ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

porteront plainte…

Quand les moutons porteront plainte… 
Chaque année dans les pays musulmans, on célèbre la fête de la tabaski ou l’Aid el Kabir ou encore la fête du mouton ! Ce n’est pas que le mouton va festoyer, non ! On lui fera sa fête, en le privant de sa tête. Des millions de moutons vont subir le sacrifice abrahamique, acte que ce patriarche avait fait en signe de dévotion à Dieu. Mais aussi acte symbolique et de haute portée pédagogique en ce sens qu’il constitue un geste qui allait sauver tous les enfants mâles d’un sacrifice, synonyme de boucherie humaine comparable aux deux grandes guerres. 
 
Abraham, le sauveur, posa par ce geste, le second acte civilisateur de l’histoire de l’Humanité. Le sacrifice des animaux, en substitution au sacrifice humain, est sans doute un pas magistral vers plus d’humanisme. Cependant, sans risque de nous tromper, on peut avancer que le premier acte civilisateur est le sacrifice humain. Si pour éviter toute une guerre, aux conséquences désastreuses, l’on sacrifiait une ou deux personnes, il me semble qu’il n’y a pas acte plus humain et noble que ce sacrifice humain. Mais, à l’instar de Jésus, qui symbolise le troisième acte civilisateur, en faisant don de sa personne et/ou en démontrant par là qu’il n’y a rien de plus aveugle que la vindicte populaire, et que seule la foi en Dieu compte, l’on se rendra alors compte avec Mouhamad, que ni la viande ni le sang de ces animaux sacrifiés, n’arriveront au Seigneur, mais la piété des individus. Tels furent les enseignements de ces illustres personnages, faire comprendre qu’il n’y a que Dieu et que seule la foi et la piété comptent. Ni le sacrifice humain ni le sacrifice animal ne sont importants pour Dieu, si bien sûr c’est pour Dieu et pour Lui seul. Alors, à quand la fin du sacrifice animal ? Quand on plaidera pour eux ! 
 
 
 
Quand les animaux porteront plainte, et que l’on plaidera pour leur cause, les êtres humains se rendront compte que dans ce processus d’actes civilisateurs enclenchés ou symbolisés par les prophètes du monothéisme, ils ont interrompu sa longue marche et qu’effectivement, à l’heure actuelle, on aurait dû dépasser ce stade où les animaux sont massacrés à grande échelle. C’est plus qu’un gé­nocide, c’est plus qu’une hécatombe ! 
 
 
 
Il est vrai qu’il existe depuis longtemps des lois contre les mauvais traitements infligés aux bêtes de compagnie et d’élevage, dans pratiquement tous les pays du monde, mais il y a lieu de progresser un peu. A défaut d’arrêter ces sacrifices à grande échelle, il y a lieu d’inciter les gens à le faire en veillant à ce que ces bêtes en souffrent le moins. De nouvelles techniques sont là et très appropriées, il suffit de les vulgariser. Cependant, le mieux serait de mettre fin purement et simplement à ces pratiques traditionnelles actuellement néfastes d’autant que, une fois de plus, ce qui «arrive au seigneur, ce n’est ni le sang ni la viande» ; et d’autant qu’il est possible maintenant de disposer de protéines animales sans consommer ces pauvres bêtes, dont le seul tort est de n’avoir pu jusqu’ici porter plainte contre ces traitements destructeurs. Il ne s’agit nullement ici de donner les mêmes droits aux animaux qu’aux êtres humains, mais de faire appel à ce qu’on les traite avec décence et respect. Il ne s’agit pas non plus de faire la promotion du végétarisme qui est un style de vie assez incongru, mais de faire progresser l’idée de justice, en y incluant de plus en plus les animaux et les plantes. On a souvent pensé la justice en termes de respect des droits hu­mains, mais de plus en plus il faudrait que les êtres humains acceptent de prendre en considération cette catégorie de la population mondiale laissée pour compte : les animaux et les végétaux. 
 
