ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

radoter et manquer de suite dans les idées

 
avoir affaire à un vieux naïf qui radote et manque de suite dans les idées 
 
24hchrono : Jeudi 11 Juin 2009 
Le nouveau Karim Wade… 
En dépit du coup de semonce des locales du 22 mars dernier, le fils du Président Wade a montré publiquement, depuis plusieurs semaines, qu’il n’a pas renoncé à ses ambitions présidentielles. Il essaie de se forger une nouvelle image dans les médias. De «simple» président d’agence, il est devenu ministre d’Etat gérant un portefeuille important, pour ne pas dire stratégique, et essaie de côtoyer le petit peuple de Dakar qui l’a défait aux dernières élections locales. Il essaie également de se rapprocher des opposants et tente une politique d’ouverture. Mais cette métamorphose a, pour l’instant, une faiblesse de taille qui persiste. 
Karim Wade poursuit sa métamorphose. Dimanche dernier, il a rendu des visites de courtoisie à plusieurs opposants. Tout a démarré chez Jean Paul Dias vers 16 heures 30. Karim, accompagné uniquement de son chauffeur et de son conseiller en communication Cheikh Diallo, a discuté pendant plus d’une demi heure avec Dias en présence de son fils Barthélemy. L’ambiance était bon enfant. Dias a sorti les photos de famille et de souvenirs entre lui et Wade. Karim a indiqué qu’il était venu rendre visite à « tonton » (Dias) et à un « jeune frère » nommé Barthélemy. Ils ont ri à hauts éclats. Wade fils s’est ensuite rendu chez Amadou Moctar Mbow qui l’avait joint au téléphone pour lui présenter ses condoléances à l’occasion de la disparition de son épouse. Ensuite ce fut le tour de Moustapha Niasse qui a accueilli chez lui le ministre d’Etat. Puis en dernier lieu, Iba Der Thiam qui a fourni beaucoup de conseils politiques au leader de la Génération du concret. Celui-ci entend désormais s’inscrire dans une démarche d’humilité. « Pendant longtemps, nous avons souffert de notre enfermement. Nous avons manqué parfois de modestie et nous étions trop sûrs de nous. Aujourd’hui, nous sommes dans une démarche d’ouverture », indique un des proches de Karim. Exit le super conseiller Hassan Bâ. Ce dernier ne figure plus dans le premier cercle de «Monsieur Wade » comme l’appellent ses proches. Exit également Baba Wone qui était surtout pour les religieux une sorte de porte-parole qui prenait souvent la parole au nom de Karim. Désormais, c’est lui-même qui gère ses communications avec, dans l’ombre, le même Cheikh Diallo, seul rescapé du groupe qui l’entourait. En coulisse, les derniers communicants qui restent au fils du président cherchent à lui tailler une nouvelle image d’un «homme proche du peuple».  
Le Jean Collin du Pds  
Pour autant, le talon d’Achille de Karim Wade reste cette image de superpuissant qui lui colle à la peau. D’homme qui défait des carrières et qui fabrique des parcours. Alors qu’il était «un simple» président d’agence, Rimka est aujourd’hui ministre d’Etat plein, un Premier ministre, le confondent certains. Il rappelle à bien des égards feu Jean Collin, l’immense ministre d’Etat aux temps des socialistes. Le gouvernement est taillé à sa mesure. Tous ses hommes sont restés. Et les rares qui ont été évincés sont revenus à la case départ. Le cas Awa Ndiaye est là patent. Elle est revenue au sein du pouvoir après quelques heures de frayeurs au purgatoire. Le dernier acte en date de cette main basse sur le pouvoir est la démission posée par le ministre Mamadou Abdoulaye Sow remplacé par un proche de Karim Wade, un nommé Abdoulaye Diop au moment où Rimka est presque en conflit ouvert avec le « vrai » Abdoulaye Diop. Le patron de l’immeuble Peytavin qui avait rué dans les brancards pour récupérer la substance de son ministère actuel. Mais la stratégie de Rimka vers la base (comme vers le sommet) bute sur un maillon essentiel : l’absence réelle du wolof châtié dans son discours. Nombreux étaient, en effet, les Sénégalais qui, vautrés dans un fauteuil devant leur petit écran ou présents dans un de ses rares meetings durant la campagne des locales, se sont marrés en entendant le leader de la Génération du Concret gazouiller maladroitement quelques timides expressions dans la langue de KOCC du genre « Fii, nioo ko moom !». Et malheureusement pour lui, il n’est jamais allé trop loin dans cet exercice linguistique. Karim va-t-il se décider enfin à se mettre à l’école du corps américain de la paix qui permet à un ressortissant du pays de Barack Obama qui foule au pied pour la première fois le sol de notre pays, et résolu à aller au contact de la base, au bout de trois mois d’apprentissage de nos langues nationales, à s’exprimer correctement dans celles-ci ? Un argument basique à la portée de ses adversaires et qui risque pourtant de faire mouche. En barrant sa route vers le… sommet. Les langues nationales ayant confiés à son poulain Kalidou Diallo depuis hier, il essayera d’apprendre «mbiimi» à défaut de «mane».  
