ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

un prêt de 108 milliards de francs CFA

II- Pourquoi le 1er vice-Président des Assises nationales a démissionné et s’est débiné le  
président de Rewmi ? 
 
SUITE - Ainsi au Sénégal, cette fonction de «neutralité», souvent agitée par des  
personnalités et des organisations de la société civile, pour prétendre jouer le rôle de  
«facilitateur» entre le pouvoir et l’opposition, a toujours servi d’alibi à ceux qui ne  
veulent pas prendre position sur les violations des libertés démocratiques et les dérives  
anti-républicaines du pouvoir, tout en voulant garder leur respectabilité aux yeux de  
l’opinion. Ce faisant, ils entretiennent la confusion entre, l’engagement partisan au sein  
d’une formation politique, et le renoncement à l’engagement citoyen, sous couvert de  
«neutralité politique».  
Ils se comportent comme s’il y avait des «libertés démocratiques et des valeurs  
républicaines» spécifiques pour la société civile, et d’autres pour les politiques,  
desquelles la société civile devrait se démarquer !! Cette dichotomie leur permet de  
justifier leur refus de participer à des luttes initiées par les politiques pour s’opposer  
aux violations des libertés démocratiques et aux dérives anti-républicaines du pouvoir.  
Ils en usent de même pour refuser tout soutien des politiques quand des organisations de la  
société civile prennent l’initiative de se battre contre ces mêmes atteintes à la Démocratie  
ou à la République, sous prétexte de risque de récupération politique pour préserver leur  
«neutralité» entre le pouvoir et l’opposition. C’est ainsi que quand des syndicats ou des  
organisations consuméristes veulent user de leur droit constitutionnel à la marche pacifique  
pour se faire entendre d’un pouvoir sourd à leurs appels pour soulager la souffrance des  
populations, des voix se lèvent pour empêcher toute solidarité avec des politiques, sous  
prétexte de risque de récupération politique, mais en fait, le but visé par ce tollé, est de  
les isoler de la solidarité nationale de toutes les forces démocratiques pour faire aboutir  
leurs luttes.  
Ceux qui osent braver cet «isolationnisme social», sont l’objet de cabales de toutes sortes,  
qui autorise le pouvoir à user de la répression à leur égard, sans pour autant arriver à  
entamer l’estime que leur portent les forces démocratiques nationales et du monde entier.  
Cela a été illustré par l’exemple du président de l’Ascosen qui avait ouvertement invité le  
Front Siggil Senegaal au «sit-in» qu’il organisait, et qui est devenu, aujourd’hui, un  
interlocuteur privilégié du pouvoir, après avoir subi des violences policières, un séjour en  
prison et un procès fortement couvert par les médias internationaux. Cette convergence dans  
la lutte n’a pas, pour autant, transformé l’Ascosen en appendice de l’opposition, comme les  
suppôts du régime le clamaient, mais, son président est devenu un interlocuteur bien  
courtisé par le pouvoir, qui cherche à le faire renoncer à la lutte résolue de défense des  
consommateurs qu’il avait déjà initiée avec brio.  
Ce geste de l’Ascosen, en direction des politiques, a été un signal fort dans la  
démystification de la division artificielle entretenue entre les forces politiques et celles  
de la société civile, dans la lutte pour la démocratisation de la vie publique et  
l’édification d’un Etat républicain fondé sur le Droit dans notre pays. Cette division  
artificielle entre les forces qui combattent pour la République et la Démocratie dans notre  
pays, a longtemps été le tendon d’Achille de cette lutte.  
Cela a permis d’entraver, à intervalles régulières, la marche de notre peuple vers la  
citoyenneté, par les forces rétrogrades et conservatrices de la société, que l’on retrouve,  
aussi bien chez ceux qui exercent le pouvoir que dans l’opposition et dans la société  
civile.  
L’origine et le destin de cette division.  
Le début de cette division artificielle peut être historiquement datée de l’époque, quand  
Jean Collin avait tenté de substituer au dialogue politique, que l’opposition d’alors  
exigeait pour régler le contentieux électoral issu des élections générales de février 1988,  
par un dialogue citoyen avec des organisations et personnalités de la société civile.  
L’échec de cette tentative avait occasionné son limogeage du gouvernement en mars 1990, et  
l’avènement d’un gouvernement d’union nationale sous forme de «Gouvernement de majorité  
présidentielle élargie» en 1991, qui a créé les conditions de dialogue politique entre le  
pouvoir et l’opposition sur la réforme du système électoral, sous l’égide de personnalités  
de la société civile.  
De «substituts» à l’opposition politi-que, les personnalités et organisations de la société  
civile deviennent ainsi les «arbitres» du jeu politique, avec toute l’e-xigence de  
«neutralité» que cette fonction véhicule.  
Ce faisant, un consensus politique se dégageait pour confiner la société civile, ses  
organisations et ses personnalités, à cette fonction «d’arbitre», de «facilitateur» ou  
«d’intermédiaire», pour les empêcher de participer activement à la lutte pour la défense de  
la République et des libertés démocratiques, quel que soit le parti ou la Coalition  
politique au pouvoir.  
Cette culture de «neutralité» a tellement marqué certaines organisations de la société  
civile apparues depuis la deuxième moitié des années 90, qu’elles ont pratiquement délégué  
aux partis politiques le «droit exclusif de décider la manière dont l’expression du suffrage  
du peuple est organisée, et de définir la traduction de ce suffrage dans les Ins-titutions»  
!  
Ainsi, les partis politiques se concertent et définissent le système électoral, tandis que  
la société civile se contente du rôle, oh combien sécurisant, «d’arbitre».  
Celles qui refusent ce confinement sont accusées de «faire de la politique», ou de  
«travailler pour l’opposition» et sont souvent traquées par le pouvoir, ou dénigrées par  
certaines factions rétrogrades dans l’opposition comme dans la société civile.  
Pourtant, les partis ne détiennent pas cette délégation de pouvoir de la Constitution, qui  
ne leur reconnaît que le rôle de «participer à l’expression du suffrage» et à le solliciter  
auprès du peuple.  
Ils n’ont même plus l’exclusivité de «solliciter le suffrage du peuple», depuis l’avènement  
des «candidatures libres» aux élections présidentielles et législatives, qui a été une  
conquête historique des forces républicaines et démocrati-ques sur les forces rétrogrades de  
tous bords.  
Mais, malgré ces avancées notoires dans le processus d’approfondissement de la Démocratie au  
Sénégal, des organisations et personnalités de la société civile semblent se complaire dans  
la fonction «d’arbitre du jeu politique», pour masquer leur démission face à leur de-voir de  
citoyens dans cette dynamique.  
En effet, quand les libertés démocratiques et les valeurs de la République sont en jeu,  
aucune organisation ou personnalité, qu’elle soit politique ou de la société civile qui s’en  
réclame, ne peut pas en même temps chercher à jouer à «l’arbitre» entre ceux qui les violent  
et ceux qui les défendent.  
C’est pour cette raison que, tous ceux qui évoquent ce principe de «neutralité» pour  
expliquer leur renonciation à participer aux Assises nationales, sont en contradiction avec  
l’évolution du processus de démocratisation du pays, qui restitue aux organisations et aux  
personnalités de la société civile leur droit inaliénable de participer à part entière au  
traitement des problèmes du peuple et du pays, au même titre que les partis politiques.  
Fondamentalement, ils tentent, de cette manière, de masquer leur dépendance et ou leur  
vulnérabilité par rapport au pouvoir ; ce qui fait d’eux les «moutons noirs» de la  
Démocratie et de la République dans notre pays. Ce renoncement ne devrait donc être  
considéré autrement, que comme une abdication, au moment même où le peuple a le plus grand  
besoin que ses filles et fils, qui se réclament de la République et de la Démocratie, se  
rassemblent le plus largement possible, pour redéfinir les règles qui devront présider à une  
meilleure gestion de son destin.  
Ce large rassemblement est aujourd’hui matérialisé par la tenue en cours des Assises  
nationales qui, en réunissant patiemment les conditions d’un dialogue national sans  
exclusive, a permis à notre peuple de sortir du dilemme historique auquel les peuples  
d’Afrique font face dans ce début du 21e siècle.  
En effet, les populations font face à des pouvoirs qui les mettent devant le choix entre le  
chaos ou la résignation, devant leur politique et leur manière de gérer leur destin, qui les  
maintiennent dans la misère et l’ignorance, et la Ré-publique, en otage.  
La tenue des Assises nationales constitue donc l’épilogue de la division artificielle des  
forces qui se réclament des valeurs démocratiques et républicaines, et qui s’engagent dans  
leur défense, quelles que soient leurs appartenances politiques ou de la société civile, ou  
leurs convictions religieuses.  
C’est cela qui fait peur aux forces rétrogrades dans le pouvoir et sa mouvance, qui y voient  
le prélude de leur enterrement de première classe.  
De ce fait, ils sont conscients que les Assises nationales ouvrent de larges perspectives  
dans l’édification d’un puissant rempart du peuple contre toutes les dérives, pour asseoir  
les fondements d’un Etat républicain, laïc et démocratique, sans lequel, aucun progrès  
social n’est réalisable sur des bases stables et durables dans la paix civile.  
Les Démocrates et Républicains de ce pays ont donc l’impérieux devoir de réussir les Assises  
nationales du Sénégal, quel qu’en soit le prix qu’ils devraient payer individuellement.  
FIN  
 
