ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

La fin de l’exception sénégalaise

 
La fin de l’exception sénégalaise 
 
Pendant longtemps, le Sénégal fort de ses traditions démocratiques et riche de ses réflexions doctrinales tissées au cours de son histoire et perpétuées après son indépendance, a fait école et exception en Afrique. On parlait partout d’un modèle sénégalais, fondé sur le dialogue, le consensus et la tolérance, et dont la réussite résidait beaucoup dans le comportement vertueux et ingénieux de son peuple et de ses dirigeants. Ce pays que nous chérissons tant et qui se distinguait alors dans l’Afrique par un caractère curieusement personnel est devenu malheureusement plein de contrastes : son système institutionnel s’est affaissé, l’éthique de conviction et de responsabilité a disparu, l’esprit sengho rien d’organisation et de méthode s’est éloigné. Bref, l’excellence, cette notion qui a révélé le Sénégal au monde entier notamment à travers le triptyque : éducation-culture-diplomatie, a cédé la place à une sédimentation de l’inacceptable dans notre République et sa démocratie.  
Nos amis africains et européens nous le disent. Sans doute, les traits les plus gros et les plus simples échappent aux gens du pays. C’est bien le symbole du malaise d’une République tombée sous les sarcasmes des prosélytes à la démocratie, au pluralisme politique et au respect des libertés individuelles et collectives. Le Mali et les Iles du Cap Vert, pays limitrophes, sont en mesure aujourd’hui de nous montrer la voie de la bonne gouvernance. « Ne pas rire, ne pas détester, mais comprendre » comme disait Spinoza. Comprendre comment nous en sommes arrivés-là ? A ce Sénégal qui flotte sans repère, sans cap, devenu un Etat sans personnalité, sans le moindre éclat et où les Sénégalais vivent au jour le jour dans une vie terriblement quotidienne, dans une sensation d’incertitude marquée, étant de plus en plus anxieux de connaître où ils vont, ne se lassant pas de s’interroger sur les lendemains possibles. 
En ces temps troublés où les horizons se dérobent, ce moment d’équilibre que constitue ce que nous appelons la sagesse, devant être signe et sens, voilà qu’un Chef d’Etat tient des propos condamnables sur une communauté religieuse. Tout ce qui heurte profondément le Sénégal dans son histoire, la société sénégalaise dans sa volonté du vivre-ensemble et la Ré publique dans sa cohésion nationale. Affirmer que la religion est un sujet délicat n’est pas une nouveauté. Il s’agit juste d’une confirmation. Car nous savons qu’elle demeure le terreau fécond de la division, l’accélérateur de la violence, d’où la nécessité de faire attention à ne pas froisser les personnes dans leur intimité confessionnelle ou confrérique, dans leur croyance. Au-delà de nos appartenances politiques ou religieuses, le Sénégal est une idée qui s’incarne dans la volonté de vivre ensemble avec un projet et une histoire. Cela requiert un fonds commun : l’attachement à la communauté nationale, à la dignité de la personne, à la survie de la société et des libertés, quels que soient les changements de majorité politique. Si notre pays a su jusqu’à maintenant rester un havre de paix, il le doit beaucoup à l’intelligence et à la vigilance de tout un peuple. Ainsi, le moindre renoncement à ces principes pour rait nous faire reculer à l’échelle du continent. Lorsqu’on a des valeurs communes, on doit construire et partager ensemble. 
Le Sénégal est devenu surréaliste 
Fort heureusement, les Sénégalais n’ont pas perdu leur capacité d’indignation, à savoir leur part d’humanité devant de telles déclarations. Des paroles profondes ont été prononcées pour dire : « trop, c’est trop… ». Sommes-nous pour autant réduits à rappeler au Lauréat du Prix Houphouet BOIGNY, à celui qui est censé garantir notre unité nationale et la cohésion sociale, porter la parole de la République dans d’illustres enceintes internationales qu’il se doit au moins d’avoir une attitude irréprochable dans ses interventions. A vrai dire, le style du Président Wade est incompatible avec les institutions. On devinait déjà que l’esprit fonctionnait en arborescence : une idée en amène une autre, les récits s’emboîtent les uns dans les autres. Personne ne sait plus alors dans quel espace inscrire la politique et dans quel temps l’exercer. Au surplus, il s’expose directement du fait de sa méthode de communication davantage horizontale que verticale. Il a besoin du conseiller qui se refuse à le flatter au péril parfois de sa vie, de l’ami qui lui dit ce qu’il n’aime pas entendre ou du citoyen qui, comme sous l’agora, n’a pas peur de dire ce qu’il pense. Rien ne l’empêchera, s’il le désire, de faire sienne aussi, cette sagesse bien de chez nous : « Le silence mûrit l’homme et la parole le révèle. » 