 
 
Ils le méritent bien et il est plus que temps que les êtres humains leur accordent ce droit, d’autant que ces animaux ont toujours rendu de bons et loyaux services à ces bipèdes prédateurs ; mais aussi et surtout, parce que l’être humain est la créature qui ressemble le plus à un animal, plus que tous les autres êtres. D’ailleurs, de plus en plus cet être humain découvre qu’il veut ressembler à cet animal qu’il a longtemps honni. Dans ses ébats sexuels, dans ses performances physiques, etc. ; l’homme se fait volontiers animal. Dans les compétitions sportives internationales ou même nationales, l’on note des Lions de la teranga, des Panthères, des Scorpions, des Coqs, des Antilopes, des Eperviers, des Pandas, etc. Des emblèmes à l’effigie d’animaux (Lions, Aigles, Eléphants, Chevaux, etc.), et nous avons même eu droit à un Président Bélier, Houphouët Boigny. Ce bélier qu’on veut égorger à grande échelle dans toutes les contrées musulmanes, à l’occasion de la «fête du mouton». 
 
 
 
Quand les moutons porteront plainte, on ne les mènera plus comme des moutons de panurge ! Et quand on reviendra vraiment à nos moutons, on verra bien qu’on est en train de les massacrer et qu’on n’a pas été très sérieux avec eux jusqu’ici, ni avec les autres animaux. Quand les moutons porteront plainte, peut-être que ce cauchemar, dans lequel je me débats où je me vois comme un agneau de sacrifice poursuivi par des moutons noirs, se transformera en un rêve où tous les êtres humains sont doux comme des agneaux et n’ont d’yeux que pour Dieu. Ce Dieu qui n’a besoin ni du sang ni de la viande de ces animaux ou hommes sacrifiés. Cependant, s’il faut éviter une boucherie humaine en sacrifiant une ou deux personnes, il faudrait le faire. S’il faut éviter une boucherie humaine en sacrifiant des animaux, il faudrait là aussi le faire. Mais si on ne le fait que pour Dieu et rien que pour Lui, Il n’a pas besoin de tout cela, ni du sang ni de la viande ! 
 
Moutons de tous les pays, unissez-vous ! 
 
 
 
Mamadou Moustapha WONE - Sociologue moustaphawone@voila.fr 
 
BP : 15 812 Dakar-Fann - Sénégal 
Niasse et Tanor n’ont pas été à la hauteur de la grandeur qu’on attendait d’eux, comme hommes d’Etat responsables, soucieux et p 
Comme je posais la question dans ma dernière contribution : « ….Niasse et Tanor feront-ils honneur ou honte à nos attentes ? », malheureusement, la réponse est négative, c’est plutôt la honte qui a été servie. Elle a produit une large déception au sein des simples citoyens non militants du PS et de l’AFP. C’est une grave responsabilité que les deux endossent par-là, devant l’histoire et le peuple sénégalais, au cas où, le candidat de l’unité et du rassemblement n’aurait pas lieu dans les conditions prévues et souhaitées par les Assises nationales. Ils porteront aussi l’entière responsabilité de l’éventuelle défaite de Benno, ce qui équivaudrait au maintien du régime libéral ou la poursuite des souffrances des larges couches de notre pays, avec Wade. Tout cela ne les a pas aidés à prendre conscience des conséquences désastreuses de leur abstention ou la non prise de décision dans le sens attendu. 
 
 
 
 
 
Mais, est-il vrai encore que le prochain régime après Wade, compte s’engager sur la voie de la rupture totale avec le passé de 52 ans de pratique politique aux antipodes des intérêts et préoccupations du peuple sénégalais, tant au plan institutionnel que celui du développement économique et social ? Si cette volonté, exprimée clairement par le peuple des Assises nationales, qui semble être celle approuvée par la majorité des forces vives de notre pays, est un engagement sans équivoque et irréversible pour tous les deux, pourquoi diantre, que la station de la présidence de la République soit l’attrait d’autant de passions et d’intérêts, comme si en dehors d’elle, c’est le néant? N’y-a-t-il pas anguille sous roche ? On peut bien le soupçonner. 
 
 
 
 
 
A y regarder de près, l’on semble perdre totalement de vue l’esprit des Assises et la volonté de rupture nette envisagée dans la gestion des affaires publiques à l’avenir. N’est-il pas prévu, que dorénavant, pour éviter un pouvoir autocratique ou personnalisé, il sera instauré en lieu et place un pouvoir rationnalisé, sous la conduite d’une équipe consensuelle compétente, qui va gérer le pays sur des bases claires en conformité aves les lois de la République, certes avec un capitaine, mais aussi avec des institutions républicaines, fiables et pérennes pour la refondation de la République ? 
 
