ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Le temps et la manière de partir ou le dernie

Le Président Abdoulaye WADE a eu TOUT du pouvoir. Dans l’histoire politique de notre pays, il a eu plus que tout autre homme ayant eu à accéder à ce niveau suprême de responsabilité. Après vingt six ans d’opposition, il a eu son année de gloire avec sa victoire historique en mars 2000, à la suite d’une élection libre, transparente et démocratique. Ceci est la manifestation que le Sénégal est un pays d’une démocratie majeure. Son pouvoir a même pu atteindre son apogée avec sa réélection en 2007. Que peut-il maintenant attendre du peuple sénégalais ? Rien. Car celui-ci lui a déjà tout donné. Tout. Il ne lui reste plus qu’à rendre grâce à Dieu. A son âge, on doit être beaucoup plus proche de Dieu que des hommes. Que peut-il maintenant donner au peuple sénégalais ? Pas grand-chose. La seule chose qu’il peut lui donner aujourd’hui, c’est d’organiser une élection présidentielle libre, transparente et démocratique. Dello ndioukeul askan wi. C'est-à-dire, sortir comme il est entré un certain 19 Mars 2000. C’est la seule manière pour lui de rendre grâce au Tout-Puissant, c'est-à-dire respecter son serment vis-à-vis du peuple. A cet âge, la parole donnée, celle d’un homme d’Etat de surcroit, c’est tout simplement un serment. 
 
A ce propos d’ailleurs, il convient de souligner que le Président WADE a fait, en réalité, trois serments devant le peuple sénégalais. Le premier, en tant que opposant et candidat en 2000, en lui disant : si vous m’accordez votre confiance, voilà ce que je ferai. C'est-à-dire respecter la Constitution. Le respect de la Constitution est la seule promesse qui vaille réellement. C’est la mère de toutes les promesses politiques d’un Président de la République. Le deuxième, c’est celui qu’il avait fait de façon solennelle, devant Dieu (en jurant), et devant son peuple et dans sa conscience lors de la prestation de serment en 2000 au moment de son investiture. Le troisième, c’est sa déclaration selon laquelle, aussitôt après sa réélection en 2007, il ne briguerait pas un troisième mandant conformément à la Constitution qu’il a personnellement initiée (la presse rapporte qu’il aurait déclaré à son entourage que c’est lui-même qui a rédigé l’actuelle Constitution). 
 
Au cours de cette année 2011, Le Président Amani Toumany TOURE a déclaré, lors de la clôture de la rencontre avec les élus locaux, que le Mali aura un nouveau Président le 08 Juin 2012 avant midi, en rappelant pour cela les deux serments qu’il avait faits. L’un, en tant que militaire. L’autre, en tant que Président de la République. Cette déclaration est en fait un message au peuple malien qu’il va respecter l’engagement qu’il a pris devant lui. C’est une sorte de troisième serment. Mais en même temps un serment d’adieu, qui va préserver le Mali des situations difficiles souvent consécutives aux élections, notamment en Afrique (hier la Côte d’Ivoire, aujourd’hui la RDC). C’est pourquoi d’ailleurs dans ce pays, la campagne pour la succession du Président TOURE est déjà pratiquement ouverte. Dans la paix. C’est parce qu’il est clair dans l’esprit de tous les maliens que ATT ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle. 
 
Au Sénégal, la déclaration de candidature du Président WADE fait planer un épais nuage sur la prochaine présidentielle du fait de l’incertitude quant à l’issue de cette candidature auprès du Conseil Constitutionnel. Que présage cette incertitude quant à la tenue et à l’issue de ce rendez-vous ? Ceux qui tentent de minimiser, en le théorisant même, ce que l’on appelle désormais le WAKH WAKHEET, ce double langage du Chef de l’Etat, mesurent-ils la dimension historique de cette déclaration? Ils justifient et défendent aujourd’hui une position qu’ils n’auront pas la responsabilité historique d’assumer. WADE ne songe-t-il pas à survivre à son régime ? L’histoire ne se souvient pas souvent des collaborateurs du roi. Ces théoriciens, très visibles aujourd’hui, peuvent devenir très vite anonymes. La Tribune renseigne dans sa livraison du lundi 24 Octobre 2011 que ça commence déjà à déménager (donc à faire les valises) dans l’entourage du Président. Cela signifie que WADE est et sera seul responsable devant l’histoire. "Les empires ne périssent pas sous les coups de leurs ennemis mais par leur propre épuisement et par la démission des forces qui les soutiennent" (Alexis CURVERS). 
 
