ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La cohésion et l’unité la plus large

I- La tragédie du Joola et le mal sénégalais 
Voici que l’improbable et l’inacceptable se sont produits. Le Joola dans les abysses devenu le tombeau. Souffrance. Cette catastrophe maritime est sans précédent en Afrique. La cinquième de toute l’histoire mondiale. La tragédie que vit notre pays n’est pas de l’ordre du discours, du nommable. Ni même de l’immédiatement pensable. Le poète sait bien la difficulté du dire ; de déprendre le mot de la concurrence des choses ; que les grands maux sont au-delà des mots.  
Mille morts, d’un seul coup ; mille : chiffre tellement inouï qu’il en de¬vient abstrait. Mille vies de souffrances de labeur et d’espérance soudain vouées au vagissement du néant, brusquement figées dans l’insondable mystère de l’Eternité. Et toute une Nation frappée d’hébétude, d’incrédulité; travaillée par une houle d’émotion extraordinairement dense, plongée dans une souffrance ineffable. A mon tour de m’incliner profondément, douloureusement, devant nos morts. En silence. Comme tous mes compatriotes. Car il est rare, dans des circonstances aussi graves, que la parole puisse mieux faire que le silence. Qui peut, sans vaciller, discerner la nitescence des faits à travers la brouille des enfers ? 
 
Pourtant, il faut résister à la tentation du silence et faire face à l’interpellation de ces naufragés de l’espérance : nos frères. Il faudrait que la mort de nos morts «sans sépulture», ayant pour seul linceul la vastitude liquide, ne soit pas vaine si nous ne voulons pas les tuer une seconde fois : irrémédiablement et sans alibi, cette fois-ci. Si la vallée ne manque jamais d’eau, le faîte de la montagne s’assèche rapidement. Ne laissons pas nos morts «être en proie aux vivants» comme le disait Sartre. 
 
Aussi, je hasarde le ruissellement de ma propre énonciation, (nécessairement claudicante) à partir du promontoire qui est le mien - celui du ver¬¬be. Pas celui inane et stérile - je l’ose espérer - mais celui qui essaie de lier chaque mot pour éviter qu’il s’enfonce dans les intervalles qui séparent, en apparence, les idées. Le verbe sauve l’individualité du mot par la signification globale de la phrase ; en le disant, je ne fais que réitérer Maître Eckhart. 
 
Je vais essayer la sinuosité d’un chemin périlleux, -«là où croit le danger, croît aussi ce qui sauve», dit Hölderlin- suite aux propos intéressants de mon cadet El Hadj Kassé et de mon aîné Babacar Touré. Et pas d’eux seuls, seulement, mais de beaucoup de Sénégalais, toutes situations confondues, à commencer par le premier d’entre eux. 
 
La tragédie du Joola est un raccourci saisissant de toutes les contradictions, de toutes les béances, de tou¬tes les lâchetés, de toutes les du¬plicités, de toutes les hypocrisies, de toutes les incivilités, de toutes les turpitudes, de toutes les concussions. Au bout de toutes ces contradictions, béances, lâchetés, duplicités, hypocrisies, incivilités, turpides, concussions, il y avait en puissance le Joola ; il y a toujours en gestation d’autres Joola, puisque «le ventre est encore fécond d’où est sortie la bête immonde». 
 
Oui, hélas, cette tragédie est grosse de tous les orages, de tous les paradoxes et de tous les renoncements qui travaillent ce pays et qui, si l’on y prend garde, risquent de déboucher sur des situations inédites et explosives. Point n’est besoin d’être grand clerc pour deviner des fureurs contenues, des consciences en situation quasi-insurrectionnelle, dont on peut lire les signes à travers quelques réactions suscitées par l’abomination dans laquelle nous sommes plongés. On s’émeut, à juste titre, de la situation en Côte d’Ivoire, en feignant d’oublier que le Sénégal n’est pas à l’abri d‘une ivoirisation meurtrière. Un Sénégal où tout est suspendu en une dangereuse accalmie, de celle qui précède les grandes bourrasques. 
 
