ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Ce que la rue donne, la rue le reprend.

Abdoulaye Wade: «Mon départ créerait un chaos pire qu’en Côte d’Ivoire» 
Dans un entretien exclusif, le président sénégalais évoque pour «La Croix» les manifestations, la jeunesse, son fils, sa santé et son intention de se représenter. 
ENTRETIEN  
Abdoulaye Wade  
Président de la République du Sénégal  
LA CROIX : Comment voyez-vous le climat politique actuel du Sénégal ?  
Abdoulaye Wade : Il n’est pas sain. Depuis mon élection en 2007, l’opposition a décidé publiquement de rendre le Sénégal ingouvernable. Je connais les chefs de l’opposition : ils sont marxistes ou socialistes, moi, libéral. Ils profitent des coupures d’électricité qui exaspèrent les Sénégalais pour me déstabiliser. 
Pour vous, la manifestation du 23 juin était une opération de déstabilisation ?  
Le 23 juin, l’opposition a profité d’une double erreur de ma part. En proposant un ticket gagnant président-vice-président pendant l’élection présidentielle, le peuple était appelé à choisir le successeur du président en cas de vacance du pouvoir. Aujourd’hui, si je disparais, c’est le président du Sénat qui me remplace et non un vice-président élu par le peuple. Je n’ai pas été compris. 
De même, en voulant abaisser à 25 % le seuil à partir duquel on pouvait être élu au premier tour, je reprenais une idée de Léopold Senghor : dans un contexte de forte abstention, cette mesure assurait un seuil minimum acceptable pour être élu. Or, le risque d’abstention n’est pas aussi important. L’opposition en a profité pour essayer d’enflammer le pays le 23 juin. 
Vous ne vous attendiez pas à ces troubles ?  
Je n’avais jamais pensé que cette manifestation serait violente. Mon gouvernement voulait l’interdire. Je n’étais pas d’accord. J’ai fait une erreur d’appréciation. Le 19 mars, l’opposition a réuni 3 000 à 4 000 Sénégalais sur le modèle de ce qui se passait en Tunisie et en Égypte. Autant dire personne ! Mon parti a mobilisé le même jour entre 100 000 et 150 000 personnes. Le tout, dans le calme. 
Je m’attendais à la même démonstration le 23 juin. Quelle fut notre surprise lorsque parmi les manifestants, un groupe a voulu pénétrer par la force dans l’Assemblée nationale ! Pire a été notre surprise le 27 juin. Des bandes organisées venues de banlieue ont cherché délibérément à saccager, piller, mettre le feu à des bâtiments publics, aux maisons de mes partisans. Du jamais-vu. 
Qu’en est-il du sort de ceux qui ont été arrêtés le 23 et le 27 juin ?  
Ceux qui ont été arrêtés le 23 juin ont été libérés. L’enquête sur le 27 juin n’est pas achevée. Je sais déjà qu’un membre important de l’opposition a commandité ces troubles afin de pousser la police à la bavure. En réaction au 23 et au 27 juin, des jeunes de mon parti ont voulu se venger en brûlant les maisons des opposants. Je ne l’ai pas permis. 
Le printemps arabe est-il en train de se lever au Sénégal ?  
Dans les pays arabes, les gens se sont mobilisés contre des dictatures. Leurs pays étaient caractérisés par l’absence de liberté. Ici, c’est l’excès de liberté qui est à l’origine de ces troubles. Cet excès permet à certains de dire et de faire n’importe quoi contre le régime. 
En 2000, vous avez été soutenu par la jeunesse. Aujourd’hui, des mouvements comme « Y’en a marre » traduisent une rupture.  
Mon histoire d’amour avec la jeunesse n’est pas terminée. Elle a commencé en 1988 lorsque j’étais en prison. Des jeunes gens ont manifesté pendant soixante-dix jours pour ma libération. Une fois élu, j’ai créé des emplois pour eux, j’en ai fait venir dans mon gouvernement, au Parlement. 
Aujourd’hui, la jeunesse est gravement touchée par le chômage. Je vais lancer un nouveau chantier pour eux : créer 100 000 emplois pour les recalés du bac et les bacheliers sans formation. Ils vont assister les élèves du primaire en difficulté. Pour le reste, les rappeurs de « Y’en a marre » ne représentent qu’eux-mêmes. Ils n’ont rien à voir avec les jeunes de l’intérieur du pays. 
Voyez-vous votre fils, Karim, comme votre successeur ?  
