ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Mauvais présage pour le Sénégal

Mauvais présage pour le Sénégal 
Dans le discours sur la première décade de ‘Tite-Live’ Machiavel, après avoir rappelé que ‘toutes les choses de ce monde ont un terme à leur existence’, indique que la République échappe à cette règle, parce qu’elle trouve dans ses propres lois de quoi se rénover d’où l’importance d’élections sincères et transparentes organisées périodiquement. A l’époque où le seigneur était l’élément fédérateur dans la république, les Médicis, qui ont régné à Florence de 1434 à 1494, avaient compris cette nécessité et pour cause, le seigneur répétait tous les cinq ans les scènes de terreur et de violences qui lui avaient permis de s’emparer du pouvoir. Mais dans l’Etat républicain et démocratique, c’est la Constitution qui est l’élément fédérateur. C’est le pacte par lequel une nation manifeste sa souveraineté en définissant librement les modalités de dévolution et d’exercice du pouvoir politique. 
Dès lors, il est compréhensible qu’une divergence dans l’interprétation de dispositions constitutionnelles aussi substantielles que les articles 27 et 104 de la Constitution de 2001 puisse être constitutive de prodromes de troubles graves. Pour une question de clarté, il convient de rappeler ce que recouvrent les articles dont l’interprétation suscite une controverse nourrie. 
Art 27 : ‘La durée du mandat du président de la République est de cinq ans. Le mandat est renouvelable une seule fois’. 
Art 104 : ‘Le président de la République en fonction poursuit son mandat jusqu’à son terme. Toutes les autres dispositions de la présente Constitution lui sont applicables’. 
Il faut préciser qu’en 2000, le président Wade a été élu pour sept ans. Interprétant les dispositions que voilà, les uns soutiennent que la réélection en 2007 du président, qui était en fonction depuis 2000 pour un mandat de sept ans, ne peut pas être considérée comme un renouvellement au sens de l’article 27 de la Constitution de 2001. Par contre, les autres estiment que la réélection du président Wade en 2007 tombe sous l’empire de l’article 27 de la Constitution de 2001, parce que le législateur en utilisant à l’alinéa 2 de l’article 104, le déterminant ‘Toutes’ qui s’adresse à une totalité, n’entendait laisser la Constitution de 2001 souffrir d’aucune exception, si ce ne fut la durée de sept ans du mandat qui était en cours. Donc tous les actes survenus ultérieurement à la promulgation de cette Constitution tombent sous son empire. 
Depuis que cette controverse est née, l’on eût dit qu’un vent mu par une fureur iconoclastique souffle sur le Sénégal. Il est devenu incontestable qu’aujourd’hui, il règne dans le pays une atmosphère lourde des stimuli d’une crise aux conséquences imprévisibles. Il peut d’ores et déjà être observé que les passions s’avivent au fur et à mesure que l’année 2012 approche. Or, la passion étant le garrot de la raison, lorsqu’elle se déchaîne dans une société croire que la prison peut produire un effet inhibiteur serait une erreur, puisque même en temps normal, des études (en pénologie et en criminologie) ont conclu que la prison n’a plus l’effet intimidant qu’on lui prêtait. En tout cas, si l’on y prend garde, il est à redouter que la calamité qui s’était abattue sur la Côte d’Ivoire et ailleurs, vienne frapper notre pays. Ceci n’est pas pure affabulation, car même si l’histoire ne se répète pas constamment, il convient de rappeler que selon Aristote, ‘il peut exister des proximités repérables’ pouvant faire craindre une issue similaire, entre des situations ayant existé à des moments différents. 
Toutefois, il est vrai que dans les pays où des drames se sont déroulés récemment, les autorités politiques avaient tardé à comprendre que le temps était passé où d’après Gordon Di Renzo, l’homme politique croyait devoir conquérir le pouvoir par n’importe quel moyen. En effet, il est fort probable que les tenants du pouvoir dans les pays concernés ne s’étaient pas rendus compte, que si dans le monde, les thèmes des critiques dans les années 60 et 70 s’adressaient à la domination coloniale et à l’exploitation des peuples ; à partir des années 80, les thèmes des critiques portent sur la justice, les droits des peuples, la morale, et ceci a fini par réveiller dans l’opinion internationale une forte répulsion pour tout ce qui s’apparente à l’oppression et à la tyrannie. Cette évolution de l’opinion internationale a permis à l’Onu et à la Cour pénale internationale de mettre en œuvre dans certains pays et sous des formes déguisées le concept ‘d’ingérence humanitaire’ naguère proposé par Bernard Kouchner (Balkans, Kenya, Côte d’ivoire etc.) 