Sambou Biagui  
 
Stratégie de Communication: Karim veut enfin percer le mystère 
A l’arrivée, Karim Wade ne s’est pas fait prier pour revoir sa copie. Le fils du Chef de l’Etat, qui a fini par comprendre à travers les résultats des élections locales, le rejet par les sénégalais de sa personne, est plus que jamais décidé à …Changer pour se faire adopter par les siens. La «mue communicationnelle» constatée dans la nouvelle démarche du leader de la Génération du Concret, est la toute nouvelle trouvaille de son entourage, pour porter ce dernier vers le sommet.  
La métamorphose de Karim Wade se passe de commentaires. Comme par enchantement le leader de la Génération du concret a complètement changé. La gifle retentissante des élections locales, est sans doute passée par là. Le malheureux candidat de la Coalition Sopi à la Mairie de Dakar, s’est finalement résolu à tirer les leçons de cette débâcle. Suite à la douche froide reçue le 22 mars dernier, traduit par certains comme un «rejet» du personnage de Karim Wade, ce dernier a vite compris que son adoption par les sénégalais, passait par le changement de sa politique et de sa stratégie de communication. L’image antipathique à laquelle renvoyait le patron de la GC, semble désormais appartenir au passé. Le Karim Wade conseiller du Président de la République avant sa nomination au sein du gouvernement, n’a absolument rien à voir avec le tout nouveau ministre de la République post-élections locales. Elle est révolue, la période où il se réfugiait derrière ses acolytes Cheikh Diallo, ou encore Baba Wone, pour communiquer avec les Sénégalais. D’aucuns ironisaient en disant que ces derniers étaient les «haut-parleurs» de Karim Wade, dont le silence bruyant avait fini par devenir un mystère aux yeux de ses concitoyens. Conscient que cette stratégie est plus que jamais vouée à l’échec après la punition du 22 mars, Karim n’avait plus d’autres choix que de communiquer au vrai sens du terme avec les sénégalais, pour tâter leurs pouls et mesurer sa côte auprès d’eux. Le résultat est tout autre. C’est un Karim ouvert, décontracté à la limite «free», qui parle à ses concitoyens, pris de court par ce brusque changement. Un Karim «comme on l’aime» diraient certains d’autant plus que la personnalité austère et introvertie, avait fini par constituer une barrière communicationnelle entre le fils du Président Wade et le peuple sénégalais. Ainsi, Karim Wade est-il d’ores et déjà décidé à percer le mystère qui se cache derrière son personnage, pour cette fois-ci, apprivoiser les sénégalais. Le jeu en vaut la chandelle, pour espérer continuer la marche vers le sommet.  
Amadou Lamine Mbaye 
24hchrono : Jeudi 11 Juin 2009 
ME ASSANE DIOMA NDIAYE PDT DE L’ONDH SUR LA VICE- PRESIDENCE  
Bien que votée successivement par l’Assemblée Nationale et le Sénat, la loi instaurant la vice-présidence au Sénégal laisse perplexe certains leaders d’opinions, en plus de la majorité des partis d’opposition, et de la société civile, entre autres. Ce sentiment est aussi partagé par l’Organisation Nationale de Droits de l’Homme. Car, selon son président Me Assane Dioma Ndiaye, une telle procédure n’a eu que pour résultat de mettre les citoyens et les acteurs de la vie politique, devant le fait accompli. D’autre part, l’ONDH tire la sonnette d’alarme sur les cas d’extrême violence au Sénégal.  