Comme mon successeur direct, non ! C’était stupide et insultant de penser que je voulais le proposer comme candidat à la vice-présidence. Mais personne ne peut l’empêcher de se présenter à l’élection présidentielle après ma mort. La perspective qu’il devienne un jour président du Sénégal ne me déplaît pas. Mon fils a de grandes capacités. Personne dans l’opposition n’a la compétence économique et financière de Karim. 
Selon Slate Afrique, vous avez été hospitalisé à Paris en février. Votre état de santé est-il inquiétant ?  
C’est faux. Mes check-up sont très bons, merci ! 
Vous avez proposé à l’opposition d’avancer la date de l’élection présidentielle prévue le 26 février 2012…  
Je suis prêt. Je ne suis pas trop vieux. Si je n’avais pas toute ma tête, je ne le ferais pas. C’est parce que l’opposition me demande de partir « maintenant » que je lui ai proposé une élection anticipée. 
Avez-vous pensé partir « maintenant » ?  
Non, car mon départ créerait au Sénégal un chaos pire qu’en Côte d’Ivoire. Qui pourrait me remplacer « maintenant » ? Personne de crédible. 
Recueilli par LAURENT LARCHER 
ÉLECTIONS PRESIDENTELLES DU 26 FEVRIER 2012 : Ce que la rue donne, la rue le reprend. 
Elles méritent réflexion, les réactions enregistrées au lendemain, du 14 juillet 2011, à la suite du discours prononcé par Me Abdoulaye Wade répondant aux Elus qui l’ont invité à une cérémonie, aux Almadies, sous un chapiteau décoré aux couleurs ciel et or.  
Après la longue journée du 23 ou tout au plus après la nuit trouble du 27 juin 2011, tous ont espéré que le président de la République s’adresserait à la nation. Mais la lecture qu’Abdoulaye Wade et son entourage ont faite de ces deux jours de remous leur a inspiré une mise en scène que l’observateur neutre doit analyser comme telle pour l’apprécier en toute objectivité.  
Libre à Wade de considérer que les 23 et 27 juin 2011 ont eu lieu des manifestations de défiance fomentées contre lui et contre sa formation politique et non des mouvements spontanés qui ont extériorisé le ras-le-bol d’une population, jeune dans sa majorité, qui a crié et bougé pour que le président de la République, le gouvernement et les députés sachent qu’elle ne renoncerait jamais ni à sa souveraineté ni à la lumière.  
Quand la République est hantée par l’appel du gouffre, les hommes sages ne poussent pas les foules excitées par derrière ; quand elle s’engage dans une zone d’ombre, les esprits avertis lui éclairent le chemin.  
Peut-on reprocher à un homme politique d’user de la stratégie de communication qui le met à l’aise lorsqu’il tente de sortir d’une situation délicate ?  
Avant le crépuscule du 23 juin, les manifestants de la Place Soweto ont obtenu satisfaction s’il est vrai que ce qu’ils cherchaient était le retrait du Projet de loi portant élection du Vice- président au suffrage universel et instituant le quart bloquant. La nuit du 27, quant à elle, fut une autre nuit d’émeutes contre les délestages et il n’existe pas un citoyen qui n’ait fustigé les actes de vandalisme perpétrés.  
Wade a sans doute estimé qu’à ce moment, il n’avait rien à dire aux Sénégalais, rien, en tout cas, qui eût calmé la hargne de ceux qui réclamaient sa démission ou exigeaient sa déclaration de ne pas participer aux prochaines élections présidentielles.  
Pour l’aider à quitter gaillardement de son silence troublant, ses partisans lui ont mijoté un prétexte et un cadre assez élastiques pour favoriser la confusion qui s’est installée. Répondant aux Elus qui, après tout, représentent les différentes couches sociales de la société sénégalaise, Wade a aussi parlé au peuple qui l’a porté à la tête de l’Etat en 2000 puis en 2007. Que voulez- vous ? Daq sa ganaar, waxaale sa soxla ! Il a saisi l’aubaine offerte pour rassurer la jeunesse, encourager le paysannat et aiguillonner les femmes, et surtout pour se prononcer sur des questions brûlantes sur lesquelles son point de vue était attendu.  
Le cérémonial du 14 juillet, qui est le premier acte d’un ballet mûrement médité et qui s’est présenté comme un monologue à plusieurs voix, ainsi que le rassemblement prévu le 23 juillet 2011 doivent être compris comme des répliques graduées –pour ne pas dire la réponse du berger à la bergère- au soulèvement populaire du 23 juin que le pouvoir n’a point apprécié avec réalisme et humilité mais avec orgueil et rancœur.  