Par ailleurs, l’irréparable a été commis par les autorités de ces pays, à partir du moment où elles avaient préféré la répression brutale à la concertation, alors que pour Spinoza, ‘dans l’Etat, les conflits doivent être résolus, il est illusoire d’essayer de les éradiquer’, d’autant plus que selon Kant ‘les opinions se nourrissent de l’acharnement qu’on déploie à vouloir les combattre’. Mais, l’attitude de ces autorités pourrait s’expliquer par le fait qu’ayant toujours agi ‘par droit de nature’ à l’égard de leur peuple, c'est-à-dire toujours faire comme si rien n’est injuste, tout est permis, elles ne pouvaient pas s’apercevoir qu’après de longues années d’assujettissement et de servitude, leurs populations en étaient arrivées à constater qu’au lieu d’œuvrer à leur émancipation, ces autorités s’employaient à river les chaînes qui les avaient maintenues durant des siècles en deçà de la citoyenneté. 
Et, puisque ce sont ces populations qui les avaient librement élues, elles pouvaient entrer dans une résistance irréductible, surtout s’il leur venait à l’idée qu’elles avaient été abusées et, que par ruse, elles avaient été amenées à courir avec enthousiasme ‘au-devant de leur fers, croyant assurer leur liberté’ (Rousseau). En tout état de cause, l’actualité observée ici et là montre que ce que J.P Sartre appelle ‘la conscience de soi’ est devenue une réalité au niveau de toutes les populations et, que par conséquent, les autorités politiques doivent savoir qu’elles ont désormais des citoyens et non ‘des personnes déterminables prêtes à obéir’ au sens où l’entend Weber (les catégories de la sociologie). 
A tout prendre, ce qui précède commande que nous précisions qu’il ne s’agit ni de susciter ni d’exalter l’anarchie. Après avoir établi un constat, notre démarche a consisté à montrer combien le général De Gaulle avait raison de rappeler que ‘du jour où la noblesse française consacra son ardeur à défendre ses privilèges plutôt qu’à conduire l’Etat, la victoire du Tiers Etat était d’avance certaine’ (le fil de l’Epée). Pour conclure cette partie de notre exposé, nous aurions pu paraphraser Rousseau et dire qu’ ‘un peuple libre obéit, mais ne sert pas…, il obéit aux lois mais il n’obéit qu’aux lois, et c’est par la force des lois qu’il n’obéit pas aux hommes’. 
Cependant, les cas qui sont exposés ci-dessus cachent une énigme que nous ne saurons éclairer avec certitude. En effet, nous ne pouvons pas affirmer que les chefs d’Etat concernés avaient délibérément fait la sourde oreille aux propos de leurs conseillers juridiques, qui auraient porté à leur ‘haute attention’ que si du temps de Pierre Corneille les crimes perpétrés par ou pour le Roi étaient absous, dans l’Etat moderne, pratiquer ou susciter des violences pour perpétuer un pouvoir est constitutif d’un double crime : 
- Un crime politique pouvant être qualifié de ‘haute trahison’ parce qu’il y a viol du serment solennel fait au peuple lors de l’investiture. 
- Un crime de droit commun, parce qu’en invoquant la théorie de la provocation en droit pénal, il peut être victorieusement soutenu qu’à cause de la position occupée sur l’échelle sociale, les propos et les discours ont eu un effet déterminant sur l’esprit des populations. 
Dès lors, le crime de ‘provocation aux violences collectives’ peut être retenu. Or, une telle incrimination peut dans certains cas provoquer l’irruption de la Cour pénale internationale par le biais des articles 17 à 19 du statut de la Cpi. Mais après tout, peut-être que la libido dominendi exacerbée de ces chefs d’Etat n’a jamais été contrariée par des conseils de cette nature, tant l’expérience semble montrer que depuis la survenue des indépendances, beaucoup de chefs d’Etat refusent de se faire à l’idée qu’ ‘à notre époque, il n’y a pas de salut en dehors de la démocratie légitime, de la délégation du pouvoir par le peuple’ (G. Ferrero). 
S’agissant des tendances réactionnelles notées çà et là dans notre pays, à l’approche de l’élection présidentielle de 2012, il est rassurant de savoir que le peuple sénégalais n’est pas facilement inflammable, et qu’il ne sort pas des bornes à la moindre impulsion. Mais, il faut reconnaître que des nuages ne cessent de s’accumuler dans le ciel sénégalais, justifiant le fait qu’aujourd’hui il n’y a de certitude nulle part. Partout, ‘l’attente inquiète’, qui avait gagné les populations se transforme peu à peu en une peur instinctive au fur et à mesure que l’année 2012 approche. Cet état psychosocial dans lequel se trouvent les populations s’explique par la tendance effrénée à constituer des milices, à proférer des menaces, à organiser des opérations d’intimidation par des groupes appuyés par des chiens. Il y a aussi, la manifestation excessive d’un intentionnaliste malveillant se traduisant par un discours qui : 
