ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

une catastrophe

II- Les enjeux du développement de la médecine sénégalaise 
 
 
Situer les problèmes de santé dans une perspective globale est une démarche fondamentale en santé. En effet, la plupart des affections qui handicapent les Sénégalais sont dues à une constellation de facteurs et il convient donc, pour chacune d’entre elles, aussi bien pour l’analyse que pour l’action, d’agir le plus en amont possible dans la chaîne des facteurs de risque. Si ces formes de prestation ne permettent pas une meilleure définition des modalités d’articulation et de légitimation de tous les savoirs de santé dans un champ médical en perpétuelle construction, elles peuvent permettre de répondre à l’ambivalence d’une quête thérapeutique souvent exprimée par les populations sénégalaises, car utilisant les attributs de la médecine occidentale et émargeant sur des vecteurs de la tradition d’origine rurale (arbre à palabre). Lorsqu'il y a négociation, puis accord entre le cadre de référence du patient et celui du médecin, c'est à dire que les grilles d'analyse du médecin et du patient se rejoignent, les soins qui en découlent sont acceptés. Il est clair que ce type de soins, bien au-delà de ses fonctions thérapeutiques, est un des creusets essentiels de l’inconscient collectif. Il constitue une force majeure de liaison des membres d’un même groupe dont les fondements sont en grande partie religieux et traditionnels.  
Les ‘consultations gratuites’ intégratrices de méthodologies d’approche participative des problèmes de santé d’une population définissent ainsi, un espace d’une vision largement partagée, une plateforme représentative, un outil pour la construction d’une politique adaptée aux besoins actuels de santé. Ces initiatives permettent d’expérimenter l’efficacité des synergies et de la pluridisciplinarité dans des dynamiques communautaires. L’approche communautaire/participative correspond à la réalité d’un processus du développement, dans lequel est concernée une pluralité d’acteurs, elle est le gage de l’appropriation de l’exercice, elle garantit une mise en œuvre effective des politiques qui en sont issues. A partir de ces expériences, peuvent s’imposer des logiques originales et des dynamiques nouvelles à travers des stratégies à la fois unifiantes et plurielles, c'est-à-dire à travers une approche horizontale.  
Ces ‘consultations gratuites’ sont un catalyseur de l'action civique, une modalité d'exercice de la citoyenneté et en l'effectuant, chacun des acteurs sera, à n'en pas douter, beaucoup plus sensible à une bonne gestion publique. D’un point de vue institutionnel, ces initiatives peuvent être considérées comme une modalité de refondation sanitaire et sa généralisation peut être un facteur de revitalisation du lien entre le citoyen et les structures officielles. Certains y voient la responsabilisation d’un citoyen souhaitant échapper à l’emprise des appareils bureaucratiques et technocratiques, d’autres y voient la manifestation d’une crise des démocraties représentatives confrontées à une logique de l’incertitude.  
La rhétorique des ‘consultations gratuites’ devrait néanmoins être soumise à un exercice d’identification des logiques qui les sous-tendent et de décryptage des pratiques qui s’en réclament. Dans cette perspective, il s’agit moins de contribuer à la légitimation d’un mouvement de fond que d’explorer les attendus de situations où les émotions sont mobilisées sans forcément en présupposer la cohérence. On constate que l’accord unanime suscité par ces initiatives dans le cadre de la lutte contre la maladie, masque parfois des intérêts et des lectures divergents, que l’unicité du langage usuel recouvre une réalité hétérogène et parfois contradictoire. Plongée aujourd’hui au cœur du tissu social, l'action menée dans le cadre de ces initiatives, ne peut plus se retrancher derrière les valeurs traditionnelles de neutralité et d'impartialité. Quoi qu'il en soit, elle est maintenant contrainte d'expliciter son rapport au politique. Si, de toute évidence, c'est une interprétation dynamique qu'il convient de donner à ces initiatives, ne faut-il pas cependant pointer les limites au-delà desquelles le sens de l'action s'inverse ? Face aux dérives et aux ambiguïtés, ne faut-il pas redécouvrir le sens éthique de l'intervention, tout en essayant de distinguer, au sein de l'action liée aux consultations gratuites elles-mêmes, ce qui relève du tactique et ce qui appartient à l'éthique, ce qui est du domaine de l'émotion et ce qui appartient à l'analyse et l'engagement durable, ce qui s'inscrit dans l'urgence immédiate du ‘prêt à soigner’ et ce qui appelle l'action à long terme ? Ne faut-il pas dénoncer l'écheveau complexe qui, ces dernières années, a emmêlé les fils d'une action de solidarité authentique, appelée, à son corps défendant, à remplir tous les vides laissés par les autres politiques ?  
