ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Faillite ou sabordage du système de santé au

Faillite ou sabordage du système de santé au Sénégal : les responsabilités ? 
La santé va mal et nos établissements de santé sont tous en quasi faillite. Pourtant, le Sénégal possède tous les atouts pour un service efficient. Mais hélas un amateurisme déplorable et un manque de rigueur à la limite de la complicité n’offrent plus d’alternative crédible aux populations déroutées, que celle d’assister impuissantes à la longue agonie des structures de plus en plus dégarnies et de moins en moins performantes. La santé publique est en déliquescence et la médecine libérale est devenue un fourre tout. Cet article a pour but de passer en revue les maux dont souffre le système et de proposer des solutions.  
 
ETAT DES LIEUX 
 
Le service de santé au Sénégal souffre aujourd’hui de maux multiples dont la problématique tourne au tour de : la politique de santé ; l’organisation des soins ; la gestion des personnels et des ressources ; le financement de la santé et, enfin, la libéralisation sauvage. 
 
 
 
Une politique de santé sans rigueur ni conviction 
 
Les bases d’une bonne politique de santé sont : une bonne couverture, un accès aisé, des soins efficients et un personnel suffisamment motivé et impliqué. L’Etat éprouve d’énormes difficultés à faire face aux obstacles du système de la santé, faute d’une vision claire et d’une volonté d’aller de l’avant. Les textes et programmes abondamment produits au fil des années peinent à être convenablement appliqués. Les affections courantes ne sont plus correctement prises en charge. Les évacuations sanitaires en Occident ou en Afrique du nord deviennent plus fréquentes, favorisées par des autorités qui ouvertement ne font pas confiance à la médecine nationale qu’ils refusent de soutenir. Ces options illustrent concrètement les choix réducteurs et l’inertie qui caractérisent notre politique sanitaire. Le Programme national de développement sanitaire (Pnds) est resté assez théorique et tout se passe comme un véritable pilotage à vue. 
 
Une réflexion approfondie et une planification basée sur une vision claire sont indispensables pour ce département dont l’action concerne directement et tous les jours chaque personne se réveillant sur l’étendue du territoire. Une politique cohérente non plus ne saurait, au risque d’échouer, ignorer le bien-être des acteurs soumis aux plus longues études (Bac + 7 à 11) de notre système éducatif.  
 
 
 
Des soins insuffisants et désorganisés 
 
L’un des plus frappants problèmes du service de santé public du Sénégal est son incapacité à s’organiser efficacement au-delà des grands programmes de prévention qui ne doivent leur succès qu’à leur quasi indépendance et aux sommes immenses qui leur sont consenties. Il est certes important de miser fort sur la prévention, mais elle ne saurait être qu’un maillon d’une longue chaîne dont l’équilibre entre les différents éléments est tout aussi indispensable. Alors comment admettre que des milliards soient injectés sans compter dans la prévention et que nos hôpitaux peinent à opérer une appendicite ou à faire un pansement ? Comment comprendre les disparités en tout genre notées dans nos structures de santé de même niveau ? Peut-on attendre des résultats et un rendement identiques entre ces structures quand certaines ont l’avantage d’appliquer des coûts plus élevés, d’être plus équipées, ou de disposer de rémunérations plus importantes ? 
 
 
 
La réforme hospitalière et l’érection des hôpitaux en Etablis­se­ments publics de santé demeurent tout de même, de bonnes initiatives dont il faut simplement regretter la mise en œuvre inachevée. De gros efforts ont été notés sur l’infrastructure. Mais la fonctionnalité fait beaucoup défaut. Les cas de la maternité de l’Hô­pital Aristide Le Dantec, des hôpitaux de Fatick et de Zi­guin­chor en construction depuis une décennie, véritables scandales deviennent prioritaires sur tout. La médecine libérale actuellement marginalisée offre des conditions plus aptes à pérenniser la médecine de pointe. Elle devrait profiter du soutient de l’Etat pour maintenir son action. La médecine préventive doit subir de profondes réformes, cesser de privilégier l’action passive, au détriment de celle active, éduquer et responsabiliser les populations plutôt que de les mettre sous tutelle.  
 
