ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La tactique remplace l'éthique !

WalFadjri : Mercredi 19 Nov 2008 
Chronique éco : Le Sénégal malade de sa gestion budgétaire  
Après avoir atteint un niveau appréciable entre 2001 et 2005, l’économie sénégalaise s’est dégradée du fait d’une gestion budgétaire défaillante.  
 
‘Je ne peux pas retenir mon cheval pour attendre les autres. Il leur appartient de faire les efforts nécessaires pour arriver à notre hauteur’. Ainsi s’exprimait le président Abdoulaye Wade en février 2006, lors du sommet de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), en réponse à ceux qui s’interrogeaient sur les performances de l’économie sénégalaise. A l’époque, le Sénégal était sur une bonne dynamique et affichait de bons indicateurs économiques. Au grand bonheur des bailleurs de fonds qui estimaient que le cadre macro-économique du Sénégal était l’un des meilleurs en Afrique sub-saharienne.  
En effet, sur la période 2001-2005, la qualité du cadre macro-économique a été sensiblement améliorée et le Sénégal a respecté sept des huit critères retenus dans le cadre du Pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité de l’Uemoa. Ainsi, la croissance annuelle moyenne a tourné durant cette période autour de 5 %, hormis l’année 2002 où elle a connu une baisse sensible de quatre points. Ces performances ont été réalisées malgré l’invasion acridienne et la flambée du prix du baril de pétrole, les inondations, entre autres. Dans le même temps, l’inflation était contenue en dessous de 2 % en moyenne annuelle et le déficit budgétaire global maîtrisé autour de 3 %.  
Il n’y a pas eu non plus de dérapages dans les dépenses. En effet, le ratio masse salariale, rapporté aux recettes fiscales, est resté contenu en dessous de 31 % ; tandis que le ratio dépenses en capital sur ressources internes, rapporté aux recettes fiscales, est passé de 20 % en 2000 à plus de 30 % en 2005. Seul, le déficit extérieur courant hors transferts officiels n’a pu être ramené en dessous de 5 %. Il s’est établi en moyenne à plus de 8 % durant la période incriminée.  
Mais cette situation n’a pas résisté à la boulimie des dépenses de l’Etat qui a continué à vivre au-dessus de ses moyens. Ainsi, la situation se dégrade dès 2006. C’est d’abord la croissance réelle du Pib qui tombe à 2,1 %. La crise aux Industries chimiques du Sénégal (Ics), liée aux tergiversations du gouvernement et les difficultés enregistrées au niveau de la Société africaine de raffinage, ont sapé la fragile croissance de l’économie sénégalaise qui fait face à de lourdes contraintes structurelles, dont la faible diversification de l’économie, le niveau relativement élevé des coûts de production, le difficile accès au financement et le faible développement des infrastructures d’accompagnement des activités économiques.  
C’est dans cette phase où les tensions de trésorerie commencent à se faire sentir que le gouvernement s’est engagé dans une politique de dépenses inconsidérées. Notamment en augmentant de manière considérable les dépenses budgétaires qui passent de 1 103 milliards de francs Cfa à 1 331 milliards de francs Cfa en 2006, soit une hausse de 20,6 %. De même, les transferts accordés à la Sar et à la Senelec, sous forme de subvention ainsi que la hausse des traitements et rémunérations ont contribué à augmenter les dépenses courantes de 31 %, passant ainsi de 629 milliards de francs Cfa en 2005 à 826 milliards de francs Cfa en 2006.  
Mais ce n’est pas tout. Le gouvernement accentue les dépenses d’investissement et décide de les financer par des émissions obligataires. Conséquence : le déficit budgétaire se creuse et la trésorerie n’arrive plus à suivre. Ce qui entraîne un report des crédits sur l’année suivante et le non-paiement de la dette intérieure. Plutôt que de différer certaines dépenses ou alors de procéder à des coupes sombres sur les budgets pour compenser les subventions, l’Etat continue dans sa politique d’augmentation des dépenses avec la multiplication des agences gouvernementales, la création du Sénat et la dotation en moyens considérables des institutions de la République (présidence de la République, ministères, Assemblée nationale, Sénat, etc).  
Alors que les subventions au secteur énergétique et alimentaire ont coûté quelque 200 milliards de francs Cfa en 2007, suite à la crise énergétique, le gouvernement ne varie pas d’un pouce dans sa boulimie dépensière et continue d’exercer une pression insoutenable sur les finances publiques, au point de violer certaines dispositions réglementaires dans l’octroi des crédits budgétaires.  
Signe des nombreuses défaillances dans la gestion des finances publiques, des avances de trésorerie ont été consenties à des projets sans crédits budgétaires. Autrement dit, des projets ont reçu des financements du trésor public alors qu’il n’y avait aucune dotation budgétaire prévue pour eux. Selon le Fonds monétaire international (Fmi) ces dépenses extra-budgétaires tournent autour de 114 milliards de francs Cfa.  
Tout cela a eu pour conséquence de plomber les finances publiques, malgré les efforts consentis par les services des impôts et domaines et de la douane qui ont réalisé des performances appréciables avec une hausse en moyenne de 9 % des recettes chaque année. L’Etat n’ayant plus suffisamment de ressources, la dette intérieure a rapidement augmenté pour atteindre un niveau inacceptable, dépassant les 200 milliards de francs Cfa. Cette situation a fini d’obérer le développement de plusieurs entreprises privées, notamment celles qui évoluent dans le Btp qui ont mis en chômage technique une partie de leur personnel en attendant de rentrer dans leurs fonds.  
Pour ne rien arranger, la crise alimentaire et énergétique a considérablement grevé les fonds de l’Etat. Le déficit de la balance commerciale du Sénégal est estimé à 1 248 milliards de francs Cfa pour les neuf premiers mois de l’année 2008. Dans le même temps, la compétitivité de l’économie sénégalaise s’est détériorée de 4,3 % par rapport à la même période de l’année dernière. Des signes annonciateurs de difficultés, d’autant que le taux d’inflation culmine à plus de 7 % pour les neuf premiers mois de l’année après avoir atteint 6 % en 2006. Même si le Sénégal a renoué avec une croissance plus forte qui pourrait passer de 4, 5 % en 2007 à plus de 5 % en 2008.  
Ousseynou GUEYE * (Ancien chef du desk Economie et ancien Rédacteur en chef)  
L'OBSERVATEUR: 
 