Pourtant il est clair que les 23 orateurs ayant parlé d’une même voix, à deux exceptions près, le 14 juillet, aux Almadies, n’ont pu faire oublier que le 23 juin, seule, la voix plurielle qui scandait «Touche pas à ma constitution a triomphé». Il est aussi clair que le 23 juillet 2011 ne saura racheter le même jour du mois précédent qui, lui, est déjà gravé dans la mémoire collective à cause du symbole puissant qu’il y a érigé.  
À quelques mois des élections, avant l’ouverture de la campagne électorale, quel besoin la majorité présidentielle a-t-elle de faire une démonstration de force ? Peut-être est-ce pour se rassurer elle-même, compte tenu de sa vaste désillusion au lendemain des consultations locales du 22 mars 2009.  
Le 23 juillet sera un jour de dépenses et de déplacements de foules superflus au cours duquel nous assisterons au second acte d’une danse devant le miroir. Mais attention ! Les mouvements de masses, même bien encadrés, sont dangereux à une période où le peuple accumule des frustrations et agite des questions auxquelles des réponses convaincantes sont toujours attendues.  
Le président de la République a promis 100 000 emplois à la jeunesse, dans un délai relativement court ; il a laissé entendre que le problème de l’électricité qui sera réglé en 2014, connaîtra une nette amélioration dès le mois de septembre prochain.  
En attendant la réalisation des mesures envisagées ou les retombées des démarches pour un dialogue entamées par le Groupe des Six, le pouvoir et l’opposition ont le devoir d’adopter une attitude plus responsable que de jeter leurs troupes dans la rue. Si chacune des parties antagonistes a foi aux institutions républicaines et confiance en sa représentativité populaire, elles n’ont qu’à se contenter de mobiliser leurs militants et alliés pour qu’ils aillent s’inscrire massivement sur les listes électorales ensuite pour qu’ils se tiennent tranquilles jusqu’au 26 février 2012, car c’est à cette date seulement que l’électorat sénégalais, dans le respect du calendrier républicain, choisira, en toute liberté, celui qui présidera aux destinées du Sénégal pour un mandat de sept ans renouvelable une fois.  
L’éventualité d’élections anticipées est, à mon humble avis, une parenthèse dans laquelle s’enferme qui veut. Les partis d’opposition dénués d’un programme précis à dérouler peuvent bien s’occuper à patauger dans la mare et y plonger les pattes pour chercher le pavé que Wade a jeté juste pour les distraire, pendant que ses alliés font un travail de fourmi. Dans le même ordre d’idées, on nous rabâche que Wade avait prétendu qu’il avait verrouillé la Constitution et qu’il ne pourrait pas briguer un autre mandat. Or, le 14 juillet, à l’occasion de son discours en wolof, l’intéressé lance, sans état d’âme : «Ma waxoon, waxet !»  
Nul besoin de philosopher sur la politique qui est amorale - je ne dis point immorale -, pour admettre que celui qui croit sur parole son adversaire quand il lui dévoile son talon d’Achille mérite bien d’être roulé dans la farine !  
Wade a réussi à exclure de l’Assemblée Nationale l’opposition dite significative en l’incitant habilement au boycott des élections législatives du 03 juin 2007. Il ne cédera pas facilement le fauteuil présidentiel à l’un de ses adversaires vieillissants qu’il compte emporter dans sa retraite inéluctable mais non encore à l’ordre du jour.  
En vérité sur quoi certains se fondent-ils pour soutenir que la candidature de Wade aux élections du 26 février 2012 est irrecevable ? Son âge. La Constitution ne contient pas une disposition fixant la limite d’âge des candidats à la magistrature suprême. Sa déclaration antérieure. Elle n’a aucune valeur juridique et son auteur s’est dédit. La Constitution elle-même. Puisque le pouvoir interprète ses dispositions en sa faveur et l’opposition fait de même, les deux parties doivent attendre que le Conseil Constitutionnel les départage.  
Ceux qui rapprochent le Sénégal de la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo semblent oublier que ce pays est celui des juges Kéba Mbaye et Babacar Sèye. Le premier a démissionné alors que le second est tombé sous les balles d’obscurs assassins, à la veille de la proclamation des résultats définitifs des élections présidentielles de 1993. Ayons, jusqu’à preuve du contraire, un préjugé favorable sur les autorités placées à la tête de nos institutions.  
