ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

«Préférez la postérité au lieu de l’affrontem

Un opposant mauritanien à Wade : «Préférez la postérité au lieu de l’affrontement au Sénégal» 
Ce ne sont pas seulement la société civile et l’opposition qui demandent au Président Abdoulaye Wade de ne pas se représenter. En effet, les observateurs avertis de la scène africaine et internationale s’y mettent aussi. L’opposant mauritanien établi entre la France et le Sénégal, Mohamed Ould Maloum implore le président de la République de ne pas se présenter pour un troisième mandat qui serait constitutif de germes de violences et de conflits au Sénégal. Dans une interview accordée à PressAfrik, il évoque l’image dégradée du Sé¬n鬬gal sur l’international, et qui il y a quelque temps était une référence en Afrique de l’ouest et dans le continent. Dans cet entretien (…), l’opposant mauritanien donne des détails croustillants sur les heurts entre Ab¬doulaye Wade et le Général Moha¬med Ould Abdel Aziz, tout en décryptant les risques de dégâts collatéraux très dangereux pour les deux peuples qui vivent encore les stigmates des évènements de 1989.  
«Si j’ai un conseil à donner à ce baobab de sagesse qu’est le Président Abdoulaye Wade, sans parti-pris, c’est qu’il rentre dans l’histoire com¬me Mandela en annonçant qu’il ne sera pas candidat à la Prési¬den-tielle de février 2012», a déclaré Mohamed Oul Maloum. L’opposant mauritanien d’inviter le chef de l’Etat sénégalais à préférer la postérité au lieu de l’affrontement dans son pays. «Il doit préférer entrer dans la postérité au Sénégal et en Afrique, plutôt que de devoir affronter dans la rue en février les contestataires et une frange de la population sénégalaise. Il va encore une fois embraser Dakar et le Sénégal, ce beau pays», a-t-il concédé. Mohamed Oul Maloum d’argumenter : «Je voyage beaucoup dans le cadre de mon travail, je suis passionné par la situation politique du Sénégal. Ce pays jusqu’à une période récente, deux à trois ans, bénéficiait d’une bonne image. Il était un exemple partout. J’ai été à New York et partout dans le monde et tout le mon¬de était unanime sur la belle image du Sénégal, une image enjolivée. Mais vous faites une semaine au Sénégal, vous saurez que ce n’est pas aussi simple que cela.» Malheu¬reu¬sement, a souligné l’observateur africain, «depuis quelque temps, notamment après les évènements du 23 juin, l’opinion internationale commence à se dire que le vieux sage qu’est Wade devrait bien comprendre qu’en politique comme en foot, on doit partir pendant qu’on est encore très populaire. Comme Zidane, Platini, Mandela, entre autres».  
 
Mohamed Oul Maloum a hésité avant d’évoquer la politique intérieure sénégalaise. «Jusqu’en 2002, peut-être par naïveté et par jeunesse, j’étais très internationaliste dans mon cerveau et dans mon approche politique. Quand j’étais au Sénégal je me croyais Sénégalais alors que je n’avais pas les papiers, officiellement», a-t-il expliqué. Avant d’entrer dans les détails de ses déboires de l’époque avec le régime libéral. «J’ai fait des interviews, je critiquais beaucoup le régime sénégalais et j’avais une liberté de ton. Et c’est ce que je faisais aussi en France. Cela m’a coûté très cher parce que j’ai été traîné à la Dic (Division des investigations criminelles), j’ai été arrêté, entre autres sévices.» Toutefois, l’opposant mauritanien reste attaché à ce pays. «Marié à une Sénégalaise avec des enfants Sénégalais, j’adore ce pays, je parle la langue, je vis la culture, j’écoute ses musiciens. En somme, je suis très sénégalophile», a confessé M. Maloum.(pressafric) 
JEU POLITICIEN MORTEL : « L’ETHNICISME » ! 
Dans un ouvrage publié en 1990, intitulé « A demain De Gaulle », le philosophe –écrivain Régis DEBRAY ne s’y est pas trompé. Plus qu’un code pour l’échange social, la Langue constitue le creuset basique de l’identité de chaque individu. Il y précise, en effet, que la Langue « n’est pas un instrument, mais un milieu de vie, le fil d’or d’une vitalité longue et singulière ». Penser et lire le monde ou la société ; définir un système de significations collectives et fonder l’action, résultent, pour l’essentiel, d’un moule culturel structuré par et dans un groupe dont la Langue est le ferment unificateur. 
 
Le groupe social adossé à la Langue, prend plusieurs noms suivant sa taille, son nombre, sa vivacité et son rôle dans les espaces à l’intérieur desquels, il se déploie. La Nation, forme suprême d’organisation des Communautés Humaines, semble être le concentré ultime de groupements humains divers et stratifiés, autour de la Langue, ou de Langues. C’est précisément pour cette raison, que l’illustre historien, Fernand BRAUDEL, a pu dire que : « La France, c’est la langue française » ! 
 
