrait d’un manque de leadership, car la désaffection était nette et notoire entre la société et les partis politiques ou même entre la société et les syndicats. Cette nouvelle forme de lutte va être inquiétante pour le gouvernement et salutaire pour ceux qui étaient désespérés par rapport aux partis et aux syndicats ; ils trouvent en les Imams et, éventuellement, les évêques de nouveaux leaders beaucoup plus crédibles. 
En dehors de la sphère sociale, le milieu politique est aussi en ébullition. Il y a eu la sortie de Macky Sall du Pds. Quelle lecture faites-vous de cette situation ? 
La lecture qu’on en fait à Wacco ak alternance est celle du chef de Cabinet du président de la République, Pape Samba Mboup. Cette diarrhée du Pds, si elle ne s’interrompt pas, le parti sera dans l’opposition. Seulement, il faut regretter par-delà Macky Sall, les désarrois des sections et fédérations du Pds à travers tout le Sénégal, Kaolack, Thiès, Tambacounda et Louga... Toutes ces fédérations et sections sont peuplées de militants de première heure qui ont tout donné au Pds, qui ont été tout généreux et tout loyaux au secrétaire général du parti. Et pourtant aujourd’hui, ils sont oubliés. Si Wade était un gentleman, il ne serait jamais arrivé cette vague de protestations si larges, si tentaculaires. Il devrait corriger ces injustices pour avoir une bonne et heureuse fin. Les gens qui l’ont accompagné, malgré la modicité de ses moyens, des intimidations du pouvoir d’alors, de la longue durée de la marche, méritaient un autre traitement que celui qui leur est réservé. Donc si Wade est un gentleman, il ne devra pas quitter le pouvoir en traînant ces tares. 
Un constat indéniable. Ceux à qui Wade a fait appel représentent un poids au sein du Pds. La preuve avec la sortie de Macky et aussi la volonté de Pape Samba Mboup de vouloir faire revenir les démissionnaires du Pds en France. 
A ce lot de frustrés constitué par les anciens, s’ajoute un deuxième lot des arrivants. Ceux qui étaient appelés à gonfler les rangs n’ont pas été tous valorisés. Et chemin faisant, ils sont devenus anciens, parce que de 2000 à maintenant, ils ont fait 9 ans. Pour revenir à 2007, il y a un bruit que l’on passait dans les couloirs, selon lequel le secrétaire général du Pds était conscient de cette mauvaise posture des anciens, et qu’il était prêt, dès sa réélection, à corriger cette injustice. Voilà pourquoi on n’a pas connu de vote-sanction en 2007. A l’arrivée, ce n’était que de la ruse. On nous a menti ; on nous a bluffés. Mais, est-ce qu’il y aura une deuxième fois ? J’ai peur. Nous, de toutes les manières, nous réaffirmons notre ancrage. Nous continuerons à accompagner le président de la République parce que nous ne perdons pas espoir qu’un jour, il nous entendra, même si nous sommes très critiques parfois à son égard. 
En parlant d’héritage que répondez-vous à ceux qui avancent que Wade voudrait avoir comme successeur son propre fils ? 
Il y a ceux qui parlent et il y a aussi ceux qui posent des actes. Ceux qui parlent, ce sont ceux qui constatent et commentent. Cette volonté prêtée à Wade est une question qui fait couler beaucoup d’encre et beaucoup de salive. Mais Wade ne s’est pas exprimé ; il agit. Ce n’est pas un secret de polichinelle : dans tous les actes qu’il pose, il ne cherche qu’à promouvoir son propre fils. A-t-il tort ou raison ? C’est un autre débat. En tout cas, il est en train d’agir en ce sens. Il y a des gens qui sont d’accord avec lui et qui sont en train de l’aider. 
A propos quelle est la position de Wacco ak alternance ? 