Wade affirme sa volonté de se présenter aux élections présidentielles de 2012. Que doit faire l’opposition ? En attendant la décision du Conseil Constitutionnel, se retrousser les manches, se ceindre les reins comme un seul et vaillant homme ! Macky Sall, Président de l’Alliance Pour la République (Apr) a vite compris cela qui investit le terrain et prend des initiatives louables qui rehaussent son image de leader plein de promesses.  
Si le débat politique, en perspective des consultations du 26 février 2012, tire en longueur et piétine sur le détail de la candidature de Me Abdoulaye Wade, c’est parce que celui-ci semble être un obstacle majeur sur le chemin d’une opposition regroupée mais non unie et au sein de laquelle ne s’exhausse aucune personnalité à la hauteur du Pape du Sopi.  
De toute façon, si elle persiste dans l’expectative, l’opposition risque d’être surprise par les échéances électorales qui se rapprochent au fil des jours, des semaines et des mois au cours desquels elle ne fait que tourner en rond, sa Charte de gouvernance démocratique sous l’aisselle, sans poser un acte concret qui préfigure un possible candidat rassurant pour une alternance à la magistrature suprême.  
Aujourd’hui, la réalité qui saute aux yeux, sur la lice politique, est que, même s’il est vieux, c’est Wade qui capte l’attention, en dehors de quelques jeunes leaders que les populations laisseront un peu vieillir avant de leur confier le destin de la nation, en raison de leur enracinement dans une culture qui ne fait point de l’âge avancé un handicap rédhibitoire. C’est donc Wade dont la silhouette se détache comme celle d’un baobab au milieu de la brousse. Si l’opposition significative désignait son ou ses candidats aux élections présidentielles du 26 février 2012, cela mettrait tout le monde à l’aise, cela permettrait surtout au pays de se reposer des rassemblements sans enjeu ni lendemain qui nous empêchent de dormir sur nos deux oreilles et nous font trembler pour l’avenir.  
L’avenir ? Rien ne présage des élections présidentielles anticipées, répétons- le. Cependant, il faut bien retenir que le président de la République, en vertu des dispositions de la Constitution, peut, avant la clôture des dépôts de candidature à l’élection présidentielle du 26 février 2012, nommer un vice-président. Ensuite… Laissons aux joueurs le loisir de faire des simulations.  
Abdoulaye Wade, ce diable d’homme de 85 ans et mille tours dans son sac de routier de la politique qui a prévu que son parti dirigera le Sénégal pendant 50 ans est peut-être un épouvantail dressé au cœur du champ des libéraux. Pendant que l’opposition s’émeut de ses entrechats et de ses boutades , ces derniers ne préparent-ils pas le candidat de la relève qui n’est pas caché, puisqu’il est en train de jouer à merveille sa partition dans l’œuvre de divertissement et de fourvoiement d’une adversité pusillanime qui attend que le peuple, dans un mouvement de révolte, aille arracher le pouvoir pour le remettre …à qui ?  
De la même façon qu’ils ont tergiversé avant de trouver un remplaçant consensuel au défunt Maire de la ville de Guédiawaye, Chérif Macky Sall, les partis regroupés au sein de Bennoo tardent à désigner, parmi leurs leaders, un ou plusieurs candidats aux élections du 26 février 2012. «Wade doit partir, dîtes-vous ? Eh bien, montrez-nous celui qui va le remplacer», entend-on de plus en plus à travers le pays. Car la sagesse populaire veut qu’avant de se dénuder, une personne dotée de raison ait un boubou neuf prêt à porter.  
Ceux qui préjugent mal sur la décision du Conseil Constitutionnel et menacent le pays d’un Printemps africain manquent de mesure. D’abord, le printemps est une saison d’ailleurs. Ensuite, les conséquences de ce qu’on appelle «le Printemps arabe» constituent une leçon qui passe de commentaire. La Tunisie et l’Egypte sont toujours secouées de troubles alarmants. Dans ces pays où prospère l’anarchie, la stabilité n’est pas pour demain. Ce que la rue donne, la rue le reprend. Car la rue n’a de règle que son humeur vagabonde, instable et destructrice. La Société civile ne doit pas perdre de vue cela. Depuis le 23 juin 2011, elle se laisse entraîner au-delà de son rôle de contre-pouvoir et de sa mission régulatrice. Elle prend position non plus en dehors mais, de plus en plus, à l’intérieur et même à l’avant-garde d’un mouvement circonstanciel copié et regroupant, entre autres structures, des partis politiques qui ne se cachent pas. Au Maroc, le Mouvement du 20 Février ne s’est pas enfermé dans des revendications radicales et a laissé toute latitude au pouvoir quant au calendrier de mise en route des réformes souhaitées.  
