ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Contre la transmission patriarcale de la destinée  
 
 
Rubriques

ATTENTION !!!
Vu par la Press
PETITIONS
lettre ouverte
MISERE POLITIQUE
Karim se montre
abdoulaye m.diop
lobs n°1068
Wade:1/2 mandat
les O.N.G
Karim,au palais?
4è PR un Wade
REQUIEM
Incohérences
en attendant que
LE DROIT CLOUE
Karim dans la
ces autres
nvlle opposition
tocard
SOUTENEURS
DIAGNOSTIC
L' OEIL DU
POURQUOI
La perversion
GUERRE DE
ARITHMETIQUE
PARITE
Controverse
PANCARTES
DEFENDRE
PENURIES
Sacré SENEGAL
Valeurs Suprêmes
coût de la vie
Abd.BATHILY
Vote Projet Loi
Accroissement
Toute bleue
Quête de
presse:dérives
SENAT
le temporel
LA GUERRE
LES DEPITES
KARIM courtise
J e vote donc
Inquiétude
Prééminence
ENTRE MALAISES
Les incohérences
REFONDATION
landing savané
souverrainnet2
Moins d'Etat
KARIM propulsé
Réél sursaut
Le mal politique
Enjeux
Débat d'idées
militaires par
sueurs froides
UN VOTE
Législatives:
l'OCDE
Elections législ
Le Forum Civil
Dépit amoureux
Iba der Thiam
boycott
Intellectuels
SENATEURS
Réformer la Jus
la Révolution
la Flambée
le bon choix
Marcher sur
babacar justin
Entre Malaise
ENJEUX vrais
contributions
le sénégal
Elections du 3/
indifférence
Fiasco complet
LE PDS
énervement
rupture
Talla Sylla
conséquences
La Presse
absence
le 11 juin2007
Les 12 & 13 juin
le 14 juin 2007
le 15 juin 2007
BATAILLE autour
Karim interdit
5è gouvernemen
SERMON
de mal en pis
chemin balisé
ATTENTION
TRINITE
RIMKA
Sarkozy à Dakar
succession
Le RETOUR
testament
Ticket Karim/Id
le 06 août 2007
ce 10 Août 207
recomposition
le festin des
grave
crimes en série
assises national
quel pays
Le coup d'piston
7urgences afric
pierre goudiaby
sauver le sénéga
leardership
leardership
opposition
La famine
sommes-nous
Hua beitong wei
PAS UN MOT
à quoi sert un
issue aléatoire
au fil du temps
à très grande
Ni Dieu
guerre de
Premier Ministre
A la jeunesse
rien ne sert de
l'aveu
changement
Le mouvement
corruption
le Journal des
2 pays
situation exacte
Wade
restructuration
dommages &
Rentrée
Endormir
pas d'accord
fréquences TV
pas la mentalit
front citoyen
17 octobre 2007
18 octobre 2007
19 octobre 2007
20 OCTOBRE 2007
22 Octobre 2007
23 octobre 2007
24 &25 octobre
25,26 &27 octobr
29 octobre 2007
31 octobre 2007
trahisons
vie chère
Grève générale
grave crise
quelle gouvernan
Sénégal
report
Rimka
institutions
corruption
L'alternance
ce jour
celà ne va pas
La réalité
élect° locales
lavage
monde rural
L' ECHEC
to day
observatoire
incapacités
g° du concret
remettre à
La Gc tisse
assises
surveillance
RIZ: catastrophe
autosuffisance
Développement
pas de destin
les chants
Albert bourgi
boulimie foncièr
Disette
mutins
Zoom
plan reva
l'exception
dysfonctionnemen
today
O.C.I :stand
l'IMPASSE
difficile
l'INFORMEL
situation
chère la vie
abime social
constitution
BILAN de 8 ans
sénégal
insouciance &
incompétence
Retour aux
La constitution&
dure réalité
ciel bleu azur
Rue publique
sacré
une opposition
ce RIZ qui va
au Royaume
autorisation
DETRESSE
interminable
LA FAIM
sunureew
quel pays!
ventres creux
bombe à
le réveil
GOANA,
IMPLOSION
HOPITAL
1er Mai
EDUCATION
Illégalité
DIVERTISSIMO
DESARROI
GREVE GENERALE
le VOLCAN
opportunisme
quel Président
ATTEINTES
wade
Goana
Constitutionnite
F.M.I
l'opposition
20 mai 2008
21 mai 2008
22 mai 2008
23 mai 2008
24 mai 2008
26 mai 2008
27 mai 2008
28 mai 2008
29 mai 2008
30 mai 2008
31 mai 2008
1er Juin 2008
02 juin 2008
03 juin 2008
04 juin 2008
05 juin 2008
06 juin 2008
7 &8 juin 2008
9 juin 2008
11 juin 2008
12 juin 2008
13 juin 2008
14 ,15 juin2008
16 juin 2008
17 juin 2008
18 juin 2008
19 juin 2008
20 juin 2008
21 juin 2008
23 juin 2008
24 juin 2008
26 juin 2008
27 juin 2008
28 juin 2008
30 JUIN 2008
1er Juillet 2008
02 juillet 208
03 juillet 2008
04 juillet 2008
07 juillet 2008
05 juillet 2008
08 juillet 2008
9 juillet 2008
10 juillet 2008
11 juillet 2008
12 juillet 2008
14 juillet 2008
15 juillet 2008
16 juillet 2008
17 juillet 2008
18 juillet 2008
19 juillet 2008
21 juillet 2008
22 juillet 2008
23 juillet 2008
24 juillet 2008
28 juillet 2008
29 juillet 2008
30 juillet 2008
1er Août 2008
02 août 2008
05 août 2008
06 août 2008
07 août 2008
11 août 2008
13 août 2008
14 août 2008
03.09.2008
26.09.2008
02 octobre 2008
03 octobre 2008
05 oct 2008
06 oct 2008
07.10.2008
08.10.2008
09.10.2008
14.10.2008
01 nov 2008
05 nov 2008
06 nov 2008
07 nov 2008
11 nov 2008
12 nov 2008
14 nov 2008
15 nov 2008
17 nov 2008
187 nov 2008
19 nov 2008
20 nov 2008
21 nov 2008
24 nov 2008
25 nov 2008
26 nov 2008
27 nov 2008
28 nov 2008
29 nov 2008
30 nov 2008
1er déc 2008
02 déc 2008
04 déc 2008
05 déc 2008
06 déc 2008
10 Déc 2008
11 Déc 2008
13 déc 2008
16 déc 2008
17 déc 2008
18 déc 2008
19 dec 2008
20Déc 2008
22 déc 2008
23 déc 2008
26 déc 2008
27 déc 2008
29 déc 2008
30 déc 2008
31 Déc 2008
1er Janv 2009
03 JANV 2009
05 janv 2009
02 janv 2009
06 janv 2009
7 & 8 Janv 2009
09 janv 2009
10 & 11 janv 200
12 janv 2009
13 janv 2009
14 janv 2009
15 janv 2009
16 janv 2009
17 & 18 Janv2009
19 janv 2009
20janv 2009
21 janv 2009
22 Janv 2009
23 janv 2009
25 janv 2009
26 janv 2009
27 janv 2009
28 janv 2009
29 janv 2009
30 janv 2009
31 janv & 01 fév
02 fév 2009
03 fév 2009
04 fév 2009
05 fév 2009
06 fév 2009
07 fév 2009
09 fév 2009
10 fév 2009
11 fév 2009
12 fév 2009
13 fév 2009
14 fév 2009
15 fév 2009
17 fév 2009
18 fév 2009
19 fév 2009
20 fév 2009
22 fév 2009
23 fév 2009
24 fév 2009
28 fév 2009
1er Mars 2009
02 mars 2009
03 mars 2009
04 mars 2009
05 mars 2009
06 mars 2009
7 & 8 mars 2009
09 mars 2009
11 mars 2009
12 mars 2009
13 mars 2009
14 mars 2009
15 mars 2009
16 mars 2009
17 mars 2009
18 mars 2009
19 mars 2009
20 mars 2009
21 mars 2009
23 mars 2009
24 mars 2009
25 mars 2009
26 & 27 mars 200
28 & 29 mars 200
30 mars 2009
31 mars 2009
03 avril 2009
02 avril 2009
06 avril 2009
08 avril 2009
09 avril 2009
10 avril 2009
11 avril 2009
03 MAI 2009
12 mai 2009
13 mai 2009
14 mai 2009
15 mai 2009
16 mai 2009
18 mai 2009
19 &20 mai 2009
21 mai 2009
22 mai 2009
23 mai 2009
24 mai 2009
25 mai 2009
26 mai 2009
27 mai 2009
28 mai 2009
29 mai 2009
30&31 mai 2009
02 juin 2009
03 juin 2009
04 juin 2009
05 juin 2009
06 juin 2009
09 juin 2009
10 juin 2009
11 juin 2009
12 juin 2009
13 juin 2009
15 juin 2009
16 juin 2009
17 juin 2009
18 juin 2009
19 juin 2009
20 juin 2009
22 juin 2009
23 juin 2009
24 juin 2009
25 juin 2009
26 juin 2009
27 juin 2009
13 juillet2009
14 juillet 2009
15 juillet 209
19 juillet 2009
20 juillet 2009
21 juillet 2009
22 juillet 2009
23 juillet 2009
24 juillet 2009
26 juillet 2009
27 juillet 2009
28 juillet 2009
31 juillet 2009
1er Août 2009
03 Août 2009
10 Août 2009
17 août 2009
22 Août 2009
24 août 2009
25 août 2009
UN MINUS HABENS
es mathématiques
ANOCI
régime affairist
ma triste Afriqu
Le ROI
sous Wade
Wade family
monument
tout à refaire
les périls
RENTIERS DU REGI
INONDATIONS
dialogue nationa