Avant même de parler de Karim Wade, Wacco ak alternance regrette cette démarche antidémocratique. Il estime que le parti n’existe plus en tant que parti ; il ne fonctionne plus comme un parti politique, mais tout simplement au gré d’un homme qui fait et qui défait. Wacco ak alternance estime que le successeur de Wade, peu importe son nom de baptême, devrait tout simplement enregistrer l’adhésion du parti, parce que Wade devait organiser la succession dans les limites du parti, rendre à la base cette opportunité de se prononcer. Si son fils maintenant fait partie des candidats à la succession de son père, rien ne l’en empêche. Mais un autre peut avoir la même ambition. Pour traiter tout le monde sur un pied d’égalité, on devrait démocratiquement travailler à choisir ce successeur, selon les règles démocratiques, de sorte que même s’il devait s’appeler Karim Wade, ce successeur serait légitimement le candidat du Pds. On n’en est pas encore là, mais Wacco ak alternance estime que mieux vaut tard que jamais ; il en appelle à la vigilance du chef de l’Etat pour qu’il évite à compromettre les chances du Pds de rester au pouvoir après son règne. Nous n’avons pas de fixation sur qui que ce soit, fût-il Karim, Idrissa Seck ou même Macky Sall de retour au Pds, ou fût-il même un Pape Samba Mboup. Mais que cela soit le choix de tout le monde. 
Votre inquiétude au niveau de Wacco ak alternance ne vous amène pas à vous demander si le Pds ne va pas disparaître si Wade quittait le pouvoir ? 
Si Wade quittait aujourd’hui le pouvoir, il laisserait un mouvement qui n’a rien d’un parti politique. Le Pds ne fonctionne au gré d’un homme, c’est-à-dire Wade. Alors si maintenant avant de quitter le pouvoir, il rectifie le tir en redonnant la parole à la base et en réorganisant le mode dévolution des responsabilités de manière démocratique, alors le mouvement redeviendrait un parti politique qui perdurerait, progresserait rigoureusement dans la voie de la durabilité. Mais force est de constater que dans les conditions pareilles, le Pds n’inspire aucun espoir quant à une longévité, de survivre après son secrétaire général actuel.  
GRAND JURY - Amadou Makhtar Mbow sur la situation difficile des populations au Sénégal  
 
05-01-2009  
«40 % des jeunes chôment ; 54% des Sénégalais vivent en dessous du seuil de la pauvreté» 
L’ancien ministre sous Senghor, ancien directeur de l’Unesco et président du Comité national de pilotage des Assises nationales, Amadou Makhtar Mbow, a fait un tour d’horizon sur les difficultés des populations, mais aussi sur cette réflexion globale sur le problème des Sénégalais qui sera restitué le 6 janvier. M. Mbow était hier l’invité de l’émission Grand jury, de la Rfm.  
Par Papa Ibrahima DIOP 
Sur la situation actuelle du pays, après les événements de Kédougou, Amadou Makhtar Mbow préconise de taire les rancœurs et de trouver des solutions consensuelles pour éviter l’embrasement au regard de ce qui se passe ces derniers temps. 
Le président des Assises nationales, répondant à une question sur un conseil à donner à Wade vu son âge, dit n’avoir pas de conseil, mais pense que l’heure est à la concertation pour dégager des issues heureuses face aux vagues de protestation des populations. 
L’invité de Grand Jury se dit toujours ouvert à rencontrer le Président Wade, s’il en manifeste le désir, encore que sa vocation soit de faire en sorte que toutes les bonnes volontés se retrouvent. M. Mbow se dit prêt à rencontrer qui que se soit, pour le bien du Sénégal.  
L’ancien Directeur général de l’Unesco s’est aussi exprimé sur la situation difficile des populations. Sur le chômage et les conditions de vie du peuple, «40 % des jeunes chôment et 52 à 54% des Sénégalais vivent en dessous du seuil de la pauvreté, tandis que les soins de santé ne couvrent que 20% des besoins et 43% des travailleurs n’ont pas un emploi stable» souligne M. Mbow. Puis d’insister : «Il y a des Sénégalais qui mangent qu’un seul repas par jour et d’autres mangent très mal.» 
S’exprimant sur l’éducation, l’ancien ministre a dit que beaucoup de rapports des Assises nationales font état d’un système éducatif au rabais et s’interrogent même sur l’efficacité des 40 % du budget annoncés d’autant plus qu’il y a un problème de niveau et le français chaotique en est l’illustration. Amadou Makhtar Mbow recommande, «au-delà du pourcentage annoncé», «de mettre l’accent sur l’éducation, surtout les sciences». Il pense que le quota sécuritaire basé sur des raisons clientélistes renseigne sur le niveau des enseignants. Et par rapport à l’annonce des universités de métiers faite par le chef de l’Etat, M. Mbow estime qu’il faudrait doter ces établissements supérieurs de ressources matérielles et humaines. «Depuis l’indépendance, nous traînons des insuffisances. Il faut aller au-delà des discours et s’inscrire dans l’action», préconise l’ancien Dg de l’Unesco. 