Si l’on en croit ceux qui avaient suscité, encouragé et soutenu la candidature de Wade pour la présidentielle de 2000, celui-ci avait accepté en leur promettant qu’en cas de victoire, compte tenu de son âge avancé, il n’aurait fait qu’un seul mandat, qui se termine en 2007, (cela peut même être considéré comme son premier serment). En 2007, il se présente, il est réélu. Cinq ans plus tard, il est encore au pouvoir. Le Général de GAULLE recommande de "partir cinq ans trop tôt qu’une minute trop tard". Mais le Président WADE a encore plusieurs semaines devant lui. Comme dit l’adage, "il n’est jamais trop tard pour bien faire". WADE peut encore bien faire car il n’est pas encore trop tard pour lui et, comme l’a si bien dit Koffi Annan, l’ancien Secrétaire Général des Nations Unies, "la grandeur d’un homme d’Etat est de savoir quitter le pouvoir quand il le faut". Imaginez ce qui aurait pu se passer en 2000 si le Président DIOUF s’était entêté à vouloir conserver le pouvoir. 
 
WADE a-t-il des problèmes pour quitter le pouvoir ? La question aujourd’hui du pouvoir ne s’est-elle pas réduite ou ramenée pour lui à la seule manière de le quitter. Autrement dit, faut-il désormais juger tout le parcours politique de WADE par seulement sa manière de quitter le pouvoir ? Est-il conscient qu’il est en train de pousser l’analyse dans cette direction ? Sa manière de quitter le pouvoir ne va-t-elle pas faire ombrage à ce qu’il veut incarner dans l’histoire ? Il a accédé au pouvoir par la grande porte, c'est-à-dire démocratiquement. Par quelle porte va-t- il en sortir ? En se référant à l’histoire de l’Afrique de l’indépendance à aujourd’hui, on remarquera que globalement, le non respect de la démocratie reste toujours la règle. Les pays démocratiques, en nombre très restreint, font exception et le Sénégal en fait partie. Va-t-il continuer à en faire partie ? La situation actuelle n’est-elle pas en train d’en faire un pays ordinaire en la matière ? WADE va-t-il, peut-il se permettre de faire moins que ses deux prédécesseurs ? On peut bien reprocher à ces derniers ou oublier ce qu’ils ont fait, mais l’histoire retiendra toujours le caractère historique de leur départ du pouvoir. 
 
 
Ces interrogations me donnent le sentiment que WADE est en réalité en train de mener un combat, le dernier cette fois-ci. Le paradoxe dans ce combat est que ce n’est ni pour un troisième mandat ni contre des adversaires politiques du moment. Il ne doit pas se tromper d’adversaires. Ce combat, il va le mener plutôt pour (défendre) son propre passé ou parcours politique. C’est un combat singulier. Il va le livrer seul. Mais il sera seul dans l’arène. Il semble déjà être seul. C’est le combat par rapport à ses prédécesseurs, et même par rapport à d’autres dirigeants africains ou d’ailleurs, pour élargir la comparaison 
 
. Ceci est important, notamment en Afrique, où les fins de règne sont souvent chaotiques, hélas. Le Président SENGHOR, dans le contexte politique de son époque, a préparé son successeur de longue date et a quitté le pouvoir en démissionnant avant terme. Il a certainement subi des pressions dues aux circonstances. Mais il a pris seul sa décision pour quitter le pouvoir. Même si on peut critiquer le caractère non démocratique de ce mode succession. A ce propos d’ailleurs, il convient de rappeler qu’Abdoulaye WADE, alors opposant, avait contesté la légitimité du Président DIOUF du fait de cette forme de dévolution du pouvoir. Mais en tout état de cause, ce qui a été retenu, en tout cas par l’histoire, c’est la manière. 
 