Qui est responsable ? Qui est coupable ? Aucune considération, aucune manœuvre dilatoire ne doit empêcher que ces questions trouvent des réponses détaillées et véridiques. En reconnaissant la responsabilité de l’Etat, le président de la République a, incontestablement, posé un geste courageux, qu’il faudra saluer. Il reste à aller maintenant au-delà du sacrifice de deux ministres à l’autel de la raison d’Etat. Les responsabilités doivent être situées avec rigueur et les sanctions qui en découlent prises sans faiblesse coupable. 
 
Essai de diagnostic : Le Sénégal est malade de ses élites, de ses leaders, de ses intellectuels, et, au premier chef, de sa classe politique coupable d’avoir fait son lit de l’exploitation obscène des mauvais instincts du peuple -taxé aujourd’hui d’incivisme- par une surenchère populiste et électoraliste. Peuple ? Il serait plus exact de parler de «foule criarde si étonnement passée à côté de son mouvement ( ) à côté de son cri ( ) si étrangement bavarde et muette». 
 
Pour ma part, je tiens les Séné¬galais, je nous tiens comme responsables «du mal sénégalais» ; ce mal qui a rendu possible l’improbable et l’impensable. Je dis sans équivoque, ni vaine métaphore, que les Sénégalais constituent le principal problème du Sénégal. Je dis : «Les Sénégalais» pouraller vite, non pas dans une volonté de massification indivise, encore moins dans une hâtive et abusive généralisation, puisqu’il est difficile de demander à l’excellence de se manifester quand sa voix est noyée dans la clameur ; quand elle est tenue en laisse par une médiocrité gluante, reptilienne, prédatrice, lépreuse, intellectuellement trépanée, bruyante, hautaine, dangereusement habile «à découvrir le point de désencastration, de fuite, d’esquive» ; à habiller son inaptitude radicale d’aphorismes frauduleux et frelatés. Il est imprudent d’oublier que si les belles phrases peuvent avoir l’éclat du verre, elles en ont aussi la fragilité. 
 
Je tiens donc, disais-je, les Séné¬galais pour responsables de la tragédie du Joola, car ils sont joueurs puis¬que toujours en représentation, «ils jouent à» être patriotes, pieux, honnêtes, penseurs, politiques, travailleurs, intelligents etc., en florentins impénitents. Ils sont plus attentifs à leurs petits calculs, leurs petites mesquineries, leurs petites manœuvres, leurs petites combines,- au bout desquels, il y a Le Joola - noyés qu’ils sont dans leur égotisme surdimensionné, névrotique. Le destin de la Nation ne hante pas leur nuit - il suffit de dire que c’est la faute à l’Etat - tout préoccupés qu’ils sont par des logiques de salut individuel. 
Personne n’est dupe, mais tout le monde fait semblant. L’important, et nous y sommes passés maîtres, est de contrôler notre image publique, spécialistes que nous sommes du grand écart, au risque de la déchirure musculaire, entre le propos public mensonger et les maladroites vérités de la rue. Ce jeu spéculaire gangrène le pays pis que la pire des plaies d’Egypte. Si nous avions les qualités que nous excipons ostensiblement, à tout bout de champ, précisément parce que nous en sommes structurellement dépourvus, notre pays serait aujourd’hui «à la droite du Père» dans le concert des Nations. 
 
Non, nous ne sommes pas si beaux que ça, si solidaires que ça, si travailleurs que ça, si fraternels que ça, si patriotes que ça, si pieux que ça ; même les libres-penseurs ont de singuliers oublis. Devant une telle misère, je me surprends, dans des mo¬ments de lassitude et de découragement, à comprendre l’incompréhensible, l’injustifiable : L’Eglise devant «l’hérésie albigeoise» : «Tuez-les tous ; Dieu reconnaîtra les siens» ! Je me prends aussi à rêver d’une révocation provisoire de la démocratie (les joueurs vont hurler) et d’une parenthèse despotique (évidemment éclairée !) qui mettrait tout le monde au travail. 
 