présidentielle
livre de Latif
d'hier à aujourd
le FONCIER
Qui ?
ces Statues !
Dialogue ! ?
Maths au bac
Pluies & économi
«Intouchables»
ces Prédateurs
mali-sénégal
Karim Wade
arguments’
Formation Emploi
Les inondations
JEUNESSE ET DEVE
Gestion ANOCI
CLARIFICATIONS
Les WADE
quatre réponses
véhicules ANOCI
régler le problè
Attention
Mobilisons nous
OPPOSITION
Paris manifeste
un présidentiabl
maillon faible
Barça ou Barsax
sénégal malade !
Des centaines de
émeutes électriq
triste destin
Etat endetté
Le chaos
sans électricité
LA GABEGIE
naufrage
otage
L' ENFER
reconstruction
grogne
urgence
police des mœurs
La Rurakaroise
Renaissance !
A vau l'eau
CRISES
Chefs Religieux
vrai chantier
grandesquestion
pari perdu
délire continu
asphyxie
Ndoumbélane
question référe
désastre humain
TARDIF....
Défit africain:
opposant
Combattant
Le discours et
Tout est obscur
raison et force
L’alternance ou
Dation paiement
Du néon au néant
les coupables
Mon espérance
Ils reviennent
SCANDALE
Les 270 milliard
?
éthique
DAA BAAX
Mort
inondations
Youssou NDOUR
Au-delà du
la vraie voix
mythologie
vente d'idée
Restitution
tracteurs inadap
pertinence de
L’AEROPORT LSS
ILLEGALITE
déficit
audit ou bilan
sortie de scène
Cris du cœur
l’Etat crée
As du BLUFF
les4 oppositions
DIVERSION
Sopi décevant
Wade assure
une affaire
CANDIDATURE
tromperies
le rejeton
Nous parlerons!
honte et
quelle gouv
Mourir pour des
vers l’abîme
déjà en campagne
Chance ou mérite
promesse
Le petit toubab
Ce feu qui couve
Trous noirs
«On n’ira pas
BLANCHIMENT
REMINISCENCE
La cloche a sonn
le couteau
le FMI n'a pas
la révolte
SOS
SENEGAL
Opposition
Guinée :
Le dégénéré
maître absolu
Perspectives
la peur de
le suspect n°1
Présidentielle
Evocations noire
ARGENT DOUTEUX
Basta !!!
‘J’accuse
les tâlibés
Les nervis
Témoignages
CONFRERIES
Le vieil
nombreuses bourd
la solution
GARE à
QUELLE EDUCATION
menaces
Démystifier
grâce à Dieu
spéculateurs
la plus grande
Le Droit
le Mouridisme
subordination !
Trop c’est trop
l’apologie
Appel
l’Etat de droit
dérives
parrain
une calamité
calvaire du peup
Le gouffre
COUPURES
un nouvel ordre
Vendredi noir
la barbarie
LA BANLIEUE
Résister
sursaut citoyen
danger
Atteinte
L’ignorance
Cet Etat,
CHATEAU DE SABL
Levéritable pion
Pilotage à vue
trous de mémoire
Cris du coeur
STOP!!! KARIM
Ouf !! Karim
L’enseignement s
La grande bévue
DIALOGUE POLITIQ
La gauche
L’ombre de 2000
F.M.I/Sénégal
15 milliards
L’enseignement
Rue Publique
Plaintes et Comp
Dérives
combattre
Un REGIME
Touche pas à leu
candidature
Un Nobel
L’ens. supérieur
cuisine étrange
la continuité ou
Promotion
le temps du peup
« Scandalite »
rocambolesque
institutions de
DISTORSIONS
L’argent
LOI DE FINANCES
Un piège
Les médias:
Garder
l’article 32
Cumul
DIPLOMATIE
Alerte :
un canular :
Destins décroisé
Les leçons
Le Sine
La faim :
CULTURE
12 MILLIARDS
Le scandale
citoyenneté
vieil homme
PASSION
La République
Un management
santé publique
Dialogue politiq
LE CHOMAGE
Incha Allah
« Du boulot ! »
transformer
Liquidation
Accommoder
Dénonce et comba
DIALOGUONS:
bluff
La corruption
journalistes
Un président
désinvolture
CHANGER DE REGAR
La COLA
le F.M.I
Falsification
G R A V E
Ces scandales
N O N
BAKHCHICH
Liberté Presse
tentative de
le culte de la
A F F A I R E
Le deuxième tour
référendum
Le corrupteur
Etat corrupteur:
Chronique :
FMI et L'AFRIQUE
Seguragate
LES FRONTIERES
une désinvoltur
IMAGE ternie
LA BCEAO :
Le monument
le mensonge,
The “Seguragate”
Cet Etat,
Savoir partir
‘Wade délire’
D E R I V E S
LES MALLETTES
dégénérescence
133.000 euros
Les inondations
Peuple oublié
Renoncez
Vous avez dit...
Manifestations
Internet
Wade,
Syndicalisation
grand mépris
profondément mal
sans diplôme pro
Péril
Indignation
HONTE
Aux positions
L’argent
la mallette
le ventre mou
Wade doit partir
85 ans révolus
déni de gestion
la survie
2012 en référend
l’Affaire Segura
MON NEGRE A MOI
On prend les mêm
La tortuosité
pouvoir /opposit
Pourquoi
Sénégal - Fmi
La démocratie
L’Empereur
2012 :
difficultés
ou périr
descendre dans l
la mal gouvernan
D E C L I N
GRAND’ HEURE
Plaidoyer
Le scandale
couvert
Wade-Idy :
L’AVEU
un amateurisme
çà suffit !
le vaudeville
Détails…
doyna - ça suffi
une hérésie
Le S.Gl.National
chances de Thiès
Au théâtre
Une candidature
On m’écarte, je
valeur ajoutée
DERNIÈRE CARTE
Ne jouez pas
Du pouvoir
LATHEATRALISATIO
C’EST POSSIBLE
EMIGRATION ESTUD
Suspicions
l’énergie
RISQUES
Renaissance
le ‘généreu’ Wad
Dépenses fiscale
second souffle
impossibilité
forêt libérale
Détrompez-vous
Averse
projet politique
grands bandits
L’incroyable
malaise
Ali Baba
Segura/Delsey
«Mii Rew»
quadrature du ce
Faut-il
Crise génralisée
POURVU QUE
Délit d’initiés:
l’Université
« Dans notre sys
SENELEC
Et la jeunesse ?
Les frontières
Pour qui voter
Il est temps
partons !
arachide
Transformer
TOUCHE PAS
la règle des «l
la basse-cour
LES ENTRAVES
L’IMPUNITE
Méta-économie
Si l’enfant
est-il toujours
La renaissance a
Il n’y a pas de
DEGAT COLLATERAL
l’infecte gouver
Ce monsieur
Merci Latif
c’est choquant
Observons juste
les hyènes
L’ultime sacrifi
en danger
Trois fois Non !
sauver la planèt
APPEL
Ces honteuses
il faut agir
Quelles solution
les voleurs
La banlieue
la liberté d'exp
L’ERREUR
La République
Tous derrière Ka
murs «inabattabl
kadialy
unique objectif
migration
la «Waddenzee»
indigence
MANŒUVRES
LE FILS
La majorité
Les Wades
TRANSITION
le Cardinal
’’dommage’’
LA RESPONSABILIT
Essai de lecture
réponse politiqu
L’appel
L’incohérence
Eviter de
NTIC
sopi pour demain
leurres et lueur
un coin du voile
Sociologues ?
Tel père,
pour ou contre
Wade III
Est-ce que
WADE – IDY
Un devoir
gagne-pain
MCA
RÉFORME
“arti-faux”
TELE
protection exorb
le grand perdant
CONNAÎTRE
Questions focale
Dérives :
A-t-on oublié
l’espace public
NEGLIGENCES
les vraies opti
Les IMAMS
Un modèle
Un autre
« mœurs légères
AMERS CONSTATS
DU THEATRE
Cheikh Abdoulaye
“woyaan”
raison !
Atouts
le vieil homme
erreur monumenta
guides religieux
pas normal !
conciliation
Que faire ?
ping-pong
sauver Karim ?
tralala… là ?
sondages
Adieu
Non
formation
interpelé !
Déficit
les dérives
Centre Ville
Roue libre
espoir
le civil
contradictions
De la sociologie
Les colosses
République laïq
le paradoxe
s’indigner
Du bon Dieu
étudiants
Hommage
Histoires
Polémique
PARTIR
L'Eglise, la sta
Derniers Mohican
à Dakar
le vice-présiden
La MECQUE
VOEUX 2010
Mondialisation
Faudrait-il
Pèlerinage
l’école
Le pacte
MAMADOU DIA
INSULTES
raison garder
fin d’année 
L' INFECTE
DIS-MOI
Arrêtez
Nouvel eldorado
Quand l’outsider
TOUJOURS
L’ANTECHRIST* !
Sénile Esprit !
Bargny
GUEST EDITO
le fanfaron
LA FIN
grand réveil
année dé-sculpté
Transparency Int
unis contre Wade
Le mythe
de l’hypocrisie
Afrique :
Archives
LA FOLIE
Me Wade
Ensemble
humilité
mauvais procès
TOUT VU
UNE IDOLE
Wade na demm
Une crise
renaissance afri
Wade et l’Eglise
sans mémoire
S’interdire
Réponse
Triste destin
