ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

d'un boycott

 
07 Juin 2007 16:50 heure de Dakar 
 
 
DAKAR (AFP)-Trois mois après la réélection du président Abdoulaye Wade, la coalition présidentielle au Sénégal a remporté une large victoire aux législatives de dimanche, boycottées par les principaux partis d'opposition et ternies par un taux de participation de moins de 35%. 
 
Pour la première fois depuis les premières élections pluralistes organisées en 1978, l'Assemblée nationale va donc siéger sans ses principaux opposants. 
 
L'Union européenne a immédiatement "encouragé toutes les forces politiques du Sénégal à surmonter leurs différends et à renouer et intensifier leur dialogue afin de maîtriser ensemble les importants défis qui attendent le pays". 
 
La coalition regroupant le camp présidentiel et ses alliés a remporté 131 des 150 sièges à l'issue des législatives du 3 juin boycottées par les principaux partis de l'opposition, selon les résultats provisoires proclamés jeudi par la Commission nationale de recensement des votes (CNRV). 
 
La coalition va garder la haute main sur la future Assemblée, qui sera quasiment monocolore, en raison de la proximité entre le pouvoir et la plupart des formations qui vont y siéger, selon les observateurs.  
 
Plusieurs chefs de l'opposition, dont les anciens Premiers ministres Moustapha Niasse et Idrissa Seck et le chef du Parti socialiste (PS, ancien parti au pouvoir), tous trois candidats malheureux à la présidentielle de février remportée par Wade, seront absents de cette Assemblée. 
 
Le taux de participation s'élève à 34,75%, soit moitié moins que lors de la présidentielle du 25 février (70%), selon ces résultats provisoires. 
 
Ces législatives ont été boycottées par 17 partis de l'opposition pour protester contre les conditions de la réélection du président Wade. Ces partis avaient en vain demandé la révision des listes électorales avant les législatives afin, selon eux, de garantir un scrutin libre et transparent. 
 
Les Sénégalais auront "une représentation républicaine, multicolore et multipartisane à l'Assemblée nationale pour défendre (leurs) intérêts", a affirmé à la presse le député Mbaye Ndiaye, représentant de la coalition présidentielle à la CNRV. 
 
"L'histoire condamnera l'opposition boycotteuse qui n'avait pas raison de le faire et ses militants devront lui demander des explications et des justifications", a ajouté M. Ndiaye. 
 
Dans un communiqué publié jeudi dans la presse, le président Wade, secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) a indiqué que les scores de la coalition au pouvoir auraient pu "améliorés (...) si certains de ses responsables (du PDS) ne s'étaient livrés à des actes qualifiables de trahison contre leur parti" et à "des actes de sabotage". 
 
Il a également demandé l'ouverture d'enquêtes pour "situer les responsabilités" et sanctionner les auteurs de ces actes. 
 
Selon la presse, plusieurs responsables du PDS, mécontents des investitures, ont appelé leurs proches à voter contre la coalition présidentielle. 
 
Ces heurts entre partisans de la mouvance présidentielle ont fait un mort dans la ville de Darou Mousty (nord), selon la presse. 
 
"A supposer que le (taux de participation de plus) de 34% soit accepté, c'est la preuve que Wade et son régime sont ultraminoritaires dans ce pays", a déclaré de son côté déclaré jeudi à l'AFP, Abdoulaye Wilane, chargé de communication du PS. 
 
Selon M. Wilane, le taux de participation crédible est de 24%. 
 
Par ailleurs, une dizaine d'organisations de la société civile ont estimé récemment que la future Assemblée nationale "va souffrir d'un déficit de légitimité" en raison de la faiblesse du taux de participation. 
 
 
 
Législatives 2007 : L’acteur contre le système (des partis) Un signal fort des Electeurs à toute la classe politique traditionnelle 
 
 
Article Par Pr. Malick Ndiaye, Coordonnateur du Bloc des Citoyens,  
 
 
Paru le Mercredi 6 Juin 2007 
 
Rien ne sera plus comme avant. La guerre des partis du Pouvoir et de l’Opposition, avec la complicité de la société civile institutionnelle, a conduit à une chute de l’offre politique globale. Celle-ci doit être repensée de manière approfondie, sur le plan de la méthode, du contenu, de l’orientation et des méthodes. Tel est le résultat combiné du «maa tey» de la Coalition Sopi et de l’incivisme de l’Opposition boycotteuse. Ce 3 juin 2007 est donc avant tout un acte de défiance de la Citoyenneté émergente, non vis-à-vis de la Démocratie, mais à l’égard du système des partis, système verrouillé, exclusif et péremptoire, qui a fait la pluie et le beau temps entre 1974 et 2007. Si, jusqu’ici les citoyens avaient suivi les appareils des partis, à présent, les partis sont sommés d’écouter les masses, de se réformer, d’être à l’écoute des citoyens, dont les problèmes quotidiens et les exigences les plus élémentaires : hausse des prix, éducation, santé, sécurité, ont été délaissés. L’Assemblée Nationale-caisse de résonance est finie, et avec elle, le député sans obligation de résultats, le parti comme outil de promotion privée, etc.  
Le système des partis est frappé à mort par le Citoyen devenu majeur, un acteur à part entière, dont les comportements et les choix viennent de bouleverser l’ancienne donne politique. Le Citoyen ne veut plus être un instrument de promotion entre les mains des partis, des coalitions ou des opérateurs de la société civile. 
 