Oui, je l’avoue, en disant tout de suite que je ne souhaite réellement ni un massacre sacré, ni l’instauration du despotisme, fut-il éclairé ! Il me fallait cependant crier ma révolte jusqu’à l’excès, tant je suis dérouté, désemparé par les pratiques que j‘observe et qui jurent avec les intentions proclamées. Il y a une urgence éthique dans ce pays. Le Sénégal a honte de ses fils qui eux-mêmes sont honteux, y compris les spécialistes de l’esquive et du désencrastage. J’ai l’intime conviction que ce Sénégalais-là est quelque chose à surmonter ; que rien n’est possible avec ce Sénégalais-là ; toutes les chances de notre pays demeurent intactes si un Sénégalais nouveau advenait à partir de la récusation et de la mort du «vieil homme». 
 
La tragédie qui nous frappe et nous terrifie pose le problème du rapport que nous avons avec nous-mêmes ; elle porte en elle-même les germes de son propre dépassement si nous sommes attentifs au signe ; je ne dis pas symbole : les symboles ne signifient qu’à partir de leur lieu d’interprétation, c’est-à-dire ce dont justement ils sont signe et les circonstances disqualifient d’avance toute ténébreuse herméneutique. 
 
Dans la tourmente qui serre nos cœurs et révolte nos esprits, dans cette apocalypse négative, nous pouvons poser, et mettre au risque de la pensée, quelques constats desquels découlent quelques pistes à affronter à la fermeté de la volonté et à la rigueur de la rationalité. 
 
Notre pays a une occasion unique de fortifier, de vivifier la Nation, si nous travaillons à créer les conditions d’un consensus minimal, mais fort, mais vigoureux autour d’une idée simple que voici : l’édification et la construction d’une communauté de destin et la volonté de développer notre pays supposent notre capacité à surmonter nos clivages partisans, idéologiques, politiciens. Nous en avons aujourd’hui l’opportunité : c’est dans l’épreuve que se sont construites les grandes Nations. J’en appelle à une union sacrée : le Sénégal le vaut bien. 
 
Notre pays peut aujourd’hui rassembler ce qui est épars et recoudre de part en part et de toute part ces innombrables déchirures en montrant dans les faits et les gestes qu’il va poser que la Casamance fait partie de notre République une et indivisible ; en faisant justement de la solution du problème casamançais une sur-priorité nationale : la Casamance, solidement arrimée à la République, fera venir à résipiscence les irrédentismes archaïques et criminels. La tragédie du Joola n’est pas un problème casamançais, mais sénégalais dont nous sommes tous comptables. 
 
Nous pouvons, si nous le voulons, amorcer un processus irréversible d’érection d’une citoyenneté éclairée, agissante, responsable, solidaire toujours parce que fraternelle. Je tiens la démocratie comme un simulacre tant et aussi longtemps qu’elle n’est pas adossée à la citoyenneté, base irréductible de tout développement durale. Or, il y a une urgence citoyenne dans ce pays encore dominé par la figure de l’individu : la mutation de l’individu en citoyen est plus problématique qu’assertorique. 
 
Nous pouvons, et j’interpelle ceux qui nous gouvernent, restaurer l’autorité de l’Etat, la force de la Ré¬publique qui sera d’opérette tant et aussi longtemps que ses lois sont bafouées. Entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime et c’est la loi qui libère, avait averti Rousseau. 
 
Nous pouvons changer notre rapport à la politique par l’invention de nouvelles approches, l’avènement d’un nouvel imaginaire et d’une nouvelle utopie adossée au contexte historique. Or, nos pratiques politiques, dans un contexte international «postmoderne» sont archaïques, médiévales. 
Nous pouvons, si nous le voulons, être solidaires d’une solidarité à la fois verticale et horizontale. Or, la solidarité nationale est plus aujourd’hui dans la gesticulation que dans l’effectivité. 
 
Enfin, et découlant de ce qui est dit supra, nous pouvons sortir de l’ambiguïté culturelle (juxtaposition -et non symbiose- de l’Occident et de l’Afri¬que : nous sommes tantôt Occiden¬taux, tantôt Africains au gré de nos intérêts particuliers), c’est-à-dire de cette sorte de «substantification» des attitudes ; pour une culture authentique, enracinée et ouverte, dynamique ; celle-là même que Malraux définit «comme l’ensemble des forces qui luttent contre la mort». Or, nous sommes entre deux eaux, semblables à l’hyène qui veut naviguer sur deux pirogues à la fois. 
 