 
 
Une gestion calamiteuse des personnels et des moyens 
 
Les personnels médicaux et paramédicaux devraient en plus d’avantages justifiés, avoir des obligations, être suivis et régulièrement évalués. Ils devraient être recrutés sur la base de contrats clairs permettant à chacun d’assumer son choix et d’éviter les vases communiquant qui étouffent le système de santé. Entre la médecine libérale et la Fonction publique, une option claire et réglementée devrait permettre à chaque acteur de santé d’évoluer en toute liberté dans un secteur ou l’autre. Il est aussi inconcevable qu’il faille tout le temps au lieu de salaires convenables, payer des primes identiques à toutes les catégories de personnel d’un système. Ceci n’est pas équitable et ressort de la pure démagogie. Mettre le chef de service, ses assistants et les garçons de salle à la même enseigne n’encourage pas ; mais plutôt déstabilise le système. L’occupation de certains postes ou la nomination à certaines responsabilités devrait se faire sur la base de critères objectifs excluant toute manipulation, que chacun sera libre de réunir selon ses capacités pour y prétendre.  
 
 
 
La concentration non justifiée de certaines sommités dans de nombreux services est un énorme gâchis. Il est fréquent dans les centres hospitaliers dakarois dits Chu1, de trouver plus de professeurs de médecine que d’assistants, d’internes ou même d’infirmiers qualifiés. Alors qu’en pratique, l’efficience voudrait qu’ont ait une organisation pyramidale des services et départements selon des ratios aussi équilibrés qu’un professeur soit secondé par au moins deux assistants, et ces derniers chacun par au moins deux internes et autant d’étudiants de 3e cycle ou en cours de spécialisation. Cette équipe aura l’avantage de travailler plus efficacement, de former davantage de spécialistes et de permettre la couverture convenable et durable de nos besoins planifiés en personnels. L’organisation de l’enseignement n’est pas du ressort de l’hôpital. Une convention entre les établissements d’enseignement et les hôpitaux devrait gérer le personnel et les étudiants évoluant dans les deux sphères. Il est évident que toute la politique, l’organisation et le fonctionnent évoqués plus haut ne peuvent se concrétiser sans un financement conséquent. La formation, le matériel et les médicaments coûtent cher. 
 
 
 
Il sera tout aussi vain de vouloir former et affecter sans équiper, que d’équiper sans prévoir l’entretien et la maintenance. Pour preuve, depuis quelques années, parlant de l’hôpital Aristide Le Dantec, de nombreuses solutions sont avancées dont la délocalisation. Mais les diagnostics étant erronés, les solutions proposées ne feront que pérenniser le mal partout où la substitution sera opérée. Si Le Dantec n’est pas fonctionnel ce n’est pas parce qu’il est vétuste, enclavé ou simplement éloigné des usagers. Les véritables problèmes de cette structure, comparables à ceux de la plupart dans ce pays sont : une politique de santé obsolète ; une démission de l’Etat ; un manque d’engagement ; un refus de gestion et de rigueur. En outre, la santé fait partie des départements les plus mal gérés de ce pays. 
 
 
 
Les fonds sont intelligemment détournés à force de séminaires et perdiem, si ce n’est ailleurs par le jeu des marchés arrangés, pour l’acquisition en général de matériel de très mauvaise qualité, ou de seconde main. Des besoins sont même simplement créés pour gérer des marchés, au détriment des vraies préoccupations des formations sanitaires. 
 