Sur les conclusions des Assises nationales, le président du Comité de pilotage soutient que même si elles ne sont pas un programme de gouvernement, elles peuvent y déboucher, car elles constituent une réflexion globale sur les problèmes du Sénégal. M. Mbow a indiqué que la restitution des travaux de commissions thématiques aura lieu le 6 janvier et dans un délai d’une semaine, toutes les parties prenantes vont se rencontrer, ainsi que tous les patriotes désireux d’y prendre part.  
 
WALF FADJRI : 
Assises nationales : Quels enjeux et pour quelles finalités ? 
 
 
Cet article se propose de répondre à une double interrogation qui revient telle une ritournelle : Pourquoi les assises nationales ? Que fera-t-on des résultats de leurs travaux ?  
Avant d’aller plus loin dans la réflexion, il nous paraît opportun de rappeler les propos du président des assises nationales, Amadou Mahtar Mbow, lors de l’installation de celles-ci : ‘Ces assises ne seront pas l’occasion de critiques stériles, d’invectives, de mise en cause de quelque personne que ce soit. Ce sont les problèmes, les situations et leurs solutions dans le cadre d’un vaste consensus qui est l’objectif de tous ceux qui se sont engagés dans cette rencontre’. On l’aura constaté, ces paroles ne relevaient pas d’un quelconque effet de manche. En effet, les faits, tels qu’ils se déroulent aujourd’hui, contrastent avec ce qui a été soutenu par ceux-là qui, dans un bavardage impénitent, ont envahi l’espace médiatique, pour rabâcher des poncifs dont ils n’étaient pas eux-mêmes convaincus. Ce serait lui rendre hommage en reconnaissant qu’A. M. Mbow s’est évertué à veiller à ce que l’objectivité et la neutralité informent l’approche méthodologique adoptée à l’occasion de ces rencontres. C’est ainsi que, durant les débats, les participants ont réussi à mettre entre parenthèses leur appartenance aux partis, aux syndicats, aux Ong, au secteur privé, à la société civile, aux médias, à leur ethnie, à leur religion, non pas pour les nier, mais pour les dépasser.  
Pourquoi les assises nationales ?  
Sans jouer du pathos, sans faire de la psychologie de bazar, il serait édifiant de pencher le visage du Sénégal d’aujourd’hui sur un miroir, et si on le compare à ce qu’il fut naguère, les assises nationales sont largement justifiées. Au-delà de la situation socioéconomique que connaît notre pays, il convient de prendre conscience que le monde, compte-tenu de la globalisation, est devenu trop complexe pour que les problèmes soient résolus par les seuls politiques, à partir de simples bureaux ministériels. Les cadres de pensée doivent changer. Les derniers événements en date, qui portent sur la crise financière et économique internationale, sans oublier la tragique équation de l’émigration des jeunes au moment où l’Europe élabore un pacte commun sur le phénomène migratoire, mériteraient à eux seuls un débat prospectif et participatif. Qui plus est, la démocratie a pour fondement le consentement du citoyen. Son essence même, l’élection au suffrage universel, se joue entre une offre politique et une demande citoyenne qui doivent entrer en résonance. C’est pourquoi il importe, nous semble-t-il, de revoir la relation Etat/Citoyen.  
Sous ce rapport, il nous revient une vieille idée d’Adam Smith qui soutient que le Citoyen est capable, pour les sujets qui apparaissent dans la cité, de juger et de choisir avec bon sens, dès lors que ses intérêts directs sont en jeu et qu’il échappe à ses passions et préjugés. Du reste, on peut constater de manière évidente un déficit de représentativité non seulement dans le débat public d’une bonne frange de l’élite intellectuelle qualifiée improprement d’apolitique, mais aussi au niveau des instances de décision où se nouent et se dénouent les grands enjeux de société. Leur prise de parole pourrait constituer, à l’évidence, une contribution importante d’une bonne partie de la société au débat démocratique. Pour ce faire, il faudrait redonner au champ du politique sa dimension plurielle et ne pas croire l’avoir épuisé en l’ayant limité, comme le font les politiciens professionnels, à la lutte pour le pouvoir.  