Le Président Abdou DIOUF a mis en place un code consensuel qui a permis l’organisation d’une élection libre, transparente et démocratique, rendant ainsi possible l’alternance en 2000. En téléphonant à WADE pour le féliciter, il a pris seul sa décision à l’insu même de son parti. Chacun d’eux a choisi, seul, sa manière à lui de quitter le pouvoir, en laissant le pays stable. SENGHOR avec le sens de la prévoyance et la sagesse. DIOUF avec l’élégance dite républicaine. Ils ont tous les deux laissé derrière eux, une image portant non pas sur les actions politiques, économiques et sociales qu’ils ont eu à mener durant leur magistère et que l’on peut apprécier diversement. Mais une image relative à la manière dont ils ont quitté le pouvoir. C’est, paradoxalement, en quittant le pouvoir, grâce à la manière, qu’ils sont véritablement entrés dans l’histoire. Par la porte de sortie. Aujourd’hui, c’est comme si l’on assiste à une sorte de troisième tour (avec DIOUF) ou à une finale, entre le Président WADE et ses prédécesseurs, tous deux ses anciens adversaires. 
 
WADE peut-il faire une sortie honorable ? Il peut encore avoir une sortie paisible. Mais a-t-il encore le temps ? Ne commence t-il pas à se faire tard ? Il arrive à tout homme, un moment où il doit prendre une décision. Seul. Face à l’histoire. Les décisions des grands hommes ou des hommes politiques tout court sont souvent des leçons pour l’Histoire, pour l’humanité toute entière. C’est ce moment qui semble arrivé pour lui. Quelle leçon compte–t-il laisser au peuple sénégalais ainsi qu’à l’Afrique toute entière? Pour la postérité ? 
 
Doudou MANE 
Agroéconomiste 
Master en Economie Agricole 
Maîtrise ès Sciences Juridiques 
Consultant 
doudoumane@hotmail.com 
 
Quel président pour diriger le Sénégal au soir du 26 février 2012 ? 
 
L’élection présidentielle n’est plus qu’à quelques semaines de nous. Les candidats se déclarent de jour comme de nuit. Mais, comme à chaque fois, il y aura des prétendants sérieux et engagés. D’autres ne seront, malheureusement, là que pour amuser la galerie. En cette année électorale, les profils des candidats sont très variés. On retrouve un octogénaire usé mais qui n’est pas encore rassasié de pouvoir, des politiciens professionnels qui, pour la plupart, se sont enrichis en milliards sur le dos du peuple, des ambitieux qui croient que la lumière ne luit que pour eux, une comtesse française, un marabout et un….chanteur de Mbalakh! Dans cette arène politique sénégalaise, chacun croit en sa bonne étoile et rêve de remporter le suffrage des électeurs. 
 
Devenir président est le rêve de tous. Mais, tous ont-il la stature d’un Président de la République ? Senghor l’avait. Diouf aussi. Wade, lui, n’a jamais pu l’avoir. Quel étrange destin que celui de cet homme qui s’est battu pendant 26 ans pour l’alternance démocratique au sommet de l’Etat du Sénégal ! Les gens de ma génération (ceux qui sont nés après l’indépendance obtenue en 1960) ont aveuglement cru en lui. L’opposant Wade a longtemps exercé sur nous une grande fascination.  
 
Comme Gbagbo et d’autres, il incarnait l’espoir et son discours allait dans ce sens. Il a symbolisé le courage, la hardiesse, la force et la générosité dans l’effort. Pour les millions de jeunes « wadistes » que nous étions, le «Sopi» allait changer nos vies, consacrer l’équité et la justice sociale, promouvoir les valeurs humaines, consolider la nation sénégalaise, défendre et renforcer les institutions de notre très jeune République. Mais, hélas Wade a déçu! En onze ans, l’Etat qu’il incarne a fait la preuve de son incompétence totale dans bien des domaines. Comme le dit l’adage c’est à l’œuvre qu’on reconnait l’artisan. Wade n’en est pas un. On attendait beaucoup de lui, il a trompé tout le monde. 
 