La vérité est trop sévère : le Sénégal est devenu surréaliste, il ressemble trop souvent à un théâtre de boulevard, où la politique ne serait plus qu’une comédie. Voilà que des années le pouvoir y alterne tous les rôles, même le plus inimaginable : l’affaire SEGURA. Le public d’abord amusé attend désormais qu’il n’en interprète plus qu’un : celui de gouverner avec sérieux et respect. Si le Sénégal est tristement arrivé à ce niveau, sans doute que nous avons été trop frileux à l’égard d’un régime trop informel qui a pris tant de liberté avec la Constitution et les lois, l’i- dée de méritocratie et l’esprit de tolérance. Quelle force peut donc avoir la Nation quand ceux qui la commandent, mettent leur vanité et leur agressivité à se séparer d’elle, bien décidés d’avance à ne pas se soumettre à la volonté gé nérale, piétinant tout pour pouvoir imposer une culture de peur et de mépris. 
Le vrai problème est le rêve du guide qui le guide lui-même. Cette démesure que de GAULLE appelait « la passion d’étendre coûte que coûte, sa puissance personnelle au mépris des limites tracées par l’expérience humaine, le bon sens et la loi. » Nous avons en effet le sentiment, de jour en jour, que le pouvoir ne maîtrise plus ses irritations dès lors que le doigt est mis sur la question de « la dévolution successorale » ou le monument de la Renaissance africaine. 
Il faut dire que dans un monde concurrentiel, on ne peut pas être compétent par onction. Seul vaille le suffrage universel. Les généraux de Bonaparte au pont d’Arcole ou sous les pyrami- des n’étaient guère plus âgés que lui. Mais les fils de personne avaient fait la guerre, la vraie, celle où on se risque sa peau. D’autre part, le Président porte seul comme d’habitude ses projets. Le monument de la Renaissance africaine n’échappe pas à cette philosophie. Aujourd’hui, un homme assume de plus en plus dans ce pays toutes les fonctions de l’esprit, se chargeant de notre bonheur, de l’ordre, de la puissance, de notre avenir Il est devenu le seul possesseur de la plénitude de l’action, absorbant toutes les valeurs dans la sienne. Le peuple sénégalais n’étant là que pour recevoir l’action sans en être en tous points les collaborateurs. Il ne s’agit ni plus ni moins que de ravaler nos concitoyens à la condition d’instruments pour mieux disposer d’eux, quelle que soit leur valeur, leur compétence, allant jusqu’à ignorer que toute politique, même la plus grossière implique une idée de l’homme et une idée de la société Les passions coûteuses, on leur sacrifie tant de choses qu’il faut parfois des années pour payer le prix de ce qui n’était qu’une irrésistible fantaisie. 
Il faut savoir partir quand le moment est venu 
L’histoire est un cycle et que nous sommes parvenus à la fin de ce cycle ouvert par l’alternance en 2000. Le moment n’est-il pas venu d’avoir l’élégance de partir juste avant d’être tard ? Il est désormais devenu urgent de tourner la page de ceux qui abîment l’intérêt et le prestige du Sénégal, pour redonner au pays, son rayonnement, lui permettre de redevenir ce qu’il ne de vait jamais cesser d’être en Afrique : un modèle et une exception. Nous sommes en tout cas nombreux à demeurer convaincus que le Sénégal est résilient. Notre pays est capable de se redresser et se reconstruire. 
Pour cela, il lui suffirait avant tout d’avoir un projet global, cohérent et sérieux, porté par un patriote rassembleur et rassurant, qui a de la compétence, de l’expérience et de l’endurance, qui a une densité et une vision. Les conclusions des Assisses Nationales constituent certainement une bonne dynamique pour la transformation et la modernisation du Sénégal. Il n’en demeure pas moins que chaque compatriote, à son heure, doit faire ce qu’il peut, ajou- ter sa pierre à l’édifice et avoir les valeurs que d’autres, après lui serviront pour que notre pays ne décline. 
Il est encore temps de revenir à une perception d’une République sereine et consensuelle, d’une République fraternelle qui n’a pas peur d’elle-même, ni de son avenir, ni de ses talents, ni de son envergure. Une République démocratique, vertueuse, humaniste, plus grande, plus forte, plus sûre d’elle-même puisqu’elle aurait plus rassemblé que divisé tous ses enfants. 
Auteur: Mamadou Diallo  
 