Ce qui est frappé de nullité, ce sont non seulement les exécutifs des partis qui ont dominé la vie politique sénégalaise depuis un quart de siècle, mais aussi le régime interne de ces mêmes partis, dont les règles et les procédures de désignation des responsables, la gestion des fonds, le financement, le contrôle sur les instances et la tenue régulière de congrès, la mobilité des Secrétaires généraux et le mode de composition des bureaux politiques, n’ont fait qu’éloigner la base du sommet, tout en creusant le fossé entre les partis et les masses. Cet effondrement de l’offre politique globale est le résultat le plus élaboré du régime des partis caractérisés par les SG inamovibles (à vie), l’élévation des partis au-dessus des citoyens, le mépris de l’électeur assailli de problèmes en tous genres alors que les députés et les nantis des appareils de partis paradent parce qu’ils contrôlent les ressources publiques et s’en servent de manière égoïste et arrogante. 
 
Sans démocratie interne dans les partis et sans contrôle de leur fonctionnement et de leurs orientations par les instances, les partis se reproduisent comme patrimoine privé, familial ou clanique d’un individu, d’une clique ou d’une coterie. Ce n’est pas seulement un problème de participation à un scrutin qui est posé, mais, au-delà, celui de la conception même de la politique, qui faut-il le rappeler, est d’abord citoyenne avant d’être partisane. 
 
Au total, c’est bien la démocratie représentative, de l’ancien et du nouveau régime, qui vient de montrer ses limites, par suite de cette révolte du Citoyen, qui n’entend plus subir le diktat des politiques et a commencé par cet acte significatif à renégocier les conditions de sa participation comme membre de l’Etat. 
 
Repenser l’action démocratique, redonner du sens à la politique et à l’action politique, à commencer par la fonction et les missions des partis, dans le respect du sentiment des citoyens, tels sont les premiers enseignements de ce scrutin. Ce dernier marque un tournant dans les Annales de la démocratie sénégalaise, un tournant caractérisé par l’irruption sur la scène politique du citoyen moderne, qui définit à présent les termes de sa participation volontaire au jeu démocratique, au lieu de subir ce dernier. Et pour cause, après avoir voté massivement à la présidentielle du 25 février, il se prononce de façon tout aussi remarquable trois mois après. Un nouvel acteur est donc bien né qui fait basculer le Sénégal sur la pente de sa modernité politique et démocratique : le Citoyen libre, qui choisit de dire Oui, Non ou qui s’abstient, en fonction de son appréciation de l’offre politique globale. Le régime des partis a atteint ses limites. Il faut en tirer toutes les conséquences. C’est toute une époque de la vie politique sénégalaise qui est révolue, et avec celle-ci, les figures et les symboles du passé dont les électeurs viennent de tourner la page. Les nouvelles élites sauront-elles déchiffrer le message ? Là est la question.  
 
 
 