D’aucuns diront : «Non, Wade a beaucoup fait !». Nous admettons cela. C’est vrai qu’il a changé le visage d’une partie de la capitale Dakar en mettant en place des infrastructures routières, construit une statue à sa démesure, etc. Il a, plus que Senghor et Diouf, mis des centaines de milliards dans la construction d’écoles, d’hôpitaux, entre autres choses. On pourrait allonger la liste pour plaire à certains. Seulement, ces réalisations cachent des scandales de toutes sortes. Sous le règne libéral, le pays a connu tous les excès. En effet, ce régime s’est singularisé par une méconnaissance grave de l’Etat, de la rigueur dans la gestion des affaires publiques. Ignorance qui s’est traduite par sa patrimonialisation qui, malheureusement, la tire vers la faillite. 
 
Aujourd’hui, le pays ne vit et ne respire plus que pour la prochaine joute électorale. La tension est partout perceptible : violence armée, arrestations de leaders politiques, insultes et menaces verbales qui fusent de partout. Tout tourne autour de questions de personnes, de partis, de clans. Le choix du futur président (Wade ou un autre peu importe !) Doit-il se faire au prix du sang ? A mon humble avis : non ! La question ne devait-elle pas plutôt être de discuter de programmes, d’orientations politiques, de projets de société qui mettent le Sénégal en avant ? Le pays fait face à la corruption, à la gabegie, à l’impunité, ….. Nous devons combattre définitivement cela. Autrement, ces plaies finiront par engloutir notre pays que des générations de braves hommes et de femmes ont construit au prix de leurs vies. La course effrénée et éhontée vers l’avoir, le gain facile, le bien-être matériel, la notoriété sont hélas des tares bien sénégalaises. Ce sont des défauts que nous portons en nous. Ne sommes-nous pas tout simplement lâches, mesquins et légers pour mettre tout cela toujours sur le dos des seuls politiques? 
 
L’élection présidentielle ne consacrera qu’une seule personne. A cet individu, nous confierons la lourde tâche de présider à nos destinées, au moins, pour cinq ans. D’où l’intérêt de bien le choisir pour éviter la déconvenue née de l’alternance.  
 
Notre préoccupation, enfin, est de savoir si l’on doit toujours nous focaliser, par sentimentalisme, sur une personne qui, une fois installée au pouvoir, oublie ses promesses, foule aux pieds la constitution et installe un dispositif discriminatoire au seul bénéfice de son camp : femme et enfants, amis, vieux et nouveaux compagnons, marabouts et courtisans ? Ce qui s’est passé sous le régime dit de l’alternance ne doit plus jamais de reproduire sous nos cieux. Le Sénégal, pour son avenir, a besoin d’un homme nouveau, patriote et sincère, dynamique et travailleur qui ait pour seule et unique préoccupation la satisfaction des intérêts de tous les sénégalais. Nous estimons que notre peuple est sensé. Nous espérons aussi qu’il est évident qu’il saura prendre son destin en main pour des lendemains enchanteurs. Choisir le meilleur parmi les candidats doit être notre seul souci si nous aimons réellement notre pays.  
 
Amadou Sarr 
Email Saramadou2008@gmail.com 
Diagnostic indépendant et sans complaisance d’un observateur de la stratégie du groupe Wal Fadjri 
 