Les assises nationales devraient permettre de sortir de ce double piège, celui des hommes politiques qui se sont succédé aux commandes du pouvoir exécutif, qui ont confisqué l’action politique et publique et celui de l’élite politique parlementaire, qui a confisqué la souveraineté populaire. Or, en démocratie, la compétence de l’usager ou du simple citoyen, est aussi indispensable que celle du responsable politique ou de l’expert. Si on ne maintient pas l’équilibre entre les deux, on dérive soit vers la technocratie, soit vers le populisme. Qu’on nous comprenne bien : nous ne sommes pas en train de faire l’apologie d’une démocratie d’opinion à la petite semaine, où le politique serait incapable de proposer des analyses, des actions et où la société serait l’arbitre final de tout. Il s’agit, plus simplement, de tenir compte de l’hétérogénéité de toutes les opinions, bref de faire des citoyens les acteurs des décisions qui les concernent, si nous voulons qu’ils soient des vecteurs du changement.  
Au-delà du diagnostic partagé sur l’ensemble des secteurs, il nous semble que les assises nationales pourraient prioritairement braquer les projecteurs sur quelques aspects qui nous semblent être des priorités… prioritaires : les aspects institutionnels et éthiques, l’économique, la problématique des jeunes, les rapports entre l’Etat et la religion, la problématique genre.  
Pour nous en tenir à quelques points critiques, il faut dire d’entrée de jeu que sur les aspects institutionnels, le Sénégal souffre d’une overdose rhétorique et politique. Et pointer l’événement dont l’Assemblée nationale a été récemment le théâtre est assez éclairant pour notre propos. Il faut un exécutif à l’ego moins surdimensionné. Ceci est à comprendre dans le sens d’une renonciation à la posture archaïque de l’hyperpuissance d’un exécutif au détriment du législatif. Le Parlement doit aider l’exécutif à mieux gouverner. Cela passe par le renforcement du premier et le dégraissage du dernier. La séparation des pouvoirs passe nécessairement par la rationalisation de l’hyper présidentialisme et l’accroissement du pouvoir du Parlement. Il convient de renforcer la séparation des pouvoirs. On parle souvent de l’indépendance de la justice, mais il y a tous les autres pouvoirs : législatif, administratif, économique, religieux, médiatique. En outre, la démocratie a pour exigence de les rééquilibrer dans des ‘check and balance’. C’est pourquoi l’exécutif doit prendre en compte les propositions de loi (initiative parlementaire), bien davantage qu’il ne le fait aujourd’hui. L’efficacité de son action n’en serait que renforcée.  
Quant au Parlement, il ne réalise pas toujours qu’un projet politique, quels qu’en soient la forme et le contenu. Pour s’inscrire dans la longue durée, il doit faire l’objet d’une réappropriation par ses destinataires. Les différentes lois telles celles sur les gaspillages lors des cérémonies familiales et l’excision, qui posent un problème d’effectivité, sont emblématiques à cet égard. En effet, une loi sociale ne peut être acceptée que si elle a subi une double ratification : celle du Parlement, mais aussi celle de la population et des groupes concernés. Tout l’enjeu est donc de faire coexister la démocratie représentative, que nous ne remettons nullement en cause, mais qui, dans notre pays, s’exprime tous les cinq ans et cette démocratie participative, inclusive, qui doit s’exprimer tous les jours.  
On peut même aller plus loin dans cette relation parlementaire/mandant, en relevant ce qu’on pourrait qualifier de quiproquo. En fait, la démocratie représentative a été conçue dès l’origine comme un rempart contre le suffrage universel. Or ici, la démocratie repose aussi sur l’hypothèse absurde de l’élu compétent, lequel, par définition, peut se substituer à tout citoyen. On considère qu’une fois que les citoyens ont élu leurs représentants, leur devoir c’est de se taire. Il y a aussi ce que les sociologues appellent ‘le mythe du peuple’ assemblé fictivement en la personne de ses représentants parlementaires choisis. Pour toutes sortes de raisons, qui tiennent à la fois aux progrès de la démocratie, aux évolutions de la technologie et des mentalités, mais aussi à l’absence de ce que l’on pourrait appeler l’ethos de confiance envers les politiques, cela n’est plus possible.  