- soit avive la suspicion tant il rappelle les propos de Cicéron s’adressant au sénat pour susciter l’opposition contre Lucius Catilina : ‘Il ne s’agit pas de savoir si notre vie est morale ou immorale, ni où est la grandeur de l’empire romain ! Il s’agit de savoir si tous ces biens, quelque opinion qu’on en ait, resteront à nous ou tomberont au pouvoir de nos adversaires’. 
- soit par une entreprise de destruction menée avec une pugnacité et une hargne qui rappellent l’insecte perçant une poutre. Tout cela fait croire que le pays s’apprête à devenir un champ de bataille de rats, laquelle ne cesse que faute de combattants. 
Il y a aussi la constitution de milices qui est loin d’être un danger moindre. Il s’agit de groupes dont l’organisation et la formation présentent le caractère du groupe de combat. Les milices privées se définissent comme des groupes fortement entraînés, pouvant se rassembler rapidement et intervenir avec force dans des manifestations ou à l’occasion de troubles politiques ou sociaux. La doctrine estime que ces groupes peuvent être le prélude de mouvements insurrectionnels, d’où leur dangerosité dans l’Etat. 
Au vu de la situation ainsi décrite, il pourrait être considéré comme superflu le fait de dire qu’il y a bien lieu pour tous les Sénégalais de s’inquiéter au plus haut point. Car, nonobstant le caractère pacifique de notre peuple, il faut tenir compte des travaux du savant belge De Greeff, dont les conclusions nous apprennent qu’ ’il existe chez l’homme des mécanismes aveugles, qui tendent à le diriger d’une manière réflexe sous l’influence des instincts de défense’. Dès lors, nous pouvons dire qu’en cas d’agression physique ou morale, tout être humain peut tomber sous l’influence de ces mécanismes obscurs, et faire ce qu’il répugne le plus en temps ordinaire : tuer, dévaster etc. Cette thèse a été confortée par Monseigneur Emmanuel Lafond qui a pu dire, sur les ondes de Rfi, à la suite des observations faites à Soweto où il fut évêque qu’ : ‘A un certain niveau, tous les êtres humains ont le même courage, la même haine, la même lâcheté’. 
Au total, la situation décrite supra montre que l’intérêt supérieur de la Nation nécessite qu’un glissement vers l’irréparable soit évité. Et puisque, selon Alain, ‘la capacité d’ouverture et d’action du chef de l’Etat, constitue dans la République le ferment d’une évolution positive’, la nature de la tournure que prendra ladite situation dépendra essentiellement du président Wade. En tout cas, nous pensons que ceux qui ont lutté pendant de longues années aux côtés du secrétaire général du Pds souhaiteraient voir le président Wade agir à l’image du soleil de Balthazar Gracian, en se disant comme lui qu’ ‘il faut laisser les choses avant qu’elles ne vous laissent. Il est d’un homme sage de savoir se faire un triomphe ( de sa propre fin) à l’imitation du soleil qui, pendant qu’il est encore tout lumineux, a coutume de se retirer, pour n’être point vu baisser et, par ce moyen, laisser en doute s’il est couché ou non’. En termes clairs, laisser à l’Histoire et à la postérité le doute de savoir s’il allait sortir vainqueur ou non des élections de février 2012, s’il y avait pris part. 
Souleymane NDIAYE Officier à la retraite Docteur en Droit et Sciences criminelles 3éme Cycle études politiques. 
L’impunité est un cancer qui gangrène notre continent 
Mesdames et Messieurs, 
Permettez-moi tout d’abord de vous remercier très sincèrement pour l’insigne honneur que vous me faites en me décernant ce prix «Right LivelihoodAward». Cette distinction m’honore particulièrement et au-delà, récompense tous les défenseurs des droits humains dans le monde, et en Afrique en particulier. 
Soyez assurés que c’est un signe très encourageant pour nous, les défenseurs des droits humains, et surtout pour nous, les femmes qui nous battons au quotidien dans des conditions très difficiles, parfois même au péril de nos vies, dans un monde où le pouvoir se conjugue au masculin. Ce prix nous donne le courage de continuer nos divers combats sur un chemin semé d’embuches.  
 
