ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

données par Wade

Célébration des célèbres marteaux de Talla Sylla«Nous sommes déjà morts. Ces gens sont sans pitié.» C’est avec ce cri du cœur de Nabile Farés de Kabyle que j’entame mon propos. Ma plume s’adresse à un homme entré en politique par conviction ; celle d’être au service de son peuple. Elle s’adresse à un homme qui a offert sa jeunesse à la lutte contre l’arbitraire pour l’éveil de son peuple. Il a su mener son combat en ne s’appuyant que sur les barricades de sa foi en Dieu, sur la force de son engagement patriotique pour libérer le citoyen sénégalais des geôles de l’ignorance, de la peur, de l’exploitation perpétrée par un nombre infime d’hommes bénéficiant de l’appareil d’Etat. Ils ne savent conjuguer, ces gens là, pris individuellement, que le verbe profiter à la première personne du présent de l’indicatif. Croire jusqu’à l’impuissance à l’avènement d’un Sénégal qui change, voilà l’une des raisons essentielles qui ont toujours poussé Talla Sylla à se frotter au Monstre en risquant même sa vie. Cet homme a, à chaque fois, su refuser qu’on détruise sa personnalité par la corruption. Sa jeunesse d’âge a toujours été synonyme de bravoure que d’aucuns, petits bourgeois profiteurs, qualifient de témérité ou de fougue de jeunesse. Sa créativité, son imagination, sa dignité, il les a toujours mises au service des sans voix. Talla n’a jamais été comptabilisé dans la catégorie des yes men, des lèches bottes, des larbins et autres laudateurs d’un quelconque régime. On peut être d’accord avec un système ou pas sans être obligé d’être de cette catégorie, de se rabaisser à ce métier dégradant en tout point de vu. Il a servi à sa jeunesse une bonne image de la politique qui n’est pas celle de la politique politicienne des politiciens de l’obéissance intéressée, de l’arrivisme indigne, et des ambitions mafieuses. Ses propos n’étaient pas vulgaires. C’est la situation qu’ils pourfendaient qui l’était. Il n’est pas étonnant qu’il soit, un jour, bannit au point d’être la cible de grands bandits, des hommes de mains qui ont voulu l’assassiné froidement pour faire plaisir à des commanditaires lâches tapis dans l’ombre de l’impunité. Ils ont voulu l’écraser pour faire peur aux autres qui seraient tentés de lui emboîter le pas, mais Dieu n’a pas voulu. Ces gens-là ont horreur des gens qui disent non quand c’est sine qua non. Ils ont tapé sur lui un soir de 05 octobre avec arrogance et cynisme comme des cannibales assoiffés de sang. Ils ont tapé sur lui à coup de marteaux pour le faire taire à jamais sous le régime de l’Alternance. Ceci est en porte-à-faux avec l’érection d’une statue de la liberté même plus gigantesque que celle des Etats-Unis. Mais, puisqu’ils ne voulaient pas, certainement, que ce jeune leader continue à perturber le sommeil de leur seigneur et de celui de sa famille… Ses discours bien dosés et bien critiques contre les excès du régime en place, ses chansons belles, captivantes et chargées de reproches contre leur chef et même sa respiration semblaient gêner ceux-là qui ont accompli cette infamie dont l’enquête, depuis lors, n’a pas livré aux citoyens ses conclusions. Et personne ne sait pourquoi, malgré les accusations bien orientées de la victime, en l’occurrence Talla Sylla. Notre jeune leader qui avait tout un avenir politique devant lui a fini par se retirer de la scène politique, car les marteaux ne l’ont pas, certes tué, mais les séquelles qu’ils lui ont laissées sont énormes de conséquence pour sa santé. Ce soir de son discours historique de son retrait de l’arène politique nationale, ses adversaires d’alors, ses ennemis ont sûrement dansé de joie ; Talla avait su, peut-être à retardement, que le Monstre avait plusieurs têtes. Tourner le dos à la politique, que pouvait-il faire d’autre si l’on sait que même le peuple, lors de la dernière élection présidentielle, ne lui a pas rendu la monnaie de sa pièce ? Est-il possible qu’il soit vrai qu’il n’y a pas plus ingrat qu’un peuple ? Je n’ose pas y croire. De la même façon, je peux affirmer que Talla ne s’est pas retiré de la scène pour cela. Il a quitté actuellement la politique, mais il n’a pas quitté son peuple, car son amour pour lui est sincère et transcende les sarcasmes de ses maîtres de la médisance. Autrement, cela risquera de surprendre les autres défenseurs chevronnés de la cause commune et alourdir le fardeau de notre déchéance nationale. Le 05 octobre, date de la célébration des marteaux célèbres de Talla Sylla, je m’incline de respect devant les sacrifices consentis par ce grand patriote pour édifier les siens sur les pratiques odieuses des patrons de notre République. Le rocher est toujours là, debout et têtu et nous empêche de voir le soleil. Nous avons besoins de la force de tous, de la foi de tous pour le détacher du sommet de l’Etat dans la paix et le faire voler en éclats. Quatre ans déjà ! Et les bourreaux du jeune panafricain mènent tranquillement leur vie sans être inquiétés. J’avais entendu sa voix. J’avais pu lui parler grâce à une de ses inconditionnelles habitant près de chez moi à Gibraltar en 2005. Il avait conclut notre conversation téléphonique par une prière à mon encontre : «Que Dieu te protège !», m’avait-il dit, le ton généreux. Aujourd’hui, je lui renvoie sa prière. Que Dieu le protège. Hélas ! La conjoncture dégradante et la bamboula insouciante de nos dirigeants sont telles que : «Nous attendons dans l’agonie… la preuve d’un sursis…» Je souhaite à Talla un bon rétablissement et un retour proche dans l’arène aux côtés de tous les citoyens patriotes de ce pays. Tafsir Ndické DIEYE -  
 
Après les danses obscènes, à quand les jeux de hasard ?Au début du mois béni de Ramadan, les danses obscènes, pratiquées dans un lieu privé à Dakar la nuit, ont défrayé la chronique au point d’éclipser d’autres problèmes non moins importants de notre pays. Mais le moment était bien choisi pour décrier ce genre de pratiques qui n’honorent ni notre culture encore moins nos croyances religieuses. En effet, à la faveur de ce mois de privation, de recueillement et de dévotion pour les musulmans qui constituent près de 90% de la population sénégalaise, les associations musulmanes, pour la première fois à ma connaissance, sont sorties de leur mutisme habituel pour montrer à la face du pays leur mécontentement et leur rancœur par rapport à ces pratiques malsaines. Je pense que l’écrasante majorité des Sénégalais a eu la même réaction, à savoir une désapprobation sans ambages pour des activités qui salissent l’image de marque d’un pays tout entier, qui aime bien la danse, mais pas une danse qui rime avec la dépravation et la vulgarité. Cela veut dire donc que même sur la plan pénal, la sanction n’a pas été sévère, l’événement a été tristement célèbre et a permis d’envoyer un signal fort comme quoi, malgré un recul