Ibrahima SENE - Pit / Sénégal -  
 
 
EMISSION - L’opération devait rapporter 60 milliards : L’emprunt obligataire ne récolte que  
25 milliards de francs 
Le gouvernement avait déjà chanté victoire et claironné partout qu’il avait même commencé à  
payer ses arriérés de créance avec les sommes récoltées sur le marché financier. En fin de  
compte, il s’avère qu’il y a eu beaucoup de vantardise, et que les institutions financières  
régionales n’ont plus une grande confiance envers les engagements de l’Etat sénégalais.  
Un joli flop, comme dirait l’autre. Le gouvernement se retrouve gros Jean comme devant, pour  
n’avoir pas pu obtenir les 100 milliards de francs qu’il cherchait. Après avoir lancé une  
double opération d’émission des bons du trésor, pour 40 milliards de francs et d’emprunt  
obligataire pour 60 milliards de francs Cfa (Voir Le Quotidien n°1626 du mardi 10 juin  
2008), le gouvernement pensait avoir réglé d’un seul coup de baguette tous ses problèmes de  
dette intérieure. La preuve, le mardi 17 juin, en marge de la revue annuelle conjointe du  
Programme d’eau potable et d’assainissement pour le millénaire (Pepam), le ministre d’Etat,  
chargé de l’Economie et des Finances, M. Abdoulaye Diop, claironnait devant des confrères  
que l’Etat était en train -déjà- de payer ses arriérés de dette dus aux entreprises du  
secteur privé.  
LE SATISFECIT DE ABDOULAYE DIOP  
Dans les journaux Le Populaire et Wal Fadjri, M. Diop s’avançait jusqu’à prétendre : «Je  
confirme que nous allons payer toute la dette intérieure avec l’emprunt. Nous sommes en  
train de payer depuis hier lundi (Voir Le Populaire n°2570 et Wal Fadjri n°4871 du mercredi  
18 juin 2008». Se félicitant de la réussite de l’opération, le ministre a ajouté que son  
gouvernement a récolté 108 milliards de francs Cfa, alors qu’il n’en cherchait que 100  
auprès de banques et institutions financières de la zone Uemoa. Or, voilà que la Banque  
centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, qui a joué un rôle d’intermédiaire pour l’Etat  
du Sénégal dans cette opération, vient de publier un communiqué, qui est aussi un démenti  
des déclarations du ministre d’Etat, ministre de l’Economie et des Finances.  
On apprend dans ledit communiqué, que le Sénégal, qui avait demandé 60 milliards de francs  
Cfa en obligations du Trésor, n’a pu en obtenir que 25 milliards de francs Cfa, à la clôture  
de l’opération, le 19 juin dernier. Un gap de 35 milliards gêne donc les opérations, et  
qu’il faudra couvrir par tous les moyens, pour que le Sénégal puisse faire face à ses  
engagements. Néanmoins, la question a été posée de savoir ce qui pouvait expliquer ce  
revers, assez sérieux et inédit dans l’histoire des opérations du Sénégal sur le marché  
financier sous-régional. Et là, les avis des spécialistes se rejoignent.  
UNE SIGNATURE PEU FIABLE  
Le Sénégal aurait pêché par excès de confiance, laissent entendre tous les spécialistes des  
finances interrogés par Le Quotidien. Le gouvernement ne semble pas s’être pas rendu compte  
du malaise ambiant et du peu de confiance que suscite auprès de plusieurs institutions  
financières, sa signature, quand il s’agit d’immobiliser des ressources financières pour une  
durée de temps assez longue. «Dix ans, c’est une longue période, et pleine d’incertitudes,  
même pour un pays aussi politiquement stable que le Sénégal. Surtout dans un contexte de  
crise économique», juge un analyste économique. Un autre de renchérir : «Peut-être que les  
acteurs veulent voir comment vont évoluer les politiques de redressement économique  
actuellement mises en œuvre, avant de se lancer dans des opérations financières qui  
comportent tout de même, une certaine dose d’incertitude.» Quoi qu’il en soit, ce revers,  
puisqu’il s’agit bien d’un, traduit le peu de crédit que les financiers accordent encore aux  
engagements financiers du Sénégal, quand le pays est laissé à lui-même.  
Pis, ce sont des partenaires que l’on croyait des plus fidèles à l’Etat, qui ont fait  
capoter l’opération. Le Quotidien a pu avoir confirmation que c’est le revirement de la  
Compagnie bancaire de l’Afrique de l’Ouest (Cbao) qui est à la base de cette  
contre-performance. Selon les informations que Le Quotidien a pu obtenir, l’administrateur  
général sortant de la banque, M. Patrick Mestrallet, s’était engagé à prendre une bonne part  
des obligations émises par la Banque. Malheureusement, les nouveaux actionnaires  
majoritaires de la boîte n’ont pas voulu s’engager sur cette voie. Les Marocains de  
Attijariwafa Bank ont, semble-t-il, pour option de travailler plus avec le secteur privé de  
la sous-région, au lieu de s’engager auprès des institutions étatiques.  
L’autre élément déterminant de la frilosité de la Cbao serait, selon les spécialistes, le  
niveau de l’endettement intérieur. La banque serait l’un des plus grands créanciers des  
entreprises auxquelles l’Etat doit de l’argent. Et ladite dette pèse également pèse  
également sur la banque qui, de ce fait, ne voudrait pas mobiliser d’autres ressources sur  
une longue période, auprès du même débiteur, l’Etat. Ce retrait de la Cbao s’est ajouté à la  
défection d’une autre institution financière importante, la Citibank, qui a désisté.  
Pour rappel, l’emprunt obligataire est émis pour une échéance de dix ans, alors que les bons  
du Trésor, dont l’opération a été un franc succès, ont des échéances beaucoup plus courtes.  
Ces valeurs s’échelonnent sur quatre échéances, qui vont de 182 jours à 728 jours, pour des  
sommes relativement modestes. Ce qui explique que le communiqué de la Bceao ait pu  
enregistrer en ce qui concerne cette opération, un taux de couverture des soumissions mises  
en adjudication, de 101%, quand les émissions obligataires n’ont pu faire mieux que 41,6% de  
couverture.  
ET MAINTENANT ?  
Le communiqué signé du directeur national de la Bceao, M. Birame Sène, indique que le Trésor  
sénégalais devra convertir ses obligations en bons en compte, pour obtenir le reliquat des  
100 milliards de francs Cfa qu’il vise. Cependant, signalent tous les observateurs, cette  
opération ne va pas s’avérer aussi rentable pour le gouvernement, que le ministre Abdoulaye  
Diop l’avait claironné au départ. En effet, les bons du Trésor étant des ressources à  
échéance très courte, ne sont pas indiqués pour payer des dettes. De plus, leurs intérêts  
sont beaucoup plus élevés que les emprunts obligataires. Une fois la dette des entreprises  
payée avec ces bons, il faudra bien trouver d’autres artifices pour ne pas faire mentir  
Abdoulaye Diop qui disait, auprès des confrères, que le Sénégal a encore une très importante  
marge d’endettement. Le tout, sous la haute surveillance des institutions de Bretton Woods.  
 