Certainement, la sinueuse Histoire de l’Afrique pose, de manière toute nouvelle, la problématique générale de la Nation et celle, particulière, de ses différentes composantes. L’idéologie coloniale a construit un discours réducteur et fondamentalement discriminant, sur les sociétés africaines colonisées. Par les soins de l’Ethnologie, elle s’est appliquée à étudier les « sociétés primitives » africaines, pour davantage légitimer le Colonialisme. Ainsi, en faisant l’impasse sur les grandes constructions économiques, politiques et sociales africaines, l’Ethnologie coloniale a disqualifié les modèles africains de construction sociale qu’elle dénatura dans leurs significations essentielles. Les « proto – Nations » dont parle Jean ZIGLER, n’étaient, pour elle, que de simples « ETHNIES », subdivisées en « Clans » et « Tribus ». 
 
Les Etats africains post – coloniaux, n’ont jamais entrepris la nécessaire déconstruction du discours colonial et pire, se sont appropriés ses atours les plus pervers et les plus invalidants. Mais, c’est bien en s’appuyant sur les leviers et logiques propres au système de domination colonial, que ces Etats ont le plus, fait mal à leurs peuples. L’Ethnie aura été et demeure, l’un des leviers majeurs actionnés par les Hommes politiques africains, soit pour préserver un pouvoir, soit pour le conquérir. C’est pourquoi, plus de 50 ans après les Indépendances, la « question Ethnique » est au centre des convulsions qui affectent les sociétés africaines, celle qui ensanglante les Etats. Même si de nombreux facteurs pervers expliquent la permanence de la conflictualité en Afrique, force est d’avouer que c’est, incontestablement, l’usage politicien de l’Ethnie, qui est en le principal. Aussi bien dans les conflits infra – étatiques éteints (comme ceux de Sierra – Leone et du Liberia, de la République du Congo), que dans ceux latents ou en cours, « l’équation Ethnique » demeure non encore résolue. 
 
Certes, la palme de la manipulation « ethniciste» dans la gestion des questions à enjeux de pouvoir, revient au Rwanda où elle a atteint des proportions génocidaires. Mais, au Soudan, au Tchad, en RDC, en RCA, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Kenya et en Mauritanie, la centralité crisogène et polémogène, place l’Ethnie en première ligne dans le délitement des nations. 
 
Le Sénégal, notre pays, longtemps durant, a été épargné par ce choc inter – communautaire. Son admirable « vivre – ensemble », nourri par une exceptionnelle vitalité religieuse, culturelle et sociologique, a trouvé dans le « cousinage à plaisanterie » et dans d’autres canaux subtils, la force nécessaire pour préserver la cohésion d’une Nation pluri – ethnique. Cependant, la « leçon casamançaise » est là, pour rappeler, avec force, le danger qui frappe à nos portes. Car, au – delà de ses causes multiples, le conflit dans cette zone Sud de notre pays, renferme une irréfutable dimension ethnique que des politiciens du passé et des Cassandre d’un nouveau genre, sans foi ni loi, manipule sans scrupules, au grand malheur de ses vaillantes populations. C’est vrai qu’aujourd’hui encore, comme l’a souligné, non sans raison, le Sociologue Malick NDIAYE, dans son ouvrage centré sur « L’Ethique CEDDO », le pouvoir au Sénégal se drape d’oripeaux historiquement apparentés au modèle de gestion du pouvoir dans les Royaumes Wolof. Il est vrai, aussi, que l’hégémonie linguistique Wolof est incontestable. Mais, elle n’a jamais été un frein à l’éclosion d’Hommes politiques appartenant à d’autres Ethnies. Le Premier Président de notre République, Léopold Sédar SENGHOR, était, on le sait bien, un Sérère ! 
 
Les efforts entrepris par les différents pouvoirs qui se sont installés au Sénégal, pour préserver notre « vivre – ensemble », se sont focalisés, principalement, sur la reconnaissance et la Codification des « Langues Nationales ». Autrement dit, comme aurait pu dire Hannah ARENDT, notre trajectoire politique nationale reconnaît un « double droit » : celui des Groupes socioculturels (les Ethnies) à affirmer leur identité et celui des Hommes politiques à s’affirmer dans leur culture communautaire propre. L’acceptation de l’usage des Langues Nationales à l’Assemblée Nationale, est, sans aucun doute, une avancée significative, sous ce rapport. L’Histoire Parlementaire de notre pays, retiendra la passe d’armes, au début des années ’80, entre le Député Abdoulaye Wade et le Ministre de l’Economie et des Finances de l’époque, M. Mamoudou TOURE : le premier, s’exprimant dans un Wolof limpide, eut droit à une réplique, dans un Pulaar châtié, du second. L’Assemblée, ce jour – là, avait vibré ! 
 