des mœurs et de la morale tout simplement dans notre cher pays, les gens sont encore vigilants pour défendre leurs intérêts moraux, culturels et religieux ; à quelque chose donc malheur est bon, comme le dit l’adage. Cependant, il y a une autre pratique au sein de notre pays, qui est aussi malsaine et illicite aux yeux de nos religions révélées, aux yeux de l’éthique et de la bonne éducation de nos enfants, mais qui jouit d’une tolérance qui a toujours perturbé ma conscience, au point de me pousser à poser la question publiquement à travers ma présente contribution. Il s’agit du jeu de hasard sous toutes ces formes, qui est banni par les deux principales religions qui sont pratiquées chez nous, à savoir l’Islam et le Christianisme. Mais ce qu’on constate, c’est que le jeu de hasard est comme une institution au Sénégal, et depuis fort longtemps, sans qu’apparemment, personne n’y voit d’inconvénients. Il existe, à travers le pays, de nombreux casinos créés uniquement pour s’adonner aux jeux de hasard, et en plus, il y a ce «machin» appelé Loterie Nationale qui est quant à elle une émanation de l’Etat et qui constitue en même temps un gouffre à milliards parce que très mal gérée depuis son existence ; ce qui a amené, récemment, un grand journaliste d’investigation à nous montrer clairement comment cette société nationale est dilapidée au vu et au su, j’allais dire même au sou de tout le monde. Personnellement, ce n’est pas la façon dont la Lonase est gérée qui m’importe ; c’est plutôt la banalisation du jeu de hasard dont il est l’instrument, qui m’étonne et qui me perturbe pour dire vrai. On me dira que cela crée des emplois, mais là n’est pas le vrai problème. A chaque coin de rue, il est dressé un kiosque pour jouer au Pmu, c’est à se demander même si ces kiosques ne sont pas aussi nombreux que ceux qui servent à vendre le pain quotidien tant prisé par les Sénégalais. De plus, je constate avec beaucoup de fascination que la population qui s’adonne à ce jeu du hasard appelé Pmu est constituée d’une majorité d’adultes entre la quarantaine et le troisième âge ; les jeunes pratiquant le Pmu sont, en effet, minoritaires. Je suis toujours choqué, quand après la prière du vendredi, chapelets à la main, certains font un passage presque obligé dans un kiosque de Pmu pour prendre leur «dose». Le pays est, aujourd’hui, arrosé de radios et de télévisions, les émissions à caractère religieux font légion, de jour comme de nuit, pendant ou en dehors du mois de Ramadan ; des conférences religieuses sont organisées tout au long du mois de ramadan ; mais curieusement, les nombreux experts dans ce domaine, qui interviennent tous les jours à travers ces émissions et ces conférences, et qui savent très bien que la loterie pour gagner de l’argent est une des pratiques illicites d’après nos religions révélées, sont complètement muets sur ce thème. Ils préfèrent aborder d’autres thèmes très intéressants il est vrai, mais pas plus importants que le jeu de hasard qui doit être décrié comme les danses obscènes, comme la prostitution, comme le vol, comme la drogue et l’alcool, comme l’habillement peu décent des jeunes filles et j’en passe…. En effet, c’est comme si ces experts et autres consultants de l’Islam évitaient ce débat, ou étaient interdits de soulever ce phénomène de la société. Je lance donc un appel à tous ceux qui animent des émissions religieuses, ou qui sont invités à animer des conférences ou causeries religieuses, à oser affronter la réalité, à prendre leurs responsabilités d’abord en tant que citoyen, ensuite en tant que musulman, pour que ce débat soit enfin instauré, en vue de crever de l’abcès qui risque de nous provoquer une plaie, voire une gangrène nationale. Non aux danses obscènes même si elles sont pratiquées à huis clos et nuitamment, mais aussi non au jeu de hasard pratiqué sans cachette et toléré dans un pays où la religion jouit d’une dimension et d’une réputation incontestables à travers le monde. Mor FAYE - Spécialiste en passation des marchés publics Sacré Cœur 3 – Dakar / Morfay21@yahoo.fr -  
 
Quand l’Anoci ne communique pas avec des riverains inquietsEn prélude à l’organisation du sommet de l’Oci à Dakar, l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique a entrepris un certain nombre de grands travaux pour permettre à la capitale sénégalaise de faire face à cette rencontre majeure de la Ummah. Parmi ces grands travaux, nous, habitants de Sacré-Cœur III Vdn 5ème phase B et Extension, sommes particulièrement concernés par ceux de la Voie de dégagement nord (Vdn) qui ont démarré depuis le mois de janvier 2007. Il s’agit, pour la Compagnie sahélienne d’entreprise (Cse) qui a gagné le marché, de construire deux fois trois voies (d’environ un peu plus de 10 mètres chacune), avec un échangeur (au niveau de la Place de l’Omvs) et deux ponts (au niveau de la Case des Tout-Petits et des deux voies menant à Liberté 6). Il est évident que de tels travaux vont entraîner des transformations majeures dans l’environnement des quartiers riverains, particulièrement le nôtre. Ce quartier, qui compte 682 logements et où vivent présentement plus de 5 000 âmes, présente une singularité liée à sa situation géographique particulièrement enclavée. En effet, la Vdn constitue sa seule voie d’accès et de sortie, le mur de l’aéroport Léopold Sédar Senghor faisant barrière à l’Ouest. Lors d’une réunion en janvier 2007 à la Gouvernance de Dakar entre le bureau de l’Association des résidents et propriétaires de logements de Sacré-Coeur III Vdn (Areprolos), le délégué de quartier, le directeur des travaux et le responsable de la qualité de Cse et le Gouverneur représentant de l’Etat et de l’Anoci absente, il avait été convenu que : - les populations riveraines, d’abord très réticentes à cause des nuisances potentielles, acceptaient finalement l’installation du camp de base de la Cse sur une partie de la Corniche longeant le mur de la piste de l’aéroport ; - un dispositif de concertation permanente entre les acteurs allait être mis en place pour une information complète des riverains. - Depuis le début des travaux, force est de constater que la communication a du mal à se nouer correctement avec l’Anoci, malgré la bonne volonté affichée par les techniciens de Cse. Il faut souligner que le début des travaux a été aussi marqué par une série d’accidents mortels, dont celui particulièrement horrible d’une élève de quinze ans du Cem Adama Diallo. Cet accident avait, d’ailleurs, suscité une marche des élèves et du personnel de l’établissement, réclamant plus de sécurité sur la Vdn. Devant les désagréments causés par les travaux et l’inquiétude des populations, un mémorandum fut rédigé par l’Areprolos et soumis à Anoci et Cse. Il se résume en dix points ainsi formulés sous forme de questions : 1- Quelles dispositions ont été prises pour permettre une entrée facile dans la cité en venant de la Fastef (ex Ecole Normale Supérieure) ? 