La réalisation de toutes ces opportunités suppose une réelle volonté politique, sans velléité ni versatilité. J’aimerais que le Premier magistrat de ce pays nous parlât «des larmes, du travail et de la sueur» ; de la nécessité de «se ceindre les reins comme un vaillant homme» ; que les hommes politiques arrêtassent de se livrer à des jeux politiciens ; qu’ils se donnassent en modèles, car ce pays crie qu’il a faim, car ce pays crie qu’il a soif : ce pays est exténué par trop de fatigues accumulées. 
 
La cohésion et l’unité la plus large de Benno pour 2012, sont une exigence populaire. 
Au regard des peines et autres souffrances endurées actuellement par le peuple sénégalais, sous Abdoulaye Wade, tous les patriotes, les simples citoyens conscients de leurs responsabilités, en un mot, toutes les forces vives de notre pays, devraient tout faire, pour mettre fin en 2012, à cette gouvernance hideuse du régime libéral. Toute autre démarche de qui que ce soit, allant dans le sens contraire, participerait consciemment ou inconsciemment au maintien du régime de Wade et par ricochet, des peines et souffrances de notre peuple. Patriotiquement, tout citoyen qui aime ce pays aujourd’hui, devrait bien se garder de prendre part à une action ou d’assumer une part de responsabilité quelconque, devant l’histoire et le peuple sénégalais, menant au maintien du pouvoir de Wade. 
 
Ceci étant, nous ne devons pas oublier le travail colossal accompli par les Assises nationales, dans le but justement, d’une sortie heureuse, de cette crise profonde dans laquelle notre pays est plongé depuis longtemps, mais de manière plus accrue, depuis bientôt 12 ans. Les Assise nationales appellent non seulement, à un large rassemblement, mais aussi, à l’unité et la cohésion des forces vives de notre pays, pour qu’elles prennent en charge et traduisent en acte concret, ses conclusions et sa Charte nationale. Autrement dit, elles nous invitent à nous retrouver autour de l’essentiel, c’est-à- dire de l’intérêt supérieur du pays tout entier, en une équipe apte, cohérente et soudée. Si le vœu ardent à tous les patriotes, comme nous nous considérons, c’est seulement le Sénégal avant tout, nous devrions alors pouvoir subordonner, nos petites personnes et nos intérêts égoïstes au seul profit de ce pays. 
 
 
Le peuple sénégalais qui n’en peut plus de supporter davantage ses souffrances lui sont imposées, s’impatiente à juste raison et attend au tournant de 2012, des solutions radicales, concrètes et pragmatiques des acteurs politiques, toutes tendances confondues, dans un Benno fort, parce que uni en un bloc compact, sous l’égide de la Charte nationale et des Conclusions des Assises nationales. Ce Benno, qui porte pour l’instant sur ses épaules, l’espoir d’une partie importante de notre peuple, n’a, sous aucun prétexte, le droit de décevoir cette attente fort légitime. Cette responsabilité, incombe aussi bien les partis politiques, la société civile que les personnalités indépendantes associées à cette œuvre de salubrité ou de purification nationale. Ce devrait être, un honneur suffisant, pour chacune des parties prises individuellement, d’avoir eu à participer en tant que patriote et citoyen, à la libération de son pays et son peuple pris en otage, par un régime incompétent et prédateur. 
 
 
Le 26 Février 2012,-si toutefois l’élection présidentielle se tenait- devra être un autre tournant historique de notre pays, en ce sens, qu’il fermera définitivement, une triste parenthèse d’un accident de l’histoire de notre pays. En tirant les leçons de cette triste épisode de la marche de notre pays sous Me Wade, nous devrions logiquement dire, plus jamais ça ! Mais pas seulement, en le déclarant haut et fort. Nous devons dorénavant, par des actes et mesures concrètes, exclure de la gestion de notre, le régime présidentiel sous toutes ses formes, car il n’enfante que des monstres du genre Abdoulaye Wade. Ils se prennent après pour des roitelets dictateurs, des monarchistes pour finir en impotents. Tous ceux qui prônent ce type de régime présidentiel, ne rêvent que de détenir seul, tous les pouvoirs de la République entre leurs mains, pour ensuite nous imposer leur volonté, comme étant, soi-disant, le seul, qui soit élu par le suffrage universel donc, a, tous les droits sur nous, peuple souverain. C’est fort de cela que les Assises nationales ont bien suggéré la refondation de toutes nos institutions et une rupture fondamentale avec les pratiques des régimes passés. Cette innovation marquera un nouveau départ vers la renaissance d’un Sénégal nouveau et d’un autre type de citoyen à part entière, qui se conformera au respect des règles de la République. 
 