Sénégal :
culot
NON
nouveau pacte
ENSEMBLE
Attaque Wade
ERREUR
Ces statues :
francs-maçons
QUESTIONS
LE DEBAT
responsabilité
Sunugal
logique consensu
l’homme des tas
LE MONUMENT
Elégance
OTAGES
Bonnes feuilles
TELEVISIONS
Les éditeurs
structures fermé
African Leaders
EDUQUONS
Amateurisme
La NATION
MESSAGE
S’il vous plaît
“ Sauve qui peut
FIN DE REGNE
Haïtiens
Les dérapages
GTI
les controverses
péril
finit… mal
griotisme
Sommes nous
PREDATEURS
LE FEU
Une statue
le Coran
35 pour CENT
Monarchie
SENEGAL:
MEDIOCRITE
Quel pays
Rapport 2008
Rapport Fij 2009
DEFICIT
Une vaste arnaqu
La risée
maître du ‘Je’
ALERTE
La Wadocratie
ABDOULAYE WADE :
THIEYE Lii
Changer ou périr
Halalli
M. le Président,
chaotique
Frénésie
perdre le pouvoi
Pays à la dérive
Le père
RESTAURATION
LA DEMOCRATIE
espoir. fatalité
des « recyclés »
ciseau libéral
L’échec
STATUE
Bâtir
La recette japon
R O I
Les provinces
BENNO
GORILLES
malgré tout
Pitié
candidature uniq
SCANDALES
MONUMENT BI
L’Alternance
L’affaire Artp
Lettre ouverte
KARIM
Indépendance
L’Homme
Ibrahima Fall
LA DECEPTION
DIX ANS
ORDRE ancien
ALTERNOCES
WADE DECEVANT
An 10 de l’Alter
Les festivités
Bons Impayés
prix du loyer
Saint d'ESPRIT
NON, Monsieur
Le franc CFA
leader politique
Marchés publics
dialogue politiq
Farba Senghor
LA PAIX
OTAGE
Casamance
INDEPENDANCE
le passager clan
délit de presse
enseignement de
Ô Sénégal,
LE JOUR OU
50 ans de l’Indé
déboulonner
O R D R E
dix ans de l’alt
Cinquante temps
la ferraille
du gâchis»
Quand la publici
De qui se moque
Indépendance
système éducatif
La tragédie
pillage
DEMAIN
la mutation
BASES FRANÇAISES
ARCHIVES
les salaires
Questions & rép
unique adversair
destin bancal
Je proteste !
Eau potable
demi siècle
Youssou Ndour
L’Indépendance
P.D.S
ARACHIDE
LA POLITIQUE
innover !
enfant mendiant
le mirage ou ...
SI JAMAIS il...
dépense publique
enseignement
violation
Le Peuple,
Le débat ne peut
Politiques
POURRITURE
Les fondements
televisions
Les marquises
La précarisation
Ce dialogue
ELECTRICITE
sous le joug
ABIDJAN
J O N C T I O N
front pour la Ré
AGIR
BANLIEUE
Le 1er Mai
tragique
ruse
acharnement
C.T.Gadio
succession ?
« Leneen »
VIOLENCE
Une comédie
LA PARITE
POLITICIENS
PARITE 2
Un peuple
Enseignement
RETENUE
fetichisme
DEMAIN !
Que prépare Wade
CINEMA
Genre-parité
Coup de patte
URGENCE
HARO
Les bus de DDD
DIVERS
ÉTATS-UNIS
le mouvement cit
B O U R D E
DANSOKHO
E N F I N
Et après ?
terrorisme
TRANSMISSION
DERISIONS
POSSIBLE
Doyna sëk
catastrophe
Indépendances
Pouvoir et Oppos
IMPOTS
2è TOUR
Usa-sénégal
L'alternoce
Karim
Par devoir citoy
Corruption :
L'usure (riba)
INONDATIONS
50 ANS INDEPENDA
Fichier électora
auditer fichier
Normalisation
Bourgui Wade
Dakar Dem Dikk
Mamadou Dia
désinfecter
Les 3
La grève
indifférent
mépris inaccepta
PROVOCATION
PRESSE
D E S T I N
délires et de ra
SYNDROME 2007
Fonctionnaires
VOLAILLE CHAUVE
FAUSSE PISTE
Une mallette
ne gouverne pas
L’humilité
l’argent
Ministre
CARRIERES
L’opposition
2012
MEDITEZ
CIRCULEZ
Téléphonie mobil
Le solaire rural
SOWETO
CALIGULA WADE
Sénégal de 2012
un homme passif
le crépuscule
Présidentielle
SYNDICATS
le lumpenproléta
Dernier rempart
Délestages !
Karim Wade,
Le mérite ne se
Quelle solution
Non, Karim,
quelle pertinenc
l’irresponsabili
apocalypse
que force reste
Karim Wade en li
Monsieur le prés
régime libéral
Vente des terres
Les masques tomb
théorie fumeuse!
Mademba Sock ?
TOURISME
Le vent de révol
AU -D E L A
une priorité
P E R I L
La petite erreur
mon pays ?
Electricité
L’ultime coup de
Sondages politiq
qui croire ?
TROISIEME MANDAT
patriotisme ?
Benno Siggil Sen
l'ivresse du pou
Kandide Wade
pour manipuler
récurentes inond
Le dernier homme
L’identité afric
quelle Républiq
Sans Ethique
Global Voice
Très chère
A chacun
la méritocratie
Ces Seigneurs
ELUS
ne contrôle plus
LES RICHES PAUVR
TRAHISON ?
PDS:FONCIER
barbarie ?
Latif Coulibaly
Globale Folie
grande arnaque
véritables enjeu
Mépris ou mépris
Stade suprême
vers une dynasti
Ambassadeurs
advienne que pou
Appel de détress
La ruse
exceptionnel
mendicité
Au secours !
encore 1waderie
apprivoisement
Une « curiosité
CINQ Exploits
courage politiqu
Quel candidat
AU NOM DU
TOURMENTE
totalitarisme
E R R E U R
Collectivités Lc
un prix à payer
Rompre enfin
que la LUMIERE
trop c’est trop
marchandage
Karim Méga Watt
IGNORANCE
Etonnant Wade
E T H I Q U E
Crise de l’Energ
Machiavel
CHAOS
L’Etat a t-il
hors course
NATION ALITEE
La mouche
père & fils
Tsunami
Que reste-t-il
CORRUPTION
pâle copie
UBUESQUE
TOUS
Terminus 2012
DEMONS
la révision list
danse du scalp
WADE MALADE
3éme mandat ?!
le triste sort
la croissance
SYNDROME
HERITAGE
T R O P
des institutions
COTE D'IVOIRE
fesman3
aides allouées
«Y en a marre »
immolations
Le 19 Mars 2011
Y ' EN A MARRE !
Le choix de Madi
moribond
Le temps révèle
Coups d’état
statut victimair
HOMME D’ETAT ?
AU MOT
Le prix de la ra
ndoumbélane
Improbité social
Mouvements citoy
LA SECURITE
un défi à releve
Terminus2012
la République
T I C K E T
Wade GO
L'assommeur
23 JUIN 2011
Quel enseignemen
P A I X
Le paradoxe
JEUNESSE
«Si les > Sénéga
De l’Indignation
LEçONS
REPONSES
SUNUGAL
N O N
Sale temps
« QUART BLOQUANT
sortie de crise
implosion social
«par devoir !»
A l’attention
WADE DEGAGE
Où est l’Etat ?
CONFLAGRATION
TRAGEDIE
la montagne
PEUR BLEUE
MENSONGES
Me WEDDI
SORTIE
A DIEU
que faire ?
ce que la rue
Bennoo a initié,
TEST
TRIBUNAL
Faillite
Autocratie
Citoyens et patr
Subordination
Conseil constitu
de mal en pis !
Impasse
pour le REPOS
S E U L S
exigence populai
une génération g
L’élection prési
PSERIGNE DIOP
la postérité
G A L E R E
en DANGER
Ce que Wade
LE PARADOXE
le péché origine
Quand les mouton
FAUX DEBAT POLIT
Les Mercenaires
Et si le préside
Ces exorcistes
LA METHODE
Abdoulaye Wade :
Le Président Wad
le Sénégal méri
Cour des comptes
PROGRAMME
Macky Sall :
Bennoo : tout ça
Mauvais présage
quelles conséque
Présidentielles
contentieux cons
Candidature de
candidat consen
Macky
incertitudes
le Sénégal tombe
facebook s'invit
DESENGHORISER
nonagénaire grab
Réagir ou Périr
Mes chers compat
Le vieillard et
L' IMPUNITE
DRAMATIQUE
le 23 décembre 2
Violences scolai
dernier combat
candidats déclar
IMPROBABLE
‘Nguur kenn du k
Emploi au Sénéga
libéralisme wadi
la ‘cécité de Be
Nihil Obstat
Département d’Et
vieille démocrat
Quelle paix ?
A S S U M E R
RESPONSABILITES
Le soleil se lev
S T O P
D E F I A N C E
peuple gibier
WAKH WAHET
De l’art de (mal
SE L E V E R
Le bien public
ADRESSE AUX REPU
conscience citoy
FORFAITURE
IMPOSSIBLE
à feu et à sang
T E N S I O N S
Qu'avons-nous fa
12 MORTS
A U T O C R A TE
WADE (KARIM)
un DEVOIR
M A I T R E
La voie/voix du
A T Y P I Q U E
wade DEGAGE
U R G E N T
Cabochard Polit
nouveau Presiden
V O T E Z
PESTE OU CHOLERA
WADYNASTIE
A L E R T E
différemment
YAO NDRE
contentieux élec
UN
le 25 mars 2012
DIGNITE
REPUBLIQUE
Quatre appuis
L' A R G E N T
PARDON
DISCORDE
TAM-TAM
F I N