2- Quelles sont les dispositions prévues pour entrer en voiture dans la cité en venant de la Foire ? 3- Quelles sont les dispositions qui ont été prises pour sortir en voiture de la cité ? 4- Qu’est-ce qui est prévu pour le stationnement des transports en commun devant la cité ? 5- Combien de passerelles pour piétons sont prévues pour enjamber la Vdn ? 6- Quelle est la distance qui sépare deux passerelles ? 7- Quelles sont les mesures de sécurité prévues pour réguler la circulation des véhicules sur la Vdn pendant toute la durée des travaux ? 8- Des bonhommes de la route seront-ils mis en contribution comme pour les travaux sur la Corniche ? 9- Comment faire face à la pollution de l’air causée par la station d’enrobage qui fabrique le bitume sur place ? 10- Quel dispositif de communication est mis en place avec les riverains de la Vdn et leurs représentants ? Aucune réponse vraiment satisfaisante ne nous a été fournie jusqu’à présent sur aucune de ces questions, alors que les travaux avancent et vont sans doute entrer dans une phase d’accélération, à l’approche des échéances de livraison du chantier. Concernant les passerelles, par exemple - volet essentiel pour l’accès à pied dans la cité -, aucun début de construction n’a encore été constaté, alors que l’élargissement des voies est très avancé et qu’il devient de plus en plus périlleux de traverser la Vdn. Pour ce qui concerne l’accès en voiture à la cité, où visiblement rien n’avait été prévu, c’est un résident, expert en génie civil, qui a proposé aux responsables du chantier une solution restée encore sans suite, car c’est l’Anoci qui a le dernier mot. Il est clair que l’Anoci, au moment où, par ailleurs, certains de ses chantiers font l’objet de vives controverses, gagnerait à se rapprocher des riverains directement concernés par ses travaux, dans une démarche républicaine pour une information complète et transparente. Demain, quand les travaux seront terminées, ce sont ces riverains et leurs enfants qui seront fondamentalement concernés par l’impact des transformations opérées dans leur cadre de vie. Le droit de savoir devient, dès lors, en l’occurrence, une exigence citoyenne et démocratique. Alioune NDIAYE - Sacré-Cœur III VDN /lunenjaay@yahoo.fr -  
 
SOUVENIR - An IV de la tentative d’assassinat de Talla Sylla : Le Jëf-Jël demande à Wade de libérer la justiceAprès trois ans d’inertie judicaire dans l’affaire de la tentative de meurtre sur son président, l’Alliance du Jëf-Jël appelle à la création d’un front de libération de la justice. Ousmane Ndiaye, membre du bureau politique de ce parti, a adressé, à ce propos, une lettre ouverte au président de la République. Les membres du Bureau politique du Jëf-Jël ont tenu un point de presse, hier, jour du troisième anniversaire de la tentative d’assassinat contre leur ancien président, Talla Sylla. Ce dernier, retiré de la vie politique, était absent. Constamment en déplacement, il se trouverait aujourd’hui en Europe ou aux Etats-Unis. Si la santé de la victime de la tentative d’assassinat de la nuit du 5 au 6 octobre 2003 s’améliore peu à peu, et si l’enquête des gendarmes est bouclée depuis belle lurette, les suites judicaires de l’affaire se font encore attendre. En effet, le président de Jëf-Jël, Talla Sylla, a depuis longtemps accusé Me Wade d’avoir commandité cette tentative de meurtre, et l’enquête menée par la gendarmerie a semblé confirmer cette thèse, mettant directement en cause plusieurs gardes du corps du président de la République. Mais au niveau du parquet, on constate encore un blocage : le procureur n’a pas encore annoncé de procès car, il désire une contre-enquête, inutile pour les membres du bureau de Jëf-Jël, pour qui «l’enquête a été bien faite». Face à cet immobilisme, les partisans de la victime, après avoir longtemps affiché une confiance dans la Justice sénégalaise, n’excluent plus l’internationalisation du dossier. Ils se proposent de mettre sur pied un Front de libération de la Justice, afin d’obtenir non seulement la vérité sur cette affaire précise, mais surtout la libération de toute la justice. Le Jëf-Jël appelle à une mobilisation citoyenne contre «les dérives totalitaires du régime de Wade». Ousmane Ndiaye, membre du Bureau politique et président national Meea/Jëf Jël, a formellement démenti le déclin du parti depuis le retrait politique de Sylla. Bien que le Bureau politique soit loin d’avoir tourné le dos à son ancien président, «un parti politique ne doit pas être associé à une seule personne comme c’est trop souvent le cas au Sénégal», a-t-il affirmé. Et d’ajouter que non seulement le Jëf-Jël est toujours debout et tient un bureau politique chaque semaine, mais il est aussi en train de s’organiser pour se massifier. appelons que le Jëf-Jël a aujourd’hui un député à l’Assemblée nationale, car ce parti juge cette assemblée légitime et légale, contrairement au Sénat qui n’est «ni légal, ni légitime». Afin de dénoncer ces «dérives totalitaires du régime», Ousmane Ndiaye a adressé une lettre ouverte à Me Wade, dans laquelle il condamne la «terre d’asile et d’injustice» qu’est devenue le Sénégal. Il accuse le Président Wade de privilégier des dépenses inutiles, par exemple pour le Sénat et l’hébergement des participants à l’Oci, plutôt que le développement du pays, et de promouvoir des corrompus à l’intérieur du Pds. Pour finir, Ousmane Ndiaye demande au président de la République d’«accepter et (d’) encourager la tenue d’Assises nationales qui rentre dans la continuité des rencontres citoyennes initiées par le Jëf-Jël en 2005, (de) diminuer le train de vie de l’Etat et le coût des denrées de première nécessité, (d’) écrire (sa) déclaration de patrimoine pour plus de lisibilité entre (son) patrimoine personnel et celui de l’Etat», conformément à la Constitution. Enfin, il lui demande de «libérer la Justice pour plus de justice». Par Nelly FUALDES - Stagiaire GESTION DE L’INFORMATION SUR L’EPIDEMIE DU CHOLERALa presse et les autorités sanitaires à couteaux tirésPar Cheikh Tidiane MBENGUE | SUD QUOTIDIEN | samedi 6 octobre 2007 La maladie des mains sales se propage à l’intérieur du pays à vive allure. La presse sonne l’alerte. Mais à en juger par leur réaction sur la gestion par les médias de l’information relative à l’épidémie, les autorités sanitaires sont très remontées contre la presse nationale. Elles l’ont fait savoir hier, lors d’un point de presse au cours duquel tous les chefs de centres de responsabilité impliqués dans la gestion de l’épidémie, ont tiré à boulets rouges sur la presse qu’ils ont taxée de tous les noms d’oiseaux. Alors que son seul tort, c’est d’avoir tirer la sonnette pour attirer l’attention de l’opinion sur la présence de cette maladie dont un seul cas peut se démultiplier en mille voire en millions, en moins de 24heures. 