 
 
Un financement inéquitable et inefficient 
 
Tout focaliser sur la prévention médicale constitue en soi une vision conforme à l’adage qui dit qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Il ne faut cependant pas prendre cette règle à la lettre. On ne pourra pas tout prévoir ni tout guérir non plus. Le challenge est d’améliorer l’espérance de vie en bonne santé des populations. Un pays où l’espérance de vie se situe entre 50 et 60 ans, perd l’essentiel des hommes d’expérience et une bonne frange des bras valides pouvant impulser son développement. Repousser cette limite entre 60 et 70 ans permettrait une plus-value nettement supérieure aux moyens qui auront permis d’obtenir le résultat. Les Nations pauvres dépensent beaucoup pour la formation et voient leurs élites disparaître au moment où ils en ont le plus besoin pour produire, former et encadrer. 
 
 
 
Cette dimension de la santé prouve que promouvoir et financer ce département n’est rien de moins qu’un investissement aussi rentable que les différentes actions et propriétés de l’Etat dans différents domaines. Il faut faire de la bonne santé des populations une priorité, l’un des éléments majeurs de notre Indice de développement humain. De nouvelles sources de financement devront être trouvées et pérennisées en considérant la bonne santé et la longévité de la population comme une entreprise dans laquelle l’Etat et ses partenaires seraient les actionnaires majoritaires, mais dont les dividendes iraient dans chaque foyer. 
 
 
 
Une tendance frauduleuse à la libéralisation de la santé 
 
Au Sénégal les textes sont clairs, mais en pratique il n’y a pas de démarcation nette entre l’option libérale ou publique de nombreux acteurs. Chacun s’octroie des droits et en abuse au nez des autorités, passives ou complices. Les arguments avancés sont simplement audacieux, sectaires et très laxistes au détriment des populations. Du je m’en foutisme et de la fraude qui tuent la santé publique en faveur des intérêts privés de ses acteurs abonnés sans avoir à rendre compte et sans autorisation, dans les cliniques et cabinets privés installés frauduleusement dans les hôpitaux et dans nos quartiers. Disons, pour des raisons évidentes, que ces acteurs n’ont pas besoin de voir la médecine hospitalière performante. Ils ne sont pas majoritaires mais sans le vouloir, ils marginalisent ceux qui sont encore animés du sentiment qu’ils ont, de l’obligation de travailler pour mériter le salaire et les avantages liés à leur fonction. 
 
 
 
Aujourd’hui, les hôpitaux tous niveaux confondus, fonctionnent laborieusement pour ne pas dire qu’ils sont au bord de la rupture. Les autorités ont beau rattraper des dettes, subventionner, cela ne servira absolument à rien. Le gouffre est déjà béant et cela ne cessera de se creuser. Aucune structure hospitalière au monde ne peut se passer de sa clientèle solvable. Tout doit être fait pour que les praticiens des hôpitaux gagnent bien leur vie, mais dans les structures où ils officient. A quoi bon financer et équiper des établissements si rien n’est fait pour contrôler et maîtriser le service public ? L’anarchie est à son comble et plus que le ministre de la Santé, c’est le président de la République qui est interpellé. 
 
 
 
LES SOLUTIONS D’URGENCE 
 
Tout est question de décisions pour régler ces multiples problèmes. Il faut : 
 
- Commencer par l’application de la réglementation. 
 
- Instaurer un contrôle idoine de l’accès des agents publics aux établissements privés. On ne doit plus construire des établissements privés, uniquement pour le business tuant le service public. 
 
 
 
- Ensuite restructurer les établissements publics de santé en leur assignant des objectifs précis. 
 
- L’équipement convenable des établissements suivra après. 
 
 
 
Il faut réglementer, créer un nouveau service avec un nouvel esprit, planifier, mettre les moyens, con­trôler et sanctionner ou récompenser selon l’exemple. Nous terminons en reprenant l’Oms dans son Rapport en 2000 sur la santé dans le monde. «De nombreux ministères de la Santé privilégient le secteur public aux dépens du secteur privé des soins de santé, qui est souvent beaucoup plus important. De nombreux gouvernements laissent subsister un ‘’marché noir’’ de la santé, où la corruption généralisée, les paiements illicites sévissent. Ce marché noir produit du dysfonctionnement des systèmes de santé et du faible revenu des agents de santé, fragilise davantage les systèmes. De nombreux ministères de la Santé négligent de faire appliquer les règles qu’ils ont eux-mêmes édictées dans l’intérêt public.» Fin de citation. 
 