PROMESSES DU PRÉSIDENT Les jeunes de la banlieue restent sceptiques 
 
 
Article Par Alassane HANNE,  
Paru le Mercredi 19 Nov 2008 
La plupart de ceux qui ont été interrogés après le discours du président ont manifesté leur scepticisme par rapport aux mesures annoncées par Wade. Un scepticisme qui a fait dire à certains qu'à la place d'un forum où les jeunes, comme cela avait été prévu, allaient dialoguer avec le Président, c'est plutôt un meeting de « la génération du concret » qui a été organisé.  
Que d'espoirs, ils avaient placés sur cette visite du Président. La plupart des jeunes de la banlieue avaient secrètement nourri l'espoir que des mesures concrètes allaient être annoncées par le président pour les tirer de l'oisiveté et qu'ils repartiraient de cette cérémonie avec la conscience que désormais le chômage chronique qui sévit dans les quartiers de la banlieue allait être élevé au rang de «super priorité» par les autorités. À l’arrivée, ceux qui ont été interrogés après le discours du président n'ont pas mis de gants pour manifester leur désillusion. Cela à l'image d’Abdou Soumaré, un marchand ambulant, qui, il n'y a guère longtemps, quittait tous les jours tôt le matin la banlieue pour rallier le marché Colobane. Cela jusqu'à ces derniers jours où les marchands ambulants ont été déclarés indésirables au dit marché. Venu écouter le président, Abdou est reparti du centre culturel Léopold Senghor déçu. «Par moments, le président paraissait évasif. On se demande d'ailleurs s'il était sérieux dans ses propos car il riait alors que nous trimons tous les jours pour survivre», se désole Abdou Aziz Diop qui fait également partie de ces jeunes qui se sont gardés de faire preuve de triomphalisme. Son inquiétude réside plutôt dans le rapport qui a été confectionné et qui sera, selon les organisateurs du forum, remis au pPrésident. Aziz pense que les consultations des jeunes organisées dans les quartiers et qui ont servi de support à la réalisation de ce forum ont été sélectives. «Il n'y a pas eu de consultations dans mon quartier et personne ne m'a dit que des gens sont passés pour discuter avec les jeunes», tranche Aziz. Sur les mesures annoncées, Aziz qui a suivi le discours du président pense qu'elles ne sont pas neuves. «Et personne n' a dit combien cela allait coûter. Il faut rompre avec ces promesses qui font penser que le Président va d'un coup de baguette magique régler les problèmes auxquels sont confrontés les jeunes de la banlieue». Revenant justement sur ces mesures, Ndéye Astou Séne, qui est au chômage malgré une formation en comptabilité, cite celle qui a été annoncée par le P résident et qui à un moment a arraché le sourire à l'assistance: Il s'agit de ce que le président appelle les très grands projets (TGP). «De quoi s'agit-il ? Personne ne sait. ET puis, pourquoi le terme très grand comme s'il y'avait eu déjà de grands projets de Wade dans la banlieue », fulmine Ndéye Astou qui se demande s'il est exact que le Président ait investi comme il le soutient douze milliards pour les jeunes depuis son arrivée au pouvoir. «Pourquoi s'est-il empressé de dire que cet argent a été gaspillé. Mais de quel argent parle-t-il ? On est vraiment étonné», se désole Ndéye Astou qui est d'avis que la cérémonie d'hier n'est que la suite logique de la visite de Karim Wade il y'a un an dans la banlieue. «À l’époque, Karim disait qu'il y'a deux partis au Sénégal, celui de la parole et celui de l'action auquel il appartient. Le même Karim a profité des navétanes pour offrir vingt millions à l'Odcav et si aujourd'hui Wade au cours de ce forum invite les responsables libéraux des départements de Pikine et Guédiawaye à ne plus se dresser entre lui et les jeunes c'est qu'en réalité les jeunes de la banlieue constituent une cible pour la génération du concret avec la bénédiction du Président». Moins tranchés et plus conciliants, Abdou Diop, Fatou Binetou Badji et Dame Guéye, interrogés à la fin de la cérémonie, fondent beaucoup d'espoir sur les 15 % des emplois prévus dans les projets installés au Sénégal et qui seront désormais, selon le président, réservés aux jeunes. Tous les trois, âgés d'une trentaine d'années, comptent sur cette mesure pour décrocher leur premier emploi. Sans qu'on ne lui demande son avis, Saphiétou Sarr, le bébé accroché au dos, lance à la foule : «Le président a maintenant quitté la banlieue et la nuit est tombée c'est le signe que ce n'est pas encore le bout du tunnel pour les jeunes».  
 