En donnant quelques éléments de réponse aux interrogations soulevées ici, nous voudrions ainsi montrer en quoi les ‘consultations gratuites’ peuvent nous apporter un éclairage sur la notion de ‘gouvernance locale’ au quotidien au Sénégal, c'est-à-dire sur la manière dont les acteurs sociaux s'organisent pour assurer l'offre de services publics. Quelle que soit la lecture retenue, les consultations gratuites semblent bien être imposées comme un lieu de débats sur les valeurs fondamentales remises en question dans le cadre de la modernité. En définitive, la scène nationale se présente aujourd’hui comme un jeu serré où chaque partie marque son territoire et ses limites, et où de nouveaux points d’équilibre doivent être sans cesse recherchés, aboutissant à un ordre négocié.  
Les ‘consultations gratuites’ délimitent souvent un champ transparent qui permet de lire, au décours d’une activité, les conflits d’intérêts et de pouvoirs des groupes en présence. Elles délimitent aussi un espace scénique dans lequel les hommes politiques peuvent venir jouer leur texte, alors même que le décor impose des jeux de rôle limités. Il reste que l'enseigne de ces initiatives abrite aujourd'hui tant de politiques différentes qu'il convient de revenir aux sources et de dégager, au-delà des motivations psychologiques et des arrières-pensées stratégiques, le sens éthique du geste d'assistance. Sans doute celui-ci est-il amené à adopter des modalités différentes au gré des variations du contexte politico-social, au moins convient-il d'en dégager le substrat éthique invariant pour le préserver des inversions de sens et des effets pervers qui toujours menacent. Au-delà de l'action urgente, il faut être en mesure de définir les termes d'un projet, non seulement sous la forme de la planification pratique, mais également sous la forme d'un choix de valeurs qui fait sens d'une génération à l'autre (certaines associations mobilisent une centaine de prestataires en deux jours au niveau d’une ville sans tenir compte des aspects chronopathologiques et géopathologiques).  
La responsabilité des ‘consultations gratuites’ doit s'inscrire dans la durée sous peine de se ramener à des sursauts sporadiques d'émotion et à céder ainsi à la logique médiatique de l'instantané. Une politique d'assistance conséquente doit être capable de projet. A ce titre, il est possible de partager les responsabilités dans une logique de partenariat équilibré entre les pouvoirs publics et les bénéficiaires des soins de base. La participation volontaire de certains élus au financement de ces consultations gratuites est également possible. Il y a aujourd’hui une nécessité à communiquer des éléments d'analyse pour nourrir un débat critique au-delà de l'image qui fait choc, une nécessité également de développer une éducation humanitaire sous la double forme d'une communication des valeurs qui la sous-tendent, ainsi que d'une recherche scientifique sur les difficultés qu'elle rencontre. Il est nécessaire de sortir des nombreuses expérimentations sur le terrain menées par une multitude d’acteurs en vue de construire un référentiel permettant de lutter contre les nombreuses endémies qui existent dans notre pays. Il est nécessaire de réfléchir à la prise en compte des causes des crises appelant l'intervention. Au-delà du noyau dur de l'action instantanée et en deçà du domaine politique général, n'y a-t-il pas une zone intermédiaire où se repèrent les facteurs qui sont directement à l'origine des crises et qu'il importerait de traiter soit à titre de l'action préventive, soit à titre de suivi d'une intervention ? Que dirait-on d'un médecin qui se contenterait de soigner à chaud les symptômes, négligeant par ailleurs de maintenir le contact avec le patient ?  
A mon sens, la disposition d’esprit brièvement esquissée ici exige une conversion mentale et une réévaluation objective, afin que les ‘consultations gratuites’ dissipent les soupçons de duplicité qui l’hypothèquent. Finalement, au-delà parfois de leurs insuffisances, ces associations sont le signe d’un pays en quête de régulation. On comprend donc que la santé à la fois enjeu de société et analyseur du social, puisse se définir comme une construction socialement et politiquement élaborée, dont les limites sont constamment rediscutées. Au niveau du ministère de la Santé et de la Prévention, nous nous préoccupons de plus en plus du cadre stratégique permettant d’optimiser les contributions de tous les acteurs, d’où qu’ils viennent, en essayant en même temps de mettre en cohérence toutes ces initiatives dans une dynamique globale, c'est-à-dire dans le sens de nos systèmes de référence. Nous encadrons progressivement le changement d’orientation de l’action sanitaire que nous avons constaté.  