Face aux difficultés rencontrées depuis 2005 par les autorités sanitaires à éradiquer la maladie, la presse semble être le seul recours pour mieux informer et sensibiliser sur la situation et à donner des indications sur les dispositions idoines à prendre. Surtout en l’absence d’une bonne politique de prévention, de sensibilisation et d’éducation. Car il est urgent de circonscrire le mal avant qu’il ne soit trop tard. Ce que le Pr Omar Faye, directeur de la Santé ne semble pas avoir compris quand il déverse sa bile sur la presse en s’interrogeant sur les raisons d’amplification de la présence du Choléra alors que depuis deux mois, dit-il, le paludisme est en train de faire des ravages au Sénégal.Autrement dit, pour ces autorités du ministère de la Santé et de la prévention, la presse en parlant du choléra ne doit en aucun cas lui donner une proportion alarmante. Selon lui, à chaque fois qu’il y a épidémie, la presse cherche à trouver les responsables de son ampleur alors que l’urgence commande de trouver une solution. Ainsi sans être accusées les autorités dégagent toutes responsabilités par rapport à la mauvaise gestion de l’information relative à l’épidémie. Au contraire, disent-elles, si on les évalue la prise-en-charge, le taux de létalité est estimé à O,4% .Ce qui est en deçà de la norme critique de l’Oms qui est de 1%.Les problèmes d’assainissement, d’insalubrité ou la encore la mauvaise qualité des fosses septiques, sont autant facteurs déclencheurs de la maladie, selon toujours les responsables nationaux du système de santé.POUR CONTRER LA MALADIE :Les autorités dévoilent leurs stratégiesRevenant sur la problématique de gestion de l’information relative à la maladie, le directeur de la Prévention M. Pape Coumba Faye qui faisait une présentation sur la maladie est revenu largement sur le système de collecte des informations mis en place pour assurer une meilleure surveillance épidémiologique du choléra.Il a fait également la genèse du choléra qui existe depuis le 19ème siècle et sévit dans presque 100 pays à travers le monde notamment dans les pays en voie de développement comme en Afrique, Asie et en Amérique Latine. Pour le cas du Sénégal, il a tenu à faire remarquer depuis ces quatre dernières années cette épidémie est présente dans le pays. Une situation liée au fait que la région Africaine est également touchée, exceptée sa partie nord où l’épidémie est introuvable dans l’environnement. Il a aussi fait savoir que des mesures appropriées auront permis de baisser la létalité de l’épidémie qui a un impact social et économique et exerce une pression importante sur le système de santé. Ce qui fait que toutes les autres activités sont presque laissées en rade. Il est revenu également sur les modes de traitement et les principales stratégies de lutte.Il préconise en outre qu’un traitement rapide doit accompagner le choléra qui tue presque la moitié des malades à cause de a déshydratation. Pire encore, selon toujours lui, autour d’un porteur sain du virus, 25 personnes sont menacées pour la transmission de cette épidémie.400 agents d’hygiène pour tout le SénégalPour sa part, le Colonel Samba Ndiaye du Service national d’hygiène a tenu à préciser que les 11 brigades implantées dans les régions et les départements ainsi que ceux qui sont situées au Port et à l’Aéroport sont chargées de veiller et de désinfecter les milieux infectés pour éviter la propagation de la maladie.Face au manque de moyens et de ressources humaines de son service, il a indiqué qu’il n’y a pas de recrutement d’agents d’hygiène depuis depuis20 ans. Ainsi il n’y a plus que 400 agents sur l’ensemble du territoire national dont les 40 sont en service à Dakar. Sans compter l’âge avancé du personnel dont le moins jeune a 48 ans soutient en outre, le Colonel.Le Professeur Bernard Diop un des grands spécialistes des maladies infectieuses du pays a indiqué que le ministère de la Santé et de la Prévention a fait le maximum, mais c’est la population qui ne fait rien pour changer de comportements. Il a conseillé aux populations de veiller sur les aliments à manger, d’être attentif sur l’état de salubrité des restaurants de rue, de laver les mains avec du savon, de boire une eau potable pour éviter la propagation de la maladie.STATISTIQUES6 régions sont déjà touchées par la maladie dont Fatick (4 cas),Thiès (13 cas), Dakar (29 cas et 1 décès), Saint Louis (40 cas), Louga (71 cas et 1 décès) et Diourbel (1011 cas et 2 décès). Au total 1168 cas ont été enregistrés dont 4 morts, soit un taux de létalité de 0,34%. La région de Diourbel enregistre le plus de cas avec 86%, suivie de Louga avec 6%, St Louis (3%), Dakar (2%), Thiès et Fatick (2%).BULLETIN EPIDEMIOLOGIQUE DU 5 OCTOBREDakar (3 cas), Diourbel (87 cas), Louga 13 cas, Saint Louis (3 cas) 
COMMENTAIRE DU JOUR Vaincre ou périr !Par Cheikh Tidiane MBENGUE | SUD QUOTIDIEN | vendredi 5 octobre 2007  
 
Depuis son apparition en 2005 le vibrion cholérique ne semble pas avoir quitté un seul instant le Sénégal. Conséquence, il continue de menacer plusieurs vies humaines à travers le territoire national. Les causes sont connues : le Sénégal est très sale. Les populations sont pauvres et rien n’est fait pour mettre un terme à cette situation qui n’épargne plus aucune région. 
La situation est d’autant plus inquiétante qu’avec la rentrée des classes et la fête de Korité, ce sera des occasions de rassemblement des populations et/où les contagions seront plus faciles. Ce qui laisse présager de nouveaux risques d’aggravation de la situation si les autorités sanitaires ne trouvent pas d’ici-là une recette miracle contre l’épidémie. Ce qui suppose une bonne stratégie d’information et de sensibilisation des populations sur les mesures à prendre pour prévenir au niveau individuelle et collective, cette maladie dite des mains sales. 
Il s’agit en effet pour les populations de changer de comportements et s’orienter vers des moyens de prévention comme l’amélioration de l’accès à l’eau potable, la mise en place d’un bon système d’assainissement, les prélèvements des eaux sales et une bonne analyse micro biologique mais également l’amélioration les pratiques de manipulation des aliments. Pour ce faire, il est urgent de former des agents de services d’hygiène en nombre suffisant, organiser des campagnes de sensibilisation dans les cérémonies religieuses (dahiras, baptêmes et autres occasions de rassemblements, des campagnes de spots sur les bonnes pratiques dans les médias) et autant de mesures à prendre pour éviter que la maladie se propage au niveau des populations défavorisées qui sont déjà démunies et fatiguées de leurs conditions de vie intenables. 