Rappeler cet épisode marquant de notre Histoire politique récente, invite à savoir raison garder dans le traitement de la « question ethnique » au Sénégal. Le terroir et le Groupe socioculturel, on ne peut pas ne pas les prendre en compte, car ce sont eux qui confèrent une identité et une âme ! Seule l’irraison politicienne pourrait tenter de les minorer pour, vainement, les invalider. Vouloir imposer une « tyrannie communautaire », serait essayer de transformer, politiquement, des masses ameutées, dans des logiques guerrières et de confrontations communautaires. 
 
Quelque « Africain le plus diplômé, du Caire au Cap », qu’il soit, Wade ne peut tenir un discours structuré en Pulaar, Joola, Sérère ou Mandingue et quand bien même qu’il voudrait parler en Mankagne, Manjack ou Mandingue, qu’il ne le pourrait, lui, l’Omniscient ! Egalement, réclamer un discours de niveau, en Wolof, à Abdoulaye BATHILY ou à Robert SAGNA, serait prendre le risque de voir leurs propos, sinon dénaturés, du moins, sous – évalués. Il est clair que ni Macky Sall, ni Moustapha NIASS ou Tanor DIENG, ne sauraient s’aventurer dans le monde linguistique Mandingue ou Joola et que leurs discours articulés, comme celui d’Idrissa SECK, s’arrêtent aux confins du Français et de leurs langues maternelles!! Leurs performances orales et leur éloquence, ont toutes donc, des limites linguistiques irréfutables et objectives, déterminées par la subjectivité de leurs appartenances ethniques. 
 
Evoquer tout ceci, dans un contexte politique aussi chargé et davantage alourdi par la décisive Présidentielle de Février 2012, c’est signifier aux différents Acteurs politiques en compétition, que le Sénégal doit préserver son « exception sociologique » qui est son bouclier protecteur contre les démons de la déchirure ethnique. Que le Sénégal le vaut bien et qu’à nos yeux, rien ne vaut le Sénégal. 
 
Aujourd’hui, le rationnement de l’électricité, la Santé devenue plus malade que les malades qu’elle est censée soigner, la faillite de l’Ecole, le naufrage du monde rural et la crise de l’Emploi, n’affectent pas un Sénégalais en particulier, mais bien l’ensemble de nos compatriotes. L’exigence de défaire le « Wade – System » concerne, par conséquent, l’écrasante majorité des Sénégalais. Dès lors, il revient à l’ensemble des Acteurs : politiques, de la Société Civile et des Citoyens, de se mobiliser pour, définitivement, en finir avec Wade. Toute attitude autre, devrait être considérée comme apatride et antipopulaire ! 
 
Stigmatiser un homme politique, sur une base aussi abjecte et dangereuse, que l’Ethnie, c’est ouvrir une véritable Boîte de Pandore porteuse de tous les dangers. La Raison Patriotique, c’est – à – dire, placer exclusivement le Sénégal au centre de nos préoccupations, décommande pareille approche des questions politiques. 
 
Les hiboux lugubres qui hululent autour de l’Ethnicisme, proposent les Ténèbres à notre pays en quête d’avenir, de lumière, de prospérité et d’épanouissement de son grand peuple. 
Non, l’Ethnie, « faut pas toucher » !! 
 
Prof Luc SARR 
Membre du Directoire de l’Alliance Pour la République (APR) 
 