 
TRES GRANDS PROJETS, QUOTA D'EMPLOIS POUR LES JEUNES, ... Me WADE VEUT DESAMORCER LA BOMBE BANLIEUE  
 
 
Article Par DAOUDA MINE,  
Paru le Mercredi 19 Nov 2008 
Le Président de la République s’est rendu, hier, à la banlieue pour clôturer le forum banlieue avenir. Occasion qui a été saisie pour annoncer un certain nombre de mesures et promettre aux jeunes de les aider à avoir des lendemains meilleurs. Mais selon des sources, si Wade s’est subitement intéressé à la banlieue, c’est parce qu’il sait que la banlieue constitue une bombe latente qui peut imploser à tout moment.  
Selon des sources dignes de foi, beaucoup de rapports des services de renseignements ont atterri sur la table du Président de la République l’informant que la banlieue risque d’imploser d’un moment à l’autre du fait de la pauvreté qui y sévit et du chômage chronique de ses jeunes. Les agressions sont devenues récurrentes. Les inondations chassant, chaque année, la quasi-totalité des habitants de la banlieue de leurs maisons. Les mêmes rapports d’expliquer que les jeunes sont désespérés et ne se gênent plus de descendre dans la rue pour manifester leur colère. Des avertissements pris au sérieux par le chef de l’Etat surtout après les manifestations des marchands ambulants, les émeutes de la faim et de l’électricité ainsi que les heurts au stade Léopold Sédar Senghor qui ont émaillé l’élimination de la bande à El Hadji Diouf. L’argument selon lequel Me Wade veut baliser le terrain à son fils serait, selon ces mêmes sources, qu’une préoccupation subsidiaire.  
Selon des sources concordantes, c’est parce qu’il est convaincu maintenant que la banlieue est une bombe latente qui peut imploser à tout moment que le chef de l’Etat a suscité ce forum de la banlieue pour mieux se rapprocher des jeunes, histoire de les convaincre que rien n’est encore perdu. Hier, l’occasion lui a été donnée avec la clôture de ce forum. Il a ainsi rassuré les jeunes de la banlieue pour leur dire que sa préoccupation est qu’au moins chaque foyer de la banlieue ait un jeune qui travaille pour subvenir aux besoins de sa famille. Il a annoncé qu’un recensement sera fait à cet effet. Wade d’ajouter qu’il va faire voter une loi pour que toute entreprise qui s’implante au Sénégal réserve 15% des emplois aux jeunes de la banlieue. Estimant avoir réalisé tous ses grands travaux, il a annoncé le lancement dès le conseil des ministres de jeudi prochain des «très grands projets (Tgp)». Le Pape du Sopi de dire qu’il a pris la décision d’éliminer le sous-emploi et le chômage des jeunes et il compte commencer par ceux de la banlieue. Il leur a demandé de lui faire parvenir des projets et il les financera. Il a invité les maires de Pikine et Guédiawaye de lui octroyer des terrains et il bâtira des structures socioculturelles, des arènes, des salles de spectacles et autres infrastructures pour les jeunes. Il leur a demandé enfin de créer un journal qu’il a déjà baptisé Jjb (journal des jeunes de la banlieue) qui leur permettra de dire tout ce qu’ils pensent. «Mettez en place un comité de rédaction et le Premier ministre vous financera», a-t-il dit.  
 
 
A quand la démocratie au Sénégal ? 
19-11-2008 Le discours que Macky Sall a prononcé, le 9 courant, en quittant le Pds, et en lui remettant ses oripeaux, ne peut manquer d’aller droit au cœur de tous ceux qui, dans ce pays, avaient souffert ou souffrent encore le martyre, pour avoir refusé de courber l’échine devant les puissants du jour. 
Soit dit en passant, tous ceux qui abdiquent leur dignité, pour quelque motif que ce soit, ne peuvent mériter de la patrie. Certes, il ne s’agit pas de nier les mérites des uns ou des autres, de ne pas les féliciter, le cas échéant, des actes louables qu’ils peuvent avoir accomplis, mais simplement de rappeler qu’il est indigne d’une personne de vouer à un mortel un culte qui n’est dû qu’à Dieu.  
 