Méfions-nous de la pression de la rue. Si les vandales et autres prédateurs se mêlent à la danse, c’est parce que les portes de la rue leur sont ouvertes avec le couvert des foules sans visage.  
Quoi qu’il arrive, veillons à ce que le prochain président de la République du Sénégal, qui qu’il soit, demeure celui que les urnes nous auront donné, au sortir de consultations démocratiques et pacifiques, le 26 février 2012. Pas un individu (ni un groupe) dont la rue aura accouché dans les cris, la poussière, la fumée, les larmes et le sang.  
 
 
 
 
Marouba FALL  
Marouba_fall@yahoo.fr  
fallafall50@yahoo.fr  
APPEL A ABDOULAYE WADE, A L'OPPOSITION ET AU PEUPLE  
SENEGALAIS ( TALLA SYLLA ) 
Extrait d'une interview accordée à un quotidien sénégalais en août 2008: "Les Sénégalais ne sont pas passifs. Ne confondons pas un peuple silencieux avec un peuple qui se tait. Le 21 octobre 2007, les marchands ambulants ont fait trembler le «trône». D’autres fractions de la population sont capables de soulèvements plus importants. C’est un peuple pacifique et patient. Mais quand la terre tremblera sous les pieds de ces apprentis dictateurs, ils perdront leur suffisance et leur arrogance et ne devront leur salut qu’à la magnanimité légendaire du peuple sénégalais." 
 
Jamais je n’ai autant souffert, pour mon pays, d’avoir vu juste et jamais je ne serai plus heureux d’avoir tort pour les manifestations à venir du 23 juillet et leurs conséquences. 
Déjà reconnaissons sans ambages que le film des évènements du 23 juin a dépassé toutes les fictions imaginables et que j’ai attendu ce réveil brutal du peuple en d’autres circonstances avant de constater que le peuple avait d’autres préoccupations. 
Comme beaucoup, je suis surpris par ce mouvement sans précédent et éminemment salutaire. 
Toutefois, il me semble que nous ne sommes pas nombreux, après l’effet surprise, à essayer de comprendre les causes de ce tsunami qui à emporté sur son passage bien de nos certitudes, mais aussi et surtout de déterminer les conséquences directes et indirectes de la déferlante sur notre façon de concevoir et de faire la politique. 
C’est donc l’urgence et la gravité du risque encouru par notre pays qui me poussent à suspendre cette réflexion pour livrer, non pas une analyse profonde mais le sentiment et la crainte qui m’animent et lancer un appel à Abdoulaye Wade, à l’opposition et au peuple sénégalais. 
D’abord, à Abdoulaye Wade Président de la République du Sénégal je voudrais rappeler qu’il ne doit son inconfort face aux velléités d’une jeunesse avide de justice et de changement que parce qu’il semble avoir oublié sa propre histoire. 
En effet, l’audace et le culot d’une jeunesse qui, les yeux dans les yeux, balance à la figure de son gouvernement et de ses élus le fameux « y en a marre » qui fait si peur ne sont, à mon avis, pas différents de l’aplomb et du courage qu’il a fallu, en 1974, pour lancer le SOPI et engager l’adversité contre un monstre politique de la trempe de Léopold S. Senghor. 
Toutes proportions gardées, le toupet et la détermination des jeunes qui lui valent des nuits blanches sont l’exacte réplique du mouvement qu’il a fait naitre en marge du PDS et qui, devenant plus fort que ce dernier a fini par le porter au pouvoir. 
Y en marre est une version plus brutale de dire stop et de réclamer le changement. 
Autres temps, autres mœurs. Notre jeunesse ne s’embarrasse pas de fioritures pour dire sa conviction et il ne sert à rien de se jeter, tête baissée, dans un conflit de générations que l’usure du temps fait perdre aux vieux. 
Je croyais qu’il avait compris que, du moins dans notre pays, un mouvement légitime porté par un slogan vrai fédère plus et mieux que n’importe quelle structure politique vouée, par son fonctionnement nécessairement clanique, à diviser plutôt qu’à unir. 