 
 
 
Benno Siggil Senegaal crie au hold-up  
Écrit par IBRAHIMA DIAKHABY (Stagiaire)  
Mercredi, 17 Février 2010 20:08  
La conférence des leaders de Benno Siggil Senegaal s’est prononcée sur la révision des listes électorales qui est ouverte sur l’étendue du territoire national, dans la période du 1er février au 31 juillet 2010. Pour ces opposants, Wade prépare un hold-up électoral. 
La révision des listes électorales a démarré depuis le 1er février dernier sur l’ensemble du territoire sénégalais. Mais à voir comment les choses sont en train de se dérouler, les leaders de Benno Siggil Senegaal sont convaincus que «Wade est en train de dérouler son agenda qui consiste à préparer un hold-up électoral inédit, sans commune mesure avec ce qui s’est passé le 25 février 2007». Cette opération de révision des listes électorales constitue la première étape d’un long processus qui s’achèvera avec l’élection présidentielle de 2012, «dont tous les observateurs s’accordent à penser qu’elle va déterminer, de façon décisive, le cours politique du pays». Selon l’opposition, les délais requis par la loi pour informer les partis politiques du démarrage des inscriptions sur les listes électorales le 1er février 2010 n’ont pas été respectés. Les leaders se fondent, en effet, sur l’article 18 du Code électorale qui stipule clairement «au plus tard, vingt (20) jours, avant le début de la révision des listes électorales, les autorités administratives compétentes instituent, par arrêté, les commissions d’établissement et de révision des listes électorales, et précisent les horaires ainsi que les lieux où elles doivent siéger… Elle informe les parties politiques de la date du démarrage de la révision en vue de leur représentation».  
En fixant, de façon unilatérale, à six mois la période de révision des listes électorales, Abdoulaye Wade a, de l’avis de Benno, «violé l’esprit de consensus qui a guidé, depuis 1992, l’élaboration et la révision du Code électoral». D’où l’exclusion de la quasi totalité des partis du processus électoral. La conférence des leaders ne s’arrête pas là, puisqu’elle relève «une inquiétante et curieuse coïncidence entre la période choisie pour la révision ordinaire des listes électorales, le lancement de la vente des cartes de membre du Pdsl et des opérations d’identification des groupements de promotion féminine, initiées par le ministère de la Famille dans les préfectures et sous-préfectures». Les autres suspicions portent sur les difficultés liées à l’obtention de la carte nationale d’identité numérisée, l’organisation des audiences foraines depuis plusieurs mois sans aucune publicité et l’inscription de non-Sénégalais sur les listes électorales pour la Présidentielle de 2012. Toutes choses qui convainquent Benno Siggil Senegaal que Wade prépare une vaste fraude électorale. 
Recommandations 
Bennoo exhorte, par conséquent, Me Wade à procéder, dans les meilleurs délais, à «la désignation d’une personnalité indépendante, consensuelle et équidistante des partis politiques pour conduire et présider les travaux d’une commission de révision de notre système électoral». Les leaders exigent aussi l’audit du fichier par des experts indépendants «en vue de le fiabiliser et de le débarrasser de tous les pièges qui l’ont miné et obstrué sa transparence». Ils en appellent à la mobilisation sans faille des militants sur le terrain, à l’inscription massive des Sénégalais et convient toutes les forces vives de la Nation «à se mettre en ordre de bataille pour construire une force capable de faire face à Wade, qui ne reculera devant rien pour faire aboutir son projet de dévolution monarchique du pouvoir au profit de son fils». Cela passe, disent-ils, par l’impérieuse nécessité de «la mise en place dans les meilleurs délais d’un puissant et vaste Front national pour la régularité et la transparence des élections 
 
 
 
Changer pour périr  
II - Toute la classe politique est interpellée et le Pds ou Pds/L en tête 
 