Le paysage audiovisuel sénégalais est marqué, ces derniers temps, par une concurrence accrue du fait de la guerre sans merci - des duels devrait-on dire - que se livrent les quatre chaînes de télévision les plus en vue (Rts – 2sTv et Walf–Tfm (débauchage tout azimut sans aucun formalisme, course à l’exclusivité, combats de lutte, dénigrement de la concurrence …). 
Le groupe Wal Fadjri fait aujourd’hui partie d’un des plus grands groupes de presse du pays pour avoir été le premier groupe à posséder les trois média que sont la presse écrite avec trois journaux, trois fréquences de radio et une télévision. J’ai eu l’honneur d’avoir eu déjà une discussion intéressante à ce propos avec son Pdg lors d’un voyage où je lui disais qu’il n’ait point besoin d’un sondage pour savoir que le groupe possède encore la plus forte notoriété spontanée parmi tous ses concurrents. 
Toutefois, l’émergence, ces dernières années, d’autres groupes de presse privée a eu comme conséquence immédiate une érosion de cette notoriété et a entraîné des départs massifs dont le point culminant a été atteint au cours de l’année qui vient de s’écouler avec pas moins de sept agents qui sont allés vers d’autres prairies (en fait vers la concurrence). Le dernier en date, celui du présentateur de l’émission hebdomadaire de lutte a frappé tous les esprits de par son incongruité (préavis de 48 h) et par la façon pernicieuse dont il s’est déroulé. Quel téléspectateur n’a, en effet, pas été choqué de voir le même présentateur en l’espace de moins d’une semaine (Dimanche à Samedi) ressasser son expression favorite ’FI LA MBOUROU BI TANGUE’ dans chacun des deux média. Que dire du patron du groupe Futurs Média qui se signale, depuis l’obtention de sa fréquence télé, par des pratiques qui frisent vraiment le ridicule et l’absence totale d’éthique (mais devrait-on s’en étonner venant d’hommes d’affaires qui n’entrent dans ce milieu que pour se faire du pognon comme on dit). 
Comment, en effet, concevoir que l’on puisse demander à quelqu’un de quitter une chaîne de télévision avec l’émission précédemment animée en conservant de surcroît le même titre. Les derniers exemples en date (Njeguemar et Lamb ji) ont dû émouvoir tous les téléspectateurs sénégalais avertis. L’on pourrait se poser la question de l’urgence à réguler ce secteur (par, par exemple, la conclusion d’un code déontologique entre les différents patrons de presse), sous la supervision du Cnra, sinon, le secteur continuera d’être une vraie jungle où les plus forts (ce que semble en tout cas démontrer aujourd’hui le groupe Futurs média) continueront de dicter leurs lois de déstabilisation sans savoir que l’on ne construit pas un groupe en détruisant ce que les autres ont construit en plus d’une décennie ou essayé tant bien que mal de construire (exemple du contentieux avec Zik Fm). Si le débauchage ne peut être interdit en soi, des règles élémentaires d’éthique devraient être respectées (respect d’un délai minimal de préavis, l’interdiction absolue d’utiliser les mêmes thèmes d’émission même si ces derniers ne sont pas, à tort, protégés au niveau du Bsda, le respect du secret professionnel …). 
Le positionnement stratégique adopté par le groupe Walf Fadjri souffre, à notre avis, de plusieurs maux que l’on pourrait résumer en huit points principaux : 
1. Absence d’un dispositif de défense des intérêts du groupe (à l’image d’une amicale du personnel ou d’un syndicat comme celui de la Rts) et d’un Directeur délégué qui servirait d’interlocuteur direct et au-delà de paravent (au Pdg) vis-à-vis aussi bien du personnel que des personnes externes qui veulent nuire au groupe (selon les termes même de son Pdg), 2. Plages très prépondérantes occupées par la musique à la télévision (il arrive même que des émissions très intéressantes comme ‘Fatwa’ soient écourtées de 10 à 15 mn avant le temps normalement imparti pour faire place à la musique en attendant l’heure du point d’information), 
3. Trop grande liberté d’expression et de ton donnée aux présentateurs (Yékini disait, à juste titre, du présentateur de l’émission Lamb ji qu’il avait tendance à oublier que des téléspectateurs le regardaient quand il faisait ses envolées lyriques dont il pensait certainement que c’était apprécié des téléspectateurs), 
4. Trop fréquents changements d’horaires des émissions, en particulier celles qui constituent les références phares de la chaîne (‘Ataya’ et ‘Sortie’) qui finissent par désabuser le téléspectateur, 