Défendre les victimes est dans mes gènes. Je suis une révoltée, une indignée de la première heure et je ne supporte pas l’injustice. Ce sentiment a toujours été présent en moi et le restera tant que ceux qui souffrent de l’injustice seront ignorés de leurs dirigeants et tant que la Justice sera sélective. Beau­coup ont essayé de m’empêcher de travailler, beaucoup ont essayé de m’intimider, de me menacer psychologiquement et physiquement. Mais moi j’ai compris, comme le disait Alexis Voinov dans Les justes de Albert Camus, «qu’il ne suffit pas de dénoncer l’injustice. Il faut donner sa vie pour la combattre». Or, jusqu’à présent, aucun n’a réussi à me décourager, personne n’a eu raison de moi. Et je continuerai mon combat. 
 
Mesdames et Messieurs, 
Je vais profiter de cette occasion pour vous entretenir sur l’un des aspects de notre engagement pour les droits humains : la lutte contre l’impunité.  
Il est indéniable que, depuis vingt ans, la communauté internationale a donné un élan remarquable à la lutte contre l’impunité des grands criminels. Mais en Afrique, il reste beaucoup à faire. Dans ce continent, l’impunité est un cancer qui, avec son corollaire la corruption, gangrène notre continent et nous empêche d’exprimer notre véritable potentiel. Nous, membres de la société civile, luttons pour endiguer ce cancer, de Tunis à Harare, de Dakar à Khartoum, en passant par Abidjan, Tripoli et Ndjaména. 
Pourtant, cette justice dont je vous parle n’est pas une science en devenir. Ce n’est pas une utopie. C’est la plus fondamentale des justices : la justice pénale, celle qui permet aux victimes de se laver des pires horreurs, celle qui rend aux hommes torturés leur dignité, et aux femmes abattues leur vaillance. 
 
Il suffit de regarder notre lutte pour traduire en justice l’ancien dictateur de mon pays, Hissène Habré, pour comprendre qu’aujourd’hui, au XXIe siècle, plus de soixante ans après le procès de Nuremberg, il est encore parfois plus aisé d’opprimer que de contenir, d’exercer un acte de violence qu’un acte de justice ! 
Habré a dirigé le Tchad de 1982 à 1990 jusqu’à son renversement et son exil au Sénégal. Durant son règne, des atrocités ont été commises à grande échelle, des vagues d’épuration ont terrassé les groupes ethniques, et la torture a été institutionnalisée. En 1992, une Commission d’Enquête nationale a estimé que son régime était responsable de la mort de plus de 40 000 personnes et de la disparition de milliers d’individus, laissant seuls d’innombrables veuves et orphelins. 
 