Quand j’étais gouverneur au Sénégal-Oriental en 1963, j’avais reçu dans mon salon un général français venu me faire une visite de courtoisie, à l’occasion d’une manœuvre militaire franco-sénégalaise, dans la circonscription administrative placée sous mon autorité. De notre entretien, une phrase m’est restée gravée dans l’esprit : «Ce qui doit surprendre ce n’est pas que les petits disent aux grands qu’ils sont des êtres exceptionnels, mais que les grands, parce qu’ils sont grands, croient naïvement à ce que leur racontent ces petits.»  
 
Par ailleurs, dans une conférence que Pierre Cott fit à notre dernière promotion de l’Ecole nationale de la France d’Outre-mer, en 1960, j’avais cru comprendre ceci : «Quand vous rentrerez dans vos pays respectifs, évitez que tous les pouvoirs soient détenus par un seul homme, fût-il à la fois un sage, un saint, un héros. Car il cesserait d’être un sage à force d’écouter les flatteurs qui lui feraient commettre de graves erreurs et perdre la modestie si indispensable à la sainteté ; de même que son héroïsme, car à force de s’en prendre à tous ceux qu’ils considèrent comme ennemis, parce qu’ils ne savent pas flatter, il donnerait des coups si désordonnés, si injustes, qu’à la fin, il en aurait peur.»  
 
Si ces paroles sont restées gravées dans ma mémoire, c’est qu’elles correspondent à mes convictions les plus profondes qui furent la cause de ma descente aux enfers depuis 1963, quand Senghor, à ma grande surprise, m’invitait à entrer dans son cabinet en qualité de directeur-adjoint, alors que je n’avais pas adhéré à son parti et, en 1964, quand je démissionnai de mon poste de gouverneur, écœuré que j’étais par la chasse aux sorcières menées contre les amis de Mamadou Dia et mes ex-camarades du Pai dissous. Je m’en tiendrai là.  
En 1985, quand je revins d’exil avec ma famille, «la conscience claire et récurée» (comme dirait Marcel Aimé), ayant tenté en vain de me rapprocher de mon ancien condisciple de l’Enfom, ami et cousin Abdou Diouf, j’allai trouver son challenger, Me Abdoulaye Wade, Secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais. Celui-ci m’accueillit à bras ouverts, me nomma, à titre gracieux, membre de sa Commission nationale des Conseillers.  
Nous étions alors 40, répartis dans tout le Sénégal ; la Commission me choisit comme secrétaire administratif et j’en devins la cheville ouvrière, car toutes les réunions se tenaient chez moi. Je fis, un jour, des suggestions à Me Wade, au nom de la Commission, par l’intermédiaire de Moussé Guèye Seck, (ancien du Pai comme moi) qui s’était porté volontaire pour lui faire parvenir le courrier, à la veille de l’élection présidentielle de l’an 2000. Ces suggestions lui avaient déplu souverainement, autant que je pouvais en juger au cours de notre première rencontre. Il est vrai que nous n’avions pas évoqué la question, d’autant plus qu’il avait tout discuté et arrêté avec les partis alliés. Me Wade est un politicien madré ; et moi, une espèce d’artiste politique, sans ambitions, qui rêve d’un régime idéal.  
 
Bien sûr, que je souhaitais vivement son élection à la tête du pays, mais je souhaitais aussi sa démission du «Secrétariat général national du Pds et le retour à un régime parlementaire vrai où le président du Conseil (ou le Premier ministre) aurait des pouvoirs réels, sans que le chef de l’Etat en soit réduit à inaugurer des chrysanthèmes, selon l’expression du général de Gaulle. 
Car l’Afrique en a marre de ces régimes faussement républicains, faussement démocratiques. La démocratie suppose nécessairement un pouvoir partagé, surtout quand il s’agit de l’Exécutif. Entre l’instabilité gouvernementale et la dictature, l’homme libre n’a pas à hésiter. Car la dictature ne signifie rien d’autre que l’esclavage de tout un peuple.  
 
C’est pourquoi, je souhaitais qu’aucun parti n’ait la majorité absolue au Parlement et ceci pour atténuer la pression de l’Exécutif sur le Législatif, ce dernier pouvoir n’ayant été, depuis l’indépendance, que le reflet, pour ne pas dire l’humble serviteur du parti dominant. En plus, je souhaitais que le président du Conseil supérieur de la magistrature fût élu par les magistrats eux- mêmes, en vue d’une séparation plus nette de l’Exécutif et du Judiciaire.  
 