Si dans un état de droit la mise en place d’une institution est de nature à renforcer une démocratie, l’instauration de la vice-présidence au Sénégal est, aux yeux de l’Organisation Nationale des Droits de l’Homme (ONDH), un moyen d’affaiblir cette même démocratie qui, il faut bien le dire, se dégrade de jour en jour dans notre pays. C’est pourquoi, Me Assane Dioma Ndiaye le président de l’Ondh affiche de sérieuses réserves contre la création du poste de vice-président. «De mon point de vue, l’instauration de la vice-présidence au Sénégal ne peut pas être domestiqué», a précisé Me Ndiaye selon qui, la démocratie est aujourd’hui une donnée universelle avec ses principes bien acquis. C’est d’ailleurs ce qui amène le président l’Ondh à dire «on ne peut plus inventer la démocratie au Sénégal». Et Me Ndiaye d’ajouter : «lorsqu’on nous dit qu’une vice-présidence est là pour des taches particulières, alors qu’elle ne peut pas suppléer le président de la République en cas d’absence, cela est difficilement acceptable. Il s’agit d’une vice-présidence circonstancielle, qui reflète symptomatiquement la pathologie de notre démocratie». Visiblement très étonné, il ajoute que «la création de cette nouvelle institution, vise simplement à régler une situation présente et déterminée, qui ne profite guère ni directement encore moins indirectement aux contribuables sénégalais». Dans cette même logique, Me Ndiaye regrette le fait que l’opinion des populations sénégalaises dans leur grande majorité, ne soit pas prise en compte dans le processus. «Il aurait fallu recueillir le consentement du plus grand nombre de sénégalais. Ce qui s’est passé n’est rien de plus qu’une rationalité stratégique et instrumentale, dans un but bien déterminé, celui de mettre les moyens pour atteindre les objectifs», a-t-il indiqué. Dans un tout autre registre, l’Ondh a tiré la sonnette d’alarme concernant les cas d’extrêmes violences enregistrées dans notre pays depuis quelque temps, avec des meurtres sauvages, viols, et autres actes de barbaries. Selon Me Assane Dioma Ndiaye, la faillite des institutions et la situation de crise, qui a fini de renforcer le phénomène de la pauvreté, sont les deux raisons de cette triste réalité.  
Auteur: Gora KANE Correspondant  
 
Seneweb.com : Vendredi 12 Juin 2009 
FESMAN: ils n’ont toujours pas compris ! 
Les créatures du Président Wade commettent tous le même péché : ils croient avoir affaire à un vieux naïf qui radote et manque de suite dans les idées. Le Conseil ministériel sur le Fesman vient de leur infliger une cinglante humiliation. Si Gorgui ne donne pas toujours l’impression de savoir ce qu’il veut, il sait, assurément ce qu’il ne veut pas : un Fesman de têtes d’affiches. Il n’en a cure que Stevie Wonder soit présent si le peuple qui l’a élu en Mars 2000 ne tressaille pas aux tremolos du musicien Outre Atlantique. A la place de Danny Glover, il aimerait que le peuple soit à la fête avec les Baye Peuhl, Sa Neex et autres amuseurs du terroir.  
- Un match de foot à mon festival ? De qui se moque-t-on ?  
« Parsidan » veut entendre le chant païen du pays profond. Il veut s’assurer que soient entendus Yandé Codou et les tambours royaux du Sine, les ritis et danseurs de calebasse du Fouta, les percussions de la verte Casamance.  
Que mes enfants et amis se rassurent… Mon allergie aux connivences ou compromissions demeure irréversible et ce n’est demain que je vais faire trempette dans la mare aux crocodiles.  
La démarche claudicante du Fesman s’explique en trois points : 
1) « Clanisation » du projet par un groupuscule d’intrigants plus soucieux de poires pour la soif que des enjeux et de la philosophie d’un festival que leur indigence intellectuelle assimile à une kermesse 
2) Manque de crédibilité et d’expertise urbi et orbi des pilotes qui croient donner le change avec un carnet d’adresses internationales et des recommandations.  
3) Mise à l’écart systématique de personnalités libellées « ingérables »ou hostiles au régime, de ceux ou celles dont la seule présence risque de mettre en évidence les limites et insuffisances des timoniers ; quand bien même la participation de ces personnalités serait utile au pays. C’est en mettant l’intérêt du Sénégal avant ses ressentiments personnels qu’un leader fait preuve de dépassement patriotique. Si Mr Wade, lui-même, avale parfois des couleuvres qui le répugnent, ses créatures devraient pouvoir dévorer des iguanes, sans état d’âme.  