Pauvreté et Corruption : Des maux qui gangrènent notre pays. 
Après les indépendances, l’administration sénégalaise passe graduellement aux mains des autochtones. La loyauté, les règles de l’orthodoxie républicaine, la probité morale héritées de l’administration coloniale s’effritent pour laisser la place au népotisme, à la gestion gabégique, deux réalités qui sont la conséquence du clientélisme politique. Et comme la politique ne fait pas bon ménage avec le népotisme et le pouvoir clanique, la justice, très souvent influencée par les politiques, aura des difficultés à combattre la corruption dans les affaires de l’État. 
Ainsi, ceux qui ne trouvent pas satisfaction dans le traitement de leurs dossiers administratifs à cause de leur appartenance à d’autres partis politiques, sont obligés de corrompre des agents de l’État, surtout au niveau des différents services de l’Administration. Aujourd’hui, elle a tellement gagné toutes les couches sociales qu’il est difficile de l’éradiquer en un laps de temps, le corrompu encourageant souvent le corrupteur dans leur transaction. Ce qui est encore grave, c’est que le fléau a même atteint la Justice sensée de la combattre. Aussi, devant cette nouvelle situation, se voit ériger dans la société, la loi du plus fort et celle de l’impunité. 
La corruption à l’échelle politique 
Après plusieurs décennies, notre République a été géré comme un gros village. Aussi, nos dirigeants se sont comportés comme des privilégiés n’ayant de compte à ne rendre à personne. Un proverbe africain dit que "le poisson commence à pourrir par la tête". Et il n’est pas étonnant que les sociétés ne soient exemptes de corruption, de concussion et de fraude car ces défauts se remarquent aussi au niveau de certains de nos dirigeants. 
Des compétences du pays ont même soutenu que le retard de notre pays serait causé par l’Occident avec ses vastes lobbies. Une opinion qu’il faut nuancer car il est malheureux de constater que, malgré les différentes politiques et stratégies de croissance mises en œuvre, ce sont les pays comme l’Europe, la Chine qui construisent nos écoles, nos hôpitaux, nos routes et s‘occupe même de notre environnement en s’attaquant aux problèmes de santé et de notre développement. 
Nos populations s’enfoncent paradoxalement dans la pauvreté à cause de la corruption et la concussion dans lesquelles nos Chefs d’Etat les ont plongés, les politiciens mafieux les politico-affairistes bouffeurs de commission en complicité avec certains réseaux européens que les ONG et la société civile sénégalaise dénoncent rigoureusement. 
Une mission délicate car le développement parrainé par des concepts dangereux comme la Françafrique, le néocolonialisme, sont des politiques qui visent l’accès aux richesses mise en œuvre par les lobbies financiers qui ne reculent devant rien pour atteindre leurs objectifs. 
Corruption dans l’Université et dans les établissements scolaires. 
Dans ce monde où enseignés et enseignants travaillent ensemble dans le donner et le recevoir du savoir, il arrive que la corruption s’y développe. Surtout que les enseignants vivent en général avec des salaires qui ne conviennent pas à l’exercice de leur métier qui demande des sacrifices financiers dans la documentation. Souvent, des élèves et étudiants nantis socialement se plaisent à corrompre certains enseignants à qui ils "achètent" les notes pour passer en classe supérieure. Malgré les directives de bonne conduite de la hiérarchie, rien ne semble aller dans le bon sens ; la corruption s’étant trop généralisée. Nonobstant l’effort du gouvernement dans la réhabilitation du système éducatif, on constate quelquefois la déperdition de fonds entre les ministères de tutelle et les écoles et universités. Aussi, les pots-de-vin et les dessous-de-table qui marquent le monde éducatif n’honorent pas l’école et l’université. Et on n’est pas surpris de constater la détérioration de celles-ci, plus particulièrement dans notre pays où aucune université n’est en vue parmi les meilleures du continent. 
 
Par ABASS DIOP 
Enième anniversaire de l’impunité qui entoure les marteaux célèbres et cyniques de Talla Sylla 
Pourquoi nous le rappeler ? Pourquoi compter toutes ces années que dure l’impunité qui entoure ces sinistres marteaux de Talla Sylla ? 
 
Catherine, il est vrai que la répétition est pédagogique, que le rappel peut permettre à certains de s’arrêter un moment pour dire : plus jamais ça ! Mais pourquoi en parler encore puisque dame justice de notre très cher Sénégal, terre bien prisée par d’innombrables organisations de droits de l’Homme, a choisi délibérément la voie lâche consistant à fermer la voix de la vérité sur cette affaire criminelle d’un autre âge par le biais d’un classement sans suite du dossier le concernant ? 
 
Catherine, il existe, dans la vie des nations, des moments pleins d’enseignements que l’histoire politique et républicaine marque toujours en lettres majuscules ; cette tentative d’assassinat avorté, par la grâce de Dieu, en fait partie. L’esprit citoyen ne saurait l’oublier. Une décision de justice injustifiée ni pourra rien. Talla a certes, depuis quelques années, chaussé les souliers du mépris pour leur dire que face aux agressions subies par son peuple dans tous les domaines de sa vie au quotidien, sa propre agression devient secondaire. Il en a le droit. Par contre, le citoyen que nous sommes ne peut accepter que l’on fasse passer à pertes et profits de telles pratiques odieuses. Jusqu’à ce jour, d’autres crimes infâmes souffrent de la même impunité. 
 
En onze années de règne, personne ne peut compter combien d’assassinats sont restés non élucider. Un pays ne peut pas fonctionner de la sorte. C’est inadmissible d’autant que nous avons l’une des meilleures polices du monde et une gendarmerie dont le professionnalisme ne souffre d’aucun doute. La lumière doit être faite sur toutes ces affaires criminelles afin de barrer la route à tous ceux qui comptent sur l’impunité pour poursuivre leur sale besogne dans notre pays. 
 
2012 approche. Bientôt, le peuple sera appelé, de nouveau, à accomplir son devoir citoyen et républicain : choisir son nouveau Président. Dans le bilan de ce régime en place figurent en bonne place tous ces dossiers criminels restés sans suite. Allons-nous reconduire des gens qui laissent s’amonceler de telles pratiques assassines dans notre pays sans satisfaire le droit du peuple à la bonne information judiciaire ? Lorsque des dirigeants acceptent que de tels dossiers criminels soient classés sans suite dans un pays qui se dit pays de droits, il y a de quoi avoir peur. 
 