Dans la capitale Sénégalaise où des cas ont été signalés il y a urgence, dans les dispositions à prendre à cause du vaste phénomène de la vente des sachets d’eau glacée, les gargotes, les tanganas et les Forokh Thiaya. Ce sont autant de mauvais comportements pouvant favoriser la transmission du choléra. 
summum de l’iniquité  
 
 
Le début de ce siècle a été marqué par une grande mobilisation de la communauté internationale autour de défis majeurs qui ont été baptisés ‘Objectifs du millénaire pour le développement’ (Omd). L’Education pour tous (Ept) est un des piliers les plus importants de ces Omd. Conscient de l’enjeu majeur que constitue l’éducation dans la bataille pour le développement, l’Etat du Sénégal a accepté de lui consacrer une partie importante de son budget. Monsieur le Premier ministre a réitéré cette option lors de sa déclaration de politique générale du 17 septembre 2007 (1). Ce lourd investissement de l’Etat s’est manifesté sur le terrain par un accroissement des structures, une augmentation conséquente des effectifs du personnel et leur corollaire, l’élargissement de l’accès. Louant ce qu’il appelle le ‘volontarisme financier’ de l’Etat sénégalais, Monsieur le ministre de l’Education a précisé que cette part du budget (2007) représente près 257 milliards de francs Cfa (2). Cependant, force est de constater que la masse salariale est répartie avec beaucoup d’iniquité. Et une démarche de gestion préventive des conflits devrait amener les décideurs à réparer l’injustice flagrante dont sont victimes les inspecteurs de l’éducation.  
Lors de sa récente adresse aux enseignants à la veille de la rentrée scolaire 2007/2008, Monsieur le ministre de l’Education a égrené un chapelet de réalisations de son département en mettant l’accent sur les efforts du gouvernement pour satisfaire les revendications des syndicats d’enseignants. Tout cela est fort louable.  
En revanche, d’autres qui, jusque-là, se sont très peu mobilisés sur le front syndical et qui n’en sont pas moins victimes d’injustice, subissent avec beaucoup de stoïcisme le mauvais traitement dont ils font l’objet. Nous n’avons aucunement l’intention d’inciter à la revendication, encore moins à la rébellion. D’ailleurs, la mobilisation est déjà enclenchée. La récente rencontre du corps de contrôle de l’éducation à Mbour et la sortie médiatique qui s’en est suivie, sont autant de prémices qui augurent de lendemains de troubles du système éducatif si l’on n’y prend garde. Il suffit de relever quelques faits significatifs pour se convaincre que la frustration croît dans ce corps qui constitue la cheville ouvrière du système. A la suite de la grève du Cadre unitaire des syndicats de l’enseignement moyen et secondaire (Cusems), l’Etat avait consenti une indemnité aux professeurs de l’enseignement moyen et secondaire. Lors des premiers mois, les inspecteurs de l’éducation ont bénéficié de cette nouvelle indemnité (par analogie ?) pour la perdre juste après. Etant entendu qu’un professeur de l’enseignement secondaire et un inspecteur de l’éducation font l’objet d’un traitement indiciaire égal, les inspecteurs ‘perçoivent’ désormais moins que les professeurs ! Et en matière de salaire, le travailleur considère souvent son traitement relativement acceptable tant que l’équité est respectée dans sa rémunération.  
L’idée n’est point de nier aux professeurs leurs acquis obtenus de haute lutte. Bien au contraire, c’est l’occasion de souligner, pour s’en féliciter, le renouveau que le Cusems a apporté dans le syndicalisme enseignant. Une des conséquences de cette frustration est la ‘fuite’ des inspecteurs de l’éducation vers d’autres corps. En effet, de plus en plus, ils se bousculent aux portes de l’Ena où ils espèrent trouver de meilleures conditions. Ce phénomène ne devrait guère se produire si l’on sait qu’on reste dans la même hiérarchie après son admission sans parler de la perte de l’ancienneté acquise dans le corps d’origine.  
Il s’y ajoute que la particularité du corps des inspecteurs de l’éducation est qu’ils ont tous été d’abord de braves enseignants (instituteurs et/ou professeurs), donc agents d’exécution avant d’être des inspecteurs, personnels d’encadrement, de conception et de contrôle. C’est pourquoi, à la différence des autres corps de contrôle de l’Etat, ils peuvent se vanter de la formule ‘(Que) nul n'entre s'il n'est enseignant (déjà)’ (3). Il faudrait par conséquent apporter des solutions plus globales et durables touchant tous les métiers de l’enseignement à la place des réactions sectorielles et finalement parcellaires consistant à ne s’intéresser qu’aux foyers de tensions.  
On le sait, les corps de contrôle et d’encadrement, ne serait-ce que pour la spécificité des fonctions qu’ils assument, doivent être bien traités pour être à l’abri de la tentation. Ainsi, mettre les inspecteurs de l’éducation dans de bonnes conditions de travail n’est donc pas simplement une question d’équité, c’est surtout poser un acte dans le sens de la bonne gouvernance.  
Au-delà de la question pécuniaire, il faut visiter les locaux des inspections de l’éducation pour se rendre compte de leurs conditions de travail. Hormis le chef de service, les autres sont parfois entassés par trois ou quatre dans des bureaux exigus en l’absence des principes ergonomiques les plus élémentaires alors qu’on sait qu’aussi bien pour l’usager que pour l’agent, le cadre de travail est un intrant déterminant. La plupart des inspections départementales souffrent de problèmes logistiques au moment où des voitures achetées avec l’argent du contribuable sont distribuées à tout bout de champ.  
La liste n’est pas exhaustive, mais on relèvera un dernier aspect à caractère administratif dans ce chapelet de maux. Il s’agit de leur reclassement. A l’issue d’une formation allant de deux ou quatre ans selon les cas, les inspecteurs sont obligés d’exercer leurs nouvelles fonctions deux années durant tout en continuant à percevoir uniquement leur ancien traitement de professeur ou pire celui d’instituteur. Nonobstant cette situation, ils se trouvent dans l’obligation de porter leur nouveau titre avec tout ce que cela requiert comme obligations. Et ce retard aurait pu être évité avec tout simplement un peu plus de diligence des différents acteurs impliqués dans leur reclassement.  
L’iniquité n’a que trop duré, et il est temps que ces sentinelles de la scolarisation universelle soient réhabilitées pour bénéficier enfin du même traitement que leurs homologues inspecteurs des autres corps de l’Etat.  
Faisant une remarque fort humoristique, quelqu’un disait que s’il vous arrive de croiser un inspecteur dans un ‘car rapide’, ne cherchez pas loin, il s’agit assurément d’un inspecteur de l’éducation. C’est dire que la frustration est à son comble, et point dans les annales de l’éducation au Sénégal (ou du moins dans notre courte mémoire), on n’a encore noté un mouvement de grève des inspecteurs. Et la meilleure façon d’éviter ce scénario est d’agir avec anticipation pour guérir le mal à la racine en rétablissant l’équité salariale. Nous restons convaincus que la barque de la qualité ne saurait démarrer sans ces inspecteurs et l’Etat a consenti assez d’efforts dans le secteur pour le voir s’engouffrer une fois de plus dans d’interminables remous.  