 
 
 
 
Malgré l’appel pathétique de bonnes volontés et de citoyens, mus uniquement par l’intérêt national et la fin rapide du régime dévastateur de Me Wade, les deux candidats à la candidature de Benno, sont restés quasiment sourds, et n’ont semblé prêter oreilles qu’à leurs militants, aux instances de leur parti respectif, donc, de leurs intérêts propres. Ce qui justifie amplement, les raisons de la désolation inattendue qui a gagné de larges milieux de notre pays, qui étaient pourtant convaincus et qui fondaient de réels espoirs sur la base des déclarations de l’un et l’autre, que la date du 31 Octobre 2011 allait être la bonne, pour trouver ce candidat tant désiré, qui se jouait en dernier ressort entre deux hommes de la vieille garde politique. Mais hélas ! Compte n’était pas tenu, des ambitions folles que certains hommes politiques nourrissent pour le pouvoir, comme si hors du pouvoir, ils n’étaient absolument rien du tout. Autrement dit, c’est comme si l’on ne pourrait servir son pays, qu’en étant le président de la République, ce qui est tout à fait faux. Et là, Amadou Mokhtar Mbow en constitue un exemple vivant dont ils devraient se référer, pour se convaincre du contraire. Dommage que tel ne fut pas le cas. 
 
 
 
 
 
Les deux, ont déçu plus d’un Sénégalais, en trahissant la confiance qui était placée en eux, par le président Amadou Mokhtar Mbow d’abord, leurs pairs, chefs de parti, les sympathisants de Benno, la diaspora, une partie de la société civile et tous ces nombreux citoyens électeurs qui n’attendaient que la désignation du candidat de Benno pour s’engager dans la précampagne. Ils ont détruit toutes ces potentialités qui se présentaient en faveur de Benno, par leur attitude, synonyme d’ambition immodérée ou démesurée pour le pouvoir. Pourtant, ils devraient savoir que les autres –leurs nawlé- ont fait don de leur égo pour l’intérêt général et non parce qu’ils sont de qualité inférieure ou minables par rapport à eux. En fait, Niasse et Tanor n’ont vraiment pas su comprendre et prendre la pleine mesure de l’immense honneur qui leur est fait. 
 
 
 
Mais en insistant outre mesure sur leur personne, ne risque-t-on pas de tomber sur l’envers de la médaille, à savoir le culte de la personnalité. Cet autre méfait grave de conséquences qui place les dirigeants au-dessus de leur peuple, les considère comme indispensables ou incontournables, en leur attribuant la fonction ou le rôle d’homme providentiel ou de sauveur, hors pair, comme c’est le cas avec Abdoulaye Wade en ce moment.  
 
 
 
 
 
Voilà pourquoi, leur attitude est inacceptable, à un tournant aussi crucial et décisif d’une étape de notre histoire où les autres ont oublié totalement leur modeste personne, en leur profit, ils devaient rendre la pièce de la monnaie. Alors au vu des atermoiements des deux, voire les manœuvres souterraines incompréhensibles de leurs alliés, c’est le syndrome de Me Wade avec le programme de la CA2000, qui semble se dessiner sous nos yeux. Sinon, en se référant aux conclusions et à la charte de gouvernance démocratique des Assises nationales, à la nouvelle Constitution prévue, à la Refondation et au Rééquilibrage des institutions au cours de la période de transition des cinq ans, aucune raison, ne saurait justifier valablement une telle attirance pour la fonction du président de la République, si ce n’est alors, celle de vouloir maintenir le régime présidentiel concentré comme cela se fait actuellement avec Wade. Surtout quand on sait, que, dans le futur régime après la victoire sur Wade, l’essentiel du pouvoir réel devrait être détenu par le Parlement et émanerait de lui effectivement et non, de la présidence de la République. Pourquoi alors, dans ce cas-là, cette course folle vers la fonction présidentielle ? 
 