Les victimes du régime de Habré, que je défends, bataillent sans relâche depuis vingt-et-un ans pour que justice leur soit rendue. Mais jusqu’à présent, leur lutte reste inachevée. Avant de quitter le pouvoir, Hissène Habré a vidé le Trésor national du Tchad et a dépensé cet argent au Sénégal à bon escient, où il est parvenu à se tisser un puissant réseau de protection. Et c’est ainsi qu’au lieu de voir leur cause entendue, le Sénégal et l’Union africaine ont soumis ces victimes à ce que l’archevêque Desmond Tutu et 117 associations de vingt-cinq pays d’Afrique ont dénoncé, à juste titre, comme un «interminable feuilleton politico-judiciaire». Je dirais même plus : un véritable chemin de croix pour les victimes. 
- En janvier 2000, nous avons porté plainte contre Hissène Habré au Sénégal où il vit. Un mois plus tard, la décision d’un juge sénégalais d’inculper Habré avait suscité en nous un réel espoir. 
- Mais, suite à des immixtions politiques dénoncées par les Nations unies, les tribunaux sénégalais se sont déclarés incompétents. 
- Les victimes se sont alors tour­nées vers la Belgique qui leur ouvrit une porte vers la Justice. Après quatre ans d’enquête, un juge belge a lancé un mandat d’arrêt international contre Habré en 2005. Les victimes ont senti à nouveau un réel espoir de voir Hissène Habré traduit en justice pour ses crimes présumés. 
- Mais encore une fois, les victimes ont été déçues, car le Sénégal a refusé d’extrader Habré vers la Belgique.  
- En mai 2006, le Comité des Nations unies contre la torture a condamné le Sénégal pour son immobilisme, et lui a demandé de poursuivre ou d’extrader l’ancien dictateur tchadien. 
- En juillet 2006, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine ont donné mandat au Sénégal pour qu’il juge Habré «au nom de l’Afrique». Ce fut un nouveau pas en avant. 
- Mais ce nouvel espoir de voir Habré jugé a été éphémère. Pendant quatre ans, le Sénégal a conditionné le début des enquêtes au versement par la communauté internationale de l’intégralité des fonds nécessaires pour le procès. Quand la communauté internationale s’est engagée à faire le versement, le Président Abdoulaye Wade du Sénégal a soudainement refusé d’exécuter le mandat de l’Union africaine et, en juin 2011, a finalement déclaré que le Sénégal ne jugerait pas Hissène Habré. 
- Depuis, la Belgique, que je tiens à remercier au nom de toutes les victimes, a réitéré sa demande d’extradition.  
- Mais maintenant, l’Union africaine nous parle d’envoyer Habré au Rwanda et de tout recommencer. Quelle ignominie ! Quelle perte de temps, alors même que les victimes survivantes s’éteignent les unes après les autres ! Plus d’une dizaine de victimes nous ont quittés rien que cette année. Un transfert au Rwanda entraînerait encore de nombreuses années d’attente, le temps que ce pays se dote des législations adéquates, mène l’enquête, et demande l’extradition de Habré tandis qu’un jugement en Belgique pourrait s’organiser rapidement. 
Il s’agit-là d’une nouvelle ma­nœuvre dilatoire de l’Union africaine, institution dont l’engagement contre l’impunité est remis en cause. Mis à part quelques exceptions, les dirigeants africains, qui disent vouloir s’affranchir de la tutelle des tribunaux internationaux et des demandes d’extradition de pays occidentaux, ont montré qu’ils ne formaient qu’un syndicat de chefs d’Etat veillant à leur propre impunité. 
 
Il est maintenant temps que le Sénégal accorde aux victimes la justice qu’elles réclament en extradant Habré en Belgique pour qu’il y soit jugé. Les victimes ne peuvent plus attendre. Psychologiquement et physiquement, elles ont subi de très lourds traumatismes qui altèrent leur lucidité au fil des ans. 
Le gouvernement du Tchad, lui-même, en juillet dernier, a demandé, et je cite, que soit «privilégiée l’option de l’extradition de Habré vers la Belgique pour y être jugé». Pourquoi le Président Wade nous refuse-t-il la justice ? Pourquoi l’Union africaine ne se montre-t-elle pas à l’écoute des victimes ? Pourquoi le Sénégal et l’Union africaine ne soutiennent pas la position du Tchad, pays le plus intéressé dans cette affaire, de voir Habré traduit en justice en Belgique ?  
Je profite de cette occasion au­jour­d’hui pour porter le cri des victimes et pour appeler le Sénégal à extrader Habré en Belgique pour qu’enfin, les victimes obtiennent justice. 
Seulement, il ne s’agit pas de juger un seul homme, mais un des régimes les plus tyranniques du siècle dernier, certes identifié en la personne de Habré. Aussi, nous n’avons pas oublié les complices de Habré, ces bourreaux qui ont exécuté les ordres de l’ancien dictateur. Ces ex-agents de la terrible Police politique de Habré, connue sous le nom de la «Direction de la Documentation et de la Sécurité», doivent eux aussi répondre des crimes commis devant les juridictions tchadiennes et être renvoyés de la Fonction publique. Ceci était déjà une des plus grandes recommandations de la Commission d’Enquête nationale en 1992. 
 
Certains bourreaux continuent de nous hanter en nous narguant et en nous menaçant dans notre vie quotidienne. Mais nous ne laisserons pas tomber ce combat. J’ai moi-même été visée en 2001 pour mes actions dans l’affaire Habré. Lors d’une marche pacifique en faveur de la démocratie, un détachement de la Police a tenté de m’assassiner avec une grenade. Son commandant n’était autre qu’un ancien tortionnaire contre qui les victimes avaient lancé une procédure judiciaire au Tchad.  
Cet événement témoigne des vertus pédagogiques d’un procès : comment cet ancien tortionnaire peut-il encore croire que l’arme du dictateur est plus forte que le marteau du juge ? Malgré cette tentative d’assassinat, je ne me suis jamais relâchée et je continuerai mes efforts jusqu’à ce que Habré et les autres bourreaux soient jugés.  
 