Il ne faut pas être plus royaliste que le roi.  
 
A la lumière de ces trois points, il n’y a aucune déloyauté vis-à-vis du Président de la République à consulter, associer des écrivains dits de gauche, d’anciens ministres de culture. Chez ces occidentaux que nous imitons si mal, certains personnages, quelle que soit leur sensibilité politique du moment, demeurent incontournables chaque fois que l’exige l’intérêt supérieur de la nation. On le voit avec Jacques Lang en France, Hillary Clinton aux US, pour ne citer que ceux là.  
Il devrait en être ainsi lorsqu’on songe à des hommes du sérail comme Moustapha Kâ, Makhily Gassama ayant laissé une marque indélébile dans les annales du département. Bien entendu les fats ne se plaisent que parmi les sots, contrairement aux gens intelligents qui recherchent toujours la compagnie de plus intelligents qu’eux. C’est chez les nains que survient la querelle de savoir lequel est le plus grand. Tant que les pileurs d’eau croiront moudre du grain, tout le monde sera éclaboussé, à commencer par Gorgui.  
 
 
Amadou Gueye Ngom 
Critique d’art 
Florida  
LE QUOTIDIEN : 
Diversité linguistique et système scolaire : le temps d’agir est venu 
Le Sénégal est un pays de diversités ethnoculturelle, linguistique et religieuse. C’est un truisme de le dire, le fait étant consigné dans la Constitution. 
De l’Indépendance à ce jour, l’introduction des langues nationales dans le système scolaire n’a pas démarré et ne semble pas à l’ordre du jour.  
D’ailleurs, il n’existe pas de véritable projet politique à ce sujet, toutes forces politiques confondues et tous présidents de la République confondus.  
Apparemment, la question serait explosive et personne n’ose exprimer publiquement une réflexion quelque peu structurée à ce sujet. 
Mêmes les citoyens et les organisations de la société civile semblent effrayés par l’évocation de la question.  
Les «Assises» viennent de livrer leurs cogitations pour refonder le pays. Je n’ai pas connaissance qu’elles aient abordé la question. Si cela s’avérait exact, ce serait l’illustration la plus flagrante de l’immense consensus du silence qui entoure la question et l’enferme dans une véritable chape de béton.  
Nous nous comportons comme des autruches face au danger : nous enfouissons la tête dans le sable. 
A la vérité, il faut reconnaître que la question est extrêmement dangereuse si elle est abordée sans vision et sans précautions et compétences. D’où sa sensibilité. 
Les gens ne semblent savoir par quel bout entreprendre le déminage du terrain que constituerait la jungle de la pluralité linguistique sénégalaise et en Afrique.  
C’est cette impuissance née de l’ignorance et de la préférence dogmatique qui nous a installés dans la peur et l’immobilisme pendant prés d’un demi-siècle. 
Le pluralisme linguistique est inscrit dans la durée.  
Les communautés linguistiques, ethnoculturelles et religieuses ne convergeront pas de sitôt vers une communauté homogène. Elles ne s’exileront pas parce qu’il n y’a pas où aller. Elles devront coexister dans l’affrontement, la douleur ou l’harmonie. 
Spéculer que le temps simplifiera la configuration linguistique dans le sens de l’unilinguisme est une erreur tragique. Attendre ce qui n’adviendra pas continuera de porter un préjudice immense à la politique éducative et culturelle du pays. 
Comment se fait-il que des pays de diversités, presque partout en Afrique, continuent à se gérer comme des pays d’uniformité linguistique, sans succès d’ailleurs ? 
Senghor disait que si l’on ne sait pas où l’on va, on doit revenir sur ces pas. Sans avoir besoin de perdre du temps et de l’énergie à revenir sur ses pas, il convient de changer radicalement de direction. 
La conclusion coule de source : conserver le statu quo qui maintient les langues nationales hors du système éducatif, ce qui est contre productif à tous les points de vue, ou sortir de ce statu quo.  
Il est obligatoire et urgent d’en sortir. On n’en sort que de deux façons : imposer une langue dans le système éducatif ou opter pour le pluralisme linguistique. 
L’imposition d’une langue autre que le français comportant trop de dangers pour l’unité du pays dans le court comme dans le long terme, il convient de ne pas l’envisager.  
Si cette voie était praticable, pourquoi n’a-t-elle pas été empruntée ?  