 
 
 
 
C’est une question fondamentale dans les circonstances actuelles, que nous devons nous poser. Et au-delà, s’atteler dans les meilleurs délais à la constitution de l’équipe consensuelle, première étape prioritaire de Benno et son Comité de facilitation, et à une candidature alternative maintenant, pour parer à toute éventualité car, il n’y a plus de temps à perdre. Dans la mesure où aucune date ne peut plus être avancée, cela suppose que Benno se trouve devant une impasse sans être en mesure de dire quand est-ce qu’elle trouvera la solution. Pour le moment en tout cas, les adversaires et détracteurs de Benno, ainsi que ceux des Assises et voire du M23 ont le sourire aux lèvres. Vont-ils éclater de rire ? La réponse à cette question dépend du sursaut ultime de Benno dans sa globalité et chacun assumant ses responsabilités dans les plus brefs délais. 
 
 
 
A bon entendeur salut ! 
 
 
 
 
 
Mandiaye Gaye 
 
Gaye_mandiaye@hotmail.com 
La marche de Noël ! 
L’acte que Malick Noël Seck vient de poser nous renseigne davantage sur un certain dérèglement des mœurs sociales et politiques à la veille des échéances électorales prochaines qui devraient sûrement permettre une redistribution des cartes, une circulation de l’élite politique, économique et sociale, ou peut-être, donner une alternance générationnelle dans l’élite politique ! Mais, quelle qu’en soit sa raison, on peut être certain que l’acte, analysé dans son fond, est à la fois contemporain et solidaire de quelque perturbation liée à la nature de la présente Constitution. C’est ainsi que jamais le nombre des attaques et des remises en question contre les règles régissant la compétition ne cesse de croître dans un contexte pré-électoral où les différents acteurs ne sont pas d’accord sur l’essentiel ! 
 
Par ailleurs, doit-on dire, si la violation est répréhensible, la sanction qui en est son remède ne l’élimine pas ! Encore que l’acte posé par Malick N. Seck, loin d’être un simple outrage à magistrat, traduit un décalage entre les libertés et les ambitions des acteurs d’une part, et de l’autre, l’absence de confiance qu’une partie des acteurs qui participent à la compétition pour l’exercice du pouvoir nourrit face à la Constitution. De quoi il est question ? Comment en est–on arrivé là ? Quel rapport entretient le M23 avec la ‘Constitution de Maître Wade’ ? 
 
Aujourd’hui, tous les acteurs engagés dans la compétition pacifique pour l’exercice du pouvoir butent devant la principale charte qui organise cette compétition. Les premiers, tenants du pouvoir, soutiennent que le Président sortant a droit à une troisième candidature, ils se fondent sur la Constitution. Les seconds, regroupés dans l’opposition et le M23, soutiennent que l’actuelle Constitution ne donne pas le droit à l’actuel Président de se représenter lors de la prochaine élection présidentielle au Sénégal. 
 
J’interviens alors dans ce débat, non en partisan des cours et tribunaux, car cela n’aide pas à avancer la question. J’interviens au forum pour relater l’esprit d’après lequel le commanditaire de la Constitution, en l’occurrence Me Abdoulaye Wade, secrétaire général du Parti démocratique sénégalais, a proposé les règles du jeu. Pour en parler, je me fonde sur la loi scientifique qui dit que ‘l’intention précède l’usage !’ 
 
En fait, le Président Wade serait dans deux types de schémas lorsqu’il proposait les règles fondamentales de la compétition ! Il pouvait choisir de le faire en concertation avec tous les acteurs intéressés par les règles du jeu dans l’esprit que le principe de la démocratie n’est pas la vertu mais le compromis ! Ou, au contraire, ne le faire qu’avec ses seuls partisans en invoquant, cette fois-ci, la morale gaulliste qui dit que la gloire ne se partage pas ! 
 
Nous pensons que le maître se serait drapé de ce second esprit pour proposer les règles du jeu ! Pour vous en convaincre, nous allons ouvrir le livre que Me Wade a publié en 2007 sur Les mathématiques de l’analyse économique moderne où il montre clairement à la page 626 l’esprit dans lequel il a fait rédiger la présente Constitution. En effet, le maître pouvait choisir de rédiger la Constitution dans l’esprit suivant : ‘Un jeu est un ensemble de règles et de conventions qui déterminent les rapports entre un certain nombre de joueurs, à partir de la situation que chacun d’eux crée, par le choix indépendant qu’il effectue en fixant son propre rapport avec la base matérielle. Un jeu a toujours une base matérielle : une ou plusieurs pièces de monnaie, cartes, etc. En plus de la base matérielle, il comprend des conventions qui définissent le mode d’appropriation de la valeur du jeu. Ces règles doivent être fixées d’avance, sinon on n’est en présence d’un jeu… ’. Dans cette optique le compromis serait de rigueur. 
 