 
Comme s’il n’y avait pas de répit, l’année 2010 commence déjà elle aussi avec son concert de polémiques sur certains dossiers sensibles qui préoccupent nos concitoyens. Chaque matin, l’opinion publique est secouée comme par un coup de grisou, avec une récurrence inquiétante. Cette situation est d’autant plus préoccupante qu’elle s’oriente, comme une grosse vague d’un tsunami, vers ce que notre pays a de plus précieux : son équilibre ethnico-confessionnel. Pour cette raison, et particulièrement pour celle-là, nous devons changer ; et cette obligation de changement concerne les politiciens et en premier lieu ceux de la coalition au pouvoir.  
Changer, c’est d’abord veiller scrupuleusement au maintien de l’équilibre et l’harmonie entre les différentes confessions, confréries et ethnies qui composent notre Nation. C’est cela qui a fait la particularité et la force du Sénégal depuis plusieurs siècles  
Changer, c’est travailler au maintien d’un équilibre social avec la mise en œuvre du ‘Trickle down effect’ pour que les fruits de notre croissance économique issus des efforts de tous soient profitables à tous et pas seulement à une classe de privilégiés bureaucratiques.  
Changer, c’est faire preuve d’humilité, de respect à l’endroit des citoyens et contribuables qui doivent être les premiers bénéficiaires de nos politiques économiques ; c’est revenir au projet issu de nos 25 années d’opposition et que les Sénégalais ont fini par comprendre et adopter pour s’engager à nous porter au pouvoir le 19 mars 2000 par la grâce d’une révolution tranquille et responsable : l’alternance  
Changer, c’est rectifier les déviations survenues quelques années après cette date mythique par le truchement d’une transhumance non sélective qui a hissé au podium de la gloire la plupart des vaincus socialistes que le peuple sénégalais avait vomis.  
Changer, c’est revenir aux valeurs libérales et sociales qui avaient convaincu nos citoyens que le projet du président Wade et de ses alliés de la coalition Alternance 2000 allait modifier positivement le visage du Sénégal et de l’Afrique ; valeurs entre temps malmenées et mal comprises par certains Sénégalais au point d’être perçues comme des vices, comme une maladie honteuse que nous portons sur le front : Ah ces libéraux !! s’exclame-t-on partout dans les bus, les lieux publics et dans les colonnes des journaux.  
Changer, c’est identifier et remettre à leur place tous ces virus qui, attirés par les saveurs et les senteurs de l’alternance, se sont accaparés du président Wade, jetant par endroit le discrédit sur ses projets, malgré leur pertinence.  
Changer, c’est continuer cet apaisement et cette quête de concorde dans les relations entre le pouvoir et les différentes composantes de notre Nation (presse indépendante, société civile, Ong, confréries, etc.), afin que les questions qui préoccupent nos concitoyens fassent l’objet d’une concertation responsable et non le prétexte d’une guerre des étoiles inutiles par médiats interposées.  
Changer, c’est arrêter toutes ces cérémonies mondaines ostentatoires sponsorisées par une caste de politiciens de notre famille en mal de popularité qui envahissent les salles du Sorano, du Méridien, du Cices, les stades omnisports se payant des drapeaux et des parrainages à coup de millions, aux origines souvent non avouées et dépassant visiblement les revenus légaux de leurs auteurs.  
Changer, c’est donner des signaux forts dans le sens de la bonne gouvernance en imposant aux hommes politiques une déclaration publique de patrimoine consignée aux greffes de nos tribunaux, avant d’obtenir un récépissé de parti politique, un certificat de recevabilité de candidature à une élection ou de prendre une fonction publique de ministre ou de Directeur national.  
Changer, c’est instaurer un véritable débat positiviste sur les grands projets tel que le Monument de la renaissance africaine. Dans les grandes démocraties, tous les grands projets d’utilité publique à caractère économique, culturel, social, scientifique, etc., font l’objet d’un vaste débat plutôt objectif et non politicien. C’est cela qui permet d’en circonscrire les impacts sur l’environnement, la santé, la psychologie des citoyens et d’atteindre un consensus. Le Monument de la renaissance africaine est pertinent car, c’est le premier symbole qui pourrait être légué aux générations futures de cette longue lutte que le peuple africain a menée pour retrouver son unité et sa dignité. Certes, les précurseurs du panafricanisme : Marcus Garvey, Sylvestre Dubois, PadMore, Kwamé Nkrumah, Cheikh Anta Diop ont laissé des écrits, mais aucun d’entre eux n’a eu la chance d’ériger un Monument qui non seulement serait une attraction touristique, mais pourrait également renfermerait un Musée où l’on pourrait collectionner et exhiber les vestiges de notre Histoire, prouvant que l’Afrique est le berceau de l’Humanité à qui elle a beaucoup apporté contrairement à ce que Hegel présumait.  