 
Le pouvoir personnel, qui était hier une obsession d’Abdoulaye Wade et, aujourd’hui, celle d’Idrissa Seck, est un signe avant-coureur évident, qui ne trompe pas. Cette obsession de l’accès au pouvoir à tout prix, désigne les contours des dictateurs rampants ou potentiels, qui promettent monts et merveilles, rien que pour s’installer au pouvoir. Et après nous dire : « Ma waxon Waxeet » ou bien «les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». L’exemple de Me Wade est aujourd’hui assez édifiant pour nous mettre en garde dorénavant, contre ces prétendus messies, avec leurs « solutions toutes faites ou clés en mains à tout faire ». 
 
 
La solution de rupture, bien aux antipodes du pouvoir personnel, c’est celle de la séparation des pouvoirs, de leur indépendance, de leur rationalité et de sa gestion par une équipe compétente. Le tout, fondé sur les bases et règles à tous égards, d’une république non virtuelle, avec bien évidemment, de l’éthique irréprochable à tous les niveaux. Et ce sont-là les voies et moyens prônés par les Assises nationales et que l’équipe de Benno, entend et s’engage à appliquer sous l’œil bien veillant des citoyens libres et de tous les acteurs, parties prenantes de la victoire des forces vives et de progrès de notre pays. Autrement dit, il ne sera plus question de laisser un pouvoir quel qu’il soit, faire ce que bon lui semble sans aucun contrôle en amont et en aval. 
 
 
Et la naissance du M23, vient renforcer les prémisses de Benno Siggil Senegaal et élargir davantage les bases d’un large rassemblement tant souhaitées par les conclusions des Assises nationales. Ce mouvement né spontanément d’une volonté populaire sans précédent, engendrée par un ras-le-bol généralisé d’un peuple meurtri, est un élément essentiel capital, dans les perspectives de l’échéance 2012 et la mise à mort du régime libéral. Voilà pourquoi, la jonction de toutes les forces vives opposées au régime de Wade, qui partagent la ferme volonté de sauver notre pays, des dérives incessantes du régime libéral, devrait se faire nécessairement sans tarder, et sur les seules bases de l’intérêt général de notre peuple. Ce qui nécessite bien évidemment, une organisation bien structurée, avec une direction souple et fonctionnelle, afin de s’attaquer dans les meilleurs délais, aux urgences de l’heure, face à 2012. Vu son ampleur, l’engagement et la vigueur de sa composante jeunesse, le dynamisme et la présence massive de celle féminine et sa présence effective sur l’étendue du territoire national, il ne devrait poser aucun problème, d’actionner l’ensemble des leviers de toutes les structures, mises en place, le moment venu. 
 
 
Si nous sommes tous d’accord et convaincus qu’il n’existe en ce moment que deux camps, à savoir celui du pouvoir et de tous ses affidés et de l’autre, celui du M23, qui regroupe tous les patriotes, citoyens libres et conscients opposés à la mal gouvernance du régime en place. Pour vaincre le monstre en place, nous sommes condamnés à unir nos forces respectives et de serrer parfaitement bien nos rangs, pour éviter absolument la division en notre sein. La seule arme fatale que Me Wade est susceptible d’utiliser contre nous, pour nous empêcher de le bouter dehors avec tout son camp, le 26 Février 2012 au soir, c’est celle de la division en utilisant des taupes ou éléments étrangers à nous, pour nous déstabiliser. Par conséquent vigilance à tous les niveaux pour faire échec à toutes les tentatives. 
 