Mohamed GUEYE -  
 
Sénégal : Crise institutionnelle d’identités, à quand le bout du tunnel ? 
 
La principale caractéristique du Gou-vernement de l’Alternance dans son ac-tion de tous les  
jours, c’est l’absence to-tale de discernement en matière de priorités. Les questions  
politiques dominent tout, alors que les besoins essentiels et fondamentaux des citoyens sont  
souvent négligés. En Management mo-der-ne, cette confusion dans les choix prioritaires est  
incompréhensible dans un environnement de ressources rares et maigres et fait perdre tout  
son sens à l’efficacité et à l’efficience recherchées.  
Il y a à peine 2 ans, un tintamarre fou avait été organisé autour des cartes d’identité  
«numérisées», des milliards a-vaient été dépensés, des fleuves de discours déversés par le  
ministre de l’Inté-rieur de l’époque, en matière de sécurité, de qualité, de quantité et de  
disponibilité de la pièce. Aujourd’hui tout le monde s’accorde sur le fait que ces cartes  
n’ont de «numériques» que le nom, qu’en matière de qualité et en moins de 2 ans, les  
écritures et la photo s’effacent progressivement, en d’autres termes, la carte ne tiendra  
pas 10 ans comme promis. Mais ce qui est plus grave et plus scandaleux, c’est l’arrêt total  
de la production de ces cartes sur toute l’étendue du territoire national, sans aucune  
communication officielle sur la durée de cet arrêt, la reprise éventuelle des opérations ou  
les solutions alternatives. Des dossiers sont déposés depuis des mois sans suite, et  
d’ailleurs, les commissariats n’acceptent plus aucune demande, et il semble que le matériel  
lui-même n’est plus disponible, d’autres rumeurs parlent même de la disparition du  
fournisseur et des fichiers d’exploitation faute d’avoir été payé !  
Disposer de la carte d’identité nationale est un droit et même un devoir pour tout citoyen,  
c’est le premier élément de validation et d’exercice de la citoyenneté. De ce point de vue,  
l’on ne peut comprendre l’absence de réaction des autorités depuis déjà plusieurs mois sur  
cette question centrale. Quelle garantie pourra-t-on donner à l’identification au Bac et aux  
autres examens avec de simples cartes d’identité scolaires que n’importe quel individu  
malintentionné peut con-fectionner et y apposer un cachet frauduleux ? Quel sort réserver à  
ceux qui veulent voyager dans la sous-région et ne disposant pas de cette CIN ? Et ceux qui  
cherchent du travail ? Et ceux qui veulent tout simplement retirer un chèque en leur nom à  
la banque ? Est-ce que ce Gouvernement mesure l’ampleur des préjudices subis, les  
condamnations aux subterfuges imposés aux citoyens ? Sur quelle base nos forces de l’ordre  
vont procéder au contrôle d’identité ?  
Tout cela pour dire que pour des raisons de sécurité, de dignité et de droit à la  
citoyenneté, nos autorités doivent au plus vite régler cette question qui, mesurée à sa  
juste valeur, est une priorité des priorités et mérite tous les sacrifices. Et même si la  
machine des «numérisées» est grippée, pourquoi ne pas recourir de manière transitoire à  
l’ancienne formule, en attendant d’auditer l’opération susnommée et situer les  
responsabilités pour qu’à l’avenir, pareille situation ne se renouvelle plus, d’autant plus  
que beaucoup d’argent y a été englouti.  
 
Dr Abdoulaye NDOYE - Saint-Louis  
UBLICATION - Les inégalités et l’exclusion à la base des crises : Oxfam produit un livre sur  
la situation du monde 
 
Moins de 20% de la population mondiale s’arrogent plus de 80% des richesses. D’où plus de  
80% des populations ne bénéficient que 20% des richesses. Une situation qui crée un  
sentiment d’impuissance, un sentiment d’exclusion des processus de prise de décision et un  
défaut d’accès aux services publics de l’éducation et la santé. Ce sont là quelques-uns des  
enseignements de l’ouvrage que Oxfam international a présenté hier et dans lequel  
l’organisation place l’inégalité au cœur de la crise que traverse le monde.  
Intitulé L’urgence du moment, le livre mentionne qu’«à chaque minute, quelque part dans le  
monde en développement, 20 enfants succombent à des maladies évitables, telles que la  
diarrhée ou la malaria et une femme meurt inutilement en couches. Parmi les trois milliards  
de personnes vivant aujourd’hui, dans les villes, un milliard vivent dans des bidonvilles,  
en marge de la société et sous la menace des maladies et de la violence. Plus de 880  
millions de personnes sont sous-alimentées, 33,2 millions sont touchées par le VIH dont 22,5  
millions en Afrique subsaharienne». Citant des données de l’Organisation mondiale de la  
Santé (Oms) et des Nations-Unies, Mamadou Bitèye de Oxfam international souligne que «le  
changement climatique a causé, durant les 30 dernières années, plus de 150 000 morts par an.  
La plupart étaient originaires des pays pauvres. Selon les Nations-Unies, il faudrait 300  
milliards de dollars chaque année, pour ramener tout le monde au-dessus du seuil d’extrême  
pauvreté (fixé à un dollar par jour). Cette somme représente un tiers de la dépense  
militaire mondiale».  
Au-delà de ce portrait désolant d’un monde fracturé où l’inégalité grandit sans cesse, le  
livre examine quatre facettes de la vie qui contribuent à l’accroissement des inégalités et  
qui doivent être réformées. Parmi lesquelles, le rôle du pouvoir et de la politique, de  
l’économie et des marchés, des risques et des chocs tels que la maladie ou les désastres,  
les systèmes et institutions internationales. Chaque chapitre examine ce qui peut réduire  
l’inégalité et accroître le développement. Considérant qu’il n’y a pas de recette toute  
faite qui fonctionne en toute circonstance, M. Bitèye estime néanmoins, qu’il y a «certaines  
solutions qui semblent être communes aux grands réussites, certaines situations qui mènent à  
plus d’égalité et à moins de pauvreté que d’autres». Il invite aussi, les Etats de passer à  
une redistribution plus équitable des opportunités, des avoirs et du pouvoir. Appelant à un  
«nouveau deal» sur le pouvoir, l’économie et les institutions internationales, le livre,  
d’environ 61 pages, a été lancé dans le cadre d’un forum réunissant Oxfam et ses  
partenaires, des représentants de la société civile, et du monde des arts, entre autres.  
 