5. Quasi absence de productions internes. Ce point est, il est vrai, commun à toutes les chaînes de télévision y compris à la Rts (qui dispose pourtant de moyens considérables). Sur toute la semaine et à l’heure considérée comme de grande écoute (après le journal télévisé), aucune des chaînes de télévision n’a jusqu’ici réussi à établir un programme intéressant, précis et standard (retenu par les téléspectateurs) couvrant toute la semaine (Walf n’en a que deux : ‘Diine ak jamono’ et ‘Ataya’ ; l’émission ‘Noko Dunde’ ayant été supprimé sans préavis et sans justification), Tfm ne faisant quasiment le soir que des rediffusions d’émissions (‘Wareef’, ‘Faram facce’…). Or, des idées d’émission ne manquent pas : 
- des films qui ne heurtent pas les sensibilités des plus jeunes (films classiques de cinéma mais aussi films religieux sur la vie des prophètes par exemple…), 
- des productions spécifiques portant sur des débats entre islamologues (sur des sujets précis qui suscitent aujourd’hui des contradictions entre les quatre Majahib (imam malick, imam shafii et autres) ou sur l’itinéraire de nos grandes figures religieuses pour les servir d’exemple à la population (Cheikhoul Khadim, El Hadj Malick Sy, Baye Niass, Cheikh al Khalifa Niasse, Mame Limamoulaye, El hadj Omar Tall…) auraient pu être imaginées en une séance hebdomadaire (mercredi ou vendredi soir par exemple avant ‘Ataya’). A ce sujet, il est important de souligner la tendance des patrons de chaîne à penser que seules les séries télévisuelles étrangères peuvent intéresser les sponsors. Or, une émission même religieuse bien imaginée et mise en scène peut intéresser ces sponsors en particulier si l’on met à profit le présentateur vedette dans le démarchage de la clientèle, 
- une émission hebdomadaire sur des sujets de société avec des micro-trottoirs et l’intervention d’experts (sociologues, juristes, experts métiers …) ou sur l’actualité de la semaine diagnostiquée par des experts de chaque domaine concerné, 
6) La ligne éditoriale du groupe (avec le choix d’être, semble-t-il, la télévision du peuple) en dénonçant les maux de la société peut engendrer quelque part une désaffection de la clientèle entreprise (celle-là qui donne la publicité). Les reportages sur des manifestations (brassards rouges) où certaines entreprises privées ou des entités de l’Etat sont brocardées, s’ils peuvent être salués, ont ceci de pernicieux qu’ils peuvent braquer les entreprises objet de ces quolibets (en particulier si le débat n’est pas contradictoire (avec le recueil de l’avis des responsables de l’entreprise concernée)). A ce propos, le fait de faire suivre au journal en français, le journal en wolof ne me paraît pas en soi une bonne idée en particulier, si les mêmes thèmes sont développés dans les deux versions. L’on pourrait comprendre cela, si le journal en wolof se concentrait sur ce qui se passe dans les régions et les villages du Sénégal (généralement des revendications sur le manque d’infrastructures, d’eau, de postes de santé …) tandis que le journal en français serait articulé autour de l’actualité officielle (politique, économique …), 
7) L’absence de ressources financières suffisantes, conséquence du volume réduit des recettes publicitaires affectées au secteur audiovisuel qui, de surcroît, sont mal réparties (les plus agressifs en terme commercial accaparant l’essentiel). A ce niveau, le groupe Wal Fadjri a encore beaucoup d’efforts à faire : 
- d’une part, il devrait se doter d’un vrai service commercial et marketing ou au besoin s’attacher les services de professionnels du secteur sous forme de contrat de prestations avec des commissions sur tout marché de publicité apporté, 
- d’autre part, faire de ses agents (du moins les plus en vue comme Sa Ndiougou) de vrais Vrp (comme le fait du reste Boub’s au groupe Futurs média) pour les émissions qu’ils animent, 
- Enfin, les tarifs publicitaires sembleraient, de l’avis de témoignages recueillis, assez élevés et mériteraient le cas échéant une modulation par rapport à ce que fait la concurrence, 
8) Enfin, le sentiment d’appartenance (culture d’entreprise) qui a pendant longtemps fait le secret de la réussite du groupe (‘radio de la jeunesse’) doit être promu de nouveau avec beaucoup plus d’acuité. Il est vrai que les derniers contentieux dans lesquels le groupe s’est emmêlé (Bsda, Artp, Cnra…) ne constituent pas toujours une meilleure façon de développer ce sentiment face à la perception d’un ‘groupe de presse à problèmes’ que cela peut développer dans l’esprit du public. Concluons en disant qu’à propos d’un agent impliqué, Maurice Tévenet disait que, ‘on est impliqué dans la mesure où l’image que l’on se fait de son succès personnel passe par le succès de l’institution dans laquelle on est’. 
Cheikh Mamadou LO, Expert financier Chmam07@yahoo.fr 
Les Sénégalais ont-ils cessé d’être sur le droit chemin ? 
 