Traditionnellement, le secteur de la santé agit comme régulateur et fournisseur d’infrastructures et de services, mais il acquiert de plus en plus un rôle de soutien et d’encouragement. En définitive, pour minimiser aujourd’hui les contraintes qui entravent encore le développement sanitaire du Sénégal, nous prenons en compte toutes les nouvelles stratégies qui définissent sans ambiguïté un Sénégal solidaire et cohérent. En attendant, nous incitons les prestataires de soins officiant dans les structures officielles à aller vers la communauté. Il faut, par l’action et en prêchant par l’exemple, pourchasser la maladie et la mort partout où elles frappent. Il faut aller jusque dans les familles. C’est ainsi qu’ils apporteront des services permanents à ceux qui en ont le plus besoin, augmentant les chances de voir leurs efforts porter leurs fruits. Il convient, c’est évident, de trouver l’exigence d’une conception volontariste et créative susceptible d’accommoder les nécessités des stratégies institutionnelles avec les principes d’humanité, tout en agissant dans le domaine social et économique pour réduire la vulnérabilité des populations.  
Ce siècle sera sans doute celui de la consolidation des progrès médicaux et d'un retour à l'équilibre entre ses différents acteurs. Il nous faudra revenir à ce qui légitime la pratique médicale depuis les temples de la Grèce antique. La dimension du médecin doit néanmoins dépasser largement le cadre technique et froid dans lequel la médecine hippocratique cherche à le confiner. Le médecin doit jouer un rôle important dans le processus de socialisation de la maladie, dans la validation de la plainte et la légitimation du statut du malade. L'écoute, l'accompagnement des patients au cours de leur vie, à travers les inquiétudes, les croyances, les affections mineures qu'ils présentent, sont ainsi parfois délaissés alors même que ces fonctions deviennent primordiales. La société réclame une relation au praticien qui serait basée sur l’homme et pas seulement sur la technique. C'est l’un des enjeux du développement de la Médecine sénégalaise. (Fin)  
Professeur Oumar FAYE Directeur de la Santé  
 
CHRONIQUE DE L’IMPROVISTE 
Un peuple, des buts, plusieurs fois 
Par Henriette Niang-Kandé | SUD QUOTIDIEN | mercredi 23 janvier 2008  
 
Chaque tournoi international de football, qu’il soit amical ou de qualification, ravive des forces collectives importantes et souvent l’engouement s’accompagne de manipulations de masse. Certaines sont plus suspectes que d’autres, objets de rumeurs invérifiables, hypothèses mathématiques, constructions savantes, accusations péremptoires, portées par des pythies du ballon rond, auquel beaucoup ne connaissent rien. Tous les deux ans, c’est la même romance. A chaque biennale africaine, toujours les mêmes rengaines. Dans la presse, les « Lions de la Téranga » hier, « Mbarodi » aujourd’hui, Sadio ou faux-lions demain, reviennent hanter à intervalles réguliers nos colonnes. La Can 2008 a commencé et il en est encore qui refont les matchs de 2000 et de 2002. Tout était abracadabrant et finit par faire « pschitt ! », se dégonflant comme… un ballon de baudruche. 
Aujourd’hui, pour leur premier match, s’il est des « marabouts-sorciers » dont les Sénégalais guetteront les oracles avec angoisse, ce sont bien les joueurs de l’équipe nationale de football. Plus que les missions du Fmi ou la plateforme de Diamniadio. Le verdict de Sa Majesté le ballon rond, dieu adoré, dictera l’humeur de tout un peuple. De Maître et de son entourage. Rien ne vaut, en termes d’image, la photo où pose Le patriarche triomphant à côté des (futurs) héros qui ont quitté, pour la plupart les championnats européens. On les courtise assidûment, à coups de promesses et de primes, parfois faramineuses, au regard des ressources du pays, et non sans avoir payer son dû à l’entraîneur, qui réclamait sa paie à cors et à cris. 
Les Sénégalais qui ne sont pas à Tamalé accueilleront, chez eux, devant leurs postes de télévision, ceux qu’ils souhaitent être des terreurs des surfaces de réparation, des squatteurs du point de penaltys, des « Mbarodi » des premiers poteaux, des ennemis du replacement défensif, des abonnés au pointu victorieux, qui marqueront des buts, et un gardien de buts qui doit, le moins possible réaliser des plongeons- piscine, même s’ils sont du plus bel effet. Il faudra que les Lions créent les conditions pour marquer des buts. De beaux. De loin. Qu’ils enfileront comme des perles. Les spectateurs, ce qu’ils veulent, c’est des buts. Plein. Mais il semble, comme le dit Raymond Domenech,actuel sélectionneur de l’équipe de France, que « c’est difficile de dire comment on doit marquer des buts, tout le monde essaie, certains y arrivent, d’autres moins, mais je n’ai pas de recette. On a tous envie de se construire des occasions. Mais après, pour marquer des buts, c’est le seul talent qui fait la différence. » Et, si sur le papier le talent ne fait pas défaut, c’est sur le gazon qu’il se révèle. 