 

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

si important... si banal

Ministre, si important... si banal  
 
« Celui qui cherche, dis-je, l'efficacité dans l'action n'a qu'à fréquenter les parfaits Saints 
Car c'est un fait évident que la plupart des "Cheikh" de notre époque sont, des fourbes, des coquins »  
Cheikh Ahmadou Bamba 
Comment apprécier le nouveau, peut être pas le dernier remaniement ministériel intervenu ce jour, 24 juin 2010 ? Devons nous en rire ou pleurer ? On serait tenté de prendre le parti d’en rire, tellement la gouvernance du vieux Président est loufoque. Mais l’économie mondiale en butte à une crise profonde qui rejaillit sur notre pays, nous impose d’être tout ce qu’il y’a de plus sérieux au monde face à la gravité de la situation. 
Les pays dits « riches », qui nous soutiennent dans une large mesure dans nos politiques de développement ou de survie le plus clair du temps, et sans lesquels en l’état actuel des choses, des pays comme le nôtre survivraient difficilement, (le Sénégal est le pays africain le plus aidé) cherchent des solutions pour sortir de la récession mondiale en adoptant des politiques de rigueur budgétaire principalement dans l’espace européen. C’est ainsi que la France, même si le gouvernement français évite de parler de rigueur pour des raisons de communication politique, l’Allemagne, la Grande Bretagne et l’Italie ont mis en place des budgets qui traquent toutes les niches favorisant le gaspillage des ressources publiques. Certains de ces gouvernements ont même, symboliquement réduit les émoluments de leurs membres ou interdit les cumuls de fonction pour adoucir la pilule amère de réduction des dépenses publiques. 
Dans ce branle-bas de combat contre la dépression on voit tous les leaders sacrifiaient à leurs responsabilités. Conscients de la mission à eux confiée, ou craignant une rétorsion de leurs concitoyens électeurs, ils s’investissent pour éviter le naufrage de leur pays, (voir la Grèce). Au Sénégal pays africain plus ou moins éloigné de l’épicentre du séisme mais non pour autant épargné par l’onde de choc, sous la houlette du Président Wade, on fait comme si on vivait dans une autre galaxie. 
Un peu à cause de l’échéance électorale de 2012, qui revêt une importance capitale pour le Président Wade pour des raisons affectives et de sécurité, un peu parce que les sénégalais n’ont pas été payés en retour de l’affection qu’ils portaient au vieux opposant qui est dans l’impossibilité psychologique d’aimer l’enfant d’autrui, qui ne peut prétendre, nous en avons des tas d’exemples, qu’à être au service du prince et taire toute ambition, le chef de l’état dans un total mépris du bon sens, et sans la sagesse qu’on était en droit d’attendre d’un homme de son âge, dilapide, sans retenue les ressources qu’il va quémander, ou emprunter à l’extérieur. Il est vrai que « les cheveux blancs marquent les années et non la sagesse » même si, il n’en a pas. 
Nous assistons à un spectacle affligeant. Les imams, dont le rôle faut-il le rappeler est de guider vers la droiture, prêcher pour la justice, l’équité, font la queue au palais présidentiel, devenu la caverne d’Ali Baba, chantant les louanges de son locataire comme de vulgaires laudateurs pour empocher l’argent de contribuables exsangues. Notre guide éclairé Bamba, qui avait mis une grande distance entre lui et les cours royales nous a mis en garde contre ces faux dévots dans son magistral Itinéraires du Paradis : « Tu vois certains de ces faux chefs religieux (assoiffés de fortune et de prestige) la tête enturbannée, la figure soigneusement voilée, … 
Ces aigrefins-là évoquent très souvent Allah par leur langue alors que leur cœur reste parmi les plus corrompus de ce monde » 
A la suite des imams, arrivent les vielles gloires de la lutte qui promettent ce qu’ils ne peuvent certifier, en pensant que leurs exploits physiques plus que cérébraux, devenus de très lointaines réminiscences dans la tête de quelques uns, peuvent mouvoir les foules qui feront la différence. 
La représentation guignolesque ne baisse pas ses rideaux ici, nous épargnant un troisième acte servi par des acteurs bidons incarnés par des ministres provenant d’un casting tout aussi bidon, avec une invasion de recommandées roses pour sacrifier à la parité des dupes qui vont égayer des collègues qui, ayant été limogés pour des scandales moins retentissants tout de même que ceux trainés par le génial prince héritier ne s’attendaient pas à pareille fête. Pléthorique, irresponsable, insensé, même dans un contexte de normalité à plus forte raison de crise, le gouvernement issu de l’énième remaniement ministériel opéré par Wade, confirme l’anomie du pays et démontre ce que le grand savant avait dit : « Deux choses sont infinies : l'univers et la bêtise humaine, pour l'univers, ajoutait-il, je n'ai pas acquis la certitude absolue. » 
Le ministre GUIRASSY, porte parole en charge de la communication et des télécommunications, s’en prend à ceux qui critiquent : « ils ont dit-il une compréhension réduite du management gouvernemental, dans ce monde en perpétuelle mutation, il faut être flexible ». Si management même gouvernemental veut dire pour ce que l’on en sait modestement, organisation et efficacité, associées à la minimisation des coûts, dans une vision globale stratégique, le ministre et son doublon rose Madame FATOU BLONDIN NDIAYE DIOP, chargée des Technologies, de l’Information et de la Communication nous éloignent complètement de cette définition. Au contraire ils nous donnent la preuve du tâtonnement et de l’improvisation qui caractérisent tous les choix de Wade non dictés par son fils qui guide de fait le pays. Et encore, ils ne sont pas les seuls dans ce cas de figure, puisque on crée un (des) département (s) ministériel (s), à la justification douteuse et à la dénomination ridicule pour ce qui pouvait être simplement une direction. 
Comment le porte parole peut-il justifier ces choix dont le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils sont bizarres et irrationnels : Le duo, Mme INNOCENCE NTAP, Ministre d’Etat, Ministre du Travail et des Organisations professionnelles, et Monsieur DIAKARIA DIAW, Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction publique et de l’Emploi, le trio, Monsieur BABACAR NDAO, Ministre chargé des Eco villages, des Bassins de rétention, des Lacs artificiels et de la Pisciculture, Monsieur LOUIS SECK, Ministre des Energies renouvelables et le ministre de l’environnement et de la protection de la nature. Qui a pris connaissance de la composition du nouveau gouvernement qui est une offense de plus à l’intelligence des sénégalais, s’est rendu compte de ses multiples incongruités révélant des motivations à mille lieues d’un management soucieux de l’efficacité. 
Ce que beaucoup de personnes qui continuent en toute bonne foi, de penser que Wade est l’économiste providentiel ignorent, c’est l’aporie d’un pays sous développé comme le Sénégal dont le budget de la présidence est supérieur à celui de l’ex puissance de tutelle qui a la même texture institutionnelle. 113 millions €, soit un peu moins de 75 milliards de francs CFA constituent le budget de l’Elysée, quand Wade s’octroie 100 milliards pour faire fonctionner son palais. 
Monsieur GUIRASSY et ces braves gens qui ont encore confiance en Wade ignorent certainement que le cabinet de Schröder comptait 13 ministres, celui de MERKEL 14, le caractère fédéral de l’état allemand devenant relatif car il s’agit de la première économie européenne avec un PNB de : 3.297 milliards de dollars, soit 2.680 milliards d’euro. Ils n’ont pas entendu parler de la constance du nombre de ministres du Royaume Uni qui malgré l’accroissement constant des tâches gouvernementales, est demeuré le même et ce nombre n'a guère évolué en un siècle. Le cabinet de GORDON BROWN comptait 22 ministres, celui de son successeur DAVID CAMERON en compte également 22 pour un PNB de : 2.762 milliards de dollars soit 2.245 milliards d’euro. Monsieur GUIRASSY si suffisant dans sa science n’ignore pas que ces pays ont des populations qui sont autrement plus importantes que la nôtre, les allemands depuis la réunification sont 82 millions, les britanniques font plus de 63 millions. Le ministre porte parole qui est bien informé sait que le cabinet de FRANCOIS FILLON compte 39 ministres, ce qui est proche de celui du Sénégal, mais pour avoir le courage de justifier ce gouvernement pléthorique, il n’a pas encore connaissance que la France a un PNB qui pèse : 2.808 milliards de dollars, soit 2.282 milliards d’euro qu’une population de 64 millions de personnes a produit. Mr GUIRASSY porte parole sait, personne ne doit en douter que le PNB du Sénégal est 140 fois inférieur à celui de la France puisqu’il n’est que de 20 milliards de dollars en 2008. 
Booster le développement n’est pas comme le prétend monsieur GUIRASSY, associer de façon démagogique et intéressée les femmes dans un partage de gâteau inéquitable, au nom de la parité. Nous les femmes, devrions d’ailleurs nous rendre compte que la parité est un concept obsolète et constitue un combat d’arrière garde. Nous devrions lutter pour l’instauration d’une égale opportunité pour tous, qui pourrait nous voir occuper, pourquoi pas, plus de postes de responsabilités que les hommes, au lieu d’applaudir à ce que ces messieurs ont bien voulu nous concéder. Booster le développement c’est, dans un souci de manager efficacement le pays au profit du plus grand nombre, gérer de manière efficiente, réfléchie les ressources assez rares dont le pays dispose grâce à l’aide de ceux qui, malgré leur grande richesse se serrent la ceinture comme on dit. Tout le contraire de votre pratique si peu respectable, qui entre autres choses, a fait du ministre sénégalais de l’alternance un homme si banal devant s’occuper de tâches si importantes. 
OULIMATA NDIAYE C.F.C 
 
