ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

« mille plaintes contre le gouvernement »

 
Monsieur le Président, vous n'êtes pas Ben ALI ni MOUBARACK mais renoncez à 2012  
Le bon sens, cette faculté de juger sainement dans les circonstances ordinaires et pratiques de la vie, manque considérablement chez bon nombre des tenants du pouvoir y compris chez ceux qui se targuent d'en avoir le monopole et qui tentent de gaver l'oie au delà des trois mois réglementaires en voulant nous imposer votre candidature en 2012. En effet, si vous êtes menacé aujourd’hui, c’est d’abord par vous-même et par vos propres amis politiques. Lesquels ont commis un crime de lèse-majesté en se demandant, d’abord à voix basse, si vous serez encore en 2012 le meilleur candidat possible, puis en créant ouvertement entre eux, toutes les conditions d'une future déroute électorale. Répondre aux inquiétudes des Sénégalais tout en vous montrant le plus incolore possible, voila à quoi vous devriez donc vous employer. 
 
Tout président de la république est élu en instaurant une relation particulière avec son peuple, qui servira ensuite de fil conducteur à son mandat. C'est généralement quand ce fil se casse que les côtes de popularités s'effondrent. Votre pouvoir est au stade de l'effilochement et a vraiment besoin d'un ravaudage pour donner de la cohérence à une alternance qui, de flottements sur l'espoir du changement en promesses dont plus personne ne croit, d'initiatives désordonnées en exhibitions débridées, donne un peu le tournis. Il faut se mettre à l'évidence: une situation qui ne dit pas son nom existe au Sénégal.  
Il y a plus longtemps encore, Aristote a dit qu’ une seule hirondelle ne faisait pas le printemps. Et qu’ un seul acte moral ne faisait pas la vertu. Un seul chiffre positif ne fait pas le plein-bilan, serait-on tenté d’ajouter. Monsieur le président, sachez que les sénégalais sont en attente d'une autre manière de communiquer et de faire de la politique. Ils souhaitent une relation permanente et directe avec vous. Ils exigent la résolution des problèmes de base. Ils aspirent à la simplicité et à la lisibilité dans l'action. Le Sénégal est un pays singulier, une réserve d'hommes politiques et un précipité de toutes les modes contradictoires qui vous entourent.  
 
Le pays est à la traîne et cette situation de campagne électorale font que les populations sont de plus en plus exaspérées par ce désordre qui risque à la fois d'ankyloser le Sénégal ces prochains mois et de provoquer une surenchère politico - sociale qui n'est pas de nature à stimuler l'esprit de nos compatriotes. Et l’avenir ne s’annonce pas radieux, justifiant presque l’étalage de bile d’un récent sondage virtuel faisant de nos compatriotes les champions du monde de la déprime permanente et du pessimisme le plus crasse. 
Mais cette représentation- là, c’est quand le Sénégalais généralise. En revanche, lorsqu’il cesse de penser, c’est tout autre chose. Le ciel se dégage, le bonheur se dévoile au coin de la rue. Nous n'allons pas regarder plus loin que nos orteils pour savoir que l’horizon est bouché pour le Sénégal. Mais l’avenir ne s’annonce pas si mal pour certains Sénégalais -qui croient en vous 2012- dès qu’ ils considèrent leur situation individuelle. Car comme dit l’autre, lorsque vos souteneurs se regardent, ils se désolent ; lorsqu’ils se comparent, ils se consolent. 
Faute de perspective, les Sénégalais seront décidés à se porter massivement sur des hommes et femmes qui, à l'incurie du pouvoir en place, opposeront l'efficacité d'un réseau associatif offrant aux plus nécessiteux- qui ne manquent pas- santé, écoles, transports, logements, sécurité, emplois etc... et coup de pouce pour boucler les fins de mois. Alors que votre marque de fabrique "le Sopi" est saisie par le doute, que l'opposition règle de vieux comptes et que des candidatures spontanées sortent des tiroirs où elles étaient provisoirement rangées, les contre-attaques de votre mouvance et ses soupçons distillés sentiront le soufre. Et la panique. En espérant que les plus ambitieux auront assouvi leur avidité du pouvoir et reviendront à la raison. Douze mois, c’est trop long pour une fin de règne. Mais c’est suffisant pour rebondir, monsieur le président. Et partir! 