Sinon, la virulence des critiques concernant les dérives des joueurs, de l’entraîneur, du staff technique, sera proportionnelle à la force des attentes exprimées en termes de qualité de l’équipe… de 2000 et de 2002. En attendant, les experts, consultants, analystes, commentateurs, rivalisent avec un peuple de 11 millions d’âmes transformées en autant d’entraîneurs et d’entraîneuses, caressent les scenarii les plus abracadabrantesques 
En voyant le peuple exhumé, les profanes qui ne sont pas tenus de réfléchir eux aussi, éprouvent tout d’abord un mouvement d’étonnement pour tant d’engouement, vaste atelier de jouissances, d’où bientôt eux-mêmes ils ne peuvent sortir, et restent à s’y déformer volontiers, priant que l’équipe du Sénégal gagnât. Ce serait alors, une bouffée d’oxygène pour tout un peuple devenu presque dépressif à force de récolter des branlées de toutes sortes : sociales, politiques, institutionnelles, économiques, sanitaires. 
Une victoire nous ragaillardirait. Je vois déjà des aficionados aller à l’Eglise ou à la Mosquée, dont ils sont les dimanche, les vendredi, et les jours de fête les plus beaux ornements, avec une voix, la plus imposante possible, où ils tordront avec énergie, une large bouche en faisant tomber un tonitruant « Amen », régurgité. Sinon, en peuple du refus, en vrais Lions, nous pourrons rester sur notre lancée et continuer, pour nous occuper, à dire Non. Trois fois Non aux Ape, et faisant des pieds de nez aux associations des professionnels de l’échec. 
Soyons claire. Quoiqu’il arrive, nous serons les meilleurs, les plus intelligents, les plus beaux et rien ne sera de notre faute. Car, c’est bien connu, Dieu et tous ses saints (même ceux qui ne sont pas Sénégalais) sont avec nous. Donc, comme disent les Y-voient-rien, qui ont bien vu leur victoire de premier match, « C’est l’homme qui a peur. Sinon, y a rien ». Vive nous ! 
CHRONIQUE DE L’IMPROVISTE 
« Légitimes » dépenses. 
Par Henriette Niang-Kandé | SUD QUOTIDIEN | vendredi 30 novembre 2007  
 
’’Dès que je trouverai les moyens, je prendrai l’attache du président de la République pour les lui exposer et s’il me donne son autorisation, j’irai vers l’achat de l’avion parce qu’encore une fois c’est une nécessité, c’est une question de fierté nationale,(souligné par l’auteure) c’est une question de souveraineté. Des pays qui sont beaucoup moins riches que le nôtre, ont leur avion. Je ne vois pas pourquoi on ne va pas acheter un avion », a dit Monsieur Abdoulaye Diop, ministre de l’Economie et des Finances, peu après l’adoption du budget de son département, par les députés. 
Certains mots sont plus souvent employés plus comme gargarisme publicitaire et populiste que comme outil linguistique désignant une réalité tangible. La fierté, (au sens national du terme), n’est-elle pas avant tout une reconnaissance, une conscience de ce que l’on doit à son pays, à son histoire, et à ceux qui l’ont écrite. La fierté nationale, ce n’est certainement pas l’achat d’un nouvel avion. D’autant plus qu’il y seulement quatre ans, 15 milliards avaient servi à « réparer » la Pointe de Sangomar, qui n’est plus « digne » de Maître. Pour les théoriciens de l’achat d’un avion, c’est une honte que « l’homme le plus diplômé du Caire au Cap » soit « transporté » par ses homologues, dirigeants de pays plus pauvres que le nôtre, et que Maître fasse l’objet de « yekkal » comme un simple usager de clandos entre le rond-point Scoa et « Buntu Pikine ». Un avion vert-jaune-rouge faisant le tour du monde contribuera t-il à rétablir la confiance des Sénégalais dans le fonctionnement de la République dans laquelle ils vivent ? 
Dans l’inventaire de l’épopée de l’Alternance, le chapitre « fierté » prend la forme d’une planche à billets qui débite des milliards depuis presque huit ans. Ces milliards, utilisés, selon les « légitimes » dépenses de Maître, selon ses humeurs, ses envies du moment, ses projets virtuels, quels que soient par ailleurs le contenu et la qualité des dossiers, ont fini par dessiner une ligne de partage quadrillant une société sénégalaise qui enfante doucement une dynastie et une galaxie minées par un individualisme des jouissances. Un mur s’est dressé entre ce qui est devenue l’élite du 19 mars 200 et les populations, entre un Sénégal officiel, qui se pique de ce noble sentiment, et un pays des marges, renvoyé dans l’ignoble et qui puise dans le déni opposé à ses difficultés d’existence, l’aliment de son coup de sang de la semaine dernière. 