 
 
1 Centre hospitalo-uni­ver­si­taire 
 
Dr Aliou LAM 
 
Médecin Lieutenant-Colonel (CR) - Professeur agrégé du Val De Grâce 
 
Ancien interne des hôpitaux de Dakar 
 
Ancien chef de service et de département à Hpd 
Clinique Ophtalmologique Colaser Dakar 
Sopi ou Sapi 
Tous les dictateurs du continent, Présidents à vie, monarques déguisés, rusés ou tordus ont intérêt à vite dégager pour ne pas subir le sort infamant des Ben Ali, Mou-barack, etc. Ceux qui sont encore là et qui continuent de narguer leur peuple doivent savoir qu’ils ne perdent rien pour attendre. Le temps du ma taay est révolu ; la révolution est déjà dans les esprits et ce sera comme une irruption volcanique qui les balaiera, tous, sur son passage. A bon entendeur salut ! 
 
Au lendemain de l’Alternance chez les wéddikat, nous avions tous nourri le rêve d’un Sénégal nouveau et affranchi où la démocratie, la justice, le respect des lois et des institutions seraient les fers de lance d’un développement économique et social que le chef du Sopi nous avait pourtant promis. Onze années se sont écoulées et la République s’est effondrée. 
 
 
 
La situation est aujourd’hui si dramatique qu’à la prochaine alternance que nous souhaitons de tout cœur, les stigmates de l’impunité, de l’incurie, des multiples détournements de deniers publics, de la paupérisation des populations, de la mal gouvernance et tous les autres maux dont souffre la République seront difficiles à effacer. 
 
 
 
La politisation par le régime de toutes nos activités économiques, sociales et culturelles a fini par faire de la campagne ce qu’elle était il y a mille ans ; et la pauvreté généralisée, les délestages interminables et l’insécurité dans les villes et les régions du sud sont aujourd’hui les signes négatifs les plus illustratifs de l’Alternance. 
 
La vie se durcit de jour en jour, la majorité des Sénégalais ne mangent qu’une seule fois par jour ou presque, nonobstant les milliards qui entrent tout le temps dans le pays. L’élargissement de quelques artères de la capitale et quelques deux ou trois ponts érigés çà et là n’ont pu cacher le sombre bilan du Sopi et ses alliés. 
 
La jeunesse, artisan du changement attendait du travail ; la population une baisse des prix ; et les travailleurs une amélioration de leur statut. 
 
 
 
C’est donc toute la demande sociale qui est restée non satisfaite et à la place de ces chantiers prioritaires, l’on a choisi la voie de l’échec, celle de la politique politicienne avec une pléthore de ministres, une multitude de députés, des sénateurs à n’en plus finir, une diplomatie qui était la fierté de notre Nation, banalisée et décrédibilisée. 
 
 
 
L’on attendait aussi des pistes de production, une protection énergique des paysans qui sont considérés comme les parias de la société, la restitution de nos richesses halieutiques au lieu de s’occuper à renouveler sans cesse des gouvernements dont la plupart des membres ne cherchent qu’à se remplir les poches et profiter sans vergogne des avantages que leur offre leur statut. Et, c’est l’argent du contribuable qui leur est partagé. 
 
 
 
C’est donc une économie en déliquescence, un pays exsangue, pressuré, pillé, des maisons et des rues jetées toutes les nuits dans la pénombre qui constitueront votre bilan en 2012. 
 
 
 
Vous devez donc, chaque jour, après vos prières, demander pardon aux Sénégalais au lieu de vous accrocher obsessionnellement au pouvoir auquel d’ailleurs vous n’avez plus droit. 
 