Mamadou Oumar WANE 
Consultant Cabinet Audits-Mesures qualité client réseaux télécoms et aériens- France 
Conseiller en stratégie 
editocontribution@yahoo.fr 
«Y en a marre » lance l’opération « mille plaintes contre le gouvernement » 
Les rappeurs du groupe Keurgui de Kaolack, initiateurs du mouvement « Y en a marre », ont lancé ce mercredi 2 mars, la première phase de l’opération « mille plaintes contre le gouvernement », qui prendra fin le 19 mars prochain, date anniversaire de l’alternance politique au Sénégal.  
 
Les membres du mouvement, en présence d’Amath Dansokho, indiquent que « les plaintes des sénégalais seront déposéesle 19 mars dans un lieu tenu secret. « Mille plaintes ne renvoient pas au nombre, mais cela peut être des millions de plaintes. Cette phase est prévue du 2 au 19 mars. Le Sénégal a une population qui souffre mais qui est très disciplinée.  
 
Ce qui se passe ailleurs aurait pu l’être ici. Je peux même dire que ça a eu lieu ici en 2000, mais là c’est de ce système dont on a marre », déclare Thiat, initiateur du mouvement. Présent à la conférence de lancement du mouvement Amath Dansokho a précisé qu’il est venu soutenir les jeunes conscients de la situation critique du Sénégal : « Nous travaillons pour que le régime de Wade tombe le 19 mars, parce que les sénégalais sont fatigués ». 
Les sept plaies du régime Wade, le bennoo du peuple et des citoyens : Le temps de la clarification et des ruptures  
 
 
1 - Amorces de révolutions populaires en Tunisie et en Egypte : En ce début de l’année 2011, l’Afrique donne le la, indiquant la voie des révolutions populaires, sociales, démocratiques et républicaines, d’essence anticapitaliste, contemporaines des réseaux sociaux numériques. L’étincelle qui a allumé les plaines tunisiennes, s’est propagée aussitôt jusque sur les hauteurs des pyramides égyptiennes et embrase à présent le tata du guide libyen autoproclamé. Admirable leçon de chose politique administrée au reste de l’Afrique et au monde entier, avec courage et détermination. Finie l’époque des autocrates scotchés au pouvoir pendant 25, 30 ans et plus ! Jetés au loin dans les mers de Ndaayaan les projets de successions dynastiques planifiés des berges du Nil aux côtes de Dakar ! Ce sont bien les masses qui font l’histoire. Chaque peuple certes a sa trajectoire propre, sa culture, ses pesanteurs, ses traditions de lutte, mais une chose demeure certaine : tous les peuples du monde aspirent au développement, à la liberté, à la dignité, à la justice, au progrès social et à la paix. La misère, l'injustice sociale, l'absence de liberté et la négation de l'Etat de droit, finissent toujours par faire sauter les soupapes de sécurité multiples et toutes les barrières dressées sur les chemins du combat populaire pour l'émancipation et le bien-être.  
2 - Les sept plaies du régime Wade : Il existe pour le peuple sénégalais au moins sept plaies béantes, sept raisons palpables pour tourner le dos définitivement au pouvoir des Wade :  
i - la vie de plus en plus chère, avec comme corollaires la pauvreté galopante dans les villes et dans les campagnes, la multiplication des stratégies de survie au quotidien, la crise persistante des secteurs publics de l'éducation et de la santé, etc. C’est pourquoi, quand Wade proclame urbi et orbi qu'il a mis fin à la pauvreté au Sénégal et instauré l'autosuffisance alimentaire, il a probablement raison dès lors que, pour lui, le Sénégal comme l'Etat, c'est lui et sa famille ;  
ii - les privations endémiques d’électricité, au grand dam des ménages et des entreprises, avec les centaines de milliards dilapidés et les plans ‘feyal’, obscurs au propre comme au figuré ;  
iii - le sabotage des campagnes de commercialisation de l’arachide, au bénéfice des spéculateurs ou autres profiteurs proches du pouvoir, et au détriment absolu des masses paysannes abandonnées à elles mêmes ;  
iv - le chômage massif des jeunes et des moins jeunes, condamnés à braver les affres de l’océan au péril de leur vie, ou à sombrer dans une retraite irrémédiable sans avoir jamais occupé un emploi à la hauteur de leurs qualifications, de leurs diplômes ou de leur métier. L'emploi ou la mort, tel est le tragique cri de détresse du jeune Omar Bocoum, ancien soldat invalide, contraint de s'immoler par le feu devant les grilles du palais présidentiel, sous l'emprise du désespoir : funeste symbole de l’échec d’un régime capable de n’offrir à l’armée et à la jeunesse, deux piliers de la nation, que cette sombre alternative : la déchéance ou la mort ;  
v - la guerre meurtrière qui perdure en Casamance, frein au développement, cauchemar sans fin pour toutes les populations de la sous région ;  
vi - la forfaiture d’un troisième mandat, parfaitement anticonstitutionnel, irrecevable aux plans juridique, éthique et simplement humain, pour un Wade qui, à 90 ans, après avoir trahi l’espoir du 19 mars 2000, après avoir battu tous les records de mal-gouvernance, de brigandages fonciers, de scandales politico-financiers, continue de manœuvrer en vrai candidat masqué, pour s’assurer une succession dynastique en tous points inacceptable ;  
vii - le piétinement de l’éthique et l’érection des antivaleurs en modèles de vie et de comportements, fléau le plus difficilement réparable du système Wade.  