Parmi ceux qui se hâtaient pour aller à l’Alternance et à la démocratie, il doit y en avoir qui se mordent les doigts à se les amputer, et gardent des moignons. Ils croyaient que l’Etat de droit et ses exigences institutionnelles supposaient la fin des privilèges matériels et autres avantages financiers. Ils constatent aujourd’hui que l’avènement de la République de l’Alternance n’est pas automatiquement synonyme de bonne gouvernance et d’austérité. Pas pour tout le monde, en tout cas. Seul véritable changement, de nouveaux et très nombreux chapitres dans le budget national. Beaucoup sont loin d’être les exemples que l’on espérait, en particulier pour s’être laissés dévoyer par le caractère sonnant et trébuchant de leur fierté. 
Si les hommes déçoivent, les systèmes pourraient aussi être remis en cause. De par leurs coûts, ils constituent parfois leurs propres prédateurs. L’ensemble du fonctionnement institutionnel républicain, avec ses lourdeurs et ses flous, fait parfois douter de la supériorité qualitative de l’Etat de droit sur l’Etat d’exception qui est chez nous, celui de la »fierté nationale », née subitement avec des dépenses de prestige aussi coûteuses qu’inutiles . Seule certitude aujourd’hui, la démocratie coûte cher. Amer constat. A tous les étages de l’armature institutionnelle « démocratique », il y a souvent de l’eau dans le gaz, avec toujours des factures très onéreuses. 
Alors que courent les dépenses de prestige qui couvrent un orgueil mal placé, dans tous les domaines de l’Etat, par petites touches, qui à l’arrivée font un trou immense dans le budget, la garantie, et plus encore peut-être l’existence même des droits constitutionnels sont remises en cause : droit à l’éducation, droit de grève, droit aux services de santé, droit de manger à sa faim. 
Tous les droits ont été touchés. Plus ou moins profondément, mais tous l’ont été de sorte que se dessine un projet global, non visible quand on prend chaque mesure individuellement mais éclatant quand on les relie les unes aux autres : l’établissement d’une caste de « fiers de servir Maître et mettre en pratique sa vision éclairée », qui se méfie des citoyens au point de leur retirer progressivement les droits qui les font devenir, précisément, citoyens. Une caste qui préfère les « gens » aux citoyens. 
Rétrécie dans ses libertés, la société sénégalaise est aussi tout entière résorbée dans la personne du Président, qui fait revivre une vieille et funeste formule : « L’État, c’est moi ! », sous-entendu, « les caisses de l’Etat c’est aussi moi ». La politique étrangère, c’est lui et son avion, la politique économique, c’est la Wade formula, les finances, c’est son fils, Karim W. Le reste, c’est un gouvernement transparent et un Parlement absent. A cette confusion des pouvoirs d’État, s’ajoute la confusion au profit de Maître des pouvoirs de liant entre Mugabé-Brown. On sait ce qu’il en est advenu. 
Huit ans de pouvoir, autant de temps de régression démocratique et de progression en valeurs absolue et relative des dépenses contenues dans la ligne budgétaire : « fierté nationale » . Les droits des citoyens et la séparation des pouvoirs sont avalés gloutonnement par un Président boulimique. Ce qui révèle sans doute des troubles de la personnalité du chef mais qui, surtout, ouvre à terme sur une situation conflictuelle grave : l’histoire politique en général montre que toute période de confusion et d’exercice personnel des pouvoirs se termine généralement dans la douleur. Car, pour justifier cette absorption de la société et des pouvoirs dans le corps du roi, il ne suffit pas de dire et de répéter que Maître a le droit de défaire les cordons de la bourse nationale, comme bon lui semble, du seul fait de sa « brillante réélection, dès le premier tour, du 25 février 2007 ». 
Si les hommes et les femmes qui l’accompagnent portent sur leurs épaules l’intimidant poids de la destinée de plusieurs millions de personnes, leurs charges sont compensées par divers avantages qui magnifient la fonction : émoluments consistants, « caisses noires » discrétionnaires qui font d’eux, des « fiers ostentatoires ». Leur fierté se limite alors dans une montre de luxe, une écharpe, une cravate, qui pendouille, une voiture tout-terrain, parce que leur fierté doit être vue. Cela dégage une vulgarité certaine et prouve un matérialisme absolu.. A vrai dire notre dispositif officiel se révèle inefficace à installer une réelle démocratie, agissant comme un cautère sur une jambe de bois, avec le seul « avantage » de créer des gouffres financiers. 