Mais l’absence de concertation a biaisé le débat sur ce Monument, qui prend des relents politico-confessionnels ; et nous voilà en pleine tourmente, en train de jouer avec la dignité de plus d’un milliard de Noirs du continent et de la Diaspora. Pourtant, ce projet aurait dû faire l’objet d’une levée de fonds à l’échelle africaine afin que le paysan de Tanzanie, du Lesotho ou du Burkina, au même titre que le pêcheur de Ouakam ou de Yoff, se sente en devoir d’y investir quelques sous issus de son activité.  
De même, que l’ouvrier noir américain devrait se sentir impliqué au point d’y envoyer quelques dollars issus de son labeur. Car il est question de nous tous et de personne d’autre que nous Africains. Et c’est cela qu’il faut faire comprendre à tous. Bien entendu, ce ne sont pas des hommes d’affaires véreux en quête de gain facile, qui devaient à l’origine s’impliquer dans le montage financier d’un projet si important. De quelle compétence se prévalent certains affairistes véreux pour s’impliquer dans le montage financier d’un projet d’une si haute portée historique et d’une si grande valeur culturelle ?  
Le Monument de la renaissance doit être le résultat de la rencontre d’un intellectuel avec d’autres intellectuels, des artistes, des historiens et des architectes de notre continent. Ce Monument ne doit jamais être perçu comme celui des francs maçons, des musulmans, des chrétiens, des juifs ou des païens, ni celui des Massai, des Wolofs, des Bantous ou de je ne sais qui encore ; il est le Monument des Africains du Nord au Sud, d’Est en Ouest, et ceux de la diaspora, toutes obédiences confondues. Nous devons refuser que ce débat soit biaisé par l’intrusion de vulgaires spéculateurs fonciers, faux financiers sans scrupules et plutôt connus juste pour leur goût prononcé pour l’enrichissement facile et rapide.  
Changer, c’est démasquer et neutraliser ce genre de personnage capable d’infiltrer et d’infecter tout projet d’utilité publique, économique, culturelle, etc, de prendre en otage toute une République. Aujourd’hui que notre continent s’apprête à célébrer le cinquantenaire de son indépendance, est-ce le moment d’hypothéquer dans un débat souvent stérile, voire même puéril, un projet aussi pertinent que ce Monument de la renaissance parce que justement, à l’origine, des virus ont travesti l’initiative.  
Changer, c’est procéder à un diagnostic sans complaisance de l’état de la démocratie, la bonne gouvernance et la liberté en Afrique après 50 ans d’indépendance. Oui, nous sommes indépendants depuis 50 ans, mais sommes-nous libres ? Liberté économique, liberté démocratique ! Et l’Afrique est-elle en train de renaître ? C’est là le vrai débat. Il est souhaitable que, pendant les activités commémoratives du cinquantenaire de l’indépendance des Etats africains, au courant de l’année 2010, les intellectuels, politologues et historiens du continent ne manquent pas de l’engager à fond.  
Si, le président Wade réussissait à imprimer sa vision et sa démarche à notre pays et tout le reste de l’Afrique avec la perche salutaire que constituait le Nepad, notre continent aurait pu, dans quelques années, relever la tête et regarder le reste du monde avec beaucoup plus de dignité. Mais hélas, certains sont en train de tout casser, de tout remettre en question. C’est dramatique !  
Et combien de décennies faudra-t-il pour construire un leader de la trempe de Wade pour le Sénégal et l’Afrique, au moment où le continent s’achemine lentement mais sûrement vers une panne de leadership. Ceux, qui par incurie ou/et insouciance nous ont plongés dans cette tourmente, devraient réfléchir un instant sur cette boutade de Hubert Beuve Méry, fondateur du journal Le Monde : ‘Il ne faut pas que nos moyens de vivre compromettent notre raison de vivre’ au lieu de s’entêter de croire que seule ‘la fin justifie les moyens’. Peut-être qu’il n’est pas trop tard pour revenir à la raison, comme disait Kant dans sa Critique de la raison pratique, en acceptant pour de bon sa morale : ’Il faut savoir traiter l’autre tel que tu voudrais qu’il te traite’. Sachons traiter notre Peuple avec déférence, respect et dévouement si nous voulons qu’il nous le rende dans les urnes à l’avenir.  
Donc ce qu’il faut changer de toute urgence, c’est la façon de faire la politique ; oui changer ou périr ! Toute la classe politique du pays est interpellée et le Pds ou Pds/L en tête. (Fin)  
Dr Mamadou Lamine BA Politologue  
Politique et confréries au Sénégal  
 