Qui plus est, la complexité des problèmes à débattre à l’Assemblée nationale oblige à reconnaître que la plupart des parlementaires ne sont pas outillés pour y faire face. Dès lors, comment s’étonner que les projets de loi soient votés dans un mouvement panurgique !L’analphabétisme agité par certains n’est pas en cause ; cependant, l’examen de problèmes techniques nécessite certaines compétences. A cet effet, le projet d’assistant parlementaire, en vigueur même dans les démocraties avancées, serait, en plus de petites formations de mise à niveau et de l’utilisation de la traduction simultanée, une des solutions. Sous ce rapport, le parlementaire doit accepter un nouveau partage du pouvoir.  
En ce qui concerne les relations entre l’Etat et la religion, il est urgent de revenir aux fondamentaux de la laïcité. A ce sujet, il importe de rappeler que la laïcité n’est pas l’ennemi des croyances et des religions. Elle vaut à la fois reconnaissance du pluralisme religieux, voire de la liberté de conscience et de conviction. La laïcité, telle que nous la comprenons, traduit une conception du bien commun. Elle a pour fonction de soustraire le pouvoir politique à l’influence dominante de toute faction spirituelle ou religieuse, afin que chaque citoyen se reconnaisse dans la République. Cela permet à l’Etat, en dernière instance, de garder une certaine neutralité distante.  
Que faire des résultats des travaux des assises nationales ?  
Faut-il rappeler qu’à l’entame des travaux des assises nationales, son président A.M. Mbow avait demandé expressément aux participants de ne pas faire de fixation sur la période actuelle, mais de procéder à un bilan diagnostic dont la période de référence remonterait le plus loin possible.  
Ceci étant dit, il nous faut d’abord lever toute ambiguïté. De notre point de vue, ceux qui ont participé aux assises nationales ne sont les otages d’aucun parti politique, ne sont instrumentalisés par aucune coterie. C’est pourquoi ces assises ne sauraient être, en aucune manière, celles de l’opposition. En conséquence, leurs travaux ne constituent pas non plus un programme pour quelque parti que ce soit. Il s’agit plus simplement, pour tous les acteurs de la société, de se donner les moyens de se faire entendre et de participer au développement national de leur pays. De fait, le souhait des participants aux assises, c’est qu’il y ait moins de faits du Prince, plus de consensus. Ce faisant, l’arbitre étant moins arbitraire n’en sera que plus respectable, et la démocratie moins névrotique.  
En vérité, il a toujours existé des phénomènes d’opinion dans les systèmes politiques. Le fait nouveau, c’est le caractère permanent que doit avoir ce phénomène d’opinion qui doit s’opérationnaliser en actions de veille sur tout programme politique mis en œuvre par une formation politique qui a accédé au pouvoir grâce au suffrage universel. Cela n’est possible que si des garde-fous sont mis en place, qui obligent ceux qui sont aux affaires à rendre compte à leurs concitoyens, non pas à la fin de leur mandat, mais de façon régulière. Porter une formation politique au pouvoir ne doit pas signifier un blanc-seing qui lui donne droit de vie et de mort sur les citoyens.  
Dans la perspective que nous venons d’esquisser, il s’agit de partager un projet de société, fondé sur une vision prospective auquel aura souscrit l’essentiel des composantes de la société sénégalaise. Au plan factuel, les travaux des assises nationales ont d’abord une fonction hautement utilitaire pour l’ensemble des acteurs intervenant dans le champ du développement. En effet, ils sont constitués à partir des consultations citoyennes, d’un recueil de corpus de données des préoccupations du moment, et de propositions (souvent en rupture avec les pratiques passées) de pratiquement toutes les régions du Sénégal. Ces travaux, pourraient ensuite, déboucher sur une charte nationale. Celle-ci serait un référentiel, un cadre normatif sous forme de feuille de route pour toutes les parties prenantes et qui sera opposable à tous ceux qui auront la prétention de gouverner un jour le Sénégal. Cette charte pourrait être encadrée par un comité de surveillance issu de ses signataires, et être l’expression d’un consensus pour le respect, entre autres, de la Loi fondamentale. Cela est important. En effet, si la Constitution permet de changer les règles du jeu entre les hommes, elle ne change pas les hommes pour autant.  