 
COMMENTAIRE LA TETE ET LA QUEUE DU SERPENT 
 
 
Article Par Ngor FALL,  
 
 
Paru le Mardi 5 Juin 2007 
 
La magistrature sénégalaise traverse actuellement, sans doute, la plus grande crise de son histoire. Jamais en effet, le pouvoir judiciaire n'a été autant humilié que sous le régime dit de l'alternance. Qu'est ce qui pousse donc les magistrats, ou certains d'entre eux, à prendre des décisions aussi catastrophiques et inintelligibles sur le plan juridique mais ô combien en phase avec les intérêts politiciens du pouvoir en place? La question mérite d'être posée car nulle part dans notre système juridique, je n'ai vu de contrainte suffisamment grave pour entraver l'indépendance des magistrats. La constitution, en son article 90, garantit l'inamovibilité des juges et leur indépendance par rapport à l'exécutif et au législatif en ne leur soumettant qu'à l'autorité de la loi. Les mêmes principes sont repris et réaffirmés par la loi 92-26 du 30 mai 1992 portant statut des magistrats. C'est ainsi que le Conseil Supérieur de la Magistrature, quoique présidé par le président de la république et ayant comme vice-président le ministre de la justice, a été organisé de telle sorte qu'il aurait pu fonctionner sans que l'indépendance du pouvoir judiciaire n'en soufrât. En effet, tous les membres de cet organisme, à l'exception du président de la république et du garde des sceaux, sont des magistrats. Or, il ressort de l'article 5 de la loi précitée qu'un magistrat du siège ne peut être affecté que pour nécessité du service et après avis conforme et motivé du conseil supérieur de la magistrature. Cela veut dire qu'aucune "affectation-sanction" ne peut être entreprise par l'exécutif à l'encontre d'un juge indépendant si les magistrats composant ledit conseil ne donnent leur assentiment, n’en déplaise au président de la république et à son ministre de la justice. Ou alors, toute décision prise par l'exécutif en violation de l'avis du conseil subirait tout bonnement la censure du Conseil d'Etat qui, lorsqu’il fonctionne normalement, est le garant de l'indépendance du pouvoir judiciaire vis-à-vis de l'exécutif de par le contrôle qu'il peut exercer notamment sur la notion de nécessité du service souvent brandie pour justifier une affectation illégale. On voit donc que l'indépendance de la magistrature n'est point une question de textes. Mais alors où le bât blesse t-il ? Le problème, à mon avis, se situe au niveau des hommes et des femmes qui composent le pouvoir judiciaire. Les textes ne signifient rien sans les Hommes pour les appliquer. La Magistrature sénégalaise est malade de...ses magistrats pardi!A ce propos, il nous paraît opportun de rappeler, ici, cette fable de Jean DE LA FONTAINE ("la tête et la queue du serpent"):"...LA Tête avait toujours marché devant la queue. La Queue au ciel se plaignit, Et lui dit: "Je fais mainte et maintes lieux Comme il plaît à celle-ci: Croit-t-elle que toujours j'en veuille user ainsi ? Je suis son humble servante. On m'a faite, Dieu merci, Sa soeur et non sa suivante. Toutes deux de même sang, Traitez nous de même sorte: Aussi bien qu'elle je porte Un poison prompt et puissant. Enfin voilà ma requête: C'est à vous de commander, Qu'on me laisse précéder A mon tour ma soeur la Tête. Je la conduirais si bien Qu'on ne se plaindra de rien." Le Ciel eut, pour ces voeux, une bonté cruelle. Souvent sa complaisance a de méchants effets. Il devrait être sourd aux aveugles souhaits. Il ne le fut pas lors; et la guide nouvelle, Qui ne voyait, au grand jour, Pas plus clair que dans un four, Donnait tantôt contre un marbre, Contre un passant, contre un arbre: Droit aux ondes du Styx elle mena sa soeur. Malheureux les états tombés dans son erreur!"...) On voit, à travers cette fable, qu’il est bon de mettre l'homme qu'il faut à la place qu'il faut. La queue, comme a voulu si bien le dire LA FONTAINE, ne peut prendre la place de la tête. Il est temps, pour les magistrats, de s'interroger sur les personnes qui sont, au niveau de l'institution judiciaire, à des postes si stratégiques que toute décision qu'elles sont amenées à prendre puisse voir ses effets rejaillir sur la crédibilité de tout un corps. La justice d'un pays n’a, en effet, que l'image reflétée par ses chefs. Du comportement de ceux-ci, dépendra son honorabilité ou sa décadence. Quand un président de Conseil Constitutionnel est atteint de flexibilité d'échine devant un président de la République, c’est tout le pouvoir judiciaire qui est à genoux. Les choses doivent changer. Les magistrats, où qu'ils se trouvent, doivent, une bonne fois pour toutes, assumer ce qu'ils sont (c'est-à-dire un pouvoir) et agir au nom du peuple qui les a mandatés pour rendre la justice. Les membres du Conseil Constitutionnel doivent savoir que l'institution qu'ils occupent est le véritable gardien de la constitution (titre usurpé par le président de la république) et dire le droit en annulant toute loi contraire à la constitution , quelque soit l'enjeu politique du moment, et pas seulement lorsque la loi attaquée (comme celle relative à la parité) se rapporte à des querelles de chiffonniers. Le Conseil d'Etat devrait exercer un contrôle objectif et serein sur tout décret ou arrêté soumis à sa censure et appliquer la loi dans toute sa rigueur et non la politique dans toute sa monstruosité, comme ce fut le cas notamment avec le tristement célèbre arrêt rendu sur un rabat d'arrêt douteux, cautionnant une atteinte grave à l'inamovibilité de deux juges. La Commission d'instruction près la Haute Cour de Justice (dont on entend bizarrement plus parler, alors qu'elle est toujours saisie) devrait poursuivre ses investigations en toute objectivité et neutralité et pas seulement lorsque les circonstances de politique politicienne l'exigent. Un juge d'instruction devrait pouvoir convoquer et inculper toute personne que des indices graves et concordants laissent supposer sa participation à une infraction, fut-elle garde du corps du président de la république ou talibé d'un quelconque chef religieux. La Cour des comptes qui dispose d'un pouvoir d'auto-saisine notamment par le biais de la commission de vérification des comptes devrait en user face à certains actes de prévarication souvent manifestes, de nos deniers publics, au lieu d'attendre, tel un enfant sage, une saisine "chirurgicale"de l'autorité politique. C'est seulement à ce prix que nous pourrions bâtir un état où les droits du puissant comme ceux du faible seront respectés et protégés. Mais, pour atteindre cet objectif une plus grande rigueur dans le choix des hommes s'impose. Les médiocres et dociles ne doivent plus être dans des positions stratégiques de l'appareil judiciaire. L'Union des Magistrats Sénégalais (UMS), pourtant prompte à s'égosiller pour des questions alimentaires, devrait sortir de son silence assourdissant et humiliant face à cette décadence du pouvoir judiciaire. Les magistrats ne peuvent continuer à revendiquer des avantages liés au statut de pouvoir sans réellement se comporter comme tel. Ils ne peuvent ainsi continuer à ne manifester leur indépendance que pour juger de pauvres voleurs de poulet et autres fumeurs de yamba. La prochaine bataille de l'UMS devrait donc être la réforme de la composition du Conseil supérieur de la magistrature. Les membres élus doivent être majoritaires au sein de cette institution où le Président du Conseil d'Etat, amené à contrôler la légalité des décisions qui y sont prises, ne devrait pas siéger. Si les magistrats élisaient la plupart des membres du conseil il est certain que les plus intègres d'entre eux (Dieu sait qu'il sont nombreux et bien connus) seraient élus et alors, le système de nomination aux postes stratégiques (jusqu'ici à la merci de l'exécutif avec la complicité de certains magistrats, membres du conseil, béni-oui-oui) obéirait à des conditions plus objectifs avec comme seuls critères le talent et l'intégrité et non la médiocrité et la docilité. C'est actuellement, pour l'Union des Magistrats Sénégalais, le seul combat qui vaille afin d'éviter au Pouvoir Judiciaire le sort du malheureux serpent de Jean DE LA FONTAINE dont la queue s'était mise à la place de la tête.  
 