Le Sénégal, notre cher pays, traverse une période délicate. La tension est vive dans ce contexte préélectoral.La violence verbale et physique a fini de s’installer. La peur habite les populations.L’inquiétude gagne les chancelleries. Les appels à la paix et à la sérénité fusent de partout. Le cœur du pays bat au rythme de la pré-campagne présidentielle. Une candidature retient tous les souffles. Elle divise la classe politique et la société civile. Il s’agit de celle du président sortant. D’un côté, les partisans du Président Wade rejettent la probabilité d’une candidature invalide de leur ‘champion’. D’un autre côté, on crie au scandale : violation de la Loi suprême. La participation du candidat investi des Fal 2012 à la présidentielle du 26 février serait une violation de la Constitution. Les adversaires du pouvoir avertissent et menaces. 
La vieille démocratie sénégalaise grelotte. La pirogue sunugal tangue dangereusement en eaux troubles. Le peuple retient son souffle. Les partenaires au développement observent. Des amis de mon pays mènent discrètement leur médiation. Le Conseil constitutionnel retient l’attention de tous. Fers de lance de tous les combats démocratiques, quelques jeunes croupissent déjà en prison. Un autre jeune, feu Ndiaga Diouf (paix à son âme), laisse les siens dans l’émotion et la tristesse. 
Sur un autre registre, la politique intérieure est perturbée par la situation en Casamance.L’armée nationale subit des pertes récurrentes dans ses rangs. Certains éléments sont pris en otage. Une donne presque nouvelle dans ce conflit qui n’a que trop duré.Une pensée pieuse aux soldats disparus. 
A quelques jours du Grand Magal de Touba, il est important de rappeler cette belle assertion du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba : ‘La paix est avec celui qui est sur le droit chemin.’ Je me pose la question de savoir si les Sénégalais ont cessé d’être sur le droit chemin. Le message de Khadimou Rassoul est intemporel et immuable.Régulateur social hors pair, le Fondateur de la Mouridiya a semé partout la paix. Il a cultivé cette paix dans le cœur et l’esprit de ses disciples.L’éducation spirituelle de Khadimou Rassoul repose essentiellement sur le respect de l’autre, l’amour du travail, l’éthique et la justice. Le vénéré guide religieux avait, durant toute sa vie, placé la tolérance au cœur des relations humaines. Mieux, il a toujours enseigné que le mot islam vient de la même racine arabe que le mot paix. Et le Coran réprouve la violence comme un événement anormal contraire à la volonté de Dieu. 
Il est important de rappeler le message de Cheikh Ahmadou Bamba pendant cette période d’incertitudes. Nombreux sont ses talibés parmi ceux qui cherchent le pouvoir et ceux qui gouvernent. Avez-vous le droit, chers acteurs politiques, de mettre ce pays sens dessus dessous ? Le meilleur hommage que vous pouvez rendre aux pères fondateurs de cette belle et grande Nation, c’est de préserver jalousement leur héritage. Avant de le léguer intact aux nouvelles générations. Le retour aux valeurs sûres est devenu un impératif dans ce pays. 
La violence ne mène nulle part et elle n’épargne personne. Qui veut la paix, cultive la paix. Je ne suis pas surpris lorsque des jeunes issus des familles Mbacké, Bousso et Fall créent un mouvement ‘Diame Gueune Aye’. Et appellent un confrère, en l’occurrence Samba Kara Ndiaye, pour présider ce mouvement afin de promouvoir la paix au Sénégal et dans le monde. Qu’Allah le Tout-Puissant, dans Sa Miséricorde, protège mon pays. Amine ! 
Maké DANGNOKHO, Journaliste- Ecrivain 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 9.01.2012
- Déjà 5431 visites sur ce site!