Dialigué FAYE -  
OPINION 
Inflation au Sénégal : violence, ambivalence et l’absolue nécessité.Par | | mardi 24 juin  
2008  
 
Ce travail est un exposé technique non pour brocarder des projets mais traiter un thème  
sérieux que des circonstances ont banalisé. Nous ne parlons pas de cette inflation  
vertueuse, celle qui découlerait d’une hausse du pouvoir d’achat. 
En effet, dans un tel contexte de choix délibéré d’une forte croissance (source possible de  
déséquilibre) la surchauffe de la demande peut provoquer une pénurie relative des capacités  
productives susceptible de conduire à une hausse des prix. Il est question de cette  
inflation perverse dont les effets se manifestent sur l’organisme économique par une  
hypothèque sur l’avenir du pays en termes de ressources humaines et de compétitivité.  
Précisons. Il ne s’agit pas selon la terminologie classique de l’inflation rampante,  
inévitable avec un taux d’accroissement des prix faible cependant continu et qui sévit  
particulièrement dans les économies développées. 
L’inflation dont nous faisons cas inclut la géopolitique et la violence qu’elle exerce sur  
le peuple. Elle ignore les clivages et contingences politiques pour embrasser la situation  
du Sénégal. Au demeurant, l’état des institutions publiques semble servir de terreau aux  
dérives mercantilistes. L’altérité analytique c’est-à-dire le principe de l’universalité est  
rejetée. Autrement dit, nous considérons l’Economie du Sénégal comme un cas d’espèce au sein  
d’une Economie globalisée. 
Nous n’avons pas manqué de donner notre avis sur les leviers que l’Etat acteur ambivalent  
entend utiliser pour s’attaquer au problème. De ce point de vue, l’épiphénomène recouvre  
deux réalités autour desquelles s’articuleront nos propos. 
I.Réalité théorique. 
Nous retiendrons que les concepts courants en usage dans la littérature économique ne  
cernent pas le phénomène de l’inflation au sénégal. Celui-ci puise ses racines dans une  
logique idéologique budgétivore prédatrice et de désinformation. Il est à l’origine de  
toutes les imaginations dans le pays et déclenchent une psychose collective dont les signes  
les plus apparents sont les réactions d’hystérie dans le système éducatif, base du  
développement. 
Déjà avec un taux d’abandon élevé on ne peut manquer de manifester une réelle inquiétude au  
regard de l’avenir de façon générale. La crise est profonde et le socle de la société  
ébranlée. Elle est située au niveau de l’inadquation entre le corps du régime politique et  
celui de la société. Seul un comportement idéologique et doctrinaire peut justifier  
l’acceptation résignée de la tendance haussière des prix à ce rythme effréné. L’explication  
réside dans l’idée que l’abstention de l’Etat dans les rouages économiques- c’est dans l’air  
du temps- constitue le chemin royal pour juguler l’inflation. 
Elle soutient que le marché est le meilleur régulateur de l’activité économique. Une telle  
conception serait une erreur scientifique et historique. D’abord, l’hypothèse d’un marché de  
concurrence pure et parfaite reste illusoire. Elle élude les rapports de force  
caractéristiques du champs de l’économie ainsi que la primauté de la rationalité du  
comportement économiciste et la marchandisation, aujourd’hui, de toute forme de relations  
humaines. Cet aspect permet de comprendre les forfaitures, l’opacité et certains crimes et  
délits en matière de gestion. A preuve. Malgré ses convictions profondes dans le libéralisme  
économique, Keynes préconise le contrôle des prix (fixer le prix d’autorité) pour juguler  
l’inflation. 
L’Etat a le devoir impérieux de s’impliquer activement pour corriger les imperfections  
intrinsèques aux lois du marché et les « appétits insensés » de l’offre spéculatrice.  
Egalement, le jeu spontané du marché s’oppose à la solidarité sociale (valeur éminemment  
humaine) et aux règles élémentaires constitutives de l’Etat de droit auquel est dévolu  
l’installation du lit pour l’expansion du capitalisme. 
Ensuite, le modèle de gestion de l’Etat sénégalais se révèle spécifique. Jugeons- en. Le  
Budget a été triplé dans un contexte d’une économie extravertie contrperformante et dont le  
secteur informel concentre 70% des activités. A cela s’ajoute que 80% des dépenses de  
consommation et d’investissement des ménages, surtout ruraux proviennent des fonds de  
l’immigration et autres transferts unilatéraux. 
L’Etat sénégalais, de nature dispendieux et clientéliste trouve avantage à laisser filer  
l’inflation. Il ne peut en être autrement du fait de l’implication des bases théoriques  
fondatrices du régime libéral dogmatique triomphant. Une politique de lutte audacieuse  
contre l’inflation conduirait à créer un manque à gagner en impôts et taxes. 
Ce qui est inconcevable car, dans sa fuite en avant, même en se livrant à des comptes  
d’apothicaires, c’est cette pression fiscale qui permet à l’Etat de financer le Budget. Des  
mesures administratives hardies signifieraient pour l’Etat, prendre le risque de  
transgresser une loi immanente, la foi fanatique en la supériorité des mécanismes du marché  
et récuser le socle économico- philosophique du régime politique. On ne se déprend pas  
aisément d’une culture. 
Selon le capitalisme, dans son ‘intime conviction’, la régulation des tensions relève d’un  
processus automatique grâce aux mécanismes d’un marché autonome transcendant. Cependant, les  
expériences démontrent et la situation concrète du Sénégal l’illustre, la singularité d’une  
telle vision qui combine émotion et passion pour marquer. L’allure de la courbe d’évolution  
de l’accroissement auto entretenu des dépenses publiques, jamais remise en cause participe  
de l’origine de la crise profonde porteuse d’un choc émotionnel général. 
II. Réalité pratique. 
Incapable de se projeter dans l’avenir, son horizon de l’Etat demeure le court terme. Il  
entreprend des projets ponctuels très souvent contradictoires. Il se contente d’actions  
passives démagogiques de saupoudrage, présentées de façon folklorique. Non seulement l’Etat  
nie toute responsabilité dans l’amplification et la propagation ondulatoire du déséquilibre  
mais il avoue, au grand désarroi des populations, son impuissance à le résorber. Ce qui lui  
permet d’évacuer toute mesure active hardie. Simultanément, interrogeons-nous sur le  
caractère judicieux du choix de l’Etat sénégalais à engager plus de 20% du Budget national  
en charge plutôt qu’en investissement dans un projet dont la décence voire l’efficacité  
comparée aux priorités économico- sociales et d’aménagement du territoire est franchement  
douteuse. 
Un programme de développement du biocarburant est-il compatible avec la recherche de  
l’autosuffisance alimentaire, les exigences, institutions et structures nationales ? Aucune  
alchimie ne peut, dans les dispositions économiques actuelles mener de front plans de  
développement du biocarburant et Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance  
(GOANA).Une des raisons est que l’ l’Etat n’en assure pas le financement intégral. Invoquer  
l’inflation importée est un alibi fallacieux destiné à masquer bien des incompétences et  
incurie. 
En effet, il est insensé, pour un Etat d’indexer ses actions économiques sur le cours du  
pétrole, erratique et aberrant au sens statistique du terme ou de les fonder sur des  
paramètres externes qui lui échappent totalement. Dans ce domaine, une incursion analytique  
dans l’orientation de la politique économique sénégalaise donnerait bien des indications.  
Des Autorités quasi exaltées exultent en proclamant, avec cynisme que la flambée des prix  