Ce énième anniversaire des marteaux célèbres et cyniques de Talla Sylla doit être un moment d’introspection pour notre peuple. Un système qui s’accommode d’un tel fait est capable lui-même d’agresser son peuple et surtout sa chartes fondamentale : la Constitution. D’ailleurs, il le faisait quand bon lui semble avec la complicité et la duplicité de son parlement fantoche. Mais, heureusement, depuis le 23 juin 2011, une nouvelle dynamique impose sa suprématie : Touche pas à ma constitution. Cette dynamique citoyenne a le devoir de faire respecter la constitution qui empêche à Wade d’être candidat en 2012. 
 
Il revient au peuple de saisir l’occasion de cet anniversaire des célèbres et cyniques marteaux de Talla Sylla pour mieux se rendre compte du fait que ses dirigeants s’en foutent de la vie de ses fils car ce qui est arrivé à Talla peut arriver à n’importe qui demain. Un peuple ne peut pas vivre privé de son droit d’être éclairer sur les auteurs de crimes odieux perpétrés contre ses propres enfants. 
 
C’est pourquoi, nous lançons un avertissement aux votants de 2012 ; aujourd’hui, beaucoup d’hommes et de femmes, en toute normalité, ont annoncé leur candidature pour l’élection de 2012. Nous y trouvons du tout. Malheureusement ! Un grand bizarre, malheureusement ! Soyons très regardant sur notre choix afin de ne plus vivre la déception que nous a infligée Wade. Aujourd’hui, chacun se dit être le bon candidat, le meilleur messie pour sortir notre pays du gouffre dans lequel il se trouve. Méfions-nous des beaux parleurs. Faisons très attention à ceux qui comptent sur leurs appâts, le paraître argenté, l’exubérance trompeuse et insolente, pour faire de nous autres électeurs les poissons au bout de leurs hameçons et filets politiciens. 
 
Réfléchissons froidement sur le passé de chacun de ces candidats, posons les questions idoines et informons notre entourage sur ce que nous savons d’eux afin d’amoindrir les risques d’être de nouveau trompés par de vulgaires marchants d’illusions. 
 
Jamais l’orgueilleux individualiste prétentieux fourbe qui se retranche dans ses envolés lyriques, dans son talent rhétorique n’apporte quoi que ce soit de conséquent à son peuple parce qu’étant lui-même inconséquent, inconscient et insouciant face aux souffrances de l’autre. Tout ce qui l’intéresse, celui là, c’est comment duper son monde pour servir son égo. Nous en avons souffert avec l’actuel régime, ça suffit. 
 
Catherine, il ne suffit pas de dire ce qui ne va pas, il nous faut agir pour changer la donne. C’est pourquoi, nous demandons à des instances comme le M23, des mouvements comme Y en marre et les autres, dans l’avenir, de ne plus accepter que de tels crimes se produisent dans notre pays ; de refuser que l’impunité puisse continuer à prospérer au Sénégal.  
 
Talla, par la grâce de Dieu, la haine de tes bourreaux n’a pas réussi à venir à bout de ta détermination à œuvrer pour libérer ton peuple des ferres de ce régime odieux. Frappé et incompris, tu refuses toujours de courber l’échine, de plier devant la terreur et les prébendes. Tu refuses de te résigner, de te laisser abattre par tant de schémas hypocrites étalés sur la place politique. Toujours égal à toi-même, ton unique interlocuteur est le combat, le farouche combat, au prix de ta vie, pour sauver ton peuple de la tyrannie de ses prédateurs, qu’ils soient à l’intérieur ou en dehors du pouvoir. Nous souhaitons un plein succès à ton combat Talla, un combat que tu partages avec tant d’autres leaders d’opinion, avec tant d’autres leaders politiques dont la sincérité, pour ce que nous en savons, est au dessus des contingences de tout ordre.  
 