On peut rétorquer que l’imposition n’a pas été tentée et qu’on peut essayer de l’entreprendre. 
S’engager maintenant dans une telle aventure, pour tester l’hypothèse, aura raison du pays. Ce qui est le comble de l’absurdité et de l’aveuglement idéologique. 
L’enfermement dans l’inactivité et dans l’impuissance vient de ce que l’approche de la question des langues nationales dans le système éducatif fut erronée de bout en bout.  
D’abord, l’étude et l’introduction des langues nationales furent pensées en termes d’opposition au français comme unique langue d’enseignement.  
Des esprits déterminés envisagèrent et menèrent le combat de la supplantation du français par une langue nationale, le wolof en l’occurrence. Bataille perdue à ce jour. 
La vérité commande de reconnaître que les Français et l’Etat français ne furent pas les seuls adversaires de cette orientation chauvine. Car, les autres et tous autres n’acceptaient pas le remplacement d’une domination par une autre. 
Ensuite, l’insertion des langues nationales fut pensée en termes de moyens et d’outils de renforcement de la maîtrise du français. C’est la concession faite par la France et la Francophonie face à l’énorme poussée des langues dites autochtones. 
Cette orientation ne pouvait mener loin, parce qu’elle continue de tourner le dos à la question fondamentale et incontournable du statut des langues nationales comme langues d’enseignement. 
Le monolinguisme (français en l’espèce) du système éducatif sénégalais a atteint ses limites. Il continuera de coûter trop cher, et le rapport coût-résultat n’ira qu’en se dégradant.  
Est-il surprenant que malgré les 40% du budget national le système soit en crise, et ce depuis plus de trois décennies ? Le sauvetage de l’année scolaire n’y change rien. 
Face à l’échec patent du monolinguisme, il ne reste que le pluralisme, pour faire entrer nos langues dans le système éducatif, améliorer la qualité et l’efficacité du système, rationaliser son financement et ses dépenses, amorcer la résolution de la crise générale dans laquelle l’Ecole est installée. 
Cette option sortira la question du recours aux langues nationales comme langues d’enseignement des préoccupations politiques et idéologiques pour en faire une question technique, d’organisation et de moyens. 
La question des moyens, quelle que soit son importance, est seconde par rapport aux orientations de fond qui découlent d’une volonté politique, lucide, informée et audacieuse. 
Il reste la question technique et d’organisation. 
Elle est à soumettre aux linguistes et aux pédagogues avant la validation par les instances politiques habilitées. 
Bien sûr, le débat public est incontournable. Il sera d’autant plus productif et serein qu’il ne comportera plus d’enjeux hégémoniques ou de relégation de quelque langue que ce soit. 
Le pluriel et le pluralisme commençant à partir de deux, pour avancer, il convient de distinguer le pluralisme de base qui concerne nos langues nationales du pluralisme général dans lequel la place du français sera définie.  
De là, découle la proposition que je mets en débat.  
S’agissant du pluralisme de base,  
Retenons que deux langues nationales au moins seront enseignées obligatoirement dans tout notre système éducatif.  
Décidons d’enseigner le wolof sur l’ensemble du territoire national.  
Décidons qu’une autre langue, variable selon l’aire géographique, formera un package avec le wolof. 
Il reste à faire un sort au français, dans le cadre du pluralisme général. La langue française fait partie de notre patrimoine historique, par delà l’imposition, les meurtres, les violences de toutes sortes, les humiliations, les douleurs, les blessures et les récriminations. Il y a des patrimoines que l’on ne peut pas ignorer, ni détruire. Celui-là en fait partie. Le français, cessant d’être langue d’enseignement unique comme aujourd’hui, continuera d’être enseigné à la suite d’un redéploiement pertinent.  
Ce qui est préconisé ci-dessus ne posera aucun problème à la majorité des enfants sénégalais, y compris aux très jeunes locuteurs wolofs. 
Les familles seront au cœur du pluralisme linguistique, par la transmission de la langue maternelle, la langue parlée à l’enfant à la maison, qui peut ne pas être celle(s) des parents. C’est au sein des familles que vont s’élaborer les premières stratégies du bilinguisme par le choix libre et souverain de chaque famille, que l’école complétera. 
Les adultes éprouveront des difficultés psychologiques et affectives. De là, viendront peut-être des résistances ou des réticences, qu’il faudra accompagner. 