 
 
Ibrahima SOW - Conseil national des sages 
diemedaouda@hotmail.com 
De Londres à Dakar via Madrid, Santiago et Tel Aviv, les jeunes crient leur désespoir ! 
Dans l’autocar qui me ramène chez moi en ce mercredi, ployé par une chaleur d’étuve qui semble fixer le temps à Dakar, je plonge mes yeux dans un article de presse qui traite des récentes émeutes à Londres. 
 
Ma première réaction a été un effet de surprise justifié. Car tout ce que je vois à la télé ou lis sur cette ville est très éloigné d’un lieu propice à une révolte populaire des classes défavorisées. Comment en effet une ville qui abrite avec la «City» la plus grande place financière d’Europe, une ville dans laquelle la Tamise (fleuve qui traverse Londres) semble couler sous des jours heureux, une ville qui nous émerveille tous les week-ends avec les stades bondés de la Premier league, une ville où même les policiers ont l’air si inoffensif ; comment une telle ville peut subir un soulèvement populaire et juvénile d’une telle ampleur avec des scènes de pillage et de guérilla urbaine sans précédent. 
 
 
 
Mais passé l’effet de surprise, vient le temps de la prise de conscience. En suivant l’actualité de ces dernières semaines, nous pouvons nous demander si ces émeutes ne sont en fait rien d’autres que la dernière manifestation d’une lame de fond qui, par un effet domino, est en train de balayer le monde. Le point de départ serait bien sûr ce que l’on a merveilleusement nommé le «printemps arabe». Mohamed Bouazizi, ce héros de Sidi Bouzid serait-il l’égérie d’un nouveau mai 68 ? 
 
 
 
Quelle est en effet la différence entre les émeutes et les soulèvements de Tunis, de Dakar les 23 et 27 juin, ceux de Londres et de Santiago au Chili, le mouvement des «indignados» en Espagne, les récentes manifestations de la jeunesse israélienne à Tel Aviv ? 
 
 
 
Aucune ! Partout dans ces contrées les jeunes ont l’impression de faire partie d’une génération sacrifiée, abandonnée par les pouvoirs publics, engluée dans un chômage chronique, pendant que les prétendues mesures d’austérité continuent d’enrichir les gouvernants, sous le regard complice des élites intellectuelles, bourgeoises, culturelles. Comme des rats pris en cage, les jeunes sont désormais prêts à tout pour s’en sortir ! 
 
 
 
 
 
Babacar NGOM - Etudiant en Droit, Ucad 
 
babsmania@gmail.com 
Dans l’autocar qui me ramène chez moi en ce mercredi, ployé par une chaleur d’étuve qui semble fixer le temps à Dakar, je plonge mes yeux dans un article de presse qui traite des récentes émeutes à Londres. 
 
Ma première réaction a été un effet de surprise justifié. Car tout ce que je vois à la télé ou lis sur cette ville est très éloigné d’un lieu propice à une révolte populaire des classes défavorisées. Comment en effet une ville qui abrite avec la «City» la plus grande place financière d’Europe, une ville dans laquelle la Tamise (fleuve qui traverse Londres) semble couler sous des jours heureux, une ville qui nous émerveille tous les week-ends avec les stades bondés de la Premier league, une ville où même les policiers ont l’air si inoffensif ; comment une telle ville peut subir un soulèvement populaire et juvénile d’une telle ampleur avec des scènes de pillage et de guérilla urbaine sans précédent. 
 
 
 
Mais passé l’effet de surprise, vient le temps de la prise de conscience. En suivant l’actualité de ces dernières semaines, nous pouvons nous demander si ces émeutes ne sont en fait rien d’autres que la dernière manifestation d’une lame de fond qui, par un effet domino, est en train de balayer le monde. Le point de départ serait bien sûr ce que l’on a merveilleusement nommé le «printemps arabe». Mohamed Bouazizi, ce héros de Sidi Bouzid serait-il l’égérie d’un nouveau mai 68 ? 
 