Tafsir Ndické DIEYE 
E-mail :ndickedieye@yahoo.fr 
Alioune Tine dénonce aujourd’hui ce qu’il dénonçait hier (Suite) 
Candidature de Me Wade et manifestations du 23 juin 2011 
L’organisation sise aux allées Thierno Saïdou Nourou Tall, de par ses missions, est une sentinelle contre tout abus de pouvoir, d’où qu’il vienne. Elle a le droit et le devoir de veiller, par des moyens légaux, sur le respect de la Constitution au nom des principes transcendantaux et intangibles de la démocratie. La Cap 21, en ces temps troubles traversés par la question de la recevabilité ou non de la troisième candidature de Me Wade, milite pour la conservation du pouvoir et au-delà entend réélire son candidat au premier tour. Exercice normal en démocratie. Mais elle semble oublier que la Raddho ne se mêle point d’administration électorale en ses volets partisans. Ce fait est dévolu aux partis politiques et aux membres de la société civile qui ont déclaré publiquement leur candidature aux élections présidentielles. La Raddho se préoccupe du respect strict des valeurs démocratiques.  
C’est en ce sens qu’elle dénonce la troisième candidature de Me Wade et la juge irrecevable en se basant sur les articles 27 et 104 de la Constitution qui disposent respectivement : ‘La durée du mandat du président de la République est de sept ans. Le mandat est renouvelable une seule fois. Cette disposition ne peut être révisée que par une loi référendaire.’ Au titre XIII concernant les dispositions transitoires, le législateur note : ‘Le président de la République poursuit son mandat jusqu’à son terme. Toutes les autres dispositions de la présente Constitution lui sont applicables.’ En se basant sur les articles de la Constitution sus-évoqués et sur la réalité des faits, la Raddho soutient que Me Wade est en train de terminer son deuxième mandat après avoir épuisé le premier mentionné expressément dans le texte constitutionnel par les termes : ‘Le président de la République poursuit son mandat’ en désignant celui de 2000 à 2007.  
La mouvance présidentielle soutient le contraire et soustrait le premier temps présidentiel (2000-2007) de Me Wade du décompte des mandats. Pour la mouvance présidentielle, le président Wade n’a eu qu’un seul mandat (2007-2012) du fait que la nouvelle Constitution du 22 janvier 2001, votée par voie référendaire, n’admet point la loi de la rétroactivité. Pour la majorité, dès qu’il y a élection d’une nouvelle Constitution, le compteur doit être remis à zéro.Du point de vue de l’interprétation du droit constitutionnel, le Sénégal est en proie à un grand débat entre constitutionnalistes nationaux et étrangers, hommes politiques et simples citoyens sur la question de la recevabilité ou non de la candidature de Me Wade. Le débat a gagné les rives de la Seine, du Potomac et atteint les capitales asiatiques et certainement va devenir un cas d’école. En somme, il s’est internationalisé. Il est d’une telle intensité qu’elle place le pays de facto dans une séquence de crise.  
Les positions deviennent antagoniques et rigides. Et devant une crise il n’y a que deux attitudes possibles, prendre le pont pour traverser le fleuve (la démarche solutionnelle) ou longer la rive (persister dans l’aveuglement et vouloir la confrontation). Aujourd’hui, il appartient au Chef de l’Etat, Me Wade, de se délester du poids partisan, de se mettre au-dessus de la mêlée, c’est-à-dire d’adopter la posture étatique, pour prendre la décision idoine. L’avenir démocratique de ce pays est entre ses mains. Quelle que soit la thèse soutenue, Me Wade aura fait 12 ans à la tête du Sénégal en 2012 et arithmétiquement deux mandats (2000-2007) et (2007-2012). Pour un homme qui a combattu plus de la moitié de sa vie pour la promotion de la démocratie en tant qu’opposant politique, il est anormal qu’il soit sujet à un tel déchirement aujourd’hui que le peuple souverain a placé entre ses mains périssables le destin du pays.  
Devant la gravité de la situation, toutes les intelligences citoyennes, toutes les entités d’intermédiation sociale (église, confréries, pouvoir coutumier) doivent se mouvoir pour l’instauration de la paix dans le pays. Le Sénégal est notre seul bien et nous devons le préserver contre les démons de la déstabilisation. L’exemple du Niger est là pour nous rappeler que les questions électorales sont sensibles et sont porteuses de passions débordantes. D’un autre côté, l’Afrique est riche d’exemples judicieux : l’Afrique du Sud avec Mandela, le Mali avec les présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré qui ont fait chacun deux mandats ; le Nigeria avec Obasanjo, le Ghana avec John Kufuor, le Cap-Vert qui est en train de battre le record des alternances politiques, etc. Nous n’avons pas le droit de décevoir les attentes.  
La majorité doit comprendre que la recevabilité de la candidature de Me Wade n’est pas synonyme de victoire lors des prochaines élections présidentielles de 2012. Elle doit aussi comprendre que l’irrecevabilité de la candidature de Me Wade n’est pas synonyme d’échec aux élections présidentielles pourvues seulement qu’elle ait un candidat crédible et compétent. Les rangs de la majorité regorgent de valeureux militants qui ont l’estime du peuple et qui sont dotés de compétences avérées pour conduire les destinées de ce pays. Me Souleymane Ndéné Ndiaye, le ministre d’Etat Oumar Sarr, Abdou Fall, Me Amadou Sall, le professeur Iba Der Thiam et Abdourahim Agne sont des personnalités qui, aujourd’hui, jouissent d’une crédibilité immaculée.  