Mesdames et Messieurs, 
L’enjeu du combat que nous menons, au-delà du jugement d’un individu, est celui de l’union nationale pour une paix durable dans mon pays. Aujourd’hui, le jugement de Hissène Habré et de ses complices permettrait au peuple tchadien d’entamer, enfin, la re­cons­truction de leur Nation. Et c’est seulement à l’issue de ce processus que le peuple tchadien pour­ra renforcer sa cohésion na­tio­nale et connaître une renaissance. 
Si face à l’impunité des grands dirigeants la justice n’a été pendant longtemps qu’une chimère, ce prix dont vous m’honorez aujourd’hui est un hommage à des milliers de victimes, veuves et orphelins. 
Et c’est à ces personnes que je dédie ce prix. Nous ne baisserons pas les bras et cette récompense nous donne raison et nous encourage à continuer davantage notre lutte con­tre l’impunité. 
 
*Avocate des victimes de l’ancien dictateur Hissène Habré depuis 2000, Me Jacqueline Mou­deina a reçu le 5 décembre 2011, le Right Live­li­hood­Award 2011 considéré com­me le «Prix Nobel alternatif». C’est à cette occasion qu’elle a fait ce texte qui constituait son discours. 
 
Par Jacqueline Moudeina* - Présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme (Atpdh) 
Candidature de Bennoo : D’une erreur d’aiguillage à la démocratie dévoyée 
Il était connu depuis le départ que la problématique de la candidature unique au sein de Bennoo conduirait vers une impasse, terme plus poli pour désigner un clash. Tous les experts en voyance politique et de simples observateurs, témoins du passé récent, savaient que ni l’un ni l’autre ne se désisterait pour faciliter la désignation d’un candidat unique non pas en raison d’une soi-disant inimitié qui caractériserait leurs relations, mais du fait que chacun des protagonistes se sent investi d’un mandat, d’une mission historique et souveraine.  
Ceci était connu depuis le départ et il est navrant de constater aujourd’hui que cette réalité a été complètement étouffée, certainement à dessein ou par excès d’optimisme. En réalité, je crois plus à la première hypothèse et les faits le démontrent.  
En effet, il est étonnant de voir les gens de Bennoo, une équipe experte, aguerrie à la pratique politique, définir des règles de désignation aussi iniques conférant des droits absolus aux partis minoritaires et à ceux de la 25e heure, au même titre que les formations qui ont donné à l’organisation ses lettres de noblesse.  
 
S’il est vrai que la démocratie est la loi des nombres, il est aussi vrai qu’elle n’est pas aussi arithmétique qu’on voudrait nous le faire croire. Elle est souvent une combinaison intégrant une ou des variables pour la parfaire, pour aller vers l’équité. Dans le cas de Bennoo, il est regrettable que la représentativité des uns et des autres n’ait pas été prise en compte. 
Bennoo pouvait éviter cette grande déception qu’elle vient causer chez ses sympathisants, parce que sachant mieux que quiconque les contradictions qui minent sa coalition. Déjà, des formations en son sein se sont vite démarquées de la démarche consistant à désigner un candidat unique tout en restant dans la coalition, l’obligeant même à opérer à un glissement sémantique. Déjà, toutes les prémisses étaient perceptibles et dès lors, la réflexion devait tourner autour des conditions permettant de garder sa cohésion. 
En ce sens, nous aurions aimé que l’énergie qui a été déployée pour arriver à un désaccord fût utilisée pour chercher à asseoir les règles garantissant une élection à 2 tours. 
En quoi faisant ? 
 
S’il est vrai que l’esprit des Assises nationales est de traduire l’expression de la volonté du peuple et de conférer une légitimité à tout exercice du pouvoir, il urgeait pour Bennoo d’exiger ici et maintenant le rétablissement du quart bloquant tel qu’il existait dans l’article 33 de la Constitution sénégalaise qui disposait «que nul ne peut être élu à l’issue de premier tour de la Présidentielle, s’il n’a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés représentant au moins le quart des électeurs inscrits».  
L’occasion lui était pourtant offerte ! 
 
Cette disposition est la seule qui peut garantir une élection à 2 tours et dès lors, il serait loisible d’aller aux élections dans une pluralité parfaite, le 1er tour servant de Primaires. 
A défaut, Bennoo est aujourd’hui obligé d’aller à la conquête du pouvoir en ordre dispersé sans avoir la garantie d’une élection à 2 tours. 
Quel gâchis !!! 
 
 
amathguissé@yahoo.fr 
Misère de l’offre politique ou politique de misère 
Un quart de siècle après l’Indé­pendance, la situation du pays n’a jamais été aussi alarmante sur tous les plans : économique, social, culturel etc. Mais surtout au plan de l’offre politique pour diriger ce pays, qui en fait, détermine tous les autres domaines de notre destin commun.  
Des pères de l’Indépendance à nos jours, la direction de ce pays a été confisquée par une élite façonnée par le colonisateur pour sauvegarder ses principaux intérêts et reproduire jusqu’à la caricature sa façon de penser et d’être. 
 