 
 
CONTRIBUTION A Mon Jeune Frère et ami, Candidat au Parlement 
 
 
Article Par Théodore Ndiaye, PRÉSENCE CHRÉTIENNE,  
 
 
Paru le Mardi 5 Juin 2007 
 
Cher ami, 
Si tu vas au Parlement, n’oublie pas ! 
 
N’oublie pas l’Esprit et la méthode qui t’ont façonné et formé au cours de tes années de jeunesse et qui ont pour devises : servir et non se servir, voir, juger, agir : l’Esprit JEC (1) 
 
Si tu vas au Parlement n’oublie pas ! 
 
N’oublie pas cet idéal, cette Loi intérieure qui est au fond de toi-même et qui a pour nom Conscience du bien et du beau et qui te servira d’étalon pour juger les lois. 
 
Si tu vas au Parlement n’oublie pas ! 
 
N’oublie pas cet Idéal qu’il faut chaque jour réaliser, bâtir, incarner, et qui a pour noms, Nation, République, Patrie, cet idéal qu’il faut protéger comme la prunelle des yeux, cet idéal fait d’Unité et de diversité. 
 
Si tu vas au Parlement, n’oublie pas ! 
 
N’oublie pas cet enseignement que nous avons reçu et aimé, l’enseignement d’un Saint-Père qui nous a marqués ! Sa Sainteté Pie XII, Je cite :  
 
« Quiconque de nos jours, est appelé à collaborer à l’œuvre législative assume par cela même une charge de laquelle dépendent souvent la vie ou la mort, la satisfaction ou l’irritation, le progrès ou la décadence d’innombrables être humains. Dès l’instant où ils déposent leur bulletin dans l’urne, des milliers d’électeurs remettent leur sort entre vos mains. Pendant toute la durée de la législature, leur bonheur ou leur malheur, leur prospérité économique, sociale, culturelle, spirituelle sont plus ou moins définitivement suspendus au vote affirmatif ou négatif que vous donnez aux projets de lois qui font l’objet de vos discussions et délibérations. 
 
C’est à cause de cela que, tout en étant unis par un sincère désir du bien de la nation, vous faîtes l’expérience, comme peu d’autres, de l’infériorité de l’homme, spécialement par rapport aux devoirs de la vie publique, et vous constatez qu’il n’existe point de supériorité d’esprit, de profondeur de science, d’ampleur de culture, de possession particulière de dons qui garantissent, dans une concurrence si complexe de charges, le succès favorable nécessaire à la bonne administration de l’Etat. Vous sentez bien que celui-ci ne se gouverne pas avec les seules forces humaines, mais que la lumière de sagesse du ciel est nécessaire, afin que, quoi que vous fassiez dans l’intérêt du pays, il y ait constamment en vous la vertu, la probité, l’intégrité, et que vous vous consacriez entièrement à cela, en laissant de côté toute visée personnelle ». Mon cher ami, Robert, si tu vas au Parlement, n’oublie pas, toi et tes collègues, tous, partis et coalitions confondus que tu es député du peuple, de tout le peuple. 
 
 
COMMENTAIRE Victime de l’impunité 
 
 
Article Par Aliou Ndiaye (voyageur spécial),  
 
 
Paru le Mercredi 6 Juin 2007 
 
Ce n’est pas simplement parce qu’il est né à Pikine. Car là-bas, dans la banlieue où nous avons tous les deux vu le jour, la rue, la vie et ses vicissitudes, les coups de pouce et de semonce du destin, les coups de chapeaux et de sabot, bref le sort et son acharnement féroces tissent, inéluctablement, une communauté du destin. Au-delà des trajectoires, une identité commune, des combats communs ont forgé des chaînes de solidarité spontanée. Aujourd’hui que Talla s’en va pour un moment, espérons le, il faut se retourner, se baisser majestueusement et lui rendre l’hommage fort du jeune héros national. On a tenté de te tuer, on ne te déshonore pas. 
Il y a quelque chose de fort et de pathétique dans la lettre d’adieu du leader du Jëf Jël. Pour ne pas trop inquiéter, il a mis un probable retour dans le champ politique au conditionnel. « Peut-être », dit-il, si la santé le lui permet, un jour, il reviendra. Ce n’est pas dans ses habitudes. Talla n’est pas du genre à se satisfaire de ce genre de conjugaisons. Il a souvent parlé au futur et au présent, quelque fois au passé mais rarement au conditionnel. Ce temps maudit de l’indicatif et de la météo, temps de l’incertitude, du loup qui avance dans la pénombre. C’est aussi le temps du médecin qui rassure le mourant. A quel jeu politique joues-t-il ? Crois-t-il pouvoir nous bercer avec des si ? Il sait pourtant que nous avons depuis longtemps passé le temps de croire ce qu’on nous dit. Le temps est un grand maître, dit-on, le malheur est qu’il tue ses propres élèves. 
 
On court des risques de dégoût en voyant comment l’administration, la justice et la cuisine se préparent au Sénégal. Tu t’appelles Pape Cheikh Fall, Talla Sylla ou Coumba Ngouye Thiam, tu es poisson frais ou fumé, l’huile a touché à peine le fond de la marmite que tu es envoyé frire à l’hôpital ou dans un cachot. Pendant ce temps des criminels de haut vol, des gredins orthodoxes, des tueurs bien identifiés dorment dans des hôtels x étoiles. On prépare des lois d’amnistie pour les laver. L’Assemblée nationale devient la blanchisserie de la place Soweto. Et le parquet fait le facteur. Pape Cheikh Fall et Talla Sylla furent ainsi informés par le représentant de la société que la société n’en n’avait strictement rien à cirer. Il pouvait vivre ou mourir, laisser femme et enfants, baigner dans des mares de sang, gémir ou geindre. C’est triste, mais c’est la réalité : vous, comme moi, nous tous Sénégalais, nous sommes des lâches ! C’est tout.  
 