 
Le chemin est ainsi bien tracé pour nous. Unis, nous vaincrons le monstre ! Mais si jamais le syndrome de la division est encore parmi, nous compromettons alors, toutes nos chances d’une victoire à portée de nous. Ainsi, chacun de nous individuellement pris, est mis devant ses responsabilités et devant l’histoire aussi. Nous souhaitons vivement, que cette opportunité qui nous est offerte et les atouts majeurs dont nous disposons aujourd’hui, ne soient pas perdus de vu par tous les acteurs politiques, sociaux, économiques, culturels, etc., de notre camp, ainsi que des populations meurtries. Cette prise de conscience-là est aussi à mon avis nécessaire. 
 
 
Mandiaye Gaye 
Gaye_mandiaye@hotmail.com 
 
Abdoulaye, esclave de Dieu et Ablaye, fléau de Dieu, le tout puissant nous éprouve-t-il ? 
 
Fa inna maal ousri, ousra,  
Fa inna maal ousri ousra  
Fa ijaa farkhta fan sab  
‘Après l’adversité, le bonheur, après l’adversité, le bonheur. Quand tu te libères, donc, lève-toi’  
Le Coran sourate 94, verset 5, 6 et 7  
Notre président actuel a été baptisé Abdoulaye, un des meilleurs prénoms d’un Musulman car cela veut dire littéralement serviteur de Dieu mais sur les affiches publicitaires de ses campagnes électorales, il est fréquent de voir Ablaye car cela sonne mieux en termes de communication.  
Parlant des juifs, le Général De Gaulle, vraisemblablement dans un accès d’exaspération les traita de ‘Peuple d’élites sûre de lui et dominateur’ ; il aurait sûrement dit des Sénégalais pendant l’alternance de 2000 ‘Un peuple d’élites, fier de lui et sans complexe’.Après 11 ans d’alternance que nous reste-t-il de notre fierté ?  
Du génie du peuple sénégalais  
Les fils du Sénégal ont de tout temps donné de réels motifs de fierté pour la dignité de l’Afrique et du monde noir en général. L’histoire de Kansala au Cabou où un roi a préféré faire sauter sa poudrière au lieu de se rendre aux ennemies ou les femmes de Nder qui ont préféré s’immoler au lieu d’être réduites en esclaves, ont été le terreau de l’expression de la dignité de l’homo senegalensis du sud au nord, du Cabou au Walo.  
Plus récemment, le Sénégal a été à l’avant-garde de toutes les luttes pour l’émancipation de l’Homme noir. En ‘échirant le rire Banania’ sur les murs de France, Léopold Sédar Senghor le fils de Gnilane Bakhoum et ses amis ont montré, avec la Négritude, un autre visage du noir. Au même moment, son compatriote, l’illustre savant Cheikh Anta Diop finissait de convaincre scientifiquement le monde sur l’antériorité de la civilisation africaine de l’Egypte ancienne noire, peuplée de noirs aux cheveux crépus, sur celle hellénique de l’Occident.  
Le même Senghor, aidé de son acolyte Dia nous ont obtenu l’indépendance par l’intelligence et la ruse sans provoquer la sécession de Dakar et du Cap-Vert avec la communauté Léboue. Ils ont en outre transféré la capitale de Saint-Louis à Dakar pour contrer les velléités de revendications des autres pays africains sur la ville de Dakar qu’ils ont aussi contribué à construire pour l’Aof.  
Nos pères ont eu le génie de construire un Etat digne de ce nom et de bâtir une nation en favorisant et en mettant en avant une langue de commerce et de formation dans les maternelles et les camps militaires, le Wolof, qui contribue aujourd’hui à cimenter la nation sénégalaise.  
Les tenants de l’ancien régime sont arrivés à organiser une transmission pacifique du pouvoir de Senghor à Abdou Diouf par une renonciation volontaire et légalisée.  
Celui-ci, à son tour, a transmis de façon pacifique le pouvoir au vainqueur des élections de 2000 dès qu’il fut certain d’avoir perdu. Cette transmission démocratique du pouvoir fut saluée à travers tout le monde comme un exemple de maturité du peuple sénégalais, qui fêta cet évènement par des klaxons et des scènes de joie dans tout le pays.  