En effet, après avoir consacré la plupart des premières années post indépendance à répercuter le clivage dominant de l’époque entre Droite et Gauche sur fond de guerre froide sans jamais se mettre ré­ellement au service du peuple pour l’éduquer, l’accompagner et régler ses problèmes, notre vail­lan­te élite toutes obédiences confondues de la Droite à l’Extrê­me gauche, au début des années 80, se voit ramener à la dure réalité de son échec avec le début des ajustements structurels sous le dictat des Ins­titutions financières internationales notamment le Fmi et la Banque mondiale.  
 
L’ère des ajustements structurels imposés à notre pays comme une recette miracle finit d’achever la déstructuration du pays et provoquer la misère de nos compatriotes ouvrant la voie du pouvoir au «po­pulisme éclairé». Nous appelons ainsi l’Alter­nance politique survenue en 2000. 
Cette Alternance que beaucoup de Sénégalais pensaient comme le point de départ de la véritable rupture ratée au début de l’Indé­pendance va s’avérer à l’épreuve du temps comme une descente aux enfers sans fin avec toujours aux manettes cette même élite spécialiste de la combinazione politique pour parler comme nos amis italiens. 
Au vu de tout ceci, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Il ne faut pas s’étonner de la misère de l’offre politique : les mêmes acteurs (notre même élite) sont encore aux premières loges : entre une pseudo famille socialiste qui ne peut se retrouver en face d’une pseudo famille libérale qui se dispute l’héritage du vieux timonier rattrapé par l’âge, la misère de l’offre politique ne peut déboucher que sur une politique de misère, la trouvaille Assises nationales n’est que alibi. 
Pour conclure, notre profonde conviction reste et demeure qu’il est temps que nos chers compatriotes sénégalais constatent la faillite de son élite dirigeante de l’Indépendance à nos jours, et apprennent à prendre leur propre destin en main ; c’est-à-dire à devenir de véritables citoyens. 
Que Dieu préserve le Sénégal. 
 
 
 