 
Le sabbat des faux imams 
Selon le Petit Larousse, le mot sabbatdésigne " une prétendue assemblée cérémonielle de sorciers marquée par le culte rendu au diable" ; une autre définition donnée par le Larousse Expression en fait" une assemblée nocturne de sorciers et de sorcières qui, suivant la tradition populaire, se tenait sous la présidence de Satan". Encore une fois, fidèle à sa devise: " le Président, notre raison d'être", la télévision libérale nous a servi le mercredi 23 juin une cérémonie indigne d'une démocratie laïque mais digne d'une cérémonie de sabbat. Ceux qui s'étonnaient du silence honteux de l'association des imams et oulémas lors du débat sur le monument de la renaissance sont maintenant édifiés; une vérité dans l'orthodoxie musulmane est que celui qui se tait devant la vérité est un Satan muet, mais une condamnation de ces horribles statues aurait compromis à jamais cette audience de la honte. "Pour une poignée de dollars", une meute d'aventuriers qui se font appeler pompeusement imams et oulémas, ont donné une image très négative de la religion musulmane en vendant leurs âmes au diable. On se souvient que les imams de Guédiawaye avaient en son temps fait l'objet d'attaques perfides et injustes de la part du chef de file de ces "oulémas" qui, pourtant ,devrait être le dernier à donner des leçons de vertu. Le bonhomme, sans doute le plus vieux transhumant du Sénégal (il a commencé à militer chez les étudiants arabes du MJUPS), s'est distingué lors de la précampagne de l'élection présidentielle de 1993 en faveur du candidat du PS. On se rappelle ses tournées dans les capitales régionales pour animer des conférences sur le thème invariable "Islam et politique" visant à défendre son candidat et pourfendre tous ses adversaires. Le Pr Iba Der THIAM ne me démentira pas, lui qui a été la cible privilégiée de ce transhumant ingrat et particulièrement querelleur, surtout quand celui-là avait suggéré qu'on fît du Magal de Touba une journée fériée. Sa conférence de Dakar, tenue à la Maison du Parti Socialiste fut terriblement houleuse. On se rappelle son mot de la fin, quand il lança, dépité au représentant du président Diouf, ancien ministre de l'intérieur, aujourd'hui grand transhumant :" allez dire au président qu'il peut dormir tranquille, il a déjà gagné". Aujourd'hui, tout ce vilain monde a tourné casaque. Quel pays ! Je ne parlerai pas du scandale dont a fait état un hebdomadaire de la place il y a quelques années quand les douaniers de l'aéroport avaient pris ce grand imam en flagrant délit de fraude sur l'or en provenance de la Mecque. Comment s'est-il tiré de ce guêpier ? Yalla rekka xam pour emprunter une de ses formules favorites. 
En voulant justifier sa démarche le jour de l'audience, il a fait référence au verset 59 de la sourate IV, Les Femmes : " O les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le pouvoir." Ce verset est le prétexte tout trouvé par tous les soi-disant marabouts fourbes pour justifier leur allégeance au pouvoir en place. Heureusement que beaucoup d'interprétations en ont été faites par les vrais oulémas pour éclairer la lanterne des fidèles. Dans "le Saint Coran et la traduction en langue française du sens de ses versets" l'auteur nous dit :" Ceux qui détiennent le pouvoir sont les oulémas et les chefs. L'obéissance est due à ces derniers uniquement lorsqu'ils ordonnent le bien, et se conforment au principe: "Point d'obéissance à qui ordonne de désobéir au Créateur."Abul A'la Maudidi dans son exégèse du Coran:"The Meaning of the Quran"(La signification du Coran) Volume I (Islamic Publications, Lahore) écrit :" Ce verset est la base de tout le système religieux, culturel et politique d'un État islamique. Les principes fondamentaux suivants ont de tout temps été reconnus: 
a. dans le système islamique, on ne doit obéissance qu'à Allah qui est le seul détenteur de l'autorité. 
b. Le second principe fondamental du système islamique est l'allégeance et l'obéissance au Saint Prophète (PSL) 
c. Après les deux premiers, les musulmans doivent allégeance à ceux qui sont investis de l'autorité ; cette expression a un sens exhaustif : elle comprend tous ceux qui d'une manière ou d'une autre s'occupent des affaires des musulmans, érudits, leaders politiques, administrateurs etc. pourvu qu'ils obéissent eux-mêmes à Allah et à son Messager."Quelles sont les qualités qu'on attend du Chef à qui le verset 59 fait référence? Selon Abou Hourayra (RA), le Messager de Dieu (PSL) a dit :" Sept personnes seront abritées par Dieu sous Son ombre le jour où il n'y aura d'autre ombre que la Sienne; la première d'entre elles est: 
-Un dirigeant équitable... 
(Suivent six autres catégories de personnes que nous ne mentionnerons pas pour des considérations d'espace) 
Le dirigeant équitable, c'est celui qui met tous les groupes de citoyens sur un pied d'égalité, qui ne prend pas de parti- pris en cas de concurrence, qui ne favorise pas un groupe au détriment d'un autre en s'investissant personnellement, bref un dirigeant qui fait du "YAMALE";c'est aussi celui qui respecte tous les adeptes des autres religions; le Prophète (PSL) n'a jamais eu de mots déplacés à l'endroit des Juifs et des Chrétiens de Médine, il a même permis à une délégation de Chrétiens de Najraan de célébrer la messe dans sa mosquée. 
Le dirigeant auquel le musulman doit obéissance, Monsieur le grand imam, n'est pas celui qui fait la promotion du riba (usure), qui érige des statues à coups de milliards, qui dit sciemment des choses contraires à la vérité, qui gaspille l'argent des contribuables et qui ouvre et ferme les prisons à sa guise. Soit nos dignes imams ignorent ces considérations religieuses, alors ce sont des ignorants et ils ne méritent pas le titre d'ulémas, soit ils les connaissent, auquel cas ils sont des hypocrites; il est même plus probable qu'ils soient les deux à la fois. Un internaute a même suggéré de cibler les mosquées où ces gens-là officient et de les fuir comme la peste; il n'a pas tort... 
Il est illusoire, à moins qu'on ne veuille faire un effet d'annonce, de croire qu'un groupe d'imams décrédibilisés peuvent faire gagner des élections ; même les anciens lutteurs sont entrés dans l'arène. Après, ce sera le tour des anciens jockeys qui céderont la place aux anciens régatiers etc. Mais le peuple souverain n'a pas encore dit son dernier mot. 
Yatma DIEYE, professeur d'anglais, Rufisque 
 