Dans notre pays, le régime en place se montre chaque jour un peu plus incapable de répondre correctement aux demandes populaires : les femmes, les jeunes, les marchands ambulants, les artisans, les travailleurs des secteurs public comme privé, les masses paysannes, les élèves, les étudiants, les chômeurs, tous les déshérités et laissés pour compte, frayent à travers leurs luttes et leurs mobilisations, les chemins de la révolte et de l’autonomie populaire dans le creuset des collectifs de résidents, des collectifs ouvriers et autres comités de lutte. Dépasser la parcellisation des luttes, laquelle ne profite qu’aux hiérarchies pouvoiristes et alimentaires, contribuer à mieux organiser les masses et leurs luttes en s’y investissant pleinement pour les doter d’une vision d’ensemble, d’une perspective politique cohérente et crédible, telle est la tâche des partis politiques et de tous les patriotes décidés réellement à en finir avec le régime et le système Wade.  
3 - Les Assises nationales du Sénégal, une initiative de portée stratégique : Les Assises nationales du Sénégal, menées sous la présidence du grand patriote africain Amadou Mahtar Mbow, constituent l’expression actuelle la plus avancée en matière de dialogue politique dans notre pays. Suivant une démarche inclusive, décentralisée, participative et itérative, les Assises nationales ont réalisé la jonction des forces politiques, sociales, syndicales et citoyennes ainsi que des personnalités démocratiques, autour d’un diagnostic sérieux des politiques mises en œuvre au Sénégal de Senghor à Wade en passant par Diouf, pour déboucher sur la formulation d’alternatives susceptibles de jeter les bases de fondation de la nouvelle République du Sénégal, démocratique, sociale et laïque, conforme aux aspirations et attentes des millions de Sénégalaises et Sénégalais. Seuls le pouvoir en place et ses acolytes ou satellites ont combattu ce dialogue des forces vives de la nation pour le faire échouer, mais en vain.  
Juché sur les épaules des conclusions des Assises nationales, le camp de l’unité populaire et citoyenne pourra avancer d’un pas ferme vers l’instauration d’un nouveau régime politique apte à promouvoir les réformes à même de délivrer notre peuple de la chape de plomb étouffante de ce que l’historien Abdoulaye Ly a fort justement nommé ‘le présidentialisme néocolonial’, patrimonial et prédateur, un nouveau régime politique s’abreuvant à la source de la confiance et de la responsabilité citoyennes reconquises, soucieux de prendre efficacement en charge les préoccupations prioritaires des masses urbaines et rurales, sur la voie des ruptures salvatrices.  
4 - Les Wade, le peuple et l’échéance de 2012 : En vertu des dispositions des articles 27 et 104 de la Constitution du Sénégal, Abdoulaye Wade ne peut pas être candidat à un 3e mandat. Tous les citoyens de notre pays se doivent de s’opposer à un tel projet, pas tant contre la personne de Wade, mais au nom de l’éthique et des principes républicains. Si malgré tout Wade, par ses manœuvres habituelles ou à la faveur d’un passage en force, s’impose comme candidat, il devra alors s’attendre au verdict du peuple souverain, pour trancher définitivement le débat. Le calendrier divin existe, qui appartient exclusivement à Dieu. Il existe aussi le calendrier républicain, que les humains se doivent de respecter dans toute démocratie normale : contre Wade et son aréopage de grands bandits (sic), décrétant la fin de leurs soucis d’argent du simple fait de leur accession au pouvoir (sic), le peuple qui ploie sous les souffrances, qui produit les richesses pour... s'appauvrir en enrichissant un clan de prédateurs sans foi ni loi, ce peuple est mûr pour faire le seul choix qui vaille : se débarrasser de Wade, de son système, de tous ses clones biologiques, spirituels ou virtuels, condition sine qua non pour s'inscrire dans la perspective d'un cap nouveau.  