En décidant de rameuter ses troupes le 23 juillet, soit un mois jour pour jour après le camouflet du 23 juin, Abdoulaye Wade donne l’impression du boxeur groggy, dans les cordes et qui crie faiblement son envie d’en découdre devant un arbitre bienveillant qui lui conseille de se rasseoir. 
Si Abdoulaye Wade pense qu’il doit démontrer à l’opposition que ses capacités de mobilisation sont intactes et qu’il rassemble encore plus que tous ses adversaires politiques, c’est qu’il se trompe d’interlocuteur. Puisqu’il a eu maille à partir avec le peuple et non avec l’une quelconque des organisations qui s’activent autour de la question politique. 
Si, tout en sachant que son interlocuteur c’est le peuple, il pense devoir prouver à son peuple que sa popularité lui permet de se passer de l’avis de celui-ci, il se trompe de combat et va vers une cruelle désillusion. 
L’un ou l’autre cas ne sont que les divagations inutiles d’une cécité ou d’une démence politiques. 
Rien ne me semble répondre à la question posée par le peuple le 23 juin dans l’organisation d’un rassemblement d’envergure le 23 juillet 2011, sauf à montrer les crocs et bander des muscles bien ankylosés. 
Vous, votre gouvernement et votre PDS, avez besoin de démontrer davantage de modestie en mettant plus de conviction et de sincérité dans vos rapports avec le peuple et en lui assurant que ses préoccupations sont également les vôtres. 
 
La surenchère de l’arrogance peut appeler la violence et il n’est pas souhaitable que l’Institution dont vous exercez les charges soit à la tête d’une manifestation provocatrice dans ce contexte délétère. 
Monsieur le Président de la République, vous devez à ce peuple qui a choisi les incertitudes du changement en vous confiant les clés de sa République, la quête permanente de la paix sociale et l’effort permanent pour un mieux être économique. 
Votre adversaire depuis le 23 juin n’est pas l’opposition. C’est le peuple que vous avez en face de vous et il vous appartient de le rejoindre ou de l’affronter. 
Votre round avec les marchands ambulants peut, à ce titre, servir de leçon pour qui sait méditer et tirer profit de son expérience. 
Je vous appelle solennellement à ne pas installer un chaos qui vous emporterait et avec vous le petit peuple qui sert de chair à canon à nos querelles nombrilistes. 
Arrêtez de grâce les grimaces et autres facéties de l’expert en politique et prenez à bras le corps les questions délicates du pays et vous aurez économisé et gagné du temps. 
Vous êtes encore le garant de cette stabilité sociale, protégez là et vous en sortirez grandi. 
Ensuite, à l’opposition dans les rangs de laquelle j’inscris mon action, je veux dire qu’il ne faut pas changer une méthode que nous avons mis si longtemps à trouver et apprivoiser. 
En effet, depuis le début de l’ère SOPI nous avons subi la verve et la malice de Abdoulaye Wade qui s’est amusé à nous trouver notre propre ordre du jour en nous obligeant tel un petit écolier à aller au tableau pour réagir à la question qu’il a choisi de poser. 
Depuis quelques semaines nous sommes sortis de l’improductivité de la réaction pour instaurer la méthode de l’action. 
Nous avons tous constaté que Abdoulaye Wade n’est pas à l’aise dans cet exercice et qu’il préfère mener les débats, à sa main. 
En décidant de manifestations à la date qu’il a choisie pour parader nous ne faisons que pasticher quelqu’un qui ne sait plus où donner de la tête puisqu’il est lui-même dans la réaction. 
N’était-ce pas une formidable occasion pour organiser une journée d’inscription ou de retrait en masse des cartes d’identité nationale ou de celles d’électeur ? 
Les manifestations du 23 juin 2011 devaient nous renseigner sur un changement en profondeur de la donne politique au Sénégal. 
En effet, le peuple a décidé de s’opposer à un projet de loi qui « retouchait » la Constitution selon les intérêts bien sentis du Président de la République en se présentant directement aux portes de l’Assemblée Nationale pour crier ab imo pectore son désaccord. 
A aucun moment les manifestants n’ont souhaité ou même invoqué le soutien des dirigeants politiques alors que les historiques de notre pays étaient à leurs cotés. 
Respectons ce choix et ne cédons pas à la facilité et à la tentation de vouloir les récupérer. 
La seule façon de marcher à leur cotés est de faire nôtre leur combat qui n’est ni partisan ni intéressé avec humilité et enthousiasme. 
Nous sommes, tous, hors jeu pour n’avoir su inscrire à notre ordre du jour que des batailles sur des questions menaçant nos intentions de conquérir et d’exercer un pouvoir au plus vite. 