Dans les Séquestrés d’Altona, Jean Paul Sartre écrit : « je n’aime pas les victimes, quand elles respectent les bourreaux ». Et comme dans un sommeil long et cauchemardesque, on se refuse encore à ouvrir les yeux sur des perspectives plus que sombres. Le vice fomente la guerre. Surtout quand il triomphe sur la vertu. Et la justice, le dernier bouclier contre la guerre civile dans un pays, tergiverse chez nous. Il y a des héros en mal comme en bien. Et ceux qui flattent l’impunité doivent être indexé, identifiés et traduits au tribunal de l’histoire. Car le jour où un Sénégalais, fatigués d’attendre une justice qui ne vient pas, se fera justice lui-même, ce sera le début du plus grand désordre. C’est tout.  
 
 
 
 
IBA DER THIAM ANNONCE DE GRANDS CHANGEMENTS A L’ASSEMBLÉE NATIONALE Un chef de l’opposition parlementaire et l’éradication de l’absentéisme 
 
 
Article Par HAROUNA FALL,  
 
 
Paru le Jeudi 7 Juin 2007 
 
Face à la presse hier le coordonnateur de la Cap 21 Iba Der Thiam a annoncé de grands changements pour la future Assemblée nationale. Qu’il présente comme un Parlement de rupture et du renouveau. 
La future Assemblée nationale ne sera pas comme la précédente si l’on en croit le coordonnateur de la Cap 21 Iba Der Thiam. Face à la presse hier, il a indiqué que la Coalition Sopi 2007 s’engage à faire, du Parlement élu, un Parlement de rupture et de renouveau dans lequel l’absentéisme injustifié sera définitivement éradiqué et les missions dévolues à l’institution plus correctement assumées. Selon Iba DerThiam, le scrutin du 03 Juin, en permettant l’entrée au Parlement de 13 sensibilités différentes, parmi lesquelles la sensibilité écologiste, en favorisant l’accès d’un nombre plus important de femmes, de jeunes et de cadres administratifs et techniques à l’Assemblée nationale, en créant les conditions autorisant l’émergence d’un chef de l’opposition parlementaire bénéficiant du statut que lui confère la Constitution de 2001, incitera la démocratie sénégalaise à renouveler sa classe politique. Analysant la participation des Sénégalais au scrutin du 03 Juin 2007, le coordonnateur de la Cap 21 a indiqué que comparer ce taux de participation aux Législatives à celui de l’élection présidentielle, serait faire preuve de cécité politique. Ce serait confondre les genres et mélanger les torchons et les serviettes. En matière électorale, la science politique enseigne, selon M.Thiam, qu’on ne peut comparer que des élections de même natures, c’est-à-dire des scrut ayant des enjeux, des actrices et des objectifs semblables. Pour lui, il n’y a qu’au Sénégal qu’on manipule les chiffres indistinctement, par ignorance et par inexpertise, pour en tirer des conclusions, évidemment totalement erronées, ou par volonté délibérée de désinformation. Il a rappelé qu’aussi bien en 1988, en 1993 qu’en 1998, le taux de participation a, toujours, tourné autour de 38 à40% du nombre des inscrits, alors qu’aucun mot de boycott n’a pourtant jamais été articulé.  
 
Elections législatives 2007 : La sanction 
 
 
Elle était de miel le 25 février, elle est de fiel le 3 juin. La sanction est tombée, avec moins de 8/20, toutes les ‘têtes’ de listes nationales et départementales sont renvoyées à leurs copies. En répondant aux hésitations du gouvernement, par une indifférence à l’appel des candidats à la députation, le peuple vous interpelle Monsieur le président de la République. Trop d’événements douloureux ont affecté la vie du peuple sénégalais, et les principales ‘têtes’ de listes, au lieu de s’instruire sur les grands problèmes qui bousculent la vie du Ssénégalais ‘lamba’, se sont illustrés à critiquer ou confirmer et soutenir des convictions qui n’intéressent que le moyen et le long terme. La seule réponse que le peuple attendait après votre réélection à la magistrature suprême le 25 février 2007, était une baisse significative des prix des denrées de première nécessité (riz, sucre, huile, pain, lait etc..), une baisse sur le prix du gaz, du carburant et une réponse acceptable sur les ‘délestages’ de la Senelec. 
En pleine campagne électorale, deux drames parmi les drames quotidiens dont témoigne le petit écran sont survenus. Un meurtre à Gand Yoff à la sortie d’un bar et la saisie par la police de journaux sénégalais à caractère pornographique. Délibérément ou insidieusement, aucune ‘tête’ de liste ne s’en est inquiétée, comme pour dire que face à ces dangers le parlement doit se révéler distant. Même les ‘soi-disant’ religieux, qui ont eu à participer au débat, durant cette campagne, ont donné l’impression d’être habitués à vivre ces inconvénients, et ont raté une belle occasion pour rappeler ce que le pape Pie IX avait écrit : ‘Une société soustraite aux lois de la religion et de la vraie justice ne peut plus se proposer d’autre but que d’amasser et d’accumuler les richesses, ni suivre d’autres lois dans ses actes que l’indomptable désir de l’âme esclave de ses passions et de ses intérêts.’ 
 