Comme l'illustrent les exemples des peuples tunisien et égyptien, les urnes ne sauraient représenter la voie exclusive de la mobilisation populaire pour le changement, première leçon ; l'armée et la police n'entendent plus se résumer à des organes aveugles de répression du peuple au service des autocrates et autres oppresseurs, alors même que les luttes portées par les masses des campagnes, des villes et des banlieues expriment des revendications et préoccupations largement partagées avec ces citoyens en uniforme, deuxième leçon. Le temps de la clarification et des ruptures a sonné.  
Les enseignements tirés des élections de 2000, 2007 et 2009 commandent clairement les impératifs suivants :  
- nécessité d'un programme commun et d'une vision partagée : les conclusions des Assises nationales constituent la référence commune à toutes les forces vives, pour la fondation d'une République véritable, l'adoption d'une nouvelle Constitution en rupture avec le présidentialisme néocolonial, la mise en œuvre des réformes institutionnelles indispensables, la matérialisation des nouvelles orientations de développement économique, social, culturel et environnemental, dans la période de transition comme à moyen et long terme ;  
- l'exigence de contre-pouvoirs et de sentinelles vigilantes, en tant que garants du respect des accords, garde-fous contre la confiscation et le détournement de la victoire du peuple : le pacte public d'engagement éthique et de responsabilité citoyenne proposé par Yoonu Askan Wi et d'autres formations répond à ce besoin ;  
- l'urgence d'un front de l'unité populaire et citoyenne, d'une équipe de l'unité populaire et citoyenne pour la normalisation du pays, d'un(e) candidat(e) ainsi que d'une liste de l'unité populaire et citoyenne, seules rampes solides et sures des batailles et de la victoire contre le système des Wade. Ils sont, quant à eux, prêts à tout, y compris l'illégalité et la violence, pour se pérenniser au pouvoir au nom simplement de leurs privilèges indus. Il faudra alors leur opposer tous les moyens de résistance à la disposition du peuple car, comme le proclamait la Constitution de la Première République en France : ‘Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour toute portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.’ Face aux impasses de la démocratie des prédateurs, face au piétinement par les autocrates des droits politiques, économiques, sociaux et culturels des masses populaires, la rue publique s'arroge en toute légitimité le droit imprescriptible d'imposer la République.  
Le peuple sénégalais attend de tous les patriotes, non pas des calculs de positionnements de petite politique ou d'hypothétiques projections sur un second tour au royaume démocratique des Wade, mais l'unité la plus large, la plus claire et la plus motivante pour les citoyens électeurs. Si, comme le préconise la Charte des Assises nationales, approuvée et signée par les principaux acteurs nationaux, le président de la République doit cesser d'être l'épicentre, l'alpha et l'oméga de la vie politique, la cohérence commande de relativiser les ambitions autour de ce poste. Le bennoo est une exigence du peuple, le bennoo du peuple et des citoyens ne saurait avoir qu’une seule équipe, qu’un(e) seul(e) candidat(e). L'unité vraie ne peut être que le fruit d'une démarche libre et volontaire. Les acteurs détermineront souverainement leur voie, dans le respect mutuel ; les citoyens en tireront les conséquences, en toute liberté.  
Les organisations politiques, sociales, syndicales, citoyennes, l'ensemble des citoyennes et citoyens préoccupés par le sort de notre pays aujourd'hui et demain, qui partagent les convictions fortes ci-dessus esquissées, ont le devoir impérieux de promouvoir sans retard le bennoo du peuple et des citoyens, pour refuser d'être les otages des logiques étroites d'appareils et prendre en mains leur propre destin, ici et maintenant, afin de sauver le Sénégal.  
L'alternance, c'était le 19 mars 2000, après quarante ans de régime senghorien. A présent, le peuple sénégalais a besoin, pas tant d'une alternance à la tête de l'Etat, ni même d'une alternance générationnelle ou de genre, mais plutôt d'une vraie alternative éthique, politique et sociale, à même de porter en avant les aspirations profondes de nos concitoyens et concitoyennes. A chacun et à chacune de mesurer sa part de responsabilité face à un tel défi.  