La vraie Politique se moque de la politique selon l’entendement des politiciens. 
La vraie politique est dans les chaumières délestées d’électricité, dans les marmites vides qui cuisent au feu, dans les salles de classe vidées par la grève, dans les champs qui attendent semences et engrais, dans les quartiers inondées d’eaux et de jeunes désœuvrés… 
Il ne me semble pas judicieux de suivre Abdoulaye Wade dans la parade du cygne dont le dernier chant retentit dans chacun des actes qu’il pose puisque le parti majoritaire, au Sénégal, est celui des citoyens qui ne militent dans aucun parti autre que celui de leur travail et de leurs familles. 
Ce sont ceux-là qui éliront le Président et pas des militants bariolés qui jouent, le temps d’une après-midi, la ronde des troubadours laissés au soleil pour applaudir de belles déclarations qui ne leur sont pas destinées car on ne prêche pas un convaincu. 
A cela s’ajoute le risque de voir les rangs de l’opposition infiltrés par des intrus mal intentionnés pour inscrire à son passif tout débordement ou destruction de biens publics et privés. 
A défaut de renoncer à cette manifestation suscitée il faut rassurer ceux qui même terrés chez eux auront la psychose des agressions et des actes de vandalisme et vous assurer que ceux qui manifestent portent des revendications pacifiques. 
Nous devons comme Abdoulaye Wade préserver notre pays du scénario catastrophe annoncé par tous les chroniqueurs politiques et qui ferait de l’exception sénégalaise un vieux souvenir de la démocratie à l’Africaine. 
Ma conviction est que ni Abdoulaye Wade et ses affidés, ni même la victoire à la prochaine élection présidentielle ne valent de menacer cet équilibre précaire qui défie guerres civiles et coups d’états qui ont fini d’élire domicile dans les jeunes républiques africaines. 
Parlons au peuple, parlons du peuple et préparons nous aux prochains combats qu’il va mener et nous serons enfin des hommes politiques au sens si rarement noble, de nos jours. 
Enfin au peuple sénégalais, civils et forces de l’ordre, j’appelle à la responsabilité. 
Vous savez maintenant, pour l’avoir démontré, qu’il n’en va pas des hommes comme des animaux et cet acquis est irréversible. 
Si les derniers se font mener à la baguette par un berger qui les devance, les premiers ont besoin d’un guide qui les suit et les écoute. 
Le combat pour la Démocratie et le respect de la Constitution postule l’existence d’une République et le respect de ses valeurs. 
Il n’y a pas une issue dans la violence, le refus de la différence et le bâillonnement de son adversaire. 
Je félicite ceux qui avaient déjà compris que le round du 23 juin a été gagné dès le retrait de la loi illégale de Abdoulaye Wade. 
Le combat continue et il requiert du peuple les qualités d’une sentinelle qui veille, debout. 
Il s’agit de comprendre que la paix sociale de notre pays si imperceptible puisque nous ne connaissons que cette situation, n’a pas de prix. 
De même que la bonne santé est un état dont on ne se rend compte qu’une fois malade, la valeur de la stabilité sociale ne s’apprécie que lorsque la violence et l’insécurité s’installent. 
Le combat qu’il faut mener consiste à rendre la République au citoyen et cela exige de ce dernier un civisme sans faille. 
Je vous y invite et vous exhorte à ne servir de combustible ni pour un camp ni pour un autre. 
Battez vous pour vos convictions et ne laissez personne vous divertir ou pervertir la noblesse de votre combat. 
Ni le pouvoir, ni l’opposition ne doivent se servir de vous comme bouc émissaire pour durcir un combat ou attiser la violence. 
Il n’y a, à mon avis aucune raison de dire à Abdoulaye Wade quelle heure il est ; laissez le danser il tombera d'épuisement. 
Le 21 juillet 2011 
Talla SYLLA 
Au nom du Clergé catholique, du mouvement hip hop, et du…peuple 
 
Depuis quelque temps, ce pays naguère chanté pour sa stabilité et sa démocratie, vogue en eaux troubles par la faute de gens sans foi ni loi. Encouragés par le silence coupable et complice de marabouts et autres prétendus dignitaires, ils se croient tout permis, jusqu’au pouvoir de tuer en toute «légitimité». Je suis déçu par Wade qui a banalisé la fonction de ministre. Hélas oui, il n’y a que sous son pouvoir que des moins que rien ont eu comme premier emploi la fonction de ministre. De Balla Gaye au campus à Malick Bâ à Sangalkam, en passant par des bébés qui seraient morts dans des structures hospitalières faute d’électricité, que de terreur, d’arrogance, désolation et précarisation.  