Mais sachant que, si les règles sont établies dans cet esprit, il n’aura pas de grande chance de s’approprier de la valeur du jeu. Il a entrepris progressivement et méthodiquement de s’écarter de cette voie au profit d’une seconde. Maître poursuit sa pensée dans la seconde séquence du texte tout en mettant en exergue son esprit du jeu politique, il dit :’ …Si le poker est un jeu, le poker dit coréen est un jeu de dupes. Dans ce jeu, une personne J1 met sur la table une pièce de monnaie, disons un franc, et demande à une autre personne J2 de faire la même chose. Ainsi, la mise est de deux francs. J1 demande à J2 : ’dites un chiffre’. J2 dit, par exemple, 150. J1 dit 151 et s’empare de l’enjeu. J2 découvre seulement alors qu’il a été dupé, puisque la règle d’appropriation de l’enjeu n’était pas fixée d’avance. En effet, à tous les coups J1 gagnera, puisqu’il lui suffira, chaque fois que J2 dit un chiffre, de dire un chiffre supérieur, fixant ainsi, a posteriori et de manière unilatérale, la règle du jeu ’. C’est dans ce dernier esprit que Me Wade a voulu rédiger ‘sa Constitution’, car étant le seul à comprendre et à connaître les dits et les non-dits du texte. 
 
Depuis qu’il a changé de nouveau la durée du mandat présidentiel à 7 ans, j’ai compris qu’il voulait égaler le temps que messieurs Senghor et Diouf ont passé à la tête de l’Etat qui est de 20 ans pour le premier et de 19 pour le second. Et lui, s’il est élu en 2012, il aura ainsi : 7ans+5ans +7 ans = 19 ans. Me Wade avait alors des intentions inavouées de conservation et de transmission du pouvoir. Pour arriver à ses fins et laisser le pouvoir à son parti pendant 50 ans, comme il l’a souhaité d’ailleurs, il choisit de jouer au Poker dit coréen ! 
 
Wade est un grand joueur de Poker coréen, depuis qu’il a accédé à la magistrature suprême au Sénégal, il a transformé tous les espaces culturels et symboliques en jeu politique où le champ politique est la variable qui structure les autres espaces ! 
 
En effet, Me Wade pensait déjà à cette troisième candidature lorsqu’il rédigeait la Constitution. Pour dévoiler son jeu, il s’est arrangé à pousser hors du pouvoir tous ses alliés et partenaires qui pouvaient lui disputer le même degré de légitimité du régime de l’Alternance. Pour réussir dans son jeu, après avoir écarté tous ses alliés ayant participé considérablement à son accession à la magistrature suprême, maître s’inspire de la leçon contenue dans Le Prince de Nicolas Machiavel qui enseigne ce qui suit : ‘ Les princes, et surtout les nouveaux, ont trouvé plus d’avantage et de fidélité chez les hommes qui paraissaient suspects au début de leur règne que chez les alliés de la première heure. Si ces suspects ont besoin, pour se maintenir de l’appui du prince, il pourra très facilement les gagner à sa cause. Ils le serviront alors avec d’autant de zèle qu’ils se sentiront plus en devoir d’effacer la mauvaise opinion qu’il avait d’eux en son début. Ils lui rendront ainsi plus de services que des amis trop assurés, qui songeront moins à ses intérêts qu’aux leurs propres’. 
 
Maintenant que tous ceux qui pouvaient entraver son entreprise ont été dégagés, il refuse d’être sagement conseillé par ses pairs et fait tout pour les intimider. Je crois qu’il n’ignore pas également qu’un prince qui manque de sagesse ne sera jamais sagement conseillé. Les bons conseils, d’où qu’ils viennent, dit Machiavel, procèdent toujours de la sagesse du prince, et non la sagesse du prince de ces bons conseils. 
 