Le peuple a compris qu’il vient d’ajouter une autre victoire à son palmarès qui est déjà riche grâce aux actions d’illustres fils comme Amadou Makhtar Mbow qui a très tôt lutté pour un nouvel ordre mondial de l’information ; vision et lutte qui lui ont coûté son poste de Directeur général de l’Unesco ; des chercheurs comme le Pr Souleymane Mboup qui trouva la seconde souche du rétrovirus du sida et des Philosophes comme Souleymane Bachir Diagne qui chaque jour que Dieu fait, cherche à tuer la peur qu’à l’Occident de l’Islam.  
De l’avènement d’une civilisation noire  
Au-delà de ces individualités, ce peuple est arrivé, en moins d’un siècle à secréter ce qui fait la fierté de tout noir : un mode de vie venant de nos steppes et de nos savanes, basé sur notre propre culture ; disons-le sans fioriture, une civilisation réellement noire : le Mouridisme.  
Nous disons sans complexe, malgré les théoriciens de la mentalité prélogique avec Lévy Brühl que le fils de Mame Diarra, Cheikh Ahmadou Bamba, a été à la base de l’avènement d’une civilisation noire basée sur l’Islam et le travail. Nous affirmons ainsi comme le père Tempels qu’à côté de la Civilisation Bantoue discutée, il y a la civilisation Mouride indiscutable grâce au génie du peuple Sénégalais.  
Au regard de toutes ces individualités et du génie créateur de ce peuple, il est juste de nous demander si le Sénégal mérite ce régime actuel dit de l’alternance ?  
De l’alternance comme un purgatoire  
Ce régime qui commença à nous faire peur et à nous devenir étranger quand il fit appel à des caméras pour montrer des soit disant cafards qu’il a découverts dans les armoires de son illustre prédécesseur. En le faisant, il s’attaqua à un des piliers de la dignité du Sénégalais : la Satoura (discrétion, Ndlr).  
Depuis lors tout ce qui se dit en conseil des ministres se retrouve dans les journaux du lendemain ; à tel point que le Président demande maintenant aux ministres, dès leur nomination, de lever collectivement la main droite et de jurer de garder le secret des délibérations hebdomadaires. Un serment des jeux de paumes avant la révolution ?  
Ce président élu répertoria méthodiquement par la suite tous les dignes fils du Sénégal qui dirigeaient des institutions prestigieuses comme la Fao, l’Uemoa, etc. et développa une politique systématique de dénigrement et de retrait de candidature ; il s’attaqua concomitamment à tout ce qui bouge dans le pays pour le détruire en ayant la dévolution monarchique du pouvoir en projet. C’est-à-dire un recul de plus de deux siècles pour notre pays.  
Il préféra réparer son avion de commandement à coût de dizaines de milliards et laisser voguer le bateau le Joola avec un moteur en panne et qui n’avait besoin que de 250 millions pour être en sécurité. Au résultat, près de 2 000 Sénégalais périrent un matin du 26 septembre 2002 au large de la Gambie. La plus grande catastrophe maritime de l’histoire, devant le Titanic a eu lieu deux ans après l’avènement de Ablaye Wade.  
Depuis dix ans, nous tombons de charbyde en scylla ; nous découvrons chaque jour de nouveaux scandales tournant autour des histoires d’argent et de mœurs.  
Les privatisations bidon et le manque d’électricité ont fini de détruire le tissu industriel du pays entrainant la banalisation du chômage. Chaque jour a son lot de fausses promesses et de dévalorisation des personnes qui nous sont les plus chères telles que nos imams et nos guides religieux qu’on tente même parfois de mettre sur les listes électorales.  
Tout est bon pour assurer une pérennisation du régime pour aboutir à l’adoubement ‘du fils prodige’ qui n’a en réalité aucun mérite, sauf d’être l’héritier du Pharaon. C’est cela qui nous vaut tous les reniements, les waax waxeet et la volonté de se représenter contre vents et marées. Le Peuple laissera-t-il faire ? Wait and see comme disent les Anglo-saxons.  
De la nécessité d’une introspection pour la lutte  