Dans ma propre communauté ethnolinguistique comme dans les autres, les ultras me reprocheront ma proposition que le wolof soit enseigné obligatoirement partout au Sénégal. 
Je comprends ce reproche. J’ai pris le risque et la responsabilité de faire s’entrechoquer pacifiquement les sentiments, les passions, les préjugés et les savoirs pertinents qui font autorité, pour le triomphe en dernier ressort de la raison et de l’intérêt de l’ensemble des Sénégalais. 
On ne peut pas faire moins pour le wolof si l’on veut introduire les langues dans notre système d’enseignement, étant entendu que l’on ne peut pas faire plus.  
Sans cette décision, acceptée par tous les Sénégalais, nos langues n’entreront pas dans notre système éducatif dans un temps raisonnablement prévisible. 
La condition d’une telle acceptabilité se trouve dans la proposition d’enseigner obligatoirement à chaque Sénégalais entré dans le système scolaire deux langues nationales, dont le wolof. 
L’apprentissage de et dans deux langues nationales sera une véritable révolution mentale et comportementale qui bouleversera la conception jusque-là mise en œuvre de l’édification de l’Etat et de la Nation. 
Comme le savent tous les spécialistes en la matière, les avantages d’un bilinguisme (trilinguisme) bien conduit sont supérieurs à ceux du monolinguisme. Ce n’est pas ici le lieu de développer en détails ces avantages. 
Cependant, on retiendra que le plurilinguisme renforcera la connaissance mutuelle des Sénégalais. S’il y a connaissance mutuelle, il y aura renforcement du respect mutuel et de l’unité nationale. Donc, tout le monde gagne parce que le pays gagne, sans que la francophonie en pâtisse, au contraire. 
En 2010 le Sénégal fêtera le cinquantenaire de son indépendance. Au cours de cette période, des avancées importantes ont été faites dans les domaines culturels et artistiques. Des tentatives en alphabétisation ont été déroulées. 
Cependant, tout le monde comprend que nous continuons de vivre sous l’empire et l’emprise de l’oralité.  
Ne convient-il pas de faire entrer les arts et les cultures de ceux qui ne s’expriment pas en français ou en arabe dans l’ère de l’écriture et, de la sorte, révéler un immense potentiel de talents et de créations dans l’ensemble des composantes du pays ? 
Avec les Présidents Senghor et Diouf, les langues nationales sont restées hors du système éducatif. 
Voilà bientôt dix ans que nous sommes avec le Président Wade. Il n’a pas, lui non plus, fait entrer nos langues dans le système éducatif. Ne risque-t-il pas, quelle que soit la durée de sa présence à la tête de l’Etat, de partir sans régler cette question cruciale pour notre présent et notre avenir ? 
C’est à croire qu’une malédiction certaine pèse sur le pays et sur les leaders nationaux parmi les plus éminents et les plus illustres. 
Le recours aux langues du pays dans l’enseignement est une question très complexe sans doute. Ce chantier durera des décennies, à condition de l’entamer avec hardiesse et sans tard, en prenant les bonnes décisions. 
Les pays qui avancent et conquièrent leur futur, sans négliger leur présent, sont ceux qui pensent et mettent en perspective les complexités. 
Sans perspective, il n’y a pas de durabilité dynamique dans le développement socio économique et culturel, ce qui rend difficile par ailleurs les ajustements conjoncturels ou structurels. 
Le temps est venu de débattre et d’introduire nos langues dans l’enseignement, non pas comme des curiosités, mais bien comme des outils, des moyens et des contenants d’éducation et d’apprentissage. 
Le succès en la matière inspirera les différents Etats africains et facilitera les intégrations sous-régionales. Ces intégrations réussies mèneront plus facilement vers l’union africaine.  
Nous avons donc rendez-vous avec l’histoire et le panafricanisme. 
Prenons garde cependant de ruser avec le destin du pays, par l’acceptation du principe du trilinguisme pour ensuite, prétendument pour des raisons de moyens et de calendrier, instaurer un monolinguisme de base. Ce serait la voie d’une tragédie certaine et redoutable. 
 
Samba Diouldé THIAM - Secrétaire général du Parti de la Renaissance et de la citoyenneté (Prc) - Député à l’Assemblée nationale du Sénégal / ddjuulde@yahoo.fr  
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 12.06.2009
- Déjà 5416 visites sur ce site!