Comme le savent tous les «Anciens», depuis 1963, avec l’avènement du régime présidentiel, le Sénégal, à l’instar de tous les pays africains, vit sous la dictature d’un homme ayant la haute main sur toutes les institutions, avec une légère atténuation en 1974. Et Abdou Diouf respecta plus que Senghor l’indépendance du Pouvoir judiciaire. Je puis en témoigner, ayant été proche collaborateur de l’un comme de l’autre. 
Je souhaitais pour le Sénégal un régime meilleur que celui qui m’avait embastillé pendant sept ans pour raisons politiques et contraint aussi longtemps à l’exil dont je ne fus délivré que par des magistrats courageux qui me lavèrent totalement des accusations de détournement de deniers publics articulés contre moi par un Inspecteur général débutant et aux ordres. 
 
Je le dis d’autant plus sereinement que j’ai été, moi-même, Inspecteur général d’Etat.  
Bref, Me Wade m’avait dégommé de la direction de son journal, dès son retour de France ; sûrement à cause des suggestions que je lui avais faites et qui étaient aux antipodes de ce qu’il voulait réaliser. Mais, j’étais son conseiller. Je me disais : «Autant je n’ai pas le droit de m’attendre à ce que toutes mes suggestions soient retenues (ce qui correspondrait à un renversement des rôles) autant, j’ai le devoir de conseiller ce que je crois être bon pour le pays, pour l’Etat et son chef.» 
 
Quant à la fameuse Commission nationale des conseillers, dont les fonctions étaient gratuites, le nouveau président l’a enterrée aussitôt élu. Aucun de ses quarante membres ne figure dans la brochette des dizaines de conseillers grassement rémunérés qui gravitent autour de lui.  
Au demeurant, monsieur le Président fut surpris quand, lors de son meeting à Kanel, pendant la dernière campagne présidentielle, je me trouvai assis à sa droite, dans la tribune officielle et lui touchai l’épaule. Il tourna la tête me reconnut, me salua et, ayant constaté que ma vue avait baissé, fit appeler immédiatement son médecin-colonel, lui donna l’ordre de prendre mon numéro de téléphone afin de me faire examiner par un ophtalmologiste. L’officier et moi échangeâmes nos numéros de téléphone. 
 
Dans le discours qu’il fit ce soir-là, je compris que certains de ses aimables propos s’adressaient à moi. Je l’en remercie grandement. Dans les jours qui suivirent, je téléphonai au colonel pour lui dire que j’avais déjà consulté un ophtalmologiste et acheté des lunettes dont je venais de briser l’un des verres par mégarde, et lui fis parvenir l’ordonnance d’un montant de 65 000 francs que j’avais par devers moi. Il me remit 100 000 francs de la part du Président et je lui signai une décharge.  
 