Pourquoi la Constitution prête à équivoque ? Une Constitution est le socle sur lequel repose la collectivité, elle est l’âme de la société, elle doit être aimée par tous ceux qui l’ont votée, la valeur essentielle d’une Constitution d’où qu’elle vienne, est-elle d’être acceptée comme évidente par ceux qui la connaissent ou la subissent. Ensuite, l’efficacité de la Constitution repose sur sa capacité à garantir les libertés et avoir un ancrage sociologique. (A suivre) 
 
Dr Hadiya TANDIAN 
À propos de la justice des hommes 
« À Malick Noel Seck 
 
Ceux qui choisissent de souffrir pour les autres, grandissent et font grandir les autres. 
Souffre, meurs en martyre s’il le faut mais ne te plains jamais». 
 
Je ne suis ni juriste ni magistrat, mais s’il m’était donné l’occasion de dire le droit et ou de rendre la justice au nom de mon Peuple, je l’aurai fait – l’un comme l’autre - en toute équité. Cela veut dire tout simplement que je ferai en sorte que chaque citoyen de mon pays se retrouve convenablement sur le contenu des copies que je leur rende à chaque opportunité. 
 
Je sais que notre cousin Ivoirien Paul Yao Ndré est un constitutionnaliste reconnu, car il en aurait appris la matière - et peut-être même plus - là où les nôtres l’ont fait. Mais cela ne l’a pas empêché de mettre la RCI en feu pour les simples beaux yeux d’un Gbagbo au pinacle de la déchéance. Il s’est allié à Gbagbo au détriment de la Démocratie, de son Peuple, de sa Nation et de la République parce que personne ne l’aurait alerté au moment opportun du danger guettant obstinément les siens. 
 
Je sais aussi que les Institutions ne sont en réalité que ce qu’en font les hommes chargés de les animer. Elles ne sont fiables et viables que si les hommes qui les incarnent ont les mains propres mais surtout les mains libres. Je veux dire par là qu’un corrompu, qu’un talé, qu’un assujetti ou un parachuté ne saurait diriger qu’une Institution gauche et décriée. En effet, une impression n’est pas une certitude ; elle ne doit surtout pas en avoir le poids mais de nombreuses impressions qui se recoupent trop souvent nourrissent et fondent les certitudes. En termes plus clairs, autant les hommes chargés de nous administrer la justice donnent l’impression d’être inféodés aux tenants du pouvoir, autant le Peuple se détourne de cette même justice des hommes en lui retirant inévitablement sa confiance. 
 
Je suis aussi de la secte des réalistes de ce pays qui pensent effectivement que notre pirogue nationale tangue dangereusement de plus en plus et puis pire encore, s’approche imprudemment chaque jour un peu plus des tourbillons inhérents aux eaux troubles dues à la confrontation civile et au chaos général. Parce que justement le Peuple dans sa quasi-totalité ne se retrouve point dans ses Institutions que conduisent à son goût des hommes auxquels il n’accorde que très peu sa confiance. Et c’est là, où réside le gros du problème Sénégalais à quelques encablures des présidentielles de 2012 ; les élections de tous les dangers. 
 
Je sais aussi que tout le Peuple attend le Conseil constitutionnel sur la validité ou non de la candidature de Wade. Pour ma part, comme pour tous les républicains de ce Pays, il n’y a même pas débat : Wade est hors-jeu. En recherchant avec ses ouailles coûte que coûte le mandat de trop, il met le Peuple entier sous pression et pousse ainsi inexorablement les uns et les autres à la faute et aux maladresses. C’est dans cette optique, c’est sous cet angle que nous allons lire la peccadille qui vaut aujourd’hui à Noël Seck une condamnation de deux ans de prison. 
 
Je sais aussi que le jeune Noël Seck n’a été que le porte-parole, le porte- étendard de tous les défenseurs de notre Constitution. Il est aujourd’hui puni pour l’avoir malhabilement été. Un pouvoir despotique aux abois ne laisse jamais passer la moindre occasion de faire peur, de museler ou de bâillonner les moindres contestataires. C’est ce que les enseignants de tous les pays appellent la « Pédagogie par l’exemple ». 
 