Mame Latyr FALL - Forum Civil Saint-Louis 
 
 
Crise financière : Le défi de la monnaie en Afrique 
Au moment où le monde est secoué par une crise financière sans précédent, avec des perturbations particulières dans la zone euro - monnaie par laquelle est garanti le franc Cfa de quatorze pays africains - l'Afrique se trouve directement interpellée. Elle l'est d'autant plus que nous sommes en train de changer d'époque qui oblige toutes les contrées du monde à s'inventer un nouveau modèle de croissance et de développement. 
Cette conjoncture nouvelle place le continent dans l'obligation absolue de se préoccuper fondamentalement de la question de la monnaie qui aurait dû attirer son attention dès le lendemain de sa dite accession à la souveraineté internationale, car il est à peu près unanimement admis par les économistes que ‘la monnaie occupe une position centrale dans la vie sociale’, nous rapporte, feu le professeur agrégé camerounais, Joseph Tchundiang Pouemi, dans son ouvrage ‘Monnaie, Servitude et Liberté - La répression monétaire de l'Afrique’, publié en 1980. 
L'Afrique ne peut plus continuer ainsi à renoncer à son progrès, ’soit en démissionnant, sans raison, devant ses responsabilités monétaires, soit en les utilisant pour nourrir une administration répressive, qu'il s'agisse de l'armée ou des technocrates…’, commente la maison d'édition ‘Les Editions J.A / Edition Conseil’ qui a publié l'ouvrage précité. Dans ce livre, Pouemi applique à l'Afrique tout ce que l'histoire des institutions m'avait cessé de montrer, à savoir ‘qu'un Etat ne peut jouer d'une pleine autorité et ne peut exercer une pleine souveraineté que lorsqu'il a réussi à centraliser entre ses mains la totalité de ses services financiers, à encaisser tous les revenus auxquels il a droit, pour payer lui-même toutes les dépenses dont il a la charge, sur toute l'étendue du territoire’. 
Leçon de l'histoire 
Cet enseignement de deux grands experts français, François Bloch-Lainé et Pierre de Vogüe, rapporté dans leur ouvrage ‘le Trésor public et le mouvement général des Fonds’, paru en 1961, nous fait remonter à la Grèce antique, à l'époque de Périclès, où, disent-ils, ‘l'une des raisons de sa solidité et de sa prospérité tenait à ce que la trésorerie de toutes les Nations alliées avait été finalement concentrée entre les mains d'Athènes, sur l'Acropole…’ De même, ‘les trésors de l'Empire romain ont été concentrés à Rome…, et on conçoit mal, de nos jours, que l'Etat puisse n'être pas le maître et le principal exécutant des opérations financières qui sont faites pour le compte de la collectivité’. 
Il en est ainsi, de nos jours, dans tous les pays du Nord - de l'Ouest comme de l'Est - et dans la plupart des pays du Sud : d'Amérique latine, d'Asie, des pays arabes comme des pays anglophones et de la presque totalité des lusophones d'Afrique. Mais, hormis la République de Guinée et la République islamique de Mauritanie, tous les pays, anciennement sous colonisation française, ont choisi le franc Cfa, pour, soi-disant, assurer, en toute quiétude, leurs performances financières et économiques. 
Cependant, les spécialistes sont, aujourd'hui, unanimes pour dire que le Cfa, rattaché à l'euro, depuis le début de la décennie dernière, après l'avoir été au franc français dès sa création en 1945, ‘ne saurait, par sa nature même, servir de levier de développement à l'Afrique. Pire : il demeure une arme d'asservissement des pays du Sud qui l'adoptent aux pays du Nord qui le garantissent’. C'est ce qui ressort du livre pertinent (‘Le franc Cfa et l'euro contre l'Afrique’) de l'économiste ivoirien Nicolas Agbonou, enseignant en Côte d'Ivoire, au Gabon et en France, paru en 1999 aux Editions Solidarité Mondiale A. S. Paris. 
Prédominance de la France 
Dans ce document, l'auteur recense les articles des statuts de la Bceao (Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest) et de la Beac (Banque des Etats de l'Afrique centrale) qui ont consacré la voix prédominante de la France, en matière de politique de crédit. 
‘En créant, en 1945 (le 21 décembre), le franc Cfa, la France comptait retrouver et garder le contrôle du commerce extérieur de ses colonies ; contrôle qu'elle avait perdu pendant la Seconde Guerre mondiale et l'occupation allemande, qui avait permis à ces colonies de couper leurs relations commerciales avec l'ex-métropole, au profit des alliés anglo-saxons’, rapporte, pour sa part, l'ancien président du Conseil des ministres du Sénégal, Mamadou Dia, dans son ouvrage ‘L'exacerbation de la crise…’, paru en août 2004. 
Il déplore que toute décision stratégique à prendre au sein de ces deux banques centrales ‘est soumise à l'aval de la France, grâce à de fines arguties juridiques’ et que cette France a, en plus, ‘l'initiative (et il lui est loisible de consulter ses partenaires que ‘dans la mesure du possible’) de l'éventualité de modification de la parité du franc français vis-à-vis de monnaies étrangères. En contrepartie, les pays de la zone Cfa sont dans l'obligation de garder au moins 65 % de leurs devises auprès du compte d'opérations du Trésor français, depuis 1973, contre 100 % avant cette date. En retour, la France est censée garantir la libre convertibilité (ou convertibilité illimitée) entre le franc français et le franc Cfa’ ; ce qui ne l'a pas empêché d'imposer une dévaluation de 50 % du Cfa, en 1994, malgré l'opposition des gouvernements africains partenaires, ‘au prétexte que cette monnaie était surévaluée, alors qu'on s'en accommodait bien en d'autres temps, ou que l'on suscitait et encourageait ce fait et contribuait aux déficits structurels des balances des paiements des pays de la zone’. 
En tout cas, le spécialiste de financement du secteur privé et des stratégies d'intégration régionale à la Banque mondiale, Dr. Pape Demba Thiam, trouve ‘aberrant que les deux banques sus-nommées soient les seules banques centrales qu'il connait au monde qui ne font pas de politiques économiques mais qui sont bâties sous la gestion traités(1)’. 
Et c'est là tout le problème de fond de la monnaie qui, comme ‘attribut indiscuté de souveraineté, est synonyme de pouvoir’, nous a expliqué de long en large Magathe Sow, cadre sénégalais de banque retraité et expert-consultant en management des organisations(2). * (A Suivre) 
Justin MENDY Journaliste 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 7.12.2011
- Déjà 5417 visites sur ce site!