L’esprit parlementaire doit s’épanouir dans une éthique de la confiance et dans une morale de l’effort responsable. Si ceux qui ont pouvoir de légiférer, de décider, d’entraîner, de faire exemple ou modèle n’adhèrent pas dans leur majorité aux comportements qui font une société de partage, de solidarité et de moralité, le peuple qu’ils sont censés représenter est en droit de les prendre pour peu intéressants. Il me paraît légitime, aujourd’hui que le serpent fasse sa mue. L’Assemblée nationale, à mon sens, doit subir de profondes réformes, pour apparaître sous un jour plus avantageux, qu’une simple organisation destinée à fournir un gagne-pain à ses honorables employés. 
 
‘Le grand ennemi de la vérité, c’est très souvent non le mensonge, délibéré et malhonnête, mais le mythe persistant convaincant et irréaliste’. (JFK.) Son Excellence Abdoulaye Wade sait mieux que quiconque que ses enfants (biologiques, politiques, religieux, philosophiques) sont arrivés au terme de leur croissance intellectuelle. Il leur a donné son amour, mais ne peut pas leur donner ses pensées, son devoir de père a été bien accompli. Aux enfants d’assurer et d’assumer la responsabilité de leurs parcours et de leurs fautes futures. Avec le ’nouveau sénégalais’, l’aménité attentive qui nourrit le ‘Massla’ s’efface progressivement, le temps de l’impunité est fini, les fautes commises, aujourd’hui et demain se paieront cash (...) 
 
Dans moins d’un an, nous parlerons encore d’élections : les municipales. Armez-vous d’intégrité prouvée, de moralité avérée et de rigueur pour espérer séduire et convaincre l’électeur sénégalais. Même si certains Sénégalais ont beaucoup changé, reculant sous l’effet de la peur, ou se laissant envoûter par l’argent, le pouvoir et son influence, le Sénégal sera toujours différent des Etats-Unis d’Amérique, du Zaïre, du Togo, du Maroc, de Cuba et de l’Algérie. 
 
En parlant de la place de l’argent dans le jeu politique actuel, mon père me rappelait toujours ce proverbe arabe : ‘Les dunes changent sous l’action du vent, mais le désert reste toujours le même.’ Les législatives du 3 juin 2007 ont le mérite de prouver que notre système électoral est fiable et que l’organisation mise en place par la Cena est satisfaisante. A mon sens, pour ce pays, l’urgence est ailleurs : c’est de nous réconcilier intellectuellement, moralement avec ce qui, dans notre passé, a fait l’équilibre et la stabilité et avec ce qui, dans notre présent, le fait encore vivre.  
 
Abdoulaye DIALLO Ile de NGor esprit_des_lieux@yahoo.fr  
 
 
 
Socialistes de toutes les régions, unissez-vous  
 
 
Dans sa marche vers le cercle des nations émergentes, le Sénégal a croisé sur son chemin, un jour du 19 mars 2000, le libéralisme. Et le peuple sénégalais, avec son lot d’espoir et même d’espérance, accepta avec confiance de cheminer avec le libéralisme. Ce faisant, il s’engagea à faire sa propre mue, pour non pas refaire sa vie, mais la continuer avec une nouvelle équipe. Et, comme dans une catharsis collective, l’homo senegalensis reprit conscience de sa confiance en soi, en confiant aux libéraux toutes les cartes pour agir. Par la suite, le pouvoir libéral commença par présenter l’alternance comme une fin de l’histoire, un horizon indépassable (première dérive à partir de laquelle toutes les autres dérives sont arrivées). Ayant réussi à siffler la fin de l’histoire dans l’esprit de beaucoup de Sénégalais, les libéraux se sont permis de tout faire.  
Le pays se trouve dans une situation pire qu’avant-mars 2000. Tout compte fait, l’alternance ne nous a servi que des dérives. Ainsi, les institutions ont été banalisées, la jeunesse livrée à la gueule de l’océan, le monde rural laissé à lui-même, et tutti et quanti.  
 
Alors que le libéralisme a fini d’étaler son incompétence, les socialistes, seuls recours, affichent la division. Les socialistes doivent s’unir autour de l’essentiel pour sauver un pays mis à genoux par un ‘Sopi en marche’, comme on peut le lire sur les affiches dans toutes les rues de Dakar. Oui certes le Sopi est en marche, mais le pays, lui, va mal. Les socialistes restent aujourd’hui les seuls capables de régler les problèmes des Sénégalais et de remettre le pays sur le chemin qui mène vers le cercle des nations émergentes. Cela, les Sénégalais doivent le comprendre (...)  
 
Le boycott des législatives par certains partis de l’opposition ne m’a guère convaincu, car je le considère comme un acte de démission. Et dans le combat pour le bien du pays, la démission ou le boycott ne trouve pas sa place. Je pense que la participation de la coalition Takku Defaraat Sénégal est une fierté pour tous les électeurs qui croient au socialisme tel que développé et défendu par Léopold Sédar Senghor. Je suis de ceux qui croient que le socialisme est la doctrine qui prend le mieux en charge les valeurs sénégalaises, voire africaines. Aujourd’hui, ce socialisme est en difficultés à cause de problèmes internes. Pour y pallier, j’invite tous les socialistes du Sénégal à se retrouver pour discuter de toutes les questions qui les divisent, en mettant en avant le devoir de s’unir pour sauver un peuple. Ce faisant, je pense qu’ils trouveront une solution consensuelle et durable, pour l’intérêt du Sénégal et du socialisme. Des orientations méritent d’être dégagées dès à présent, et la piste Robert Sagna, pour un socialisme fort et conquérant, me semble la mieux indiquée.  
 