Pour l’essentiel, il ne peut y avoir de destin en commun sans échange ni partage. Depuis longtemps, l’Etat et ses agents agissent et pensent tels des oracles à la place et au nom des citoyens. Les assises nationales sont l’occasion de proposer une réappropriation par ces derniers de leur liberté d’action et de parole. En cela, elles pourraient contribuer non seulement par des propositions alternatives au renforcement du processus démocratique, mais aussi à réconcilier gouvernants et gouvernés et, au-delà, les Sénégalais avec la politique.  
Cheikh Tidiane BA Ph.D. Sociologue Ctba03@yahoo.fr  
Pour l’intérêt du Sénégal 
 
 
J’ai fini par accéder aux vœux de mes nombreux compatriotes qui ont souhaité que ce message soit transformé en contribution. En ce début d’une nouvelle année, je voudrais présenter mes meilleurs vœux à tous les Sénégalais. J’avais entamé l’année 2008 en trombe. Sous ce rapport, j’avais reçu la plupart des partis politiques avec lesquels je m’étais lancé dans un processus qui me paraissait apte à trouver des solutions à nos problèmes intra muros. En le faisant, j’avais pour ambition de servir mon pays car, comme le dit une récitation dont j’ai perdu jusqu’au nom de l’auteur, ‘entre le ministre qui trône dans un bureau lambrissé et le planton chargé du service du courrier, il n’y a qu’une différence et celle-ci réside dans la manière dont l’un et l’autre serve leur pays’.  
Le pays est aujourd’hui confronté à des difficultés qui n’incombent pas au seul gouvernement en place. Mais il appartient néanmoins à ce dernier de leur trouver des solutions idoines. De grâce, consacrons-nous à cet effort de redressement national, au lieu de nous perdre dans de vaines querelles byzantines.  
Dieu veuille que le processus naguère entamé soit continué dans l’intérêt du Sénégal que nous avons en partage. En tous cas, c’est le vœu le plus cher que je formule pour 2009 et avec lui, des vœux de santé, car comme me le disait un ami hal pulaar, ‘la santé est la fille aînée de tous les trésors’.  
El Hadji Babacar KEBE Président de l’Asnu  
Baisse du prix de l'électricité de 12 A 14 % : Les imams de Guédiawaye font reculer l'Etat 
Devant la détermination des imams de Guédiawaye à faire face au diktat de la Senelec, l’Etat joue à la reculade. Une baisse de 12 à 14 % sur le prix de l’électricité est sérieusement envisagée dans les prochains jours. Mais cette baisse sera-t-elle jugée suffisante par ces imams pour participer à une baisse de la tension notée au niveau du front social ?  
 
Les récentes manifestations des imams de Guédiawaye contre la cherté du prix de l’électricité semblent porter leurs fruits. Le pouvoir, le chef de l’Etat en tête, a décidé de prendre à bras le corps ce problème. Et pour cause, une baisse de l’ordre de 12 à 14 % sur les factures de la Senelec est sérieusement envisagée dans les prochains jours. Selon nos confrères de Nettali.net, cette décision serait prise, dans le courant du week-end, au sortir d’une réunion marathon entre les responsables des différents segments du secteur de l’énergie au Sénégal. Rencontre au cours de laquelle les techniciens du ministère de l’Energie, ceux de la Commission de régulation des marchés et de la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) se sont penchés les conditions d’applicabilité de la mesure.  
Comme pour mieux accompagner cette décision, l’Etat a décidé de s’investir dans la promotion des lampes à basse consommation (Lbc) à la place de celles existantes, responsables, selon les techniciens, de la forte consommation d’électricité par les ménages. Et pour les rendre accessibles aux consommateurs moyens, ces lampes seront défiscalisées, renseignent des techniciens de la Société nationale d’électricité. Ce qui permettrait, à court terme, d’assister à une baisse encore plus subséquente des factures d’électricité. Une baisse qui pourrait même atteindre la barre des 22 % sur les prochaines factures d’électricité.  
Les pouvoirs publics semblent aussi lâcher du lest sur la question des factures contestées par les consommateurs. Lesquels reprochent à la Société nationale d’électricité de ne pas prendre en charge l’effet des délestages et les défaillances enregistrées au niveau des compteurs. Et le ministre Samuel Sarr aurait instruit à la Senelec de rembourser les consommateurs dont le préjudice subi est avéré et de procéder aux ‘rectifications justifiées’ pour les compteurs défaillants. Il a aussi été décidé de la mise en place d’un Fonds d’amortissement du choc pétrolier qui devrait subir les caprices de la montée du baril de pétrole jusqu’à 30 % de son prix actuel de 47 dollars (environ 20 000 francs Cfa). Mieux, les possibilités d’installation de ce fonds ont déjà été étudiées par le ministère en charge du Budget.  