 
La population sénégalaise est à 95 % musulmane et la majorité des musulmans appartient à des confréries. De ce fait, il convient de dire que l'Islam au Sénégal est confrérique. Ainsi les confréries jouissent d'une légitimité populaire et, en conséquence, pèsent lourd sur le jeu politique du pays.  
Depuis l'accession du Sénégal à la souveraineté internationale, les chefs religieux en tête de confréries ont entretenu des rapports particuliers avec les dirigeants politiques et le constat est qu'à chaque compétition électorale, le candidat qui bénéficie de l'appui de ces dignitaires religieux sort vainqueur des élections.  
Les premiers khalifes généraux très imbus des valeurs républicaines ont su dépasser les considérations purement religieuses pour apporter leur soutien au candidat qui offrait le meilleur profil pour présider aux destinées de notre pays, quelle que soit la religion qu'il confessait. Pour être concret, on peut citer parmi eux Serigne Fallou Mbacké et Serigne Ababacar Sy qui, à leur époque, ont soutenu Léopold Sédar Senghor chrétien, au détriment de Lamine Guèye musulman.  
Les fondateurs de confréries ou de ramifications confrériques se vénéraient mutuellement et estimaient avoir la même mission. Ils avaient l'objectif commun qui consistait à éduquer les gens déjà convertis à l'Islam pour faire d'eux des musulmans parfaits, ensuite élargir les bases de l'Islam dans les milieux païens qui résistaient toujours à la propagation de cette religion ou vivaient encore dans le syncrétisme religieux entretenu à l'époque par la méconnaissance des préceptes de la religion musulmane par la majeure partie de ses adeptes.  
Le pouvoir temporel incarné par les politiques et le pouvoir spirituel incarné par les religieux ont toujours vécu de manière pacifique et complémentaire, chacun respectant le rôle qui lui est assigné et les attentes que le peuple sénégalais a de lui. Conscients de l'ascendant que les chefs religieux ont sur la majorité des Sénégalais, les hommes politiques n'hésitent pas de solliciter la bénédiction des dirigeants religieux afin de s'attirer les suffrages des citoyens lors de chaque élection. Cependant, cette instrumentalisation de la religion venant du régime en place pour s'éterniser ou de l'opposition pour accéder au pouvoir peut constituer un grand danger pour notre pays.  
Certes, le Sénégal peut échapper à beaucoup de facteurs qui ont fait éclater des pays en Afrique, en raison de la cohésion qui règne entre les différents segments composant sa société. En effet, plusieurs pays africains sont détruits soit par des conflits ethniques ou politiques, soit par des différends entre religions, ce qui n'est pas valable pour le Sénégal où les différentes ethnies se respectent et se considèrent comme des frères et sœurs appartenant aux mêmes ancêtres, où les hommes politiques ne bénéficient pas d'un engouement très fort des populations jusqu'à pouvoir les engager dans une guerre civile pour nourrir leurs ambitions personnelles comme cela se fait dans certains pays qui nous entourent. Et enfin les deux religions prédominantes, à savoir l'Islam et le Christianisme s'entendent à merveille. Par contre, les confréries constituent une poudrière susceptible de dégénérer à tout instant en un conflit généralisé si l'on n'y prend pas garde.  
L'explication de cette situation peut se rapporter au fait que les disciples appartenant aux confréries ne transigent pas sur les questions ayant trait à leur foi ou susceptibles de remettre en cause les acquis que nos vénérés guides nous ont légués et que nous avons l'obligation morale de sauvegarder. Chez nous, on a toujours tendance à se prévaloir de ce qu'on appelle l'exception sénégalaise. En fait, je ne peux pas nier cette réalité pour les particularités bien sénégalaises que je viens de citer en haut, mais cette exception a besoin d'être entretenue et renforcée pour qu'elle puisse perdurer le plus longtemps possible. Autrement dit, le trop d'optimisme peut nous amener à bafouer les principes fondamentaux pouvant nous permettre de ne pas tomber dans l'illusion et d'échapper au sort que beaucoup de pays de la sous-région ont connu.  
Les propos du ministre de l'Intérieur tenus à Touba à l'occasion du Magal 2010, qui ne méritaient pas aussi d'attention, ont fini par défrayer la chronique suite à la réaction musclée de Tivaouane par la voix de son porte-parole. Si on suit la logique purement républicaine, le ministre de l'Intérieur tenu d'être à équidistance entre toutes les sensibilités du pays ne devait pas parler de cette manière. Mais la déclaration qu'il a faite comme quoi Touba est la voie du salut ne devait pas déranger Tivaouane, vu les relations de sang et de foi qui lient les deux entités. D'autant plus que dire du bien sur Touba ne signifie pas le contraire sur Tivaouane. Il y a à signaler aussi que les autres foyers religieux n'ont montré aucune désapprobation par rapport à cette déclaration.  
Touba et Tivaouane doivent être vigilantes aux manigances politiques et refuser de constituer deux pôles antagonistes et hostiles l'un vis-à-vis de l'autre. Le pouvoir temporel et spirituel doivent continuer à cohabiter de façon pacifique, voire complémentaire et cela est possible si chacun est conscient de son rôle envers le peuple, notamment la prise en charge de ses préoccupations.  
Les politiques doivent éviter de tirer sur la fibre religieuse pour des motifs non républicains, les religieux aussi ne doivent pas marchander la volonté de leurs disciples pour des privilèges personnels. Quand le chef religieux donne un ndigueul (consigne de vote) en faveur d'un candidat, il doit ignorer les appartenances et mettre en avant les compétences et qualités, requises pour mener le pays à bon port.  
Fait à Dakar, le 16 Février 2010 Serigne Saliou FALL Jeune chef religieux à Touba Résidant à Dakar - Yoff Tél: 77 532-79-69 Email : junior_aide@yahoo.fr  
 