L’empressement et le plaisir jouissif avec lequel les députés pratiquent leur propre mutilation se passe de commentaire. Leur entretien coûte plusieurs milliards de francs Cfa par an au Trésor public, alors que les « avis » qu’ils émettent sur les projets de lois n’ont aucune incidence sur le contenu définitif de ceux-ci. Dans une pseudo démocratie, Maître, déjà très fortement protégé lui-même par les clés du coffre-fort national, anime un trompe-l’oeil démocratique, une chambre d’enregistrement à ses ordres. Le nomadisme politique, les retournements de veste, la course aux divers privilèges dans les rouages des institutions ont achevé de convaincre le Sénégalais lambda de la nécessité d’être pragmatique, et….« concret ». 
L’Alternance, est autant autiste qu’incompréhensible. En distribuant des avantages et des prébendes. En jouant des crédits publics et des passe-droits gouvernementaux. En faisant passer des intentions pour des réalités, des promesses pour des décisions. Les objectifs fixés tournent comme une toupie de non-sens, actionnée par de véritables « ouvriers » de la démocratie. . 
Pauvre pays, contraint à subir encore un Etat présomptueux, dispendieux mais fier qui, sous caution de milliards, poursuit son travail de sape à l’encontre des plus démunis, creusant le fossé social qui finira par devenir le trou de son tombeau. La fierté demeure une arme noble mais elle peut aussi s’avérer aussi tranchante qu’un poignard. Si seulement nos dirigeants savaient s’en servir dans les vrais champs de bataille ! 
L’ALTERNANCE AU SÉNÉGAL:Une déception 
[ 17/12/2007 ]  
 
 
Lorsque le 29 avril 2005, à Ziguinchor, développant au cours d’une conférence publique le thème « L’Alternance au Sénégal : réalité ou utopie ? », nous soutenions que ce phénomène est le plus grand malheur qu’ait connu notre pays, d’aucuns n’y croyaient guère. La raison qu’ils avaient avancée était qu’après cinq ans, on ne pouvait pas juger le régime libéral, comparé aux 40 ans soi-disant négatifs du régime socialiste et que ce pouvoir avait encore le temps de prouver qu’il est et restera la solution du Sénégal. Aujourd’hui, force est de reconnaître que nous n’avions pas tort et ce ne sont pas les inconditionnels de Wade qu’on entend très souvent dans les émissions interactives qui nous démentiront. Car, leur honte maintenant est d’être des citoyens, comme tous les autres Sénégalais, d’un Sénégal qui va mal.  
Oui, « le pays va mal ! » en effet, avait averti plusieurs fois le Ministre d’Etat Robert SAGNA, Secrétaire Général de notre parti, le Rassemblement pour le Socialisme et la Démocratie / Takku Defaraat Sénégal. Si l’Alternance en tant que « Ote-toi de là, que je m’y mette » a été une réalité, il s’avère, hélas, qu’elle demeure indéniablement une utopie bien entretenue dans la tête des Sénégalais pour leur faire croire que tout a changé dans le bon sens, un échec sans commune mesure. Tout a changé en effet, mais dans le sens contraire aux aiguilles d’une montre. Notre pays est assis sur un volcan, car dans tous les domaines de la vie nationale, le peuple constate et vit la décadence et la déchéance.  
Au contraire d’un choix judicieux et utile des hommes et femmes qui doivent gérer le pays, ses sociétés et ses institutions, le pouvoir fait fi des critères de valeurs, de connaissances et d’aptitudes et tend aujourd’hui vers la légitimation d’un despotisme et d’un népotisme de type particulier à l’entretien duquel sont mêlés d’illustres personnalités de ce pays jadis considérés comme des références sûres. Au contraire d’une diminution des prix des produits de première nécessité, c’est l’institutionnalisation de l’inflation que nous impose le Gouvernement. Les Sénégalais de plus en plus malades parce qu’ils mangent, boivent et respirent mal, donc permanemment stressés, ont toujours un accès difficile aux consultations et aux examens dans les hôpitaux, aux médicaments pour ne pas dire aux structures de santé-même. Tout est cadavre ambulant au Sénégal, sauf ceux-là qui font partie de la grande famille de Wade.  