 
Le jeu suicidaire de Wade envers Idrissa Seck 
: faire croire à Idrissa seck que les retrouvailles de la grande famille libérale étaient effectives, lui assurer, la main sur le cœur, qu’une liste unique avec le Rewmi sera confectionnée et le laisser se réjouir d’une bonne entente, en directe, devant les caméras de la Télévision nationale. Puis, c’est la grande désillusion. Les caniches de la Gc avaient été lâchés pour croquer du Idy, la liste unique annulée. Idrissa Seck qui n’avait que quelques jours pour participer aux élections locales, seul avec son parti, était complètement désarmé et aucune alliance avec d’autres formations n’était possible en cet instant. Ensuite, ce sont des moyens financiers colossaux qui ont été dé ployés à Thiès (plus de 500 millions d’après la presse) en vue de liquider définitivement le grand obstacle à une dévolution monarchique du pou voir. Puis, c’est le défilé du fils, ensuite celui du père, venus faire campagne à Thiès pour assister à l’enterrement politique définitif de «l’allié». Au finish, ils ont été tout bonnement laminés. Ils n’ont même pas pu gagner un seul centre de vo te. L’intelligence, le charisme et la perspicacité de Idy, le courage et le sens de la justice des Thiéssois ont eu raison sur les stratégies de bas étages des Wade et de leur entourage malsain. S’il y a un projet sur lequel Wade travaille sérieusement, c’est la liquidation politique définitive de Idrissa Seck. La question qui se pose fondamentalement, a son niveau, est de savoir comment le gérer pour qu’il ne puisse pas gêner le processus de dévolution monarchique du pouvoir. D’aucuns, guidés par une analyse superficielle et parcellaire, diront que Wade a déjà atteint son objectif en réussissant à l’isoler et à le réduire au silence. Toutefois, ce dernier sait pertinemment que le bonhomme a plus d’un tour dans son sac et tel un phœnix, il renaît toujours de ses cendres. Wade en est bien conscient pour avoir expérimenté le processus de résurrection. Pour rappel, avant les dernières élections locales, le piège de Wade avait bien fonctionné 
: sa réintégration au Pds. Wade considère que c’est un moindre mal car il l’aura sous sa coupole. Il faudra, cependant, veiller à le discréditer et à le dépouiller de toute possibilité de pouvoir se positionner en vue d’être en course pour le choix du quatrième Président. Cette station est réservée exclusivement à Karim Wade, son fils biologique. C’est pourquoi Wade père s’amuse à faire durer l’attente de Idrissa Seck et de ses partisans dans le processus d’intégration dans les sphères de décisions. Il engage en même temps des renouvellements dont il veut faire croire le caractère démocratique. Le but visé est de faire de Karim Wade le numéro 2 d’un grand parti et ainsi lui offrir sur un plateau d’argent, une sordide légitimité politique devant lui permettre de prétendre à la succession de son père. Cette tentative de liquidation qui visait un déboulonnement de Idrissa Seck de sa base affective, a été la énième à échouer. Mais Wade ne démord toujours pas. Ayant lamentablement échoué de dehors, il cherche à réussir son coup de dedans. Pour mieux maîtriser Idy, il lui permet de réaliser un choix politique assumé, gage de sa cohérence  
: En cas de rébellion de Idrissa Seck à cause du forcing d’un Karim Wade aidé par son père, ça ne sera plus le scénario habituel qui étale un duel Wade/Idy qui verra le jour mais il s’agira plutôt d’une confrontation Karim/Idy. Et cette confrontation aura une autre signification chez les Libéraux et les Séné galais de tous bords. C’est le Pds de souche contre le militant de la 25e heure, «le gosse» pour certains. Pour d’autres, ça sera le Libéral convaincu contre l’opportuniste et affairiste avéré, etc. Wade sait que ce combat qui est une éventualité à ne pas exclure sera très préjudiciable aux ambitions de dévolution monarchique du pouvoir. Il s’y ajoute qu’une alliance stratégique entre une opposition consciente des enjeux, un mouvement citoyen particulièrement déterminé et des membres de sa propre famille qui refuseront d’être des moutons de panurge, n’est pas à exclure du moment que le mal sera visible et bien localisé. Un mal pour tous les camps, toutes les tendances, toutes les idéologies puis que c’est la démocratie sénégalaise, gage de notre liberté, fruit de beaucoup de sacrifices de génération en génération, qui sera menacée. Mais le problème, c’est que Idrissa Seck ne semble pas renoncer à ses ambitions présidentielles. Et à ce titre, il ne se laissera pas traîner à la guillotine, aussi facilement. Wade doit le savoir  
honteuse dans une logique de jouissance familiale inacceptable et une porte ouverte à toutes les dérives. Les Sénégalais ne se laisseront pas faire. Ils ne cautionneront jamais une telle forfaiture. Wade se retrouve, dans une impasse, sans, apparemment, en être conscient : Il ne pourra ni faire élire son fils ni l’imposer au peuple sénégalais. Il s’ est employé, pendant plusieurs an nées, à tenter de détruire son «échelle» de 2000 et «fils d’emprunt», pensant disposer de l’ingéniosité insolite de pouvoir transformer un bout de bois en crocodile. Peine perdu : son fils n’est pas mieux loti, en termes d’estime, que lorsqu’il s’était tranquillement retranché derrière ses modestes bureaux à Londres, laissant de braves gens conduire son père au sommet. Il sort, en plus, de cette opération d’exorcisme tropical, avec des comptes à n’en plus finir à rendre (tôt ou tard) au peuple sénégalais. Quant à Idrissa Seck, toutes les campagnes visant à le discréditer et à l’éloigner de sa ligne constante ne participent, en définitive, qu’à son renforcement. Il dispose d’une large marge de manœuvre que sa constance, sa pertinence et sa patience aideront à conquérir à temps et à bon escient: c’est une surenchère a une grande différence en ce qui concerne ce projet Wade sait mais ne renonce pas. Et tout indique qu’il ne renonce pas. Il n’envisage pas, cependant, de se prêter à un jeu démocratique car son fils risquerait de disputer la queue du peloton. Etant donné qu’il n’est pas question de baliser la voie à Idrissa Seck que le respect du jeu démocratique au sein du Pds porterait inéluctablement au triomphe, il préfère se mettre devant et porter le combat de son fils. Il se lance, malgré son âge, dans une candidature par procuration mais voudrait se donner les moyens de gagner à tout prix. L’idée, c’est de se donner les moyens d’écarter l’échelle démocratique de 2000 (Idy and co) pour imposer une passerelle dynastique. Wade fils se prépare et son père souhaite lui donner le temps de se positionner et de se créer un semblant de légitimité à travers des renouvellements biaisés et un soutien actif d’un mouvement bouillant et inopérant, la Gc. Mais cette idée saugrenue de succession monarchique ne va pas prospérer dans un pays comme le Sénégal qui a une tradition démocratique ancrée et reconnue. Wa de a, certes, réussi, plusieurs fois, à faire passer des projets impopulaires sans coup férir mais il y  
Si Wade persiste dans la logique de vouloir imposer son fils, il aura choisi une porte dérobée à la place d’un tapis rouge scintillant. Il lui reviendra, en définitive, d’écrire le récit de l’histoire qu’il voudrait que la postérité retienne de son passage à la tête de notre pays. Les réalisations qu’il brandit à tout bout de champ ne suffisent pas pour lui aménager une porte de sortie honorable. Elles ne constituent ni une bouée de sauvetage étanche ni un vecteur de conquête suffisant. Ce n’ est pas le Président Mamadou Tandja du Niger, le dernier exemple en date, qui va nous démentir. Ses différentes réalisations (ponts à Niamey, centrale thermique à Tahoua, barrage hydroélectrique à Tillabéry, mine de charbon, cimenteries, reprise du marché de l’uranium…) n’ont servi à rien. Aujourd’hui, il ne se présente aux yeux de l’opinion nationale et internationale que comme un simple personnage assoiffé de pouvoir qui a été arrêté net dans sa propension à se maintenir indéfiniment au sommet. Wade doit éviter de créer un réflexe symptomatique et systématique qui fera qu’après son départ, tout ce qui se rapportera à lui sera banni, haï, vomi et enseveli. Il ne retrouvera la voie des honneurs que lorsqu’il aura abandonné son projet moyenâgeux et aura rétabli le jeu démocratique aussi bien dans son parti que sur l’échiquier politique national. Il doit s’ouvrir au dialogue sincère avec l’opposition et laisser de côté ses ruses politiques qui ne trompent plus personne.  
 