 
 
Retournons à Dieu et jetons un regard rétrospectif et critique sur le parcours de notre guide 
 
 
L'Islam nous a toujours enseigné qu'en bons croyants, nous ne devons rien attendre que de Dieu. C'est lui qui enrichit qui il veut et appauvrit qui il veut. C'est ce même Dieu qui blâme la jalousie et la rancune. C'est encore lui qui rétribue le bien ou le mal à la hauteur de la tâche (sourate Az Zal Zala). Dieu n'offre pas, il rétribue. Les foyers religieux ont brillé dans le firmament de la foi, chacun avec l'intensité de sa charge que seul Dieu peut mesurer.  
Nous, simples observateurs partisans, nous ne pouvons que constater le degré des retombées de la rétribution du Tout Puissant sur chacun des guides qui ont frayé un chemin dans la spiritualité. Ces guides n'étaient pas partis sur la même ligne de départ, n'ont pas subi les mêmes épreuves et ne sont pas arrivés au même moment. Une simple course d'athlétisme ne saurait garantir le même ordre d'égalité de chances. En plus de leur dévotion, nos chefs de confréries religieuses ont aussi prié pour le bien-être matériel de leurs foyers et le sort fortuné de leurs fidèles.  
C'est quand même curieux que ces mêmes fidèles, qui vantent les mérites du pouvoir mystique de leur chef de file, soient les premiers à être jaloux du confort des autres. Vouloir une chose et son contraire ne doit pas être le propre du parti de Dieu. Défendre le manichéisme et réclamer l'égalité des parts, le jour de le rétribution, me paraît incongru. Un croyant ne doit pas attendre plus de faveur de l'Etat que de Dieu. Réclamer de l'égalité dans un prétendu partage par les mains périssables d'un Etat revient à avouer ses propres faiblesses, à dénoncer ses propres lacunes et à faire son mea culpa.  
La Cigale et la Fourmi sont encore là, tout comme Le Lièvre et la Tortue ou Le Laboureur et ses enfants de Jean De Lafontaine. Méditons-les plutôt que de réclamer des parts servies sur un plateau d'argent. Mais le talibé est prompte à rendre grâce à son marabout quand le nectar coule de source et à accuser Satan quand son sort est infortuné. Retournons à Dieu et jetons un regard rétrospectif et critique sur le parcours de notre guide plutôt que de bander les muscles.  
Serigne Fallou DIENG Directeur de l'école PAZ Parcelles Assainies Unité 4  
 
 
APPEL AUX SÉNÉGALAIS : « La passion est la plus détestable des idoles adorées sur la terre. » Le Prophète Muhamad (Psl) 
 