L’Agriculture sénégalaise, jadis un modèle dans la sous région est de plus en plus malade, l’Industrie est déjà en lambeaux, l’Education en déconfiture, la Culture dévalorisée, le Tourisme en régression. Tandis que la démocratie a atteint le bas de l’échelle, le territoire national est désormais soumis à un nouveau type de colonisation, une colonisation arabe : en effet, s’ils ne sont pas relégués à un second plan au profit d’une minorité, les intérêts du peuple sont purement et simplement vendus à vil prix aux étrangers que sont surtout Dubaï, les Saoudiens, les Marocains, et les Koweitiens par un groupe d’opportunistes appartenant à un GIE dit de Génération du Concret. La flambée des prix du riz, de l’huile, des légumes et de l’électricité, de même que la cherté de la scolarité, du logement et du transport ont fini de démontrer, à la face du monde entier, l’incapacité de Wade et Compagnie à mener ce pays à bon port. Personne dans ce pouvoir ne croit véritablement au Sénégal. L’objectif premier des libéraux est de s’enrichir et de faire du Sénégal « Un pays immergent ».  
Le naufrage du bateau Le Diola en a été le premier signe annonciateur. Viennent ensuite la légalisation de l’instabilité du Gouvernement, l’invasion des criquets pélerins, l’ouverture de chantiers prétextes pour razzier les biens publics, l’achat des consciences, l’émigration clandestine, la forte concentration de la population à Dakar avec ses corollaires qui ont pour noms étouffement de la mobilité urbaine, déguerpissement des marchands ambulants, la majorité libérale ici, majorité libérale là-bas, etc. En somme, le Sénégal vit le contexte des scandales : un scandale par ici, un autre scandale par là, bref des « scandaux » toujours, des scandaux partout (excusez-moi ce terme : un scandale, des scandaux. Terme qui s’adapte bien au contexte de l’Alternance).  
Et parmi ces « scandaux », l’institutionnalisation des stratégies de blocages dans tous les secteurs plutôt que de sortie de crises. Comme si le gouvernement se plaît à voir souffrir ses paysans, ses éleveurs et pêcheurs, ses ouvriers, ses enseignants et agents de santé, bref toute sa population. La famine, il y en a dans les villes à plus forte raison dans le monde rural et le régime de Wade en est le principal responsable, lui qui n’a aucune vision claire pour assister les ruraux. Les secteurs les plus importants de l’économie sont négligés. Par conséquent, la production nationale continue de baisser malgré les milliards que l’on dit y investir. 
Dans ce contexte, comment peut-on échapper aux effets de la hausse du prix du pétrole, au point non pas nécessairement d’augmenter la croissance, mais de la maintenir à son niveau actuel ? Aucune vision pour gérer ce pays, et ce depuis le 19 mars 2000. En effet, comment peut-on prétendre conduire un pays sans que ceux qui sont au plus haut niveau de l’Etat ne connaissent les rudiments les plus élémentaires de sa gestion? Wade a commis beaucoup de fautes. Et ces fautes sont :  
- d’être plus politicien que technocrate : ses 26 ans d’opposition ne lui ont servi qu’à la contradiction avec ses adversaires, avec ses propres collaborateurs, avec lui-même. C’est pourquoi, il a en permanence, aujourd’hui, le réflexe de toujours créer des foyers de tension sociale là où il n’y en a pas, et ce contre les intérêts du peuple.  
- d’avoir passé tout son règne à la tête de l’Etat, depuis mars 2000, à ne gérer que le PDS au lieu de gérer le pays. Ce dernier est depuis lors pris en otage par des contradictions internes et pendant tout ce temps, les problèmes naissent, croissent et s’agglutinent les uns sur les autres, s’alourdissent sur les épaules de tout le monde.  
- de s’être mal entouré : un gouvernement de politiciens ne peut faire que de la politique politicienne et non de l’Etat, de l’Economie et du Social durablement. Wade l’a si bien su, plus tard, qu’il n’a pas hésité à faire appel à plusieurs socialistes, mais à de mauvais socialistes qui ne lui ont apporté que des ennuis. Même les bons éléments sont des problèmes pour lui.  
Il a fait de Niasse un problème pour lui. Mame Madior BOYE aussi, puis Idy et aujourd’hui Macky SALL qui lui a tout donné. Finalement, le problème du pays, ce ne sont pas ceux-là, ce n’est pas que le pétrole ; celui-ci n’est que la partie visible de l’iceberg. Le problème véritable du pays, c’est la CAP 21, le PDS en particulier et à ce niveau, c’est un problème, non de N°2 mais plutôt de son N°1. Le problème du Sénégal, c’est sa tête. 