Madièye MBODJ Porte-parole de Yoonu Askan Wi/Mouvement pour l'autonomie populaire  
OPINION : Analyse sociologique des immolations au Sénégal 
Aujourd’hui, le phénomène des immolations devant les grilles du Palais de la République est devenu courant, voire banal. En effet, il s’agit de cas de suicide qui exerce sur les individus un pouvoir coercitif et extérieur, et à ce titre, il peut être analysé par la sociologie.  
Ce phénomène, dont on pourrait penser de prime abord qu'il est déterminé par des raisons relevant de l'intime, du psychologique, est également éclairé par des causes sociales, des déterminants sociaux.  
Les statistiques montrent en effet que le suicide est un phénomène social normal : le suicide est un phénomène majoritaire et régulier que l'on retrouve dans la plupart des sociétés et, au sein de chaque société, les taux de suicide évoluent relativement peu. C'est la tendance au suicide dont chaque société est collectivement affligée.  
S’agissant des différents cas que nous avons connus (Bocar Bocoum, Ameth Tidiane Bâ, et même de Penda Kébé etc.), notre discipline nous recommande de chercher les causes efficientes dans la société, dans les grands ressorts de la vie collective et non dans la gouvernance politique.  
Lorsque ces ressorts fléchissent, l'homme perd toutes les raisons qu'il avait de vivre.  
Si l'individu se décourage et s'abandonne, ou bien s'il s'exaspère et tourne sa fureur contre lui-même, c'est qu'il n'a pas une femme et des enfants auxquels l'unit le double lien de l'affection et du devoir ; c'est qu'il ne trouve ni un appui, ni une règle, dans un groupe d'hommes qui acceptent les mêmes dogmes et pratiquent la même religion ; ou, enfin, c'est qu'il n'est pas distrait de ses préoccupations égoïstes, et soulevé au-dessus de lui-même par de grands intérêts politiques ou nationaux.  
Théorie paradoxale à première et même à seconde vue, car on cherche d'ordinaire dans une toute autre direction les causes du suicide. «Suicides dus au désir d'éviter l'infamie du supplice, de fuir la maladie, la souffrance, la vieillesse, de ne pas survivre à un être cher : mari, femme, enfant, ami ; de prévenir ou de laver un outrage, d'éviter l'infamie, de ne pas tomber aux mains de l'ennemi, suicides dus au dégoût de la vie, suicides accomplis par ordre» ; ajoutons : «Envie d'étonner, désir de faire parler de soi, folie, idiotie, dépression masquée !».  
Toutefois, il faut savoir que ces motifs particuliers et individuels sont des prétextes ou des occasions, mais non des causes. L'individu que rien ne rattache plus à la vie trouvera, de toute manière, une raison d'en finir : mais ce n'est pas cette raison qui explique son suicide. De même, lorsqu'on sort d'une maison qui a plusieurs issues, la porte par où l'on passe n'est pas la cause de notre sortie. Il fallait d'abord que nous ayons le désir au moins obscur de sortir. Une porte s'est ouverte devant nous, mais, si elle eût été fermée, nous pouvions toujours en ouvrir une autre. Dirons-nous donc que les malheureux qui se suicident, (Bocar Bocoum, Ameth Bâ) sont poussés vers la mort par des forces dont ils ne comprennent pas la nature, et que les motifs qu'ils se donnent à eux-mêmes pour expliquer leur geste n'entrent pour rien dans leur décision ?  
Les cas de suicide peuvent être de divers types :  
Le suicide égoïste qui intervient lors d'un défaut d'intégration : l'individu n'est pas suffisamment rattaché aux autres. La société tient les individus en vie en les intégrant. C’est comme le suicide de célibataires. Ce type de suicide correspond au cas de Bocar Bocoum.  
Le suicide altruiste : à l'inverse du suicide égoïste, le suicide altruiste est déterminé par un excès d'intégration. Les individus ne s'appartiennent plus et peuvent en venir à se tuer par devoir (les suicides dans des sectes ou dans l’armée). Ce type altruiste correspond au cas d’Ameth Tidiane Bâ, adepte du fondamentalisme Salafiste.  
Ceci pour dire, à l’instar d’Emile Durkheim, que «Le suicide varie en raison inverse du degré d'intégration de la société religieuse, de la société domestique ou de la famille, et de la société politique ou de la nation» et que la cause déterminante d’un fait social doit être cherchée parmi les faits sociaux antécédents, et non parmi les états de la conscience individuelle.  