Mouhamed DIOP Consultant Membre du G11 Groupe de réflexion politique assistancegie@yahoo.fr  
UNE AUTRE LECTURE DU FORT TAUX D’ABSTENTION AUX LEGISLATIVES 
Un revers personnel de WadePar DAME BABOU | SUD QUOTIDIEN | jeudi 7 juin 2007 | 1115 lectures  
Le vieux Amadou Samb, un grand griot avec beaucoup de sagesse qui a longtemps vécu à New York, disait de certains individus que « booleen defalee lu baax du_u la gërëm, danu naan sama darajaa ni la tollu » (Si vous leur rendez un service ils ne vous remercient pas, ils considèrent que c’est un honneur dû à leur rang). LIENS RECOMMANDES  
-------------------------------------------------------------------------------- 
Evidemment, la première explication de la faiblesse du taux de participation peut être attribuée à l’appel au boycott des dirigeants des partis qui ont cristallisé sur leurs noms, plus 40% des suffrages à l’élection présidentielle. Il y a aussi l’absence d’enjeu. Les autres raisons qui vont suivre pouvaient perdre de leur pertinence si la coalition Sopi n’avait pas basé toute sa campagne sur le fait qu’elle a été menée au nom, pour le compte et au service de Abdoulaye Wade. Logiquement, ce dernier qui a aussi mis tout son poids, son argent et prestige sur la balance, est donc personnellement sanctionné par les électeurs et non ses lieutenants qui ont tout fait en son nom et avec sa bénédiction. 
 
Mais pourquoi Wade a pu être désavoué par les Sénégalais qui l’ont plébiscité il n’y a pas si longtemps ? 
 
Les premières réactions de Abdoulaye Wade et son entourage après sa brillante réélection au soir du 25 février ont tout l’air de suggérer que le Président a une lecture de sa victoire qui l’a amené à des attitudes qui ont certainement dû lui aliéner beaucoup d’électeurs. On a eu comme l’impression que Wade a considéré que les Sénégalais lui ont donné carte blanche pour faire ce qu’il veut. 
 
Après une campagne électorale très animée, quelques fois empreinte de tension verbale, le candidat du Sopi prend un temps inhabituel avant de s’adresser aux Sénégalais. Là où le peuple s’attendait à un discours de remerciement et de réconciliation, c’est un Abdoulaye Wade colérique, avec un discours belliqueux qui parle à la télévision nationale pour menacer d’envoyer en prison ses trois suivants immédiats dans l’ordre d’arrivée des résultats de la présidentielle. 
 
Il parle de Niasse qui a acheté une maison il y a de cela 34 ans à un prix que le chef de l’Etat juge aujourd’hui dérisoire. Ousmane Tanor Dieng serait l’auteur d’un détournement de grosses sommes d’argent. Le président connaissait le délit depuis des années, mais par-dessus la tête de la justice, il avait demandé de différer les poursuites judiciaires pour des raisons politiques, selon ses propres déclarations. 
 
Idrissa Seck, à qui on avait quelques semaines avant, demandé de revenir travailler aux côtés du chef et qu’on avait blanchi au passage, fait l’objet d’accusations graves de détournement de milliards (14 ou 40) de francs Cfa, dont le patron détiendrait la reine des preuves : l’aveu écrit et signé plusieurs mois auparavant. 
 
Ces faits sont accompagnés d’une maladresse de taille. Le fils Karim Wade qui jusque là était relativement discret vis-à-vis de la politique partisane, est présenté en « prime time TV » aux Sénégalais comme l’un des meilleurs fils, si ce n’est le meilleur du pays. « Bu doon Kajoor ga ma dëkk man ak Wade dey, kenn du fa wax sama doom gën ci doom yi ». 
 
Dans la même lancée, l’intervenant déclare que quoi qu’il advienne, il utilisera tous les moyens constitutionnels à sa disposition pour que Idrissa Seck ne soit pas son successeur à la tête du pays. Xel day jàpp ne ku sana sempi, wara sana samp. (Quiconque a le droit d’éliminer doit avoir le droit d’introniser). 
 
Immédiatement après le plébiscite, les prix d’un grand nombre de denrée de grande consommation flambent sans que les Sénégalais ne sentent, ne serait-ce qu’une intervention de consolation de la part du gouvernement ou du président de la République. 
 
Les délestages opérés par la Senelec que le candidat Wade avait promis de régler au mois d’octobre dernier reviennent de plus belle. Et personne ne s’explique. Comble d’exemple de décision solitaire, Samuel Sarr qui était le directeur général de la Senelec lorsque cette société martyrisait les consommateurs est revenu comme ministre de l’Energie. 
 
Pendant que les populations sont confrontées à des difficultés de toutes sortes, le débat sur la nécessité ou non d’achat d’un nouvel avion survient est lancé. A la place d’une déclaration claire, le chef revient de voyage pour dire à ses compatriotes, que s’il voulait s’acheter un nouvel aéronef, il ne demanderait l’autorisation à personne. Tout au plus, il informerait l’Assemblée nationale pour une loi rectificative des finances. C’est comme si la question des moyens financiers ne se posait pas au pays. Et comme si l’Assemblée nationale n’était qu’une chambre d’applaudissement ! Cette conception de simple boîte aux lettres qu’a le locataire de l’Avenue Roume du rôle de l’institution parlementaire a aussi grandement contribué à dire aux électeurs que de toute façon, le seul décideur dans ce pays est déjà élu. Pourquoi alors se fatiguer à élire des députés qui ne sont que des jouisseurs d’avantages non mérités. 
 