Les élections de 2012 sont ouvertes et tous les cas de figure sont possibles, nul ne peut présager de ce qui va advenir. En plus, une défaite aux élections présidentielles n’est point une honte ou une descente aux enfers. La sanction négative du peuple n’est pas une humiliation. En tant qu’instance de souveraineté, il (le peuple) indique des voies à suivre, à charge pour les hommes politiques, en toute humilité, de les suivre. Pour avoir donné un coup de fil le 20 mars 2000 à Me Wade pour le féliciter, Abdou Diouf est apparu aux yeux de tous les Sénégalais et d’une grande partie de l’opinion internationale comme l’un des plus grands hommes d’Etat africains avec Nelson Mandela, Léopold Sédar Senghor, Julius Nyerere, etc.  
La participation de la Raddho aux événements du 23 juin 2011 contre l’instauration du ‘ticket présidentiel’ pour l’élection simultanée du Président et du Vice-Président au scrutin majoritaire à un tour avec au moins 25 es voix exprimées, ne fut dictée que par le souci de lutter contre un changement constitutionnel jugé par la société civile comme inopportun. Pour la Raddho il s’agissait d’empêcher ‘le dix-septième (17ème) tripatouillage d’une Constitution jeune de dix ans’, et le parachèvement de la ‘la dévolution monarchique du pouvoir’. En plus, la Raddho ne fut pas la seule organisation des droits humains à manifester ce jour-là, elles y étaient toutes (Ondh, Radi, Forum Civil, Syndicats, etc.) et sont toutes membres du M23. Avant que la société civile ne proteste, ce furent les militants libéraux qui donnèrent le ton. De nombreux députés, des sénateurs et des ministres avaient manifesté leur désaccord, sous cape ou publiquement, à ce changement constitutionnel. Au-delà, ce furent des millions de citoyens qui étaient descendus dans les rues de Dakar et des grandes villes du pays pour dénoncer ce projet de loi qui, selon eux, n’était qu’un ’plan permettant à Me Wade de donner le pouvoir à son fils’.  
Le temps du dialogue  
On a tendance à se focaliser sur les questions de candidature et de changement constitutionnel en oubliant toutefois que la Raddho mène des médiations entre les différentes entités sociales pour l’instauration de la paix. C’est en ce sens qu’elle a toujours promu le dialogue politique entre la majorité et l’opposition. La Raddho avait demandé à Me Wade, lors d’une audience, de renouer le dialogue politique avec l’opposition pour la paix sociale, mais des faucons, nichés au niveau des deux camps, ont torpillé le projet. Un membre bouillant de l’opposition avait, à l’époque, à travers la presse, douté de la sincérité des actes d’Alioune Tine. Il n’avait pas compris qu’un dialogue constructif entre majorité et opposition aurait permis d’instaurer un ‘équilibre majeur du système’. Un équilibre basé uniquement sur le principe de la confiance mutuelle entre majorité et opposition. L’opposition est une institution dont le rôle est consacré de façon officielle dans la Constitution sénégalaise.  
Pour préserver le pays de graves crises, majorité et opposition doivent échanger sur toutes les questions d’intérêt majeur, surtout celles touchant à la problématique du code électoral. Si le président Wade avait consulté l’opposition sur le projet de loi constitutionnel instaurant un ticket à l’élection présidentielle, il n’y aurait jamais eu de manifestations le 23 juin 2011. Pour avoir misé sur la mollesse et sur la sous-représentation de l’opposition, la majorité s’est retrouvée brusquement et brutalement face au peuple le 23 juin 2011. Aujourd’hui, la classe politique ‘anomique’ est contournée et submergée par des mouvements sociaux nouveaux qui prennent toute la dimension de la protestation sociale, économique et culturelle et qui risquent d’influer lourdement sur l’issue des élections de 2012.  
Dans un pays comme le nôtre, avec une expérience bicentenaire de pratiques politiques, il est important que les différentes entités jouent pleinement leur rôle en veillant systématiquement sur le respect des droits humains et sur la préservation des principes intangibles de la démocratie. La majorité doit s’enorgueillir d’avoir en face de lui une société civile aussi dynamique et accepter de nouer un dialogue contradictoire basé sur le respect des valeurs démocratiques. En plus, la majorité doit accepter de dialoguer avec l’opposition sur les questions d’intérêt majeur. Et aucun sujet n’est tabou. Les accusations, les anathèmes et les insinuations risquent d’être des signes d’un manque criard d’arguments convaincants. (FIN)  
Abdoulaye SEYE, Journaliste  
Le Président de transition : un impératif de sécurité (Suite) 
On peut tenir le leader du Reewmi, non membre du Bennoo, comme candidat déclaré pour 2012 avec comme arrière-pensée, en cas d’invalidation de Monsieur Wade, de rassembler ceux que son leader appelle et interpelle en permanence comme membres de la famille libérale qu’il voudra unifier au premier, voire au second tour.  