Fatou DIOP - fatouivon@yahoo.fr /www.fatouivon.blog.com 
 
L’héritage islamique et parité, qu’en pense-t-on ? 
De la revendication en faveur des droits de la femme à travers de nombreuses dimensions de la vie politique, économique, culturelle et religieuse à la parité brûlante d’actualité dans le monde, on a toujours tenté de nous faire croire que les lois et les règles qui fixent et gouvernent la société ne sont que l’œuvre d’institutions dans quelque domaine que ce soit, fut-il la religion. Ainsi, l’absence des femmes des instances où les décisions de grande envergure se prennent pour la commande de la société à laquelle tout le monde est soumis et l’injustice soi-disant liée aux modes d’accès aux richesses et aux moyens d’action sont analysées comme l’une des violences les plus inhumaines et les plus marginalisantes faites aux femmes. Sous ce rapport, les défenseurs d’une telle idée et souvent d’obédience maçonnique sont d’avis que, parmi ces institutions socioreligieuses, l’Islam est sans égale.  
Alors le combat est mené partout et porté surtout par ceux-là même qui se disent être des musulmans à travers le monde. Si l’on est porté à croire qu’aucune loi n’est immuable et aucune institution fut-elle religieuse n’est inamovible au nom de la lumière vers laquelle l’humanité doit, désormais, tendre en lieu et place de l’obscurité que constitue la religion, alors il ne nous répugne plus de penser que l’héritage tel que dit par la religion musulmane n’est qu’une injustice, le mot n’étant pas gros, faite à la femme.  
En effet, nul n’est sans savoir, pour peu qu’on soit un musulman averti, que l’héritage d’après l’Islam accorde la part double à l’homme au détriment de la femme qui se con tente toujours d’une part de l’héritage. La question de l’accès aux ressources, de l’équité, de l’égalité et de la justice s’y pose avec évidence et s’oppose, à cet effet, aux principes qui sous-tendent et clament le bien-fondé de la parité. Dire que l’homme et la femme doivent avoir les mêmes chances quant à l’accès aux ressources, aux services sociaux de base, c’est remettre en cause l’héritage tel que pratiqué dans l’Islam.  
Dans une telle optique, l’Islam continue à essuyer les coups portants que lui assène l’impérialisme idéologique à caractère maçonnique sous la camisole d’une liberté et d’un droit dont les contours sont si mal définis que pour saper la morale islamique prise au sens gênant du terme. C’est pour une telle raison que l’islamophobie n’a de cesse d’anéantir, au nom de cette liberté souillée sous quelque forme qu’elle se manifeste, la foi de nombre de musulmans à travers le monde. Le paradoxe dans tout ceci réside dans le fait que les principaux combattants acquis à sa cause, non seulement sont des musulmans, mais ignorent complètement la portée maçonnique que revêt leur engagement pour la mise en application de la loi sur la parité notamment au Sénégal, croit-on savoir.  
Ainsi, hommes, jeunes et femmes de quelque obédience ose-t-on dire, livrent bataille pour le vote de la loi relative à la fameuse parité dont ils méconnaissent les réels contours sans la compréhension desquels toute action entreprise dans ce sens nous serait préjudiciable tôt ou tard. Des lois dont on n’a pas une con naissance intime et familière, combien nombreuses, ont-elles été votées, dans le passé, à l’aveuglette à l’As semblée nationale, pourtant le bastion de l’expression des voix aphones, celles d’un peuple que ses dirigeants prédestinent impunément au malheur. Dans la mesure où le vote de la loi sur la parité n’a fait l’objet d’aucune réflexion parce qu’obéissant à des logiques qui transcendent l’intérêt général au nom duquel les «représentants du peuple» semblent agir, l’on est en devoir de dire et de prédire les conséquences et les effets diffus qui peuvent en découler en se révélant scabreux à la communauté sénégalaise de quelque appartenance politique, religieuse et ethnique que ce soit. Avant de prendre une quelconque décision de cette nature dans un pays, il sied, dés lors, de la faire passer au crible des principes religieux contre lesquels aucune lutte ne saurait être permise. Et ce, en évaluant de fond en comble l’ensemble des impacts positifs ou négatifs consécutifs à ladite décision sur le peuple dont la raison d’être est sa religion, encore une fois.  
Souleymane LO - Médiateur pédagogique Doctorant en Sociologie Université Gaston Berger / julessouleymanelo@yahoo.fr 
 