–le malaise social- voire les actions entreprises par l’Extérieur modifieront à terme  
favorablement le modèle de consommation sénégalais. 
Ce résultat est sensé exercer un effet bénéfique sur la Balance des Paiements. Peut-être  
épousent-elles la thèse de la « stratégie d’acteur », principe consistant, selon les  
sociologues, à transformer une contrainte en opportunité ? Des Fantasmes et de la pure  
utopie car cela se traduit dans l’immédiat, par des larmes, des énergies plombées et des  
ressources sacrifiées. Donc cette idée constitue un déni de rationalité économique, un défi  
et un scandale de gestion dont aucun représentant du peuple ne s’est offusqué. 
En effet, une demande forte est un facteur de croissance économique. Nul doute qu’il revient  
à l’Etat de créer les conditions de relance de la production interne essentiellement grâce à  
la probité des dirigeants et des structures transparentes durables. Sous l‘angle du prisme  
politique déformant les solutions tout azimut (baisse des impôts, subventions, exonérations,  
renoncements à des taxes, stratégie de cultures de rente, de biocarburant et  
d’autosuffisance alimentaire, …) sans cohérence ni compatibilité sinon véritablement  
contradictoires sont élaborées. 
Ces pratiques courantes au Sénégal ne sauront résoudre la question centrale héritée du  
Programme d’Ajustement Structurel avec l’utilisation d’instruments d’intervention radicaux  
(vérité des prix, désengagement de l’Etat, externalisation des services publics y compris la  
sécurité, transfert du financement des biens collectifs sur le peuple, privatisation). Elles  
contribuent à brouiller les repères et à créer une atmosphère de terreur, de précarité et de  
défiance dans la société. 
Est-ce par hasard si la Communauté Internationale (ONU, Etats et autres Institutions ?)  
proposent comme option de sortie de crise l’accroissement de l’Aide Publique au  
Développement (APD), alors même que celle-ci fait l’objet d’une critique unanime acerbe y  
compris de la part de l’Union Africaine ? A juste titre puisque l’application des règles de  
l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) a fait passer l’aide alimentaire de 15 % en 2001 à  
3% 2007 ; et c’est une tendance qui semble se dessiner pour le futur. La Communauté  
Internationale se garde bien de mettre l’accent sur l’inégalité de la répartition des  
richesses et de l’incriminer. 
En effet, selon différentes sources, la quantité de biens et des services disponibles est en  
mesure de couvrir largement les besoins de l’humanité. L’Etat doit donner un plan indicatif  
de ses intentions clair plus incitatif qui puisse servir de cadre aux agents économiques. 
Au surplus l’exploitation des potentialités agricoles est contrariée par le déficit  
d’infrastructures ainsi que, à brève échéance les Accords Partenariat Pour le Développement  
(APE). Dans cet esprit, le retrait de l’Etat, est-il concevable, au double point de vue de  
l’éthique et de l’efficacité économique ? A nos yeux l’Etat reste le centre gravité  
l’économe Le climat inflationniste exerce des effets pervers diffus. Aussi les titulaires de  
revenu fixes ou non indexés (salaires, pensions capital, intérêt …) victimes désignées de  
cette dynamique sont-ils des laissés pour compte. 
De son côté, l’épargne subit un taux d’intérêt réel négatif. La résultante est qu’elle se  
dirige vers les secteurs spéculatifs immobiliers, des jeux ou l’achat -parfois illégal- des  
devises. Le calcul économique est faussé, la dette de l’entreprise étant artificiellement  
allégée et l’entreprise bénéficie d’une hausse de la marge d’autofinancement apparente  
mystificatrice du fait de la dépréciation monétaire. Compte tenu de la politique monétaire,  
notamment du taux de change en vigueur, l’inflation entame la compétitivité prix des  
entreprises domestiques. 
L’extension de cet univers de marchandisation des rapports et actes humains permet aux  
opérateurs économiques d’appliquer sans coup férir la logique de maximisation du profit  
c’est à dire augmenter les prix à leur guise. On ne peut le leur reprocher, logique de  
maximisation oblige. Il n’est pas erroné de considérer aujourd’hui que le prix est fixé à la  
« tête du client » sur un marché réputé de concurrence. C’est l’organisme social tout entier  
reposant désormais sur des bases économiques irrationnelles qui subit une surexploitation  
par procuration. 
Conjointement cette frange de la population qui ploie déjà sous le poids de l’inflation  
vient combler les carences de l’Etat en accomplissant certaines de ses fonctions régaliennes  
: arbitrage, redistribution, régulation…etc. Elle assume la couverture des risques  
individuels (chômage, maladie, vieillesse) de tous les exclus et marginalisés du système  
économique, une prise en charge relevant, dans les pays développés, plutôt de l’Etat. Nous  
tairons volontiers l‘hypothèque qui pèse sur l’avenir scientifique et du capital humain de  
la nation au moment où il est acquis que le développement et la compétitivité reposent sur  
le savoir. Or, avec la spirale inflationniste, les enfants malnutris sont les éléments les  
plus patents de ce danger. 
Ces pathologies graves irréversibles sont lourdement préjudiciables à leurs capacités  
intellectuelles ipso facto atrophiées et inhibées à jamais. Même la Communauté  
Internationale et l’ONU oublient le Droit à l’Alimentation un des vieux des droits de  
l’homme contenus dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Cette indifférence  
relayée par les illusions perdues liées aux travers de la gestion publique cristallise chez  
le peuple un sentiment de rejet de l’Etat. La multiplication de projet irréalistes faits  
dans la précipitation telle la GOANA, en raison de la non adhésion populaire est source de  
déstabilisation et d’inquiétude face à un lendemain d’angoisse et d’anxiété. 
L’inflation signifie le prélèvement d’un impôt non voté et l’inoculation d’un régime de la  
diète à l’encontre du peuple. La création d’un dispositif étatique d’éradication de  
l’inflation (magasins témoins, structure de détermination et de contrôle des prix…)  
ressemblerait à un déni de l’idéologie libérale officielle. Un risque que l’Etat évite de  
prendre pour ne pas se renier, trahir ses « pairs et encourir les représailles et  
récriminations des défenseurs de l’ordre économique international au rang desquels les  
opérateurs nationaux. Cette interdiction de l’immixtion de l’Etat dans la sphère économique  
traduit la volonté manifeste de l’Etat de militer en faveur du nouvel ordre économique d’un  
capitalisme de plus en plus orthodoxe. Il favorise la défense d’intérêts mercantiles cumulés  
tout en nourrissant les réflexes d’un comportement spéculatif, somme toute compréhensible,  
du capitaliste. 
En fait le capitaliste ne fait que perpétuer la tradition de la rationalité capitaliste, la  
maximisation de son objectif, sans égard de la légitimité ; en ce qui nous concerne, la  
marge bénéficiaire, peu importe le processus et les moyens utilisés. De toutes les façons  
les impératifs de la concurrence et du profit rendent impossible l’abandon des irrégularités  
dans les pratiques de l’activité économique (cf. les multiples scandales  
économico-financiers à l’échelle planétaire). Dans ce contexte où le capitaliste  
(apatride/transnational) prêt à tout pour assouvir son idéal, peut-on, doit-on stigmatiser  
l’intervention de l’Etat ? Diverses explications composites se profilent. 
L’idéologie du moment soutient que ce capitalisme et son corollaire le secteur privé est  
porteuse d’espérance universelle au sens où c’est le seul chemin pour réaliser les ambitions  
du capitaliste et le bien-être de l’homme. L’Etat bénéficie aussi de l’inflation soit en  