L’Alternance a fait appel à nous. Elle nous a utilisés et nous a lâchés dans un tombeau pour nous y enterrer vivants. Elle n’a pas su contenir ce petit vent venu de quelque part en Afrique pour emporter Diouf et Compagnie. Elle s’est contentée des milliards et a regardé ce vent se transformer en un grand tourbillon qui a emporté « Le Diola » et qui est en train de se transformer à son tour en un ouragan qui emportera en 2012 ce pouvoir pour ne laisser que des casseroles au peuple. Wade et Compagnie, croyez-moi, ne sont donc pas la solution du Sénégal ! Nous écrirons, pour les générations futures, les vrais cahiers de l’Alternance et nous en jouerons le théâtre ! 
La solution du Sénégal se trouve dans un véritable changement d’hommes. Il faut à la tête de ce pays un homme plus expérimenté techniquement et éthiquement que politiquement, un rassembleur, de valeur saine et sûre, qui n’est mêlé à aucun scandale, bien regardé ici et d’ailleurs. Cet homme dont les sénégalais ont manqué à l’appel le 25 février dernier est celui-là qui nous a déjà dit : « Pabi beugue na Sénégal, wanté mounoul » : c’est bien le Ministre d’Etat Robert SAGNA, Secrétaire Général du RSD / TDS. La première solution est donc dans le changement d’homme à la tête. La seconde solution du Sénégal est dans un choix objectif et judicieux d’hommes et de femmes, une sorte de purge pour conduire le pays là où il y a du bon soleil. Ce pays a besoin dans ses institutions, ses directions et sous-directions d’hommes et de femmes mûrs, compétents et soucieux du devenir de leurs concitoyens : il nous faut l’homme ou la femme qu’il faut à la place qu’il faut, sans mauvaise considération et sans critères que la constitution ne reconnaît pas. 
La troisième solution du Sénégal est bien sûr le retour à nos valeurs et à la terre et à la mer. Retour à nos valeurs pour construire et nous doter durablement de la bonne crème de citoyens qui assureront la continuité des actes posés par ceux-là que nous aurons bien choisis pour diriger. Retour à la terre qui ne trompe pas : à ce niveau, une politique adéquate de dotation à temps de matériels modernes, de semences et d’intrants de qualité, couronnée par une bonne maîtrise de l’eau pour pallier le déficit pluviométrique et une commercialisation à visage humain retiendra et fixera sur place nos bras valides ; ce qui induira la production agricole à outrance. 
Retour à la mer parce que nos pêcheurs ne seront plus tentés par l’Espagne. La reprise des activités de pêche marquera le retour des bons plats qu’aiment les sénégalais et qui se raréfient du fait du manque de poisson. La production augmentant, il faudra l’accompagner avec une déconcentration industrielle qui touchera tous les secteurs d’activités, voire toutes les régions naturelles du pays selon leur spécificité. Tout ceci désengorgera les villes, surtout Dakar. Alors sera fluide la mobilité, diminueront le prix du loyer parce que l’offre sera supérieure à la demande et les calvaires du transport. Régresseront le chômage parce que là aussi l’offre contiendra la demande ou lui sera supérieure. Le banditisme et la criminalité, le stress social et donc la maladie de manière générale reculeront sensiblement.  
Conséquence : les citoyens se mettront au travail parce qu’ils y prendront goût, dans la discipline et le pays sera gérable dans les règles de l’art pour être véritablement et sans tricherie un Sénégal émergent. Les journalistes donneront la bonne et juste information, parce qu’ils ne trouveront rien de scandaleux à dévoiler. Au contraire il feront la promotion de ce nouvel esprit d’engagement des sénégalais, ce qui attirera les investisseurs, ce qui va, avec ce que nous ferons nous-mêmes ici, booster l’économie et voilà possible une croissance supérieure à 5% pour ne pas dire une croissance à deux chiffres. Pour y arriver, nous appelons les sénégalais à bien ouvrir les yeux et à tourner leur regard vers Robert SAGNA. Le parti qu’il vient de créer est un parti véritablement ancré dans l’opposition, l’opposition au pouvoir actuel.  
Cet homme a déjà démontré ce dont il est capable et tout le monde l’a vu à l’œuvre. Aujourd’hui qu’il a capitalisé les valeurs, les connaissances, les aptitudes et les relations qui feront du pays le vrai Sénégal que nous avions cru avoir à partir de 2000 et qu’il a observé et noté toutes les erreurs du Libéralisme à la sénégalaise, faisons-lui confiance et donnons lui l’opportunité de conduire nos destinées. Le Libéralisme est synonyme de « scandalisme » et de divisionnisme alors que le Socialisme rime avec Rassemblement, Solidarité et Démocratie.  
 
Daouda DIEDHIOU, Militant du Rassemblement pour le Socialisme et la Démocratie  
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 23.01.2008
- Déjà 5210 visites sur ce site!