Certains trouvèrent que c’était infime, misérable par rapport aux services que je lui avais rendus, compte tenu de ses possibilités énormes, de ses libéralités dont bénéficient des hommes et des femmes qui n’ont jamais rien fait, rien risqué pour le pays et pour son parti, mais s’étaient acharnés durant de longues années à le traîner dans la boue, à le traiter de tous les noms d’oiseaux, à l’insulter même. A ceux-là, je répondais : «C’est bien normal, parce que les hommes et les femmes en question savent lécher les bottes.» 
Moi, je ne le peux pas. Si je le pouvais, je l’aurais fait depuis Senghor. C’est Malraux, je crois, qui disait : «Certes, il est arrivé, mais dans quel état !» (Sous-entendu psychologique et moral).  
100 000 francs, c’est tout de même supérieur au montant de mon ordonnance. Par ailleurs, je n’avais jamais reçu un franc de Senghor, ni de Abdou Diouf quand ils étaient chef d’Etat. Je n’aurais sûrement pas refusé de faveurs ; mais c’est par idéal et avec des principes que je servais mon pays. Pas pour ne remplir les poches. Cet idéal, il est vrai, a coûté trop cher aux miens et je me sens souvent coupable envers eux, sans pouvoir me réformer. Celui-là a raison, qui avait dit : «Chassez le naturel, il revient au galop.»  
A 82 ans, je ne peux me permettre de militer dans un parti politique, mais je resterai, jusqu’à la fin de mes jours, aux côtés des opprimés et en faveur de la justice sociale.  
Abdoul Baïla Wane 
SUD QUOTIDIEN: 
En scrutant l’horizon  
par Bacary Domingo MANE | SUD QUOTIDIEN , mercredi 19 novembre 2008  
En attendant que le Train à écartement standard se pose sur les rails ; que la Cité des Affaires sorte de terre, que le Port du Futur, tel un iceberg, titille le puissant courant d’eau de la mer ; que ces restaurants ambulants portés par le projet « Yakalma » qui a fait saliver plus d’un, prennent forme ; que les bruits de botte de militaires et de rebelles se taisent enfin dans cette forêt Casamancaise naguère sacrée, mais aujourd’hui chahutée etc, Me Wade a décidé de nous sortir de la torpeur de la longue attente qui n’a d’autre point d’attache que l’horizon. Il nous place confortablement en bordure de la route pour contempler, sans modération, ces TGP (Très grands travaux) qui arrivent à grande vitesse dans une banlieue prise dans l’engrenage des embouteillages tous azimuts. 
Une banlieue où les réseaux routier et d’assainissement sont défectueux ; où les populations, faute de mieux, s’accrochent au bonheur du désespoir ; où le manque d’emploi ou de travail décent est la chose la mieux partagée etc. 
Une banlieue où la survie est assurée, parfois, au prix de la dignité humaine. C’est cette banlieue que Me Wade veut inonder de ses TGP. La vraie banlieue a-t-elle écouté le Président de la République ? A-t-elle vraiment entendu le Chef de l’Etat ? 
Les TGP, un os lancé aux jeunes de la banlieue ? Pour sûr, à force d’entendre du bruit, l’on devient sourd au bruit, à force d’espérer, l’on fini par tuer l’espoir, à force de scruter l’horizon, le réel nous échappe et l’on vit dans un ailleurs… 
Le Président Wade offre aussi un cadre d’expression à ces jeunes de la banlieue qui manifestent, à la moindre occasion, leur mécontentement en brûlant des pneus. Le JJB, c’est la trouvaille du « jazzmen ». Pour le bonheur des Sénégalais, Me Wade vient de dévoiler une autre facette de sa vie. 
Les TGP seront lancés jeudi prochain et prions pour qu’ils arrivent à bon port. 
Pensez vous réellement que vous êtes député du peuple ?  
par SUDONLINE.SN , mardi 18 novembre 2008  
« Le peuple, par une conséquence absolument inévitable, s’emparera, un jour ou l’autre, de tous les pouvoirs dont on a reconnu que le principe était en lui, sera-ce pour le garder ? Non. Après quelques jours de folie, il les jettera, par lassitude, au premier soldat de fortune qui se trouvera sur son chemin ». 
Si je me suis fait parrainé par cette prestigieuse citation de Maurice Joly dans dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, c’est tout d’abord pour vous rappeler chers députés de la majorité, les circonstances de votre élection. Je voulais vous dire que votre élection fait suite à un véritable et malheureux accident de l’histoire de notre jeune république. 
En effet, du dilemme qui résulta du boycott des élections par l’opposition représentative (il faut le reconnaître), le peuple souverain avait décidé de rester à la maison, impuissante et pleurnicheuse devant le spectacle de la restriction du domaine de définition de ses choix. Car sachant que jamais le petit panier que composé les candidats des petits partis ne pouvait faire le poids devant le grand panier qui était en réalité et c’est malheureux de le dire, infesté de modèle d’antivaleur, d’individus sans foi ni loi qui ne suivent que la logique que leur dicte leurs ventres et leurs poches, oubliant même parfois leur destin qui est d’être mangé par des asticots. 
Si, après d’innombrables hésitations, j’ai pas renoncer à vous adresser directement cette lettre, c’est plutôt dû au fait que j’attendais tout juste que la loi fut appliquée afin que je sois convaincu maintenant que je ne pourrais plus jamais supporter votre audace, lorsque vous insultiez notre intelligence en voulant nous expliquer « vos véritables motivations » lorsqu’il a fallu expliquer votre vote pour le « bien être des députés » pour reprendre la conclusion de Me El hadj Diouf lors du débat en plénière sur la proposition de loi Sada NDIAYE. En effet maître, de ceux qui ont voté « oui » à la loi Sada Ndiaye, je reconnais que vous avez été le seul à avoir des motivations autre que l’exécution de la sentence du chef, le roi autoproclamé Wade 1ER. 