tant que débiteur soit par le canal de l’effet insidieux de ponction opérée sur les revenus.  
Dès lors une mesure de baisse de l’impôt sur les revenus ne peut être efficace que si elle  
se situe à la hauteur du taux d’inflation. Sous cet angle le pouvoir législatif est  
interpellé à moins qu’il ne soit inféodé et aux ordres). Que des instances internationales  
enjoignent l’Etat de soulager les souffrances des populations n’est que du bluff et du  
dilatoire. 
L’absolue nécessité de l’initiative publique s’avère incontournable, sinon exclusive  
s’agissant des pays tel le Sénégal qui n’ont ni structures économiques expérimentées ni  
ressources constitutives du fonds de développement. A ce titre les choix sectoriels de  
l’Irlande et de la Chine (un effort notoire d’investissements dans la formation) s’avèrent  
très instructifs. Illustration sommaire. 
Considérons les éléments ci-après d’un pays. 
Niveau du taux d’imposition directe : 10% ;  
Revenu du contribuable : 100 000f ;  
Scénario 1 : absence d’inflation (le taux d’inflation est égal à zéro) ;  
Scénario 2 : présence d’inflation (le taux d’inflation est égal à 5%). 
Dans le scénario 1, le montant de l’impôt est égal à 10 000f (100 000fx10%). Il correspond  
rigoureusement à l’effort contributif de l’individu à la solidarité nationale en fonction de  
sa capacité réelle pécuniaire et de son pouvoir d’achat. Cet esprit traduit la philosophie  
de la fiscalité directe. En considérant le scénario 2, le contribuable s’acquittera de 10  
000f (100 000fx10%), somme inchangée alors que l’inflation aura érodé sa capacité réelle  
c’est à dire son pouvoir d’achat de 5000f (100 00fx10%). Au nom de l’équité attachée aux  
principes de l’impôt, il eût été plus juste d’asseoir la base de l’imposition sur son revenu  
réel, à savoir 95 000f [100 000f-(100 000fx5%)]. Pourtant, il aura payé un montant identique  
de 10 000f. 
L’inflation désorganise l’architecture fiscale par un biais discriminant et pénalisant.  
Cette observation ouvre une piste de réflexion au regard de tout projet de réforme fiscale  
destiné à gommer une injustice sociale. En effet, les catégories vulnérables de la société  
constatent, impuissantes, la fonte traumatisante de leurs revenus sans aucune possibilité de  
couverture. 
Certes à l’échelle macroéconomique, l’inflation diminue le salaire et incidemment le coût de  
la main d’œuvre. Pourtant l’entreprise n’en tirera pas un grand avantage à cause des effets  
cumulatifs de contraction de la demande non compensée par d’éventuelles plus-values sur  
stocks. Est-ce dans ce cadre que les Institutions de Brettton Woods et autres organismes,  
reconnaissant la gravité de la situation, ont sommé le Sénégal d’infléchir sa politique  
économique vers plus de social ? Ou veulent-ils se prémunir contre l’explosion des  
aspirations sociales ? Nous pouvons raisonnablement penser que c’est plus le sens du réflexe  
et de l’exaltation que celui de l’action réfléchie qui prévaut dans la prise de décisions  
publiques. Cette attitude se fonde sur la manipulation érigée en système (une constante).  
Deux cas démonstratifs : le taux de dévaluation officialisé à 50% alors que l’application de  
la méthode de cotation dans la zone, ce qui paraît normal, affichait 100%. En outre, sans la  
moindre décence, les Autorités signifient solennellement aux populations leur incompétence à  
combattre l’inflation. Paradoxe et comble d’irresponsabilité, elles utilisent tous les  
subterfuges pour se maintenir aux commandes de l’Etat. 
Peut-il en être autrement quand on sait que les mesures d’inspiration libérales servent de  
base à l’initiative publique ? Si elles sont ambitieuses et audacieuses à l’image de la  
GOANA, leur mise en œuvre reste inappropriée. Seule une prise en charge effective de ces  
mesures par l’Etat, à travers des structures publiques solides pérennes, donc une rupture  
idéologique, peut en assurer l’exécution et la réalisation. En conséquence, les magasins  
témoins, les projets agricoles ou l’appel à la diaspora s’avèrent des leviers inopérants et  
plutôt surréalistes. 
A la limite, ces projets sont des calmants justes efficaces pour faire tomber la fièvre mais  
inaptes à remédier les déséquilibres structurels qui minent les différentes sphères de la  
société sénégalaise. Fixer des objectifs à partir d’un discours politique incantatoire et  
délirant (GOANA, refuser la fatalité, émeute de la faim, autosuffisance alimentaire…etc.) se  
transforme en chimère. L’Etat sénégalais ne peut s’aventurer à une « contre-performance  
fiscale » car pour l’ordre économique hégémonique, plus précisément les Institutions de  
Bretton Woods, la performance économique qui offre le Certificat de satisfecit international  
est fonction croissante des recettes fiscales. Celles-ci demeurent de nos jours une  
conditionnalité à l’éligibilité aux programmes de ces Institutions, canaux de financement  
inestimable au moment où l’APD continue de dégringoler allègrement. 
La « taxe » d’inflation, cet impôt indolore est injuste socialement du fait qu’il modifie la  
répartition du revenu national au détriment des ménages et des épargnants. Réduire les  
impôts et taxes à l’importation-autre solution alternative proposée-représente un piège  
permettant aux mécanismes implacables des Accords Pour le Partenariat au Développement (APE)  
de se déployer subtilement avec toute la logistique nécessaire. Outre, l’opérateur  
économique ne peut, de gaieté de cœur, consentir à une réduction de sa marge commerciale ou  
renoncer à capter le surplus qui naîtrait d’une suppression/baisse de la fiscalité. 
L’Etat est investi des tâches de régulation et de moralisation de l’environnement économique  
à la dérive : traquer la logique « marchande », instaurer des structures de référence sous  
la puissance tutélaire exclusive directe de l’Etat, réhabiliter les service du contrôle de  
prix. Un préalable subsiste : la volonté politique. Faire une fixation sur le rôle de l’Etat  
pour fustiger son interventionnisme constitue surtout un aveu d’impuissance et une source de  
dysfonctionnement par rapport à l’économie. Il est anachronique de soutenir, dans le  
contexte du Sénégal et de la globalisation que l’interventionnisme altère l’ordre naturel et  
perturbe le déroulement autorégulateur du marché. 
Les dépositaires du pouvoir populaire ont là une occasion de s’agiter et de légitimer leur  
mandat. La théorie libérale souligne que les déséquilibres (l’inflation…) sont à traiter par  
des politiques internes spécifiques. En l’espèce, l’Etat doit être au service du marché en  
palliant ses défaillances. Le Sénégal a emprunté cette ligne et ses pratiques intègrent ce  
conformisme politico-économique, obstacle à la formation d’un dispositif anti inflationniste  
probant. 
Notre analyse a décrypté les manifestations du phénomène pour en soulever des aspects  
importants jusque là occultés. Au regard du statut de l’Etat et de l’environnement  
économique, la stratégie amorcée pour combattre la crise ne sert qu’à distraire la société  
et déchaîner des passions partisanes. Globalement catastrophique pour le peuple, l’impact de  
l’inflation se révèle, paradoxalement, positif vis à vis de l’Etat et potentiellement  
avantageux pour l’entreprise. Ces résultats offrent la perspective d’un débat technique  
expurgé de toute connotation politicienne, fructueux et fécond à tous les niveaux du corps  
social : gouvernemental, parlementaire, syndical et communauté scientifique. En tout cas,  
c’était l’un des objectifs que l’exposé visait : un enjeu national. 
Docteur C. SOUARE 
Courriel : dalaba4@yahoo.fr 
 