Comme si c’était hier, je les revois encore, ces vautours militant aux côtés de Abdou Diouf, le déifiant et combattre Wade en le taxant de tous les noms d’oiseaux.  
 
Comme si c’était hier, je revois ces milliers de jeunes juchés sur des motos, la boule à zéro, bretelles fièrement ajustées, converger vers la demeure de Wade fraîchement élu, c’était en 2000. Tous les rêves étaient permis, car l’espoir venait d’être ressuscité ; la démocratie avait gagné.  
Onze ans après, que reste t-il de tout cela ? 
 
Le Sénégal est devenu la huitième merveille du monde, comme me le dit souvent un ami super ironique, car il n’y a que dans ce pays et sous Gorgui qu’on voit les incongruités les plus inimaginables. Eh oui, le Président le plus diplômé d’Afrique et même du monde, le plus intelligent de Dakar au Cap et de Paris à Barsakh, je veux nommer Duncan Mac Léod, l’immortel, l’intemporel et l’extratemporel, pour ceux qui ne veulent pas comprendre, ne cherchez pas loin, c’est de Wade que je veux parler.  
 
Tout va très bien dans ce pays, tout nice quoi : les salaires sont payés à temps et couvrent parfaitement les besoins des travailleurs, l’emploi est là à gogo, le taux de chômage est à zéro, les paysans sont contents, les denrées alimentaires de base suffisants, zéro délestage, inondations zéro, liberté d’expression nickel. Bref, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.  
Que dire de ces gros transhumants, aujourd’hui Baye Fall de Père Duncan ? Comment regardent-ils leurs propres enfants qui, hier, les voyaient s’égosiller pour Njol ?  
 
Silence coupable, assourdissant et bruyant. Marabouts, chefs religieux, réveillez vous, sortez de votre mutisme et sonnez la fin de la récréation, car vous avez votre part de responsabilité. Pensez à vos compatriotes et à leurs souffrances quotidiennes, car c’est Dieu qui vous a investi de cette tâche. Votre «démission» est suspecte, elle ne saurait s’expliquer par la seule volonté de se détourner des choses temporelles. Une candidature illégale et illégitime, une volonté de transmettre le pouvoir à son fils, plus de deuxième tour à la Présidentielle de 2012 (si élection il y a), les Chantiers de Thiès (cette nébuleuse à jamais), la mallette de Ségura, la loi Ezzan, la gestion des ordures ménagères, l’arrogance, du youza et du raass à l’Assemblée nationale, le naufrage du Joola, des réunions du Comité directeur du Pds au palais de la République, des torches humaines devant les grilles du Palais, des militaires invalides bastonnés par leurs propres frères d’armes, la boulimie foncière, l’électricité, le monument de la Renaissance africaine, l’Anoci, des populations dans les eaux depuis dix ans, le Fesman, des journalistes et reporters bastonnés en toute impunité, des entreprises et usines qui ferment, des cuillères à 30 000 Frs,… et j’en passe, tels sont les quelques éléments constitutifs et non-exhaustifs de la merveilleuse et huitième merveille qu’est devenu le Sénégal de Mame Abdoulaye Duncan Mac Léod Wade. 
 
La réaction du peuple le 23 juin dernier, n’est qu’un petit signal destiné aux tenants du pouvoir mais, aussi à tous les hommes politiques. Prenez le temps de la lire, de l’interpréter et de la comprendre. Pour vous, Duncan et ses affidés, comprenez que c’est fini, le peuple en a assez. Y’en a marre de vos arrogances, détournements, boulimie foncière, casseroles et cuillères de toutes sortes, etc.  
La seule éclaircie nous vient de l’Eglise et du Rap. Oui ce sont les deux seuls segments qui veillent, alertent et dénoncent quand il le faut. S’il vous plaît, continuer à entretenir l’espoir et à penser au peuple. Heureusement aussi, la danse qui fait fureur s’appelle «Boul ko laal, boul ko djégué», en termes clairs, Touche pas à ma Constitution ! 
Dommage, courant coupétina…. 
 
Abdoul Aziz NDIAYE - Citoyen vraiment déçu - Front de Terre - Dakar 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 22.07.2011
- Déjà 5549 visites sur ce site!