Qu’avons-nous fait de notre fierté, de notre fougue et de notre inventivité pour permettre à ce régime de nous rouler dans les caniveaux ? Ce régime qui n’hésite guère de faire passer la canalisation drainant toutes les saletés de Dakar tout près de nos endroits de culte à Yoff.  
Notre résignation jusqu’à nommer nos quartiers ‘khar Yallah’ ou ‘Héramakonon’ font que n’importe qui se permet n’importe quoi, car c’est la promesse d’un lendemain meilleur qui fait le lit de la résignation de l’esclave. Notre foi en Dieu nous pousse parfois à accepter l’inacceptable. Ainsi, ce peuple qui participa à l’élaboration de la charte du Mandé à Kurukan Fuga en tant que province du Mali avec le Djoloffin Mansa, ce peuple qui envoya ses cahiers de doléances lors de la Révolution Française de 1789 ; eh bien ce peuple passe tout son temps aujourd’hui dans les mosquées pour éviter d’affronter le vieux monarque et son fils unique héritier du trône. Qu’est ce qui nous est arrivé ? Avons-nous commencé à adorer la vache dès que l’envoyé tarda dans la quête de la vérité ? Le Tout Puissant nous a-t-il condamnés alors à l’errance?  
Ne faut-il pas faire une introspection et voir que le Sénégal se devait de passer par une calamité pour se ressaisir et voir l’avènement d’un nouveau type de Sénégalais. Et si ce régime de l’alternance est notre purgatoire, notre passage obligé pour des lendemains meilleurs ? Aucun peuple ne prospéra sans avoir eu à affronter des calamités d’ordre naturel ou par le fait des Hommes eux-mêmes ; souvenons-nous du Japon et des deux bombes nucléaires, mais aussi de l’Allemagne avec la fin du nazisme ou de la Chine avec le sac de Nankin ou même du grand bond en avant qui s’est terminé par la culbute. Analysons aujourd’hui la prospérité insolente dont ces trois nations font preuve.Pour éviter le bégaiement de l’histoire dans le futur, il est important de se demander comment nous en sommes arrivés là ?  
Nos fausses certitudes qui rendent fous, nos danses les plus obscènes du monde, notre syncrétisme religieux qui nous pousse à verser chaque matin de l’eau fraîche devant notre portail, la confiance exagérée en nos amulettes, à nos marabouts et sorciers, notre maslaha exagéré se confondant à la compromission et notre crédulité enfantine, nous ont entrainé sur le chemin où nous avons rencontré le fléau de Dieu Ablaye Wade.  
La tendance du Wolof et, partant, du Sénégalais tout court à se sentir supérieur à tout le monde : sama Peul foutabi, sama ndiagobi, sama niakk bi etc. font que nous dormons sur nos lauriers alors que les autres avancent.  
Ablaye comme Attila, le fléau de Dieu  
Ablaye Wade est-il notre Attila, le fléau de Dieu des temps modernes qui expie nos péchés? Faisons-nous face à des invasions barbares comme les civilisations occidentales face à l’invasion des hordes incultes ?  
Nous pensons tout simplement que ce régime est un avertissement pour montrer que ‘les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent’ comme il est écrit dans le saint Coran. Allons-nous vivre le déluge ? Non en mon sens, il suffit de se reprendre en mettant fin et rapidement à ce régime décadent. En effet, avant même le déluge, le Tout Puissant avait punis ceux qui avaient commis le sacrilège de souiller l’arche du Prophète Nouhou mais cet avertissement n’avait pas suffi aux incrédules. Nous nous devons de croire à la puissance du peuple souverain et de nous libérer des incertitudes. Nous devons, avec Paul Claudel, ‘chanter le grand poème de l’homme soustrait au hasard’ et finalement, prendre nos responsabilités pour éviter la catastrophe. Rester debout car ‘kouy bërey dan’ en ayant à l’esprit que les fins de saisons pluvieuses sont toujours accompagnées de tornades et que dans leurs chutes, les grands arbres font beaucoup de bruits et écrasent les arbustes alentours; c’est le prix à payer.  
Dr Massirin SAVANE, 3ème adjoint au maire Kolda  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 27.09.2011
- Déjà 5549 visites sur ce site!