Oui ! N’es pas vous nous disiez que vous avez votez « Vive Sada NDIAYE » pour ne plus subir le diktat du président de l’assemblée nationale ? Voila, par là maître, je voudrais vous demandez si par hasard vous vous êtes inspirés des écrits de Cornélius CASTORIADIS qui disait, je cite « J’ai toujours pensé que la démocratie dite représentative n’est pas une vraie démocratie. Dire : quelqu’un va me représenter pendant cinq ans de façon irrévocable, ça revient à dire que je me dévêt de ma souveraineté en tant que peuple. ». 
Alors si c’est le cas et je le crois bien, la suite logique de votre vote devrait donc être la proposition d’une autre loi similaire à celle de Sada NDIAYE mais qui à la différence, s’appliquera pas sur un seul et unique député qu’est Macky SALL mais sur tous les membres de l’assemblée nationale. Ce qui serait synonyme de « bien être du peuple » qui t’a donné l’occasion de voter pour ton bien être. 
Cela est d’autant plus vrai que si ceux là qui ont voté la loi en ont profité pour régler des comptes politiques avec Macky SALL, sachant que le problème du peuple c’est pas Macky mais plutôt l’assemblée nationale elle-même, nous autre aussi nous allons en profité pour régler définitivement notre compte avec les députés. Et que par conséquent, le « député du peuple » que vous etes devrait proposer une loi mettant fin au mandat de ceux qui font la honte de la république, de ceux qui sont complices de viols répétés de notre constitution,MON DIEU, un mineur de 7ans. Qui me parlait encore d’une loi contre la pédophilie. 
Je voulais vous dire maître que cela est indigne d’un simple fils du Saloum. A plus forte raison de vous qui vous enorgueillissez tant à déclarer tout de go que vous etes Bour SALOUM même si les anciens périmètres de notre « palais royal » sise à kahone, non réhabilité est en passe d’être la maison de retraite ou le lieu de festin de tous les herbivores du Saloum. 
Ce qui n’est que la retentissante sonnerie du glas de la royauté que votre nostalgie refuse peut être d’admettre mais qui hélas est la triste réalité. Ou bien maître vous y croyez toujours ? La royauté je veux dire ? Ah oui vous y croyez toujours, je vois, donc je comprends en réalité pourquoi vous avez voté cette maudite loi qui risque de nous ramener au moyen age. 
Car la réalité est que cette loi n’est qu’une partie mais combien importante de la stratégie de légitimation d’une probable et future intronisation du prince héritier qui malheureusement ne fera jamais l’unanimité dans ce pays. 
Car, si ce qui se décarcasse pour porter le prince à la tête du parti conçoit le PDS comme le rassemblement des moutons de panurges, ce qu’ils ignorent par conséquent, c’est qu’au temps des royaumes même, au Sénégal la succession de beaucoup de rois était matrilinéaire. Ce qui veut dire beaucoup de chose, je crois même que les partisans du prince l’on si bien compris qu’ils ne cherchent maintenant pas plus que le soutien de l’hexagone, oui chez la famille maternelle. Si l’on se permet comme ça d’insulter notre démocratie, cela est surtout dû au fait que le pays traverse une grave crise d’identité, crée et entretenu par un conglomérat de clans replié sur eux et méprisant à l’égard de toutes personnes compétentes et valeureuses. 
Et c’est malheureusement dans ce contexte que les concepteurs de la génération des comploteurs ont compris, sans même pour autant recourir au service d’un expert dans la compréhension de la psychologie de l’homo sapiens senegalensis, le rôle que joue l’argent dans notre société. 
En effet au Sénégal du roi autoproclamé wade 1er, il suffit d’être parrain d’une organisation d’opportuniste, de verser une obole de millions de francs à une organisations de jeunes retraité de l’avenir ou tout simplement de donner gracieusement des tonnes de riz ou de billet de la Mecque pour se voir plébisciter comme futur homme fort du pays. 
Enfin, je finirais seulement par rappeler que le Sénégal n’est pas le Congo et les sénégalais sont tout sauf des togolais et qu’il est temps qu’on arrête ces farces qui se font autour de nos institutions car elles sont pleines de danger. 
Prêt pour le combat contre la royauté 
Papa Malick NDOUR  
Etudiant en 3é cycle d’économie  
Ucad-Faseg  
milkeva1984@yahoo.fr 
L'OFFICE: 
Et après ?  
Wade est venu en compagnie de Karim Wade ; les banlieusards ont applaudi, dansé, et oublié, le temps d’un après-midi leur galère quotidienne. Et après ? Ils sont repartis, les coupures ont repris de plus belle. Les vendeurs de « fondé », de « ndambé », de « pain boulettes », de «thiacri» ont repris du service, sollicités encore par le « bétail électoral », de retour de ce vaste rassemblement politique. Les chômeurs continuent encore à « compter les poteaux » de la ville, jusqu’au prochain forum ou rassemblement politique, pour d’autres promesses plus alléchantes. Ainsi va la vie politique au Sénégal… 
( Mor Todjangué )  
FERLOO: 
19 novembre 2008  
Bureau politique de l’Afp sur les problèmes du Sénégal : « La solution véritable passe par le départ de Me Wade et de ses affidés… »  
Le Bureau politique de l’AFP s’est penché hier, sur la situation nationale « de plus en plus délétère ». Estimant que l’économie nationale et les finances publiques « vont à vau- l’eau, pendant que les Sénégalais étreints par l’angoisse ne trouvent guère de réponses à leurs multiples interrogations, la montée des périls se confirme avec l’insouciance et l’aveuglement suicidaire d’un régime finissant, qui pense pouvoir forcer les portes du destin, en ramant désespérément à contre-courant de l’histoire », les progressistes invitent le gouvernement de Me Wade « à s’inspirer davantage, avec humilité, des solutions de sortie de crise déroulées par M. Moustapha Niasse, notamment lors de sa conférence de presse du 20 mai 2008 ». Et cette solution, c’est le « départ de Me Wade et de ses affidés… » 
 