Se rend-on compte que les électeurs ont vu que les membres de cette législature sortante sont les propres auteurs de l’humiliation du parlement en votant une loi qui lui retire ses prérogatives de deuxième institution de la République, à quelques semaines du scrutin ? Qu’y avait-il d’urgent à créer un Sénat avant les élections ? Sinon que le Prince en avait décidé ? La loi sur la parité a subi un traitement pire : elle est soumise à la conférence des présidents le même jour, qui la passe illico presto à la commission qui devait l’étudier et cette dernière la fourgue à la plénière qui l’adopte à une vitesse supersonique. 
 
On est vraiment loin de l’année 1999 quand le candidat Wade écrivait dans son programme électoral qu’il allait « encourager les députés à prendre des initiatives en matière de loi ». 
 
D’ailleurs, parlant de cette lecture que le Secrétaire général du Pds a des résultats de la présidentielle, comment le Président peut -il penser qu’un Sénat à qui est allouée la place de deuxième institution peut-il être composé à 65%, de membres désignés au lieu d’être élus ? 
 
Et comme le Gardien de la constitution entame son deuxième mandat que beaucoup considèrent comme le dernier, le fait de s’adjuger à lui seul, le pouvoir de composer l’institution qui va être dirigée par son successeur constitutionnel, peut être aussi une autre raison de faire peur à ceux qui ont voté pour lui, mais pour lui seulement. Quant au choix de son remplaçant, un grand nombre de ceux qui lui ont donné leurs suffrages ne lui donnaient certainement pas le pouvoir de leur dire « après moi, je vous passe à un autre ». 
 
Ces mêmes partisans non dépendants de son pouvoir de nomination ou de pourvoyeur d’avantages matériels, avaient, pour une grande part, considéré que voter pour l’occupant du palais éliminerait le risque de l’inconnu. Mais quand ces supporters commençaient à assister un débat national sur l’éventualité d’une ascension de Karim Wade au fauteuil présidentiel tant convoité, certains se sont dit : « ah celui-là, on lui donne la main et il semble réclamer tout le bras ». 
 
Last but not least, quelle maladresse que de se faire délivrer un récépissé de déclaration pour la « Génération du concret » à la veille des élections ! Ku tudd Macky toon_ ko. Walla boog ? 
FAIBLE TAUX DE PARTICIPATION LORS DES LEGISLATIVES DU 3 JUIN  
L’Afp parle de « cinglant désaveu populaire »Par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN | jeudi 7 juin 2007 | 593 lectures  
« Quand l’abstention s’est manifestée aussi clairement dans des villes comme Dakar et sa banlieue, Thiès, Kaolack, Saint-Louis et Fatick dont les populations subissent la flambée des prix ainsi que dans le monde rural meurtri, l’essentiel, c’est de retenir le ras-le-bol des Sénégalais. Et leur défiance par rapport aux pratiques anti-démocratiques d’un régime aux abois, paresseusement vautré dans la mal-gouvernance, le mensonge d’Etat et le maquillage permanent du réel ». C’est la lecture que l’Alliance des forces de progrès (Afp) a fait des résultats des élections législatives du 3 juin dernier marquées par un fort taux d’abstention. LIENS RECOMMANDES  
-------------------------------------------------------------------------------- 
DOSSIERS  
LEGISLATIVES 2007 
Les camarades de Moustapha Niasse estiment que « le cinglant désaveu populaire du 3 juin 2007 apporte également un éclairage sur la mascarade électorale du 25 févier à l’issue de laquelle les Sénégalais ont été frustrés de leur volonté clairement exprimée de mettre fin à leurs souffrances, en se débarrassant du régime de Me Abdoulaye Wade ». Et d’ajouter, « Tout le reste n’est que bavardage dérisoire, car la vérité des chiffres ressort, sans ambiguïté, si l’on jette un regard sur les taux de participation, lors de l’élection présidentielle de l’An 2000 et des législatives de 2001, qui gravitent respectivement autour de 62 % et 67 %. De surcroît, le niveau de participation des militaires reflète parfaitement l’état de l’opinion dans notre pays ». 
 
Ainsi, après avoir adressé ses vives félicitations aux responsables et aux militants de base de son parti, qui ont « répercuté, sur le terrain, avec courage, le mot d’ordre de boycott salutaire que le parti a décidé de traduire souverainement en actes », le bureau politique de l’Afp « les invite à rester attentifs aux développements ultérieurs car, les masques du régime de Me Wade étant tombés et le pot aux roses découvert au grand jour, l’exigence d’une CENI qui écarte du processus électoral les fraudeurs zélés, est plus que jamais d’actualité, pour restaurer la crédibilité et la légitimité des Institutions de notre pays ». 
 
Par ailleurs, le parti de Moustapha Niasse « condamne avec la dernière énergie les méthodes totalitaires du Secrétaire national du Pds, qui n’hésite pas à revêtir son manteau de président de la République, pour exercer directement des pressions sur les Elus locaux que le peuple souverain s’est librement choisi ». Pour les « Progressistes », « ce réflexe autoritaire anachronique continue de s’exprimer également dans la volonté du régime de Me Wade d’instaurer dans notre pays une censure de fait, après les obstacles dressés contre la diffusion d’ouvrages, de films, suivis maintenant de blocage arbitraire de radios considérées comme défavorables à la ligne de la pensée unique ». 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 8.06.2007
- Déjà 5289 visites sur ce site!