 
 
Assises nationales : Le cas du Cercle d’initiatives des intellectuels sénégalais 
 
 
Le débat sur les Assises est déjà omniprésent dans l’actualité nationale et intéresse un nombre croissant de citoyens de toutes les catégories et de toutes les couches sociales, malgré (ou à la faveur) de la crise mondiale à laquelle nous sommes confrontés. Nous sommes de plus en plus nombreux à en discuter de manière substantielle à travers les canaux de la presse indépendante nationale, ce qui traduit la grande capacité des Sénégalais à dialoguer, à partager et à faire face ensemble aux défis qui se posent à la Nation, en l’occurrence la consolidation de la démocratie et de la stabilité politique du Sénégal, et la recherche de palliatifs à la crise internationale. A cet effet, la cellule de communication des Assises pilotée par le Syndicats des professionnels la communication (Synpics), les concertations au niveau des départements, la Commission scientifique ainsi que le projet de forum électronique me semblent être des instances participatives et pluralistes de recherche et de communication d’une grande importance pour les citoyens qui veulent déjà apporter leurs contributions. Beaucoup de pays africains se trouvent dans une conjoncture politique et économique semblable à celle que vivent les Sénégalais, et sous ce rapport, les Assises constituent une circonstance épistémologique de sortie de crise et d’inclusion politique et sociale pour tout un Continent. Ce texte s’insurge contre les confusions que le leader du Cercle d’initiatives des intellectuels sénégalais (Ciis) cherche à entretenir maladroitement autour des principes de démocratie et de citoyenneté. Il dénonce aussi l’imposture intellectuelle, et réfute les allégations fallacieuses du Ciis sur la participation de la société civile dans le processus des Assises nationales, en clarifiant les rôles et les responsabilités qui lui incombent dans la gouvernance politique.  
Des principes de droits humains, de démocratie et de citoyenneté  
Les principes de droits humains, de démocratie et de citoyenneté consacrent le caractère indivisible des droits, et l’égalité de droit de tous les êtres humains. Ils sont énoncés dans la Déclaration universelle des Droits de l’homme adoptée en 1948, la Déclaration internationale sur le droit au développement de 1986, la Charte africaine des Droits de l’homme et des peuples adoptée en 1981 ainsi que dans le préambule de la Constitution du Sénégal. La lecture de la Constitution du Sénégal permet de mesurer les écarts entre les prescriptions sur les libertés individuelles et collectives et les pratiques de gouvernance. Pour illustrer cet écart, il suffit par exemple de consulter analyses des syndicats de magistrats et de greffiers sur l’état actuel de la justice au Sénégal, l’étude du Forum civil sur la corruption dans le secteur de la santé, les rapports de la Raddho et du Congad sur la situation en Casamance, ou la Lettre du Citoyen, entre autres initiatives des organisations de la société civile. Cet écart est encore plus ahurissant quand on se réfère à l’actualité quotidienne faite de meurtres et autres crimes non élucidés en Casamance, de scandales politico-financiers, de querelles intempestives entre les plus hautes autorités de l’Etat et de changements constitutionnels inopportuns du point de vue de la promotion des droits humains, de la démocratie et de la citoyenneté.  
Se fondant sur ces principes de droits, de liberté et d’égalité, des groupes de citoyens s’étaient mobilisés sur toute l’étendue du territoire, à la veille de l’élection présidentielle de 2000 pour garantir un processus électoral inclusif (dans la perspective de la participation des jeunes, des femmes et des autres catégories marginalisées), consensuel (dans le sens d’une acceptation des règles du jeu par les parties prenantes à l’élection) et paisible (sans une instauration de l’état d’urgence au lendemain du vote).  
Les mêmes principes de liberté continuent d’animer les intellectuels et les activistes sénégalais, qui dénoncent régulièrement les abus contre les libertés et les actes de mauvaise gouvernance sous tous les régimes, pendant que le leader du Ciis aura navigué en toute liberté, du soutien au président Abdou Diouf au soutien au président Abdoulaye Wade, à la manière d’un ’chien de garde’. En effet, c’est de cette manière que le leader du Ciis a accusé les participants aux Assises nationales de préparer un coup d’Etat pour le compte d’un étranger qui en voudrait au régime actuel. Il appelle ainsi les Sénégalais à mettre en place un front pour la sauvegarde de la République. Par la suite, le porte-parole du chef de l’Etat déclarait que les Assises sont un événement normal qui participe du jeu démocratique au Sénégal, ce qui démontre encore une fois que, pour découvrir d’éventuelles marionnettes des hommes politiques, le Ciis doit suivre la curieuse trajectoire de son leader toujours plus royaliste que le roi, et non les chercher au sein des organisations de la société civile impliquées dans les Assises.  
De l’imposture intellectuelle  
En reconnaissance de cette liberté d’expression, d’opinion et d’association qu’ils exercent avec autant maladresse et de boucan, les membres du Ciis doivent faire preuve de bon entendement, de discernement, de responsabilité, d’intégrité intellectuelle et de tolérance dans leur prise de parole publique et dans leurs analyses des initiatives de leurs concitoyens. En effet, il peut arriver que l’intellectuel (l’érudit en religion, ou le philosophe chez Platon) soit victime d’un défaut d’entendement de son rôle, de sa mission et de ses responsabilités, et qu’il s’installe dans le rôle d’un mandarin au service du prince du moment. Cependant, il ne faudrait pas qu’il bafoue les principes et libertés d’expression, d’association et d’opinion qui sont des vertus cardinales chez l’intellectuel et chez le citoyen ordinaire.  
Ainsi, le Ciis devrait rompre d’avec sa promptitude à utiliser les médiats pour s’engager si gaillardement dans des batailles à la Don Quichotte et par des digressions constamment grossières sur les notions de démocratie et de la citoyenneté. C’est par de telles manœuvres qu’il a voulu discréditer les Assises nationales en calomniant les citoyens qui y participent aux Assises. Le Ciis est allé trop loin en diabolisant les uns dans le but de créer les conditions d’une confrontation entre ceux qui menaceraient la République et ceux qu’il appelle à la défendre, oubliant toute la différence qui existe entre le rôle et la mission de l’intellectuel et ceux des services de police, de gendarmerie ou des services secrets.  
Il est particulièrement rare qu’un professeur de sociologie puisse avoir autant de difficultés à comprendre la majesté de son rôle en société. Mais en plus, l’intolérance intellectuelle persistante chez le leader du Ciis traduit une monstrueuse dévalorisation des libertés civiles et intellectuelles dont il a le privilège de jouir. Il en est de même de l’intolérance civique qui caractérise son interprétation ponctuelle des règles qui régissent la vie en République et qu’il prétend défendre en hurlant au complot lorsqu’une partie de la classe politique, l’essentiel de la société civile politiquement active et de l’intelligentsia sénégalaise décident de discuter de manière inclusive et approfondie de l’avenir du pays. Dans cette théâtralisation avilissante des responsabilités académiques et sociales de l’intellectuel mise en œuvre par le Ciis, son leader ne parvient même pas à déterminer quel personnage incongru, il voudrait incarner.  
Pour les intellectuels véritablement engagés, dont la trajectoire est radicalement différente de celle du Ciis, les beaux yeux du prince de l’instant ne l’emportent pas sur l’avenir d’une Nation aussi vaillante et savante et aussi libre et tolérante que le Sénégal. Le génie des Assises confirme que nous restons un exemple sur la scène africaine et internationale.  
De la méconnaissance du rôle de la société civile  
Les trois dernières décennies correspondent à l’expansion de la notion de société civile et à sa centralité dans le champ théorique et expérimental de la démocratie en Afrique et dans les pays en voie de développement en général. Cependant, le fait le plus marquant dans cette évolution, est certainement le manque de consensus autour du sens qu’on donne à cette notion de société civile. Sa définition affecte naturellement son positionnement intermédiaire entre l’Etat et la famille, les principes d’autonomie et le cadre légal et institutionnel qui la régissent, ainsi que les fonctions, rôles ou responsabilités qu’elle s’assigne dans les processus de transformation politique, économique et sociale. On peut toutefois présumer que la défense et la promotion des libertés civiles et politiques, la suppléance dans la provision de services pour les pauvres et les démunis, la critique de l’action des autorités politiques et le plaidoyer en faveur de politiques alternatives ont été les principales orientations de l’engagement des organisations de la société civile envers les populations africaines.  
On constate aussi que dans la plupart des situations de transition ou de consolidation démocratique, la société civile joue un rôle incontournable, notamment lorsqu’il s’agit d’arbitrer les processus électoraux ou de conduire une médiation entre des acteurs politiques en conflit. Son succès dans le champ politique dépend largement de son autonomie et de sa neutralité entre les parties prenantes à la compétition ou au conflit. Ce succès peut aussi dépendre de la capacité des hommes politiques à respecter les droits humains et les règles de la démocratie, et à faire preuve de dépassement et de patriotisme. C’est pourquoi le Ciis qui est supposé être une organisation de la société civile composée d’intellectuels, devrait adopter une attitude moins préjudiciable à la promotion des droits et des libertés civiques, politiques et académiques.  
En estimant que les organisations de la société civile qui participent aux Assises nationales sont manipulées par ‘des gens tapis dans l’ombre’, le leader du Ciis porte atteinte à l’honorabilité de ses concitoyens les plus méritants. Les membres du Ciis semblent ignorer que le processus électoral consensuel par lequel Abdoulaye Wade a battu l’ancien président à qui ils avaient fait allégeance, a maintenant laissé la place à un dialogue politique bloqué par de perpétuels changements constitutionnels opérés de manière unilatérale, et par des acrobaties excentriques sur les mandats des députés, sur le calendrier électoral, la distribution de la justice, etc. Il semble aussi ignorer que la société civile a joué un rôle déterminant, tout en restant impartial, dans la mise en œuvre du processus électoral consensuel de 2000, en mettant en confiance toutes les parties prenantes à cette élection présidentielle. A moins que le Ciis comprenne tout cela et qu’il ne se donne comme vocation ’citoyenne’ que de gagner une invitation dans la cour du prince du moment.  
Quant à M. Bolloré, qui a été mis en cause dans les déclarations du leader du Ciis sur le financement des Assises, il a répliqué en exerçant son droit d’assignation, créant du coup, une panique visible chez le leader du Ciis. Cette réplique aura au moins comme résultat, d’aider le leader du Ciis à comprendre enfin les vertus qui doivent guider la prise de parole publique, particulièrement chez des intellectuels. Comme bon nombre de Sénégalais, je souhaite que le leader du Ciis retrouve son destin de prince de l’intellectuel et qu’il continue de jouir de toutes ses libertés civiques et politiques. Nous estimons cependant que M. Bolloré comprendra que, malgré nos différends passagers et fraternels, nous sommes des Sénégalais plus que jamais convaincus qu’en ce XXIe siècle, le monde a besoin de beaucoup de tolérance, et que fort de cela, il voudra bien renoncer à poursuivre l’auteur de ces déclarations devant les tribunaux.  
Sidy SISSOKO Spécialiste de la Société civile Directeur exécutif du Mouvement citoyen Email: cisko117@gmail.com  
Quand la police, matraques électriques en mains, s’attaque sauvagement à des journalistes et citoyens aux mains nues, dans l’exercice de leur fonction ! 
« La brutalité est le recours de ceux qui n'ont plus de pouvoir intérieur. » 
 