Les imams de Guédiawaye avaient exigé du gouvernement la suppression des 17 % de hausse sur les factures d’électricité et le retour à un mode de tarification dégressif. Une initiative largement reprise par une large frange de la société. Et en réaction, le président Abdoulaye Wade, dans son discours à la nation du 31 décembre, avait montré des signes d’ouverture. ‘Je comprends parfaitement vos récriminations. C’est pourquoi j’ai donné des instructions fermes au gouvernement pour prendre des mesures immédiates’, déclarait-il.  
Mais les baisses annoncées seront-elles jugées suffisantes par les populations de Guédiawaye qui entendent déplacer la lutte dans les mosquées de tous les quartiers de Dakar et dans les églises. Ils ont ainsi demandé à tous les fidèles musulmans et chrétiens d’organiser des séances de prières le dimanche 11 janvier dans les mosquées et églises pour un Sénégal de paix, de prospérité et surtout pour la réussite de leur combat (baisse du prix de l’électricité).  
Ibrahima DIAW  
NETTALI : 
SERIGNE MANSOUR DJAMIL SUR WALF TV  
"Le chef de l’Etat nous a habitués à des promesses non tenues" 
NETTALI- Invité de l’émission "Opinion" sur la chaine de télévision privée Walf Tv, Serigne Mouhamadoul Mansour Sy Djamil, membre très influent de la famille Sy de Tivaouane, n’a pas cherché midi à quatorze heures pour dire ce qu’il pense d’un dernier discours de nouvel an du président Abdoulaye Wade. Priant pour que Dieu donne au président Wade la force de tenir les promesses qu’il a faites le 31 décembre dernier, celui que l’on surnomme le marabout-banquier craint toutefois qu’il ne s’agisse que de promesses de plus. Car, rappelle, Seydi Mouhamadoul Mansour Sy Djamil, "le chef de l’Etat nous a habitués à des promesses non tenues". 
 
D’emblée, le marabout fait remarquer à l’animateur de l’émission "Opinion", que, dans son discours de nouvel an, "le président de la République n’a pas répondu à la question fondamentale". Il s’agit, selon lui, de la baisse du prix de l’électricité. D’ailleurs, de l’avis de Serigne Mouhamadoul Mansour Sy Djamil, c’est ce qui explique que les imams de Guédiawaye refusent encore de baisser les bras. Mieux, croit-il savoir, cette question de l’électricité est nationale. "Il faut que Wade revienne sur cette question", a-t-il dit. Non sans avertir : "Quand l’individu n’a peut plus, il dit qu’il n’en peut plus. Les citoyens n’en peuvent plus". D’après lui, les imams réagissent d’abord en tant que victimes et au même titre que tout le monde. 
"Le chef religieux est aujourd’hui interpellé. C’est très facile de dire que les imams sont des jusqu’au boutiste", souligne-t-il. Avant de se désoler : "Le chef de l’Etat nous a habitués à des promesses non tenues". Et de prier pour Dieu donne à Wade la force de tenir les promesses tenues dans son discours de fin d’année. Mais, dit-il, "je crains que ça soit une promesse de plus". 
Sur le même rtegistre, le marabout s’interroge sur certains omissions du discours de Wade. "Pourquoi il n’a pas parlé de Kédougou ?", s’interroge-t-il. Serigne Mansour Sy Djamil est, d’ailleurs, convaincu que ce qui s’est passé à Kédougou, mais aussi à Guédiawaye pouvait être évité si le gouvernement avait accepté de participer aux Assises nationales. Seydi Mansour Sy Djamil est, d’ailleurs, membre du bureau national des Assises nationales présidé par Amadou Makhtar Mbow. 
En outre, le marabout a appelé le gouvernement à faire la lumière sur ce qui s’est passé à Kédougou et invité à des discours au lieu d’utiliser la force. Mais il ne se fait pas d’illusions. Puisqu’il est convaincu que le pouvoir libéral fait du pilotage à vue. 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 5.01.2009
- Déjà 5114 visites sur ce site!