Issa MBOUP Doctorant en Lettres modernes Master 2 Gestion des ressources humaines Tel 5353929 courriel : ismboup@yahoo.fr 1 - ‘L’éducation, qui est un des leviers essentiels de notre politique, s'est vue consacrer 40 % du budget de fonctionnement global’. Extrait de la déclaration de politique générale du 17 septembre 2007 du Premier ministre Cheikh Hadjibou Soumaré.  
2 - Sources : www.sudonline.sn  
3 - Nous paraphrasons ici la formule gravée à l'entrée de l'Académie, l'école fondée à Athènes par Platon : ‘Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre !’  
Barthélémy DIAS : ‘Nous suivrons Wade partout où il se rendra’ 
Après avoir manifesté publiquement contre le chef de l'Etat, à Washington, Barthélémy Dias est de retour au Sénégal. Avec dans ses valises, d'autres stratégies de lutte politique pour mettre mal à l'aise Me Abdoulaye Wade et son régime. Aux militants socialistes, Barthélémy Dias annonce sa candidature au poste de secrétaire général du Mouvement national des jeunesses socialistes ‘pour propulser le Ps et le Premier secrétaire à la place qu'il faut’. 
 
Wal Fadjri : Pouvez-vous revenir sur la manifestation anti-Wade à Washington ?  
Barthélémy Dias : Cette manifestation appartient maintenant au passé, ce n’était que le hors-d’œuvre, et nous promettons aux Sénégalais un plat de résistance et un dessert. Le combat a commencé depuis des années, il s’intensifie. Et Abdoulaye Wade, ce n’est qu’une question de temps.  
Wal Fadjri : N’avez-vous pas peur de rentrer au Sénégal, après cette manifestation ?  
Barthélémy Dias : Pas du tout, je pense qu'aujourd'hui, ceux qui doivent avoir peur dans ce pays sont dans le camp du pouvoir. Ce que nous avons fait à Washington, c'est le passé. Maintenant ce qui nous intéresse, c'est de voir comment poser d'autres actes politiques parce qu'il y en aura d'autres sous peu de temps. Comme nous n'avons pas l'opportunité de pouvoir manifester notre mécontentement au Sénégal, nous l'avons fait à l'extérieur. Comme Abdoulaye Wade n'est jamais au Sénégal, nous l'avons trouvé à l'extérieur pour manifester contre son régime que nous considérons comme étant un régime anti-démocratique. Alors, que Wade sache qu'il nous trouvera partout où il ira pour chanter ses louanges. La récréation est terminée. Il n’habite pas au Sénégal, il habite à l’extérieur, donc nous sommes obligés de le trouver là-bas.  
Wal Fadjri : A Washington, vous avez scandé entre autres slogans, ‘Non ! au Sénat de la honte’, ‘Oui ! pour un dialogue politique’. Aujourd’hui, ce Sénat est installé, et certains doutent de la participation du gouvernement aux assises nationales. Ne menez-vous pas un combat d’arrière-garde ?  
Barthélémy Dias : D’abord, le Sénat est une insulte au peuple sénégalais, et ceux qui constituent les membres du Sénat ne sont, à mes yeux, rien d'autre que des alimentaires. Nos assises nationales, j'ai bon espoir que ce sera un succès total. Que le pouvoir participe à ces assises ou pas, nous laisse indifférents. Car ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est l'avis des couches sociales et de toutes les forces vives de la nation. Ce régime ne reflète que les intérêts d'un groupuscule, mais pas ceux du peuple sénégalais. N'empêche, ils (les tenants du pouvoir, Ndlr) sont bel et bien conviés à ces assises nationales et j'espère qu'ils ne refuseront pas cette invitation, parce que notre objectif, c'est de sortir le pays de la crise dans laquelle il se trouve.  
Wal Fadjri : Les renouvellements se poursuivent au sein de votre parti (Ps) et le poste de secrétaire général du Mouvement national des jeunesses socialistes est en jeu. Peut-on s'attendre à une candidature de Barthélémy Dias ?  
Barthélémy Dias : Je réitère mes ambitions pour le poste de secrétaire général du Mouvement national des jeunesses socialistes. Cela pour incarner le nouvel élan que préconisent le parti et son Premier secrétaire Ousmane Tanor Dieng. Et je tends aussi la main à tous les camarades qui postulent pour qu'on trouve un consensus. Comme celui qui a été incarné depuis le début des renouvellements afin qu'on puisse passer à la vitesse supérieure, c'est-à-dire débarrasser le Sénégal du régime de Wade. Je suis optimiste même si on est en démocratie et que rien n’est gagné d'avance. Je pense que mes camarades jeunes ont de l'ambition pour le parti. Et tous les postulants au poste de secrétaire général du Mnjs, il faut le reconnaître, sont compétents. Mais j'espère qu'on trouvera un consensus autour de ma modeste personne.  
Wal Fadjri : Qu'allez-vous apporté de plus au Mnjs, en cas de victoire ?  
Barthélémy Dias : Ce que nous comptons apporter en cas de victoire, c'est d'abord donner au Mnjs un visage, un charisme et une dynamique. Mais aussi propulser le Parti socialiste et son Premier secrétaire à la place qu'il faut.  
Wal Fadjri : Sur quoi comptez-vous vous appuyer pour réussir cette mission ?  
Barthélémy Dias : Il ne sert absolument à rien de faire des journées de réflexion ou des communiqués de presse toute l'année. Aujourd'hui, nous sommes dans une phase critique qui exige des actes politiques. Il faut poser des actes politiques et, il est temps que la jeunesse sénégalaise comprenne qu'il y a un prix à payer pour la démocratie. Tous les peuples qui se réjouissent chez eux de la démocratie, ont eu à payer un prix. Il ne faut pas accepter de fuir le débat ou le combat parce qu'il y a des menaces d'agression ou de séjour carcéral. Le plus important, c'est de voir ce qu'on pourra récupérer en terme de plus-value, une fois qu'on aura débarrassé le Sénégal de ce régime.  
Propos recueillis par Y. MASSALY  
Assises Nationales : Rencontre Front Siggil Sénégal et la coalition nationale luttant contre l’émigration clandestine des jeunes. 
 
Aspects psychosociologiques d’une rencontre. 
 
Le projet intitulé Assises Nationales à multiples facettes que le Front Siggil Sénégal est entrain de conduire avec dextérité managériale hors du commun devrait être l’objet d’une relecture introspective notamment par le Président Wade lui-même. En effet son parti dont il est lui même la seule constante et son entourage regroupés en conglomérat de partis d’opportunistes qui dans l’ensemble peuvent tenir leur congrès dans un télé centre brillent de par l’absence de personnes ressources capables et aptes à intérioriser une idée, un concept disséquer le tout et en tirer la substance. Le PDS n’a pas la culture du dialogue non plus du papier encore moins l’euphorie de débats d’idées démocratiques fécondes voire de cadre d’échange traitant, analysant les problèmes du pays.  