Il y a lieu de s’intéresser à l’avenir de la gouvernance de l’ordre social national devant l’évolution citoyenne caractérisée, particulièrement, par une réduction significative de l’obscurantisme. Et une baisse notable, heureusement, de certains de ses corollaires comme le fanatisme et la passion. D’ailleurs, les événements survenus, entre le 24 décembre et le 31 décembre 2009, confirment, à suffisance, la délicatesse qui résulte de l’encadrement des rapports entre l’administration et les autorités du culte qui, selon toute vraisemblance, épousent une ligne nouvelle qui les éloigne de certains archaïsmes en pratique religieuse. Il est, même, très heureux et très réconfortant de noter le fait que des diktats ou des dirigismes sont, en train de tomber du fait des avancées en conscience citoyenne et, surtout, en patriotisme. L’antagonisme et la marginalisation qui semblaient éloigner le croyant du citoyen diminuent parfaitement. Sans nuire à la foi, à la conviction et, enfin, au respect des nécessités confrériques. 
Certes, l’accession à l’exercice de la souveraineté aura constitué, fortement, à rapprocher le citoyen du croyant sans aucune nuisance significative. Mieux, l’intégration citoyenne s’opère sans dérive. Aussi, l’affirmation de la pratique religieuse s’est rendue très vivace entre 1960 et 2009 avec une accentuation notable de la capacité des autorités religieuses sénégalaises. 
Donc, nos acquis en cogestion et en communion de la coexistence politico-religieuse auront enregistré, en cinquante ans, un niveau d’émancipation dont la linéarité et la positivité constituent, au demeurant, un patrimoine solide que rien ne saurait, au fil du temps, ébranler. Bien que certaines agressions ont entamé, gravement, l’essence ou l’esprit de cet acquis en question. Comment ne pas se réjouir de l’essence du système de sauvegarde citoyenne devant la persistance de dérives qui participent à la mise en panne de la cogestion des équilibres majeurs de l’Etat, de la Nation et de la République ? 
Il est utile de retenir le fait que l’Etat du Sénégal aura enregistré, dans la construction de l’Etat-Nation, un succès dans la cogestion des croyances religieuses. Avec la rigueur citoyenne. Sans détruire le citoyen. Par contre, une évolution non maîtrisée de certaines sensibilités a, quand même, ébranlé l’ordre civil national et entraîné, sans rigueur féroce, des décrispations sociales qui ont permis aux populations de consolider, sans état d’âme, leurs convictions religieuses. 
Notre histoire édifie les populations sur l’impact de la pratique politique au Sénégal. Où la cogestion du relationnel, entre les autorités religieuses et l’administration a eu à enregistrer, à leurs regrets, quelques convulsions qui ont failli dérégler l’équilibre institutionnel. Des chefs religieux ont créé des formations politiques, d’autres ont soutenu des leaders de l’opposition et d’autres, enfin, ont cherché soit le pouvoir ou à encadrer des indépendantistes. Certes, ils ont engagé des offensives qui ont menacé l’ordre, mais des solutions, passant par le dialogue, ont permis de déboucher sur des décrispations sociales très salutaires. 
Le Sénégal gère encore, aujourd’hui, avec intelligence et responsabilité, un irrédentisme avancé en Casamance. Mais le pouvoir manage avec souplesse et avec discernement pour que la paix ne soit victime de préjudice dommageable. Le cas Diamacoune Senghor, prêtre qui a gardé tous ses attributs jusqu’à son décès, a développé et promu un leadership à contours politiques et à essence confessionnelle. Mais n’a détruit, en aucune façon, la cogestion du relationnel entre l’Eglise et l’Etat. 
Pourtant, l’irrédentisme qui sévit en Casamance est bien pris en compte. Car le recours au dialogue citoyen, la gestion responsable de ses effets induits et la présence notable de cadres nationaux sénégalais d’origine casamançaise dans la haute administration, dans des positions de pouvoir et dans l’exercice de mandats parlementaires démontrent, avec éloquence, la volonté de l’Etat du Sénégal de consolider l’unité nationale et l’intégrité territoriale. 
Alors, pourquoi, au moment où notre souveraineté se prépare à célébrer ses cinquante (50) années, des vents de discorde soufflent sur le Sénégal ? 
Le Sénégal indépendant garde un double héritage. Le premier traditionnel et religieux, le second politique et citoyen. Cet acquis solide dont le socle reste la Nation, ne saurait être bradé par un quelconque confessionnalisme. Que ceux qui estiment, du fait de leur influence et de leur réputation, pouvoir y développer un prosélytisme se ravisent. Parce que le train de l’équilibre ou du juste milieu a démarré et notre souhait est qu’il arrive à l’heure. 
Il importe de rappeler aux autorités religieuses, politiques et administratives que les populations du Sénégal connaissent, avec une claire conscience, les limites du dédoublement citoyen et religieux. Et n’admettront, en aucun cas, que les patrimoines institutionnel, confessionnel, culturel soient, maintenant et demain, bradés ou détruits. Combattons pour la promotion de la démocratie participative sans violer, évidement, le contrat de confiance dans laquelle elle est soclée. 
Le pouvoir institutionnel gère les équilibres nécessaires à son épanouissement. Les forces confrériques s’expriment et ne développent aucun confessionnalisme. Et les populations, victimes d’une absence de symétrie entre leur économie et leur social refusent, à leur tour, de mettre en panne les mécanismes qui leur ont permis de réussir, à la fois, coexistence citoyenne et communion religieuse. La conjoncture et le futur nous condamnent à produire un génie qui rendrait le croyant citoyen moins dépendant, moins stressé, moins victimisé, enfin moins vulnérable. Pour, d’abord, combattre l’inégalité sociale, l’enrichissement illicite et éradiquer, ensuite, le bluff, la propagande et la stigmatisation. 
L’heure n’est plus au suffragisme, au prosélytisme et à la démagogie quels que soient leurs théologues en turban, en soutane ou en costume. Mais elle reste, au demeurant, à la construction d’une modernisation économique et sociale capable de réduire, à moyen terme, les liens de dépendances du citoyen et de libérer le croyant soucieux de réaliser un futur avec espoir et espérance. 
Négocier le virage de l’émergence pour la modernisation économique et sociale exige, de toutes les populations du Sénégal, un nationalisme sans archaïsme, une générosité totale et une conviction religieuse au seul service de la foi et de leur émancipation. L’Etat, la religion et autres obédiences sont, en fait, des ingrédients mis en action pour atteindre une humanisation sociale qui soit en mesure de permettre, désormais, au citoyen croyant de s’épanouir sans risque d’insécurité humaine. 
Il est temps de signaler, avant de terminer ce présent appel, le fait que les citoyens invitent les autorités administratives à tenir compte du niveau de leur conscience politique collective qui n’entend plus céder devant l’escalade du populisme et de la démagogie. Ce même appel est lancé en direction des autorités religieuses afin qu’elles se rendent compte du niveau très élevé de la conscience individuelle des croyants qui refusent de devenir des satellites. Le bluff et l’obscurantisme sont morts avec le fanatisme. Cependant, leur croyance est mise au service de la citoyenneté et du patriotisme ouvert. Alors que leur nationalisme est, à son tour, à la disposition de la foi pour bien respecter les nécessités induites par leur adhésion aux préceptes d’Allah et au message du Prophète Muhammad (Psl) pour nous les musulmans. 
Wagane FAYE 
Professeur d’Anglais 
Coordonnateur des cadres du F .A.P 
Vice Président de la Commission des Cadres et Experts de la CAP21 
E-mail : HYPERLINK "mailto:waganecoumbasandiane@gmail.com" waganecoumbasandiane@gmail.com 
 
 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 18.02.2010
- Déjà 5417 visites sur ce site!