La candidature unique est-elle une panacée ? 
Le débat sur la candidature au sein de Bennoo Siggil Sénégal est en train d’être dévoué. Au regard des avis et opinions exprimés par les uns et les autres, nous constatons une grossière méprise relative à la position de l’Apr sur la candidature au sein de Bennoo. Cette présente contribution est destinée à le ver toute équivoque entretenue de manière pernicieuse et insidieuse aux yeux de l’opinion nationale et internationale. En effet, certains leaders politiques essaient de faire porter à l’Apr et Macky Sall l’éventuel échec de la candidature unique de Bennoo Siggil Senegaal. Cette attitude inacceptable fragilise la coalition et risque d’installer des soupçons préjudiciables à la cohésion au sein de Bennoo. 
; l’Apr a également adhéré à Bennoo avec ses valeurs et principes, ce qu’ aucun leader dans Bennoo n’ignore. Je ne comprends pas alors, pourquoi certains veulent stigmatiser l’Apr et son leader ? Bennoo Siggil Senegaal n’est-elle plus une coalition où chaque parti membre peut ex¬primer librement et démocratiquement ses opinions ? Ne pas partager une vision est légitime mais vouloir imposer sa vision est inconcevable. Je rappelle que l’Apr a signé la charte des Assises nationales avec une réserve sur la nature du régime  
Bennoo Siggil Senegaal, que je sache, n’est pas une coalition où rè gne la pensée unique. Certains res pon sables et leaders politiques qui s’agitent doivent comprendre deux choses : premièrement, dans Ben noo, l’Apr est favorable à une candidature plurielle, ce qui est totalement différent de la volonté prêtée à notre parti de vouloir proposer Macky Sall comme candidat unique de la coalition. La position de l’Apr n’est pas conjoncturelle, elle est stratégique et politique. Nous ne sommes pas pour la candidature unique, même si Macky Sall devrait être choisi par la coalition. Nous luttons, conformément aux valeurs républicaines, pour un principe et non pour un opportunisme. Compte tenu des difficultés que présente le choix d’un candidat unique, l’Apr pense qu’il serait plus responsable de privilégier la candidature plurielle au premier tour et de soutenir, au cas échéant, le candidat de l’opposition le mieux placé au second tour. 
Deuxièmement, au sein de l’Apr, les militants travaillent à faire de Ma cky Sall le 4e Président du Séné gal en 2012, ce qui est politiquement conforme aux principes fondateurs de notre parti et je ne pense pas qu’il soit sérieux et raisonnable de dénier à l’Apr cette valeur républicaine. 
sa candidature» au sein de la coalition. «déposer La question de la candidature unique se discutera bien entendu au sein de Bennoo Siggil Senegaal, mais l’Apr a le droit de dire qu’elle est pour la candidature plurielle. Si Macky Sall doit être candidat à la Présidentielle de 2012, la discussion sera menée, et cela ne fait l’ombre d’aucun doute, au sein de l’Apr. Macky Sall porte la position de notre parti dans Bennoo mais n’a pas reçu le mandat de  
Aller ensemble à l’élection présidentielle de 2012, la gagner ensemble et gouverner ensemble n’est pas contraire à la candidature plurielle. C’est une erreur de faire croire à l’opinion que sans la candidature uni que de Bennoo, Wade ne peut pas être défait. Il faut dépassionner le débat sur la question de la candidature unique car elle n’est pas une panacée pour bouter Wade hors du pouvoir. Je crois qu’il faut consolider la dynamique de Bennoo et préserver les acquis des élections locales du 22 mars 2009 qui sont l’œuvre de toutes les forces qui travaillent pour alterner l’Alternance. La Coalition Ben noo Siggil Senegaal a besoin d’une gestion intelligente et responsable en lieu et place du spectaculaire et des effets d’annonce. On ne peut pas régler la candidature uni que par des états d’âme et une ré bellion. Si Bennoo a résisté jusqu’ici, c’est parce qu’on a toujours privilégié le dialogue constructif au sein de la structure. Il serait donc puéril et impertinent de vouloir lier le sort de Bennoo à la seule question de la candidature unique. En effet, la candidature multiple ne peut pas être ce qui va tuer Bennoo car jusqu’ici les discussions ont montré une très large convergence de vue sur le programme de la bonne gouvernance et sur la mise en place d’institutions stables et crédibles pour restaurer les valeurs républicaines. Si la volonté politique de mettre fin au régime libéral est une constante au sein de Bennoo, il est quand même incongru de vouloir coûte que coûte imposer la candidature unique. On peut même s’interroger sur les véritables intentions de ceux qui tentent de saborder le ca lendrier des discussions de Bennoo. 
Nous lançons un appel à plus de pertinence et d’objectivité dans les arguments, les démarches et les stratégies. Vouloir mettre en place une structure parallèle sous le label de Bennoo est, admettons-le, un précédent dangereux pour la survie de la coalition. Cette attitude fractionniste n’est que le reflet d’une manœuvre politique qui ne peut pas prospérer. Si nous voulons être crédibles, il est impératif de fonder la conduite de Bennoo sur des bases solides. Certaines analyses sèment délibérément la confusion en essa yant de montrer que l’Alternan ce s’est réalisée grâce à l’opposition traditionnelle regroupée dans la Ca 2000. La Coalition Alternance 2000 a certes joué un rôle décisif dans l’avènement de l’Alternance mais en réalité, il faut admettre que sans la force de Moustapha Niasse et Djibo Kâ, le Parti socialiste ne serait pas mis en ballottage et il n’y aurait pas eu de deuxième tour. 
D’autres analyses soutiennent que dans la tête des populations sénégalaises, Bennoo existe et qu’elles s’attendent à une candidature unique de la coalition. Il est incontestable que Bennoo existe et a fait de bons résultats en mars 2009 mais il ne faut pas oublier que la Coalition Dek kal Ngor existe et a fait de brillants résultats aux élections locales de 2009. Les Sénégalais qui ont voté pour la liste Dekkal Ngor connaissent peut-être Bennoo mais ont dans leur tête et dans leur cœur la Coalition Dekkal Ngor dont ils ont porté les responsables à la direction de plusieurs localités. 
! : mettre fin au pouvoir apo calyptique et monarchique de Wade. Ne nous trompons pas de cible En définitive, nous pensons qu’il est important de relativiser certaines positions et d’adopter un comportement plus sérieux et plus responsable pour gérer les débats au sein de Bennoo avec moins de passion et plus de raison. Les stratégies et les méthodes peuvent être légèrement différentes mais nous avons le mê me objectif 
 
Diamé DIOUF - Vice-président du Conseil rural de Thiombi -Membre de la commission Veille et Marketing de la Convergence des cadres républicains de l’Apr  
 
 
Il faut arrêter les pseudo-sondages d’opinion 
Monsieur Moubarak Lô, pour qui j’ai beaucoup d’estime et de respect, a effectué et publié un sondage d’opinion qui a fait grand bruit sur la place publique et dans l’opinion. 
En ma qualité de président d’une association de consommateurs, je voudrais lui préciser, à lui et à tous les sondeurs d’opinion, que la réalisation, la publication et la diffusion des sondages d’opinion, sont strictement réglementées par la loi n°86-16 du 14 avril 1986 et son décret d’application n°86-616 du 22 mai 1986. 
En effet, tout en respectant la liberté d’expression garantie par la Constitution, la loi de 1986 a pour but de protéger l’opinion publique sénégalaise contre toute manipulation à des fins politiques ou commerciales que pourraient susciter certains sondages ne respectant pas un minimum de règles techniques indispensables à leur fiabilité. 
Pour y parvenir, la loi a : 
; Institué une commission nationale des sondages 
; fixé les conditions de réalisation des sondages d’opinion 
; prévu des dispositions spéciales applicables en période électorale 
prévu des sanctions très dissuasives. 
La commission nationale des sondages présidée par un membre de la Cour suprême est composée de trois magistrats de la Cour d’appel, un représentant du ministre de la Justice, un représentant du ministre de l’Intérieur et un représentant du ministre de l’Information, le directeur de la statistique assistant de plein droit aux séances avec voie consultative. 
: La commission a pour mission 
; de donner un agrément valable pour trois ans, à tout organisme ou personne voulant réaliser des sondages d’opinion destinés à être publiés ou diffusés 
de donner un accord préalable à la publication ou à la diffusion desdits sondages. 
La demande d’agrément doit être accompagnée d’un dossier justificatif détaillant la nature des sondages envisagés, la localisation, le montant et la décomposition des investissements, le nombre et la qualification des emplois prévus, les titres universitaires et l’expérience professionnelle de la personne chargée de la direction technique des sondages. 
La commission dispose d’un délai de 45 jours à compter de la date de dépôt de la demande d’agrément pour refuser ou octroyer celui-ci. Passé ce délai, l’agrément est réputé accordé. 
Une fois le sondage effectué, l’organisme ou la personne qui l’a fait doit déposer une demande d’accord préalable à la publication ou à la diffusion du sondage.  
: Cette demande doit comprendre 
: la référence de l’agrément de l’organisme ou de la personne ayant réalisé le sondage 
; l’objet du sondage 
; les détails du plan d’échantillonnage et de l’échantillon réel 
; les instructions qui leur ont été données et les contrôles effectués la liste et le niveau de qualification des enquêteurs, 
; le texte intégral des questions posées par l’enquêteur 
; les réponses recueillies et les documents établis au cours de l’enquête 
; les documents relatifs au traitement des réponses 
; les résultats bruts du sondage et, le cas échéant, les redressements effectués 
les contrats de vente concernant le sondage. 
La commission dispose d’un délai de 10 jours à compter de la demande pour accepter ou refuser, le refus devant être dûment motivé. 
L’absence de décision après l’expiration des 10 jours, vaut l’autorisation de publication ou de diffusion du sondage qui doit être accompagné d’un certain nombre d’indications dont, le nom et l’agrément de l’organisme organisateur, le nom et la qualité de l’acheteur ou du demandeur du sondage, la période, la zone géographique, l’objet du sondage etc. 
En période électorale, la publication ou la diffusion de tout sondage d’opinion ayant un rapport direct ou indirect avec un référendum ou une élection réglementée par le Code électoral est interdite à compter de la date de publication au journal officiel, du décret portant convocation du corps électoral et cette interdiction s’applique également aux simulations de votes réalisées à partir des sondages d’opinion. 
: Les sanctions prévues par la loi de 1986 sont de deux sortes 
; 500 000 francs Cfa pour toute personne qui aura procédé ou tenté de procéder à un sondage d’opinion destiné a être publié ou diffusé, sans avoir été préalablement agréée par la commission une peine d’emprisonnement d’un à trois ans et une amende de 100 000 francs Cfa à 1 
les mêmes peines sont applicables à la publication ou à la diffusion d’un sondage non préalablement autorisé. Ces faits sont assimilés à une diffusion de fausses nouvelles punie par le Code pénal.  
En conclusion, il faut arrêter de tromper les Sénégalais avec des pseudo-sondages qui tendent à fabriquer et à façonner artificiellement une opinion, surtout lorsque ceux-ci sont le fait d’organismes ou de personnes non agréées et agissant pour des commanditaires non identifiés. 
L’Etat du Sénégal doit prendre ses responsabilités pour faire respecter la loi au nom de la démocratie et de la protection de l’opinion des Sénégalais. 
 
Maître Massokhna KANE - Avocat à la Cour Président de Sos Consommateurs 

 

(c) coalition contre la transmission patriarcale de la destinée nationale sénégalaise - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 30.06.2010
- Déjà 5210 visites sur ce site!