Les sénégalais connaissent leur façon de faire, de faire faire, d’être. Ce défaut de cadre managérial devant faire appel à des intellectuels imbibés de matière grise ou des compétences aptes à un dialogue font défaut au sein du PDS. Cette tare justifie le fait que les idées maîtresses et généreuses du Président Wade ont toutes échoué. Pas une n’a porté les fruits escomptés. Les observateurs avertis de la scène politique du pays qui étudient les mouvements du Président Wade depuis son accession à la présidence étalent cette thèse, preuve et démonstration à l’appui. A la place de rencontres de haute portée, c’est le larbinisme et le griotisme, la recherche éhontée de gains faciles, et de sinécures, le népotisme. 
Cependant une plate forme d’échange interactive aurait pallié à ce manquement dont les conséquences sont destructives. Il y a un manque notoire d’hommes de culture dans le pds. Le parti libéral préfère s’exercer autrement que d’aider le pays à sortir de la spirale d’affrontements en perspective. Les débats de l’info démontrent le poids professionnel très faible des ministres qui y passent .On traduit le contraire de la réalité au président Wade préoccupé par ailleurs à sa succession par son fils. On applaudit au schéma le plus honteux de l’histoire politique du monde consistant à poser un Sénat hors norme où ci-gît un président à peine présentant le profil d’un certificat d’étudee primaires, un personnel pour la plus part analphabète 
Ce paysage politique non reluisant du parti au pouvoir fait que rien n’est analysé. La gestion du quotidien avec ses scandales financiers, la recherche de position auprès du Président Wade seul constante, la guerre des clochers font que rien ne leur préoccupe arguant que le Sénégal n’est pas la Cote d’Ivoire. Certes mais le Sénégal est un peuple qui tous les jours voit sa cote de pauvreté monter crescendo. Le peuple est témoin oculaire et auditif de la pratique de gestion aux antipodes de la rectitude et de la discipline. Le peuple a mûri .Le peuple en a assez de voir les inégalités se creuser au détriment des couches les plus faibles dont les jeunes. Le peuple refuse de valider les institutions .Le peuple a compris les nouvelles formes de lutte en tant que acteurs sociaux .Luttes plus efficaces, parce que non violentes plus efficientes en termes de résultants car faisant appel à la maitrise, à l’éthique dans le combat d’ajustement des équilibres rompus. 
C’est par cette voie hors des schémas classiques que se situe l’essence de la mise en place de la Coalition nationale luttant contre l’émigration clandestine des jeunes  
Une jeunesse qui exhibe ses plaies et rencontre l’opposition la plus significative en vue de trouver remède doit faire l’objet d’une attention particulière par le gouvernement. Le Président Wade doit revoir sa copie en posant la stratégie qui doit l’amener auprès de cette opposition au prés de qui la jeunesse sénégalaise meurtrie vient de sceller un partenariat pour que le Sénégal renoue avec la confiance institutionnelle,politique,économique,financiére,environnementale,culturelle. Bref résoudre les fractures sociales qui déjà sont visibles et lisibles sur le front de cette jeunesse pour qui BARCA ou BARSAK, plus qu’un cri de cœur est une expression de mobilisation. 
C’est cette jeunesse qui conduit Abdoulaye Wade au palais et qui à date se détourne totalement des promesses du président. Pour démontrer leur raz le bol cette jeunesse aux bras encore valides se jettent dans la mer ; mettant à rude épreuve les stratégies de croissance annoncées. Cette jeunesse n’espère point cueillir les grappes .Cette même jeunesse qui dans une coalition préfère répondre en masse à l’opposition dans un cadre de projet national où il est question de diagnostique et de thérapie n’est pas fortuite. C’est un acte responsable qui ne doit point être sous estimé pour le ranger à coté des autres démarches auprès d’acteurs sociaux à l’instar des syndicats ou autres regroupements professionnels. Si le parti du président Wade avait à disposition ce cadre spécifique dont on a eu au début à déplorer l’inexistence, certainement le président Wade s’arrêterait sur ce projet d’Assises Nationales. En effet, les parties prenantes à l’instar de cette coalition justifient bien un œil nouveau. Une autre attitude très éloignée de celle des diables politiques qui sans r référence veulent tout défendre. Ces derniers nommés ont tord d’induire le président Wade en erreur. En réalité ils ne parlent que pour des appâts de gains. Leurs forces c’est d’épouser les rumeurs du Président Wade. Ils n’ont point aucune préoccupation pour le sort des jeunes sur qui le Président lui-même plaçait tout un espoir. Tout me permet de dire que le président Wade est moralement blessé par l’attitude de cette jeunesse qui a préféré aller trouver l’opposition tout en pleurs et s’adresser aux députés. Tel fait inédit de rencontre mérite une relecture  
La coalition nationale luttant contre l’émigration clandestine des jeunes sur sa propre demande s’est déplacée pour rencontrer le front Siggil Sénégal chez Ahmet Dansokho où Ousmane Tanor Dieng, Ibrahima Séne présents dans les lieux les attendaient disposé à aller loin avec eux.  
Le peuple sénégalais devrait être très attentif à l’analyse de cette rencontre historique et lui donner toute sa dimension dont celle relative à l’expression voire comportement d’une jeunesse désemparée criant famine, cherchant une aile protectrice. Une jeunesse aux abois disposée à partager entièrement les assises nationales initié par le FFS. 
La rencontre est d’autant plus pesante qu’elle se situe juste au moment où le ministre de la jeunesse vient de boucler une tournée nationale sous le slogan vacances citoyennes. Les derniers échos de cette caravane montrent les voitures administratives du ministre de la jeunesse chargées des sacs remplis de sucre depuis la Gambie. En effet dans ce pays sitôt élu à un poste la préoccupation professionnelle est de se SUCRER.  
La rencontre devrait ouvrir les yeux au président Wade et à tout son gouvernement. Le gouvernement de Wade, dés le début du phénomène de l’émigration clandestine a nettement compris que l’émigration clandestine des jeunes à bord d’embarcations de péril est la preuve palpante de la faillite de sa politique de jeunesse. Des hommes véreux ministres, conseillers, partis politiques accompagnant le régime au pouvoir de par de multiples conférences rejetaient honteusement la réalité ; arguant que l’émigration clandestine loin d’une faillite de la politique de jeunesse est un phénomène mondial. 
Les semblants de mesures correctives n’ont point amenuisé le choc psychique des familles des victimes. Des milliers de jeunes ont été engloutis par la mer Le gouvernement de Wade ne s’est donné aucune approche nationale du fléau tendant à corriger ou rétrécir les dégâts. Les pays visés par les jeunes sont venus avec des lots de mesures protectrices très discriminatoires. La jeunesse a fort décrié les formes d’attribution des visas. Le projet policier Frontex installé le long de nos cotes est jugé comme une atteinte à la dignité nationale. Pire les formes publicitaires visant à éliminer l’élan migratoire des jeunes ne présente aucun succès. Youssou Ndour ne représente nullement une idole pour cette catégorie de jeunes orientés vers l’émigration clandestine. Cette jeunesse ne s’identifie point au chanteur du mbalax. Ce sont des jeunes qui ne demandent que du travail. La presse nous informe des tentatives encore des jeunes affrontant à leurs risques l’océan atlantique. 