On peut surtout tenir comme candidat présidentiel potentiel et significatif, au premier tour, à défaut d’accord sur une large candidature d’union forgée au sein du Bennoo consensuel, le leader de l’Apr, membre de cette mouvance. Ses militants, forts du succès partagé lors des locales en 2009, et de l’accueil populaire jugé exceptionnel avec ses connotations régionales et identitaires, ou des résultats de certains ‘sondages’ peaufinent leurs alliances et formulent leurs visions. Celles-ci s’expriment avec une cohérence, une clarté qui mérite, par conséquent, pour la cohésion et le succès, une attention particulière, à travers les propos de ses ténors du sérail.  
Moustapha Lô prônant la candidature solitaire voire unique de son leader tout en proférant ses menaces en cas d’alliances subalternes, exprime une des facettes de ce Bennoo-Sennoo.  
Comment ne pas évoquer les subtilités de Moustapha Diakhaté qui sait ce que parler veut dire ? Il portait, avec la verve qui est la sienne, la charge, lors d’une émission à Walf, en direction de ses alliés du Bennoo de la transition et ce, en des termes sans équivoque.  
Il y a désormais la prise de position exprimée sans équivoque, dans un article du 15 Juillet paru à Enquête, signé par Mamadou Camara membre du directoire politique de l’Apr/Yakaar.  
On semble s’acheminer, avec les avantages de la clarification et les risques que cela comporte dans ce cas de figure, vers une pluralité, non pas des candidats mais des coalitions au premier tour, voire au second tour, à des marchandages aléatoires pour ce qui est des enjeux constitutionnels et de régime qui divisent.  
La déclaration de Mamadou Camara, dont le statut fait de lui un porte-parole, n’est pas fortuite, singulièrement en ce qui concerne la stratégie sécurisée incontournable d’une candidature mandatée, encadrée de transition. C’est sur ce plan que la relecture du message non codé de ce porte-parole de l’Apr/Yakaar qui peut être un des acteurs majeurs des présidentielles de 2012 sans totalement surprendre, mérite d’être décrypté et commenté.  
Le tournant dans les jeux d’alliances est annoncé quand Camara confie que ‘la candidature de Me Wade n’étant plus à l’ordre du jour, car étant irrecevable, cela entrainera une réadaptation des alliances au sein de l’opposition afin d’éviter des alliances contre nature’. Rien à dire sur ce constat juste même si Wade n’a pas dit son dernier mot. Camara souligne ensuite que ‘la situation politique actuelle n’admet pas les cavaliers solitaires.’ On le sait. ‘Les clivages au sein de Bennoo demeurent constants pour continuer la marche du changement’, poursuit-il. Qu’est-ce à dire ? Tant qu’il ne s’agit que de clivages partisans et internes assumés librement, il n’y a peut être pas péril en la demeure, même lorsqu’il estime qu’’impérativement, un nouveau pôle doit incarner une nouvelle donne idéologique. D’où l’avènement du Mboolo car la politique rapproche plus les ennemis que leurs amis’. C’est l’hypothèse de la double candidature au premier tour. Elle peut être, on l’a dit, très périlleuse.  
Et d’ajouter que ‘seule une volonté politique concertée peut sauver notre pays des dérives monarchiques et, pour cela, l’alliance de Macky, Gadio, Cheikh Bamba Dièye pourrait apporter une nouvelle orientation dans la marche vers une transition démocratique et républicaine’. Pourquoi pas ? C’est un choix, même s’il est risqué.  
L’approche anti-gérontocratique de la candidature célébrée de ces quadras, en conformité avec le choix des alliances, ne peut, de bonne guerre, que constituer un vœu là où le texte édicte qu’’aujourd’hui même si Bennoo devait choisir un candidat unique, il devrait avoir moins de 50 ans car c’est le critère fondamental’. Le Sénégal est un pays à électorat jeune mais également de citoyenneté ancienne où l’on a certes l’âge de ses artères mais, faut il justifier la relève générationnelle autrement que par ce seul paramètre comme critère fondamental péremptoirement édicté ?  
Le texte entre dans le vif du sujet lorsqu’il demande de laisser ‘les Sénégalais protéger leur constitution tout en exhortant les candidats potentiels à se signaler et laisser le choix aux Sénégalais de designer leur président’. Il reste dans sa logique ‘qui induit l’impératif de laisser tous les prétendants au pouvoir dérouler leur feuille de route car nous n’avons plus de temps à perdre’. En fait, la seule question qui fait encore problème ici, en dehors de la stratégie de transition récusée, porte sur la ’Constitution’ et le ‘type de Président’. Ce n’est pas rien !  
Sur ce plan, la mise en garde met sur la piste du régime parlementaire récusé qui découlerait du rejet du présidentialisme car ‘il s’agira en effet d’organiser et de mettre en place un régime parlementaire’. Pas forcement. L’Exécutif américain sous contrôle d’une majorité parlementaire, même changeante, n’est pas le présidentialisme du ‘Tout Etat’ tentaculaire omnipotent de l’actuelle constitution que l’Apr semble prêt à reconduire pour sept ans, malgré son histoire. ‘Tout cela entrainera, explique le texte, une autre dualité au Sommet de l’Etat entre l’exécutif et le législatif. D’où la répétition de l’histoire de Senghor Dia.’Il y a une double contre-vérité.  
Le régime non présidentialiste n’est pas nécessairement instable, porteur de conflits entre Exécutif et Législatif. Ils peuvent coopérer sans conflit, grâce aux dispositifs institutionnels adéquats, comme le démontre le système d’Exécutif gouvernemental à majorité électorale élue pour une législature.  
(A suivre) Pathé DIAGNE  
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 6.10.2011
- Déjà 5417 visites sur ce site!