Pour les camarades de Moustapha Niasse : « Un gouvernement responsable devrait porter une attention exceptionnelle au monde rural dont le drame, jusqu’ici silencieux, se poursuit à cause de l’exploitation et du mépris dont il fait l’objet. Malgré les manipulations de toutes sortes, la réalité prend régulièrement le dessus, avec le dénuement criard et les souffrances lancinantes des paysans qui, pendant le règne de la médiocrité promue par les pseudo-libéraux, vivent dans leur chair les conséquences de l’incompétence, de l’arrogance et de la mal gouvernance chronique dont Maître Abdoulaye Wade porte l’entière responsabilité ». Toujours selon les progressistes : « L’assainissement réel des finances publiques passe d’abord par une volonté politique confirmée, un nouvel état d’esprit mû par une profonde culture républicaine qui, hélas, fait défaut, et d’abord au sommet de l’Etat. En effet, comment comprendre la réaction incongrue et inconvenante de Me Wade, face aux magistrats de la Cour des comptes, dont le seul tort est d’avoir mis le doigt sur la plaie béante, en conformité absolue avec leurs missions ? En tentant de vider tous les corps de contrôle de leur substance, les tenants du pouvoir mettent à nu leurs véritables préoccupations qui sont aux antipodes de la bonne gouvernance. En effet, il est incompréhensible que la dénonciation de cumuls illégaux de fonctions et du non respect des règles élémentaires de la comptabilité publique hérisse toujours celui qui est censé être le garant de l’intérêt général ». « C’est la raison, disent-ils, pour laquelle les mesures annoncées par le gouvernement, sous la pression des partenaires multilatéraux et bilatéraux, sont insuffisantes, voire superficielles, au regard des réformes indispensables qu’appellent les dysfonctionnements structurels et les pratiques peu orthodoxes introduites par les pseudo-libéraux. Lesdits dépassements budgétaires qui ont atteint le montant de 109 milliards, en sont une illustration éloquente. Le scandale dans le scandale, ce sont les 12 milliards considérés par le gouvernement comme des dépenses illégales qu’il n’entend pas honorer, alors qu’il s’agit bien de contrats avec des privés qui croyaient avoir affaire à un Etat crédible ». Le Bureau politique de l’AFP invite le gouvernement de Me Wade « à s’inspirer davantage, avec humilité, des solutions de sortie de crise déroulées par M. Moustapha Niasse, notamment lors de sa conférence de presse du 20 mai 2008 ». A cette occasion, rappellent-ils, le Secrétaire général de l’AFP « a démontré qu’il est possible d’assainir les finances publiques, tout en gérant le volet social, pour soulager les populations meurtries par tant de sacrifices inutiles. Mais en réalité, la solution véritable passe par le départ de Me Wade et de ses affidés, pour que les Sénégalais prennent en mains leur destin et engagent, avec toutes les forces vives, les véritables chantiers du développement ». 
A les en croire : « La honteuse mise en scène qui a abouti à l’élection d’un nouveau Président de l’Assemblée nationale n’est qu’une étape d’une tragicomédie qui a pour enjeu la mise à mort de notre démocratie déjà mise à mal par un gouvernement incapable de dissocier les préoccupations d’un groupuscule de l’intérêt général et de la vie publique. Cette logique, qui se confond avec le rythme de la régression démocratique en cours, générera fatalement d’autres forfaitures en porte à faux, naturellement, avec la Constitution, les lois et règlements ». Et d’ajouter que : « C’est là qu’il faut trouver la signification de l’opération annoncée des Wade dans la banlieue, une campagne électorale avant la lettre où un Président de la République en exercice conçoit et exécute un projet politique monstrueux avec les moyens de l’Etat, pour tenter de baliser la route vers le Sommet, en faveur d’une génération faussement spontanée d’opportunistes qui, en réalité, vont vers le sort que les peuples réservent à tous ceux qui, sans exception, prétendent confisquer leur dignité, leur liberté, c’est-à-dire, leur raison de vivre ». « Ces données, pensent les progressistes, inspirent l’organisation des prochaines élections locales déjà entachées par des fraudes massives à travers des transferts d’électeurs encouragés par le ministère de l’Intérieur et ses démembrements. Ces faits graves s’agrègent au contentieux électoral que les tenants du pouvoir font semblant d’ignorer. Aujourd’hui, il est universellement reconnu qu’un processus électoral ne peut être transparent sans un fichier et une carte électorale fiables. De surcroît, non seulement les documents électoraux nécessaires à l’exercice du droit de vote ne sont pas accessibles, de manière indiscriminée, à tous les ayants-droit, mais aucune disposition sérieuse n’est prise pour mettre un terme au vote multiple ». Evidemment, indiquent-ils, « cette volonté manifeste du régime de Me Wade de confisquer la volonté populaire attise le feu sur un pays dont la cohésion et la stabilité sont sérieusement menacées par de telles attitudes incompatibles avec l’Etat de droit et une vraie démocratie. Dans un contexte de paupérisation galopante des populations, le Ministère de l’Intérieur devrait non seulement s’atteler à préserver la paix civile, mais également à garantir la sécurité des biens et des personnes, au moment où l’insécurité gagne les villes, les banlieues, les campagnes, et tout particulièrement les régions périphériques, de plus en plus livrées à l’abandon par les pouvoirs publics ». 
Alassane DIALLO 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 19.11.2008
- Déjà 5207 visites sur ce site!