Les appels de youssou Ndour comme les tentatives du gouvernement sont sans écho. Les principaux acteurs de l’émigration clandestine n’ont été point associés à aucune mesure préventive. Ce manque de considération auprès de la vraie cible est une explication du choix des jeunes qui s’est matérialisé au Front Siggil Sénégal. La rencontre des jeunes est le signe d’une manifestation d’une jeunesse oubliée dans les voies d’insertion, marginalisées, mais aussi le cri de cœur d’une jeunesse qui ne croit pas à des lendemains meilleurs aux Sénégal. Tout le tableau noir que présente le Sénégal justifie leur tentative de sortie de crise par une affiliation aux prés du FSS. 
Une autre dimension de la rencontre entre le FSS et la coalition nationale luttant contre l’émigration clandestine des jeunes est que cette rencontre a eu lieu dans un contexte politique particulier où la cote du Président Wade est au plus bas niveau .Hué aux Etats-Unis, conférences de presse au rabais reflétant une incapacité de bonne gouvernance pour conduire le pays .Des projets immenses, générateurs d’emplois pour les jeunes sont perdus par la mal gouvernance et le choix fantaisiste des exécutants. 
De ce qui précède il y a lieu de noter que le FSS doit trouver en cette rencontre une note de satisfaction justifiant leur projet d’assises nationales. 
C’est la jeunesse l’espoir de la nation qui s’est déplacée .Cette jeunesse meurtrie qui a sollicité la rencontre. Tout le peuple sénégalais est d’accord que l’émigration clandestine des jeunes mérite des assises car c’est là le nœud du problème, l’illustration manifeste du tord apporté au peuple. Le Président Wade devrait peser la démarche da la coalition de lutte contre l’émigration clandestine .Laquelle démarche a scellé un cadre de partenariat à visage humain entre la dite coalition et le FSS.  
La coalition n’est pas allée voir la cap 21 ni le PDS non plus l’Assemblée. En effet les démarches auprès des autorités sont très souvent vaines. Les tentatives de ces jeunes par voie épistolaire vers le Président Wade restent lettre morte. La rencontre de cette coalition avec le FSS doit peser sur la conscience morale du Président Wade. Il est le premier responsable de l’émigration clandestine des jeunes. Les jeunes sont las à force de courir derrière des projets fictifs. Le président Wade dans ses multiples déclarations envers la jeunesse se servait d’expressions de haute teneur dans les mots mais vide et sans application dans la réalité. 
La disponibilité de la jeunesse dont le Président Wade s’est toujours servi pour galvaniser les jeunes est mise à zéro, totalement, remise en cause, démystifiée par le nouveau partenariat scellé entre les jeunes désespérés à tel point que les jeunes affrontent les eaux tumultueuses Le FSS doit de son coté analyser toutes les retombées de cette rencontre mais surtout donner une application pratique de toute la mesure. La partie la plus significative et la plus vulnérable vient de sceller un cadre de partenariat dont l'essence est que halte à l’émigration clandestine, que les assises apportent la solution. Les partenaires au développement doivent dés à présent pressentir que la jeunesse aux bras valides du pays sont venus apporter les plaies qui les rongent au FSS. Ces plaies sont les résultats de l’amateurisme, de la non prise en compte des aspirations des jeunes si vulnérables, du détournement des deniers publics, de la mal gouvernance du non respect des libertés démocratiques, de la non transparence des actes de vote. 
 
Serigne Alioune gueye 
Professeur de sociologie. Analyste politique  
Fann Résidence Dakar 
Cheikhgueye90@yahoo.fr  
 
TELEVISIONS AU SENEGAL 
Wade, seul Maître des fréquences 
samedi 6 octobre 2007, par Nettali /  
Le Président du Groupe de presse Walfadjiri, Sidy Lamine Niasse avait réussi à décrocher sa fréquence télé après une audience avec le chef de l’Etat. Youssou Ndour, qui a été reçu hier par le chef de l’Etat est sur les mêmes traces. Le Président du groupe de presse "Futur média" compte lancer une nouvelle chaîne télévision qu’il aura sans doute besoin du précieux sésame que seul Me Abdoulaye Wade détient. Ce serait d’ailleurs acquis depuis longtemps. Les acteurs du secteur de la presse n’ont évidemment pas leur mot à dire, seul importe l’aval de Wade qui donne droit à la fréquence. 
Le président Wade a reçu, hier, Youssou Ndour, président du groupe de presse de Futur Média, éditrice du journal L’Observateur et comprenant aussi la Radio Futur média (Rfm). Au menu de l’audience, le projet de l’artiste de lancer une télévision. En vérité, ce projet tient Youssou Ndour à coeur et il y travaille surtout avec Aliou Ndiaye, ex-directeur de publication de l’Observateur détaché depuis quelque temps pour cette raison. Il semble que le processus soit presque à terme. Le président Wade ayant donné des assurances dans ce sens à Youssou Ndour. 
Après Sidy Lamine Niasse, le patron du groupe Wal Fadjiri qui a décroché sa fréquence télévision sur le réseau hertzien et Youssou Ndour pour bientôt sans doute, se pose la question des conditions d’attribution des autorisations d’émissions sur le spectre audiovisuel. Le président Wade semble ainsi être la seule personne, sans aucune implication des professionnels du secteur de la presse, à en décider. "On assiste à une libéralisation de l’audiovisuel. Nous demandons à l’Etat sur quelles bases il a attribué les fréquences télé", se plaignait mercredi dernier Lucky Patrick Mendy, secrétaire général de la section télé du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication (Synpics), et technicien à la Radiotélévision sénégalaise (Rts), lors d’une rencontre avec la presse. 
Pour l’ancien directeur général de la Rts Mactar Sylla qui s’exprimait dans Walf quotidien, "c’est le non respect du cadre juridique et des règles élémentaires régissant l’attribution des chaînes" qui posent problème. Mactar Sylla dénonce aussi la violation "des règles élémentaires de transparence et de bonne gouvernance". Alors que les fréquences audiovisuelles sont des ressources nationales au même titre que toutes autres ressources dont la concession doit répondre, souligne-t-il, à un "certain nombre de principes et règles". 
Quatre chaînes de télévision sont à ce jour gérées par des privés. La 2Stv de El Hadj Ndiaye, première à émettre en 2004, suivie de la RDV de Ben Bass Diagne, ensuite Canal Info de Vieux Aïdara et Cheikh Tidiane Ndiaye, et Walf TV. Elles mènent toute la concurrence à la Rts qui ne détient manifestement plus le monopole. L’arrivée d’une nouvelle chaîne de télévision arrimée au groupe Futur Média va sans doute renchérir la bataille des chaînes de télévisions sur le petit écran. 
 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 7.10.2007
- Déjà 5301 visites sur ce site!