Cette analyse sociologique du suicide a pour objectif principal de couper court aux supputations des politiciens et autres individus malintentionnés qui cherchent à expliquer les suicides par immolation par une mauvaise gestion du pays. Cette explication politicienne du suicide est ringarde et relève de l’hémiplégie intellectuelle! L’on ne se suicide pas parce qu’on est contre un régime ou un pouvoir en place. L’explication se trouve dans la société elle-même qui alimente le courant suicidogène.  
 
 
Dr Kaly NIANG  
Sociologue  
Immolation vous avez dit ? Quelle banalité !  
Dire que la situation sociale, économique et politique est alarmante au Sénégal, est une vraie lapalissade. Les Sénégalais, après 11 ans sous un régime de l’alternance, qui sonnait comme une délivrance et un changement après 40 ans de régime socialiste, sont déçus, peinés et fatigués de ce qu’ils vivent quotidiennement. La pauvreté, ils la vivent tous les jours sans exception, n’assurant plus qu’un seul repas par jour pour certaines familles, les jeunes passant plus de temps devant les maisons, le thé qui était leur compagnon de toujours ne l’est plus ou de moins en moins, le sucre et le gaz devant permettre sa préparation ne sont plus donnés. Les mourants dans les hôpitaux et autres malades n’attendent plus l’ange de la mort, le manque d’électricité ou de médecins anticipent sur celle-ci.  
Les anciens combattants et autres invalides de guerre qui attendent des indemnités depuis belle lurette ou même les simples fonctionnaires retraités qui ne vivent que de 11 500 par mois ou même pas 50 000 par trimestre sont plus qu’écœurés et fatigués de leurs situations, eux qui auront servi leur patrie des années durant et ne sont pas rétribués à la hauteur des efforts fournis, alors que d’autres, sortant du néant, qui n’ont jamais rien fait pour leur nation, ou tout simplement futurs prétendants au trône, ont toutes les faveurs, s’autorisent le droit de manipuler et le peuple et ses avoirs. Cela pour dire quoi ? Que si un de ces serviteurs du pays, après des années de combat, de guerre, court après un dû qui devait lui être donné avec tous les honneurs qui vont avec, tente d’une façon ou d’une autre de se faire entendre et que si cela ne marche pas utilise un moyen plus désespéré, il aura été un martyr de la République après l’avoir servi.  
Certains, et même moi, se demandent pourquoi s’immoler ? Wade en vaut-il vraiment la peine ? Je réponds non ! Parce qu’il n’est aucunement touché par cet acte. Je lis dans les journaux qu’après avoir festoyé la veille à la cérémonie des cinquante femmes qui auront marqué la décennie, dont font partie sa femme et sa fille et la plus que majorité de son gouvernement ou parti, son conseiller en communication, en son nom dit qu’il est très peiné par la mort de Bocar Bocoum. Il ne l’est pas aujourd’hui plus qu’il ne l’a été quand s’est tué de la même manière cet homme venu de Ziguinchor, parce qu’il lui avait pris son lopin de terre sans le dédommager, ni quand s’est immolée Penda Kébé, cette femme qui vivait en Italie et qui était la responsable des femmes du PDS à Brescia et dont la mère est une militante de première heure du PDS.  
Parce que si l’immolation est devenue aujourd’hui au Sénégal une banalité, c’est qu’elle commence avec l’histoire de Penda Kébé, qui avait quittait Brescia avec tous ses suivants, dans des bus jusqu’à Rome où le président était en voyage, et devait recevoir ses militants. Elle tenta de le voir à son hôtel, ce que les vautours rodant autour de sa Majesté lui refusèrent. Se sentant humiliée, elle qui s’est toujours battue pour celui dont sa mère disait qu’il est son grand-père, elle se mit le feu et mourut quelques jours après. La réponse de Wade fut la même comme à chaque fois qu’il se passe un malheur, il n’était au courant de rien, personne ne l’a avisé ! Mais c’est surtout parce qu’il oublie toujours ses militants et «amis» d’hier, leur préférant ceux de tout de suite.  
Juste pour dire que des Penda Kébé et des Oumar Bocoum, on en verra encore, des femmes de ces militaires promettent de faire la même chose, le désespoir étant la cause, les conséquences seront toujours dramatiques pour leur famille et pour les simples citoyens qui se réveillent toujours avec un malheur où l’immolation sera le maître mot, et le Roi fera toujours le sourd face aux nombreuses revendications de son peuple, tirant du plaisir de leur souffrance, ce peuple qui lui a toujours été fidèle. Mais même la souffrance a une fin !  
Une citoyenne sénégalaise. 
 
 
 
 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 5.03.2011
- Déjà 5213 visites sur ce site!