[Anne Hébert]  
Extrait de Le torrent  
 
Ce n’est pas étonnant pour qui sait, ceci est simplement à l’image de ceux qui nous gouvernent et en premier lieu, leur chef, Me Wade. Il est en effet, le premier à ne pas respecter les lois du pays dont il est le premier gardien, en en faisant ce qu’il veut, ce qui lui plait et quand il le veut. Dès lors, il n’y a plus lieu de s’étonner de ces policiers qui sont en grande partie d’anciens calots bleu et des miliciens de Me Wade quand il était à l’opposition. L’arme du PDS a toujours été la violence et la brutalité, arrivé au pouvoir, il en fait simplement un argument massue pour s’y maintenir à tout prix. A mon sens, il est du devoir et de la responsabilité des vrais policiers patriotes et républicains, de les dénoncer pour éviter qu’on ne les mette tous dans le même sac, à savoir confondre la bonne et la mauvaise graine. Leur silence pourrait être synonyme de complicité et contraire à la déontologie de leur corps. Alors, même si c’est anonymement, les policiers patriotes qui n’approuvent pas de tels actes barbares propres aux voyous et tontons macoutes, devraient dénoncer les auteurs et responsables de telles pratiques car, ils les connaissent très bien et sont facilement identifiables par le service. 
Mais, chers concitoyens, nous n’avons encore rien vu, ceci n’est que le début d’un régime fascisant qui est en train de prendre ses marques. Une fois qu’il aura assis ses propres institutions qui sont en voie et recruté ses hommes de main, il passera à la vitesse supérieure en procédant à la "liquidation physique" si nécessaire. Ne soyons pas naïfs ou surpris demain ! ce régime n’est en rien au service de son peuple, c’est pourquoi, tout soutien qui lui est apporté dans son entreprise de destruction de la société sénégalaise, par qui que ce soit, pourrait être considéré comme un acte de trahison à notre peuple. Globalement aujourd’hui, les forces de «l’ordre » sont le bras armé du régime libéral pour exécuter toutes ses forfaitures. Presque, tous les actes pris par Me Wade et son équipe sont contraires aux intérêts bien compris du peuple sénégalais, toutes origines confondues. De ce point de vue, nous sommes tous en liberté provisoire et prenez bien cela pour du vrai, car nul d’entre nous, citoyen digne de ce nom, qui garde encore les valeurs de la république, ne sera épargné à l’avenir. Notez le bien aussi, le plus dur est à venir !  
Wade et Mugabe sont tout à fait identiques, le premier est sur les traces du second. Pour Me Wade comme Mugabe, aucune disposition d’une constitution ne pourra les arrêter dans leur volonté de s’ériger en de véritables monarques « républicains ». Tenez-vous bien ! Il est remarquable de constater que, de fil en aiguille, le Sénégal s’achemine vers la perte de sa Constitution si ce n’est déjà fait, par une volonté inavouée de Me Wade de changer, tout ce qui ne lui convient pas dans cette Loi fondamentale, bien qu’il en soit le principal promoteur.  
Comme disait l’autre, L’Afrique est véritablement malade de ses dirigeants, j’y ajoute archaïques. 
C’est pourquoi, tous les citoyens épris de justice et de paix, dignes fils de notre pays le Sénégal, doivent apporter leur appui, leur soutien et leur contribution en tout genre pour la réussite des assises nationales avant que l’irréparable ne se produise. Ces assises nationales peuvent constituer une planche de salut et permettre à notre peuple de se retrouver sans dommage autour de l’essentiel et de nous sortir d’une crise grave qui menace toute la nation sénégalaise dans ses différentes composantes. 
Tous les Sénégalais et à tous les niveaux, de toutes conditions sociales ont l’obligation de prendre leur responsabilité pendant qu’il est encore temps, car demain il pourrait être trop tard. L’indifférence, l’attentisme, la résignation, l’intimidation, le ndigueul de ceux qui partagent le gâteau avec le pouvoir, les graves menaces sur la cohésion nationale, les épineux problèmes fonciers sur l’ensemble du territoire national qui peuvent imploser à tout moment, les injustices sociales et économiques et j’en passe, tout ceci n’a que trop duré et il est temps d’y mettre un terme. Un peuple uni autour de l’intérêt général, de par sa volonté, est capable de surmonter, bien des difficultés momentanées, dressées sur son chemin. 
Nous avons déjà beaucoup subi et enduré depuis 8 ans des souffrances terribles, qui continuent et se poursuivront, tant que ce régime sera à la tête de notre pays. C’est l’évidence même de dire, qu’ils sont incapables de faire mieux et plus que ce qu’ils sont en train de faire. 
L’agression sauvage et lâche perpétrée par des « policiers » sur des journalistes dans l’exercice de leur fonction, qui ne sont du reste armés que d’un micro, est l’illustration parfaite d’une police qui manque de maîtrise et d’intelligence, incapable de faire la différence entre un agresseur et un paisible citoyen, qui est libre de vaquer à ses occupations dans l’ensemble du territoire. Il est loisible à tout un chacun d’ailleurs, de constater, que les agresseurs, dans notre pays aujourd’hui, sont plus à l’aise pour perpétrer leurs forfaits, car ils ne rencontrent nulle part sur leur chemin, cette police armée de matraques électriques qui s’attaque aux honnêtes citoyens sans arme. Honte et lâcheté ne peuvent être plus grandes !  
 
Mandiaye Gaye BP 1600 DK RP 
Gaye_mandiaye@hotmail.com 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 25.06.2008
- Déjà 5127 visites sur ce site!