Je suis de ceux qui pensent que la justice n’est pas simplement une somme de châtiments. Les lois ne sont pas uniquement faites pour brimer, pour mater les citoyens. Assurément non ! Autrement, elles (ces lois) seraient plus criminelles que les forfaits qu’elles essaient de juguler, d’asphyxier. La justice doit effectivement se lire et se dire à l’échelle humaine ; elle ne peut être un objet bourreau, un instrument de torture pour ceux qui ont la « malchance de penser, de dire ou de faire » autrement que les plus forts. Quand les citoyens ont le sentiment que la Justice, leur justice leur échappe pour s’allier au plus offrant (ici le plus puissant car planant au dessus des rouages de l’Etat), ils s’en offusquent d’abord, ensuite se braquent contre elle et enfin ils ne lui accordent plus ni leur confiance ni leur respect. Ce qui est légitime du reste car le Peuple est au-dessus de Tout. 
 
Il ne peut y avoir une justice à plusieurs vitesses pour un même Peuple car elle est dite – la justice – au nom de ce même Peuple. Nous savons tous que les criminels, nos criminels sont ailleurs et qu’ils vivent en nabab en nous narguant en toute impunité. Le dire, ce n’est pas manqué de respect au Procureur de la République ! Ce sont les précédents hors du commun et que l’on voit impunis ou peu punis qui nous le font dire : c’est comme si notre procureur de la République ne s’autosaisisse que de ce que – en haut lieu - l’on a voulu qu’il s’autosaisisse. Le saccageur des journaux comme l’AS n’a jamais été inquiété, les prédateurs de nos deniers publics vaguent à leur occupation sans gêne aucune, le pyromane des tribunes du meeting du PS à Thiès s’en tire avec une peine légère parce que l’on a senti qu’il fallait lui épargner la cour d’assises comme il se devait, le présumé assassin de Malick Ba de Sangalkam est comme protégé contre les rigueurs de la loi, les meurtriers de Maître Babacar Sèye sont libres comme le vent et leurs commanditaires « bunkerisés » par une loi d’amnistie etc.. 
 
Dire que les citoyens de ce pays sont inégalement traités devant la justice ne signifie pas que l’on manque de respect à nos magistrats. « Dëgg kaani la, kumu dugg say gët nga toxoñu » dit le Wolof. Les citoyens que nous sommes sont dans le regret de constater que les peines ne tombent que sur ceux qui sont en dehors du pati au pouvoir et de ses alliés ou sur les journalistes pour lesquels la Dic est d’une promptitude suspecte. 
 
Les hommes de droit parlent de récidiviste lorsqu’un présumé coupable présente des précédents, plusieurs précédents presque similaires. Alors on lui propose une sanction plus sévère parce qu’il ne peut aucunement prétendre à des circonstances atténuantes liées à la confiance du juge. De la même manière, le Peuple ne peut accorder sa totale confiance aux Hommes de droit qui ont des précédents, beaucoup de précédents qui ont milité à son désavantage. Le traitement fait des listes forcloses de Ndindy et de Ndoulo et du cas de Mbane, lors des dernières locales, ne plaident point en faveur de certains magistrats, particulièrement de celui qui dirige actuellement le Conseil constitutionnel. Les décisions rendues en son temps, avaient heurté plus d’un parmi les citoyens et elles constituent de fait un lourd tribut à assumer pour ce magistrat. 
 
Il est vrai que chaque citoyen doit le respect aux Institutions et aux hommes qui les incarnent. Mais je vous dis aussi que le Président Wade n’est pas au- dessus des lois car – comparativement aux autres citoyens - il a plus de devoirs que de droits. Il s’est permis de douter d’un arrêt du Conseil constitutionnel et par écrit s’il vous plaît sans que cela n’émeuve qui de droit. Il s’est permis de nous dire que Seul Dieu pouvait l’empêcher de briguer un troisième mandat : ceci constitue soit une menace, soit un désaveu pour le Conseil constitutionnel. À ma connaissance, personne ne s’est braquée pour que « force reste à la loi ». 
 
Wade a beaucoup souffert entre 1988 et 1993 de certains magistrats carriéristes. Aujourd’hui l’histoire les a rattrapés ! Le traqué d’hier est aujourd’hui le faiseur de roi. Tous avaient accouru dès les premières heures de l’alternance pour faire acte d’allégeance et pour faire leur mea culpa ! Qu’il est bon pour un despote de tenir entre ses mains des pantins repentis ! 
 
 
 
 
 
Amadou Fall 
 
Enseignant à GUINGUINEO 
TEL : 775457544/766887279 
 
Zemaria64@yahoo.fr/zemazia64@hotmail.fr 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 5.11.2011
- Déjà 5206 visites sur ce site!