 
 
Quelle est en effet la différence entre les émeutes et les soulèvements de Tunis, de Dakar les 23 et 27 juin, ceux de Londres et de Santiago au Chili, le mouvement des «indignados» en Espagne, les récentes manifestations de la jeunesse israélienne à Tel Aviv ? 
 
 
 
Aucune ! Partout dans ces contrées les jeunes ont l’impression de faire partie d’une génération sacrifiée, abandonnée par les pouvoirs publics, engluée dans un chômage chronique, pendant que les prétendues mesures d’austérité continuent d’enrichir les gouvernants, sous le regard complice des élites intellectuelles, bourgeoises, culturelles. Comme des rats pris en cage, les jeunes sont désormais prêts à tout pour s’en sortir ! 
 
 
 
 
 
Babacar NGOM - Etudiant en Droit, Ucad 
 
babsmania@gmail.com 
La notoriété est un désir que tout homme souhaiterait avoir. Les gens se battent pour des titres, des responsabilités, pour avoir une renommée qui pourrait à l’avenir les mener à des relations conflictuelles avec les autres. Il est parfois difficile de relever les défis qui se présentent à nous. Il ne faut jamais oublier qu’on a demandé la confiance des autres soit au péril de son bonheur soit pour le bien-être de tous. Notre vie privée peut devenir publique sans qu’on ne le souhaite. On est souvent traqués par des jaloux ou d’éternels insatisfaits de leur sort. Mais parfois la loyauté et la fidélité des autres nous donnent l’espoir et nous poussent à en croire davantage. 
 
 
 
Quand on écrit, soit c’est le cœur qui parle soit c’est l’expérience. En somme je m’adresse à l’homme averti, à l’homme qui sait que peut-être demain il ne sera pas ; ou, quelle que soit sa responsabilité d’aujourd’hui ne sait pas ce que demain sera. Certains se retrouveront dans mes écrits et d’autres non. Pour ces derniers je le leur concède. Plus on s’éloigne des valeurs humaines plus on est égarés. Et malheur à celui qui a oublié qu’il n’a pas choisi de naître ! 
 
 
 
Le destin appartient aux croyants, à celui qui croit en lui même avant de croire en l’autre. Le pouvoir peut monter par la tête au point que l’on oubli que l’on existe à travers l’autre. On peut exercer son pouvoir sur l’autre, mais n’oubliez jamais que l’aliénation est un sentiment individuel. On ne peut m’occulter cette liberté car j’ai choisi d’être leader. Je vous demande de croire en vous afin de répondre aux attentes des gens qui se sont permis un jour de rêver grâce aux responsabilités que vous avez entre vos mains. Ne pensez pas que quelqu’un lorgne votre fauteuil, car vous l’avez abimé au point que personne ne veuille s’y asseoir. 
 
 
 
Soyez rassuré car il faudra beaucoup d’ardeur et de maturité à la personne qui vous succédera pour relever le défi. Grâce à vous, les gens sont passés de la lueur d’espoir au désespoir. L’avenir de beaucoup de personnes repose entre vos mains. N’oubliez pas que vous êtes né avec la responsabilité de servir, d’aimer et d’adorer votre prochain. Et qui sait peut-être demain, vous aurez besoin des gens que vous avez longtemps cherché à aliéner. 
 
 
 
Je lance un appel à la jeunesse, de ne pas perdre espoir et de croire en elle car le combat de la vie commence par soi-même. Ne soyons pas corrompus au point de sacrifier les autres, car l’être humain est fait de chair et de sang et non de mensonge. 
 
 
 
Ne nous combattons pas entre nous, ne soyons pas les boucliers de ceux qui n’ont aucune dignité ni aucune valeur, car demain sera ce que nous en ferons. 
 
 
 
Marième Ngoné DIOP - Présidente du Conseil départemental de la jeunesse de Pikine 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 17.08.2011
- Déjà 5417 visites sur ce site!